Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Frontière [Ineko]


Dim 23 Déc 2018 - 16:02
Début du printemps de l'année 203...

D’un geste de sa fine main, la Rônin balaya le dernier pétale de cerisier qui avait accompagné son épaule jusqu’à maintenant. Tout un signe pour celle qui quittait un pays dans lequel elle avait passé tant de printemps. Mais pas celui-ci, se répondit-elle. Elle inspira une bouffée de son kiseru, puis passa la frontière.

D’autant qu’elle puisse se souvenir, la jeune femme avait songé plusieurs fois à quitter Tetsu no Kuni. La première fois, c’était lorsqu’elle s’était réveillée dans une chambre près des quartiers du Shogun lui-même, lorsque des Samouraïs l’avaient recueilli à la frontière, blessée après avoir fui la guerre civile de Hi. L’enfant qu’elle était ne pouvait supporter d’être éloignée de ses parents et, malgré l’impossibilité qu’ils aient survécu à ce qui s’était passé, elle avait tenté de fuguer à plusieurs reprises pour aller les retrouver. Heureusement pour elle, on l’en avait empêchée…

La seconde fois, c’était quand l’un des apprentis – Tsumei(1) – avait péri lors d’un accompagnement à l’extérieur des Dojos. Ce crétin avait toujours clamé haut et fort sa supériorité et la perte fulgurante d’une nouvelle personne appréciée avait provoqué un traumatisme suffisant pour que l’adolescente ait envie de tout plaquer. Cela lui fut interdit, là encore fort heureusement, et elle put garder le katana de son ami, celui-là même avec lequel elle s’exerça.

Bien sûr, elle songea à quitter ces vieux croutons à chaque fois que ces derniers la sermonnaient pour n’avoir pas choisi de spécialité au Bukijutsu. Si elle suivait les cours de Kenjutsu avec assiduité, elle avait toujours enfreint les règles pour apprendre à manier d’autres armes. Mais pouvait-elle vraiment croire qu’elle aurait quitté les Samouraïs pour ça ?

Non, en réalité, la troisième et dernière fois qu’elle pensa réellement quitter Tetsu no Kuni fut lorsqu’une grande partie des Nagamasa, dont Chôgen son principal tuteur, décidèrent de partir pour Rokkusu, ce village réputé à Tsuchi no Kuni.

« Putain de forêts qui n’en finissent plus, pesta celle qui n’avait d’autre choix que d’ouvrir sa carte. »

Mais le bruit de pas la fit stopper son mouvement. A quelques mètres sur le côté, une autre femme traversait aussi le pays… à dos de cheval. Sous son fin parapluie en papier de riz, Asahi l’interpella.

« Excusez-moi, où vous rendez-vous ? Je suis un peu… ouais, paumée. »

1. Le principal katana d'Asahi se prénomme Tsumei, hommage à son défunt compagnon d'apprentissage, qui l'utilisait lors de son vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3733-garyosen-ryoga http://www.ascentofshinobi.com/u739

Dim 23 Déc 2018 - 18:46
Depuis que je suis partie de la maison où j'habitais avec mes parents, j'ai pas mal voyagé. Je n'avais jamais voyagé autant. En fait, mis à part les villages aux alentours de chez nous, je n'étais jamais vraiment sortie. Maintenant que Tempête et moi on parcourt les routes ensemble, j'ai franchi le pays en long en large et en travers. Enfin en tous cas, j'ai essayé. Je ne suis pas franchement sûre d'avoir vraiment parcourut tout le pays.

En tous les cas, ça fait maintenant plusieurs mois que l'on voyage, sans réel objectif. On suit les routes, parfois des panneaux. On s'arrête aux auberges et écoute les rumeurs des autres voyageurs. Enfin moi surtout, parce que Tempête ne peut pas rentrer à l'intérieur. Je ne sais pas pourquoi, mais les chevaux sont interdits dans les établissement. Bizarre, non ? Et parfois aussi, je le laisse juste suivre son instinct. Je le guide un peu, mais le laisse aller où il veut. Mais pas cette fois, j'ai un objectif.


« Hey, où tu vas comme ça ? »

Je tire sur la bride pour lui faire faire demi-tour mais il n'a pas l'air d'être du même avis. Il piaffe, et poursuit sa route. Je crois que je lui ai laissé trop de libertés ces derniers temps, il pense qu'il peut décider maintenant. Une voix me fait tourner la tête. Une silhouette féminine, portant un élégant parapluie disait des mots, eux, pas très élégants. Je lui souris tandis qu'elle m'interpelle.

« Bonjour ! Hé bien, je vais... Par là ! »

Je lui montre du doigt la direction que prend mon cheval, qui n'a pas l'air de vouloir s'arrêter. Je tire sur la bride de plus belle.

« Tempête, stop ! »

Cette fois-ci il s'arrête, et je soupire de soulagement en descendant de cheval. Je me retourne de nouveau vers la jeune femme, qui dit être perdue.

« Je voulais aller à Yu no kuni, il parraît qu'il y a de superbes cascades et des bains chauds là bas. Mais avec lui là... » Je me tourne vers Tempête. « Je crois que je ne suis pas vraiment à la bonne frontière. »

En gros, je ne suis pas certaine de pouvoir l'aider.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5043-errer-seule-c-est-bien-avec-d-autres-c-est-mieux-termine#39513 http://www.ascentofshinobi.com/u729

Mer 26 Déc 2018 - 0:41
Une tempête ? Pendant une fraction de seconde, c’est bien ce à quoi la Rônin pensa. Mais en voyant son interlocutrice tirer sur la bride de son cheval, elle comprit bien que c’était justement le nom de ce dernier. Tout en s’approchant de ce dernier, doucement, la Tetsujine ne tarda pas à risquer sa main sur la crinière de la bête, comme pour la saluer. Sous son ombrelle, elle jeta un regard malicieux vers sa maîtresse.

« Tempête ? Enchantée. Quant à ta maîtresse… »

Lâchant le cheval, la fine main de l’ex-Samouraï fut tendue vers celle de l’inconnue. Avec un rictus et une simplicité qui lui était accoutumée, elle se présenta.

« Asahi, je suis ravie. »

Que la jeune inconnue ait décidé de lui serrer la main ou pas, la Tetsujine n’aurait que faire. L’important était qu’elle s’était présentée et qu’elle prenait cette rencontre comme une bonne nouvelle, rattrapant un voyage qui aurait pu s’avérer difficile. Et si les deux femmes semblaient aussi perdues l’une que l’autre, c’était toujours mieux que de l’être seule.

Il y avait quelque-chose qui avait tout de suite intrigué la Karasu. En effet, son interlocutrice portait une arme sur elle : assurément une épée. Outre le fait d’avoir une très bonne vue, Asahi avait une connaissance du Bukijutsu aussi souple que profonde. Et en descendant de son cheval, l’inconnue avait vu son épée sortir un tout petit peu de son « fourreau ». Cet instant avait suffi à l’amoureuse des armes de remarquer que cette épée que portait cette inconnue était… en bois. Totalement.

« Ce n’est pas très sûr pour une femme de se promener seule sans une bonne arme et la tienne… Elle pointa l’épée en bois du doigt. … elle ne m’a pas l’air optimale. »

Même si Asahi se demandait s’il n’y avait pas une explication possible à ce que sa prochaine ait sur elle une épée de bois, sans doute d’entraînement donc, comme seule arme, elle préféra lui sortir sa carte du pays. Encore une fois avec un rictus, elle lui montra la plus grande ville du bout de l’index.

« Mais ça tombe bien. Quelqu’un me doit de l’argent, à Yûgure. Allons-y ensemble et nous en profiterons pour t’acheter une meilleure arme que celle-là. Je m’y connais, t’inquiètes pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3733-garyosen-ryoga http://www.ascentofshinobi.com/u739

Mer 26 Déc 2018 - 14:31
La jeune femme s'approche de nous quand j'ai enfin réussi à faire stopper Tempête. Elle s'intéresse d'abord à lui, en lui caressant la crinière. Ce qu'il apprécie. De toutes façons à partir du moment où on s’intéresse à lui, il est content. Puis elle me salue, et se présente. Serrant la main tendue, j'en fais de même.

« Ineko. Susukai Ineko. »

Avec un grand sourire. En espérant que ce ne soit pas une ruse pour me faire baisser ma garde. D'autant plus qu'une fois les présentations faites, elle est passée au tutoiement. Ce qui m'arrange bien, après tout nous avons l'air d'avoir sensiblement le même âge. Et puis elle me fait une bonne impression. Sans doute parce qu'elle a commencé par saluer Tempête avant moi. C'est peut-être stupide, mais la réaction qu'ont les gens face à mon cheval me donnent beaucoup d'indications sur eux. J'évite tout particulièrement les gens qui en parlent comme d'un « canasson » ou n'ont aucun respect envers lui. Certes il m'est utile, mais il est avant tout un ami et mon compagnon de voyage. Le maltraiter, c'est comme si on me maltraitait moi. Enfin, ce type de personne le comprend bien vite de toutes façons. Rien qu'au regard que je leur lance... Mais cette fille n'en fait pas partie.

« Ha, ça ? »

Elle s'inquiète de ma sécurité, c'est aimable. Je sors mon épée pour lui montrer. Elle est certes en bois, mais la lame est affûtée. J'y ait même ajouté quelques gravures pour l'esthétisme. Quant à la garde, elle tient parfaitement dans ma main, puisque je l'ai faite sur mesure pour moi. Pareil pour le poids, ni trop lourde ni trop petite, mon arme a beau être faite de bois, elle est parfaitement adaptée à ma corpulence et à l'utilisation que j'en fais.

« En acheter une ? Je n'ai jamais fait ça. Toutes mes armes, je les fabrique moi-même en les adaptant à mes besoins. »

Mais sa proposition m'intrigue. Il est vrai qu'elle en porte pas mal sur elle, et elle doit donc dire vrai. Mais pourquoi proposer ça à une inconnue ? Par pure gentillesse, ou est-ce qu'il y a autre chose derrière ?

« C'est une belle offre. Je te fais tant pitié que ça avec mon épée de bois ? »

Je lui adresse alors un sourire en lui posant la question sur le ton de l'humour. Après tout, je ne saurais pas si je lui demande pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5043-errer-seule-c-est-bien-avec-d-autres-c-est-mieux-termine#39513 http://www.ascentofshinobi.com/u729

Frontière [Ineko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: