Derniers sujets
» Entrainement à l'épée n°1 - Shiori
Aujourd'hui à 23:25 par Watanabe Shiori

» Le blondinet s'ennui !
Aujourd'hui à 23:21 par Aami Shôran

» Encore ... ? [Pv Shuu]
Aujourd'hui à 23:20 par Metaru Reiko

» Deux épreuves pour le prix d'une (ft. Y. Kagero & N. Sayo)
Aujourd'hui à 23:14 par Aburame Shizen

» [Equipe #4] Première rencontre matinale
Aujourd'hui à 23:06 par Kanashīdesu Inja

» Impact [Sayo N.]
Aujourd'hui à 22:35 par Nara Sayo

» La chieuse en tenue d'infirmière... [Ft.Sayo]
Aujourd'hui à 22:30 par Nara Sayo

» C'cadeau Senseï | Shojito
Aujourd'hui à 22:18 par Nara Sayo

» Pile ou face ? | Frero
Aujourd'hui à 22:03 par Nara Sayo

Partagez | 

Après l'effort, le réconfort ▬ Kirigakure no Kasanagi

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Mer 12 Juil 2017 - 13:30
Entrainement avec Kasanagi aka Tetsuko depuis ce matin. Tetsu’, c’est un peu l’un des premiers genin avec qui j’ai parlé à mon arrivée ici avec mon senseï quelque temps après la mort de mon père. D’ailleurs, je ne lui ai jamais de cela. Ni à lui, ni à personne en fait. Pas même Kira avec qui je tiens une correspondance depuis plusieurs années, en fait, depuis que je le connais. Il faut dire qu’au Kumojin, je n’ai rien dit de tout ça, de mon arrivée ici à Kiri, de ma décision de suivre le chemin qu’il m’avait un peu montré par son passage sur nos terres. Bon, il est vrai qu’en même temps, ce n’est pas lui qui m’a décidé de suivre cette voie… Mais peut-être qu’il serait correct de ma part de le lui dire ? Je n’en sais rien… Je n’ai pas envie de parler de la mort tragique de mon père et s’il me demande pourquoi je suis devenue une kunoichi… Je serais bien obligée de lui dire la vérité à lui… Alors qu’ici, je peux plus facilement mentir sur mon passé pour ne pas évoquer cet incident et voir les gens me regarder avec pitié ou culpabilité de m’avoir fait parler de cela… J’hausse alors un peu les épaules, j’avoue que cela me ferait clairement chier de voir les gens me regarder de cette façon et ça pourrait probablement me faire culpabiliser de chercher à tourner la page sur ça, d’oublier cet événement, mas au fond, c’est normal non ? On ne doit jamais s’arrêter sur un malheur ! Enfin, de toute façon, jusqu’à présent, j’ai toujours plus ou moins réussi à éviter le sujet, mais dans le cas de Kira… Je ne sais pas. Je finirais bien par lui dire un jour. J'en sais rien en réalité. Il est bien resté plusieurs mois sans me donner signe de vie, alors il a pas besoin de savoir ça... J'ai pas besoin de me livrer à lui sur ce sujet...

Secouant alors la tête, je cesse de penser au shinobi de Kumo pour reporter mon attention sur mon entraînement, même si j’avoue ne plus avoir réellement la tête à ça soudainement. Cherchant alors une alternative. « Hey Tetsuko, on va manger ? » Lançais-je assez fort sans réellement faire attention ou non de déranger les autres ninjas qui s’entraînent autour de nous. Après tout si l’appel de la nourriture ne les déconcentre pas, c’est tout bon pour eux, mais là, moi, j’ai réellement faim. Puis ça fait quand même plusieurs heures que l’on s’entraîne tous les deux ! Alors, on peut bien faire une pause pour aller manger un bout non ? C’est pour cela, que je lui propose d’aller manger, mettant ainsi fin à notre entraînement de façon un peu surprenante. M’enfin, attendant la réponse de l’adolescent, je commence à ranger mes affaires, réellement décidé à aller manger pour ma part, alors même s’il me dit non, j’irai toute seule. Après tout, Yasuhito m’a bien dit que manger fait aussi partit de l’entraînement et pour ça, je ne vais guère me faire prier.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Mer 12 Juil 2017 - 13:59
...


Au sein du dojo, on pouvait entendre des bruits d'impacts. Le bois des bokkens sonnait à un rythme régulier traduisant l'entraînement des troupes Kirijins au Kenjutsu. Dans cette pièce, Shio' et moi-même étions alors les deux seuls Sabreurs de la Brume ici présents. Même s'ils tentaient de le camoufler, on pouvait sentir le poids de leurs regards et des murmures silencieux fusant à notre égard. Mais ce n'était que monnaie courante. Même si je n'étais pas aujourd'hui accompagné d'Hirame et Karei ils connaissaient bel et bien mon visage, celui d'un garnement qui avait hérité d'une épée légendaire en poignardant dans le dos mon oncle. J'aurai aimé que cette histoire qui s'accroche à moi ne soit qu'un simple bruit, qu'une banale légende urbaine, mais ce conte était tristement vrai et je devais traîner avec moi le poids de ce crime déloyal et pervers.

Souhaitant me débarrasser de ces pensées parasites, je reprenais mon regard sur ma consœur. Accroupis sur ce lit de tatamis qui était imbibé de notre sueur, nous nous rafraîchissions l'espace d'un instant bien mérité à la suite de notre joute. Je la contemplais d'un œil discret et intrigué. Elle avait cette personnalité intéressante. En effet, aussi douce et insouciante semblait-elle, on pouvait tout de même discerner un caractère bien trempé si l'on osait titiller la bête dans le mauvais sens du poil.
« Osu', j'ai l'estomac dans les talons ! » répliquais-je afin de manifester mon accord.
Me relevant je l'invitais d'un signe de la tête à me suivre. Nous quittâmes le dojo encore habillés de nos kimonos. Même si le soin et la propreté se devaient d'être des mots d'ordres, la faim, elle, ne se faisait pas attendre. Et c'est en déambulant dans les ruelles du village que ma réflexion refit surface lorsque .
« Shio', je peux lire ton tumulte, tu n'es pas comme à ton habitude. »
Je ne finissais pas ma phrase, j'attendais avec insistance une réponse de sa part. La curiosité m'habitait quand j'étais avec elle, j'avais envie de détruire cette coquille qui l'a protégeait, j'avais envie de parcourir sa psychée, ses pensées et ses schémas mentaux. Elle m'intriguait d'une façon perverse, j'étais enclin à tout savoir sur elle et à décortiquer sa vie. Pourquoi ? Moi-même je n'avais aucune réponse. J'avais beau la considérer comme une des rares amies que je pouvais avoir dans le village, quelque chose me bloquait à son égard.

_________________


Dernière édition par Kirigakure no Kasanagi le Mer 12 Juil 2017 - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mer 12 Juil 2017 - 14:37
Sa réponse ne se fit guère prier et un sourire se dessina tout aussi rapidement sur mes lèvres à son exclamation. Malgré les dires à son sujet, il reste avant tout un enfant, bien plus jeune que moi et sa réaction à cet instant me tire un petite rire malgré moi. Je ne me moque pas de lui, juste qu’à ses côtés, à m’entraîner comme ça avec lui, j’ai tendance à oublier qu’il est bien loin d’avoir le même âge que moi. Pourtant, il se montre mature trop souvent. Mais en même temps, c’est l’époque qui veut ça, c’est notre système de vie, l’évolution de notre milieu. Kiri qui bouge, qui grandit de plus en plus chaque jour, affirmant sa position. La preuve en est avec la nomination d’un chef militaire à notre tête. Je me demande bien qui il en sera. Je ne connais guère tous les prétendants à ce titre et j’avoue ne pas avoir réellement cherché à me renseigner. En même temps, je reste assez optimiste vis-à-vis de cela, il ne peut arriver que du bien maintenant, le mal étant derrière nous. Rien ne sera pire que les heures sombres que l’on a connues sous le joug des bandits. Dans un sens, c’est quand même triste de grandit trop vite, de ne pas pouvoir profiter de sa jeunesse, mais en même temps, pour survivre, c’est le mieux. La théorie de l’évolution, celui qui s’adapte le mieux survit.

Me levant ainsi à sa suite, je le laisse prendre les devants et ainsi décidé du restaurant. Il connaît mieux le village que moi, après tout, je n’y suis pas encore depuis un an et je n’ai pas encore eu le loisir de goûter à tout. « Tu veux manger quoi et où cette fois ? » Allait-il me faire découvrir autre chose ou bien allons-nous simplement retrouver dans un restaurant déjà connu ? Bonne question et dans un sens, l’un comme l’autre me convenait du moment qu’on se mettait quelque chose sous la dent.

Je reste cependant surprise par ses propos et le regarde en coin un instant. Mes soucis hein ? Je souris un peu, bien qu’ennuyé de le savoir probablement inquiet à mon sujet pour ce que j’ai envie d’appeler des broutilles. Sauf que ce n’est pas comme si j’avais envie d’aborder ce sujet. « Je me prends juste la tête sur une façon d’utiliser Dokuyaku correctement vu que mon prédécesseur est porté disparu et qu’il ne peut plus me donner de conseil. » J’hausse alors les épaules. « Tu vois, ce n’est rien de grave. Enfin, pour le moment, parce que si je ne trouve pas une technique d’approche, j’irai pas loin en combat avec. » Il connaissait la base de mon épée, le fait que la lame soit immatérielle et donc qu’elle ne puisse pas réellement bloquer les attaques. En réalité, elle est utile pour infliger des dégâts internes au système circulatoire du chakra, mais après… Je lui ne mens pas, enfin… Pas totalement, parce que ça fait réellement plusieurs jours que je réfléchis à cela, ayant une esquisse d’idée maintenant, mais rien de bien défini, de bien sûr surtout. Et je dois encore voir si c’est réellement praticable ou non. Mais en même temps, il est vrai que c’est bien loin du tourment que j’ai eu à cet instant. « M’enfin, je ne vais pas lâcher l’affaire comme ça et s’il faut, je demanderai conseil aux autres épéistes ! » Je croise alors mes mains derrière ma nuque en souriant un peu, cherchant à faire preuve d’un certain enthousiasme pour masquer la vraie nature de mes pensées concernant mon père et Kira.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Mer 12 Juil 2017 - 22:41
...


Au travers des ruelles de kiri, nos pas nous menèrent à une modeste échoppe ambulante situé au giron d'un bas-lieu. A notre passage, je mandais Shio' de prendre les devants par politesse afin qu'elle effectue sa commande, non sans lui indiquer les mets les plus convoitables de cette charrette, à savoir les okonomiyaki (quiche) et les amaguri (châtaignes grillées) qui couleraient dans nos œsophages tel un cadeau de Dieu. Et tandis que nous réceptionnions nos délices au prix avantageux, je reprenais mon discours afin de faire écho à ces mots :
« Concernant Dokuyaku, on pourrait travailler ça si tu veux. J'aurai certainement besoin de ta science aussi pour les jumelles. »
Repensant à ces mots, je retombais dans une mélancolie habituelle. Main sur le torse, je m'imaginais gambader librement avec comme seul mot d'ordre, m'amuser. J'enviais ces enfants imaginaires qui pouvaient vaquer à leurs occupations, avoir des activités épicuriennes et ne pas se soucier du danger ambiant. Au fond de moi, et bien que j'essayais de faire transparaître une nature de guerrier, je savais très bien quel aurait été mon but dans la vie : Vivre, et non survivre.
« M’enfin, je ne vais pas lâcher l’affaire comme ça et s’il faut, je demanderai conseil aux autres épéistes ! »
Sans me faire attendre je fis front en stoppant ma marche et repris ses mots.
« Les autres épéistes ? Tu comptes sur qui ? Yasuhito ? Ubazame ? Attends un peu et ils finiront comme tous les autres, solitaires et enterrés. »
Je crachais mon venin sur des personnes que je ne connaissais à peine voir pas du tout, je ne faisais que projeter la haine que j'avais pour notre supposée caste.
« Nous faisons parti d'un clan sans aucune organisation, connu pour les méfaits de ses anciens membres et les seuls partisans qui nous approchent sont des coupe-jarrets qui envient nos lames. » rétorquais-je en me retournant vers elle avant de reprendre mes mots. « On est seuls Shio'. Les épéistes de la brume ne sont plus. »
Le ton était mélancolique et traduisait de manière ascétique la profonde maussaderie qui m'habitait. Je n'étais qu'un simple Genin, indigne de porter une épée légendaire et qui n'a aucun poids sur ce monde. Trop de désirs pour si peu de ressources, je finirai sûrement meurtri de la même manière que mon prédécesseur l'a été, d'une manière fourbe et douloureuse, dans une impasse sombre de Kiri.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mer 12 Juil 2017 - 23:35
À lui parler de mon dilemme avec Dokuyaku, je me remets réellement à repenser à celui-ci pour savoir comment je pourrais réellement faire pour pallier ce souci de défense que j’ai avec elle. Alors pendant qu’on prépare notre commande, je reste ainsi songeuse, jusqu’au moment où finalement, l’enfant à mes côtés me tire de mes pensées et me parle de ses propres épées. Je ne peux réprimer un petit rire à ses paroles. « Je pense qu’en réalité, tu as bien plus de savoir que moi ce niveau, mais je tenterais de t’aider autant que possible. » Aider le prochain, c’est quelque chose que j’ai toujours fait au final, même si derrière, je peux mentir assez facilement, comme argumenter pour manipuler, mais ça c’est juste un défaut professionnel à cause de mon passé de marchande. Il faut parfois savoir argumenter comme il faut pour vendre un objet sans valeur beaucoup plus cher et ainsi réussir à se faire quelques bénéfices. Bien qu’il soit vrai que j’ai jamais été très haut dans les prix non plus, sauf quand je me tenais en face d’une personne qui avait visiblement les moyens de mettre la main au portefeuille. Juger les clients en un regard, savoir jusqu’où ils pourraient mettre. La vie de marchand, ce n’est pas si facile que cela au final. Enfin soit. J’en viens à mentionner les autres épéistes avant de prendre une bouchée de mon okonomiyaki.

Je fus alors surpris par sa réaction et manquai d’avaler de travers. Toussotant un peu alors qu’il prend la parole, j’essaie de reprendre ma respiration afin de pouvoir lui répondre ensuite. Sauf que rapidement, il poursuit en continuant de démolir la faction dont nous faisons partie. Je penche alors la tête et lui souris. « Le passé ne crée pas le futur. Il nous montre juste le chemin à ne pas suivre. » Lui lançais-je doucement avant de m’abaisser pour me mettre à sa hauteur. Après tout, n’ayant pas encore fini sa croissance, il est plus petit que moi pour le moment. Bien que dans quelques années, c’est probablement lui qui devra se baisser pour être à ma hauteur. « Je me suis déjà entraîné avec Yasuhito. Il ne demande que ça dans un sens, partager son savoir. » Une petite information comme ça, mais bel et bien réelle, parce que sans Yasu, je ne me serais pas entraînée en dehors du village, je n’aurais pas pu acquérir de meilleures bases sur la maîtrise de mon chakra.

Je lui adresse alors un sourire en le regardant droit dans les yeux, une main posée sur ses épaules. « Tout peut changer Tetsu, tu le sais non ? Rien n’est figé. Une réputation change, un groupe se forme, les mentalités évoluent. Si on se bouge pour changer la vision que les gens ont de nous, nous ne serons plus des mercenaires ou des anciens renégats. » Je me redresse alors et lève le regard vers le ciel, souriant un peu plus. « Nous pouvons être tellement plus si nous nous donnons le moyen de le faire. » Je reste alors un moment silencieux avant de finalement baisser à nouveau le regard vers lui, un fin sourire sur les lèvres, mais une expression déterminée sur le visage. « Alors es-tu partant pour changer les choses ? Pour faire renaître les épéistes de la brume plus fort que jadis ? » Parce que même si ce n’est qu’une petite idée comme ça pour le moment, elle va réellement demander du travail, de la patience et surtout une bonne argumentation pour tenter de convaincre tous les autres épéistes de se rallier à cette petite utopie que je viens de proposer à Tetsuko. Mais se donner un but, n’est-ce pas la meilleure des choses pour réellement progresser ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Jeu 13 Juil 2017 - 0:37
...


Le pensait-elle vraiment ? Ou était-ce une de ces putains de réponses de contradiction. J'avais cette habitude de me mettre en garde, de montrer les crocs pour tout et pour rien, je le savais, mais quand bien même, l'idée qu'elle me présentait n'était pas en accord avec mes cognitions. Il en reste que, je devais bien l'avouer, elle avait les bons mots, les belles paroles qui me faisaient douter.
Elle me maternait en quelque sorte et je mentirais si je disais que je n'appréciais pas cette compagnie. J'écoutais ces dires avec attention. Ces lèvres remuantes instillaient dans mon esprit une dissonance nocive pour ma cohérence. Je ne savais guère quoi en penser. Devais-je continuer à faire cavalier seul dans la voie de mon paternel, ou était-il plus convenable d’acquiescer à ces projets et de tenter de construire un futur au sein des épéistes de la brume ? Dans tous les cas je ne pensais pas que ce soit ma tâche, même si nous étions actuellement une génération de sabreurs principalement composée de Genin, les autres avaient bien plus de pertinence à s'occuper du développement.

Elle m'avait glissé des mots concernant Yasuhito et son désir de nous instruire, mais où était-il jusqu'à présent ? Il n'avait pas daigné venir à ma rencontre et à vrai dire... moi non plus. Tournant la tête de droite à gauche, me mordillant les lèvres et faisant les cent pas de la réflexion, j'étais tourmenté. Gattsu m'avait toujours appris à exiger beaucoup de moi-même et ne rien attendre des autres afin que beaucoup d'ennuis me soient épargnés, mais après tout, la vie est un mystère qu'il faut vivre et non pas un problème à résoudre.

Je regardais au loin l'insigne lumineux de notre Grand Dojo qui perçait la brume. Etait-il l'heure de nous réveiller et de prendre la place qui nous appartient ? Je n'étais pas du genre à fraterniser, à sociabiliser avec les personnes, Shio' avait cette place privilégiée d'être une personne facilitant l'ouverture, mais ce n'était pas le cas pour toute la populace. Et alors, la tâche qui nous incombe (et surtout qui nous décombe) faisait naître en moi ce sentiment de gêne, cette petite phobie sociale qui m'a toujours freiné jusque là dans mes relations communautaires. Mais qu'importe, il n'était pas l'heure d'être victime de mes petites frayeurs, il est temps de grandir. Je ne suis pas une fleur bleue, je suis un Kirijin et par-dessus tout, un Sabreur de la Brume. Cucul la praline n'avait plus sa place.

Surprenant Shio' en grimpant sur son dos et en pointant du doigt la direction du Grand Dojo, j'invoquais d'un air enjôlé mon nîndo du moment :
« On dit que l'heure la plus sombre vient peu avant l'aurore. Visons la lune, on finira au moins dans les étoiles ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Jeu 13 Juil 2017 - 18:23
Je l'avoue, je ne me doute pas une seule seconde de l'impact que peut avoir mes paroles sur le jeune shinobi à mes côtés. En même temps, j'ignore tellement de choses sur lui, son éducation, tout comme de sa vision du monde, même si... Pour l'esprit d'équipe, je peux déjà avoir une petite idée à voir comment il peut percevoir ceux qui sont supposés être nos mentors. Il ne semble guère les apprécier, mais peut-être qu'il y a une raison à cela. Un conflit d'intérêts entre eux ? Une altercation ? j'ignore encore beaucoup de choses sur ce qui se passent dans le village. En même temps, je suis bien plus préoccupé par mes histoires que celle des autres alors forcément... Je ne me prête pas forcément aux rumeurs qu'il peut bien y avoir. Même si bon, l'une ne m'a pas échappé étant donné l'impact que cela aura sur le futur de tout le monde dans cette contré du globe. Alors ouais, je suis à mille lieux de me dire que peut-être cette idéaux dont je viens de lui faire part est à l'encontre de ses valeurs ou bien même lui fait tout simplement peur... Bien qu'en réalité... Il laisse assez bien transparaître sa nervosité en faisant ce que l'on appelle communément les cent pas devant moi.

Le suivant ainsi du regard, j'essaie de comprendre, d'analyser en quelque sorte ce qui peut bien l'angoisser de la sorte, mais hélas, je n'en ai aucune idée. Je me contente donc de le regarder, attendant qu'il émette une opposition ou tout autre forme d'exclamation pour marquer son accord, désaccord, ses doutes ou que sais-je d'autre. Sauf qu'il n'en fait rien. Chose qui me surprends dans un sens, mais sûrement pas autant que le fait qu'il me grimpe sur le dos, me faisant lâcher ma nourriture qui s'écrase un peu plus bas sur le sol. Visiblement, il veut me faire faire un régime en me privant de nourriture. Mais bon, c'est accidentel et je me vois mal lui dire un fait attention, parce que de toute façon, c'est déjà trop tard et je n'aime pas jouer les moralisatrices comme ça. Préférant au contraire assurer son équilibre sur mon dos en le maintenant avec mes mains, je regarde alors l'insigne du grand Dojo qu'il me montre et fronce un peu les sourcils à ses propos. Il n'a pas tort dans un sens, mais n'est-ce pas un peu, voir même beaucoup, contradictoire avec ce qu'il m'a montré juste avant ? Cette nervosité qu'il n'a pas su contrôler ? Je reste alors silencieuse un instant avant de finalement craquer et prendre la parole pour agir à quelque "Qu'est-ce qui te trouble Tetsuko ?" Maintenant que la question était posée, qu'il était calé sur mon dos, allait-il se livrer ou bien allait-il faire comment et s'en sortir par une jolie pirouette et me parler de tout autre chose pour changer de sujet et ne plus penser à la dite chose qui le dérange ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Jeu 13 Juil 2017 - 21:17
Quérulence, égocentrisme et paranoïa. Un cocktail nuisible.


L'euthymie ne dura pas longtemps, en une phrase Shio' avait stoppé net mon exultation éphémère. C'est donc ce que tu cherchais ? A avoir ce contrôle pervers sur moi ? C'était une vague de ressenti qui montait en moi tandis que, sur son dos, j'observais cette tranche de visage qui tentait de bousculer mes émotions. Une réponse laconique me vint en tête, celle de lui demander de fermer sa gueule. Mais je repris mon état normal, il paraissait inconvenant de penser de telles choses de Shio', elle n'était pas de ce genre, elle n'était pas de cette race. Il fallait que je taise cette paranoïa naissante, ce désir de violence qui montre le bout de son nez au moindre inconfort. J'étais plus stable et équilibré que ça.

Reprenant mon calme j'apposais ma tête sur le creux de sa nuque, absorbant sa chaleur et trouvant un peu de réconfort face à mes pensées néfastes. Avais-je tirer un signal d'alarme inconscient pour qu'elle se décide à me poser cette question ? Ou était-ce simplement le fruit du hasard ? Je ne le savais guère et quoi qu'il en soit, elle avait touché une corde sensible. J'internalisais beaucoup trop et la moindre occasion de tout relâcher faisait naître en moi une profonde envie de m'ouvrir.
« Tu sais, tu es la seule à m'appeler comme ça.. Pour les autres, je suis Kasanagi, la pie, l'aigrefin, le petit écorcheur couard. »
Plongeant mon regard sur le creux de ma main, je me projetais sur les lignes de celle-ci à la manière des vieilles chiromancienne, réfléchissant sur ma vie.
« J'ai envie de tous les égorger, de les vider, tous ceux qui nous veulent du mal et qui crachent sur notre dos. Tous ces félons, ils trouveront tous la mort sur le fil de mon épée Shio', tu comprends ? »
Je les sentais, mes démons étaient de retour. Des maigres voix inaudibles et des silhouettes camouflées polluaient mes perceptions. Me cramponnant à la nymphette, ma respiration se faisait de plus en plus irrégulière, erratique, tandis que je luttais contre ce délire qui me persécutais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Jeu 13 Juil 2017 - 23:51
L'avoir sur mon dos, pour discuter ce n'est pas réellement quelque chose que je qualifierais de très pratique. Je ne peux voir que le bas de son visage en tournant un peu la tête. Et comment dire que cela n'est guère suffisant pour connaitre l'expression qu'il peut bien faire à cet instant. Je peux donc me fier uniquement à ses paroles et l'intonation de celle-ci. Enfin, quand il se décidera à parler à nouveau. Parce que bien que je le sente plus tendu, ses muscles contractés contre moi, je ne préfère pas réagir tant que lui, ne prendra pas la parole. Après tout qui suis-je pour le forcer à parler ? Je ne suis ni sa mère, ni sa sœur, juste une kunoichi qu'il connaît depuis même pas un an. Je ne suis pas forcément la personne de premier choix à qui il pourrait bien se confier. Alors, je préfère attendre de voir, savoir s'il va oui ou non parler ou si, on va changer simplement de sujet sans parler plus de tout cela. J'attends juste.

Il finit par bouger dans mon dos, collant son front à ma nuque. Heureusement pour lui que j'ai attaché mes cheveux, sinon, il serait probablement en train de mâchouiller mes mèches blondes. Restant néanmoins immobile pour ma part, continuant juste de le soutenir sur mon dos, je continue d'attendre, espérant qu'il va à un moment ou un autre sortir de sa torpeur, parce que je n'ai jamais été douée face au silence des autres... À telle point que j'en ai déjà souffert plus d'une fois... Le plus marquant, je crois, c'était avec Kira... Et je crois que même maintenant, je n'apprécie pas de ne plus avoir de ses nouvelles. Le silence radio... Plus de lettres rien... Est-il toujours en vie ? J'ai peur d'une réalité où il ne serait plus... Je sais que je ne devrais pas me soucier comme cela de lui. Après tout, cela fait cinq ans que l'on ne s'est pas revus. Il est peut-être tout simplement passé à autre chose. Peut-être m'a-t-il tout simplement oublié ? Peut-être même devrais-je en faire de même ? Non ! S'il y a une chose que je refuse d'oublier de mon passé, c'est cette semaine que j'ai passée à ses côtés, aussi courte fut-elle... Elle fut si agréable, si différente, si changeante comparé à mon quotidien de l'époque. Il m'avait fait découvrir tout autre chose et vraiment, c'était quelque chose de magique. Alors non, si lui, il a pu oublier ça et m'oublier par la même occasion, je suis moi, bien incapable de le faire.

Revenant alors à la réalité avec les paroles de l'enfant dans mon dos, je reste silencieux, ne lui laissant une nouvelle fois rien voir de ce tourment. Il faut réellement que j'arrête de penser au Kumojin aujourd'hui, parce que ça ne m'apportera rien de bon. Surtout quand Tetsuko n'est pas dans son état normal. Je l'écoute alors, regardant sa main tendue près de mon visage alors qu'il semble lui-même hypnotisée par celle-ci tout en parlant. Paroles qu'un enfant ne devrait jamais prononcer tellement sombre, tellement effroyable... J'en frémis un peu malgré moi de sentir la haine émanant du petit que je porte. Il a réellement grandi trop vite, dans un environnement trop sombre, trop néfaste...

Cherchant alors à détourner son attention, je le fais un petit peu sauté sur mon dos pour le remonter et pour cette fois, le ternir réellement, pas juste le soutenir. "Ne penses-tu pas que tu devrais vivre pour toi, plutôt qu'au travers des dires et des yeux des autres ?" Le questionnais-je alors simplement. "Qu'il t'appelle la pie, l'aigrefin ou je ne sais quels autres noms d'oiseaux Es-ce réellement important si toi et les personnes qui te sont chère savent parfaitement que tu n'es pas comme ça ?" Une nouvelle question, pour le pousser encore plus à la réflexion, mais lui montrant un peu ma façon de voir les choses, d'aborder le monde. Lui dévoilant ainsi que je ne tente de retenir que le positif de chaque chose.

M'approchant alors d'une petite bâtisse pour me tenir en face d'une fenêtre afin de pouvoir contempler notre reflet à tous les deux alors que je continue de le garder sur mon dos. "Tu sais ce que je vois moi Tetsu' ?" Mon regard cherche à croiser le sien dans la vitre, aussi peu visible soit notre reflet au final, parce qu'avant de poursuivre, j'attends une réponse de sa part, savoir s'il veut continuer d'entre ma vision ou s'il préfère continuer de se baser uniquement sur celles de ces personnes qui lui veulent du mal.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Ven 14 Juil 2017 - 3:29
...


Ma gorge est nouée, les mots me manquent. Elle était précise dans le choix de ses paroles, chacune faisait écho. Elle maniait l'apophtegme avec brio et choisissait l'intonation optimale pour anesthésier mes songes méphistophélique. Empoignant mon front, puis frottant mes globes oculaires, je reprenais le contrôle sous la bonne thérapie de sa locution. Mon paternel, à l'image de ma mère, aurait acquiescé à mes précédents mots, certainement sous la volonté de cultiver l'image d'un homme, un vrai. Mais Shio', elle, choisissait une toute autre approche en tentant de maîtriser mon discours et de le manipuler vers des réflexions plus apaisantes et motivationnelles. Si mon intellect ne pouvait être en désaccord avec elle, au fond de moi une partie noire de mon esprit ne pouvait s'en satisfaire. Il y avait ce désir noir de violence qui ne pouvait simplement pas accepter de considérer les nuisibles comme des personnes à ne pas meurtrir. Des flashs me remémoraient ce fantasme de voir des corps de pécheresses et coupables dépecés au plus haut point. La simultanéité de ces cognitions contraires faisait renaître un inconfort mental du fait de leur caractère inconciliable.

C'était une responsabilité injuste qui accompagnait mon statut d'enfant unique du Berserk. J'ai grandis sous sa légende en sachant que je n'avais pas le droit de le décevoir, que je n'avais même pas le droit de mourir et qu'il n'y a pas de remplaçant pour accourir après moi, c'était moi, et c'est tout. Ça me donnait un besoin irrépressible d'être parfait, mais de mon jeune âge j'étais bien loin du compte.
« Est-ce réellement important si toi et les personnes qui te sont chère savent parfaitement que tu n'es pas comme ça ? »
Elle ne comprenait pas que ce fiel était tout ce qui m'animait. Si ce n'était pas la quête des épées légendaires, c'était bel et bien cet esprit de querelle qui me poussait à me lever à chaque aube. Si je n'avais pas ça, je ne serais tout simplement rien. Un simple marmot déambulant dans Kiri sans aucune aspiration, sans aucune activité. C'était mon identité, et je ne pouvais pas me débarrasser de mon identité par peur de n'être personne.

Tournant la tête en signe de désapprobation, ne trouvant pas les mots adéquats qui me permettraient de lui répondre tout en conservant la face, je profitais du silence ambiant qui s'était installé afin de l'observer une nouvelle fois. Avec ses vêtements ondulants et nacrés, son regard lointain et insistant me poussait à capter sa réflexion sur la fenêtre. Me dégageant de ses épaules je pris position devant la vitre, plongeant mon regard dans mon reflet. Ma trogne se déformait légèrement du fait de la mauvaise qualité du verre, et petit à petit, ses imperfections s'accentuaient au sein de ma psychée jusqu'à ce que je puisse percevoir le visage d'un monstre. Mes globes étaient difformes et suintés une couleur vermeille, mon menton s'allongeait et mes dents semblaient avoir disparus, laissant place à une cavité buccale béante et profonde. C'était un visage d'effroi, la caricature d'une âme pourrie, d'un esprit tourmenté par mes multiples hallucinations.
« Je vois une erreur. »
Quand mon regard recroise celui de Shio', je pense à sa tête. Je m’imagine lui brisant le crâne, décortiquant son cerveau, essayant d’obtenir des réponses. Comment te sens-tu ? Pourquoi as-tu voulus que je me confis à toi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Ven 14 Juil 2017 - 10:36
Et il persiste à installer une nouvelle fois un silence entre nous. Peut-être devrais-je lui dire que je n'apprécie guère cela ? Que ces silences sont pour moi bien plus malaisant que tout autre chose ? Je sais que parfois, ça peut être constructif, un silence imposé, pour laisser réfléchir, mais là, je sens bien qu'il y a un souci, que son silence n'est pas juste pour réfléchir. J'ai beau ne voir que son reflet dans cette vitre, je n'ai pas manqué son mouvement de tête, marquant une gêne, un dégoût ou que sais-je d'autre. Je ne suis pas dans sa tête et ne le connaissant pas depuis des années, je ne peux pas interpréter d'une façon ou d'une autre ses propos. Que pense-t-il ? Qu'a-t-il réellement compris ou simplement interpréter de mes paroles ? Parce que je sais depuis toute petite que communiquer est quelque chose de compliqué, que se faire comprendre et parfois bien plus compliqué que tout autre chose. Alors là, qu'a-t-il pu traduire réellement ? Je n'en sais rien et je finis quand même par briser le silence, pour lui demander s'il veut savoir ce que moi, je vois dans ce miroir improvisé.

Il finit par bouger, non pas les lèvres, mais le reste du corps. Me soulageant de son poids en quittant mon dos, je pivote un peu sur moi pour suivre son déplacement du regard et finalement le voir, venir, se placer devant moi. Face à cette dite vitre. Espérons pour nous qu'il y a quand même pas de villageois dans cette maison qui se demande bien que ce que l'on peut faire à regarder comme ça. Peut-être penseront-ils qu'on fait du repérage pour les cambrioler plus tard dans la nuit ? Il est vrai que ça serait réellement une possibilité, mais niveau discrétion... Comment dire que ça ne serait pas la meilleure approche quoi. Cependant, il faut que je cesse de me perdre en pensée inutile et assez décousue pour me concentrer sur l'instant présent. Surtout maintenant que le jeune Tetsuko se tient devant moi face à cette fenêtre à se regarder.

Une erreur?!

Je reste stupéfaite devant sa propre vision de lui-même. Se voit-il réellement comme cela ou bien rien en fait... Il n'y a pas d'autre possibilité... Comment est-ce qu'un enfant de son âge peut déjà se percevoir ainsi ? Quelle enfance a-t-il eu ? J'en suis réduite à me poser mille et une questions sur lui, pour tenter de comprendre, mais hélas, n'en formulant aucune de vive-voix, je n'aurais guère les vraies réponses, juste des hypothèses que je vais me faire toute seule ou à cause des rumeurs et des dires sur son compte. Rien de bien glorieux et probablement même très loin de la réalité. Pourtant, je ne me vois pas le questionner pour avoir ses réponses. Je ne me vois pas creuser et risquer de le mettre encore plus mal. Peut-être que je devrais, mais est-ce là le rôle qu'il a envie que je joue ? A-t-il réellement envie de se livrer à moi ? Si c'est le cas, il le fera de lui-même sans que j'aie à lui poser de questions non ?

Dans tous les cas, me baissant un peu pour mettre mon visage à son niveau, mon index et mon pouce vienne rapidement et doucement saisir la peau tendre de sa joue pour la pincer un peu et la tirer. Lui rappeler sa condition d'enfant, peut-être que ça ne serait pas un mal. En espérant bien entendu que cela ne le mette pas plus mal. "Moi, je vois un enfant qui veut jouer les adultes, qui a grandit trop vite et qui du coup est probablement perdu." Lui lançais-je doucement. "Perdu parce qu'il ne sait pas réellement où est sa place à l'heure actuelle, mais là, n'est pas tout ce qui te décrit Tetsu." Sa joue lâchée, je me redresse alors et lui adresse un léger sourire. "Je vois surtout quelqu'un de courageux et de fort." Probablement que mes deux compliments ne vont pas rattraper ce que j'ai dit juste avant, peut-être qu'il va être réellement dégoûté par mes mots, mais mon but n'était guère de le blesser ou de lui faire du mal à cet instant, juste lui faire prendre conscience qu'il est encore un enfant, que tout n'est pas encore tracé pour lui et qu'il a la force en lui pour arrêter de se percevoir comme une erreur. "Tu es tout sauf une erreur." Finis-je quand même par lui murmurer doucement, même si ça serait plutôt à sa mère ou à son père de lui dire ses mots.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Ven 14 Juil 2017 - 20:20
...


Une fine bruine nous accompagnait dans notre discussion. Les gouttelettes parsemaient la vitre avant de couler de manière chaotique une fois qu'une goutte plus conséquente était formée. Un certain recul inopiné de la scène me faisait prendre conscience de ma bêtise. J'avais quelque peu divagué et en cela, j'avais honte.

Sumimasen murmurais-je d'une voix si camouflée que la demoiselle ne l'entendrais certainement pas.

Ses mots étaient doux et pleins de réconfort. Je me sentais mieux et en soit, c'était tout ce dont j'avais besoin. Elle instillait en moi un sentiment de fierté et une chaleur bienfaisante. Trop de gentillesse envers ma personne, j'espérais juste qu'elle n'en serait pas victime dans un village beaucoup trop dangereux pour un esprit philanthropique.

Relevant la tête, je me baignais une nouvelle fois dans ce regard azur. Je pouvais me défendre contre une lame, contre de la méchanceté, mais contre cette douceur j'étais bien trop vulnérable. On dit que la gentillesse est le langage qu'un sourd peut entendre et qu'un aveugle peut voir, et sur le coup, je trouvais cette expression très appropriée.
« Je t'adore Shio'. » sacralisais-je tandis que je donna l’accolade au niveau de sa taille.
Elle représentait la chose qui me manquait ces derniers temps. J'avais accaparé notre balade avec mes petits désordres d'enfant tourmenté et de ce fait, n'avais pas pris le temps de prendre soin de cette jeune femme qui m'avait réchauffé le cœur.
« J'ai juste tendance à me perdre dans mes songes des fois, mon esprit me joue des tours, ça ne se reproduira pas. »
Sumimasen baragouinais-je à nouveau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Ven 14 Juil 2017 - 22:11
Je penche un peu la tête quand soudainement, il vient me faire une déclaration d'affection plus qu'inattendue. Je ne faisais guère cela dans ce but. Je voulais juste l'aider à aller un peu mieux, à se voir d'une façon plus agréable, pas pour qu'il me démontre une quelconque marque d'affection aussi plaisante puisse-t-elle être. Car entendre que l'on est apprécié est toujours agréable au final et c'est ce genre de chose qu'il faut retenir surtout. Les petits moments comme ça où une autre personne vous témoigne de l'attention positive, c'est ce que l'on a du mal à retenir, mais c'est également une chose que l'on a souvent du mal à faire. Il est tellement plus facile de blesser, de faire du mal que de dire des choses agréables. Pourtant, il vient de le faire sans réellement se faire prier et surtout alors que je ne m'y attendais pas le moins du monde. Ce qui rend cela encore plus surprenant et sincère dans un sens. Alors je lui souris doucement, mon regard rivé dans le sien. "Je t'adore aussi Tetsu'." Lui répondis-je alors doucement pour lui montrer que son affection est partagée, et même si je pense le lui avoir montré ces dernières minutes, le lui dire également n'est pas un mal étant donné que lui-même vient de le faire.

Je lui laisse alors entendre un petit rire quand il se justifie quant à ce qu'il vient de se passer et son possible mal-être. "On passe tous par là. On a tous nos démons et nos craintes. Il est normal que toi aussi, mais les garder pour ça, ça n'apporte rarement rien de bon. Alors, tu sais, si ça se reproduit, n'hésite pas à m'en parler. Je serais là pour toi." Je lui pose alors doucement la main sur l'épaule pour lui faire comprendre que pour moi ce ne sont pas que des paroles en l'air, que je serais réellement là pour lui et qu'il peut grandement me faire confiance et se reposer sur moi. Comme moi, je me reposais jadis sur Kira du moins via mes lettres, exprimant à celui-ci mes doutes et mes craintes alors qu'il ne devait en théorie n'en avoir rien à faire, ayant lui-même ses propres soucis, probablement plus important que les miens. Peut-être est-ce d'ailleurs à cause de cela qu'il ne me répond plus... J'ai d'ailleurs abandonné l'idée de lui envoyer mes lettres maintenant, même si, étrangement, je continue encore à lui écrire... Elles restent juste planquées dans la chambre que j'occupe, attendant d'être envoyé un jour, mais ce jour n'arrivera probablement jamais hélas. Enfin soit, je me dois de penser à Tetsu à cet instant et non pas à cet homme porté disparu depuis de long mois... Comme mon sensei... À croire que les personnes que j'affectionne sont vouées à disparaître un jour où l'autre. J'espère donc que Tetsuko n'est pas le prochain sur la liste... "Je vais te faire voir que tout le monde n'est pas mauvais. Qu'il y a des choses bien." Une phrase, comme un petit défi pour lui, pour moi, pour nous. Une proposition de le pousser à avancer vers un avenir plus lumineux que celui qui pensait avoir jusqu'à présent même si le chemin risque d'être long et compliqué, même si on ne sait absolument pas ce que l'avenir nous réserve.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Dim 16 Juil 2017 - 21:13
...


C’est certainement une sensation que je n'oublierai pas, cette chaleur humaine qui en un instant avait enveloppé mon être, insufflant de la vie dans mes poumons à un tel point que je me sentais à présent dans un état de béatitude. Cette chaleur qui en l’espace d’une seconde avait vaporisé mes petits tracas de la journée. J'étais plus prompt à profiter des mets que nous avions acheté qui avaient survécu à notre faim au fond de ce sac cartonné.

Je raccommodais mes pensées, à la recherche du sujet qui nous avait mené à cette petite interlude. Ah oui, notre "presque" clan des Épéistes. Il faudrait que nous abordions ce sujet à nouveau, mais apparemment ce n'était pas l'heure, Shio' semblait avoir tout autre chose en tête.

Me détachant d'elle, sourire aux lèvres je lui fis signe de mon approbation d'un signe de tête. Un soupçon paranoïaque demeurait cependant. Je n'arrivais pas à me détacher de l'esprit cette idée persécutante que chacun de ces mots avait vocation à me manipuler, à me mettre à sa botte afin que je devienne son pantin. Mais qu'importe, si le Diable était personnifié sous la jupe d'une demoiselle telle qu'elle, je consens à lui manger dans la main.
« Je suis tout à toi ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Lun 17 Juil 2017 - 22:59
Silencieuse, je reste surprise par ses propos un petit moment. Il est vrai que je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il me sorte une telle phrase si soudainement. Bien que j'aurais pu y penser. Après tout, je viens de lui proposer de lui montrer quelque chose... Sauf que ce quelque chose, c'est pas comme un lieu ou même un animal, on peut pas le montrer comme ça. Je ne sais dés lors pas trop quoi lui répondre, parce qu'un je ne peux pas le faire lui ferait alors croire que je le mène en bateau non ? Il faut que je trouve quelque chose à dire rapidement ou même simplement à lui montrer... "Viens. On va aller se poser pour manger en même temps." L'informais-je alors en regardant le sac qui a survécu à notre discussion assez mouvementée.

Un petit sourire et voilà que je l'entraîne maintenant un peu plus loin pour arriver dans le quartier résidentiel, ou à cette heure des enfants bien plus jeune que lui, jouent encore dans la rue, en toute innocence. Un spectacle assez doux et marquant quand même la beauté de ce monde. La paix, l'insouciance, n'est-ce pas quelque chose de magnifique ? Parce que quand on n'est pas plus haut que trois pommes, on ne subit pas la vie, on la vit tout simplement et dans un sens, c'est une chose que j'aimerais encore réussir à faire. Vivre ma vie, plutôt que subir les coups qu'elle me donne.

Prenant alors la parole doucement « Tu sais, les bonnes choses de la vie, elles sont partout, il faut juste les voir. » Je penche un peu la tête sur le côté, est-ce qu'il allait comprendre que je parlais pour l'heure des enfants qui gambadent devant nous ? « C’est un peu comme la notion de bien et de mal. Il faut voir le bien plutôt que le mal. Bon parfois, c’est compliqué, voir même impossible, mais bien souvent, on peut trouver du positif. C’est une façon de vivre en quelque sorte et ça permet de cultiver des objectifs et son optimisme. » Plongeant mon regard dans le sien. « Par exemple, une personne qui te critique parce que tu n’es pas assez fort. Cherche à le faire argumenter, comme ça, il te donnera des indices sur ce que tu dois améliorer. Une critique en soit, n’est jamais mauvaise et si elle est là juste pour critiquer sans valeur derrière, elle ne sert à rien et il ne faut même pas en tenir compte, c’est juste… » Je réfléchis alors un instant. « De la jalousie ? » Je le questionne alors pour savoir s’il est ou non d’accord avec cette façon de penser, cette approche que j’ai des critiques que l’on peut me faire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Mar 18 Juil 2017 - 1:37
...


C'était la vie que j'avais, celle que j'aime le moins. Ils étaient là, gais, joyeux, profitant de cet air frais pour s'atteler à la tâche de profiter de la vie. C'était la vie que j'aurai voulu. Ils flottaient au gré de la pierre et de l'herbe sous la bruissement des feuilles mortes. Nous étions tels des oiseaux détachés au vent, à la différence que mes ailes à moi étaient brisés, et qu'elles ne murmuraient certainement plus une brise d’espièglerie.

Un soupir rempli de tristesse et d'envie se dégageait. Respirant les mots interrogatoires et philosophiques de Shio' je spéculais sur ses intentions. Ces paroles étaient douces et pouvaient paraître pleine de bon-sens, égayant le monde de par un positivisme incomparable. Elle voyait encore en moi un enfant peu éveillé qui pourrait boire à pleine gorgée de telles ganacheries enrobées de candeur, et il fallait bien admettre que ça m'aurait plu. Je repris la parole après un moment de mûre réflexion.
« Tu le penses vraiment Shio' ? Que le monde est aussi simpliste qu'une banale opposition fondamentale entre bien et mal ? Le monde n'est ni noir ni blanc, il est une nuance de gris. Et malheureusement nous sommes certainement tombés dans la période la plus noirâtre de cette gamme de couleur. »
Marquant un temps de pause, je me retourne vers Shio' avant de reprendre mes mots.
« La seule chose certaine, c'est que nos moyens d'actions se doivent eux, d'être manichéens et sans appel. Qu'importe ses raisons. De la jalousie, de l'envie ? Je n'en ai cure. Une personne critiquant ma force trouvera mon argumentaire au fil de mon épée pendue au fond de sa gorge. »
L'oiseau a perdu ses ailes, mais s'était vu poussé des crocs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mar 18 Juil 2017 - 17:31
Lui demandant son avis, j'attends maintenant qu'il s'exprime et son soupire en dit déjà long sur ses pensées et sur sa vision des choses. Défaitiste, voilà comment j'ai envie de qualifié cet enfant. Il est en quelque sorte l'opposé de moi, qui me bat pour trouver du positif partout, lui il se contente de ce qu'il voit, sans chercher plus loin. Il prend les choses telles qu'elle. Pour peu, il pourrait se contenter de miettes de pain alors qu'un peu plus loin, se tient un festin de roi. Je le laisse donc parler et à ses paroles, je rigole un tout petit peu malgré moi. Me pense-t-il si naïve que cela ? A croire que tout n'est que bien ou mal ? Non, je sais bien que la vie est tout en nuance. Je me laisse alors à regarder ses enfants jouer. "Je ne suis pas si insouciante pour penser une telle chose Tetsu. La vie, c'est une palette de couleur dont on peut choisir les teintes. " Lui soufflais-je alors doucement. "Une même scène peut avoir bien des significations en fonction de l’interprétation que tu lui donnes." Bougeant alors la main pour lui montrer l'ensemble des enfants, je l'invite à regarder, à analyser un peu le tableau vivant qui se dresse devant nous. "Gris par amertume, dégoût de cette joie que l'on ne partage pas. Rouge, par jalousie, parce que nous ne pouvons plus nous amuser librement comme eux. Orange, parce qu'ils rigolent et on pourrait bien facilement rire avec eux si on se donnait la permission de le faire. Rose, quand on voit le regard des parents envers les enfants, l'amour qui en émane. Bleu, pour la joie qui ressort et le bien-être qu'on ressent quand on peut voir des enfants ainsi s'amuser." Je tourne alors la tête vers lui en rigolant un peu. "Bon, je dis peut-être un peu n'importe quoi avec les couleurs, mais tu comprends l'idée non ?" Je le regarde, espérant juste ne pas passer pour une idiote à ses yeux. "Mais tu vois, ce que je veux dire, c'est que le monde, il a la signification que tu lui donnes et si tu estimes que nous sommes dans une période bien sombre, c'est parce que toi, tu la vois ainsi. Mais moi, je peux te dire que je la vois tout autrement. Parce que Kiri nait, grandit et surtout, les chemins pour eux." Dis-je en montrant les enfants. "Deviens plus sûr. Moins de brigands, de hors la loi sur nos terres, cela signifie également moins de vol, de meurtres, de souffrances." Cependant, à parler comme ça, je devrais quand même le laisser exprimer sa vision à lui, pour comprendre d'où cette vision achromatique lui vient. J'en viens à lui former une question pour qu'il m'explique. "Alors pourquoi selon toi, sommes nous dans une période sombre ?"


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Mar 18 Juil 2017 - 20:46

L'extrême pureté peut contempler le pur et l'impur ; l'impureté ne peut ni l'un ni l'autre : le premier lui fait peur, le second l'absorbe.


Alors c'était comme ça ? Cette personne que je chérissais tant était au final bien différent de moi. Elle gardait au sein de mon âme une image pure, celle d'une fille qui semblait-il, n'avait pas été victime de l'enseignement de la vie. Si je n'avais pas connaissance de quelques palabres de son histoire, j'aurai pu croire qu'elle était une simple civile, épargnée par les mésaventures de notre monde actuel. Une partie de moi au final avait tout simplement envie de la préserver de cette vision sale que je représentais. Une vision de moi n'avait tout simplement pas envie de tenter une quelconque perversion de sa conscience. Mais qui étais-je au final pour tenter de la préserver ? J'étais son cadet, et de loin, et elle était une kunoichi et membre de mon clan qui plus est.
« Mais tu ne me comprends pas ! » m'exclamais-je avant de pointer d'un doigt rigide la ribambelle de marmousets.

« Eux ! Eux ! Eux peuvent voir ces couleurs ! Mais ils ne savent pas que sous leurs pieds gisent les dépouilles de ceux qui ont donné leurs vies pour qu'ils puissent voir un semblant de lumière, un soupçon de nuance ! Et c'est nous Shio', nous kunoichis et shinobis qui seront les prochains sacrifices pour que ces putains de demeurés naïfs demeurent immaculés et puissent vivre une vie "normale". »
Lui donnant à présent mon dos, je rebroussais chemin d'un pas nonchalant avant de déclarer ma conclusion d'une note presque inaudible.
« Nous sommes des shinobis, Watanabe Shiori, nous ne vivrons pas vieux, nous ne vivrons pas heureux. Telle est notre fatalité, n'espère rien d'autre et n'oublie pas ces mots. »
Tu mérites mieux comme compagnon. J'espère que celui qui semble occuper tes pensées partage ta vision et non la mienne.

_________________


Dernière édition par Kirigakure no Kasanagi le Mar 18 Juil 2017 - 23:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mar 18 Juil 2017 - 21:28
Une objection rapide et vive, je tourne la tête vers lui et le laisse alors parler, s'exprimer et évacuer tout son flow. Il en a des choses à dire, mais réellement il voit tout en mal et ça c'est clairement quelque chose qui serait bien de changer, sinon, rapidement, il se retrouvera être suicidaire en mission et probablement du genre à ne pas faire si attention que cela à sa vie. Ne lui accorder que peu d'intérêt... D'ailleurs en vue de ses propos, c'est déjà quelque chose qu'il aurait tendance à faire non ? Ne pas vivre vieux, ni même heureux. Il est réellement pessimiste. Cependant, quand il prend un ton plus sérieux et qu'il m'appelle complètement par mon nom et prénom, je fronce les sourcils et le dévisage réellement. "Je n'ai pas besoin de ce rappel. Je sais parfaitement la voie que j'ai choisie, mais toi, pourquoi as tu fais le choix de devenir ninja ?" Le questionnais-je alors, parce qu'au final, nous n'avions pas réellement parlé du pourquoi on en était arrivé là et j'avais toujours, jusqu'à présent, tu cette partie pour ne pas parler de la mort de mon père. Bien que probablement, je peux toujours éviter le sujet. "Si tu ne te bas pas pour préserver quelque chose, pourquoi te bats tu alors ? Se battre pour une cause te donnera toujours plus de motivation que si tu le fais simplement par égoïsme ou fatalité." Lui lançais-je alors, marquant le débat avec une intonation un peu plus forte, le sujet me tient à cœur et disons que si j'ai moyen de le faire réellement réfléchir à tout ça, je ne manquerais pas une occasion de le faire. "Si tu regrettes cette vie, tu peux encore y renoncer et vivre comme ceux que nous cherchons à protéger Tetsuko. Rien ne t'oblige à suivre cette voie, surtout si elle te rend aussi amer que ça." Je le regarde, probablement un peu navrée pour lui de le savoir si jeune et déjà si... Fataliste. "Puis, c'est justement parce que nous ne ferons pas de vieux os qu'il faut profiter de ce que l'on a maintenant, de la vie qui nous est offerte." Dis-je alors plus doucement en le regardant toujours, mes yeux marquant ma détermination à ce sujet. J’ai beau avoir l’air douce, tendre, faible et même tout ce que l’on veut, il y a bien une chose que l’on ne peut pas me retirer, c’est ma détermination. Celle dont je fais preuve à cet instant, mais aussi lors des entraînements et autre moment de la vie. Je suis déterminée, pour réaliser mon but, mais pas que. "C'est justement parce que nous sommes là, qu'eux, ils peuvent profiter pleinement en toute insouciance." Finis-je par conclure en reportant alors mon attention sur les enfants et non plus sur le jeune sabreur en face de moi.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Mer 19 Juil 2017 - 1:32
...


« ...mais toi, pourquoi as tu fais le choix de devenir ninja ? »
Cette question perturbante résonnait dans mon esprit d'un écho étrange et curieux. En effet, la réponse qui sommeillait dans mes élucubrations semblait paradoxalement tellement évidente et tout autant inexplicable, inatteignable. Avais-je le choix ? Avais-je eu besoin d'une raison ? Pas vraiment à vrai dire. Le lombric choisit-il de devenir un animal fouisseur et de forer la terre ? Profitant d'un temps de pause, j'écoutais attentivement le reste des propos de Shiori. La philosophie était une nouvelle fois de rigueur. J'étais face à un discours moralisant, motivationnel, et je ne pouvais m'empêcher de penser que je n'étais rien d'autre qu'un mauvais élève qui ne comprenait rien à l'enseignement de la plus grande.

C'était presque si j'écoutais à demi-mot tellement que nos avis pouvaient diverger. Mais progressivement je me rendais compte que je ne comprenais pas foncièrement ce qu'elle cherchait à partager. Il semblait pour moi de plus en plus pertinent que ce n'était pas moi qu'elle cherchait à convaincre, mais bel et bien elle-même. Une jeune femme souhaitant garder espoir, bataillant pour conserver du positif et ne pas dériver vers ce fameux nuancier de gris. Était-ce cela ? Ou bien tentait-elle tout simplement de réconcilier mon âme ?
Trop de questions pour si peu de réponses. Mon esprit brouillait ne trouverait certainement pas sommeil avant un bon moment à présent.

Lui refaisant face de plus belle, je marquais un temps de pause avant de prendre la parole avec un ton sérieux.
« Shio', je n'ai pas besoin d'un dessein ou d'une inspiration. Je suis un shinobi, ce n'est pas un choix, c'est simplement ma voie. Si je m'entraînes chaque jour, c'est pour les protéger, c'est pour pouvoir TE protéger. Ceci est mon égoïsme, ceci sera certainement ma fatalité, mais c'est ce qui fait la beauté de la vie.»
Je manquais cependant de dire le plus important. C'est que c'était le combat qui animait mon être, l'adversité qui allumait ma flamme et l'envie d'être puissant qui faisait battre mon cœur. Mais toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mer 19 Juil 2017 - 8:07
Je reste silencieuse alors qu’il se met à répondre à ma question. Une petite tirade qu’il me sort. Peut-être un peu trop facilement, un peu trop courte aussi. J’ai un peu l’impression qu’il se contente de reformuler d’une certaine façon ce que je viens de dire, et dès lors que ce n’est pas réellement sa motivation. Mais je n’en dis rien et ne montre pas que je doute. De toute façon, j’ai surtout froncé les sourcils quand il a affirmé que c’était sa voie, comme si elle lui était imposé et qu’il n’avait jamais eu d’autre choix. Enfin, c’est l’impression que sa formulation m’a donnée, parce que ce n’est pour pour protéger qu’il a choisi de le faire, il a choisi de le faire et protéger les autres n’en est qu’une conséquence en quelque sorte. Après tout il a quand même dit clairement que ce n’était pas un choix... « C’est réellement ta voie ? » Demandais-je alors plus doucement, peut-être pour tenter de le faire parler, de le pousser à la confidence ? Je n’en sais rien, je ne sais guère si cela va marcher ou non, dans tous les cas, je nous éloigne maintenant des oreilles indiscrètes. Décidant d’aller m’asseoir sur un banc un peu plus loin, attendant dans un sens de lui qu’il fasse de même pour quand bien même enfin réellement se mettre à table, parce que sinon, dans deux heures nous serons encore là à parler et probablement débattre sous tout cela avec nos estomacs qui crieront réellement famine.

Mon regard toujours posé sur lui, j’ai réellement du mal à le comprendre en fait et savoir ce qui le motive comme ce qui l’a poussé à devenir un shinobi. Et à force de réfléchir à cela, je réalise que même si cela fait un an que l’on se connait, je ne sais pas tant de choses que cela sur lui. En même temps, l’inverse est le cas également. J’avoue ne pas avoir beaucoup parlé de moi, de mon passé ou plutôt il y a beaucoup d’élément que je tais non pas par honte, mais plutôt pour ne pas en parler tout simplement et ne pas les voir s’ébruiter. Tout le monde n’a pas besoin de savoir que mon père est mort tué par des criminels, tout comme personne n’a besoin de savoir que j’ai des liens avec un ninja d’un autre village… Le deuxième révélé serait bien plus problématique je pense d’ailleurs. Alors, ça il faut réellement que je ne le dise à personne. Après tout, c’est mon secret. Tout comme Tetsuko doit en avoir également. Je lui souris alors doucement en réalisant qu’au final, on est aussi secret l’un que l’autre probablement, même si j’ai l’air de bien plus me dévoiler que lui.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Mer 19 Juil 2017 - 12:39
...


Souhaitait-elle que je m'ouvre réellement ? Que je glorifie une image d'un jeune adolescent déjà accoutumé à la confrontation, aux rixes ? Déjà accro à l'allégresse, à la consécration de la victoire ?

C'était à mes 5 ans, une simple bagarre de petits diables avec un ainé du hameau voisin. Notre petite querelle en était arrivé aux poings jusqu'à ce que je tâche pour la première fois, mes petits poings frêles de l'époque du plasma vermeille de mon rival. Et malgré la douleur des coups que j'avais pu recevoir, c'est durant cette matinée que j'avais pu goûter pour la première fois à l'exultation de la violence. Quand les adultes étaient venus nous séparer, j'arborais devant ma maternelle un sourire franc et angélique. C'est à partir de ce jour qu'elle comprit que si je n'avais pas hérité du Kekkai Genkai, j'avais hérité des gênes sanguinaires de mon père et des Yuki les plus bourreaux.

Rejoignant Shiori sur ce banc humide et désagréable, j'apposais sans me faire tarder ma tête sur ces genoux à la recherche de cette chaleur que j'avais pu précédemment gouter.
« ... Nous ne sommes pas pareils Shio'. Tu ne comprendras jamais. »
Un dernier soupir et je manquais presque de m'endormir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Mer 19 Juil 2017 - 16:15
Je ne le quitte pas des yeux alors qu'il s'approche de moi et que très rapidement, il s'allonge sur le banc à mes côté pour poser sa tête sur mes jambes. Baissant alors la tête pour le regarder je souris un peu. "Je ne suis pas sûr que ça soit réellement une position pratique pour manger. Sauf si tu veux que je te nourrisse." Je n’allais quand même pas devoir lui donner à manger morceau par morceau pour qu'il reste couché comme ça non ? Sauf que pour l'heure il ne semble pas du tout intéressé par le fait de manger, mais bel et bien par notre conversation et nos opinions divergents. Je pose alors doucement ma main sur sa tête, laissant mes doigts glisser dans ses mèches sombres pour lui offrir un peu de tendresse. "Si tu ne m'expliques pas, il est vrai que je ne pourrais pas comprendre." L'informais-je alors, parce qu'il ne dit pas tout et je pense être assez à l'écoute pour, probablement, réussir à comprendre ce qu'il peut bien me dire, même si ça peut être un peu compliqué. Cela le sera toujours bien plus que s'il se taire encore et encore dans le silence en argumentant stupidement que je ne comprendrais pas. "Parce que tu vois, ce n'est pas parce que nous sommes différents que nous sommes incapables de nous comprendre. Si tu m'expliques, si tu t'ouvres à moi, je pense que je le pourrais. Puis... je pourrais toujours te poser des questions si je ne comprends pas." Je penche alors un peu la tête, lui adressant un nouveau sourire avant de lui tirer la langue, un peu taquine. Mes doigts quant à eux, continue de trifouiller doucement dans sa chevelure, espérant que cela ne le dérange guère, bien que si c'est le cas, il ne tardera pas à réagir, en se dégageant ou en faisant tout simplement une remarque. " Puis tu sais, même si je ne te comprends pas totalement tu peux me parler ouvertement si tu en ressens le besoin. Je te l'ai dit, tu peux te reposer sur moi. Après tout, on est partenaire maintenant non ?" Enfin, pas réellement, mais disons plutôt qu’étant épéiste tous les deux, je nous vois un peu comme ça. Peut-être que ce n'est pas le cas pour lui, si c'est ça, ça serait réellement dommage.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Jeu 20 Juil 2017 - 0:08
...


A ce moment, je ne demandais pas grand chose. Juste un peu de silence et une lampée d'eau fraîche afin que je puisse désaltérer ma gorge et profiter convenablement de cet instant. Elle trifouillait mes cheveux à la manière d'une couturière. Parcourant mes lignes capillaires d'un doigté doux et aléatoire. J'aimais imaginer qu'elle comprenait mes pensées et me caressait les zones voulues. La faim elle, ne m'atteignait pas, ou du moins, pas tant que je serai bien trop occupé à profiter.

Des paroles et encore des paroles, à croire que nous ne finirions jamais cette discussion. Elle lutait pour mon salut et moi je restais recroquevillé sur ma position funèbre. Souhaitais-t'elle réellement que je m'ouvre le crâne devant ses yeux écarquillés ? Je persistais à pressentir qu'au fond d'elle ce n'était pas le cas, et qu'elle se suffisait simplement de m'écouter débiter des paroles mornes et maussades. A son tour, elle reprendrait mes mots d'une façon plus rose et tenterait de plus belle de "m'ouvrir les yeux" aux "beautés et cadeaux" que ce monde pourri pourrait m'offrir.

Me laissant aller à l'allégresse, je n'écoutais que d'une oreille ces palabres.
« ... Oui, Shio'... Tu es ma partenaire, tu es... »
Et c'est à ce moment précis que je trouvais la réponse ultime à mon petit tracas : L'esquive à travers le sommeil. Mes paupières lourdes s'étaient fermées sous l'impulsion de la fatigue précédemment acquise et de la béatitude éphémère. J'avais rejoins les bras de Morphée avec je l'admets, une pointe de consentement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Jeu 20 Juil 2017 - 9:03
J’aime les monologues, je parle bien trop, trop souvent et cela on m’a déjà fait la remarque plus d’une fois. Cependant, quand j’ai quelque chose à dire je le dis et je ne me cache pas derrière des faux semblants comme beaucoup de personnes peuvent le faire. Je suis probablement trop honnête pour l’époque où l’on est, bien que jadis c’était pire encore. Notre environnement tend à bouger vers quelque chose de plus sain, avec moins de criminalité, mais est-ce qu’il y aura jours plus aucun criminel ? J’en doute fortement, la paix n’existe que pour être désiré en quelque sorte. Alors, on ne peut que tendre à aller vers elle pour tenter d’améliorer note conditions et tenté d’avoir au final un monde meilleur. Un beau rêve, mais hélas pas partager par tout le monde.

Attendant une réponse, il finit par commencer à me parler avant de ne pas finir sa phrase. Baissant le regard sur lui, j'essaie de comprendre s'il réfléchit ou non, mais entendant la lenteur de sa respiration et la profondeur de celle-ci, j'en déduis assez facilement qu'il s'est endormi. "Tetsu ?" Laissais-je quand même entendre au cas où je me tromperait, mais devant le manque de réaction et de réponse du jeune épéiste, j'ai ma confirmation qu'il est au pays des songes. Espérons que ses rêves soient bien plus tendre que sa vision du monde... Bien que je doute que les deux soient différents. On ne peut pas changer notre nature dans le pays des songes. Enfin, dans tout les cas, le fait qu'il dorme sur mes jambes est une preuve de confiance en moi en quelque sorte. Sinon, il ne se serait pas laisser aller au bras de Morphée si facilement en plein lieu public, ou alors il était réellement fatigué. Dans tous les cas, me voilà bloquée dans cette position. Je continue encore, pendant quelques minutes, à caresser doucement sa chevelure sombre, jouant avant l'une ou l'autre mèche.

Je finis par bouger un peu, ayant trop faim, pour attraper le paquet de nourriture laisser à côté de nous. Essayant de ne pas faire trop de gestes qui pourraient réveiller mon partenaire, ni même trop de bruit avec le sachet, je fouille un peu dedans pour attraper l'un des mets que nous avions commandé il y a de cela plus d'une demi-heure rendu à ce niveau-là. On est sorti du dojo parce que l'on avait envie de manger et au final, je n'ai pas encore réellement eu l'occasion de contenter mon estomac. Tetsuko non plus, mais lui, il semble bien plu avoir besoin de dormir que moi. Alors je le laisse dormir et tenter de manger le plus discrètement possible. Chose assez compliqué avec les emballages qu'il y a.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t404-terminee-shiori-watanabe http://www.ascentofshinobi.com/t1017-equipe-04-tortue-kiri#5236 http://www.ascentofshinobi.com/t508-watanabe-shiori http://www.ascentofshinobi.com/u393

Après l'effort, le réconfort ▬ Kirigakure no Kasanagi

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: