Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[B/OFFICIELLE/KIRI] PATROUILLE TERRESTRE

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Jeu 3 Jan 2019 - 0:57

Des missions il en avait fait, qui se comptaient même par dizaines et qui ne concernaient que des broutilles liées à l'ordre intra-murros, rien de tellement valorisant jusqu'à aujourd'hui. Jusqu'à ce que les efforts du religieux issu d'une famille Noble du clan Shimazu apprenne qu'il avait été convoqué d'urgence pour mener une patrouille à l'extérieur, sur les terres qui bordaient Kiri et ses marécages brumeux. En fait, et depuis la fondation de la cité, les recoins tels que ceux qu'ils s'apprêtaient à surveiller n'avaient jamais été très sûrs, même pour des Shinobis aguerris, et il était en soit surprenant que l'on fasse appel à lui précisément, qui avait encore tout à prouver malgré son implication habituelle.

Aomine imaginait qu'après-concertation avec le chef des armées, ses aptitudes pouvaient finalement s'avérer utiles dans cette situation. Non pas, particulièrement, ses aptitudes physiques, mais notre homme était un planificateur, un stratège en herbe qui s’accommoderait bien assez des ordres transmis pour montrer qu'il valait quelque chose, en dehors de la sinistre image qu'il avait dégagé avec les années. Dans les faits, il n'était pas plus charismatique qu'un autre Shinobi de même rang, c'est un truc qui lui déplaisait il faut dire, même si à se promener avec une poule sous le bras cela n'arranger pas l'image que l'on se faisait de ces Shimazu, de ces religieux éparpillés aux quatre coins du monde pour ne même plus former de réel clan.

Cependant dans son cas son sang était demeuré pure, et noble, et son ascendance ne fut jamais compromise par quelconque impureté humaine, dont les imperfections corrompraient l'esprit qui dirigeait ce corps de chair, de sang et d'os, car il n'était rien de plus qu'un fragment d'une psyché divine, se pliant aux normes du pays dans lequel il avait vu le jour afin de lui apporter Sa lumière.

Quoi qu'il en soit, l'heure était à un tout autre dessin et notre Chûnin aux grandes qualités morales bien inversées, devait désormais faire face à ses responsabilités et futurs coéquipiers momentanés. Eux aussi avaient reçut la même missive que lui, du moins il l'espérait sans quoi il devrait rappeler à chacun quel était le but de leur mission, et cela ralentirait plus qu'autre chose leur avancée vers la zone indiquée. Une fois aux abords des grandes portes du village, il avisa ses deux confrères, du moins, son confrère surtout, et le mercenaire qui vu la tête qu'il tirait, n'était clairement pas là pour enfiler des perles sur une plage de coquillages Mizujine. Non, lui.. il était là pour en découdre, et ça se sentait à la ronde qu'il espérait se taper un clodo ou deux, et les balancer dans un fossé si le groupe en avait l'occasion.

Ma Foi, ce n'est pas le Shimazu que ça aurait dérangé à partir du moment où personne n'apprenait que l'équipe faisait régner l'Ordre avec un peu trop de zèle. Le brun voulait bien être rigide dans sa manière de penser, et d'agir, mais pas stupide au point de volontairement se foutre dans les ennuis. D'autant plus que là il s'agissait de se montrer, et de montrer aux potentiels fauteurs de troubles qu'ils n'étaient en aucun cas tolérés dans les parages. Voilà pourquoi le Chef des Armées, avec l'expérience emmagasinée d'une centaine d'hommes, leur avait ordonner de monter cet avant-poste. L'équipe devrait étendre la zone d'influence du village pour permettre aux senseurs d'alerter les forces Kirijins au moindre danger en approche, qu'il soit d'origine criminelle, fanatique, ou qu'elle provienne tout simplement des autres villages cachés.

« .. Il va être temps pour nous de partir. Si on suit les ordres à la lettre on devrait être de retour pour le dîner, le cas contraire c'est que nous aurons été des triples buses, et tous les Kirijins se foutront de nous, du village jusqu'au fin fond des îles les plus paumées. En avant camarades. »

Ce fut une sorte de.. comment dire.. de discours de Capitaine, après tout, il était le Chûnin en charge de leur sauver la peau si jamais ça tournait mal, autant qu'il les fédère dés le départ et le moindre obstacle aurait à faire à une force de frappe sans états d'âme. Entre Aomine, qui n'était pas là pour cueillir des fleurs, le Kaguya qui était pressenti pour chercher la baston, et l'autre Sendai qui tirait une tête à faire pisser dans son froc un Tsuchikage, ils n'étaient clairement pas réunis pour danser la Polka dans les marécages ceux-là.

Après avoir refermé sa carte, mais surtout après leur avoir désigné les routes qui menaient vers l'intérieur des terres, ils pourraient enfin suivre le chemin en direction de l'est du village. Il y aurait une bonne trotte à faire, il faudrait encore traverser les marécages, mais le Shimazu pensait qu'il était judicieux pour les premiers avants postes d'avoir une vue sur chaque entrée ou sortie dans cette zone brumeuse, qui peut facilement dissimuler toutes sortes de menaces.

« .. Si on reste déployés à une dizaine de mètres au maximum les uns des autres, on peut rapidement ratisser la zone sans risquer qu'un de nous se fasse prendre à partie. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Jeu 3 Jan 2019 - 20:58
Première mission. Le Sendai ne savait pas vraiment quoi en penser, il était envoyé en patrouille terrestre aux alentours du village caché afin de sécuriser les terres entourant Kiri, ainsi que de possiblement trouver un endroit où créer des avants-postes. Ouais, la guerre se préparait et Ikaku se sentait bien content d'avoir choisi ce village là où il avait appris que les deux autres villages se mettaient contre celui-là. Puis, avec ce délire de fanatiques et de prisonniers, il risquait d'y en avoir de la baston et c'était bel et bien ça qui l'animait au plus haut point.

Le rendez-vous était pris, ils devaient tout se rejoindre aux portes du village pour partir en vadrouille et Ikaku ne savait pas même qui l'accompagnait. En tout cas, il n'était pas le chef du groupe. En tant que mercenaire, il ne pouvait pas avoir de responsabilités et c'était bien mieux comme ça. Les responsabilités, très peu pour lui. Il préférait juste se battre. Être employé comme un chien de combat.

En arrivant aux portes du village, il constata ses deux comparses de mission. Le chef semblait un peu trop prétentieux, genre pète-plus-que-son-cul et l'autre. Bah, pas trop intéressant, c'était un genin. Ils se présentèrent très rapidement.

S'fasse prendre par quoi ? Y'a rien ici.

Il avait déjà fait ce chemin en sens inverse, il n'y avait rien rencontré. M'enfin, il se contenta de suivre les ordres.

D'coup, on doit juste trouver un endroit où faire un avant-poste ? C'vraiment, une mission d'débilos.

Pas de son gabarit, surtout.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Sam 5 Jan 2019 - 22:49
Le grand jour était enfin arrivé pour Shitekka. Après plusieurs mois d'intégration difficile au sein de la Brume, et d'efforts répétés pour se hisser au niveau de la moyenne de la caste des Genins, les autorités avaient daigné lui accorder plus d'intérêt. Cet intérêt grandissant s'était manifesté sous la forme d'une missive, dont l'objectif se plaçait totalement dans ce contexte d'invasion des prisonniers sur les terres insulaires de Mizu no kuni. Une aubaine pour le Kaguya, qui avait besoin de gagner en importance pour accomplir son but ultime au village. A la lecture, encore hésitante, des objectifs de sa mission, le Kirijin trépigna de joie. Mais en même temps, un soupçon d'anxiété le gagna. Comment allait-il se débrouiler pour une mission d'une telle importance ? Serait-il à la hauteur ? Pire encore, allait-il être un allié, ou un frein à ses équipiers ?

Pour répondre à toutes ces craintes, l'Urumi prépara ses affaires, se prépara lui-même, et le jour venu, se mit en route vers le point de rendez-vous. Les fortifications de la ville étaient plus que jamais la frontière entre Kiri et l'inconnu, la destination et l'objectif de sa mission. Accoutumé aux patrouilles au sein des rues embrumées de la cité, et à l'exploration dans la nature, Shitekka semblait apte à participer à pareille mission en dépit de son inexpérience. Sa nature de Kaguya semblait également avoir joué en faveur de sa sélection. Sous la directive de Shyko Kaguya, qui était en charge d'envoyer les siens pour protéger le village, Shitekka remplissait donc tous les critères pour cette mission.

Sur place, le bâtard put faire la rencontre de ses partenaires de patrouille. Habitué à des ninjas volontaires et très professionnels, il fut surpris de la composition de son escouade. Entre son chef d'équipe, Shimazu Aomine, un brin cru et excessif dans ses propos visant à motiver les troupes, et Sendai Ikaku, au contraire peu enthousiaste à l'idée d'une mission qui paraissait en dessous de ses capacités, Shitekka eut du mal à trouver sa place.

Faisant fi de ces présentations chaotiques, le Kaguya se concentra à la place sur les directives du Chûnin. Son plan était clair et bien illustré par le biais d'une carte des alentours de la ville. L'aborigène apprécia cette organisation, lui permettant de tirer le plein potentiel de ses capacités de senseur et de chasseur. Il ne restait plus qu'à partir selon les instructions. Mais le silence du Kaguya commençait à peser. Au vu de l'ambiance étrange qui s'installait dans l'équipe, le chasseur au regard fauve s'osa un simple:

— … en route ?
C'était léger, très léger même. Mais il espérait essayer de briser la glace entre le Sendai, le Shimazu et lui-même. Chacun avait ses ambitions, ses attentes, et son appréciation de la mission, mais tous se devaient de coopérer pour œuvrer pour la réussite de cette dernière. C'est dans cette optique que Shitekka se focalisa, balayant alors ses craintes de faire bien auprès de ses collègues. Lui n'était qu'un Genin, et le voilà aux côtés d'un mercenaire habitué aux affres des batailles et d'un Chûnin avisé. Cette mission était pour lui l'opportunité rêvée de se libérer des limites qu'il se fixait par son simple grade.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Dim 6 Jan 2019 - 15:47
Votre groupe, mandaté pour la mise en place d'un avant poste et à la sécurisation de l'île principale, se dirige donc à l'Est de cette dernière afin de débuter ce pourquoi ils ont été engagés.

Autour de vous, rie de bien exceptionnel. Des forêts, quelques lacs minimes et au bout de ce premier voyage, vous trouverez une première place. Sécurisez donc cette route dans un premier temps afin d'y trouver quelque chose pouvant menacer la nation. Mais sachez que pour ce premier point, vous ne trouverez rien.

Sur la plage, ce sera votre premier point à contrôler. Parler aux habitants se trouvant au bord de mer, afin de savoir s'ils ont pu voir quelque chose d'inquiétant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 7 Jan 2019 - 17:49

Aomine était super content en fait, alors qu'il aurait pu mal prendre la remarque du mercenaire mais vu son rôle de mercenaire justement, le Shimazu se disait qu'il l'avait quand même accepté, cette mission de débilos. Mission de débilos pour débilos, autant la faire rapidement et rentrer à la maison ensuite. Le relâchement du Sendai avait du sens, sans doute que le Chûnin avait vu trop de choses pour ne plus ignorer les risques de missions sur le papier si banales. Probablement aussi qu'il ne connaissait que trop bien les marécages de la Brume qui dans le temps regorgeait des pires races au monde.

« Ou qu'on ne voit rien. S'il n'y a vraiment rien ça sera vite plié. »

Autant ne pas se prendre la tête dés le départ. Des belliqueux et des relous il en connaissait assez pour savoir comment ça fonctionne. La provocation fatiguait plus qu'autre chose le brun qui préférerait continuer la route au risque de passer une après-midi à rien foutre, mais gardant au moins à l'esprit que le pays, pacifié, n'a jamais été un havre d'amour et de paix. Quant au Kaguya, il n'en pensait sur le moment pas grand chose. Ne le connaissant que de vue celui-ci paraissait plus décontracté de nature, un sang moins chaud que l'autre acolyte.

Malgré des présentations déjà ratées, à croire que personne n'était très fort pour sociabiliser dans ce village, ils continuèrent leur route jusqu'aux points de repère indiqués sur leur carte. Autour d'eux, rien de sensationnel si ce n'est les décors habituels qu'ils pouvaient rencontrer, ou qu'ils avaient rencontré dans leurs jeunesses. Les mêmes arbres, les mêmes routes et paysages. Un calme trop plat et une brume plus lointaine omniprésente que les trois venaient de traverser.

Si le premier point de passage était littéralement désert, et que rien ne semblait s'y trouver, donnant raison aux dires du mercenaire, le second point leur apporterait une source d'information complémentaire. Le Capitaine de l'équipe s'était néanmoins momentanément désolidarisé de l'équipe pour vérifier les fossés de la route principale, comme de la place vide bordée de quelques arbres. Mais rien, ni activité humaine, pacifique ou non. Pour un premier avant-poste cela aurait largement suffi pour que le terrain plaise au Mizukage, cependant plus loin se trouvait une nouvelle cible à harponner, et quelques villageois à aborder.

« Bonjour. Je suis le Capitaine de l'équipe de patrouille du village, on est là pour sécuriser les alentours et établir un avant-poste de garde. Si vous avez vu quelque chose de suspect dites le nous, nous sommes là pour votre sécurité. »

Le Chûnin pointa du pouce ses deux acolytes pour la mission de débilos, si ça pouvait aider à persuader les paysans de coopérer, par patriotisme ou intimidation, qu'importe la méthode employée. D'ailleurs, il demanda plus bas à ses voisins de faire de même, et d'aller s'adresser aux autres habitants qui peu à peu commençaient à approcher du trio. C'était à croire qu'ils étaient des bêtes de foire, ou bien qu'ils ressentaient le besoin voir la curiosité d'écouter ce qui pouvait bien se dire. Aomine parcourait les visages, regardant si l'un d'eux était plus vivace qu'un autre, quand un gamin s'approchait d'un peu trop prêt d'eux pour tâter les poches.

« ..Je serais toi je ferais pas ça, ça serait la honte de te prendre la rouste du siècle devant tous tes potes .. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Lun 7 Jan 2019 - 21:18
Ouais, ce n'était pas faux en soi. Ikaku espérait sincèrement que cette mission soit très vite pliée, au final... Il n'était pas fait pour ça. C'était un homme d'action, le genre de personne qu'on envoie au charbon pour éliminer d'autres personnes gênantes ou non. C'était ce qu'il aimait faire, sans demi-mesure. Toutefois, il avait dû accepter cette mission pour évidemment prouver que son salaire n'était pas jeté dans l'inutile. Depuis son arrivée, le Sendai n'avait rien fait à part se battre au Grand Dojo et boire dans son bar préféré.

Ils marchèrent, Ikaku un peu plus en retrait. Sans savoir pourquoi, il restait tout de même sur ses gardes bien qu'il savait que cette route était sans-danger. Il l'avait fait en sens inverse, en quelques jours, impossible que des hommes apparaissent pour les attaquer. Surtout si proche du village. Ce serait peine perdu et mort assurée pour ces gens-là. Ils arrivèrent au second point de passage, où le schizophrène laissa le fameux chef d'équipe inspectait la route principale.

C'bon, t'as bien vérifié qu'on soit en sécurité. Moins qu't'es pas rassuré d'affronter deux, trois péquenauds.

Qu'il était taquin, le mercenaire. Enfin, il repérait déjà plus loin les quelques villageois. L'équipe du jour s'approcha d'eux, certains vinrent les voir et Ikaku laissa la parole au Shimazu. A son tour, il quitta l'équipe alors que deux villageois s'approchaient de lui. Il les toisa du regard, mais que nenni. Personne ne voulait approcher un homme aussi bizarre, un masque d'os brisé sur sa joue droite.

Bon alors, pas d'danger ici ? Genre, personne vous fait chier ? Faut l'dire si y'a quelque chose de bizarre.

Mais non, rien du tout. C'était calme ici... Il s'approcha du fameux chunin.

F'rait mieux d'continuer. L'avant poste ici serait trop proche du village. Et toi, chez moi, les voleurs, on leur coupe la main.

Qu'il disait au gamin, prêt à voler.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Lun 7 Jan 2019 - 21:51
La mission avait démarrée dans un silence particulier. Les brèves introductions entre chaque membre de l'équipe dépêchée pour patrouiller à travers les alentours de Kiri furent vite suivies d'un départ en direction de l'Est. Si d'ordinaire Shitekka trépignait à l'idée de s'évader de Kiri pour un temps et profiter de la nature environnante, les enjeux de sa mission couplées au caractère singulier de ses comparses eurent raison de son enthousiasme.

Sur la route les conduisant à leur premier point de contrôle, l'Urumi se sentit dans son élément. Bien plus à son aise dans les bois et marais que dans les forêts de béton et de foule humaine, le Kaguya retrouvait peu à peu ses sensations. Loin de simplement contempler cette nature presque oubliée à ses yeux, il guettait le moindre signe. L'oreille tendue, le regard alerte, ses dons de chakra à l'affût, pas un sens n'était mis de côté pour analyser la sylve et ses potentiels occupants inopportuns. Dans un moment d'égarement, il se plongea à la place de sa génitrice quelques années plus tôt, alors qu'elle s'assurait de sécuriser les îlots septentrionaux de Mizu no kuni de la menace globale.

Il se rappelait des récits de sa mère, et de ses escapades dans les bois. À ce même titre, il inspecta le sentier que son équipe emprunta pour leur première escale, et s'assura de sa sûreté. Bien qu'ils n'eurent aucun mal à le franchir, le Kaguya préféra malgré tout fouiller du regard d'éventuels endroits dangereux sur la route. Une bifurcation peu visible, une halte abandonnée, une grotte… Shitekka mobilisa autant que nécessaire ses sens, et sa personne si nécessaire, quitte à abandonner provisoirement les deux autres shinobis pour inspecter plus en détail.

Si sa démarche pouvait paraître excessive, l'absence de menaces sur la route pouvant traduire d'un sentiment d'anxiété ou de surmenage, il n'en était rien. Shitekka tâchait simplement de cartographier mentalement d'éventuels points sensibles à envisager si jamais de futurs ennemis approchaient dans la région.

Mais son immersion en tant que patrouilleur toucha vite à sa fin, alors que le trio atteignit sa première destination. Un hameau en bord de mer attendait au bout du chemin les trois Kirijins. Rapidement, le trio entra en contact avec les locaux. Tandis qu'Aomine interpella quelques villageois, soutenu par le houleux Ikaku, Shitekka se sépara, respectant la consigne de son capitaine.

— Je vais voir du côté de la plage si les villageois n'ont rien remarqué de suspect en mer. Je reviens ici dès que j'en ai fini.
Il tira sa révérence, et se dirigea comme annoncé vers le rivage. Là, quelques pêcheurs et plongeurs s'adonnaient à leur petite récolte du jour. Si la menace n'était pas encore présente sur les terres, alors peut-être viendrait-elle de la mer, songea Shitekka. Bien que Wasure no kuni exposait davantage la façade occidentale de Mizu que sa soeur orientale à une menace, les Mizujins n'étaient pas à l'abri d'une incursion de prisonniers ayant choisi de faire un détour. Atteindre des terres certes plus éloignées mais moins sujettes à la vigilance des Kirijins paraissaient une bonne idée, en tout cas pour le Kaguya. Ses iris ambrées scrutèrent les alentours, et tentèrent de trouver des marins revenus du large pour qu'il puisse les interroger. Lorsqu'il eut trouvé la personne la plus adéquate à la situation, il s'en approcha, et lui lança simplement:
— Bonjour, je viens patrouiller pour le compte de Kiri. Au même moment, il brandit son bandeau frontal, afin de légitimer son allégence à la Brume. Auriez-vous remarqué des présences suspectes en mer ? Plus de bateaux que la normale ?
Tout en terminant d'interroger, il abaissa et rangea son bandeau frontal dans ses affaires. Son regard se jeta alors sur l'océan, tandis qu'il attendait une réponse. Dans le même temps il essayait de visualiser les alentours bordant la mer, s'assurant que la vue était suffisamment dégagée pour permettre de scruter correctement une quelconque présence anormale qui pouvait arriver sur les terres.

Spoiler:
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Lun 7 Jan 2019 - 22:35
Les trois Kirijins se dirigent donc vers la côté qui se trouve dès à présent plus proche d'eux qu'au départ. Normal. Sur ce chemin vous amenant jusqu'à la plage, aucun danger ne vous tombe dessus, un air de paix naturelle y est même perceptible.

Approchant de la plage, vous constater que le lieu est désert, prêtant des conditions favorables au bon développement de la faune et de la flore . Seul quelques habitants de l'île principale se trouvent ici, trouvant dans la pêche un moyen pour s'évader d'une vie monotone et sans émotions réelles.

Vous vous dirigez donc vers le groupe de civil pour prendre connaissance des lieux, s'il y a de potentiels dangers ou non. Si Aomine et Ikaku prennent la voie de l'impresario, intimidant les jeunes se trouvant en face d'eux, Shitekka à l'intelligence d'y aller plus en douceur, trouvant a bonté du père accompagnant les garçons.

« Oh ... Heu ... Non rien ici, le trafic maritime est plutôt en baisse qu'en hausse ces derniers temps. Il n'y a aucun danger de ce côté en tout cas. Peut-être devriez-vous aller un peu plus vers le nord. On m'a dit que c'était par le nord que le prisonnier qu'une équipe de Kirijin à tenter d'arrêter. »

Le Nord ? Peut-être est-ce là que de potentielles intrusions au sein de l'île principale peuvent se faire ? A vous de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 8 Jan 2019 - 3:00

« Je peux qu'être rassuré, Ikaku, puisque tu es là pour nous débarrasser des péquenauds qui se sont échappés de Wasure pour s'en prendre à des Mizujins. »

Il l'avait dit sur le ton de la rigolade l'espace d'un instant, c'est qu'un rustre et de surcroît bourrin avait son utilité là-dedans. S'il était irrespectueux, s'il méritait des baffes, dans les faits il la faisait cette mission. Certes quelqu'un de trop attaché aux protocoles aurait probablement décidé de ne jamais partir en mission avec un type pareil, cependant comme garde du corps, ou chair à canon, on ne pouvait pas trouver mieux qu'un gars prêt à foncer tête baissée dés que le moindre obstacle leur barrerait la route. Et c'est bien pour ne pas se salir les mains que le Chûnin laisserait volontiers le mercenaire s'y donner à cœur joie en cas de problème.

De l'autre côté c'est Shitekka qui eu plus de réussite qu'eux avec la population. On pouvait aisément comprendre qu'à tout faire par la force, des personnes plus faibles, démunies et dépendantes de leur protection, préfèrent se livrer à ceux qui portent des gants en dentelle plutôt qu'à ceux qui ne faisaient pas dans la petite couture. Avaient-ils seulement conscience que nous étions un pays ultra militarisé, strict et belliqueux, c'était à se demander si ces villageois n'étaient pas des traîtres à la nation, des usurpateur d'une identité qui n'émanait à aucun moment de leur façon de parler, de réagir. Un Mizujin est fier, il est parfois arrogant, et par-dessus tout il ne s'écrase jamais même lorsqu'il pouvait être en position de faiblesse.

Fort heureusement c'est grâce au Genin que le groupe pu prendre ses nouvelles directives. Aomine ne manquant pas de remarquer cette habileté naturelle du Kaguya à sociabiliser, ou plus précisément à comprendre comment il fallait se tenir en face d'habitants qui ne connaissaient pas grand chose du monde si ce n'est le bout de terre qu'ils travaillaient toute l'année, et toute leur vie. On oubliait vite, quand on était Shinobi, de qui on protégeait, et quel était notre place vis-à-vis des plus pauvres dont pourtant le Shimazu se foutait éperdument. Si le Genin n'avait eu les informations que le trio cherchait, le Capitaine de l'équipe aurait fait en sorte de les avoir d'une manière ou d'une autre. L'autorité Kirijine étant suprême, et dominant l'ensemble de l'archipel, il n'y avait aux yeux de ce fils de Noble famille que la soumission en réponse à leurs requêtes. Ce n'était pas difficile, se disait t'il, de hocher la tête et d’obéir, mais où allait le monde si même les pauvres d'esprits ne savaient plus où était leur place.

Pour toutes ces choses il n'avait pas tellement confiance en la véracité des informations, de base Aomine ne vouait de toute manière une maigre confiance envers qui que ce soit. Il en avait une dans une certaine mesure pour ses compagnons de route c'est évident, mais devrait t'il croire sur parole quelques types croisés au bord d'un lac. Ils auraient pu être soudoyés, et seraient devenus complices avec le prisonnier concerné. Mais sans aucune technique sous le bras il était impossible pour le brun de démêler le vrai du faux, sans suivre son intuition il prendrait la décision de suivre les indications qui parvinrent jusqu'à eux.

« Tant qu'à reprendre la route, vous avez d'autres informations sur toute cette histoire d'évasion ? Si on sait quelque chose sur ce prisonnier, ses aptitudes, si on connaît son visage par exemple. »

Il s'adressait autant aux villageois qu'à ses deux compères, n'attendant ensuite que leur réponse pour reprendre la marche vers les terres du Nord. S'ils devaient y passer plusieurs heures et bien tant pis pour eux. Ce qui devait être une balade se transformera en véritable expédition et qu'importe le temps qu'elle durerait. L'archipel ne pouvait être une passoire à criminels, Aomine avait connu l'époque de la grande pacification, il chercherait maintenant à boucher l'un de ces trous s'il s'avère qu'il est bien ouvert, une recrudescence de la criminalité ne pouvait être tolérée, bien qu'ils en étaient la cible principale, Wasure étant toute proche des îles sans Seigneur à leurs têtes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Mar 8 Jan 2019 - 21:07
De toute façon, le mercenaire n'était clairement pas là pour faire gentil-gentil avec la population Mizujine. Elle se voulait être un peuple fier et combattant, il se retrouvait là avec des hommes ayant peur d'eux.. La grande blague, il rejoignait ainsi les pensées du chef d'équipe pour le coup. Enfin, que dire d'autre ? En tout cas, c'était le moins expérimenté qui avait réussi et qui avait plus de chances pour le coup... Sauf qu'Ikaku ne comptait pas changer sa manière d'opérer, pas même pour réussir une mission. Il était comme ça, le village l'avait pris comme tel en connaissance de cause et au vu de la situation du village.

Bref, l'homme renseignait l'équipe quant au fait qu'ils auraient plus de chance au Nord, là où une équipe Kirijine avait failli arrêter un prisonnier. L'était pas du tout au courant de cette histoire, mais à un mercenaire on ne disait pas tout. Apparemment, à un chunin non plus puisque le Shimazu demandait un peu plus de renseignements.

J'sais pas, j'étais pas au courant.

Répondait-il seulement. 'Fin, il était au courant de sa situation tout de même non ? M'enfin, s'ils pouvaient avoir quelques informations, ce ne serait pas plus mal.

J'pars en éclaireur, vous m'rejoignez quand vous aurez fini.

La peur ? Ikaku ne la connaissait pas, il n'attendit pas même la permission du chef pour commencer à marcher en direction du fameux Nord. Il ne restait tout de même pas très loin de ses deux comparses, histoire de ne pas se retrouver dans un quelconque guet-apent.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Mar 8 Jan 2019 - 22:10
L'horizon était bien calme et paisible. Un paysage contrastant avec la gravité de l'urgence qui sévissait sur Mizu no kuni, alors en proie à la menace des bagnards évadés. Mizu no kuni avait toujours eu ce paysage tranchant avec la civilisation. La plupart de ses îles incarnaient une nature indomptée, résistant même aux grands conflits ayant déchiré l'archipel. Après des années de pacification par le fer et le sang, suivies de règnes houleux, cette plage incarnait à elle seule une quiétude naturelle propre au territoire insulaire. Le Kaguya observait avec bien trop d'attention ces alentours sibyllins, quitte à perdre son temps et son énergie. Néanmoins, ses interrogations en revanche trouvèrent un écho, bien que maigres. Son interlocuteur affirma n'avoir rien remarqué de suspect sur les flots. Dans ce hameau où rien ne justifiait un raid, ni sur terre ni sur mer, rien ne craignait. Tout semblait normal, ce qui irritait presque l'un des équipiers avide de combat.

Par chance, le quidam qui prit la peine de répondre au Kirijin indiqua qu'un prisonnier se localisait probablement dans le Nord de l'île. De quoi donner de l'occupation à cette escouade qui pour le moment repartit bredouille sur la route. Par précaution, le chef d'escouade Aomine essaya d'approfondir cette piste, interrogeant aussi bien le père de famille que ses propres partenaires de mission. Il y avait bien cette récente tentative de capture de prisonnier, semant le trouble dans une vente aux enchères, alors interceptée par un autre trio de Kirijins. Shitekka avait entendu quelques rares échos à ce sujet. Mais de part la proximité de Wasure no kuni, et la mobilisation générale des Kirinins, il pouvait très bien s'agir de ce prisonnier comme d'un autre. Le Genin préféra donc attendre un éventuel complément de la part de son précédent allocuteur, et ajouter à son capitaine:

— Pas vraiment, surtout avec le peu d'informations qu'on a pour le moment…
Il ne savait pas si c'était de l'impatience ou une réalité, mais Shitekka ressentait une légère amertume quant à la vitesse à laquelle sa mission se déroulait. Il commençait à rejoindre l'opinion de ses pairs, assimilant le besoin de combat à la nécessité d'accomplir quelque chose pour réaliser sa mission. Se balader le long des sentiers et flâner sur le bord de mer ne semblait en rien contribuer à améliorer la sécurité du territoire. À cet effet, il remercia brièvement le paternel qui accepta de lui répondre, et tourna les talons, suivant simplement son capitaine en direction du Nord. Le Kaguya ne tint pas compte de la désinvolture du Sendai, alors parti en première ligne, certainement pour s’assurer d’être le premier servi en cas de rencontre impromptue. Bien que ninja de profession, Shitekka n’en restait pas moins chasseur de cœur. Il n’avait aucun intérêt à se battre, pour peu que la situation l’exige. La question de blesser, violenter, voire même tuer, ne rentrait pas même en compte dans son jugement. Mais peut-être que sa quête vers le Nord l’amènerait à réviser son jugement si jamais son groupe venait à rencontrer ce fameux prisonnier…

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Mer 9 Jan 2019 - 14:56
Aucunes informations ne vous parvient de la part du père de famille. Mais l'un de vous à la sagesse de poser une question sur le dit prisonnier. Malheureusement ...

« Hum il semblerait que l'équipe déjà présente sur place, il y a quelques jours, l'ait arrêtée. Ou bien le criminel s'est échappé mais en plusieurs jours, quelqu'un l'aurait vu depuis l'temps. »

Se grattant la tête, réfléchissant à une autre éventualité, le patriarche ne voit pas.

« Je vous disais simplement ça parce que l'alerte avait été donnée sur l'une des îles de Mizu. Mais je serais vous, je ferais un tour global de l'île principale pour trouver la moindre piste. »

Si le civil n'a aucune idée de ce qui se trame sur l'île, alors vous devriez vous dépêcher, de crainte qu'il y ait un potentiel danger vous empêchant de construire ce poste de contrôle sur la côte. Prolonger votre route et vous trouverez très certainement cet endroit propice à la mise en place d'une base. Ce que semble faire Ikaku.

Partant devant, le mercenaire se fait alors suivre de loin par ses coéquipiers. L'Amejin de naissance se retrouve alors au sein d'un micro-village abandonné, à quelques pas de la mer, se trouvant dans une pleine entourée de marécages. Est-ce ici l'endroit idéal ? En tout cas, les quatre à cinq maisons faisant la ville semblent totalement abandonnées, comme usées par le temps, dévorées par la nature reprenant ses droits.

Tenter de sécurisé les lieux et voir si ce lieu est bel et bien l'endroit idéal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 11 Jan 2019 - 15:45

Aomine ne put répondre après un moment que par le plat d'une main plantée sur son visage, non pas l'exaspération, mais plutôt l'impatience ou la fatigue de ne rien trouver de probant. Et il commençait de plus en plus à adopter le ressenti d'Ikaku bien qu'il n'en montrait rien. Maintenant, il devrait écouter les suggestions et ordres de qui.. ? D'un civil qui lui suggérait si gentiment de faire le tour de l'île, comme si ça se faisait si rapidement alors qu'ils n'avaient aucun paquetage pour rester plusieurs jours dans les parages.

« Cette histoire commence à m'agacer, j'aurais dû faire ça plus tôt, et on verra bien .. »

Disait le Chûnin au Kaguya restant, car ce n'était clairement pas avec l'aide de la population qu'ils arriveraient à quelque chose mais clairement par les leurs, et sans doute auraient t'ils mieux fait de prendre des mesures plus drastiques dans la traque, dans la recherche d'un potentiel danger ou d'une place à peu prés forte à consolider pour en faire un avant-poste. Un seul bâtiment aurait pu suffire et le village y aurait posté deux Shinobis sensoriels, en plus d'un mec un peu bourrin, et prisonniers ou deux, tous ceux qui voudraient passer se heurteraient à eux en premier lieu.

Alors que l'Amejine était plus loin, le Samouraï pris un instant pour malaxer son chakra, non pas que la technique qu'il s'apprêtait à faire était particulièrement coûteuse, mais il devait ressentir, et se projeter sur tout ce qu'elle toucherait. Une goutte.. puis deux tombèrent sur l'épaule de Shitekka, qui n'aurait pu savoir ce que tramait son capitaine immobile quelques instants, avant qu'il reprenne la route lorsque le ciel commençait à déverser ses flots sur eux. L'on passait d'une toute petite averse négligeable à ce qui deviendrait une véritable pluie abondante que le ciel n'avait prévenu. Mais cette pluie était leur atout, pour sécuriser les lieux, et pour savoir si des gredins se cachaient même à plusieurs centaines de mètres d'eux.

Tandis qu'il se concentrait sur les informations qu'il s'apprêtait à recueillir, et bien que s'avançant vers leur nouvel cible, notre brun en profita pour poser un œil sur son coéquipier, qui lui ne l'avait pas encore lâché. Tout ça ne leur empêchait pas, à la vue du faible danger de prendre le temps d'en apprendre plus l'un sur l'autre, si le sanglant n'en avait tellement le besoin, si au fond du lui même il est vrai qu'il s'en foutait assez du moment que le Genin assurait son rôle, il était des forces armées de Kiri, et tout était bon pour renforcer même en surface une relation amicale, saine, bref, quelque chose de normal à ses yeux. D'autant plus que le Kaguya avait été peu bavard depuis le début, et ça se comprenait puisque aucun d'eux ne se connaissait vraiment, que pouvaient-t'ils bien se dire à par les commodités habituelles ? S'ils n'étaient que des inconnus, il faudrait inverser la tendance peu à peu.

« Qu'est-ce que tu sais faire qui pourrait nous être utile ? Même si j'imagine qu'un Kaguya a plus tendance à se la jouer rentre dedans. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Ven 11 Jan 2019 - 19:20
Déjà assez de cette mission, il se décidait d'abandonner son petit groupe pour commencer à avancer vers le Nord, comme indiqué par le villageois. Il fallait dire que l'équipe n'avait clairement pas beaucoup de choix, apparemment ces deux compères n'étaient pas non plus au courant de cette histoire de prisonnier arrêté ou non par une équipe kirjine. Super, ça la faisait bien devant la population du pays. M'enfin, dans cette mission, le Sendai faisait plus office de gardien-protecteur qu'enquêteur, il s'assurait juste de la sécurité des deux autres puisqu'il le savait, du moins le sentait, il était supérieur à eux.

Alors qu'il avançait, il remarquait alors un tout petit village. Encore même plus petit qu'un village composé d'à peine cinq maisons, toutes délabrés et abandonnées. Tout autour des marécages, la pluie tombait d'un coup sans même prévenir... Super. Les cheveux givres du mercenaire se collèrent à sa peau, il se retourna et put apercevoir ses deux alliés arrivés vers lui.

Un village. On d'vrait aller voir ça.

Il se doutait pas que la pluie provenait d'une technique du Chunin, mais il se décida tout de même de voir un peu le micro-village. Evidemment, l'emplacement conviendrait parfaitement à un avant-poste. Proche sans toutefois l'être trop du village, entouré de marécages. L'endroit lui plaisait.

C'pas mal ici, pour commencer.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Dim 13 Jan 2019 - 18:31
Une nouvelle fois, l'esprit d'équipe s'était fait la malle. Le Kaguya tentait tant bien que mal de joindre les deux bouts, s'investissant de son mieux en sa qualité de Genin. Pour autant, il ne pouvait pas faire davantage. Son premier coéquipier, Sendai Ikaku, cherchait à tout instant l'affrontement. L'objectif de patrouiller pour le compte de Kiri ne semblait être qu'un prétexte à ses yeux pour pouvoir trouver quelqu'un capable d'assouvir sa soif de combat. Pour cette raison, il était parti en solitaire en première ligne pour s'assurer d'être le premier à engager un quelconque dialogue à coups de poings. À côté, son capitaine d'équipe, Aomine, s'exaspérait de la tournure que prenait leur mission.

Dans ce climat de tension perpétuelle, le Kaguya essaya malgré tout de se démarquer. Comme lors du premier trajet, son regard avisé tâcha de scruter chaque élément du décor. Si ce n'était pas une planque idéale pour un évadé, cela représenterait plus tard une opportunité pour le village. Sécuriser les routes ne signifiaient pas uniquement les nettoyer de ses occupants indésirables. Il s'agissait également de s'assurer qu'elles ne constituaient pas pour plus tard un éventuel danger pour les habitants de l'archipel. Les menus efforts du Genin furent alors écrasés par l'entreprise d'Aomine. L'Urumi put alors observer son supérieur préparer une technique, avant que le crachin ne fasse son apparition. L'ondée s'intensifia, devenant alors une véritable averse que le Shimazu semblait dompter. Surpris par une telle maîtrise des éléments qui lui faisait presque oublier l'existence du Ninjutsu, Shitekka se douta que cette pluie n'avait pas que pour simple vocation d'arroser les potentiels évadés qui trainaient dans les parages, au point de leur faire regretter de ne pas être restés à l'abri dans leur cellule.

Le tandem put distinguer quelques minutes plus tard les formes floutées par l'averse d'un village fantôme. Ikaku était dans les parages. Le groupe avait tant bien que mal gagné le nord, s'approchant inévitablement de la menace de Wasure. Au même moment, Aomine décida d'engager la conversation avec son comparse Kirijin. Les talents du Kaguya étaient alors appelés à se manifester auprès du samourai, qui trouva rapidement des réponses à ses attentes.

— Réduire mes capacités à celles d'un simple Kaguya serait une grave erreur, Shimazu-nispa. Je n'ai gagné ce nom que récemment. Autrefois, j'arpentais les forêts en quête de gibier pour ma tribu. Ce sont ces talents qui m'aident aujourd'hui, au delà de mes capacités de Kaguya. (Il balaya alors du regard le hameau abandonné, avant d'émettre son jugement.) Et en ma qualité d'Urumi, voilà ce que je peux affirmer: cet endroit me semble idéal pour installer un avant-poste comme demandé dans notre ordre de mission. La vue est dégagée aux alentours. Les marécages et la mer restreignent les accès. Cela permettrait de couper les possibilités de fuite pour un ennemi et faciliter la surveillance pour nos alliés dans le même temps. (Il désigna un bâtiment, le plus haut du hameau.) Cet endroit serait idéal pour avoir un point de vue d'ensemble de la zone. Qui plus est, ce village est proche de la côte face à Wasure, sans être trop exposé non plus à une invasion.
À mesure que les deux hommes gagnèrent la dite zone, les suppositions de Shitekka se renforcèrent. L'aspect abandonné du lieu offrait un cadre idéal à ses yeux pour y installer quelques ninjas qui pourraient alors guetter la venue de prisonniers en provenance du Pays Oublié.
— Je pourrais poser quelques pièges dans les marécages, si jamais des ennemis essaient de contourner les voies conventionnelles. Cela facilitera la défense de l'endroit en avertissant de leur présence. Mais pour l'heure, je pense que l'idéal serait de s'assurer que ce village est suffisamment en état pour être réutilisé comme base, et accessoirement exempt de toute menace.
À ce sujet, il s'avança d'un pas, mais s'arrêta net. En sa qualité de Genin, son rôle était restreint. Ce n'était pas avec son niveau actuel qu'il allait pouvoir faire la différence seul si jamais il venait à se retrouver nez à nez avec un ennemi. Il préféra donc attendre le verdict de son capitaine, qu'il désigna sans s'en rendre compte par son équivalent Urumi de nispa.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Mar 15 Jan 2019 - 17:19
Si le village semble abandonné et donc idéal quant à la création d'un point de contrôle, le danger peut être présent à tout moment. Une bonne idée de la part du Shimazu d'effectuer une technique sensorielle afin d'analyser les lieux. L'ennemi est-il présent ou est-ce réellement un lieu abandonné depuis longtemps ? La pluie tombe sur les lieux et ce qu'elle détecte n'est pas tout rose. Malgré que ce lieu soit le parait endroit pour construire cette base qu'il vous est demandé de repéré, votre occupation va être prise ailleurs, pour quelque chose de bien différent.

Dans un coin, derrière une des habitations présentes, vous pouvez apercevoir une trainée de sang. Rougeoyante, fraiche, le chemin d'herbe rouge vous conduit en direction d'un homme au sol, respirant avec difficulté, aux bords de la mort. Cet homme portant les habits militaires de la Brume suffoque. La cause ? Un pieux fait d'os lui ayant transpercer les poumons.

« Fuy...Fuy...Fuyez ... ! »

Dans un dernier souffle, l'homme rend l'âme sous vos yeux en vous avertissant. Quel peut-être ce danger ? Est-il encore présent ? Si vous vous avancez bien, vous pourrez remarquer que derrière cet homme, se trouve ses confrères. Tous recouvert de sang et bien évidemment, mort. Si vous deviez construire un camp sur ces lieux, vous avez désormais une nouvelle problématique qui se présente à vous. La traque d'un nouvel ennemi.

Mais peut être que ce n'est pas lui la proie ... ? Dans d'épais buissons, quelque chose vous observe. Faites attention ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 16 Jan 2019 - 15:41

Le temps s'effritait sans fin au même titre que le nombre de pas qui s'accumulait dans cette mission, le soleil parcourant son orbite autour du monde tandis qu'ils marchaient, encore et encore jusqu'à leur destination. L'impatience était palpable en chemin pour ce petit village abandonné, et bien qu'Aomine était quelque peu connu pour sa zénitude à toute épreuve, il est vrai qu'on pouvait voir les traits de son visage de plus en plus crispés, inexpressifs en recevant les premières estimations via sa technique. S'il n'en avait d'abord rien dit à son confrère lui étant resté fidèle, sa pluie diluvienne s'abattant sur sa longue chevelure brune lui transmit de sombres informations. S'il était question de corps, ceux-ci ne serait alors plus en mesure de bouger. Un regard se fit sentir, d'abord lourd de sens vers l'Urumi qui n'aurait aucun mal à voir dans les yeux du Capitaine que quelque chose ne se passerait finalement comme ils l'auraient voulu.

Mais ils étaient prévenus, et la récente libération des prisonniers ne pouvait que mettre en alerte le village, envoyant maintenant quelques Shinobis se faire une idée de l'ordre qui règne dans le pays. Entre l'absence de Daimyo à la tête du pays, et le risque de la guerre qui pesait à chaque embranchement, nul doute qu'il suffirait de souffler sur ces braises pour raviver leurs flammes passées. Mizu no Kuni avait connu le sang encore aujourd'hui, via cette macabre découverte qui au fin fond ne pouvait qu'allumer un sourire chez le brun. Après tout.. Kirijin, ou Shinobi, il ne restait pas moins l'un des disciples du désastre et de la mort, qui dans son culte prônait toute forme de déchéance quelle qu'elle soit. Ils avaient eu une bonne mort, une triste mort, mais ils rejoindraient bientôt l'autre monde.


« J'ignorais que l'on pouvait gagner un nom. Tu dois bien avoir quelque chose de spécial pour n'être qu'un Kaguya depuis peu. »



Sa curiosité naissante coupée dans son élan à partir du moment où les traces de sang devenaient leur nouvelle boussole, jusqu'à arriver à cet homme, un confrère perdu expirant son dernier souffle dans un froncement de sourcils du Capitaine. L'aurait-il sauvé ? Il était en tout cas sur le point de demander au mercenaire ou au Kaguya de tout faire pour, mais à peine la bouche entrouverte pour hausser le ton, que le blessé mourrait devant eux.


« Fuy... Fuy... Fuyez … ! »


Les Shinobis de la Brume ne fuient jamais.


Ce fut en tout cas la seule pensée acerbe et cru qui traversa l'esprit lorsqu'Ao observait le corps du défunt avec un profond et soudain mépris. Tant l'amour de sa nation lui avait fait accepté les pires sursauts, entre le conflit ouvert avec Iwa, ou même la barbarie Hyosa.. mais ce qu'il ne supportait absolument pas, c'était la lâcheté, la peur, la couardise. Tout le confrontait alors aux derniers avertissements de ce soit disant Shinobi de la Brume, malheureusement tué, mais sûrement à raison tant ses paroles contredisaient tout ce pourquoi le village se battait.


« .. Récupérons les têtes, Shitekka. Les corps seront impossibles à identifier si nous attendons trop longtemps, et nous ne pouvons pas ramener les corps aussi rapidement au village . »


Mais alors qu'on entendait le son du sabre sortir de son fourreau, le Shimazu pointa le bord de foret qui menaçait d'envahir ce tout petit village. Sa pluie avait t'elle été défaillante ? Il avait en tout cas mis un temps considérable avant de percevoir quelque chose sans qu'il ne réussisse à se faire une véritable idée de ce dont il s'agissait. Un animal ? Une créature ? Quelqu'un d'embusqué ? Tout était possible et maintenant que de nombreux corps venaient de perdre la vie, les promesses d'Ikaku se réaliseraient sûrement.


« ..Essaye d'aller voir, le mercenaire. J'ai l'impression qu'on est pas tout seul. »


Qu'il évite de me buter n'importe qui, ça la foutrait mal...


Juste après, et espérant que le Kaguya l'aide dans son œuvre bien ingrate, le Chûnin aux arts Samouraïs dégaina entièrement son sabre pour le pointer sur l'une des têtes, et la décapiter proprement, la détachant de son corps. « Et de un.. » .. récupérant le pauvre homme par sa tignasse, comme un piètre trophée qu'il attacherait à sa ceinture via quelques plus longues mèches. Si l'on voyait un peu de sang couler sur les habits du Chûnin, ça n'avait en tout cas pas l'air de le déranger plus que ça. Membre du Clan Shimazu dont la réputation n'est plus à faire, c'est une seconde nature, et la voie de son sabre, celle du sang ne pouvait que lui faire ignorer cette sève flamboyante aux chaudes couleurs.


« C'est ce qu'on va faire Shitekka, restons sur nos gardes, on ne sait jamais. Je ne suis pas loin de toi, essayons d'abord de voir s'il ne reste pas des survivants dans les bâtiments, et je t'accompagnerais poser tes pièges, tu me montreras comment tu fais. Aussi.. un Jônin m'a confié plusieurs parchemins, avec la bannière du village dessus. Si nous sécurisons la zone, il faudra les mettre en évidence pour que la prochaine équipe ait un repère. »


Ne restait plus qu'à voir si les arbres cachaient un réel danger, ou au contraire une broutille que sa pluie n'arrivait pas à percevoir correctement, peu à peu elle cessa même de tomber, inutile de gaspiller du chakra pour ça alors que plusieurs venaient de périr seulement quelques minutes avant leur arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Mer 16 Jan 2019 - 17:26
Le village semblait être l'endroit parfait pour y installer un avant-poste capable à la fois de surveiller la zone d'une possible arrivée d'ennemis et assez proche pour permettre de prévenir les forces Kirijines. C'était donc en effet une joli trouvaille qu'ils avaient fait là, le Sendai marchait dans le village afin d'y voir les principaux édifices et c'était très rapide vu le peu de bâtiment disponible, généralement en très mauvais état. C'est de là que l'équipe apercevait une petite traînée de sang qu'évidemment, ils suivirent et rencontrèrent alors cet homme, à l'article de la mort.

La seule parole donné par l'homme était de fuir, mais le mercenaire n'avait jamais fui et il ne fuirait jamais, c'en était une certitude à n'en pas douter. Ils aperçurent derrière un bon nombre de cadavres. Le chef de l'équipe proposa (ou plutôt ordonna) au mercenaire de faire un tour faire les abords de la forêt, tandis qu'il commandait à Shitekka de retirer les têtes afin de toutes les amener au village.

Avec grand plaisir.

Parce qu'il n'attendait que ça, un combat. Il n'avait qu'une envie : se foutre sur la gueule, clairement. Toutefois, il ne s'y rendait pas les mains dans les poches et toutes ses attitudes étaient au qui-vive, prêt à bondir sur n'importe quel ennemi. Main croisé près du plexus, il était en parfaite position afin d'élaborer des mudras en temps rapide et réel.

Ikaku se rapprochait dangereusement du bord de la forêt... Tenta même de percevoir quelque chose grâce à son ouïe ou sa vue, mais rien... Il ne sentait et ne voyait rien du tout qui pouvait sortir de l'ordinaire.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Jeu 17 Jan 2019 - 18:36
Avec Ikaku en première ligne, le tandem de Kirijins suivant avança sans grande peine dans l'enceinte du village fantôme. La brume, d'ordinaire paisible, accentuait les traits lugubres du lieu déserté. Par chance, la pluie invoquée par Aomine dissipait ce brouillard spectral, libérant une vue grossière des bâtiments à l'abandon du hameau. Le balafré ressentait une sorte de malaise en pénétrant dans ce lieu de villégiature en ruines. Une nausée semblable à celle qu'il développait à l'intérieur du village caché de la brume, atténué d'un côté par le vide de l'endroit, amplifié par son aspect lugubre. Ce fut justement en étant à présent accoutumé à cette désagréable sensation qu'évolua le Kaguya dans les ruelles désertes de la potentielle base de Kiri.

Sa longue balade maussade prit vite fin à la vue de trainées bordeaux s'étendant au gré de l'averse. Si d'instinct le chasseur remonta la trace de ces tâches de sang à l'affût d'une proie, sa découverte fut bien différente de ce qu'il avait expérimenté autrefois. Se tenait à l'agonie devant le samourai et son associé un militaire de l'île, un épieu transperçant son torse avec véhémence. L'arme du crime n'était pas anodine aux yeux de l'Urumi. Si la surprise fut vive devant ce spectacle macabre, la découverte d'un pieu d'os ne fit que soulever une vague de questions submergeant le Genin dans l'angoisse. Jusqu'à présent, Shitekka n'avait jamais réellement été exposé au danger. Ses missions se déroulaient globalement sans accrocs, et se concluaient dans le pire des cas sur quelques os cassés. Jamais la vision cruelle de la mort ne vint le frapper dans l'exercice de ses fonctions.

Précédemment méticuleux, attentif au détail et à la recherche de la moindre information, Shitekka céda à la panique. La vue de son semblable emporté peu à peu dans les limbes, le corps mutilé de manière atroce le figea sur place. Ses bras hésitèrent à agir, piégé dans un mélange confus d'inaction et de volonté qui se traduisit par des tremblements. La terreur grimpa d'un cran, alors que le regard électrifié du Kaguya se perdit plus loin dans ce qui semblait être un véritable charnier humain. L'homme à l'agonie venait de rejoindre ses camarades, occis avec autant de violence que le malheureux. L'escalade de violence atteignit son acmé, alors que le samourai jugea bon de séparer la tête des cadavres de leur corps, afin de les ramener plus facilement au village. Cette cueillette, Shitekka l'accueillit assez mal. Sa nausée précédente s'intensifia, si bien que pour garder les pieds sur terre, il décida d'entonner une prière vers les cieux. Le Kaguya ne voulait pas faire mauvaise impression auprès de son capitaine d'équipe, certainement accoutumé à la vue du sang et à l'odeur de la mort. Il prit alors une grande inspiration, chassant ses spasmes et fredonna difficilement à l'égard de ses camarades disparus.

Kamui, un erampokiwen wa un nun'uke;
Koro nanuhu un otta pekere atte wa un kore:
E kon ruhu moshir' otta aeram' an kuni ne
Obitta no okai uirup otta kashiobiuki am he kore wa un kare.
Utara anak ne E ka-yaiirage kuni ne kara wa un kore;
Moshiri uirup ukomaktekka wa nupetne gusu shinotcha kire yan…
Il ne put continuer bien longtemps à chantonner avec peine ses litanies. Un mal insaisissable le rattrapa bientôt, le forçant à abandonner. Dans la panique, il fit signe à son camarade de l'attendre, et trouva un coin à l'abri des regards indiscrets où il put lâcher le renard. Après avoir dégobillé son maigre déjeuner, le Kaguya retourna auprès d'Aomine, peinant à dissimuler son dégoût. Les première fois étaient difficiles, et il en était de même lorsqu'on faisait l'expérience de la mort dans son expression la plus brute. Encore dans le mal, Shitekka se contenta de hocher la tête en guise d'approbation aux propos de son supérieur qui poursuivait sa chasse aux têtes, tandis qu'Ikaku fouillait dans les buissons.

Dans un réflexe insoupçonné pour un Genin aussi traumatisé que Shitekka, ce dernier affronta ses peurs et examina la scène macabre. Il se rappela de la direction vers laquelle pointait l'épieu alors qu'il ressortait des entrailles du défunt. Puis il décida de remonter visuellement le sentier ensanglanté qu'emprunta le Mizujin avant de rejoindre ses camarades. De là, le chasseur essaya de visualiser la dernière position de la victime lorsque le pieu le toucha, et de remonter pour déterminer la position de l'agresseur. Cette information acquise, le Kaguya essaya alors de s'assurer que cet endroit concordait, ou non, avec l'endroit vers lequel le Sendai se dirigeait. S'il s'avérait que la présence dans les fourrées correspondait à l'assaillant, Shitekka pouvait alors partir rassuré en allant explorer les bâtisses du village fantôme, tandis qu'Ikaku pourrait se faire une joie d'extérioriser sa soif de sang.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Sam 19 Jan 2019 - 15:46
Dans cette scène macabre, les corps s'empilent les uns sur les autres et à vos pieds, le sang s'accumule. Alors que vous décidez de récupérer les têtes pour identifier les corps, Ikaku se rend donc vers ses buissons semblant cacher quelque chose. Au coeur de ces derniers, il trouva finalement quelque chose. Ou plutôt quelqu'un. Une femme, quelque peu jeune. Le visage quasiment recouvert de sang, des plaies ouvertes ayant du mal à guérir, la femme semble être dans un état de transe ayant peur de quelque chose. Cette même chose qui semble avoir commit ce massacre.

Peut-être est-elle la seule survivante de cette attaque ? Vous devriez fouiller les bâtiments de ce point de repère.

Cependant, un élément reste louche et demeure à être résolu; la présence de cette femme ayant échappée à la technique de détection d'Aomine. Mais son innocence se lit dans ses yeux apeurés et éternellement triste en s'approchant du tas de cadavre. Elle pleur, cri, encore et encore. Comme si ces hommes et ces femmes étants présents étaient des membres de sa famille. Et pour le piste que Shitekka souhaite suivre pouvoir où cet homme s'est fait transpercé, le sang étant bien trop important dans la zone, aucune piste n'est viable et envisageable. Si il avait souhaité rampé pour s'enfuir, ses blessures l'ont malheureusement achevées. La trace de son sang vous fait simplement remonter au tas de corps empilés.

Vous pouvez les lieux, poser des questions à cette seule survivante pour savoir ce qu'il a bien pu se passer. Mais son état de choc semble encore en place, alors soyez clément avec elle ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 19 Jan 2019 - 17:04

Ou peut être n'était t'elle qu'un appât agissant au nom du responsable de ce massacre. Quelle autre illusion aurait pu rendre la technique du Chûnin littéralement inefficace alors que la femme semblait être tout à fait semblable à un corps tangible, et vivant. Il était impensable pour le Capitaine de l'équipe que le hasard ait fait qu'elle échappe à sa pluie. Impensable mais curieux que ça ce soit produit, jusqu'à ce que germe l'idée qu'elle n'était pas réelle. Malheureusement sa maîtrise du chakra était encore trop brutale pour qu'il s'en serve de Kai, et il ne préférait pas se blesser pour vérifier si sa théorie était la meilleure ou non.

Aomine espérait en revanche que le mercenaire puisse donner une réponse à ça, puisqu'il était le plus proche d'elle. Qui sait s'il aurait pu percevoir une supercherie ou non dans l'attitude de sa nouvelle voisine, s'il pouvait la toucher, la violenter sans la tuer, on aurait au moins la preuve qu'elle était constituée d'un corps solide, à moins que l'illusion soit si parfaite qu'elle modifie à son tour les sens du trio.

L'histoire prenait une drôle de tournure car elle n'avait pas de sens, du moins pas pour le Shimazu qui était sûrement plus conscient que ses voisins, que sa pluie n'avait eu qu'un maigre résultat, et surtout de mauvais résultats. Personne n'avait été sous sa pluie, il le savait. Il avait pu sentir le petit animal cherchant un abri aux corps étalés baignant dans leur sang, jusqu'à leur marche à eux, jusqu'à la silhouette des bâtiments. Mais pas elle, pas cette fille.

Néanmoins, plus que de s'attarder sur elle car le mercenaire chercherait bien vite des réponses à sa manière, c'est l'attitude du Kaguya qui le surpris plus que le reste. En vérité le brun ne savait rien de ce Genin, pas plus son passé que ses ambitions, au même titre que ses croyances dont la litanie avait été prononcée dans une langue inconnue. « Merde.. » En raison du fait qu'il l'avait confronté à la mort sans même se soucier un seul instant qu'elle pouvait lui être inconnue. Son odeur, son image ou sa rapidité à être ignorée du Sendai comme du Shimazu, tout poussait à croire qu'ils connaissaient déjà ces effluves sanguinolentes à leurs pieds, mais pas le trappeur.


« C'est ce qu'un Shinobi doit faire, Shitekka. Il doit savoir mourir à l'heure convenue, et fermer ses paupières lorsqu'Izanami en prend la décision. L'ensemble des routes que prennent les Hommes les mènent à cette inéluctable et seule vérité. Nous ne sommes que les morts marcheurs d'un rêve qui n'est pas le nôtre. Navré de t'avoir imposé ça... »


Se rapprochant de lui d'un pas ou deux, il vint poser une main sur son épaule, rien qu'un temps dans l'espoir qu'il se sente en confiance avec lui à ses côtés. Ils n'auraient pas le même destin que ces têtes coupées, du moins pas aujourd'hui. Quand de l'autre côté Aomine ne voulait pas qu'un membre du trio flanche et mette en péril leurs investigations. Une tape généreuse et franche accabla la pauvre épaule du Kaguya, dans un sourire un peu plus étiré.


« .. Allez. On se remet en selle et on poursuit, enregistre tout ce que tu peux voir, et tu feras le tri au retour. Reste sur tes gardes surtout, si on a complètement changer nos plans, ce n'est plus l'heure de la balade. »


Ainsi il lui indiqua les premières bâtisses, seuls et derniers endroits qu'ils n'avaient pas encore fouillés.


« .. Je te rejoins rapidement le chasseur, je vais aller écouter ce qu'elle aurait à dire. »


Car il n'aurait de toute façon pas pu faire mieux pour elle. La soigner ? Impossible, comment pourrait t'il la soigner hormis avec quelques bandages ? Et de toute façon, elle gueulait trop. Ils n'étaient pas là pour de l'humanitaire mais pour monter un foutu avant poste. Certes, si elle était réelle, elle avait mangé assez cher, mais si elle ne l'était pas alors sa scène n'était que pure comédie. Pour en avoir le cœur net, Aomine qui s'était reculé auprès du Genin, revint sur ses traces et se mis à l’abri de la jeune femme pour l'écouter. Si ses gémissements étaient une scène, il le saurait bien vite, et s'il ne percevait rien, il aurait la réponse à sa question. Ce n'est qu'après qu'il pourrait rejoindre l'Urumi.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Dim 20 Jan 2019 - 14:57
Complètement sur ses gardes, le Sendai s'approchait dangereusement des abords de la forêt. Qu'allait-il y voir ? rencontrer ? Allait-il enfin pouvoir se battre comme il le souhaitait ? Puisque c'était tout ce qu'il voulait. Combattre. En s'approchant un peu plus, parcourant ses buissons, il y trouva une femme. Une jeune femme, tâchée de sang, des plaies bien ouvertes. Elle pleurait, gueulait et ça rendait complètement fou le Sendai. Il n'aimait pas ces gens qui ne faisaient que de pleurer.

P'tain mais t'es qui toi ?

Le mercenaire n'avait jamais fait dans la dentelle, ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait commencer à le faire. Il prenait la jeune femme par le bras pour la remettre sur pieds, et l'amener hors des buissons, être à la vue de ses camarades sans se douter que le chef d'équipe n'était pas loin pour les surveiller, écouter ce que la jeune femme avait à dire.

P'quoi t'es là toi ? T'as foutu quoi ? S'passait quoi ici, hein ?

Le Sendai tentait d'avoir une voie plus douce, plus calme mais impossible. Il n'y arriverait jamais comme ça. Le temps d'une seconde, il ferma les yeux, prit son inspiration. Lorsqu'il ouvrit ses yeux, son visage était bien plus détendu, bien plus calme. Le schizophrène, il portait bien son surnom, s'accroupit, près de la jeune femme.

Alors... Dis mois ce qu'il s'est passé, je vais tenter de soigner tes blessures pendant que tu me racontes tout ça..

Le Sendai lui donna un sourire, sortit une bande de sa sacoche et un onguent commençant à le passer sur ses blessures.

_________________
the blood
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.

Bōryoku (暴力) | Heiwa (平和)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3655-sendai-ikaku http://www.ascentofshinobi.com/u882

Lun 21 Jan 2019 - 23:29
Le spectacle macabre dépassait de loin les rituels exotiques que pratiquaient l'Urumi et les siens. Quand ils pratiquaient l'Iyomante, cette cérémonie consistant à élever un ourson jusqu'à l'âge de deux ans pour ensuite sacrifier son enveloppe charnelle, se repaitre de son sang et sa chair dans le but de libérer la déité qu'elle contient, les Urumi respectaient avec une extrême précaution leur invité. Ils le nourrissaient gracieusement et le vénéraient. Mais dans ce tas de chair putrescent, baignant dans un bouillon de sang, de pluie et de fluides en tout genre, le traitement réservé pour les disparus n'avait rien à voir. Impossible par conséquent pour Shitekka de se rassurer dans une quelconque pratique de son peuple.

Encore sous le choc, le Kaguya fut peu réceptif à la compassion de son compatriote. Ce dernier avait réalisé l'inexpérience de Shitekka face à l'épreuve de la mort. Son discours ne fit qu'à peine le tirer de ses sombres réflexions. Le récit des affrontements sanglants sur Mizu no kuni lors de sa période la plus guerrière par sa mère prenait vie sous ses yeux grands ouverts. Ce n'était plus des histoires autour du feu, mais la réalité qui accablait Shitekka de tout son poids. Une réalité implacable, injuste, alors qu'une vie venait de s'éteindre devant lui dans d'horribles circonstances. Aux justifications de ce terrible sort énoncées par Aomine, Shitekka resta de marbre. Était-ce vraiment le souhait des déités de la nature de pousser l'Homme à tuer son semblable ? Quel dessein nécessite de séparer à jamais un homme de sa famille, de ses proches, de son village ? Shitekka ne comprenait pas. Il ne comprenait plus. Il était tout simplement confus.

Le silence dérangeant de la ville fantôme toucha bientôt à sa fin, alors que Shitekka luttait difficilement avec. Ses nerfs mis à rude épreuve furent davantage violentés alors que les complaintes soudaines d'une survivante eurent raison de ses réflexes. Sa tête se braqua brusquement vers la dame sous l'impulsion de la frayeur, tandis que son capitaine de mission s'éloigna pour rejoindre Ikaku. Discrètement le shinobi poussa un soupir. Les bras le long du corps, il leva la tête au ciel et se résigna à son sort. C'était la vie qu'il avait choisie, celle d'un soldat prêt à côtoyer la mort pour le bien de son village. Bien que confiant quant à la capacité des siens à se soustraire à toute menace, il eut une pensée pour son kotan, alors potentiellement exposé aux vagues d'évadés de Wasure. Une pensée absurde le mit en action, celle du sacrifice de sa vie pour sauvegarder celles de ses proches, comme le fit sa génitrice quelques années plus tôt.

Refrénant son réflexe vomitif, Shitekka brava sa nausée et plongea dans le bain de l'horreur. En bon chasseur, il inspecta quelques corps dans le monticule qui lui faisait face, afin d'identifier la cause de la mort et l'état des corps. Un moyen pour lui de reconstituer l'histoire du massacre qui précéda son arrivée. L'odeur mit plus d'une fois à l'épreuve le jeune aspirant ninja qui quitta le charnier les mains ensanglantées. Mais curieusement, ce fut dans la confusion que Shitekka parvint à rester concentré, s'affranchissant de ses barrières morales. Pour autant, l'Urumi resta humain, et alors qu'il s'éloigna du charnier, il trouva le temps de façonner à partir des os de son bras un inau. Faute de temps pour honorer le départ des défunts vers le Kamuy-moshir, le Kaguya fit usage de son don héréditaire pour planter un bâton rituel de bonne facture devant le tas de corps exsangues.

Il était désormais temps d'inspecter les bâtisses dans lesquelles le meurtrier pouvait se cacher. Ce dernier avait échappé à la surveillance d'Aomine, alors que les alentours n'étaient fait que de marécages, l'empêchant de se soustraire à l'emprise de la pluie. Il ne restait plus qu'à se mettre à l'abri sous les toits. Ce fut en tout cas avec cette réflexion que Shitekka ausculta avec une extrême précaution les quelques habitations désertes du lieu. Pour ce faire, il décida de se concentrer et de faire appel à ses dons d'Urumi pour tenter de ressentir une présence à proximité. Puis, avec un pas félin, il coula des foulées silencieuses de l'extérieur vers l'intérieur du lieu, limitant ainsi toute retraite éventuelle à sa proie.

Ce fut donc en s'immergeant tant bien que mal en tant que chasseur que Shitekka essaya de lutter contre ses visions cauchemardesques. Attentif, il veillait également à ne pas être trop exposé aux fenêtres ou au moindre ouverture. Il le savait désormais, son adversaire - pour peu qu'il soit dans les parages - était aussi un Kaguya. Pire encore, au vu de la cause de la mort du dernier trépassé, son meurtrier semblait tout à fait disposé à attaquer à distance. Pour ces raisons, Shitekka fit preuve d'une attention tout à fait particulière lorsqu'il s'exposait à des ouvertures dans les bâtisses. Il aurait été malheureux et ironique pour un shinobi comme lui de se faire avoir par des techniques qui lui étaient plus que familières.


Résumé:
 

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Ven 25 Jan 2019 - 17:35
En pleure, face au schizophrène, la jeune femme prend le temps de répondre aux questions de ce dernier, ne ressentant le chakra d'Aomine. Car au final elle est capable de camoufler sa présence et son chakra à la plus part des shinobi. Elle est une criminelle doué de sensorialité. Alors que le trio de Kirijin se tienne sur ses gardes.

- Je .. Je .. Je m'appelle Ha.. Hanaé. Je .. Ils sont tous morts ... Quelque chose est arrivée et .. et .. les a tous tué. J'étais cachée ... j'ai échappée à ce massacre ...

Un massacre dont elle est finalement responsable mais que les trio ne connait pas. Mis à part, Aomine se trouvant caché derrière une habitation découvre cependant la vérité. Il voit que la fameuse Hanaé ment et qu'elle a quelque chose à se reprocher. Néanmoins, il ne sait pas encore quoi.

De son côté, Shitekka découvre si les morts sont récentes ou pas. Et elles les sont. Et ce qu'il peut en déduire, c'est qu'ils sont morts depuis à peine deux heures. Cependant, plus tard, dans les bâtiments qu'ils visitent, il ne trouve rien. Seulement quelques corps restants, n'ayant pas été ramassés et empilés.

Quant à la victime toujours en vie, elle reste encore bien mystérieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 27 Jan 2019 - 19:24


Retranché dans l'angle d'un bâtiment, le Capitaine de l'équipe regardait son Genin partir à l'aventure à l'intérieur des autres bâtisses. Il ne se disait pas que c'était un risque trop élevé d'envoyer ce qui, dans son esprit, était l'élément le plus vulnérable en l'état. Non pas qu'il le méprisait de là où il se trouvait, au contraire, mais combien comptons nous de légendes et d'histoires de Shinobis morts dans des circonstances similaires, trompés dans leur confiance et par un manque du vigilance. En fait, l'atout pour parvenir à ne pas tomber dans le panneau restait toujours l'humilité, pragmatique mais pas insensible lorsque des questions se soulevaient.

En l’occurrence ce fut le cas de la jeune femme qui perturba le plus le Shimazu, conscient qu'on ne pouvait disparaître de la zone qu'il avait largement quadrillée, simplement en claquant des doigts. D'une il s'agirait d'une ruse, de l'autre l'unique présence était à elle seule l'unique soupçon à émettre. Alors restant furtivement à l'angle d'un petit mur de bois, il put souffler un rire dés les premiers mots du Sendai. Un vrai bourrin qu'il se disait, si c'était un rustre, il n'allait pas changer de si tôt, même pour réconforter ou interroger une pauvre innocente pas si innocente que ça.

Surpris malgré tout par le changement de ton d'Ikaku, Ao' ouvra plus grand les yeux, sans comprendre ce qu'il était survenu dans son dos pour que son comportement cesse du tout au tout et change entièrement en faveur d'une ensanglantée dont il aurait pitié. Ce ne fut heureusement pas la découverte la plus marquante durant les minutes qui séparaient leur arrivée à cette rencontre fortuite, ou pas. Puisque à peine le mercenaire cherchait à oppresser la femme, avant d'y aller avec des pincettes, cette dernière émanait d'un chakra laissant présager d'un mauvais augure. Non, en fait.. elle lui racontait ce qu'elle voulait bien qu'il entendre, malgré le sang, malgré les morts qui se comptaient presque en une dizaine de cadavres maintenant décapités.

Elle ne voulait pas se plier aux règles ? Grand bien lui fasse, le mensonge lui coûterait la vie quand la vérité devait être extirpée aux grands mots les grands moyens. Sortant de sa cachette avec un regard noir, furieux contre la jeune femme, celle-ci pouvait maintenant constater que le Chûnin n'était plus à même de faire preuve de diplomatie, pas devant ce constat affligeant. Il fit quelques pas, se posant à côté d'Ikaku dans un murmure qui lui était uniquement adressé à lui.


« .. Elle nous ment, Ikaku. »


Puis la seconde d'après, il saisissait son sabre pour le dégainer, assez rapidement de sorte à en porter la lame au contact du derme du cou de la jeune femme, en guise de menace puisqu'il ne trancha pas la moindre parcelle. Un mot et celui qui maîtrisait les arts Samouraïs garnirait le nombre de têtes avec une de plus à son actif.


« .. Je vais te trancher la tête dans 10 secondes si tu ne dis pas ce qu'il s'est passé. Tente de te dérober à ma lame et Lui, il va te chercher où que tu puisses te cacher pour te foutre en lambeaux, il est pas là pour enfiler des perles sous la falaise. »


Ce à quoi il ne put que rajouter en la regardant bien fixement dans les yeux, toujours concentré sur sa signature chakratique.


« ..Un...deux.. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

[B/OFFICIELLE/KIRI] PATROUILLE TERRESTRE

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: