Derniers sujets
Partagez | 

Chp 2 - Réunion d'information [PV: Gaho]


Ven 14 Juil 2017 - 12:01
Il était une fois, dans le petit village de Kumo - petit village devenu l'une des trois puissances mondiales, mais ce n'est pas là notre propos - un jeune shinobi. Enfin jeune... Du haut de ses vingt-trois ans, il avait déjà probablement parcouru la moitié de sa vie. Ce shinobi, comme vous vous en doutez, n'est autre que moi. Je sais, je parle beaucoup de moi mais... Ne sommes nous pas là pour ça ? Bref. Tous les ans est organisé à la même date une réunion où sont conviés de force tous les genin du pays pour, grosso merdo, être informés de différentes branches qu'il pourront explorer au cours de leur vie.

Cela pourrait être intéressant, pour une personne ne sachant absolument pas ce qu'elle vaut ni même ce qu'elle veut. Mais voilà le hic: je suis un Hotaru. Dans mes veines coulent la traque, l'espionnage, l'assassinat. Je n'ai que peu d'intérêt pour le reste. Les rues du quartier de l'académie ninja étaient donc couvertes de stands en tout genre. Jonins, chunins et autres supérieurs avaient été mobilisés pour l'occasion. Après un discours assez barbant du daimyo, où il avait été question de l'avenir de notre belle nation que nous autres, simples étincelles au coeur d'un orage tumultueux, devions garantir et blablabla. Je m'ennuyais. L'avantage étant que nous étions libre d'aller où bon nous semblait dans cette espèce de foire désagréable et bien trop bruyante. Pas d'armes, ninjutsus proscrits pour la journée. Soit.

Au détour d'une ruelle, une Jonin m'aborda pour me parler du genjutsu... La seule forme d'art ninja où je ne comprenais vraiment, mais alors absolument vraiment rien. C'était comme attraper de la cendre avec un filet à papillon. Elle me tint la jambe trente bonnes minutes jusqu'à ce que me vienne une idée. Une manière presque polie de me barrer. Il fallait juste que quelqu'un passe dans cette satanée ruelle. N'importe qui ferait l'affaire.

Mais non ! TOI ? ICI ?

Un garçon, plus grand que moi, zébré par autant de cicatrices que possible, venait de passer l'embouchure de la ruelle, il allait presque sortir de mon champ de vision mais c'était suffisant. La Jonin et moi l'avions vu tous les deux. Elle m'avait entendu l'appeler.

Je suis vraiment désolé sensei, c'est un ami de longue date. A plus tard peut être !

Et avant même qu'elle eut l'occasion de répondre, de proposer qu'il se joigne à nous, ce pauvre inconnu au bataillon, je partai dans sa direction. Je fis mine de rien et, une fois à son niveau je murmurai :

Continue de faire comme si de rien. Tu étais mon seul échappatoire, je te laisse tranquille d'ici cinq minutes. Au passage, je suis Hotaru Köda.

Et c'est ainsi que je l'ai rencontré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Ven 14 Juil 2017 - 15:49


Voilà une journée que Gaho n'allait pas oublier...
Le but premier était une réunion où tous les genins étaient conviés. Barbant.. Gaho n'était pas partisan de ce genre d'évènement. Trop de monde, se fondre dans la masse était dans ses cordes, mais feindre la joie et la bonne humeur. Vomitif. Il n'avait pas le choix, il ne s'intéressait même pas aux différents stands. Et puis merde, il voulait déjà partir. Il n'était pas un génie, mais il apprenait vite. Il avait dû se débrouiller seul toute sa vie, il ne comptait pas laisser un dispositif « d'orientation » décider de son destin. Il l'écrirait de lui-même, avec son sang et celui de ses ennemis. Mine de rien, Gaho avait un peu la mentalité d'un brigand.

Vêtu de sa chemisette habituelle et de sa longue cape noirâtre, Gaho déambulait dans l'allée, clope au bec et mains dans les poches. Son regard semblait évasif, il était clairement perdu dans ses pensées. Il avait effectué une mission avec un Nara, un personnage haut en couleur, sans doute l'opposé de Gaho psychologiquement, mais qui avait éveillé ses sens, un peu. Si bien qu'il était temps pour notre héros, il devait se rendre au quartier des Metaru, il avait longtemps entendu parler d'eux depuis qu'il était à Kumo. Ils avaient le même don que lui. C'était son clan, dommage qu'il n'en était rien dans la tête de notre homme. Cependant, il était évident que c'était là qu'il devait se rendre pour devenir plus fort, il devait maitriser sa capacité spéciale, acquérir le savoir des siècles du clan Metaru.
Pas aujourd'hui.

De l'ombre d'une ruelle, un jeune homme interpella notre homme, Gaho ne s'en était pas soucié jusqu'à ce que l'homme arrive à son niveau. Lui qui était perdu dans ses pensées, Köda venait de le faire revenir sur terre. Hotaru Köda. Longiligne aux cheveux grisâtres, le jeune homme semblait fuir quelqu'un et Gaho avait été son sauveur à première vue.

Mmmh ? Qu'importe. Fais c'que tu veux... Hotaru Köda ? Moi c'est Gaho.

Gaho n'avait toujours pas tourné sa tête vers sa nouvelle connaissance, il devait le faire pour comprendre. Comme une évidence, quand le regard de notre homme se tourna vers son nouvel interlocuteur, il comprit. Ce village avait encore beaucoup à offrir... La fumée s'échappait de la bouche de notre homme, tandis qu'il continuait son chemin en direction d'un des parcs de Kumo, un endroit plus calme et neutre.

Huhuhu... Drôle de dégaine Köda... J'apprécie.

De la part d'un brûlé à soixante pour cent qui avait le regard d'un fauve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t476-gaho-fin

Ven 14 Juil 2017 - 16:31
Sa réaction, cet espèce de jemenfoutisme latent face à l'idée qu'un inconnu se serve de lui comme excuse pendant quelques instants, était plaisant à mes yeux. J'avais eu peur pendant une petite seconde qu'il soit le genre de personne à vouloir devenir mon meilleur ami pour la vie ou autre stupidités dans le genre. On m'avait fait le coup à l'époque et j'ai mis trois mois à me débarrasser du pot de colle. A l'époque, je ne savais pas tenir un Kunai correctement, mais passons. Ça remarque sur mon style me fit hausser un sourcil. D'un bref coup d'oeil, je le détaillai avec un peu plus d'attention qu'auparavant.

Merci. Je dois avouer que la disposition des cicatrices sur ton visage est pour le moins... Étonnante ?

Au passage, j'otais mon gant, dévoilant la marque offerte en guise d'adieu par ma grande tante: entourant la base de mon pouce, une ligne fine mais profonde rappelait étrangement les marques qu'auraient laissées deux mâchoires... Et pour cause. Suivant sa marche, je ne pu m'empêcher d'observer avec une certaine forme de pitié tout les aspirants ninjas, pas encore genins, venus pour me spectacle. Si vous voulez mon avis, et même si ce n'est pas le cas, cette marmaille ne sera probablement que de la chaire à canon. Enfin c'est ainsi que je m'en servirai, tels des boucliers humains à placer devant les gradés. Quoiqu'à bien y réfléchir, non ; ils ne feraient que les gêner. L'un d'entre eux tira sur la robe de sa mère et nous pointa du doigt. Enfin, il pointa le "grand monsieur tout brûlé et son copain avec la main bizarre". Instinctivement, je remis mon gant. Je me tournai légèrement vers Gaho.

Vu ta tête, tu es aussi heureux que moi d'être bloqué ici. Tout du moins tu en as l'air. Genin depuis longtemps ?

Voyez-vous, je n'aime pas particulièrement les gens en règle générale. J'ai souvent l'impression de ne voir que des clones aux visages à peine altérés, prônant l'esprit familial, la supériorité de leur village et la transcendance portée par leurs valeurs. Foutaises.

Ce type là, Gaho, avait un truc dans le regard. Quelque chose me soufflant qu'il n'était pas juste un banal outil mais peut-être un peu plus. Un bon outil éventuellement. Seul le temps pourrait le dire. Nous finimes par tomber sur un parc et, après m'être assuré qu'il n'y avait pas de stand caché dans un arbre, je m'installai tranquillement sur un banc, conviant ma nouvelle connaissance à faire de même. Il paraît que le réseau est la base de toute entreprise. Et qu'il faut le mettre en place le plus vite possible.

Bon. J'espère que tu as enfin réussi à déterminer quel aspect de la voie des Shinobis tu allais emprunter mon petit Gaho.

Commençons par l'humour. C'est une arme bien souvent sous-estimée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Ven 14 Juil 2017 - 18:08

Étonnant ? Probablement. Gaho ne s'était jamais posé la question. La chance du numéro un ? Sans doute pensa-t-il. Gaho s'était rapidement fait à l'idée de ses cicatrices. C'était une partie de lui, c'était lui. Il en était presque fière, ce doux souvenir du jour où il avait eu l'arrogance de sous-estimer les brigands qui l'avaient recueilli. Ce doux souvenir de la douleur et du sentiment désagréable et insoutenable que provoque l'échec. La défaite.
Plus jamais, il n'en voulait plus, le regard de notre homme s'était intensifié quelques secondes puis il se mit à sourire à Köda, bizarrement, les deux hommes s'étaient rapidement compris. Ils avaient des similitudes, une avidité à combler. Tandis que la fumée opaque sortait de sa bouche, il mit son bras autour du cou de celui qu'il allait considérer comme la première graine de ses ambitions, un possible support à la source, à Kumo.

Ahah, étonnante, hein ? C'est un souvenir d'un passé lointain, peut-être en sauras-tu d'avantage un jour... Köda.

Son ton enjoué était devenu plus menaçant au fil même de sa phrase pour finir par dire le prénom de son nouveau compagnon froidement. Gaho était quelqu'un de très énigmatique, bien qu'il était du genre à prendre ses aises avec tout le monde, il variait les facettes face à ses interlocuteurs. Avec Köda, il serait un peu plus « vrai » que d'habitude. Lui aussi avait une cicatrice, une morsure sur la main, minime face à celle de Gaho mais intense. Gaho sentait que le fameux Köda avait, lui aussi, vécu des choses trop tôt. Gaho souri bêtement, un sourire enjoué, comme satisfait par ce qu'il voyait. Ils continuèrent leur route en direction du parc, de nombreux marmots un peu partout et leurs remarques inutiles par la même occasion. Il ne s'en préoccupa même pas, cependant Gaho était observateur, il avait vu que Köda avait remis son gant. Honte ? Discrétion ? Les motifs pouvaient être multiples. Gaho se posait X questions, mais se contentait de continuer son chemin, mains dans les poches.

Köda engagea de nouveau la conversation. Genin depuis longtemps ? Bloqué ? Voilà des notions dont Gaho ne voulait pas entendre parler, il ne répondit rien pour l'instant. Ce n'était pas ce qu'il voulait entendre. Il dégagea sa cigarette qui s'était consumé aux fils de ses pas. Les deux genins étaient finalement arrivés à destination, le parc était un peu plus calme, il n'y avait pas grand monde aux alentours. Quelques gamins plus loin, dans la zone de jeu.
Enfin ! Voilà que Köda parla de quelque chose qui intéressait beaucoup plus Gaho, une question vague pour lui, mais qui méritait des heures et des heures de conversations. La voie du shinobi, après tout dans cette nouvelle ère en perpétuelle éclosion, tous les shinobis avaient des aspirations. Bon ou mauvais. Gaho se mit à sourire, son regard retrouvait son éclat tandis qu'il sortit une nouvelle cigarette qu'il alluma.

Genin depuis quelques temps. Le temps nécessaire mon petit Köda.. Quant à la voie que j'allais emprunter.. Je n'sais pas trop. Bien sûr qu'il savait. Dis moi le tien et j'te dirais le mien. Kékékéké ♫

Son sourire carnassier apparu avec une énorme fumée de tabac qui sortit de sa bouche, il s'était tourné sur le banc face à Köda. Il lui souriait. Ce provocateur... Il ne pouvait pas se dévoiler pourtant Köda dégageait cette impression qui donnait à notre homme l'envie de céder. Il fallait qu'il en sache plus. Une question simple, mais révélatrice pour notre homme. Comme disait John, l'ancien leader des Barbapopo de Kaze no Kuni « L'ambition et le talent sont les armes de ce monde ».

Dis moi, que désires-tu le plus dans ce monde ?
L'ambition d'abord.


Dernière édition par Metaru Gaho le Mar 18 Juil 2017 - 4:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t476-gaho-fin

Ven 14 Juil 2017 - 20:04
Allez, lâche toi. Lâche toi mon petit Gaho, tu as l'air de vouloir en dire plus. Enfin. Chaque chose en son temps. Sa réponse, sa manière de faire varier son ton, allant de l'amical vers le froid, me plus. Il m'arracha même un sourire. Il s'installa juste après moi et commença à parler, se voulant visiblement énigmatique. Soit, je pris le parti d'entrer dans son jeu. Il voulait la position du dominant, de celui qui parle après ? Je n'ai jamais eu aucun problème avec ça. Je sais ce que je suis.

Je me tournai donc complètement vers lui et j'attendis une seconde. Comment le formuler sans paraître trop orgueilleux, trop avide ? Après quelques seconde le regard perdu dans le ciel je su que j'allais passer pour un fou. Tant pis. Mes yeux retombèrent dans les siens.

Tout.

Je l'avais presque murmuré. D'un peu plus loin, il aurait cru que je n'avais rien dit mais j'avais l'intime conviction qu'il m'avait entendu. Et écouté. Si ce qu'il rejetait n'était pas que façade alors il faisait attention à ce qu'on lui disait. Je repris.

Je veux tout. Tout ce qui est disponible, tout ce que je peux prendre. Plus encore. Si tu vois ce que je veux dire.

Vu son regard, il voyait parfaitement. Voyez vous, certaines personnes ont un étrange éclat lorsqu'ils posent leurs yeux sur vous. Cet éclat spectaculaire pouvant promettre le pire comme le meilleur. La détermination. Et, croyez moi, en une vie, j'ai vu tant de regards vides qu'il me paraît impossible de louper ce genre de choses. Je pris le temps de me caler de nouveau bien contre le banc sans pour autant être avachi sur moi même. Juste à l'aise. Observant la course d'un aigle dans les airs je le questionnais en retour. Ainsi va la règle du jeu.

Et toi, mon petit Gaho, que veux tu ?

Parles, Gaho, je t'écoute. Tu as toute mon attention. Parles tant que je ne suis qu'un étranger. Voyez vous, messieurs dames, il est plus simple de confier ce genre de choses à cet inconnu au fond du bar qu'au frère qui dort sur le lit au dessus de vous. Vous vous en rendrez bien vite compte par vous-mêmes.

_________________
« Un farm de qualité pour un RP saint ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Mar 18 Juil 2017 - 5:22


Voilà une réponse que pouvait comprendre notre homme. Köda désirait tout. Sa faible voix, l'avidité qui l'habitait... Gaho comprenait tout. Ils n'en étaient pas sûr, mais les deux hommes avaient beaucoup en commun. La réponse de Köda pouvait prêter à confusion ou même attiser la crainte et la panique, courir voir un supérieur et lui dire que ce genin, cet Hotaru Köda était à surveiller. Gaho n'était pas comme Köda, mais il voyait parfaitement ce que Köda disait. Il avait désiré les mêmes choses, il les désirait encore, Parfois. Gaho avait le sourire aux lèvres.

Je vois parfaitement ce que tu veux dire. Kékéké ♫
Le temps défilait, les deux hommes étaient restés muet quelques instants et comme il s'y attendait, parce qu'il voulait que Köda lui pose la question..

J'ai subis la vengeance des hommes pour mes erreurs... J'aimerais que le monde subisse par mienne pour les leurs.
Ni plus, ni moins. Gaho disait tout par cette phrase. Toute cette rage qu'il ne pouvait pas orienter. Il désirait vengeance. Torturer, tuer voir même brûlé le gang des barbapopo ne serait pas suffisant. Il lui fallait plus, ça paraissait plutôt utopique comme déclaration. Vaste. Pourtant pas d'arrière pensée, c'était sa vision globale. Quand on savait que la vengeance qu'il a subi était dû à ses erreurs, à sa soif de futilité telle que l'argent à l'époque. Quand on savait qu'il avait tué une dizaine d'hommes en quelques années, qu'il avait tué le brigand qui l'avait entrainé pendant des années sans aucun regret, sans même se soucier de la gravité de son action. John. C'était un mec bien.
Trêve de plaisanterie.

C'était l'ambition de Köda. Il voulait tout. Il était avide, il avait soif de puissance. Passons au talent. Gaho avait une manière particulière de faire les choses. Il bondit du banc tout en souriant et s'étirant, crachant sa clope sur le côté. Il fit face à Köda et lui fit un signe de main lui disant de le suivre.

Allez Köda, suis moi s'il te plaît. Allons près de la cascade, elle est a à peine quatre minutes d'ici. Nous allons devenir « amis ». Bwahahahaha !
Il ajusta une dernière clope à sa bouche et pris le soin de l'allumer avant de se mettre en marche. Il avait une démarche lente mais enjoué, observateur comme à son habitude, sa tête valdinguait de droite à gauche avec émerveillement.
Il n'allait pas défier Köda dans un combat impliquant la blessure d'un des deux hommes. Il avait en tête quelque chose de simple. Un échange de coups. Quoique de mieux qu'un petit combat au corps à corps pour mieux se connaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t476-gaho-fin

Mar 18 Juil 2017 - 10:51
La vengeance ? Voilà quelque chose d'intéressant et de bien dangereux. Quelque chose d'utile à savoir. Ainsi un groupe, si je m'en référais au pluriel employé, avait rossé ce pauvre Gaho parce qu'il avait fauté ? Je pris le soin de me le répéter deux ou trois fois mentalement, afin de bien l'inscrire dans sa mémoire. Gaho serait probablement un bon outil,si l'on couplait cela à l'absence de crainte lorsque je lui avais dit tout désirer. D'une certaine manière, il commençait à me plaire.

Son soudain besoin de déplacement, le changement de cigarettes, cette manière de vouloir "devenir mon ami" laissaient entendre que me genin avait une idée en tête, pas forcément des meilleures. Mais bon, le jeu ayant commencé, je me retrouvais dans une position où je pouvais le suivre... Ou abandonner. Et ce n'était pas envisageable.

Je suis juste derrière toi, vas y.

Vu la carrure du bonhomme, je pouvais m'attendre à tout. Peut-être un duel, chose que je préférerais évité connaissant mes compétences de combat. M'enfin, quoiqu'il ait prévu, il avait l'air bien décidé et sur le point de passer un bon moment. Grand bien lui face. Sa manière de laisser sa tête se baladait un peu partout, et par extension son regard, trahissait une certaine aptitude à l'observation. Tout voir pour tout pressentir, enfin cela s'appliquait à mon cas.

Alors que nous marchions, un plan commença à naître dans mon esprit. Un plan sur le long, très long terme. Mais qui commencerait aujourd'hui. Je n'aurai probablement aucune chance de vaincre Gaho au corps-a-corps. Plus nous avancions et plus je sentais que nous allions à la cascade pour faire danser nos poings. Je devais donc trouver un moyen de garder une forme de dignité. Sachez que ma dignité n'est pas vraiment proche de la vôtre. Elle est bien plus conceptuelle, issue de la tradition d'une famille d'assassins, d'espions et de traqueurs. Une dignité que vous considèreriez comme étant sale.

Hoy Gaho.

Ton neutre, calme, ne laissant rien ressortir. La voix légèrement plus basse que jusqu'à maintenant pour l'inciter à se retourner. J'avais besoin d'avoir l'initiative, ce serait là ma dignité. Et n'étant plus très loin de la fameuse cascade, dans un coin vide de toute présence autre que les nôtres, je pouvais y aller.

C'est ça que tu veux ?

Et alors que je commençai simplement ma phrase, je me campais sur mes positions et lui envoyais un crochet du droit. Voyons de quel fer tu es fait, jeune Gaho, voyons si tu te briseras dès aujourd'hui ou s'il me faudra travailler un peu pour entrer dans ton esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Chp 2 - Réunion d'information [PV: Gaho]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: