Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[C/Officielle/Iwa] Entre le bois et l'écorce


Mer 5 Déc 2018 - 10:25
Entre le bois et l’écorce
Ft Borukan Hoto

Keep your face to the sunshine and you cannot see a shadow.

Depuis ton inscription à l’Académie, tout avait accéléré en conséquence. Il ne se passait pas un seul jour sans que tu redécouvres le village que tu domptais jadis. Maintenant plus silencieuse, derrière ton masque d’ébène, tu avais les yeux en éveil constant.

Ton engagement militaire s’était fait de lui-même. D’abord avec la création d’une équipe que Kyôshirô dirigerait, puis avec cette première lettre de mission que tu venais de découvrir à ta porte. La domestique avait prit soin de la déposer sur la table centrale, là où elle attirerait le plus ton attention.

Spoiler:
 

De l’exploration, peut-être de la négociation ? Voilà qui allait te changer de ton habitude à contemple le village de l’intérieur. Un frisson parcourt ton dos. Le karma avait voulu que tes quelques rares sorties se soldent toutes par une forme de trauma. Tantôt un fou bestial qui te voulait morte, tantôt une organisation qui voulait déverser sa haine contre les continents et les pouvoirs princiers.

Depuis toujours, tu avais été une cible. Celle qui subissait sans rien pouvoir faire contre son sort. On t’avait enfermée, privée, destituée, mutilée, ciblée.. Mais les miracles avaient voulu que tu tiennes encore sur tes deux jambes. Comme si ton destin se devait d’attirer la foudre mais de ne jamais en subir les conséquences. Les frappes tombaient parfois à des millimètres, juste pour t’effrayer et marquer ton esprit.

Le papier se froisse sous une paume révolue. Tu en avais assez de cette routine ; Si la mort te suivait comme une ombre affamée, tu n’aurais qu’à courir assez vite pour que ses crocs ne t’attrapent jamais.

►►►

Aux aurores, nul besoin d’un quelconque réveil ; La faune se chargeait de vous faire émerger en musique. Les chants accompagnaient alors ta démarche, ni calme ni pressée, jusqu’aux portes d’Iwa. L’ordre de mission suffit à écourter les temps de contrôle. Les gardes étaient toujours plus regardants sur ceux qui n’avaient aucun motif de sortie.

Le point de ralliement avec ton nouveau coéquipier avait été donné de manière suggestive dans la lettre. Vous deviez franchir les Crocs Rocheux et vous attendre en bas de la montagne, à la première jonction qui liait le village au reste du pays.

Les galets roulent quelques minutes après que tu aies pris position. Un garçon aux pupilles écarlates s’approche en silence. Nageroboshi Ema. Si tu ne connaissais que son nom, tu savais pourtant qu’elle serait aujourd'hui ton unique collègue. Cette mission serait alors l’occasion de faire plus ample connaissance avec les jeunes gradés de ton village.

- Enchantée Ema, le réveil n’a pas été trop dur ?

Brève question de fortune, il fallait bien introduire votre rencontre ; et cette question témoignait pour toi de tes maigres capacités de sociabilisation.

- Kurotori Iki, contente de rencontrer ma coéquipière de mission

Pensée pour Kyôshirô qui devait toujours être en convalescence à ce jour.

- Bon… Direction le Sud alors !

Pas une seconde à attendre ; Le pays était vaste et l’exploration n’était pas ton fort. Autant gagner du temps dès le départ.

Spoiler:
 



_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled


Dernière édition par Byakuren Yume le Sam 12 Jan 2019 - 10:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc http://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc

Mar 11 Déc 2018 - 18:56

Entre le bois et l'écorce.

Une mission. C’est une première nouvelle terrifiante, une mission. Ça arrive, comme ça. C’est posté dans une boîte aux lettres et ça rappelle au destinataire qu’il a des obligations. Sa frêle main serre le papier maladroitement. Un long frisson parcourt son échine, de haut en bas. Elle est ninja. Si son petit esprit avait sorti cette information de sa tête, voilà que la réalité revient avec ses gros sabots pour lui mettre en pleine tête. La réalité est là, dure, froide. Elle est là et ne pardonne pas.

Ema froisse l’enveloppe qui contenait la lettre et soupire profondément. Eh bien, si la vie de joaillière ne fonctionne plus, s’il faut désormais se livrer à cela. Peut-être est-ce le moment de s’y remettre, non ? De se rappeler qu’il est temps de sortir de sa bulle. Que, désormais, la jeune et jolie Ema, bercée dans des rêves de richesse et de grandeur, doit se confronter à la réalité qu’elle s’est choisie. Celle d’être un soldat au service de son village, qui devient plus forte pour pouvoir faire dudit village le souverain de tous les autres. Devenir forte pour protéger les êtres auxquels elle tient, pour ne plus que des histoires tristes comme celle de Moeka ne surviennent.

Tout aura lieu demain. Il faut se préparer.

Le Soleil est encore bas dans le ciel. Ema est prête. Un grand stress l’écrase, mais elle ne se laisse pas abattre. Aujourd’hui est un grand jour. Elle se rend au point de rendez-vous, après les Crocs rocheux. Le bas de la montagne. Le stress a été plus grand encore à l’arrivée des portes d’Iwa, lorsqu’il a fallu sortir. Heureusement, les lettres qui envoient en mission font office de passe-droit dans ce genre de cas. Il suffit de se présenter, de donner les informations nécessaires et d’y aller. Quelle plaie. Mais c’est fait !

Ema se trouve désormais en chemin en direction du bas de la montagne, à rejoindre la compagne de mission qui lui a été attribuée. Kurotori Iki. Une personne qu’elle ne connaît pas. Du moins, son nom ne lui dit absolument rien. Pourtant, la rose s’est beaucoup baladée dans Iwa depuis son ascension jusqu’au poste de ninja. À croire que le village est encore trop vaste pour elle, qu’il lui faudra du temps avant de tous les rencontrer.

Une silhouette se dessine à mesure que la rose s’approche. Une jeune femme masquée. L’information grimpe jusqu’à son cerveau à une vitesse folle. Iki n’est pas une inconnue ! Elle se trouvait à la grande bataille organisée par Hisa. Ema ne l’a vue que de loin, mais elle était là. C’est une certitude. Un sourire étire ses lèvres.
« Je suis tellement stressée que je n’aurais pas pu dormir plus. »
Gênée, mais réaliste. Elle hausse les épaules.
« Enchantée de faire ta connaissance, Iki ! »
Cachée derrière son masque, cette jeune femme lui paraît aussi intrigante que perturbante. Elle se demande pourquoi un tel outil cache son visage, mais ne veut pas lui poser de questions. C’est sa partenaire de mission, elle fait sa vie. Il y a probablement une raison à tout ça et, Ema étant très souvent la dernière à raconter sa vie, elle respecte totalement les choix de cette demoiselle. Quand Iki donne l’information d’aller jusqu’au sud, le tout démarre. La mission commence pour de vrai. La Genin hoche la tête vivement et se met en route en direction de leur nouvelle destination.

Une mission de négociation et possiblement de bagarre, ça devrait aller, non ? Ça ne semble pas si compliqué que ça. Son âme de commerciale devrait leur être utile, à vrai dire, bien qu’elle ne sache pas de quel bois est faite Iki. Pendant leur avancée, Ema décide de briser la glace.
« Bon ! Si ça commence à déraper, je pense que ça peut être utile qu’on sache ce que l’autre est capable de faire. Je manipule le cristal et maîtrise majoritairement le Taijutsu et le Ninjutsu. »
On pourrait s’attendre à un typique « et toi ? », mais Ema déteste cette formulation. Elle considère que sa façon d’avoir présenté les choses suffit à impliquer qu’elle attend une réponse de la part de sa partenaire du jour. En attendant, l’avancée se poursuit. Une mission dans le pays de la roche, c’est pas mal, quand même !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Jeu 13 Déc 2018 - 13:23


Ainsi, les deux "jeunes" ont étaient convoqués pour faire leurs devoirs, si de toute évidence l'objectif de leur mission ne devrait pas leur faire quitter les frontières de Tsuchi no Kuni, approcher celle-ci sans gradé serait certainement une première pour elles. En plus de leurs ordres, l'équipe d'éclaireur ayant fait le rapport initial a aussi fourni sur une carte, la localisation très approximative de leurs destinations. Même si celle-ci est assez vague, deux choses sont sûres : la première, c'est qu'ils sont proches de la frontière entre le pays de la terre et celui du bois, sans dépasser celle-ci, même si cette notion reste floue puisqu'il n'y a pas forcement un gros trait géant au sol pour marquer celle-ci. La seconde est qu'ils sont forcement à proximité d'une des rivières attachées à celle où ils ont constaté les débris flottant sur l'eau.

Des indices à la fois précieux et minces, mais trouver le lieu final de leurs escortions est aussi un de leurs objectifs après tout.

En tout cas, rejoindre le lieu d'investigations préliminaire leur prendrait au bas mot une poignée de jours, presque une semaine si elle reste attentive, surtout que les abords des frontières ne sont jamais réellement sûrs en ces temps troublés. Néanmoins, en plus des annotations précédemment mentionnées, l'équipe a aussi pris le soin de noter quelques étapes relais sous la forme de hameau globalement sûr, capable d'approvisionner une petite équipe et de leur garantir un minimum de repos nécessaire pour la suite de tout cela.

Évidemment, inutile de préciser qu'en plus de ces plans, les deux demoiselles ont reçu un pécule nécessaire pour s'approvisionner et garantir leurs frais et que si cela n'est pas suffisant, elles sont aptes à créer une lettre de crédit... Mais dans ce cas-là, elles feraient mieux d'avoir une excellente justification à celle-ci. Là où il convient d'être plus clair, c'est sur le reste du contenu de leur petit paquetage pratique du diplomate en herbe. Elles ont aussi reçu la responsabilité de nourrir et garder en bonne santé un faucon messager, celui-ci est dressé pour pouvoir porter un message à l'administration d'Iwa, si le message est placé sur sa patte gauche, ou celle du pays de la terre qu'elles représentent, s'il est sur la patte droite. Précision qui leur a été bien évidemment donnée.

Si leurs bandeaux prouvent leurs valeurs de ninja, elles ont aussi une broche en bronze, magnifiquement ornementé et portant les armoiries du pays de la terre, adjoint à une lettre de marque Tsuchi no kuni, prouvant leurs valeurs de diplomate et qu'elles sont apte à négociés en leurs noms. Évidemment, à elle de rester tout de même raisonnable sur leurs éventuelles promesses.

C'est ainsi, fortes de ses informations un peu rébarbatives, mais nécessaires, qu'elles peuvent enfiler leurs bottes de sept lieux et partir à l'aventure !

En route pour le grand sud



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 18 Déc 2018 - 18:31
Entre le bois et l’écorce
Ft Borukan Hoto

Keep your face to the sunshine and you cannot see a shadow.



Ton sourcil s’était arqué à la simple évocation des capacités d’Ema. Une autre manieuse du Shoton ? Une coïncidence inespérée, pour toi qui te pensais esseulée dans cet art réveillé à la hâte. Tu n’avais jamais compris la source de tes pouvoirs, ni de leur réelle nature. Les livres en parlaient avec éloquence, mais ne justifiaient rien. Génétique, ou pas, symbolique, ou pas.

- Étonnant… Je manipule également le cristal, mais mes capacités sont encore fluctuantes….

Ta voix reste sombre, discrète

- … Disons que je ne suis pas encore assez entraînée pour parler d’une maîtrise complète… Malgré tout j’aurais naturellement plus d’affinités avec les illusions que le côté… Brutal des arts combatifs.

Loin des valeureux guerriers autoproclamés ; tu te dessinais en princesse oubliée qui survivait par miracle. La fuite, l’exil, la duperie. Ton corps n’était pas conçu pour la guerre ; mais il encaissait toutes les rancœurs du monde tel un martyr qu’il fallait officialiser.

- J’aurais donc grand plaisir à apprendre de tes propres capacités pour m’aiguiller. C’est un don que tu maîtrise depuis la naissance ?

Une curiosité légitime s’était installée ; Tu n’avais usé de tes pouvoirs qu’au jour de tes 18 ans, en réaction à une situation critique. C’était la mort ou les pouvoirs. Un don capricieux qui s’obstinait à n’intervenir que lorsque que ta vie était menacée. Une sorte d’auto-défense incontrôlable ; que tu t’étais finalement décidée de combattre et forger à vif.

Rencontrer en mission une deuxième manipulatrice du Shoton était une précieuse occasion d’en apprendre plus sur ses spécificités, sur son rapport à la matérialisation et le contrôle de celui-ci.

Votre lettre de mission était claire ; la zone d’exploration était bien éloignée de la ceinture Iwajine, et des jours de marche pouvaient vous séparer du lieu recherché. Cela vous laisserait le temps d’échanger, d’apprendre l’une de l’autre, de visiter de manière alerte les recoins encore enfouis du pays de la terre. Ton pays.

Votre cadence s’accélère, sous le regard perçant de l’aigle messager. Il tournait autour de vous comme pour cercler votre avancée ; en gardien, en éclaireur ailé et allié.

Spoiler:
 



_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc http://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc

Jeu 20 Déc 2018 - 17:15

Entre le bois et l'écorce.

Une autre manipulatrice du cristal. Une coïncidence amusante, particulièrement étonnante. Ema ne s’en serait jamais doutée, à vrai dire. Elle s’en pensait la seule capable, à l’exception de sa famille. Cette situation lui plaît, néanmoins. Ça lui fait un point commun avec sa partenaire. Certes, la Rose n’aime pas particulièrement les binômes ni même le contact humain, toujours sujette à de profonds doutes, mais cela ne l’empêche pas de faire de grands efforts pour que cela fonctionne. Priorité sur la mission. Si la mission exige une cohésion, il faut la mettre en œuvre. Il faut y travailler.

Ema écoute avec attention les explications d’Iki, une manipulatrice du cristal, certes, mais ses capacités diffèrent légèrement de celles de la Rose. Si la Genin est davantage une combattante, qui va au corps-à-corps ou se spécialise dans le Ninjutsu, sa partenaire masquée est plus subtile et se focalise sur les illusions. L’intérêt d’Ema est piqué à vif : des illusions avec le cristal c’est quand même classe. C’est un domaine qui retient obligatoirement son attention et sur lequel elle tente de travailler au maximum, mais en tant que jeune Genin, c’est assez compliqué. Entrer dans ce monde, sans repères, juste par un désir profond de devenir meilleure … Ne rend pas fort directement. Ça prend du temps. Heureusement que ce village est rempli de shinobis divers, capables de tout et surtout suffisamment ouverts d’esprit pour transmettre aux plus « jeunes ».

Un sourire étire ses lèvres quand la question finale arrive et tombe comme un couperet. Maîtriser ça depuis sa naissance, hein ? Ema soupire un instant mais fait de son mieux pour ne pas montrer trop explicitement sa peine à ce sujet. Dévoiler ses secrets à une personne masquée ? Quand même. Elle hausse doucement les épaules.
« Échanger ensemble à propos de nos capacités respectives sera très intéressant ! Ceci dit, si je suis capable d’en faire un peu tout ce que je veux, je ne suis ninja que depuis peu. C’est une capacité héréditaire qui était restée en sommeil jusqu’à récemment. »
Devenir plus forte en s’entraînant, en évoluant avec une autre manipulatrice du Shôton, n’est-ce pas là une idée merveilleuse ? Leur passé mis de côté, pour simplement se nourrir de l’expérience l’une de l’autre et en profiter pour dépasser leurs propres limites, s’ouvrir à d’autres domaines qui pourraient les rendre plus fortes. Au fond, l’idée séduirait presque Ema. Il faudra simplement que leur collaboration reste dans le cadre d’une collaboration professionnelle, ou simplement basée sur le présent. Qu’elle ne cherche pas à aller fouiller dans son passé. Néanmoins, la présence de ce masque sur son visage lui dit qu’il n’y a aucun risque. Que cette jeune Iki a un passé peut-être plus lourd encore que le sien et … Que peut-être, dans le futur, une relation amicale finira par éclore. Qui sait ?

Ema continue d’avancer, progresse tranquillement puis de façon plus soutenue dans leur expédition. Une mission avec déjà de grands objectifs, un plan qui donne une destination approximative et une rencontre. Peut-être que finalement, cette première sortie du pays en tant que ninja lui apportera de très grandes choses ? Elle accélère un peu lorsque sa partenaire le fait, suivies de près par l’aigle qui les accompagne. Ema est alerte, ouvre l’œil et fait attention à tout ce qui se passe, au cas où quelque chose surgirait. Des capacités sensorielles ne seraient pas de refus, mais on ne peut pas tout avoir. Elle décide d’orienter la conversation sur autre chose, de la relancer pour ne pas que le silence se fasse trop pesant.
« Avec notre maîtrise récente du cristal, j’imagine que nous sommes toutes les deux de jeunes ninjas, alors ? »
Deux petites pousses, à l’assaut d’un très grand monde. Ça revêt un intérêt plus grand encore, finalement. Si la mission est une réussite, ce sera d’autant plus intéressant. Les manipulatrices de cristal, plongées dans un univers qui les ramène au statut de débutantes … qui s’en sortent comme des cheffes ! Y a pas à dire. Ça claque. Y a plus qu’à se donner à fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Sam 22 Déc 2018 - 17:00


Le temps passe doucement, la route est relativement paisible et c'est encore plus le cas pour deux kunoichis confirmé. Au fil des heures, des jours, la frontière avec le pays du bois approche. Les deux demoiselles ont tout l'embarras du choix pour se diriger, suivre la plus grande rivière qui par au sud depuis le dernier grand village sur leurs cartes, suivre à vu les immenses forêts qui font la réputation d'Hayashi no Kuni.

Mais, bien avant la mer de verdure, effectivement elles pourront constater la même chose que l'équipe d'éclaireur : des débris d'arbres, trop bien coupés pour que ce soit naturel flotte tranquillement sur les flots remontant au nord. Ceux-ci suivent le courant qui le fera rejoindre un grand fleuve qui par plus loin vers l'ouest, longeant, traversant les frontières de pas loin de quatre pays en tout, mais c'est un autre sujet.

Dans l'immédiat, le plus logique est de suivre, de remonter la piste et les deux demoiselles comprendront vite ce qui a empêché l'équipe d'aller plus loin avant de repartir faire son rapport... En plus d'être pressé par le temps et d'avoir d'autres impératifs. La rivière ne coule pas le long d'un quelconque relief, mais au contraire semble s'engouffrer dans la terre, elle ressors littéralement d'un gouffre sombre. Aucun doute sur le fait que les débris passent par là, elles ne peuvent en voir surgir de la grotte immergée devant elles. Mais entre le fait que cela est particulièrement sombre, descend dans l'obscurité, les parois friable et humide, tout un tas de facteurs rendant particulièrement dangereuse l'idée de passer directement par cette entrée, même pour des shinobis très expérimentés et elle ne le sont pas autant.

Elles ne sont pas encore au niveau de la mer verte, mais celle-ci est proche. La rivière est la, qui semble s'engouffrer dans les profondeurs de la terre et si elle tend l'oreille, aucun son caractéristique d'une exploitation forestière... En fait, aucun son provenant d'une quelconque présence humaine. Il y a quelques légers reliefs, mais rien de transcendant, il y a également une très légère brume matinale, mais rien qui ne semble étrange.


Tenter le diable et passer par la grotte immergée, descendant à pic dans les profondeurs de la terre

Observer les alentours

Se diriger vers la l'océan d'arbre et donc, la frontière

Surveiller la rivière et/ou camper sur place



Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 27 Déc 2018 - 17:58
Entre le bois et l’écorce
Ft Borukan Hoto

Keep your face to the sunshine and you cannot see a shadow.

Plus vous échangiez, plus vos parcours semblaient se ressembler. Elle avait elle aussi prit conscience tardivement de ses capacités à manipuler les cristaux. Vous comparer serait stupide, mais s’amuser de vos similarités était logique. Intriguée, tu avais hoché le visage à sa question, tout en gardant une attitude digne.

- Jeunes ninjas dans la maitrise oui…. Pour l’âge en revanche…

Son visage, bien qu’enjolivé par sa crinière rose, parlait de lui-même ; elle n’était pas non plus une enfant.

- La plupart de nos camarades à l’Académie ont étés diplômés alors qu’ils ne dépassent pas le mètre quarante..

L’humour te permet de panser la gêne liée au fait que des enfants d’à peine une dizaine d’année aient déjà pu recevoir leur titre de Genin alors que toi tu ne l’avais obtenu qu’aux portes de tes 19 ans. Un destin happé sur le tard. L’histoire d’une princesse déchue et de son renouveau. Iki n’avait beau être qu’un nom de scène, il comblait un vide qui rendait ton statut de jadis bancal. Te voilà maintenue en place par le simple pouvoir de l’anonymat, et de ton droit à une seconde chance.

Vos pas, toujours dynamiques, vous avaient mené toutes deux auprès d’une rivière qui portait quelques traces d’écorces encore fraîches. D’un accord commun, vous aviez décidé de la suivre plutôt que de couper tout droit en direction de la frontière d’Hayashi. Le hasard vous avait donné des indices, autant leur faire honneur et les suivre méticuleusement.

Plus vous avanciez, plus la fréquence d’écorces surfant sur le fleuve augmentait, ainsi que leur quantité. A tel point que l’eau s’était presque teinté une lueur nouvelle donnée par les résidus de bois. Vous vous rapprochiez incontestablement de votre quête… Mais au lieu de trouver une exploitation, votre route déboucha sur une caverne qui ne s’enfonçait brutalement dans les profondeurs terrestres. Impossible pour vous de voir si la rivière ressortait ailleurs… Impossible aussi de juger de la quiétude du lieu.

- Mmmh… J’ai connu plus accueillant mais j’ai peur que l’on perde notre seule piste si on décide de faire un détour. Une exploration rocailleuse… Ça se tente, non ?

Sans plus attendre, tu décides de te munir de deux branches en bois sur lesquelles, après plusieurs tentatives, tu parviens à créer un granit combustible et inflammable. Il ne vous manquerait plus qu’une occasion de faire un feu pour les mettre à profit.

- … A tout hasard, tu ne maitriserais pas le Katon ?

Spoiler:
 

_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc http://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc

Dim 6 Jan 2019 - 0:55

Entre le bois et l'écorce.

Malaise. Jeunes ninjas dans la maîtrise, pas dans l’âge. Des vieilles branches par rapport aux petits jeunes. Ema repense automatiquement à Toph. C’est vrai que, quand elle regarde les choses sous cet angle, les deux femmes sont … vieilles. Vieilles et grandes. Quelle plaie. Une grimace étire les lèvres de la Rose. Comment répondre à cette réalité ? Comment justifier le fait qu’elles ne soient que Genins, malgré leur âge ? Cela se justifie-t-il ? Ema pose les mains sur ses hanches et bombe le torse.
« Ouaip’, mais nous, le mètre quarante, on l’a dépassé. On a au moins ça pour nous. »
L’avancée se fait tranquillement, rapidement mais pas trop. Au fur et à mesure de leur avancée, les voici désormais face à une rivière. Tout au long du cours d’eau sont visibles des écorces. Leur destination s’approche progressivement … en théorie ? Iki s’est tournée vers Ema, pour savoir quelle était la meilleure route à suivre. Il ne leur fallut pas longtemps pour parvenir à un accord : suivre la rivière semble le moyen le plus simple. Après tout, c’est un chemin tout tracé, autant continuer, non ? On ne sait jamais ce qui peut se passer en décidant de suivre la route d’Hayashi … Les Genins sont déjà très loin de leur habitat naturel, surtout pour des personnes de leur grade. S’approcher autant de la frontière n’a pas l’air d’être une si bonne idée.

En était-ce une, seulement, de prendre le risque avec cette rivière ?

Ema progresse, jusqu’à une grotte. Les profondeurs, les ténèbres menaçantes. La Rose n’est pas sereine. Une expédition loin dans les abysses de la terre, sans savoir où aller … Peut-être le voir comme une mise à l’épreuve pour se redonner du courage ? La Genin fixe sa partenaire et hoche la tête doucement. Une façon de savoir si elle en vaut la peine. Si elle a la force de le faire. Si elle est plus forte qu’avant. Ne pas se laisser abattre et foncer !
« Maintenant qu’on y est … Faire demi-tour serait une perte de temps. »
La Raison. Agir par la Raison pour cacher sa soif de grandeur. Même si, au fond, elle apparaîtra tôt ou tard. Ema regarde avec une très grande attention les agissements de la demoiselle masquée. Du bois, puis une couverture de granit. C’est intéressant … Heureusement que la Rose est une manipulatrice de Katon. Elle hoche une nouvelle fois la tête et s’approche d’Iki. Après quelques rapides mudras, une flamme apparaît au creux de sa main. Elle l’approche lentement de leur torche improvisée. La lumière se fait progressivement.

Petite lueur d’espoir au cœur des ténèbres. Enfin. Espoir ou terreur ?
« Qui sait ce qu’on va trouver là-dedans. »
Il n’est plus l’heure de reculer, de toute façon.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Lun 7 Jan 2019 - 10:02

Au fin fond des ténèbres, alors que petit à petit la partie immergée gagne du terrain sur l'air libre... C'est à la lueur de la torche que les demoiselles s'approchent des tréfonds de l'inconnu.
L'eau est froide, non, plutôt fraiche et en tant que shinobi confirmées elles en ont vu d'autres, d'ailleurs la rivière maintenant souterraine leur fera grâce d'une séance de natation, car, alors que l'eau atteint leurs hanches... Une ouverture se profile. Continuer dans l'eau ne ferait que les pousser à devoir nager sans lumière et à contre-courant, même elles ne pouvaient pas être aussi aventurières n'est-ce pas ? Pas dans le sens le plus intelligent du terme ont entends bien évidement.
Pour revenir sur l'entrée, la lueur de leurs guides de bois et de flamme, celle-ci qui est étroite sur quelques mètres, devient rapidement bien plus spacieuse et permettrait certainement à cinq personnes de marcher les unes à côté des autres sans soucis une fois l'entonnoir passé. Néanmoins, car il y a un mais, malgré le bruit de la rivière, un léger grondement se fait entendre plus loin et l'entonnoir lui-même à des traces étranges, comme si quelqu'un ou quelque chose avait tenté de passer en force à coup de lame... Ou d'autre chose. De plus, l'air semble... Il a une odeur singulière.
Avec ou sans précautions particulières, de nouveau, un choix est à faire.

Tenter de forcer le passage dans l'eau à contre-courant ?

Repartir en arrière ?

Explorer tout de même l'ouverture ?

Autre chose ?


Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 12 Jan 2019 - 11:02
Entre le bois et l’écorce
Ft Borukan Hoto

Keep your face to the sunshine and you cannot see a shadow.


Un rire étouffé vient répondre à l’argumentaire de la Rose. Tu n’avais pas spécialement honte du décalage entre ton âge et ceux de tes acolytes scolaires, mais la différence de taille était toujours le plus frappant des constats sur votre situation. Il fallait jouer avec. Ne pas être trop mâture pour des gosses enjoués tout en gardant l’esprit ouvert pour ne pas les accabler de sens moraux. La Rose et toi étiez des fleurs déviantes, échouées sur le tard, qu’on jugerait à tord ou à raison en fonction de vos actes. Ta progression, comparativement aux enfants, était bien plus fulgurante. La discipline presque innée faisait de toi une élève studieuse, préoccupée par la réalité des arts combatifs.

En un claquement de doigt, Ema avait fait jaillir une flamme sur les torches, qui s’embrasèrent derechef. L’exploration pouvait commencer. Si les premiers pas étaient sereins, la suite du plongeon eut raison de votre humeur enjouée. Vous aviez suivi à l’aveugle l’eau mais son cours devenait de plus en plus oppressant à chaque nouveau mètre. La profondeur du puits aqueux s’intensifia, vous recouvrant rapidement jusqu’aux hanches. Pour une fois, vous pouviez vous satisfaire d’être les rébus de l’école en terme d’âge et de proportions : Un gamin aurait déjà la tête sous l’eau ici.

Il y avait cependant une limite à votre autonomie : Quelques pas de plus et vous seriez obligées de plonger. Et la simple idée de nager sans aucune garantie de sortie derrière ne te rassurait pas plus que ça.

« Je ne sais pour toi mais faire de la plongée à l’aveuglette, peu pour moi. »

Dégonflée ou raisonnée, tu émets un point de vue plus factuel pointant du doigt une petite cavité, d’où sortent des appels d’air. Ce chemin semblait plus accessible et vous épargnerait la mauvaise surprise de tomber sur un cul de sac sous-marin. Cependant, le souffle venteux qui s’en échappait semblait plus rauque et graveleux qu’un simple courant aéré. Les murs semblent également entachés de marques insolites ; des coups, des éraillures ? Bête ou arme blanche ? Une issue pas plus rassurante que la baignade dans le noir, mais qui, à tes yeux, avait plus de sens.

« Pas sûr qu’on soit les premières à vouloir explorer cette grotte… Mais tant qu'on est là, autant continuer non ? »

Tu n’y connaissais rien en pistage, mais les marques parlaient d’elles-mêmes : Quelqu’un ou quelque chose était déjà passé par là. Il ne vous restait plus qu’à espérer que sa visite soit déjà terminée... Ton visage masqué se tourna vers celui d'Ema, si elle était d'accord avec toi, vous continueriez sur la voix terrestre.

Spoiler:
 




_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc http://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc

Dim 13 Jan 2019 - 22:31
Entre le bois et l'écorce.

Une mission d’exploration se finit-elle toujours de cette façon ? Mène-t-elle toujours à une grotte sombre, profonde et remplie d’eau ? Une grotte où les rivières s’engouffrent suffisamment pour que même des adultes de taille moyenne finisse par ne plus avoir pieds à un moment donné ? Est-ce que toutes les missions se déroulent de cette façon ? Si c’est le cas, Ema veut bien en avoir une autre. Et encore une autre. Jusqu’à ce que son souffle ne lui permette plus d’explorer. C’est aussi excitant que terrifiant. Elle ne sait jamais où ses pas vont la mener, mais son accompagnatrice du jour semble aussi tête brûlée qu’elle et … ça a quelque chose de terriblement satisfaisant. Beaucoup se diraient qu’elles risquent gros en fonçant ainsi tête baissée, droit vers le danger … D’autres accepteraient et prendraient en compte un autre facteur, un facteur pour le moins conséquent : l’adrénaline. Ce n’est peut-être rien, mais c’est aussi peut-être tout.

Ema constate avec regret que leur marche ne peut plus se poursuivre. L’eau, ici, devient bien trop profonde. Impossible de se défendre si quelque chose leur tombe dessus et, surtout, à long terme, elles prendraient peut-être un trop gros risque. L’avis de la Rose rejoint aisément celui d’Iki : il est un peu fou, voire complètement stupide, de se jeter droit dans la gueule du loup. Ema opine du chef et la regarde. La deuxième manipulatrice de cristal pointe un autre chemin, qui débouche sur une cavité pleine de griffures. Hum. Ses yeux voguent d’une solution à l’autre. Les dangers sont les mêmes dans les deux cas, mais l’une des deux morts est plus douloureuse et lente que l’autre. Il paraît que la noyade est vraiment atroce, bien pire que toutes les morts qui arrivent d’un seul coup.
« J’avoue que piquer une tête ne m’intéresse pas vraiment … »
La Rose suit le chemin suivant, proposé par Iki. À vrai dire, elle ne sait pas non plus ce qui peut se trouver ici, mais elle est sceptique. Elle s’approche lentement, prudemment, jusqu’à la cavité d’où filtre l’air. Dépourvue de technique de sensorialité, Ema se doit d’être particulièrement attentive. Elle ne sait pas ce qu’elles vont trouver dans cette direction, s’il s’agit d’un danger ou d’une bonne augure, mais peu importe. Quand faut y aller, faut y aller. Elle s’immobilise devant.
« Tu peux approcher la torche ? »
Des griffures, hein ? Animal sauvage, être humain perdu et désespéré, de quoi peuvent-elles provenir ? Ema n’en a aucune idée, mais elle se prépare déjà pour une bagarre. On ne sait jamais.

Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4851-nagareboshi-ema-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Sam 19 Jan 2019 - 10:21

Ema vérifie donc les griffures, car c'est bien de cela qu'il s'agit. Après un rapide examen, l'espacement ne correspond pas tant que ça à la profondeur. Étrange ? Peut-être, en tout cas les petits grondements se sont calmés, bien assez pour être au moins masqué par le bruit de l'eau. Sans être spécialisé dans l'étude de la faune il est bien difficile de dire exactement de quoi il en retourne, mais l'espacement semble un très bon indice sur un sujet assez important : la taille. Cette chose est au moins de la carrure d'un homme bien portant, certainement plus.

L'approche de la torche et le début de leurs vérifications de la cavité révèlent une autre information, l'air semble saturer d'un quelque chose. Difficile de dire, mais au moindre mouvement, il y a une sorte de poussière, mais plus verdâtre, qui virevolte et emplie l'air. C'est semble-t-il, de plus en plus évident à chaque pas en avant et il est à prévoir que ce soit encore plus important au fur et à mesure de leurs avancés.

Puisqu'elles ont décidé d'avancer, il n'y a pas grand-chose de plus à voir ou décider. Mais si les pas devaient devenir un début d'exploration, cela ne serait que pour se couper aussi bien plus rapidement qu'elles ne pouvaient le prévoir. La cavité, qui était plus grande au fur et à mesure, débouche sur un croisement en T, quoique plus en Y. Mais surtout, sur une grande forme sombre affalée au sol. De nouveau, elles pourront entendre le bruit sourd, un mélange entre un souffle légèrement sifflant, mais grondant et une plainte. Le sol est maculé de sang, l'odeur de fer qui lui est caractéristique se partage avec une autre bien plus étrange dans une grotte débouchant sur un cours d'eau plus ou moins rapide, l'odeur de l'herbe fraichement coupée...

Des préparatifs particuliers ?

Repartir en arrière ?

Approcher ou attaque la grande forme sombre ?

Autre chose ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[C/Officielle/Iwa] Entre le bois et l'écorce

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: