Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Je suis venu vous dire...
Sous les gravats [Solo] EmptyAujourd'hui à 13:34 par Yamanaka Hosen

» [Mission rang D] Où est la nourriture ? [PV Jiki Masami]
Sous les gravats [Solo] EmptyAujourd'hui à 12:21 par Miyamoto Teruyo

» Petite demande pour un MCU
Sous les gravats [Solo] EmptyAujourd'hui à 12:09 par Invité

» Revanche aux hauts plateaux |PV TENTEN|
Sous les gravats [Solo] EmptyAujourd'hui à 12:06 par Nihito Meho

» Avengers, assemble ! [Equipe 2]
Sous les gravats [Solo] EmptyAujourd'hui à 12:01 par Chiwa Aimi

» Problème avec les topsites
Sous les gravats [Solo] EmptyAujourd'hui à 11:44 par Jiki Masami

» Monochrome | Solo
Sous les gravats [Solo] EmptyAujourd'hui à 9:26 par Ōryū Yūgiri

» Besoin de soins — [HARUMI]
Sous les gravats [Solo] EmptyAujourd'hui à 8:46 par Kobane Harumi

» violence matinale (Hikoko)
Sous les gravats [Solo] EmptyAujourd'hui à 5:13 par Asaara Riku

» Soap on the water, Fire in the Spa [Ryoko]
Sous les gravats [Solo] EmptyAujourd'hui à 4:17 par Hayai Taishi

Partagez

Sous les gravats [Solo]


Sous les gravats [Solo] Empty
Mer 12 Déc 2018 - 9:07

Spoiler:
 

Un sentiment d’inachevé, des visions qui reviennent le harcèlent comme pour le signaler de revenir en ces lieux pour obtenir les réponses à ses questions. Des questions nombreuses depuis qu’il a quitté l’Hôpital Général de Kiri où il a été immobilisé près de trois semaines. Malgré le temps qui lui a été accordé, ces journées d’oisiveté où il avait tout le loisir d’enquêter et de réfléchir sur ce qui s’était passé, nulle piste concluante. Seulement des hypothèses. S’est-il seulement posé les bonnes questions ? Tout ce temps, il était obsédé par la disparition du marchand qui était sûrement à l’origine de ce piège explosif. La coïncidence le désigne manifestement comme le premier suspect. Mais quelle était sa raison ? Avait-il eu vent de l’échec du contrat qui lui avait été confié ? Ou bien s’agit-il d’une revanche car il le suspecte de l’avoir vendu aux autorités, théorie avancée par Akane ? Sa réflexion s’interrompt au moment où il pénètre le bâtiment à l’atmosphère si familière. Cet air aseptisé et le blanc albâtre qui habille les murs, ce sentiment d’être à l’abri en même temps que cloîtré. Le sol carrelé et soigneusement nettoyé sous ses pas, il marche à travers le hall d’entrée qui donne sur la réception. Il s’arrête, hoche de la tête en direction de la réceptionniste qui lui sourit poliment. Elle reconnaît l’homme au shôzoku noir, sa combinaison en cuir qui lui colle à la peau qui ne trompe pas. Il écrit un message, pose le carnet grand ouvert sur le comptoir, face à son interlocutrice. Les yeux de cette dernière parcourent la ligne de gauche à droite.

Saji a écrit:
« Bonjour, j’aurais besoin de retrouver les personnes qui s’étaient occupées de moi la dernière fois, lorsque j’étais hospitalisé ici il y a quelques mois. Nobuatsu Saji. »

Elle acquiesce. A l’annonce du nom, la réceptionniste se plonge dans ses dossiers de façon à mettre la main sur le profil du patient en question. Au bout de quelques minutes de recherche, elle s’arrête, tire une feuille de son tiroir et la place sur sa table. Elle recopie certaines informations sur un bout de papier qu’elle tend à l’homme masqué. Celui-ci peut lire la salle dans laquelle se trouve l’infirmière qui s’était occupé de lui, actuellement assignée à un bloc opératoire à l’étage. D’un geste amical de la main, Saji la remercie pour l’information et se rend vers l’escalier. Ses pas font grincer les marches en bois, il monte et arrive devant une salle correspondant au numéro indiqué. Tournant la poignée, il ouvre légèrement la porte pour apercevoir le personnel infirmier tout autour d’un patient anesthésié. Des lueurs au niveau de leurs mains suggèrent l’utilisation de l’iroujutsu, la fameuse technique de médecine ninja employant le chakra. C’est la première fois qu’il est témoin de l’utilisation d’un tel jutsu. Il referme la porte, résiste à la curiosité d’en voir davantage. Il prend place sur l’un des sièges contre le mur, et attend que l’infirmière en question sorte de la salle opératoire pour qu’il puisse l’interroger. Au bout de quelques minutes, la porte s’ouvre. Le médecin en sort, le regarde d’un œil distrait et poursuit son chemin, suivi de près de l’infirmière dont Saji retient l’attention en lui faisant signe de la main. Elle le reconnaît immédiatement.

Saji a écrit:
« Excusez-moi, je ne sais pas si vous vous souvenez-de moi. Je voulais vous poser des questions. »

« Oui je sais qui vous êtes, le patient masqué ! Comment vous oublier. »

Tant mieux. Elle se souvient de lui. Peut-être se souvient-elle aussi de la personne qui lui a communiqué toutes les informations à son sujet, sur son masque, et sur qui il fallait appeler.

Saji a écrit:
« Justement. Je trouvais cela étrange qu’on n’enlève pas mon masque. Et comment saviez-vous qui contacter en cas d’urgence ? »

« Désolée je n’en sais rien. Par contre, une eisei-nin que je connais bien avait été dépêchée sur les lieux je me souviens. Allez au bout du couloir, la première porte sur la droite. Elle prend sa pause un peu plus tard que d’habitude. Avec un peu de chance elle vous reconnaîtra.»

_________________
Sous les gravats [Solo] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Sous les gravats [Solo] Empty
Mer 12 Déc 2018 - 19:41
Redirigé vers le couloir suivant, c’est non sans une pointe de frustration que Saji s’arrête devant une porte avant de s’assoir à nouveau, et attendre que le service de l’eisei-nin s’achève. Joignant les mains sous son menton, il se repasse les quelques indices qu’il connaît déjà. Dans les méandres de ses souvenirs, il se voit encore transporté en dehors des décombres qui étaient sur le point de l’enterrer vivant. Allongé, il avait l’impression de flotter dans l’air, tiré en arrière vers la sortie du magasin. A cet instant, ses yeux se sont refermés, pour le replonger dans le néant. Plus rien. Semi-réveillé par moments, il tâchait de s’accrocher à la vie, tandis que dans sa tête il entendait une voix l'appeler au loin en prononçant son nom, faisant écho dans les parois de sa mémoire embrumée. Il a beau faire, impossible d’identifier la voix, s’il s’agissait d’un homme… Son maître ? Peut-être a-t-il seulement rêvé ? L’illusion est d’autant plus forte quand elle est mêlée à la réalité. Son cerveau lui aurait joué un tour. A ces souvenirs lacunaires s’ajoutent des détails, des incohérences qu’il a trop facilement survolé la dernière fois. Préoccupé par sa guérison et les origines de cet incident, il n’a pas pris la peine de chercher davantage. Peut-être ne s’inquiète-t-il que pour de simples détails après tout. Peut-être que quelqu’un du Grand Dojo l’a reconnu et a simplement suggéré à l’eisei-nin sur place qu’il fallait garder son masque sur le visage… Ce qui après mûre réflexion ne tient pas la route. Quelqu’un qui ne le connaît pas personnellement serait plutôt tenté de révéler son identité, ne serait-ce que par curiosité. La poignée se tourne, et la porte à sa droite s’ouvre. Un médecin accompagné de deux eisei-nins sortent de la chambre du patient. L’une d’entre elles arrête son regard sur Saji et son masque qu’elle aurait reconnu entre mille.

« Oh c'est vous… ! Je me souviens vous avoir secouru l’autre jour.

Il se retourne en entendant la voix, ce qui débloque dans sa tête des souvenirs jusque-là enfouis dans son inconscient. Une femme. Une voix de femme. La voix qui l’appelait dans son rêve? Serait-elle la clé de l’énigme ? Celle qui se serait assuré qu’on protège son identité et qu’on informe Kuzan de ce qui lui était arrivé ?

- Vous avez besoin de quelque chose ? »

Saji a écrit:
« Vous avez contacté mon ami le jour où on m’a envoyé à l’hôpital, comment saviez-vous qui appeler ? Je n’ai pas rempli de fiche à ce sujet. »

Surprise par la question, elle se gratte la tête en tâchant de remonter le fil de sa mémoire.

« Je vous avoue que je ne sais plus… désolée. J’ai tellement de patients à traiter, des interventions à faire sur le terrain. »

Elle non plus ? Qu’en est-il du masque ?

Saji a écrit:
« Le masque. Pourquoi ne l’avez-vous pas retiré ? »

« Hum… je me souviens juste qu’on m’avait dit de ne pas le faire…

Saji attend d’en apprendre plus. Mais rien ne semble revenir à son interlocutrice.

- … Désolée, j’aurais aimé vous être plus utile. Je dois y aller. »

Il soupire. Au moins il aura essayé. A quoi s'attendait-il? Qu’ils se souviennent absolument de tout? Le personnel de l’hôpital doit gérer une multitude de situations au jour le jour. Nombreux sont les visages qu’ils ont vu défiler. Les vies qu’ils ont dû sauver. Comment peut-il être aussi égocentrique ? Déçu par cette conclusion au goût amer, il salue son interlocutrice et s'en va.

_________________
Sous les gravats [Solo] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Sous les gravats [Solo] Empty
Jeu 13 Déc 2018 - 14:41
Une recherche infructueuse. La tête baissée, il marche à travers le couloir, frustré par le manque de réponses apportées par les infirmières qu’il vient de rencontrer. Trop optimiste, il pensait qu’une simple visite suffirait à retirer le voile qui s’est déposé sur cet événement d’hiver 203. Tout est si flou. Finalement, est-il en train de poursuivre quelque chose qui n’existe pas ? Tel un métaphysicien qui imagine des forces surnaturelles qui gouverneraient le monde réel, il se pourrait que le sabreur muet soit poussé par son besoin de réponse au point de se fourvoyer. Une touche de perfectionnisme, un brin de paranoïa. La faute à cet incident qui occupe encore son esprit à ce jour. Que faire maintenant ? Parler à d’autres membres du personnel infirmier ? Continuer de les déranger alors qu’ils pourraient consacrer leur temps à sauver d’autres vies humaines ? Non, c’est décidé. Il est temps de quitter l’établissement et faire une croix sur tout ça, et chercher à localiser le Marchand. Il s’est échappé sans laisser de trace. Les services de renseignement de Kiri qui ont investigué sa disparition suspecte n’ont rien trouvé sur les lieux mis à part des documents sans intérêt et d’autres objets laissés derrière qui n’apportent aucune lumière sur l’affaire. Maintenant qu’il fait partie du Kyôi, peut-être devrait-il faire appel au réseau d’espionnage qui s’étend à partir de l’île d’Horo, afin d’explorer la possibilité de sa fuite vers une autre île ? Une piste à ne pas écarter. Aller. Au lieu de perdre davantage de temps à se morfondre à l’hôpital, il devrait nvoyer un message à Takano Murai, pour savoir s’il peut l’informer du passage d’un homme correspondant au portrait du Marchand. Il passe devant le comptoir de la réceptionniste et lui fait signe de son départ. Mais soudain, à quelques pas à peine de la sortie, il entend quelqu’un l’appeler au loin et s'approche en courant. Essoufflée, il s’agit de l’eisei-nin à qui il a parlé avant de prendre le chemin de la sortie.

« Attendez… ha.. ha..ha… Je m’en souviens maintenant… ha…Une femme vous avait sorti des gravats ce jour-là… Oui, c’est ça.

Un nouvel espoir qui se manifeste. Il va enfin donner du sens à ce qui s’est passé ce jour-là. Il savait qu’il n’était pas fou, qu’il devait bien y avoir une explication à toutes ces contradictions. L’existence d’un autre protagoniste, une autre personne était présente ce jour-là pour le secourir. Cela change tout. L’eisei-nin reprend sa respiration, puis continue.

- Par contre, je ne saurais vous dire à quoi elle ressemblait. »

Non, évidemment. Cela aurait été trop facile. Il ne va pas aller questionner un par un tous les témoins de ce jour-là. Non seulement il lui sera quasiment impossible d’identifier qui était sur les lieux, mais il ne sait même pas s’ils se souviendront de cette personne. Il n'a pas le temps pour ça. Il doit se rendre disponible pour les prochaines croisades contre les prisonniers qui vont prendre d'assaut le territoire de Mizu. Saji hoche de la tête en signe de remerciement et s’apprête à partir quand une autre voix, plus timide, l'appelle. La réceptionniste vient d'entendre ce qu'a dit l'eisei-nin.

« Hum… Excusez-moi ? Vous êtes Nobuatsu Saji n’est-ce pas ?

Il se tourne vers elle et acquiesce, curieux d'entendre ce qu'elle veut lui dire.

- Une femme venait quelques fois ici prendre des nouvelles sur votre état. Nous lui rappelions qu’elle pouvait vous rendre visite jusqu’à 17h mais elle refusait. Elle venait jusqu’ici, à la réception, puis repartait. J’ai trouvé ça très étrange de sa part.

- J’avoue que ce n’est pas commun, au contraire les amis et les proches insistent pour voir les patients en général ! »

Une femme au comportement étrange hein. Saji reprend son carnet pour demander davantage d’informations sur cette personne qui est probablement la même que celle qui l’a sauvé.

Saji a écrit:
« Pourquoi ne me l’a-t-on pas signalé ? A quoi ressemblait-elle ? »

« Une kunoichi du village d’après sa tenue. Longs cheveux noirs attachés. Tenue noire moulante. Un masque rouge recouvrant sa bouche et…

Tout fait sens désormais. Comment cette eisei-nin a-t-elle su qui contacter et qu’il ne voulait pas qu’on lui ôte son masque ? Il n’y aurait guère d’intérêt pour une personne hors de son cercle d’amis ou de connaissances de cacher son visage. Seuls ceux qui le connaissent suffisamment savent qu’il y tient, pour des raisons que lui seul connaît. En résumé, le suspect est une kunoichi qu’il a rencontrée et qui sait déjà l’importance qu’il accorde à son masque. S’il avait des doutes au départ, il en est certain à présent. Une personne, une seule, correspond au profil qu’il vient de dresser. La question est maintenant de savoir ce qu’elle faisait encore dans les parages. Et elle l’aurait sauvé ? Il lui a pourtant dit de ne pas rester. Tout ce temps... Tout ce temps elle l'a laissé dans l'ignorance. Et elle savait qu'il cherchait à lui cacher ce qui lui était arrivé. Il se sent bête, elle savait tout, depuis le début elle savait déjà. L’esprit égaré l’espace d’un instant, il revient dans la conversation et finit d’écouter la réceptionniste.

- … et voilà c’est tout ce que je sais… Par contre je n’ai pas demandé son nom. »

Nul besoin. Saji fait un signe de tête pour remercier l’infirmière et la réceptionniste. Il se retourne et quitte enfin l’hôpital, encore secoué par ce qu’il vient d’apprendre. Il est maintenant temps de demander des explications auprès de la principale intéressée.

_________________
Sous les gravats [Solo] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Sous les gravats [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: