Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

L'écran qui divise les hommes | Apprentissage ft Kondô Isami


Mer 5 Déc 2018 - 16:47
Tchak, tchak, tchak, tchak, tchak ! Un. Deux. Trois. Seulement trois. Sur les cinq projectiles lancés avec toute la dextérité dont il était capable, et quand bien même les cibles demeuraient immobiles, il accusait ici une sorte de pseudo-défaite. Compte tenu de l'arsenal technique qu'il avait à coeur d'élaborer, il ne pouvait se permettre de ne pas être capable de lancer cinq projectiles consécutifs, chacun touchant respectivement la cible qui lui était promise. Comment un ninja pouvait-il se prétendre susceptible d'accomplir de grandes missions dans un avenir proche s'il n'était pas capable de parfaitement maîtriser les bases de l'alphabet pugilistique ?

Il marcha jusqu'aux cibles écorchées par ses couteaux de lancer avec un peu de vague à l'âme car, en dépit de tous ses efforts, le terrain d'entraînement ne suffisait visiblement pas à corriger ses problèmes de précision. La meilleure solution était encore de modifier ses projectiles en les magnétisant grâce à sa limaille de fer, de sorte à pouvoir les guider jusqu'à leur cible : mais alors, pendant le trajet des pointes macabres, il était contraint d'utiliser ses mains pour les guider, ce qui, de toute évidence, l'empêcherait de faire autre chose, le jour où il aurait à livrer une vraie bataille. Il ne pouvait se permettre d'être aussi laxiste sur ce point, d'autant qu'il se prédestinait au combat à distance, compte tenu de ses facultés.

Alors, gouverné par un esprit dilué dans le songe d'un affrontement cyclopéen où, seul, il faisait face à une horde de barbares sanguinaires, il s'imposait cette répétition machinale, grossière et épouvantablement aliénante. Il décrocha ses couteaux un à un. Pour ainsi dire, il n'était pas loin de toucher le rond noir au milieu de la cible à chaque fois : mais ce n'était pas parfait. Cette inexactitude précise le tourmentait, telle une mouche bourdonnante près de l'oreille qu'on ne peut jamais saisir. Elle entrait en contradiction avec toute sa raison d'être : meurtrier-né, il devait être capable de faire mouche à chaque tir, sans quoi il avait le sentiment d'être incomplet.

Il fit donc le chemin inverse et, derechef, il recommença. Il sauta sur place et, en pivotant sur lui-même telle une toupie endiablée, lança consécutivement ses cinq couteaux. Tchack, tchack, tchack, tchack. Quatre sur cinq. Mais où était passé le cinquième ? En atterrissant, il ne chercha pas comme cela aurait dû être le cas à identifier la précision de ses lames : tout du contraire, il les ignora complètement. Le dernier couteau n'avait pas trouvé de paroi, ce qui ne pouvait signifier qu'une chose : il n'avait pas atteint son but et pas terminé sa course. Il n'avait, pourtant, rien identifié qui puisse troubler sa trajectoire. En observant la cible, il se rendit compte qu'elle demeurait vierge.

--- Tsss...

Il plongea ses yeux dans les taillis alentours. Avait-il été à ce point gauche que le couteau, en plus de ne pas avoir touché le rond central, avait manqué sa cible ? Frustré de ne pas savoir ce qu'il venait de se passer, il s'avança au coeur du petit bois limitrophe au terrain de lancer sur lequel il avait élu domicile depuis quelques instants. Il s'y engouffra sans réfléchir, à la recherche de son couteau, sans se douter que dans l'ombre de ce jour printanier, quelqu'un allait croiser sa route.


Dernière édition par Satetsu Nobusuke le Jeu 6 Déc 2018 - 10:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Mer 5 Déc 2018 - 18:51
Combien d'entrainements avais-je réalisé depuis mon passage au grade de Genin ? Combien d'heures s'étaient écoulées ? Je n'en avais aucune idée, mais cela importait peu, car ce n'était jamais assez. Pendant que je pratiquais ici, d'autres ninjas à travers dans le monde faisaient la même chose et certains dans le même but que moi : surpasser tous les ninjas. Je ne pouvais donc pas me permettre d'avoir du retard sur l'un d'eux et aucun jour de répit ne m'était permis.

Aujourd'hui, mon apprentissage dans une nouvelle partie de la forêt, que je n'avais pas encore exploré. J'exerçais ma maîtrise de l'arme blanche, plus précisément celle du Katana. J'étais un adepte de l'épée et ma technique pouvait continuellement progresser. Seul, comme à mon habitude, j'enchainais des mouvements prédéfinis afin de les exécuter automatiquement lors d'un combat, sans que j'aie besoin d'y réfléchir. Ma lame tranchait l'air, laissant derrière lui un bruit discret, mais audible.

Ma concentration était maximale, je bougeais les yeux fermés, imaginant la scène d'un combat dans ma tête. Soudainement, un deuxième bruit vint s'ajouter à celui de mon sabre, mais ce n'était pas mon imagination. J'ouvrais les yeux et je vis un couteau se diriger dans ma direction. Dans un mouvement rapide et sec, j'abattais ma lame sur le projectile qui s'écrasa à mes pieds provoquant un clinquement.

Je scrutais les environs et me tenais sur mes gardes, à la recherche d'éventuelles autres projectiles ou d'un ennemi. Était-ce un test de mon Senseï ? Impossible, ce dernier était encore à l'hôpital suite à son affrontement face au prisonnier. Alors qui ? Le son d'un mouvement dans un buisson attira mon attention et un homme sortit du feuillage. L'inconnu avait le regard tourné contre le sol, vraisemblablement à la recherche de quelque chose. Le propriétaire du couteau ? Je rangeais mon épée à ma ceinture, ramassais le projectile et je m'avançais vers lui. "C'est ça que tu cherches ?" Demandais-je en lui tendant l'arme. Je l'examinais rapidement et sa tête me disait quelque chose. "On se connait ?" Ajoutais-je oubliant qu'il avait failli me blesser avec cette arme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4622-presentation-kondo-isami-terminee?nid=2#35877 http://www.ascentofshinobi.com/t4626-kondo-isami-carnet-de-route#35892

Mer 5 Déc 2018 - 21:39
Ses yeux fouillaient encore partout lorsque, subtilement, la silhouette d'un protagoniste se déclina par morceaux entre les feuillages hirsutes des végétaux et les troncs herculéens des arbres centenaires. D'entre tous les détails, ce fut d'abord la couleur orangée des cheveux de ce dernier qui frappèrent l'esprit en gamberge du petit spectre noir. Il ne tarda pas, au gré des pas effectués par l'intrus, à avoir une vision un peu plus large et complète de l'insouciant promeneur. Ce dernier tenait, au creux de sa main, le couteau lancé par le meurtrier-né, et tel un chasseur ramenant le gibier à la maison, il se dirigea vers lui avec un air de triomphe.

N'importe qui aurait alors pu lui faire la morale et dénoncer son manque de vigilance. Dans l'absolu, il n'était pas improbable de penser que cette négligence aurait pu être fatale à quiconque n'aurait pas eu les sens assez aiguisés pour dévier la lame de sa course : fort heureusement, ce n'était pas le cas d'Isami. Brave Genin du village caché des nuages, Isami était un garçon alerte et son teint ensoleillé faisait redondance avec toute la vitalité qui rayonnait en lui : dans son allure, il incarnait le contraire parfait de Nobusuke. En dépit de cette dissonance, il ne semblait pas en vouloir au psychopathe. A l'inverse, il lui rendît généreusement le couteau égaré.

Avec un calme tout relatif, l'artisan magnétique ne se retînt pas de récupérer son projectile, tout en adressant un grand sourire de bienveillance à ce garçon providentiel. C'était pourtant, déjà, un masque d'ange destiné à camoufler le démon qui sommeillait en lui et qui déjà s'animait de pulsions morbides et sadiques. Comme un serpent hypnotiseur, Nobusuke commença à glisser quelques mots en fixant son vis-à-vis.

--- Bonjour. Oui, c'est à moi. Je te remercie de l'avoir récupéré, et te prie de m'excuser si par mégarde cela t'a porté préjudice.

Il rangea l'ensemble de ses couteaux sous son costume, avec un soin méticuleux qui trahissait certaines manies qui gouvernaient les habitudes du gamin à l'allure spectrale. Aussitôt qu'il eut terminé ce petit rangement improvisé, il joignît ses mains devant lui, conservant une allure assez noble et tout à fait courtoise, comme un enfant bien élevé, sage et attentif aux autres. Tout ce qu'il n'était pas, en somme.

--- Oui, je crois que nous avons fait nos classes ensembles. Nobusuke, enchanté.

Lança-t-il en toute inconscience, en inclinant son corps vers l'avant en signe de respect.

--- Et je crois me souvenir que tu te nommes Isami. Mais dis-moi, comment puis-je me rendre utile pour te rendre la pareille ?


Dernière édition par Satetsu Nobusuke le Jeu 6 Déc 2018 - 10:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Jeu 6 Déc 2018 - 8:03
Le couteau lui appartenait bel et bien. L'inconnu récupéra son arme et s'excusa avec un langage digne d'un noble. Il m'afficha un bête sourire, alors que je restais impassible comme à mon habitude. Le jeune homme se souvenait de moi, mais en mieux, vu qu'il savait où nous nous étions vu pour la première fois et c'était en cours. D'après ses dires, nous avions effectué notre classe ensemble. Maintenant qu'il me le disait, mes souvenirs refirent surface et oui, il avait raison.

Pour une raison totalement inconnue, Nobusuke s'inclina et se présenta. Pourquoi faire ça si nous nous connaissions déjà ? "Relève toi, il fallait juste me rappeler ton prénom, inutile de faire tout ce cirque." Contrairement à moi, lui se rappelait de mon nom. Le Genin enchaîna en me demandant ce qu'il pouvait faire pour me rendre la pareille. Il allait un peu loin, il ne m'avait pas envoyé une immense boule de feu sur la tronche, mais un simple couteau. A la limite, j'aurais eu une entaille, mais rien de bien méchant.

Je devais avouer que si une attaque bien plus puissante aurait été envoyée, je n'aurais rien pu faire pour la contrer, je ne possédais aucune défense de haut niveau. Tant que je menais la danse, tout allait bien et en attaquant, l'adversaire ne faisait que de se défendre. Par contre, si par malheur il parvenait à placer une offensive de haut niveau, j'étais cuit. "Tu me dois rien, je ne risquais pas grand chose après tout, ce n'était pas comme si tu m'avais envoyé une attaque surpuissante, là j'aurais eu quelques problèmes à parer." Avouais-je en toute sincérité. Je savais à présent sur quoi aiguiller mon entrainement. J'allais provisoirement mettre de côté ma maîtrise du sabre pour me concentrer sur ma défense.

Par contre, je ne pouvais pas contrer une attaque physique d'envergure avec mon katana ou mon affinité Raiton. J'étais dans l'obligation d'utiliser mon autre pouvoir, celui que je détestais et évitais de faire appel. Je n'étais pas à l'aise avec, il était selon moi trop sombre et je ne comprenais toujours pas comment je pouvais vivre avec ça en moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4622-presentation-kondo-isami-terminee?nid=2#35877 http://www.ascentofshinobi.com/t4626-kondo-isami-carnet-de-route#35892

Jeu 6 Déc 2018 - 10:31
Nobusuke n'était du genre très volubile en général et c'était sans nul doute la raison pour laquelle on pouvait aisément l'oublier après l'avoir croisé : pour autant, si on oubliait facilement son visage, on oubliait rarement ses paroles. Combien de personnes, au Spring Break comme ailleurs, avaient pu se rendre compte de ses tendances sociopathes ? Assurément, trop pour que cela n'influençasse pas sa réputation. Trop pour que, à la faveur d'un énième entretien psychologique à ce sujet, il ne lui soit pas refusé de participer au tournoi des Genin, là où les affrontements s'étaient multipliés. On craignait trop que ses pulsions morbides aussi répandues dans son subconscient chaotique que les eaux sur la planète ne reprennent le dessus et n'inondent ses barrages spirituels qu'on avait dressé dans son âme depuis son traumatisme d'enfance. On avait probablement raison et il semblait que le chien fou ne mesurasse pas encore les conséquences de ses dires et de ses actes. Néanmoins, par le biais de cette punition, il avait compris que moins il se montrait, mieux il était considéré par son psychothérapeute.

Ainsi, il avisa que s'il ne s'était pas fait remarquer par Isami, c'était tant mieux : la discrétion était sa meilleure arme de guérison.

Celui qui lui faisait face à présent avait quelque chose de particulier dans sa façon de se conduire. Il semblait assez bougon même si, au regard de ses réponses, il se montrait extrêmement chaleureux. Nobusuke avait l'impression de revoir certains des chefs militaires qui avaient encadré sa formation : sûrs d'eux, ils donnaient le sentiment d'être toujours irritables, sans jamais l'être en fin de compte. Cela amusait le petit spectre noir et de toute évidence il aurait été rassuré par cette attitude imprimée sur Isami si, malheureusement, il avait eu les idées claires. Dans ce bois ombragé pourtant, la confusion régnait encore sous son crâne. Malgré tout, une sorte de complicité semblait naître.

Le quidam au teint cadavérique avait toujours ses mains croisées devant lui, tel un ascète minutieux gardant une posture sacrée. Il manifestait tout de l'homme apaisé et serein, et si d'aventures quelqu'un passait par là, on aurait pu croire qu'il s'agissait d'un parangon de la paix. Cependant, cette allure était aussi trompeuse qu'une panthère jouant à se faire passer pour un chat : qu'on s'y trompe, et ses crocs se plantent sauvagement dans la gorge du nigaud. Attentif aux dires de son interlocuteur, il mesura chaque parole en regardant les lèvres du Genin foudroyant : ce faisant, il ne le regardait plus dans les yeux, ce qui trahissait sa volonté d'analyser la situation dans laquelle il s'était vautré maladroitement.

--- Si ce sont des techniques de défense qu'il te faut, je crois pouvoir te montrer quelque chose. La limaille de fer dont je suis le maître se prête à merveille à ce jeu-là. Et toi, que maîtrises-tu ?

Fit-il impunément, comme s'il était animé par une nouvelle énergie : celle de la pédagogie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Jeu 6 Déc 2018 - 11:27
La limaille de fer ? Voilà une capacité bien originale, dont je n'avais jamais entendu parler. J'étais curieux de voir comment il utilisait ce pouvoir dont j'ignorais tout. Nobusuke se proposa pour me montrer une défense, je n'avais rien à perdre et j'allais accepter sans hésitation. "Je veux bien voir ça." Lui répondis-je, mais j'étais contraint de lui dévoiler mon pouvoir caché. Le jeu en valait la chandelle ? Très peu de monde était au courant de ce pouvoir qui somnolait en moi.

J'allais plutôt lui faire une proposition, j'avais beaucoup trop de mal à m'ouvrir, surtout si ça n'en valait pas la peine. "Je maîtrise le Raiton et un autre pouvoir... Si ta technique m'intéresse, je te le dévoilerai." L'air toujours sérieux, mon ancien camarade de classe pouvait comprendre que je cachais quelque chose d'intriguant. Comment lui expliquer que j'étais constitué de fils noirs et que j'avais uniquement l'apparence d'un humain ? D'ailleurs, je ne mettais jamais penché sur la question, mais comment avais-je pu naître avec une telle constitution alors que mes parents n'étaient pas du tout comme ça ?

Mon corps se déplaça pour lui ouvrir le chemin sur la clairière dans laquelle je m’entraînais depuis tout à l'heure. Il avait toute la zone pour me montrer de quoi il était capable et pourquoi pas me surprendre. Je le laissais passer et j'analysais par la même occasion son corps, sa façon de bouger et son expression. Nobusuke était étrange, dans sa manière de parler et de se tenir, j'avais l'impression qu'il jouait un rôle, qu'il n'était pas naturel. Par contre, il se montrait aussi serviable que les autres Kumojins, je n'avais jamais réalisé autant d'apprentissage que depuis ma promotion.

Était-ce un trait propre au shinobi que celui d'aider son prochain ? J'avais agi de la même manière peu de jour auparavant, mais plus qu'aider la personne en question, je pensais plutôt que mon enseignement allait servir à Kumo. En faisant grandir les shinobis du village, on assurait en même temps sa protection, voilà le fond de ma pensée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4622-presentation-kondo-isami-terminee?nid=2#35877 http://www.ascentofshinobi.com/t4626-kondo-isami-carnet-de-route#35892

Lun 10 Déc 2018 - 21:51
Parvenus à la clairière qui s'étendait sur une centaine de mètre, les deux Genins se dressèrent face à un horizon sans limites. C'était en quelque sorte le schémas d'une vie qui se voulait pleine de promesses, mais qui ne laissait rien apparaître de sa véritable forme : le destin n'était rien d'autre qu'un flou lointain, hors de vue. Le petit spectre ténébreux marcha calmement, et son costume sombre glissait comme une tâche d'encre au milieu du jour. D'allure fantomatique, le garçon se détacha de son compère pour s'avancer au centre de la clairière, de sorte à occuper le centre de la scène. Isami ne méritait peut-être pas qu'il consentisse de fournir tant d'efforts pour lui, mais cela importait peu pour celui qui était le marionnettiste des entités de fer. Son intention était de faire la démonstration de son talent.

Il n'avait pas pour habitude d'être très loquace. A choisir, il aurait préféré être l'araignée silencieuse, solidement cramponnée à sa toile, que le moustique strident virevoltant dans les airs. Sous son teint blafard, il était cette mygale vénéneuse redoutée même par des prédateurs trois fois plus gros qu'elle. Et c'était probablement à raison. Son pouvoir était splendide car hyper polyvalent : aussi volatile que l'air, il pouvait devenir aussi lourd que la roche. Aussi perçant que l'épée, il pouvait être aussi fracassant que l'enclume. Le monstre de fer était polymorphe. Il s'adaptait à tous les cauchemars.

Le chien fou de Kumogakure fit danser ses mains et, obéissant comme une marionnette entre les fils du marionnettiste, sa créature se souleva devant lui. Une portion presque sableuse se détacha de la tempête de particules noires : exilée, cette partie se transforma en javelot. La lance ainsi crée se tourna presque aussitôt en direction du Satetsu, comme un chien décidant de se retourner contre son maître. Mais, si sa main gauche guidait cette lance létale, la droite continuait de faire se remuer le spectre de limaille de fer. Ce dernier se souda alors spontanément. On aurait pu penser qu'il agissait presque indépendamment de tout. Un écran se forma ainsi entre le Satetsu et sa lance de fer : cette dernière, soudainement projeté dans la direction choisie, se fracassa contre cet écran.

Il présenta sa défense aussi simplement que cela. En condensant les particules hétéroclites, de sorte à former une structure homogène et solidaire, le détraqué macabre était parvenu à créer des entités solides, comme pouvait l'être ce bouclier. L'écran noir était presque inviolable : il fallait être absolument déterminé et utiliser une puissance cyclopéenne pour le briser. Cela arrivait rarement. Aussi, après avoir démontré la qualité de sa technique, le chien fou pivota sur lui-même pour lancer ses yeux dans ceux de son compatriote de Kumogakure.

--- Qu'en dis-tu ? Il s'agît simplement de condenser la matière pour former un écran. Les flux de chakra permettent de réaliser ce genre de structures. Mais avec le raiton, cela me semble difficile.

Il n'avait pas tort. La foudre, si elle était formidable sur le plan offensif, présentait un sérieux problème de manipulation sur le plan défensif. Il fallait autre chose. Peut-être cette fameuse force cachée qu'Isami prétendait posséder ? Nobusuke était loin de penser qu'en ce jour fugace, l'autre Genin était aussi habité par un monstre funeste, aussi spectaculaire et ténébreux que le sien. De tous les démons, celui qui sévissait à l'intérieur d'Isami n'était probablement pas le plus sage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Hier à 19:56
Nobusuke s’exécuta sans dire un mot. Il allait me dévoiler sa capacité spéciale et sa technique, à moi, un inconnu. Les personnes réagissaient de façon étrange des fois et je ne comprenais pas toujours leur décision. Personnellement, jamais je n’aurais accepté une telle offre et je me serai même permis d’envoyer bouler le mec en face de moi. Bref, je n’allais pas me plaindre, car j’allais peut-être y gagner quelque chose.

Le ninja de Kumo effectua une série de signes avant qu’une matière étrange ne s’accumule pour donner naissance à une pique. La couleur et le son que produisait cette matière était sombre, tout comme mon pouvoir. Or, ce Genin le maniait sans aucune pensée, comme si cela était normal. A la différence de moi, il n’était pas constitué de cette matière, mais je restais sur mon avis que sa limaille de fer était sombre.

L’action d’après, le jeune shinobi créa un mur et vint écraser son javelot sur la défense qui résista malgré la puissance et la vitesse de l’attaque. La démonstration fut convaincante et je devais avouer ne pas posséder une telle technique défensive. J’avais un jutsu semblable, mais jamais il n’aurait arrêté son projectile. "Tu as raison, mon Raiton ne me sert à rien dans ce cas." J’effectuais une série de signe à mon tour et dans un nuage de fumée, un grogrement tout sauf amical s’échappa.

Petit à petit, le nuage se dissipa laissant place à une monstrueuse créature faite uniquement de fils noirs et portant un masque représentant son visage. J’étais constituais de la même matière, mais ça, il ne pouvait pas le savoir, peut-être le déduire. Les fils du clone étaient continuellement en mouvement, extensibles et solides. "Je pense pouvoir faire quelque chose avec cette matière." Annonçais-je alors que la créature s’avança vers Nobusuke afin que celui-ci puisse voir de plus près.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4622-presentation-kondo-isami-terminee?nid=2#35877 http://www.ascentofshinobi.com/t4626-kondo-isami-carnet-de-route#35892

Aujourd'hui à 11:22
Jusque-là, Nobusuke avait été l'artiste et non le spectateur. Après avoir orchestré sa prestation de fer, il était vraisemblablement celui qui, des deux, avait révélé le plus de choses à l'autre. Contrairement à d'autres personnages qui fuyaient leur propre pouvoir, le jeune Satetsu n'avait aucune retenue à faire planer la limaille de fer autour de lui : elle se dressait comme un nuage de ténèbre le protégeant de trop de lumière. Engouffré dans les abîmes du chaos et de la névrose, le chien fou avait trouvé refuge dans l'absence de scrupules et de remords. Débarrassé de tous ses sentiments d'empathie et de culpabilité, ayant rayé le regret de la liste de ses tares, il n'était plus qu'un monstre sanguinaire et malveillant s'exécutant sous les ordres hiérarchiques, se pliant docilement à la commande "tuer".

Pourtant, depuis qu'il avait involontairement broyé le crâne de sa soeur en la martelant avec ce fer magnétique, il aurait pu, lui aussi, refouler la noirceur de son potentiel tout au fond de son être. Malheureusement, contrairement à cela, il avait laissé cette entité funeste s'emparer de lui : il était devenu la marionnette de son propre démon, au lieu de faire l'inverse. Isami, quant à lui, semblait être le genre opposé : il tentait ardemment de maîtriser la bête sauvage, faite de câbles agités, qui sommeillait secrètement en lui.

Sans le savoir, deux créatures de ténèbres se côtoyaient sur la clairière des terrains d'entraînement de Kumogakure. Si l'un d'eux n'était plus que l'ombre de son spectre, l'autre demeurait une entité de lumière chassant ses fantômes.

Nobusuke ne daigna pas laisser sa surprise apparaître sur son faciès en voyant apparaître la bête filamenteuse. Cette dernière était pourtant redoutable et en s'approchant de lui, elle s'imposait comme quelque chose de mystique, doté d'une force indomptable, émanation profane et furieuse. Qui aurait pu croire que le visage rayonnant de ce Genin cachait une telle calomnie ?

--- C'est saisissant.

Fit le maître de fer avec un ton désabusé, froid et plat. Avec son apparence bestiale, le kekkei genkai tenait les promesses d'une grande destinée mais aussi d'une prodigieuse polyvalence. Nobusuke se courba sur le côté pour observer Isami qui se tenait encore derrière son rejeton câblé et remuant.

--- Peut-être qu'en nouant les fils noirs qui abondent sur cette créature, tu saurais reproduire le même genre d'écran ?

Nobusuke fit remonter la limaille et reforgea son écran noir entre lui et la créature. Il avait l'intention d'attaquer Isami par la suite, pour vérifier la solidité de sa technique. Mais avant cela, il fallait que ce dernier parvienne à dompter l'animal.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Aujourd'hui à 15:10
La seule vue de cette créature me répugnait, il n’y avait rien d’humain en elle et j’étais l’auteur de cette atrocité. Elle m’habitait, tentait de prendre le dessus sur moi, mais je résistais, j’étais son maître et je me devais de la contrôler. Je me montrais fort, mais j’avais peur de perdre le contrôle face à ce pouvoir, qui se manifestait lorsque mes émotions prenaient le dessus.

Malheureusement, je ne parvenais pas à lire sur le visage de Nobusuke, était-il intrigué, fasciné ou écoeuré par cette chose qui lui faisait face ? Impossible de le déduire tant son expression était invisible.

Je fis disparaître le clone alors que le fantôme venait de dresser un mur entre ma réplique et sa propre personne. Je devais reproduire la même défense, mais à partir de rien, mon clone ne me servait à rien. "Je me lance." Je me remémorais les signes que mon enseignant du jour avait réalisées et exécutait les mêmes. Je plaquais par la suite mes mains contre le sol avant que la peau de mes paumes ne s’ouvrent pour laisser les fils noirs s’échapper.

Je détestais cette sensation…

Les câbles se raidirent et montèrent devant moi pour former une paroie. Je n’avais aucune idée de la quantité de fils, de chakra et l’épaisseur que devait avoir le mur. Pour le savoir, il n’y avait qu’une seule et unique solution : lancer une attaque contre cette protection.

Je retirais mes mains du sol, coupant tout contact avec cette sombre matière. La défense tenait seule, mais je la sentais fébrile. Je m'éloignais de ma création laissant le fantôme se faire un malin plaisir de tester la paroi de fils noirs qui se trouvait devant lui. Il connaissait cette technique, il la maniait à la perfection et saura immédiatement me dire ce qui ne fonctionnait pas. D’ailleurs, il avait peut-être déjà remarqué quelque chose sans même l’avoir détruit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4622-presentation-kondo-isami-terminee?nid=2#35877 http://www.ascentofshinobi.com/t4626-kondo-isami-carnet-de-route#35892

Aujourd'hui à 15:40
Il laissa le temps qu'il fallait à Isami pour effectuer les mundras et insuffler le chakra nécessaire dans la bâtisse de fils noirs. En soi, l'idée n'était pas bien compliquée, car il suffisait pour exécuter cette technique de condenser la matière de sorte à ce que la structure soit assez épaisse et rigide pour pouvoir absorber les dégâts. Seulement, il demeurait probable que, pour une première fois, Isami effectuerait quelques erreurs, ce qui n'avait rien d'un problème : tout naturellement, chaque shinobi qui était passé par là avait vu sa technique souffrir de quelques coquilles.

Aussitôt que les câbles de la calomnie macabre d'Isami se raidirent, se dressant comme une barrière de circonstance, Nobusuke effectua les mundras appropriés pour faire de son propre écran noir un pique de métal dont la pointe, orientée vers son interlocuteur, pouvait être fatale. En continuant de faire danser ses doigts avec une grâce paradoxale à son personnage et à sa psychée morbide, il envoya définitivement la pique dans le rempart de câbles.

Le projectile percuta la structure et passa. Néanmoins, ralenti par cette dernière, il s'écrasa avant de pouvoir atteindre Isami : la technique avait fait son travail mais montrait encore quelques failles. Nobusuke se permît de conseiller son acolyte avec une sorte d'indifférence à laquelle l'autre kumojin commençait sans doute à s'accoutumer.

--- Intéressant. Pour ma part, afin de bien consolider ma protection, j'imagine un flux de chakra circulaire qui tourne à l'intérieur. En fait, c'est comme si tu voulais animer ta défense, en lui introduisant des veines de chakra : ce réseau, bien maîtrisé, renforce sa structure.

Un discours imagé valait mieux d'une longue logorrhée scientifique. Après avoir donné ce conseil, Nobusuke fit de nouveau danser ses mains pour ramener le javelot noir à lui. Il était prêt à lancer une nouvelle attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

L'écran qui divise les hommes | Apprentissage ft Kondô Isami

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: