Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka]


Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Mar 11 Déc 2018 - 19:37
Sillonnant la surface du papier à une vitesse impressionnante, la pointe du crayon laisse sur son passage des notes sur le carnet à moitié usé et à la reliure vert émeraude. Sur ce support, l’homme masqué inscrit les différents passages du livre de grammaire devant lui qu’il juge pertinents et qu’il pourrait extraire de façon à transmettre l’enseignement de façon synthétisée à son élève. Cela fait plusieurs mois qu’ils se voient à la bibliothèque de Kiri, dans cette salle aménagée et isolée des rangées d’étagères, que le chuunin masqué à réservé auprès du bibliothécaire afin de donner des cours particuliers. Si le début s’est avéré très difficile pour l’analphabète de la tribu Urumi, celui-ci a montré beaucoup de bonne volonté et de la patience pour surpasser les premières barrières du langage écrit. Certes, Saji a pu sentir un peu de frustration par moments de la part de son élève, mais cela fait partie de l’apprentissage. C’est à force de se confronter à la difficulté que l’on habitue notre cerveau à adopter des mécanismes de réflexion adaptés. Pour le muet qui a dû s’initier à l’écriture dès le plus jeune âge afin de communiquer ses émotions ou ses idées, ne serait-ce que pour dire bonjour ou remercier, le crayon est en somme devenu le relais de sa pensée.

En revanche, pour quelqu’un qui de tout temps a vécu dans une tribu marquée par la tradition orale, la transition a dû être difficile. Saji n’ose imaginer l’effort mental pour passer de l’un à l’autre. Naturellement, Saji s'est toujours exprimé sur le papier. Il ne peut donc pas ressentir tout le travail interne qui doit être fait de la part du Kaguya pour répondre aux exigences assez élevées de son professeur. Néanmoins, ce dernier constate les progrès et ne manque pas de le lui faire remarquer à chaque fin de cours. Le professeur ne peut donc qu'imaginer ce que doit traverser son élève qui passe de l'oral à l'écrit. Il se dit que c’est comme si lui le muet devait soudain se mettre à parler. Même si à son avis il serait plus facile de passer de l'écrit à l'oral. Il aurait du mal à articuler ses mots, prononcer les sons qu’il a toujours entendus mais jamais exprimés de sa propre bouche. Il se rappelle encore de la fois où il était sous l'emprise de la fille aux cheveux argentés, laquelle lui a jeté une illusion dans laquelle il était capable de parler. Un miracle, très loin de la réalité. Mais un plaisir tout de même de pouvoir exprimer ses émotions d’une façon aussi directe et sincère. L’écriture n’est pas aussi pure que la voix, en raison du médium du papier et du crayon qui sépare les interlocuteurs par l’ambiguïté du ton. Certes la ponctuation est là pour suggérer, mais l’impact n’est pas le même. A l’écrit, impossible de chuchoter, ou de crier. On n’exprime que par poésie ce que l’on souhaite signifier. Tout dépend aussi de la sensibilité du destinataire, qui peut interpréter le message différemment en fonction de sa propre expérience et du sens qu’il attribue à chaque mot. Cette sensibilité vis-à-vis des mots, Saji cherche à l’enseigner à son élève Shitekka et bientôt, pourquoi pas, à Akane qui a montré quelques lacunes dans son écriture.

La veille, deux lettres ont été envoyées de bon matin via des corbeaux messagers. Des messages écrits de la main de l’homme masqué et qu’ils reconnaîtront à coup sûr, pour l’avoir lu et relu à de nombreuses reprises.


Saji a écrit:
@Yasei Akane,

J’espère que vous allez bien depuis notre dernière expédition sur l’île d’Asosan, et que les indices que nous avons pu découvrir vous ont permis d’avancer dans votre recherche. Je repense justement à la lettre que vous m’aviez faite parvenir à ce sujet et je me demandais si vous seriez intéressée de me rejoindre pour un cours d’écriture. A la bibliothèque de Kiri. Je serais en compagnie d'un autre élève plutôt studieux, un shinobi de la Brume comme vous et moi. Si le cœur vous en dit, vous pouvez nous rejoindre demain matin, à 9h. Nous serons à l'étage supérieur.

Ce serait un plaisir de vous revoir.

Saji

Saji a écrit:
@Kaguya Shitekka,

Comme convenu, il te restera à revoir le dernier chapitre du livre de grammaire et nous aurons terminé la leçon sur les règles élémentaires d'écriture. Malgré les quelques fautes sur ta dernière copie, tu t'es beaucoup amélioré ces derniers mois et à un rythme impressionnant. Toutefois, comme tu le sais, il reste encore pas mal de points à perfectionner. Je pense que pour la prochaine étape nous pourrions essayer de faire une dictée au lieu de travailler simplement sur des exercices thématiques, pour voir où en est ton niveau. Et pourquoi pas un peu d'écriture libre pour travailler ton expression écrite?

A demain!

Saji

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Mer 12 Déc 2018 - 18:07
Depuis son arrivée au village, Akane avait prit quelques habitudes. Chaque matin elle allait courir de bonne heure avant d'aller s’entraîner seule sur l'un des terrains d’entraînements aux alentours du dojo. Toujours le même, le plus éloigné du bâtiment afin de ne pas être dérangée et ne pas empiéter sur le domaine des sabreurs. Puis elle rentrait manger dans l’appartement meublé qu'elle louait, parfois en passant par le marchand de brochettes qui connaissait ses goûts. Après s'être restaurée, lavée et changée, elle prenait un petit temps de calme pendant lequel elle faisait de la méditation ou se permettait de lire un peu. Puis elle se rendait au palais de la brume pour voir si elle pouvait prendre une mission selon ses capacités et ce dont elle avait le droit de faire.

La suite de sa journée dépendait alors de son humeur du moment et de ce dont elle avait envie de faire. Mais en règle générale elle allait se promener dans les parcs de Kiri pour apaiser sa Bête, ou rendait visite aux chatons devenus grands de mamie Ortia. C'était habituellement durant cette période de la journée qu'elle faisait toutes les tâches devant être accomplies quant on avait un chez-soi : courses, ménage, cuisine, laver le linge et autres choses du genre.

Cependant ce jour-là son entraînement quotidien serait reporté à l'après midi. Elle avait courut comme chaque matin mais s'arrêta là concernant l'entretien de ses capacités physiques. Lorsqu'elle était rentrée la veille, elle avait pu trouver avec surprise une lettre lui étant adressée, l'invitant à venir à la bibliothèque pour perfectionner son écriture. Elle reconnut rapidement celle de celui l'ayant écrite, et lui avait répondu en début d'après midi.


Akane a écrit:
Saji,

Je vais bien et espère que vous aussi. Mes recherches avancent pas beaucoup. Et les votres ? Merci pour l'invitation. Je viendrais. Mais sa ne fais pas partit de notre alliance. Que voulez vous en échange ?

A demain.

Akane

L'invitation l'avait plutôt étonnée, tout comme le contenu de la lettre. Il lui avait bien assez clairement fait comprendre qu'il ne l'aiderait que pour retrouver son père pourtant. Alors pourquoi lui proposer ça ? Elle espérait qu'il n'avait pas pitié, elle détestait ça. Cependant la jeune femme savait très bien qu'elle avait des lacunes concernant l'écriture en elle-même. Et comme elle n'oserait jamais demander à ce qu'on l'aide dans ce domaine – pour plusieurs raisons – c'était l'occasion idéale pour elle de progresser. Elle était un peu honteuse à vrai dire. Tous les shinobis semblaient savoir lire et écrire, comme s'ils avaient tous apprit ça en même temps que le maniement du kunai. Pas elle. Akane avait apprit les rudiments de l'écriture avec sa mère dont elle n'avait très peu de souvenirs. Puis celle-ci avait été tuée alors qu'elle-même n'était encore qu'une enfant, et l'orpheline n'avait jamais reçu d'autres cours, restant donc à un niveau d'une enfant de six ans. De plus elle n'avait plus eu l'occasion de pratiquer pendant plus de dix-sept ans. Si bien que lors de son arrivée à Kiri elle avait eu beaucoup de mal à s'y remettre. En fait, elle avait bien galéré lors des rapports de mission à remplir.

Elle avait désormais beaucoup moins de mal qu'au début mais elle savait qu'elle avait encore beaucoup de lacunes, malgré ses progrès en partie dû au fait qu'elle lisait désormais des livres empruntés à la bibliothèque. Favorisant ainsi sa mémoire orthographique des mots. Akane n'avait aucun livre à rendre ce jour-là, mais elle s'y rendit tout de même car le sabreur muet lui avait demandé. Franchissant la porte du bâtiment, elle s'adressa à la femme présente à l’accueil – celle qui faisait d'étranges bruits en réfléchissant -.


- « Euh, excusez-moi. Je cherche le second étage. On m'a demandé de m'y rendre. »
- « Oh oui, c'est par là-bas. »


Et elle indiqua une direction du doigt. Akane la remercia d'un hochement de tête, avant de s'y diriger. Une fois en haut, elle trouva rapidement une salle dont la porte était ouverte. Ne sachant pas comment se comporter, si elle devait frapper ou non, la métamorphe entra directement dans la pièce.

- « Bonjour Saji. »

Elle lui adressa un sourire timide. Il se trouvait derrière un bureau, tandis qu'en face de lui se situaient deux petites tables. Peu à l'aise, elle resta debout en attendant savoir quoi faire. Aurait-elle dû amener de quoi écrire, d'ailleurs ?

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Jeu 13 Déc 2018 - 22:09
L'écriture.

Un art qui marquait le début de la civilisation telle qu'on la connaissait. Avec la lecture, elle distinguait l'homme de la bête, la culture de la nature. Elle était la base de la société, le lien entre les hommes et les femmes. Mais pour Shitekka, elle ne représentait rien de tout ça. Lui avait grandi dans un monde fait de traditions orales, où la parole des anciens était précieuse. La transmission du savoir se faisait de bouche à oreille, et le culte des kamuys, des ancêtres et de la nature était ainsi perpétuée en continuant de consolider le lien du village.

Loin des siens, le Kaguya fut forcé de se rendre à l'évidence: au sein de Kiri, il devait maîtriser cet art étrange consistant à graver des symboles d'encre sur le papier. Tout passait par ces symboles: les bâtiments, les rapports de mission, les lettres… la société s'était construite par l'écriture. Et il était à présent autour du Kaguya de se construire dans la calligraphie. Pour ce faire, il compta sur le concours d'un ami de jeu, le dénommé Nobuatsu Saji, qui accepta de jouer le rôle du précepteur. Ce fut ainsi qu'entre l'hiver et le printemps, les deux hommes furent amenés à se retrouver plus d'une fois pour Saji transmette son savoir vital en sa condition de muet auprès de l'analphabète.

Les premières séances furent difficiles, très compliquées même pour Shitekka. Du haut de ses vingt ans, il découvrait tout un monde insoupçonné, où la société avait construit un langage entier sur des idéogrammes. Chaque caractère était sujet à diverses interprétations, et comme l'oracle consultant un augure, c'était la combinaison de ces signes qui donnaient un sens au mot. Les premières entrevues entre Saji et Shitekka portèrent alors principalement sur l'association entre ces symboles et leur sens, ainsi que la façon de les tracer. Dans une curiosité digne d'un Urumi, le Kaguya s'amusa à assimiler le sens primaire de ces lettres aux éléments et aux kamuys qui constituaient ses convictions spirituelles. Son apprentissage n'en fut que plus ludique, interactif et facile par extension.

Le Genin inclua ainsi ses cours particuliers dans son emploi du temps déjà très complet de Genin en situation d'alerte nationale. Entre les entrainements, corvées et autres devoirs, le chasseur s'adonnait à l'apprentissage de l'écriture avec application. Appliquant les recommandations de son sensei d'écriture, il débordait parfois en approfondissant ses connaissances à la bibliothèque, un lieu dans lequel un analphabète n'aurait jamais mis les pieds autrefois. Là-bas, tel un rat de bibliothèque, il se forçait à assimiler les caractères qui formaient une barrière presque tangible entre son monde et celui de la société. Quitte à parfois mettre sa santé, et surtout ses heures de sommeil, entre parenthèses, le Kaguya se consacrait plus que de raison dans l'exercice de l'écriture.


Lors d'une matinée printanière, le guerrier au regard fauve fut invité une nouvelle fois à apprendre aux côtés de l'épéiste Saji. Avec Shyko, il apprenait à parfaire sa maîtrise du kunai et des os; aux côtés du muet c'était celle de la plume et des kanjis qui importait. Son tracé était certes maladroit, lent, tortueux, mais était sur la bonne voie. Chaque symbole reconnu, chaque mot identifié, chaque phrase comprise, était une victoire personnelle pour Shitekka. La lettre qu'envoya le Nobuatsu ne fit pas exception. Immédiatement après avoir parachevé le décryptage de la missive de son professeur, Shitekka dégota un morceau de parchemin ainsi qu'une plume de héron. Le choix d'une telle plume n'était pas anodin quand on savait que sa terre natale portait le nom de la divinité incarnée sous les traits du même animal. Puis, mû par des gestes tant appliqués que bancals, le Kaguya tâcha d'écrire ses plus belles pensées auprès de Saji en guise de réponse.


@Kaguya Shitekka a écrit:
OK

Après mûres réflexions, le Kaguya se ravisa de renvoyer la lettre sur ces deux pauvres lettres, et tenta de mettre bout à bout des mots formant une cohérence suffisant à convaincre Saji.

Le lendemain, l'apprenti se présenta à la modeste bibliothèque de Kiri dont il connaissait bien dorénavant la localisation. Son maître l'attendait au premier étage. Un escalier plus tard, Shitekka s'apprêtait à saluer son sensei du signe de la main correspondant - ce dernier s'étant adonné en parallèle à la pratique de la langue des signes pour le confort de son maître - lorsqu'une silhouette assez familière attira son attention.

— Oh, bonjour Akane, chuchota-t-il, se rappelant que l'usage voulait que le calme règne dans ces lieux, vous êtes aussi venu pour apprendre auprès de Saji ?
Il se rappela alors de la mission d'espionnage où il fit la connaissance de la kunoichi. Leurs rapports étaient jusqu'à présents des plus formels, pour ne pas dire professionnels. Mais aujourd'hui, Saji allait certainement les rapprocher, en tant qu'apprenti à minima.

_________________


Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Ven 14 Déc 2018 - 12:54
Assis sur une modeste chaise en bois, le bretteur de Kiri termine d’écrire les grandes lignes du cours qu’il a préparé pour aujourd’hui. N’ayant pas beaucoup de temps pour lui entre l’alerte des prisonniers et son rôle en tant que porte-parole officiel du clan des Sabreurs, il a néanmoins réussi à assurer une routine d’apprentissage pour le jeune Urumi qu’il voit régulièrement à la bibliothèque. S’il a fait de réels progrès jusqu’ici, avec des cours relativement simples visant à lui enseigner les règles de grammaire et d’orthographe, Saji souhaiterait dorénavant tester sa capacité à s’exprimer à l’écrit de façon spontanée, ce qu’ils n’ont pas beaucoup fait dans les dernières séances. Un tournant dans l’apprentissage, et en même temps l’occasion pour lui d’inviter une autre personne qui pourrait bénéficier de ces cours et chez qui il a remarqué des lacunes à l’écrit, en lisant sa dernière lettre. Ecrire est essentiel dans le quotidien d’un shinobi, ou même toute personne en société. Que ce soit pour rédiger des rapports de mission ou bien envoyer des lettres, ils auront besoin de cette base élémentaire afin de mieux s’intégrer parmi leurs pairs. En tant que chuunin, il est de son devoir de préparer les genins aux épreuves de demain.

Il est l’heure. Quelqu’un fait un pas dans la salle. Saji lève la tête. Ponctuelle, la kunoichi est la première à arriver. Brusquement, il se lève, quelque peu surpris par cette présence familière alors qu’il était plongé dans ses pensées. Ou peut-être est-ce elle qui le rend nerveux qui sait. Figé l’espace d’un instant, il lui fait signe de s’assoir à une des tables devant lui. L’Urumi arrive peu de temps après et s’apprête à saluer son professeur quand il remarque la présence d’Akane, qu’il semble reconnaître. Maintenant que les retrouvailles sont faites, Saji commence à effectuer quelques signes à l’adresse des deux élèves du jour, afin d’avoir toute leur attention.



Leur niveau de compréhension du langage des signes étant d’un niveau rudimentaire, Saji fait en sorte d’employer des mots simples et construire des phrases courtes de façon à ce qu’ils comprennent son message. A la différence des séances précédentes, celle-ci sera davantage axée sur la pratique. Il s’arrête, se demandant pourquoi l’interprète remplaçant n’est toujours pas arrivé. Son assistant qui vient habituellement aux cours pour faire l’intermédiaire vocal étant malade, il a dû faire appel à un autre traducteur pour l’aider dans cette tâche. Il soupire. Il attrape une feuille sur son bureau et le dépose sur la table de Shitekka, il s’agit de sa copie corrigée d’hier sur laquelle on peut voir la mention « Assez bien. », avec des corrections ici et là. L'essentiel, c'est qu'il soit sur la bonne voie.



Avec ce qu’il leur prépare désormais, ils sont sûrs de faire de sérieux progrès. Qu’ils réfléchissent à ce qu’ils veulent exprimer, avant de le mettre à l’écrit sur le papier. Cela lui permettra aussi de gagner du temps, en attendant que l’interprète remplaçant n’arrive. Car il aura besoin de lui pour l’exercice suivant.



Sur ces mots, il retourne à son bureau et prend des feuilles blanches et des crayons qu’il leur distribue. Parler de ce qui leur fait plaisir leur donnera une bonne source d'inspiration, sans que pour autant ils aient besoin d'user de mots trop compliqués. Une façon pour le chuunin d'évaluer leur niveau d'entrée de jeu.

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Ven 14 Déc 2018 - 22:22
Elle était visiblement la première élève à être arrivée. Le second n'était pas encore présent. Saji se leva suite aux salutations de la kunoichi et ils restèrent un instant là sans savoir quoi faire ni l'un ni l'autre. Puis il lui indiqua de s'asseoir. La jeune femme se dirigea vers la chaise la plus proche lorsqu'une autre voix se fit entendre. Se tournant vers le nouvel arrivant, elle répondit à sa question sur le même ton que lui, en le saluant d'un hochement de tête.

- « Shitekka. Oui, j'ai quelques... Lacunes. »

Ainsi donc le second était le Kaguya rencontré lors d'une mission où ils avaient enquêté sur des Yakuzas. Elle ne le connaissait pas vraiment, mais il s'était montré intelligent et efficace. Elle était plutôt étonnée de voir que quelqu'un d'un clan fondateur prenait prenait non seulement des cours d'écriture, et de plus, pas avec les siens. Baissant les yeux vers la chaise qu'elle tenait, elle prit place à l'une des tables. Les présentations faites et les élèves installés, le cours en lui-même pouvait commencer.

Saji prit la « parole » et Akane se concentra sur le signes qu'il faisait pour en comprendre le sens. Cette façon de communiquer était nouvelle pour elle, et elle n'en était pas vraiment familière. Il la remerciait de venir ? Mais pourtant c'était lui qui lui rendait service, non ? Peut-être n'avait-elle pas bien compris ce qu'il avait voulu dire. L'observant attentivement, elle tentait de déchiffrer son langage non verbal, sous toutes ses formes. Il déposa sur la table de Shitekka une feuille prise sur son propre bureau. Il y avait ajouté une annotation, elle pouvait reconnaître son écriture. Puis il s'adressa de nouveau à tous les deux en faisant divers gestes qui pourraient certainement paraître étranges à quelqu'un qui ne savait pas ce qu'il faisait.

Fronçant les sourcils parce qu'elle n'avait pas tout compris malgré sa concentration, la métamorphe se concentra cependant sur ce qu'elle avait saisit. Pourquoi voulait-il qu'ils parlent d'eux ? Qu'ils se présentent ? Il les connaissait déjà, non ? Quant au fait d'avoir des questions, elle ouvrit la bouche pour finalement la refermer, posant son regard sur Shitekka, puis de nouveau sur Saji. Se ravisant, elle prit le crayon tendu dans sa main, et posa ensuite les yeux sur la feuille blanche. Sérieusement ? Il n'y avait même pas de lignes pour se repérer !

Elle jeta de nouveau un coup d’œil à Saji, se demandant en fronçant les sourcils encore une fois s'il faisait exprès de demander quelque chose d'aussi dur. Et tenta malgré tout de s'atteler à la tâche demandée. Son crayon saisit à pleine main, la métamorphe le posa sur la page blanche, essayant de s'appliquer en formant ses lettres. À vrai dire elles étaient toujours toutes de la même taille – les t comme les e - , et le tout n'était pas vraiment droit. Sans parler qu'elle prenait beaucoup de place sur la feuille avec seulement quelques mots.


Akane a écrit:
Je m'apele Yasei Akane. Je suis née sur Aato en année 179. Je crois. J'ai grandi a Asosan. Je suis devenue kunoïchi.

Elle réfléchit à ce qu'elle pourrait rajouter de plus, faisant tournoyer le crayon entre ses doigts. Shitekka n'avait pas besoin de connaître son passé. Saji le connaissait déjà. Mais il lui restait encore de la place sur la feuille. Se saisissant de nouveau du stylo à la manière d'un kunai, elle poursuivit son écriture.

Akane a écrit:
Je suis à Kirirature no sato depuis six mois. Maintenant je peux plus sortir j'ai pas le droit. Je mentraine tout les jours sur un terain du dojo en attendant.

Elle déposa son crayon sur la table, et s'adossa d'avantage à sa chaise. Elle relut ce qu'elle avait écrit, mais ne savait pas vraiment quoi rajouter d'autre. Alors elle jeta un rapide coup d’œil à l'autre élève pour voir où il en était, avant de regarder Saji et d'attendre patiemment la suite.

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Sam 15 Déc 2018 - 22:03
Lorsqu'Akane expliqua à Shitekka qu'elle venait elle aussi pour suivre les enseignements de Saji, le Kaguya se sentit soulagé. Le balafré n'avait plus la sensation d'être le seul en difficulté au village quant à la question de l'écriture. Bien qu'il se doutait que la kunoichi devait être à un niveau plus avancé que lui, le poids qui pesait sur ses épaules s'allégea. Peu après les présentations générales, le muet signa pour annoncer le programme de la journée. Ce dernier avait préparé un cours spécial pour ses deux élèves. Le Kaguya s'installa aux côtés de son sensei et d'Akane, au plus près de l'aura chaleureuse d'une bougie. Le temps n'étant pas au rendez-vous aujourd'hui, les lueurs diurnes peinaient à diffuser dans la pièce où se trouvaient les Kirijins. À défaut de se contenter de l'éclat blafard du jour, la bibliothèque fut forcée, comme bien souvent, d'allumer des bougies aux quatres coins du bâtiment pour ses utilisateurs.

Le sabreur profita des introductions pour donner sa correction d'un exercice précédemment réalisé par Shitekka. Comme à son habitude, le Kaguya avait écopé d'un résultat médiocre, mais satisfaisant. Il lui restait encore beaucoup de progrès à faire pour s'affranchir des erreurs qu'il commettait. Jusqu'à présent le shinobi avait principalement focalisé ses efforts sur la compréhension des différents alphabets et du sens des mots. Sa capacité à constituer des phrases restait bancale, mais suffisante pour se faire comprendre. C'était sur ce point que Saji insistait désormais pour que Shitekka s'améliore.

Une nouvelle fois l'homme à la visière signa pour demander un premier exercice auprès de ses élèves. Il fallait ici se présenter en quelques lignes, et détailler ses centres d'intérêt. La tâche ressemblait à s'y méprendre à une consigne scolaire. Mais le Kaguya n'avait aucune notion de ce que pouvait être une école. Il se contenta alors de réfléchir de son mieux pour assembler les phrases qui pourraient satisfaire son professeur. Crayon en main, il fixa longuement la feuille blanche qui lui faisait face, alors que sa comparse commençait déjà à répondre.

Bien qu'il se sentit au prime abord soulagé de partager des lacunes avec Akane, Shitekka se sentit mis sous pression à nouveau lorsque la kunoichi prit une longueur d'avance sur lui. Motivé par une sorte d'esprit de compétition inconscient, le balafré commença à se mettre au travail.


@Kaguya Shitekka a écrit:
moi appelle Ciyene Kakura Shitekka Kaguya, des Urumi de Saroruncasi. travaille beau cou les entrainages, surtout le maitrisement du ramut. aime le Ciporrataskep, le Sikerpe kina Rataskep, l'Irup Sayo et manger des sikerpes

Il avait fait beaucoup d'efforts pour retranscrire phonétiquement les mots qu'il connaissait. Cependant, il n'avait aucune idée quant à la connaissance de ses mots auprès de son sensei. La consigne restait quoiqu'il en soit respectée. Le Genin n'avait par ailleurs guère autre chose à rajouter, à part la liste interminable d'esprits qu'il s'employait au mieux à honorer à travers des prières, des fumigations et autres cérémonies religieuses, lorsque son emploi du temps de ministre le lui permettait. Malgré tout fier de partager ses centres d'intérêt et sa propre culture, ce fut sur cette note que Shitekka rendit presque fièrement sa copie auprès de son sensei, attendant un retour de ce dernier.

_________________


Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Dim 16 Déc 2018 - 10:03
De la patience. Etre professeur demande beaucoup de patience. Heureusement, le muet n’en manque pas, à force de méditer en solitaire dans le Grand Dojo, pour s’isoler du monde et faire le vide dans son esprit. Il lui arrive quelquefois de faire des siestes chez lui avant de corriger une copie de son élève Urumi, de façon à être mentalement préparé à ce qu’il va lire. Non pas qu’il manque de concentration, mais qu’il a besoin de beaucoup de courage pour se plonger dans ces méandres de mots incompréhensibles. Un mélange de langue tribale ainou et de langue japonaise, des messages quasi-impossibles à décrypter…

Avec l’habitude, vient la tolérance à la douleur. Pour quelqu’un qui s’est de tous temps consacré à l’écriture et la perfection de cet art, il suffit parfois d’un rien pour lui faire sortir ses yeux de ses orbites, comme en lui montrant un texte criblé de fautes ou en torturant les mots jusqu’à ce qu’ils se vident de tout leur sens.

Connaissant les origines du jeune balafré, Saji fait preuve d’un flegme à toute épreuve, enchaînant les cours à un rythme régulier pour essayer de convertir l’analphabète à l’écriture. Défi qu’il ne pensait pas si difficile, mais c’était sans compter un obstacle supplémentaire. Sa langue natale qui semble empiéter dans l’assimilation des concepts. Ou s’agit-il de mots sortant purement de l’imagination de son élève ? Il n’ose même plus demander.

Malgré tout, Shitekka fait quelques progrès, vu le niveau d’où il est parti, quand il arrivait à peine à formuler le moindre mot compréhensible sur la page. Désormais, il est capable d’écrire certains mots qui font sens, car il faut non seulement que le mot écrit soit bien assemblé, ce qui n’est pas toujours gagné, mais aussi que les mots se suivent de façon à donner du sens à la phrase. En somme, que le mot ne soit pas un amas de consonnes et de voyelles se suivant de façon désordonnée.

Aujourd’hui, Saji a besoin de voir si son élève d’écriture peut s’exprimer de lui-même avec ses propres mots, pas ses mots imaginaires, mais des mots qui existent pour de vrai. La question est seulement de savoir combien de barbarismes il mettra sur le papier cette fois-ci. Peut-être serait-il plus sage de commencer à lire sa copie, de façon à donner du baume au cœur avec celle d’Akane. Pour avoir lu plusieurs lettres de cette dernière, il sait déjà que son niveau est supérieur à celui de son camarade de classe.

Poussant un soupir pour se donner du courage, Saji se lève et s’approche de la table de Shitekka une fois qu’il a fini d’écrire, lève la copie avec une certaine crainte. Ce qu’il voit ne l’étonne pas, mais s’étant entraîné à lire une multitude de lignes écrites de sa main, corrigé et recorrigé un grand nombre de ses copies, il peut comprendre ce que souhaite signifier son élève. Dans une certaine mesure. Résultat, il saisit la moitié de ce qui est écrit, et seuls quelques mots sont correctement orthographiés, ce qui est déjà un exploit. Il fait quelques signes à l’adresse de Shitekka qui le regarde, attendant patiemment son verdict.



Par rapport à ce qu’il a l’habitude d’écrire. Saji se tourne vers la table de la kunoichi et lève sa feuille sur laquelle se présentent, à son grand soulagement, des mots qui existent dans leur langue. Même si les phrases qu’elle a composées semblent sortir de la plume d’un enfant de six ans, il comprend tout à fait ce qu’elle souhaite signifier. Il acquiesce et exprime auprès d’Akane son sentiment.



Les deux copies dans la main, il retourne à son bureau pour les déposer. Il tâchera de corriger leur travail pendant qu’ils effectueront l’exercice suivant. Malheureusement l’interprète remplaçant n’est toujours pas arrivé et il ne peut pas leur communiquer en détail les fautes à corriger, puisqu’il ne peut leur parler qu’en langage des signes, que les deux élèves ne maîtrisent encore qu’à un niveau élémentaire. Saji leur distribue deux nouvelles feuilles blanches, avant de présenter la suite du cours, avec un exercice improvisé.



Plus ils prendront l'habitude de s'exprimer de façon libre à l'écrit, mieux c'est. C'est un peu le but de la séance d'aujourd'hui, qu'ils pratiquent un maximum pour s'améliorer... Il ne tient qu'à eux d'avoir la bonne volonté pour faire de véritables progrès.

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Dim 16 Déc 2018 - 14:49
Les deux élèves du cours d'écriture avaient fait de leur mieux pour l'exercice donné par leur professeur du jour. Que ça ait l'air d'être scolaire, pour les enfants ou non, ils n'en savaient rien : aucun des deux n'était allé à l'école. Ils s'attelaient donc à la tâche avec sérieux, comme s'il s'agissait d'une mission. À la seule différence que ça n'en était pas une et que ça allait impacter sur leur vie au quotidien.

Une fois que les deux stylos eurent terminé de coucher des mots – ou des choses qui y ressemblaient – sur le papier, Saji se leva pour lire ce qu'ils avaient noté. Il commença par le Kaguya. Mais il était impossible de savoir à quoi il pensait en lisant, il était toujours aussi masqué et cachait les expressions de son visage. Déjà qu'on ne pouvait pas comprendre non plus ses émotions au son de sa voix, il était vraiment une énigme. Il ne laissait transparaître de sa personnalité que ce qu'il choisissait de dire. Une fois, il avait demandé à la jeune femme de se fier à ses actes. Depuis, c'était ce qu'elle faisait.

Hors, à cet instant, il osait dire à son élève qui avait donné le meilleur de lui-même que son travail était mauvais. Elle l'avait cru plus tolérant que ça ! À moins que ce ne soit qu'avec elle ? Elle se rembrunit sans rien dire pour autant. Il passa ensuite à sa propre copie. Pour sa part il lui indiqua qu'elle avait quelques points, quoi ? Elle ne comprit pas la suite. Mais au vu de ce qu'il avait dit à Shitekka juste avant, il avait certainement voulu dire « mauvais », « nuls », ou encore « pas terribles ». Puis il osa retourner derrière son bureau comme si de rien n'était. Avant de leur donner de nouveau des feuilles blanches sans aucune ligne. Faisait-il vraiment exprès de compliquer les choses pour mieux pouvoir leur montrer à quel point ils étaient mauvais par rapport à lui ? Elle dû cependant se concentrer de nouveau sur les signes qu'il faisait. Il avait l'air de leur demander de faire un second exercice, mais... Elle ne comprit pas d'avantage ce qu'il voulait. Un peu vexée par les remarques qu'il avait osé leur faire, Akane lui adressa quelques mots d'une voix qui se voulait la plus neutre possible :


- « Pourquoi vous ne faites pas les exercices en même temps que nous ? Pour nous montrer ce que vous voulez qu'on fasse, vous qui êtes si doué. »

Il cachait vraiment bien son jeu. S'il était un métamorphe il serait certainement un corbeau, un vrai fourbe. Puis elle se tourna alors vers Shitekka, et s'adressa cette fois-ci à lui d'une voix un peu moins forte :

- « Vous avez comprit ce qu'il nous a demandé de faire ? »

Le jeune homme lui répondit afin qu'elle puisse comprendre ce qu'ils avaient à faire, et elle le remercia d'un hochement de tête avant de se tourner vers sa nouvelle feuille blanche. Raconter un événement heureux de leur vie. En dire ce qu'ils avaient aimé, ce qu'ils en retenaient. S'adossant à sa chaise, Akane laissa son regard parcourir la pièce tandis qu'elle réfléchissait. Le plus dur serait peut-être de trouver un moment joyeux à raconter... Évidemment, elle pensa en premier à sa sœur. Ses meilleurs moments avaient été avec elle. Mais ça lui semblait si loin... Et puis parler d'elle ne ferait que lui rappeler sa douloureuse absence. Plus récemment, il y avait eu lorsque Madoka l'avait plongée dans une illusion et qu'elles avaient courut sur les toits de Kiri. Elle s'était alors cru de nouveau libre et dans une forêt, au moins le temps que ça avait duré. Mais là encore, si elle parlait de ça, elle devrait parler de sa condition de sa métamorphe et ce n'était donc pas un bon choix. Il y avait aussi eu lorsqu'elle avait apprit la sortie de Saji de l’hôpital, signifiant qu'il allait beaucoup mieux et était sorti d'affaire. Mais elle n'était pas censée savoir qu'il y avait fait un séjour. Soupirant, elle se demandait ce qu'elle allait bien pouvoir écrire sur sa feuille. Puis finalement, elle trouva. Prenant son stylo de nouveau à pleine main, elle s'appliqua pour écrire quelques mots.

Akane a écrit:
L'autre jour, Kuzan s'est entrainer avec moi. Il etait fatiguer avec ses voisins. On s'est bien battu. J'ai perdu quand meme. Il a fait des choses joli je conaissai pas. Mais le gros ours fais mal.

Au fil des mots écrits, elle se laissait emporter par les choses à dire et allait de plus en plus vite, s'appliquant moins. Si bien que plus ça allait, plus il était difficile de déchiffrer les lettres.

Akane a écrit:
Il ma inviter. On es rentrer se laver chez ????. Au car quartier Yuki on a ?a??er. Setait bon. Apres on a parler de à venir. Il veut ???? a laqua l'academie. Moi je sais pas. J'ai jamais penser a ????? dans le futur. Il ma dit « Je suis fier de toi ». Je suis contente des paroles. Je suis ax accepter.

Fière d'elle, elle posa son stylo pour signifier qu'elle avait terminé. Avant d'adresser un sourire à Saji. Il devrait être content, elle avait parlé de quelqu'un qu'il connaissait.

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Dim 23 Déc 2018 - 23:44
La séance d'écriture se poursuivait, tandis que Saji évaluait les copies de ses élèves. Le bilan fut sans surprise pour Shitekka: son écriture restait encore médiocre. Mais pour un homme qui n'avait jamais connu l'alphabet et la lecture jusqu'à il y a quelques mois, cette médiocrité relevait de l'exploit. Le Kaguya ne s'en félicitait pas pour autant. Il avait compris l'importance d'une telle compétence dans une société dépendante de l'écrit. Son esprit était alors déchiré. Il connaissait ses erreurs, mais en même se voulait intransigeant envers lui-même. Une dualité qui se dissipait peu à peu sous l'impulsion de son professeur muet.

Ce dernier, après avoir signé une brève évaluation de la composition de son élève, passa au prochain exercice. L'art du langage par les signes des mains étant parfois ésotérique, Akane demanda à son ancien camarade de mission quelques précisions sur la consigne qui leur était soumise. Il était ici question d'une rédaction concernant un souvenir heureux. Saji n'avait ensuite plus qu'à demander à ses élèves à l'issue d'une prochaine rédaction ce qu'ils souhaitaient faire plus tard comme métier pour envisager une certification de professeur des écoles. Malgré tout, Shitekka se prêta au jeu et réfléchit quelques instants au contenu qu'il pouvait coucher sur le papier. Sur les quelques mois au cours desquels il s'installa à Kiri, aucun moment ne semblait se prêter à la description imposée par l'exercice. Il fit bien sûr de belles rencontres, mais le spectre de la nostalgie de son enfance d'Urumi continuait malgré tout de planer dans ses méandres.

Alors, le Kaguya trancha la poire en deux. Un souvenir important lui revint à l'esprit, et ce fut à partir de ce dernier que le balafré se mit au travail. Plongé dans un monde de concentration et de réflexion, le Kaguya se coupa du reste de la salle. Son attention était dorénavant portée sur la rédaction de ce moment important de sa vie: l'Iyomante.


@Kaguya Shitekka a écrit:
était juste avant départ de moi pour Kiri. moi ai pu assister à l'Iomante au kotan. Iomante est une cérémonie très importante pour nous Urumi. Ce jour, tous les gens était réuni au centre du kotan, pour voir l'ours. était bien nourri, en bonne santé, bien traité. tous les gens ont chanté, ont dansé en l'honnure de kamuy-ours, kamuy le plus puissant, protectant de toute vie et maestre de la foreste. Les Urumi respectes tous fort l'Ours. moi ai aussi beaucoup prié le ours-kamuy pour mon départ à Kiri. Pour que mère pouvoir être guérite et tout se passer bien à Kiri. moi étais avec père, famille, les proches de moi. étais heureux avec tous les gens.

après, la cérémonie a commencé. Nous on a tous tiré des flèches sur ours-kamuy pour l'envoyer au ciel. Père a eu chance de tir la flèche en dernier dans la nuque de kamuy-ours. Le Kamuy parti dans son monde, va veiller sur nous jusqu'à prochain Iyomante. Tous heureux. Nous avons bu après son sang cent sang, fait repas avec sa viande. Huci a promis à moi que elle va faire un manto avec sa po. Hâte de revoir Huci pour pouvoir porter le manto.

Lorsqu'il eut terminé, Shitekka cacha son émotion. Il était sincèrement ému par ce souvenir, qui marquait sa séparation avec les siens. Depuis son arrivée à Kiri, il n'avait eu aucun contact avec sa famille. La cérémonie de l'Iyomante fut donc un moment fort de retrouvailles et de célébration auquel il accorda beaucoup d'importance, tant par son impact spirituel que relationnel. L'évènement avait tant marqué le jeune homme qu'afin d'honorer avec précision ce rituel, il préféra relire son texte. Mieux encore, le Kaguya prit le réflexe de tenter de corriger les quelques erreurs que son niveau lui permettait de repérer. Il se rappela que Huci signifiait grand-mère, et prit soin de le mentionner sur sa feuille. Ce fut donc quelques ratures et corrections plus tard que le bâtard du clan Kaguya rendit sa rédaction auprès du Sabreur. Alors qu'il déposa la feuille face au Nobuatsu sur la table en bois, il signa de son mieux pour souligner l'importance du texte qu'il venait de lui confier.


Curieusement, son regard se tourna vers Akane. Il espérait qu'elle n'avait pas eu l'occasion de jeter un œil à sa copie. Était-ce par honte de son niveau actuel ? Ou bien car il ne souhaitait pas aborder son ascendance Urumi et les rites qui l'entourait ? Impossible de trancher, alors que le Kaguya revint à sa place une fois son texte rendu, en l'attente d'une nouvelle évaluation.

_________________


Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Lun 24 Déc 2018 - 18:11
Légèrement insolente, la kunoichi rebelle a protesté face à son enseignement, lui demandant de donner l’exemple, « lui qui est si doué ». Heureusement, le sabreur masqué, flegmatique qu’il est, s’est retenu de jeter le crayon au visage d’Akane. Encore une fois, il se surprend à avoir des pensées maladroites, presque violentes à cause de la nervosité. Comme quoi devenir un professeur transforme un homme, et le met dans tous ses états alors que Saji est d’habitude si serein. Un esprit tourmenté qui doit souffrir dans le silence, tel est le destin du muet.

Alors que la pointe des crayons tapotent sur la surface du papier, rompant à un rythme saccadé le silence studieux dans lequel ses élèves sont plongés, le professeur muet en profite pour lire à tête reposée les copies qui lui ont été rendues afin de les corriger. Même si l’envie lui prend parfois de les mettre en boule pour les jeter dans un brasier, il se retient toutefois de le faire, parce que cela donnerait la mauvaise impression qu’il est torturé par la syntaxe bordélique chaotique de l’Urumi, ce qui est vrai.

Il se lève de son bureau pour se rapprocher du tableau qui fait face aux élèves. La craie blanche laisse une série de caractères sur la surface noire de l’ardoise, formant petit à petit des mots, puis des phrases. Malgré la rapidité de l’écriture, le style manifeste une certaine élégance, presque calligraphié.

Saji a écrit:
« Je m’appelle Nobuatsu Saji. Je suis né en 178 à Kaminari. Mon père est forgeron, et mon frère… »

Son esprit tique au moment d’évoquer Ashikage, ses doigts se figent et s’arrêtent d’écrire. Un instant d’absence, puis il reprend, comme si de rien n’était.

Saji a écrit:
« … est un épéiste. Aujourd’hui, j’habite à Kiri, dans le pays de Mizu. Mes loisirs sont : l’écriture et le maniement du sabre. »

Ils n’apprennent rien de nouveau sur lui, se dit le professeur muet, tandis qu’il s’approche de ses élèves qui viennent de terminer le deuxième exercice. Son regard se pose sur la copie de Shitekka, dont la feuille paraît plus remplie que celle de sa voisine. Suivant son instinct, il se décide à ramasser la feuille de l’Urumi, sur le visage duquel on peut lire une certaine fierté. Saji, plus méfiant, parcourt les lignes de la page sous ses yeux ébahis.

Un miracle, il comprend ! Plus de la moitié du texte ! Un long paragraphe relatant d’une sorte de cérémonie propre à sa tribu, qu’il appelle l’Iomante. Celle-ci aurait servi à accorder la bénédiction de l’ours-kamuy à Shitekka avant son départ pour Kiri. Même si d’un point de vue syntaxique, certains passages laissent à désirer, l’histoire est relativement bien narrée, ce qui montre que l’Urumi a fait de sérieux progrès. Comme quoi cette session d’écriture libre est bénéfique pour son apprentissage.

Qu’en est-il de l’élément perturbateur ? Le professeur se rapproche de la table d’Akane et se saisit de sa copie. A peine finit-il le premier paragraphe qu’il se fige et replie ses doigts sur la feuille, la froissant sans s’en rendre compte. Il ne s’attendait pas à ce que Kuzan… Son meilleur ami… Et Akane ? A la lecture du deuxième paragraphe, il se sent l’envie de sortir de la pièce quand soudain… Il entend des bruits de pas s’approcher, et quelqu’un frapper à la porte. Le traducteur remplaçant, enfin le voilà. La porte s’ouvre et derrière elle, une silhouette familière apparaît en contre-jour.

« Oy ! Comment ça va les jeunes ? Héhé désolé Saji j’espère que t’as pas été trop gêné pour le cours ? Bon on va dire qu’on est quittes maintenant vu que tu me dois encore un verre pas vrai ? »

Son meilleur ami.

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Lun 24 Déc 2018 - 19:01
Elle avait terminé le second exercice, et attendait patiemment la suite. Shitekka avait l'air d'avoir écrit bien plus qu'elle cette fois-ci. Cependant elle n'arrivait pas à savoir ce qu'il avait inscrit sur sa feuille, et se voyait mal se pencher pour pouvoir lire. Tant pis, elle ne saurait pas de quoi il parlait. En revanche, Saji avait pour sa part écrit quelques lignes sur un tableau présent dans la pièce. Il avait accepté sa proposition et elle s'en réjouissait. Il était son allié et elle venait d'apprendre deux nouvelles choses sur lui en quelques secondes. Bien plus que lors de leurs rencontres de ces derniers mois. Il lui avait déjà dit pour son frère – dont il tut qu'il était à sa recherche car il avait tué leur maître – et pour le fait qu'il venait de Kaminari no kuni.

En revanche, elle venait d'apprendre que son père était forgeron, ce qui pouvait peut-être être à l'origine de son amour pour les armes. Il indiquait d'ailleurs que c'était une de ses passions. Et aussi, son année de naissance. Ils avaient quasiment le même âge. Étant donné que l'homme était toujours masqué, il était difficile de savoir son âge réel. Et elle ne s'était jamais amusée à essayer de le savoir en écoutant les battements de son cœur ou d'autres choses du genre. Au final, elle en avait bêtement conclu qu'il devait sensiblement avoir le même que Kuzan puisqu'ils étaient tous les deux de bons amis et s'entendaient très bien. Mais elle avait eut tord, et pour une raison qui lui échappait, elle s'en réjouissait. Quant à son autre passion, il écrivait si bien que ça aurait été facile à deviner.

Le sabreur muet commença par prendre la copie du Kaguya et ne fit aucun commentaire, tandis que ses yeux parcouraient les lignes. Impossible de savoir ce qu'il en pensait sous son visage toujours aussi masqué. Akane jeta un coup d’œil à Shitekka, avant de reporter son attention sur Saji. Il avait terminé de lire l’œuvre de son premier élève et passait au second. Cette fois-ci il froissa le papier, et Akane se rembrunit avant de croiser ses bras sous sa poitrine et de bougonner.


- « C'est si mauvais que ça ? »

Ce n'était tout de même pas une raison pour abîmer son travail et ruiner les efforts qu'elle avait faits ! D'accord, elle s'était laissée emportée par son récit et s'était de moins en moins appliquée, mais tout de même. C'était blessant. Cependant ils n'eurent pas le loisir d'en discuter car quelqu'un entra dans la pièce à ce moment là. Akane se retourna alors pour voir une silhouette familière. Il parlait d'être... Gêné par le cours.

- « Ho, Kuzan ! Qu'est-ce que vous faites ici ? Vous venez suivre les cours de Saji, vous aussi ? »

Ça l'étonnait beaucoup, surtout au vu de son âge.

- « J'étais justement en train de parler de vous et de la fois où on a mangé ensemble au restaurant de sushis après notre entraînement, vous vous rappelez ? On avait aussi bien discuté. Merci pour ça, d'ailleurs. J'avais jamais songé à mon avenir, avant. Mais maintenant... Je ne sais pas. Je réfléchis. »

Et elle lui adressa un sourire plein de reconnaissance, avant de se tourner de nouveau vers Saji. Elle prenait même des cours d'écriture, maintenant. On n’apprenait pas à écrire quand on ne pensait pas avoir d'avenir, pas vrai ? Depuis ce jour-là, elle songeait à toutes les actions qu'elle faisait pour les analyser. Si ça lui plaisait ou non. Si elle voulait recommencer ou pas. Et tout un tas d'autres interrogations qui pourraient l'amener à savoir ce qu'elle voudrait faire de sa vie future.

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Mer 26 Déc 2018 - 16:56
C'était une habitude qui commençait à se créer au sein du petit groupe formé par Akane, Saji et Shitekka. Le professeur donnait une consigne, et les deux élèves se jetaient sur leur stylo pour rédiger selon les instructions. S'en suivait alors une séance de correction avant que le sabreur muet ne donne son verdict final. Conditionné à attendre la réaction de son instructeur, le Kaguya était particulièrement plus alerte que les fois précédentes. Le texte qu'il avait écrit faisait écho à un moment important de sa vie, touchant à une cérémonie parmi les plus sacrées de sa tribu. L'analphabète espérait ainsi avoir réussi au moins son exercice, bien mieux que toutes les fois précédentes. La présence d'Akane, créant un micro-climat de compétition et de pression, ajoutait du stress supplémentaire à cette attente.

Toutefois, toute cette angoisse disparut lorsque l'apparition d'une silhouette familière changea la donne. Précédemment, l'enseignant s'était brièvement présenté, se pliant à son tour à l'exercice d'écriture. Son année de naissance indiquait à Shitekka qu'il était son ainé, ce qui en rien ne l'étonnait. Quand bien même sa combinaison et son casque recouvraient intégralement son corps, le Genin devinait à la silhouette musclée et à la maturité de Saji que l'épéiste en question était bien plus âgé que lui.

Un détail en particulier attira l'attention du shinobi. Saji était originaire de Kaminari no kuni, le Pays du Tonnerre. Un territoire qu'avait visité par le passé le Kaguya, alors répondant au surnom de Kakura. Forcé de quémander l'aide des scientifiques de Shitaderu, il avait alors entrepris un voyage sous la protection des siens à travers les mers puis les terres avant de rejoindre la Citadelle. Cette proximité géographique du Nobuatsu poussa le balafré à questionner ultérieurement le Sabreur sur ses origines.

Mais ce fut bien la présence inattendue d'un certain Yuki Kuzan qui attira réellement l'attention de Shitekka, tout comme celle d'Akane et Saji. L'homme avait été absent récemment, au point que son apparition soudaine eut des allures de retour parmi les morts. L'enthousiasme gagna la petite salle, si bien que Kuzan parvint à obtenir un sourire de la part d'Akane.

— Oh, bonjour Kuzan ! s'exclama un temps Shitekka, avant de poursuivre en chuchotant, se rappelant de la nature du lieu où ils se trouvaient. Ça commence à faire un bail.
Toutefois, l'effervescence des retrouvailles se dissipa assez rapidement du côté du bâtard Kaguya. Tout le monde semblait se connaître entre Kuzan, Saji, Akane et Shitekka. Cependant, les liens apparaissaient comme plus forts et étroits entre les trois premiers, si bien que le Kaguya se sentit comme à l'écart. Il n'était pas question d'être rejeté. Le Genin estimait plutôt qu'une proximité plus forte s'était établie entre son sensei et les deux autres, si bien qu'il n'avait pas sa place dans le trio.

Pourtant, la présence de Yuki Kuzan réjouissait Shitekka. L'homme aux lunettes rondes avait joué un rôle certes discret mais important dans le développement du demi-Kaguya en tant que ninja de Kiri. Lors de leur séance d'entrainement, et de leur match d'exhibition, les deux hommes avaient donné le meilleur d'eux-même, alors même que Shitekka était clairement en désavantage. Cette leçon avait eu le mérite de faire l'effet d'une étincelle, amorçant alors la volonté de gain de puissance du balafré. Le manipulateur de glace avait parfois ses lacunes, mais quand bien même il n'était pas le meilleur, il avait le don de permettre à ceux qu'il rencontrait de se forcer à donner le meilleur d'eux-même. L'Urumi ne faisait aucunement figure d'exception. En témoignait un remerciement discrètement lâché entre deux paroles échangées entre Kuzan et les autres, tandis que Shitekka se plaça plus en retrait.



_________________


Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Ven 28 Déc 2018 - 11:00
En retard comme de coutume, Kuzan fait son apparition au beau milieu de la séance tandis que le professeur muet semble s’être figé à la lecture de la copie d’Akane. Les élèves qui sont les premiers à réagir, reconnaissent immédiatement le visage du fameux interprète censé remplacer celui qui d’habitude assiste Saji et Shitekka lors de leurs sessions régulières. Un problème de gastro-entérite paraît-il, qui a cloué l’assistant au lit.

Interprète, un bien grand mot pour le Yuki qui n’a aucune connaissance du langage des signes. Si le muet a fait appel à lui, c’est plutôt parce qu’il ne connaît personne qui puisse se rendre disponible à part son ami, vu qu’il est actuellement en recherche de travail en tant que professeur à la future Académie. L’occasion idéale pour Kuzan de faire ses armes dans ce cours d’écriture, travailler son enseignement auprès de ses deux élèves cobayes Shitekka et Akane.

Profitant de ce moment pour s’éclipser, Saji dépose les copies qu’il vient de prendre pour les ranger sur son bureau et quitter la salle sans adresser le moindre mot à Kuzan, celui qui est censé être son meilleur ami. Hébété par cette attitude étrange du professeur, ce dernier croise le regard des deux élèves qui ne semblent pas en savoir plus que lui. Un moment de pause auquel il met fin en toussant, avant de répliquer à Akane à qui il parle en premier car il la préfère visiblement à Shitekka :

« Oy Akane ! Ma foi quelle coïncidence que tu sois là ! Non je suis venu remplacer l’assistant de Saji figure-toi. D’ailleurs rien à voir, mais est-ce que t’es allé voir ce cher Yami comme je te l’ai bien dit au restaurant? Je t’assure ! Tu vas très vite progresser avec lui ! Il te comblera de plaisir ! Hihi. »

Surtout que la batte de glace n’est rien comparée au Black Bull du Hyokkokusei dont la semence est légendaire. Après avoir fait sa cour à la kunoichi, Kuzan se tourne ensuite vers l’Urumi et se résout à lui répondre même s’il l’aime clairement moins que Saji et Akane, étant donné qu’ils forment – ou plutôt formaient – le trio de sannins de Kiri dont Shitekka ne fait pas absolument pas partie.

« T’es qui ? »

Un moment de malaise pendant lequel Kuzan essaie de se souvenir où il a pu rencontrer ce garçon balafré… Après quelques secondes de réflexion il a l’air de se souvenir puis s’exclame.

« Ah oui ! C’était pas toi à qui j’avais appris le lancer de kunaï ? …. Ah non ! On a pas pu finalement vu que tu t’étais pris mon dragon de glace en pleine poire! Haha. Désolé ça me revient maintenant. »

En effet, « ça commence à faire un bail » comme le dit Shitekka, mais que celui-ci se rassure : malgré cela le Yuki se souvient très bien de l’avoir pulvérisé lors de leur combat très expéditif. Mais trêve de plaisanterie, il est temps de reprendre le cours. Kuzan se rapproche alors du bureau et s’assoit dessus tout en levant un livre qu’il feuillette avec attention, jusqu’à poser son doigt à une double page en s’écriant « Aha ! ». Il vient de trouver le passage qui l’intéressait. Il se racle la gorge et annonce avec fierté.

« Comme vous n’êtes pas sans savoir que je suis le très grand auteur du livre Récit d’un Passionné, je suis là pour vous partager un beau moment de littérature qui sera aussi l’occasion pour vous de travailler votre expression écrite. Vous l’aurez compris : c’est une dictée, donc à vos crayons ! Vous aurez aussi un exercice bonus qui consistera à reconstruire le sens de l’extrait qui suit. »

Il prend deux feuilles blanches sur le bureau qu’il dépose sur les tables des deux élèves face à lui, attend quelques instants qu’ils soient prêts avant de lire à voix haute le début du Chapitre 7: L'identité du héros.

« Il y a des moments faits pour se taire et d'autres pour parler. Notre héros ne parle pas souvent mais lorsqu'il le fait, il le fait pour dire quelque chose de censé. Ou complètement stupide. Les paroles insensés sont plus présentes que les censés, il est vrai. En fait, je ne me rappelle pas qu'il ai dit quelque chose ayant un minimum de sens depuis sa naissance. J'exagère très certainement car quarante deux ans de bêtises est complément fou et ... Oui, bon, il est un peu fou. Ceci expliquerait donc cela ... »

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Dim 30 Déc 2018 - 14:07
La venue de Kuzan dans la salle était une surprise pour les deux élèves. Mais pas une mauvaise puisqu'il le connaissaient et visiblement l'appréciaient tous les deux. En revanche pour une raison obscure Saji le lui adressa pas un mot – que ce soit en langue des signes ou via son carnet – et partit de la pièce. Ils se regardèrent tous les trois sans comprendre, restés bêtement là, plantés par celui qui était censé être le professeur.

Comme le sabreur muet était sorti de la pièce pour laisser le champ libre à ses concurrents, Akane porta alors son attention vers un autre des hommes présents. Celui qui était le plus proche de son âge et qui avait des yeux de la même couleur que les siens sous sa forme féline. Un sauvageon se méfiant comme elle des gens, avec des cicatrices mystérieuses qui l'intriguaient. Un homme avec qui elle avait beaucoup de points en commun : ils aimaient tous les deux la nature, savaient chasser et traquer, prenaient des cours d'écriture et se sentaient enfermés à l'intérieur de Kiri. Ils avaient tout pour s'entendre. Il était un concurrent bien plus sérieux que le meilleur ami du sabreur muet. Elle se rapprocha donc physiquement de lui en se penchant pour lui chuchoter des mots doux :


- « Vous savez où il est parti ? Ça lui prend souvent de s'en aller comme ça ? »

Peut-être avait-il simplement une envie pressante. Comme l'Urumi était moins séduisant depuis qu'il avait changé d'avatar, elle se tourna alors vers Kuzan qui s'adressait à elle puisqu'il la préférait à Shitekka. À moins que ce ne soit juste car elle avait plus d'atouts physiques que lui.

- « Euh, non, je ne suis pas allée le voir. »

Elle n'était pas du genre à aller rendre visite à inconnu, même si il était recommandé par un ami. Peut-être que si un jour elle avait vraiment besoin, elle y repenserait. Mais pour l'instant l'occasion ne s'était pas présentée. Puis après avoir avoué qu'il aimait maltraiter les gens avec sa glace, le Yuki expliqua enfin la raison de sa venue : il venait leur faire la dictée. Avec bien évidemment un extrait de son propre roman, puisqu'il était un écrivain de grande renommée. Akane se saisit alors encore une fois – mal – de son crayon pour se préparer à écrire sur cette nouvelle feuille.

Akane a écrit:
Il y a des moments fais pour se taire et d'autre pour parlé. Notre héros ne parle pas souvent mais lorsqu'il le fais, il le fais pour dire quelque chose de san sen censsé. Ou completement stupide. Les paroles inssenssées sont plus présentes que les censsés, il est vrai. En fait, je ne me rap

Elle hésita, se demandant bien combien ce mot pouvait prendre de « p » et de « l ». Mais son temps d'hésitation lui fut fatal, car Kuzan lui ne s'était pas arrêté. Elle se dépêcha alors de reprendre, en laissant ce mot de côté.

Akane a écrit:
Aillant un minimum de sens depuis sa nai??an?e. J'e???ere tre ? cer?aine??n ? ca ?

La suite était complètement illisible car elle ne s'appliquait plus vraiment et essayait juste de rattraper son retard. Si bien qu'elle finit par interrompre le Yuki.

- « Kuzan, vous allez trop vite ! J'arrive pas à suivre. »

Où en était le second élève ? Elle risqua un coup d’œil sur sa feuille, pour voir comment il s'en sortait.

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Banakane



Dernière édition par Yasei Akane le Mar 1 Jan 2019 - 10:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Dim 30 Déc 2018 - 22:18
Alors que le bâtard du clan Kaguya se sentit légèrement à l'écart et se mit davantage en retrait, ce dernier put observer le départ soudain de son professeur de lettres. Sans dire mot, Nobuatsu Saji avait pris congé pour une raison obscure. Peut-être lui aussi avait-il attrapé une terrible gastro-entérite, comme son traducteur. Il fallait avouer que depuis les rumeurs sur la maladie de la Mizukage faisaient bon train, une vague de gastro-entérite avait frappé Kiri, touchant aussi bien les civils que les ninjas. Certains ninjas de rang intermédiaire et supérieur s'étaient plaints des disparitions soudaines de leurs élèves dans leur équipe, accentuant l'impact de ce fléau sanitaire. Mais Shitekka, lui, était toujours présent, et bien déterminé à apprendre l'art de l'écriture.

La discussion entre Akane et Kuzan se prolongea, Shitekka étant de son côté occupé à observer les alentours, jusqu'à ce que le membre du clan Yuki se daigne à remarquer la présence du Kaguya. Lorsqu'il fut interpellé par l'homme aux lunettes rondes, Shitekka se tourna. Il espérait qu'il se souvenait de lui et de leur combat au dojo d'entrainement. Manque de chance pour lui, la version de Yuki le ridiculisait devant sa camarade de cours, remémorant alors le souvenir de la technique du dragon de glace qui sonna un terme à leur affrontement. Face à ce douloureux souvenir, le chasseur se contenta de répondre mollement.

— Oui oui, c'est bien moi…
Pensant être mis en valeur avant de connaître la déception, l'analphabète décida de se remettre à nouveau en retrait, craignant une nouvelle fois de faire mauvaise impression auprès d'Akane. Il n'avait jusqu'à présent entretenu qu'une relation purement professionnelle au cours de leur mission, et elle avait tenté d'ouvrir le dialogue précédemment. Alors qu'elle demandait si Shitekka était au courant du départ précipité de Saji, ce dernier rétorqua sur la négative d'un hochement de tête, affirmant assister pour la première fois à pareil spectacle.

Dans l'espoir que l'image sérieuse que se faisait Akane ne s'efface pas sous les remarques de Kuzan, le Kaguya lui adressa un bref sourire sous l'impulsion de la gêne. Sans avoir le temps d'en faire plus, le remplaçant de Saji invita ses deux élèves du jour à rédiger une dictée. Avec pour support un extrait de son livre, l'homme à lunettes distribua les copies et démarra la récitation. Peu aux faits des productions littéraires de Kuzan, Shitekka se concentra à la place sur sa feuille et empoigna son stylo avec détermination.

Les mots se suivaient, les phrases s'enchainaient, et Shitekka commença à rédiger sa dictée. Avec une application toujours aussi scolaire, il se focalisa sur l'orthographe des mots sans se préoccuper du sens de ces derniers. Face au débit de son instructeur, le Kaguya se força à adopter une écriture moins fluide, plus brouillonne, quitte à n'être compris que par lui-même et ses gribouillis à peine lisibles. Dès lors qu'un mot lui était inconnu, il adopta une toute autre stratégie: décomposer l'inconnu en syllabes et revenir dessus plus tard.

Lorsque la fin de la dictée approcha, le Genin effectua une première relecture, afin de corriger l'orthographe des mots ainsi décomposés. Ceci fait, il s'attarda sur une seconde relecture, cette fois-ci pour relire l'ensemble de sa copie et s'assurer qu'aucune faute ne subsistait. Il en résulta une feuille d'un désordre difficile à déchiffrer. A l'écriture hésitante et pressée de Shitekka se greffèrent les ratures, les rayures et les nombreuses corrections à la suite. Un véritable champ de bataille d'encre, où les mots survivaient tant bien que mal au beau milieu des tranchées. Plongé dans un intense travail de correction, et surtout de recherche de place libre pour noter ses fameuses corrections, le Genin fut coupé dans son élan alors que sa camarade de cours indiqua qu'elle trouvait que Kuzan lisait trop vite. Il profita alors de cette interruption pour se manifester et corriger le tir.

— Je pourrais avoir une autre feuille ? J'ai eu… comme qui dirait… quelques soucis pendant la dictée.
Au même moment, il hésitait à désigner sa copie chaotique pour justifier la nécessité d'une copie blanche afin de tout réécrire au propre, et risquer de se couvrir de honte une nouvelle fois aux côtés de Kuzan et Akane.

_________________


Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Lun 31 Déc 2018 - 17:55
Tandis qu’Akane faisait sa Kaya – ou sa Isabela – en tentant de faire de l’œil à la cinquième roue du carrosse, visiblement émoustillée par les cicatrices perpendiculaires du visage de son camarade de classe, et son regard jaune d’œuf trop cuit – ou jaune vomi, Saji était sorti de la bibliothèque pour prendre l’air, afin de se régénérer mentalement, avant de retourner dans la salle de torture et affronter les copies tantôt mauvaises, tantôt très mauvaises de ses élèves. Lui qui est de nature si serein et bienveillant, le sabreur muet vient d’atteindre un moment de court-circuitage mental, ayant perdu la patience et l’espoir de cultiver ces paysans.

Sur ces entrefaites, Kuzan conduit le cours à la place de son muet préféré, avec un exercice somme toute assez simple : une dictée basée sur un extrait de son roman dans lequel il a exercé sa plume et son style d’écriture de haute volée. Un moment de littérature en même temps qu’un moment d’auto-publicité, car il a espoir d’être un jour payé en ryôs, et plus seulement en visibilité. D’une voix forte et assurée, le Yuki procède à la déclamation de l’extrait qu’il a sélectionné. Est-ce son rythme qui est trop rapide ou est-ce la lenteur des élèves qui donne l’impression qu’il énonce trop vite ? Difficile à dire.

Tout d’abord, le cas problématique d’Akane, une élève qui a joué sa rebelle à l’égard de Saji, croyant qu’elle pouvait se le permettre parce qu’ils se connaissent bien. Que nenni. Nul traitement de faveur ne lui sera accordé, que ce soit de la part du sabreur muet ou de l’éclair glacé. Lorsque l’insolente se permet de protester lors de la dictée alors que le professeur était en train de parler, Kuzan fronce les sourcils et lui répond :

« Tg stp. Bon, comme vous le voudrez, on dirait que mon pote Saji ne vous a pas encore inculqué suffisamment de grammaire pour pouvoir saisir toute l’étendue de mon verbe. Héhé. On va faire bouger tout ça. »

Il se tourne ensuite vers l’élève segpa qui s’est mis à gribouiller sur sa feuille au point que celle-ci était presque entièrement noircie par son crayon. Si bien qu’on ne pouvait plus distinguer les lignes, lesquelles ont laissé place à un pêle-mêle infâme.

Perplexe…

Face à cette feuille, il affiche un soupçon de rictus avant de froncer de nouveau les sourcils. Pinçant le coin de la feuille de ses doigts comme s’il attrapait une chaussette sale, il la regarde avec un certain dégoût, avant de finalement la déchirer, faisant durer le plaisir, sous le regard hébété de Shitekka, éparpillant les morceaux sur la table de l’élève afin qu’il imprime dans sa mémoire la médiocrité de sa performance.

« Est-ce une blague ? »

La réponse écrite de la Raikage l’a semble-t-il tellement affecté, dans la mesure où cette réplique est devenue un tic de langage dont il ne peut plus se défaire, il la sort donc à toute occasion et à toutes les sauces de façon à atténuer la douleur débilitante qu’il ressent en se souvenant de ce moment d’humiliation internationale. Un traumatisme pire que la mort. Pauvre Kuzan.

Deuxième tentative donc… avec un autre passage de l’œuvre anthologique de l’Ero-Sennin : Chapitre 2 : Une passion dévorante. Cette fois il prend le temps de le dicter plus lentement, quitte à se répéter à trois reprises. Pour finalement faire une lecture finale de l’intégralité du passage suivant.

« Et c'est ses aventures qui l'amèneront à croiser le chemin de sa plus grande passion. Vagabondant à travers les contrée du Yuukan, l'homme incompris comprend rapidement qu'il n'y a pas que la gente féminine qui puisse le rendre heureux. La gastronomie par exemple, lui fait perdre toute notion du temps lorsqu'il se met à la table d'un restaurant ou d'un simple stand de Shushi, Yakitori ou encore de Udon. Mais les femmes ... Leurs courbes, leurs lèvres, leurs chevelures diverses, les parfums comme la mise en beauté et le charme naturel qu'elles possèdent ... Tout ça rend le coeur des hommes faibles, tout ça rend dépouille l'âme de l'homme de sa vélocité. »

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Mar 1 Jan 2019 - 11:06
Les yeux posés vers la copie de son camarade de cours, elle ne vit pas grand chose d'autre que de l'encre un peu partout. À vrai dire, il ne restait pas beaucoup d'espace disponible sur sa feuille. Quant aux mots inscrits, elle n'arrivait pas à les déchiffrer. Elle se concentra de nouveau sur son propre travail. Le début était lisible, mais concernant la fin, on ne pouvait pas en dire autant... Au moins n'était-elle pas la seule à avoir besoin de cours, c'était déjà rassurant. Peut-être pas pour leur professeur par contre, qui ne revenait pas. Et Shitekka non plus ne savait pas pourquoi il était sorti.

Kuzan était d'accord pour ralentir le rythme. Heureusement, car ça aurait été inutile qu'elle continue dans le cas contraire. D'après lui, Saji ne leur avait pas apprit suffisamment de choses. Étant donné que c'était son premier cours et qu'il était déjà absent – en grève ? - il aurait été difficile qu'il ait pu lui apprendre quoi que ce soit pour le moment. Quant au second élève, il annonçait avoir eu un souci avec sa feuille. Le Yuki la prit du bout des doigts, en se moquant de lui d'une voix glaciale. Et la déshitekka en plusieurs morceaux.

Un spectacle qui ne manqua pas de déstabiliser les deux élèves, qui voyaient leurs efforts réduits à néant. Bouchée bée comme si elle avait apprit que le sabreur muet ne portait pas de sous vêtements, la kunoichi mit quelques secondes à se reprendre. Elle n'eut pas l'occasion de se mettre en colère, bien trop surprise pour ça. Et Kuzan s'apprêtait déjà à reprendre, sans se soucier du fait qu'ils soient prêts ou non. Akane posa son regard sur la table vide de son camarade, puis sur sa propre feuille quasiment complète, avant de se lever pour se pencher vers le bureau de Saji et de se saisir d'une feuille vierge pour lui donner.


- « Allez, on va faire mieux ce coup ci. »

Quelques mots d'encouragement furent donnés en même temps que la page, et elle s'installa de nouveau à son tour, après avoir attrapé une seconde feuille pour elle-même. Kuzan était tellement pressé de faire la publicité pour son propre roman qu'il en avait oublié de redonner de quoi écrire aux deux élèves. Sans doute avait-il peur que leurs futurs écrits ne dépassent la réputation du sien.

Akane a écrit:
Et ces ses aventures qui l'ameneront a croisé le chemin de sa plus grande pation. Vagabondant a travers les contrés du Yûkan, l'homme incomprit comprend rapidement qu'il n'y a pas que la gente feminine qui puisse le rendre heureux. La gastronommie par exemple, lui fait perdre toute notion du temps lorsqu'il se met a la table d'un restaurant ou d'un simple stand de souchi, yakitori ou encore de udon. Mais les femmes ... Leurs courbes, leurs levres, leurs chevelures diverses, les parfuns comme la mise en beauté et le charme naturel qu'elles possèdent ... Tout sa rend le coeur des hommes faibles, tout sa rend des pous l'âme de l'homme de sa velo cité.

Elle n'avait pas vraiment saisit le sens de la dernière phrase, mais avait fait du mieux qu'elle le pouvait. Lorsque leur professeur se tut, elle relut sa copie plusieurs fois afin de corriger les fautes qu'elle voyait. Ou pour redessiner certaines lettres dont l'écriture laissait à désirer. Pour finalement sembler satisfaite du résultat final, se tenant sur les deux côtés de la feuille. Il n'aurait pas fallu que ce soit plus long, elle n'aurait plus eu assez de place. Et Shitekka, s'en était-il sorti ? Elle risqua de nouveau un regard vers sa feuille, avant de voir s'il avait fait mieux que la fois d'avant.

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Jeu 10 Jan 2019 - 20:44
Lorsque Shitekka avait fait la connaissance de Kuzan, il se rappelait d'un homme sévère mais juste. Volontaire, il n'en restait pas moins quelqu'un qui recherchait les résultats avant d'être généreux envers ses pairs. C'était en tout cas l'impression que c'était fait le Kaguya de cet énigmatique personnage. Il se souvenait de la rigueur qu'il avait imposée à son élève lorsqu'il désira lui enseigner l'art rudimentaire du lancer de shuriken. Il se rappela également de son bref duel avec le manieur de glace, si on pouvait qualifier cet affrontement de duel, tant il fut unilatéral en faveur de Kuzan. Cette mise en pratique avait eu le mérite de donner une leçon concrète au Kaguya, qui termina convalescent pendant quelques jours. L'image finale du dragon de glace le percutant de plein fouet restait encore vive dans sa mémoire.

Pourtant, en cette journée placée sous le signe de l'apprentissage de l'écriture, c'était un tout autre visage que Kuzan dévoila. Celui d'un écrivain dans le déclin, en quête de reconnaissance et de public. Celui d'un homme impitoyable, même avec des connaissances, et par extension les élèves d'un de ses meilleurs amis. Quand l'Ero-Sannin déchira la copie de Shitekka, ce n'était pas simplement une feuille qu'il avait déchiré. Il avait avec réduit en morceaux, son travail et son petit coeur d'élève apprenant à s'imprégner de la culture locale. Il n'affichait pas directement, mais un soubresaut avait traversé en un éclair l'apprenti scribe lorsque Kuzan assimila ses efforts à une blague.

Shitekka réalisait bien que son niveau était loin d'être correct. Il avait bien des progrès à faire encore, et s'imposait une sévérité à son égard à toute épreuve. Pourtant, jamais il ne s'était imaginé que sa médiocrité pouvait lui être balancé au visage sous la forme de petits morceaux de papier. Cette pluie de confettis lui fit l'effet d'une douche froide; il resta bloqué devant l'enseignant remplaçant un long instant, sans savoir comment réagir.

Même l'encouragement de sa camarade Akane peina à lui redonner espoir en ses capacités. Il retourna s'installer silencieusement à sa place, feuille blanche en main. Kuzan reprit alors l'exercice de la dictée. Malgré son caractère, l'écrivain tâcha d'adopter un rythme plus lent, plus approprié aux deux élèves qui couchaient tant bien que mal sur le papier les réflexions métaphysiques du Yuki sur ses points faibles. Pour autant, Shitekka peina davantage qu'auparavant. Si la remontrance implacable de Kuzan avait certainement affecté sa capacité de concentration, la fatigue accumulée par les entrainements et les veillées nocturnes jouaient également. Il ne suivait que partiellement, et ses mots étaient confus, traduisant une réelle difficulté. Conscient du mal qui l'accablait, le Kaguya laissa Yuki Kuzan terminer sa lecture pour ne déranger personne et se leva.

— Je crois que j'ai besoin de faire une pause. Je m'excuse.
Plus par formalité pour quitter la séance que par réelle nécessité de se sentir désolé, le Genin prit le chemin de la sortie pour prendre l'air. Malgré sa forte volonté de progrès, Shitekka restait réaliste: s'il bloquait et devait se poser, alors il n'y avait pas à réfléchir. Devant l'entrée de la bibliothèque, de l'autre côté de la route se trouvait un banc, sur lequel s'installa Shitekka. L'air frais et humide de la rue lui permit d'apaiser ses tensions et ses doutes. Pour se reconcentrer, et affronter la difficulté, Shitekka en fit appel aux kamuys. Aussi il murmura quelques longues prières, d'une part auprès de Cikap-kamuy, le dieu hibou et des terres qui veillait sur les hommes. La divinité incarnait le succès matériel, raison pour laquelle le Kaguya fit appel à ses pouvoirs afin de réussir l'épreuve qui lui était donnée. Depuis sa tendre enfance, l'aborigène partageait un lien particulier avec cet esprit majeur de la cosmogonie Urumi. Certains, au kotan, s'étaient amusés à comparer son regard flavescent à celui d'un hibou, forme incarnée du Cikap-kamuy. Pour autant Shitekka ne négligeait pas ses prières envers le reste des kamuys. Mais pour l'heure, il décida de s'adresser longuement à celui qui dans des temps anciens envoya un message salvateur pour l'humanité en proie à la famine. Sa prière ne serait pas aussi longue que les six jours nécessaires à la restitution du dit message, mais suffisamment pour laisser le temps à Akane et Kuzan de souffler également, et pourquoi pas de prendre l'air à leur tour.

_________________


Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Sam 12 Jan 2019 - 8:41
Malgré la simplicité élémentaire de l’exercice, une dictée que même des enfants de primaire auraient pu réussir, ni la kunoichi sainte nitouche, ni l’analphabète indigène ne sont à la hauteur des exigences du professeur de la classe du Yuki. Remontant ses lunettes rondes qui scintillent sous les rayons de la lumière artificielle, il referme son bouquin d’un geste sec et le repose sur le bureau, avant d’aller vérifier les copies de ces élèves incompétents. De la part de son meilleur ami, il s’attendait à ce que Saji leur inculque au moins les fondements de la grammaire, qu’il leur apprenne à ne pas faire de fautes aussi grossières…

Résolu à leur accorder une seconde chance, Kuzan lâche un soupir. D’un pas lent et solennel, il s’approche, et tente le diable en lisant d’abord la feuille d’Akane. Parcourant à peine les premières lignes de son texte, le sang lui monte au visage, allant jusqu’à lui chauffer le globe des oreilles. Le verre de ses lunettes aura beau cacher son regard, on ressent à la grimace de son visage qu’il se retient d’exploser et geler sur place la Yasei.

Une honte. Un scandale. Que dis-je, un meurtre, oui un meurtre de la langue chérie du Yuki qui ne peut laisser passer un tel affront. Amoureux des lettres qu’il est, il se doit de sévir avant que ces criminels ne se munissent encore de leurs crayons, qui dans cette situation, s’assimilent davantage à des armes létales ayant le pouvoir de massacrer moult textes sacrés. Mais étant donné que la kunoichi dispose des atouts pour le dissuader de la châtier, l’Ero-Sennin se contente d’afficher un grand sourire tartufe et de lui dire :

« Joli travail Akane, tu es très bonne tu sais. » Une phrase équivoque qu’il lance sur un ton satisfait afin de congratuler la quasi-analphabète en dépit de sa performance affligeante.

Si la désolation gagne déjà le professeur après avoir lu la première copie, c’est avec un sang-froid digne des plus grands que le Yuki procède à l’évaluation de la seconde. Tremblant de tout son corps, il pose sa main sur la feuille quasi vierge de l’Urumi lequel affiche une pâle mine et un air apathique traduisant son sentiment de contrariété. Le fait qu’on lui ait déshitekké sa feuille a eu pour effet de déchirer son pauvre cœur balafré, le poussant à prendre la porte et s’enfuir de cette salle où le malaise régnait.

Désormais en tête-à-tête avec son élève femelle, Kuzan peut désormais sortir le grand jeu afin de charmer la belle demoiselle. Cajoleur, il lève le sourcil pour traduire l’ambiguïté de ses intentions, fait quelques pas en direction d’Akane, prend ses mains et les pose sur son abdomen bien conservé pour son âge. Cette fois sera la bonne, se dit-il, l’autre fois n’a pas marché, mais tous ces exercices d’abdos au Grand Dojo lui ont permis de se forger un corps en béton, auquel nulle femme ne pourra résister.

« Alors tu aimes ça hein ? » chuchote-t-il avec sa voix suave et sexy.

Pendant ce temps, alors que la séance d’écriture prenait une tournure pour le moins rocambolesque, la petite victime au cœur fragile du nom de Kaguya Shitekka est sorti prendre l’air et réfugier son esprit dans ses prières en l’honneur de ses kamuys dont personne ne comprend le nom. C’est alors que le Batman muet encore mal remis des images qui ont défilé dans sa tête, imaginant Kuzan torse nu caressé par les douces mains d’Akane, fait finalement son apparition. Comme si son instinct lui avait dit que son pauvre élève venait de se faire martyriser par le professeur tyran. S’arrêtant à la hauteur de son élève qui parle tout seul en joignant ses mains en signe de prière, le muet lui tapote l’épaule par derrière, et lui demande ce qu’il se passe :




Après avoir écouté les explications de l’Urumi victimisé, Saji s’immobilise un instant, éberlué par le comportement indigne de son ami qui abuse de sa position d’interprète remplaçant. Bien décidé à obtenir des explications, le muet invite son élève à le suivre à l’intérieur de la bibliothèque. Ensemble, ils retrouvent le chemin de la salle de cours. Une légère poussée, et la porte s’entrouvre… Se déroule alors sous les yeux ébaubis du sabreur masqué une scène improbable dont il aurait préféré ne jamais être témoin.

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Dim 13 Jan 2019 - 11:40
La jeune femme s'était concentrée sur son écriture. Le rythme plus lent qu'elle avait demandé à Kuzan lui donnait le temps de mieux s'appliquer. Et ça lui était bénéfique puisque le tout avait au moins le mérite d'être lisible, contrairement à l'exercice d'avant. Cependant alors que la dictée n'était pas encore terminée, son camarade sorti de la classe en s'excusant. Akane le regarda partir en se demandant bien où il pouvait aller. Il était vrai que faire une pause pourrait être une bonne idée. Être enfermés n'était pas très plaisant. Elle termina cependant d'abord sa tâche, comme s'il s'agissait d'une mission qu'on lui aurait assignée.

Puis une fois que la dictée fut terminée et qu'elle eut relut sa copie, elle attendit le verdict du professeur du jour. Même si l'idée d'être seule dans une pièce avec Kuzan était quelque peu... Dérangeante. Mais rien de mal ne pouvait arriver, ils étaient amis, n'est-ce pas ? Le Yuki referma le livre dans un claquement, indiquant qu'il en avait terminé. Puis il vint voir sa copie et la lut en silence. Son expression n'était pas des plus paisibles malgré les efforts de l'élève pour s'appliquer. Allait-il déchirer sa copie à son tour ? Non. Il la complimenta. Même si le sens de la phrase ne lui permettait pas vraiment de savoir s'il parlait de son travail ou non.

Au moins croyait-elle avoir échappé au pire. Elle lui adressa un sourire timide, ne sachant pas vraiment comment réagir. Pouvait-elle sortir, maintenant ? Non, il n'en avait pas terminé. Car Kuzan se dirigeait maintenant vers la copie de l'autre élève. Celle-ci était quasiment vierge, ce qui n'était pas étonnant puisqu'il était parti en cours de route. Akane se demandait tout de même s'il allait bien. Saji n'était pas revenu non plus. Il semblerait que la Shiorite se propageait rapidement. À moins qu'il ne s'agisse de toute autre chose.

Dans tous les cas, ils l'avaient tous les deux abandonnée avec Kuzan. Laissant le prédateur seul avec sa proie. Même si n'importe quelle femelle faisait office de proie potentielle avec lui. Si bien qu'il ne put s'empêcher de sauter sur l'occasion afin de tenter de planter ses crocs – ou autre chose – dans sa victime. Il lui prit les mains afin de les coller une nouvelle fois sur son torse. Nouvelle fois, oui, car il avait déjà fait ça auparavant. Mais cette fois-ci il osa lui demander si elle « aimait ça ».

Le Yuki avait fait beaucoup d'efforts pour arriver à ses fins avec la femme sexy et inflexible aussi froide et carrée dans sa vie qu'un glaçon. Ils s'étaient entraînés ensemble à plusieurs reprises. Avaient fait une mission ensemble. Ils s'étaient même retrouvés au bar deux fois, les deux seules fois où la jeune femme y était allée. Elle avait aussi eu l'incroyable chance de le voir complètement nu, lui laissant ainsi admirer sa légendaire batte de glace. Et il lui avait aussi fait un strip-tease mémorable où elle avait pu voir dépasser de son caleçon un de ses bijoux de famille. Après tout ça, il l'avait invitée au restaurant et... Elle avait accepté. C'était même l’événement qu'elle avait raconté lors du premier exercice d'écriture. Tous ces événements avaient forcément dû les rapprocher. Il était donc tout naturel qu'elle réponde positivement à sa question. Du moins dans les rêves du Yuki.


- « Qu'est-ce que vous faites ? »

Car dans la réalité, sans doute ce geste était-il celui de trop. La goutte d'eau qui faisait déborder le vase de la tolérance envers son côté pervers. La femme sauvage se dégagea en se levant, et donna au Yuki un aperçu de ce que pouvait être le corps à corps avec elle. Un coup de poing dont il se souviendrait longtemps vint lui couper le souffle.

- « Je vous ai déjà dit de ne jamais refaire ça ! »

Elle lui avait pourtant dit de ne pas s'approcher trop d'elle. Elle avait besoin d'air et n'aimait pas qu'on empiète sur on espace personnel. Mais sans doute n'avait-elle pas été assez claire ce jour-là. Au moins maintenant, ça l'était. Akane se tourna vers la porte pour pouvoir prendre l'air à son tour, mais la porte en question était... Occupée. Depuis quand étaient-ils là ? Un peu surprise, sa colère légèrement redescendue refit rapidement son apparition en les voyant. Après tout, c'était de leur faute.

- « Vous l'avez fait exprès ? Vous m'avez invitée ici, pour ensuite me laisser toute seule avec ce pervers ! Vous êtes sortis tous les deux ! Dire que je croyais que vous vouliez vraiment m'aider ! Ce que je peux être stupide ! »

Un rendez-vous organisé par son meilleur ami sous couvert de vouloir lui apprendre à écrire. Elle n'aurait jamais pu le voir venir.

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Mer 23 Jan 2019 - 23:19
Sous l'air frais de la rue, Shitekka put oublier l'affront de ses échecs auprès de Kuzan et Akane. Le Genin travaillait d'arrache-pied depuis des semaines dans tous les domaines. Qu'il s'agisse de l'entrainement, des missions, de divers boulots comme de l'écriture, le Kaguya ne manquait pas d'entrain et de détermination pour s'engager dans tous ses projets. Emporté dans un rythme effrené qu'il commençait à ne plus vraiment contrôler, Shitekka espérait combler le retard qu'il avait accumulé depuis des années par rapport à ses collègues Kirijin. Quitte à griller les étapes ou risquer d'éroder sa santé, le balafré était prêt à bien des sacrifices pour parvenir à ses objectifs.

La remontrance de Kuzan sonna comme un coup de tonnerre dans l'esprit du Kaguya. Touché en plein vol, le balafré fut stoppé dans sa lancée. Pire, il sentait dorénavant le poids du travail s'accentuer sur ses épaules qui commençaient à s'écrouler. Pour ce bref instant, c'en était trop aux yeux du chasseur. Au bord de la rupture, sa décision de marquer une pause fut des plus sensées dans sa situation. Certains auraient persisté inutilement, ne faisant que se précipiter davantage dans l'abysse du surmenage. Shitekka avait cette lucidité de se retirer au bon moment, hérité d'une certaine nonchalance digne de son caractère détaché de tout.

Alors que le Kaguya entamait un chant spirituel pour demander le soutien d'Apasam Kamuy, la déité du seuil, assistant lors d'un changement, sa prière fut troublée par la présence d'une silhouette familière. Derrière lui se tint son sensei de lettre, apparemment guéri de sa shiorite. Le muet lui demanda ce qu'il se passait, ce fut donc tout naturellement que son disciple lui signa qu'il prenait une pause.

Je prenais une pause.
Incapable de signer davantage, Shitekka lui expliqua verbalement les sévices que Kuzan avait causé aux deux apprentis. Ni une ni deux, Saji n'afficha pas une mine choquée du comportement de son meilleur ami et retourna dans la bibliothèque pour savoir de quoi il en retournait réellement. Quelle ne fut pas la surprise que n'afficha pas Saji avec son masque lorsqu'il vint surprendre son camarade en proie à des pulsions de prédateur sexuel. Tandis qu'il subit les foudres d'Akane, qui semblait-il s'imaginait être tombée dans un traquenard organisé par les deux compères, Shitekka se contenta de lâcher d'un ton lassé les premiers mots qui lui venaient à esprit. Les mêmes qui avaient déshitekké son esprit d'apprenti-scribe et qui pourtant se prêtaient si bien à cette nouvelle situation gênante.

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 1472837629295s
« Est-ce une blague ? »

_________________


Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Jeu 24 Jan 2019 - 21:40
Sous le regard abasourdi de son meilleur ami, transi par la scène autant que son disciple Urumi, le cinquantenaire Yuki est pris sur le fait. Même avec une personnalité de glace comme celle d’Akane, son charme givré ne fait pas effet et la réponse est immédiate et irrévocable. Outrée par ce comportement excessif, les phalanges de la jeune femme bouillante de colère rencontrent avec brutalité la mâchoire du pervers. Un coup suffisamment puissant pour faire chanceler l’Ero-Sennin, lequel fait quelques pas en arrière. Stoppé net par le bureau derrière lui, il caresse sa joue endolorie, sur laquelle se trouve encore l’empreinte du poing de la kunoichi.

Un état de furie que le Nobuatsu aurait préféré ne plus jamais revoir, comme la fois où elle s’était mise en colère contre lui pour l’avoir fait attendre dans le bar du Cheval Aqueux, le lendemain d’une soirée trop arrosée en compagnie de Kuzan. Les flammes lui sortaient des yeux, comme c’est le cas maintenant. Un frisson parcourt le corps de l’homme masqué qui fait un pas en arrière, prêt à détaler comme un lapin, effrayé par la bête enragée.

Les reproches fusent. Accusé par madame la procureur d’avoir été complice de cette tentative de drague déhontée de son ami Kuzan, le Nobuatsu n’a pas de mot pour répondre, puisqu’il est muet rappelons-le. Un handicap bien utile dans ce genre de situation, il en profite donc pour signifier par un simple haussement d’épaules qu’il n’est en rien impliqué dans cette affaire, entre dans la salle pour se rapprocher du professeur assistant et lui indiquer la porte de sortie. En attendant il fait quelques signes à ses deux élèves afin de leur faire comprendre la condition de leur ami commun, puisqu’ils ne sont visiblement pas au courant.

« Mes excuses, Kuzan n’est plus lui-même ces jours-ci. Il arrive encore moins à contrôler sa libido qu’avant, à force d’être diffamé par ses pairs, il a fini par céder à ses pulsions lubriques. Mais il est sur la voie du rétablissement je vous l’assure. »


Un triste destin pour un homme qui s’est révélé comme l’un des plus grand shinobis de sa promotion, un talent brut, même si des fois ses lubies reprenaient le dessus. Son goût pour l’alcool et les femmes, son deuil intarissable envers sa femme. Une retraite qu’il pensait le sauver des insultes et de la dénonciation, mais sans cesse honni par les Kirijins il a sombré encore plus bas, pour passer ses journées en solitaire. Composant ses livres, préparant sa candidature en tant que professeur, il poursuit néanmoins la voie de la rédemption.

« Le cours est terminé pour aujourd’hui. Mon assistant devrait être guéri dès demain, nous pourrons alors travailler dans de meilleures conditions. »


Accompagné de Kuzan, Saji se retire en saluant ses élèves d’un signe de tête, mettant fin à la séance. Les jours qui suivront seront plus intenses et permettront aux deux genins de développer en profondeur leur goût pour l’écriture et la lecture. En attendant, il leur faut encore se remettre de leurs émotions, et persévérer. Passer d’un niveau de segpa analphabète à la compétence littéraire du commun des mortels exigera nombre de sacrifices de leur côté, et des nuits de tourment de la part du professeur muet.

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Lun 28 Jan 2019 - 11:14
Shitekka fut le premier à réagir lorsque Akane accusa les deux shinobis de l'avoir volontairement amenée dans un traquenard. Elle avait cru qu'on l'avait faite venir pour l'aider, pour lui apprendre à écrire correctement. Mais non ! Elle n'était là que dans le but que Kuzan puisse assouvir ses pulsions. Visiblement énervée, elle croisa les bras sous la poitrine pour éviter de faire parler ses poings de nouveau.

Le Kaguya venant du peuple Urumi ne semblait pas vouloir s'expliquer. À moins qu'il ne soit vraiment innocent ? Le doute traversa l'esprit de la métamorphe, qui ne se calma pas pour autant. Elle porta son regard sur le second, qui ne dit rien non plus. Mais ce n'était pas vraiment par choix, il ne pouvait pas vraiment le faire. Quelle aubaine pour lui en ce moment présent, n'est-ce pas ? Il fini enfin par décider de s'occuper de ses deux élèves en virant son remplaçant qui n'avait pas vraiment été efficace. La jeune femme n'eut même pas de remords en voyant la trace sur sa joue. Il l'avait bien mérité, non ? Sans déconner, du love sur lui, mais franchement il n'avait pas le niveau pour passer au rang supérieur avec elle.

Une fois le Yuki sorti, le porte-parole muet du clan du sabreur - et du DC et du pnj - s'excusa. En expliquant les raisons du comportement de Kuzan. Ce qui n'arrangea pas forcément la situation. Si les excuses eurent un effet apaisant sur la jeune femme, le reste fut moins bien accueilli.


- « Vous le saviez et vous l'avez quand même fait venir ? »

Peut-être avait-il cru qu'il était sur la voie de la guérison, mais ce n'était visiblement pas tout à fait le cas. Après tout Saji était un homme profondément bon qui croyait en la rédemption, et il avait dû laisser sa chance à son meilleur ami en qui il ne pouvait avoir que confiance. Leur bromance n'était pas prête de terminer, surtout si le reroll de Kuzan alias Yami changeait d'avatar en prenant celui qu'il leur avait montré il y avait peu – super baddass - , et copiait en quelque sorte sur lui – déjà qu'il avait prit quasiment le même prénom - . Il ne manquait plus qu'ils passent tous les deux rang A le mois prochain, ce qu'elle leur souhaitait, et ce serait la cerise sur le gâteau de l'amitié.

Saji leur indiquait que le rp était terminé même s'ils n'avaient rien apprit. En revanche, ils avaient bien rit et l'important était de s'amuser, après tout. Mais toutes les bonnes choses avaient une fin et il était grand temps de clore car tout était bien trop parti en cacahuète. Le pauvre Shitekka qui avait essayé de parler de sa future CS2 s'était vu passer cette occasion sous le nez. Mais ils pourraient en reparler ailleurs, s'il le voulait. Le sabreur moulé dans sa combinaison de cuir sorti sous le regard de la kunoishi qui se rinça l’œil, comme à son habitude à chaque fois qu'il avait le dos tourné. Puis elle s'adressa au nouvellement promu.


- « Dans ce cas, j'imagine qu'on se dit à demain, alors. »

En espérant qu'il se remette bien de ses émotions. Elle était désormais sa camarade d'apprentissage d'écriture, et devait donc s’inquiéter de sa santé. Dans tous les cas, elle était ravie d'avoir pu partager ce moment avec eux. Et avait hâte de pouvoir revenir le lendemain, pour cette fois-ci, progresser et combler ses lacunes.

Spoiler:
 

_________________
Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Banakane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] Empty
Sam 2 Fév 2019 - 23:11
De retour de sa pause forcée, Shitekka fut bien étonné de la situation dans laquelle se retrouva Akane. Alors confrontée seule à seule avec Kuzan, elle se sentit comme trahie tant par Saji que par Shitekka, qui fut surpris de plus belle. Soudainement, le Kaguya comprenait davantage alors la réalité du Yuki, qui avait réussi l'exploit de publier un recueil de ses pensées les plus obscènes. Dans son monde où la bonne chair désignait aussi bien la nourriture que la gente féminine, il devenait alors évident qu'Akane n'échappait pas à l'appétit lubrique du manipulateur de glace. L'estime du sang-mêlé pour son ancien instructeur au lancer de kunai chuta d'un coup.

Abasourdi par cette scène gênante, il laissa en silence Saji s'expliquer avec ce même mutisme auprès de la kunoichi. Selon ses dires, Kuzan était comme possédé par le démon du désir, et avait du mal à contenir toute la sève qui s'accumulait en lui. D'où ses envies tendancieuses formulées auprès d'Akane. Manque de chance pour le quarantenaire, Kuzan n'avait rien pour lui. En plus de ses traits pervers, il ne pouvait en aucun cas concurrencer avec les muscles bien taillés de Saji, son succès bien dissimulé auprès d'Akane, et surtout le fait qu'il était manipulé comme un pnj par ce dernier, mettant en avant sa libido de taureau en rute.

Sans pouvoir ajouter quoique ce soit, l'Urumi laissa son professeur conclure la séance du jour dans un climat chaotique. Kuzan quitta la bibliothèque, tandis que son ami sabreur prépara à son tour son départ. L'élève d'écriture de Saji essaya alors tant bien que mal de voir les points positifs de cette journée d'apprentissage. Il était conscient que malgré ses efforts grandissants, Shitekka avait encore beaucoup de chemin à faire. Pour cela, il pouvait compter sur sa volonté, motivé par ses souvenirs d'antan qui lui donnaient la force de coucher des mots sur le papier. Pour autant, il devait également apprendre à ne pas se laisser abattre. La sape de Kuzan en était le parfait exemple. En tant qu'apprenti, et plus généralement que Kirijin, il était de son devoir de faire preuve de ténacité. Alors que le Nobuatsu tire sa révérence, Shitekka profita que l'homme en combinaison moulante soit dans son champs de vision pour lui signer quelques mots.

« Merci malgré tout Saji-nispa pour cette séance. »
Impossible pour le Kaguya de retranscrire par les mains l'amertume qui le hantait actuellement. Même si cette séance, au même titre que les précédentes, lui avait permis de progresser, le Genin en attendait davantage. Peut-être était-ce encore trop prématuré, mais le Kirijin avait espéré que son nidaime sensei lui apprenne les kanjis. De par la maîtrise du Sabreur, il rêvait que ce dernier puisse enfin écrire son nom sous forme de kanjis. Un moyen pour lui de donner une réelle symbolique à son prénom écrit, là où les katakanas ne faisaient que retranscrire maladroitement et phonétiquement sa prononciation.

Plongé dans cette déception personnelle, le Kaguya manqua presque de saluer sa camarade de cours Akane, avant de partir à son tour. Faute de mission, Shitekka décida alors d'oublier l'incident du matin en s'adonnant à quelques parties de riichi. Il avait besoin de se reposer, et défier la pègre à leur propre jeu serait le moyen idéal pour lui de se vider l'esprit tout en se remplissant les poches.

_________________


Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Le goût de l'écriture [PV Yasei Akane, Kaguya Shitekka]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: