Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Le baroud de la fidélité | Entraînement ft Metaru Shuuhei


Ven 28 Déc 2018 - 10:59
Deux jours auparavant, l'adonis aux pulsions meurtrières, s'exerçant sur du bétail, avait aiguisé ses réflexes et ses techniques en pourchassant un malheureux lapin qu'il s'était mis en tête de pourfendre, sans exprimer la moindre forme de scrupules. Ce dernier, destiné à être embroché par une pique de fer expédiée par cet éphèbe des ténèbres, avait probablement vu sa vie défiler avant que d'être secouru in extremis par un fleuron de la foudre, véritable légende de son temps. Le célèbre et prestigieux Nidaime Raikage, en personne.

S'offrant en duel, il échangea coups pour coups avec le genin gonflé d'idéaux malveillants. Les deux bellicistes se révélèrent l'un à l'autre en même temps qu'ils dévoilèrent leur répertoire pugilistique, et au gré d'un tintamarre clinquant de fer et de foudre, le Metaru ayant perdu le monopole du métal, Nobusuke sortît vaincu, terrassé entre autres par une vague déferlante gouvernée par son vis-à-vis.

Après avoir remporté ce duel relativement simple pour lui, compte tenu de sa virtuosité, le va-t-en-guerre victorieux entama un long échange avec l'adolescent blafard, de sorte à comprendre les vétustés d'une psychologie meurtrie par une pathologie latente, le poussant irrépressiblement vers le désir d'homicide, et surtout, afin de s'assurer que ce genin ne devienne pas plus tard un de ces déserteurs qu'il se donnait en devoir d'abattre, parfois contre son propre gré.

En conclusion, il découvrit un adolescent loyal, profondément docile. Excepté ses pulsions meurtrières qui pouvaient jeter un doute sur ce qu'il était capable de faire, Nobusuke était le plus fidèle des chiens de garde, d'une certaine manière, et tant que tel, il avait hâte de faire montre de son mordant. De source cannibale, ce chien-là avait hâte de dévorer tous ceux qui troubleraient son territoire, qu'il avait tracé tout autour de Kumogakure.

Un pacte fut conclu. Le Nidaime s'offrait au viandard lors d'un baroud consenti. Il y risquait sa propre vie. Mais en échange, s'il sortait victorieux, il devenait le maître de l'éphèbe résiduel de fer. Un pacte fort intéressant, d'autant qu'il comportait finalement peu de risques pour lui : de part sa réputation d'ombre de la foudre, il savait pertinemment qu'il n'avait rien à craindre de cette limaille, éparse ou condensée, et de ce gamin sadomasochiste qui exprimait visiblement une pure jubilation à l'idée de le débarrasser de ses viscères.

Les deux baroudeurs se firent face. L'ambiance était des plus électriques. Après être sortis de concert du village de Kumogakure, passant par l'Arche Grise comme s'il ne s'était agi que d'un rideau de soie, ils s'étaient écartés des yeux trop curieux des shinobis du pays des nuages. Quelques mots avaient ponctué leur marche jusqu'à aboutir sur le terrain qui serait l'autel de leur combat : une clairière isolée de Kaminari no Kuni.

--- Que voulez-vous que l'on fasse de votre corps ?

Lança le petit spectre obscur en toute impunité, persuadé de pouvoir tirer son épingle du jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Sam 29 Déc 2018 - 12:04
Le baroud de la fidélité


- « Et le pire dans tout ça, c’est que tu y crois vraiment… »

J’eus une gueule amusée face à son interrogation. On avait pas idée d’être aussi arrogant ! C’en était presque hallucinant, si bien que ça avait fini par m’arracher un gros rire ! Bien longtemps que j’étais pas tombé sur un cas pareil. Mais il faut dire que j’en avais connu pas mal. Entre ma toute première fiancée qui s’était avérée être une meurtrière, ma cousine qui avait été une masochiste dans le temps et les divers ennemis que j’avais affrontés au cours de ma longue vie de shinobi, j’en avais vu, des profils ! C’était la raison pour laquelle ce gamin m’amusait et me fascinait. Et puis, quelque part, je m’étais pris d’affection pour ce détraqué parce qu’il me paraissait sincère au moins. Le côté amusant venait de la dualité qui le tiraillait et celui qui me fascinait n’était autre que le simple fait qu’il demeure fidèle à Kumo. L’adage qui allait suivre n’en était pas vraiment un en soi, mais il collait bien à la situation actuelle : « il faut de tout pour faire un monde ». Et j’adhérais plus que jamais. Après tout, il en fallait des comme lui pour préserver notre souveraineté. La paix ne se cultivait pas seulement d’amour, de bons sentiments et de bonnes intentions…

- « Enfin… On va dire que m’incinérer et jeter mes cendres à la raffinerie serait une bonne chose pour le kumojin et forgeron que je suis… »

Je pris malgré tout la peine de lui répondre. Je pouvais faire l’arrogant et lui faire comprendre qu’il n’arriverait pas à ses fins, mais à quoi bon ? Il était tellement dans son délire et dans son monde que lui remettre les pieds sur terre ne servirait à rien. A quedal. Seul un échec pourrait calmer ses ardeurs. D’ailleurs, je pensais l’envoyer à la suite dans un bordel plutôt particulier. Kumo avait des clubs de sadomasochistes qui lui iraient surement comme un gant à ce gamin. Lui apprendre que tuer n’était pas la seule façon de prendre son pied semblait être un bon plan, d’autant plus qu’il serait tenu d’obéir à mes ordres à savoir ne buter personne et prendre du fun sans penser à autre chose. C’était pas le premier gars que j’allais perdre dans la débauche, ni le dernier d’ailleurs ; sans compter qu’il y avait une chance que le sexe atténue drastiquement ses pulsions meurtrières constantes. Une maigre chance mais une chance quand même. Le tout était d’essayer. Et puis, vu qu’il avait des penchants masochistes et qu’il avait pratiquement kiffé être sous mon emprise, le confier à des femmes qui savaient y faire ne pourrait pas lui faire de mal, oh que non…

Psychologie à deux balles, mais que voulez-vous ? On fait avec les moyens du bord et de l’époque…

- « C’est quand tu veux, gamin… »

Maintenant que nous étions seuls, il n’avait plus à se retenir. L’avait-il déjà fait d’ailleurs ? La réflexion eut le mérite de m’arracher un petit rire, avant que je ne me mette à fouiller mes poches pour me dégoter une clope comme d’habitude. Puisque je n’avais pas à l’attaquer cette fois-ci, l’initiative ne viendrait clairement pas de moi. Qui plus est, jouer à cache-cache ne servait absolument à rien si ce n’est tricher et comme j’en avais pas spécialement besoin avec lui, je restais sur place, occupé à allumer ma cigarette qu’à faire autre chose d’autre. Fallait vraiment que j’arrête avec ça d’ailleurs. Si Nora revenait et qu’elle me trouvait en train de fumer, je risquais de passer un sale quart d’heure. Mais il faut dire aussi que plus de six mois sans en griller une, ça m’avait fait plus de mal que de bien. Du reste, j’en vins même à me demander comment elle allait actuellement et si elle ne pensait pas à revenir à Kumo. Telle que je la connaissais, j’étais persuadé qu’elle craquerait. Et voilà comment je recommençais à me perdre dans mes pensées, cigarette en bouche, mains fourrés dans les poches de mon pantalon, comme si de rien était.

Qui pouvait me faire plus flipper que l’homme au chapeau de toute façon ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Sam 29 Déc 2018 - 14:26

Shuuhei guidait sa cigarette fumante à ses lèvres, comme pour afficher son absence de craintes face à l'attitude pourtant menaçante de l'adonis spectral, tandis que, trônant sur un ciel clairsemé, l'astre solaire dardait de ses rayons chauds sur la petite sphère bleue, et sur la tête des deux querelleurs. Le contrat stipulait que le Nidaime n'avait droit qu'à se défendre, aussi le gamin ténébreux songeait-il non pas au meilleur compromis entre se défendre ou attaquer, mais à la meilleure façon de prendre cet antagoniste par surprise.

En exécutant quelques mundras, Nobusuke fit s'élever tous ces résidus de fer en suspend, comme une entité chimérique et maudite entre les mains d'un fanatique. Cependant que cette forme malveillante se remuait en dansant, des particules extrêmement fines et à peine perceptibles commencèrent à faire le trajet secret destiné à prendre par surprise le Metaru.

Comme pour appâter son attention, le jeune ferrailleur décida de lancer une attaque frontale. Pour l'heure, sa tactique consistait à bousculer l'ancien Raikage sans l'exhorter à utiliser cette armure raiton qui faisait son indiscutable force.

--- Vous connaissez déjà mes techniques. Mais je connais également les vôtres. Je ne compte pas vous laissez l'occasion de vous en sortir.

Lança l'éphèbe avec la certitude d'avoir trouvé une solution aux problèmes que lui causaient le dandy aux cheveux de neige. Après une série de mundras, l'entité de limaille de fer se mit à vibrer, alors mêmes que les particuliers de soudaient pour former des centaines de dards. Il connaissait cette technique puisque de toutes, c'était la seule qui était passée à travers sa défense. Nobusuke souhaitait goulûment profiter de ce genre de techniques pour tirer son épingle du jeu. Il lança l'essaim avec une confiance renouvelée. Ce faisant, tandis que les dards se jetaient droit vers l'ombre de la foudre, Nobusuke poursuivit les mundras. Dans l'ombre de cette attaque s'en cachait une autre, que le Raikage pourrait entrevoir pour peu qu'il y prête attention : un dard beaucoup plus gros que les autres avançait avec eux. Au milieu des abeilles, le javelot de fer se précipitent vers sa cible pour la pourfendre. Tenterait-il une défense ou une esquive ? Dans tous les cas, il devrait s'adapter et entrevoir ce traquenard pour éviter d'être accidenté.

Spoiler:
 


Dernière édition par Satetsu Nobusuke le Dim 30 Déc 2018 - 13:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Dim 30 Déc 2018 - 2:52
Le baroud de la fidélité


Utiliser d’emblée mon armure raiton m’assurerait la victoire. C’était clair et net. Cependant, une victoire écrasante ne me réjouirait pas. Certainement pas. Je n’y trouverais aucun plaisir. Et puis, j’étais sûr et certain qu’il me réservait d’autres petites surprises, ce qui me ferait vraiment plaisir. En attendant de voir ça, je profitai de ma clope. Bien sûr, la nuée de limailles qui fit surface m’arracha un sourire, mais il n’était pas question de verser dans la négligence non plus. Si je ne pouvais pas l’attaquer en plus du fait que je m’interdisais d’utiliser le raiton pour le moment, j’allais tout mettre en œuvre pour qu’il ne m’effleure même pas. Et ça passai bien évidemment par des esquives. C’était la clé de mon succès. Raison pour laquelle j’inondai mes pieds de chakra avant d’effectuer un bon en arrière de sorte à éviter ses petites bestioles détestables qui m’avaient déjà troué et forcé à aller faire un tour à l’hosto. Heureusement d’ailleurs que l’infirmière qui m’avait traité ne m’avait pas coincé à l’hosto. En plus, qu’est-ce qu’elle était bonne ! J’avais pris plaisir à bien lui peloter son gros cul. Et le souvenir de cet instant m’arracha un sourire niais…

- « HEIN ?!! »

Sauf que voilà. Le gamin m’avait fait un coup de pute. Un gros coup de pute même. Alors que je croyais avoir évité sa première offensive, une seconde suivit tout juste après. Le fameux javelot ! Encore et toujours ! Et penser qu’il serait aussi proche de moi alors que j’avais déjà claqué une esquive m’avait étonné. Ouais, je dis bien étonné. Les yeux écarquillés, la bouche ouverte –au point d’en faire tomber ma clope- Bref… C’était très bien joué de sa part ! Très très bien joué même ! Sauf que voilà, n’est pas raikage qui veut. Parce que même dans cette situation extrême, j’avais réussi à dégainer mon épée avant de placer le plat de l’arme devant moi, en guise de bouclier. Mouvement réflexe, instantané, presque inné si on veut. Le javelot fracassa alors mon bouclier improvisé et me propulsa carrément des mètres en arrière. Il faut dire que contrairement à la dernière fois, je n’étais pas sur mes appuis, sans compter qu’il avait mis pas mal de force dans cette attaque. Sans doute avait-il misé sur elle ! Sacré Nobusuke ! Mais au final, je réussis non seulement à contenir l’attaque mais aussi à m’en débarrasser en la déviant carrément avant de ricaner.

- « Bien joué ! Mais il en faut bien plus mon petit Nobu. Donne t’en à cœur joie, sinon… »

Un sourire presque mauvais barra mon visage. Oui, ça sentait mauvais pour le gamin. Très mauvais…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Dim 30 Déc 2018 - 13:45

Comme il avait pu le prévoir, le Raikage du passé déjoua son assaut, quand bien même ce dernier avait un peu de nez, compte tenu de l'espièglerie de la stratégie employée. Pour autant, l'éphèbe ténébreux n'en avait pas fini avec ce jeu vicieux qu'il dévoilait face au Nidaime. Sachant pertinemment qu'une démonstration de force ne suffirait pas, il tenta de réfléchir à une autre alternative, une ruse bien pensée pour pouvoir se planter dans ses entrailles, et les tirer vers le dehors, ce dont il rêvait depuis deux jours.

--- Hahaha ! Restez sur vos gardes, je n'en ai pas terminé avec vous !

Fit-il en ne camouflant pas l'excitation qui commençait à grimper en lui, à force d'être ainsi alléché par la promesse de pouvoir décapiter le bretteur sans être poursuivi en retour. Cependant qu'il disait ces mots, il effectua de nouveaux mundras afin d'augmenter drastiquement la masse de limaille de fer adjacente à la position de son adversaire, comme pour la réveiller. Il lança alors l'une de ses techniques les plus efficaces : les barreaux noirs. Se condensant sous forme de barres de fer, les résidus se jetèrent sur Shuuhei. Une tentative directe pour immobiliser le Metaru, renforcée par la manipulation précédente. Mais là encore, ce n'était qu'une supercherie : derrière le Raikage se formait à présent un autre spectre de fer, né de la limaille déplacée avant le premier assaut. Ainsi Nobusuke tenta-t-il de prendre le Raikage en étau.

--- Que dîtes-vous de cela ?

Fit-il d'un air amusé, conscient que cette fois, la menace était encore plus palpable. Sachant pertinemment de quoi Shuuhei était capable (même s'il ignorait encore tout de se puissance réelle), il s'était mis en tête de l'immobiliser grâce à ses barres enchevêtrées. A vrai dire, il ne disposait pas de beaucoup d'autres techniques que celles qu'il avait déjà exploité face au baroudeur épique, et seule son intelligence lui permettait à présent de pouvoir prétendre, à minima, handicaper ce monstre.

Y parviendrait-il ? Il connaissait bien les Metaru et leur force brute. Il était de réputation que certains d'entre eux, forts de leur constitution, pouvaient se débarrasser de l'ombre de Nara rien par la force. L'homme aux cheveux pâles en faisait-il partie ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Dim 30 Déc 2018 - 14:56
Le baroud de la fidélité


- « Que c’est très ingénieux de ta part ! Même si c’est encore insuffisant gamin ! »

J’eus un sourire devant ses assauts ! Voire le gamin être aussi excité à l’idée de me faire la peau m’amusait énormément. Il avait d’la chance que je ne sois pas un gros déviant, sans quoi il aurait pris très cher. Très très cher. Mais plutôt que de rêvasser, je me mis à multiplier des mudras avant de créer autour de moi trois clones. Deux d’entre eux s’emparèrent de katanas et se placèrent devant les techniques qui menaçaient de me prendre en sandwich, de sorte à s’y interposer avant de bouger leurs armes dans tous les sens. S’ils parvinrent à stopper/dévier quelques ramifications des attaques, ils finirent par se faire prendre à ma place. Ils étaient complètement coincés par la limaille de Nobusuke et ne tarderaient surement pas à se faire détruire. Une pression supplémentaire et c’était bon. Ceci étant dit, ils avaient rempli leur rôle de bouclier à merveille et honnêtement, je demandais pas mieux !

- « Désolé pour toi mon petit Nobu. On dirait que j’ai encore réussi à m’en sortir ! »

Le dernier clone me chopa sur ses épaules et commença à s’enfuir au pas de course. C’était pas vraiment mon objectif, mais les clones étaient parfois mus par des instincts qui leur étaient propres et je n’avais pas non plus envie de m’y interposer. C’était de toute façon bien plus rigolo comme ça et il n’y avait qu’à voir comment je riais aux éclats pour comprendre que le tout m’enjaillait vraiment ! J’étais comme qui dirait dans une cour de récréation, prenant à peine au sérieux les aspirations du jeune. S’il avait été plus fort, ça aurait été une autre affaire, très certainement, mais là, j’avais la largesse de consolider sa fibre patriotique pour Kumo en plus de gagner un petit toutou dont j’allais prendre soin ! Pour corser un peu le jeu -parce que ce serait pas marrant que je ne le fasse pas une fois ou deux-, je réussis à sortir une bombe fumigène que j’éclatais derrière nous pour camoufler notre fuite.

Soit j’allais le foutre en rogne et ce plus que jamais, soit j’allais l’exciter comme pas possible…

Mais il ne resterait pas indifférent à mes actions et à celui de mon clone dans tous les cas !

Et il avait intérêt à bouger ses miches parce que contrairement à moi, son réservoir de chakra était assez bas.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Dim 30 Déc 2018 - 19:02

Sur la clairière isolée, le fracas des armes laissa bientôt place à un nuage couvrant l'escapade du Nidaime qui, traîné par son clone, semblait fuir le combat. L'éphèbe meurtrier fit une rapide mise en abîme pour comprendre ce qui se déroulait sous ses yeux : était-ce bien le Metaru le plus réputé au monde qui fuyait devant lui ? C'était peu crédible compte tenu de l'écart de niveau qui séparait les deux protagonistes, aussi vrai que Shuuhei n'avait rien à craindre de son prétendant. Mais ce que Nobusuke ne parvenait pas à croire se déroulait bien dans la réalité : sa cible voulait s'échapper.

Encore tout émoustillé par la perspective de l'étriper, il mit cela sur le compte de la crainte, plus que de la provocation. Il ignorait que l'ancien Raikage se raillait de lui en réalité, et de fait, il continua ses assauts, s'enorgueillant d'avoir pu bousculer un tel homme. Visiblement, cette situation alambiquée se prêtait à merveille à une comédie littérale : tel un avare, le plus jeune des deux baroudeurs croyait mordicus avoir pris le lead sur la situation, quand l'autre, tel un singe farceur, s'amusait de cette prétention mal embouchée, continuant de simuler sa retraite.

Une paire de mundras plus tard et, ignorant les clones de l'ombre de la foudre, Nobusuke fit danser la masse résiduelle de fer. Toutes les particules passèrent autour du nuage de fumée occasionné par le Nidaime. Un tel leurre ne suffirait pas, d'autant qu'il avait la capacité de guider ses particules dansantes à son bon vouloir. Jusque-là, tous ses stratagèmes avaient été mis à mal par la malice de son opposant. Il décida, pour une fois, de sortir le grand jeu, avec un triple assaut de dards de fer.

--- Continuez de courir, je préfère le combat à distance !

Lança le bonhomme jubilant. Cependant que le spectre de fer assiégeait l'ombre de la foudre, il commença à ressentir les prémisses de la fatigue : jusqu'où ce jeu aboutirait-il ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Mar 1 Jan 2019 - 21:15
Le baroud de la fidélité


- « Wow ! »

C’était la première fois que le gamin se lâchait autant. Et si une telle nuée se ruait vers mon clone et moi, cela ne voulait dire qu’une chose : Qu’il s’agissait là de sa meilleure attaque ! Ce fait ne m’étonnait à moitié, mais j’aurai cru qu’il aurait élaboré une autre technique/approche autre que cette dernière pour m’avoir. Un sourire vint finalement barrer mon visage. Vu qu’il tentait le tout pour le tout, il serait tout de même humiliant pour lui que je ne joue pas ma carte maitresse. C’est donc fort de ce fait que je finis par quitter l’épaule de mon clone qui s’évapora sous un claquement de doigt, avant que je ne dégaine machinalement mon épée. Et puis, vu qu’il ne me laissait pas le choix et que je n’avais pas spécialement envie d’aller encore une fois à l’hosto même pour une égratignure, j’en fis alors usage…

Mon armure raiton.

La violence de son déploiement autour de moi éparpilla une bonne partie de son attaque massive, tandis que mon épée infusé de ce même chakra raiton contrait les quelques petites bêtes qui voulaient quand même me percer la chair. Y’avait pas à dire ! Il voulait vraiment m’faire la peau c’petit con ! Il avait bien de la chance que je ne sois pas aussi zinzin que lui sans quoi il serait déjà six pieds sous terre. D’ailleurs, si j’avais conservé mon métal, sa limaille aurait été tellement impuissante qu’il aurait maudit les Metaru à vie. Il faut dire qu’il n’y avait rien de plus intéressant et de plus solide qu’une armure complète faite de métal. Enfin… Cette couverture électrique faisait le job et je devais dire que je n’avais pas à me plaindre. D’ailleurs, j’avais non seulement tout dévié, mais neutralisé quasi toute son attaque.

- « Oublie l’idée de me faire la peau… Tu devras t’habituer à être sous mes ordres maintenant. Techniquement, tu l’étais déjà, m’enfin bon… »

Je haussai les épaules en commençant à m’avancer vers lui. Le dénouement était proche…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Mer 2 Jan 2019 - 9:30
Le triple assaut du Genin se manifestait comme une tentative désespérée de pouvoir frapper l'ombre de la foudre en le submergeant. Une telle occasion ne se présentait pas en combat réel, car en distribuant cette attaque à répétition, l'éphèbe ténébreux occultait toute sa défense et s'exposait, de fait, à être farouchement blessé. Force était de constater qu'il avait bien saisi les clauses du contrat encadrant ce combat et que, profitant de cette règle, il s'adonnait tout entier à la réalisation de son noir dessein. Mais, alors que ses projectiles magnétisés frappaient sans relâche, elle fit son apparition : la maudite armure Raiton.

Tous les efforts qu'il avait produit pour en arriver là avaient été vains. Shuuhei se débarrassa du spectre de fer comme de quelques grains poussières sur son costume. Profitant de la protection surnaturelle offerte par cette aura diffuse d'électricité, il se débarrassa de quelques projectiles avec sa lame afin de se prémunir d'autres désagréments.

Entre lui et Nobusuke, le nuage causé par la bombe fumigène commençait à se dissiper.

A mesure que la situation s'éclaircissait à ses yeux, le maître du fer ne put que constater avec désespoir son sort : son adversaire en ressortait vivant, à peine dérangé. Il avait investi tant de chakra dans ces techniques qu'il s'en trouvait essoufflé, à l'inverse d'un Nidaime encore splendide et en possession de tous ses moyens. Que pouvait-il faire ? Il ne faisait résolument pas le poids.

En dernier recours, il lança un kunai, qui passa à un mètre à côté du prestigieux baroudeur. Manqué. Il n'en pouvait plus et, comme pour marquer son désarroi, il tomba à genoux. Etait-il à ce point éprouvé pour s'infliger une tel imprécision ?

--- Je crois que vous avez raison. Je ne suis même plus capable de toucher ma cible...

Certainement pas.

Spécialisé dans le combat à distance, l'adonis aux yeux mauvais était tout sauf quelqu'un qui manquait sa cible. En singeant un échec de lancer, il camoufla la fourberie sa technique : dépassant la silhouette de Shuuhei, le kunai se retourna et fit le chemin inverse, obéissant aux mundras du Satetsu, qu'il composait sous l'oeil potentiellement surpris de l'adulte aux cheveux de neige. Guidé par sa volonté et par des particules de fer magnétisées, le projectile se dirigea tout droit dans le dos de son antagoniste, de sorte à se loger dans sa colonne vertébrale.

Toujours le dos.

Cette ultime manigance de l'éphèbe ténébreux porterait-elle ses fruits, à la faveur d'une sagacité qui, depuis ses débuts, avait prouvé son espièglerie sur le champs de bataille ? Le Raikage d'autrefois avait prouvé qu'il était à la hauteur des petites stratégies finement orchestrées par Nobusuke : à chaque fois, il avait déjoué tous ses efforts, le remplissant de désespoir. En conclusion de ce baroud pour la fidélité de l'artisan des résidus de fer à la gouverne de l'ombre de la foudre, il ne restait que ce kunai téléguidé et ce Raikage, parangon d'une gloire passée. S'il ne touchait pas, le jeune chien fou meurtrier devenait le meilleur de l'homme qui serait son maître.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Jeu 3 Jan 2019 - 1:02
Le baroud de la fidélité


- « Je dois avouer que ça picote… »

L’armure raiton était peut-être efficace contre ses attaques diffuses, mais quand il s’agissait d’un objet compact, c’était autre chose. Aussi, le faux couteau avait réussi à « transpercer » ma couverture de foudre et à piquer légèrement ma chair sans pour autant se planter totalement. Déjà parce que j’étais naturellement ultra-résistant, mais aussi parce que mon affinité faisait malgré tout son effet. J’eus donc un sourire avant de passer une main dans mon dos de sorte à saisir son arme que je brisai immédiatement sans aucun effort. Mon action eut pour effet de décomposer la limaille qui composait le couteau et l’amure fit vite de neutraliser et éparpiller le tout loin de moi. Il pouvait toujours reformer quelque chose avec, fourbe qu’il était. Néanmoins, j’eus un sourire et je rangeai mon arme dans son fourreau.

- « Mais c’était tout de même bien joué. T’es vraiment un petit malin, toi… »

Je me mis même à applaudir comme si de rien était. Il avait réussi à m’avoir parce que je n’avais rien vu venir pour le coup. Le couteau avait été peu chargé en chakra pour que je le grille et je n’avais remarqué son mudra que bien trop tard. Son petit jeu d’acteur m’avait bien eu. Un petit filet de sang perlait le long de ma colonne. Celle-ci d’ailleurs n’avait heureusement pas été touchée, sans quoi j’aurai été dans de sales draps. J’en vins même à me demander ce qu’une telle attaque aurait donné s’il avait utilisé non pas un seul couteau, mais une dizaine, en plus d’une bonne dose de chakra. Il m’aurait clairement saigné, ce petit bâtard ! Déjà que ses sortes d’abeilles faisaient assez mal, je n’osais même pas imaginer l’effet d’une multitude de couteau. Enfin, je disais ça mais je savais pertinemment de quoi il en retournait…

Surtout quand on connaissait mon ancienne technique signature…

Une gigantesque forêt métallique qui ne laissait aucune chance à mes adversaires…

D’ailleurs, le seul à l’avoir esquivé sans aucun mal était l’homme au chapeau…

- « Abandonne. Il doit te rester deux bonnes techniques à faire à tout casser, non ? N’épuise pas tout ton chakra pour une cause perdue… »

Pas dit qu’il m’écouterait. Ce qui m’obligeait à être sur le qui-vive, du reste.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Jeu 3 Jan 2019 - 10:25
Alors que le kunai aurait pu percer, le Raikage fit vrombir son jaseran de foudre et écarta, une ultime fois, le danger qui le guettait. Force était de constater qu'il n'y avait rien à faire pour braver un tel étalage de puissance et de technique, si bien que le Satetsu dût se résigner à son sort : vaincu, il observa le triomphant comme si son propre cauchemar avançait vers lui. Il n'aimait pas beaucoup la situation dans laquelle il s'était embarqué car, si la soumission ne le dérangeait pas, le fait d'avoir consenti tant de labeur sans infliger de blessure lui était amer. S'il s'était embarqué dans cette histoire, c'était bel et bien pour faire couler du sang gratuitement : il n'aurait malheureusement pas ce plaisir face à Shuuhei, dont les mains continuaient de s'agiter mécaniquement.

Il l'écouta sans trop parler au départ, jusqu'à ce que l'inquisiteur de ce baroud décide de l'inviter à clore le débat, le sommant d'abandonner. N'accordant que peu d'importance au prestige, en bon être immoral et irréfléchi qu'il était, il accepta cette proposition, traînant quelques mots derrière une voix nasillarde et essoufflée.

--- Très bien, j'abandonne. Je suis désormais à votre service. Voulez-vous que je vous débarrasse de quelqu'un ?

Si Shuuhei était, à l'instar d'Itagami, un Metaru peu regardant sur le sort de ses ennemis, alors Nobusuke avait de bonnes chances de siroter des boissons rouges d'un fraise-pastèque sanglant, véritable hors d’œuvre aux yeux de l'adonis décâblé, et de couper des têtes, surtout. C'est avec une certaine hâte qu'il devenait le toutou du Nidaime, et sans plus de résistance que cela, il s'inclina vers l'avant, posant le front contre le sol, en signe de sa dévotion.

Sa défaite était synonyme d'un renouveau. Alors que le soleil continuait de darder la clairière sur laquelle un maître et son vassal venaient de se découvrir, plus loin, guettant l'horizon, la garde Kumo continuait de veiller. L'avenir était incertain, aussi brumeux que ces territoires infinis. Qui pouvait savoir, à cette heure quelconque, que Nobusuke se précipitait vers l'avenir les deux jambes devant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3330-satestu-nobusuke-termine#25153

Lun 7 Jan 2019 - 12:54
Le baroud de la fidélité


- « Me débarrasser de quelqu’un ? Maaah… J’ai bien une personne en tête, mais elle ne m’est pas accessible moi-même, alors… »

Je ne pensais ni plus ni moins qu’à l’homme au chapeau, tout simplement. S’il y avait une personne à qui je voulais faire la peau, c’était bien cet enfoiré qui avait fait de moi un handicapé et qui m’avait forcé à prendre une semi-retraite. Je me faisais la promesse de le tuer un jour, mais il fallait pour ça que je récupère mon kinton. Encore et toujours la même chanson. La même résolution. M’enfin… C’était là ma raison d’être en même temps. Sans ce pouvoir, je n’étais rien. Absolument rien. Tout du moins face à de puissants ennemis. Et dans le Yuukan, il en pullulait énormément…

- « Règle numéro un : Toujours être fidèle à Kumo. Toujours. D’ailleurs, je te permets même de chercher à me buter si tu vois en tout objectivité que je nuis aux intérêts du village. Pour le bien du plus grand nombre… »

Avec un tel énergumène, il était important de fixer des règles. Puisqu’il semblait être un bon soldat et donc par extension un bon toutou comme on en trouvait plus, je trouvais pertinent le fait d’établir les clauses de notre contrat dès maintenant. D’ailleurs, je rigolais en repensant à ce qu’il avait pu me dire par le passé concernant sa fidélité que je venais de gagner non sans mal. Sa prétention l’avait perdu, mais cette expérience allait sans doute lui servir de leçon et lui remettre les pieds sur terre. De toute façon, il avait non seulement une bonne marge de progression mais un excellent kekkei…

- « Règle numéro deux : Plus de meurtres tant que tu n’en reçois pas l’ordre, qu’il s’agisse d’un autre supérieur ou de moi. Ou bien évidemment tant que tu n’es pas en danger de mort. »

Un chien de sa trempe se devait d’être muselé. La frustration le rendrait peut-être fou, mais si jamais ce fait arrivait, c’est qu’il n’en valait pas la peine depuis le début. Cependant, il n’avait aucun intérêt à avoir peur parce que kaminari grouillaient de petits groupes de bandits qui pillaient parfois les villages et hameaux isolés. Des missions du genre, il n’y en avait pas mal et je recevais directement (parfois) des missives de campagnards qui me demandaient parfois de l’aide. Le foutre sur ces coups pouvait éventuellement tempérer ses ardeurs et le contenter comme il se doit et comme il faut.

- « Pour le reste des règles, elles viendront plus tard… »

J’avais fixé l’essentiel. Rien ne me venait en tête pour le moment. Sa dévotion était implicitement acquise et je n’avais pas besoin de souligner le fait qu’il se devait de répondre à mes appels si jamais sa fonction de shinobi ne l’occupait pas. Il était pas con de toute façon. Détraqué certes, mais pas con. Sur cette réflexion, je pris soin de m’accroupir devant lui avant de passer une main dans sa chevelure pour la caresser encore une fois avec une certaine mine à la fois malsaine et amusée. J’allais prendre bien soin de lui. Bien plus qu’il ne le pensait d’ailleurs. Mais pour l’heure, il allait cuire dans son jus. Languir.

- « Tu peux t’en aller te reposer. Je te recontacterai plus tard. Il y a tant de choses que tu as à apprendre… »

S’il savait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Le baroud de la fidélité | Entraînement ft Metaru Shuuhei

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: