Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Faire connaissance avec le Marionnettiste. ( Libre )

Aller à la page : Précédent  1, 2

Mer 2 Jan 2019 - 14:01
La première chose que je note c'est que la seconde femme s'est esquivée de mon étreinte joyeuse, et ceux de manière plutôt habile. Son agilité est assez surprenante, cependant je fais comme si de rien n'était, si elle n'aimait pas les geste de familiarité dans le genre et bien d'accord. Tout le monde à bien ses bizarreries.

Ayant prit place plrêt de Koba pour lui apporter le matériel qu'il m'avait demander, je remarque qu'il parle avec...quelqu'un que je ne connaissais pas et que je n'avait même pas remarquer en entrant..Discret le garçon, ou alors c'est Koba et les deux femmes qui m'ont distraite. Aucun moyen de savoir et je m'en fou. Rapidement Koba me rappelle à l'ordre sur mes boissons. Boarf il est pas drôle, c'est que de la bière, c'est pas du saké. C'est quasiment de l'eau avec un meilleur goût ce que j'ai ramener, enfin soit, je remet le pack de boisson alcoolisé dans mon sac, non sans garder une bière pour moi. Le dojo ne pourras ainsi pas tenir Koba pour responsable, si problème il y as c'est moi qui les auraient, et encore une bière n'as jamais tuer personne et il y as peu de chance que je finisse bourré avec une seule. Je ricane à ce que dit Shinju.


Des coups de bambou? ça serait dommage que tu sois marquer de la sorte, ça serait même du gâchis.

Je lui sourit en la regardant, me moquant éperdument de ce que peuvent penser les autres sur ce que je viens de dire. Je n'ai rien à cacher de toute manière.

Restant silencieuse pendant que Kobayashi se présente, j'ouvre ma bouteille de bière qui évidemment produit un bruit plus que distinctif, mais cela je ne peu rien y faire, tant pis. Je commence à boire quelques gorgée avant de m’interrompe pour rétorquer. Et saluer rapidement de la main l'inconnu.


-Tout le mérite te reviens Koba, le spécialiste des pièges c'est toi et pour les idées aussi, moi je n'ai apporter que de la main d'oeuvre et une des salles. D'ailleurs, je me demande si vous saurez reconnaître laquelle est mon oeuvre.

Affichant un largue sourire en terminant ma phrase. Mon apparence et ma façon d'être au naturel devrait les aiguiller sur la mauvaise piste.

Tien en parlant de ça Koba, faut qu'on parle de mes honoraires, la main d'oeuvre professionnel c'est pas donner, mon vieux.

J'éclate de rire avant même de le laisser penser que ma réplique était sérieuse, et retourne mon attention vers ma belle sirène que j'ai idiotement tenter de sauver de la noyade. Laissant ainsi Koba parler de ses oeuvres avec les curieux. Je reste silencieuse, preuve que j'ai un certains respect pour lui. Si j'aime le taquiner et le mettre dans l’embarrât, je sais aussi être calme et relativement sérieuse quand il le faut. J'écoute sagement la conversation en venant me tenir prêt de Shinju, la seule que je connaisse dans la pièce, même si ce n'est pas la seule raison de ce choix de compagnie.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5010-akairu-fuki-kunoichi-valeureuse-end http://www.ascentofshinobi.com/t5024-le-journal-d-une-forgeronne-perdue#39359

Mer 2 Jan 2019 - 19:59
Postée dans un coin de la salle, la jeune femme tentait de se faire oublier. Les deux hommes entamèrent une conversation, ce qui était très bien. Ainsi ils ne s'occuperaient pas d'elle. Quand à la nouvelle arrivante, elle se posta dans un coin pour boire sa bière, tout en rangeant les autres. Comme elle l'avait pensé, tout cet alcool n'était pas forcément toléré ici. Cette pensée la rassura quelque peu, voyant que le dojo gardait une certaine éthique.

Le créateur des pantins se présenta de nouveau, et il expliqua que la blonde sans gêne l'avait aidé pour certaines salles. Celle-ci semblait ne pas vouloir de l'attention qu'il amenait sur elle. Cependant elle était tout de même à l'origine de l'une des salles. Salles que la jeune femme n'avait pas entendu parler jusqu'à présent, et qu'elle n'avait donc pas encore vues. Peut-être devrait-elle aller y jeter un coup d’œil plus tard, quand il y aurait moins de monde.

La douce Shinju quant à elle semblait quelque peu déçue du départ du « chat », pour qui elle avait été chercher du lait. Akane tenta de rester impassible à cette annonce. Et elle s'abstint de faire un commentaire là dessus. Même si le lait était mauvais pour les félins et les rendait malades : elle n'était pas là pour envoyer bouler la pauvre jeune fille. Qui semblait vouloir contenter tout le monde et s'approcha d'elle afin de lui proposer de quoi boire, alors qu'elle avait refusé l'offre du marionnettiste un peu plus tôt. Elle prit cependant de l'eau.


- « Merci. »

Avant de porter la cannette de bambou à ses lèvres, elle huma le breuvage comme elle le faisait habituellement avant de boire chaque chose qu'on lui tendait. C'était un pur réflexe afin de vérifier que ça ne contenait rien d'autre que la boisson annoncée. Ne sentant rien de spécial, elle bu une gorgée, avant d'observer le manège de la blonde. La pauvre Shinju semblait être sa proie, mais l'avait-elle remarqué ? Ses paroles concernant le fait que « ce serait dommage » de marquer son corps, ainsi que son comportement plutôt possessif étaient plus clair. Fuki s'était postée auprès de Shinju comme pour marquer son territoire, mais elle ne courait aucun risque avec Akane : elle ne jouaient pas dans la même cour.

- « Je doute que Saji soit du genre à marquer des jeunes femmes à coups de bambous, de toutes manières. »

Ou alors elle le connaissait très mal. Elle prit une nouvelle gorgée, avant de se tourner vers Shinju.

- « C'est quoi, au juste, cette salle des pièges ? Elle contient des pantins comme ceux présents ici, c'est ça ? »

Puisqu'elle était présente, autant poser quelques questions afin de se renseigner là dessus. Elle écoutait aussi l'autre conversation en même temps, d'une oreille attentive.

_________________
Tenues:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Mer 2 Jan 2019 - 21:42
La salle n'avait jamais été aussi peuplé durant le journée, et Kobayoshi était ravi finalement que des gens s’intéresse a ce qu'il faisait. Le garçon prénommé Zo semblait très curieux, peut être trop curieux aux yeux de l’ingénieur du Dojo, qui était il ce mec ? Et pourquoi porter autant d’intérêt a la fabrication et au lieu que Kobayoshi utilisait pour ses fabrications.

«  Zo, c'est bien ça ? Je suis moi aussi intrigué par toi et toutes tes questions. De tout les gens qui sont passé dans la salle au court de la journée tu es le seul dont l’intérêt ne se fige pas sur les pantins ou la salle des pièges, mais aussi sur mes lieux de travail ? Tu travail le bois toi aussi n'est ce pas ? »

Il jeta un œil curieux a son homologue dont il attendait une réponse, mais fut distrait par une prise de parole dans son dos, Akane qui jusque la avait été plutôt discrète venait de sortir de son mutisme pour indiquer qu'elle connaissait Saji, enfin elle ne l'avait pas dit ouvertement mais sa phrase le laissait sous entendre et Kobayoshi le comprit. Le marionnettiste eut un sourire et d'un doigt fit déplacer l'un des pantins du mur pour le diriger vers le groupe des trois filles qui été a présent réunis. Le pantin était de taille moyenne est avait tout les traits physiques d'un homme, le corps parfaitement dessiné dans ses moindres détails avançait d'un pas lent et silencieux, la technique de Kobayoshi lui permettant sans difficulté de faire se mouvoir tel un humain la création de bois. Et lorsqu'il fut arrivé à hauteur des jeunes femmes, il lui effectuer une révérence. Il avait également entendu la question au sujet des salles des pièges et il tenait a répondre en personne, se servant du pantin pour accompagner de gestes ses propos.

«  Akane je me permet de répondre a ta question, non la salle des pièges n'est pas essentiellement rempli de pantin, mais de divers mécanismes de pièges dont je suis l’auteur, je parle de canon a haute pression qui projette de l'eau ou autres choses, ou de lanceurs de Kunai, et bien d'autres trucs encore... Je suis ce que l'on peut appeler un inventeur et j'aime créer de nouvelles choses et grâce au soutien du Maître Saji je peux dévoiler mon travail à tout le monde et tenter a mon degrés de faire évoluer les genins du village. D'ailleurs j'ai cru comprendre que tu connaissais Maître Saji je me trompe ? »

Il chercha a trouver le regard de Fuki qui avait toujours sa bière dans la main mais la kunoichi l'ignorait totalement trop occupé a taquiner la jolie Shinju, il voulait a tout prit lui faire un signe pour qu'elle cesse ses familiarités et ses actes inacceptables au seins du Dojo, le regard de Akane pouvant se projeter aux oreilles du Maître Saji. Kobayoshi préférait éviter les histoires malgré toute l'affection qu'il avait pour sa jeune amie. Il bougea alors un autre doigt et déplaça a nouveau un pantin jusqu'à la petite fille du forgeron, le pantin vint volontairement taper dans la bière que cette dernière tenait dans les mains et dans un bruit de verre cassé elle s’éclata au sol. Kobayoshi ne voulait pas en arriver la, mais il préférait de loin affronter la colère de Fuki plutôt que celle de Nobuatsu Saji. Le pantin posa sa main sur l’épaule de la Kunoichi et hocha la tête de gauche a droite en signe de désapprobation, le tout contrôlé a distance par le marionnettiste qui attendait de voir la réaction des trois filles réunis dont la bière avait éclaboussé les pieds.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4896-presentation-de-kobayoshi-toho http://www.ascentofshinobi.com/t5103-carnet-de-toho-kobayoshi#40064

Mer 2 Jan 2019 - 23:21
Zô sourit, en entendant la réponse de Kobayoshi. Il était plutôt perspicace. Zô n'avait peut être pas été aussi prudent qu'il l'avait souhaité ... Ses questions à répétition, et très ciblées, avaient fini par attiser la curiosité de son collègue. Et il commençait à se douter de quelque chose, de toute évidence. A vrai dire, il aurait difficilement pu en être autrement ... Zô aurait sans doute été déçu, si Kobayoshi n'avait rien relevé du flot de question qu'il s'était vu adressé. C'était sans doute mieux ainsi, donc. A la fois pour des questions pratiques, pour le bon déroulé de la conversation, et aussi ... Zô ne pouvait s'empêcher de se sentir un peu moins coupable de cacher des informations à un collègue marionnettiste -ils se faisaient si rares- si ce collègue-là avait quelques soupçons. Dans l'esprit du jeune homme, c'était presque comme s'ils avaient déjà lu l'un dans les intentions de l'autre.

"Eh bien, on pourrait dire ça, oui ..."

Zô ignora si sa réponse avait bien été reçue par Kobayoshi, ou si elle avait été perdue dans le détournement d'attention opéré par l'une des nombreuses filles présentes dans la salle. Zô réalisa soudain à quel point les lieux s'étaient rapidement remplis, et deux conversations semblaient avoir cours simultanément, chacune invitant le marionnettiste du jour à se joindre à elle. Zô étant au coeur d'un de ces deux pôles, il se voyait privé de son hôte. Il ne perdit pas pour autant une seule miette de la réponse qu'il donna à la jeune femme qui l'avait interrogé. Mais ce dispositif qu'il appelait une salle des pièges restait assez mystérieux, trop flou. Sans doute faudrait-il un examen concret de la machine pour comprendre de quoi il s'agissait réellement. L'occasion d'une prochaine visite, sans doute ...

Zô s'éclipsa dans un coin de la salle, et retourna dans l'ombre. Il en avait assez vu pour l'heure. Il lui faudrait revenir à un moment plus propice à la discussion avec ce marionnettiste, s'il voulait vraiment tirer un profit d'une rencontre entre eux. Là, il risquait fort de ne faire office que de pantin supplémentaire entourant un groupe de shinobis qui semblaient déjà bien se connaître. Il rasa les murs de la salle, et parvint à sortir sans se faire remarquer. Ce n'était pas bien compliqué: il n'était pas particulièrement remarquable lui-même, et le reste de la troupe semblait suffisamment absorbé dans ses plaisirs pour ne pas se soucier de lui. C'était tant mieux. Il se glissa au-dehors, et retrouva un extérieur nimbé de soleil. Il prit aussitôt la direction de la sortie du dojo.

Il en avait eu plus qu'il n'en attendait de la part d'une promenade improvisée. Non seulement il avait glané quelques noms de pairs shinobis, mais en plus il avait fait la connaissance -certes très rapide, et sans doute seulement esquissée- d'un autre marionnettiste. Evidemment, cette première entrevue n'appelait qu'à une seconde. Plus intime, cette fois. Dans la discrétion d'une conversation en tête à tête. Il n'y avait sans doute plus grand intérêt à cacher ses propres capacités à cet autre manieur de pantins. Et puis, s'il voulait avoir une discussion vraiment intéressante, Zô avait tout intérêt à se révéler. Il en attendait beaucoup, de cette deuxième rencontre.

Il sourit. Il faisait chaud. Une brise ébouriffa ses cheveux. Les cigales chantaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5098-okubo-zo

Jeu 3 Jan 2019 - 0:11
Il semblerait que sa remarque faite sur le ton de la plaisanterie sur le renommé maître du Dojo Nobuatsu Saji avait été prise au sérieux par la misscat qui avait pris la protection de l'absent avec une lueur respectueuse et presque tendre dans le regard. Shinju ne savait pas vraiment qu'elle était le genre de cet homme masqué dont des échos empreints de respects lui parvenaient de personnes bien différentes. Mais elle savait qu'elle désirait le rencontrer ou au moins l'apercevoir pour voir si l'ombre de l'individu méritait autant d'éloges et que ce n'était pas un charlatan qui se soulageait dans les paniers d'osiers de pêcheurs emplis d'eau et du fruit de leur pêche.

C'est pourquoi de sa voix douce et calme elle tenta de dénouer le fil du quiproquo avant qu'il ne se transforme en filet d'ennuis où il était impossible de s'extraire sans y laisser ses écailles ou sa peau :


"Je n'ai pas la prétention de connaître les habitudes d'une personne dont je n'ai pas encore eu le plaisir de croiser la route. Bien que j'ai entendu des échos favorables sur Maître Nobuatsu. Je suis désolé de m'être exprimée avec tant de légèretés sur un absent et quelqu'un auquel vous tenez Yasei-san. Tant qu'à toi Fuki, ne t'inquiètes pas pour moi : je ne suis pas du genre à marquer facilement les rayons du soleil en sont témoins : ils n'ont pas réussi à marquer leur empreinte sur ma peau.

...Sinon, pour la salle qui porterait ta trace ça ne serait pas celle avec la marque d'une épée sur une enclume, claymore tu as dit que c'était la sorte d'épée que tu maniais ?


Et alors qu'elle songeait à montrer directement à misscat et Zô le discret la salle des pièges pour lui faire visiter l'endroit : Koba la devança en démontrant ses compétences de marionnettiste alors que son homologue masculin quittait la salle comme il était venu.

Shinju ne put s'empêcher de s'éloigner en voyant le pantin près de Fuki pousser sa bouteille de bière en constatant du coin de l'oeil que Misscat avait réagi plus rapidement qu'elle pour esquiver toutes éclaboussures de la bière qui se brisa au sol. Il était vrai que l'humidité ne gênait nullement la plongeuse qu'était l'assimilatrice suiton mais elle préférait le contact de liquide de l'eau que celui collant d'autres jus.

Enfin, elle avait réussi à fuir les bris de verre et les gouttes de bière sans être touchée et sans qu'elle ne cherche à la retenir, une remarque taquine claire fusa de ses lèvres pâles :


"-Et bien, il semblerait que Kobayoshi souhaite aussi te payer une bière Fuki.

Lançait-elle sa prétendante non reconnue dans les bras d'un autre ? Pas réellement, elle pensait que si Fuki s'était approchée d'elles : c'était qu'elle devait aussi être intriguée par cette ainée inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Jeu 3 Jan 2019 - 18:23
Alors que Akane avait entrepris de discuter avec la jeune Shinju, ce fut de nouveau Kobayashi qui prit la parole afin de lui répondre. Ne laissant aucun loisir à la pauvre fille de pouvoir s'exprimer. Se voulait-elle d'avoir quitté ses bras sans explications tout à l'heure ? Dans tous les cas, cela ne lui plaisait pas beaucoup de la voir jouer le rôle de potiche servant des boissons et se faisant couper la parole. D'autant plus qu'elle semblait être la proie de l'autre jeune femme. Le marionnettiste répondit donc à sa question, tout en manipulant à distance un pantin. Puis il posa une question à son tour, à laquelle elle répondit de façon tout aussi vague que Zô.

- « Un peu, oui. »

Puis le pantin vint faire tomber la bière de Fuki au sol, et la panthère esquiva souplement les gouttes d'alcool, avant de lancer un regard noir au marionnettiste. Tout ça prenait une direction assez désagréable. Heureusement la douce Shinju calmait le jeu en tentait une note d'humour. Celle ci avait d'ailleurs donné quelques explications concernant la discussion qui avait eue un peu plus tôt. Ça se voyait tant que ça qu'elle « tenait » à quelqu'un ? La Yasei termina son eau, avant de tendre le récipient composé de bambou à celle dont la peau paraissait presque translucide.

- « Merci beaucoup. »

Un léger sourire accompagna ses paroles, puis elle salua d'un signe de tête les autres personnes présentes, avant d'enjamber le liquide au sol et de se diriger vers la sortie. Elle avait eu son lot d’interactions sociales pour la journée, et avait besoin d'être de nouveau seule. Elle n'était d'ailleurs pas la seule dans ce cas là, puisque l'autre visiteur tout aussi discret qu'elle-même s'en était allé aussi. Lui non plus ne devait pas forcément apprécier la compagnie de trop de monde à la fois.

Akane sorti donc du dojo, avant de se diriger vers le parc afin de se promener en pleine nature. Rester enfermée dans un bâtiment ne lui plaisait pas vraiment, le grand air lui convenait bien mieux. Si seulement elle pouvait sortir de Kiri... Aller dans ces forêts encore sauvages ! Comme ça lui manquait ! Au moins avait-elle trouvé un moyen de combler sa Bête en se changeant en chat. C'était une idée à refaire, puisque personne ne l'avait percée à jour. En attendant de pouvoir se libérer vraiment...


Spoiler:
 

_________________
Tenues:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Dim 6 Jan 2019 - 11:32
Shinju, l'innocence à l'état pure, elle ne semble toujours pas remarquer que je tente de flirter avec elle..ou alors elle fait semblant de ne pas comprendre qu'elle me plait. Je ne sais pas ce que je préférais, une naïveté innocente ou une naïveté feinte pour éviter de répondre. L'un comme l'autre, cela m’encourage à persévérer; Tant que le refus n'est pas net je continue d'essayer sans être lourde non plus, en tout cas j'essaie de ne pas le devenir.

Je décide ensuite de lui répondre non sans sourire en comprenant qu'elle à devinez juste.


-Tout à fais, mais évite de le dire partout, le principe de la salle c'est justement de chercher cet indice. En out cas ca veux dire que tu l'as réussi, tu m'en vois heureuse. Ce n'était pas trop difficile comme épreuves ses salles? Koba et moi on ne s'en rend pas bien compte vu qu'on connait tout les trucs pour nous en sortir facilement. Même si la deuxième salle est la plus compliquer pour moi.

Finissant ma phrase je décide de boire une nouvelle gorgée avant de reporter mon attention vers Koba, cependant quand je levé ma bière quelques chose me tape dans le bras assez violemment pour me faire lâcher mon précieux liquide. La bouteille tombe au sol ou elle éclate en morceaux, ce qui est surprenant vu que le sol n'est pas particulièrement dur et que les bouteilles sont senser être plus solide que cela, mais ce n'est pas la question...je regarde ce qui m'as frapper et note qu'il s'agit d'un pantin de Koba. Sans réfléchir j’attrape le pantin à la gorge et le jette vers Koba d'une seule main malgré son poid. Ma cible n'est pas très éloigner aussi inutile de forcer en y allant à deux mains pour cela. Je déteste qu'on m'interrompe quoi que je fasse et je pensais que Koba le savait. Je note d'ailleurs que la ça le gene que je picole, ou que je drague Shinju aucune idée pourtant cela ne l'empêche nullement de faire son speech.

Je remarque ensuite que deux des ninjas présent se sont éclipser sentant surement le danger arriver au moment ou Koba à fait sauté ma bierre des mains.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5010-akairu-fuki-kunoichi-valeureuse-end http://www.ascentofshinobi.com/t5024-le-journal-d-une-forgeronne-perdue#39359

Faire connaissance avec le Marionnettiste. ( Libre )

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: