Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Esquive Jean-Yves [Sentetsu Chiaki]


Ven 7 Déc 2018 - 16:30
Tête douloureuse a réveil malheureux? Que nenni!

Saigo une main sur le crâne tentant de chasser ces maux se redressa sur le lit. Le soleil se levait à peine, pointant timidement le bout de son nez, combien de temps avait-il dormi ? Quelques minutes ? Oui tout au plus, il était rentré bien trop tard et la forme endormie sous les draps à ses côtés témoignait que sa nuit avait été longue mais plutôt fructueuse et agréable. Il serait bien resté allongé aux côtés de cette belle créature dont la lumière naissante du jour venait bercer et éclairer les courbes gracieuse, mais le jeune homme avait un autre rendez-vous d'une tout autre nature. Il s'habilla prestement, renfilant les mêmes affaires que la vieille, il n'était pas chez lui, à vrai dire il ne savait pas vraiment ou il se trouvait et n'avait absolument pas le temps, ni l'envie, de faire un détour vers son appartement miteux pour se changer.

Il s'apprêtait à se jeter par la fenêtre pour commencer sa course sur les toits quand il s’arrêta net, quelque chose le dérangeait, il ne pouvait pas partir comme ça, Saigo n'était plus un voleur ni un mafieux. Le jeune homme tentait de devenir quelqu’un de respectable depuis qu'il s'était enrôlé... Il sortit du coup de sa poche une liasse de billets qu'il jeta sur le lit, envoya une puissante claque sur les fesses de la belle inconnue et s'envola dans un rire enjôleur. Il fut poursuivit par une ribambelle d'insultes dans un langage beaucoup trop soutenue pour venir d'une femme de joie. Alors qu'il disparaissait derrière un bâtiment il ne put s'empêcher d'essayer de se souvenir du nom de cette honorable compagne éphémère... Sans succès...

Il ne lui fallut qu'une dizaine de minutes pour arriver au lieu de rendez-vous, éviter la foule matinale qui se déversait dans les rues en passant par les toits était une stratégie qu'il ne suivait que depuis peu, depuis qu'il avait appris à manipuler son chakra à vrai dire. Une belle invention cette merde bleutée, et que fut-il surpris quand il découvrit pendant un de ses entrainements qu'il possédait également un pouvoir héréditaire! Tout ceci était encore nouveau pour lui et à 23 ans, nombreux étaient les sceptiques à croire qu'il n'arriverait jamais à rien. Mais passer ses journées à s'entrainer et à pousser son corps dans ses derniers retranchements était pour lui l'équivalent d'un paradis, d'un luxe qu'il n'aurait jamais cru exister. Toute sa vie il avait lutté et tué pour survivre, son corps était à l'apogée de sa force, semblable à une coupe en diamant brute attendant d'être sculpté et remplie. C'est ainsi qu'il voyait les instructeurs de Kumo, comme des sculpteurs, des artistes dont son corps était l'œuvre d'une vie.

Une vie de souffrance qui n'avait pas été vaine, peut-être même, se disait-il quelque part, que chacune de ces épreuves inhumaines avait été une leçon, une sorte de formation destinée à lui permettre d'exceller aujourd’hui, à devenir une personne capable de changer les choses, à commencer par son propre destin. Mais ça c'était s'il croyait en une quelconque entité supérieure et malheureusement pour la race humaine, la seule chose en laquelle il se fiait vraiment, c'était en la capacité de l'homme à agir de façon inhumaine, une belle contradiction.

Il était tôt, beaucoup trop tôt et de ce fait personne n'était encore présent sur le terrain, le moment qu'il appréciait le plus de son nouveau quotidien, de ses journées de labeur physique... Ce calme avant la tempête de cris et d'armes qui s'entrechoquent, cette lumière rougeâtre et chaleureuse semblable à la première goutte de sang s'échappant d'une plaie fraichement ouverte. Il inspira un grand coup, remplissant d'oxygène bienvenu sa cervelle douloureuse et ses poumons endormis, qui malgré le génocide de cigarettes qu'il perpétuait chaque jour restaient en pleine forme. Il en profita pour remercier sa génétique et ses parents qu'il n'avait jamais connu. A défaut d'être présents, ils lui avaient laissé un jouet de qualité, un corps de guerrier, de shinobi, une carapace capable d'encaisser et de survivre à des situations qui tueraient la plupart...

Ses nombreuses cicatrices visibles alors qu'il retirait sa veste pour se mettre torse nu en étaient la preuve, un entrelacs d'anciennes blessures parfaitement guéries venant donner un caractère presque artistique de par leur témoignage, visible mais silencieux, de violences passées... Se doutant de l'arrivée prochaine de son entraineur du jour, il se mit doucement à s'étirer et à se mouvoir avec aisance, échauffant ses muscles, d'une manière féline et prédatrice, inhérente à une créature ayant vécu l'intégralité de sa vie en milieu hostile.

@Sentetsu Chiaki
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4813-saigo-go-go-terminee

Dim 9 Déc 2018 - 18:29

Esquive, Jean-Yves !

Les timides rayons du soleil caressent son visage endormi. Chiaki ouvre doucement les yeux. Sa vie est trop mouvementée, dernièrement. Bien trop mouvementée. Il s’y passe trop de choses. Elle est seulement sortie de l’hôpital, encore convalescente et, pourtant, il lui a été demandé d’aider un Genin à progresser. Lui servir d’entraîneur alors que son corps répond à peine à ses ordres, hein ? Quelle plaie. Chiaki se redresse doucement, se prépare, s’habille. Une routine qui se remet en place, plus compliquée que d’habitude, mais qui revient, qui rassure. Les mouvements répétés, les habitudes, ces petites choses qui permettent à l’esprit de ne pas être perturbé, Chiaki n’aurait jamais pensé qu’elles lui manqueraient à ce point.

Une fois son petit-déjeuner englouti – ça non plus, ça n’a pas changé –, la petite brune décide de se mettre en route pour les terrains d’entraînement. Son élève, « Saigo », selon le nom qui lui a été donné, est une personne qui lui est totalement étrangère. Chiaki a vécu bien des choses, connu bien des gens, mais celui-ci ne lui rappelle absolument rien. Il est peut-être tout nouveau, lui aussi, qui sait ? Il va donc falloir entraîner quelqu’un d’inconnu, en faisant son maximum pour ne pas se blesser mais ne pas paraître faible. Haha, ce serait plus simple si elle ne s’était pas retrouvée nez-à-nez avec une cinglée manipulatrice de la foudre, hein ?

Ses pas la mènent jusqu’au terrain, où elle voit un jeune homme se préparer. Il se déshabille, puis commence ses échauffements. Donc celui-ci est exhibitionniste ? Il lui rappelle étrangement quelqu’un. Un sourire étire ses lèvres rien qu’à la pensée de cet idiot de costume rouge. Il ne l’a pas vue depuis un moment, d’ailleurs, il serait grand temps de réparer ça … Ou de le réparer lui, qui sait ? Voire de se laisser réparer … Trop de choses à faire, bien trop de choses. Chiaki hausse les épaules devant cette créature musclée, puis entre lentement sur le terrain. L’ombre des arbres cesse de la cacher, dévoilant une créature svelte, pas forcément très grande ni très formée, qui pourtant s’avère être l’instructrice de ce jeune homme. Un sourire amusé étire ses lèvres. Ils sont désormais face-à-face, ce qui permet à la chirurgienne de voir toutes les cicatrices sur son corps. Encore un guerrier des temps modernes, qui ne fait pas attention à lui. Génial.

D’un geste de la main, la Sentetsu salue son élève du jour.
« Salut ! Sentetsu Chiaki, chirurgienne et ninja du village. J’imagine que tu es Saigo. Apparemment, aujourd’hui, je suis ton professeur. »
Nouveau haussement d’épaules. Cette situation ne lui déplaît pas et ne lui est pas franchement étrangère, à vrai dire. Il n’est pas le premier à recevoir son enseignement, ni le dernier, probablement. Cela dit, aujourd’hui, Chiaki est … diminuée, disons. Par rapport à d’habitude, elle n’a pas sa panache, ni sa folle envie de se bagarrer. Peut-être serait-il bon de le prévenir ?
« Je m’excuse d’avance si je suis un peu moins réactive et moins bagarreuse que d’habitude. »
La brune croise les bras sur sa poitrine.
« Je sors de l’hôpital, j’ai été réparée convenablement, mais j’ai encore quelques blessures et bleus ici et là. »
Un sourire amusé étire ses lèvres.
« Ne t’attends pas à ce que je te ménage, cela dit. »
Chiaki reste Chiaki, après tout. Diminuée ou pas, ce jeune homme aura le même traitement que tous les autres. Elle soupire et s’approche davantage.
« Bon, alors. Qu’attends-tu de moi ? »
Après tout, elle a beau être son professeur, elle ne peut rien faire s’il ne lui dit pas ce qu’il veut apprendre. Sinon, Chiaki pourrait très bien lui faire un long et ennuyeux cours sur les bases de la vie de ninja, mais … Est-ce vraiment ce qu’il attend ? Ce qu’il veut ? Probablement pas, non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100

Lun 10 Déc 2018 - 16:38

Saigo finissait de s'échauffer, le corps à présent bouillant malgré la fraicheur matinale. Il ralentit le rythme de ses mouvements à mesure qu'une silhouette méconnaissable s'approchait de lui. Une femme pensa t-il, une gamine se corrigea t-il très vite en l'observant de plus près. Que venait faire un gosse sur les terrains d'entrainement? Puis le jeune homme se souvint, la plupart des mômes et ados de l'académie étaient plus puissants et bien plus instruits que lui lorsqu'il s'agissait des arts ninjas et du chakra. Une pointe d'amertume et de frustration lui piqua le cœur, il n'en laissa rien paraître alors que la dénommée Chiaki se lançait dans un monologue qui manqua de le fatiguer avant même le début de l'entrainement.

- Pour sûr!

Il ne trouva rien d'autre à redire jusqu'à ce qu'elle se mette à parler de ce qu'il attendait d'elle. Que pouvait-elle lui apprendre? Saigo avait fait une demande de cours particulier auprès du bureau de l'académie, son objectif était de gagner en vitesse, d'avoir un moyen de se protéger assez versatile face à ces shinobis aux techniques rocambolesques. Les "règles" et techniques de combat qu'il connaissait depuis sa plus tendre enfance avaient radicalement changé depuis son enrôlement. Ce qu'il maitrisait ou pensait savoir avait été tout simplement rendu obsolète, inutile, par un seul nouveau facteur: le chakra. L'ex mafieux était persuadé de pouvoir dominer n'importe quel être humain dans un combat de rue, du moment que cette maudite énergie ne rentrait pas dans la donne...

Mais voilà que lui aussi possédait cette faculté, et ce depuis toujours! Malheureusement il avait fallu attendre ses 22 ans pour que la vérité sur ses capacités latentes éclatent au grand jour, il n'avait à présent plus d'autres choix que d'apprendre à les maitriser à son tour. S'il voulait vraiment progresser et reprendre l'ascendant sur ce monde qui le trahissait depuis sa naissance.

Pouvait-il vraiment compter sur ce petit bout de femme qui se tenait devant lui? Saigo restait septique mais encore une fois il n'en pipa mot. Il continua à la jauger du regard bien qu'en l'observant véritablement pour la première fois, anormalement intrigué par ses grands yeux verts... Puis il se souvint, oui, l'air de ressemblance était frappant, comment avait-il fait pour ne pas s'en rendre compte plus tôt? Ses souvenirs étaient-ils si douloureux que l'ex mafieux se refusait à les laisser ressortir? Il sentit au même moment une vive douleur à la poitrine qu'il ne put dissimuler, serait-ce de la peine qu'il ressentait, de la culpabilité même? Lui? Impossible... Son regard se troubla un quart de seconde avant qu'il ne secoue la tête vivement, se forçant ainsi à reprendre ses esprits et refusant de se laisser contrôler par des émotions aussi faibles.

- J'ai besoin d'apprendre à esquiver des techniques inattendues. Je suis rapide, mais pas assez. Il me manque quelque chose et je ne saurais dire quoi.

là se trouvait toute l'étendue de la politesse dont il était capable. Mettant d'un côté troubles personnels et égo, il mit de l'autre ses prochains heures, potentiellement jours, entre les mains de l'adolescente. Le monde qu'il connaissait était parti en couille, alors pourquoi pas?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4813-saigo-go-go-terminee

Hier à 17:29

Esquive, Jean-Yves !

Le visage dur, fermé. Les cicatrices partout. Chiaki regarde avec attention le corps qui lui fait face, examine les cicatrices sans les toucher. Elles se sont bien refermées, pour la plupart, mais certaines sont suffisamment profondes pour indiquer un passé trouble, plein d’histoires sombres. Probablement un passé violent. La chirurgienne penche la tête et l’examine. Il a répondu, semble acquiescer mais, d’un seul coup, sans explication, le voilà qu’il change complètement de visage. Un malaise passe. Aurait-elle fait quelque chose de mal ? Quelque chose qu’elle ne sait pas expliquer. Qu’elle ne comprend pas non plus. Hum. Il coupe court à toute réflexion possible, à tout dialogue, en enchaînant directement sur la raison de leurs présences à tous les deux sur ce terrain.

« Apprendre à esquiver des techniques inattendues. » Hum. Chiaki hoche doucement la tête. Oui, il a besoin de savoir comment gérer sa vitesse, à l’instar d’Isami, qui avait montré des lacunes dans ce domaine aussi. Bien. Jusque-là, rien de très compliqué, la brune voit comment s’y prendre pour mener à bien cette mission. Avec sa convalescence, ce sera un peu plus difficile, mais cela devrait se passer sans trop de problème. Elle croise les bras sur sa poitrine.

L’examen commence. Déjà, la posture. Quand il s’échauffe, on sent qu’il met l’accent sur le haut de son corps. Les blessures qu’il porte sur le buste peuvent corroborer cette idée, mais Chiaki ne peut pas se baser dessus pour savoir, vu qu’elle ne voit pas ses jambes. Donc cette hypothèse retourne dans le placard, faute de détails suffisants. La brune s’approche tranquillement, jusqu’à être à portée de ses mains. Elle regarde de haut en bas. Ses prunelles reviennent jusqu’à ses yeux, auxquels elles se fixent. Un sourire gentil étire ses lèvres.
« D’accord ! »
Chiaki hoche doucement la tête. Les bras décroisés, postés le long du corps, elle réfléchit à une façon d’entrée en matière. Vu le peu de paroles que le jeune homme a prononcées, il est probablement du genre à aller droit au but, sans se prendre la tête. Un bagarreur brutal, probablement. Qui se casse pas la tête en fioritures, qui tape dedans et voilà. Bien. Chiaki se met alors en position et concentre du chakra dans ses jambes, puis s’élance en arrière, en augmentant la distance qui les sépare.

Un mouvement rapide, qui permet de se déplacer d’un endroit à un autre et, a fortiori, d’esquiver. Ça devrait lui convenir. C’est simple, efficace. La brune revient tranquillement jusqu’à Saigo, toujours aussi souriante.
« Ça, ça devrait le faire, non ? »
Elle hausse doucement les épaules. Aller vite, droit au but. S’adapter à son interlocuteur, sans chercher à en faire trop. Parce qu’il n’aimera pas ça. Pire, ça le fera juste chier.
« La première chose à faire est de travailler la posture. Là, comme ça, sans conseils, tu ferais comment ? »
L’heure est donc à la démonstration. Faire vite, faire bien. Faire clair et net. Au boulot !

La technique en question !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4648-sentetsu-chiaki-100

Aujourd'hui à 15:15
Suite à la démonstration sans fioriture de l'adolescente, Saigo ne put s'empêcher de lever un sourcil en signe d'approbation. Son faciès auparavant septique était à présent remplacé par une moue curieuse, intéressée. Il fléchit les genoux quelques fois, impatient d'essayer à son tour. Apprendre cette technique lui sauverait la mise en de nombreuses occasions, à n'en pas douter... Ses faibles connaissances des arts shinobis ne lui permettaient pas de créer lui même de techniques défensives adéquates, et même s'il était un professionnel du "rentre-dedans à l'aveugle", son instinct de survie poli depuis sa plus tendre enfance à danser avec la mort, lui intimait aujourd'hui et ce depuis des semaines de se préparer à l'inévitable: la rencontre d'êtres bien plus puissants que lui. Et s'il ne l'écoutait pas, son prochain combat serait sans nul doute sa dernière cabriole avant de rejoindre les bras secs et gelés, bien que familiers, de la mort. Dans un sourire agressif Saigo lui répondit.

- c'est parfait ma jolie.

L'ex-mafieux avait un corps de guerrier, de roublard ayant échappé au "coup final" un peu trop souvent, parfaitement équilibré et proportionné, il était un prédateur et ses déplacements semblaient plus proche de l'animal que de l'humain. Ses muscles répondant autant l'instinct qu'à ses ordres, il n'y avait rien de calculé chez Saigo, ses mouvements se jouaient sur une expérience de la violence un peu trop prononcée, il ordonnait et son corps se mouvait dans un naturel presque gracieux. En matière de prouesse physique, le jeune homme était persuadé que rien ne lui était impossible, mais là était peut-être bien le problème...

Saigo n'avait pas manqué de voir l'examen approfondi dont il avait été ouvertement la cible et dans un geste nonchalant il arracha son pantalon noir. En caleçon devant la gamine il se dit que peut-être il était en train d'enfreindre une des innombrables règles ridicules de ce pays civilisé, il n'eut qu'un léger haussement d'épaules à cette pensée. Il s'agissait d'un examen physique dans le cadre de l'entrainement, puis de cette manière il répondrait à ses questions muettes sur l'état de son corps.

Face à la fraiche brise du matin ses muscles des jambes se contractèrent subitement, quelques veines furent visibles, traversant une musculature inférieure parfaitement ciselée. La puissance et l'efficacité de ses jambes n'étaient pas à remettre en compte, des barres en métal s'étaient déjà brisé sur ses tibias et bon nombre de couteaux s'étaient émoussés sur ses muscles, laissant de belles cicatrices en commémoration.

La posture? comment ferait-il sans conseil? Foutaises, sans répondre à Chiaki et sans plus attendre le jeune homme impatient s'élança, tentant de mimiquer ce qu'il l'avait vu accomplir quelques minutes plus tôt. Insuffler ce maudit chakra dans les jambes et s'élancer en arrière, cela ne pouvait pas être bien compliqué... Il poussa un cri victorieux, pensant avoir réussi alors qu'il se sentait subitement reculer et qu'il disparaissait du champ de vision de l'ado. Un cri qui s'éteigna aussi rapidement et bruyamment qu'il avait commencé, dans un choc inattendu et d'une force à en faire trembler le sol. Saigo venait de percuter de plein fouet le premier arbre à la bordure du terrain d'entrainement. Il sombrait doucement dans l'inconscience en voyant Chiaki se diriger vers lui, il eut tout juste le temps de maudire intérieurement son incompétence à se contrôler avant de tourner de l'oeil.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4813-saigo-go-go-terminee

Esquive Jean-Yves [Sentetsu Chiaki]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: