Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES


[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Lun 31 Déc 2018 - 12:38
[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES 181228105131936534

Après une affaire d'épices, il était maintenant question d'une affaire de poissons. Bon sang, j'étais encore une fois tombé de beaux draps et mes attentes ne semblaient toujours pas comblées par mon désir de faire quelque chose d'utile. Au lieu de ça, on me filait ce que les autres équipes ne voulaient pas faire, et comme à mon habitude j'acceptais sans rien dire puisque tôt ou tard quelqu'un devrait se coltiner le sale boulot. Qui remarquerait mes efforts ? Pas grand monde, une ou deux demoiselles assez sensibles pour dénicher en cette servitude des idéaux plus profonds. Celui qui finalement se mettant au plus bas, serait un jour capable de se tenir au-dessus de tous.

Mais mon ordre de mission ne fut pas dénué de bonnes nouvelles. En effet, après maintes demandes l'on m'avait enfin confié la responsabilité d'une équipe, qui opérerait maintenant à l'intérieur des murs comme à l'extérieur si l'autorité jugeait important de nous y envoyer. Je fus quand même un peu surpris à la lecture des noms des Genin qui m'étaient assignés. Le premier, Seikatsu, inconnu au bataillon, ou plutôt.. rarement croisé, entrain de fumer sa pipe sans vraiment que l'on s'adresse la parole. C'était un peu étrange d'ailleurs, je m'attendais à avoir à charge des mômes à qui j'aurais dû faire découvrir le monde, mais l'on en avait décidé autrement, et cette équipe numéro 7 fut comblée par un nom cette fois plus connu que le premier.

J'avais entendu parler de celui-là, bien plus que le premier en-tout-cas, et j'étais également au courant du fait qu'il avait payé assez cher le prix de ses combats pour la Brume. Une chose était sûre, dans un cas comme dans l'autre je ne m'attendais pas à avoir la vie facile. Les personnalités étaient différentes, étaient t'elles compatibles comme je me l'imaginais ? C'est ce qui resterait à découvrir. Un Kaguya et un.. un.. rien, pas de nom, pas d'indications sur les capacités du fumeur de pipe, si ce n'est que l'un comme l'autre surpassaient la moyenne des Genin. C'est à l'autorité qu'il me faudrait dés aujourd'hui voir, s'ils sont prêts à sacrifier tout ce qu'ils ont pour le pays, où si c'est dans un intérêt purement personnel qu'ils me rejoindraient sur les scènes de combat.



Naturellement nous devrions nous rencontrer, et c'est dans le cadre d'une mission spécifique que tout cela se passerait. Aucun problème.. depuis quelques temps les sacrifices quotidiens avaient été effectués et aucune foudre ne menaçait de s'abattre sur mes péchés. Je leur fis donc parvenir une missive à tous deux, leur adressant premièrement mes salutations comme le veut la coutume, tout en leur faisant parvenir l'adresse de notre première rencontre, qui se situerait aux abords des hangars du port. Je ne m'autorisais alors à aucune nervosité, auquel cas une pleine confiance ne pourrait jamais s'installer entre nous et encore moins un esprit de professionnalisme. C'était en quelque sorte une compétition avec les autres équipes, une course dans laquelle il me fallait façonner, ou remettre sur pied les armes qu'utiliseraient Mizu no Kuni dans sa quête de puissance et de renommée mondiale.

Lorsqu'ils arriveraient, je pourrais me montrer à eux, le regard dur comme à chaque fois, intransigeant avec les plaisantins, rigide pour plus d'efficacité, mais clairvoyant pour ne pas perdre de vue la raison pour laquelle nous étions réunis. La guerre reviendrait à nos portes, elle y était déjà presque et ne ressemblerait en rien aux conflits qui ébranlèrent le pays lors de la guerre civile. Le conflit serait à un tout autre niveau et probablement même que des visages que je m'apprêtais à croiser, certains disparaîtraient bien assez tôt de la circulation. Mère aurait une âme à récolter, je me réjouissais à cette idée, mais j'aurais également une place à combler.

« Bien, vous êtes tous présents et dans les temps. Je vais rapidement faire les présentations. Je me nomme Shimazu Aomine. Je serai dés à présent votre Sensei. Je connais déjà l'un d'entre vous, du moins mieux que le second, mais je souhaite tout de même une présentation en bonne et due forme de chacun. Nom, prénom, âge, capacités, et expliquez moi pourquoi vous souhaitez rejoindre cette équipe. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Mar 1 Jan 2019 - 17:00
Une lettre que j'avais reçu... J'étais assigné dans une équipe, je supposais que cela faisait sens avec ma réintégration. Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait parti d'une équipe. A l'époque je faisais parti de l'équipe de mon meilleur ami, nous formions une équipe depuis le début de notre formation. Une part de moi avait du mal a accepter cette idée... D'un point de vue purement officiel jusqu'a présent, c'étais Yusuke mon partenaire, et même si il était mort ce simple document le faisais survivre d'une certaine manière.... Mais j'étais un soldat, et un soldat ne dois pas faire passé ces sentiments personnel avant les ordres.

Je supposais qu'il était temps aujourd'hui de dire un dernier adieu a celui qui avait été un frère, je passais une grande partie de la nuit sur la tombe de mon ami sans ne jamais ouvrir la bouche. Je regardais ce kunaï... Un Kunaï très particulier, puisqu'il était en effet jumeler avec un autre qu'avait possédé Yusuke. Je me mettais enfin en route, curieux de savoir ce que cette expérience m'apporterais.... J'étais certes un génin, mais j'étais bien plus expérimenté que la plupart des génins, et je ne savais pas vraiment ce qu'un sensei aurait a m'apprendre, mais je supposais que ma blessure était la raison pour laquelle j'avais été remis sous tutelle.

J'arrivais enfin, un homme au cheveux long était déjà présent... Un autre homme avec une pipe était également présent.... La pipe a une tendance a amoindrir l'endurance des Shinobis, cela était limite une preuve d'immaturité sur la conditions a tenir pour être un soldat. Bien qu'il était plus âgé, nul doute qu'il n'était pas chunin, ou cela serait étonnant.

L'homme au long cheveux pris la parole.... J'avais donc vu juste, il disais s'appeler Aomine, il connaissais visiblement l'un de nous plus que l'autre, cela était étonnant qu'il n'ai pas lu notre dossier respectif, mais soit si il désirait une présentation.

"Kaguya Shintaro, dix-huit ans.... Mon nom est plus ou moins explicite sur mes capacités. j'ai déjà plusieurs dizaines de mission a mon actif, j'utilise du combat au corps a corps principalement. Je n'ai pas spécialement demander a rejoindre une équipe mais les ordres sont les ordres, et je serais satisfait de remplir mon rôle au sens de Kiri, même si cela signifie revenir sous tutelle. "


Je l'observais... Je ne pouvais cependant pas me mentir a moi-même... Je brulais d'envie de mon confronté a mon nouveau maître, je désiré savoir de quoi j'étais capable par rapport a un chunin. L'occasion se présenterais, j'étais un soldat et je savais tenir ce rôle.

_________________
[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES 1539565629-signraitongiftest
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Mar 1 Jan 2019 - 21:38
Une mission. La première depuis un long moment. Ma vie avait reprit son cours depuis que j’étais sortie des geôles. De plus, les surveillants qui me suivaient de près m’avaient laissé seul puisque j’allais être avec un Chûnin pour cette mission. Lors de mon retour, ils m’attendraient de pieds fermes. Profitons de ce petit moment de répit pour jouir de cette liberté. Une liberté plus ou moins intéressante puisqu’au final, je devais me rendre à une destination bien précise pour rejoindre deux autres personnes.

Le Capitaine d’équipe, je ne le connaissais pas. Je ne m’intéressais pas aux autres au village. Je ne m’intéressais qu’au très haut gradé… Il fallait que je me fasse remarquer pour capter leur attention et enfin aller là où je le voulais. Quoi qu’il en soit, je marchais paisiblement, d’un pas lourd s’enfonçant dans le sol. J’étais le premier sur les lieux. Personne. Je soupirai tandis que je me projetais en l’air pour m’allonger le toit d’une maison avoisinante. Les bras derrière la tête, je contemplais la grisaille du village jusqu’à ce qu’un des membres du trio n’arrivent. Je pus apercevoir le troisième larron arriver de loin. De ce fait, je pris une légère avance pour que personne ne puisse attendre trop longtemps.

Une fois tous réunis, celui qui semblait être le Chef d’équipe débuta les hostilités. Il voulait avoir des informations sur nous. N’avait-il pas nos dossiers respectifs ? Etait-il à ce point mal informé ? Le collègue joua le jeu. Il se présenta comme étant Shintaro Kaguya. Un membre du même clan que moi… Enfin : je n’étais pas encore sûr que je faisais bel et bien partie de ce clan malgré les capacités similaires aux leurs. Ce Kaguya avait un petit air de s’en battre les couilles et d’être présent prétextant les ordres…

C’était à mon tour de parler… Aucune envie. Aucune envie que tout le monde puisse savoir ce dont je suis capable. Pouvais-je réellement faire confiance à ces individus ? D’après le village, oui. D’après moi et mon expérience, non. J’inspirais la dernière bouffée de mon cigare tandis que je fermai les yeux savourant cette dernière inspiration. Je jetai ce qu’il en restait et commençais à parler avec ma voix grave et rauque.


« Seikatsu. 27 ans. A Kiri depuis peu suite à une mésaventure. Je ne souhaite pas en dire plus. Concernant mes capacités, je n’en suis pas encore certain mais je suis sur la bonne voie. Si nous sommes disposés à effectuer davantage de mission ensemble, nous serons tous fixé en temps voulu j’imagine. »

Une dernière question à laquelle je devais répondre. Pourquoi rejoindre cette équipe ? La réponse me semblait évidente, mais nous n’étions pas tous logé à la même enseigne. Aussi, soyons clair et concis sur mes objectifs.

« Rejoindre cette équipe est inévitable si je veux enfin quitter ce rang de Genin qui me colle à la peau. » Mon poing se ferma. « Être logé à la même enseigne que ces débutants m’hérisse les cheveux… » Je soupirai d’énervement avant de reprendre. « Aussi, j’aimerais que l’on fasse tout ce qu’on a besoin de faire pour passer rapidement Chûnin et avoir plus de responsabilité… Vous voyez bien ce que je veux dire, n’est-ce pas ? »

J’avais été clair. Est-ce que cela allait plaire ? Que ce soit oui, ou non, je m’en foutais littéralement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Mer 2 Jan 2019 - 15:00
[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES 181228105131936534

Mon regard était toujours affûté sur mes « élèves » qui se présentaient à moi, et d'une certaine manière entre eux aussi. Je possédais certes leurs fiches, qui au final ne disaient pas grand chose dans le cas de Seikatsu, mais il me semblait normal que ce lien qui nous unirait pendant un temps, ne se construise pas que sur une relation entre eux, et moi, mais chacun envers l'autre. En somme je voulais qu'ils se jaugent et apprennent un minimum à se connaître, ce fut le premier objectif, validé pour le roux, fuit par le fumeur de cigare.

J'avais conscience qu'il ne s'agissait pas d'élèves normaux comme ceux auxquels on peut s'attendre. Généralement on nous colle des bambins dans les pattes, et on leur apprend un peu tout, la vie, les rouages, et on est aussi là pour les amener à servir le village à leur manière. Hors dans notre configuration j'avais plutôt affaire à deux types de ma génération, un étant un peu plus jeune, un autre un peu plus âgé, et qui semblaient déjà saoulés à l'idée de manœuvrer ensemble.

Bordel que je devais me taper l'équipe rafistolée. Non mais sérieusement, j'aurais pu avoir des gosses qu'au moins ils auraient été plus enthousiastes à l'idée de ne pas marcher en solitaire et pour des intérêts personnels futile. Il fallait que je concilie dorénavant les ambitions de chacun pour qu'elles se réalisent, mieux j'étais à même de les porter vers la voie qu'ils avaient choisis, mieux ils coopéreraient sur le terrain sans risquer de se prendre des rapports houleux sur le dos.

« .. Bien, c'est un début. Il est évident qu'à première vue nos capacités sont facilement compatibles, et peuvent être un atout en situation réelle. Mais je n'ai pas pour habitude de me fier qu'à la théorie. La pratique est le pont pour atteindre vos objectifs, la théorie est quant à elle les clous qui feront tenir votre construction. Ne l'oubliez jamais. »

Leur faisant part de ma première impression, j'espérais au moins les fédérer le temps qu'il faudra dans cette équipe numéro 7, que le destin avait réuni pour opérer conjointement. Le plus gros Seikatsu ne voulait plus être un Genin et je concevais cette idée, j'étais pareil que lui lorsque les grades sont apparus, et rester au bas de l'échelle alors qu'on a le potentiel d'oeuvrer pour la Brume à d'autres niveaux, c'était presque une insulte. En revanche je savais aussi que la puissance brute et sans savoir s'en servir ne faisait pas les responsabilités, qui s'attribuaient elles en fonction des mérites et des services rendus au village. L’intérêt général passait avant nos propres conceptions des conflits qui ébranlaient le monde, et tout Genin désireux de gravir les marches de cette hiérarchie, devrait un jour ou l'autre faire preuve d'abnégation et d'humilité.

Je leur fis part d'un dernier regard qui ne pouvait être autrement que sérieux. Ils enviaient probablement ma position de décisionnaire, comme il est possible qu'ils ne la respectent pas en ne connaissant de moi que le nom de mon Clan, et maintenant mon visage, mais je ne pouvais laisser aucune place au doute. L'équipe 7 nouvellement formée prenait pied à cet instant précis, pour le meilleur comme pour le pire, en dépit de l'anticipation qui était palpable chez les deux nouveaux compagnons de route. Effaçant les préjugés que j'avais à leurs égards, j'hochais simplement, avec sobriété, et continuais.

« .. J'espère que nous ferons du bon travail ensemble, et je compte sur vous, qu'importe votre passé, pour rendre honneur au bandeau qui vous a été confié. Mais trêve de bavardage et abordons le vif du sujet.. nous ferons connaissance avec le temps je n'en doute pas un seul instant. »

Parce que malgré la composition de cette équipe, elle ne fut créée que dans l'unique intérêt d'être mandatée sur plusieurs théâtres d'opérations, et c'était ce pourquoi avait réuni le blessé de guerre et le toxicomane à cet endroit, avec moi, un membre du Clan Shimazu qui pouvait si on en connaissait les rumeurs et mystères religieux entourant le clan, faire un peu blêmir les moins avertis. C'était même assez courant, que l'on dévisage ceux qui possédaient une aisance à manier le sang. Les kaguya maniaient pourtant bien leurs os, et malgré tout c'est au sang qui coulait sur les champs de bataille que nous étions assimilés, à la mort qui était pour nous une meilleure amie, une confidente, une mère. J'honorais mon serment sacré, mais je l'honorais en ce jour pour permettre aux deux Genin de se joindre à un combat de grande ampleur, qui ne concernant non plus l'unification de l'archipel, mais bien la défense de nos acquis face aux ambitions voisines. Les autres villages n'ont fait que vulgairement copier ce que nous avons bâtit, et menacent maintenant de se servir de leur puissance contre nous, ridicule.

« .. Notre ordre de mission consiste à enquêter sur les vols de marchandises. Les habitants se plaignent et il ne s'agit pas de simples gamins ou clodos. Tout ça prend des proportions considérables et affecte directement le commerce du village. Vous n'êtes pas des gosses, pour cette mission vous serez largement autonomes, je vous laisse ainsi patrouiller autour des hangars pour trouver l'origine du problème, et y mettre une terme. On évite simplement les initiatives personnelles qui se désolidarisent du groupe.. ça me ferait mal d'en emmener un à l'hôpital si vite. »

Enfin, maintenant que les bases étaient transmises, je m'arrêtais sur le cas de Seikatsu, qui était trop bordélique à mon goût pour que je lui fasse confiance. Non, en fait je ne lui faisais pas confiance du tout, en premier temps car il s'agissait d'un hérétique, dans un second temps car il semblait n'en avoir rien à foutre d'être ici. C'est à se demander pourquoi il portait un bandeau.

« Pour devenir Chûnin, il faut montrer au Mizukage qu'on en est apte.. Soyez intransigeant avec vos ennemis, et gardez à l'esprit que faire partie d'un village, c'est avancer avec ceux qui le composent. »

Et ça.. même si je savais que la plupart des problèmes se réglaient dans une baston. Bref, je sauvais au moins l'image, on était une nation militaire, pas une nation de branquignols barbares.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Mer 2 Jan 2019 - 16:54
Un long discours, des mots sur des sagesses... Je comprenais ce que Aomine voulait faire, il devait lui même être perturber par cette équipe particulière sur laquelle il était tomber. De toute évidence nous n'étions Seikaku et moi loin d'être des débutants. Celui-ci voulait devenir Chunin, en ce qui me concerne qu'importe mon grade. Je suis un soldat, j'avais accompli déjà une mission en temps que chef d'équipe, une seule.... Je laissais le temps au temps, qu'importe que cela prenne un jour ou un ans, je prouverais que j'étais capable de devenir meilleur que tout ce que l'on a pu penser.

J'avais changer depuis toute ses années... J'étais moins rapide, moins fort, moins explosif... Mais cependant j'étais plus sage, plus patient. Je retrouvais des sensations, je sais que mon corps n'avait que besoin de temps et ce temps je lui donnerais. Cinq longue année de rééducation, mais je savais que tout ce travail payerais.

L'homme au long cheveux faisais un discours sur la pratique... Il n'y avait pas a dire, de l'envie de pratique j'en brulais. Une simple mission d'enquête sur du vol de poisson?... Je levais les yeux au ciel, je me disais que le temps de guerre était loin. Au fond, peut-être que cela n'était pas une mauvaise chose, je devais me faire qu'aujourd'hui les soldats sont des employer utilitaire.

Cela était un début, si je devais en passer par la... Je communiquer avec les autres, indiquant comment cela se passerais dans la zone qui m'avais été attribuer.

Les instructions étaient assez claire, nous devions patrouiller autours des hangars. Aomine nous indiquer une dernière fois que l'on devez garder un esprit d'équipe... Je connaissais bien cette valeur, je lui ai offert cinq ans de ma vie. Je décollais direction mon hangar. Je souhaitais prendre les devants.

Je contrôlais un fais, ce hangar était vide de personnel, alors que je mettais en place ma stratégie. Je posais des pièges grâce a mon Fuinjustu a l'intérieur des boites de marchandise. Si quelqu'un désirais les prendre en main sans mon accord, il risquerais d'y laisser ses mains. Grace a un Hange, je ne ressembler plus qu'a un employer facile a neutralisé, j'étais seul, seul cible. Nous étions bien sur muni tout trois d'écouteur, nous n'aurions aucun mal a appeler du renfort si le besoin s'en faisais ressenti.

_________________
[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES 1539565629-signraitongiftest
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Dim 6 Jan 2019 - 13:26
Je levais les yeux au ciel. Plus qu’une rencontre entre un maître et ses élèves, ce n’était qu’un amas de leçon de moral. Nous avions passé l’âge de tout cela et notre prestance mutuelle démontrait clairement que nous n’étions pas des poussins de six mois à qui nous devions apprendre la politesse. Nous avions été réunis pour enquêter et retrouver celui qui voler la marchandise des commerçants dans un hangar situé à proximité. La motivation pour effectuer ce genre de mission ? Aucune. Pourquoi ne pas mettre sur le coup des aspirants ninja avec un Chûnin pour justement fournir une première expérience à ses élèves ? Non. Il était préférable – à mon grand étonnement – de mettre deux Genins et un Chûnin.

La première impression que j’avais suite à cette rencontre, n’était clairement pas bonne. J’avais dans ce groupe : un Genin qui ne m’inspirait pas confiance avec son air je m’en foutiste. Et un Chûnin moralisateur. Puis il y avait moi qui étais là un peu par hasard. Mon collègue avait prit les devants en partant justement au Hangar tandis qu’il faisait ce qu’il avait à faire. Moi, j’étais encore proche du décisionnaire. Je le regardais droit dans les yeux, puis je me retournai pour partir. Mais avant cela, une dernière chose.


« Ton air moralisateur ne fonctionnera pas. En tout cas, pas avec moi. » Mon pouce se colla contre le bandeau de Kiri. « Je ferais honneur à ce bandeau. Mais ce n’est clairement pas avec ce genre de mission que je pourrais le démontrer. »

Puis je pris la route ne laissant qu’un amas de poussière. Il avait dit que nous serions totalement autonomes. Bien. Mon collègue du jour s’était déjà attelé à la tâche en disposant de part et d’autres des pièges tandis que moi, j’étais littéralement au plafond. Accroupie sur une poutre en bois de la charpente ne laissant visible que la combustion rouge d’un cigare que je venais de me rallumer.

Il était temps d’observer la situation et de réagir en conséquence. Je gardais un œil sur mon partenaire de mission. Il était plus jeune que moi et de ce fait, subissait mes préjugés. Les sourcils fronçaient, je continuais de regarder ce qui pénétrait dans le commerce. Pour le moment rien d’anormal. Peut-être était-il temps que je me joigne à la foule ?

En exécutant quelques signes de main, je devenais rapidement invisible. Seul la faible ondulation de l’air permettait de savoir que j’étais présent : mais encore fallait-il bien observer cet endroit précis ou encore être un Ninja aguerrit – un simple voleur n’y verrait que du feu. Je me baladais donc au milieu de la foule esquivant les éventuels coups d’épaule que l’on pouvait me mettre faute d’être visible aux yeux des moldus. Il n’y avait pas encore grand monde… Mais une personne commençait à attirer mon attention… Il s’agissait d’un enfant. Un enfant ayant à peine plus de 10 ans… Celui-ci scrutait distinctement l’ensemble de la marchandise qui s’offrait à lui… Ce n’était pas un regard d’un simple visiteur souhaitant s’offrir la cam. Non, il s’agissait plutôt d’un regard attentif sur le commerçant guettant la première opportunité pour s’emparer du butin… J’allais donc garder un œil sur lui et m’assurer ou non de son comportement hostile…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Lun 7 Jan 2019 - 18:21
[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES 181228105131936534

« Je ne te retiens pas, libre à toi de quitter mon équipe si tu méprises les ordres qui viennent du Mizukage. »

Je préférais lui annoncer la couleur directement plutôt que de me coltiner un énième type lourd sur le dos. Mon naturel calme me rendait viscéralement opposé à ce bellicisme enfantin qui ne pouvait avoir sa place au sein d'une forme militaire telle que celle de Kiri. Si personne ne savait se tenir à sa place je n'étais personne pour les retenir de faire leurs propres choix. Après tout ils étaient grands, eux, et Seikatsu n'était pas un mioche, du moins physiquement je pensais.

Quant au reste, une simple rature et je le laissais à la poursuite de l'honneur qu'il recherchait, mais ce serait sans mon aide. Livré à lui même je me demandais bien où il irait bien la chercher d'ailleurs, car il en avait sacrément besoin pour apprendre ce que c'était que de côtoyer des types comme lui, qui au final en avaient légèrement rien à foutre des ego des autres, surtout de la part d'un Genin presque trentenaire, c'était un peu la honte quoi. De s'imaginer qu'un gosse de dix piges pouvait lui mettre sa race et fumer son cigare à sa place.

Mais bon, bien que ça partait assez mal, je gardais l'espoir qu'un jour lui et son nouveau coéquipiers aillent sur le champ de bataille pour nous buter un ou deux Iwajin, pour les faire souffrir ces espèces de pachydermes sur deux pattes qui ne croient en rien. La Déesse m'avait parler et son vœux serait exaucé d'une manière ou d'une autre. J'aurais préféré que ce soit dans l'ordre, dans une guerre propre et non salissante autant pour notre honneur que pour l'image que l'on renvoyait sur les autres nations, mais si les circonstances devaient nous mener à faire couler sur le sang des femmes enceintes et de leurs marmots sur le continent, je me serais fait à l'idée.

Pour aujourd'hui le problème venait d'ailleurs, et c'était surtout sur les vols de marchandises que nous devions opérer, pas sur des assassinats de femmes enceintes. Shintaro c'était déjà déployé de son côté alors qu'un poisson avait déjà mordu à son dispositif astucieux. Sur le moment il était difficilement identifiable mais il était de ces marins qui quelques jours plus tôt avaient semer le trouble dans une rue adjacente. Le réseau n'avait visiblement pas encore été démantelé pour qu'un encapuchonné tente d'entrer dans un des hangars pour s'en prendre à la cargaison Bémol pour lui, l'employé se trouvait être Shintaro, qui devait maintenant réagir d'une manière ou d'une autre à l'arrivée de ce curieux personnage lui disant de partir. « Oï, m'rci davoir surveiller l'marchandise, on prend ça en charge gros ! »

De mon côté j'étais à l'extérieur, bien visible de l'ensemble des passants mais surtout des gamins des rues que Seikatsu avait plus voir justement. Je marchais, bandeau au bras pour montrer que j'étais en quelque sorte de la flicaille à tabasser ou plutôt à fuir vu que toute la cité était entièrement militarisée. J'entendais très régulièrement des sifflements, qui étaient en fait des signaux du gosse ayant scruté les marchandises. Qui avertissait t'il ? Le mec en capuche à l'intérieur du hangar ? D'autres mioches trop pauvres pour vivre ? Je n'en savais rien mais je laissais faire, et je laissais parler les clodos en devenir qui m'observaient de plus loin. J'étais le seul bien visible, et ça permettait justement à mes Genin de repérer les petits fauteurs de troubles un à un.

« … La bleusaille ! Ils envoient la bleusaille !!! AHAHAHAH ! » s’esclaffait un gosse mort de rire perché sur un toit. Pourquoi riait t'il justement ? Alors qu'au contraire ils auraient dû faire dans leur froc en pensant que le Kenpei débarquerait pour les choper. Tout ça semblait très étranges, et je m'arrêtais alors dos à un mur d'une petite habitation, attendant que mes Genin du jour aient des résultats dans leurs investigations. C'était en quelque sorte leur épreuve, et je voulais voir de quelle manière ils réagiraient à une mission de vol comme il en existe tant d'autres. La pègre, c'était la pègre de Kiri, après tout. Toujours présente, mais qui ne se montrait que la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Lun 7 Jan 2019 - 23:03
Tout n'étais qu'une simple question de patience. Dans cette affaire de vol de poisson, je dirais qu'il s’agirait d'une affaire de pêche. Nous n'étions pour le moment pas vraiment une équipe harmonieuse, mais dans le fond qu'importe? Il faut savoir faire de talent individuel si nous voulions être une équipe et être capable de travailler en temps que tel. Aomine décidais de rester en retrait, quand a Seikastu, je dirais que je n'avais pas la moindre idée de ce qu'il comptais faire après avoir pris cette air invisible. Pour ma part j'agissais comme en temps de guerre et lorsque quelqu'un sifflant arrivais vers moi, il ne s'agissait pas de perdre patience.

Il voulait la marchandise? Grand bien lui fasse, il l'aurait et que le tout puissant lui pardonne son impatience gros problème de beaucoup de jeune inexpérimenté, si il était un shinobi il réussissait bien a le dissimuler pour le reste.... Hors de question néanmoins d'attaquer directement. Capturé un seul des voleurs ne m'intéressait pas, si par malheur d'autre pouvait nous prendre par surprise parce que nous avons révélé notre vrai nature, nous ne valions pas mieux que des amateurs. De toute façon, il était certain qu'ils finiraient par toucher la marchandise et a ce moment précis, il ne serait pas déçu de sa trouvaille.

Celui-ci s'approcher doucement du colis, celui-ci était naturellement placé au fond du hangar dans un coin non visible. Il déposais sa main sur le colis, rapidement j'arrivais derrière lui, il ne l'avais pas encore compris mais sa main était désormais coller a ce bois.

Sans un bruit, je lui écraser l'arrière du genou alors qu'il se mis a hurler de douleur. Un bon moyen d'attirer les autres, j'envoyais un coup dans la nuque du désormais endormi et cacher son corps après avoir pris soin de retirer le sceau qui l'avais bloquer. je posais un autre sceau, c'était maintenant son dos qui était coller au sol, difficile de retourner au combat allonger.

Je reprenais ma place toujours sous henge, j'attendais les suivants souvent affolé par le cri de leur coéquipier. J’espérais qu'il étaient prêt, la pêche était loin d'être fini.


_________________
[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES 1539565629-signraitongiftest
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Sam 12 Jan 2019 - 14:17
La mission avançait plutôt bien. J’étais invisible aux yeux des personnages inexpérimentés tandis que mes camarades pouvaient savoir où je me trouvais. Un cri de douleur attira mon attention tandis que le gamin que je surveillais depuis le départ tentait de se diriger vers son ami. Cela ne faisait aucun doute, chacun faisait partie d’un réseau de voleur. Arrivant derrière lui, mon avant-bras se positionna autour de sa gorge tandis que mon autre main appuya fermement sur sa bouche l’empêchant d’émettre le moindre son. Mon dos percuta une porte menant à l’extérieur, derrière le hangar. Je le poussai violemment contre la paroi. Il se cogna la tête fortement tandis que ma main gauche vint le saisir à la gorge une nouvelle fois. L’ayant au bout de mon bras, collé contre le mur, je le regardais droit dans les yeux. Je serrais suffisamment fort pour l’empêcher d’hurler, mais avec une certaine dextérité lui permettant de respirer – mal, mais l’air passé malgré tout.

« Tu ne vas pas bouger d’ici. » Lui dis-je d’un ton menaçant. Mon avant bras droit se leva, paume dirigé vers lui. De celle-ci, un os pointu sortit de moitié. Les yeux du gamin s’écarquillaient. Il devait probablement savoir ce qui l’attendait. Et d’un geste rapide et précis, l’os vint se planter au niveau de son épaule. Il gémit de douleur mais mon étreinte au niveau de sa trachée augmenta petit à petit tandis que le son de ses gémissements s’éteignait lentement.

Je relâchais mon emprise. La douleur provoqua une perte de conscience. Il pendait tel un poids mort à quelques centimètres du sol. En voilà un qui va rester sagement ici. Après quelques mûdras, ma technique d’invisibilité reprit du service. Je pénétrais à nouveau à l’intérieur du hangar. Un des voleurs était comme scotché au sol tandis qu’un individu courrait vers lui. Je le pointais de mon index, et une phalange parti telle une balle et vint percuter son genou, transperçant ce dernier. Il chuta à terre et roula sur quelques mètres avant de rentrer dans son collègue collé au sol. Les mains de la victime enroulaient son genou tant la douleur était intense. Mais au moins, lui aussi ne bougerait pas. Je rompais ma technique d’invisibilité me laissant visible aux yeux de tous. Les civils m’observaient avec stupéfaction se demandant comment j’avais pu réaliser ce tour de magie pourtant si scolaire avec un peu d’entraînement.

Il y avait donc 3 voleurs qui étaient appréhendés. C’était sans compter sur quelque chose que je n’avais pas prévu. Une explosion au sein même du hangar, à l’autre bout de notre position. De la fumée montait au plafond en masse formant un nuage noir. L’explosion forma un mouvement de panique tandis que, commerciaux comme clients, coururent dans tous les sens, se percutant entre eux, chutant au sol, se faisant piétiner pour certains. Mon regard se posa sur celui de mon partenaire du jour. J’arborais un sourire qu’ils ne verront que très rarement. Mes pupilles se dilatèrent fortement. J’étais surexcité !

Sans même les attendre – lui et mon « sensei » - je partis en direction de l’origine de l’explosion ignorant la foule. Je courais avec détermination. Les clients, qui allaient dans la direction opposé, me rentraient dedans pour certains. Mais je n’en avais que faire. Mes mains se logèrent naturellement au niveau de leur cou, et je les faisais chuter les uns après les autres. Les suiveurs piétinaient ceux et celle que je faisais tomber au sol. Je m’en foutais. J’espérais que là où nous allions, il y avait un champ de bataille digne de ce nom. Je n’avais qu’une seule chose en tête : faire couler davantage de sang ennemi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Lun 14 Jan 2019 - 6:29
[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES 181228105131936534

Comme on le dit bien trop souvent, c'est au sensei de passer derrière le travail de ses élèves, et dans mon nouveau rôle il me fallait faire le ménage lorsque je constatais que le turbulent avait fait des siennes. Tout compte fait, je ne pouvais pas le blâmer si rapidement pour son impulsivité Kirijine, c'était quelque chose de normal dans le coin. En revanche ce que je ne pouvais tolérer en tant que Capitaine, c'était l'attitude qu'il eu envers la population, qui ne pouvait se savoir en sécurité si les forces censées les protéger s'en prenaient à elle sans considération. Et c'était même très dangereux si j'espérais leur inculquer quelques règles de base pour la suite des opérations. Ce « champ de bataille » si on pouvait appeler ça comme ça, ne serait que le premier d'une liste sur laquelle il faut être vigilant. J'avais été mandaté pour les rencontrer, mais aussi pour mettre un terme à toute cette histoire, et si le gros tas laissait le travail inachevé derrière lui, je m'assurerais que le message passé soit très clair.

Shintaro pourrait me voir, après tout j'étais revenu sur mes pas pour surveiller qu'ils ne faisaient pas n'importe quoi. J'entrais par delà le petit portique, à l'abri des trop curieux dans la ruelle d'à côté. Ici l'ambiance était à son beau fixe et les fauteurs de troubles semblaient avoir été appréhendés, restait à savoir quelle punition nous leur faisons subir. J'avais confiance que nous n'étions pas une équipe faisant dans la finesse, et il fallait exploiter les talents de chacun pour trouver une concorde entre mon expérience et la leur. Aussi je ne fus clairement pas un cœur tendre sur le traitement réservé aux voleurs, comme le disait un mercenaire, chez nous, les voleurs on leur coupe la main, et c'est exactement ce que je fis pour le gosse accroché au mur et dont les chances de survie devenaient plutôt faibles.

Ma main s'était raffermie sur la poignée de mon sabre alors que je regardais ce pauvre rejeton, qui probablement faisait ce qu'il pouvait pour survivre tout compte fait. Mais les lois Kirijines étaient les mêmes pour tous, et celui qui ne s'y pliait pas devait recevoir le châtiment adéquat. Aussi il ne me suffit que d'un mouvement autoritaire pour lui tailler ses nouveaux moignons.

« .. C'est un juste châtiment pour un voleur. Shintaro. Tu as la liberté de choisir celui qui te semble le plus juste pour les deux autres. Ils peuvent être une source d'information pour débusquer d'autres membres de cette pègre, ils sont organisés. Rejoins-moi ensuite.. j'ai peur que ton collège nous face une bourde, il va falloir lui remettre les pendules à l'heure. »

Et c'est ce que je craignais le plus, une explosion retentissant à l'autre bout du quartier des marchands, exactement là où se dirigeait Seikatsu comme un gros bourrin sans cervelle. Je déglutissais un moment, ce qui ne devait être qu'une arrestation de petits malfaiteurs devenant de suite quelque chose de plus sérieux. J'ignorais s'il s'agissait d'un accident, ou d'un acte criminel, même si je penchais pour la première option vu la lueur du soleil à son zénith..

Personne d'assez lucide n'agirait en plein jour, alors que les rues sont bondées, agitées, et surtout sous la protection des forces éveillées du village. Nous, ça ne pouvait être qu'un accident ou un acte de folie perpétré en marge de leur mission. Je levais alors la tête, laissant un moment Shintaro prendre la décision sur ce qu'il adviendrait des deux, puis me dirigeais à toute vitesse à la poursuite de Seikatsu, que j'étais prêt à emplâtrer sur le moment. Mon entraînement payait avec le temps, et j'étais à même avec une fluidité sans faille de traverser la foule en sautant de toit en toit, ce qui me permettait aussi d'avoir une vue dégagée sur mon environnement, mais surtout sur le chemin que le Genin prenait.

« .. Imbécile .. »

C'est ce que je soupirais en le voyant comme un animal affamé courant vers un danger dont il ne connaissait même pas la nature. Aussi, s'il avait déjà foutu la merde au milieu d'une foule qui le dévisageait, et l'insultait de tous les noms, c'était à moi de le rattraper en cas où il s'en prendrait à la mauvaise cible.. et advienne que pourra, s'il doit lui aussi se prendre une raclée, il en prendra une. Comme quoi on peut avoir une trentaine d'années, des muscles qui luisent au soleil, mais on peut aussi se comporter comme un enfant impatient et agité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Lun 14 Jan 2019 - 19:33
J'étais de marbre, alors que mon plan avait fonctionner, les coéquipiers de celui que j'avais arrêté s'était rameter. Sauvage, c’était le terme le plus approprié en voyant Seikastu, alors que pour ma part, il ne faisait preuve d'aucune maitrise. Je comprenais un peu mieux pourquoi il n'était pas Chunin, je doutais même du fais qu'il soit un soldat dans l'âme. N'hésitant pas a blesser gravement des enfants, quand bien même ceux-ci était des voleurs de pommes. Je remarquer que Seikastu était en réalité un Kaguya comme moi... Avait-il participer a la guerre lui aussi? Non.... Sans l'ombre d'un doute, quelqu'un comme lui serait certainement mort depuis longtemps sur un véritable champs de bataille.

Le comportement de mon sensei n'était pas bien plus honorable, coupant les mains d'un enfants, me demandant ce que je comptais faire de lui, lui ainsi que les autres. Les instructions étaient claire, m'occuper d'eux et rejoindre le champs de bataille ensuite. Il disait vouloir remettre les pendules a l'heure de Seikastu, alors que son attitude n'en n'étais pas plus honorable. J'emportais sur mes épaules celui dont les mains avait été trancher, ainsi qu'un blesser jusqu'a la clinique la plus proche, des cibles morte ne donnerais pas bien plus d'information, je ne me soucier que peu de celui emprisonner par mon sceau, j'avais largement le temps d'aller le chercher par la suite.

Il me fallut une dizaine de minute pour arriver a la clinique, la chance ayant fait qu'une se trouvais non loin. J'ordonnais a un ninja médical de recoudre les mains de celui-ci. Il était encore jeune, avait largement le temps de changer sa voie, jamais Yusuke ne l'aurait laisser abandonner a son sort et la volonté de mon frère était plus forte qu'une décision prise par un Shinobi qui avait perdu la tête, nous n'étions plus la brume sanglante, puisse t-il le comprendre un jour. Le maitre avait-il des choses a apprendre de ses élèves? Il y avait aujourd'hui fort a parié.

Le second, je le réveillais le forcant a parler de manière belliqueuse, mais quel autre intérêt d'être dans une clinique? J'apprenais la position de trois bombes, me rendant compte que celle qui avait exploser n'étais qu'une première, chacune programmer pour exploser a trente minute d'intervalle dans un périmètre réduit. Informant les autorités d'un coup de radio, je demandais l’évacuation de la zone. Dans ce genre de situation, la mission première d'un soldat reste l'évacuation des civils, il n'y avait plus désormais qu'une dizaine de minute avant l'explosion de la seconde bombe.

Je me déplacé comme jamais, courant de toit en toit, n'ayant pas d'autre choix que de solliciter ma condition physique. Je prenais moins de cinq minute, la ou dix m'en avait fallut pour l'aller. Avec un peu de chance Aomine est Seikastu avait reçu eux aussi le message d'alerte. La situation devenait critique. Je courais jusqu'au commerce piéger qui devait exploser, transpirant et n'hésitant pas a tout retourner dans le but de trouver la bombe. C'est la première étincelle qui trahissait le position de celle-ci, courant est désamorçant la seconde grâce a mon fuinjustu, il nous restait une seule bombe dans une demi-heure... Mais celle-ci était bien plus puissante que les deux autres. Je ne comprenais pas ce qui avait a voir avec le port.... A moins que!

Nous avions été piéger, la pègre savait pertinemment que des Shinobi interviendrait, le but était de ressembler le plus de Shinobi afin d'affaiblir Kiri! Est la demande d'intervention c'était moi qui venait de la faire! Nous devions nous dépêché! Pour ma part je courrais a nouveau en direction du port, il y avait fort a parié qu'il y avait encore une bombe dont cette autre ne m'avait pas parler.

Il restait un suspect toujours bloquer par mon sceau la bas, j'arrivais, le menaçant est n'hésitant pas a le frapper a coup de poing:

-PARLE! OU EST LA BOMBE?!


Je mettais mon kunaï sur sa gorge, celui-ci répondais en tremblant... Sur la réserve de poudre a canon servit par les armes des bateau, il y en avait suffisamment pour faire sauté tout le quartier, la troisième bombe les autres bombes n'était que des leurs afin de nous distraire!

_________________
[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES 1539565629-signraitongiftest
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Dim 20 Jan 2019 - 16:47
Une bombe qui avait explosé au fond d'une rue bondée de marchand. Et moi, guidé par ma folie meurtrière et dont la seule envie était de savoir qui était à l'origine de cet attentat. Pourquoi ? Tout simplement car il était nécessaire de tuer la vermine pour éviter qu'elle ne se reproduise. C'est ainsi que je comptais agir. Les geôles : l'endroit où l'on accumule les criminels. C'est une sorte d'énorme Quartier Général pour eux. Ils ne sont pas libre, mais ils ont des contacts. Et les enfermer ensemble ne peut être qu'une mauvaise idée... Si je parvenais à prendre la place du Mizukage, nul doute que je mettrais en place la peine de mort pour quiconque entre au sein des geôles...

Bousculant les passants agités par la fameuse explosion, bavant d'excitation à l'idée de rencontrer l'ennemi, je jetai un coup d'oeil en arrière. J'étais suivi par le Chef d'équipe. J'étais conscient que j'allais passer un quart d'heure relativement mauvais. Néanmoins je ne comptais pas me calmer : c'est une faiblesse que de laisser s'évaporer une envie de meurtre comme celle que je suis en train de contenir. Oui, je la contenais. Sinon chaque bousculade se traduirait par un assassinat... Là, ils étaient encore vivant ! Parfois, il est compliqué de gérer cette colère... Surtout quand on ne sait pas d'où elle peut provenir... L'idée de ne pas savoir ce qui s'est passé dans ce laboratoire et les châtiments que j'ai pu recevoir me rongeait nuit et jour...

Bref, j'arrivai rapidement sur les lieux. Un bâtiment ressemblant à un petit stand pour se restaurer avait pété. Les commerces autour eurent aussi des dommages mais bien moindres. La fumée se dirigeait vers le ciel tandis qu'un homme était sous les débris – mais il pouvait se débrouiller seul. Sous quelques morceaux de bois, il n'avait pas besoin d'aide. Pas loin, les restes de ce qu'il semblait être une bombe... Mes yeux se dirigèrent partout... J'observai l'ensemble de la scène de crime et une sorte de rouleaux été au sol. Je le ramassai avec fermeté et l'ouvrai sans once de prudence. Je pus y lire rapidement cette inscription.


« Cette première bombe n'est que le prémisse de trois autres. Là où tu vogueras, tu trouveras celle dont le quartier n'a besoin. »

Putain. Voilà maintenant qu'il fallait résoudre une énigme. Et en plus de ça, après l'avoir lu, le rouleau se mit à flamber tout seul... Je n'étais pas bon pour résoudre ce genre de devinette... Mais j'étais persuadé qu'il y avait un intello pas loin... Je saisis le bras d'un passant choqué par la scène et le tirai vers moi. En sueur, tremblant, il bégayait pensant que j'allais lui faire du mal... Je lâchai son avant bras : une rougeur prouvant la fermeté de l'emprise était visible.

« Mec, une autre bombe est posé. Alors tu vas me porter ce qui te sert de couille et faire marcher ta mémoire ! » Dis-je d'un ton suffisamment charismatique pour... ne pas du tout calmer ce garçon... « J'ai lu une phrase... Il y est écrit un truc du genre... La première bombe c'est que le début... Et là où je voguerais, je trouvais la bombe que le quartier n'a pas besoin... » Ma paume vint frapper mon crâne. « Putain merde ! C'est une phrase de ce genre alors donnes tes idées ! »

Il était apeuré, il tremblait et ne semblait pas avoir l'envie ou plutôt, le courage de me répondre... Mes poings se refermaient. Je perdais patience... Au fond, je savais que ce n'était pas la bonne attitude mais j'étais guidé par l'envie d'en finir avec ces voleurs. Cela prenait une tournure inhabituel ! Je n'avais pas pour habitude de gérer ce genre de chose... D'habitude c'est bien plus simple... Je viens, je tue, je repars... Là... Il fallait faire appel à une intelligence qu'un pion sur l'échiquier ne possède pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Jeu 24 Jan 2019 - 18:21
[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES 190116034417479896

Seikatsu avançait en solitaire, bravant les interdits malgré le danger, comme si les consignes n'avaient pas été assez claires à ce sujet lorsqu'ils n'avaient pas pour prérogatives d'intervenir sur d'autres terrains. L'ancien Mizukage avait mis en place la main de la justice formant une unité d'intervention rapide, et c'était à eux d'agir dans ce cas de figure, pas à un Genin fonçant bêtement dés que le bruit et le tremblement s'était fait ressentir dans les environs des quais, et du quartier commercial du village. Autant dire qu'à cet instant, Aomine eu la ferme hésitation d'envoyer son Genin directement dans la tombe, il n'en aurait eu aucun mal et se retenait bien visiblement de le faire. Comme l'on disait dans le coin, ce qui se passe en mission, reste en mission, et il aurait suffi d'une ruelle sombre pour que Seikatsu ne cause plus d'ennui à qui que ce soit de part son instabilité psychologique évidente.

Prenant une grande inspiration dans son avancée rapide, le sanglant pris la décision de quitter le théâtre qui se tramait non loin d'eux. Étaient-ils une équipe ? Cette équipe 7 ferait t'elle ses preuves un jour ? La réponse était fut évidemment négative dans l'esprit du Chûnin, qui n'était pas d'humeur à s'occuper d'esprits d'enfants à l'intérieur de corps d'adultes. Non seulement il n'était pas d'humeur mais il détestait par-dessus tout les frivolités sentimentales et compulsives, autant dire qu'entre un blessé de guerre et un type qu'il ne sentait pas du tout il était servi.

La décision était déjà prise, il n'aura été le chef de l'équipe 7 que le temps d'une mission, non pas en raison de son propre refus, il avait après tout accepté la charge qui lui avait été donnée, mais en raison des actions qui se tramaient sans qu'il n'en soit donné l'aval. Le gros bras pouvait dormir sur ses deux oreilles sans craindre qu'une arme vienne le remettre dans le droit chemin, Aomine n'était pas un enfant de cœur à perdre du temps en sermons et corrections qui n'ont pas lieu d'être dans une équipe qui semblait être prometteuse de part ceux qui la composent. Sans doute que le brun retournerait à ses occupations, et à son propre entraînement, attendant qu'on lui donne des élèves plus réceptifs et responsables, en attendant il savait ce qu'il voulait, et ce n'était pas la discorde de la première rencontre qui jouerait en faveur des deux Genins, maintenant en recherche d'un Capitaine plus complaisant et laxiste.

Alors il changea sa course, n'allant plus vers Seikatsu mais sautant de toits en toits pour se diriger vers le quartier général de la Brigade Kenpei. Ils devaient intervenir, et vite, ainsi qu'envoyer des hommes pour sécuriser les ruelles comme les habitants, et former un périmètre permettant la traque des responsable de la première explosion. Qui sait quelle était la motivation des malfaiteurs pour en venir à des actes si extrêmes et barbares au sein même du village le plus militarisé au monde. Non seulement c'était impensable mais il fallait avoir perdu la tête pour espérer se sortir de tels draps.


« .. Amenez des hommes, envoyez vos hommes dans les quartiers Nord et Sud des quais, j'ai deux Genins qui s'occupent du reste.. enfin j'espère, s'ils n’aggravent pas la situation. »


« Capitaine, vous êtes conscient que vous venez de laisser votre équipe sans personne à sa tête ? Vous pensez que c'est sage ?! Rejoignez-les !! »


« .. On débattra de ça plus tard, quand vous aurez le dossier de l'un des deux sur votre bureau. En attendant c'est des hommes qu'il nous faut, et ce ne sont pas les deux que je me trimballe qui vont faire des miracles, ça je peux vous l'assurer ! »


L'échange avait été vif, il est vrai qu' Ao avait abandonné momentanément l'équipe, mais c'était bien dans l'objectif d'appeler des renforts qui seraient certainement plus compétents. En espérant qu'entre temps les deux autres n'aient pas fait sauter tout le village et le Palais du Mizukage. Ce serait le pompom qu'une équipe réussisse à détruire un village entier sans qu'aucune des forces habilitées rejoigne le terrain. C'est donc après quelques minutes que le quai, à la vue évidemment de Seikatsu comme de Shintaro, fut envahi par certains des membres de la Kenpei, des flics quoi.. avec Aomine en première ligne sécurisant son propre périmètre. Chacun des Shinobis commençait à prendre son poste, l'un allait au nord, l'autre au sud.. quadrillant ce qui était la zone la plus à risque et guidant la population encore agitée vers les quartiers sans dangers.


« .. Pour vu qu'il n'ait pas fait de connerie.. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Ven 25 Jan 2019 - 16:54
L'heure était grave alors que de mon coté mon suspect parlait enfin, alors que je me dépêché afin de rejoindre la réserve de poudre a canon, il n'y avait pas une minute a perdre. Je ne savais pas encore comment cela se passerais dans le quartier, mais je devais faire confiance a mes coéquipier, même si je n'avais pas de lien particulier avec eux, Yusuke l'aurait fait sans la moindre hésitation alors je devais ne pas hésité... A côté de quelqu'un qui a donner sa vie pour son équipe, faire confiance a des équipiers que je ne conaissais pas vraiment ne devait pas être un gros sacrifice.

J'arrivais alors que ce sceau la était bien plus complexe que le précédent, mais cela était encore dans mon cadre de compétence.... Un sceau est comme une sorte de machine ou formule chimique qui donne tel ou tel résultat, beaucoup cherche a désamorcé directement par annulation, sauf qu'une formule chimique a un composant différent ne donnerais pas le même résultat, ou pour une machine, ne fonctionnerais pas et c'est exactement ce qui se passerait pour ce sceau, je n'avais pas besoin de l'annuler en remontant a la source du sceau, je n'avais qu'a implanté une simple modification suffirait a annuler l'ensemble du sceau, ou du moins a le rentre non effectif.

Ca ne fut pas chose aisé, mais au final j'arrivais a modifier ce sceau qui ne pouvait par sa composition plus exploser, cette méthode permettais aussi d'évité les explosions prématuré faite pour évité une annulation complête, une sorte de de sécurité, sauf qu'un maitre du fuinjustu dois toujours pouvoir modifier ses sceau malgré tout, ce qui constitue a mon sens la plus grosse faiblesse du fuinjustu, un secret transmit de maitre a élève sur cette art.

En ce qui me concerne ma partie était accompli, alors que des membres du Kenpei arrivait sur place, procédant a des arrestations... Avec une tel masse de Shinobi, la pègre devait déjà être loin sauf grande surprise... Ca ne serait pas pour aujourd'hui que leurs réseau serait démantelé, mais nous avions évité la catastrophe, de plus notre mission initial était a fort parié déjà accompli... Je n'avais plus qu'a attendre que les autres finisse par désamorcé les autres bombes.

J'étais plus que mitigé sur nos deux coéquipier... Et Seikastu n'était pas ma plus grosse surprise bizarrement... Cette équipe était assez étrange sans sa composition, toutefois... Je ne savais pas ce qui nous attendrais, je verrais bien quoi qu'il arrive.

_________________
[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES 1539565629-signraitongiftest
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES Empty
Dim 27 Jan 2019 - 14:18
Face à ce gamin qui fut dans l'incapacité de résoudre mon énigme, je trouvais bizarre que le Capitaine de notre équipe n'avait encore rejoint aucun de ses élèves : en l'occurrence mon collègue et moi-même. Je n'avais aucune idée de quelle était la réponse à cette devinette et il fallait avouer que tout cela m'ennuyait réellement. La peur se lisait sur le visage de l'homme en face de moi. Homme que je repoussais sur le côté tant son silence pesait sur mes épaules. Il chuta à terre tandis que je pouvais apercevoir plusieurs personnes arrivaient sur place. Ils semblaient savoir ce qu'ils avaient à faire, et doué d'une certaine expérience : leur déplacement était bien trop précis. Ca ne pouvait être des débutants.

Je reculai de quelques pas alors qu'une équipe vint me saisir par les deux bras comme si j'étais un ennemi. Ils me murmuraient à l'oreille que je ne devais pas bougé et que j'avais mal agit... Je savais que mon caractère impulsif posait problème néanmoins je ne pouvais pas encore le contrôler et en faire ma véritable force. Je réalisais à cet instant que je mettais mon équipe et le village en danger avec ce genre de réaction... Leur emprise sur moi ainsi que l'aura de chakra dégageait m'empêchait de faire le moindres gestes afin de me libérer de cette étreinte... J'étais à leur merci, et ils le savaient pertinemment.

Pendant que je ne pouvais bouger, chaque individu fit ce pour quoi ils furent appelés. Une précision chirurgicale, une réactivité à toute épreuve ainsi qu'un professionnalisme digne des plus grands... Je détestais l'avouer, mais j'étais admiratif de ces personnes. Je ne savais pas de qui il s'agissait. Je voulais simplement... leur ressembler. Malheureusement, je n'étais qu'une expérience ayant sûrement mal tourné, et mon moi intérieur ne semblait pas vouloir que je puisse vivre une vie tout à fait normal. J'étais victime de mes émotions sans pouvoir les contrôler comme je le voulais...

J'avais l'impression, en réalité, que chaque émotion ressenti était multipliés par dizaine... Ma colère me rendait violent, mon impulsivité me rendait bête, ma soif de pouvoir faisait en sorte que je n'étais pas quelqu'un de fiable... Je reniais ce genre de pensée, mais je ne pouvais pas non plus les ignorer car elle faisait partie de moi... Aucun doute que je devais suivre un entraînement bien spécialisé pour contrôler tout cela... Je doutais de moi. Je n'étais plus la personne confiante que j'étais au début de cette mission... Pire encore, je commençais à respecter le Capitaine de notre équipe par cette nonchalance et ce contrôle qu'il avait de sa propre personne... Devais-je lui en toucher deux mots ? Non. Cela ferait de moi un lèche cul et j'étais loin d'en être un... Putain... Ca recommence !

Les deux bonhommes m'ayant saisit les deux bras me relâchèrent. Le travail était terminé. L'un d'eux posa sa main sur mon buste et me poussa. Je reculais d'un bon mètre et j'étais proche de la chute...


« Ta mission est terminé, imbécile. Tu peux rentrer chez toi, le rapport va être fait par quelqu'un de plus expérimenté. »

Là sonna le glas. Mes yeux s'écarquillaient et je restai figé. Comment pouvait-on me prendre de haut comme cela, moi qui suis doué d'une force brute sans pareil ? Mon poing se referma. Je me laissai tomber à genou au sol. Une larme coula le long de ma joue. Énervé, mon poing se leva et frappa le sol provoquant de larges fissures. J'étais plus qu'un débutant, Genin qui plus est, bon qu'à faire des missions minables... J'étais loin de ce que je convoitais : l'expérience et l'échelon supérieur que je souhaitais plus que tout au monde...

Un connard jadis, m'avait dit que chaque mission, qu'importe son rang, pouvait nous apprendre des choses... Il avait raison... J'avais apprit qu'au final, je n'étais pas encore prêt à gravir les échelons et qu'il fallait que j'apprenne à contrôler mes sentiments... Je pensais que cela faisait ma force, mais au final c'est ma plus grande faiblesse... Quel imbécile je suis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3440-projet-seikatsu-termine

[Mission libre C] DISPARITION POISSONNEUSES

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: