Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'abus est père de danger [RAIZEN]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Dim 13 Jan 2019 - 4:10

Une poignée de main voulait dire beaucoup autant pour Saigo que pour Raizen. C’était un signe de compréhension et d’entraide qui venait suite à une intervention assez intense. Saigo était bel et bien troublé, passant par plusieurs lots d’émotions différentes au fur et à mesure que les deux discutaient. Il ne restait plus qu’à voir de quoi le tout aurait l’air une fois qu’il se mettrait vraiment à l’aider ou du moins à l’accompagner.

-Ça tombe bien, ta canne arrive justement.

Se tournant, il ouvrit la porte de la pièce et fit signe à quelqu’un de faire son entrée. Assistant de l’extérieur à la discussion depuis le début, Sendai Yahiko, nouveau membre de la police pouvait maintenant faire place dans la pièce.

-Saigo, je te présente Sendai Yahiko. Je lui fais confiance pour t’accompagner dans tes tâches puisque tu m’as clairement fait comprendre que tu aurais besoin d’aide ou plutôt d’une canne pour tes tâches de bénévolat. Ainsi, il se chargera de te surveiller, mais surtout et avant tout de s’assurer de ta réinsertion.

Regardant les deux, il ne put s’empêcher de sourire avant de préciser quelque chose pour le calmer.

-Je fais confiance à Yahiko, donc tu peux lui faire confiance autant que tu me fais confiance. Quant à nous, nous nous verrons chaque semaine. Je te ferais parvenir les coordonnées pour nos rencontres. Pour le moment, je voulais juste que vous vous rencontriez. Dès demain, tes tâches commenceront, mais Yahiko se chargera de t’expliquer le tout en temps et lieu.

Mettant ses mains dans ses poches, le policier se demandait plus ou moins comment Saigo allait réagir. Après tout, il pouvait très mal prendre le fait qu’il ait entamé une complicité avec Raizen et que celui-ci implique quelqu’un d’autre. C’était facile d’avoir ce genre de pensées, d’où la raison pour laquelle il voulait et tenait tout de même le voir chaque semaine. Simplement, vu son rôle actuel au village, il ne pouvait se permettre d’être la canne. Au contraire, il préférait être l’instructeur en réhabilitation. Or, pour ça, il avait besoin de quelqu’un pour lui servir de canne le temps d’un moment. Cette situation était aussi intéressante et enrichissante pour Yahiko qui aurait droit au paradoxe entre le bien et le mal, la fondation même de Saigo et son tremplin vers la permanence à la police.

-Je vous laisse faire connaissance, je suppose. On se voit dans une semaine. Merci de ton temps Saigo et merci de ta présence Yahiko.

Dès lors, Raizen quitta la pièce, laissant la porte ouverte. Dès lors, il fit un pas, puis un second et s’adossa contre la fenêtre contre laquelle il pouvait tout entendre. S’arrêtant un moment, il se demandait comment allait se passer la première interaction entre les deux individus. Or, le plus intéressant risquait d’être le début des séances de bénévolat...

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Dim 13 Jan 2019 - 23:01
Les bras croisés, le regard perdu sur le plafond sombre, il tapait doucement du pied sur le sol, un peu inquiet. Personne ne l'entendait, il n'y avait personne autour de lui et ce n'était pas forcément plus mal. Il avait besoin de se concentrer, besoin de réfléchir pour savoir quelle était la meilleure façon pour lui d'intervenir auprès de ce jeune garçon à problèmes. Raizen ne lui avait touché que quelques mots à son sujet, mais il ne connaissait absolument pas quelles étaient les subtilités liées au comportement de ce Saigo. Tenter de rentrer dans le tas d'une manière violente pouvait être une stratégie, mais était-elle adaptée à un homme qui luttait pour s'accepter ? Probablement pas. Tenter de la jouer philosophe n'était pas forcément non plus une bonne idée, adaptée à certains comportements mais pas non plus à quelqu'un qui cherchait à trouver la normalité.

La porte s'ouvrit doucement, il le remarqua à la lumière qui pénétrait dans la pièce dans laquelle il attendait. Inutile de réfléchir plus longtemps : il la jouerait naturellement mais professionnellement. Inutile de faire une quelconque démonstration, si Raizen avait eu le talent naturel de le raisonner, il pouvait peut-être en avoir le pouvoir lui aussi. Le regard neutre, affichant un léger sourire qui voulait le montrer sympathique, il se posa debout à côté de la porte d'entrée le temps des présentations. Ecoutant les quelques interventions de son égal, il le salua respectueusement avant qu'il ne quitte la pièce. Il était en tête à tête avec un homme inconnu, et pire que ça, un homme qui avait déjà causé du soucis. Il y avait de quoi être intimidé, mais les peurs s'évadèrent en se répétant naïvement que s'il était là, c'était parce qu'il s'était décidé à emprunter le chemin de la rédemption.

-"Enchanté, Saigo !", marqua t'il d'un sourire tout à fait franc, innocent mais surtout d'une main qu'il lui tendait.

Cette main n'était pas anodine, elle s'était approchée de lui avec toute la fraternité, toute la reconnaissance, toute la sympathie qu'il pouvait ressentir à son égard à ce moment là. Mieux que ça, en approchant sa main, il la laissait sans défense. Il pouvait bien la cogner, il pouvait bien la mordre, il pouvait bien la lui planter avec le premier appareil qui lui tombait sous la main. Ce n'était donc pas qu'une main sympathique, c'en était une qui marquait toute la confiance qu'il mettait en lui dans ses efforts pour se réintégrer. Qu'elle soit serrée ou non, il continua.

-"Je ne souhaite pas parler tout de suite de ta punition, nous avons quelque chose de plus intéressant à discuter. J'aimerai connaître tes motivations, ce qui t'a poussé à vouloir changer... sauf si cela te dérange, bien sûr."
Hrp : //

Je te propose de continuer le RP ici le temps d'une petite discussion et des présentations. On en ouvrira un autre pour les travaux d'intérêts généraux si ça te va !

_________________
L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Saigo
Saigo

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Lun 14 Jan 2019 - 9:54
Une première poignée de main, la plus importance de leur relation et voila que le policier se débinait déjà, rejetant le bordel qu'était Saigo sur un autre type. Pour autant le jeune homme n'était déçu, ni même surpris, il ne comptait de toute manière suivre Raizen comme un chien. Mais il ne s'était clairement pas attendu à la suite des événements et à se retrouver, ironiquement, avec un clebs sur le dos. Saigo savait avoir dépassé les bornes ce coup-là, mais il ne pouvait nier qu'il avait quelque part espéré que sa discussion avec Raizen lui permettrait de s'esquiver. Son visage déjà peu expressif se ferma un peu plus alors que le policier quittait la pièce, non pas parce qu'il se sentait trahi mais bien parce que Saigo avait à présent donné sa parole, sa promesse d'essayer de grandir socialement, émotionnellement et de contrôler ses pulsions. Quoi qu'il ait seulement promis "d'essayer"… Et si la dite canne cassée du fait qu'elle n'était pas assez résistante, qui pourrait l'en blâmer?

L'ex-mafieux, malgré des pensées souvent sombres et malsaines restait un homme de confiance, sa parole étant probablement la seule chose aussi importante que son égo dans le prisme brisée qu'était sa personnalité. Il laissa donc Raizen disparaitre dans un long regard avant de tourner son attention sur le nouveau venu, ce parasite qui pendant quelque temps ne le quitterait plus d'une semelle. Il observa ce sourire aussi innocent qu’accueillant, ces yeux bienveillants et cette main tendue dans l'attente d'une poigne fraternelle. Que croyait-il? que Saigo était passé de machine à torgnoles à distributeur de câlins? La première expression qu'il eut du garçon fut du dégout. Cet être humain puait la bonté, la gentillesse et l'homme qu'était Saigo ne pouvait qu'allier ces qualités sur le compte d'une faiblesse certaine. Une faiblesse qui devait être tant physique qu'émotionnelle, mais depuis qu'il était à Kumo l'ex-mafieux avait appris à se méfier des apparences par trop trompeuses. Sans oublier que Raizen ne l'aurait jamais laissé avec un incompétent, ce type qui venait d'entrer semblait aussi vieux que lui, bien que plus petit, presque menu et pourtant Saigo ne donnait pas cher de sa peau s'il devait se le taper.

Ce qui lui donna une raison de plus, une nouvelle excuse de rejeter tant la main tendue que l'être humain qui la possédait. Il ne s'agissait pas de jalousie mais d'injustice, de voir devant lui l'exemple même d'une vie de privilèges, d'enseignements et de richesses d'un pays ayant tout à offrir à leurs poulains depuis le plus jeune âge. Ils avaient beau être de la même génération que le fossé entre eux ne pouvait être plus éloigné, tant par leur expérience de vie aux antipodes l'une de l'autre que par leur écart de puissance flagrant. Pour toute réponse l'ex-mafieux ne lui offrit qu'un regard inquisiteur dédaigneux, ne bougeant pas d'un millimètre. Sa motivation à changer? Saigo opta pour la provocation, bien qu'une grande part de vérité se cachait derrière ses paroles de vipère.

- Les gens comme toi.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4813-saigo-go-go-terminee
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Mer 16 Jan 2019 - 12:11
Il fallut quelques secondes et un échange de regard pour que Yahiko comprenne que son geste de sympathie ne verrait aucun retour. Ce moment était un peu gênant pour lui, il aurait même eu tendance en situation amicale à pratiquer un peu d'auto-dérision, mais ça n'avait absolument pas lieu d'être ici. Il devait y avoir moultes raisons pour lesquelles le musclé ne lui avait pas rendu sa poigne de main et parmi celle qu'il pouvait bien s'imaginer, le Sendai retenait surtout que Saigo ne devait pas entretenir actuellement une mentalité qui le poussait à partager ce geste. Lorsqu'on considérait une poignée de main amicale comme ridicule, on ne la serrait pas. Comment imaginer tout ce qui pouvait bien se passer dans la tête de cet ancien inconnu ?

Le Jûunin s'efforçait de maintenir un regard d'adulte, plongé dans celui de son interlocuteur. Ses yeux ne reflétaient aucune sympathie, étrangement, ils ne reflétaient pas non plus un quelconque désir de changer. Avait-il menti ? Pas forcément, il était par contre fort probable que le garçon aux cheveux blancs ne représentait pas une figure sur laquelle Saigo pourrait s'identifier. Leur physique n'avait rien à voir, leur mentalité non plus, mais avec un peu d'espoir et de persévérance, peut-être qu'un jour une des valeurs qu'entretenait le vingtagénaire pourrait impacter sur le Genin qui était face à lui. Patiemment, il attendait une réponse de ce dernier, qui ne tarda pas à venir.

Celle-ci était assez floue, elle ne reflétait aucune animosité et bien au contraire, c'était comme si elle tentait de vanter la personnalité de Yahiko. Un comme toi, ça pouvait bien signifier qu'il voulait épouser les valeurs qu'il faisait paraître, ça pouvait bien signifier qu'il était envieux de sa position au sein de la police, ou s'il avait un peu plus entendu parler de ses récents actes héroïques, si l'on citait les dires du Nidaime Raikage, qu'il enviait toute la reconnaissance dont pouvait jouir Yahiko en ce moment. La violence était engendrée par un sentiment d'injustice et par un manque de sens, c'était probablement deux axes qu'il devait découvrir dans l'histoire de son interlocuteur pour le tirer vers le haut. Avant ça, il y avait à creuser dans ce qu'il lui avait répondu.

-"Ah bon ? Tu ne connais rien de moi, pourtant."

S'il comparait sa vie à celle de Yahiko, il se trompait. L'important n'était jamais les problèmes, l'important était la manière avec laquelle ils étaient interprétés. De la même manière qu'un garçon pouvait sombrer dans l'alcoolisme en voyant son père être lui-même alcoolique, il existait aussi la possibilité pour un autre enfant de ne jamais oser toucher à l'alcool par peur de devenir comme son paternel. Le passé de Saigo n'était pas vraiment important, ce qui était important ici étaient les conclusions qu'il en avait tiré pour devenir l'homme qu'il était.

-"Je vais reformuler, je n'ai peut-être pas été assez clair. Quels sont tes rêves ? Les raisons pour lesquelles tu es devenu ninja ? C'est quoi les raisons pour lesquelles tu te battais à l'époque ? Ta punition ne sera pas qu'une punition, je m'arrangerai pour qu'elle soit le premier pas constructif vers celui que tu veux devenir."

En lui parlant, ses mains étaient jointes au niveau de son ventre, les doigts croisés, se reposant sur ses jambes. Si cela paraissait évidemment comme une simple posture de discussion, elle lui permettrait aussi rapidement de faire des mudras si besoin. Il ne comptait pas se battre, mais ça, ça dépendait bien du Genin et de ce qu'il avait en tête.

_________________
L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Saigo
Saigo

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Jeu 17 Jan 2019 - 4:51
Il n'avait aucunement besoin de connaître la vie, ni même le nom, de son interlocuteur pour le juger et se faire un premier aperçu. L'habit ne faisait peut-être pas le moine mais l'attitude, le regard et l'aura en disaient plus long sur une personne que la moindre étiquette ou parole suave. L'ex-mafieux avait toujours été doué pour cerner les gens, voir leur vrai visage, à défaut de connaître le sien, une compétence qui lui avait sauvé la vie à maintes reprises. Le jeune bougre en face de lui n'était pas un homme mauvais, bien au contraire, et c'était ce qui dégoutait notre malfrat, le fait de faire face à un archétype de la lumière, qui avait une vision de la vie et du monde, du bien et du mal, probablement aussi biaisée que sa chevelure était claire.

Le pire était probablement qu'il n'en avait même pas conscience, voguant à travers les années, accomplissant objectifs et étapes importantes d'une carrière destinée à être menée avec honneur et fierté. Mais ce jeune homme aux cheveux blancs était lui-même, fidèle à ses idéaux, pourquoi devrait-il se remettre en question? La véritable question étant plutôt pourquoi Saigo pensait-il que ce gars devrait le faire? Lui, un criminel qui n'avait jamais rien accompli et dont les décisions n'avaient qu'apporté plus de chaos dans un monde déjà brisé par des guerres et conflits omniprésents. Il n'avait pas de réponse, comme d'habitude et revint à la réalité au son de la voix angélique qui reprenait de plus belle, dans une deuxième tentative doucereuse de créer un dialogue constructif.

L'écouter déblatérer ce ramassis de conneries ne lui donnait qu'une envie, envoyer son poing fracasser ces dents parfaites, immaculées, surement blanchies au fil des années par un flot de paroles à la pureté écœurante. La niaiserie de ses mots et de ses questions lui firent comprendre qu'ils ne vivaient clairement pas dans le même monde, il faillit garder le silence, l'ignorer et s'allumer sa clope en attendant son verdict avec négligence. Mais l'idée de titiller, de grattouiller le fantasme qu'était le monde de son antonyme en partageant sa sombre clairvoyance fut bien plus attrayante. Il laissait échapper un léger rire avant de répondre d'une voix pleine de dédain.

- Des rêves? Des raisons? D’où je viens, ces choses n'existent pas, il n'y a que le jour même, la survie, tuer ou être tuer, poignarder des gars pour quelques miettes de pain. Demain était déjà trop loin pour la plupart des raclures dans mon genre, un espoir empoisonné de revivre la même merde que la veille. Il n'y a jamais eu de rêves pour les types comme moi.

Et c'était bien ça le problème, il s'en rendait compte en parlant, avoir pour la première fois de sa vie la possibilité de choisir, de réfléchir à tout ceci, de vivre comme les gens normaux et d'être libre de créer son futur. Il s'agissait pour Saigo d'une liberté accablante, écrasante qui manquait de le rendre complètement cinglé s'il ne l'était pas déjà.

- Il n'y a que le pouvoir et les plaisirs de la chair qui comptent... Le reste n'est qu'illusion, je peux au moins te dire ça.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4813-saigo-go-go-terminee
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Jeu 17 Jan 2019 - 11:11
Sa posture restait inchangée, son regard ne quittait pas le jeune rebelle une seconde. Il tâchait de maintenir un regard plein de confiance, plein de sympathie, plein de bienveillance mais surtout plein de détermination. Il ne le laisserait probablement jamais tomber, déjà parce qu'il s'agissait de la mission que lui avait donné Raizen, mais aussi parce qu'il avait une vie à sauver et qu'elle était juste là, entre ses mains. Qui était-il pour laisser pourrir quelqu'un comme ça dans la rue ? Pour le laisser sans arrêt entre les mains de la prison ? Pour le laisser dans la possibilité d'être confronté un jour à une situation où il ne s'en sortirait pas confortablement ? Non, il y avait des perspectives pour lui bien plus attrayantes.

Yahiko tâchait de retenir dans cette petite discussion les quelques éléments de la vie de Saigo qui le faisait vivre, qui le motivaient. Dans son petit discours, il y avait bien des choses à retenir : absence de rêve, gros attrait pour la baston pouvant être sanglante, un intérêt pour survivre malgré une vie de débauche ou encore un attrait pour les plaisirs de la chair. Saigo n'était probablement pas différent de la plupart des hommes, il n'était que victime d'un passé qui ne lui avait pas laissé le choix d'être comme il l'était aujourd'hui. Alors comment l'appréhender ? Comment trouver de quoi le transformer ? Le Sendai eu une petite idée, il tenterait d'aller dans son sens.

-"Kumo a de quoi te permettre de te battre exactement comme tu le fais, de te faire manger à ta faim et de te laisser dans un état de santé suffisant pour que tu puisses faire ce que tu souhaites... dans la mesure où tu ne fais de mal à aucun innocent, évidemment."

Annoncé comme ça, ça semblait utopique, et c'était pourtant tout à fait vrai. Il y avait cependant quelques nuances à apporter aux paroles du Jûunin.

-"Tu ne te battras pas juste contre ces faibles ivrognes dans les bars et pour quelques miettes de pain. Qu'est-ce que tu penses de te battre contre des types bien plus puissants, des types qui peuvent te faire ressentir l'intensité d'un véritable combat ? Je ne te dis même pas de faire ça pour le bon vivre de Kumo, je te dis de faire ça pour toi."

Il y avait de nombreux intérêt à épouser les paroles de Yahiko. Vivre une vie bien plus saine, ne jamais avoir de conflit à l'intérieur du village mais les entretenir avec ceux qui ne souhaitent pas la paix. Recruter Saigo dans les forces du village, c'était s'assurer une force de frappe incorruptible. C'était s'assurer qu'à partir du moment où il effectuait une mission importante, rien ne pourrait l'arrêter. Ca représentait évidemment des comportements qu'il fallait réguler et orienter, mais de manière générale, il avait de quoi être un atout pour le village de la foudre.

_________________
L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Saigo
Saigo

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Ven 18 Jan 2019 - 8:03
Un des sourcils de Saigo se leva en signe d’intérêt tandis que sa posture se faisait un peu plus engageante. Les paroles du petit ange n'étaient actuellement pas si désagréables à l'oreille, tant dans l'intonation que le sens. Cette proposition avait de quoi le calmer et le faire réfléchir. Il croisa les bras contre sa poitrine et se permit quelques instants de réflexion, persuadé que cela ne dérangerait pas son interlocuteur, qui devait déjà avoir compris que les règles de bienséance et la politesse n'avaient pas lieu d'être avec un ex-mafieux.

Saigo était un homme qui se complaisait dans la violence et ce depuis sa plus tendre enfance. Sa meilleure amie, sa mère et sa confidente n'étaient nulles autres que la même personne, un être fictif toutefois bien présent dans le cœur des hommes, l'origine de leurs peurs, la mort. Celle-ci l'avait accompagné, ne l'avait jamais abandonné, depuis aussi longtemps qu'il puisse se souvenir. Il semblerait que son absence soudaine suite à son arrivée à Kumo se faisait cruellement ressentir. Sa disparition était peut-être même la raison derrière son comportement de chien errant et enragé qui en voulait à la terre entière. Il ne pouvait vivre sans cette proximité morbide, une hypothèse transformée en certitude suite à ces quelques mois de décadence dans les endroits miteux de la ville. Il avait beau s'entrainer des heures chaque jour, rien ne calmait son esprit macabre, hanté et déjanté d'avoir été bercé dans la guerre et les vices humains depuis sa naissance. Seuls l'alcool et les femmes ces derniers temps lui permettaient de tenir le coup, et encore... Saigo n'en serait pas là aujourd’hui si c'était véritablement le cas.

Accepter cette proposition lui permettrait de la retrouver mais sans pour autant re-sombrer dans la démence de ses jeunes années à Yugure. Il tiendrait alors sa promesse à Raizen de se tourner vers la lumière, de doucement se libérer de ses chaînes, tout en gardant cette connexion, cette liaison intime avec les ténèbres et sa mère d'adoption. Peut-être que cette décision serait la première étape vers une guérison, vers un Saigo plus mature et bienveillant, capable d'aimer son prochain plutôt que de simplement le protéger par intérêt et obligation.

Que nenni, malheureusement pour guérir il fallait déjà l'admettre, d'être malade... Et Saigo ne se sentait jamais en pleine forme qu'en frôlant la mort ou en l'offrant à ses adversaires. Cette dernière caresse glaciale qui vous emportait avec amour vers d'inconnues contrées, l'ex-mafieux ne l'avait jamais reçu mais si tellement de fois admiré qu'il ne pouvait s'en séparer. Le jeune homme était similaire à un drogué en recherche permanente de la jouissance de ses premiers trips. Sauf que pour lui, cette satisfaction se retrouvait instantanément dans l'action, le danger, la souffrance et inévitablement, la mort. Était-il son fils ou son esclave? Probablement une fusion pathétique des deux. De toute manière, notre bon saligot, au détriment du monde, n'était qu'à demi conscient de son état.

- Les seules règles seraient donc de ne jamais toucher ni un innocent, ni un membre de Kumo?

Le jeune lion était-il seulement capable de suivre ces quelques directives?

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4813-saigo-go-go-terminee
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Ven 18 Jan 2019 - 12:21
Dans cette discussion où ils ne se lâchèrent pas des yeux, Yahiko perçut un changement de faciès très intéressant. Naturellement curieux de trouver et de reconnaître les quelques mimiques incontrôlées, il fit attention à ce petit levé de sourcil qui lui fit tirer la conclusion que le Genin était agréablement surpris par l'intervention du Sendai. Un pion était avancé dans l'échiquier de la réussite, mais la bataille était sûrement très loin d'être gagnée. Le Jûunin lui avait dit la vérité, mais pas toute la vérité, et s'il devait bien se faire une promesse en ce moment, c'était bien de ne rien cacher à son interlocuteur. Il luttait pour ne pas ressombrer dans ses mauvaises habitudes, un mensonge serait l'outil parfait pour réduire à néant tous ses efforts.

Son redressement, ses bras croisés et l'air réfléchi qu'il prenait était plutôt bon signe. L'idée amusée selon laquelle voir un Saigo réfléchi devait être plutôt rare et bon signe caressa l'esprit du ninja, mais il était bien hors de question de faire paraître cela à ses yeux. Quelle décision prendrait-il ? Qu'aurait-il à répondre face à une perspective future qui devait lui être aguichante ? Les yeux du Jûunin s'écarquillant légèrement, illustrant son excitation et sa curiosité, il attendait patiemment une réponse, les mains toujours liées. Il n'oubliait pas de rester sur ses gardes, si cet homme était ici, ce n'était pas pour rien.

-"Elles sont un brin plus compliquées que ça, et je te promets de toutes te les révéler. Si tu suis la piste que je te propose, tu commenceras par effectuer des missions un peu barbantes, le genre de mission qui ne t'intéresseras pas. Arracher des mauvaises herbes, sauver des chats... bref, rien de bien amusant, même pas pour moi."

Il espérait évidemment au travers de ces mots que Saigo comprenne que même ces étapes qui semblaient inutiles avaient leur importance, et sans plus attendre, il continua.

-"Ces missions n'auront pas pour objectif de t'épanouir, elles serviront à montrer au village que tu es quelqu'un d'investi et qui mérite d'accéder aux prochaines missions : celles qui t'intéressent."

Il défit sa posture droite pour se laisser un peu aller sur sa chaise. Rien de bien provoquant, au contraire, il s’affaissait juste très légèrement pour s'adosser à sa chaise, maintenant le regard dans les yeux de Saigo.

-"Les règles des missions qui t'intéressent sont simples : respecter l'ordre de mission. Elles ne te demanderont jamais une quelconque maltraitance d'un innocent, parce que l'objectif est de maintenir une bonne image de Kumo. Si cet aspect peut moins t'intéresser, laisse moi plutôt préciser les intérêts que ça représente pour toi". Comptant sur ses doigts en même temps qu'il évoquait chacun des intérêts, il continua. "Premièrement : tu pourras te battre, parfois violemment, parfois avec l'obligation de ne pas tuer. Deuxièmement : tu as tout intérêt à respecter ces ordres de missions, parce que si tu n'en respectes pas une, tu perdras l'occasion d'en faire d'autre qui seront plus excitantes pour toi. Troisièmement : de toutes les missions que tu feras, des plus inutiles au début aux plus excitantes ensuite, elles te serviront toutes à t'adonner à tous les loisirs que tu veux, grâce à l'argent récolté."

Les informations étaient nombreuses, et il comptait bien tout résumer en une phrase, probablement la plus importante.

-"Si tu devais retenir une seule chose, c'est que plus tu respectes les attentes de Kumo, plus Kumo pourra aller dans ton sens. Tu finiras par avoir ce que tu voudras : des missions dans lesquelles tu pourras te lâcher complètement."

_________________
L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Saigo
Saigo

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Sam 19 Jan 2019 - 11:27

Était-il en train de lui dire que le prix à payer pour un gain de puissance était d'attraper des chats domestiqués coincés dans des arbres? Saigo le regardait incrédule, ce type avait probablement perdu la tête s'il pensait qu'un mec comme lui avait la patience et l'intégrité d'effectuer ce genre de missions ridicules. Il n'avait ni le temps, ni l'âge de s'amuser à porter les courses de mamita ou de nettoyer le jardin de papito, il ne l'avait jamais eu d'ailleurs. Si le beau gosse s'attendait à ce qu'il passe de bouffeur de chat pour survivre, à leur sauveur, il n'était pas au bout de ses peines. Sociabiliser Saigo avec d'autres citoyens et innocents n'était probablement pas la plus brillante des idées, encore moins maintenant. L'image la plus adéquate pour décrire cette scène serait un jeune lion au milieu d'un enclos à biches, une bonne petite orgie d'hémoglobine qui ne tiendrait qu'à un fil, à une laisse qui venait de lui être mise et qui était encore bien trop faible. Même si le lionceau commençait doucement à être apprivoisé, les risques étaient beaucoup trop grand, non pas que Saigo en ait vraiment quelque chose à foutre de la vie d'autrui.

- Je suis vraiment pas sûr que ce soit une bonne idée mon grand. Puis je suis persuadé que vous avez largement assez de gamins dans vos écoles de merde pour s'occuper de ce genre de tâches.

Il venait de s'adresser au petit ange sur un ton lourd en sous-entendus et le regard aussi sombre qu'espiègle mais avec une sincérité cristalline. Saigo était prêt à faire des efforts, mais il y avait un monde entre servir les intérêts d'un village pour satisfaire ses pulsions, et se soumettre corps et âme à ses moindres caprices. L'ex-mafieux n'était pas le genre d'homme que l'on pouvait mener à la baguette et la laisse psychologique qui le liait à Kumo avait été mise de son propre plein grès, bien que très fortement influencée par la stratégie de Raizen. Saigo n'était clairement pas une recrue, un genin, comme les autres, il avait déjà l’expérience du combat, de la souffrance et de la mort, mais il restait pourtant aussi faible et incomplet que les étudiants de ce village, ce qui le rendait certainement encore plus dangereux, pour lui-même et la sécurité de son entourage.

- Dans mon cas, mon investissement est largement quantifiable en fonction du nombre de jours que je passe sans fracasser des têtes de con dans les rues, tu crois pas?

Saigo fut tenté de lui envoyer une petite droite dans la mâchoire histoire d'appuyer ses propos, il avait l'impression de négocier avec son antonyme et cela commençait presque à l'amuser. Sauf que quand il prenait du plaisir dans ce genre de confrontations verbales, le désir de laisser parler les poings grandissait exponentiellement. Ses yeux brûlèrent d'une joie sauvage et les muscles de ses avant-bras se crispèrent instantanément, comme en réponse positive à l'idée d'une rixe potentielle. Mais il ne fit rien, préférant continuer à expliquer son point de vue néfaste à ce shinobi aux valeurs sociales écœurantes.

- Puis l'argent n'a jamais été un problème, ce n'est pas ça qui manque dans le village et je suis plutôt rapide de mes mains, si tu vois ce que je veux dire...

Un clin d'oeil provocateur et ses doigts bougèrent dans les airs comme pour simuler comiquement un tour de magie. Desquelles apparut toutefois une cigarette qu'il s'empressa d'allumer avec un sourire satisfait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4813-saigo-go-go-terminee
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Mar 22 Jan 2019 - 9:40
A la manière d'Icare, alors qu'il semblait s'approcher de son objectif, Saigo lui rappela qu'il n'était probablement pas aussi facile que ça de l'amadouer avec quelques belles paroles. Dans sa petite tête, le Sendai nota les quelques nuances qui se présentaient à lui : il était attiré par une possibilité d'effectuer des missions excitantes dans lesquelles il pourrait tuer, mais la possibilité de devoir gagner en échelon par des missions moins intéressantes ne pouvait représenter un but motivant pour lui. Logiquement, dans sa perspective où il était une victime qui méritait de nombreuses rétributions qui n'allaient qu'en son sens, il n'apprécierait plus aucun sacrifice. Mais malheureusement, dans tous les semblants de revendications qui ressortaient de ses nombreux discours, rien ne pouvait lui être accordé de tel.

-"Je ne crois pas, non."

Ne lâchant ni son contact entre ses mains ni le contact visuel, il ne comptait pas effondrer ni son image, ni celle de Kumo. Maintenant qu'il était dans la police et après les discussions qu'il avait eu avec Reiko et Raizen, il n'était plus question de remettre en cause ni le village ni les ordres. Faisant un bref mudra rapide, il créa tout aussi rapidement un senbon de chakra qu'il tint entre son index et son majeur, et le lança d'un geste calme de doigt sur la cigarette qu'il tenta d'allumer pour la trancher en deux.

-"Il n'a jamais été question de négocier, surtout lorsque tu es capable d'annoncer à un policier que tu peux toujours voler pour continuer de survivre."

Voilà sûrement l'instant le plus risqué de toute la conversation. Celui où il venait d'exprimer son mécontentement, celui où il venait non seulement de le contre-dire, mais aussi de tenter de le maîtriser moralement d'une part par son intervention et d'autre part par le senbon qui lui avait servi à trancher sa cigarette. Le conflit pouvait éclater à tout moment, il était sur le chemin de la rédemption mais il était encore possible que Saigo soit tenté par un peu de hors piste.

-"Je t'ai donné ma proposition. Soit tu tentes de gagner la confiance de Kumo pour ensuite vivre d'une façon plus intéressante pour toi, ce qui te permettra de gagner à tous les niveaux. Soit tu refuses et tu peux toujours continuer de vivre misérablement dans les bars malfamés et dans lesquels tu te battras d'une façon toute aussi minable, si tu n'es pas déjà en train de croupir en prison."

Ses yeux s'écarquillèrent d'une méchanceté visible. Un sourire tout aussi malsain se dessina sur son visage. Il n'était pas que le Yahiko qui tentait de le tirer vers le haut, il était le Yahiko qui devrait montrer à ce type qu'il n'était qu'une merde. Heureusement pour lui et pour son image, il n'aurait jamais de quoi éclater Saigo : il devenait tout juste policier et il comptait bien y rester. Cela dit, une pédagogie par l'éclatage de tronche n'était probablement pas une mauvaise idée si elle était arbitrée par un médiateur tel que Raizen. Faire réaliser à Saigo à quel point il était faible physiquement pouvait être un déclic pour lui qui pouvait l'aider à changer d'avis. S'il était assez malin pour se remettre en question, en tout cas.

-"Alors, ta réponse ?"

Peu importait sa réponse, la discussion se finirait bien assez tôt pour laisser place aux travaux auxquels il était destiné.

_________________
L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Saigo
Saigo

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Mer 23 Jan 2019 - 10:12
Saigo éclata d'un rire mauvais et victorieux suite à la réaction du faux-calme. Il ne se sentait aucunement menacé par ce soudain changement d'attitude, bien au contraire, il en était ravi, ses petites provocations avaient finalement fait mouche. Une légère joute verbale qui se soldait en une agréable réussite. Tel un gosse qui venait d'ouvrir son cadeau, ses yeux brillaient d'une curiosité assouvie. Saigo était plus que satisfait d'avoir réussi à percer à jour le véritable visage de ce policier aux allures d'anges et aux sourires bienveillants. De son expérience, la bonté, surtout gratuite, cachait toujours des relents de médisance. Le petit lapin se transformait en renard, en prédateur sournois et taciturne qui n'avait de pitié que pour les siens, à l'égal de son avarice. Un fourbe qui cachait son jeu à la perfection, le genre d'animal auquel l'ex-mafieux avait l'habitude de faire face dans son ancienne ligne de métier. Et tout comme l'homme fier et bon laissait enfin tomber son masque immaculé de mensonges, le village caché de Kumo dévoilait sa véritable nature. Une organisation criminelle qui se cachait derrière de belles paroles, des pseudo-valeurs et une légitimité volée pour accomplir des actes tout aussi malveillants que son ancien employeur, la mafia de Yugure.

Saigo avait déjà courbé l'échine par le passé pour survivre, il pouvait très bien le faire une nouvelle fois, non pas pour sauver sa peau mais bien pour vivre cette fois ci, pour prendre le contrôle de sa vie et de son futur. Une nuance que peu d'humains saisissaient mais qui lui permettait d'accepter son sort avec un peu plus d'aisance. Le jeune renard venait de réveiller en lui un esprit de compétition, une soif de victoire et de possession qu'il n'avait plus ressenti depuis qu'il avait étranglé son dernier boss. Saigo n'était pas assez stupide pour répondre à sa provocation, sa proposition muette bien trop simpliste d'en venir aux mains, surtout que son combat avec Raizen l'avait déjà vidé de toutes réserves.

Il observa donc longuement le jeune homme aux cheveux blancs, un sourire empli d'émotions contradictoires sur le visage jusqu'à finalement trouver le bon sentiment, la sensation qu'il recherchait: celle d'allégeance, de soumission. S'il fallait mentir pour avancer au sein de cette mascarade qu'était Kumo alors cela serait un jeu d'enfants pour lui, une partie de plaisir où l'enjeu serait sa propre vie et celles de son entourage. S'il fallait batifoler selon leurs règles alors soit, Saigo était très mauvais joueur et perdant, des défauts qu'il palliait avec une prédisposition surnaturelle pour dissimuler crimes, bavures et excès aussi certainement qu'il avait un don pour foutre la merde sous l'emprise de stupéfiants. Le jeune lion enchaîné, avant de rentrer dans son rôle, voulut cependant laisser au Renard un dernier aperçu de la promesse cachée, tacite, qu'il lui faisait.

- J'accepte, laisse-moi gagner la confiance de Kumo et mets-moi au travail. Je te revaudrai ça Blanche-neige, en temps voulu...

Il venait de parler sur un ton beaucoup trop docile, mielleux, insultant de ridicule quand on connaissait le personnage, et bien trop inquiétant lorsque l'on remarquait la lueur de rage et d'excitation bestiale dans ses yeux qui égalait largement la plus brûlante des haines. Ses paroles disaient une chose mais son regard promettait tout autre: un futur baignant dans le chaos; même si aujourd'hui et demain appartenaient encore au Renard...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4813-saigo-go-go-terminee
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Jeu 24 Jan 2019 - 6:07

Alors que le Meikyû suivait de l’extérieur la joute avec beaucoup d’attention, il ne faisait qu’être de plus en plus surpris. Plus il y pensait et plus son idée était plus qu’idéal, opposant ainsi un individu à son alter ego direct.

Aux allures plutôt joueuses voire même banales au début, il s’échangèrent quelques courtoisies auxquelles il s’attendait. À vrai dire, le caractère de Saigo avait totalement changé depuis qu’il avait quitté la salle. Semblant prêter plus ou moins allégeance à ce qui méritait plus ou moins son respect, il était clair qu’il n’avait aucun respect pour Yahiko. Au contraire, il le négligeait, jouant sur son mental de toutes les manières possibles. Instable, mauvais élève et détestable, Saigo était toutes ses réponses. On aurait presque dit qu’il avait fait cela toute sa vie ce qui était fort probable.

Dès le début, la collision de valeur et le fait qu’il interpelle le fait qu’il était tout ce qu’il détestait piquèrent la curiosité de Raizen. Pour quelqu’un qui n’avait pas d’affinité particulière avec le bien ou le mal et qui était plutôt neutre dans plusieurs sens du terme, il savait de nouveau que le mélange des deux risquait d’être éclectique. Or, en aucun cas, il ne s’attendait à ce soudain réveil.

Derrière l’enfant sage et exemplaire se cachait une bête, un côté caché qui semblait se réveiller uniquement à des moments opportuns. Une fois cette facette réveillée, qu’est que le tout annonçait pour le futur ? Bien souvent il fallait se méfier de l’eau qui dormait, c’était exactement pour cette raison qu’il avait remis en doute les capacités de Yahiko à rejoindre la police. Or, il démontrait pourtant un contrôle dans ce changement soudain. Ayant toutefois marché en plein dans les filets du provocateur, le Meikyû savait dorénavant que la clé du personnage qu’était Yahiko résidait dans sa capacité à accepter cette facette de lui, cette seconde aura qu’il pouvait dégager à certains moments sans forcément s’en rendre compte. Or, c’était plus facile à dire qu’à faire ou plutôt, plus complexe que simple. Malgré tout, il était fortement excité à l’idée de voir ses prémisses évoluer en fonction de la manière dont allaient se passer les différentes situations et circonstances.

Qui allait sortir grand gagnant de cette joute ? Raizen avait déjà pris sa décision. Les chances de se tromper étaient faibles, mais tout de même présentes. Malgré tout, il était impatient de savoir s’il avait raison. Décollant son dos du mur, il prit une grande respiration avant de lâcher un léger rire à peine audible. Cette situation risquait d’être aussi divertissante que l’histoire du chat et de la souris. Or, qui était réellement le chat et qui était la souris dans cette situation ?


_________________
L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Ven 25 Jan 2019 - 11:38
La bête était elle réveillée ? Pas vraiment. Une haine indomptable s'alimentait de tous les autres sentiments de haine, dans une volonté de tous les faire exploser pour maintenir un climat de paix. S'il s'en tenait à sa propre justice, le Sendai aurait fait frôler la mort à ce Genin, toujours en suivant la logique qu'on raisonnait les gens intelligents avec les paroles et les gens idiots avec les poings. Il avait à ses yeux tenté de montrer une voie plus claire avec les paroles, donnant une chance à l'intelligence de l'adulescent baraqué, mais son caractère l'avait mené à la deuxième option : celle des poings. Heureusement pour son caractère professionnel mais aussi personnel, il ne s'adonnerait probablement jamais à toute la haine qu'il pouvait ressentir. Il l'aimait car elle exprimait enfin tout le dégoût qu'il éprouvait pour les malfrats de ce monde, mais il la détestait car elle ne lui faisait plus réfléchir, elle fermait ses yeux et n'ouvraient qu'une funeste perception.

Ce sourire et ce regard malsain reflétaient bien deux aspects distincts : une envie de rendre justice face à ceux qui voulaient combattre le bien et la tranquillité, mais surtout une envie de montrer à Saigo que Kumo n'était pas qu'un village de faible sur lequel il pouvait piétiner, et encore moins dans son état actuel. Il était fabuleux de rencontrer des gens faibles qui osaient défier les lois, hallucinant de se dire qu'ils pouvaient croire en leur réussite alors qu'ils ne valaient rien. Comment pouvait-on être aussi idiotement confiant ? Le rire de Saigo était agaçant, mais il était logique. Dans cette discussion, chacun se renvoyait la balle, un de façon plus agressive que l'autre, et c'était comme si celui qui la renvoyait calmement s'était enfin mis à attaquer.

Comment avait pu faire Raizen pour le maintenir, dans ce bar ? Du peu qu'il avait entendu et comprit, ils s'étaient battus, mais est-ce que cela avait eu un véritable impact sur Saigo ? N'était-ce pas une autre parole qui aurait pu changer son comportement ? En se laissant un peu aller psychologiquement, il avait quelque part échoué. D'un autre, il s'ouvrait à une autre pédagogie qui pouvait très bien fonctionner contre cet excentrique. Malheureusement pour lui, il n'aurait pas l'occasion de l'essayer car contre toute attente, le Genin avait décidé, plutôt que de laisser libre court à ses pulsions, de courber l'échine.

Il était évidemment hors de question que le Sendai lui accorde une quelconque confiance. Il était tout à fait idiot de penser qu'à son âge, la moindre démonstration de violence avait pu directement le calmer, non. Par contre, peut-être que de voir le Jûunin s'énerver était enfin une preuve qu'il n'existait pas une tranquillité parfaite et que quelque part, Saigo dans son naturel haineux n'était pas si différent des autres.

-"Parfait. Notre entretien est donc finir pour aujourd'hui. Nous nous retrouverons demain pour commencer tes travaux."

Il aurait évidemment aimé lui annoncer qu'il n'appréciait pas d'être prit pour un imbécile, mais ça n'en valait pas la peine. Il tentait de refaire le clair dans ses idées, luttant contre cette haine qui grandissait et qui, quelque part, tendait à ne plus le faire réfléchir correctement. Le remettant aux autres policiers qui avaient pour tâche de l'emmener dans une cellule le temps de la nuit, il chercha Raizen qu'il trouva assez rapidement en dehors de la pièce, adossé à une fenêtre. Dans sa recherche de bien faire, il comptait bien profiter de l'expérience de son égal.

-"Fatiguant, ce Saigo", se permit-il en soupirant légèrement. "Dis-moi, qu'as-tu pensé de l'entretien ? J'aimerai savoir si j'ai été bon et si tu aurais fait autre chose à ma place."

_________________
L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 Empty
Sam 26 Jan 2019 - 15:03

Alors que l’entretien venait de se terminer et qu’il comptait rentrer à son domicile, il fut intercepté par Yahiko qui tenta d’avoir une idée de la situation. Être en quête de conseils était un bon signe, comme quoi il réalisait qu’il ne pouvait être parfait dès les premières fois. À vrai dire, personne ne l’était réellement, et ce même après plusieurs années d’expérience. Or, posait-il la question pour des raisons d’insécurité ? Le Meikyû n’en avait aucune idée, mais préférait éviter d’adresser trop d’attention à cette situation. En réalité, il était sûr que bien des choses pouvaient influencer cette demande de perception par rapport à la situation. Or, ce qu’il allait décider de lui offrir en conseil devait être un élément suffisamment pertinent pour pouvoir l’aider d’une manière ou d’une autre.

-Je t’avais dit que ce serait une belle expérience pour toi et ça n’a fait que confirmer ce que je pensais déjà.

Se permettant de prendre le temps de se retourner complètement, il observa lentement Yahiko avant de laisser flirter sur ses lèvres un léger sourire. Ce n’était pas le genre de rictus malsain, mais plutôt le genre de regard que faisait quelqu’un qui n’avait aucunement été surpris par la situation. Au contraire, il semblait être satisfait d’avoir fait preuve de prévoyance dans son attribution de tâches.

-Si tu veux mon avis, il voit mieux en toi que tu vois en lui et peu importes si tu n’es pas forcément d’accord, il est plus dans ta tête que l’inverse.

Prenant le temps d’articuler ses paroles, il voulait s’assurer que celui-ci retiendrait clairement ce qu’il voulait dire par là :

-Ensuite, je ne peux pas te dire ce que j’aurais fait. Nous sommes deux individus avec des qualités et des aptitudes différentes. Par contre, le seul conseil que je peux te donner est de tenter de le comprendre, ça te permettra d’orienter le point de vue sur lequel tu as réellement envie qu’il te lise.

Sur ce, le Meikyû en avait suffisamment dit. Bien qu’il pensait clairement plus de choses à ce sujet qu’il n’avait osé le partager, il savait aussi que le but était d’éviter un échange ou une argumentation quelconque sur des faits intangibles comme la relation entre les deux individus. Pour sa part, en aucun cas il n’avait eu à utiliser la force pour maîtriser Saigo. Il avait simplement restreint celui-ci lors de la scène de combat avant de le rencontrer finalement. Certes, il aurait pu lui fracasser le crâne, mais ceci n’en valait pas vraiment la peine. Au contraire, que ce soit un shinobi ou un animal, toute créature acculée contre un mur avait la même réaction. Le mur avait beau ne pas infliger de douleur, mais l’oppression était généralement suffisante pour ressortir le vrai du faux.

Ensuite, avait-il, pour sa part compris totalement Saigo ? Pas vraiment et y prétendre serait se tromper. Par contre, il avait une bonne idée du type d’individu qu’il était parce qu’il avait vraiment tenté de le comprendre dans leur rencontre individuelle. Si on veut, Saigo était un peu comme une bête perdue. Donc, lui demander ses rêves alors qu’il n’avait pas forcément cette capacité d’introspection ou qu’il était trop confus pour le faire était mal calculé d’où le jugement rapide de sa part.

Or, c’était un très bel exercice qui opposait directement Yahiko à la réalité dont il lui avait fait mention.

_________________
L'abus est père de danger [RAIZEN] - Page 2 J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

L'abus est père de danger [RAIZEN]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: