Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku)

Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Mar 11 Déc 2018 - 2:52


Ô paisible matin d’hiver, promesse de fraîcheur, complainte des mésanges chantant dans le silence. Pâles lueurs de l’aube, éclairant la rocaille et les monts majestueux de Tsuchi no Kuni. L’astre solaire, Amaterasu no Õ, orchestre la nature les jours mourants, pareil à un flambeau nocturne s’élevant dans les cieux diaphanes - Étalant les douteuses clartés d’un jour s’annonçant comme des plus mystérieux.

Le moment des plus impromptus, l'heure ne fut-elle surement pas dédiée à la réflexion, mais à ce profit de ce confort et de la fraîcheur qu’offrait le jour tranquille, seulement accompagné de ces petits êtres vivants qui essayaient tant bien que mal de vivre leur vie comme chaque humain le fait en ce monde. Pratiquement seul en ce moment propice, tout laissait Honma à sa contemplation de ce monde avec un air mélancolique; c'était une chose assez rare venant de lui, il devenait nostalgique. Cet effet qu'avait le calme sur lui, peu de personnes en avait pris connaissance voire personne.

C’était qu'observer ce monde, beaucoup prirent cette vocation pour idylle, à l’inverse de notre ami pour qui, cela ne s’apparentait qu’à une distraction plus qu'autre chose, ces derniers temps, il avait envie de renouveler ses idées, et disons que profiter des beautés du temps était une des solutions adaptées à son questionnement. Mais ce silence, ces instants où le bruit était interdit, il savait que tout cela ne durait jamais et pour sûr... Assiéger les méandres du monde nouveau n'était certainement pas de tout repos. Le regretterait-il ? Peut-être bien... Peut-être pas. Peu importe les choix délicats qu'il se devrait de prendre, ce dernier s'était promis de ne rien laisser se mettre au travers de ses objectifs. Rien ne l'empêcherait d'apporter sa paix dans le monde.

Pourtant à l'arrivée de son seigneur, la question fatidique, toutefois, finit par se décrocher. Ainsi lorsqu'elle heurte le sol, elle laisse d'une craquelure se répandre un parfum que le Meikyu respire avec un mince froncement de nez. Si tôt, les conversations sérieuses ? Certes, le temps est précieux, mais enfin. Pour s'effacer, la rudesse exige une certaine distanciation. Et ainsi l’éphèbe ne craint-il pas, de trancher dans le vif trop tôt ? De ne pas avoir, du haut de sa jeunesse désabusé, le recul indispensable à ce type de confrontation. L'un d'entre eux sera blessé, il ne fait aucun doute. Cruelle vérité. Il inspire, profond, sobre, relâche ses épaules et noue ses mains sur ses genoux. Affable et altier d'un même souffle.

A l’image de la flamme d'une bougie balayée par un souffle d'air, ou un pétale de coquelicot emporté par le vent, le sursaut de courroux qui l'avait embrasé s'était réduit à une chiquenaude au fin fond de ses entrailles. Honma ne faisait pas exprès de se montrer si oppressant, si enjoué envers son maître ; il n'existait derrière sa nonchalance brutale qu'une maladresse et une impuissance toutes juvéniles que le gardien avait oublié de considérer durant une fraction de seconde, soudain occultées par cette inexplicable dévotion

– ❞Veuillez excusez le temps que j’ai pris pour vous rejoindre ô mon maître.
Quelle nouvelle si importante requiert ma présence imminente auprès de vous ?


@Yaoguaï Genkū


Dernière édition par Hakuryū no Honma le Mer 12 Déc 2018 - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Mar 11 Déc 2018 - 18:14
和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) LvAveRC
« Senseï »






Certains hommes étaient pourvus d’une parole qu’on pouvait croire comme promesse ; évangiles. Honma était l’un d’eux. Depuis son départ vers la Terre, l’adolescent brasillant avait maintes fois repensés aux conséquences de son acte, du coût de son approbation. Et il en revenait toujours aux mêmes conclusions, aux réminiscences des propos de son maître et ami qui l’exhortait de ne point ouïr ces ordres insensés venus d’en haut, alors que ce fut ces même sphères qui les associèrent jadis. Sa jeunesse et sa hardise aidant, il avait dans un premier temps refusé cet exil forcé mais son paternel eut le dernier mot avec des arguments qu’il ne pouvait contrer.

C’est la caboche pleine de doucereux souvenirs qu’il prit le chemin pour retrouver le Dragon au lieu décidé en amont. Les deux hommes aimaient à planifier chaque hypothèse et dans presque chaque pays du Yûkan, ils possédaient un code pour se donner rendez-vous à des points clés de chacun d’eux.

En l'occurrence il s’agissait de Tsuchi no Kuni, dans un petit village ne payant pas de mine. Ce dernier n’abritait que quelques pauvres âmes, bien trop occupées par leurs labeurs journaliers pour s’intéresser à la rencontre qui allait se tenir là. L’astre solaire égayait à peine le ciel de sa lueur navel quand Genkû put apercevoir à l’horizon les toits de diverses chaumières et granges. Dans l’une d’entre elle à l’aspect le moins reluisant de toutes ses cousines, il put apercevoir en faisant crisser les gonds de la porte le shinobi errant natif des mêmes contrées que lui, visiblement un peu en avance.

Vous êtes si poli que ça en devient presque insultant, maître. ” Partageant tout de même ce trait de caractère dans une moindre mesure pour les personnes méritant ce genre de manières, il s’inclina et dévoila sa nuque au Hakuryû.

Je vous ai fait venir pour finir de convaincre Senkû, même si c’est déjà bien entamé. Sans l’entendre de votre bouche, il hésitera à prendre de vraies mesures. Et j’ai cru comprendre que ce n’était plus l’heure de l’hésitation. Je mentirais aussi en disant que ce n’était pas égoïste ; que vous savoir si loin ne me donnait comme seule envie que de revenir à Hayashi. ” Il esquissa un sourire juvénile mais emprunt d’amicalité, puis il posa genou à terre pour se trouver face à son maître. “ J’ai besoin de votre conseil ; je ne sais que faire désormais. Vous aviez raison, senpaï..



_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Mar 11 Déc 2018 - 20:11


Le nuit agonisait de bronze et de rouge. Le soleil tutoyant une nouvelle fois la haut des montagnes avant de se fondre à l'horizon. La rosée, qui plumait les branches et les feuilles depuis quelque mois, scintillait sous les premiers rayons de l'astre ; l'étendue de montagnes et de forêt, quand d'aventure Honma et Genku se perdent à les observer...

- ❞Ah, malgré les années tu ne sembles pas comprendre. Ma vie t’est destiné, Genku-Sama.

Ces ardentes lueurs dans le ciel alourdi, qui semblait tristement rêver. Les arbres recouvrant peu à peu leur impériale feuillage, en proie au mouvement sylvestre. Dans cet air flottaient les apaisements, les résignations et les inquiétudes. Du sol consterné montait une rumeur étrange, quelque peu inattendue. Pourquoi et en quel circonstance un Washi avait-elle foulé les terres de la Roche ? Il se l’était demandé et avait décidé de faire avec sans même en avoir la réponse. Dans un silence quasi mortuaire, le Gardien déambule sans l’ombre d’un sourire, sans prononcer un traître mot.

- ❞Convaincre Senku ? Je ne vois pas pourquoi celui-ci daignerai m'écouter plus que vous, son propre frère.

Pour le gardien qui ne distinguait rien, les lourds paroles de son disciple soudain relâchés près de lui conjugués au charivari éffrontés de halètements remplaçaient n’importe quel discours. Il n’avait pas besoin de plus pour comprendre. Avec en supplément le soupir réprimé du jeune homme, sa respiration suspendue qu’il modula très vite en une demande pour son maître – requête aussitôt interrompue par le Washi lui-même, qui répondit immédiatement.

Genku-sama❞, argua-t-il comme pour justifier son avis sur la question.
Savez-vous, mon cher disciple… Que nombre de gens se sont vus privés de leur voix ? Aujourd’hui il ne reste plus qu’au grandes nations, les armes.❞ Marque t-il d’une bref soupir ❞A l’opposé de leurs homonymes, les larmes ou encore le silence qui demeure dissimulé. vous-même avez surement du à l’heure actuelle, serré les poings face à l'injustice et porte sur vos épaules plus de poids qu’on ne peut en supporter. Bientôt les grandes nations, aussi hypocrites soient-elles en viendront à nier ce que vous verrez de vos propres yeux et n’existera plus, tout ce dont vous parlerez ; Témoin du désespoir vous serez, crois-en mon expérience.

Le plus âgé des deux hommes appose la main sur l’épaule de son vis à vis.

Si vous êtes convaincu sans le moindre doute que vous aussi, on vous prive de ta voix et vous questionnant si oui ou non vous ne finirez pas comme les autres, condamné à l’abdication ; au silence ou aux larmes.❞ Il prend son temps offrant ainsi un temps de réflexion au jeune Genku ❞Moi, Hakuryu no Honma 14ème enfant de la lignée Washi agirait, surgissant de votre main tel l’écrit qui prend subitement conscience, offrant au monde la possibilité de l'éveil. Parlant de la vérité unique, même si mes pages venaient à brûler. Etant ceci, votre point d’inflexion ô mon maître.

Une prise de conscience nécessaire pour l’éveil qu’un maître prévoit pour son disciple. Une promesse nouvellement inscrite à l’orée du destin.

– ❞Promettez-moi que peu importe ce qu’il advienne, vous ne perdrez jamais espoir. Agirez en tant qu’étoile du soir, brillant de mille feux et guider ceux qui daigne vous croire.


@Yaoguaï Genkū


Dernière édition par Hakuryū no Honma le Mer 12 Déc 2018 - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Mer 12 Déc 2018 - 21:18
和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) LvAveRC
« Senseï »






Bien qu’il n’avait de cesse que de répéter ces mêmes paroles depuis aussi longtemps qu’il pouvait s’en rappeler, Genkû éprouvait pour cette dévotion une émotion toute particulière, qui n’avait d’amicale que l’impossibilité de leur sanguinité commune. Honma était plus qu’un ami et plus qu’un maître, mais il n’était pas l’heure des embrassades et des remerciements. La porte encore ouverte de la bâtisse laissait entrer une effluve de pain encore chaud qui alerta son estomac, ce dernier bourdonnant malgré le refus de l’esprit d’aller le sustenter. Certains besoins étaient plus forts que celui de protéger les siens, mais il continua de lutter presque pieusement en écoutant la prose de son maître ; qui si elle paraissait éloquente pour le quidam, toucha son âme au lieu voulu par le Dragon.

Il sait que je ne suis ici que par devoir. Peut-être croira-t-il que je n’ai que l’envie d’une bonne raison pour me rapatrier. Je suis quand même mauvaise langue ; il semblait assez convaincu pour agir. Vous êtes là pour discuter avec lui des modalités de cette action. ” Honma savait au moins aussi bien que lui manigancer, l’expérience en plus.

Son discours ne fut point interrompu, tandis que le disciple affichait une martialité loin d’être juvénile dans sa position, son seiza étant parfait. Il hocha la tête deux fois, admiratif de la justesse de ses mots et de la clémence vis-à-vis de son tempérament tumultueux, de ses erreurs passées et futures. Quand le Lumineux eut fini, il répondit donc d’une voix assurée.

Cette promesse s’ajoute aux autres; celles faites sous l’arbre millénaire ; celle du Solstice d’Hiver et celle des Chutes Kawaguchiko. Cependant, je ne pense pas qu’il est temps d’en venir à quelconque extrémité, l’une ou l’autre. De votre enseignement, j’ai tiré les conclusions qu’il vaut mieux profiter des avantages que nous offre une situation plutôt que de lutter pour la changer au prix de ces derniers. Je peux supporter cette vie ; j’ai bien supporté les Six Semaines*. Si j’ai survécu à la chasse donnée par vous et Fujimi, ce n’est pas un manchot et son troupeau qui vont briser mon moral et mes ambitions. Cependant, maintenant que vous êtes là, nous allons pouvoir continuer là où nous nous étions arrêtés. Je pense que suis prêt, senpaï. ” Le poing serré, le chakra pourtant invisible à l’oeil nu parcourait son flux avec une précision millimétrée et chirurgicale. La preuve que son contrôle sur ce dernier était total.





_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Mer 12 Déc 2018 - 22:24




❞ Il n’a de cesse que de dévorer à pleine dents ces palabres qu’il déverse en pleine nature. Se confondre dans cette myriade de confessions que le jeune Genku lui livre. Honma se sait détenteur d’une relation particulière avec son jeune maître -en effet là où d’autres entités “singulières” n’aurait eu la chance que de côtoyer l’homme qui se tiendrait un jour au sommet de tous les monts ; lui possède cette chance inestimable que de faire partie à part entière de sa caste , de pouvoir suivre son sillage et lui tenir la porte vers la gloire. Et en ce modeste présent où grand nombre ne verrait que funeste destin, le dragon lui se complait de cette abnégation dont il est auteur.

- Si il s’agit bien là d’une quête taraudant l’esprit de mon seigneur, je n’ai guère d’autre choix que d’en venir à bout. Je me chargerai d’obtenir le consentement de Senkun.

il ne remarque plus que tandis que le ciel se morfond d’un avenir incertain, que peu à peu les bosquets s’auréolent de bleu et que sur la ligne d'horizon se détache pas à pas de la peau blanche du soleil. Tout au plus le sent-il à l'instant où, transperçant la nébuleuse humide, un rai plus frais que les autres lui frôle les paupières – il inspire alors du fond de ses poumons, déplorant que l’hiver se montre si véloce, puis replonge aussitôt dans la mobilité.

Tel une forme dense, il fend les herbes d'une foulée lente. Semblant découvrir l'endroit, sa torpeur qui n'a d'humain que les constructions que l'on y a édifié et le reste plus proche du règne des pierres – ignore si elle s'y trouve en sécurité, si quelque dangers ne jailliront pas soudain des buissons alentours, mais rien, rien que ces stèles rocailleuse et la silhouette trentenaire qui en orne le parvis. Cette dernière ne se rend même pas compte que l'on a pénétré ce royaume pétrifié ; elle n'en prend conscience qu'au moment où, relevant le front, quand la discussion se poursuit.

Et il avoue là où Honma aurait préféré qu’il nie.
Et pourtant son regard ne change pas. ses yeux restent fixes, avec cette lueur éteinte dans le fond de sa pupille unique : il n’y a que ses dents qui se déserrent tandis que s’arque un sourire. la faute à ces mots amers et froids, qui sonnent si virulents à ses oreilles, si provocateurs. entre vous, il n’y aurait dû avoir que de la familiarité, la plus simple des affections. mais le monde vous avez également pourvu de cette complicité

- Et au vue de vos capacités latentes, croyez-moi quand je promets de faire de vous un guerrier plus puissant encore que l’illustre Dokai, votre père.

Il évade sa question, l’ignore. Rien ne le trahi, lui et sa fierté facile, cordiale mais à peine contenue - sinon ses doigts qui se crispent. Alors il aimerait demander pourquoi. Pourquoi pas maintenant. une question rhétorique et plate, avec ces relents de psychologie qui régissaient la moindre de leur interactions. mais en réalité si mutin il demeure, c’est sans doute parce qu’Honma crois déjà le deviner. le temps d’un instant, ses yeux quittent alors le vide pour se poser sur lui. puis à nouveau ils fixent le mur, comme si leur mouvement n’était qu’un mirage, un jeu d'ombres. comme si Genku brûlait d’un feu trop ardent, aussi aveuglant que le soleil, que le regarder trop longtemps laissait une cicatrice.
« D'ailleurs en ce qui concerne Senku, j'ai bien une idée. Que les critiques se tournent d'emblée vers Iwagakure, qui à ce jour détient le monopole sur votre potentiel mais possède un leader aussi ahuri. Le vrai contrôle ne peut se prétendre légitime s'il reste opaque au plus grand nombre ; ainsi il provoquerait à terme doutes et insubordinations. Une situation qui est en germe, actuellement, et qui expliquerait les éventuelles recherches à l’extérieur du pays et l'insurrection d’un être aussi que monsieur votre frère. Rappelez-moi déjà ce que je vous ai enseigné durant nos nombreuses parties de Shogi. Qu'est ce qui devient plus grand quand on creuse ? » Il secoua la tête, hilare, désireux de ne pas appuyer tout son poids sur ce couteau déjà enfoncé dans la plaie.




@Yaoguaï Genkū
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Ven 14 Déc 2018 - 18:35
和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) LvAveRC
« Senseï »





Depuis l’instant où j’ai formulé ma demande, je vous savais capable de la mener à bien. Une bonne chose de réglée.

Toujours assis avec une rigueur qui rappelait la dureté de son entraînement, chose qu’il ne se permettait d’habitude pas en public, laissant planer l’opprobre d’un passé lambda, d’une existence similaire à celles de tous ceux qu’ils considéraient comme des fourmis aux ordres d’une reine paresseuse, Genkû était finalement lui-même. C’était peut-être ça qu’il préférait en étant seul avec Honma. Le masque pouvait tomber, se fissurer, il savait n’essuyer ni remarque ni jugement. Juste ce même regard unilatéral, mêlé d’émotions diverses.

Je n’en ai jamais douté non plus. Votre enseignement a porté ses fruits jadis, et ses fruits sont mûrs. Vu le contexte, je pense que mon temps inactif est compté. Bientôt, il me faudra user des arcanes que vous m’avez interdites. ” Le sauvage d’Hayashi voyait dans le noble et son attitude trouble une façon d’éviter ce qui allait sans doutes inéluctablement arriver. Déterminé, il ne comptait pas le laisser mener ce jeu, du moins pas dans cette direction. Tressaillant sur sa position, le visage d’une des parties des Dragons Jumeaux en porte-à-faux, il put apercevoir la même flamme unique qui brûlait au creux de ses pupilles le jour où ils avaient été présentés et qu’il avait révélé à Honma -malgré sa juvénilité- la nature troublante de ses ambitions sans limites.

Je ne compte pas creuser maître. Pas plus que m’investir dans les affaires d’Iwagakure no Satô si cela ne profite pas à Senkû. Je connais vos méthodes aussi bien que vos moeurs. Il n’est pas question de mettre déjà votre intégrité au service d’une cause qui n’a pour l’instant rien à voir avec nous. Mon aîné est attaché au lieu qui l’a fait grandir et veut en devenir un acteur principal ; soit. De mon côté, je nourris toujours les mêmes rancoeurs, mes souvenirs sont toujours balafrés par leurs actes. Après tout, les seules parties que j’ai pu gagner contre vous ne sont-elles pas celles-là même où j’ai pris le plus de risque ? ” Il se releva en laissant s’extirper les derniers mots d’entre ses lèvres, pour se tenir face à son maître, puis sortit à l’extérieur, attendant de voir si ce dernier allait enfin mettre en branle la dernière partie de son accomplissement personnel.





_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Sam 15 Déc 2018 - 17:23




❞ De plus en plus fort à mesure que son disciple discoure, un phalène s'affole sous le sternum du gardien, heurtant de ses élytres les parois osseuses de son thorax. Comment avait-il pu se montrer aussi aveugle à la détresse de son maître ? Qu'il l'eût tu n'excusait en rien son indifférence ; il aurait dû s'en rendre compte, dû se faire du mouron pour ce fragile et impérial seigneur dont il se targuait de partager la mémoire et que, finalement, il était incapable de soutenir assez.
Aussi improbable cela fût-il, c’était bien là à Senku que revenait le mérite de lui sauver la donne. En effet, là où le gardien ignorait la meilleure manière d’assister Genku, quand il hésitait sur les mots à employer pour lui assurer son appui, l'intérêt du jeunot envers ce qu'il avait pu éprouver de similaire l'aida à orienter son propos et, à l'aune de ses souvenirs, d'apaiser la conscience du jeune homme. Enfin, de croire qu'il serait capable l'apaiser.

Alors tandis qu’il parlait, lui demeurait silencieux - Un temps s'écoula durant lequel Honma rassembla ses esprits, ses réflexion, ses sentiments. Nonobstant l'apparente tranquillité de la scène, et nul doute qu'un étranger n'y aurait décelé aucune once d'hostilité, subtil conseil de guerre qui s'opère en ce moment suspendu, peu avant que l’un des Soryu ne laisse éclore sa parole. Sa jeunesse y transparaissait alors plus qu'auparavant, à moins que ce ne fût la vieillesse de ses idéologies qui s'en ressentait davantage à la lumière de ses propos. Des expériences de mort imminente ? Rien de tel pour glacer ce qu'il reste de sang à n'importe quel homme. Pourtant, dans son inconfort, le jeune homme avait la chance de converser avec un homme pour qui le trépas, de par sa proximité constante d'avec leur existence, n'inspirait plus tant de crainte ni de déni. Sans pour autant qu’il s'y soit résignés non plus.-
« Vos progrès n’ont d’ailleurs cesse de me ravir, Genku. Êtes-vous enfin parvenu à contrôler ces techniques occultes dont je vous ai fais part ? » Dit-il, silencieux
Et malgré les détours et les jeux de langage dont Honma désirait enrobé ses révélations, en dépit de cette prudence à laquelle un regard extérieur aurait sans conteste attribué les attraits de la tromperie, l’ange gardien de Genku ne se considérait ni précautionneux ni manipulateur.
« Je suis satisfait de voir que mes enseignements vous sont bénéfiques. Et donc, quels risques comptez-vous prendre cette fois ? » Dit-il, laissant un énorme sourire se planter sur son visage.




@Yaoguaï Genkū
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Lun 17 Déc 2018 - 19:50
和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) LvAveRC
« Aniki »






Honma garda la mesure serrée et rien ne sortit dans un premier laps de temps d’entre sa dentition symétrique. Dorénavant ivre d’arômes et d’alizés entremêlés, la peau découverte à la faveur des langues venteuses, il écouta la phrase suivante avec plus de retenu qu’auparavant. Il ne s’agissait pas là du sort d’Hayashi no Kuni ou d’Iwagakure no Satô. Il s’agissait du sien et il était l’acteur principal de la tragédie qu’on jouait. Pour seule réponse, il tandis lentement la main vers son dos et en retira un large parchemin sculpté en rouleau qu’un expert comme son comparse aurait compris presque inviolable pour le commun des mortels tant il était parsemés de sceaux faisant office de verrous. C’était l'entièreté des recherches menés depuis leur séparation, sa thèse créée et développée via les enseignements séculaires du Dragon Lumineux et de sa descendance commune avec les Kazejins cousins des Uzumaki.

Il tendit avec une certaine appréhension totalement masquée le travail effectué à son maître, et hocha rapidement la tête vers lui en signe de respect. Genkû n’était pas homme fait de la matière des gentlemans, mais il respectait tant l’entité siégeant si fièrement face à lui que cela venait naturellement. Honma était un électron libre par essence, et sa fidélité s’était pourtant révélée sans failles. Genkû lui aurait confié sa propre vie et celle de Senkû si il l’avait fallu.

Celui-là même dont vous m’avez vanté les vertus, et l’interdiction formelle d’y recourir. Le kintore. Je ne peux dépendre que de votre protection, je me dois de franchir le prochain palier et le temps va venir à manquer, je suis sûr que vous l’avez senti aussi. Que l’Arbre-Monde m’en soit témoin, je ne resterai pas sans rien faire dans un tel climat, alors je ne peux que vous exhorter à accepter ma requête. Je n’arriverais à rien sans vous, Honma. Et c’est toujours plus intéressant que de supporter les élucubrations alcoolisé de Fujimi, keke

Finissant sur une note moins solennel, il attendit que son senpaï finisse sa nouvelle lecture et réponde à sa demande. Il l’avait argumenté des milliers de fois, et il espérait enfin un accord avec son Gardien. Yaoguaï Genkû était prêt à devenir lui aussi un Dragon.




_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Lun 17 Déc 2018 - 21:32




❞ Et malgré les détours et les jeux de langage dont Honma désirait enrobé ses révélations, en dépit de cette prudence à laquelle un regard extérieur aurait sans conteste attribué les attraits de la tromperie, l’ange gardien de Genku ne se considérait ni précautionneux ni manipulateur. Il énoncerait les choses telles qu'il les avait toujours envisagées, et s'il est vrai qu'il avait passé sous l'échafaud du silence la couleur écarlate de certains plans plus cruels, il ne pensait pas faire preuve de dissimulation en évoquant les différents propositions vis à vis du futur du jeune Genku.
« Vous êtes finalement prêt à parachever votre cheminement vers l’âge adulte mon cher ? » Dit-il, silencieux
Il exultait du personnage de Honma une énorme fierté ; preuve en fut que le Gardien Yaoguaï monta derechef au créneau, à défaut des rideaux, se dépossédant de sa timidité de bleusaille à l'instar d'un manteau découvrant sa curiosité. Des deux, il était le seul à user de ce mot qu'il jugeait réducteur – évolution – car il n'en avait sans doute connu que la finalement, unique privilège des morts, et que sa connaissance du milieu s'arrêtait à ses contours visibles, à ses jouissances brutales, immédiates et éphémères. Et cette ignorance aujourd'hui à l'origine de leur accord, responsable de la quémande du jeune maître, Honma en nourrit un triste dépit. Après tout, pour lui il n’existe un monde capable de stopper l’évolution d’être aussi singulier que son seigneur et maître.
« Sachez ô mon maître que peu importe, la force qui peut être vôtre.. Jamais vous ne parviendrez à vous débarrasser de moi. Ainsi, il sera toujours de mon devoir de vous protéger jusqu’à mon funeste trépas. » Dit-il, triste mine




@Yaoguaï Genkū
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Lun 17 Déc 2018 - 22:06
和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) LvAveRC
« Aniki »







L’Errant Luminescent voyait clair dans son jeu comme toujours ou presque. Genkû n’afficha donc pas d’air surpris de voir qu’il lui répondit sans même prêter attention au rouleau ninja gravé de kanjis. Ce n’était que la partie émergée de l’iceberg et ses recherches étaient loin de ne porter qu’au Fuînjutsu.

J’ai suivi chaque consigne, appris chaque technique. Chacune des voies m’a mené au bout de son chemin. Sans cela, je ne devrais qu’attendre, dans une impasse. Je suis prêt. ” Il exhala d’une détermination sans bornes et au creux de ses prunelles mordorées brillait alors une indéfectible lueur, la même que son maître lui connaissait. Jadis et aujourd’hui n’étaient que voies entremêlées menant à ce moment pour le jeune archéologue.

Je me demande quel miracle j’ai dû accomplir dans mes vies passées pour mériter une telle épaule sur laquelle m’appuyer. Ne tirez pas cette tête, je doute que de tout le Yûkan, il existe quelqu’un capable de vous y mener. ” Avec un sourire presque peiné à l’éloge d’une telle apogée, il s’éloigna doucement en espérant être suivi de près. Il fallait maintenant régler les détails pour mener à bien un rituel très particulier. Pas de témoins, de l’espace, et Honma pour assurer la sécurité et le rôle de guide.

Si loin d’Hayashi, vous pensez qu’il est possible d’arriver au résultat escompté? Sans les arbres, les chamans et leurs drogues, vous vous sentez capable de mener tout cela à bien.

L’air malicieux, il savait son maître incapable de répondre par la négative. Créature loin d’être orgueilleuse, il savait l’homme au bandeau capable de prouesses pour n’avoir pas à prononcer ces mots.

Genkû se souvint du jour où il avait demandé d’apprendre un certain jutsu, inconnu de son maître ; malgré son ignorance de ce dernier, il en avait deviné les tenants et les aboutissants au fur et à mesure de l’entraînement pour au final dépasser le résultat escompté. Il ne put retenir un sourire, un véritable.





_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Lun 17 Déc 2018 - 23:23




❞ Qu'il est loin, le temps où les têtes tombaient pour un soufflet ridicule à l’encontre du jeune Genku ! Et tandis que Honma se targue que de voir son disciple s’élever, tandis qu’il a hâte de le voir côtoyer les étoiles du soir ; Il réfléchit encore à cet entrainement terrible qu’il réserve au jeune Genku. Si lui en connaissant les tenants et aboutissant, il n’est guère le cas de son vis à vis adoré, qui lui n’en connaissait pas même la réciproque. Toutefois loin d’Honma l’idée que l’un de ces disciples puissent échouer. Ah non ça jamais - ô grand damne de celui qui croisera sa route, si cela venait à arriver.

Enfin soit, peut-être, avait-il finalement déjoué le sens de ces mots énoncé par de la cime de l’Arbre Monde. Peut-etre enfin, parviendrait-il à éveiller ces facultés latentes au-delà de celle de Senku., son ainé. Ainsi si la véracité de ses propos s’échoue dans ses pensées les plus intimes, car la réalité est loin d’être présente, pense-t-il. À mi-chemin entre les frasques de pulsion qui l’orne sur tous les pourtours de son corps et l’esprit alerte, il n’y avait rien de plus exaltant que le bourgeonnement de Genku. Il redresse la tête d’un geste doux et ses billes se plantent face à son interlocuteur, lèvres qui se creusent d’un léger sourire, à peine perceptible.

À vrai dire, ce serait mentir pour le gardien Washi que de prétendre que l’engouement du jeune éphèbe n'eut pas piqué sa curiosité. Cette étrange grâce dans ses mouvements, ces mots qu'il choisi à mesure, sans se presser; cette lenteur, cette prudence dans ses façons. Ce sourire qui flotte sur son visage, honnête et faux tout à la fois, comme d'une transparence discrète. Il ne saurait trop l'expliquer. Il y a certainement une partie de lui, cachée dans un coin de sa tête, qui aimerait pouvoir s’imposer en un divin personnage à l’instar de celui qu’il protège, mais lui n’en a tout simplement pas l’étoffe.

Ainsi il incline le visage lorsqu'il pose son hypothèse sur ses dires. Il y a là comme une certaine innocence dans ces mots, quoi que ce puisse n'être qu'une nonchalance qui en est à la toute bordure. Mais l'Ancien ne saurait s'attendre à pire de la part de son disciple, aussi conserve-t-il sa superbe devant la soudaine véhémence de son interlocuteur – l'impétuosité de la jeunesse, à l'évidence. Cette attitude sert bien plus ses desseins qu'une banale discussion et viendra garnir son rapport de détails plus intéressants que n'en serait capable un entretien de confiance, ce qui n'est pas sans satisfaire le Yaojin dont les pupilles déclinantes relâchent une étincelle vipérine. Puis il acquiesce en silence et se redresse d'un mouvement sévère et ample, altier quoique dénué d'orgueil.
« Je pense qu’il est grand temps que vous rencontriez l’homme capable de me tuer. Si enfin vous vous en sentez l'audace. » Dit-il, silencieux




@Yaoguaï Genkū
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Mar 18 Déc 2018 - 0:07
和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) LvAveRC
« Aniki »






Les derniers mots de Honma furent étonnants au mieux, désarçonnant au pire. Un homme capable de le tuer. C’était mettre en branle son système de pensée que de laisser croire à Genkû que son maître connaissait une telle personne ; et peut-être avait-il déjà frôlé la mort à cause d’elle. Son esprit scientifique ne put s’empêcher de formuler un million d’hypothèse, certaines vraisemblables et d’autres beaucoup moins. Ce qui résultait de cette ébullition n’apparaissait que partiellement, le jeune Yaojin n’ayant l’air que de réfléchir, plus ou moins sereinement. Puis il y pensa. Peut-être parlait-il tout simplement de lui-même.

Capable? Mais le désire-t-il ? ” L’air impérieux, il suivit donc les pas de son senseï, loin de ce petit village servant de couverture à leur rencontre. Il faisait confiance au manieur de ninshû pour ne pas aller s’aventurer là où des potentiels shinobis Iwajins interféreraient dans leurs affaires. Les plaines étaient vides de végétations, seul peuple régnant étant la roche et ses déclinaisons. Quelques arbres dépourvus de verdure et de vie, tout juste en état de fossilisation.

Le prodige n’aimait pas spécialement ce décor. Il y préférait la jungle d’Hayashi ou les bois de Hi ; la neige du Pays du Fer. Tsuchi semblait une coquille vide, là où l’Homme et l’industrie régnait d’une poigne si forte que les terres l’accueillant avaient changés à tout jamais. Excité comme l’aurait été toute personne en sa position ; sachant arriver le plus grand défi de sa toute jeune carrière, il ne payait pourtant pas de mine. Admirant la fineté du kimono de son maître, vrai sapeur de son état, il regarda sa propre tenue, typique des membres Yaoguaï. Il se sentait part du tout, mais aussi unique que l’était le Maître du Suiton. C’était sûrement pour ça qu’il avait été choisi, contre l’avis de Dokaï.

Genkû garda ses questions, trop concentré sur la tâche à venir. Il aurait tout le temps de les poser autour du feu une fois qu’il serait devenu celui qu’il devait être. Yaoguaï Genku, prodige du clan, cadet de Senkû le Phénix du Crépuscule, disciple du Dragon Lumineux.







_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Mar 18 Déc 2018 - 0:37




❞ L’heure de la providence était finalement arrivé.
Cette vérité qu’il s’était efforcé de protéger depuis maintenant plus d’une décennie, Honma en voyait finalement le bout. Enfin le jeune maître allait pouvoir embrasser le plein potentiel des capacités qu’il recelait en lui. Et au grand damne de tout ceux l’ayant auparavant sous estimé. Il pense désormais au rien, à ce qui composera désormais sa mission quand pour finir Genku s'éveillera.

Les hommes sont souvent sujets à l’interrogation quant au néant. Cet infime synonyme du vide, celui qui vient après la mort, ou plutôt d’abord ; celui d’avant ce monde, où les deux se trouvent, s’attirent et se repoussent. Ensuite est-ce là le même ? Qui le sait réellement ? Et puis véritablement, à l’image d’une même pièce dont ils sont le revers, cela impliquant qu’ils ne seraient jamais du même côté… - dans un cas comme dans l’autre : est-ce vraiment un néant ? N’y a t-il vraiment rien dans cette chose qu’on désigne “néant” ? Il n’est pas exclu qu’il y ait quelque chose. Ainsi Honma est certain que le concernant rien n’est sûr. Comme pour le destin, tous les obstacles ne sont que factices et éphémère ; triste exutoire patronisé.

Honma ne sait affirmé qu’il ne reste rien, du moins après la mort, d’un passé évanoui, d’un être jadis vivant, d’un homme ou d’une femme qui a eu des pensées, des passions des souvenirs, des projets. Il n’est pas sûr non plus que le monde où ils vivent ait surgi de l’obscurité la plus totale, que leur tout soit sorti de rien. Le contraire n’est pas sûr non plus. Pourtant l’illustre vérité, il connaît. - Par les pas laissés à même la terre, les esprits seront marqués, le triomphe se muant peu à peu en une légende immuable. Ainsi par cette idée vague, le Gardien des Yaoguaï laisse présager aux jeunes un avenir radieux, qui laisse lui même place aux croyances, aux fantaisies.

[...]
« Il y’a fort longtemps de cela, j’ai dû malencontreusement contre son gré… Sceller une majeure partie du chakra, d’un jeune enfant. En effet, celui soumettait son corps à une très forte pression qui a fortiori, aurait fini par le tuer avant qu’il n’eusse atteint l’âge adulte. De cette décision, est né mon attachement pour être décharné et mon lien avec lui jusqu’à ce jour… Cet enfant se prénommait “Genku”. » Dit-il, soucieux




@Yaoguaï Genkū
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Mar 18 Déc 2018 - 1:58
和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) LvAveRC
« Aniki »






Une lettre. Une incursion extérieure sur un pays qu’il chérissait comme un être cher, un anniversaire approchant ; tant d’événements s’entremêlant dans la toile de la destinée pour mener à ce moment fatidique où le visage de Honma s’assombrit, et où d’entre ses fines lipes sortit une vérité qu’il avait au fond toujours su, mais crut le fruit d’un orgueil mal placée, de pensées noires et dirigées dans le mauvais sens. Là, au milieu de Tsuchi no Kuni, sa prison sans barreau, il venait d’apprendre qui il était et plus qu’une réponse à ses questions, c’était d’autres interrogations qui furent soulevées. Genkû tressaillit, sentant chacun de ses muscles jusqu’au plus minime se contracter. Il n’était plus qu’une statue incapable de se mouvoir et son faciès, plus que la surprise, se déconfit.

Toute ses certitudes s’effondraient comme un château de carte, comme le masque qu’il avait revêtu. Chaque mot marque de son empreinte son moi profond et le tableau ainsi dépeint s’imprima dans sa mémoire.

Na...Ni ? ” La main face à son abdomen, il sera le poing. Si fort que les jointures déjà blanchies manquèrent d’exploser et ses ongles pourtant taillés s’enfoncèrent dans la chair de sa paume, s’écrasant au sol goutte par goutte.

C’est donc cela qui justifie votre allégeance envers moi ? De la pitié pour un être qui ne serait jamais entier ? Des bras paternels pour m’éviter la dure réalité ? ” Il ouvra sa paume et la tendit vers celui qu’il considérait comme un père, un frère et un ami. Remplie au creux du liquide carmin, il ne détacha pas ses pupilles de Honma.

C’est du passé… Simplement du passé. ” Lâcha-t-il comme pour s’en convaincre. Il ne lui en voulait pas, le scientifique en voulait à la nature, à dieu, ou quiconque responsable de pareilles manoeuvres. Lui qui l’avait défendu n’était destiné qu’à s’auto-détruire, sans l’intervention de Honma.

Il est temps de m’en délester, quoi qu’il en coûte. ” Froid et déterminé, il laissait apparaître une facette enfouie. Au fond, il enrageait peut-être pour sa simple faiblesse, ou bien l’idée de perdre Honma, qui n’avait plus à veiller sur lui une fois le sceau enlevé. Peut-être n’avait-il rien de spécial. L’échine parcourue de sueurs froides, il attendit le dénouement qui ne s’avérerait pas de tout repos.

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) EW10yHm






_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Mar 18 Déc 2018 - 2:46




❞ Le temps défile tout aussi lentement depuis que telle vérité il a prononcé. Depuis le mensonge avait quitté leur relation. Initialement instauré dés son enfance, probablement, le jour où le destin s'était immiscé à l'intérieur de leur matrice pour en broyer le fruit commun. Et doucement le zénith se profile tandis que sur ses épaules que la responsabilité a voussé en douceur, les mains de culpabilité dessinent soudain des frissons -s’envolant au gré du vent. Et survolant cet instant suspendu où ses mains voudraient cesser de trembloter -de combattre cette vérité qui depuis lors le taraude, pour laisser son expérience l’enivrer de part et d'autre mais il ne s'y résout pourtant pas, puisque cela est interdit entre eux, ne se fait pas, ne s'accorde pas à l'instar d'une confiance qui devra se passer de gestes. Inconnu, ils peuvent tout se dire, tandis que les mots surmonte la barrière de leur lèvres. Ils peuvent tout s'offrir, la distance entre eux est scellée. Auraient-ils jamais éprouvé, si le temps et l'espace les avaient rapprochés, ces drapés de soie rouges et invisible qui lient les hommes d'un regard à peine plus insistant qu'un autre ? Toutes ces peaux déchirées entre eux, ces lambeaux qu'aucune couture ne rassemblera plus, car en place de leurs étreintes s'est dressée une puissance plus durable encore, une force plus solide que n'importe quel soupir de grâce au point du jour : Une rencontre. Honma ne regrette pas de n'avoir pas connu pareille relation – selon le Wagashira chaque chose arrive selon l'ordre qui lui est confié, ni plus ni moins ; l'harmonie qui est leur désormais se veut parfaite justement parce qu'elle ne pouvait advenir à un quelconque autre moment pas plus que sur les chevaux de vent arrimés aux nuages.

Ainsi Honma se saisit de la main de l’enfant de la providence et ne le quitte pas du regard ; laisse ses prunelles s’embraser au gré de ses flammes de volontés.
« Un être jamais entier… Il s’agit là et à juste titre d’une définition parfaite pour un homme tel que moi. Avant de vous rencontrer, je n’étais qu’un homme rempli de rancœur à l’encontre de cette tribu qui m’a molesté moi et mon clan ; à l’encontre de cette tribu qui m’a arraché ma sœur. C’est vous qui avez eu assez pitié de moi, quand sur moi vous avez daigné porter votre regard. Permettez-moi seigneur de vous faire don de ceci. » Dit-il, joyeux
Et c’est quand Honma constate cette culpabilité dans le regard, de son enfant… C'est avec plus de rudesse que l'autre garçon sembla lui reprocher son innocence, blâmant sans honte l'Institut de cette défaillance. Le dragon lumineux darda ses yeux profonds dans ceux du jeune homme, comme pour sonder cette haine de convenance qu'il décelait chez lui. L'étranger avait déjà compris depuis longtemps que le clivage des nations avait des effets dévastateurs sur les jeunes esprits nés dans ce climat de compétition. La compassion le poussa à adresser un large sourire à cette âme en peine, qui brûlait d'être reconnu, avant d’apposer sa main sur son cou.
« Fais attention, vous n’avez jamais connu une telle douleur. » l'avertit-il




@Yaoguaï Genkū
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Mar 18 Déc 2018 - 3:23

« Evolution »







Comme ses mots avaient percés son coeur cuirassé, ils vinrent tels la main d’une mère aimante l’empoigner et le caresser d’un réconfort profondément humain, d’une bise sereine sa vacuité fut emplie de ce sentiment qu’ils avaient toujours partagés, de cette accointance singulière la vacance de son être devint un mont aussi calme que froid. Un mont qu’il devrait escalader pour grandir ; encore une fois. Le contact de sa chair chaude, encore peinte de son propre sang, vint se positionner là où son pouls agité ne pouvait faire de mystère.

Vous êtes le diseur de phébus le plus rayonnant qu’il m’est jamais été donné de rencontrer. Puisse notre entente durer mille ans, et votre légende mille ans de plus. Si le monde était composé d’individus comme vous uniquement ; il n’y aurait plus de quête à accomplir pour moi. ” En lui montait une sensation unique, celle de la chaleur de la haine annihilé par la froideur telle celle cadavérique, rigide et pragmatique. La vérité était passée, avait ouvert une plaie mais la dextre de Honma eut l’effet réparateur que l’Iroujutsu pouvait avoir sur un corps meurtri par le conflit et si conflit subsistait en son âme et conscience, il se voyait balayer par ce qui venait ensuite.

Sa nuque se mit à le brûler, comme si les flammes de sa volonté et de sa colère venaient de se libérer en un point précis. Par réflexe, il essaya de s’écarter de son senseï, comme pour le prélever de ce qui semblait vouloir exploser au sein de sa nuque. Plusieurs kanjis millimétrés et cerclés apparurent ornés de rouge sanguinolent. Ses genoux touchèrent le sol avant même qu’il puisse s’en rendre compte.

Pourtant il n’y eut pas une larme, ni un cri. Il avait eu des os brisés, des muscles déchirés, avait subi et entraîné son corps à toute menace possible, de la lame au feu en passant par la foudre elle-même. Mais jamais ô grand jamais son enveloppe charnelle n’avait été secouée de tels spasmes. Ce qui faisait de lui un être humain semblait bouillir, se métamorphoser dans une chrysalide trop petite.

Trente-cinq lit… Litres d’eau. Qu.. Quatre lit...Tres d’Amo.. ” Du sang gerba d’entre ses dents, ses dorsaux gonflant à vue d’oeil. “ Quatre litre, amoniaque. Vingt kilos de car...Bone. ” À tue-tête, il continua ainsi de citer sa formule. Celle qui composait un corps humain, ces composants qui semblaient le tuer à petit feu. “ Silicium, six grammes.

Ca n’avait pas été beau à voir. Son corps avait pris des proportions hors-normes, et il avait été proche d’exploser, comme si sous sa peau courait une eau de feu faisant rougeoyer son épiderme.

Quelques instants sans que rien ne se passe, que rien ne bouge. Sa propre main devant ses yeux lui sembla celle d’un inconnu. Ses doigts peinaient à répondre aux ordres donnés et la sueur venait à l’aveugler. Il grelottait, le cliqueti de ses dents comme seul bruit ambiant.

Et il leva la tête, ébloui par le soleil, discernant Ses traits, Son kimono. Dans un mouvement rappelant la fierté d’un félin, qui abhorrait devoir de l’aide à qui que ce soit, il se releva seul, ses vêtements déchirés.

Il avait évolué et acquérit ce qui lui manquait depuis si longtemps. Une arme. La sienne, celle qui ferait de lui l’incarnation des visions de grandeur de son maître ; des prophéties de son peuple et de ses anciens. Genkû cracha une quantité non négligeable de sang et se tint droit devant son maître qu’il dépassait maintenant d’une tête.


和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) R1KK7wD





Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Dim 23 Déc 2018 - 17:59




❞ Il y‘a de cela 20 ans quand, cet homme fut né, nombreux furent les chefs du villages, convaincus d’avoir rencontré le prochain guerrier millénaire en la personne de Senku. Tout comme bon nombre de scientifiques furent convaincus d’en être arrivé à une représentation pour le moins exacte du monde physique. Selon les termes de ce dit homme qu’on peut encore citer “ Il semblait, à la fin de l’ère Heian, que les principes fondamentaux régissant le comportement de l’univers physique étaient connus.” De fait, ledit enfant fit l’objet d’une surveillance oppressante et quasi omni-présente à la différence des deux autres de sa génération: Genku & Sae. Les guerriers furent bons nombres d’ailleurs à considérer uniquement Senku, digne à recevoir leur entraînement. Mais Honma lui, ne l’entendait clairement pas de cet oreille-là. A défaut de tous, lui ne prônait pas un tel engouement. Lui était de ceux qui aurait voulu que le destin vienne le lui prouver ; que cette décision puisse s’avérer irréfutable…

Toutefois cette fois-là son scepticisme avait eu même raison de la prophétie elle-même. Ce n’était pas Senku qui apporterait quiété et salut à son peuple, c’était Genku. Depuis le début, la solution se trouvait juste à deux pas. Alors Honma priait, implorant les dieux comme jamais il ne put le faire auparavant ; quémandant qu’il trouve la miséricorde nécessaire pour laisser la vie sauve au jeune Genku, pour que puisse sous son joug s’accomplir l’illustre destinée auquel est promis le village de Yaogakure.
Et il est là, à se tortiller dans tous les sens tandis que son gardien est là, impuissant. Rage impie tant il ne peut se soumettre à cette idée - tant il lui est impossible d’imaginer un monde sans la présence de jeune maître. Alors il attend, ne tenant pas en place. Comme il le lui avait énoncé, le moindre de ses os semblaient s’être fracturés, ses membranes n’ayant de cesse de se déchirer puis de se reformer. Honma pouvait voir à vue d’oeil le jeune homme “grandir”, il pouvait ressentir sans difficulté son chakra pesant dans l’atmosphère.

Il ferma les yeux en se torturant - puis les rouvrit aussitôt, s’avançant vers cette nouvelle silhouette en face de lui. Honma palpa nerveusement quasi le moindre pli du corps du jeune homme. Une main posée sur son front ardent, Honma coiffa soigneusement ces quelques mèches ensanglantées avant de ne l’aider à redresser son corps.
« Te voilà enfin, Sennen Musha. » Dit-il, ravi




@Yaoguaï Genkū


Dernière édition par Hakuryū no Honma le Sam 12 Jan 2019 - 4:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Ven 11 Jan 2019 - 20:53

« Evolution »







Les mains d’Honma lui parurent être munies de lames affutées, tant le contact fut douloureux ; mais le Hayashijin ne broncha pas, tenant le regard à l’iris unique du Dragon Lumineux. Debout, à une hauteur dont il n’avait pas l’habitude -faute aux plusieurs dizaines de centimètres qu’il venait de gagner- ses paroles lui firent esquisser un sourire amusé. Tendant ses mains pour les contempler, elles semblaient étrangères. Pourtant, chaque cicatrice était là ; chaque marque de son passé agité ; de ses innombrables heures à s’entraîner au côté de son senseï. Il posa donc une de ses paluches sur l’épaule de son interlocuteur et après avoir dégluti, répondit.

Je laisse ce titre à Senkû. Je sens que dorénavant, ce qui va suivre est trop grand pour être même entraperçu par les vieux chamans. ” Du simple rictus, son faciès bien moins laiteux et juvénile semblait animé d’une paix tortueuse. “ Je me demande bien si un Henge va suffir à garder ‘ça’ pour moi. ” Il gondola seul une petite seconde puis referma ses paumes.

Il devait y avoir une différence avec son moi passé et il décida de la découvrir malgré la douleur, faisant quelques pas vers un tronc épais le frappant d’un simple direct. L’écorce craquela et l’intérieur sembla affecté. Sa force semblait avoir évoluée avec son éphémère chair ; et il remarqua la facilité déconcertante avec laquelle il malaxait désormais son chakra. Comme si depuis son enfance, ledit sceau avait agi comme une camisole.

En serrant seulement le poing pour concentrer en son sein le chakra d’Eisei-nin qui lui octroyait sa force herculéenne, et sans porter le moindre coup, Genkû put constater ce dont il était capable.

Déjà qu’il avait trouvé difficile de masquer ses compétences, cela deviendrait un véritable calvaire muni de tels atouts. Le prisonnier de Wasure lui avait appris des choses ; voilà qu’il était prêt à aller les emmagasiner.

Iwagakure no Satô ne peut être qu’une étape.





Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Dim 13 Jan 2019 - 6:26




Ô vous qui m'avez demandé
Tsuchi no kuni pays de la terre

Le rouge de sa pupille unique fixa l'horizon, bien au-dessus du commun, ici, sur sa corniche en pierre. Les pieds du protecteurs s'agitaient dans le vide, se mouvant toujours, démontrant toute la transe dans laquelle il se trouvait. Son esprit voguait au loin, mais était toujours ramené par-delà les contrées sur cette montagne, où cet homme est né : Genku.

Le crépitement de son chakra dans l’air le sortit de sa catalepsie; l'argenté pris appuie sur ses membres supérieurs pour se relever et observa une dernière fois ce ciel aux lueurs orangés qui migraient doucement vers l'obscurité. Rapidement, il ne s'intéressa plus qu'au gamin, enfin celui qui jusqu’à lors l’eut toujours été - à son rythme cardiaque, sa poitrine se soulevant et s'abaissant avec un rythme régulier, mais il ne s'y trompait pas...

Le cri de l’attente sonnait constemment à ses oreilles comme une douce symphonie. Se trouvant toujours face à Genku, du moins une nouvelle version, à la multitude de faits et gestes à la morale bien mystérieuse. Curieux, intéressé ou détaché, sa voix et ses prunelles n’ont pas demandé leur avis pour être entraîné dans cet échange. Il demeure car il s’agit bel et bien là de son rôle. Ainsi à chaque pas de plus vers la conclusion de cette discussion au première vue limpide, dont peu à peu l’idée s’obscurcit. Tout ce qui semble lumineux jusqu’à peu sombre et sombre encore, pour que n’y demeure plus que le doute et les questions incessantes, les possibilités. Il était clair que le comportement adopté par son maître n’etait guère apprécié de son professeur mais, n’était-ce pas là l’essence même d’un homme que de protéger les siens ? que de protéger ses idées ? Si le gardien pour sa part, en était très franchement persuadé. De prime ce n’est guère là son point de vue d’aîné, et surtout pas au point de porter préjudice à la belle et forte légende de Yaogakure. Et c’est d’ailleurs ce qui explique cet air incompréhensible qui ourle sur son visage. A l’heure même où il converse avec Genku, il n’est plus qu’appréhension.

« Tu veux rejeter les anciennes pratiques tu dis ? Le guerrier millénaire pas qu’un simple titre à donner au plus fort. Le guerrier millénaire est celui qui porte les espoirs de Yao. C’est quelque chose que ton frère ne pas réaliser à mon sens. » adressa t-il à Genku quoique déboussolé par la décision


Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Lun 14 Jan 2019 - 17:51




M A S T E R



Les dires de Honma étaient justes et Genkû ne s’était visiblement pas exprimé à la hauteur de sa pensée. Faisant craquer presque chaque membre de son corps en s’étirant, il s’approcha de son senseï et l’air sur son visage sembla exprimer quelques instants l’affliction que provoquerait la déception d’un être si particulier et extraordinaire à ses yeux.

« Non, si elles sont si anciennes c’est bien qu’elles ont fait leurs preuves. Je souligne juste le fait qu’ils ont attribués ce sobriquet à Senkû et même si je comprends tes inquiétudes envers lui, il est ce qu’il est. »

À vrai dire Genkû avait lui aussi mis en doute la fidélité de son aîné en le voyant ainsi si investi dans Iwagakure no Satô, comme un chien sauvage dressé à force de caresses et d’autres tours d’un maître trop malin.

« Je pense seulement que j’ai ma propre destinée, qui dépasse Yaogakure et ses frontières. Est-ce mal, Maître ? Suis-je seulement arrogant et aveugle ? »

Ses yeux semblaient percer la carapace teintée d’accalmie de son confrère pour y déceler la moindre réponse physique avant que ses lippes s’entre-ouvrent.

Le destin et le futur étaient incertains, mais il avait confiance en son maître comme l’eau de la cascade qui se jetait dans la rivière sans y apercevoir son lit. Lien éprouvé et l’un des plus forts qu’il lui ait été donné, Honma était ce pilier sur lequel il reposait depuis tout jeune, pierre fondatrice de l’être qui se transfigurait aujourd’hui.









_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Mar 15 Jan 2019 - 5:21




Ô vous qui m'avez demandé
Tsuchi no kuni pays de la terre

Le jeune maître parlait toujours avec nonchalance, comme un acteur qui répète un vieux rôle. Honma affectait au contraire, malgré ses trente ans, une vivacité pleine d’entrain. Sa position sociale était de passer pour une homme enthousiaste ; aussi lui arrivait-il parfois de s’exalter à froid, sans en avoir envie, rien que pour ne pas tromper l’attente de ses connaissances. Le sourire à moitié contenu qui se voyait toujours sur sa figure n’était guère en harmonie, il est vrai, avec ses traits fatigués, mais il exprimait la parfaite conscience de ce charmant défaut, dont, à l’imitation des enfants gâtés, il ne pouvait ou ne voulait pas se corriger.

« Maître… » dit-il d’un ton triste et sec


En prononçant ces paroles, Honma donna à sa figure l’expression d’un profond et sincère dévouement avec une teinte de mélancolie ; lui ne prenait cette expression que chaque fois qu’il n’en fut nécessaire, chaque fois qu’il prononçait le nom de son auguste bénéficiaire, et son regard se voila de nouveau lorsqu’il ajouta que Dokai témoignait beaucoup d’estime en la personne du jeune Genku.

Mais à l’ouïe de ce qu’il lui énonçait, le gardien sut se taire, et cela avec un air de profonde indifférence... Ainsi ses yeux ne se posaient pas sur son vis à vis - et pourtant il le regardait. Tant avec surprise qu’avec méprise. dans un coin de l’esprit du Hakuryuu comme dans un coin du sien germait la confusion, et ce qu’il distinguait comme de la panique. Surtout dans le sien. Peut être que Honma se doutait déjà de ce qu’il pensait, de ce qu’il pensait vouloir. et plus il y pensait, plus les failles des explications à peine réfléchi de Genku lui apparaissaient, vives et dangereuses. parce que ce dernier s’apprêtait à le pousser dans ses derniers retranchements avec quelques mots, à balayer tous ses secrets et précautions d’un simple je sais. et il saura que tu sais, et Hon craignait cette réaction.

« Loin de là, Maître… Comme toujours vous êtes dans le vrai. » ajoute t-il sans once de doute. « D’ailleurs, si je puis me permettre. Il ne serait bon professeur, personne qui viendrait limiter la portée de vos rêves et désirs. »


Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Genkū
Yaoguaï Genkū

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Sam 19 Jan 2019 - 21:35




T S U K I M O N O



Honma avait ce genre de soubresauts, parfois. Il semblait tiraillé entre sa propre morale, celle à inculquer et ses convictions personnelles. Loin d’être malhonnête ou d’avoir une trop large propension au mensonge, le Borgne savait se draper d’un mystère épais, ce qui avait le don de titiller sa curiosité. Quoi de plus normal pour un élève que de vouloir lire dans l’esprit de celui qui transmettait son savoir et ses connaissances ? D’autant plus dans le cas de Genkû, qui ne songeait plus aux nombreuses douleurs des contusions pour parvenir à déceler dans les dires de l’Éternel le vrai du faux.

« Vous savez, Rôshi, j’ai parfois l’impression que vous cherchez à m’épargner vos considérations. C’est juste une impression, mais je pense que c’est assez clair pour que je n’ai pas à souligner que vous êtes libres de faire démonstration de remontrances et de réserves ; quoi ou qui que ça concerne. »

Il laissa échapper un soupir las, et alla s’échouer un peu plus loin sans perdre du coin de l’oeil l’image si lisse du Dragon Lumineux.

Puis il se rendit compte de l’absurdité de ses paroles, sans en laisser rien paraître et se releva de concert, faisant face à celui qu’il ne dépassait toujours pas par l’expérience mais désormais par la taille et la stature.

« Je pense qu’il est temps. J’ai quelques affaires à régler avec le Clan entre les murs d’Iwagakure no Satô, puis une discussion avec Senkû. »

Toujours le torse nu, il commença alors à marcher vers l’ancienne Rokkusu, avec une détermination animale. Peut-être Honma n’avait pas voulu qu’il comprenne cela, mais il l’avait déduit de lui-même. Genkû devait porter sur ses épaules toutes justes taillées les espoirs qui pouvaient glisser de celles de son aîné.











_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509
Hakuryū no Honma
Hakuryū no Honma

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku) Empty
Dim 20 Jan 2019 - 18:59




Ô vous qui m'avez demandé
Tsuchi no kuni pays de la terre

Honma balbutia silencieusement quelque chose dans ce langage qui leur est propre. Quelque chose d’inintelligible, en continuant à laisser errer ses yeux autour de lui. Tout à coup il sourit gaiement et salua la prévenance dont son disciple pouvait bien lui faire part, puis s’inclina simplement. Mais le destin aurait bientôt bien des raisons de s’inquiéter, car à l’image de ce qu’il représente, le dragon ne délaisserait jamais sa loyauté pour son « maître » et cela même une fois éteint. Leur relation était à l’image d’un axiome, d’un tout qu’il avait toujours connu. Genku et son épopée, Honma en fut toujours « spectateur », observant la scène qu’est sa vie, où des personnages haut en couleur surgissent. Il était là dans les moments de joie ou de dépit, le serait quand le rêve deviendrait illusion avant de mourir avec mépris ; où le mensonge devient vrai et la vérité au fond du puits.

Mais qui était-il dans ce monde plein d’acteurs ? Dans ce monde dans lequel chacun monte sur l’estrade - joue son rôle comme ses prédécesseurs… Qui était-il quand lui-même avait un rôle dans cette scène ?

Il observe, il souffre de cette distance qu’il doit conserver - pour qu’il apprenne et devienne celui qu’il doit devenir. Mais en applaudis tous ces mensonges réels et cela jusqu’à la fin. Lorsqu’avec ou sans ses applaudissements, le rideau s’ouvrira et se fermera.

Alors Honma se rendit coupable d’une seconde incivilité : il venait d’abandonner son interlocuteur, sans attendre la fin de sa phrase, perdu dans ses songes. Il l’observe s’en aller au loin, faute d’une réponse appropriée.
« Je vous souhaite tant de bonne chose mon maître... » souffle t-il « que vous préserver sera à jamais mon calvaire et ma fierté »


Revenir en haut Aller en bas

和紙 ๑ Ô vous qui m'avez demandé (Genku)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: