Soutenez le forum !
1234
Partagez

Les Aventuriers de l'artefact perdu | PV Zanshi & Yume

Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Les Aventuriers de l'artefact perdu | PV Zanshi & Yume Empty
Ven 7 Déc 2018 - 13:19












Les aventuriers de l'artefact perdu


::: Scénario ::: L'Arme pourfendant les Cieux
::: Groupe 1 ::: Borukan Muramasa, Sendai Zanshi, Byakuren Yume

♫♪ MUSICBOX ♪♫
Those Chosen By The Planet




« L’Arme qui pourfend les cieux attend. Quiconque oserait passer au travers du feu pour y trouver la pluie n’aurait qu’à poursuivre sa route pour s’emparer de son pouvoir. »
Une courte légende agite les plus réputés des explorateurs. Celle-ci parle d'une arme légendaire, qui agite déjà certains membres du Collectif, et d'autres shinobi…

Telle était l'unique bribe d’information qui planait autour d’une mystérieuse relique, oscillant de manière pernicieuse entre la légende sémillante et la rumeur fantasmée. Pouvait-il exister pareil trésor céleste qui se cachait au plus profond des entrailles du Yuukan, attendant sagement que de valeureux aventuriers viennent s’en emparer ? Un mystère nimbé de pléthores d’énigmes, toutes plus nébuleuses les unes que les autres, mais ayant au moins le panache de mettre en effervescence l’imagination. Il fallait être particulièrement foutraque d’esprit pour se lancer dans l’entreprise que d’aspirer à percer les secrets qui planaient alors dans ces mots, dans cette hymne onirique captivant et mettant en exergue l’avarice de bien des âmes.

Les échos étaient parvenus au creux de la Roche, semblant intéresser tout particulièrement celle-ci. Quoi de plus normal pour un village caché, ainsi que ses légions, que de convoiter toujours plus de puissance, de nouvelles armes… quelles qu’elles fussent. L’informateur avait planté ses graines, ne laissant pas la moindre certitude quand à leur nature. Cadeau empoisonné et emprunt de discorde ou bien tout autre fruit ? Afin de le découvrir, il fallait se lancer dans la périlleuse mission que de se risquer à en apprendre davantage en tentant l’expérience. Le parangon était un homme de science, ce qui le poussait à désirer mener des recherches approfondies au sujet de l’artefact qui pourfendait les cieux. Le médecin avait déjà eu l’occasion d'examiner un étrange bouclier recelant de pouvoirs surprenants, il était donc fort probable que d’autres armes du même acabit puissent exister. Non, cela était en réalité une certitude aux yeux de l’érudit. Le serpent se devait de déchirer le voile surplombant la fable, afin de se rapprocher du trésor céleste.

Il n’y avait pas meilleur endroit que la bibliothèque de l’Académie Hashira pour commencer les recherches. Du moins, c’est ce que toute personne censée penserait de prime abord. Les nitescences de l’existence de la divinicide, s'étant reflétées aux quatre coins d'Iwagakure dans les miroirs de l'âme de ses Shinobi, ne pouvait que mener à une situation conflictuelle. Rivalité. Tous tenteraient de s'emparer du fruit qui était caché à l'orée des ombres. Le Borukan enquêtait déjà sur l'affaire en étant conscient qu'il ne serait surement pas seul sur le coup. Les ennemis qu'il allait devoir affronter dans une querelle des plus fratricides, mais en toute camaraderie (ou pas), seraient certainement en train de jouer les rats de bibliothèque. La concurrence insufflait une saveur insondable en matière d'épopée qui s'esquissait à l'horizon d'une odyssée encore plus mirobolante. Les adversaires seraient certainement en train de dissimuler leurs réelles intentions, faisant mine de n'être présent dans le sanctuaire des saintes encres que pour tout autre desseins que ceux les amenant véritablement en ce lieu. S'emparer de la relique, du pouvoir, en triomphant quel qu'en soit le prix. Muramasa avait une très bonne intuition quand il s'agissait de lire l’atmosphère, mais aussi et surtout de cerner la malice du cœur.

Il imaginait déjà tous ces Genin joufflus - et pour la plupart horriblement -disgracieux - comploter en se tapissant dans les ombres, arborant les masques candides dissimulant leurs intentions viciées. Heureusement, le Directeur avait la position la plus à même de sonder les abysses de la sacrale institution dont il avait la charge, mais aussi des silhouettes invitées entre ces murs marmoréens. Regard mordoré, pas assuré. Les traits de marbre soulignaient le sérieux d'un visage altier, tandis que les mains se posaient sur la reliure d'un ouvrage poussiéreux siégeant dans son écrin et ses semblables. Les yeux du Jonin parcouraient l'antre avec un intérêt nonchalant, cherchant les potentiels ennemis qui auraient l'audace et l'impudence de se présenter sur sa route.

La thématique de l'allée où le fier Iwajin se tenait présentement était l'une des moins populaires de toutes, mais la plus révélatrice pour le coup quant à de potentiels rivaux venant enquêter sur la légende. Il fallait bien l'avouer, la plupart des élèves ne donnaient pas de crédit aux légendes des temps anciens ou aux histoires de jadis, préférant les récits plus modernes et en adéquation avec une culture plus en phase avec leur existence contemporaine. Trouver des alliés partageant son intérêt aurait pu être intéressant, mais extrêmement dangereux quand à la finalité de l'épreuve que tout cela représentait. Les trahisons étaient monnaie courante dans le Yuukan, et les événements tournant autour de la Roche ne faisait que donner plus de crédit à ne pas octroyer sa confiance de manière inconsidérée, surtout lorsqu'il s'agissait d'une mission de la sorte. Le médecin avait subrepticement pensé à mettre sa toute récente élève dans la confidence, voire même lui demander son assistance dans la tâche que d’enquêter, mais il été trop tôt pour accorder pareille confiance à la Sendai.

Un peu songeur, le narcissique ne remarqua pas immédiatement qu'une présente se rapprochait derrière lui, ou du moins dans son angle mort. Un bruissement l'alerta, le menant à se retourner en direction de celui-ci afin de s’enquérir de son origine.

« ... »





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari
Sendai Zanshi
Sendai Zanshi

Les Aventuriers de l'artefact perdu | PV Zanshi & Yume Empty
Lun 10 Déc 2018 - 21:26
L'artefact perdu
FT. Borukan Muramasa & Byakuren Yume
••••

Depuis peu, une rumeur tourne autour d’une épée légendaire et cela avait eu pour cause, beaucoup de discussion là-dessus. Zanshi n’était pas une bretteuse, elle ne manipulait pas les épées même si certaines rumeurs parlaient de plusieurs formes pour cet artefact. Il n’était pas facile d’entendre une version unique de cette information, les gens ont tendance à en dire trop, à dissocier du vrai comme du faux. En réalité, pour avoir le cœur net sur cette affaire, il fallait chercher par soi-même et la trouver. Ainsi, il sera facile de voir cette arme de ses propres yeux et de rétablir la vérité. La première fois que la jeune Sendai en a entendu parler, c’était dans un bar lors d’une soirée. Habituellement, la jeune femme évite ce genre de lieu et préfère être cher elle à lire ou dans sa cour en train de s’entraîner. Cependant, elle était devenue un peu plus sociale et elle s’était faite des amies. Amies qui l’avaient invités à boire un coup pour discuter et se raconter leur journée, mission, entraînement ou rencontre. Zanshi n’était pas très à l’aise dans ces réunions, mais elle avait tout de même fait l’effort pour s’intégrer. Lorsqu’elle était cherchée les boissons, elle avait pu entendre deux personnes en discuter et cela a attiré sa curiosité. Posant quelques questions, elle reçut peu de réponses, car même eux, ils ne savaient presque rien hormis ce que disent les rumeurs.

Depuis ce jour, Zanshi a essayé de trouver des informations sur cet artefact légendaire, mais rien de concluant. En interrogant des personnes, la jeune femme tombait toujours sur les mêmes réponses, rumeurs et informations, rien de concret en soi. Pendant un temps, la Sendai se mettait à réfléchir à comment avancer dans cette enquête afin de nouvelles informations. Elle n'avait pas mal de temps libre, car son sensei semblait être pas mal occupé dans son rôle de directeur à l’académie. D’un coup, quelque chose lui faisait tilter une réponse à ses questions pour avancer. L’académie pouvait regorger d’information en fouillant dans sa bibliothèque et ses archives. En plus de cela, Muramasa est quelqu’un d’intelligent et de cultiver, il aurait pu entendre parler de cet artefact et commencer des informations sur ce sujet. Ce ne serait pas une mauvaise idée que de s’y rendre, en espérant que personne d’autre, a eu la même idée qu’elle sinon ça serait compliqué ou pas, tout dépend de la personne. En effet, dans un tel monde, il existe peu de personne de confiance, car quand quelque chose d’incroyable se présente à eux, l’Homme devient gourmand et égoïste. Il était clair que parmi ceux qui cherchent cette arme légendaire, il y en avait qui n’allait pas faire de cadeau ni donner de vraies informations pour garder le butin rien que pour eux. En direction de l’académie, Zanshi faisait confiance à Muramasa même s'il était loin d’être parfait comme son goût pour la drague.

Devant l’académie, Zanshi croise quelques élèves en période de récréation et leur demande où se trouvait le directeur. L’un d’eux lui indique l’avoir vu errer dans les couloirs et qu’il sera facile à reconnaître. Là-dessus, Zanshi ne lui donnait pas tort, difficile de ne pas le remarquer. La Sendai les remercie de leur aide et par à l’intérieur du bâtiment. Marchant un peu, Zanshi arrive dans la bibliothèque de l'académie et voyage entre les rangées. Elle pouvait voir au loin, Muramasa qui semblait être ailleurs ou pensif, l’un ou l’autre, ça restait la même chose pour elle. Du point de vue de la brune, il semblait réfléchir à quelque chose bref il était dans sa bulle. Il était venu le moment pour Zanshi d’aller éclater la bulle de son sensei et de lui parler de ce fameux artefact. Peut-être que c’était cette histoire qui lui perturbait l’esprit, au point d’être pensif. S’approchant de lui en marchant et en étant discrète, toujours avec sa lance sur elle, difficile de quitter son arme adorée, elle arrive à son dos. Ce dernier se retourne aussitôt, il était temps qu’il remarque la présence de Zanshi, car ça devenait inquiétant. Il ne disait rien, lui qui aime bien parler. Zanshi le regarde d’un air perplexe avant de prendre la parole.

« Hey Sensei. Désolée de vous déranger à l’académie, mais j’ai besoin d’emprunter votre bibliothèque et vos archives pour une recherche. Je pense que vous avez entendu parler de cet artefact légendaire dont les rumeurs à son sujet circulent dans le village. Du coup, je profite d’un temps libre et ne pas me surmener comme vous m’avez dit d’éviter. » Dit-elle de manière calme. « Sinon sensei…Pourquoi êtes-vous si pensif ? Vous aussi, vous êtes intéressée par cette rumeur d’artefact ? ou vous pensez à autre chose... »

Au loin, dans la bibliothèque, elle voit une femme aux cheveux blancs, elle est vraiment magnifique. Cependant, elle est plongée dans les livres et semble être aussi dans sa bulle. C’est vraiment étrange pour Zanshi et peut-être qu’elle était aussi dans la recherche de l’artefact. Elle sourit légèrement, à croire que cette rumeur a fait en sorte que tout le monde se mette au travail, au lieu de glander au bar ou ailleurs qui n’est en rien productif.

« Il semblerait qu’une autre personne ait eu l’idée d’utiliser la bibliothèque avant moi. Qui est cette fille aux cheveux blancs ? C'est la première fois que je la vois. »


••••

by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4772-sendai-zanshi-une-ombre-dans-les-montagnes
Byakuren Yume
Byakuren Yume

Les Aventuriers de l'artefact perdu | PV Zanshi & Yume Empty
Jeu 27 Déc 2018 - 16:56
Les aventuriers de l'artefact perdu
Ft Borukan Muramasa & Sendai Zanshi

Keep your face to the sunshine and you cannot see a shadow.


Des chuchotements qui se perdent. L’Académie était plus remplie que jamais, grouillant de curieux que tu n’avais encore jamais croisé. Derrière ton masque, tes sourcils se froncent ; même s’ils se voulaient discrets, les jeunes (et moins jeunes) s’entassaient dans les allées, murmurant en harmonie des racontars que tu n’écoutais même pas. Leurs souffles créaient comme un sifflement commun : Ni bruyant ni inaudible. Un serpent de songes. Une bête qu’Hashira ne connaissait que rarement (général en période d’examen). Pourtant, vous n’étiez pas en période de notation, il n’y avait pas non plus de nouvelles particulières. L’ambiance était juste… Différente.

Tu changes d’allée, t’enfonçant dans des rayons normalement désertés. Mais l’invertébré continuait sa chanson quelque soit ta position, faisant grandir en toi une furieuse envie d’envoyer voler les livres que tu tenais à étudier.

Sans t’en rendre compte, tu termines ta perpétuelle esquive aux abords d’une tablée à laquelle siégeait une silhouette que tu connaissais déjà. Un médecin aux mots aussi reptiliens que l’ambiance actuelle. Rictus caché. Le roi des vipères avait bien sa place à la tête de cette académie ; surtout en ce jour ou les gamins sifflaient plus que d’ordinaire.

Une jeune fille s’était approchée du directeur avant de lui poser quelques questions. Tu tournes alors le dos à la scène, encore avec l’espoir de parer le côté intrusif des sons juste en ne regardant pas leur source. Erreur. Voilà qu’une remarque est lancée à ton égard. La goutte de trop probablement.

Tu fais volte-face, fermant d’une main le livre que tu étais censée lire. Tes pas t’amènent farouchement aux côtés des deux intervenants et ton menton se lève, agacé.

- Est-ce trop demander que d’avoir un peu de silence ? Depuis quand cette bibliothèque est-elle le repaire des commérages ?

Une critique sans l’être. Tu étais vraisemblablement la seule personne ici à ne pas avoir eu vent des écrits évoquant la présence d’un artefact sur les terres du Yuukan. En kunoichi capricieuse, tu avais juste manifesté tes requêtes auprès de la personne qui avait légitimement le rôle de te les accorder.


_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled


Dernière édition par Byakuren Yume le Jeu 17 Jan 2019 - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc http://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Les Aventuriers de l'artefact perdu | PV Zanshi & Yume Empty
Ven 4 Jan 2019 - 16:34












Les aventuriers de l'artefact perdu


::: Scénario ::: L'Arme pourfendant les Cieux
::: Groupe 1 ::: Borukan Muramasa, Sendai Zanshi, Byakuren Yume

♫♪ MUSICBOX ♪♫
Those Chosen By The Planet


Les jardins d’écueils se confondaient dans une mer d'encre - aussi silencieuse que sèche -, dont l'onirique essence s'incarnait pleinement dans les tombeaux d'écorce se jouant à l'orée de la nécropole les écrins de l'imaginaire. Parcourir les étendues arides et inexplorées qui se dressaient dans le sanctuaire, s'avérait le rêve de tout capitaine désireux d'abreuver ses songes des connaissances de ce monde, mais aussi de ceux tenant des féeries inescomptables. Croiser la Sendai était une surprise pour le médecin, qui ne pensait pas que cette dernière revêtirait l'espace d'un seul instant le manteau de rat de bibliothèque au détriment du maniement de la lance sur l'un des terrains d’entraînements peuplant la Roche. Décidément, le parangon avait beau se targuer de posséder un esprit de déduction peu commun, voire tenant des oracles les plus proches du divin, celui-ci avait toujours du mal à comprendre les agissements sibyllins de la gent féminine. Nul mortel n'était parfait. Les soupçons du Borukan, concernant l'engouement autour de la rumeur sur l'existence d'une relique, venaient d'être confirmés par les paroles de son élève. Ce n'était pas étonnant que les élèves s’intéressent à ce genre de légende, surtout avec leur esprit s'enflammant à la moindre étincelle. Muramasa n'eût point le temps de répondre à l’engouement débordant de Zanshi, qui semblait particulièrement intéressée par la possible existence d'une arme si convoitée, mais aussi intriguée par une silhouette sans visage des plus suspectes. Portant son regard mordoré en direction de la dévoreuse de recueil qui semblait venir chercher querelle, courroucée pour une obscure raison que celle-ci nommait sommairement commérage, la détournant de sa propre quête de quiétude. En voilà un bien étrange personnage, emmitouflé dans une parure des plus nébuleuses, faisant montre d'un goût vestimentaire assez particulier. Le Parangon semblait perplexe, autant pour la réaction de la furie, que pour l'énigme qu'elle lui offrait. En général, les élèves essayaient de tout faire pour ne pas attirer sur eux l'attention du directeur. Parfois, quelques téméraires tentaient de défier le médecin en faisant montre d'impudence, mais en général ceux-ci se calmaient après un séjour dans un endroit succinctement surnommé la salle de retenue. Les voies de l'Académie Hashira étaient impénétrables et regorgeaient de moult secrets qu'il était mal avisé de tenter de découvrir. Une opportunité s'esquissait alors, prenant forme des limbes ténébreuses qui se dispersaient avec fracas.

« Vous ne portez donc pas crédit à la rumeur qui hante les esprits de tous ? » -dit-il à la pelucheuse, d'une voix calme et sereine, avant de se tourner vers l'adepte de la lance- « Pour vous répondre, Zanshi-san, je ne sais pas du tout qui est cette personne. Cependant, vous avez raison. Si je suis si pensif, c'est en effet que je m’intéresse à cette rumeur portant sur une arme aux pouvoirs si romancés que toute la roche est en effervescence de mettre la main dessus. » -se grattant la joue un instant, avant de poursuivre- « Vous semblez aussi être intéressée, Zanshi-san. Vous pouvez disposer de la bibliothèque autant qu'il vous plaira, comme tout élève ou Shinobi de la Roche. » -Fixant par la suite la Kunoichi véhémente un court instant, respectant son choix de mode de vie assez burlesque, le parangon était tout de même intrigué- « Qu'en est-il de vous, mystérieuse inconnue ? Cette rumeur ne vous intéresse réellement pas le moins du monde ? »

La bibliothèque réservée aux enseignants était une véritable mine d'or pour les vestiges les plus ésotériques, mais offraient des secrets interdits qu'il ne fallait aucunement présenter aux âmes innocentes qui risquaient d'être aisément corrompues. Trouver une information reliée à la légende tournant autour d'une arme capable de pourfendre les cieux était plus probablement présente dans les écrits les plus sensibles que ceux laissés en libre service. Bien sûr, le Borukan était particulièrement amateur de ce genre d'ouvrage et en possédait une collection assez respectable, mais il ne s’intéressait pas suffisamment aux arts du Bukijutsu et des armes pour agrémenter sa bibliothèque personnelle de ce genre littéraire. Le parangon invitait Zanshi à explorer les secrets des encres jusqu'à l'ivresse, tandis qu'il tentaient de cerner l'inconnue surement happée et acculée dans les abysses de la solitude à cause de son mauvais caractère.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari
Byakuren Yume
Byakuren Yume

Les Aventuriers de l'artefact perdu | PV Zanshi & Yume Empty
Lun 18 Fév 2019 - 17:29
Les aventuriers de l'artefact perdu
Ft Borukan Muramasa

Keep your face to the sunshine and you cannot see a shadow.


La kunoichi et le médecin avaient beau te regarder de haut en bas, ils ne semblaient pas te reconnaître, à ton grand soulagement. Ce masque étant garant d'un anonymat qui t'était cher ; Surtout vis à vis d'un Borukan au caractère disgracieux. Il t'avait sauvé la vie, mais tu avais une fierté pudique de t'afficher en tant que « patiente de » ou « princesse de ». Tout ce passé t'avais usé, d'où ta présence avec une vie renouvelée. L'essor d'un phénix qui naît de la poussière. Te voilà faible et noyée dans les résidus, mais c'était tout ce qu'il te manquait jadis pour te révéler comme tu voulais vraiment être : Une personne dont le nom ne faisait pas l'identité.

Tu les scrutais donc s'extasier sans gêne à propos de rumeurs apportées jusqu'à leurs oreilles par l'écho de fantasmes. Sourire narquois qui se dessine, pour des shinobis avérés, ils affichaient une dégaine bien enthousiaste juste parce qu'ils avaient foi en des contes mystiques, et probablement infondés.

Lorsque l'Académicien revient à la charge et te questionne, tu racles une gorge encore enrouée de n'avoir parlé de la journée et enchaîne ;

- Je ne crois que ce que je vois. Les rumeurs sont les serpents de l'âme, elles prennent forme quand l'ennui et la grossièreté ne suffisent pas à amuser les plus incultes. Je suis même étonnée qu'un Directeur d'Académie s'arrête à ce genre de bassesses.... Du moins sans preuve valable.

Nouvel accroc, sans doute lié à ton caractère indocile. Même si la forme était discutable, le fond était sincère : Tu n'avais jamais ouvert tes oreilles aux ragots. Ta personne même était une source d'inspiration sans limites pour ce genre de procédés, et tu avais vite appris qu'ils reflétaient les plus obscurs côtés des personnalités.

Mystère ou utopie, arme magique ou simple euphorie. Cette histoire ne prendrait de sens à tes yeux que si des preuves s'y liaient. Terre à terre, forgée ainsi pour ne pas rêver, pour ne pas concevoir l'inconcevable. Une princesse sans imagination, le résidu d'une vie prédéfinie.

Tu te penches alors vers les livres entrouverts que le Borukan scruptait, n'y trouvant rien d'intelligible, tu le fixes alors d'un regard perçant (bien qu'obstrué par les joyeux de ton masque).

- Oh, excusez mon impolitesse... Kurotori Iki. Je suis une nouvelle étudiante à l'académie... J'envisage de devenir shinobi !

Présentations faîtes, jeu de rôle activé. Ton nom était maintenant remplacé par celui qui tu adorait scander ces derniers temps. C'était peut-être osé de ta part, car en tant que directeur de l'Académie, il devait probablement être au courant que la descendante Byakuren s'était inscrite sous un faux nom, mais avec un peu de chance, il ne savait pas lequel.


_________________
Shiroi Kujaku — I am blooming from the wound where I once bled
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2234-le-paon-blanc http://www.ascentofshinobi.com/t3335-byakuren-yume-le-paon-blanc
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Les Aventuriers de l'artefact perdu | PV Zanshi & Yume Empty
Lun 4 Mar 2019 - 3:00
Les Aventuriers de l'Artefact Perdu
Muramasa x Yume

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Drapée dans son manteau sauvage d'anonymat, l'interlocutrice masquée dévoilait sans aucune pudeur son total désarroi assumé quant à ces histoires fantasmées. Les contes et légendes ne devaient pas être sa tasse de thé. On pouvait se demander pour quelle raison la pelucheuse désabusée venait dans le sanctuaire de l'imaginaire, si comme ses lèvres le pronnaient si bien, elle ne pouvait se fier qu'à ce que ses yeux pouvaient se targuer témoins. Tous ces livres n'étaient que des fenêtres qui pouvaient offrir des paysages bien différents les uns des autres, selon la personne qui plongeait en leurs seins. Certains plus pertinents que d'autres, plus réalistes ou encore irréels. Derrière son pragmatisme, le Borukan demeurait un rêveur qui trouvait que la rare voie pour ne pas perdre espoir dans les miasmes sinueux de la réalité et céder à l'aliénation s'incarnait parfaitement dans l'imagination romancée. Que ce soit dans les récits les plus invraisemblables ou même dans les rumeurs les plus folles, la vie avait besoin d'exulter pour de meilleurs lendemains. Bien sûr, il fallait raison garder afin de ne point être submergé et finir noyé dans les ténèbres de ce monde aussi dur que la roche et aussi froid que la nuit.

Le Parangon fixait de ses iris mordorés le visage inanimé et sans vie de la dissidente, demeurant silencieux mais attentif à chacun des mots qui apparaissaient de ses lèvres invisibles et pourtant exaltées d’hardiesse. Ses traits sérieux se heurtaient au même marbre qui se faisait miroir sur celui qu'arborait son interlocutrice qui ne laissait aucune expression prendre forme si ce n'est dans la tonalité de sa voix paraissant en ce monde un peu trop chimérique.

« Omoshiroi. Cependant, la plupart du temps les rumeurs sont des pistes à ne pas négliger. Vous ne croyez donc pas au proverbe qu’il n’y a jamais de fumée sans feu ? »
Le médecin était lui-même de nature pragmatique, et ne se fier jamais totalement à ce que ses yeux ne pouvaient voir d’eux même. Cependant, il préférait toujours s’attendre au pire et envisager la totalité des hypothèses.

« Si je vous disais que j’ai moi même été témoin d’une preuve irréfutable que ces rumeurs ne sont pas aussi chimériques qu’elles semblent paraître ? Me traiteriez-vous alors d’affabulateur ? Cela ne vous donne t’il pas envie d’en apprendre plus ? Les racines d’un rêve ne s’ancre t'elles pas dans votre cœur ? Une graine impalpable et éthérée, mais qui peut éclore et prendre essence et forme concrète si vous la choyez avec attention et quelques efforts. »

Un léger sourire se profile sur les lèvres du médecin, qui repense à ce boulier maudit. Une relique qui instaure légitimité la pensée que d’autres toutes aussi semblables existent et sont dispersées aux quatre coins du Yuukan. Cadeaux ou fléaux des dieux, ne pouvant mener qu’à attiser la convoitise des mortels.

Kurotoki Iki n’avait pas de visage à présenter sous la lumière du jour, car elle était un oiseau de nuit qui se dissimulait dans les ténèbres.

« Borukan Muramasa. Hajimemashite… Iki-san... Si vous envisagez de devenir Kunoichi, ne sous-estimez jamais les rumeurs, car elles peuvent être plus importantes, si ce n’est meurtrières, qu’elles ne paraissent. Elles peuvent être plus destructrices que les ouragans et plus violentes que les tempêtes. »

Il s’agissait d’un conseil un peu étrange, mais qui pouvait s’avérer précieux. Le Directeur ne comptait pas s’éterniser sur une discussion alors que la probabilité qu’une arme aux pouvoirs mystiques pouvait tomber entre de mauvaises mains.

« La possibilité qu’une arme des plus dangereuses puisse seulement exister et tomber entre de mauvaises mains devrait suffir à motiver tout Shinobi d'enquêter sur le sujet, ne pensez-vous pas ? »

Une dernière tentative pour faire entendre raison à la suspicieuse, ou sans doute la curiosité qui poussait à voir si la verve avait fait germer le doute sous son masque. Tout simplement la volonté de trouver un partenaire pour se lancer dans une aventure à la recherche de l’artefact perdu. Qui sait vraiment les raisons poussant l’âme du serpent qui s’ennuie ?



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine http://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 http://www.ascentofshinobi.com/t1934-muramasa-monogatari

Les Aventuriers de l'artefact perdu | PV Zanshi & Yume

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: