Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Rencontres fortuites | PV. Watanabe Shiori & Izumi Suiatsu


Mer 12 Juil 2017 - 0:56

La fumée s'échappait l'entement d'entre mes lèvres, tandis que je fixais le ciel d'un air grandement ennuyé. Est-ce qu'il suffisait d'y croire pour y arriver ? Je ne savais pas. Aujourd'hui, j'avais décidé de me rendre au Dojo de Kiri. J'avais dû assister à une réunion récemment, l'élection du Mizukage était en cours, et visiblement, une structure d'équipes semblaient être prévue pour bientôt. Apparemment, chacun des hauts-gradés du village se devaient de former une équipe de shinobis et effectuer des missions ensemble pour le compte du village. J'étais donc venu au Dojo afin de penser à tout cela, remettre mes objectifs en question, réfléchir, me poser et me reposer. Je n'étais devenu shinobi que pour pouvoir un jour connaître l'ultime sérénité, une vie de calme et de bien-être, sans que rien ne puisse interférer. Pour cela, je m'étais fixé d'apporter la paix à cette nation, en la faisant triompher. Patriotique ? Non, pas le moins du monde, c'était un désir hypocrite, un pantin pour des desseins purement égoïstes... Mais le monde était ainsi fait après tout.

Je me trouvais dans une salle d'entraînement, assis sur une chaise dans un coin, observant les jeunes shinobis s'exercer sur des mannequins. Pourquoi se battaient-ils, eux ? Certains souhaitaient servir leur patrie, d'autres voulaient satisfaire leur parents, et puis... Il y avait ceux qui vivaient pour d'autres projets. Des ambitions dont je n'imaginais même pas la surface. Qui sait, peut-être que parmi tous les shinobis que je croisais, il y en avait qui deviendrait le grand héros, ou le grand mal de ce monde ? Ce constat m'ennuyait, beaucoup de choses m'ennuyaient. C'est alors que je décidais de me dégourdir un peu. Me levant non sans peine, j'allais placer quelques cibles sur le mur avant de préparer mes shurikens. La visée était un domaine dans lequel je n'excellais pas, mais je me débrouillais. D'un geste souple du poignet, je les lançais alors pour qu'ils se plantent au centre des cibles... Certains y parvinrent, d'autres se plantèrent plus à côté. Rien n'était parfait avec moi, hein ? Un nouveau soupire en venant me gratter l'arrière de la tête, je lançais un regard vers mes camarades Kirijins, observant leurs propres entraînements.

Certains parmi eux étaient tout juste Genin, certains avaient un potentiel, d'autres renonceraient surement à cette voie bientôt. Mon regard fut attirée par une jeune fille qui s'entraînait aussi, intrigué, je me contentais de l'observer, tout en analysant ses mouvements. C'était ennuyeux d'observer, mais on apprenait des choses, qu'importe quel était le niveau de celui que vous regardiez, vous appreniez forcément quelque chose. Même si parfois, on ne s'en rendait pas forcément compte tout de suite. Me détachant ensuite, je poussais un nouveau soupir avant d'aller chercher mes shurikens, le regard toujours aussi blasé par la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Mer 12 Juil 2017 - 10:01
S’il y a un conseil de mon ancien senseï dont je me souviens et avec lequel j’ai réellement du mal, c’est bien l’un des tout premiers qu’il m’avait donné, bien avant que je ne me retrouve avec Dakuyaku entre mes mains. Bien avant également de pouvoir le comprendre comme maintenant par exemple. Parce qu’à force de chercher à m’entraîner avec l’épée qu’il possédait jadis et qui est maintenant entre mes mains, j’ai pu constater le manque de défense de celle-ci. Après tout, il faut bien connaître son arme pour pouvoir l’utiliser et j’ai passé pas mal d’heure à l’analyser et surtout tenté de maîtriser sa forme la plus banale. C’est-à-dire de simplement lui insufflé du chakra pour qu’elle quitte son apparence inerte. Une épée de chakra, sans aucune lame physique… Alors comment dire que c’est assez compliqué de parer une attaque avec cela... Et le peu de souvenirs que j’ai de mon senseï en combat ne me permet pas réellement de savoir comment lui, il faisait lui pour palier à ce souci qui aurait pu lui coûter la vie à plus d’une reprise. C’est probablement à force de réfléchir à cela que je me suis souvenu de ce petit conseil qu’il m’avait donné au tout début de notre chemin ensemble. « Il faut développer son propre style de combat, ne pas copier celui des autres, mais bel et bien développé le tien. » N’ayant alors pas combattu une seule fois, restant toujours en retrait, il est vrai que je n’avais jamais pu prendre conscience de l’importance de cette phrase, surtout que je ne cessais de me reposer encore et encore sur lui. Mais maintenant qu’il n’est plus là pour m’aider et surtout me guider, je dois me débrouiller toute seule, surtout si je veux avoir la possibilité de le retrouver un jour. C’est pour ça que je suis là aujourd’hui, pour tenter de trouver comment pallier à ce défaut de mon épée…

Un kunaï dans chaque main, je me retrouve à attaquer d’une main et faire des semblants de barrages de l’autres, mais face à un mannequin des plus… Immobile, c’est assez compliqué que de chercher à parer un coup invisible. Mais compliqué ne veut pas dire impossible et entraîner mon corps à bouger de cette façon, alors que jusque-là, je n’ai fait que l’habituer encore et encore à porter des coups, ce n’est pas si désagréable que cela. Bien que ça demande vachement plus de concentration. Concentration qui me fait bien trop souvent défaut… Comme par exemple maintenant alors que je me recule un peu pour mettre de la distance entre le mannequin et moi. Me frottant alors le front du revers de la main pour essayer une trace de sueur imaginaire, je reprends un peu mon souffle et me laisse alors distraire par les autres ninjas qui s’entraînent autour de moi. Je n’avais guère remarqué qu’il y avait autant de monde jusqu’alors. Ayant alors une impression d’être épiée, je finis par carrément me retourner, cherchant l’origine de cette sensation, alors qu’au final, tout le monde semble concentré sur son entraînement. Ou presque. Il y a ce type qui semble un peu vagabonder un peu plus loin. Arquant un sourcil, je finis par me diriger vers lui, mes kunaïs toujours en main, le tranchant au creux de ma paume. Il veut m’épier ? On peut jouer un peu alors non ? On va voir si j’arrive à le surprendre un peu. M’approchant furtivement de lui, je tente de lui asséner un coup avec le manche de l’un de mes kunaïs, gardant bien le tranchant au creux de ma main. Après tout mon but n’est pas de le blesser, juste de l’aborder d’une façon un peu plus surprenante qu’un « tu me veux quoi ? » pas très diplomate, bien que là, pas sûr que ça soit si diplomate que cela non plus. Mais de toute façon, c’est un moyen de s’entraîner aussi non ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Mer 12 Juil 2017 - 23:00
Leurs deux regards se retrouvèrent mais lui n’en savait rien. L’autre se contenta d’un rictus hautain, comme si cette croyance absurde que partageaient les humains l’agaçait. Seulement, face au calme de son équivalent, l’idée qu’il pourrait peut-être un jour se laisser aller à de tels rituels, infondés mais rassurants, le terrifia, lui, qui, jusque-là, n’avait jamais éprouvé que mépris pour les vils êtres qui peuplaient ce plan. Alors l’interrogation commença. Oui, la tête appuyée sur les deux coudes croisés d’un corps accroupi, bien-sûr ! Il y avait donc une place dans l’ennui pour eux aussi. Son regard à lui, laissé dans la plus sombre des solitudes, se souleva au ciel à son tour. Son semblable, sans quitter sa position, entreprit ces quelques paroles.

-Paroles intraduisibles.

-Paroles intraduisibles. On dénotait un soupçon de mélancolie dans le ton de sa réponse.

Alors il observa son ami déchu replonger son regard dans celui de ce simple humain comme si de toutes les choses qui avaient effleuré son existence, la plus importante se trouvait là, dans le coeur de cet être normalement insignifiant. Cet ennui, lui aussi l’avait côtoyé, lui aussi pouvait-il dire qu’il n’était finalement que son seul et unique compagnon.

-Paroles intraduisibles. Il avait disparu, comme s’il n’était jamais venu.

Toujours passif, il tendit le bras et en fit perler une goutte. La goutte, guidée par sa seule volonté, traversa les obstacles physiques érigés par les humains pour enfin terminer sa chute sur le front de celui qu’il avait tant observé l’espace d’un instant. Lui qui n’aimait guère entretenir la bêtise humaine venait d’accepter, pour une fois, d’envoyer un signe du ciel.

***

Désormais il se tenait là, près d’eux. La goutte arrivait tout juste du plafond. Il n’aimait pas user de ce genre d’effet, mais ils en étaient tellement friands. Son regard d’or, rendu profond par la contemplation, contemplait l’ingéniosité dont ils étaient capables. Une fois les deux protagonistes arrêtés dans leurs gesticulations, la goutte vint enfin embrasser le front de l’intéressé.

-Tiens, c’est peut-être un signe. Fit-il avec le plus grand des calmes. Fais un voeu, qui sait ? Après tout, peut-être venait-il d’être exaucé ?


Dernière édition par Izumi Suiatsu le Jeu 13 Juil 2017 - 0:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 13 Juil 2017 - 0:17

Ce n'était pas non plus comme si j'agissais comme un provocateur, si ? Peut-être avais-je fais un mouvement brusque, ou bien mon attitude blasé agaçait certaines personnes. A vrai dire, je m'énervais aussi parfois. Ma vie avait été si plate jusqu'à alors, si banale, j'aurai peut-être aimé un peu plus de piment. Je connaissais certains collègues qui avaient perdus leur parents, un frère, une sœur, une partie de leur corps. Certains qui avaient été esclaves, battus, torturés. D'autres qui surmontaient les épreuves, les derniers qui succombaient... La vie s'écoulait autour de moi, et j'avais l'impression de marcher à côté. De rater la fête, de perdre mon temps. Un fin sourire s'échappa de mon visage de marbre, perdre son temps ? Etait-il même possible d'en gagner ? C'était la réflexion que je me faisais, alors que je terminais de ramasser le dernier shuriken, le visage lassé.

Et puis, ce moment vint enfin. Vous le connaisse, vous ? Ce moment, cet instant, ce déclic qui faisait dire à votre cerveau qu'enfin, vos pas finissaient par rejoindre le flux de la vie. Au début, je m'étais contenté de suivre bêtement mes parents Kiri. J'avais étudiés les arts shinobis, j'étais devenu un Chûnin, et j'effectuais des missions.. Pourquoi ? Rester chez moi à dormir, n'était-ce pas ce que je voulais ? Si, incontestablement. Pourtant, je le sentis, ce frisson qui me parcourut l'échine. Mes sourcils se haussèrent, ma bouche s'entre-ouvra. Oui, c'était un souffle de vie. Un témoignage d'existence... N'importe quel terme pseudo-poétique pour définir ce qui se passait actuellement. Vous vous souvenez ? Cette jeune fille que j'observais tout à l'heure, eh bien elle avait eu la curieuse idée de s'immiscer dans mon espace vitale. Je devrais sans doute la remercier, ou bien l'insulter. Dans tous les cas, ma réaction ne se fit pas attendre.

Mes instincts m'avait murmurés son intention. Pourtant, j'eus du mal à m'y préparer. Elle tenta un premier coup, mais en vain. Je fis un pas sur le côté, avant de lui agripper le poignet, le regard ennuyé, remontant légèrement vers son visage. Puis, je poussa un soupir, avant de la fixer, sans rien dire. "Bonjour, qui êtes-vous ?" Ne serait peut-être approprié pour la situation. Pourquoi avoir fait ça ? Avais-je réellement de connaître ses intentions ? Cette simple pensée me fatiguait singulièrement. Je pris donc une inspiration, m'apprêtant à lui adresser la parole. Lorsque soudainement, sans crier gare, un jeune garçon au regard doré apparut devant nous. Je reçus peu après la sensation d'une goutte qui s'aplatit sur mon front. C'était sans doute très étrange comme scène, et je tenais toujours le poignet de cette jeune kunoichi.

- Eh bien, j'imagine que souhaiter savoir ce qu'il se passe ici serait un bon vœu, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t103-yuki-noah-termine#274 http://www.ascentofshinobi.com/t631-carnet-yuki-noah#2975

Jeu 13 Juil 2017 - 1:05
Un geste fou ? C’est, en effet, probablement ce que je viens de faire à l’encontre de cet homme sous prétexte qu’il m’a regardé m’entraîner ? Non, disons plutôt que je pense à contribuer au siens, d’entraînement. À toujours rester sur ses gardes, c’est une bonne technique que de se faire attaquer en fourbe comme ça, même si là, je ne risque aucunement de le blesser. Ou alors, au pire des cas, il risquerait quoi ? Un bleu ? La coupure, elle serait plus vite pour moi, dans le creux de ma main où se trouve présentement le tranchant du kunaï.

Il se redresse, esquive rapidement ma pseudo-attaque pour me bloquer mon premier poignet. En ai-je fini ? Non pas si facilement, j’esquisse un mouvement de jambe pour pivoter un peu et avoir la possibilité de lui porter un nouveau coup avec ma main encore libre, tenant mon autre kunaï de la même façon que le premier. Sauf que mon geste fut probablement un peu trop prévisible pour ma cible, car rapidement, il me bloque également le poignet. Là, je me retrouvais un peu stupide, mais cette situation n’était-elle pas le reflet de mon niveau ? C’est-à-dire médiocre ? Me faire avoir de la sorte par la personne que je surprends. Le chasseur chassé en quelque sorte. Alors qu’il plante son regard dans le mien, je ne peux réprimer un petite rire de franchir mes lèvres, un peu comme le ferait un enfant prit en train de voler une friandise. Vous voyez, le rire nerveux et qu’on ne contrôle pas. Enfin, dans tous les cas, la situation reste bien moins gênante que si, j’avais réellement réussi à l’atteindre parce qu’alors, je ne sais guère ce que j’aurais pu lui dire. Un désolé n’aurait probablement pas été adapté. Alors oui, heureusement qu’il a paré mes coups, certes un peu trop facilement, mais au moins, la situation n’en est que moins gênante.

Mon regard planté dans le sien, j’attends qu’il prenne la parole en premier, pour prendre la température en quelque sorte. Son visage fermé dans un sens ne m’annonce rien de bon, mais n’est-ce pas là, l’art d’un ninja expérimenté ? Ne pas montrer ce qu’il ressent ? Si, on me l’a assez souvent répété pour que je le retienne. Cependant, ce n’est finalement ni lui, ni moi qui prenons la parole… Mais un énergumène sortit de nulles parts qui faillis même me surprendre. Tournant la tête vers lui pour le regarder alors que le Yuki ne me lâche toujours pas les poignets. Je les regarde alors à tour de rôle, ne comprenant plus rien à la situation et visiblement, je n’étais pas la seule à être perdue. « Qui es-tu ? » Demandais-je alors au jeune homme au regard ocre, bien que j’aurais également pu poser cette question à l’homme en face de moi, mais je pense que c’est plutôt à lui de me poser cette question étant donné que je viens de l’attaquer en fourbe, alors tentons de ne pas trop inverser les rôles. Surtout qu’étrangement, je ne me suis pas sentie concernée par sa demande d’explications, un peu comme si c’était tout à faire normal que je cherche à l’attaquer sournoisement.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u535

Rencontres fortuites | PV. Watanabe Shiori & Izumi Suiatsu

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: