Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Sur les traces de ses ancêtres [PV Shyko]


Sam 15 Déc 2018 - 1:31
Suite à sa première entrevue auprès du dirigeant actuel de la respectée famille des Kaguya, Shitekka avait multiplié les rencontres avec Shyko. Plus qu'un chef de clan, l'homme à la toison de jade était devenu son instructeur, en sa qualité de sensei. Si Shyko eut l'intelligence de former son nouveau protégé aux bases du Taijutus en l'initiant aux mouvements élémentaires du clan, il ne s'arrêta pas en si bon chemin. De par son inexpérience du combat en tant que shinobi, Shitekka représentait une gemme de talent brut que le Chûnin pouvait tailler à sa guise.

Ce fut ainsi que les deux hommes furent amenés à se retrouver à de multiples reprises. Shyko dirigeait les séances d'entrainement de son disciple. Il surveillait sa progression, identifiait les axes d'amélioration et organisait les programmes d'entrainement du Genin. Au-delà du Taijutsu, le balafré disposait de nombreuses lacunes. Il devait travailler son endurance physique, ses réflexes au corps à corps, sa maîtrise du chakra et des os… bref, le tandem de Kaguya ne manquait pas d'occasions pour se retrouver afin d'apprendre.

Le contexte de tensions au village intensifia le rythme des sessions. Lorsque Shyko n'imposait pas à son élève de venir le rejoindre sur les terrains d'entrainement du quartier clanique, c'était Shitekka lui-même qui s'imposait des leçons supplémentaires. Au fil des mois et des semaines, le jeune homme ne cessa de répéter à l'usure au sein du dojo de la ville. Le sentiment de faiblesse qui pesait sur les épaules du balafré poussait le guerrier en question à s'imposer une rigueur à toute épreuve. Il était conscient que la fatigue pouvait affecter ses résultats. Néanmoins, il restait tout aussi conscient que ses efforts lui ouvraient les voies du succès et par conséquent de l'abondance financière.

Alors que le printemps se faisait timide dans la brume de Kiri, Shitekka poursuivit ses séances d'entrainement aux côtés de Shyko. Pour ce matin, le jeune chef de clan l'avait convié à le rejoindre dans son bureau, au beau milieu du domaine clanique. Si autrefois le Kaguya redoutait ses incursions dans le dit quartier, craignant de s'attirer la foudre des passants, le temps avait fait son office. Shitekka s'était habitué à emprunter un chemin lui assurant de faire le moins de rencontres possibles. Dans l'optique où une rencontre infortunée se produisait, le Kaguya avait appris à y faire face, non sans mal. Mais son lien avec le chef du clan et ses progrès grandissants lui permirent d'affronter les critiques de ses pairs, ayant encore du mal à le considérer comme l'un des leurs.

Après avoir donc suivi ce chemin de sécurité, le balafré se retrouva face à la demeure de son sensei. Les Kaguya étaient un peuple guerrier. Et bien qu'ils accordaient une certaine valeur à l'esthétique de leurs techniques, c'était la commodité qui primait sur la beauté architecturale. La bâtisse où résidait Shyko était à la croisée entre ces deux visions. À défaut de pouvoir encore bien pouvoir déchiffrer les indications, le Genin s'en remit à ses souvenirs pour se guider dans le domaine afin d'arriver à l'entrée du bureau du chef de clan. Là, il annonça sa présence en toquant à la porte. Quelques instants plus tard, il faisait irruption dans les locaux de son maître, lui accordant un signe de la main en guise de salutations.

— Bonjour Kaguya-nispa. J'espère que les préparatifs concernant l'académie ne vous surchargent pas trop. Quel est le programme d'aujourd'hui ? J'espère qu'on aura l'occasion de pouvoir parler davantage du clan. J'avoue avoir encore du mal à m'intégrer parmi les nôtres, mais commencer par mieux comprendre notre histoire et nos racines m'aideraient peut-être dans cette tâche.
L'Urumi avait du mal à se défaire de l'image de barbares assoiffés de sang et avides de combat que représentaient ses parents maternels. Bien qu'il n'était pas le seul au village, et certainement dans le monde, à partager cette vision réductrice, Shitekka était conscient que sa réconciliation avec les siens devait passer par la connaissance. Le Kaguya accordait une importance significative aux récits de ses ancêtres, de par son ascendance Urumi. Il espérait ainsi que Shyko soit en mesure d'éclairer sa lanterne, afin de pouvoir dissiper les ombres qui planaient sur sa relation entre le clan et lui.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Mar 18 Déc 2018 - 22:58
Comme d'habitude en ce moment, Shyko était plutôt en train de passer une journée assez compliquée. Entre le mal qu'il avait à maîtriser sa nouvelle métamorphose, cette histoire de fanatique, les responsabilités qu'il avait en rapport au clan, le fait qu'il avait l'impression de ne plus avancer au point que même son élève semblait avoir dépasser son niveau, le ressentiment qu'il avait en rapport avec Madoka, on peut dire que le chûnin était vraiment en train de rentrer dans une sale période. Il était pas loin d'avoir envie de claquer la porte et tout lâcher pour trouver un endroit où il serait à un endroit où il serait à sa place, loin des problèmes dont il avait l'impression de ne plus être à la hauteur. Que ce soit de son poste, ou des attentes que certains avaient eût en lui à un moment donné.

Proche du mental breakdown, il allait néanmoins comme d'habitude aller à son bureau, se charger des doléances innombrables et ne faiblissant jamais de ses semblables. Il y en avait tellement qu'il ne savait même plus quoi en faire. Surtout qu'il était contacter pour pleins de petites affaires qui n'étaient même pas importantes en soit, juste suffisamment pesantes pour finir par vraiment taper sur le moral de notre jeune homme. Était-il vraiment fait pour tout ça ? Il n'en avait jamais été moins sûr. Il devrait peut-être nommer une succession qui serait plus performante que lui l'avait été durant ces quelques mois, à brasser beaucoup de vent pour au final des résultats assez peu satisfaisant de son point de vue.

C'est à ce moment de bad assez intense que Shitekka fit irruption dans la pièce. Il se rendrait sans doute compte que son instructeur n'était pas au meilleur de sa forme mais bon, il fallait quand même faire genre. C'est ainsi qu'il allait quand même tenter de sourire pour donner le change.

"- Bonjour Shitekka. Nous avons toute une bibliothèque au premier étage. Tu peux la consulter si tu veux mais bon, tu trouveras plus de récits combattants qu'autre chose. "

Voila une autre chose qu'il ne semblait pas être non plus ... un combattant. Il avait eût beau faire des efforts pour s'endurcir, apprendre des jutsus et améliorer sa maîtrise du corps à corps jusqu'à s'en faire saigner les poings et les pieds, il savait très bien que les gens ne le voyait toujours pas comme un Kaguya légitime. Il avait été accepté par les siens certes, mais il savait très bien que ce n'était pas tout le monde qui le voyait vraiment comme quelqu'un capable de se battre. Comme Madoka par exemple ...

"- Mais si tu veux y avoir accès, je peux t'y conduire si tu veux. "

Il allait aider son nouvel élève maintenant qu'il était là, ça lui changerait les idées peut-être de toute façon.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t854-kaguya-shyko-finie

Lun 24 Déc 2018 - 1:02
En pénétrant dans les locaux de Kaguya Shyko, l'élève ne s'attendait pas à trouver son professeur dans un tel état. L'homme à la crinière de jade avait perdu de son éclat. Son visage affichait une mine bien maussade, un regard terne accentué par quelques cernes. Même son sourire de façade trahissait la fatigue mentale qui accablait le dirigeant du clan aux os de guerre. Shitekka gardait à l'esprit que son sensei accumulait le travail récemment depuis la mise en place récente de l'académie. Un projet de longue date, trouvant du mal à émerger dans un contexte de crise, aujourd'hui concrétisé sous l'impulsion de l'alerte aux prisonniers. Une nécessité de former les jeunes troupes avait poussé les huiles de Kiri à prioriser la construction de bâtiments comme l'académie et la caserne pour assister l'effort de guerre. Toutefois, une telle surcharge de travail n'expliquait que partiellement l'état délabré de son supérieur.

Peu à l'aise avec les relations sociales, le Kaguya resta alors en retrait. Le sujet de l'académie restait sensible, il ne désirait pas aller plus loin. Il s'attarda à la place à écouter son sensei lui résumer l'ordre du jour. Shitekka fut surpris d'apprendre qu'il n'était pas question d'entrainement physique pour cette journée. Shyko invita son élève à la place à s'instruire auprès de la bibliothèque du clan pour assouvir sa soif de connaissance à propos de son clan maternel. Bien que Shitekka avait explicité sa volonté d'en savoir plus sur les siens, ce dernier resta surpris de la tournure des évènements. Il s'attendait à des séries d'exercice, comme à l'accoutumée, visant à améliorer le contrôle de ses os, et de son corps en général.

Au sujet des recherches sur le clan Kaguya, Shitekka avait déjà des éléments de son côté. Il tint alors à détailler son avancement auprès de son sensei.

— Merci Kaguya-nispa de m'accorder du temps pour me documenter, mais à vrai dire j'ai déjà eu l'occasion d’accéder à la bibliothèque. Le souci c'est que… vous devez probablement déjà le savoir mais je ne sais pas vraiment lire. Ça ne fait que très peu de temps que l'on m'apprend à lire.
Il marqua une pause, alors que son regard se fit plus évasif. Que son chef clanique soit au courant ou non, le Kaguya avait du mal à révéler pareille information sur son analphabétisme. Parmi les Urumi, il ne s'agissait pas d'un problème. Mais face à l'autorité suprême de sa famille maternelle, cette tare pesait lourd dans l'esprit du Kaguya qui s'efforça de masquer sa gêne.
— Je pense qu'on a déjà été amené à en discuter, mais Kaguya-nispa, sachez que j'ai un nindô que je souhaite accomplir. Ma mère est souffrante à l'hôpital, à cause du Shikotsumyaku, et je suis venu à Kiri pour tout faire afin de la guérir. Mes recherches sur le clan Kaguya vont également dans ce sens-là. Cependant… quand bien même je commence à pouvoir lire, dès qu'il s'agit de documents un peu trop complexe, ça commence à être hors de portée pour moi. En plus de ça, l'archiviste m'a clairement indiqué que certains parchemins ne sont accessibles qu'à une certaine élite du clan, ce qui ne m'aide pas trop…
Effectivement, au cours de ses rares incursions dans le domaine clanique, Shitekka eut l'opportunité de découvrir les archives du clan. La plupart des récits, comme l'avait souligné Shyko, se concentraient essentiellement à tracer les multiples batailles ayant forgé la réputation de justiciers du clan guerrier. Il était plus question d'immortaliser à jamais sur le papier les faits d'armes des ancêtres que d'autre chose. Le savoir ancestral de la famille se conservait et se transmettait essentiellement à l'oral, à la manière des récits mythiques, les Yukars, des tribus Urumi. Quelques textes faisaient cependant état des techniques de base du clan, et des mythes fondateurs. Mais dès lors que l'on souhaitait plonger plus loin, l'archiviste - un vieil homme rabougri que le temps avait rendu aigri - s'interposait. De tels sujets sensibles nécessitaient un statut particulier, un privilège que Shitekka désirait obtenir au plus vite dans l'optique d'approcher l'accomplissement de son nindô.
— Ma question va paraître assez évidente, mais je préfère m'assurer de la réponse auprès du chef en personne du clan: quelles sont les conditions nécessaires pour que je puisse, à terme, pouvoir accéder aux écrits de la zone réservée ?
Si précédemment son regard se voulait évasif, son œillade ambrée regagna cette fois-ci en sérieux, alors qu'il plongea ses iris dans ceux de son sensei pour lui montrer sa détermination.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Ven 28 Déc 2018 - 0:57
Il y avait des jours comme ça où quand ça ne voulait pas ... Shyko avait machinalement voulu répondre à une demande de son apprenti mais il avait omis une information capitale c'est à dire son analphabétisme. Il est vrai qu'ils n'en avait jamais parlé réellement, mais compte tenu des origines de l'aborigène, il y avait de grandes chances que le jeune homme serait bien incapable de lire les ouvrages, d'autant plus que les plus anciens étaient en ancien dialecte kaguya. Ce langage, désormais oublié, était assez proche de certains autres dialectes du pays de l'eau mais il avait lui aussi connu l'ardeur du temps et de la diversification, amenant à son éradication complet. Seuls certains anciens savaient encore parler cette langue quasi-inutilisable. Pour l'anecdote, Shyko faisait exception, le connaissant très bien grâce à son grand-père. Ce serait d'ailleurs peut-être utile de l'enseigner a certaines personnes qui le souhaiterait pour éviter que ça se perde mais il n'avait pas trop de temps à consacrer à ça pour le moment.

Enfin bref, il allait quand même tiquer face aux questions plus direct de son nouvel apprenti. Dans sa manière de le demander, il semblait déclarer qu'il agissait clairement d'un élan d'opportunisme de s'approcher du clan pour avoir des informations pour guérir sa mère. Le fond n'était pas méchant et Shyko pouvait tout de même saluer la sincérité, mais on ne peut pas dire que l'habituel gentil allait le prendre bien , surtout avec sa mauvaise humeur ambiante à cause de sa fatigue et cetera. C'est donc ainsi que le chef de clan allait soupirer pour commencer une explication.

"- Tu n'auras aucun passe-droit. Tu n'y aura accès que lorsque tu auras prouvé ta loyauté encore le clan et que tu auras prouvé que tu es un grand guerrier. En l’occurrence ... On va dire que tu as un très long chemin à faire encore. "

Le jeune homme n'avait pas été très aimable mais bon, il fallait être réaliste un instant. Puis peut-être qu'en le mettant un peu plus face au mur qui se dissimulait devant lui, Shitekka trouverait un nouvel élan de motivation. Il était certainement plus dur avec lui que ce qu'il l'avait été avec Wutu-Fuku mais la situation différente. Son ancien élève était patient et n'avait pas d'ambition personnelle très grande. Un modèle de justesse qu'il fallait suivre selon Shyko. Il avait été humble et prêt à gravir les échelons doucement et il fallait que le balafré ait conscience que c'était le bon esprit à avoir. C'était pour son bien.

"- Mais du coup tu vas faire autre chose. "

Shyko croisa ses bras sous son menton pour commencer à expliciter l'exercice auquel il voulait que Shitekka s'adonne.

"- Je t'ai pas mal demandé de renforcer ton corps, maintenant, c'est l'heure d’entraîner ton esprit. "

Doucement, le jeune homme allait lui tendre une feuille de papier. Très simple et sans écrit.

"- Je veux que tu plie cette feuille en une forme de son choix mais il faut t'assurer que sa forme tienne comme il faut, sans retomber par la suite. Tu devras justifier de ton pli et de ta méthode pour le faire. La seule consigne, c'est que tu ne doit pas utiliser des doigts. "

Cette consigne semblait très farfelue mais s'il y réfléchissait, le balafré trouverait sans doute l'intérêt de tout ça. Enfin, c'est ce que le chef de clan espérait du moins.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t854-kaguya-shyko-finie

Ven 28 Déc 2018 - 17:43
Shitekka entretenait une relation ambiguë avec les livres. Si quelques mois auparavant, cette relation était inexistante du fait de sa culture, aujourd'hui elle se maintenait dans une frontière floue entre analphabétisme et soif d'apprendre. Au gré des leçons avec le Sabreur Nobuatsu Saji, le Kaguya avait pu se rendre compte de la richesse insoupçonnée des ouvrages. Il n'était plus question d'attendre qu'une tierce personne ne restitue ses souvenirs de manière plus ou moins exacte. Le Kaguya n'avait qu'à décrypter la couverture et s'abreuver par la suite du contenu du livre. La bibliothèque dans laquelle il apprenait aux côtés du muet représentait pour lui une source intarissable de connaissances que l'Urumi désirait assimiler aussi vite que sa maîtrise s'affinait. Pourtant, malgré cet attrait soudain pour la lecture, le Kirijin entretenait le paradoxe d'apprécier davantage la transmission orale.

Il y avait quelque chose de plus vivant, de plus chaleureux, dans le dialogue. Les récits contés par les siens n'étaient pas que de simples récitations. Il y avait quelque chose d'infiniment plus profond que le travail seul de l'imagination ne pouvait accomplir. L'encre, incapable de danser au gré du crépitement du feu, de chanter sous les étoiles, avait bien moins de valeur symbolique par rapport au savoir oral des Urumi. Le papier était infiniment moins vivant que l'arbre, plus pauvre que l'autel de bois autour duquel se rassemblaient les siens. Urumi, c'était ça également, aux yeux de Shitekka.

Quoiqu'il en soit, le Genin allait devoir se passer de l'un comme de l'autre, parole comme livre, pour étancher sa soif de connaissances pour aider sa mère. Kaguya Shyko venait de lui lâcher, sur un ton assez taciturne, les conditions d'accès à ce savoir inestimable et ancestral qui résidait dans les archives claniques. Face à la torpeur mentale de son nispa, l'élève se contenta de commenter à voix basse:

— Ça, je m'en doutais déjà…
Au vu de tous les efforts que s'efforçait de produire Shitekka, il était celui le plus à même d'être conscient du parcours qu'il avait à franchir avant de parvenir à la reconnaissance des siens. À l'origine chasseur, il devait revenir à son ascendance de Kaguya pour s'illustrer en tant que ninja. Il n'était plus question de chasser, pêcher et respecter les esprits. Il fallait protéger et servir tout un village entier, bien plus grand que le kotan dans lequel il avait vécu.

À défaut d'autoriser son disciple à consulter les écrits ancestraux du clan qu'il dirigeait, Shyko invita à la place le Kirinin à s'adonner à un tout autre exercice. Tout comme la lecture, ce serait l'esprit et non le corps qui allait être sollicité. Plutôt qu'une page, ce fut une simple feuille de papier que Shyko tendit à son élève. La consigne était simple: réaliser un pliage convainquant sans recourir à ses doigts. Une épreuve de dextérité et de réflexion en somme.

— Très bien… je vais essayer ça.
Il emporta la feuille avec lui et se posta face à son sensei, le corps rapproché autant que possible de la table. Après un premier coup d’œil et un bref moment de réflexion, le bâtard Kaguya tenta une première approche. Avec la grâce et l'agilité d'un ours, il fit usage de ses coudes comme d'une paire de baguettes pour tenter de plier la feuille. À mesure que le temps s'écoulait, le Kaguya essaya différentes approches: avec ses poignets, le dos de ses bras… sans jamais obtenir de résultat digne de ses attentes. La démarche continua un bon moment, sans qu'à aucun moment l'idée de recourir au ninjutsu ne traverse l'esprit du Genin. Il fallait croire que Shitekka ne pensait pas encore exactement comme un shinobi, et s'en tenait au strict minimum que son sensei lui avait demandé. Restait à voir la réaction de ce dernier, qui devait assister à un bien piètre spectacle…

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Sam 29 Déc 2018 - 0:57
Visiblement, Shitekka ne semblait pas avoir trop été remis par le chef de clan mais bon, c'était assez facile de le comprendre. Il restait après tout un être humain et les gens n'aiment que très peu souvent ce genre de choses. C'était un fait et Shyko n'allait pas se formaliser sur ça. Puis il n'était de toute manière pas d'humeur à dire quoi que ce soit là-dessus de toute façon.

L'aborigène commença de toute façon à essayer de s'appliquer sur l'exercice que lui avait donner son professeur. L'incident était donc clos. Seulement, en regardant le spectacle, Shyko ne pût s'empêcher d'hausser un sourcil. Il était sérieux ? Bon, il avait essayer d'effectuer l'exercice d'une manière un peu douteuse au début mais quand même il persistait là ... C'était vraiment déprimant. Il serait vraiment temps de se demander s'il avait la lumière à tout les étages le pauvre homme. Qui sait, peut-être qu'il avait perdu des neurones quand il s'était balafré ... Enfin, ça c'est mon point de vue. Le pauvre Shyko était juste un peu dépité de voir son élève galérer autant.

Soufflant, le jeune homme allait donc lui donner un coup de main. Prenant une feuille à son tour, il allait juste se contenter de prendre deux stylos et faire des pliures avec dextérité malgré le fait que ce ne soit que outils de fortune, pour en profiter pour donner une petite leçon au genin.

"- Je t'ai juste signifié que tu ne devais pas utiliser tes doigts pour manipuler le papier. Tu dois ouvrir ton esprits aux millions d'autres possibilités disponible pour réaliser ton objectif. C'est la même chose en combat. Ce n'est pas que tu ne peux pas faire un mouvement pour toucher directement, que tu ne peux pas réfléchir à comment faire usage de ton corps pour gérer tes simples déplacements au mieux pour mettre à profit ton environnement qui peut se battre pour toi. "

Une fois que tout ça était dit, le jeune homme allait donc reprendre sa respiration un tout petit instant avec de conclure, ou plutôt demander à son disciple de reprendre ses travaux.

"- Tu peux continuer maintenant. "

A vrai dire, Shyko espérait vraiment que ce coup-ci, Shitekka avait suffisamment de cartes en main pour réaliser son origami. Il lui faudrait désormais de la dextérité et surtout de la patience pour ne pas tout détruire. Mais ça, il ne pouvait l'apprendre que seul s'il voulait avoir une chance que tout ça soit vraiment utile.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t854-kaguya-shyko-finie

Dim 30 Déc 2018 - 12:56
Kaguya Shyko avait certainement l'habitude d'être ravi de voir les progrès de son disciple, au fil des séances d'entrainement. Il fallait dire que venant d'un chasseur étranger à la pratique du Ninjutsu, l'évolution de ce dernier ne pouvait qu'être positive. Il s'était essayé dans un premier temps aux bases de l'art martial de son clan, avant de parfaire sa maîtrise du Shikotsumyaku. Mais en ce jour où l'esprit devait dominer sur le corps, Shitekka donnait une piètre impression face à son sensei. Beaucoup auraient pris le raccourci de recourir aux arts ninjas pour accomplir la tâche que le guerrier de jade explicita précédemment. Pour nombre de shinobis, le ninjutsu était une réponse facile à tout problème.

Cependant, pour l'enfant de la nature, il en était tout autrement. Habitué à la complexité de la Nature faisant face à l'habilité de l'Humain, il avait toujours réfléchi avec sa tête et non son chakra. Le résultat, une somme d'essais plus ou moins médiocres, se ressentait sur ce paradigme de l'esprit. Pire encore, le Kaguya se montra buté en appliquant à la lettre les consignes de son supérieur, se résignant ainsi à se priver de l'usage des doigts, voire même de ses mains.

Face au manque de réussite de son disciple, le chef de clan se décida à intervenir. Son humeur maussade du moment ne fit qu'amplifier la réprimande sous-jacente à son commentaire. D'ordinaire peu enclin à accepter la critique, Shitekka se laissa gronder par Shyko, et attendit que la tempête passe avant de reprendre sa tâche. Malgré son échec, il assimila la leçon que tentait de lui faire passer son supérieur: face à un problème, il existe tout une diversité de moyens de les résoudre, pour peu que l'on dispose des capacités permettant d'étendre son horizon de solutions.

Après cette douche froide, le balafré marqua un temps d'arrêt pour réfléchir. Il ne voulait pas foncer une nouvelle fois tête baissée sur la tâche qui incombait le Genin, au risque de décevoir une nouvelle fois son sensei. Impossible à présent d'utiliser les stylos, sous peine de recopier bêtement la manœuvre de Shyko. Il fallait autre chose. Mais quoi ? Le ninjutsu ? Shitekka ne considéra à aucun moment cette solution. La maîtrise du Shikotsumyaku de Shitekka était parfois bancale, et quand bien même ce pouvoir offrait de grandes possibilités, l'esprit étriqué du bâtard l'empêchait de les concevoir. Il se décida à la place de reprendre ce qu'il avait précédemment entrepris à un rythme plus soutenu. À savoir: utiliser ses coudes, poignets, bas de la paume, bref tout sauf ses doigts pour plier le papier de manière esthétique.

Quelques instants plus tard, une idée lui traversa l'esprit. Tandis que son plan d'action prenait forme dans sa tête, il esquissa un léger sourire. Son regard se porta sur les quelques livres qui trainaient dans le bureau du chef de clan. Il s'approcha de l'un d'eux, avant de se tourner vers son sensei.

— Vous permettez ? J'en aurai pas pour longtemps.
L'instant d'après il se saisit d'un des ouvrages, limitant au maximum le contact avec ses doigts. Le bouquin bloqué entre son bras et sa hanche, il ramena l'objet sur le bureau, et commença à l'ouvrir, toujours sans contact digital. Finalement, Shitekka parvint à accomplir ce qu'il désira: plier le papier en se servant du livre en le refermant. Le tout sans avoir recours à ses phalanges. À mesure que le temps s'écoulait, le chasseur gagna en dextérité, et se permit d'exécuter la tâche plus rapidement et surtout plus facilement. Finalement, le Kaguya réussit à faire un origami assez simple: celui d'une grenouille qui bondit lorsqu'on appuie sur le dessus. Fier de sa création, l'Urumi se permit même d'ironiser:
*Comme quoi les livres ça peut être plus utile que ce que je pensais.*
À défaut de connaître la réaction de son sensei dont l'humeur taciturne semblait peu compatible avec l'humour, Shitekka se réserva pour lui seul sa remarque. Le Genin rangea le livre à l'emplacement où il l'avait pris et revint vers son sensei, face à lui, pour lui présenter le résultat d'un dur labeur.
— J'ai fait comme vous m'avez demandé, Kaguya-nispa. Pour plier le papier, j'ai utilisé ce livre pour appliquer de manière uniforme une pression et avoir une pliure nette. Comme vous me l'avez demandé, je n'ai pas utilisé mes doigts. Je me suis permis de ne pas utiliser mes doigts pendant tout l'exercice. Comme vous l'avez dit, il faut être capable de voir les différents possibilités disponibles. Si je ne m'étais pas privé intégralement de mes doigts, je n'aurais pas pu imaginer celle que j'ai mise en pratique. J'imagine qu'en mission, tout ne se passe pas toujours comme prévu, et il faut parfois savoir improviser avec les moyens du bord. C'est ce que j'ai voulu vous montrer avec ce pliage.
Il savait qu'il parlait sérieusement - plus que ce que son caractère lui permettait d'ordinaire - à propos d'un origami d'une grenouille. Il s'était presque ridiculisé devant son sensei. Pourtant, malgré le caractère enfantin d'un tel exercice qui semblait plus destiné à faire passer le temps qu'autre chose, le Kaguya en avait saisi la portée symbolique. Le Genin manquait cruellement d'expérience sur le terrain. Et pour un chasseur habitué à mener avec succès ses battues avec d'autres Urumi, la place accordée à l'improvisation était minime. Shitekka connaissait bien son environnement, ses outils et ses alliés. Mais qu'en serait-il dans un nouvel environnement, dans une situation bien plus hostile ? Sous ses atours simplistes, cet exercice lui avait fait réaliser qu'une mission pouvait se révéler bien plus complexe qu'une simple partie de chasse. Face à une telle réalisation, il espérait à présent que son sensei apporte des éléments de réponse supplémentaires tout en commentant sa performance, largement plus convaincante que la précédente.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Jeu 3 Jan 2019 - 0:25
Le chef du clan Kaguya avait beau savoir que son clan n'était pas de base composé de gens très spirituels, il espérait vraiment que son côté Urumi pouvait permettre à Shitekka d'avoir moins de lacunes pour réfléchir. Ce dernier ne serait pas dans la mouise sinon. Surtout en comptant qu'il partait d'une base assez basse du fait qu'il était analphabète. Non pas que c'était pour le juger hein, mais il était logique de croire que quelqu'un qui avait assez peu de disposition aux longues réflexions avait plus de mal avec ce genre de choses.

Enfin bref, fort heureusement, même s'il avait eu besoin d'un exemple, Shitekka allait quand même finir par s'en sortir pour son pliage, malgré le fait qu'il eut besoin d'un exemple. Il avait décider d'utiliser des livres pour ça. Bien que ce n'était clairement pas le plus pratique, ça avait pour mérite d'être original et de ne pas être la copie de la méthode utilisée par le chef de clan. C'était un bon point.

Une fois que l'aborigène eût fini, il se lança donc dans des explications sur sa méthode. Ce qu'il disait avait un certain sens. Bon, il s'était vraisemblablement beaucoup inspiré de la petite leçon de Shyko pour dire tout ça, mais il avait pour mérite d'avoir apparemment compris. Une seule chose gêna cependant le chûnin aux cheveux verts, et il allait quand même le dire.

"- Tu insistes beaucoup sur le fait que tu as agis comme ça car je te l'ai demandé. C'est tout à ton honneur, mais n'oublie jamais qu'en situation réelle, si c'est une question de vie ou de mort pour toi ou un membre de ton équipe, peu importe les ordres, avorte la mission et fuit. Même si tu tombe sur un chef d'équipe borné qui te hurle dessus, fait toujours ce qu'il te semble nécessaire pour maintenir le maximum de personnes en vie. Le reste importe peu, c'est pas avec de l'honneur qu'on rachète les vies brisées, et ce n'est pas le déshonneur qui te tuera. Une fierté mal placée le pourra, elle. "

La messe était dite. Shitekka n'aurait peut-être pas le point de vue, mais c'était celui du chûnin. Il avait toujours agit dans le sens de la vie. Elle lui était bien plus importante que de stupides objectifs de missions qui pourraient être rattrapées plus tard. Ceux qui pensait que l'honneur prévalait sur tout était des idiots selon lui. Chacun avait ses limites, et il fallait les connaître et savoir se retirer lorsque la situation l'exigeait. Bien sûr, le but n'était pas non plus d'agir en lâche, mais clairement, foncer tête baisser contre un adversaire que l'on sait beaucoup plus fort que soi était du suicide selon lui.

Bref, après ces belles paroles, il était temps de passer à la suite. un autre petit exercice bien sympathique qui pouvait être utile a son nouvel élève.

"- Maintenant on va passer à la suite. Je vais réaliser des pliages rapides et a la fin, tu vas devoir me dire exactement le nombre de pliage et la direction qu'ils ont prit. Par exemple, de la droite vers la gauche ou inversement. La concentration et l'observation sont des qualités nécessaire à tout bon ninja qui se respecte. "

Pour commencer, Shyko allait en faire des simples, d'a peine quelques plis puis il finirait sans doute la journée sur des trucs toujours plus compliqués. Le but était vraiment de pousser le mental de Shitekka a sa limite, tout comme une situation réelle pouvait le faire. Il ne fallait absolument pas sous-estimé les ravages de ce genre de choses sur des esprits non habituées à être en observation très longtemps. Au final, il ne savait pas du tout comment se débrouillerait le balafré mais le ninja à la crinière de jade avait hâte de le savoir.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t854-kaguya-shyko-finie

Mar 22 Jan 2019 - 21:37
Le curieux exercice imposé par Shyko prenait fin. Si la démarche, bien loin des standards shinobi en matière d'entrainement, avait eu le mérite de stimuler intellectuellement Shitekka, ce dernier restait néanmoins réaliste: son sensei l'avait occupé à faire du pliage dans son bureau. Le Kaguya avait pris à coeur cet exercice, s'engageant avec plus de sérieux qu'il ne le fallait. Même les propos de son supérieur tendaient à donner du crédit à cette démonstration peu béotienne d'origami. Le verdoyant avait choisi de corriger son élève, décidément très appliqué dans l'exécution des objectifs qui lui furent demandés.

Le chef du clan des bourreaux de Kiri appartenait à ceux qui préféraient sauver leur vie quitte à enfreindre les ordres plutôt que de se sacrifier pour le bien du village. Une démarche encore hermétique aux yeux de l'Urumi: encore dans le nid de la Brume, jamais sa condition de Genin ne l'avait jusqu'à présent poussé à mettre en jeu sa propre vie. Pas même dans son passé de chasseur, la nécessité de prendre des risques ne l'avait confronté à la mort. Pour Shitekka, cette réprimande le concernait peu. Pourtant le balafré aurait bien pu se reconnaître dans la mentalité de son mentor. Il favorisait la raison à l'émotion, le libre-arbitre à l'obéissance, la vie plutôt que l'honneur. Il acquiesça alors simplement, niant la profondeur du message délivré par son nispa. La rébellion de l'adolescent de trois ans le cadet de son sensei fut vite mise de côté, alors que Shyko de poursuivre l'expérience à un tout autre niveau.

Il fallait dorénavant que Shitekka se concentre. Il n'était plus question d'être acteur, mais spectateur. Dans ce rôle, le Kaguya allait devoir être particulièrement attentif et être en mesure de prendre en compte plusieurs paramètres à la fois: sens, nombre, vitesse. Curieusement, Shitekka s'en remit à ses capacités héréditaires pour accomplir pareille tâche. Sa réflexion fut simple: il devait pouvoir compter le nombre de pliages réalisés et en même temps distinguer leur sens. Autant écrire deux textes différents avec chaque main. L'usage du Shikotsumyaku fut donc des plus utiles pour palier à cette surcharge mentale. Subtilement, alors que Shyko démarra son travail d'origami, le Kaguya se concentra au niveau de sa main gauche. Son énergie s'assimila aux différents os articulant sa dextre, tandis qu'il focalisa cet ensemble vers sa paume.

A mesure que le papier prit forme, des pics d'ivoire de la taille d'une aiguille vinrent éclore dans le creux de la main de Shitekka. Chaque clou avait un emplacement particulier représentant la direction vers laquelle le papier se courbait sous la dextérité de Shyko. L'épreuve prit alors une toute autre tournure pour le balafré: il n'était plus question de simplement compter, mais bien de pousser la maîtrise de son pouvoir de Kaguya à l'extrême. Chaque compteur devait poindre de sa main aussi rapidement que possible, à la bonne place, avant que le Genin ne se concentre sur un nouveau clou. Pour l'heure, Shyko se décida à adopter un rythme modéré. Cela permit à son disciple de suivre la cadence tout en s'échauffant à la maîtrise de son chakra à un niveau plus poussé. Nul doute que cette vitesse allait augmenter et pour cette raison, Shitekka décida de ne pas révéler sa main auprès de son sensei, préférant dévoiler son jeu une fois la partie terminée. Une manière pour loin de montrer avec plus d'éclat l'ingéniosité dont il essayait de faire preuve.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Jeu 24 Jan 2019 - 21:08
Le silence était plutôt sacré pour le moment visiblement. Il y avait le son du papier qui se pliait, de manière presque imperceptible. Le chef de clan était plutôt concentré et pour le coup, il fût assez satisfait de voir que son élève l'était aussi. Tandis que son origami prenait petit à petit forme, il était quand même assez pensant. Comment Shitekka s'en sortirait pour tout compter ? Il ferait tout de tête ou alors il chercherait une astuce ? Le plus probable était la seconde solution. Ça serait très intéressant de voir ça en tout cas.

Petit à petit, la vitesse des mains du chef des Kaguya allait progresser. Il était très habitué à des exercices d’habileté de ce style.Cela lui semblait très important de bien contrôler ses membres dans n'importe quel contexte pour avoir une parfaite maîtrise de son corps lors d'un combat. Puis c'était idéal pour ne pas se laisser submerger lors des illusions ou autre d'être à même de faire preuve d'une concentration parfaite. Du moins, c'était le point de vue de Shyko. Il avait réussit à élevé son niveau personnel comme ça, c'était déjà pas mal.

Enfin bref, alors que la vitesse des doigts du chef d'équipe augmentait encore, il allait prendre d'autres feuilles pour complexifier ce qui peu à peu ressemblait à deux personnes en train de se battre, mais d'une manière harmonieuse. Comme deux être diamétralement opposés mais se complétant parfaitement, au point de ne plus avoir beaucoup de sens sans l'autre. Les bonhommes de papiers étaient bien sur représentés de manière assez simplistes bien que quelque part suffisamment dynamiques pour donner un véritable effet.

Cela prit une bonne heure et demi avant d'être fini. Peut-être que Shitekka n'avait pas anticipé un truc aussi long et avait peut-être du changer de stratégie pour compter entre temps. Mais savoir improviser aussi été une bonne chose et pour le coup, la situation s'y prêtait vraiment.

"-J'ai finis. Alors ? Combien de pliages as-tu compté ? "

Le but n'était pas du tout de piéger l'aborigène dans cet exercice compliqué. Il n'allait donc bien sûr pas lui demander de compter le nombre par feuille ou par bonhomme. L'exercice était en soit suffisamment compliqué comme ça après tout. Même une approximation serait déjà très belle sachant qu'il y avait quand même eu plusieurs dizaines voir peut-être centaines. Même si le nombre exact serait encore plus impressionnant.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t854-kaguya-shyko-finie

Dim 3 Fév 2019 - 1:27
L'épreuve imposée par Shyko à son disciple s'avéra bien plus complexe qu'elle ne le paraissait. Un oeil extérieur aurait pu avoir la même conclusion que Shitekka à la base. À savoir, un simple exercice d'observation qui permettait au chef du clan Kaguya de tenir occupé son élève comme un enfant sans trop perdre de son précieux temps. Cependant, le balafré trouva un moyen de transformer cette simple tâche en une épreuve à la hauteur de ses compétences de shinobi du clan Kaguya. En plus de tenir le compte des pliages réalisés par son sensei par le biais du Shikotsumyaku appliqué à un niveau chirurgical, le bâtard s'appliquait à dissimuler sa technique. Il voulait révéler son astuce uniquement au moment du verdict final. Un moyen pour lui de donner plus d'impact, de faire une meilleure impression auprès de Shyko.

Pour autant, il ne suffisait pas simplement de tenir le compte par le moyen de marqueurs en os au creux de sa main. L'effort était particulièrement gourmand en concentration, et en chakra aussi. L'intervalle de génération de chaque os était extrêmement court, et l'emplacement que Shitekka dédiait à ces derniers se déterminait par simple toucher. Pour le membre des Urumis, il devenait de plus en plus difficile de cacher son jeu. À mesure que la vitesse d'exécution du guerrier à la crinière d'émeraude s'intensifiait, Shitekka peinait à suivre. Comme une ascension sur une pente de plus en plus abrupte et inclinée, lorsque le Genin était en train de combler son retard, sa tête bouillonnait sous l'immense complexité qui l'accablait. Son flux de chakra, pareil à un flot de magma en éruption, peinait à rester stable.

Le temps s'écoula à une vitesse bien trop folle pour Shitekka. Son front suait à grosses gouttes. Il devenait alors quasi impossible de masquer la concentration excessive dont faisait preuve le sang-mêlé devant son supérieur. Chaque minute supplémentaire pesait davantage sur les épaules de l'aborigène, alors à chaque instant sur le point d'être submergé par sa gestion des os.

La joie fut grande et difficile à dissimuler à son tour pour le Kirijin lorsque Shyko se décida enfin à finir son œuvre de papier. L'origami aux allures guerrières cessa de prendre forme, marquant la fin de l'épreuve. Shitekka devait maintenant donner une réponse. Pour le Kirijin, la pression s'était relâchée. Dès lors, quand son instructeur lui somma de donner la bonne réponse, le Kirijin s'octroya un délai supplémentaire pour générer le dernier marqueur d'albe qui concluait son compte. Ceci fait, le Genin approcha sa main du bureau, et exerça une simple pression avec sa paume.

« Voici ma réponse. Le compte devrait être bon, mais je vous laisse vérifier par vous-même. »
Il retira alors sa dextre, laissant apparaître une sorte de croix constitué quatre ensemble de pics osseux. Chaque secteur représentait la direction vers laquelle le papier était plié au moment du compte. Le total des clous d'ivoire donnait la réponse, exprimée en centaine et en dizaines, qu'attendait Shyko. Shitekka étant incapable de donner dans l'instant la réponse exacte, il préféra s'en remettre au jugement de son maître. Sur le départ, il décida alors de prendre congés, face à la fatigue accumulé par cet exercice étonnement éreintant.
« Je ne vous retiens pas plus longtemps, Kaguya-nispa, je vous laisse compter pour vous assurer de l'exactitude de ma réponse. Merci pour cette session, ça a été plus instructif que ce que je pensais. »
Il fit alors volteface, et saluant son sensei, le laissa vérifier les cent cinquante cinq pics qui ornaient dorénavant le dessus de son bureau avant de quitter le domaine Kaguya pour se reposer. Si la démonstration du Shikotsumyaku face à son sensei semblait avoir fait bonne impression auprès de ce dernier, Shitekka n'en restait pas moins exténué d'une telle maîtrise. Lui qui n'avait pas l'habitude de dépenser autant de chakra de cette façon se retrouva alors bien trop épuisé pour poursuivre un entrainement, qu'importe la forme.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Sur les traces de ses ancêtres [PV Shyko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: