Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Profession de foi du condamné_[Libre]


Lun 17 Déc 2018 - 0:29

La mal nutrition conduit vers un certain degré d'épuisement. La crasse sur le corps, à un certain dédain de soi, aussi précieux que l'on me décrivait, j'étais maintenant maigrelet, et de la prestance royale de jadis ne demeurait qu'un regard pas encore éteint, même si l'on me privait depuis si longtemps de la lumière du soleil. Les jours à passer sans ne savoir pas en quoi résultaient mon avenir, servait-il à briser mon esprit ? L'insoumis que j'étais devait-il compter sa misère au tempo de ces jours sans trame pour les reconnaître. Croire que je pouvais perdre la raison en me laissant croupir dans un cachot serait mal me connaître, ni la promesse de la mort ou de la douleur ne me mirent jamais le genou à terre, ce ne serait pas une cellule sombre qui y parviendrait non plus.

J'avais mis à profit le temps libre que l'on m'avait imposé pour faire le point sur mon âme, la somme de mes réussites et de mes échecs, j'avais eut le temps de retrouver ce qui faisait ma substance, et de m'enfoncer plus profondément vers le gouffre de mon idéal, qui ne comptait de sentiment rien qui ne fut un lien que je ne saurai désormais briser. Ami, amour, ennemi, rien qui ne ferait vibrer mon être plus que le désir ardent de la réalisation de mon rêve, non je n'étais pas finit, tant que je vivais, je n'étais pas fini. Un accroc dans le chemin qui me menait vers la cime du ciel, rien qui ne devait me mettre définitivement à bas. Je n'étais que d'autant plus conforté dans mes projets, et je devais maintenant entreprendre d'y mettre les formes les plus adéquates.

Grimper encore, mais quelle masse me suivrait ? Le chaos et le fléau de la guerre ne passaient pas par l'unique entreprise de conquête d'un seul, je devais façonner la scène pour y favoriser tous les élans bestiaux de l'homme, qu'il s'y noie et s'y jette à corps perdu et plein de passion. En même temps, je devais poser les premières pierres de l'édifice de la paix, pour qu'après ma mort et que l'humanité fut assouvie, obtint son lot de sang, elle se revigore sur le socle d'une paix durable et impérissable. Cette dernière étreinte, devrait être le parachèvement de ma réussite, celle qui ferait dire aux hommes qu'on ne savait si j'étais un ange ou un démon, si je voulais le bon ou le mauvais des hommes, si j'étais un tyran, ou un roi. On ne me laissait pas de quoi écrire, alors ma mémoire serait les pages où j'inscrirais toutes mes entreprises à venir. Assis en tailleur en milieu de la pièce, comme si je méditais, les idées passaient en moi et je décortiquais chacune d'elle, mâchant tranquillement et régurgitant ce qui me satisfaisait ou non. Que faire ? Comment ? Pourquoi ?


Conquérir d'abord. Des terres, une armée, Iwa, et ses forces. Réformer ensuite, tout réformer, l'armée, pour inclure les bataillons civils, les machines de guerre, les camps d'entraînement, la conscription, la formation des divisions, des animaux de guerres, la normalisation des équipements. Réformer même le titre de Kage, qu'on ne choisit que sur l'ordre d'un seul homme qui n'a pas le pouvoir militaire sur son pays, le soumettre lui, et décréter que les dirigeants doivent être désigné pour leur capacité à gouverner et non pour leur force seule. Conseil clanique, économie, commerce, politique, tout passant par une modernisation tournées entièrement vers une économie de guerre pour qu'Iwa soit initiatrice de la première tentative d'unification du Yuukan. C'est ça ! Promettre la gloire d'une nation, élevée au rang d'Empire, pour flatter l'ego des hommes, menant finalement et inexorablement à l'éclatement des territoires pour conduire à la plus terrible et grande guerre que le monde n'aura jamais connu bien des années plus tard. Civils et Shinobis combattant côte à côte, pour la gloire, la richesse, l'honneur et la paix. Le plus gros mensonge de l'histoire, et c'est bien pour ça qu'il prendra, que tout le monde y croira. Maintenant, je savais, je savais ce que je voulais et ce que je devais faire. Maintenant, je sais. Une confiance absolue me saisissait, non que je pensais que le chemin serait facile, mais que je savais être sur le bon chemin. Je n'avais pas besoin de convaincre du bien-fondé de mes projets, justes de les appliquer, de nourrir les vils appétits, de galvaniser les élans patriotiques et de donner une apparence de réforme moderne, allant toujours plus vers une équité des sujets sous ma coupe, partant en conquérant apportant la civilisation, les désirs d'indépendances feraient dans bien longtemps le reste, éclatant l'empire conquis, pour que le monde plonge de lui-même dans le chaos le plus total. Voilà.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3517-sainan-gi-tenshi-termine

Profession de foi du condamné_[Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: