Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya]


Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] Empty
Dim 16 Déc 2018 - 20:10
L'alerte avait réveillé Kiri. Shitekka inclus. Isolé jusqu'à présent dans l'accomplissement de son nindô, le Kaguya avait désormais évolué. Sous l'impulsion de plusieurs Kirijins, dont son sensei, il s'était mis à l'entrainement dans le but de combler ses lacunes. Son introduction au monde ninja en tant que Genin était aussi vieille que son arrivée au village. Par conséquent le shinobi avait beaucoup à faire. Les semaines qui suivirent l'annonce fatidique de la libération des prisonniers de la Prison Oubliée ne fit qu'accélérer la cadence à laquelle Shitekka travaillait d'arrache-pied. Pourtant, un problème subsistait. Quand bien même il préparait son corps à la bataille, le Genin qu'il était resté toujours aussi mal informé quant aux enjeux déchirant le pays et le monde plus généralement.

En effet, bien que s'étant peu à peu ouvert à la lecture par l'intermédiaire d'un certain Nobuatsu, Shitekka n'était encore en mesure de se documenter par la presse et les différents ouvrages à propos du pays et de ses relations diplomatiques. L'assemblée sur la place centrale visant à alerter en urgence la population n'avait fait qu'apporter des éléments de réflexion pour le balafré. Il ne connaissait pas vraiment l'Homme au Chapeau, ni les relations entre Daimyô et village ninja. Les grands noms du Yuukan lui échappaient également. Il n'avait en tête que les noms de ses proches, rencontres récentes à Kiri, et bien entendu des kamuys.

Conscient de son ignorance, Shitekka fit part de son inquiétude auprès de sa mère. Cette dernière le dirigea alors vers une des éminentes personnes du village à même de lui faire un topo efficace sur les sujets soulevés par le Kaguya. À son tour le balafré se dirigea vers le Palais du Mizukage dans le but de rencontrer cette même personne.

Sur place, le bâtard fut quelque peu confus dans le hall d'entrée. Il ne savait guère à qui s'adresser pour demander une audience auprès de la personne qu'il souhaitait rencontrer. Pire encore, ses choix étaient limitées: il n'osait en effet contacter les quelques membres de l'administration les plus proches de l'entrée. Ces derniers connaissaient Shitekka, et c'en serait bien passé. Du fait de son incompétence en matière d'écriture, nombreuses furent les fois où le Kaguya força un fonctionnaire à remplir un rapport de mission à sa place.

Le traumatisme de la dictée encore fort, il semblait peu recommandable de faire appel à leur aide. Pourtant, contre toute attente, Shitekka sollicita une fois encore les services des fonctionnaires qui lui faisaient face, bien que ceux-ci furent peu coopératif. Forçant le balafré à s'y prendre à plusieurs reprises pour tenter obtenir une entrevue.

— Je voudrais rencontrer la Sanjikan Yuki Kaya pour une audience, est-ce que quelqu'un pourrait au moins me dire où je pourrais la rencontrer ?!
Le ton montait, à mesure que le Kaguya perdait patience.

_________________


Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] Empty
Lun 17 Déc 2018 - 19:44

Une journée tout à fait normale, pour le moment. Enfin, la normalité dépend fortement du contexte et de la personne concernée. En l’occurrence, il s’agit ici de la Sanjikan du village caché de la brume. Yuki Kaya, jeune et jolie blonde issue d’une famille prestigieuse, était devenue Chunin, puis Jonin et cheffe de clan. Plus tard, son rôle au sein de la brume s’était élevé pour lui donner un aspect bien plus politique et diplomatique. Sauf que du coup, le cumul de tous ces rôles en faisait d’elle une personne plutôt très occupée.

Aujourd’hui, elle devait passer au palais de la brume pour faire quelques papiers à son bureau situé dans ces lieux. Rien de bien passionnant, mais ça faisait parti du métier. Sa tenue de combat était donc restée bien au chaud au placard, et à la place la Yuki avait préféré mettre une jolie robe blanche qui mettait évidemment en valeur ses courbes - car elle n’était pas du genre à les cacher - et qui semblait être d’une excellente qualité. La bourgeoisie de Kiri ne se laisse pas aller si facilement.

Arrivant dans ce lieu fort symbolique, car il représentait le pouvoir en étant l’unique bâtiment dédié au Mizukage, la Sanjikan remarqua une certaine agitation au niveau de l’accueil. Une nouvelle tragique était encore arrivée? Parfois, l’endroit où on est le mieux informé est dans un lieu simple où circulent les potins. Elle s’approcha donc, sans dire un mot, et alors qu’elle était à quelques petits mètres de cet homme qui semblait se prendre la tête avec les gens de l’accueil, ce dernier s’exclama vouloir rencontrer la Sanjikan. Juste derrière, la blonde ne put s’empêcher d’esquisser un sourire amusé, surtout que les personnes de l’accueil l’avaient remarqué, et leurs regards avaient quitté les yeux de Shitekka pour se poser sur celle qui était alors dans son dos.

“Il suffit de suivre leurs regards…”

Dit-elle, sur un ton calme, ne laissant pas transparaître son amusement. Elle restait sérieuse, et son regard froid était prêt à se poser sur le visage de cet homme. Elle ne le connaissait pas à priori, et elle adorait donner cette première impression confirmant les clichés la concernant: une personne aux airs froids, dont le regard laissait passer assez peu d’émotions.

“Mais vous savez, on ne peut pas forcément rencontrer qui on veut, quand on veut, dans un village ninja ou ailleurs. Mais parfois, on a de la chance, et aujourd’hui, on dirait que c’est votre cas.”

Dit-elle en faisant référence à sa présence à ses côtés en ce moment précis.

“Suivez moi, nous allons aller dans mon bureau, au calme.”

Elle tourne les talons et se dirige vers les escaliers montant aux étages supérieurs.

“J’espère cependant que vous ne me demandez pas une entrevue pour des futilités…”

Elle lui lance un petit sourire. Moqueur ou sympathique? Difficile à savoir, mais les voilà assez rapidement devant le bureau de la Sanjikan, qui l’ouvrit avant de laisser entrer cet homme en premier dans ce lieu assez classique. Un bureau en bois, quelques chaises, des dossiers… Rien de vraiment extraordinaire. Elle referma la porte derrière eux, et alla s’asseoir sur sa chaise, de l’autre côté du bureau. Une fois assise, elle croisa ses longues et fines jambes, avant de planter son regard glacial dans celui du jeune homme.

“Visiblement, vous savez qui je suis, alors je ne vais pas me représenter, ce serait des banalités. Que me vaut votre visite?”

_________________
Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] Empty
Mer 26 Déc 2018 - 0:08
Il était clair que le balafré commençait à prendre des risques en haussant le ton au sein du Palais de la Brume. Le bâtiment n'était réservé qu'à des cas précis, comme la remise des rapports de mission, ou bien les entrevues auprès des employés du palais. Cela incluait des éminences comme la Mizukage en personne, mais aussi d'autres conseillers de grande importance. La Sanjikan faisait partie de ces personnes. Il paraissait inconcevable - comme le stipulait les règles - de se ramener au sein du bâtiment pour quémander simplement une audience comme était en train de le faire le Kaguya. Pourtant, il avait osé, quitte à s'attirer l'ire des fonctionnaires du rez-de-chaussée.

De par son audace, voire son incivisme, Shitekka aurait très bien pu se faire rejeter en dehors du Palais de la Mizukage de manière tout à fait légitime. Pourtant, le sort en décida autrement, alors que les regards convergeaient vers l'objet de la venue du Kaguya: Yuki Kaya. Impériale, la dame de glace contrastait avec l'indigène aux airs de sauvage, tout de bleu vêtu. Sa démarche, son allure, même les tissus composant sa tenue, paraissaient nobles, alors que le kaparamip de l'Urumi se composait de matériaux naturels et bruts comme de l'écorce d'arbre, ou de la peau de bête et d'oiseau. Deux mondes, deux cultures venaient de se croiser, tandis que Kaya convia l'aborigène à la rejoindre dans son bureau.

Guidé par l'éclat des talons contre les marches, Shitekka suivit la Sanjikan et le tandem de Kirijins s'installèrent tour à tour à les places qui leur étaient dues. L'entrevue pouvait démarrer. Invité à déclarer ses intentions, et à ce qu'elles soient suffisamment sérieuses pour justifier la scène précédente, le Kaguya commença par les quelques formalités que tout bon Kirijin se devait de respecter. Une habitude à prendre donc pour l'Urumi.

— Tout d'abord, merci de me recevoir ici. Je m'appelle Shitekka, et j'appartiens au clan Kaguya. Bien qu'ayant mentionné pour une rare fois son identité de Kaguya, Shitekka avait mis un point d'honneur à distancer son prénom de cette même appartenance.
À cet instant, le manipulateur d'os se tenait le corps en avant, les coudes sur ses genoux, les mains jointes. Son bandana couvrait partiellement le haut de ses yeux, ce qui renforçait le sérieux de ses iris ambrés. Face à l'atmosphère pesante qui régnait dans la salle, il s'abstint de passer ses doigts le long de ses cicatrices, une mauvaise habitude qu'il conservait comme un moyen d'évacuer le stress.
— Si je voulais vous rencontrer, c'est car j'avais besoin de votre expertise. On m'a raconté que vous étiez en charge de la diplomatie du village. Or, je suis récent au village, et étais depuis peu étranger aux nouvelles du monde. J'ai vécu jusqu'à présent en tant que membre de la tribu des Urumi et non en tant que Kaguya. Aujourd'hui, j'ai besoin d'être à la page concernant les relations entre Kiri et les autres villages, entre les différents clans du village, les menaces visant le pays… un peu tout en fait.
Sa demande paraissait assez triviale somme toute. Shitekka se rendait compte de la simplicité de sa requête: un cours de géopolitique appliquée aux relations nationales et internationales de Kiri. Une leçon que pouvait fournir ultérieurement l'académie voire la caserne dans les mois à venir. Mais Shitekka n'avait pas ce temps devant lui. Il avait besoin de savoir au plus vite, pour sortir de l'ignorance et être autant opérationnel que possible.
— Je peux comprendre si ma demande est inappropriée à l'égard d'une personne occupée comme vous. Mais c'est justement car on m'a fait comprendre que vous êtes un des piliers de ce village que je m'adresse à vous. Je pense que vous êtes la plus appropriée pour m'aider à sortir de l'ignorance pour offrir à Kiri un élément fiable de plus en ces temps agités. Si j'ai bien appris quelque chose en arrivant dans ce village, c'est que l'information, c'est le nerf de la guerre.
Malgré la pression environnante, Shitekka tâcha de prendre une discrète et longue inspiration pour s'apaiser en attendant une réponse de la dirigeante de la famille Yuki.

_________________


Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] Empty
Lun 7 Jan 2019 - 20:53

Ils étaient maintenant installés correctement autour de ce bureau. Shitekka avait vraiment l’air déterminé, et sa posture donnait beaucoup d’informations quant à son état d’esprit. Il montrait beaucoup de sérieux, et semblait déterminé. Elle ne savait pas encore de quoi il voulait parler, mais en tout cas, elle avait l’impression qu’il ne venait pas pour de simples banalités. Et rapidement, elle avait pu avoir son nom. Il était du clan Kaguya, Shitekka de son prénom. Dire qu’elle avait entendu parlé de lui serait mentir, alors elle se contenta de hocher la tête en signe de contentement.

D’ailleurs, il lui indiqua qu’il n’était pas au village depuis longtemps, et que justement il était assez peu informé à propos de l’histoire passée de ce dernier. La belle blonde haussa alors un sourcil, étonnée de sa requête. Lui qui semblait si mystérieux venait simplement lui demander un cours d’histoire? C’était un peu osé de gêner une personne haut gradé pour cela. Elle se recule alors un peu dans sa chaise et croise les bras, montrant une posture un peu plus fermée qu’auparavant.

“Effectivement, c’est un peu audacieux. Mon rôle est de gérer la diplomatie, c’est vrai. Mais ce n’est pas forcément de l’enseigner. Mais en général, la chance sourit aux audacieux, non?”

Elle pousse un petit soupir et se replace de façon un peu plus ouverte.

“Bon, même si vous n’avez pas vécu avec les Kaguya directement, j’imagine que vous avez désormais quelques connaissances concernant ce clan, non? Donc si je vous dit qu’il fait parti d’un des clans fondateurs de Kiri, je ne vous apprend rien.”

Elle esquisse un petit sourire, attendant une réaction de sa part. Mais peu importe, au final, elle lui ferait un mini briefing sur la création du village.

“Du coup, le village. A la base, Mizu était une terre hostile, rongée par la criminalité. Les trois grands clans fondateurs, les Kaguyas, les Sabreurs, et les Yuki, ont fait une sorte de grande purge en alliant leurs forces, et s’en est suivi la création du village caché de la brume: Kiri.”

Elle laisse un petit blanc, histoire qu’il s’imprègne de cette information concise.

“J’espère que vous ne vous attendiez pas à un exposé détaillé, il nous faudrait des heures sinon… Cependant, il y a un livre intéressant qui retrace toute la création de Kiri, et qui est disponible dans nos bibliothèques. Je vais vous noter la référence…”

La jolie blonde attrape un bout de papier et y note le titre du livre qui pourra expliquer bien plus en détails la purge ainsi que la création du village. Elle se redresse ensuite, et croise les bras, avant de poursuivre.

“Sinon, pour les relations actuelles…”

Elle prend un élastique qui trainait entre ses doigts, et l’étire.

“Tendues. Avec Kumo et Iwa. Et je ne parle pas des divers groupuscules indépendants. Notre seigneur a tissé des liens obscurs avec le Soshikidan et donc avec l’homme au chapeau. De fait, nous sommes vu comme des alliés du mal. En plus, nous sommes une nation guerrière, et nous avons souvent eu du sang sur les mains. Du sang de Tsuchikage, par exemple…”

Elle croise à nouveau ses fines jambes, et s’assoit un peu plus confortablement sur sa chaise.

“Mais vous vous doutez que je ne peux pas tout dévoiler non plus. Cependant, l’important est de retenir que les relations sont tendues, et que nous sommes vus globalement comme des barbares assoiffés de sang. Glamour, n’est-ce pas?”

_________________
Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] Empty
Mar 22 Jan 2019 - 23:03
Malgré l'insolence de Shitekka auprès du corps administratif de la tour du Mizukage, Yuki Kaya daigna accepter les desiderata de ce dernier. Sa stratégie payante, le Kaguya fut ainsi amené à révéler l'objet de son envie de rencontrer Kaya dans son bureau. Il n'était pas simplement question d'un cours trivial sur la géopolitique Kirijin. Le Kaguya désirait réellement s'imprégner du climat qui régnait au sein de la Brume. S'il voulait connaître une ascension dans sa carrière de ninja, il devait comprendre le village qu'il servait. Avant d'arriver à Kirigakure no satô, il avait entendu des rumeurs. On lui avait parlé d'une cité de barbares se complaisant dans la rixe, la violence et la débauche. La grande vague de pacification qui avait conduit à la construction de la capitale shinobi du Pays de l'Eau n'était qu'un prétexte dans le but de justifier des batailles, et sacraliser les plus puissants, ceux qui eurent le droit de vie et de mort sur les autres.

S'il voulait collaborer avec les Kirijins, et en devenir un semblant, il devait s'affranchir de ces clichés. Il devait cesser de regarder vers le passé. Pour toutes ces raisons, Shitekka tendit une oreille attentive aux explications de la diplomate. Cette dernière semblait apprécier l'audace de son invité, qui lui rappelait que son rôle ne l'engageait pas à enseigner. La réponse du Genin était toute faite.

Je suis désolé si je vous force la main, lança-t-il, présentant des excuses qui n'en étaient pas. La tribu dont je suis originaire a cultivé l'art de la littérature orale et non de l'écriture et de la lecture. Un bon orateur vaudra toujours bien mieux qu'un livre sans âme.
Son sourire taquin se dissipa, tandis qu'il laissa Kaya s'exprimer. Elle lui conta le récit de la grande purge de Mizu no kuni, de l'histoire des trois grands vainqueurs: les Sabreurs, bien entendu son propre clan, les Kaguya, ainsi que les Yuki. Guerriers, juges et bourreaux s'unirent pour éradiquer la criminalité et fonder dans un océan de cadavres la cité de Kiri. La suite intéressa davantage Shitekka, alors bien plus intéressé par le présent que le passé de l'histoire de la cité de la Brume.

Kiri était dans la merde. Tout simplement.

Sa réputation de repaire de vétérans de guerre, couplée à des évènements ternissant l'image de l'archipel, firent des Kirijins les associés du diable. Mizu no kuni possédait dès lors une mauvaise réputation auprès du reste du Yuukan. Tantôt justifiée, tantôt caricaturée, cette renommée semblait donner du fil à retordre auprès de Yuki Kaya. Malgré tout, elle gardait une certaine légèreté dans ses propos qui contrastaient avec la gravité de la situation dans laquelle Kiri s'embourbait.

Je vous remercie pour ce petit récapitulatif. Je saisis mieux maintenant la situation qui accable notre village. (Sa main droite attrapa la note rédigée par la Sanjikan et la rangea dans une poche de son habit Urumi.) J'aimerais justement en savoir plus à propos de nos relations actuelles. Quel rôle Kiri veut jouer au sein du Yuukan ? Doit-on confirmer notre image de sanguinaires, inspirer la crainte auprès de nos ennemis pour les dissuader de s'en prendre à notre pays ? Ou au contraire faut-il chercher à étouffer les tensions dans la brume ?
Shitekka était conscient qu'il touchait à des problématiques sensibles au sein du village. Bien qu'il ne cernait pas totalement les différents conflits ayant menés à cette mauvaise réputation, le Kaguya ne voulait pas avancer sans réelle réflexion dans ce village.
C'est pour moi le cœur du sujet de ma venue en ces lieux. Si je dois travailler pour ce village, autant que je sache avec quel état d'esprit je dois le faire.
Son visage aux traits légers s'était endurci, faisant montre du sérieux avec lequel il s'entretenait avec la Sanjikan. Il n'était pas question pour elle de lui faire perdre de son précieux temps, et il en allait de même avec Shitekka. S'il souhaitait gravir les échelons de la hiérarchie Kirinin, il devait savoir avec quel objectif en tête il devait se diriger pour œuvrer pour l'archipel.

_________________


Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] Empty
Dim 17 Fév 2019 - 22:54

Il venait donc d’une tribu visiblement assez primitive. Savoir lire et écrire était inculqué à tout jeune Kirijin, mais s’il n’avait pas suivi les enseignements du village, c’était normal. En revanche, ça ne rendait pas ces attributs dispensables. Il avait beau être le meilleur orateur du monde, s’il ne savait pas lire un rapport ou en écrire un, il serait fortement handicapé dans toutes les fonctions de gestion du village. Elle fut du coup surprise qu’il prenne la note qu’elle venait d’écrire, car s’il ne savait pas lire, ce ne serait pas la chose la plus utile à tirer de cette rencontre.

Sa prochaine question était assez importante. Il demandait d’ailleurs des informations non pas forcément secrètes, mais qui étaient les clés de toute la diplomatie de Kiri. La ligne directrice qu’elle dictait avec l’accord du Mizukage. Ce point n’était pas constant, mais fluctuait selon les relations avec les autres villages, mais surtout en ce moment avec l’apparition et autres révélations sur l’homme au chapeau et toutes ces organisations terroristes.

Elle croise alors ses bras frêles, son regard partant sur le côté droit de la pièce. Elle réfléchissait sur ce qu’elle pouvait lui dire, ou non. Une petite réflexion suivie d’un petit soupir, et enfin ses pupilles azures retournèrent sur Shitekka, qui semblait toujours autant déterminé.

« Notre image de village sanglant ne pourra pas être modifiée de sitôt. C’est pourquoi je ne souhaite pas que notre objectif principal soit de laver cette réputation. A vrai dire, je ne suis même pas sûre que ce soit bénéfique pour la brume. Au moins, le fait que nous ayons cet aspect militaire peut dissuader les ennemis de nous attaquer. Même si je sais que ces derniers temps cette réputation ne suffit visiblement pas. Enfin… Je dirais qu’en résumé, il faut garder une certaine image de village fort qu’il faut éviter d’attaquer ou de trahir, mais sans pour autant envenimer nos relations avec les autres villages. Les deux ne sont pas liés. L’idéal serait de conserver notre identité, tout en apaisant les relations avec Iwa et Kumo. Je pense que si les groupes comme Seichi continuent de grandir, nous auront peut-être l’opportunité de nous allier avec les autres villages pour les éradiquer… Enfin, ce n’est qu’une supposition. Pour nos relations avec les groupes indépendants, elles ne peuvent à mon avis pas être stables, et n’amèneraient rien de bien pérenne à long terme pour le village. Je préconise de rester neutre avec ces derniers, si possible. »

Toute la politique diplomatique de Kiri venait d’être résumée par Kaya, qui avait essayé de faire ressortir les points les plus importants sans trop aller dans les détails. La synthèse devait être l’une de ses qualités, après tout.

« J’espère que c’était assez clair… Vous avez tout compris ? »


_________________
Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] Empty
Jeu 28 Fév 2019 - 17:18
C’était le moment qu’attendait Shitekka. La véritable raison de sa venue en ces lieux placés sous l’autorité directe de la Godaime Mizukage. Bien plus que de s’intéresser au passé de ce pays, et du village caché qui incarnait son pouvoir militaire, le Kaguya désirait connaître la ligne directrice qui régissait la Brume et ses interactions avec les autres nations ninja. Lors de son arrivée au village caché, il n’avait pas ressenti le besoin de connaître la conduite à tenir. Il ne voyait que l’aspect financier de sa profession, celui qui avait motivé son envie de porter le bandeau frontal aux quatre ondulations.

Mais au fil des semaines, puis des mois, conscient de l’évolution que devait connaître sa carrière, le besoin de connaître la ligne de conduite de Kiri constitua une raison de solliciter une audience auprès des penseurs de la cité. Si Shitekka venait à grimper dans la hiérarchie, il devait le faire en prenant pour appui une politique dont il ignorait tout. Il devait s’affranchir des préjugés qui faisaient le portrait des Kirijins comme des barbares ne pensant qu’à générer plus de conflits entre eux ou avec les autres nations. L’Urumi avait de l’ambition, non pas pour amour pour sa patrie pour le combat, mais bien en prenant compte des avantages que représentaient son ascension dans la hiérarchie shinobi.

Ce fut donc avec une grande attention que le chasseur suivit les explications de Yuki Kaya. La diplomate marqua au préalable un temps de réflexion, s’assurant de bien révéler les informations qu’un simple Kirinin pouvait connaître. Selon les dires de la Sanjikan, Kiri devait conserver son identité de nation militaire forte auprès de ses rivaux que constituaient Iwa et Kumo. C’était par la force que Kiri s’était constitué en tant que village caché, et par ce même biais qu’elle devait construire le respect auprès des autres puissances militaires. Toutefois, une détente s’avérait en parallèle nécessaire pour ouvrir un dialogue avec les Nuages et la Roche.

Suite à cette longue explication, le Kaguya fut invité à signaler qu’il avait assimilé ou non les propos de la représentante du clan Yuki. Le shinobi s’apprêtait ainsi à résumer ce qu’il avait compris, lui permettant au passage d’effacer cette image de chasseur ignorant qu’il construisit en évoquant son analphabétisme latent.

« Je vois… dans ce cas, si je comprend bien, la Brume doit être de Fer, et non de Sang. Ferme, solide, mais malléable à la main de l’Homme. »
Il inspira longuement en pensant à ses propos. À quel point se sentait-il prêt à contribuer pour engager cette conversion ? Lui-même ne le savait pas. Pour peu que cette initiative puisse lui apporter le succès lucratif qu’il espérait, Shitekka était prêt à bien des efforts. Maintenant que la Sanjikan venait de faire la lumière sur les intentions de Kiri, le sang-mêlé n’avait plus aucune raison d’être dans ses bureaux. L’occasion pour ce dernier de clore cette entrevue par une ultime interrogation, le concernant encore plus qu’auparavant.
« J’aimerais vous poser une dernière question avant de vous laisser. Que pensez-vous du clan Kaguya à l’heure actuelle ? Je… j'ai entendu bien des choses sur les Kaguya, mais je voudrais avoir un avis plus… réfléchi sur ma propre famille. »

_________________


Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] Empty
Ven 8 Mar 2019 - 8:59

Le regard de la dame de glace restait planté dans celui du Kaguya, scrutant son langage non verbal pour déterminer si oui ou non elle avait été convaincante. Il ne montrait pas de grand signe de compréhension, mais en tout cas il ne semblait pas submergé par l’information. Sa respiration restait stable, sa carotide était nominale, et son regard ne se perdait pas dans la pièce. Il avait probablement compris, ou en tout cas la majorité. C’était un bon point, et il le confirma assez vite via la parole avec une phrase assez recherchée.

“Disons que si le sang se retrouve sur le fer pour de bonnes raisons, ce n’est pas si grave. Mais le fer doit se montrer tranchant, intimidant.”

Cette fois, elle lui laissait l’initiative de la conversation, attendant patiemment qu’il pose une autre question ou qu’il creuse ce sujet à nouveau. Elle continuait d’avoir ce regard critique et observateur sur cette personne, et croisait ses fines jambes avant qu’il ne change totalement de sujet. Il voulait son avis sur le clan Kaguya dont il faisait parti. C’était une question plutôt délicate dans le sens où elle n’avait pas vraiment le droit d’être trop critique. En effet, les trois clans fondateurs de Kiri ont historiquement eu des différents plus ou moins graves, et en ce moment les tensions étaient bien redescendues. Il n’était vraiment pas question de raviver une quelconque flamme.

“Vous avez entendu bien des choses? Ho, surement pas beaucoup de mauvaises, si?” Dit-elle en esquissant un petit sourire pour approcher le sujet d’une façon plus détendue et moins informelle. “Je n’aurais qu’un avis extérieur, évidemment, mais je ne pense pas de mal de votre clan. Il fait parti des trois clans principaux et fondateurs de Kiri qui sont les sabreurs, les Kaguya, et les Yuki. De ce fait, il est important pour le village que ces trois clans restent forts et influents. Pour ce qui est de la situation actuelle… Eh bien si on veut avoir un regard un tant soit peu critique, je pense que les Kaguya forment toujours des excellents ninjas, mais qu’il y a un petit laisser aller qui s’installe. Il faudrait que vous ne cessiez pas de vous renforcer et de vous améliorer, pour ainsi conserver votre influence au sein du village. Si je peux vous rassurer, le problème est le même dans les deux autres clans. En résumé, une certaine routine s’installe, et cette dernière entraîne un peu de laxisme.”

Une demie langue de bois pour Kaya, qui n’oserait surtout pas parler d’anciens problèmes ou tensions entre les clans, mais qui se contenta de montrer le positif historique du clan avant de finalement pointer du doigt un défaut qu’il serait bon de gommer assez vite, sans toutefois qu’il soit critique.

“Et vous alors, que pensez vous des Yuki, tant qu’on y est?”


_________________
Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] Empty
Sam 9 Mar 2019 - 0:57
Pour Shitekka, la réunion approchait de la fin. Il avait obtenu les réponses qu’il était venu cherché, il le concédait, en perturbant un brin excessivement la quiétude du palais du Mizukage. Il connaissait maintenant la réelle philosophie du village, ou du moins celle qu’elle devait adopter. Si Kiri avait à l’international une réputation de chien enragé, la Brume devait apprendre à afficher une meilleure image tout en restant menaçant. Il fallait trouver un juste équilibre pour apprendre à ne pas se contenter d’aboyer ni de mordre à tout va. C’était en tout cas ce qu’avait retenu le balafré, et essaya de résumer auprès de la Sanjikan.

Au vu de sa réaction, la dame des glaces approuva la vision de Shitekka, rebondissant sur sa comparaison pour insister sur l’agressivité que Kiri était tenue d’entretenir avec ses rivaux. Elle enchaîna par la suite sur l’interrogation du Kaguya à propos de la réputation de son clan. Un sujet houleux, au vu du tempérament sanguin de certains de ses représentants. Mais pour cet exercice, Yuki Kaya fit honneur à son titre de diplomate et également d’experte de la glace en abordant le sujet d’un point vue assez neutre et détaché. Tout en respectant la position de clan fondateur de la Brume, elle critiquait habilement une tendance qui était commune aux trois clans primordiaux de Kiri, à savoir un certain relâchement. Curieusement, le shinobi aux multiples cicatrices ne partageait pas ce point de vue.

Le Genin ne connaissait qu’en surface les deux autres clans, à savoir la dynastie des Yuki et la confrérie des Sabreurs, mais pour lui, une chose était sûre : les Kaguya étaient les plus motivés quand il s’agissait de combattre et d’affuter leurs os. Difficile pour Shitekka de croire que ses parents se relâchaient, alors que leur soif de combat les pousser à se surpasser chaque jour. Plus difficile encore pour lui d’imaginer ce que pouvait donner la famille dirigée par Shyko à son apogée, lorsqu’elle triomphait dans le sang des ennemis de l’Archipel. Le bâtard effaça bien vite cette vision de son esprit, préférant se reconcentrer sur la discussion qu’il menait auprès de la Sanjikan.

Alors que le Kaguya comptait écourter l’entrevue, la maîtresse des lieux retourna le problème à l’envoyeur. C’était au tour de Shitekka de donner son avis, cette fois sur la perception qu’il avait de l’éminente lignée des Yuki. Si Kaya faisait preuve de parcimonie dans ses propos, tâchant de choisir ses mots avec attention pour ne blesser personne tout en exposant avec justesse son point de vue, le balafré lui s’exprima avec moins de retenue. Après tout, sa vision des Yuki se résumait assez sommairement.

« Pour être honnête, je n’ai pas assez de recul, et surtout d’ancienneté au sein de Kiri pour avoir un avis. À part mon clan maternel, j’ai eu peu d’interactions avec les autres clans. Je me concentre surtout sur mes missions et mes entrainements pour rapidement progresser et être au niveau. »
Il repensa un instant au cas de Yuki Kuzan, ce shinobi qui l’avait aidé à s’initier aux arts ninja lors de ses premiers mois au sein de la Brume. Outre son nom de famille et sa technique de glace avec laquelle il s’empara de la victoire contre Shitekka, rien ne permettait d’émettre un avis sur la globalité des membres de la famille de Kuzan. Pour cette raison, ainsi que celles évoquées plus haut, le Kaguya préféra ne pas développer un avis qui n’était pas le sien. Maintenant libéré de la parole, le balafré se leva, et son regard dérapa en quittant sa chaise. Alors qu’il cherchait le visage de la diplomate afin de la remercier avant de prendre congé, ses yeux se perdirent sur les atouts mammaires de la diplomate. Instantanément le chasseur corrigea son tir et planta ses iris ambrés à nouveau dans les saphirs de la Sanjikan.
« Je… je vous remercie pour votre temps. Merci pour ces éclaircissements, je vous en dois une. Je ne vous dérange pas plus longtemps. Au revoir, Yuki-san. »
Il fit volte-face, et attendit une éventuelle réponse de son hôtesse au seuil de la porte avant de quitter le bureau puis la tour du Mizukage. Suite à cette mise au point avec la responsable diplomatique de la Brume, Shitekka comptait bien tirer parti des précieux renseignements qu’il collecta pour tirer son épingle du jeu en tant que Kirijin, et ainsi gagner les faveurs des autorités. Tout était bon quand il s’agissait pour Shitekka de grimper dans la hiérarchie ninja, et ainsi se rapprocher de son objectif au sein de Kiri.

_________________


Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] Empty
Lun 11 Mar 2019 - 22:41

Si elle avait donné un point de vue presque sincère au jeune Kaguya, sa réponse au retour de sa propre question fut bien plus concise. En effet, il ne semblait simplement pas avoir d’avis. C’était mieux que d’avoir un avis négatif, déjà, mais à vrai dire elle espérait avoir un peu plus de détail quant à la place qu’occupait les Yuki au sein des esprits des autres membres de clans majeurs du village. Même s’il n’avait pas de réelles pensées à ce sujet, il aurait pu entendre d’autres parler et rapporter leur avis.

Enfin, ce n’était pas le cas, et la tentative n’avait après tout rien coûté. Au moins, il avait confirmé ses ambitions et sa détermination à progresser, ce qui était aussi très positif. Elle espérait seulement qu’il ne disait pas cela parce qu’il se trouvait dans un bureau du Palais de la Brume… Rien de pire que les lèches bottes. Enfin, elle ne le sentait pas comme ça, à priori.

“Très bien! Honnêtement, ce n’est pas plus mal de rester en dehors de toutes ces affaires dont les fondations malsaines datent parfois de plusieurs générations. Se concentrer sur une progression personnelle est toujours un objectif valable et valorisant.”

Il se leva alors, ce qui étonna la dame de glace qui s’attendait à ce qu’il demande de façon plus formelle avant de s’en aller. Sous ses airs parfois froids et hautain, elle était en fait plutôt abordable et n’était pas si à cheval que ça sur les processus et autres manières. Cependant, elle était toujours aussi observatrice, et cette légère glissade de son regard ne passa pas inaperçue. Mais Kaya, loin d’être toujours la plus vêtue du village, avait l’habitude et n’en tenait pas rigueur. Au contraire, elle s’en amusait.

“Très bien, laissez moi vous raccompagner tout de même.”

Dit-elle en se levant à son tour et en s’approchant de la porte.

“C’est aussi mon rôle, que d’être disponible et d’informer sur les domaines que je maîtrise. Il n’y a dans ce cas pas de grand dérangement.”

La jolie blonde ouvre la porte et le laisse sortir en premier, avant de le raccompagner à la sortie du bâtiment. Au moins, il se ferait pas embêter par les personnes qu’il avait pu importuner lors de son arrivée.

“Une agréable journée à vous.”


_________________
Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya] 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Scio me nihil scire [PV Yuki Kaya]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Palais de la Brume
Sauter vers: