Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Achète ! [Ryoko]


Mar 4 Déc 2018 - 21:04

Achète !

Une exhibition ! Jour de grande vente pour la famille Nagareboshi ! Le but ? Exposer tous les cristaux confectionnés, en confectionner d’autres pour amuser la galerie et attirer l’attention, puis vendre à outrance pour se faire du pognon comme jamais. J’aime bien les jours d’exhibition, on voit plein de nouvelles têtes. Des têtes mignonnes, des têtes moins mignonnes, des têtes moches, mais peu importe. J’aime bien ces journées. Ça me change les idées et ça m’occupe. Par contre, je dois me concentrer très longtemps pour réussir à m’y préparer, me calmer et ne pas arriver avec de la confection de cristaux coupants. J’ai beaucoup de mal à canaliser mon imagination sur autre chose que la bagarre et les arts ninjas. Je me suis levée bien plus tôt que tout le monde aujourd’hui, j’ai préparé les étals, les créations, la caisse, tout. Je me suis pas arrêtée une seule seconde. Mon cerveau n’a pas eu de répit. Et ça fait du bien, en réalité.

L’heure de la folie arrive. L’heure pic, l’heure H, celle où tous les clients se ruent sur nous avec un appétit grandissant pour toutes ces petites choses en cristal que nous vendons. Les Nagareboshi sont très connus, vraiment très connus alors, forcément, quand on met une seule petite affiche disant qu’on arrive, qu’on va vendre moins cher et qu’il y aura des démonstrations, l’effet est … Incroyable. Je m’installe tranquillement derrière mon étal, maman prend les devants pour les premières minutes. J’ai pas la patience avec les vieux. Je n’arrive pas à sourire, être gentille, douce. Ils me font chier. Ils sont lents, ils comprennent rien. Maman s’en occupe avec brio. L’esprit commercial, chez elle, c’est une seconde nature. Je l’admire.

Le temps passe, les ventes explosent. Les petits vieux ont fini leur commerce, c’est mon tour. Je me lève, me mets à la place de maman et commence les démonstrations. Je suis très forte pour les petites sculptures de cristal. Des petites roses, des bagues, des bracelets. Tout ce qui est petit, pas de souci. Je leur fais des sculptures miniatures, qu’ils payent encore moins cher. Ils en prennent davantage, du coup. Donc, en réalité, ils payent bien plus que si je leur avais donné, je ne sais pas … Un énorme vase ? L’art des petits plaisirs, des petites choses qui attrapent le regard et ne permettent pas de le lâcher. Je continue, jusqu’à ce qu’une crinière aussi rose que la mienne attire mes yeux émeraudes. Quoique. Elle est peut-être plus rose.

Un petit bout de femme adorable s’approche. Je ne l’ai jamais vue, mais c’est une cliente. Obligé ! Je m’approche tranquillement et crée un bonbon en cristal au creux de ma main.
« Bonjour ! Un bonbon en cristal ? »
Je lui tends sans rien demander en retour puis montre l’étal de mon autre main.
« Je suis Nagareboshi Ema, future héritière des Joailleries Nagareboshi. Venez visiter notre étal, je suis sûre que vous y trouverez votre bonheur ! »
Je pose les mains sur mes hanches et souris de toutes mes dents, faisant apparaître mes deux canines pointues.
« Peut-être puis-je vous aider ? »
L’âme commerciale. Là. Avec les jeunes. Ça marche presque à chaque fois. Tombe, tombe dans mon petit piège, ma jolie. Achète !
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Jeu 6 Déc 2018 - 1:23
Ryoko se promène dans ce qu'elle appelle le "piège des portefeuilles", une exhibition d'une joaillerie. Elle s'en fichait un peu des bijoux en fait, même si tout ce qui brille l'attire, elle a bien peur de se retrouver sans le sou en voulant payer trop de chose ! Bon, ça n'est jamais arrivé, mais elle connaît ses vendeurs qui font tout pour réussir à faire vendre de la glace à des esquimaux, donc elle essaie de se méfier un peu d'eux. Un peu en effet, pas totalement, car en vérité, si elle est ici, c'est pour les démonstrations ! Evidemment qu'elle vient ici pour les démonstrations ! Elle veut voir ce que les manipulateurs du Shoton peuvent faire ! Et puis, c'est joli les cristaux, donc elle jettera bien évidemment un œil sur les créations de cristal qu'ils peuvent faire ... même si, il ne faut pas se le cacher, la Sekken peut faire pareil avec son savon, c'est juste que ça brille beaucoup moins, et elle, elle peut le faire sans faire de mudras contrairement à eux.

Elle finit par s'approcher du stand, évidemment, elle se fait tout de suite interpeller par une jeune femme qui ... lui offre un bonbon en cristal. En s'approchant d'avantage et en voyant ça, elle se met à gonfler les joues, tout de suite on va la prendre pour une gamine c'est ça ? C'est pas parce qu'elle est toute petite et que son visage est trognon qu'elle est une enfant de bas âge ! Elle est adulte ! Vivement qu'elle devienne plus forte et qu'elle ait un visage un poil plus mature, mais ça n'arrivera pas tout de suite malheureusement. Pour le moment, on la prend pour une enfant, et ça, c'est pas très joli. Elle se présente en tant qu'Ema, future héritière de la joaillerie Nagareboshi, et tout de suite, elle veut lui faire vendre quelque chose. Elle la regarde, un peu pas contente d'être prise pour une enfant.

- Je suis Sekken Ryoko, héritière du clan Sekken !

Elle met à son tour ses mains sur ses hanches, mais ce coup-ci, elle la pointe du doigt, il fallait laver cet affront !

- Et j'apprécie pas qu'on me traite comme une enfant ! Si tu te moques de moi, j’achèterais rien !

Et paf ! Dans le baba la vendeuse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

Jeu 6 Déc 2018 - 22:10

Achète !

Ryoko. Petit nom aussi adorable que la créature rose plus claire que moi. Elle est … Explosive ? Je ne comprends pas ce qui lui arrive, d’un coup. Peut-être est-ce parce que je lui ai proposé un bonbon ? Ou alors mon approche ? Je ne comprends pas. Si ç’avait été une enfant je ne m’en serais pas approchée. Les enfants ont trop d’énergie pour moi, je ne comprends pas leur fonctionnement. Ils me gavent tellement vite, j’ai envie de leur faire manger mes créations les plus coupantes pour qu’ils se taisent. Ah, non, ce serait barbare et pas très gentil. Bon, je veux juste pas être auprès des enfants.

J’arque un sourcil et penche la tête. Mes mains passent de mes hanches à ma poitrine et je les croise. Je ne comprends vraiment pas ce qui se passe. Je note qu’elle m’a tutoyée, je vais donc pouvoir en faire de même. Ou alors ça ressemblerait à un traitement d’enfant aussi ? Je ne sais absolument pas quoi faire. Le bonbon ne lui plaît pas et elle se sent prise pour une gamine. Hum. Alors je fais quoi ? Je m’en vais et je perds un client ? Parce qu’elle l’a dit ! Elle veut bien acheter, à condition d’être considérée comme une adulte. Eh bien … Hum … Je ne sais vraiment pas quoi faire.
« Je ne vois pas en quoi je me suis moquée de vous. »
Je suis toujours aussi perplexe. J’ai beau tourner et retourner la situation dans ma tête, je ne vois pas où est le mal. Je ne vois pas ce que j’ai fait de travers. Je réfléchis encore, mais, vraiment, je ne vois pas. Je ne comprends pas. Je hausse les épaules.
« Sincèrement, je ne vois pas ce qui vous fait penser que je vous considère comme une enfant, c’est plutôt le contraire. »
Vouvoiement de mise, explications. Il va falloir aller dans un autre sens, tenter une autre approche. Agir comme l’adulte commerciale que je suis. Puiser dans ma fibre de vendeuse et lui en mettre plein la vue par la parole, puis par les actes. Les créations, même. Je lui souris.
« De vous à moi. Ai-je l’air plus adulte que vous ? Je ne crois pas. Je n’ai même pas les formes pour jouer de ma féminité, pourtant, j’ai 22 ans ! Alors, forcément, vous prendre pour une enfant serait quand même malvenu de ma part, vous ne croyez pas ? »
Bein, ouais, quand même. Je suis relativement plate, pas forcément la plus grande des femmes non plus et j’ai une bouille juvénile. Génial ! La nature est bien faite, hein ? Heureusement, quand même, que je ne suis pas toute petite, quoi. Manquerait plus que ça. Je hausse les épaules. Je vais partir de l’hypothèse du bonbon.
« Si les bonbons ne vous plaisent pas, je peux peut-être vous montrer autre chose, avant de vous inviter au stand de la joaillerie ! »
Je range le bonbon dans ma poche et crée une nouvelle forme en cristal dans ma main. Cette fois il s’agit d’un kunai entièrement fait de cristal. Je peux me permettre de le rendre aussi coupant que je le voudrais, du coup, vu qu’il est fait pour ça. Je le prends, le tiens, le manipule. C’est un kunai tout ce qu’il y a de plus authentique, il est juste en cristal, pas en métal. Voilà. Je lui souris.
« Cela vous convient mieux ? »
Après les mots, les actes … Si ça ne fonctionne pas, je ne sais pas quoi faire. Rendre mon tablier, peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Jeu 6 Déc 2018 - 23:35
Après son petit "caca nerveux", Ryoko la voyait essayé de s'expliquer, elle ne la prend donc pas pour une gamine ? Ah ! Tant mieux alors ! Parce que les blagues sur sa taille sont comme les blagues sur sa capacité, beaucoup trop fréquents pour qu'elle continue d'en rire. Comme quoi, même pour une personne aussi gentille, mignonne et qui a le rire facile, il y a des limites à ne pas atteindre. Bah ! Maintenant que ça c'est réglé, la rose n'a plus besoin de s'énerver, même si, avant de recommencer à parler, elle inspecte la demoiselle en l'observant de trèèès près, l’inspectant un peu pour voir si elle ment ou pas. Bien évidemment, la demoiselle est autant une tanche en Sensorialité qu'en étude sur les canards de barbarie, alors c'est pas évident pour elle de déceler la vérité, voire même presque impossible.

- Mmmm ... ok ! Je te crois !

Elle se redresse, du haut de sa petite taille, elle a 22 ans du coup ? Ça veut dire que c'est une vielle, du moins, dans ce village où la population de shinobi a une moyenne d'âge de 15 ans, donc même Ryoko est vieille en fait du haut de ses 18 ans. Enfin, bref, elle regarde le kunaï qu'elle fait avec son cristal, le regarde se faire manipuler ... ça a l'air solide, comme un vrai kunaï en fait. Elle se gratte le menton, continuant de l'observer faire des manipulations, satisfait ?

- Mmm ... HAHA !

Sans crier gare, elle fait un "test de solidité surprise". En quelque seconde, du savon s'est écoulé de sa main, puis un kunaï en savon s'est formé pour confronter le kunaï de cristal d'Ema. Le choc prouve qu'il est bel et bien solide, véritablement comme un vrai kunaï, en tout cas, il est assez solide pour tenir tête à son kunaï en savon solide !

- Ok, je suis convaincue !

Elle sourit à pleine dent en lâchant un petit rire, jouant à son tour avec son kunaï de savon qui tourne autour de sa main. Bon, elle est où le reste des démonstrations du coup ? Elle a envie d'en savoir plus maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

Dim 9 Déc 2018 - 22:36

Achète !

Bon, au moins, Ryoko n’est pas contrariante. Mon petit speech a fonctionné et maintenant, elle me donne de l’attention. Elle s’intéresse à ce que je fais, on dirait. Peut-être … d’un peu trop près. Beaucoup trop près. Le coup de kunai en … en quoi déjà ? Bref, son coup de kunai sur mon kunai me surprend et, bien que l’arme tienne le choc, elle manque de s’envoler parce que je ne m’y attendais pas. Mais ! Je vois que le bonbon rose finit par admettre que nos créations ne sont pas forcément de la camelote, elle est convaincue. Parfait ! Je lui souris, satisfaite.
« Ravie de vous l’entendre dire ! »
Je lui tends le kunai.
« Tenez, prenez-le. Ce sera votre cadeau de bienvenue ! »
Par contre, je me concentre et étudie le sien avec une attention toute particulière. Je pose les prunelles sur le kunai d’une matière que je ne connais pas. Elle a dit que c’était une Sekken. Qu’est-ce que c’est, une Sekken ? Que font-ils ? Je ne sais pas du tout ce qu’elle manipule, mais j’aimerais bien le savoir. Je penche la tête et montre son arme du doigt.
« Qu’est-ce que c’est ? »
Je regarde avec une attention toute particulière, vraiment perplexe. Je n’ai jamais vu un kunai de telle manufacture, pourtant je connais beaucoup d’artisans et beaucoup de matières. Ce n’est pas du tout un cristal. Ce n’est pas un autre joyau, d’ailleurs. Je ne sais vraiment pas ce que ça peut être. J’ai beau y réfléchir et retourner le problème dans tous les sens, je ne parviens pas à savoir.
« Je suis joaillière depuis toute mon enfance, j’ai vu bien des choses, mais votre arme, là … Jamais. »
Je croise les bras sur ma poitrine, vraiment intriguée.
« Je peux essayer ? Je veux dire, regarder, toucher … Sentir ? »
D’où sort cette demoiselle ? Quelles sont ses capacités ? Est-ce que nous pouvons travailler ensemble ? Elle est bien plus intéressante que ce que je croyais. Les jours d’exhibition servent à ça, aussi. À rencontrer de nouvelles figures, des artisans intéressants, ou même des contributeurs. Là, je ne sais pas dans quelle case placer Ryoko, je sais simplement qu’elle n’est pas comme toutes les personnes qui viennent à la boutique. Qu’elle a un petit quelque chose qui la rend unique. Mais quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Mar 11 Déc 2018 - 1:50
Son attaque surprise a ... bah surprise la jeune femme en face d'elle, elle ne s'attendait pas du tout à devoir parer ou retenir son kunaï alors que Ryoko a utiliser le sien pour frapper dedans. C'était fourbe, mais il fallait l'être, sinon ces personnes avides d'argent lui prendront tous ses sous pour des brouilles, et elle ne veut pas gaspiller son argent dans des broutilles ! Des décorations ? A quoi bon ? Ca va faire joli sur le coup, mais ça va rester là, à prendre la poussière, en train de fusionner avec le décor pour finalement ne plus être visible pantoute. On va dire "oh c'est joli" ou "oh c'est sympa", puis ça va finir par ne plus se voir. En d'autres termes, c'est totalement inutile, quitte à décorer une maison, autant utiliser du bambou ou du bois que du cristal, au moins ça apaise l'esprit. Enfin, ça n'empêche pas la demoiselle de prendre le kunaï de cristal qui lui est offert. Cependant, elle la voyait pointer son kunaï à elle ... lui demandant ce que c'est car elle n'a jamais vu ça de sa vie.

- Bah ... c'est un kunaï.

Elle hausse les épaules, quelle drôle de question, elle ne pensait pas que cet outil de base du shinobi était si exotique pour qu'une personne ne la reconnaisse pas. Elle penche donc la tête, elle voulait donc ... toucher son kunaï en savon ? Bon, si elle le souhaitait, la rose lui tend donc son arme, évidemment, ce n'est pas si simple de le garder en main : c'est du savon après tout !

- Pas de soucis, touchez et sentez donc.

Elle sourit, encore faut-il qu'elle réussisse à le prendre, elle ne doit pas savoir que c'est en savon, c'est sûrement pour ça qu'elle lui demandait qu'est-ce que c'était ... pas l'arme en soit, mais le matériau qui la compose ... Bah, elle n'avait qu'à être plus clair dans ses demandes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

Jeu 13 Déc 2018 - 1:51

Achète !

La réponse de la comparse rose d’Ema est simple. Ce qu’elle tient dans les mains est un kunai. Oui, ça, c’est bon. Les petites remarques super basiques, qui n’apprennent rien, bon. La joaillière arque un sourcil. Ok, c’est un kunai. Et après ? Pourquoi il est de cette couleur ? Pourquoi cette forme ? Qu’est-ce qui différencie son kunai de celui d’Ema ? Il y a tant de réponses possibles à ces questions ! Tant de réponses qui se démarquent des bêtes « bein, c’est un kunai ». Après tout, la jeune femme n’est pas aveugle, l’autre non plus. Elles savent toutes deux à quoi ressemble un kunai, en théorie. Alors … Pourquoi ?

Au moins, la rencontre avance d’un pas lorsque Ryoko accepte que la joaillière touche le kunai. C’est une bonne chose. Enfin. Presque. Ema pose la main dessus et tente de s’en saisir. Il glisse. Il ne tient pas dans sa main et elle doit s’y reprendre à deux fois pour réussir à l’attraper correctement. La rose le sait. C’est sûr. Vu sa réaction, elle sait qu’il y a un souci avec son kunai. Qu’il n’est pas comme les autres. Que sa matière est … Tiens donc. Ema le serre, mais ça ne fonctionne pas. Mais il y a un truc en plus. Il sent quelque chose. Il … Sent. La joaillière porte l’arme à son nez et inspire discrètement. Oui, ce kunai n’est pas comme un kunai de cristal ou un kunai métallique, il a une odeur de … de savon ?! Alors, ce serait ça ?
« C’est étrange ! »
L’artisane est terriblement intriguée, d’un coup. Elle décide de rendre son arme à Ryoko, mais les questions se bousculent dans sa tête à une vitesse terrifiante. Un sourire étire ses lèvres. On se demande laquelle des deux vient pour une exposition, finalement. Ema croise les bras sur sa poitrine.
« Ma capacité spéciale est la manipulation du cristal. Si je pars de ce principe, la tienne est la manipulation du … savon ? »
Ses prunelles s’habillent de nombreuses étoiles qui scintillent plus que des étoiles filantes en pleine nuit noire. Ema a trouvé une nouvelle artisane unique. Pas commerciale, juste une forme de génie.
« Comment ça marche ? Toutes tes créations sentent quelque chose ? »
Elle penche la tête.
« Tu peux faire des bulles aussi ? »
Et c’est parti …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Mar 18 Déc 2018 - 2:36
Comme elle s'en doutait, la créatrice de cristal n'arrive pas à se saisir du kunaï, c'était drôle de voir l'arme glisser le long de sa main alors qu'elle essaie de le maintenir dans la paume de sa main, mais elle finit malheureusement par le saisir, non sans faire lâcher un fou rire à Ryoko qui savait déjà que tout cela arriverait. A vrai dire, on pouvait croire à un rire démoniaque pas du tout crédible et beaucoup trop mignon pour qu'il soit vraiment démoniaque. Elle finit ensuite par sourire à pleines dents en la voyant tilter quand à la matière qui compose son kunaï après l'avoir senti, encore heureux qu'elle ne peut pas créer d'odeur trop forte comme du poivre et qu'elle se contente de leur donner des odeurs plus printaniers et plus agréable, mais elle n'est pas méchante Ryoko ! Sauf avec ceux qui la traitent comme une gamine, mais encore heureux, cette femme-là n'est pas dans le même panier, même si, au tout début, elle le pensait.

- Pas que la manipulation du savon ! Je peux la créé à partir de ma peau, sous toutes les formes, liquide, solide et même, même, sous forme de bulles ! Et je peux créé n'importe quoi avec !

Elle riait encore, enfin une personne qui s'intéresse à ce pouvoir, et enfin une personne qui commence à se poser des questions sur son utilité autre que "mais ça sert à rien ce pouvoir". Elle a prouvé à plusieurs reprises que si, ça servait à quelque chose, elle a réussi à frapper une virtuose du combat au corps-à-corps avec ce savon, ce "pouvoir inutile" ! Mais elle ne se reposera pas sur ses lauriers, car tout le monde à Iwa craindra le pouvoir du savon ! Enfin, c'est pas tout de suite que ça arrivera, c'est sûr.

- Toutes mes créations sentent quelques choses, ça peut être de la jacinthe, de la menthe, de la fraise, de la pêche, de l'eucalyptus et même du poivre ... enfin je suis pas sûre pour le poivre.

Puis, elle lui demande si elle peut faire des bulles ... des bulles ? Oh oui, elle sait en faire des bubulles, et elle sait en faire pleins !

- Mais bien sûr !

En un instant, son manteau qui recouvrait le peut d'habits qu'elle a est ouvert, glissant jusqu'à être bloqué au niveau de ses coudes. On pouvait la voir en soutif et mini-short si on arrivait à la voir à travers le rideau de bulles qui se forment, un vrai nuage de bulles de savon sortait de son corps comme si un volcan ayant avaler accidentellement du savon se mettait à le recracher. Finalement, cela devenait l'exhibition du pouvoir de Ryoko car tout le monde ne voyait plus que ça !

- On a demandé des bulles, en voilà pleins ! Et je me force même pas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

Mer 19 Déc 2018 - 2:00

Achète !

Face à un tel pouvoir, beaucoup diraient que, mince, quand même, le savon, c’est inutile. Que cette gamine devrait retourner sous la douche, là où se trouve sa vraie place. D’autres, cela dit, la regarderaient ébahis, à essayer de comprendre d’où ça vient et se fasciner comme jamais pour cette capacité. Ema se range volontiers dans la catégorie des ébahis. Elle regarde Ryoko se moquer d’elle comme jamais, mais ne peut s’empêcher d’être entièrement intriguée. Au fond d’elle, la joaillière n’attend que d’en voir plus, encore plus, toujours plus. La manipulation du savon, c’est intéressant ! Mais ce n’est pas que ça, apparemment. C’est aussi la possibilité de faire du savon liquide, solide et des bulles. Autrement dit, cette jeune fille est capable de faire autant de choses … La fascination d’Ema ne redescend pas. Au contraire, elle s’accroît au fur et à mesure que leur conversation se poursuit.

Ryoko est capable de donner des odeurs spécifiques à ses créations, comme la Rose avait pu le remarquer peu avant. C’est d’autant plus intéressant ! Du savon avec des odeurs. Des créations particulières, vraiment personnelles, qui ne viennent de nulle part ailleurs. Ema penche la tête, écoute, observe, se passionne. Cette jeune fille est incroyable. Cet intérêt grandit d’autant plus lorsque le manteau de la deuxième rose descend progressivement et qu’une folle quantité de bulles commence à apparaître. Ryoko rameute une très grande partie des passants autour, qui se détachent de l’exhibition de ses parents pour se précipiter vers elle. Après tout, une femme qui fait des bulles, c’est particulier, n’est-ce pas ?

Ema ne peut s’empêcher d’applaudir. Son geste entraîne celui de tous ceux qui les regardent. Certains sont fascinés, certains veulent juste mettre leur grappin sur la jolie demoiselle qui a l’air de sentir très bon – mais surtout d’être particulièrement à croquer. Le mouvement de foule finit par s’arrêter à un moment donné, laissant le calme revenir et les affaires reprendre bon train. La Genin poursuit sa conversation.
« Je n’ai jamais vu une telle capacité. C’est incroyable. »
L’excitation en elle est toujours aussi grande, son intérêt est inchangé.
« Du coup j’imagine que tu peux aussi t’en servir pour te battre ? Ça doit être vraiment génial, si tu peux maîtriser toutes les formes du savon … C’est atypique, mais tellement intéressant comme capacité. »
Des bulles, du savon liquide, du savon solide …
« Tu ne t’es jamais lancée dans une petite boutique ? Je veux dire ; tu n’aurais pas le droit de vendre le savon que tu fais toi-même, vu que les lois l’interdisent, mais tu pourrais faire des exhibitions comme nous le faisons ici, en offrant des échantillons pendant que tu as ton propre atelier ! Je suis sûre que tu t’y ferais beaucoup d’argent ! »
Ema croise les bras sur sa poitrine.
« Après, peut-être que quelque chose d’autre t’intéresse davantage ? Les arts ninjas, par exemple … »
La rose finit par prendre conscience d’un détail. Juste un détail, minuscule. Qui, pourtant, à son importance.
« Tu voudrais peut-être t’asseoir, cela dit ? Prendre un thé ? Ce serait plus simple et plus confortable pour discuter ! »
Après tout … Si Ema commence à la questionner à propos de ses compétences et que le dialogue s’établit, elles seront là pour un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Mer 19 Déc 2018 - 21:21
La demoiselle est impressionnée de la voir en train de faire des bulles, pourtant, ce n'est qu'une des nombreuses applications qu'elle peut faire avec son savon, même si c'est vrai que ça faisait très spectaculaire comme elle vient de faire : manteau ouvert, bras en V, son corps générant beaucoup de bulle grâce à son kekkai. Elle rigole en mettant ses mains sur les hanches, toujours en générant énormément de bulles alors que la voilà maintenant devenue le centre d'intérêt de la foule venu ici pour l'exhibition des bijoux, maintenant, c'est devenue l'exhibition du pouvoir de Ryoko, voilà qui va faire de la pub pour son clan ! Après son rire, elle garde un sourire, la foule se calme et la demoiselle remet son manteau sur ses épaules après avoir stopper ses bulles. Une légère odeur de savon commence à se faire sentir, du savon à la menthe, au moins, ça ne sent plus la transpiration et les gens qui ont une hygiène assez douteuses.

- Exactement, je peux m'en servir pour me battre, j'ai même réussi à battre un Hyuga et à en blesser - légèrement - une autre grâce à ce pouvoir, comme quoi, il ne faut pas le prendre à la légère.

Dit-elle en faisant un clin d’œil à la demoiselle, mais maintenant, elle demande si elle ne s'est pas lancé dans la création d'une boutique. Bah, même si ça peut l'aider à rentrer dans ses frais, c'est plus une perte de temps qu'autre chose : les gens ne vont pas dans des boutiques spécialisées pour acheter quelque chose qui leur serviront à sentir moins mauvais et à se laver les fesses, et puis, avec tout ce qui est administration et gestion du magasin, elle n'aurait plus beaucoup de temps pour allez en mission. Et puis, il faut payer tout ses gens qui s'occupent de vendre ses savons, donc ça revenait pas si rentable que ça, en tout cas, moins que les missions ! Mais si Etsuko arrive à être vendeuse de fleurs et chef du Shishiza, peut-être qu'elle pourrait tenter la même chose.

- Héhé, comme tu peux le voir ici, je suis une shinobi d'Iwa, alors ta réponse est déjà toute faîte.

Dit-elle en pointant son soutien-gorge sur lequel le symbole d'Iwa est marqué dessus, comment ça c'est vulgaire ? De toute façon, les mecs ne regardent jamais autre chose, alors autant le mettre directement devant leurs yeux pour qu'ils remarquent qu'elle est une iwajin non ? Tout est une question de métacommunication, chose que Ryoko arrive à bien faire avec les hommes. Les femmes ? Bah, c'est déjà plus compliqué c'est vrai, elles ont moins l'instinct sauvages qui les forcent à la reluquer, donc forcément, c'est toujours compliqué.

- Pourquoi pas ? Un thé n'a jamais fait de mal à personne, sauf à celui qui le prépare.

Elle sourit encore, préparer du thé peut parfois être très dangereux, une brûlure est si vite arrivé avec toute cette eau chaude !

- Je te suis du coup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

Jeu 20 Déc 2018 - 21:51

Achète !

Le savon offre bien plus de possibilités que le commun des mortels ne se l’imagine. Beaucoup pourraient imaginer qu’il ne s’agit que d’une capacité factice, inutile voire particulièrement nulle. Pourtant, si les gens auraient tendance à sous-estimer la jeune Ryoko, il semblerait qu’elle ne se laisse pas abattre, bien au contraire. Elle se pavane avec fierté, étale ses capacités actuelles et ses compétences. C’est une battante et une battante motivée. Son complexe de la jeunesse – être prise pour une enfant – semble aller de paire avec son besoin de montrer sa puissance. Un sourire étire les lèvres d’Ema. Elle est intéressante, vraiment très intéressante.

Cet intérêt s’étiole ou explose, la Genin ne le sait pas trop, lorsque Ryoko lui montre qu’elle est ninja … et qu’elle le prouve grâce à son soutien-gorge. Comment interpréter les actes de cette demoiselle, finalement ? Est-ce une exhibitionniste ? Non, non, impossible. Ema penche la tête, regarde un instant puis acquiesce, perplexe. Oui, effectivement, c’est une ninja, la réponse est claire. Et, puis, hein, euh … Bon. Voilà. Ema ne sait pas trop où se mettre, donc elle se contente de laisser la jeune femme parler, encore une fois. S’effacer, laisser le fardeau de la parole à l’autre, comme souvent. Comme presque toujours. Mais c’est tellement moins gênant que de répondre, à ce moment précis.

Heureusement, Ryoko rebondit très vite sur les questions et les différentes interventions qui s’adressent à elle. Ema n’a pas beaucoup à attendre avant qu’elle n’enchaîne tranquillement, puis lui indique qu’elle est d’accord pour prendre un thé. La Genin est joyeuse, elles vont pouvoir échanger de tout, de rien. Surtout de rien, mais c’est un détail. Quand Ryoko décide de la suivre, Ema se met directement en route.

Elles passent toutes deux à côté des parents Nagareboshi, à qui la Rose adresse un salut poli mais plein de douceur, avant d’entrer tranquillement dans la boutique devant laquelle ils se trouvent. L’endroit est très propre, très organisé. De grandes colonnes de fer servent à entreposer divers joyaux taillés, tous protégés par de grandes plaques de verre. Les couleurs rayonnent dans le magasin, entourent n’importe qui prend le temps d’y entrer et de regarder ne serait-ce qu’un peu.
« Bienvenue dans la Joaillerie Nagareboshi ! »
Ema ouvre les bras, joyeuse. La fameuse, la grande, la magnifique joaillerie. Existante depuis des années et des années, qui a fait la renommée de ses parents et aurait pu faire celle d’Ema si elle ne s’était pas engagée sur la voie des Shinobi. M’enfin, ça, Ryoko n’est pas censée le savoir.
« Alors, un thé, un thé … »
Cette intervention s’échappe d’entre les lèvres d’Ema, sans prévenir, alors qu’elle se tourne vers une salle, au fond de la joaillerie.
« Viens ! »
Elle fait un signe de la main à sa partenaire rose, puis l’emmène en direction de la fameuse pièce. Ema ouvre la porte, dévoilant ainsi une salle cosy, aux tons gris clairs et blancs, avec une décoration très sobre mais particulièrement confortable. Elle se rend directement jusqu’au nécessaire pour faire le thé.
« Installe-toi, mets-toi à l’aise ! »
Des gestes de maître qui montrent la grande habitude de la jeune femme. Le thé mis à chauffer, avec la douce odeur de jasmin qui emplit la pièce. Ema s’active jusqu’à ce que le thé soit prêt, en préparant un plateau avec deux tasses, des biscuits et des bonbons, parce que les bonbons font partie des meilleures choses de la vie.
« Alors ! La vie de ninja ? Tu t’amuses bien ? Tu as déjà fait des missions ? Ça fait longtemps que tu es ninja ? »
Autant profiter du temps qu’elles se donnent pour parler un maximum, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ven 21 Déc 2018 - 3:22
La voilà maintenant dans l'antre des joailliers, dans l'exposition des fabricants de bijoux, devant le résultat de probablement une dizaine d'heures de travail. Que des bijoux à perte de vue, enfermé dans leur cage en verre transparente, condamnés à être observer, admirer, puis acheter. Preuves du travail de la joaillerie Nagareboshi, ces bracelets, ces colliers et ces boucles d'oreilles sont tous ravissants. Mais Ryoko n'a pas vraiment le goût du luxe, un collier ? Pour ensuite le perdre en l'oubliant sur une commode en allant prendre sa douche ? Un bracelet ? Pour qu'il glisse de ses poignets à chaque fois qu'elle utilise son pouvoir ? Des boucles d'oreilles ? Ah ! Ça ! Il faudra l'attacher, l’assommer et faire en sorte d'avoir une bonne assurance vie avant de tenter de lui percer les oreilles ! Oui, Ryoko n'a pas de trou pour y accroché ces bijoux, et elle compte bien garder ses oreilles intacts ! Pas une seule personne arrivera à y percer un trou tant qu'elle est vivante !

Enfin, après s'être débattue intérieurement avec elle-même pour ne pas sursauter en voyant ces boucles d'oreilles, elle se contente de regarder les bijoux, son regard en disait certainement long, donc la demoiselle saura sans aucun problème malgré son silence qu'elle aime bien tout ce que ses parents - et probablement elle - ont fait. Même si elle ne compte rien acheter et que ça a fini finir en queue de poisson leur première rencontre, elle ne peut pas nier que leur travail est plutôt jolie. Après, c'est loin d'être une artisane professionnelle, donc c'est juste un point de vue de jeune amatrice curieuse, et encore, amatrice est un bien grand mot ! Hormis peut-être les broches qu'elle a dans ses cheveux, elle ne porte rien d'autre, à cause de son pouvoir. Créer du savon à partir des pores de sa peau ne lui permet pas d'avoir des bijoux qui risquent de tenir, voire même des habits qui risquent de tenir. Ce n'est pas pour rien qu'elle ne met pas de bandeau et que ses seuls habits sont ce soutien-gorge et ce mini-short, car rien ne tiendrait sinon ! Mais c'est vrai que c'est surtout une excuse pour se promener en tenue légère.

La voici ensuite dans une pièce bien plus sobre, plus un salon du coup. La rose se met donc assise, toujours son manteau entre-ouvert, croisant les jambes en attendant que sa collègue aux cheveux roses reviennent avec du thé. Au bout de quelques minutes, une odeur de jasmin l'accompagne avec des biscuits et des bonbons ... bon, ce coup-ci, les bonbons, ça passe, c'est pour manger après tout. Elle sourit, la remerciant lorsqu'elle lui sert, testant la chaleur de la tasse en la tâtonnant légèrement. Mieux vaut attendre avant de tenter d'en boire le contenu.

- La vie de ninja ? Oui, enfin, pour le moment, je n'ai pas beaucoup de mission et je n'ai pas beaucoup de civils et de collègues qui viennent me voir pour que je les aide, donc ma vie de ninja est plutôt sommaire pour le moment. J'ai déjà eu une mission, une mission de rang D, pas une grande mission je dois l'avouer, mais c'est le début ! Maintenant que je suis dans une équipe, je peux peut-être recevoir des missions plus dangereuses et qui rapportent plus ! Mais sinon, je suis iwajin depuis ... depuis pas si longtemps que ça.

Elle hausse les épaules pour signifier qu'elle l'ignore totalement, ce n'est pas ce genre de détails qu'elle se remémore, après tout, elle est shinobi d'Iwa maintenant, c'est le plus important, non ?

- Et toi ? Tu es shinobi toi aussi ou juste fabricante et vendeuse d'objets et de bijoux en cristal ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

Mar 25 Déc 2018 - 20:03

Achète !

Manger est un des plus grands plaisirs de la vie. Manger en buvant du thé en est un autre, tout aussi important. Mais alors, forcément, quand manger en buvant du thé s’accompagne, en plus, d’une rencontre intéressante, quel bonheur ! La journée prend un tout autre sens, d’un coup ! Ema s’installe tranquillement face à sa comparse et se saisit de sa propre tasse. La chaleur qui émane du récipient lui indique que se risquer à le boire tout de suite est bien trop grand pour son palais, sa langue, mais aussi sa gorge. La rose se contente de la tenir par son anse et souffler doucement dessus, distraitement. Ses prunelles vagabondent jusqu’à Ryoko, installée face à elle.

C’est une ninja depuis … Elle ne sait plus combien de temps. Pas trop longtemps apparemment, mais la Genin ne semble pas se souvenir de la date. Au fond … Ema comprend. Son admission à l’examen est encore récent, donc s’en souvenir n’est pas si compliqué, mais cela peut être plus compliqué pour d’autres. Peut-être qu’à force, la date s’effacera aussi ? Peut-être pas, à vrai dire. Pour que cela s’efface, il faudrait oublier les circonstances qui l’y ont menée et … C’est impossible. Ema portera cette date avec fierté et tristesse toute sa vie, alors. Tristesse ? Pas forcément. Peut-être. Tout cela changera au moment où son deuil sera complet.

Un sourire amusé étire ses lèvres. Sa vie de ninja est trépidante, quand même ! Elle ne fait pas grand chose et découvre encore, en plus d’apprendre et de se faire une place, mais c’est un très beau début. Ema hoche doucement la tête. Ouais, ça a l’air vraiment sympa, la vie de ninja, à en écouter Ryoko. Un détail attire néanmoins son attention. Enfin, deux détails. La rose claire mentionne l’argent, déjà, mais aussi l’équipe. Deux petites choses qui intriguent la joaillière. Enfin, avant toute chose, la manipulatrice de savon a quand même demandé à Ema si elle aussi est une kunoichi. La moindre des politesses est de répondre à une question par une réponse, et non par une autre question. Elle inspire, puis prend une première gorgée de son thé – toujours chaud, mais pas brûlant, ça progresse.
« Eh bien … Je suis devenue une ninja assez récemment, à vrai dire. J’étais joaillière, puis notre monde devenant de plus en plus dangereux, j’ai décidé de m’enrôler. On ne sait jamais, une cité commerciale comme la notre peut être attaquée n’importe quand. Mes parents ne savent pas se défendre et n’ont jamais voulu entrer dans ce monde. Comme je suis encore jeune, je le peux. Donc j’ai décidé de devenir une ninja pour être là pour eux, mais aussi pour le village. La manipulation du cristal est un pouvoir intéressant, qui peut faire office d’une super arme comme d’une bonne défense. »
Ema hausse doucement les épaules en souriant. Cette histoire a l’avantage de ne pas être fausse, en plus de donner quelques détails à son sujet à Ryoko. La rose penche la tête en souriant, puis revient à ses préoccupations principales.
« Tu as dit tout à l’heure que tu pouvais faire des missions plus dangereuses grâce à ton équipe … Je ne connais pas ce système, comment ça se passe ? Je veux dire, c’est bien ? Je sais qu’il s’agit d’un ninja de grade supérieur au notre qui nous prend sous son aile sur ordre des sphères supérieures encore, mais … Je ne sais pas. Ça me fait un peu peur ! Comment ça se passe pour toi ? »
Un sourire en coin se glisse doucement sur ses lèvres.
« Et l’argent … Les missions en rapportent vraiment beaucoup ? »
Après tout, quitter un endroit qui en donne énormément pour devenir pauvre, ce n’est pas forcément fun. Alors, forcément … Si elle peut y tirer un bon pécule, Ema ne se fera pas prier. Devenir forte en se faisant de l’argent, c’est un beau projet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Mer 26 Déc 2018 - 21:17
En attendant que son thé refroidisse un peu plus, Ryoko joue à faire passer un des bonbons à travers ses doigts, jonglant un peu avec à la manière d'une majorette avec son bâton. La jeune femme en face d'elle est plus téméraire, elle ose porter ses lèvres sur un liquide encore bien chaud, n'a-t-elle pas peur de se brûler les lèvres, la langue et l'estomac ? Elle apprécie le courage de cette jeune femme de confronter la chaleur de ce liquide, de le dompter comme une bête sauvage à l'appétit féroce alors que Ryoko, plus sournoise et plus patiente, attend que sa proie se calme et s’apaise pour pouvoir frapper un bon coup. Chacun sa manière de chasser la chaleur de thé, chacun sa méthode et chacun aime prendre plus ou moins de risque. Elle n'a pas envie de revenir à la maison avec un mal de ventre, donc elle attend patiemment que cela se calme, finissant par manger le bonbon avec lequel elle jouait telle un chat joue avec une souris récemment attraper.

- C'est vrai qu'un coup de marteau en cristal, j'ai pas envie de le prendre en pleine tête, autant que j'ai envie de frapper dans un mur composé du même matériau. Tu as un pouvoir aussi polyvalent que le mien on dirait, on se ressemble un peu, il y a juste la manière de le fabriquer qui change. Tu as l'air de pouvoir créé et manipuler le cristal comme du Doton alors que moi je secrète le savon à partir de mon corps comme les Bakuhatsu avec leur explosions.

Elle ignore si elle sait qui sont les Bakuhatsu, mais elle en a entendu parler Ryoko, surtout de leur "rivalité" avec les Chôkoku et de leur lien plus ou moins officieuse avec Iwa, ce clan se trouvant à Tetsu no Kuni. Enfin, de nouveaux problèmes sont résolus, d'autre refont surface, et c'est à Ryoko de les résoudre. Si Ema affirmait être shinobi depuis très peu de temps, elle avoue qu'elle connait mal le système d'équipe. Comment ça se passe ? Est-ce que son supérieur - ou plutôt, sa supérieur - est gentil avec elle et ne lui rend pas la vie plus dure ?

- Pour moi, ça se passe bien : ma senseï est une vraie crème et mon camarade un peu ... spécial, mais pas très méchant au fond de lui. Mais comme ma senseï est une haut gradé, cela veut dire que je peux faire en sa compagnie des missions de rang B, je crois même que mon camarade est Chunin d'ailleurs, je ne lui ai jamais demandé ... Mais il m'aurait proposé de l'accompagné dans une mission si c'est le cas.

Après cela, elle voulait savoir combien rapportait les missions, ah, là, Ryoko peut déjà être beaucoup plus sûr.

- Cela dépend de son rang, les plus faciles, les rang D, peuvent rapporter jusqu'à 2 Millions de ryos, les rang C jusqu'à 4 Millions, les rang B, 8 Millions. Les rang A et les rang S peuvent nous rapporter jusqu'à 14 et 22 Millions de ryos, mais hélas, en plus d'être rarement proposée, on n'a pas le droit d'y assister nous les Genins, et pour les missions de rang B, on doit obligatoirement être accompagné d'au moins un Chunin, c'est pour ça que je suis contente d'intégrer une équipe, je pourrais ainsi participer à des missions rang B.

Elle commence à boire la tasse, non, elle ne se noie pas, il faut le faire pour se noyer dans si peu d'eau, surtout pour une manipulatrice de Suiton. Elle goûte le délicieux thé que lui a fait sa comparse aux cheveux roses, non sans piquer un gâteau en plus.

- Mais tu n'as pas à avoir peur d'intégrer une équipe, même si la plupart forment des équipes plus par obligation que par plaisir, c'est pour notre bien. En leur présence, on peut apprendre bien plus de chose qu'en étant seule dans son coin.

Elle dépose sa tasse sur sa coupelle, puis observe Ema avec un sourire aux lèvres qui se veut rassurant mais un poil malicieux, car on ne sait jamais sur quoi tomber.

- Et du coup, il y a une équipe qui t'intéresse ? Prévois-tu d'être avec un certain genre de camarade ou sous les ailes d'une certaine personne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

Jeu 27 Déc 2018 - 0:16

Achète !

Ryoko a l’air très calée sur … un peu tout, en fait. Ema ne peut s’empêcher de sourire quand elle mentionne le fait de se prendre un coup de marteau en cristal sur le coin de la figure. C’est vrai que le cristal peut faire une arme et une défense redoutable, avancer sans se méfier d’une telle capacité revient à se jeter droit dans la gueule d’un loup. La Rose écoute avec une très grande attention tout ce que lui dit sa compagne du jour, qui lui explique de nombreuses choses, avec des noms qu’elle ne comprend pas forcément mais qui éveillent son intérêt comme jamais. Et si, en réalité, la Genin se trouvait une vraie passion pour cet univers ? Ses subtilités ? Après tout, pourquoi pas ? Elle hoche la tête, absorbe toutes les remarques de Ryoko et note dans un coin de sa tête que toutes les informations qui lui manquent seront recherchées très rapidement dans une bibliothèque.

Viennent les détails sur les missions. Si la réalité était un dessin animé, Ema aurait le symbole des Ryôs dans les yeux. Cette quantité de Ryôs est indécente. Pour des missions ? Autant d’argent ? Alors que certaines personnes ont besoin de travailler toutes leurs vies pour avoir ne serait-ce que la moitié d’un tel pactole ? Forcément, comme le dit la plus jeune des deux Roses, si une équipe permet d’accomplir des missions plus difficiles, il semble que ce soit un bon filon ! Le problème, dans cette affirmation est qu’une équipe, eh bien … C’est une équipe. C’est plusieurs personnes, ensemble, qui travaillent dans un même sens et pour le même but, mais, avant tout, c’est un ensemble de personnes. Ça, Ema n’aime pas trop. Les gens ? Le contact ? Oh, non, quand même. C’est chiant, ça. Faut sourire et être gentille. Et être au contact, aussi. Oh, elle n’aime vraiment pas cette idée. Une grimace imperceptible se présente sur son visage, puis repart aussitôt. Faire bonne figure ?
« Je vois … »
L’avantage, c’est qu’il existe tout de même des personnes qui ne veulent pas d’équipe. Des gens qui sont là, qui sont contraints à entraîner des gens, alors qu’ils ne le voulaient pas forcément à la base. Autrement dit, cela suppose qu’il existe des professeurs réticents, mais aussi des élèves. Les raisons n’importent pas, Ema retient simplement cette information qui, à son sens, est absolument cruciale sur le moment. La Rose porte le thé à ses lèvres une nouvelle fois, puis dépose la tasse et prend un gâteau.
« C’est intéressant, toutes les histoires d’équipe, de missions … Je me dis que je pourrais très bien abandonner la joaillerie et me consacrer uniquement à ça, je rapporterais autant d’argent à la maison que si je continuais à travailler ici ! Peut-être que c’est à cause de ça que certains commerçants détestent les ninjas, aussi ? Je veux dire … Certes, on met notre vie en danger, mais quand on réussit, on touche un joli pécule … »
Très, très joli pécule. Ema enchaîne assez rapidement.
« Ceci dit, les équipes, je ne sais pas. Je me dis que je ne suis pas faite pour ça, en fait. Travailler avec quelqu’un dans ce cadre ne m’intéresse pas tellement. Ça changera peut-être et, qui sait, à un moment donné je pense que je n’aurais simplement pas le choix, mais … Non. Si je devais te donner une réponse tout de suite, je dirais simplement que je préfère être seule et apprendre auprès des différentes rencontres que je fais. C’est bien, aussi. Non ? Je ne sais pas trop … »
Elle hausse doucement les épaules. Comment expliquer à une jeune femme qui passe son temps presque nue qu’elle est asociale et ne supporte pas vraiment le contact des autres ? Il y a un tel fossé entre l’extraversion de la première et l’introversion de la deuxième. Ema n’est pas sûre que Ryoko comprenne. Elle se contente de lui sourire.
« Je suis débutante, aussi. Donc j’aime bien travailler par moi-même, d’abord. Découvrir. Si on me donnait tout dans le bec, tout rond, sans que j’aie à réfléchir … Ce ne serait pas drôle. C’est une première étape. Peut-être qu’une équipe me fera envie, à terme ? Pour la possibilité d’évoluer, mais aussi les missions plus intéressantes. Pas seulement pour l’argent, hein ! Mais se confronter à de gros obstacles doit être une excellente façon de se développer, aussi. »
La Rose mange son gâteau. Une fois sa bouche finie, elle reprend la parole, pour une dernière réplique.
« Merci, en tout cas ! Tu as l’air d’en savoir beaucoup sur ce monde ! »
Une novice … mais pas tant que ça. Une chance de l’avoir croisée pendant cette exhibition. Celle de la joaillerie, hein. Pas la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ven 28 Déc 2018 - 2:01
Héhé, on dirait qu'elle réagit quand elle évoque l'argent, une réaction très normale pour un commerçant après tout. Ryoko a un petit sourire malicieux en la voyant réagir ainsi, elle peut peut-être faire passer le message comme quoi cette chère Ema pourra devenir sa compagnon de mission. Enfin, elle sourit ensuite normalement en abandonnant cette idée, cela ne se faisait pas, même pour de l'argent, et puis, vu ce qu'elle vend, vu le prix et vu la marchandise, l'argent n'est pas aussi peu présent que chez Ryoko, donc rien ne l'oblige à la forcer à gagner de l'argent ! Dommage ... bah, de toute manière, hormis une C, elle ne voit pas pourquoi une autre Genin pourrait l'aider, en sachant que, comme elle est Genin aussi, elle peut pas faire de B ... mais bon, c'était bien tenter quand même ... mais bref. Elle lui dit que c'est pour ça que les commerçants doivent détester les ninjas ... elle ne voit pas pourquoi, eux, ils gagnent bien plus que les shinobis lors de mission alors que ces derniers risquent leur vie quand même.

- Eux ? Être jaloux de notre salaire ? Pourtant, avec l'inflation actuelle, le prix du loyer pour nous, les shinobis, nos taxes et tout ça ... ça ne fait pas beaucoup. Avec 4 Millions de Ryos, on a juste de quoi tenir le mois nous les shinobis.

En gros, il fallait au moins faire une mission rang D par mois pour qu'un shinobi vive bien ... c'est triste mais bon, que pouvait-elle faire ? Pas grand chose malheureusement ... c'est pas elle qui gère l'économie d'Iwa. En attendant, ils n'ont pas à se plaindre les marchands, leur taxe sont plus lourds et ils ont droit à des privilèges que les shinobis n'ont pas. Et elle aimerait bien les voir chasser des bandits, juste pour rire un bon coup ! Enfin bref, la demoiselle lui dit qu'elle n'est pas fait pour être en équipe ... elle se demande si la demoiselle n'est pas ... asociale ? On dirait pas pourtant, sans doute est-elle agoraphobe comme ce cher Shin.

- Je vois, tu es asociale c'est ça ? Enfin, t'as pas l'air 100% asociale, sinon tu ne m'aurais pas inviter clairement à venir boire un thé et tu serais en train de me fixer en te demandant pourquoi je suis ici et pourquoi tu m'as invité. Donc ce serait plus ... de l'agoraphobie ? Ça a l'air très fréquent chez les iwajins ... je me demande bien pourquoi ...

Elle réfléchit un moment, puis hausse les épaules, meh, c'est pas très important comme état de fait ... l'agoraphobie, ça se soigne après tout. Dommage pour elle qu'elle n'a pas envie de savoir ce qu'est d'être en équipe ... Enfin, Ryoko attrape un gâteau, contrairement au pauvre bonbon qui se faisait martyriser avant de finir dans son gosier, le petit gâteau bien trop gros et pas assez lisse pour passer entre ses doigts se fait avaler goulûment, il n'a même pas le temps de crier au secours qu'il a déjà entamé sa descente aux enfers jusque dans son estomac qui est prêt à l'accueillir.

- Mmm, c'est très bon ces gâteaux. Mais je suis d'accord avec toi, c'est bien d'apprendre tout par toi-même, mais parfois, te faire aider de temps en temps ce n'est pas non plus négligeable. On peut voir des failles que toi tu ne vois pas, on peut te donner des conseils pour justement mieux t'entraîner tout seul. Bref, il ne faut pas s'attendre à tout recevoir du premier coup, malgré les indices qu'on m'a offert, j'ai galérer pour être à mon niveau et avoir mon diplôme. Tu devrais peut-être essayer, juste pour te faire une idée.

Enfin, elle commence à boire son thé, le doux parfum de l'eau chaud vient glisser le long de sa gorge, une sensation plaisante qui lui procure beaucoup de bien. Elle ne boit pas tout, il faudrait ne pas avoir de goût pour boire un thé d'une traite ! Elle sourit ensuite en entendant Ema la remercier.

- Eh bah de rien, si jamais tu as envie d'en savoir plus sur quelque chose, n'hésites pas, je ne vais pas m'enfuir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

Dim 30 Déc 2018 - 1:01

Achète !

Les marchands et les ninjas … Ema est au milieu des deux, dans un coin inconfortable où elle entend l’avis des uns sur les autres et l’avis des autres sur les uns. Le désavantage de cette position est de voir que la plupart se détestent, juste à cause de leur position sur l’échelle sociale. Ryoko a raison, au fond, quand elle dit que les ninjas souffrent davantage des taxes et ont besoin de travailler dur pour subvenir à leurs propres besoins, néanmoins, ce qu’elle ne dit pas, c’est que les ninjas sont ceux qui souffrent le moins de l’inégalité de puissance. Il est important de ne pas l’oublier. Elle croise les jambes.
« Les marchands vivent bien si on ne considère que l’aspect pécuniaire. Mais si on prend en compte les violences dont ils sont victimes, qu’il s’agisse de bandits ou encore de ninjas et qu’ils ont énormément de mal à se défendre … On voit vite la chose différemment. »
Le plus horrible dans cette histoire est que la Rose ne le sait que trop bien. Il suffit de repenser à Moeka et l’histoire est réglée. Les marchands sont les plus victimes de toutes ces personnes aux pouvoirs grandioses. Ils ne peuvent jamais se défendre et la loi ne les protège pas vraiment ; elle leur permet de mettre fin à leurs souffrances, mais jamais d’encaisser le choc. Enfin, c’est un autre débat.

Un sourire étire les lèvres d’Ema quand Ryoko mentionne une possible agoraphobie, ou une asociabilité. Elle penche la tête, l’écoute. Alors, oui, mais non. Son analyse est intéressante, mais erronée. La joaillière n’est ni asociale, ni agoraphobe. Ou un peu asociale, mais c’est un détail.
« Je ne suis pas tout à fait agoraphobe, non. Les endroits bondés ne me dérangent pas. Je ne suis pas vraiment asociale non plus. Je t’aurais repoussée, sinon, en effet. Je suis … Commerciale. Commerciale, mais misanthrope. »
Son sourire mue en une mimique sardonique.
« Peut-être que les Iwajins sont si agoraphobes parce qu’ils vivent entre plusieurs cailloux ? Ça aide pas à créer des liens ! »
Ema ne peut s’empêcher de pouffer comme une enfant. Cette petite blague est partie d’elle-même, de la pire des manières. Mais peu importe. Elle n’en est ni fière, ni honteuse ; pour une fois, c’était une blague mesurée et placée au bon endroit. Elle s’en satisfait.

Les commentaires sur la nourriture … Oh, oui. Ils sont très bons ces gâteaux. Ema acquiesce, puis écoute la suite, particulièrement attentive. Ryoko a parfaitement raison, à vrai dire. L’avantage d’une équipe est de pouvoir être regardé, puis conseillé. Chaque ninja devrait s’inclure dans une équipe le plus rapidement possible, pour en bénéficier au maximum. Pourtant … Pourtant, ça n’intéresse pas la Nagareboshi. Pour l’instant, non, ça n’a pas de sens et ça ne lui plaît pas. Elle a besoin de se reconstruire avant de commencer quoi que ce soit.
« Je ne m’attends pas à tout recevoir du premier coup, non ! Ne t’en fais pas pour ça. Mais j’ai besoin de me perfectionner moi-même d’abord. M’entraîner avec d’autres personnes suffira pour le moment. Pour l’équipe, ça finira par venir, je ne me fais pas trop de soucis à ce niveau. »
Ne pas mettre la charrue avant les bœufs. Laisser le temps au temps. Bref, plein d’expressions toutes simples qui permettent de résumer son état d’esprit. Ema boit une lampée de thé et regarde Ryoko. C’est une jeune femme vraiment très gentille, plutôt ouverte d’esprit, qui a beaucoup aidé la joaillière. C’est un bon point, une rencontre aussi agréable qu’utile. Comme quoi les proverbes et les phrases toutes faites ne sont pas forcément fausses …
« Merci encore ! Je n’hésiterai pas. Et toi, tu as des questions ? À n’importe quel sujet, d’ailleurs. »
Renvoyer la balle, c’est comme ça que font les gens, non ? Une première ouverture, puis ils jouent au ping-pong jusqu’à ce que l’un ou l’autre n’ait plus d’idée. C’est à ça que ça ressemble, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Jeu 3 Jan 2019 - 17:17
Ah, évidemment, les violences dont ils sont victimes, elle pensait qu'elle parlait d'argent vu qu'elle parlait des primes qu'elles pouvaient gagner en terminant des missions, c'est vrai que les marchands sont la cible fréquente des bandits et autres criminels qui veulent un moyen rapide de se faire de l'argent. C'est vrai que de ce point de vue ... les pauvres commerciaux s'en prennent pleins la tête, ahlala, heureusement qu'elle connaisse des techniques de Taïjutsu et de Ninjutsu, sinon elle serait victime de nombreux bandits elle aussi, surtout avec sa manière d'être tout le temps dévêtu, forcément, ça les prend par les tripes. Elle le sait bien, mais c'est pourquoi elle est capable de leur donner des gros pains de savon dans la figure ! Eh oui, elle a l'air peut-être accessible vu le peu de vêtements qu'elle a sur elle, mais ce n'est pas une fille facile à avoir.

- Sur ce point de vue ... tu as tout à fait raison. Ironiquement, le métier de marchand parait plus risquer que celui de shinobi, huhuhu.

Elle lui explique qu'elle n'est pas agoraphobe, ni même associale, juste ... commerciale ? Qu'est-ce que ça pouvait bien dire ça ? Commerciale ... ça veut dire qu'elle ne s'intéresse qu'à des relations qui peuvent lui rapporter quelques sous ou certains avantages ? Certainement, dans ce cas ... est-ce qu'une rencontre à Ryoko pourrait lui apporter quelque chose ? Peut-être, c'est vrai que si on mixait le cristal et le savon ... hé, ça peut être une bonne idée ça, faire du savon de luxe dans des écrins de luxe ! Elle garde cette idée en stock, peut-être que ça intéressera la commerciale.

- Oh, elle est bonne, hahaha !

Ryoko se met à rire en écoutant la blague certes horrible mais bien mener quand même, c'est qu'elle avait un bon humour la demoiselle ! Enfin, si vivre entre plusieurs rochers est un prétexte pour devenir agoraphobe ... comment dans ce cas Ryoko a-t-elle pu devenir une exception à la règle ? Elle ne sait pas, pourtant, elle vit toujours à Tsuchi no Kuni depuis qu'elle est née, alors elle devrait être agoraphobe du coup.

- Peut-être que tous les shinobis sont aussi commerciales finalement, plus ou moins commerciales en tout cas, ça doit dépendre de leur sens des affaires.

Elle hausse des épaules, puis, elle écoute ce qu'a à dire Ema sur les équipes et ce qu'elle lui a déjà dit. La fabricante de bijoux lui dit qu'elle ne s'attend pas à tout avoir, juste que s'entraîner seule de son côté ... bah ça lui convient pour le moment. Ryoko sourit, peut-être devrait-elle lui proposer de s’entraîner ensemble un de ses quatre, histoire de voir ce qu'elle peut faire en plus de fabriquer des bijoux et des décorations de tout genre.

- On devrait alors s'entraîner ensemble un de ses quatre.

Une fois cette proposition fait, elle lui demande si elle a d'autres questions, elle répond qu'elle n'a aucunes autres questions, tant mieux, elle doute qu'elle soit bien placée pour vraiment répondre à toute les questions sur les équipes. Puis, elle lui demande si elle a une question ... c'est qu'elle lui tend la perche en plus !

- Oui, j'en ai une, que dirais-tu de faire une petite collaboration nous deux ? Avec ta capacité à créer des cristaux et moi de créer du savon ... peut-être qu'on peut lancer une nouvelle marque de savon de luxe, avec des écrins originaux. Tu vois le délire ?

Elle se disait commerciale, alors voyons à quel point elle l'est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

Dim 13 Jan 2019 - 23:51
Achète !

Vivante. Énergique. Ryoko est une sorte de rayon de Soleil, qui a une quantité incroyable d’énergie à revendre. Elle est drôle, intéressante et amusante. Pour n’importe quelle personne « normale », son contact doit être agréable. Pour Ema, il est difficile à suivre. Une personne qui a du mal à se lier aux gens est forcément déconcertée. Ryoko est bon public, Ryoko est extravertie. Face à la Nagareboshi, elle est troublante. Ema ne sait pas comment elle fait pour rire de tout, s’ouvrir à tout ainsi. Déconcertante, mais pas encore désagréable. Quand elle commencera à donner mal à la tête à la Genin, là, il sera temps de se poser des questions.

Ema constate les rires et se contente de sourire. Ses blagues sont parfois très mal reçues, car elles peuvent piquer. Cette fois, Ryoko est du genre à s’en amuser. La Rose en est contente, à croire que son humour un poil tordu peut toujours arracher un rire à certaines personnes. Quoi qu’il en soit. Elle se concentre sur la suite de ce que lui dit son interlocutrice. Les Shinobis sont des commerçants. Elle penche la tête. Des commerçants ? Peut-on réellement dire ça ? Ema n’en est pas certaine, pas certaine du tout, même. Au contraire. Cette idée lui semble un peu saugrenue. Beaucoup ne sont que des brutes assoiffées de sang, d’autres ont simplement atterri là parce qu’ils ne savaient pas quoi faire. Ema fait partie de la première catégorie : celle qui veut faire tomber des têtes. En faire tomber suffisamment pour que plus jamais les têtes ne tombent. Mais c’est une autre histoire. Elle se contente de hausser les épaules, incapables de savoir quoi dire à part …
« Peut-être. »
Deux mots, qui résument son attitude perplexe au sujet de cette réflexion. Le reste ne la surprend pas non plus. Un entraînement à deux, après tout pourquoi pas ? Ema hoche doucement la tête. C’est une idée comme une autre, puis ça lui permettra de voir ce que vaut le savon face au cristal. Un autre jour, pourquoi pas !
« Je suis d’accord pour un entraînement. »
Pourquoi dire non, de toute façon ? Ça n’aurait aucun sens dans ce cas. Surtout lorsque la bagarre est proposée. On ne refuse jamais une bagarre, surtout pas quand on est Ema : c’est trop important pour la suite de s’entraîner. Pour grandir, gagner en puissance, devenir une vraie ninja dans un univers où ils sont déjà trop nombreux. Se créer sa place, grâce à la bagarre. Voilà pourquoi Ema ne refusera jamais un entraînement ! Par contre, la suite … La rose arque un sourcil dubitatif. De quoi parle Ryoko ? Comment ça, un commerce de savon et de cristal ? Un faux sourire étire ses lèvres, le sourire de la jeune femme gênée, qui ne sait absolument pas quoi dire, sur le coup.
« Hum, non. Malheureusement, je ne fais plus de vraies structures en cristal. Je me limite aux petites choses. Je n’arrive plus à tailler le cristal comme je le faisais avant. Désolée, il va falloir que tu te fasses ton marché toute seule, Ryoko. »
Décliner, c’est tout ce qu’elle peut faire, à vrai dire. Ema ne peut pas répondre positivement à cette requête, déjà à cause de sa vie de ninja, mais aussi parce qu’elle ne parvient plus à sculpter comme elle le devrait. Triste situation pour une joaillière de renom, n’est-ce pas ? La vie apporte son lot de surprises, de souffrances et d’échecs … La disparition de Moeka aura causé le trou béant dans sa poitrine, mais aussi son incapacité à pratiquer son art. Des blessures encore trop présentes dans son cœur pour se dire qu’elle a fait le deuil. Mais peu importe.

Les carillons de la joaillerie résonnent. Ema lève la tête et dépose les yeux sur l’horloge au fond de la pièce. L’heure est venue, l’exposition est terminée.
« Ah ! Mes parents ont fini, je vais devoir les aider à remballer. »
Elle sourit plus sincèrement et se redresse. Une fois ses vêtements remis en place, la Rose s’approche de Ryoko et lui tend une main avenante.
« Je suis sincèrement désolée, mais nous allons devoir nous séparer pour aujourd’hui. Je vais te raccompagner. »
L’esprit commercial face à sa misanthropie. Le besoin de faire beau et bien jusqu’au bout.
« Merci de m’avoir accompagnée et d’avoir répondu à mes questions, en tout cas. C’était très agréable ! »
Encore et toujours. Un sourire adorable sur les lèvres, Ema suit Ryoko jusqu’à l’entrée de la boutique.
« Au plaisir de te revoir, en tout cas ! »
La fin d’une journée riche en émotions, en nourriture et en découvertes. Il faut dire que ça fait toujours plaisir !

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ven 18 Jan 2019 - 1:17
"Peut-être", ça veut dire quoi ? Bah, certainement qu'elle lui donne un peu raison sur certains shinobis qui sont commerciaux. Au moins, ils sont déjà deux à avoir le sens des affaires, elle, et la demoiselle en face d'elle. En tout cas, Ryoko est bien contente de trouver au milieu de tout ses rochers une autre kunoïchi qui aime parler affaire ! C'est triste de se dire que la ville est un havre de commerce mais que les shinobis ne sont pas intéressés par le commerce. Enfin, la rose est toujours aussi enthousiaste de voir une collègue dans la finance ! Mais bon, il fallait quand même mettre le marché de côté pour se concentrer sur la carrière de shinobi, et malheureusement, ça peut parfois entraîner la dissolution de pas mal d'affaire ... enfin, Ryoko garde la tête haute, elle doit garder son objectif en tête, récolter les fonds pour faire venir son clan à Iwa ! Enfin ... la Sekken est encore loin d'avoir son objectif financier, mais elle croit en son salaire et sa réputation pour obtenir tout l'argent nécessaire, mais aussi à une petite collaboration avec la demoiselle.

- Très bien, pour l'entraînement, je verrais quand je pourrais t'accueillir !

Elle réfléchissait à quand elle sera disponible, il faut dire qu'entre les missions, les entraînements qu'elle a avec Toph, les réunions d'équipes - pour potentiellement organiser un mariage qu'elle a provoqué - et le travail d'apprenti policière, il fallait qu'elle trouve un moment pour s'entraîner avec d'autres personnes. Mais elle trouvera, de toute manière, elle ne risque pas de quitter Iwa d'un seul coup, elle qui se dit héritière de cette boutique ça n'a pas l'air dans ses plans.

- Oh crois-moi, je trouverais bien un moyen de rendre cette collaboration faisable, mais aussi rentable pour nous deux. J'ai juste à te rendre visite quand on sera plus forte toutes les deux, on fera de sacrés belles choses ensemble, je n'en doute pas !

Ryoko rit, elle qui se méfiait d'elle au tout début en tant que vendeuse se retrouve soudainement avec l'envie de travailler à ses côtés ! Mais bon, ce sera pas pour tout de suite, mais elle ne va pas abandonner ce projet ! Elle attendra juste qu'elle soit plus à l'aise avec le cristal ... Mais dans tous les cas, les parents de la bijoutière sont rentrés, et visiblement, le travail appelle sa potentielle équipière. Bon, ce sera pour une autre fois.

- Dommage, mais je reviendrais certainement, surtout si tu fais un thé aussi bon et que tu as toujours des gâteaux.

D'ailleurs, elle en prend un pour la route, puis la salue en partant de la joaillerie, ahlàlà, vivement leur prochaine rencontre, que Ryoko en sache plus sur cette demoiselle génial, philanthrope et milliardaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4671-besoin-d-un-peu-de-savon-presentation-de-sekken-ryoko-finish http://www.ascentofshinobi.com/u603

Achète ! [Ryoko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: