Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Convalescence difficile feat Yaoguai Genkû


Sam 22 Déc 2018 - 21:42

病後 ▬ Byōgo


Il y a encore quelques heures, je me suis fait attaquer par deux personnes qui me sont totalement inconnues. Un Borukan et certainement un Hyûga, qui m'ont laissé une marque indélébile. Je ne pourrais jamais effacer ça de mon existence et toute ma vie je n'aurais qu'à regarder mon torse pour que tout me revienne. Jamais je n'aurais imaginé m'en sortir vivant et pourtant un shinobi d'Iwa m'a sauvé la vie. Yaoguai Senkû, le grand frère de mon seul ami de ce village, deux personnes venant d'Hayashi. S'il n'avait pas été là, je me serais vidé totalement de mon sang et le matin des gens auront trouvé mon corps au sol avec un gros trou dans le torse. Cela aurait alerté bons nombres de personnes et c'est pour la mieux que ça ne se sache pas, Senkû n'avait pas tort en me disant de ne pas parler de cette affaire à qui que ce soit.

Pourtant, alors que je me déplace difficilement chez moi, je ne pouvais pas m'en empêcher, je me devais d'en parler à au moins une personne. J'ai demandé à un Genin qui est venu me rendre visite s'il pouvait aller voir Genkû pour moi et lui demander de venir me voir. J'ai besoin de parler à quelqu'un et il est la seule personne d'Iwa à qui je fais suffisamment confiance pour qu'il garde ça pour lui. Peut-être même qu'il pourrait m'aider à avoir moins mal et découvrir ce qu'il s'est passé. C'est pour ça que je ressens le besoin d'avoir une discussion avec lui, avant de taper une crise de nerf et finir par tout exploser autour de moi.

Je me pose énormément de questions sur mon avenir ici, ce que je vais faire suite à cet événement et si j'ai vraiment envie de rester dans le village caché de la Roche. Je suis en train de me préparer à manger quand j'entends la sonnette de chez moi. Je mets du temps à me diriger vers la porte à cause de ma douleur constante, mais je finis par y arriver pour découvrir mon ami attendant mon arrivée.

- Oy', merci d'être venu, entre.

Je laisse ma porte ouverte derrière moi en retournant très lentement vers la cuisine.


Dernière édition par Asaara Kō le Mer 9 Jan 2019 - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Mer 9 Jan 2019 - 20:07

« higher when i’m heavy »






Alors que la journée semblait, vu le crépusculaire plafond astral indemne de toute turbulence, parfaitement commencer, il fut troublé dans ses flexions, accroché la tête en bas à un arbre. Plusieurs poids énormes autour des poignets, Genkû put constater la stupeur de son futur interlocuteur haletant. D’un mouvement, il se laissa basculer vers le sol avec souplesse et atterrit sur la plante de ses pieds, le torse luisant de sueur à cause des heures passés ici. L’adolescent qui possédait le même grade que lui se mit alors à déblatérer entre deux reprises de souffle qu’il avait un message pour lui de la part de Kô demandant sa présence et le comment il l’avait trouvé en interrogeant la branche commerçante des siens sédentarisée ici. Il se contenta d’acquiescer puis prit la direction des quartiers du Kazejin toujours aussi peu dévêtu.

Arrivé aux abords du domicile, maintenant sec, il appuya sur le petit bouton et attendit que son nouvel ami vienne ouvrir, ce qu’il sembla tarder à faire. Au seul bruit de ses pas sur le sol, il comprit que quelque chose clochait ; il en eut la confirmation en le voyant au seuil de la porte. D’un bref hochement de tête en guise de salut, il finit les mondanités et s’invita en glissant derrière lui, retirant ses getas.

Une fois assez proche et le brun immobile, Genkû prit la parole pour briser le silence. “ Pas d’soucis. Sale blessure que tu as là. ” Procédant à un check-up par instinct, il décela la cause de ses potentielles douleurs hypothétiques et posa sa patte sur l’épaule de son comparse. Kô aurait pu y voir un mouvement amical ; mais il n’était pas simplement là pour ça. De sa main irradia de l’encre qui vint s’inscrire de façon indolore sur l’épiderme de l’expatrié et le chakra du Yaoguaï se mit à circuler pour apaiser lésions et douleurs tandis que sa main guérisseuse venait s’appuyer contre l’évier.

T’as essayé de partir à Kaze et ça s’est mal passé? ” Un peu moqueur, il laissa son dos s’affaisser jusqu’à toucher le mur derrière lui et attendit patiemment des explications ; il se doutait qu’en le faisant venir ici, l’autre ‘shinobi’ ne comptait pas se murer dans le silence.









Dernière édition par Yaoguaï Genkū le Ven 11 Jan 2019 - 21:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509

Mer 9 Jan 2019 - 22:21

病後 ▬ Byōgo ▬ Après la maladie


Mon nouvel ami est arrivé torse nue, il devait sans doute être en train de s'entraîner quand mon messager l'a trouvé. Il n'a même pas perdu de temps à rentrer chez lui pour se changer et est venu directement, si cela prouve pas que je peux compter, alors rien ne le serait. Je ne pouvais pas m'empêcher d'avoir un sourire sur le coin de la bouche tout en me dirigeant lentement vers la cuisine. Pourtant je suis interrompu par Genkû qui pose sa main sur mon épaule et petit à petit, je ressens moins de douleurs au niveau de mon torse et de mon dos. Il semblerait bien que l'originaire d'Hayashi me soignait en quelque sorte. Il m'avait caché qu'il était doué en Iroujutsu, mais je ne suis pas stupide, si ma douleur s'efface depuis qu'il a sa main sur mon épaule, c'est que c'est lui qui est en train de faire quelque chose. Avant même que je ne puisse lui en parlé, il reprend la parole en ce moquant un petit peu de moi. Je ricane doucement avant de reprendre route vers la cuisine.

"Je me faisais à manger, tu as faim ?" Je suis dans la cuisine et reprend ce que j'étais en train de préparer tout en rajoutant plus de dose de chaque ingrédient, après tout même si mon ami ne mange pas, ça m'en fera en réserve pour plus tard.

"Alors... Ton frère m'a dit d'en parler à personne, mais je savais que je t'en parlerais à toi." Je repense à mon réveil, quand un homme regardait comment je me portais, Senkû, qui semblait presque inquiet pour moi. "J'ai d'abord reçu une lettre anonyme..." Je sors de ma poche cette fameuse, que j'avais préparé pour la venu de Genkû et je lui laisse le temps de la lire pour qu'il comprenne la suite. "J'y suis donc aller à ce fameux rendez-vous et là je me suis fait attaquer par deux shinobis que j'ai sous-estimé totalement... Erreur que je ne ferais plus. Ils m'ont attaqués par devant et par derrière et l'un des deux, un Borukan, m'a transpercé le corps et je me suis réveillé chez moi, totalement soigné, par ton frère apparemment, avec d'ailleurs ce dernier qui me regardait." Je lui donne plus de détails sur le combat dans son ensemble avant de commencer à m'énerver contre moi-même.

Je prends le verre d'eau que j'avais à mes côtés et le balance contre le mur le plus éloigné de Genkû pour le voir exploser. Une petite douleur lors du mouvement, mais grâce à mon ami elle était moins gênante que ces derniers jours. "Désolé... Je... M'en veux tellement !" Je baisse la tête, retournant dans ma préparation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Sam 12 Jan 2019 - 16:34

Une maladie loin d'être bénigne


Kô sembla s’inquiéter de l’état de son estomac et en bon Yaojin il lui fallait reprendre des forces après un tel entraînement. Curieux de goûter la cuisine d’un compère expatrié venu d’un pays qu’il n’avait jamais visité, il répondit positivement en hochant la tête. Adossé de la sorte, il laissa le Kazejin s’exprimer et écouta avec attention ses propos. “ Tu peux y aller. ” Il tapota de son index le bord de l’évier humide et observa de ses pupilles mordorées le flavescent manieur de sable tenir ses propos.

Quand il sortit la lettre, Genkû en ota rapidement le cachet et dévora les quelques mots avec un sourire forcé. Ces kanjis et cette manière d’écrire ; cela lui rappelait étrangement quelqu’un. Était-ce plausible ? Bien sûr. “ Soka. Des Iwajins, donc. C’était sûrement le test pour ladite évaluation afin de te faire rentrer dans un quelconque ordre secret. À vrai dire je n’ai jamais entendu parler d’une telle branche au village, mais c’est le propre de ce genre d’unités shinobis. ” Le dernier mot de sa phrase sembla du venin qu’il s’empressa de cracher. Il fut ensuite question de son frère. Senkû l’avait soigné ? Voilà le premier élément qui fit lever un sourcil au sauvageon ; son frère ne savait que démantibuler et en aucun cas réparer le corps humain, ça il en était sûr.

Toutes les pièces semblaient s’agencer ensemble mais il douta du fait qu’il était temps de partager son hypothèse. Sa pensée fut vite confirmée par le geste de son voisin qui, de rage, alla briser un peu de vaisselle en s’excusant peu après. Son pardon ? Pour quoi, exactement ? Sa faiblesse au combat ? Ce récipient qui ne lui appartenait pas ?

J’imagine que c’est une bonne leçon. Tu n’as pas à t’excuser, Kô. Enfin. Si. ” Genkû afficha un immense sourire. “ T'aurais dû m’appeler pour que je vois de mes yeux Senkû soigner quelqu’un. ” Il pouffa de rire et s’approcha de la préparation du Kazejin pour en découvrir les tenants et aboutissants. “ Si tu veux mon avis, ça ne vaut pas le coup de chercher les responsables, qui ont toutes les autorisations nécessaires. D’où ma prochaine question ; que comptes-tu faire ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509

Sam 12 Jan 2019 - 18:21

病後 ▬ Byōgo ▬ Après la maladie


Alors comme ça, il est possible que je me sois fait attaquer par des membres... d'Iwa ? Comment ? Pourquoi ? Même si ce n'est qu'un test pour je ne sais quelle branche, cela veut dire que j'ai faillis mourir par la main de ceux qui sont censé me protéger. Comment je peux accepter qu'une chose pareil se passe, impossible. J'avais déjà des doutes sur le fait que je dois rester ici, mais là avec ce que vient de me dire mon ami, j'en suis totalement convaincu, je partirais dès que je m'en sens capable, dès qu'une porte de sortie s'offre à moi. "Je vois..." C'est qu'une hypothèse car apparemment il n'y en a pas officiellement dans ce village, mais si ça ressemble tant que ça à un test alors je pense que Genkû a raison et je préfère me dire ça, au moins ça renforce mon envie d'ailleurs.

Il me dit que je n'avais pas à m'excuser, sauf de ne pas l'avoir appelé quand Senkû m'a soigné. Je souffle du nez pour ne pas rigoler, mais il ne comprenait pas que je m'excuse pour mon coup de sang. Peu importe, ce n'est pas si important contrairement à ce qui va suivre. "En fait j'étais dans le coma, j'ai demandé à ton frère si c'est lui qui m'a soigné et sans grande conviction il m'a dit entre autre et est vite passé à autre chose. Je t'avoue que j'ai pas cherché à en savoir plus." Je finalise mon plat avant de mettre ça sur le côté pour mettre sur la table ce qu'il nous faut pour bien mangé. Je pose le tout sur la table, invite mon ami à s'installer et lui sert à gros bol avant de me servir à mon tour. "J'espère que tu vas aimé la cuisine du désert, un plat que ma mère me faisait souvent." Je commence à manger car j'ai vraiment la dalle avant de nous servir des verres d'eau.

Dès que j'ai fini quelques bouchés, je reprends la conversation là où elle s'était arrêté car il m'avait demandé ce que je comptais faire ensuite. "Et bien... Déjà, je vais retourner voir une personne qui te considère comme Maître, Honma, qui m'a dit d'aller le voir si j'avais besoin de lui et je compte bien devenir plus fort à ses côtés, apprendre de sa sagesse et de ses capacités." C'est vrai que je voulais voir mon ami pour lui parler de ça également, car depuis ma rencontre je ne l'avais toujours pas revu. "Ensuite, comme j'ai laissé entendre à ton frère, je n'ai pas l'intention de rester ici, j'attends une solution pour me barrer... Iwa, les villages cachés, c'est pas pour moi, je suis un homme libre, un homme du désert, un nomade... Ton frère m'a calmé en me disant qu'il s'occuperait personnellement de mon cas si je décide de partir, mais... Je n'ai pas sa force de m'intégrer dans un monde de menteur et manipulateur, j'aurais dû faire comme mes parents, rester loin de tout ça et me contenter de visiter." Voilà, s'il y avait bien une personne à qui je pouvais parler de tout ça, c'était à Genkû et c'est pour ça que je le fais sans craindre quoi que ce soit. Je sais qu'il me comprendra et ne me verra pas comme une merde contrairement à n'importe quel autre shinobi d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Sam 12 Jan 2019 - 20:51

Totem animal




Kô n’était pas plus bête qu’un autre et il comprit où voulait en venir le Yaojin. Ses dires suivants affirmèrent son hypothèse née quelques minutes avant et l’homme en devenir hocha la tête avec peu de vigueur. Ne voulant pas effrayé son nouvel et seul ami entre les murailles de Roche, il continua de passer sous silence sa possible découverte et opta pour le mensonge par omission qui n’en était finalement pas vraiment un ?

Sage décision. Ce qui est secret est voué à le rester, ça ne t’apporterait rien. ” Son conseil se tenait et la lettre précisait bien de rester dans le mutisme. La sanction avait à la vue de la cicatrice était assez sévère, il n’avait donc pas de raison d’en provoquer une seconde.

Une fois servi et installé il ne se fit pas prier pour attaquer et faire honneur à la recette de la génitrice de Kô. Il y avait quelque chose de sacré dans ce genre de savoir transmis et le sauvage s’en donna à cœur joie, l’esprit pourtant occupé à faire et défaire les pièces du puzzle bientôt résolu. En train d’avaler sa bouchée, il manqua de s’étouffer au nom de son mentor. “ Na.. Nani ?! Honma ?! ” Reprenant son calme et son repas avec un calme détonnant avec la réaction passée, il ne put s’empêcher de sourire à ce nouveau point commun. “ Lui et moi sommes liés aussi. C’est un grand homme et tu apprendras beaucoup à ses côtés.

Plus le temps passait et plus Kô semblait se dessiner sur la toile incertaine du futur comme un allié. “ Senkû est un très grand traqueur. Dans notre pays, lui et son caméléon sont connus. Mais si tu t’y prends bien, je suis sûr que tu en réchapperas intact, je le connais bien après tout. ” Il pouvait se permettre de lever un peu le voile sur ses intentions. Honma le tuerait s’il le trahissait, après tout.

Ne te fais pas trop mal à la tête avec le conditionnel. Tôt ou tard se présentera l’occasion, crois-moi. ” Sans lever les yeux de son bol il continua d’engloutir la préparation. “ Mes compliments à toi et ta mère, c’est très bon. ” Il lui sourit sincèrement, puis mangea. Encore.



_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509

Sam 12 Jan 2019 - 23:00

病後 ▬ Byōgo ▬ Après la maladie


Je suis heureux de voir que mon ami apprécie la cuisine de Kaze no Kuni et même plus précisément du désert, au moins le savoir que ma mère m'avait transmit ne plaira pas qu'à moi si je dois refaire la cuisine un jour. On continue de manger tout en discutant et je suis surpris de la réaction de mon ami quand il entend le nom d'Honma, de plus il confirme que c'est un grand homme, alors plus de doute possible, je vais retourner le voir dès que je me sentirais un peu mieux. "Je suis content de voir que ce que je pensais d'Honma est confirmé par toi, je ne me suis pas trompé en ayant confiance en lui." Effectivement, je n'ai plus aucun scrupules.

Bien sûr, je ne suis pas étonné quand il me dit que son frère est maitre en la matière et d'un côté ça me fait peur, mais d'un autre, je sais que je pourrais apprendre beaucoup de chose auprès de lui. De plus, chose que je ne savais pas, Senkû est accompagné d'un Caméléon, sans doute un Kuchy, c'est une bonne information à prendre également. "Disons que quand c'est ton frère qui préviens, faut pas trop faire le malin j'imagine. Sauf que je l'ai prévenu également, quand je m'en sentirais capable, je suis prêt à le défier au jeu du chat et la souris." Le regard déterminé que j'avais quand j'ai annoncé ça au Jônin venait de réapparaître sur mon visage.

Mon ami me fait savoir de ne pas trop m'inquiéter et que ça viendra un jour et je ne sais pas pourquoi, je suis rassuré par ses paroles. Si c'est lui qui me le dit ça doit être vrai, alors c'est ça, avoir un ami sur qui compter. "Tu sais Genkû, je ne te l'ai jamais dit, mais jusqu'à aujourd'hui je n'ai jamais eu d'ami, préférant me balader sur le sable de Kaze, préférant aider mes parents en tant que guide. Je te remercie d'être là, tu peux compter sur moi dans le futur... Mon ami." Moment émotion, moment sentimental, mais des fois dans une relation, peu importe laquelle, ça fait du bien d'avouer ce qu'on ressent. "Tu lui diras toi-même le jour où nous iront à Kaze, j'ai plusieurs projets là-bas et je compte bien t'emener avec moi, mais je te remercie." Dis-je en finissant ce qu'il y a dans mon assiette. En ce moment c'est ce que je préfère dans la journée, manger et c'est pour ça que je m'applique à faire des choses venant de chez moi, j'ai tout mon temps. "Et toi ? Que comptes-tu faire dans le futur ? Tu te vois faire comme ton frère et t'adapter à ici ? Devenir un grand shinobi ? Moi... Ça me fait pas rêver." Je lui dit ça, alors qu'à notre rencontre je lui disais vouloir devenir le meilleur. Des choses ont changés et voir ce monde m'a montré que j'étais dans l'erreur, il y a des choses bien plus intéressantes dans la vie que de montrer qu'on est le plus puissant de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Lun 14 Jan 2019 - 18:04




T S U K I M O N O




« Voilà qui est courageux. Voir arrogant ! Mais c’est ton droit et je te comprends. »

Genkû apprécia la détermination de Kô, restait à l’éprouver plus durement s’il espérait faire face à son aîné, possesseur de l’arcane secrète Hachimon et détenteur du titre de Sennen Mûsha. Il lui faudrait sûrement de l’entraînement pour en arriver à l’espoir de lui filer entre les doigts mais c’était après tout un leimotiv pour l’aider à devenir plus puissant.

Ne versant habituellement pas dans le sentiment et non-apte à les dévoiler si facilement, il apprécia tout de même cette espèce de confidence et sembla même en sourire, comme pour confirmer au Kazejin son accord tacite. Une amitié était pour Genkû comme un contrat jusque-là mais depuis la rencontre avec lui, il se laissait à penser qu’après tout, il n’était point un shinobi et qu’il pouvait voir en lui ce qu’il voyait dans ses compères Yaojins.


« Sache que je te considère tout autant, Tanuki*. »

Il esquissa un large sourire découlant du précédent et se mit à finir son bol toujours attentif aux propos de l’autre étranger, rêvant à visiter dunes et paysages du désert en toute liberté, sorti de cet étau hiérarchique.


« Voilà une question difficile. Pour tout te dire, je ne suis pas venu ici de mon fait. Et je n’ai pas la patience de Senkû pour ces choses-là. Disons que le futur ne sera pas le présent, si j’peux me permettre. » Ainsi il lui laissait présager de son possible départ sans donner une heure ou un lieu, comme une épée de Damoclès au-dessus de sa présence.

Genkû se leva et prit la direction du dehors.
« Allez, assez de paroles. Allons entraîner cette faible enveloppe pour espérer la rendre un peu plus libre. »

Sans attendre, il s’engouffra dans l’encadrure de la porte et quitta le domicile, ventre plein.










_________________
Hayashi > le reste

雷帝 ₪ RAITEI
what's up danger ; don't be a stranger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4741-daiyonko-the-4th-law#36763 http://www.ascentofshinobi.com/u509

Convalescence difficile feat Yaoguai Genkû

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: