Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Shinju dans la tourmente (versus Pièges du Dojo : solo)


Lun 24 Déc 2018 - 18:14
Observant l'équipement flambant neuf qu'on lui avait remis suite à son enrôlement dans les forces armées de Kiri,il y a cela quelques jours : la fraîche genin vérifia les attaches de son sac de kunais ainsi que de son Hitai-Ate qu'elle fixe à sa taille en le laissant pendre d'un côté-peut-être plus tard, elle le coudra à sa capuche...elle ne savait pas encore.

Mais là, elle avait surtout envie de s'entraîner davantage avec les kunais et shurikens. Les kunais ça allaient bien qu'elle devait consciemment prendre en compte la répartition de leur poids et ne pas précipiter leur lancer et ne plus les considérer comme de simples couteaux. Pour les shurikens...

Disons qu'elle devait était encore au stade où elle les prenait délicatement avant de les jeter n'importe où dans le décor : enfin, elle n'avait touché personne par accident-sûrement, car elle s'entraînait dans un coin isolé. Mais elle touchait quelques fois le tronc d'arbre : au niveau des racines et non du centre mais ça grimpait lentement.

Enfin, elle aurait sûrement dû amener un harpon de son village même si il n'aurait pas pu entrer dans la petite sacoche qu'elle décida d'accrocher à sa cuisse droite. Bon, elle allait quand même prendre quelques bandages pour maintenir ses articulations du poignet et des chevilles qu'elle cacha sous des protèges-bras et protèges chevilles...

Même si la sensation de liens sur sa peau était une nouveauté pour elle et pas forcément agréable : peut-être elle reprendra ses gants de pêcheur finalement. Là, elle devait s'assurer de ressembler le plus possible à une kunoichi pour pouvoir se fondre dans leur peau et essayer de percevoir le monde de la même manière qu'eux...

Enfin, ça ne voulait pas dire qu'elle allait se mettre à fumer comme les deux figures du monde Shinobi qu'elle connaissait : Harumi et Yami. Elle ne voulait pas perdre la sensation pure de l'air qui entre et sort de ses poumons ainsi que les senteurs l'habillant.

S'observant dans un miroir, elle ne put empêcher une grimace étirée ses lèvres bleues face à son accoutrement : oui, finalement elle reprendrait sa tunique blanche à capuche habituelle sur son shorty noir de plongée et avec ses gants de plongées. Tant pis, elle ressortirait par sa blancheur des rangs des Kirinins mais leur "tenue typique des genins" ne lui convenait pas : elle resterait elle-même.

Bon, cet interlude vestimentaire terminé : l'heure était venue de réaliser sa première visite au Grand Dojo dont elle entendait parler. Pas pour y briller et découvrir qui était ce Saji si respecté ou observer le caractère strict du Gardien ni pour essayer d'apercevoir des sabreurs mais pour se mesurer à aurait ce qu'un certain marionnettiste Kobayashi aurait mis en place pour ses confrères genins : une sorte de test.

Pour dire vrai, des marionnettes de combat seraient quelques choses qu'elle aimerait bien voir d'elle-même comme tous les autres Arts Ninja existants. Pour la découverte, apprendre ce qui lui conviendrait...Sauf que ces savoirs étaient précieux et jalousement gardés après tout, c'étaient les outils servant de frontière entre la vie et la mort de leur propriétaire.

Cependant, elle avait encore le temps de se trouver un maître qui pourrait lui enseigner ce qui conviendrait le mieux à une assimilatrice suiton comme elle et l'aider à évoluer... Là ce qu'elle désirait ardemment savoir était de pouvoir situer son stade par rapport aux standards shinobi. Ensuite, elle pourrait écumer la bibliothèque comme elle le souhaiterait et commencer ses entraînements.

Ce n'était peut-être pas la décision la plus sage mais c'était la seule qu'elle pouvait réaliser d'elle-même et sans dépendre de quelqu'un. Comment connaître ses limites si elle ne se mettait pas en situation réelle ? Et sans supports sur qui se laisser aller. Un plongeon dans le vrai bain enfin avec des mesures de sécurité pour éviter la noyade assurée.

C'est pourquoi elle était devant le Grand Dojo et admirait son architecture : c'était bien la première fois qu'elle voyait un tel monument et elle prenait le temps de s'imprégner de l'air solennel qu'émanait du lieu-ainsi qu'une odeur de sang, de sueur et d'encens.

Saluant d'un signe de tête le Gardien qu'elle vit de loin, elle prit le temps de chercher et lire les règles appliquées en ce lieu pour s'y plier. Une fois assurée de ne pas enfreindre par ignorance un quelconque interdit, Shinju s'enfonça dans les profondeurs du bâtiment en direction de la nouvelle salle des pièges.

Finalement, elle allait pouvoir déterminer à combien de distance elle se trouvait des ninja de souche ayant débuté leur formation dés leur naissance. Et elle tâchera d'aller jusqu'au bout par ses propres moyens en se frayant un chemin entre les mailles du filet si nécessaire.

Observant une dernière fois les alentours pour s'assurer que la voie était libre et qu'elle ne risquait pas de gênée l'épreuve de qui que ce soit en débarquant sans s'annoncer : elle remarqua un jeune garçon aux courts cheveux bleutés non loin qui semblait vaquer à ses occupations mais ne semblait pas avoir l'intention de se rendre à l'intérieur.

Lui adressant un hochement de tête pour le saluer sans le distraire, Shinju toqua et n'obtenant aucune réponse au bout d'un certain temps, elle décida de tourner la poignée et de commencer son test personnel.


Salle 1 :

Le premier sens qui remarqua quelque chose fut celui de l'odorat qui perçut malgré l'odeur des produits de nettoyage, une senteur de bois brûlée dont les traces subsistaient légèrement à certains endroits. Ensuite, sa vue remarqua en premier les poteaux de bois surplombant une mer de piques tout aussi en bois. Ensuite, vint le tour des cibles rondes et semblant appeler à être touchées et qu'elle ignorera pour observer le passage barré qui semblait mener à une autre pièce.

Il semblerait donc qu'elle doive toucher les cibles pour pouvoir poursuivre... Observant les plate-formes qu'elle ne pouvait s'empêcher d'associer à d'autres qu'elle connaissait dans un autre contexte et un autre lieu.

Elle s'élança avec habileté née de l'habitude sur le premier avant d'atteindre celui qui semblait le mieux placé pour atteindre différentes cibles du même endroit.

Cela lui rappelait presque les fois où elle aidait à ramener des filets emplis de poissons en étant dans un équilibre précaire et secouée par des vagues. Elle ne put s'empêcher de sourire et d'avoir une lueur nostalgique baignée ses yeux.

Qui disparu pour laisser place à la détermination ainsi qu'à la concentration, elle devait atteindre les cibles. Pour cela, elle décida d'opter pour les kunais qu'elle lançait mieux que les shurikens prenant le temps d'armer son bras et viser, elle réalisa promptement le lancer pour...

...toucher la cible, non au centre mais suffisamment bien pour être considéré comme valide car des bruits se firent soudainement entendre et rappela à Shinju des bruits de vieille plomberie avant qu'elle ne se fasse brusquement arrosée d'eau froide.

Heureusement, son corps réagit automatique face à ce brutal jet comme si cela était une vague de la mer en réajustant son centre de gravité empêchant le déséquilibre de se finir en une chute d'une certaine hauteur au sein des piques.

Clignant ses yeux citrines qui s'étrécirent face à cette surprise, l'ancienne alma ramena par réflexe ses mèches mouillées en arrière. Libérant ainsi son champ de vision...

Oh, il semblerait que le petit Kirinin avait un sens de l'humour et avait placé des pièges en leurres et elle devait donc trouver la bonne cible. Elle espérait juste avoir assez de munitions pour réaliser la tâche, les pièges tant qu'il s'agissait d'eau ne la gênait pas mais elle était prête à mettre sa main au feu qu'il y avait d'autres cadeaux moins agréables... C'était certain oui.

Observant les cibles pour essayer d'apercevoir une sortant de l'ordinaire pour se résigner à admettre qu'elles étaient toutes identiques : du moins à ses sens tout de même entraînés à distinguer les signes trahissant la présence de fruits de mer cachés et autres poiscailles.

Elle devra donc se résigner à cibler au hasard en espérant tombée juste en se préparant à de mauvaises surprises : ce qu'elle s'attela du mieux qu'elle pouvait...

Et comme elle s'y attendait, il y eu des ratés mais aussi des réussites qui se traduisirent par des objets tentant de la désarçonner : kunais, shurikens, jets d'eau... Et lui rappelait certains des jeux qu'elle et les autres enfants du village réalisait sur les brises-vagues des plages en s'envoyant divers projectiles à éviter ou rattraper pour s'entraîner à tenir sur les poteaux en pleine mer servant à la pêche aux filets.

Et alors qu'elle atteignait la cinquième fois le but, de l'huile se répandit sur les supports de bois afin de compliquer davantage la tâche et imprégna ses protèges-jambes ce qu'elle ne remarqua pas.

Considérant que l'huile comme une autre des surprises prévues en cas de mauvaise cible atteinte, elle décida de se mettre tout de même aux shurikens. Il fallait tout de même qu'elle s'y entraîne aussi.

Les bandages de ses doigts protégèrent des erreurs de manipulations réalisées par des gestes non habitués. Bien que ceux-ci furent réduits au fur et à mesure des lancers grâce à la répétabilité de la tâche.

Finalement, alors qu'elle recevait une nouvelle pluie de kunai qui tentèrent de lui tailler une nouvelle coupe encore une fois pour la féliciter d'avoir atteint une neuvième fois une cible. Elle décida de tenter une petite folie : pourquoi ne pas tenter d'envoyer deux shurikens-n'ayant plus de kunais sur elle- en succession sur deux cibles différentes mais proches ?

Ni une, ni deux elle s'empressa de mettre à exécution cette envie et en réconfort pour ses efforts-ou par chance- les deux projectiles touchèrent leur cible respective entraînant deux sortes de réactions : la joie sincère face à une telle prouesse et une surprise nuancée entre l'agréable par la clé libérée et la désagréable en constatant qu'une flammèche esquivée venait de mettre le feu à l'une de ses jambières en tissus et huilés.

Se mettant en équilibre sur une jambe, elle se débarrassa rapidement du tissu enflammé en tentant de ne pas toucher la flaque d'huile en songeant que oui, cet uniforme standard ne lui convenait réellement pas.

Retrouvant calmement le plancher, ses projectiles égarées et offerts par les cibles ainsi que la clé, elle se mit en route vers la seconde épreuve sans ayant perdu sa motivation... Seulement une jambière de moins et des égratignures sur les vêtements bien trempés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Mar 25 Déc 2018 - 22:20
Salle 2 :

Première porte déverrouillée et une fois son seuil franchi amena Shinju dans un lieu où l'obscurité régnait en maître. Laissant les yeux s'adapter à l'obscurité, la jeune femme capta immédiatement des sifflements perçants le silence de la pièce.

Au bout d'un certain, sa vue finit par pouvoir distinguer plus en détails la situation dans laquelle se trouvait leur propriétaire. Ainsi, plusieurs ombres se mouvaient dans la nouvelle zone comme autant de poissons dans un océan de ténèbres typique des saisons hivernales où il fallait se mesurer au froid accrue de l'eau et à la baisse drastique de luminosité dans les fonds.

S'approchant d'une des ces silhouettes en mouvement, la fraîche genin senti des lames lacérées son haut et son derme. La faisant se reculer d'un pas et la força à donner un aspect aqueux à la zone atteinte pour régénérer les plaies...

Restant en sûreté, elle observa son attaquant et ses confrères. Au bout d'un certain, elle remarqua deux détails qui se révélèrent importante pour son raisonnement.

Le premier est que les nuisances sonores provenaient de trois sources distinctes et qu'elle devait donc sûrement les cibler en se guidant de son ouïe. Comme lorsqu'elle devait repérer guetter le moindre bruit dans les fonds marins lui permettant de repérer des proies que ce soit par le crissement de sable où les battements frénétiques de leurs nageoires par exemples. Le second fut plus par un hasard provoqué par le glissement de ses sandales huileuses sur le sol qui lui permit de découvrir la présence d'un rail ainsi les proies et leurs défenseurs avaient un territoire propre.

En assemblant ces deux éléments et de l'obscurité, Shinju arriva à la conclusion que la prochaine clé devait se trouver sur l'un des bruyants mécanismes et que les autres servaient à leur protection. Comme dans la vie animale, les membres faibles du groupe étaient surveillés et cachés par les membres les plus valeureux. Elle devait donc s'en prendre aux cibles désignées en veillant à ne pas se faire elle-même attaquer par leurs gardes.

Une chasse où les rôles de proie et de chasseur n'étaient pas figés dans la glace comme ça pouvait être le cas dans les plongées et les missions de shinobi.

Alors qu'elle se décidait à atteindre sa première cible, elle décida d'amoindrir les risques encourus par son organisme en lui donnant un aspect aqueux surtout lorsqu'elle s'approchait de l'espace vital des mannequins. Ce qui se révéla judicieux pour amoindrir les impacts des matraques et ne subir aucune plaie avec la rencontre des lames malheureusement, sa tenue de genin ne bénéficia pas du même avantage.

Finalement, elle finit par atteindre sa première cible pour constater qu'à par un dispositif sonore très bruyant, aucune clé ne fut visible. Tranchant d'un mouvement de kunai nette, elle réduisit au silence les appels à l'aide de cette faible proie.

Il lui restait donc deux cibles à atteindre et abattre. Ce qu'elle réalisa en esquivant au mieux les patrouilles des défenses. Suivant la seconde piste sonore qui semblait fuir vaillamment son approche, elle finit par l'atteindre pour constater que cette proie avait tout d'un prédateur.

Comme ces poissons abyssales utilisant leur appendice comme un leurre, une proie faible pour attirer dans sa gueule : les trompés servant de nourriture en se précipitant dans la gueule de leur Mort denté.


"- Non, ce n'est pas comme ça que je dois penser... Mais comme si c'était une cible plus dangereuse : un requin par exemple. Il existe donc différents niveaux de proies et certaines peuvent se défendre et renverser la situation si on n'y prend pas garde. Et généralement, de plus grands risques... songea la jeune fille durant sa lutte contre le mannequin armé de matraques, de lames, de bras supplémentaires et d'une alarme sonore.

De meilleures récompenses. Ce qui se révéla exacte puisqu'elle venait de récupérer la clé tant désirée. Maintenant, il lui restait à trouver la porte en laissant le dernier pantin bruyant vivre.

Dans sa situation, elle songea qu'elle avait récupéré ce qu'elle désirait et qu'il était inutile de faire une victime inutile parmi les proies braillants. Elle avait déjà son nécessaire c'est ce qu'elle aurait dit en tant que plongeuse respectant la nature.

Sauf que ce n'était pas forcément viable pour toutes les missions de shinobi : il était des fois nécessaire d'éliminer tout témoin des missions par prudence ou pour respecter les ordres des supérieurs. Non compatible avec son mode de vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Mer 26 Déc 2018 - 16:39
Salle 3

Ouvrant la seconde porte pour atteindre la troisième épreuve, la fille au teint de lait se stoppa sur son seuil afin de se réhabituer à la luminosité de cette nouvelle pièce. Et profita pour essuyer les résidus d'huile encore présent sur ses pieds en ôtant l'un de ses protèges bras. Une fois l'action réalisée, elle put observer l'intérieur de la pièce d'où elle était.

Des panneaux de bois dispersés de manière aléatoire avant de se stopper vers la moitié de la pièce, sur les côtés se trouvant dans son champ de vision : elle pouvait percevoir des râteliers d'armes criant à l'affrontement qui guettait.

L'adversaire ? Un pantin avec quatre bras immanquables et semblant équipé de canon relié par des tuyaux au torse du colosse. Faisant face à quiconque tenterait de traverser la pièce.

Sortant un kunai de la sacoche, Shinju rassembla ses forces afin de l'envoyer le plus près possible du Gardien afin de jauger son temps de réaction et ses capacités. A peine quelques instants après l'arrivée du projectile au niveau du premier panneau de bois qu'un jet fut projeté en sa direction. L'impact se mettant à émettre des volutes de fumées dont l'odeur âcre parvint à son délicat nez.

Mais alors que le projectile continuait sa course jusqu'aux environs proches du gardien...qui ne réagit nullement et encore moins par des attaques physiques.

On dirait donc que l'adversaire se contentait d'attaques à distances comme un insecte dont elle avait lu la description dans une encyclopédie : son nom était... un coléoptère....Bombardier ?

Elle devait donc réussir à l'atteindre pour gagner son nouvel droit de passage sans se faire toucher en se faufilant sur entre les panneaux puis à découvert pour les derniers mètres.

Elle pouvait sûrement tenter sa chance en adoptant l'aspect d'une flaque et de traverser sereinement et très lentement la pièce mais elle se demandait si le concepteur ayant sûrement plus de connaissances sur les Hozukis et autres clans célèbres à Kiri n'avait pas mis un contre : elle ne voulait pas être disqualifiée.

Enfin, elle avait d'autres atouts qu'elle avait réussi développé lors de ses longs moments où elle essayait de décortiquer et assimiler la transition dont son corps était capable en passant d'un état solide de chair et d'os à celui liquide.

Pour être honnête, elle avait aussi tenter de réaliser une imitation des techniques dont les fiers Kirinins étaient associés : comme le dragon aqueux. Enfin ses tentatives donnèrent naissance à un jet d'eau très utile pour remplir des seaux-autres récipients- ou le ménage ou arroser des plantes... rien d'effrayant ou impressionnant mais utile tout de même.

Ce n'était pas la seule réalisation dont elle était parvenue et utilisais pour passer le temps. Elle arrivait après de nombreux efforts et de concentration à produire des orbes d'eau compact à la forme irrégulière dont elle s'amusait à malaxer ou jongler avec quand elle ne les laissait pas flotter paresseusement dans les airs comme des méduses.

D'où le nom enfantin qu'elle leur avait donné en imitant avec candeur les ninja adultes :


"-Suiton no Kurage."

Trois orbes d'eaux partirent de son corps pour adopter une forme ronde avec des filaments pour flotter avec indolence autour de Shinju. On pouvait distinguer une vague ressemblance avec des méduses si on y songeait bien.

En attrapant une avec délicatesse et dont les filaments s'enroulèrent en une brève caresse autour de son poignée. Elle savait qu'elle ne devait pas se montrer trop brusque au début de leur apparition au risque de les voir éclater.

Elle devait les pousser avec douceur dans la bonne direction pour qu'elle se mette à s'éloigner d'elle. Ce qu'elle réalisa ainsi trois mollusques d'eaux s'approchèrent doucement de leur cible qui braqua ses trois autres bras sur elles avant de tirer respectivement : un jet d'eau qui emporta sa proie sans résistance, un filet dont le mollusque parvint à passer entre les mailles et un projectile qui s'enflamma et rencontra son antagoniste en émettant de la vapeur comme adieu.


*-Oh... Il peut donc attaquer en différentes directions sans temps d'attente. Sans compter que chaque canon a ses spécificités... songea la jeune femme de son emplacement originel.

Si elle voulait donc occuper tous les canons visibles de la créature, elle devrait donc créer quatre appâts malheureusement, elle n'arrivait pas à les rendre suffisamment durables si ils excédaient le chiffre trois -sans compter qu'ils ressemblaient plus à rien. Elle devrait aussi passer du temps dessus pour améliorer leur vitesse, agilité et aspect.

Enfin, ce n'était pas le moment de songer aux améliorations qu'elle pourrait leur apporter mais songer à sa propre traversée. Tant qu'il y avait des abris de bois, elle se sentait capable de passer d'une balise à une autre sans soucis en comptant sur la puissance de ses jambes pour atteindre en vitesse chaque protection.

La dernière partie de la course nécessitera obligatoirement qu'elle compte sur ses créations aqueuses pour faire diversion pour une partie des attaques. Il sera plus facile d'esquiver un canon que quatre sauf qu'elle devra réussir à les maintenir en courant sous la pression du pantin. Il fallait donc qu'elle économise ses forces-chakra- et dissipa la survivante flottante.

Mais elle se sentait capable d'y arriver bien que par prudence, elle se prépara à se réfugier sous forme aqueuse si elle réagissait trop tard pour sortir de la trajectoire du projectile aléatoire.

Ainsi, la genin laiteuse mit à exécution son plan s'approchant enfin de la manière dont un ninja se devait de penser et agir. Malgré quelques frôlements et l'inflammation de sa dernière jambière qu'elle abandonna sans regrets derrière l'un des panneaux , elle parvint à atteindre le dernier.

Où après un bon moment de création envoya en pâture trois créations aqueuses ressemblants plus aux méduses que leurs aînées pour accaparer l'attention de trois canons : acide, eau et filet. Tandis que le feu sera dédiée à leur créatrice qui s'élança en même temps qu'eux et au maximum de sa vitesse terrestre sur les derniers mètres la séparant de son objectif.

Comme attendu : deux appâts furent facilement happés par la mort tandis que les deux dernières individus composés majoritairement d'eau continuaient leur course : une tranquillement tandis que la seconde avançait à toute vitesse avant de passer sur le côté de son blocus...

Pour finalement découvrir que le passage vide qu'elle s'attendait à trouver était aussi barrée d'une porte. Ne laissant pas la confusion la figer, elle pivota rapidement sur sa cheville droite pour surveiller la réaction du pantin dont elle remarqua d'un œil que l'un des membres commençait à atteindre sa position alors que de l'autre elle distinguait sur le dos de la créature un crochet dont une clé pendait.

Ni une, ni de deux elle se jeta dessus afin de la récupérer pour l'insérer d'un mouvement fluide dans la serrure qui l'attendait avant de l'ouvrir d'un coup d'épaule et plonger dans la nouvelle pièce : fermant d'un coup de pied la porte pour servir de rempart.

Un léger bruit d'impact accompagna celui émis lors de la fermeture de la porte.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Dim 30 Déc 2018 - 16:11
Salle 4 :

Entrée...comment dire ?... En plongeant, glissante et bruyante par le claquement de porte fermée d'un puissant coup de pied. Augmentant la propulsion soumise au corps de la fille d'albâtre qui telle une raie glissa sur le sol jusqu'à s'y arrêter à plat...

...Et à quelques centimètres d'un disque tranchant qui heureusement s'éloignait de son lieu d'atterrissage lui permettant de reculer en vitesse et de se remettre debout pour observer plus sereinement les lieux.

De ses yeux, elle distingua que des obstacles s'amorçaient de manière régulière et successifs ainsi quiconque décidais de traverser cette nouvelle zone ne devait point baisser sa garde au risque de se faire cueillir par l'obstacle suivant si on ne faisait pas attention au rythme.

Observant un instant le rythme crescendo des différents pièges jalonnant le terrain. Ainsi, comme l'eau, elle devait se mouvoir et se faufiler entre eux.

Ce qu'elle fit en profitant de la voie libre laissé par le disque tranchant avant de jaillir au-dessus du tronc d'arbre comme une éclaboussure d'écume parvenant à atteindre l'innocent sur son ponton se moquant des vagues en se croyant hors d'atteinte.

Atterrissant avec volupté sur le sol qui l'accueillit durant un instant avant de la retourner dans les airs aussi rapidement qu'un geyser pour survoler les piques en guet-apens.

Les kunais des mûrs jaillissants comme des éclats pour tenter de la trancher : sauf que l'eau ne se tranche pas, changeante comme elle est : les entailles ne pouvaient qu'être éphémères et se résorber pour retourner à son aspect lisse et sans imperfection. Seules traces de leur passage furent les stries ornant dorénavant son pantalon.

La seule pause de son périple fut à son arrivée au bac métallique contenant un liquide dont l'odeur piquait les narines et ne semblait guère propice à la baignade : ce que confirma la réaction de son autre -et dernier- protège bras qui se dissous lentement dans l'acide.

Quel noble sacrifice qui ne fut regarder jusqu'au bout par l'Asayo qui avec habileté et sans une goutte de sueur passa aisément de plate-forme à plate-forme : les faux se balançant ayant l'air toutes mignonnes et directes contrairement aux déferlantes sournoises et insidieuses de la mer.

Finalement la dernière ligne droite est atteinte et de ce qu'elle pouvait voir des balles de bois balisaient le chemin avec violence d'en haut et d'en bas.

Laissant le centre praticable et sans danger ainsi comme une pieuvre usant de ses tentacules pour avancer vers sa cible ignorante de son arrivée, elle commença sa traversée suspendue dans le vide et avançant par la force de ses bras et jambes tendus entre les deux murs.

Arrivant au bout du tunnel, elle retourna sur le sol et fit des étirements pour relaxer ses muscles légèrement raidies sous l'exercice avant de tourner la clé qui l'attendait sagement dans son nid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Dim 30 Déc 2018 - 17:36
Salle 5 :

Levant son regard soufre le long du mûr d'escalade qui se présentait dans toute sa simplicité devant elle, l'ama repéra rapidement la clé à son sommet qui semblait par son léger oscillement l'invité à la rejoindre.

Prudente par ses expériences dans les salles précédentes où simplicité ne se solutaient pas de manière homogène avec facilité. C'est pourquoi elle observa les prises que lui offraient le mûr avec circonspection.

L'épreuve lui semblait trop évidente, l'escalade de falaises soumise aux vents marins, aux vagues guerrières et érodées par le temps lui semblait bien plus dangereuse.

Ce mûr semblait comme ces animaux qui adoptaient un aspect coloré et menaçant pour tromper leur éventuel prédateur. Sauf que parmi les faux, de véritables dangers se trouvaient.

C'est pourquoi elle prit son temps pour tester toutes les prises proches du sol en observant le plafond, prête à s'écarter si la moindre chose s'apprêtait à lui tomber dessus.

Par ses observations et attouchements, elle remarqua que des gravures se trouvaient sur les prises, certaines représentant une épée et d'autres une enclume comme le grand emblème plus que visible et qui changeait du sigle habituel des forgerons.

Et faisait s'interroger la jeune femme opalescente sur sa signification : elle connaissait l'expression se retrouver entre le marteau et l'enclume mais se retrouver en l'épée et l'enclume ne lui disait absolument rien.

Etait-ce un idiome shinobi ou de Kirijin ? Une blague privée ? Ou était-ce réellement lié au fait que les prises décorées de l'épée avaient des piquants qui jaillissaient de leur sein pour transpercer les mains qui s'attardaient trop longtemps sur elle et faisait pivoter des parties du mûr ? Changeant ainsi la disposition des prises.

Tandis que les enclumes rentraient au bout d'un certain temps dans leur abri, privant de leur soutien les mains lentes.

Sauf qu'aux yeux de Shinju les premières semblaient plus êtres des diodons -poisson qui sous la surprise ou le danger se gonflent et dévoilent leurs piquants- tandis que les derniers sont semblables aux Pagure qui se réfugient dans leur coquille par timidité.

Et à part ces deux types de proies-pardons prises- le mûr semblait avoir des moments de de variations. Rien qui ne semblait insurmontable pour l'adepte de l'escalade en pleine nature : juste qu'en cas de chute ce qui risquait de l'accueillir ne serait ni des rocs brisés par des vagues ou de l'eau pour l'amortir mais simplement un sol plat...

Oui rien d'effrayant en somme, il n'y avait pas du vent joueur qui allait gêner sa vision en prenant le contrôle de ses mèches blanches pour les enrouler autour de sa tête la privant de sa vision.

Fléchissant les genoux, elle commença son escalade du mûr par un bond pour gagner une certaine hauteur. Avant d'attraper et relâcher les prises avec lestes jusqu'au sommet et sautant les mouvements aléatoires des prises pour atteindre celles non atteintes : évitant ainsi de se bloquer et effaroucher les diodons et pagures qui reposaient sous ses mains.

Elle atteignit avec aisance et célérité la clé qu'elle libéra de son fil pour l'enrouler autour de son poignet pour continuer sa voie vers la porte...

...Qui la mènera vers le dernier challenge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Ven 4 Jan 2019 - 2:06
Salle 6 :

La fin du périple était à portée de vue, il suffisait pour cela que la jeune femme affronte et vaincre la sixième épreuve. Qui l'accueillit en lui présentant par une table où reposaient trois fioles bloquées par des chaines et dont les étiquettes indiquaient qu'elles seront nécessaires pour se débarrasser des effets indésirables que les obstacles-sûrement les cônes cylindriques peint d'une initiale-de la salle ne manqueront pas d'infliger à leur candidat.

Ce qui était fort probable : Nécrose, Sommeil et Paralysie étant les trois maux traités par les fioles cadenassées et dont la clé se trouvait sûrement parmi les quatre affichés de l'autre côté de la salle, elles-mêmes étroitement liées à leur support. Que devait-on donc faire pour les libérer ?

Etaient-elles ainsi bloquées pour empêcher tout ninja d'entrer en leur possession sans avoir à marcher sur les pièges apparents ? Ainsi, les candidats ne pouvaient pas utiliser de raccourcis pour valider l'épreuve en s'emparant des clés sans l'avoir mérité ?

Observant les cadenas et regrettant de ne point savoir crocheter les serrures-après tout, rien n'était mis sous verrou d'où elle venait : les villageois se faisant confiance pour ne pas avoir à se protéger et les étrangers étaient rares. La jeune femme observa les trois fioles avant de regarder les chemins tracés par chaque lettre.

Elle avait remarqué que chaque lettre avait forcément dans son entourage proche l'une de ses semblables dessinant ainsi une voie vers la table cible. Comme trois séries d'empreintes menant à la même proie mais dont elle devait décider quelle arme aurait celle-ci ?

Oui, comme si elle chassait une hydre à trois têtes dont chaque tête aurait un venin différent : la première provoquerait la nécrose des muscles : la Douloureuse, la seconde endormirait sa proie avant de la mener à la mort ignorante : l'Eternel et la dernière paralysait la victime pour lui permettre d'être témoin de son trépas : la Juste.

Ainsi, le brave qui souhaitait obtenir son trésor devait être apte à se confronter à la douleur, au sommeil éternel ou à son juste trépas. En fait, il est fort possible qu'il puisse échapper indemne aux poisons si les possibilités sont réunies mais le concepteur du piège et la vie ont tendance à nécessiter des sacrifices pour poursuivre la voie que l'on désire.

Il était donc fort probable que Shinju doive décider quel traitement l'handicapera dans son chemin : la douleur, le sommeil ou la paralysie ? Son choix naturel -mû par son instinct de conservation et sa mémoire- voulait qu'elle se tourne naturellement vers le sommeil et la paralysie qui étaient deux connaissances de son existence.

Ayant déjà dû vivre avec et s'adapter à leur présence dans son corps pour faire ce qu'elle devait faire et qu'elles étaient provoqués par des longues journées,le froid engourdissant de l'eau ou des substances ne changeaient rien à leur nature. Non, c'étaient des compagnons qu'elle connaissait bien mieux que le premier.

La douleur : la souffrance qui paralysait et pouvait pousser à la mort. Elle représente une certaine inconnue malgré quelques expériences comme la pression des abysses sur sa cage thoracique ou le froid mordant jusqu'à ses os. Ou encore la perte de Nami...

Mais la véritable souffrance physique a toujours était passager limite intangible par sa spécificité : n'ayant aucune véritable prise sur son être liquide et étant rapidement emporté dans l'oublie. Cela ne voulait pas dire qu'elle était une adepte de la douleur en quête de plaisirs inconnus mais...

... C'était une chose dont elle devait se confronter tôt ou tard dans sa vie de shinobi. Et ne valait-il mieux pas le faire dans un lieu contrôlé et en sécurité ? Qu'en mission où des responsabilités reposeront sur ses épaules ? Personne ne souhaite souffrir ou mourir bien que ce sont des écueils récurrents au cours du long fleuve qu'est la vie.

Et Shinju devait savoir à quel niveau sa tolérance se trouvait et bien qu'elle avait toujours chercher à réduire les risques et blessures pour Nami et grâces à ses instructions : elle allait faire un écart. Et s'engager sur la voie la plus épineuse et non voguer sur celles plus paisibles que sont celles de la paralysie et du sommeil. C'est pourquoi elle saisit la fiole cadenassée et la mit ans sa sacoche.

Vérifiant une dernière fois le chemin de P longtemps mémorisé avec celles de ses voisines. Et elle commença son avancée en posant son premier pas-le plus dur disait-o-sur le premier P libérant un nuage opaque et à l'odeur doucereuse au contact.

Limitant par réflexe sa respiration et arrachant un bout de tissu de son pantalon pour protéger un tant soit peu sa bouche et son nez, elle continua son chemin de P la menant sur son longue péril en direction de la clé correspondant à son salut. Et comme elle se doutait à chaque nouveau P atteint le serrement dans sa gorge se faisait de plus en plus jusqu'à atteindre ses épaules.

Ses yeux produisent d'avantage d'eau afin de soulager l'agression que les volutes opaques leur faisait subir en continue alors qu'elle avançait bientôt en se fiant plus à la vision de son esprit qu'à ses yeux qu'elle ferma. Douloureux fut le reste du chemin et sa respiration se fit plus difficile par le resserrement de sa gorge : presque comme si elle se noyait dans le poison.

Ironique sachant qu'elle n'avait jamais réellement connu cette sensation et qu'importe les vagues qui la secouaient ou tentaient de l'emporter dans leur profondeur...

Qu'était-ce que la mort ? Etait-elle si effrayante ? Douloureuse ? C'est pourquoi les gens la craignent ? Des questions qu'elle avait posé à Nami et qui lui avait répondu que l'instinct poussait les gens à fuir cette grande Inconnue et cette Fin : inéluctable. Mais que c'était plus une étape d'un cycle et que tout le monde y était contraint : c'était l'ordre naturel.

Est-ce que Shinju souhaitait rejoindre la lumière qui éclairait sa vie dans l'Obscurité de la mort ? Non, elle voulait trouver d'autres lueurs mais elle ne pouvait pas les trouver à Buntan ou dans les Abysses de l'océan. Elle avait besoin de respirer et de vivre à la surface : découvrir d'autres aspects du monde et ensuite, elle pourrait partir sans regrets vers les Contrées dont on ne revenait pas.

Sentant sous sa main le bois lisse, elle glissa sa main jusqu'à atteindre les chaînes et ensuite les clés froides métalliques. Seulement deux d'entres elles s'étaient libérées de leur lien : la clé de l'antidote et la clé menant à la sortie.

Se servant de la première, elle débloqua le mécanisme bloquant l'ouverture de la première fiole avant de la boire avec difficulté après avoir ôté son foulard improvisé. Chaque déglutition étant une épreuve en soi contre le risque d'étouffement et par la douleur ressentie.

Et alors qu'elle se dirigeait par tâtonnement vers la sortie, elle prononça d'une voix étouffée et rauque les mots suivants :


"-Dernière....fois qu'on s'empoisson..ne volontairement... Ou alors... on tâchera de..faire partager nos malheurs aux autres...voire au responsable...

The End~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Shinju dans la tourmente (versus Pièges du Dojo : solo)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: