Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Le bras de fer -- ft. Sabaru


Sam 5 Jan 2019 - 2:28
Je venais à peine de me réveiller dans mon appartement, là où je vivais seul depuis un bon moment ayant quitté le cocon familial. Mon premier réflexe fut de manger et de m'occuper de mes besoins primaires, pas besoin de s'étendre là-dessus même si ce n'est pas l'envie qui m'en manque, mais pendant tout ce temps mon esprit vaquait à tout autre chose; des pensées sur l'entraînement qui allait m'attendre après ceci. Hm, en y repensant, j'avais l'impression de passer bien plus de temps à m'entraîner qu'à rester chez moi. Peut-être que mes efforts seront récompensés et bien évalués par le village ? Ah, ça me ferait presque déjà sourire !

J'en profitais pour finir de m'habiller, des habits simple d'entraînement. Je n'aimais pas vraiment les habits luxueux ou encombrants, donc ce que je portais était habituellement quelque chose d'assez large pour que mes mouvements soient libres. Mais pas trop larges non plus, juste assez pour ne pas me coller et ne pas s'accrocher à n'importe quoi. Mais le plus important, c'était les quatre poids qui ressemblaient à des sortes de bracelets. Je les accrochais à mes poignets et à mes chevilles, bougeant légèrement pour m'adapter avant de mettre mes sandales au pied. Suite à ça, mon aventure vers le terrain d'entraînement commençait ! Je saluais la petite veille d'à côté au passage, en souriant. La politesse après tout !

"-Ohoh, jeune homme, tu comptes déjà partir t'entraîner ?"

"-Ahah, oui madame. Il faut bien que je continue de m'entraîner pour être de plus en plus fort après tout !"

Je lui souriais calmement, hochant la tête au passage par preuve de respect. Il fallait les respecter les anciens après tout, c'est ce qu'on m'a apprit.

"-Oh, je vois, dans ce cas je ne te retiens plus longtemps, amuse-toi bien !"

"-J'y compte bien madame, au revoir et bonne journée !"

Suite à cette conversation et après avoir été laissé tranquille par la vieille femme à côté de chez moi, je commençais déjà à m'échauffer en tapant un énorme sprint en direction du terrain d'entraînement à l'extérieur du dojo. Et plus principalement, le deuxième, celui avec tous les mannequins d'entraînement. J'aimais bien venir ici en ce moment ! .. Même si j'avais cassé une marionnette il y a peu sans faire exprès, mais ce n'était pas ma faute après tout, eh ! Enfin bon, j'en profitais déjà pour enlever mes sandales et les laisser dans un coin, il ne fallait pas que je les casse..

"-Bon, il faut commencer tout ça ! Hm, par quoi commencer aujourd'hui.. Ah, en plus j'vais sûrement être seul !"

Je commençais tout simplement à m'échauffer en envoyant de petits jabs et coups de pieds sur les pantins. Rien de grandiose, juste de quoi m'échauffer en attendant un adversaire digne de ce nom ! Mais bon, ce n'est pas comme si, par pur hasard, un adversaire pouvait venir pour daigner m'affronter. Bon, c'est vrai que je faisais fuir certains à cause de ma carrure, mais ce n'est pas ma faute. Je n'ai pas choisi d'être né avec un mètre 90 et d'avoir de gros muscles ! C'était jusqu'à ce que j'entende des bruits de pas d'une autre personne, suite à quoi, assez ennuyé par un manque d'adrénaline, je me retournais instantanément vers cette personne, la saluant avec ma main tout en souriant grandement.

"-Hey, toi ! Comment ça va ? Quoi d'beau en cette belle matinée ?"

J'essayais d'être le plus souriant possible. Non, en faite, je n'avais même pas besoin d'essayer, après tout j'étais déjà tout le temps souriant. J'étais juste naturel, j'exsudais cette sorte d'aura de confiance autour de moi, ce genre de mec qui peut être pote avec tout le monde sans soucis. Mais je ne me forçais pas à l'être, c'était juste comme ça que j'étais, et c'est tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Sam 5 Jan 2019 - 14:19

Le bras de fer
ft. Tashida Keitei

Si le grand — au sens propre du terme — Keitei voulait un compagnon d'entraînement, la providence le lui avait donné en la personne de Sabaru. Malgré lui, bien sûr, puisqu'il s'était comme à son habitude levé aux aurores pour éviter de justement devoir partager sa routine matinale avec autrui. Lorsqu'il remarqua le jeune homme, qui matraquait un pantin d'entraînement, il était déjà trop tard pour faire marche arrière : le géant venait de se retourner, visiblement très enthousiaste, pour saluer le déchaîné.

« Bonjour. Disons que tout va bien, même si je suis assez... » — temps d'arrêt, pause réflexion — « ... surpris, de trouver quelqu'un ici, à cette heure-ci. » Il aurait bien dit le fond de sa pensée, qu'il était déçu, mais cela n'était pas dans ses manières. Le respect appelle le respect, et c'est l'une des valeurs les plus importantes à ses yeux.

De toute manière, il voyait ici une occasion de remettre à l'épreuve sa technique d'analyse. S'il était difficile de se tromper en voyant le garçon, grand et musclé, cela constituait un digne premier échauffement pour démarrer la journée. Il était assurément plus jeune que Sabaru, plus grand d'une petite dizaine de centimètres, et surtout plus large et fort que lui. Vu les bracelets et son entraînement de Taijutsu, il était facile de déduire qu'il s'agissait de poids et qu'il fortifiait son corps constamment, chaque mouvement de la vie de tous les jours demandant un effort supplémentaire ; ce qui implique aussi qu'il s'entraîne probablement très peu dans d'autres domaines. Ce genre d'accessoires faisait fureur à Kiri, mais lui n'en ferait jamais l'acquisition, comptant sur son agilité plus que sur sa force. Enfin, si son interlocuteur constituait une masse imposante et inspirant la puissance, son visage et son expression amicale étaient tout autres : un gentil garçon, dans un corps de titan.

Résigné à tenir compagnie au grand gaillard, le genin se saisit du manche de sa faux, la main droite fermement cramponnée sur les bandages qui constituaient la grippe de l'arme, puis la dégagea de son attache dorsale. Le câble attaché à son pommeau disparaissait dans son manteau rouge, laissant le doute planer sur sa longueur et sur l'emplacement de la bobine. Après avoir exécuté quelques moulinets avec son arme exotique, Sabaru reprit la parole. « Mon nom est Nō Sabaru. Je suis un genin du village, comme en atteste ceci. » Il pointa de l'index gauche le bandeau frontal de la brume, cousu au niveau de son biceps droit dans le tissu de son manteau.

« Et toi, qui es-tu ? » Sa question servait deux intérêts. Le premier étant tout simplement le respect des usages sociaux, platement. Le second en revanche était beaucoup plus caractéristique du mode opératoire du déchaîné : il voulait le Savoir avec un grand S. Une simple présentation en dit long sur quelqu'un, c'est le principe même de la fameuse « première impression » que le commun des mortels soigne et redoute.



_________________


« Honneur, justice, traditions. Des chaînes, pour les ignorants. »
#cc0033



Dernière édition par Nō Sabaru le Mar 8 Jan 2019 - 3:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Sam 5 Jan 2019 - 17:05
Je le regardais calmement en souriant. Mais il n'était pas le seul à être surpris, après tout moi aussi je l'étais ! En temps normal, j'étais le seul à me promener constamment dans ces bas-lieux que l'on appelle les terrains d'entraînement. Enfin, le seul aussi tôt dans la matinée en tout cas, mais ce type m'intriguait énormément. Il fallait se l'avouer, il ne paraissait pas frêle comme certains que j'avais déjà pu voir ici dans ces terrains, au contraire même. Bon, peut-être pas autant que moi, mais je suis un cas à part après tout, donc ça ne comptais pas trop. Mais ce type en jetait quand même !

"-Ahah, moi aussi j'suis surpris que quelqu'un d'autre que moi soit ici !"

Je levais mon poing pour lui montrer un pouce monté vers le haut, montrant que j'approuvais sa venue aussi tôt ici. Peut-être que lui aussi était un maniaque de l'entraînement comme je le suis ? Si c'était le cas, j'avais dès à présent trouver un nouvel ami, ou peut-être même seulement un compagnon d'entraînement ? Mais dans les deux cas je serais vraiment ravi. C'est pour ça que mon sourire grandissait un peu plus, perdu dans mes pensées de mon futur utopique avec tous mes amis, nous entraînant tous ensemble dans la joie et la bonne humeur !

Mais mon humeur changeait en un instant. Au départ, j'avais cette aura de tranquillité qui changeait rapidement en une sorte d'aura féroce, comme un prédateur. Enfin, un prédateur, c'était vite dit, je n'avais pas encore assez mûri pour en devenir réellement un, mais le temps ne me trompera pas, je deviendrais un prédateur dans le futur. Je le regardais du haut de toute ma taille, mon sourire agréable transformé en un sourire carnassier. Ce qui avait donné ce changement ? C'était l'homme en face de moi qui avait touché son arme. Je voyais souvent ça comme un défi, ou peut-être un réflexe. Mais ça ne change pas que mon instinct me faisait réagir comme ça dès qu'un adversaire qui semblait assez fort pour moi se mettait dans une sorte de position de combat.

"-Je m'appelle Tashida Keitei. Juste Keitei suffit aussi, peu importe comment on m'appelle ! Et je suis aussi un genin."

Je pointais du doigt le bandeau que j'avais autour du cou. Je ne le mettais pas à d'autres endroits car je préférais qu'il soit placé ici, de cette façon il ne me gêne en aucun cas. C'est comme s'il n'existait pas, tellement il était bien placé ! Mais en regardant un peu plus longtemps l'homme avec ce sourire carnassier qui ne voulait pas disparaître, c'était comme si un long feu brûlant s'animait dans mes yeux. Le manque d'action que j'avais eu à certains moments me donnaient envie de réagir par impulsivité, et ça, je l'étais. Je ne pouvais m'empêcher de faire ce que je voulais à certains moments, et là c'était aussi le cas ! Calmement, je défaisais les bracelets à mes poignets, qui tombèrent dans un lourd "Thud !" en laissant un bon nuage de poussière qui arrivait jusqu'à un peu moins que mes genoux. Suite à quoi, c'était les poids à mes chevilles que j'enlevais.

"-Est-ce que tu veux qu'on s'entraîne tous les deux ?"

A vrai dire, je ne demandais ça que par formalité, car à peine ma phrase finie, mes pieds avaient déjà réagis. Je me retrouvais déjà en face de l'homme, car il n'y avait pas beaucoup de place entre nous, bon, quand même un peu. Mais quelques pas très rapides et c'était réglé ! Devant lui, il ne me paraissait pas si petit que ça, seulement une dizaine de centimètres de moins que moi, mais ce n'était pas vraiment beaucoup. Je faisais environ une tête de plus que lui seulement, et en m'appuyant sur ma jambe gauche pour un bon appui, mon genou droit volait déjà en direction de son torse. Le coup semblait puissant et rapide -enfin, pour quelqu'un de mon niveau, tout est relatif, n'est-ce pas ?-. Bon, peut-être que ce n'était pas poli d'attaquer directement, mais bon, mon sang bouillonnant n'a fait qu'un tour, j'ai réagis par instinct, ce n'est pas donc pas ma faute, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Sam 5 Jan 2019 - 20:18

Le bras de fer
ft. Tashida Keitei

S'il s'était préparé en dégainant son arme, Sabaru ne fut pourtant pas en mesure de se protéger du fulgurant coup de genoux qui vint s'enfoncer dans son torse. Le changement de vitesse entre le moment où Keitei portait ses poids et celui où il les avait retirés était trop vaste pour permettre une quelconque anticipation. En lieu et place d'une parade, le déchaîné réagit par réflexe et frappa les côtes de son assaillant du mieux qu'il pût avec le manche d'acier de sa faux, avant de chuter et de glisser dans la poussière sur une poignée de mètres.

« C'est une sacrée entrée en matière que voilà. » Il éructa difficilement ces mots en se relevant, ses prunelles d'émeraude se dardant sur l'autre. Il ne baisserait plus sa garde face à lui.

Il l'avait sous-estimé, et ce genre de choses lui arrivait plus souvent qu'il ne pourrait l'admettre. Il était tellement imbu de lui-même que même son subconscient avait tendance à altérer son jugement, même quand celui qui lui faisait face était aussi impressionnant visuellement que Keitei. Il l'avait inconsciemment réduit au stéréotype du lourdaud musclé à la cervelle vide, sans même se dire qu'il sortait des mêmes formations que lui.

Ce sourire... on dirait que j'ai des points communs avec ce type, contre toute attente, pensa-t-il en s'affublant lui aussi d'un sourire carnassier, en réponse à celui de celui qui venait de l'envoyer bouler. Celui qu'il méprenait pour un crâne creux avait le mérite d'aimer le combat, d'être rigoureux et d'être à sa hauteur. Cela réveilla en lui l'excitation si rarement ressentie, celle qui faisait trembloter le corps tant la montée d'adrénaline était importante. Ses yeux en brillaient d'un éclat fascinant, comme des pierres précieuses dans la pénombre.

Sans un mot de plus, il s'élança vers le titan, ne faisant montre d'aucune crainte. S'il redoutait de se faire frapper par les mêmes coups que celui qui venait de lui couper le souffle, il bouillonnait d'envie de lui rendre la pareille et de lui montrer à qui il avait affaire ; un dieu parmi les hommes.

L'adepte du taijutsu était rapide, grand et fort. Pour sa part, Sabaru misait tout sur sa ruse, son agilité et sa vitesse d'exécution. C'est dans cette optique de mettre en avant ses talents pour étouffer ceux de son adversaire que le déchaîné bondit brusquement, quelques mètres au-dessus de Keitei. D'en haut, il lança sa faux à toute vitesse, son câble glissant hors de la bobine en se frottant à sa main droite à mesure qu'il se déroulait.

L'arme fendait l'air en émettant un sifflement sinistre alors qu'elle retombait vers le géant. Elle s'apprêtait à le percuter avec sa face non-tranchante, mais changea soudainement de direction. L'arme était reliée à un câble, et c'est ce même lien qui lui fit faire un virage inattendu et pour le moins contre-nature pour se planter dans le sol, derrière sa cible initiale, après avoir décrit un tour complet autour de sa personne. Suite à la diversion, Sabaru tira le bras droit en arrière, ce qui fit se resserrer le câble autour des jambes du jeune homme. Alors que le collet se refermait, le genin retombait, cherchant à se poser sur le corps de son adversaire de fortune, pour l'écraser sous ses semelles. Une humiliation à la hauteur de l'attaque qu'il n'avait pas digérée.

Si le soleil ne créait pas de contre-jour avec le corps en chute libre de Sabaru, Keitei aurait eu tout le loisir de découvrir son expression — les yeux grands ouverts, les pupilles contractées, la mine figée dans un air de concentration froide et imperturbable. Le sérieux était de rigueur.



_________________


« Honneur, justice, traditions. Des chaînes, pour les ignorants. »
#cc0033



Dernière édition par Nō Sabaru le Mar 8 Jan 2019 - 3:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Dim 6 Jan 2019 - 15:12
Mon genou avait touché son torse avec succès, mais lui non plus n'avait pas fini d'en démordre car à peine mon coup l'avait touché que je ressentais moi-même un coup dans mes côtes. Je souriais, toussant légèrement avec le coup reçu. Il fallait que je l'admette, je ne m'attendais pas à ce qu'il puisse réagir aussi vite pour contre-attaquer. C'était quelque chose qui allait se montrer totalement amusant. Enfin j'allais pouvoir me battre avec quelqu'un comme ça ! Ce qui aurait été encore mieux aurait été le fait qu'il se batte aussi avec ses poings. Un combat comme ça, si je pouvais en avoir un jour, ce serait vraiment une des meilleures choses du monde.~ Mes yeux émeraudes fixaient les siens, ce sourire carnassier n'avait pas envie de disparaître. Je n'y arrivais tout simplement pas, cette envie de combattre consumait mon âme.

"-Ah, je pourrais dire la même chose pour toi !"

Je suis content de ne pas l'avoir sous-estimé. Enfin, peut-être que je l'ai fais un petit peu, vu que je me suis mangé un coup comme ça ? En temps normal, je ne me serais jamais mangé quelque chose comme ça, mais bon, peu importe. On était là pour s'amuser n'est-ce pas ? Et comme il utilisait une arme, je n'allais pas le ménager non plus ! Je resserrais mes poings, les entendant craquer en même temps. J'étais prêt à le recevoir, lui et sa charge.

Je ne m'attendais pas à un combat "équitable", après tout, lui avait l'utilisation d'une arme, mais moi j'avais bien mieux que ça ! En temps normal, j'aurais sûrement pas trop utilisé ça, mais mon sang bouillonnant et mon coeur battant la chamade par l'adrénaline causé par cette envie de combattre brouillait mon jugement. J'avais besoin de me battre, et un petit cliquetis dans mon cerveau m'a permit d'activer la première porte. J'étais totalement prêt, car je sentais déjà ma force augmenter légèrement ainsi que ma vitesse. Je m'apprêtais à bouger lorsque la faux fonçait dans ma direction et que l'homme avait déjà sauté. Heureusement que j'étais devenu plus rapide, n'est-ce pas ?

Je n'allais pas partir sur un des côtés pour l'esquiver, c'était un combat d'homme, il fallait aller de l'avant ! Au lieu de l'esquiver, je fonçais tout droit, sauter dans les airs en me propulsant vers lui. Et à peine j'avais bougé, cette faux me contournait déjà. Si j'étais resté sur placé, en voyant derrière moi son mouvement, j'étais certain que mes pieds se seraient fait prendre par ses chaînes. C'était vraiment moins une, ce type était plus dangereux que je ne le pensais. Il était tellement doué avec son arme que c'est comme si elle faisait un avec lui. Il était vraiment dangereux..

Mais ma vitesse améliorée me permettait de combler le peu de mètres qu'il y avait entre nous, et une fois arrivé en l'air, je décidais de transformer ça en un combat de rue pendant un certain temps, avant qu'il utilise ses stratagèmes pour me frapper de nouveau. Un coup pour un coup, n'est-ce pas ? Arrivé à sa hauteur, face à face, j'avais l'impression que le temps ralentissait, mes yeux émeraudes plongeant dans les siens un instant.. Avant que mon front aille fracasser le sien dans les airs. Je ne pouvais m'empêcher de contrôler la flamme qui animait mon coeur plus longtemps, je me devais de libérer toute cette rage animale.

"ALLEZ !! ENCORE !! C'EST TOUT CE QUE TU PEUX FAIRE ?!"

C'était un rugissement semblable à une énorme bête qui s'échappait de mes lèvres, un rugissement des plus rauques accompagné par ce sourire carnassier et des yeux voilé par une folie animale. Au final, c'était ce que les combats me faisaient, ils me mettaient dans des états pas possible, mais je jure qu'en temps normal je suis un type sympa ! Mais ce type me donnait réellement envie de me battre à fond après tout, ce n'était pas ma faute ! Suite à mon rugissement, je rigolais encore, même si j'étais sûr que dans la foulée je m'étais mangé une de ses contre-attaques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Dim 6 Jan 2019 - 17:29

Le bras de fer
ft. Tashida Keitei

Le coup de tête fit mouche de la même manière que le coup de genoux précédent. Pour les mêmes raisons, de plus, puisque la soudaine croissance dans la vitesse de Keitei créa à nouveau la surprise. Le choc renvoya Sabaru doit au sol plus vite qu'il ne l'aurait souhaité.

Cela dit, comme lors du premier assaut, la contre-attaque ne se fit pas prier. Le long câble de la faux s'était déroulé pendant la chute du genin, qui avait prévu que l'autre le rejoindrait en l'air. Échangeant ainsi leur rapport de force, c'était maintenant le jeune homme qui se trouvait suspendu, sans le moindre appui. Une vibration anima le câble soudainement, avant que la bobine ne se mette en rotation d'elle-même à toute vitesse. La faux suivit le mouvement et passa juste sous le bras du genin, sa lame passant à travers ses côtes... ou presque.

Soudain, prise de conscience. La main droite du genin écarta imperceptiblement le lien relié au pommeau de l'arme pour la faire dévier de sa course meurtrière. La pointe de la faux tailla dans le flanc du titan une entaille bénigne et longue d'une dizaine de centimètres, de justesse.

La fièvre du combat, la colère d'avoir été ainsi frappé par deux fois. Son âme réclamait vengeance, ses tripes bouillonnaient et réchauffaient tout son être. C'est la raison, faisant une miraculeuse percée dans le capharnaüm vengeur qui régnait dans la tête de Sabaru, qui l'avait empêché de commettre une grave erreur. Comment osait-il ainsi le provoquer ?

Les quelques instants d'égarement provoqués par sa « maladresse » furent aussitôt balayés par la réalité de ce qui l'entourait. L'autre n'attendrait pas qu'il prenne ses aises avant d'attaquer, il l'avait déjà vu. Il est de plus en plus rapide. Je ne peux pas me fier à ce qu'il a déjà montré. Je dois garder la tête froide.

D'un geste sec, il attira sa faux jusqu'à sa main maîtresse. Il adopta une garde sérieuse, lame dirigée vers Keitei. S'il voulait à nouveau attaquer, il s'heurterait cette fois à une vraie défense ; et le tranchant de Sayoarashi, ainsi était nommée la faux, n'était pas émoussé pour le moins du monde.

« Si tu veux poursuivre, viens. » Derrière sa lame à l'acier brillant de mille feux, le déchaîné attendait patiemment. Si le combat devait se poursuivre, il ne retiendrait plus ses coups ; cette invitation faisait avant tout office d'avertissement.



_________________


« Honneur, justice, traditions. Des chaînes, pour les ignorants. »
#cc0033



Dernière édition par Nō Sabaru le Mar 8 Jan 2019 - 3:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Lun 7 Jan 2019 - 19:05
J'étais en l'air, je n'avais pas d'appui. Je n'ai pas encore pensé à une technique me permettant de me mouvoir d'une certaine façon quelle qu'elle soit dans les airs, et en voyant cette faux arrivée sur moi, je ne pouvais pas l'éviter. Malgré tout, mon coup de tête avait touché, et ça, ça me faisait grandement plaisir. Un grand plaisir de savoir qu'il avait sûrement une sorte de rage. Mais mon corps se recroquevillait légèrement dans une position défensive, en boule, afin de minimiser les dégâts. Mais ce type est plus rusé qu'il n'y paraît, sans que je ne m'en rende compte, il avait habilement réussi à la dévier pour que celle-ci me tranche le côté de mon corps, sur mes côtes plus précisément.

Cette douleur qui m'était transportée de mes côtes à mon cerveau me paraissait brûlante, et peu de temps je retombais au sol, fléchissant mes genoux au sol pour me réceptionner. Mais je restais dans cette position, ma main opposée au côté de mon corps touchait la blessure, laissant entre mes lèvres s'échapper un léger sifflement aigu. La plaie n'était pas si épaisse que ça, mais c'était plus la brûlure de quand la peau se déchire qui me faisait me sentir comme ça. Evidemment, j'ai déjà vécu bien pire, comme le témoignent les multiples cicatrices que j'ai sur tout le corps à l'exception de mon visage.

Je relevais doucement mon corps de ma position fléchie en le regardant, un rire rauque s'échappant de mes lèvres. J'aimais vraiment bien ce type et ce genre de combats, alors tout me plaisait. Je riais un petit peu, puis grandement d'un coup, enfonçant avec force mon pied dans le sol, laissant celui-ci céder sous le poids de mon pied. Rien de grandiose, uniquement l'empreinte de mon pied dans le sol. Je regardais mon adversaire droit dans les yeux d'un regard bestial. Actuellement, même si mon corps allait céder, je voulais me battre contre lui !

"-ENCOOOOORE !!!", hurlais-je.

Je m'élançais en un instant sur lui, usant de tous les muscles à ma portée. Je le voyais en posture défensive, et alors ? Je n'en avais pas fini avec lui ! J'arrivais rapidement devant lui, mon pied gauche planté fermement dans le sol alors que mon pied droit fouettait déjà vers le haut de son corps. Mais contre toute attente, à une grande vitesse, je me retournais dans le sol inverse tout en baissant l'entièreté de mon corps, venant à tenter de balayer ses jambes avec ma jambe robuste ! Une sacrée feinte était tout ce que je voulais pour le tester.~

Honnêtement, ma soif de combat commençait à être étanchée. Je pense qu'après ce coup, j'allais enfin pouvoir me calmer un peu. Mais si lui ne s'arrêtait pas, alors je continuerais encore, même si mon corps venait à être réduit en morceaux, ça ne m'arrêterait pas de me tenir la tête haute face à cet homme que je considérais comme mon rival pour les arts du corps-à-corps. Certes, il n'utilisait pas le Taijutsu comme je l'utilisais, mais il se battait de cette manière tout de même.

"-MONTRE-MOI CE QUE TU SAIS FAIRE !"

Des hurlements sortaient de ma gorge, alimenté par mon âme brûlante pour rediriger cette envie de combattant à mon opposant. Je voyais ça comme un honneur de se battre avec son corps, de se faire blesser et avoir des cicatrices. C'était une marque qu'un homme partait toujours plus pour se dépasser, ces marques. Et même si je ne leur trouvais aucun charme, pour moi, c'était mes trophées, mes marques en tant que guerrier. Plus qu'un shinobi, je me voyais comme un guerrier, et en tant que guerrier j'avais ma propre morale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Mar 8 Jan 2019 - 5:11

Le bras de fer
ft. Tashida Keitei

Keitei rugissait, perdait vraisemblablement le contrôle et bondissait à nouveau sur le déchaîné. S'il était remonté par ses précédents échecs, le manieur de faux avait su garder la tête froide — de peu, il était vrai. L'autre, lui, n'était plus dans son état normal ; il faisait fi de sa blessure, bien qu'elle l'ait forcé à s'arrêter un instant.

Les prunelles verdâtres de Sabaru tenaient en joue l'autre genin, comme les pointes des flèches d'une armée d'archers, fixes et imperturbables. Il le vit bouger au ralenti, ses réflexes ayant débuté leur adaptation à la vitesse impressionnante du titan. À quelques centimètres de lui, le pied de Keitei décrivait un arc de cercle pour venir faucher son tronc. Chaque seconde était étirée, sa garde ne bougeant pas d'un iota face à l'assaut qui menaçait de s'y écraser. Qui me trompe une fois, honte à lui ; qui me trompe deux fois, honte à moi. Le proverbe ne fait pas mention d'une troisième fois, donc il n'y en aura pas.

Puis soudain, le temps reprit son cours.

Le géant s'abaissa sans crier gare, sa jambe venant à ras du sol pour cueillir celles du manieur de faux. Dans le même instant, le déchaîné s'anima enfin en venant enfoncer l'extrémité supérieure de la hampe de sa faux dans le sol, juste entre son pied gauche et la jambe droite de Keitei, l'arrêtant en provoquant un choc tonitruant, suivi du son du métal qui vibre suite à un important impact.

Suivant sa parade salvatrice, Sabaru prit appui pommeau de sa faux ainsi fixée à la verticale pour bondir derrière le géant, tant qu'il était dans cette position d'apparente faiblesse. Le câble de l'arme le suivit naturellement, avant de prendre vie — cette fois, aucun doute n'était laissé au taijutsuka s'il en avait encore, le déchaîné ne faisait réellement qu'un avec le lien l'unissant à son arme — pour enserrer les épaules et le cou de Keitei, de sorte à l'empêcher de se débattre sans le blesser. Le pied gauche de l'homme au manteau carmin vint se bloquer entre ses omoplates, alors qu'il tirait sur lien avec sa main droite pour sceller la prise.

« Je m'excuse d'avance, mais je pense que nous devrions en rester là. Si tu ne coopères pas, je devrai faire plus. »

La seconde suivant son intervention verbale, Sabaru illustra le « plus » auquel il faisait référence : une décharge électrique parcourut le câble, ne faisant que picoter la peau du géant en contact avec le câble, de minces arcs bleutés dansant le long des mailles sous son nez.

Les jointures de ses mains blanchissaient tant il se cramponnait le lien, tant il appréhendait que l'autre ne s'en libère, pris d'une autre saute d'humeur. Il fixait son homologue shinobi, ne sachant pas réellement ce qu'il devait en penser. Il voulait le mépriser, comme il voulut le faire lorsqu'il le vit pour la première fois quelques instants plus tôt. Cependant, quelque chose l'en empêchait : au fil de leur courte escarmouche, il s'était imprégné de l'aura de Keitei. Il forçait le respect, par sa dévotion au taijutsu, par sa rigueur dans le maintien de sa condition physique, par sa combativité sans bornes.

S'il lui semblait tantôt simplet, il était maintenant presque certain qu'il était plus profond qu'il n'y paraissait. Une seul doute subsistait, et il serait élucidé par la prochaine réaction du titan : était-il capable de s'arrêter, face au risque d'entraîner leur sparring sur la mauvaise pente ? S'il se calmait, il le relâcherait immédiatement. Dans le cas contraire, il devrait avoir recours à de toutes autres méthodes de dissuasion.



_________________


« Honneur, justice, traditions. Des chaînes, pour les ignorants. »
#cc0033

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Mar 8 Jan 2019 - 21:21
Il ne fallut qu'un instant suivant mon action pour que lui réagisse afin de me contrer. Je voyais tout se passer, mais l'inertie de mon propre coup m'empêchait de réellement me protéger d'une quelconque manière. En quelques mouvements agiles de sa part, j'étais déjà bloqué à même le sol. C'était un moment plaisant, pas que je sois masochiste bien au contraire, mais surtout le fait de perdre à ce point. C'était le plaisir de trouver un nouveau rival contre qui je pourrais me battre souvent. Donc je n'allais pas être démoralisé ou triste à cette découverte, n'est-ce pas ? Je souriais grandement alors que j'étais au sol, je ne bougeais pas mes muscles je n'en voyais pas encore l'utilité.

"-Ah, t'es vraiment fort Sabaru, mais sache que j'ai toujours des cartes cachées !"

Suite à mes mots, je commençais à me concentrer un court instant, très court instant. Suite à ça, je gueulais d'un coup, tandis que je sautais la deuxième porte pour directement activer la troisième porte. Suite à ça, ma peau venait à rougir en un instant, tandis que mes muscles devenaient plus compact -bien que réellement, c'était plus un skin qu'autre chose-. Mes yeux, eux, devenaient complètement blanc, sans aucune pupilles qui étaient visibles à présent. Juste du blanc aussi pur que la neige présente à certains endroits. Je ne resterais qu'un court instant sous cette forme, par contre. Je ne voulais pas trop m'épuiser pour rien, je ne voulais que me libérer.

Il n'y avait pas de réelle explosion d'énergie autour de moi, mais ce qui est sûr, c'est que je ressentais l'amorce d'une grande énergie physique venir. L'action de cette troisième porte située sur ma moelle épinière n'était vraiment pas mauvaise après tout. Ces techniques, j'en suis totalement fier, pour moi ce sont les meilleures au monde, pas une seule technique ne peut venir à bout de mes techniques à moi, les portes, à rang égal. C'était quelque chose dont j'étais certain à cause de ma grande fierté, une fierté née de mon héritage et de mes aptitudes. Car après tout, refouler ces techniques, c'est refouler mes efforts.

J'attrapais ses chaines de mes mains rapidement, les écartant lentement, petit à petit avec ma seule force physique. Suite à ça, je les attrapais fermement, et faisant passer l'homme directement par dessus mes épaules comme une prise de judo, je ne l'éclatais pas au sol mais je ne faisais que l'envoyer à quelques mètres de moi. Il n'allait sûrement pas se blesser, je pense, mais ça suffirait pour l'éloigner de moi. A peine ces actions finies, je désactivais directement toutes les portes que j'avais d'activée afin de souffler. Je sentais une partie de ma force physique disparue, pas celle que j'avais grâce à l'activation, mais celle au tout début à cause de ma fatigue. S'en suivit la découverte de meurtrissures sur mon corps, accompagnant leur compagnon les cicatrices sur mon corps. Bien qu'il y avait une douleur, je m'y étais déjà accoutumé il y a longtemps, tout comme cette coupure sur mes côtes.

"-Ahah, c'était vraiment satisfaisant, faudrait qu'on se refasse ça un jour, t'en dis quoi ?"

Le sourire carnassier et les brasiers d'envie combattante primale avaient disparus pour laisser place à un sourire amical et un visage aussi calme et tranquille qu'un lac. Je ne me dirais pas maître dans l'art de tromper les gens, mais c'était juste que j'étais plus ou moins différent en dehors des entraînements et pendant. Après tout, c'était quelque chose qui me tenait vraiment à coeur alors il fallait que je m'y donne à fond. Mais comme je l'ai plutôt forcé à s'entraîner avec moi, ne fallait-il pas que je le récompense d'une quelconque façon ? Je n'en connaissais que trop peu, il fallait donc que je trouve une autre façon.

"-ça te dirait d'aller faire un tour au bar ? Considère ça comme un moyen de te repayer pour cet entraînement, je payerais."

Je levais mon poing pouce levé en sa direction, un sourire éclatant à mes lèvres montrant toutes mes dents. Je riais comme un imbécile, très satisfait de ce qu'il s'est passé. Certes, j'ai caché énormément de choses dont j'étais capable, mais j'en ai tout de même montré quelques-unes. Un mal pour un bien, n'est-ce pas ?

_________________
A fighter enjoys the thrill of battle and the taste of blood. He fights for pleasure, not out of pain.
You live for battle. You thrive on glory. You need nothing else, for what else is a warrior but the sum of his battles.
You continue your path. Known by many names, but mostly known by what you leave behind.
In your wake is nothing. You know no family. Your joy is the clash of steel, the spray of blood, the carnage of killing.
Loneliness is a success. It means everything has fallen to you already.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Mar 8 Jan 2019 - 22:32

Le bras de fer
ft. Tashida Keitei

« Si tu paies, j'en suis. »

S'il acceptait cette proposition, c'était avant tout parce que c'était aux frais du titan. Se relaxer aux frais d'un autre avait tout l'air d'être un bon plan aux yeux de Sabaru, lui qui vivait si près de ses sous.

« Par contre, ce sera ce soir. Boire le matin, c'est un truc de poivrot. »

Ce n'était pas discutable, et il l'illustra en rengainant son arme et en amorçant son départ du lieu où ils s'étaient opposés. Avant de complètement être hors de portée de voix, il détourna la tête de sorte à lancer un regard en coin à Keitei.

« On se rejoint ici dès que le soleil disparaît à l'horizon. Ne sois pas en retard, je suis du genre ponctuel. »

Un sourire accompagna la fin de sa phrase, alors qu'il lui tournait finalement le dos. Il commençait à l'apprécier, ce lourdaud.

***

Le ciel se teintait des couleurs du crépuscule, dégradé d'orange vers le bleu nuit, quand le déchaîné arriva à nouveau au terrain d'entraînement. Sur le chemin du retour, il avait repensé à la façon dont Keitei l'avait envoyé voler, en augmentant encore une fois sa puissance et en changeant d'apparence. Sa faculté semblait n'avoir aucune limite, et cela l'inquiétait un peu. Sa technique le rendait plus fort, plus rapide, à tel point qu'il était vraiment difficile de voir les coups venir même avec les réflexes aiguisés du kamajutsuka.

Au loin, il vit se profiler la haute silhouette de son porte-monnaie ambulant pour la soirée. Il devait bien avoir une demi-heure de retard. Sabaru s'avança pour le rejoindre, laissant son mince haori noir flotter dans son sillage, ayant abandonné son manteau austère pour la soirée. Il ne semblait d'ailleurs pas avoir emporté sa faux avec lui, chose suffisamment étrange pour le souligner.

« Je m'attendais à un retard, du coup j'ai emporté de quoi m'occuper. »

Il sortit d'une des poches intérieures de son accoutrement soigné un livre, pour illustrer son propos.

« Vu que c'est toi qui paie, je te laisse choisir où l'on va. Je me sentirais mal de t'amener dans un établissement trop luxueux, où tu risquerais de liquider tout ton argent de poche en une tournée. »

Petite pique. Lui non plus n'était pas un habitué de ce genre d'endroits où la coupe était aussi chère que la bouteille d'un autre troquet. Mais ça, sa tenue propre et habillée ne le laissait pas deviner.



_________________


« Honneur, justice, traditions. Des chaînes, pour les ignorants. »
#cc0033

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Mer 9 Jan 2019 - 17:02
Je souriais calmement, l'opposé total de ce qu'il s'était passé pendant le petit "entraînement" qu'on a déjà eu. Je m'étais déjà assez calmé pour avoir une conversation on ne peut plus normale maintenant. Et j'étais d'accord avec lui sur ce point, boire dès le matin c'était un truc d'alcoolique, et je ne me considérais pas comme tel. Et il parlait de retard. Depuis quand est-ce que moi j'étais en retard ? Je n'étais jamais en retard, ce n'était pas mon genre après tout. .. Enfin, si l'entraînement ne débordait pas un petit peu, quoi.

"-Ne t'en fais pas, je serais pas en retard !"

Je rajoutais discrètement un "Enfin, peut-être" quand il était déjà parti en me tournant le dos. M'enfin, ça, il n'aurait pas à le savoir, n'est-ce pas ? Ce n'était pas grave avoir un peu de retard après tout. Ahem, j'essayais surtout de me rassurer sur certains points, là. Il ne fallait pas m'en vouloir ce n'était pas vraiment ma faute.

~~~~~~~~

Finalement, après mon départ, j'ai perdu énormément de temps à l'hôpital. Il fallait bien soigner mes blessures après tout, et depuis j'étais presque éligible à une carte VIP de l'hôpital, avec des coupons à remplir à chaque fois. 10 visites pour 1 consultation gratuite ! Quel prix ! Enfin, avec ma demi-heure de retard pour des raisons évidentes, c'est-à-dire un entraînement qui a duré plus longtemps que prévu après ma sortie de l'hôpital, j'arrivais finalement à l'endroit de notre rendez-vous. Et je remarquais déjà ce qui ressemblait à Sabaru au loin. Comme quoi, lui était sûrement du genre assez ponctuel ahah.

"Ahah, désolé pour le retard, j'étais assez occupé."

Je préférais ne pas donner de plus amples détails, comme ma visite à l'hôpital, parce que même si ça ne me dérangeait pas, c'était plus du genre personnel qu'autre chose après tout. Je grattais légèrement l'arrière de mon crâne d'une manière assez embarrassée. D'ailleurs, en parlant de vêtements, j'étais habillé plutôt normalement comparé à mes habits d'entraînement. Une sorte de veste assez large sur mes épaules, blanche, avec un T-Shirt noir en dessous et un pantalon qui était sûrement noir au début mais trop lavé, étant parti vers le gris.

"-Hm, je ne vais pas boire souvent donc je ne connais pas trop d'endroits à vrai dire, j'te fais confiance pour choisir l'endroit, 'kay ?"

Je déléguais son honte la responsabilité de choisir le bar, car après tout je ne m'y connaissais pas. Je n'allais pas prendre la responsabilité de nous emmener dans un endroit qui craint. Ce serait clairement mal vu par mon compatriote en face de moi, alors autant lui laisser choisir, peut-être qu'il en connaîtrait plus que moi, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Jeu 10 Jan 2019 - 0:15

Le bras de fer
ft. Tashida Keitei

Prévisible. Keitei renforçait son image de jeune pousse en avouant qu'il ne s'y connaissait pas beaucoup, niveau bonnes enseignes. Sabaru n'en était pas déçu, il ne s'attendait de toute façon pas à grand chose d'une tournée offerte ; s'il pouvait en donner l'impression, il ne désirait pourtant pas ruiner son jeune ami.

« Très bien, dans ce cas, je choisis. Je connais justement un coin qui ferait l'affaire à quelques rues d'ici. »

Par « un coin qui ferait l'affaire », il voulait dire « un endroit où un gaillard comme toi ne devrait pas causer de soucis ». Il s'inquiétait, en effet, du possible comportement qu'adopterait le titan après avoir ingurgité quelques verres. Déjà qu'il était intenable lorsqu'il était ivre de combat...

Sans perdre plus de temps à tergiverser, le duo se mit en route, Sabaru en tête — il commençait à avoir l'habitude de devoir prendre les devants, entouré de genins tous plus jeunes les uns que les autres — et le cadet sur ses talons.

***

« Nous y voilà. »

Les deux aspirants se tenaient devant un établissement à l'architecture ancienne et traditionnelle, encadré d'un petit jardin qui l'isolait de ses deux voisins. Les fenêtres étriquées et fermées laissaient voir l'éclairage tamisé, ainsi que les quelques silhouettes des clients. Comme prévu, l'endroit n'était pas très rempli. C'était l'un de ces établissements qui n'étaient fréquentés que par une clientèle fidèle, des habitués en somme.

« Pas de bêtises, je te préviens. Je n'y suis plus venu depuis quelques années, mais aux dernières nouvelles c'était un coin calme et convivial. »

Les avertissements dispensés, le déchaîné fit coulisser la porte sur son rail, avant de s'y engouffrer.

Eh bien... il y a eu un enterrement ? Il s'attendait à un brouhaha ambiant propre aux bars qu'il côtoyait habituellement ; mais il faisait cruellement défaut à cet endroit, visiblement. Quelques groupes mixtes étaient installés aux tables, discutant à voix basse. Les hommes étaient patibulaires, graves, antipathiques, et leurs femmes silencieuses, ressemblant plus à des faire valoir qu'à de réels humains. Au comptoir, personne, si ce n'est le tenancier.

Sabaru progressa jusqu'au patron, d'un pas hésitant, tout en faisant signe à Keitei de le suivre. L'homme, dégarni et portant la barbe, lui adressa un regard compatissant. Il les invita à prendre place, avant de leur servir deux verres remplis d'un liquide ambré, brillant, et à l'odeur sucrée.

« C'est offert par la maison. »

L'homme se pencha, faisant mine de leur ajouter des glaçons, approchant sa bouche de l'oreille du déchaîné pendant le procédé.

« Ne fais pas attention aux autres, la clientèle se fait rare et je suis sur les rotules. Préviens ton ami discrètement. »

Le tenancier retourna à ses occupations, astiquant un verre avec un chiffon propre. Suivant le conseil de l'homme, Sabaru s'approcha de Keitei, afin de lui transmettre le message.

« On dirait que les habitués ont changé et se sont raréfiés. Ils ne sont pas très commodes mais ne viendront pas nous chercher des noises, fais juste de ton mieux pour ne pas te faire remarquer. »

Un sourire confiant fendit son visage en ponctuant sa phrase, autant pour montrer qu'il ne s'inquiétait pas que pour confondre les clients qui auraient pu trouver leurs messes basses suspectes.

La soirée pouvait débuter, et Sabaru l'inaugura en prenant une première gorgée de la boisson surprise servie par le patron. Comme prévu, elle était sucrée.

« Alors, dis moi, comment es-tu arrivé à Kiri ? Tu es né à Mizu, ou tu as immigré ? »

Autant commencer par une question banale. De toute façon l'alcool finirait bien par leur délier la langue.



_________________


« Honneur, justice, traditions. Des chaînes, pour les ignorants. »
#cc0033

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Jeu 10 Jan 2019 - 16:29
C'est vrai que je n'étais jamais à l'aise avec les bars. Enfin, plutôt qu'être à l'aise, je dirais que je n'y allais jamais vraiment, j'étais bien trop occupé par mes entraînements et mes missions pour m'occuper de bars. Je restais face à lui, ou du moins à ses côtés, tout en riant légèrement.

"-Très bien, j'te suis dans ce cas !"

Et peu de temps après nous sommes finalement arrivés devant un bâtiment qui paraissait traditionnel, ancien.. ça ne me dérangeait pas, au contraire, ce genre de bâtisses avaient leur charme, comme celui-là. Quant à sa remarque, je riais doucement en le regardant dans les yeux.

"-Ah, je sais me tenir, tu devrais déjà le savoir !"

Une blague qui m'était visée directement. Après tout, c'est faux, je ne savais pas vraiment me tenir dans certaines situations, comme les entraînements et les combats. Mais là, ce n'en était pas, donc je pourrais facilement me retenir de quoique ce soit. Enfin, si personne ne me provoque malgré tout. Je rentrais en même temps que Sabaru, et il fallait le dire, même si je ne connaissais pas les bars, je savais que l'ambiance actuelle était bien trop bizarre. Il était rare que des endroits comme celui-ci ne soient pas rempli d'un certain brouhaha, car les habitués devaient forcément se connaître entre eux. C'est pourquoi j'étais assez confus quand je regardais les alentours, et ma taille ainsi que mon physique ne passaient pas inaperçus dans ce genre d'endroit. Mais mes yeux confus continuaient à se poser sur Sabaru. Est-ce qu'il savait vraiment ce qu'il faisait en me ramenant ici ? Je commençais à me poser des questions là..

Je les regardais faire des messes-basses entre eux, le patron de cet endroit et Sabaru. Il ne fallait pas se mentir, j'étais assez discret, mais je ne faisais que les regarder. S'il voulait me dire quelque chose, Sabaru me le dirait, au cas contraire je l'oublierais dès les prochaines cinq minutes tellement je serais déjà passé à autre chose.

"-Ne pas me faire remarquer ? J'crois que c'est déjà trop tard vu à quoi je ressemble. Ah, par contre de l'eau pour moi, merci."

Et c'était accompagné d'un petit sourire insolent. Après tout, c'est normal que j'attire l'attention de certaines personnes, après tout je le savais moi-même je n'étais pas laid, j'avais mon petit charme. Et je préférais dire au patron ce que j'allais boire. Mais il avait une mine surprise malgré qu'il faisait tout de même ce que je lui demandais. Après tout, qui venait dans un bar pour boire de l'eau ? En tout cas, moi, car je n'étais pas très fan des boissons alcoolisées. Je tournais ensuite mon regard en direction de Sabaru.

"-Je suis né dans le coin, et je suis à Kiri depuis la création du village. Et toi ? Depuis quand t'es là ?"

Après avoir posé ma question je regardais aux alentours plutôt discrètement d'un coin d'oeil, alors que je reposais mes yeux en direction de Sabaru, posant cette fois une question un peu plus discrètement, à voix basse donc.

"-Et c'est normal que l'endroit que tu m'amènes soit aussi.. calme ? Je m'attendais à plus de bruits pour être franc."

Suite à ça, j'adoucissais ma gorge avec l'eau fraîche de Kiri, la meilleure eau des trois grands villages. Ahem, enfin, ce n'est que ce que je pensais hehe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Lun 14 Jan 2019 - 20:50

Le bras de fer
ft. Tashida Keitei

De l'eau ? Encore un point pour l'aspect « petit gamin ». Quelqu'un d'autre que Sabaru aurait sans doute fait une remarque quant aux us et coutumes, boire de l'eau alors qu'on se fait inviter et qu'en plus l'autre s'alcoolise n'était pas quelque chose de très conventionnel. Le déchaîné n'attachait cependant pas assez d'importance à ces codes sociétaux, et tint sa langue. Alors qu'il reposait son verre délesté d'un bon quart de son contenu, il prêtait l'oreille à la réponse du morveux, qui venait apparemment lui-aussi de Mizu.


« Je suis né à Mizu aussi. »


Un petit silence s'en suivit, alors qu'il cherchait ses mots. Il n'était bien évidemment pas question de dire la vérité à Keitei sur ses réelles origines. Cela ne lui avancerait à rien, et ne ferait que susciter des questions désagréables et des considérations douteuses.


« Mes parents étaient enseignants dans une école du pays située là où Kiri a été érigée. J'y suis donc moi aussi présent depuis ses balbutiements. »


Ses parents étaient une captive et son ravisseur, les deux étaient morts. Il avait une mère adoptive, qui avait été captive après sa génitrice. Pour la référence, néanmoins, il inventa le mensonge des enseignants.

L'atmosphère pesante finit par faire parler Keitei, suite au partage de leurs origines. L'endroit lui semblait trop calme, peu conforme aux autres établissements du genre. Sabaru l'avait prévenu, mais il semblerait que le géant ait sous-estimé les propos du déchaîné.


« La clientèle a changé, je te l'ai déjà dit. Si ça te dérange, on peut remettre ça à une autre fois, et à un autre endroit. »


D'une traite, il descendit le reste de son verre — un bon trois-quarts restait — puis le reposa sèchement sur le bois du comptoir. Il n'était pas vraiment contrarié par le fait que la soirée touchait probablement à sa fin ; il n'en avait pas attendu grand chose dès le début. Une occasion de ne rien faire en en apprenant plus sur quelqu'un de fort, voilà tout.


« C'est toi qui paies, n'oublie pas. »


Ce simple rappel à l'ordre, prononcé alors qu'il était plongé dans la contemplation du verre vide devant lui, suffisait à exprimer sa profonde méfiance. Peut-être que le gamin voulait tout simplement s'en aller, déçu par le bar, sans payer. Il n'était pas question de se faire entourlouper de la sorte, pas quand on était Sabaru.



_________________


« Honneur, justice, traditions. Des chaînes, pour les ignorants. »
#cc0033

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Lun 14 Jan 2019 - 22:33
Je restais calme par rapport au fait qu'il soit né à Mizu. J'étais un peu déçu, moi qui espérait pouvoir écouter des histoires de contrées lointaines. Bon, mon imagination débordante agit peut-être un peu, il était rare qu'une personne actuellement à Mizu vienne d'ailleurs. Mais si c'était le cas, je serais ravi de faire leur connaissance, après tout je n'avais pas réellement de préjugés pour ces étrangers, au contraire j'ai envie de les rencontrer et de devenir amis avec eux. Bon, j'étais plutôt large sur ce sujet, c'est vrai, mais bon. J'avais envie de voyager moi, alors c'était normal !

"-Enseignants ? C'est super, j'aimerais pouvoir essayer de l'être un jour, enfin, enseigner quelque chose hehe. Moi mes parents dirigent un petit dojo où on n'y apprend du Taijutsu. Les bases des bases, vu que peu de gens s'y intéressent réellement !"


Je continuais à boire calmement mon eau. Bien sûr, il y avait une raison pour laquelle je ne buvais pas d'alcool ou de choses néfastes. J'étais certain que ces choses néfastes donnaient des effets néfastes au corps humain, et plus précisément des sortes de déchets qui se stackent pour détériorer le corps. C'était peut-être une des raisons pour laquelle mon corps était aussi bien sculpté ? Et que mon endurance était si bonne ? Peut-être, peut-être pas. En vérité ce n'était peut-être qu'une petite croyance, mais je préférais le faire, c'est tout.

"-Hmm, pourquoi pas remettre ça à une autre fois, ouais. Ah, et la prochaine fois on fera un VRAI combat, hehe."


Je souriais à pleine dents, un regard farouche porté à l'encontre de mon interlocuteur. Si jamais on devait se battre de nouveau, je laverais le sol avec son corps. Enfin, en tout cas, c'est ce que mes pulsions de combattants veulent sur moi. J'aimerais vraiment me battre sans retenir mes coups face à cet homme, mais est-ce que ça allait être aussi facile qu'il n'y paraît ? Honnêtement, j'en doutais. Mais tant que j'avais ce plaisir qui faisait vibrer mon âme.

"-Ahah, t'en fais pas j'ai pas oublié."

Je me relevais calmement de ma chaise, jetant quelques pièces qui suffiraient à payer nos boissons, et je commencer à partir hors du bâtiment en premier, laissant quelques mots derrière pour mon nouveau camarade. Après tout, il fallait bien qu'on se retrouve à un endroit donné pour notre bagarre à l'octogone, n'est-ce pas ?

"-Rendez-vous dans quelques jours au terrain d'entraînement, on se battre réellement hehe !"

_________________
A fighter enjoys the thrill of battle and the taste of blood. He fights for pleasure, not out of pain.
You live for battle. You thrive on glory. You need nothing else, for what else is a warrior but the sum of his battles.
You continue your path. Known by many names, but mostly known by what you leave behind.
In your wake is nothing. You know no family. Your joy is the clash of steel, the spray of blood, the carnage of killing.
Loneliness is a success. It means everything has fallen to you already.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Jeu 17 Jan 2019 - 17:47

Le bras de fer
ft. Tashida Keitei

Le grand gaillard s'était levé, acceptant la proposition de son aîné de remettre leur soirée à plus tard. Intérieurement, il était un peu soulagé ; s'il n'abhorrait pas la compagnie de Keitei, il n'en était pas non-plus très friand. Il était certes sympathique, ce qui était indéniable, mais il n'appartenait pas du tout au même monde que Sabaru, en dehors de leurs similitudes concernant leur rigueur d'entraînement. Il pourrait ainsi rentrer plus tôt que prévu, afin de ne pas déranger sa mère en la réveillant lors de son retour.

Il se contenta de hocher la tête aux propositions du jeune homme, en regardant les pièces qu'il venait de lâcher sur le comptoir. Il voulait un combat, un véritable affrontement, pas une escarmouche de basse volée comme celle qu'ils avaient eue plus tôt dans la journée. Très bien, nous mettrons les choses au clair, si tu le souhaites, pensa-t-il.

« Je ne viens que très rarement sur ces terrains d'entraînement publiques. Je me doute que toi, tu y es régulièrement. La prochaine fois que je viendrai, je serai donc sûr de t'y trouver. On se mesurera l'un à l'autre ce jour-là. »

Sa voix ne trahissait aucun enthousiasme, ni aucune lassitude. Il prononçait sa phrase sur le ton des banalités, jouant avec son verre dans sa main droite, le liquide ambré remuant dans le contenant. Il n'était pas vraiment pressé de livrer ce fameux match retour. Avec son introduction laborieuse dans l'Équipe 5, les missions qui se préparaient, l'entraînement en général et ses recherches de petits boulots, il n'avait pas beaucoup de temps. Autant dire qu'il le dépensait souvent à faire des choses constructives, et qu'un combat n'était pas la première de ses priorités. Il n'y manquerait pas, lorsqu'il serait libre — et qu'il se sentirait prêt à affronter quelqu'un de la trempe de Keitei, qu'il ne fallait pas prendre à la légère.

La porte se l'établissement se referma derrière le jeune homme, laissant Sabaru seul à l'intérieur avec la poignée d'autres clients et le tenancier qui semblait lui aussi soulagé. L'ouragan Keitei était passé et n'avait causé aucun dommage.

« C'est certes silencieux, mais ça ne me dérange pas, tu sais. »
« Alors viens plus souvent. Je ne cracherai pas sur un client régulier un peu plus bavard. »
« J'y comptais bien. Je n'aime pas vraiment quand c'est trop agité, de toute façon. »


Hochement de tête, le vieil homme est satisfait. L'ambiance survoltée n'était pas vraiment de son goût. Un établissement à l'ancienne, calme et qui servait de bonnes choses lui suffisait amplement.

Le verre ne fit pas long feu, bien que le genin ait pris le temps de discuter avec l'homme qui lui faisait face. Puisqu'il ne fallait pas abuser des bonnes choses, il mit fin à la soirée dès lors qu'il déposa son verre vide sur le comptoir de bois. Il n'avait jamais été saoul, et ne comptait pas s'essayer à ce genre de déboires ce soir-là — ni même jamais, puisqu'il avait horreur des gens saouls en général. Un verre pour se réchauffer, pour digérer, pour décompresser. Jamais plus. Il se leva donc, puis s'en alla en faisant signe au vieil homme, de la main gauche.

Il ne perdit pas non-plus de temps sur le chemin du retour. Le déchaîné n'était pas un homme qui contemplait les étoiles ; il se concentrait sur le concret. Et ce qui l'était, à l'instant même, c'était qu'il avait besoin de se reposer pour reprendre sa routine infernale dès le lendemain.


Fin du RP



_________________


« Honneur, justice, traditions. Des chaînes, pour les ignorants. »
#cc0033

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4959-no-sabaru-i-think-therefore-you-are http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5018-no-sabaru-suivi-rp-relations

Le bras de fer -- ft. Sabaru

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: