Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Le sabreur balafré [Solo]

Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Le sabreur balafré [Solo] Empty
Dim 16 Déc 2018 - 22:17
Une missive du Palais de la Brume, accrochée entre les pattes du volatile. Saji décroche le message et le déroule, parcourt l’ensemble du texte de haut en bas en survolant très vite. Il saisit certains mots-clé au passage : « prisonnier », « île d’Asosan », et « arène ». Il semblerait que l’un des prisonniers de Wasure no kuni ait posé pied sur cette île de l’archipel sur laquelle il s’est déjà rendu il y a quelques mois, en hiver 203, en compagnie de deux autres shinobis de Kiri.

Sauf que cette fois-là il s’agissait seulement de traquer un individu, un scélérat à la tête d’un réseau criminel. L’ancien foyer de la kunoichi n’était visiblement habité que par un des mercenaires, et servait en réalité de piège pour faire taire toute personne cherchant à suivre les traces de l’homme pour lequel il travaillait. Malgré les embuscades maladroites des bandits et des quelques mercenaires postés ici-et-là, le trio n’a eu aucun problème à se défaire de ces ennemis sans formation ni technique de combat. Seul le samuraï en armure au masque d’Oni représentait un réel danger, et encore, il a suffi d’une seule technique bien ajustée pour le mettre hors d’état de nuire.

Saji s’attendait à davantage de difficulté, peut-être trouvera-t-il son bonheur dans l’arène vers laquelle il s’apprête à voyager. Asosan. Une île sur laquelle il ne pensait plus remettre les pieds, mais les circonstances exigent désormais qu’il s’y déplace de nouveau afin d’inspecter l’arène, où d’après certaines sources, un prisonnier se serait caché parmi les gladiateurs. Un intrus aux origines inconnues et qui aurait fait une apparition remarquée lors de ses premiers duels…

Le chuunin a beau chercher, aucune autre information ne lui est apportée sur la description du personnage, seulement les circonstances de son arrivée à l’arène. Ah si, il semblerait qu’il s’agisse d’un sabreur dont le trait distinctif serait sa balafre à l’œil. Un manieur de la lame, tout comme lui ? Saji parcourt le reste de la page, et peut lire que l’épéiste en question porte une armure rouge et noire. Une attitude froide, un homme peu loquace.

Voilà tout ce qu’on lui donne sur le portrait du prisonnier, ou devrait-on dire maintenant, de l’évadé. Mais par convention, les hautes instances du monde shinobi continuent de les appeler par le nom de « prisonniers », une sorte de désignation communément acceptée pour faciliter leur identification, puisqu’on les connaît pour leur statut de prisonniers du pays Oublié.

Son regard s’arrête jusqu’en bas de la page, où il aperçoit la signature de la Mizukage, laquelle se fait très absente en ces temps de crise, alors que le peuple de Kiri aurait bien besoin qu’on leur redonne confiance sur la stabilité du pouvoir. Les rumeurs ne cessent de courir sur l’état de santé de Dame Watanabe, et l’inquiétude s’installe et gangrène les esprits les plus fragiles.

Heureusement, la démonstration de force et d’unité du dernier sommet organisé par le Shireikan, qui est sorti de sa période de retraite pour réagir face à la nouvelle qui les guette tous, a permis de redonner du moral à l'ensemble de la population. Une nouvelle ère s’installe pour le village de la Brume, et une armée de shinobis aguerris se développe en silence au milieu du tumulte qui frappe le Yuukan.

_________________
Le sabreur balafré [Solo] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Le sabreur balafré [Solo] Empty
Dim 16 Déc 2018 - 22:54
Sera-t-il seul ? Accompagné ? Une alerte de niveau B d’après la mention inscrite sur le rouleau. Seul son nom apparaît sur la page, signifiant que personne d’autre n’est assignée à cette alerte, du moins pas jusqu’à nouvel ordre. Les effectifs de Kiri sont-il si amoindris, au point qu’il ne soit possible que d’envoyer un seul shinobi ? Certes, un chuunin, mais pour une mission de ce niveau, cela risque de poser problème car on sait les imprévus qui peuvent survenir une fois sur place. On apprend que le niveau de difficulté de la mission a été sous-évaluée, en général parce que le client ou la source a menti ou s’est tout simplement trompée, ce qui arrive malheureusement très souvent.

Il range le rouleau dans sa sacoche et se prépare à partir, s’équipant de son fidèle katana qu’il accroche à sa ceinture et enfilant son shôzoku noir, recousu par endroits suite aux entailles et brûlures infligées au combat. Il serait peut-être temps de commander une combinaison neuve. La première fois qu’il l’ait renouvelé depuis son arrivée à Kiri ayant eu lieu juste après sa nuit mouvementée dans le bar du Cheval Aqueux.

En se remémorant cela, Saji jette un dernier regard vers le masque lapin qui constitue une autre trace de ce souvenir qu’il a encore de ce moment certes humiliant mais marquant de son amitié avec Kuzan, lequel a depuis pris sa retraite de shinobi pour poster sa candidature auprès de la nouvelle Académie de Kiri. Surpris et légèrement déçu par cette annonce de son meilleur ami, Saji s’est peu à peu isolé socialement, pour se consacrer à la gestion du Clan des Sabreurs. C’est avec une certaine mélancolie que certaines images de ses aventures et combats en compagnie de Kuzan lui reviennent à l’esprit. Que n'aurait-il donné pour les revivre ?

Mais avec son emploi du temps très chargé à cause du contexte d’invasion du Grand Continent, et la dépression dans laquelle semble peu à peu sombrer le Yuki, ils se sont peu à peu perdus de vue, sans avoir le courage de faire un pas l’un envers l’autre, s’envoyant de moins en moins de lettres ou se rencontrant de moins en moins fréquemment. Des excuses, toujours plus d’excuses et d’atermoiements.

La vie est ainsi. Des amis qui pensaient rester amis pour toute la vie, et qui avec les circonstances se séparent dans le silence, l’attention tournée vers leurs préoccupations immédiates et personnelles. Saji peut comprendre. Kuzan a d’autres projets en tête, et sa carrière l’a conduit aux portes de l’Académie, tandis que Saji continuera à vivre son ambition de devenir un shinobi au service de Kiri.

Ce qu’ils redoutaient s’est finalement produit, leurs chemins se sont séparés. Mais au fond de son cœur Kuzan restera toujours son grand frère, celui qui lui a toujours souri même quand lui-même était accablé par ses malheurs. Peut-être Saji aurait-il dû faire davantage pour l’aider, ou se montrer plus à l’écoute, ce qu’il a fait, mais probablement pas assez.

Assez de lamentations. Saji pousse la porte d’entrée de son appartement qu’il quitte pour rejoindre au plus vite le port de Naragasa.


_________________
Le sabreur balafré [Solo] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779
Nobuatsu Saji
Nobuatsu Saji

Le sabreur balafré [Solo] Empty
Dim 23 Déc 2018 - 22:21
Le havre de Naragasa est en pleine activité en ce milieu de journée. Aujourd’hui c’est jeudi, et jeudi est jour de marché, c’est en ce jour de la semaine que ce point névralgique du village de Kiri arrive à son moment le plus intense. Des vendeurs à la criée, disposant leurs poissons fraîchement pêchés sur leurs étals, des passants qui flânent sur le quai en attendant qu’arrive leur navire passager, des marins qui déchargent les cargaisons des bateaux marchands amarrés.

Se frayant un chemin à travers la foule qui s’est pressée au marché du port, l’homme masqué s’arrête devant une cabine derrière laquelle un homme propose des tickets d’embarquement. Le vendeur le regarde de bas en haut avant de lui lancer :

« Bonjour ? »

Face au regard interloqué de son interlocuteur, qui ne comprend pas le mutisme de l’homme masqué, ce dernier griffonne un message sur son carnet fétiche et le dépose délicatement sur le comptoir. Le garçon se gratte la tête et s’interroge sur la raison de ce geste, mais se résout à lire.

Saji a écrit:
« Un aller-retour pour Asosan s’il vous plaît. »

Un temps de réflexion, il comprend finalement que l’homme au shôzoku noir ne peut guère parler. Il fait glisser le ticket correspondant sur le comptoir sur lequel est marqué le nom de sa destination, puis ouvre l’autre main avant de la refermer sur les pièces qu’y dépose le muet. Un petit pic au cœur quand Saji réalise la somme dont il a dû se séparer pour cette traversée en mer, près du quart de son salaire mensuel qui varie en fonction des primes de missions empochées. Il sait qu’il sera remboursé plus tard par l’administration du Palais de la Brume, mais les remboursements de transport viennent un peu tard, ce qui l’oblige à bien gérer sa monnaie disponible.

Les minutes passent, et le tintement de la cloche annonce le départ imminent du bateau en partance de l’île d’Asosan. Une vague humaine se précipite aux abords du ponton qui mène à bord du navire. Les bruits de pas retentissent contre le bois du pont, un martèlement saccadé qui s’ajoute au tumulte des conversations des passagers. Au milieu de la foule, une silhouette noire se sépare du groupe pour se rapprocher de la proue, et s’appuie contre la rambarde pour profiter de l’air frais du printemps.

L’ancre est levée. Gonflées par le vent, les voiles du deux-mâts permettent au bâtiment flottant de se propulser en avant. Les volatiles qui jusqu’ici prenaient un peu de repos sur les vergues en hauteur décollent au mouvement brusque et bruyant du navire. Le rythme des clapotis de l’eau contre les parois du port laisse place au grincement du bois produit par la longue manœuvre. Quelques familles se hâtent au bord du quai pour dire adieu aux passagers et les regarder s’éloigner.

Une scène à laquelle le sabreur masqué n’a pas le droit, étant donné que lui doit voyager en solitaire. Il tourne son attention ailleurs, vers l’horizon bleuté. La brise marine qui vient souffler sur son visage le plonge dans un moment de contemplation. La soif de découverte et d’exploration, l’envie de voyager au loin et de défier l’inconnu.

_________________
Le sabreur balafré [Solo] 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Le sabreur balafré [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: