Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Un avenir dans la Brigade. | Yami


Mer 26 Déc 2018 - 13:45
L'Ordre face au chaos. C'était un peu la doctrine qu'adopta Chigiri no Sato lors de sa création. La force prévaudrait à la montée en puissance et la recrudescence de la criminalité qui sévissait dans l'archipel. Paradoxalement c'est cette violence et cette brutalité encrée dans les mœurs Kirijins qui provoquèrent la création d'une cité militaire garante de l'Ordre, de la sécurité de l'indépendance du Pays de l'eau. Au service d'un Daimyo en mesure d'étendre son pouvoir grâce à cette force militaire mise à sa disposition.

Mais s'il y eu une multitude de villages dans l'archipel, tant sur l'île principale que sur toutes les petites îles en bordure de la plus massive. Aucun ne put prétendre égaler cette Kiri naissante et construite en des temps records, abritant une population dense et un commerce en pleine croissance via le port Naragasa. La puissance que représentait cette cité deviendrait pourtant source de contestation et de jalousie, et ce n'est pas un étendard de ralliement face aux autres nations, qui endiguerait les intérêts égoïstes et l'avidité de groupuscules éparpillés sur le territoire, encore très proches des traditions belliqueuses et meurtrières.

Mizu no Kuni devait évoluer, avec ou sans eux, et il était préférable pour Aomine que ce soit sans eux. Dés lors et depuis tout gosse, il enrichit ses idées avec celles des clans fondateurs du village, tant pour suivre cette dynamique optimiste, que pour voir émerger une nation supérieure aux autres.

--

Amené maintenant à servir la Brume Sanglante depuis ses balbutiements, la vie du Chûnin se faisait monotone et les habitudes prises régissaient le quotidien du Shinobi de moyenne classe. Incapable de régler tous les problèmes à lui seul et n'agissant qu'au bon vouloir de ses supérieurs hiérarchiques. Il savait qu'il était destiné à autre chose, à quelque chose qui servirait enfin le village en mettant à profit ses compétences à leur juste valeur. Ses nombreux appels ne furent d'abord pas très bien perçut de la part des autorités, qui voyaient en ce religieux un peu trop zélé, un type un peu trop strict à leur goût, et qui changerait leur quotidien avec une poigne trop ferme selon eux.

Tant est si bien que la rumeur parvint rapidement aux oreilles des Shinobis engagés, qu'ils soient dans le corps sensoriel, ou dans les équipes engagées sur le terrain. On avait tendance à parler de cet Aomine, qui en était à son troisième échec en vue d'entrer à la Brigade Kenpei depuis sa création par Hyôsa Hakyo. S'il n'avait pas aimé ce sale type, il reconnaissait l'évidente nécessité pour Kiri de se munir d'une police militaire faisant régner l'ordre dans la cité. Les criminels devaient être boutés hors des murs d'enceinte, et Aomine serait le fouet qui leur en ferait sortir.

Ce matin-là, il fut levé aux aurores, tirant la gueule comme toujours, en énième conflit avec ces refus successifs. Bien décidé à retenter sa chance, il passa devant le bâtiment qui était censé regrouper les membres de le Brigade. Hors, rien. Rien de plus qu'une brise qui s'échouait contre la joue du Shinobi assit là, à attendre comme un mendiant avec sa poule encore bien vivante, face à ce lieu presque déserté duquel il était souvent chassé.

«.. C'est par ses échecs que quelqu'un se forge, non par ses réussites. »

«.. C'est par ses échecs que quelqu'un se forge, non par ses réussites. »


Il ferma donc les yeux, et pria en compagnie de sa poule du jour, Katurinu, qui pressentait visiblement du sort qui lui allait être réservé, surtout après avoir vu ses proches disparaître en sacrifices quelques jours plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Mer 26 Déc 2018 - 13:51
Un avenir dans le Brigade
Feat Shimazu Aomine

« Kenpei, Kyoi ou Shiden. Tant de choix pour plus de spécialités. »

Une nouvelle journée, de nouveaux dossiers. Un ras le bol commence à se faire sentir mais le Berserk passe le temps à fumer des clopes, regarder par dessus la fenêtre pour observer la rue marchande se trouvant face au bâtiment du clan et déguste une assiette de poulet au curry accompagné d'un bol de riz. Histoire de passer le temps. Depuis sa nomination en tant que second du clan, le Hijin n'aurait jamais pensé devoir passer de nombreuses heures de sa journée à remplir des paperasses. De plus bon nombre de ses dossiers sont destinés au chef, Kewashiioke. Étant que cet homme est aigri et se dénue de toute responsabilité en ayant le toupet de proposer des idées folles comme un coup d'état, Yami préfère faire profil bas et accepter les tâches qui pour lui, seront bien concrètes lorsqu'il sera à la tête des siens. L'heure approche à grand pas et la mort du vieux fou montre de plus en plus le bout de son nez.

Pour le moment, il se contente de faire une pause. Un trop plein qui commence à l'agacer et s'il continue de penser à cet homme dont il souhaite de plus en plus la mort, son sang risque de ne faire qu'un tour. Et les conséquences à ça seront bien évidemment désastreuses. Peut-être que le quartier y passera ...

Alors pour se satisfaire d'un bonne journée, il prend le temps de descendre dans la rue, bondée de monde et profite du calme ambiant et de la jovialité des passants. Les enfants prennent plaisirs à jouer, les adultes mangent et profitent du temps printanier en terrasse. Une vie bien sympathique que le Gladiateur trouve morbide, quand il sait que derrière les portes de Kiri, la guerre approche. Toute fois, il en va de sa mission de shinobi de préserver cette paix enjouée au village tout en éloignant dans l'ombre les menaces du Yûkan envers la Brume.

Ici, Yami se contente de se diriger vers le centre du village, là où le siège de la police se trouve. Si son intégration au Shiden risque de prendre un peu plus de temps que prévu, il peut se permettre d'aller au sein du Kenpei pour profiter du tableau des primes pour passer son temps. Traquer les névrosés au sein de Mizu no Kuni pour s'occuper c'est tout Yami ça.

Néanmoins, arrivant sur les lieux, il est perturbé par la présence d'un homme face au bâtiment de la Main de la Justice accompagné de sa poule de compagnie. Qui plus est en train de prier. Un drôle de type.

Le Berserker Pourpre se place alors de trois quart en face lui et de son mètre quatre vingt dix le surplombe fastueusement. De son air intrigué, perturbé par cette bizarrerie, il fait alors le premier pas.

« Hey mon gars ça va pas ? T'utilise une sorte de force spirituelle pour que les portes s'ouvrent c'est ça ? »

Le déranger pendant sa pseudo-prière ? Miséricorde, il ira donc en enfer ... Que les démons viennent, Lucifer les attends.

_________________
異世界 割れる
 Isekai Waeru ▬ Le Fendeur de Monde



牡牛 黒い Oushi Kuroi
« L'impétuosité de l'homme peut vous être mortelle. Pensez-y à deux fois avant de vous lancer dans quelque chose dont vous pourrez ressortir perdant à tous les coups. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4884-hokkyokusei-yami-oushi-norainu http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t4944-hokkyokusei-yami-the-impetuous-warrior

Mer 26 Déc 2018 - 14:51
«... et ils se noieront dans tes larmes vengeresses.. »

Comme dernières paroles murmurées par le Chûnin terminant sa prière à l'attention de sa mère. Contrairement à l'idée que l'on pouvait se faire d'un type aussi louche qu'un chef de secte faisant du prosélytisme dans le village, le sanglant ne s'énerva aucunement du dérangement. Et relevant la tête bien en hauteur pour apercevoir le grand gaillard, il maintiendrait son regard bien encré sur le siens. La poule, elle, trouverait bien vite refuge dans les pattes de Yami, venant lui picorer le bout des bottes ou chaussures qu'il portait, une chiante de service qui pensait pouvoir trouver une protection adéquate contre son propriétaire.

«.. Ça ne surprendrait sûrement personne si c'était le cas. Mais on m'a formellement interdit de rentrer là-dedans. »

De ce fait le Shinobi leva son bras et pointa de l'index le siège de la police militaire de Kiri. Un bien beau rêve pour le brun, qui maintenant soupirait un peu honteusement ses échecs passés. Les paupières de nouveau closes face au regard de son voisin qu'il ne supportait pas. Sans doute que les rues se passeraient de lui, alors que ses bizarreries se donnaient corps et âme au service de l’intérêt général. Honteux, mais ne perdant pas la face, les contretemps finiraient bien par lui donner sa chance un jour ou l'autre, quand les gradés se rendraient compte qu'il n'est pas un gardien de poules à l'extérieur de l'enceinte.

Plutôt que de se braquer face à la familiarité pourtant sympathique de son confrère, il se décala du petit espace contre lequel il était assis, laissant une place toute creusée pour admirer le paysage, et entendre le son des vagues s'entrechoquant contre les digues naturelles. Qui aurait pu se dire que plusieurs années auparavant, on se battait encore pour un rien, alors que ce contexte vacancier offrait un repos jalousement convoité à ceux qui pouvait se permettre de siester. Puis sans tellement lui demander son avis, et constatant que Yami était resté immobile quelques instants, il se dit que la conversation ne lui était pas interdite, du moins pas encore par les voix qui fusaient dans son esprit, et lui murmuraient les pires insanités possibles.

«.. Si tu veux t'asseoir.. J'ai essayé par trois fois de rentrer dans la Brigade. Mais ils me prennent pour un cinglé. L'homme craint ce qu'il ne comprend pas, malheureusement, il faut souvent amener le progrès avec quelques coups de genou en passant. »


De là, ils pourraient mendier, ou en tout cas c'est ce que laissait croire les quelques pièces balancées aux pieds du Shimazu qui, après un regard sur ces dernières, plaqua une main contre son propre visage pour se retenir d'un rire désabusé. Avait-il travaillé toutes ces années pour qu'on ne remarque pas même son œuvre acharnée parmi les forces du village ? C'était visiblement le cas, et une grand-mère passant devant eux se permit même de déposer un petit panier de fruits à côté du Chûnin, pensant probablement que son uniforme était un uniforme volé ou emprunté. Voilà à quoi il était réduit quand il ne patrouillait pas, notre pauvre homme.

«.. Izanami s'occupe de toi, O bachan. Il est temps de passer l'arme à gauche !.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Mer 26 Déc 2018 - 19:02
Un avenir dans le Brigade
Feat Shimazu Aomine

« Kenpei, Kyoi ou Shiden. Tant de choix pour plus de spécialités. »

L'homme semble imperturbable et continue de prier devant le siège du Kenpei. Bien heureusement, celui que Yami reconnait en tant que Shimizu Aomine, termine ce qu'il est entrain d'effectuer et reste stoïque face à l'immense façade du bâtiment de la police de Kiri.

Se plaignant que les portes lui sont fermées, l'Hokkyokusei en conçoit donc son souhait d'y entrée, par de là ses prières. Mais prier tel un fanatique devant un tel bâtiment alors que le pays est en alerte contre des terroristes plus fou les uns que les autres est-ce une bonne idée ? Le Berserk ne pense pas malgré son tempérament assez instable lorsqu'il s'agit de se battre.

S'asseyant alors à la demande du Chûnin qu'il n'avait pas reconnu de suite, sûrement à cause de sa nouvelle poule, l'impétueux reste muet et écoute les dires de son nakama. Il ne connaissait pas cette facette de l'homme et de ses trois tentatives demandant un potentiel recrutement au sein du Kenpei. Connaissant des hommes têtu et absolu dans leurs idées, Yami n'avait encore jamais rencontré d'homme aussi acharné que Aomine. Il le savait calme et discret mais de là à persister à vouloir intégrer les rangs de la police de la Brume, là le Hijin est impressionné. Car lorsque l'on est refusé aux portes des forces spéciales, il faut savoir que c'est pour toujours. Ils reconnaissent immédiatement les bons des mauvais. Et savent qui doit intégrer leur unité. Mais ici, la raison n'est pas d'être le plus grand shinobi du monde. Non. Il est question d'état psychologique. Le traiter de fou ? Quelle connerie.

C'est alors que d'une parole bienveillante, la clope entre les dents, Yami se prend au jeu du réconfort verbale. Un exercice dont il ne pratique jamais malheureusement. Lui n'étant qu'une brute assoiffé de sang et défi en tout genre.

« Le Kenpei hein ? S'tu veux j'peux t'y intégrer. Si j'casse deux, trois gueules ils voudront bien d'toi. Refuser pour problème psychologique ? Tu parles. T'es pas un malade mentale ... Hein ... Rassures moi ? Parc'que là après c'est pas la police qu'il te faut hahaha ! »

Mais dans sa manière de faire, il manque malheureusement encore un peu de tact.

_________________
異世界 割れる
 Isekai Waeru ▬ Le Fendeur de Monde



牡牛 黒い Oushi Kuroi
« L'impétuosité de l'homme peut vous être mortelle. Pensez-y à deux fois avant de vous lancer dans quelque chose dont vous pourrez ressortir perdant à tous les coups. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4884-hokkyokusei-yami-oushi-norainu http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t4944-hokkyokusei-yami-the-impetuous-warrior

Jeu 27 Déc 2018 - 7:17
Au regard de l'attitude raisonnée de Yami, c'est un éclair de curiosité qui traversa les iris du religieux. N'étant pas spécialement habitué à sa compagnie, c'est le cliché que l'on dépeignait souvent de lui auquel il se raccrochait. Un homme dont le mental allait de paire à cette stature presque animale, et qui n'est régit que par les instincts profondément encrés. Aussi il se dit que ce n'était probablement pas la meilleure des idées de l'éclairer un peu sur ses croyances, du moins pas pour le moment, car quoi que défoncer la porte aurait été plus efficace, Aomine serait malgré tout pragmatique mais toujours en fonction ses croyances.

Toute chose découle d'une volonté n'étant pas propre à une nature humaine, elle-même soumise et héritée des démiurges qui façonnèrent le monde. En somme, le passé, le présent et l'avenir seraient déjà écrits dans un grand livre, réduisant les plus grands bonheurs au même rang que les pires atrocités commises contre le genre humain. Le seul pont permettant d'en faire la lecture était l'asservissement total à la Déesse qu'il servait, et qui visiblement l'avait interdit jusque-là de prendre cette voie. Rencontre providentielle ? C'est en tout cas une pensée qui fusa dans son esprit lorsque le grand répondit à sa requête.

«.. On a vu le chaos que c'était à l'arrivée des Hyôsa, et je préfère qu'il se répercute sur Iwa que sur notre pays. Si tu casses deux trois gueules, c'est ton image que ça va ternir et tout ce que tu espères faire. Pour moi ? Tu n'y gagnes pas grand chose dans l'histoire. »

Si ce n'était pas déjà fait à cause d'autres affaires le concernant, mais Ao' n'en avait pas conscience et il était bien égoïste de penser à cet instant, qu'il était cet érudit égorgeur de poules et vivant la nuit. C'est ainsi que les gosses le voyaient, malgré les maigres sourires que le brun leur faisait lorsqu'il les croisait. Fort heureusement pour lui l'explication de cette attitude venait simplement du fait qu'un jour un de ces enfants s'égarerait dans les Brumes et finirait par mourir dans les marécages, ventant même sa capacité à être un pont entre le monde physique et les destins funestes qui se profilaient. Moins lucide face aux réalités quotidiennes mais bien plus doué pour interprêter les signes célestes. Sa Foi était sa boussolle, qui étrangement le mena jusqu'à la devanture de cette Brigade qui le refusait. L'échec étant visiblement une leçon que l'on essayait de lui apprendre, ni la colère ni la haine ne sauraient être une solution, mais des offrandes sacrificielles plus grasses et des un autel baigné dans l'opulence seraient une solution envisageable si rien ne se résolvait.

«.. Ce sont des hérétiques. Au fond je n'y peux rien s'ils croient à des divinités mineures qui ne les protégeront pas. Pour descendre d'une lignée divine, je pense rester suffisamment à ma place pour mériter une chance. »

C'est éventuellement à ce moment qu'il aurait pu paraître un peu fou aux yeux de Yami, qui devait subir le regard insistant de son voisin. Pire encore, Aomine alla jusqu'à lui prouver ses dires en sortant de sa poche la reproduction d'un parchemin ancien, pour lui pointer d'un doigt le haut du panthéon. Là, il apercevrait une conceptualisation humaine de l'apparence d'Izanami, une femme au-dessus des cieux, brassant la terre pour la façonner selon ses propres règles.

« J'ai à revendre, mais pour l'instant les autorités ont l'air engluées dans l'immobilisme. On attend une attaque sans savoir quand elle arrivera, et on fait rien pour rendre nos terres inviolables. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Jeu 27 Déc 2018 - 12:13
Un avenir dans le Brigade
Feat Shimazu Aomine

« Kenpei, Kyoi ou Shiden. Tant de choix pour plus de spécialités. »

Manque de tact ou tout simplement perdu dans ses mots ? Ce qui semblait être une bonne leçon de morale se transforme en cafouillis total. Le Berserk se perd dans ses explications et à l'arrivée, son acolyte comprend tout de travers. Il prend réellement au sérieux la menace de l'Hokkyokusei explicitant à « ... Casser deux, trois gueules ... » et prévient le Gladiateur qu'un tel acte pour nuire à sa réputation et lui attirer des problèmes. Une chose dont i la déjà connaissance. Yami serait toujours un bandit vagabondant de pays en pays et de village e nivelage pour se faire simplement de l'argent tout en ne faisant pas attention aux conséquences. Des morts, il en a commit. Aujourd'hui, il le peut encore mais au sein de la Brume, il se l'interdit.

« Haha t'as pas compris ! C'était une métaphore ! »

Un rire un peu nerveux car son interlocuteur a l'air de bien prendre au sérieux la moindre de ses paroles. Le Berserk a beau être menaçant la plus part du temps, ici il ne voulait pas à mal envers les hommes de la Kenpei et ne voulait pas que Aomine le prenne au premier degré.

Continuellement entrain de le regarder, il écoute les dires de son homologue Chûnin tout en tentant de repousser la poule de ce dernier, venant à mainte reprise vers le Hijin. Comme un chie souhaitant faire la fête à son maître et aux personnes qu'il voit. Un drôle d'animal ce pigeon.

Dans tout ce qui se dit, Yami fait le vide et tente de rassurer le Shimazu à la poule.

« On a pas l'droit d'te refuser car t'es croyant ou t'adonne à une activité qui ne plait pas aux autres. C'est complètement stupide. »

Fumant sa clope, le Berserk contemple alors le bâtiment de la Kenpei rêvant lui aussi d'intégrer le Shiden, la police des gros bras de la Brume. Une unité faisant rêver l'impétueux depuis qu'Inja lui a accordé son intérêt lors de leur mission au sein de l'île d'Ubon. Quant à Aomine, pourquoi est-il si buté à entrer au sein de la police ? Tout simplement pour rendre service et aider son prochain. La bonté étant en lui depuis très certainement tout petit, le Gladiateur lui propose quelque chose.

« T'as passé les examens d'entrée ? Si non, on peut aller s'entrainer dans le terrain à côté du Siège. Peut-être qu'ils reconnaitront ton talent. Tu en penses quoi ? »


_________________
異世界 割れる
 Isekai Waeru ▬ Le Fendeur de Monde



牡牛 黒い Oushi Kuroi
« L'impétuosité de l'homme peut vous être mortelle. Pensez-y à deux fois avant de vous lancer dans quelque chose dont vous pourrez ressortir perdant à tous les coups. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4884-hokkyokusei-yami-oushi-norainu http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t4944-hokkyokusei-yami-the-impetuous-warrior

Jeu 27 Déc 2018 - 13:21
Ao' était immanquablement premier degré lors de cet échange, et ne pensant pas le moins du monde mettre mal à l'aise un si robuste combattant, il ne se douta pas non plus que ses paroles un peu trop sérieuses puissent avoir un effet sur lui.

C'était sans conteste la compréhension et la tolérance de son voisin à l'égard de ses croyances qui marquèrent notre homme, bien plus à l'aise avec la suspicion et les soupçons en tous genres. Alors devoir converser avec un mécréant qui malgré tout comprenait que l'on puisse servir la divinité de la mort elle-même, c'était hors du commun.

« Mon Clan a été fondé par la Déesse Izanami.. qui donna une infime partie de ses pouvoirs aux miens. C'est une divinité de la mort, de la souffrance.. qui n'existe que pour donner un sens à ce pourquoi tu existes, Yami. »

C'est qu'il ne le connaissait pas très bien, ni en surface ni intimement, quoi qu'il a eu l'impression qu'il pourrait éventuellement s'en faire un ami. Ce qui lui mettait la puce à l'oreille sur une relation amicale était le fait que malgré l'assise inconfortable, et le fait de ne rien faire d'autre que d'attendre qu'une porte s'ouvre miraculeusement, et bien le grand restait à côté de lui. Passant le temps à bavasser de bêtises que le plus chétif ne comprenait pas, pas très réceptif sur les métaphores un peu trop grossières.

« De toutes les choses qui existent, toutes périront. Comme le soleil se couche et renaît à l'aube, nous mourrons. Les fleurs se fanent, les lacs se dessèchent, nous mourrons au combat, de vieillesse ou de maladie. Et je crois que c'est ce qui ne plaît pas dans le coin. Ils ont trop connus le souffle marin sur des braises rougeoyantes, pour qu'un type comme moi souhaite les voir raviver sur le continent, sans quoi mes forces me quitteraient et Mère me reprendrait le cadeau qu'elle m'a fait. »

C'était un long monologue, qui au moins occupait le blanc laissé pour compte entre eux, et expliquait à Yami la philosophie qui guidait son voisin. Plus mince, moins bourru, rustre d'aucune manière si on ne le poussait pas à bout. Bref, un habitant comme un autre, simple en apparence, nuancé à l'intérieur à cause d'une époque pleine d'évolutions, ou les croyances anciennes se mêlaient à l'abandon des valeurs. Les Shinobis devenaient de plus en plus ces combattants sans visages et sans honneurs qui méritaient le pire des châtiments. Enfin, il secoua négativement la tête comme toute réponse à sa question.

« On me file des missions de patrouilles depuis ma promotion de Chûnin, ça remplace un examen ? Mais.. tu préfères pas venir te boire un saké ? C'est moi qui offre, et comme ça tu m'en dis un peu plus sur toi. »

Sur ces mots il récupéra soigneusement la poule qui vint, bien que réticente quant au sort qui lui était réservé, se loger dans la besace d'Aomine. On entendait d'ailleurs le son de petites fioles s'entrechoquer les unes entre les autres lorsqu'il bougeait un peu trop. Une fois le futur sacrifice récupéré, il s'aida d'une main sur le mur tout en avisant la porte de la Brigade qui ne donnait aucun signe d'activité.

Tant pis, il reviendrait le lendemain..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Jeu 27 Déc 2018 - 14:23
Un avenir dans le Brigade
Feat Shimazu Aomine

« Kenpei, Kyoi ou Shiden. Tant de choix pour plus de spécialités. »

Une demande tombant à l'eau. À la suite d'un long monologue expliquant les convictions les plus sacrées de l'homme, les pupilles du Berserk semble se refermer peu à peu, lui ne comprenant rien à tout ce charabia. Trop de mots compliqués pour le Belliqueux. Il pense même à acquérir un traducteur pour leur prochaine rencontre pour savoir ce qu'il est question. Et après tout ce beau discours, le refus d'un combat singulier arrive aux oreilles de l'impétueux.

Des missions qu'il dit. Mais Yami ne pense pas que de simples missions suffisent pour attirer la curiosité des unités spéciales du pays. Il faut faire preuve d'un minimum d'audace et de maitrise de soit avant de pouvoir prétendre à intéresser le moindre membre du Kenpei. Néanmoins Aomine propose quelque chose de plus probable pour les deux kirijins, aller discuter autour d'un verre.

D'un sourire et d'un acquiescement, il accepte la requête de son acolyte et se lève alors pour se diriger en direction d'un établissement dont un semblable lui a conseillé. Un bar tranquille, calme, adapté à une discussion propice autour d'un bon saké ou d'une bonne bière.

En face de l'établissement, ils poussent les portes de ce dernier et s'avance au bar. Le mobilier est fait de bois et la chaleur qui s'en dégage installe une ambiance conviviale entre les clients. La clope entre les dents, le Hijin fait signe au barman de leur servir une bière pour lui et la boisson de son choix pour le Shimazu. D'un geste du bras, il pointe alors une table libre, à l'écart des autres, pour continuer la discussion.

Attablé, Yami aimerait alors en connaitre un peu plus sur lui, sa façon de pensée qui pour l'instant lui semble si étrange.

« Alors dis moi, ton clan ... C'est un clan de croyant ? Des fanatiques de la Déesse Izanami c'est ça ? Une déesse c't'un peu beaucoup non ? J'croyais qu'c'était des légendes ce genre de connerie ... »


_________________
異世界 割れる
 Isekai Waeru ▬ Le Fendeur de Monde



牡牛 黒い Oushi Kuroi
« L'impétuosité de l'homme peut vous être mortelle. Pensez-y à deux fois avant de vous lancer dans quelque chose dont vous pourrez ressortir perdant à tous les coups. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4884-hokkyokusei-yami-oushi-norainu http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t4944-hokkyokusei-yami-the-impetuous-warrior

Jeu 27 Déc 2018 - 15:30
Aomine dodelina brièvement alors qu'il menait son verre de saké à ses lèvres, respectueusement ou par simple coutume il inclina du chef en direction de Yami avec qui il partageait un moment en dehors de leurs responsabilités. Tout en ayant une pensée pour les forces qui leur étaient supérieures, et qui permettaient à ceux qui foulaient le monde des vivants de profiter de la vie, lors de moments comme celui-ci.

Adorer la mort comme seule vérité ne signifiait pas détester la vie quand on était en proie à cette illusion. Au fond les perceptions humaines étaient risibles et inexistantes d'un point de vue métaphysique, lorsqu'on pensait que tout disparaîtrait après la mort. Toujours est-il que dans un monde sujet à des conflits armés d'envergure et pour preuve, cette création de cités militaires regroupant des Shinobis tous plus dangereux que les autres, il était très commun parmi les différents peuples, de croire en une ou plusieurs divinités.

Que ce soit à Kaze avec le Dieu du désert, ou plus récemment celui de l'eau sujet à de nombreuses rumeurs. Tous pouvaient dans une certaine mesure, croire que leur venue au monde et leur façon d'en disparaître n'étaient pas dû à un hasard auquel seule la soumission permettait de vivre sereinement. La vie après la mort existait au même titre que les esprits, quand ce qu guidait Aomine était précisément le plus éminent et puissant d'entre eux. Il haussa une nouvelle fois un sourcil à l'entendre émettre quelques hypothèses et plutôt que de s'emporter, s'en prendrait à sa curiosité pour tenter de lui transmettre ce qui l'animait.

«.. C'était le cas, quand c'était un clan. Aujourd'hui, c'est plus des descendants éparpillés qu'un clan existant vraiment. Izanami est une Déesse démiurge ..» là, il changerait de vocabulaire pour s'adapter à son interlocuteur «.. En gros, c'est une divinité créatrice, celle qui donna naissance aux éléments.. la terre, le feu, l'eau et les vents. »

«.. Aujourd'hui c'est sous le visage de la mort qu'elle opère de grands changements, et que l'on croit en elle ou non, on devient ses instruments par le biais de nos conflits. »

Quant au dernier point à lui révéler, c'était un peu coton dans le sens ou l'esprit très terre-à-terre de son voisin lui ferait difficilement accepter ce qu'il ne verrait pas de ses propres yeux comme étant un don purement divin, et pas une supercherie. Pour se faire le Chûnin ayant l'intention de poursuivre ses explications, prit un Kunaï dans sa poche et se tailla littéralement les vaines devant le gladiateur, et du sang qui devait jaillir ou s'écouler, il n'y eu aucune éclaboussure, ni de souillures sur la table ou ailleurs, l'homme qui pourtant avait le poignet ouvert ne saignait tout simplement pas sous les yeux de son voisin. Il pouvait toucher, tâter comme il le voulait, c'était bel est bien de la chair sur un vrai bras, mais dont le système sanguin n'était absolument pas indépendant de la volonté de son porteur.

«.. De sa progéniture céleste, elle engendra aussi d'autres enfants en mesure d'entendre Sa parole, et la faire respecter sur l'ensemble des terres connues. Ainsi naquirent les Shimazu.. considérés à juste titre comme des demi dieux, ou démons mineurs suivant la manière de suivre les enseignements d'Izanami. Il y a des contrées reculées où l'on nous voue un culte, d'autres comme ici ou l'on se méfie. »

C'était un sacré raccourci, mais qui finirait par une question toute bête, quand le plaie elle, commencerait à se refermer d'un sang coagulant à grande vitesse.

« Et toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Jeu 27 Déc 2018 - 16:06
Un avenir dans le Brigade
Feat Shimazu Aomine

« Kenpei, Kyoi ou Shiden. Tant de choix pour plus de spécialités. »

Le clan d'Aomine est donc à l'origine d'une fameuse déesse céleste. Une certaine divinité à l'origine des éléments affinitaire. Quelque chose dépassant totalement le Chûnin, lui ne priant qu'un seul Dieu si jamais il doit se mettre à croire à un grand Monsieur dans la ciel, 軍神
Gunshin
le Dieu de la Guerre, Mars. A répendre le sang et la misère, il est bien le seul homme de ce village mis à part les membres du Shiden à faire preuve d'un minimum de violence. il faut dire que les guerriers dans ce village se font de plus en plus rare.

C'est alors qu'après avoir introduit ses origines, le Shimizu retourne la question à l'Hijin. Tout fois, par où peut il commencer ? Ses origines à lui ou celle du clan dont il est le bras droit actuellement ? Autant commencer du début décide donc le Gladiateur

« Mon clan inital est un clan de Gladiateur renommée au pays du feu, mon pays d'origine. Mais les guerres ont fait de ma soeur et moi même des orphelins du Yûkan. »

Prenant une inspiration sur sa cigarette, il se délecte par la suite d'une gorgée de sa pinte avec de reprendre, sur le plus intéressant.

« On a voyagé à travers le pays et sillonné chaque recoin des terres de Hi no Kuni. Au final, on est tombé sur un homme, actuellement à la tête des Hokkyokusei. Un fou. [...] Les années passent et ont grandis à ses cotés. Le clan étant une famille mafieuse, faisant de la chasse aux primés sa spécialité, on a donc été élevé comme tel; des mercenaires. A travers les nations frontalières à Hi, notre clan recueil les orphelins de guerre pour les adoptés et e former une armée, une force coalisée. »

En pleine réflexion s'il n'a pas oublié quelques détails, un flash lui revient sur le personnage qu'incarne Aomine. Ami se rappelle alors qu'un homme au poule les sacrifie et s'amuse à frapper aux portes des jeunes femmes pour récupérer leur perte de sang mensuel. Une abomination pour l'Hijin. Un manque de respect au-délà de l'insolence. Lui souhaitant faire partie du Shiden, il ne peut laisser passer une chose telle que celle-là.

« Mais dis moi ... J'ai entendu certaines choses ton sujet. Des sacrifices, des trucs louches. T'as arrêté tes conneries hein ?! »


Le regard de l'impétueux se noircit, sa voix roque prône l'autorité et ses idées changent soudainement vis-à-vis de son interlocuteur. Le Belliqueux espère qu'il ne présente aucun danger pour la Brume. Sinon, il se verra dan l'obligation d'y mettre un terme.

_________________
異世界 割れる
 Isekai Waeru ▬ Le Fendeur de Monde



牡牛 黒い Oushi Kuroi
« L'impétuosité de l'homme peut vous être mortelle. Pensez-y à deux fois avant de vous lancer dans quelque chose dont vous pourrez ressortir perdant à tous les coups. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4884-hokkyokusei-yami-oushi-norainu http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t4944-hokkyokusei-yami-the-impetuous-warrior

Ven 28 Déc 2018 - 12:04

« Sans sacrifices, je meurs. Yami.
Ce n'est pas pour rien que j'ai passé les dix dernières années de ma vie à entretenir un poulailler d'une centaine d'individus. Katurinu ..
» Pointant la malheureuse poule dont la tête dépassait de la besace «.. doit être offerte à Izanami ce soir. Sans quoi nous paierons le prix de notre hérésie. »

Si ça ne suffisait pas à le convaincre, Ao' se fichait un peu de ce qu'on pouvait bien dire à son sujet. Il n'était pas fondamentalement méchant, encore moins néfaste, mais son culte entouré de mystères effrayait comme fascinait la population, pour les rites parfois sanglants qu'il oblige à ses adorateurs. Profondément lié aux dessins qu'avait pour lui sa Mère, Aomine était devenu à Kiri une sorte d'ambassadeur de la seule vraie Foi, un chef spirituel pour une petite communauté de croyants qui dans les faits, ne considéraient aucunement l'existence des Dieux comme faisant partie de légendes et histoires.

Même si le culte était souvent ritualisé à travers de nombreux temples, il est vrai que la religion devenait plus une habitude inscrite dans les mœurs, qu'une profonde dévotion à l'idéal inspiré par les Dieux. Ao' dans sa transparence de tous les jours, portant le bandeau de la Brume Sanglante et mettant les intérêts du pays à la première place, serait un instrument Divin, en plus d'en partager le patrimoine originel.

«.. C'est aussi pour ça que la Brigade était un bon moyen pour grimper, même s'il y aura toujours d'autres solutions pour sortir Kiri du danger permanent. Depuis quelque temps, je ne perçois que de mauvais présages et les esprits me soupirent leurs craintes des jours à venir, pour nous tous. »

Et ce n'était pas même des conneries, l'air grave, sérieux, il faisait aveuglément confiance à ses confidents venus de l'autre monde, partageant via son héritage génétique, la possibilité d'entrer en communication avec cette autre réalité, celle qui observe et tente de détourner l'Homme de son destin. Celle qui trompe, et devient le théâtre de luttes intestines entre les Kami. Il était loin de se douter que Yami puisse partager de semblables idées, sur le pourquoi du comment de l'existence des choses, et sur les voies tracées qu'ils empruntent dans leur vie.

« Pourquoi rester ici dans ce cas si ta terre natale est à reconstruire ? Au fond, tu n'es pas d'ici, tu ne dois jamais te sentir vraiment chez toi.. qui plus est en te soumettant à Kiri. »

Il le regardait, étrangement avec un peu de compassion dans le regard. Ce n'était pas du tout son genre et il se reprochait même intérieurement de ressentir ce que son voisin pouvait ressentir à son tour, dans ce bar, dans ce village, sur cette île qui n'était pas la sienne. Le Shimazu avait un très grand respect pour les combattants, et même ceux qui paraissaient bourrus gagnaient leurs lettres de noblesse au bout d'une lame. Ce qui servait le désastre, la peur, l'ignominie, ce qui servait l'étincelle avant l'incendie, la brise avant la tempête, devait être célébré et glorifier en un seul nom. Alors la démiurge apporterait sa bénédiction, au fort qui marcherait sur le faible, à celui qui ne tuerait jamais un père de famille sans combler sa solitude en le faisant rejoindre par ses proches.

Le pays de l'Eau avait ce potentiel, quand celui du Feu avait été ravagé par les guerres. Un formidable spectacle auquel notre homme aurait voulu assister, mais qu'il ne souhaitait aucunement pour son voisin. Si Yami était fort, il devait vivre, s'il devait vivre pour l'Eau, il devrait tuer pour elle aussi, là où son appartenance à Hi no Kuni posait un premier conflit sur la table. Surement quelque chose que le théoricien Izanamique ne manquerait pas de se rappeler à l'avenir.

« Et sinon ? Tu fais partie de quelle équipe ? Un baille que j'ai pas été jeté un œil du côté des tableaux, pour voir qui est avec qui.. voir même si y'a des potentiels partenaires plus intéressants que le reste. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Ven 28 Déc 2018 - 14:35
Un avenir dans le Brigade
Feat Shimazu Aomine

« Kenpei, Kyoi ou Shiden. Tant de choix pour plus de spécialités. »

Des sacrifices pour survivre ? Une drôle de pratique énoncée faisant faire les gros yeux étonnés au Berserker. Mais qui doit juger les actes d'autrui s'il ne possède pas le jugement divin ? D'autant plus qu'aucun homme au sein du Yûkan ne possède ce don réservé aux dieux vénérés de ce monde. Au final, si Aomine le fait pour une raison précise et ne met pas en danger la vie des Kirijins, alors il peut faire ce qu'il veut. Ce qui lui tiens à coeur.

L'Hokkyokusei n'est pas en position d'ordonner les choses et ne veut pas être la voix de la censure.

« Tant que tu t'occupe que de poule, pour ta "survie", alors j'te laisse faire. Touche pas aux humains, c'tout c'que j'te demandes. »

Buvant une gorgée de sa pinte, il continue d'écouter ce que lui rétorque le Shimazu. Une solution d'intégrer la Kenpei lui réserverait le droit de défendre la nation qu'il chérie tant. Un moyen que le Gladiateur se résout à laisser passer, à accepter. Affichant son air plus sérieux alors que son interlocuteur en vient au pays d'origine de l'Hijin, Yami laisse un blanc durant quelques secondes, réfléchissant à quoi lui répondre. Choisir entre la terre de son coeur et celle de la raison ... Un cruel dilemme pour le Berserker.

« C'est vrai que j'me sens pas comme à la maison à Kiri. Mais j'leur dois la vie. Il sont sauvés l'extinction de mon clan par la mais d'Ida il y a cinq and à peu près. Pour ça, j'dois rester ici et combattre sous la bannière de la Brume. Une fois cette dette payée, alors je réfléchirais à ma position ici. Pour le moment, je m'efforce de faire mon possible pour rendre service à Mizu et anéantir ses ennemis avec l'aide de mon clan. »

Espérant avoir répondu à l'interrogation du Chûnin, Yami écrase son mégot dans un cendrier adéquat posé au centre de la table et s'arme de sa pinte pour terminer la gnôle stagnant dans sa chope depuis quelques temps déjà. Néanmoins, alors qu'il demande une deuxième tournée en faisant signe au barman, une nouvelle question est posée à l'Hijin; celle des équipes. Aomine
lui confirme son manque de connaissance vis-à-vis de ces dernières. Sûrement trop occupé à sacrifier des poulets.

« Une équipe ? Ouais j'ai un p'tit gars que j'ai sauvé de la mort il y a quelques années et qui fait désormais partit de mon clan; Yamanaka Shaka. On m'a également attribué un zozio du nom de Nō Sabaru. J'lai pas encore rencontré mais ça doit être un bon gars au vue de sa fiche. »

Le briquet en main, Yami s'allume une nouvelle clope au bout des lèvres avant de retourner la question au Shimazu. Intriguer de savoir si l'homme au poulet a des élèves sous sa tutelle.

« Et toi ? Une équipe ? »

La voix roque et puissante du Berserker résonne dans l'établissement quasi vide et laisse sous entendre la potentielle future réponse du Chûnin se trouvant en face de lui.

_________________
異世界 割れる
 Isekai Waeru ▬ Le Fendeur de Monde



牡牛 黒い Oushi Kuroi
« L'impétuosité de l'homme peut vous être mortelle. Pensez-y à deux fois avant de vous lancer dans quelque chose dont vous pourrez ressortir perdant à tous les coups. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4884-hokkyokusei-yami-oushi-norainu http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t4944-hokkyokusei-yami-the-impetuous-warrior

Dim 30 Déc 2018 - 9:09

« La seule sincérité de ce monde arrive en même temps que la mort. »

Lui disait le brun qui, tout en buvant son saké par moment, se rendant bien compte que son voisin était assez sérieux, en voulant protéger un tant soit peu le village malgré son affiliation d'origine différente que la sienne. Mais malgré une suspicion apparente et une dette à rembourser, le simple fait d'émettre la possibilité qu'il puisse un jour se détourner de la Brume rendit amer le Shimazu, qui intérieurement ressentait déjà les effets de la traîtrise sans qu'elle soit survenue. Amertume et plaisir car un tel destin se ferait probablement dans les heurts et le choc des armes, au mieux cela sèmerait même des morts dans son sillage.

« .. Je ne suis pas différent du requin qui chasse pour se nourrir, et vivre. Mais sois en inquiétude, notre grande nation n'est pas vouée à finir sur l'autel des vaincus. Ce sort sera réservé à nos ennemis. »

Il espérait d'ailleurs en apprendre un peu plus que ces quelques superficialités, au fond, savoir ce qu'il avait dans les tripes et derrière cette carapace bien battit. Savoir ce à quoi il aspirait, quels étaient les rêves de ce gosse qui en grandissant avait pris les armes tout comme lui, pour une raison précise ou par un concours de circonstances. Plutôt que de tergiverser sur des broutilles il fut interloqué par une autre de ses réponses, au moment de parler d'un Yamanaka Shaka.

Le nom ne lui était visiblement pas inconnu puisqu'il esquissa un bref sourire au coin d'une lèvre, alors c'était donc ça, se disait Aomine, le jeune s'était trouvé un Capitaine, ou inversement.

« Je connais Shaka, on a fait une mission ensemble il n'y a pas si longtemps.. un brave gars, à qui on doit apprendre un peu plus le respect, mais qui a à revendre. Il était accompagné de Toho Kobayoshi un marionnettiste un peu trop intrépide.. qui fera pas long feu s'il se lance tête baissée au moindre problème. »

Enfin, ce n'est pas ça qui ferait en sorte qu'Aomine se trouve des zozios à commander, ou même rejoindre une équipe vu que personne ne s'était jamais vraiment intéressé à lui et à ses dons. En fait, tout était relativement obscur autour même des capacités du Chûnin qui n'avait jamais vraiment montrer ce dont il était capable dans la maîtrise de ses arcanes. Moins ça se savait, moins l'on chercherait à bêtement s'opposer à lui, Yami lui saurait une chose, le brun ne saignait pas.. Véritable don divin, c'était à se demander si le religieux ne disait pas vrai depuis le début.

«.. Un jour. Peut-être, quand je trouverais des compagnons de route aux capacités intéressantes. Je crois que le plus important c'est de bien s'entourer, sauf que pour le moment les candidats se font un peu rares. »

Ao' haussait les épaules, ce n'est pas qu'il était arrogant ou quoi, mais un Shinobi dans la norme ne l'intéressait pas. De loin il préférait ceux qui même faibles, avaient un potentiel à faire mûrir, à développer pour donner des beaux fruits. Seulement la création récente du village il y a quelques années, n'a été suivie que de désertions, démissions et départs à la retraite de nombreux de ceux qu'il avait pu connaître. Qu'il s'agisse de la désertion du clan Yuki et d'autres vers les terres d'Iwa, que celles survenues au moment de la barbarie des Hyosa, il y avait de quoi se prendre à une branche. Autant marcher seul le temps de, et aviser lorsque les opportunités se présenteront à lui.

« .. Bref. Je ne vais pas tarder, il se fait tard et il me faut encore aller prier à mon temple. Une Dynastie Divine ça s'entretient, où tout s'effondre dans le fracas de la décadence. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Dim 30 Déc 2018 - 11:36
Un avenir dans le Brigade
Feat Shimazu Aomine

« Kenpei, Kyoi ou Shiden. Tant de choix pour plus de spécialités. »

Plus le temps passe, plus ils se parlent et plus le Berserk prend conscience et connaissances des faits et des idéaux du Shimazu. Pourtant, alors qu'il croit que le pâle peut être un homme de parole et droit dans ses bottes, ce dernier émet un commentaire suite à la déclaration de l'Hokkyokusei. Une déclaration prétextant son possible départ de Mizu, si un jour il en est contraint ou obligé. Mais jamais ô grand jamais, il garde en tête l'idée de trahir cette nation l'ayant accueillie alors que les siens étaient aux portes de la mort.

C'est de la plus simple des manières, suivant les paroles de son interlocuteur, que Yami le suit dans ses pensées les plus réelles et crues de vérités. Puisque pour dire vrai, il comprend les allusions d'Aomine à son égard.

« Nos ennemis hein ? Ils finiront tous par échoués et sombrer dans l'obscurité de la mort. J'en suis persuadé. J'espère au moins ne pas m'prendre un couteau dans l'dos, ce serait regrettable ... »

Le fixant droit dans les yeux, comprenants une certaine envie à éliminer le Hijin s'il vient à se retourner contre son pays d'adoption, le bourreau se délecte de sa pinte de bière, pensant à ne plus tarder pour terminer la journée tranquillement chez lui.

Le temps passe, la discussion arrive sur la fin alors que Aomine voue une certaine tristesse envers les autres, de ne pas faire équipe avec lui. Est-il triste parsec personne ne veut de lui ? Pas du tout, comme c'est à lui de choisir son équipe. C'est un Chûnin après tout. Non, ce que comprend le Berserker, c'est que personne n'est encore assez bien ou intéressant pour profiter de ton aide ainsi que de son savoir. Un comportement bien égoïste et prétentieux faisant sourire puis rire à gorge déployé Yami, tout en terminant sa bière.

« T'es un drôle d'animal toi ! Hahaha ! Personnellement, si mes élèves n'ont rien d'exceptionnels, alors c'est à moi de les rendre encore meilleur et plus puissants chaque jour ! »

Posant sa pinte vite d'un geste brusque sur le bois de la table, il s'essuie de par son avant bras et poursuit son explication.

« Tu peux avoir le mec le plus nul comme élève, si tu lui apprends les bonnes choses et lui appliques des valeurs fructueuses, alors t'en fera le plus grand des shinobis. Le pouvoir des autres est certes importants, j'en suis moi même un grand détraqué psychologiquement , mais ce que ton élève en fait par la suite c'est l'plus important. »

Des paroles résonnantes dans la taverne, laissants les deux hommes comme ultimes clients dans le bar, seul en compagnie du patron terminant de nettoyer son plan de travail. Le temps passe et les deux hommes commencent à ressentir les effets de l'alcool sur la fatigue, une bonne nuit de sommeil est mérité du moins, pour le Gladiateur.

« Oui moi aussi je vais y aller ... En tout cas, merci pour le verre Aomine. Et t'en fais pas, un jour, tu intégreras la Kenpei et en sera un valeureux puissants et influents membres. »

La voix roque du Berserker résonne comme la bonne parole d'un messie voyant l'avenir puisqu'à le regarder dans le plus profond de ses yeux, il y croit dur comme faire. Tapotant l'épaule de son acolyte tout en s'en allant de la taverne, Yami le salut et disparait dans les ruelles déjà sombres et brumeuses de Kiri.

_________________
異世界 割れる
 Isekai Waeru ▬ Le Fendeur de Monde



牡牛 黒い Oushi Kuroi
« L'impétuosité de l'homme peut vous être mortelle. Pensez-y à deux fois avant de vous lancer dans quelque chose dont vous pourrez ressortir perdant à tous les coups. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4884-hokkyokusei-yami-oushi-norainu http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t4944-hokkyokusei-yami-the-impetuous-warrior

Un avenir dans la Brigade. | Yami

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: