Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Le mythe du bon sauvage [Sae]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Lun 7 Jan 2019 - 0:13
La nuit fut courte, et difficile. Le repos ne vint pas facilement à Toph.

Il fallait avouer que la veille avait été mouvementée. La traitrise de Senku. Le départ des Hayashi. La condamnation de Tenshi. D'abord, Toph avait été boire un verre avec Shin-san. Puis, ce fut le Tsuchikage en personne qui l'accosta. Et une fois dans son lit... elle repensa à toutes les émotions et morphée ne vint tout simplement pas toute de suite à sa porte.

Dans ces songes éphémères, aux limbes du sommeil, la Hyûga avait réfléchit à beaucoup de sujets. L'un d'entre eux était sa propre responsabilité dans toute cette histoire. Certes, Senku avait bel et bien essayé quelque chose. Mais elle avait fait jeu de Tenshi sans le savoir. Et elle avait voté contre son sensei. Il lui paraissait plus clair maintenant que ce vote était la bonne chose, même si ce n'était pas la chose facile à faire.

Ce vote était un début, il y avait d'autres responsabilités à prendre. Dans sa liste, une chose particulière était placée assez haut. Le sujet était Yaoguai Sae. Une membre de la famille de Senku qui avait décidé, tout à son honneur, de rester à Iwa. Toph posa des questions pour savoir où la trouver - ce qui prit plusieurs heures et une dizaine de kage bunshins. Enfin, elle trouva sa trace au marché.

Elle l'accosta en douceur.

Bonjour Sae-san. Je suis Toph, j'ignore si tu me connais, je suis... j'étais l'élève de Senku-san.

Elle s'inclina respectueusement devant la Yaoguai avant de se relever. Puis, elle tourna de la tête, repéra un petit stand de ramen qu'elle désigna à Sae de son pouce par-dessus son épaule.

Si cela ne te dérange pas, on peut aller manger un petit morceau à cette échoppe et discuter un peu ? J'essaierai de ne pas prendre trop de ton temps. C'est moi qui invite.

Elle attendit la réponse de la jeune sauvageonne avant de l'y emmener, ou de reprendre son chemin. Après tout, elle était libre de refuser et Toph avait jouer un rôle prépondérant dans l'exil de Senku et le départ des Hayashins. Elle aurait toutes les raisons de lui en vouloir, et c'était précisément pour cela que Toph venait lui parler.

C'était son devoir.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Mer 9 Jan 2019 - 2:15
Le mythe du bon sauvageft. Hyûga Toph


Morphée n'avait pas voulu de moi cette nuit, il m'avait laissé à son terrible frère Epialès, ce dernier s'était joué de ma personne en me torturant dans mes songes. Mon corps était épuisé, jamais de ma vie j'avais ressenti une telle fatigue auparavant même l'usage des Portes Célestes me semblaient moins exténuantes.

Les premiers rayons du soleil qui avaient pu pénétrer dans ma chambre avaient entériné toute tentative de sommeil. Je ne serais pas dire combien de temps j'étais restée assisse sur mon lit à regarder le mur d'en face, les bras autour de mes jambes que j'avais repliées sur ma poitrine. Aucunes larmes n'avaient coulé en cette matinée de profonde solitude, je n'en avais plus en stock à cause de la veille. La seule chose que je faisais, consistait à faire des bruits étranges avec ma bouche comme pour essayer de briser le silence accablant qui m'entourait.
Il avait fallu que mon ventre gargouille pour que je me décide de quitter cette pièce qui commençait à sentir le renfermer. La faim m'appelait, et j'allais écouter cette dernière ne pouvant pas dépérir ne serait-ce que par respect pour les ancêtres qui s'étaient battus pour notre liberté.

Errant dans les ruelles adjacentes du cœur commerçant, je marchais d'un pas lent, car mes pieds me faisaient encore souffrir. La veille, nu-pieds j'avais marché dans les avenues, rues, ruelles de la cité militaire du pays de la Terre jusqu'à épuisement, j'y avais fait la rencontre du responsable du bannissement de mon cousin au cimetière du village. Un moment très particulier contenu des péripéties qui s'étaient produites le jour-même. Pendant que je me remémorais cet échange nocturne avec le chef d'Iwa, je m'étais retrouvée dans le poumon économique du bastion fortifié. Beaucoup me regardaient avancer vers les étales en quête d'un repas pour me redonner un peu de baume au cœur. Je n'arrivais pas à soutenir ces innombrables regards qui m'épiaient, ils savaient tous qui j'étais, mais moi je ne savais rien d'eux. Sans le vouloir, j'étais devenue l'attraction du moment, l'unique Yaoguaï qui était restée à l'instar de certains shinobis n'ayant aucune affiliation avec notre clan de sauvages. Je n'avais pas d'autre choix que d'accepter mon triste sort et d'attendre que cette histoire se tasse et que l'on m'oublie.

Entre ces murmures qui m'entouraient une nouvelle fois, une voix audible m'interpellait. Une adolescente se présentait à moi avec une certaine gêne puisqu'elle s'inclinait face à moi. J'avais déjà pu observer depuis mon arrivée à plusieurs reprises cette façon qu'avaient les gens pour se saluer, une méthode qui n'existait pas dans mes lointaines contrées qui n'étaient plus aujourd'hui. Quand elle avait prononcé le prénom de mon cousin germain, je ne pouvais m'empêcher de me pincer les lèvres. D'une certaine manière, il fallait que j'en fasse le deuil et l'une des premières choses à faire était de ne plus entendre son prénom ainsi que celui de son frère cadet.
« Bonjour Toph. » Je marquais un petit temps d’arrêt pour mieux saisir les traits de son visage. « Je me souviens de toi, tu étais présentes aux portes hier tu te tenais non loin de notre Tsuchikage. »
Son ancien sensei puisqu'elle parlait de lui au passé, avait eu des mots pour cette jeune fille, il avait été sa plus grande fierté pour reprendre ses paroles. Elle avait dû compter pour lui, car le peuple sauvage des bois éprouvait des difficultés à s'attacher avec les étrangers.
L'adolescente me proposait de déjeuner avec elle afin de pouvoir discuter un peu. J'affichais une expression mi-figue mi-raisin, car un peu de compagnie ne me ferait pas de mal, mais l'envie d'être seule était présente. Néanmoins, je suivais la première option, s'il avait pu – l'appeler par son prénom était trop dur – donner sa confiance à cette iwajine, alors je pouvais lui accorder un peu de temps pour un entretien autour d'un repas chaud.
« D’accord, j'accepte ta proposition, mais je ne serai pas de très bonne compagnie. » Lui disais-je en lui précisant que je ne serais pas l’invité idéal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Mer 9 Jan 2019 - 22:50
Toph constata que si Sae était ouverte à la discussion, elle était un peu sur la réserve. Sans conteste, elle ne devait pas être très contente de la situation. Triste ? Probablement plus que Toph qui n'avait perdu que son maitre. Sae avait du dire aurevoir à sa famille, et le crâne semblait également porter une signification plus profonde. Elle ressemblait aux autres Yaoguai que la Hyûga connaissait. Elles s'installèrent au stand de ramen. La jeune kunoichi passa commande et pris également des boissons. Ce fut après un petit silence et deux gorgées de thé qu'elle lâcha la première information.

Elle se présenta, de manière complète.

Je suis la représentante du clan Hyûga, et à ce titre, j'ai ma place au Conseil de la Roche. C'est à ce conseil qu'on a voté le départ de Senku, et indirectement, celui des Hayashins.

Elle baissa les yeux dans son bol de ramen, et en mangea plusieurs cuillères. Le bouillon était épais, gras comme il le fallait, et des petits morceaux de viandes étaient disponibles au milieu des nouilles. Comme Toph l'appréciait. Elle reprit la parole.

Senku a fauté, mais j'ai ma part de responsabilité dans la tristesse que tu dois ressentir. Aussi, comme je suis responsable et à la fois endetté envers mon ancien sensei, j'aimerais m'assurer que tout se passe bien pour toi, que tu t'intègres correctement au village, et que tu aies au minimum un toit décent sous lequel dormir. Peut-être t'aider à des tâches administrative si la paperasse te rend un peu confus. C'est... la moindre des choses pour repayer Senku-San.

Somme toute, elle lui proposait de la prendre sous son aile et sa responsabilité. C'était une offre généreuse, car si Toph ne manquait de rien matériellement parlant de par la richesse de son clan, elle ne disposait du temps en quantité limité. En proposant ainsi son aide et sa protection à Sae, elle donnait ce qu'elle manquait le plus.

Et cela lui semblait tellement insuffisant par rapport à tout ce que Senku lui avait apporté. Elle veillerait au bien-être de Sae. Même si cette dernière refusait l'offre, Toph garderait un oeil sur elle et s'assurerait que rien ne se passe de trop mal. Ni que personne n'essaie d'abuser d'elle.

Elle releva les yeux et fixa la Yaoguai.

N'hésites surtout pas à me demander de l'aide, quelque que soit le sujet. J'en ferais mon devoir, sur mon honneur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Mar 15 Jan 2019 - 0:07
Le mythe du bon sauvageft. Hyûga Toph


Mon estomac réclamait pitance, mais l'envie de porter la cuillère à ma bouche n'était pas présente, bien au contraire je remuais les ramens avec cette dernière, le regard dans le vide. Le petit bout de femme qui m'avait invitée, se présentait à moi et mon cœur se serrait de lui-même en entendant les paroles de mon interlocutrice.
Je n'étais clairement pas familière à la politique de cette cité militaire, mais le « on » qu'avait prononcé celle qui se disait être la cheffe et représentante de son clan laissait entendre qu'elle avait eu un rôle dans le départ des miens, ou plutôt le bannissement de mon cousin. Était-ce des remords ? Se sentait-elle obliger de prendre de mes nouvelles, d'avoir un œil sur moi ? Ces deux questions que je me posais, m'amenais à une seule conclusion, elle avait pitié de moi, car Iwa m'avait privé de ceux qui partageaient mon sang ou mes coutumes.

Entendre le nom de mon cousin m'était insupportable. Le fait de savoir que je ne le reverrais pas avant un très long moment me comprimait davantage la poitrine. En restant ici, j'acceptais de couper les liens avec les autres sauvageons, en échange de ce sacrifice je ne demandais qu'une seule chose, que l'on ne me parle plus d'eux.
« Ne prononce plus son nom pour commencer. Je ne sais pas comment fonctionne cette cité pour le moment, mais là d'où je viens quand quelqu'un est banni on l'oublie de nos souvenirs, de nos histoires, il n'existe plus, il n'a même jamais existé. » Disais-je en lâchant la cuillère.
Deux sentiments étaient mélangés dans le son de ma voix, de la colère et de la tristesse. Je tournais légèrement le buste pour regarder la jeune adolescente, même si elle avait beau faire partie du conseil du village caché de la Terre, je n'allais pas me faire prier pour dire certaines choses. Les usages vis-à-vis des grades supérieurs n'étaient pas encore quelque chose de très ancré dans ma façon d'agir avec les autres iwajins composant l'armée shinobi.
« Dis-moi, as-tu eu un rôle dans cette tragédie ? Tu as dit, je reprends tes mots on a voté le départ, as-tu voté pour ou contre ? » Lui demandais-je d’un ton un peu plus neutre, mais je la fixais avec mes grands yeux verts.
Ce qu'elle allait me dire, n'allait rien changer, et puis je n'avais pas besoin de connaître les raisons, je voulais juste voir si j'avais quelqu'un d'honnête en face de moi qui n'hésiterait pas à me dire si elle était responsable ou non de ma tristesse qui était tout simplement un dommage collatéral.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Sam 19 Jan 2019 - 12:35
Toph n'eut pas une réponse aisée de la part de l'Hayashin. Les émotions étaient à fleur de peau. Il y avait certainement une meilleure façon de faire que Toph avait ignorée. Ou alors était-ce sa culture qui était différente de la sienne. Difficile à dire, Toph n'était pas une mentaliste, elle n'avait que quatorze ans et bien trop de responsabilité pour son âge. Mais elle se devait de clarifier certains points.

Ce n'est pas le cas à Iwa. Ses exploits passés ne seront pas oubliés, sa mémoire n'est pas effacé et il n'y a aucun interdiction de parler de lui, ni tout ce qu'il a donné pour ce pays.

En l'essence, c'était ce qui l'avait sauvé d'une exécution sommaire. Senku avait été un fervent défenseur du village, et si cela n'excusait pas de préparer à tuer son propre Kage, cela lui donnait de la marge vis-à-vis de sa punition. Mais cela, Toph ne préférait pas l'expliciter à l'oral tout de suite. La Hyûga sentait de la colère dans les propos de Sae. De l'indignation aussi ? Elle devait avoir été proche de l'Ostrogoth.

Je suis membre du conseil, je porte la responsabilité de la décision quelque soit mon vote personnel. Mais oui.

Toph respira un bon coup. Cela devenait de plus en plus facile d'assumer ce qu'elle avait fait, malgré qu'il s'agissait de son propre sensei. Elle n'avait pas à reculer, elle n'avait rien à caché. Sa douleur personnelle était là, mais elle ne l'influençait plus. Elle apprenait à être zen. Elle reprit la parole de manière claire et sans flottement.

J'ai voté pour exilé un traitre qui complotait pour renverser le Tsuchikage.

Et si cela déplaisait à Sae... Et bien Toph accuserait ses foudres. C'était les conséquences de son vote, elle ne comptait pas fuir ces répercussions. Au contraire, s'il y avait des doléances à entendre, cela serait également son rôle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Dim 27 Jan 2019 - 15:31
L'adolescente n'était pas de mon avis, apparemment ici on n'oubliait pas ceux qui étaient bannis grâce à leurs faits d'armes. Bien étrange cité que de procéder de cette manière.
Qu'il en soit ainsi, ces hommes et ces femmes se refusaient d'oublier le nom de mon cousin, je n'allais pas les forcer à le faire, j'avais d'autres batailles à mener et celle-ci n'en était pas une. Je regardais mon bol de ramen quelques instants, sentant la chaleur de la nourriture réchauffer mon visage.

J'avais demandé à ma voisine de table si elle avait eu un rôle dans ce que je considérais comme une tragédie. Même si elle était haute comme trois pommes et qu'elle n'était pas encore une femme, la jeune Hyûga m'avouait qu'elle était directement liée, qu'elle avait donné son vote pour l'exil du Guerrier de 1000 ans. Je serrais fortement les mâchoires pour éviter que quelque chose de malencontreux sorte de ma bouche. Au moins, la gamine avait été honnête avec moi, elle ne s'était pas cachée derrière je ne sais qu'elle subterfuge politique.
Cet endroit m'étonnait de jour en jour, des enfants pouvaient avoir du pouvoir et pouvaient même creuser une tombe à un quelconque ennemi. Cette cité qui se disait civiliser ne l'était pas tant que cela, il y avait des zones d'ombres avec des aspects illogiques en somme. Il me faudrait sans doute plusieurs mois avant de pouvoir comprendre comment fonctionnait ce village militaire.

Ma cuillère entrait en contact avec mon bol et j'approchais cette dernière de ma bouche pour y faire glisser le contenant chaud dans ma gorge. Après avoir répété cette manipulation trois fois, je la posais pour me concentrer de nouveau sur l'adolescente à ma droite.

« Pourquoi es-tu ici avec moi ? Depuis hier, je vois nombre de regards méprisants à mon encontre, mais toi tu viens me voir, tu m’invites à partager un repas tout en étant l’une des actrices principales de l’évènement de la veille. » Je m’arrêtais quelques instants de parler afin de me tourner vers la Hyûga. « Le mal de la culpabilité t’a-t-il attrapé, Hyûga Toph ? » Lui demandais-je paisiblement.

Je n'avais pas réellement besoin de lui poser cette interrogation, car l'adolescente malgré ses hautes fonctions au sein du village avait tous les symptômes de ce qui ressemblait à la culpabilité. Parfois cette dernière se cachait sous différents masques pour tromper celle ou celui qu'elle avait envahi de son mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Mar 29 Jan 2019 - 12:50
Sae semblait devenir moins aggressive. Oh, la rancoeur était encore là, mais elle semblait accessible. Elle ne se fermait pas à la conversation. C'était tout ce dont Toph avait besoin pour rester. Elle ne s'attendait pas à de la reconnaissance de la Yaoguai. Encore moins de l'amitié. La sauvageonne portait le même nom de famille et était certainement proche de son sensei - c'était le genre de relation qui rendrait la tâche difficile, si pas impossible.

Elle demanda si Toph faisait tout cela par culpabilité. La Hyûga eut envie de mentir, de cacher ses sentiments et ses conflits internes. Mais elle se décida contre cela. En outre, elle fronça des sourcils. Visiblement, des éléments du village dévisageaient. Ce n'était pas une bonne chose.

Quand bien même je voudrais le nier, je ressens effectivement de la culpabilité d'avoir exilé mon sensei. Nous étions proches, quel monstre je serais de ne rien ressentir le lendemain. Mais ce n'est pas ceci qui motive avant tout ma visite. Je suis responsable, donc j'assume les conséquences. Tu es la première. J'ai planifié de visiter tous les Hayashins shinobis qui sont restés pour m'assurer notamment que personne ne les dévisage ou qu'ils ne subissent point d'harcèlement. Si ce n'est pas le cas pour toi, c'est que des actions sont à prendre.

Toph fronçait toujours les sourcils. La première Hayashin qu'elle visitait n'avait donc pas de bonne nouvelle à lui apporter. Il faudrait faire une campagne d'information - certains appeleraient cela de la propagande - ou pousser en avant certains des hayashins pour en faire des exemples à suivre et, par voie de fait, prouver à la populace qu'ils étaient des shnobis comme les autres.

La Hyûga espérait également que rien que le fait de partager un repas ensemble en publique pourrait aider à la réputation de la Yaoguaï. Si elle était en de bon terme avec un membre du conseil, cela ne pouvait pas être quelqu'un de mauvais, pas vrai ? Toph avait sa propre réputation galopante au sein du village, et si cela la gênait de temps à autre d'être reconnue par des inconnus, elle était suffisamment consciente des enjeux pour ne pas en profiter de temps en temps. Surtout si cela profiterait à quelqu'un d'autre.

Mais en attendant il fallait un peu plus d'informations sur la situation de Sae.

Je m'en occuperai personnellement. As-tu été victime de violence - physique ou verbale ?

Puis, elle avala plusieurs cuillères. Si cela avait été le cas, Toph irait derechef chez Etsuko-san pour faire arrêter les coupables et rendre un jugement rapide. La question, et la réponse, était importante. Cela permettait de prendre le poul de la population, d'une part, et cela montrait la rigueur avec laquelle la Tengu était prête à aller dans son inspection.

Tout le monde n'est pas au courant, et des fausses informations circulent. Iwa n'a rien contre les Hayashins qui ont décidés de suivre mon sensei. Et Iwa n'a rien contre les Hayashins qui ont décidé de rester. Bien au contraire. J'ai du respect car l'un comme l'autre choisir n'est pas facile, et le tout s'est passé pacifiquement. Je ne peux rien faire pour ceux qui sont partis... mais pour ceux qui sont restés, le minimum est de veiller à ce que l'intégration se passe bien.

Et Toph but quelques cuillères de bouillon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Dim 3 Fév 2019 - 21:36
Un léger sourire s’affichait sur ma mine fatiguée. L’adolescente que j’avais en face de moi ne connaissait pas le caractère des femmes Yaoguaï, ce n’était pas quelques regards de travers ou des murmures qui allaient me briser. Quand bien même si un individu osait s’en prendre à moi de manière physique, qu’il essaye, je n’hésiterai pas à répliquer et à faire verser le sang quitte à ce que le mien soit aussi exposé sur le sol rocheux de la cité du pays de la Terre.

« Ne t’en fais pas pour moi, si des comportements menaces ma personne, je saurais quoi faire, mais également comment arrêter cela. » Je laissais transparaître une légère once de violence afin que mon interlocutrice sache que je n’étais pas un petit chevreau sans défense.

Triste, j'étais. Néanmoins, je n'étais pas pour autant prête à me laisser faire par les individus qui peuplaient les rues et ruelles du village répondant au doux nom, d'Iwagakure no sato. Pour le moment je ne disais rien, car je n'en avais pas la force pour être honnête, mais courber l'échine ne serait que chose éphémère.
Je remettais dans ma position initiale mon buste face à la table-comptoir de l'échoppe où nous déjeunions moi et l'adolescente. Avec le poing de ma main, je posais ma tête sur ce dernier afin qu'elle soit maintenue. Mes doigts fins et longilignes caressaient la céramique du bol, n'ayant plus d'appétit il fallait que je trouve une activité à mes deux mains si ces dernières ne m'étaient plus utiles pour me restaurer.

Je pourrais continuer la discussion avec celle qui représentait son clan, mais au fond de moi je trouvais cette dernière inutile. Les arguments exposés par la jeune femme en fleur montraient encore une certaine candeur dans sa façon de voir les choses. Des iwajines avaient trahi les leurs pour suivre les miens, et des hayashijine avaient fait le choix inverse, la méfiance sera dans les deux camps et il sera difficile de la faire disparaître. Ainsi était l'homme, méfiant, arrogant et surtout égoïste.

« Dis-moi Toph, qu’est-ce que cela fait d’être une femme avec des hautes fonctions surtout à ton âge ? » Lui demandais-je le regard dans le vide.
Il n'y avait pas de réelles convictions dans le ton de ma voix, néanmoins j'éprouvais tout de même une certaine curiosité vis-à-vis du statut de l'adolescente. Des hommes plus âgés ne devaient pas voir d'un très bon œil qu'une gamine même si elle n'en était plus une, soit aussi haute dans l'échelle hiérarchique de la cité militaire. Les femmes n'étaient jamais la bienvenue pour ces postes, alors combiner l'âge précoce de mon interlocutrice, les envieux devaient être nombreux. D'une certaine manière, celle qui représentait les Hyûga au conseil devrait plutôt faire attention à ses arrières pour éviter de se faire surprendre par une personne cupide d'ambition que de s'occuper du bien-être d'étrangers même si cela était à son honneur.

Les serpents se cachent dans les herbes, ils peuvent aussi le faire dans les zones rocheuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Sam 9 Fév 2019 - 17:08
La répartie de l'Hayashin plut à Toph. Elle était une femme forte. Dans un moment de faiblesse, certes, mais une femme forte envers et contre tous. Elle esquissa un sourire, non pas qu'elle s'amusait de sa réaction, mais cela amusait Toph d'imaginer le résultat d'une rencontre entre celui qui oserait essayer de lui faire du mal et cette cousine de Senku - dont elle était proche en terme de mentalité.

Préviens-moi avant que tu ne les tabasses, les bons divertissements se font rares à Iwa.

Oh, elle devrait certainement arrêter la Yaoguaï pour la forme si elle assistait à la scène. Mais disons que certains actes administratifs... pouvaient prendre du temps. Au moins le temps de quelques fractures. Si Toph avait pris du galon, elle n'avait pas oublié pour autant ses origines. Elle aimait la castagne même si... Elle devait se limiter désormais. L'acier avait un mordant qui ne pardonnait pas, contrairement aux poings.

Petit silence. La Yaoguaï ne semblait pas être disposée à continuer la conversation sur ce sujet. Elle en entama une autre - ce que Toph prit comme un encouragement. La membre du conseil s'arrêta pour réfléchir à la question - qui n'était pas si simple que cela. Elle ne voulait pas répondre une sottise. Enfin, elle se lança.

C'est un fleuve qui se déchaine. Tu peux te débattre, mais tu t'y noies. Tu peux essayer de d'arrêter, de prendre du recul et d'observer autour de toi, mais tu serais juste désorientée et emportée. En réalité, il n'y a pas d'autres choix que de plonger et de se laisser faire. C'est la meilleure façon d'avancer.

Et avancer, Toph le faisait. La vengeance sur Tetsu approchait à grand pas. Toph y avait contribué et participerait elle-même à l'offensive. Elle en avait hâte, ses sabres réclamaient justice pour Yoshitsune, Musashi et tous les autres. Assurément, cela n'allait pas être sans danger - d'autant plus que cela ne serait pas qu'une vengeance mais également une invasion du pays. L'annexation ne serait pas aisé. Une fois cela fait... Toph se tournerait vers son propre clan et en prendrait la direction.

Elle avait fort à faire, mais elle ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin.

Elle finit sa contemplation silencieuse en vidant son bol de ramen et demanda au marchand de lui servir une limonade.

Mais, après tout, Iwa est fortement représentée par la gente féminine. Le conseil est composée de trois kunoichi pour un seul shinobi. Et même si je n'apprécie pas toujours ses méthodes, on ne peut nier les compétences d'Etsuko. C'est très certainement le meilleur shinobi du village... et une kunoichi de surcroit. Toi comme moi pouvons viser les sommets sans devoir souffrir d'un frein purement sexiste.

La métrique n'était pas tout à fait bonne, car une place était vide - celle de Senku. Il n'y avait pas de Conseiller de Guerre - le titre publique du responsable des Tengus. Mais personne n'était désigné à le remplacer pour le moment et par conséquent la majorité féminine était écrasante. S'il y avait un village dans lequel être une femme n'était trop dérangeant, c'était bien Iwa.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Lun 11 Fév 2019 - 21:28
C'était donc les femmes qui avaient eu la tête de mon honorifique cousin ! Comme quoi, les hommes ne s'attendaient jamais à se faire vaincre par le sexe opposé. Même si cela me rendait folle de rage de voir mon sang se faire bannir, le fait que le résultat avait été la volonté de femme me faisait doucement sourire intérieurement. Peut-être que la cité militaire du pays de la Terre n'était pas aussi horrible que je le pensais ? Néanmoins, il était encore trop tôt pour moi de me faire une opinion définitive sur le village, je n'avais encore vécu assez longtemps derrière les imposantes murailles du bastion.

« C’est bon à entendre, ça me sera surement utile à l'avenir. » Disais-je à l’adolescente qui m’avait invitée pour ce repas.

Le ninja le plus fort du village était une femme. Une prénommée Etsuko. Malheureusement, je ne voyais pas de qui elle parlait, peut-être que cette kunoichi avait été présente lorsque tout Iwa c'était rassemblé devant les portes imposantes et puissantes de la cité ? Mais je n'avais pas l'esprit à mémoriser les visages des gens qui avaient été là hier dans l'après-midi. Le fait que cette femme soit considérée comme la plus forte du village me faisait tiquer d'une certaine manière. Si elle possédait une force suffisamment importante pour prétendre à ce titre, pourquoi n'était-elle pas la cheffe de la cité shinobi ? Celui que l'on surnommait la Quatrième Ombre était borgne et manchot de surcroit, il n'avait rien d'un homme effrayant, bien au contraire il inspirait davantage la pitié que la peur si on lui enlevait son titre de Tsuchikage.

Le système de nomination pour la plus haute fonction était-elle différente de celle de mon village natal ? À Yaogakure, tout Yaoguaï se sentant suffisamment digne et fort pouvait défier le chef dans un combat où les règles étaient simples. Soit le challenger gagnait et arrivait à défaire le chef pour ainsi prendre sa place, soit il échouait dans sa quête pour le trône avec toutes les conséquences qui allaient avec sa défaite. Peut-être qu'Iwagakure faisait différemment ? Certainement, mais dans ce cas le titre d'ombre n'avait pas de réel signification si le ninja le plus fort n'était pas cette ombre ? Je me perdais dans mes interrogations, je n'avais pas le choix je devais demander à la jeune femme des réponses pour mieux comprendre cette cité.

« Si cette Etsuko est la plus forte pourquoi n’est-elle pas à la place du Borgne ? » Disais-je.

Oui, j’avais surnommé notre Tsuchikage de borgne devant l’un des membres du conseil. Si cela m’était tenue pour rigueur, je plaiderais que je ne savais pas que l’on ne pouvait pas donner de surnoms à ceux ayant une haute fonction, à Yaogakure cela se faisait et n’était pas considéré comme péjoratif.

« Je veux dire par là que même en ayant un bras et un œil en moins, cet homme est toujours l’individu le plus fort du village malgré ses importantes blessures ? » Demandais-je à Toph.

Si Kyôshirô était toujours considéré comme le plus fort avec ses amputations, il n’était pas donc pas un adversaire à prendre à la légère dans ce cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Mar 12 Fév 2019 - 21:54
Toph esquissa un sourire à la question de la Yaoguai. Etsuko, Tsuchikage ? Elle était partagée entre être terrifiée ou amusée de l'idée. Le passé entre les deux kunoichis était tous sauf paisible.

Elle n'en a pas la capacité. En tout cas, pas pour l'instant.

Mais la Yaoguaï posait une question intéressante sur le borgne - d'ailleurs, Toph ne releva même pas son usage du surnom. De son point de vue implicite, le Tsuchikage se devait d'être l'homme le plus fort du village. Or, ce n'était pas nécessairement le cas. Si Toph l'avait longuement cru, elle savait maintenant qu'un Kage se devait être également un leader. Un chef. Un dirigeant, et que cela ne venait pas d'office avec la force ni les capacités au combat. Elle même...

Et bien, honnêtement, Toph était plutôt balèze. Si elle le désirerait vraiment, elle pourrait sans doute vaincre le Kage.

Qu'est-ce que la force ? Dans de bonnes conditions, je suis tout à fait capable de battre notre Tsuchikage en combat singulier, dans une arène imaginaire. J'ai beaucoup combattu, mon don est polyvalent, mes sabres sont affutés. Mais Kyoshiro est fort dans un autre sens.

Ce n'était pas facile pour la jeune fille d'expliquer son ressenti.

Vois-tu, la force n'est pas la seule vertu pour diriger un village. Le Borgne est diminué, certes, mais il a l'expérience pour lui. Il a dirigé la garde du Daimo pendant des années. Il est fin stratège, il sait commander des troupes et avancer en politique. Il force le respect sans même user de force. Etsuko-san... aurait encore beaucoup à apprendre de lui dans ce domaine.

Car oui, il fallait bien revenir à la kunoichi. Après tout, malgré tout ce que Toph en pensait, il n'y avait personne pour nier qu'elle était en ce moment le shinobi le plus puissant du village. Qu'elle ait perdu le tournoi de Kaze n'était pas une bonne indication - elle avait depuis développée des capacités d'eisenin potable, et était passée jonin. Son ascension fulgurante n'avait eu que peu d'égale - peut-être Takumi, à son moment de gloire ? Mais la force ne faisait pas tout, et jamais Toph n'aimerait Etsuko. Elle respectait ses compétences, mais détestait certaines décisions passée.

Jamais elle ne lui pardonnerait.

Kyoshiro est un roc solide, une ancre pour tout le village. Il apporte la stabilité que nul autre n'a réussit à apporter, jusqu'à maintenant. Je ferais tout pour le protéger - il est le seul à l'heure actuel capable de relever Iwa. Je suppose que tu n'as pas eu l'occasion de beaucoup le voir, ou lui parler. Crois-moi, c'est rare, un chef de sa trempe.

Puis Toph vida son verre. Elle s'était un peu emberlificoté dans ses explications. Elle avait eu l'impression de tourner un peu en rond, ou de mal s'expliquer. Le concept n'était pas aisé à retranscrire.

Mais on parlait de force - dis moi quelles sont tes forces à toi, Sae.

Car Toph était toujours intéressée par la sauvage en face d'elle. De plus en plus intéressée - la discussion se rêvelait plus profonde que ce qu'elle avait initialement prévue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Sam 16 Fév 2019 - 13:45
Alors le borgne manchot n’était pas si fort que cela, si même une adolescente pouvait le malmener dans un combat singulier, il était un guerrier risible. Néanmoins, mon interlocutrice me faisait comprendre que la force de celui qui était au sommet de la pyramide n’était pas celle à laquelle je pensais, à savoir la force brute. L’homme était considéré comme un vrai leader, un chef, un guide ou tout autre superlatif pour masquer la faiblesse de son corps au profit de celle de son esprit.

J’étais perplexe, un vrai chef se devait d’être fort physiquement et être capable de diriger avec partialité tout en prenant de bonnes décisions pour les individus qu’ils avaient sous ses ordres, or l’un ne pouvait pas être dissocié de l’autre. Un jour viendrait où quelqu’un aura la force et l’esprit dans ses bagages et sera un bien meilleur leader que ce borgne manchot. Pour le moment, j’émettais toujours de gros doutes sur cet homme qui semblait être fort apprécié de la populace.

« J’ai discuté avec lui cette nuit par pur hasard, pour le moment je dirais que suis perplexe, peut-être que j’ai encore trop ma vision d’hayashijine et que je ne suis pas encore une iwajine. » Je poussais par la même occasion le bol qui contenait la nourriture.

L’adolescente me demandait ensuite des informations sur moi, désirait-elle plus en savoir sur moi et de savoir de quoi j’étais capable dans le fond, si j’étais digne du patronyme que je portais. Peut-être que la Hyuga ne le savait pas, mais j’étais la fille unique du chef du clan des Yaoguaï, homme considéré comme étant le plus fort du pays du Bois, je me devais donc d’avoir une force suffisamment importante pour ne pas déshonorer mon paternel.

« Mes forces ? » Je marquais un temps d’arrêt avant de reprendre. « Je sais me servir d’un katana que ce soit simplement ou bien en y mettant de l’élément vent dessus. Mais, je possède une particularité qui diffère vis-à-vis de mes comparses Yaoguaï sans doute cela doit provenir du côté de ma mère, je sais manipuler le sable de fer à ma guise. » Disais-je à l’adolescente.

J’étais la seule Yaoguaï connue à ce jour capable d’user du magnétisme pour contrôler et plier sous ma volonté ce que l’on appelle vulgairement la limaille de fer. Il n’y avait eu qu’un précédent au sein de mon clan et c’était la déesse guerrière, c’était à cause de cette similarité dans l’usage du sable de fer que l’Ancienne avait décrété que j’étais la réincarnation de cette dernière et que j’étais de son ascendance également. C’était un lourd poids à porter, mais également un grand honneur que peu de Yaoguaï pouvait se targuer d’avoir.

« Et toi ? Tu as parlé de sabres il y a quelques instants. » Lui demandais-je en me tournant vers la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Sam 16 Fév 2019 - 23:05
Toph écouta attentivement son interlocutrice. Son avis sur le Tsuchikage était partagé. Soit. Elle n'influencerait pas la genin d'Hayashi. Elle la laisserait faire son propre avis. Puis, elle décrivit sommairement ses capacités. La première pensée de la Hyûga fut de constater qu'elle ressemblait fort à son amie Hisa qui maitrisait également le kenjutsu et le futon, bien qu'elle était d'ascendance samourai.

Ha le kenjutsu et le futon, une combinaison assez fréquente et très potente. Quant au sable de fer, j'ai moi-même affronté un manipulateur de cet élément il y a de cela une bonne année. Une affinité intéressante.

C'était un Metaru de kumo qu'elle avait affronté au tournoi de Kaze. Un match très intéressant qu'elle avait gagné sur le fil du rasoir. Elle pourrait donner des conseils à la Yaoguaï. D'ailleurs, Toph avait un parchemin futon basique que la Yaoguaï pourrait peut-être apprendre... Elle passa la main à l'intérieur de son kimono et y trouva un ensemble de parchemins. Oui, il y était. Toph eut un sourire tandis que la jeune sauvageonne lui demandait quelles étaient ses forces à elle.

Hum, je suis difficile à cataloguer. Je suis une Hyûga, ma famille est célèbre pour son doujutsu et ses projections de chakra. Ceci dit, contrairement à la majorité de mon clan, j'utilise ce don non pas avec le taijutsu, mais avec des sabres tout comme toi, ou mélangé avec l'élément doton. J'ai poursuivi mon apprentissage du kenjutsu pour atteindre le niveau de maitrise des samourai avec lesquels je partage beaucoup de vision philosophique. J'ai également d'excellente bases en sensorialité et en traque. Si tu t'en sens capable, on pourrait s'affronter dans un petit match.

Les yeux de Toph pétillaient d'intérêt. Elle lançait régulièrement ce genre de challenge aux shinobis d'iwa. Combien de ses collègues avait-elle déjà affronté ? Elle perdait le compte. Elle avait beaucoup appris, elle s'était améliorée, mais sa quête de perfectionnement n'était pas terminée. Elle comptait encore et toujours s'améliorer.

Au passage, si un de ces domaines t'intéressent, n'hésite pas à passer à mon dojo Jishin dans le domaine Hyûga. Je partage volontiers mon savoir à tout shinobi d'iwa. Certaines techniques samourai sont également faisables avec l'élément futon.

Apprendre était d'or et déjà une passion pour Toph.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Dim 17 Fév 2019 - 23:31
L’adolescente m’énumérait ses forces, mais mise à part les mots « kenjutsu » et « doton » le reste m’était complètement inconnu, je ne savais pas du tout de quoi elle me parlait quand elle m’expliquait avoir le dojutsu familial et qu’elle faisait des projections de chakra avec ses armes. Nous n’avions pas cela à Yaogakure, beaucoup s’initiait à l’arcane des portes célestes, mon père avait refusé que je fasse partie des heureux élus, à cause de mon sexe, une femme n’avait pas à savoir utilisé ce qui faisait d’un homme sa force. Si mère avait été encore de ce monde, elle aurait certainement obligé mon paternel à me prendre comme élève, mais avec des « si » on pouvait mettre Hayashi no Kuni en bouteille.

Avec perplexité, j’observais la jeune fille qui en profitait également pour n’annoncer qu’elle enseignait dans son Dojo. La proposition était fort sympathique, mais je ne savais pas ce qu’était qu’un dojo ? Il y avait bien trop de termes qui m’échappaient depuis mon arrivée à la cité militaire, les choses étaient bien trop compliquées, Yaogakure était quand même plus simple, la vie y était plus facile, là tout était compliqué et tortueux. A croire que les gens ici n’aimaient pas la simplicité. Toph m’avait également parlé de samouraïs, j’avais déjà entendu ce mot quelque part, mais où cela avait-il bien pu avoir lieu ? Je fronçais les sourcils pendant que je réfléchissais sans pour autant prévenir pourquoi je faisais cette affreuse mine à mon interlocutrice. Pourtant, j’étais sûre et certaine que c’était à Iwagakure no satô, quelqu’un m’avait dit qu’il voulait s’orienter vers la voie des samouraïs. Bingo !

« On m’a parlé de la voie du samouraï, un certain Sin, Shouin ou Shin, je ne m’en souviens plus très bien, un homme couvert de cicatrices. » Je marquais un temps d’arrêt.

J’aurais dû m’en souvenir, j’avais pourtant fait un rituel sacrificiel chez lui en donnant à mes ancêtres une chèvre en offrande. Décidément moi et les noms nous ne faisions qu’un. Cet homme m’avait dit que les samouraïs se servaient de katana, mais cela était différent, il ne s’agissait pas du même usage que je pouvais faire avec mon sabre.

« Qu’est-ce qu’un samouraï en quoi cela diffère de moi et de mon art du katana ? » Demandais-je à l’adolescente, car j’avais envie d’en savoir davantage.

Évidemment, je ne comptais pas devenir l’un des leurs, j’avais d’autres objectifs et mon art du sabre me convenait parfaitement, il alliait grâce et brutalité Yaoguaï.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Lun 18 Fév 2019 - 23:17
Toph émit un sourire tandis que Sae parla d'un de ses plus proches amis. Shin était un être étrange, pas toujours sociale, et avec de grosses lacunes. Mais dans le fond il était bon. Et compétent.

Shin-san. C'est un bon ami à moi. Je l'ai aidé à devenir samourai.

Sae marqua un temps d'arrêt avant de demander à Toph ce qu'étaient les samourais, et ce qui les différenciait d'elle.

Je ne sais pas comment tu utilises ton sabre, Sae. Je ne peux donc pas vous comparer. Cependant... Le samourai est la maitrise des armes portée à son extrême. C'est l'apex martial en bukijutsu, meilleurs que les soi-disant sabreurs de kiri. Dégainer et frapper en un instant, la maitrise du chakra neutre, être capable même de trancher le chakra... Tout cela c'est possible, et plus encore. C'est également un certain code d'honneur.

Mais Toph s'arrêta là. Sae n'était pas une citadine - même Senku avait du mal avec ce genre de concept abstrait. Etait-elle apte à le comprendre ? La Hyûga... n'était pas sûre du tout. Du coup, elle passa cette partie sous silence tandis qu'elle finissait son verre. Puis lui vint une idée - son sensei avait été un homme d'actes, pas de parole. Il avait toujours préféré faire une bonne démonstration de ses capacités martiales sur le terrain d'entrainement. Peut-être devrait-elle user de la même stratégie ici ?

Je pourrais t'en parler des heures, mais je crois que le mieux serait une démonstration. Si cela t'intéresse... D'autant plus que j'ai fini mon plat. Une petite balade digestive jusqu'à un petit parc dans le coin et je te montre cela ?

La proposition de Toph était tout à fait gratuite. Elle partageait volonté la majorité de ses arts à qui le désirait. Elle gardait quelques cartes maitresses pour elle-même, tout de même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Mar 19 Fév 2019 - 0:45
L’adolescente avait raison une démonstration serait bien plus utile pour que je puisse entrapercevoir ce qu’était que d’être un samouraï. Le membre du conseil me proposait donc de la suivre jusqu’à un parc pour m’y faire une démonstration. J’étais prête à la suivre pour plusieurs raisons, la première était pour jauger sa force puisqu’elle avait été l’élève de Senkû et voir quel fossé nous séparait, la seconde pour observer une autre femme se servir d’un sabre et la troisième comprendre ce qu’était un samouraï. Néanmoins, il manquait qu’une seule chose pour que je puisse accepter l’offre, mon arme. Il était inconcevable que je puisse me battre sans elle, sabre qui se transmettait de génération en génération du côté de ma mère. Je regardais donc la jeune femme avec une mine à peu plus joyeuse que celle que j'arborais en début de repas.

J’ouvrais l’unique sacoche qui était accrochée à ma ceinture et aussitôt je composais des signes pour lancer une technique. Il n’y avait qu’à espérer que la jeune femme ne prenne pas cela comme une attaque.

« Satetsu, le Troisième Œil. » Disais-je est un œil se formait entre nous deux en même temps je fermais ma prunelle gauche. « Je te laisse le prendre avec toi, comme ça je serais où tu seras et je pourrais te rejoindre, il faut que j’aille chercher mon arme. » Le globe oculaire avançait tout doucement vers l’adolescente afin qu’elle se saisisse de ce dernier.

En le prenant avec elle, je n’avais pas à me concentrer pour que le globe la suivre, ce qui me permettait d’économiser un petit peu de chakra. Sur ces paroles et avec un œil fermé – on allait me prendre pour une folle avec un de mes yeux clos ; je quittais la table et l’échoppe et je disais à la jeune femme que je la retrouvais dans peu de temps, mon habitation n’étant pas trop loin, j’y serais rapidement.

D’un pas lent je quittais Toph la laissant seule, mais ce n’était que partie remise. J’avais deux choses à prendre chez moi mon sabre et me servir du sable de fer que je conservais chez moi dans une grande jarre que j’avais acheté au marché au début de mon intégration à la cité militaire. La question était de savoir si je prenais l’encombrant objet ou bien je me débrouillais pour avoir uniquement le contenant ? Je verrais cela au moment venu. Pendant que je marchais en direction de mon logement je pouvais voir la jeune adolescente, l’œil étant connecté je voyais tout ce qu’elle voulait me montrer, malheureusement je n’avais pas le son avec.

Quelques regards s’arrêtaient sur moi, déjà que j’étais connue alors on affichant une tête pareille, j’offrais là un drôle de spectacle, heureusement j’arrivais chez moi. Ni une ni deux, j’avalais les escaliers pour arriver devant ma porte, cette dernière ouverte je me dirigeais vers le placard où était rangée mon arme et j’attrapais cette dernière avec son fourreau. Restait la question de la limaille de fer, avec ou sans jarre ?
ACTION(S):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Mer 20 Fév 2019 - 10:04
Sae semblait vouloir participer à la démonstration. Ce n'était pas la première idée que la chunin avait en tête quand elle avait parlé d'une démonstration. Mais... pourquoi pas ? C'était le genre de leçon importante pour les genins. Elle-même, dans son temps, avait essayé de baffer le Tsuchikage de l'époque.

Elle avait terminé emporté par une technique futon dans un couloir.

Sae semblait se mettre à composert des mudras. Toph fut intriguée. De la limaille de fer se rassemblait pour faire une forme rare. Un oeil ? Décidément, les autres techniques de sensorialité paraissaient bien étrange à Toph qui ne préférait pas faire de commentaire là-dessus. Elle était mal placée - ses yeux à elles étaient une étrangeté bien particulière. Et son don de clan était autrement plus simple que la majorité des techniques de sensorialité - elle n'était pas contre un brin de modernité.

Elle accepta l'organe visuel et ajouta à l'intention de la sauvageonne ces mots, simplement.

Bien. Hâte-toi.

Toph marcha tranquillement jusqu'à l'endroit qu'elle avait en tête, tout en tenant l'oeil à hauteur d'épaule pour aider la Yaoguaï à se repérer. Elle n'était pas pressée malgré son emploi du temps chargé. Sae mettrait un certain temps à revenir, de toute manière, et puis... c'était important de donner ce genre de leçon aux jeunes cailloux de la Roche.

La sauvageonne semblait être une personnalité non conventionnelle. Cela plaisait à la Hyûga.

Elle déposa l'oeil de fer sur un rocher avant de s'y assoir également. Elle sortit son sabre et se mit à inspecter la lame. L'outil de guerre était encore neuf, et bien entrenu. En levant l'instrument à hauteur de son Byakugan, elle ne constata aucune aspérité qui pourrait nuire à son tranchant. Elle devrait faire particulièrement attention lors de cet entrainement. Peut-être devrait-elle utiliser le revers de son arme pour certains coups ?

Elle se leva, et fit quelques échauffements. Puis attendit.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Jeu 21 Fév 2019 - 0:58
Buffle. Dragon. Serpent. Lièvre. Ces quatre signes enchainés, le sable de fer jaillissait de la jarre dans un mouvement onduleux et serpentin. Tournoyant autour de moi, je me parais de mon manteau de limaille de fer. Pendant que je me préparais, je pouvais observer l’adolescente qui était arrivée au lieu de rendez-vous puisqu’elle posait le globe oculaire sur un rocher et qu’elle commençait à s’échauffer. Les lieux étaient repérés, je n’avais plus besoin du Troisième Œil, j’ouvrais mon œil gauche et la technique cessait immédiatement, il ne devait y avoir plus qu’un amas de sable de fer sur le rocher maintenant. J’étais prête et je me mettais en route, katana en main et manteau activé.

Il n’y avait pas une minute à perdre, je bondissais et courais tel un félin sur sa proie. Même si une bonne partie de mon cœur était accablée par la tristesse, mon âme de guerrière prenait le dessus sur mes sentiments. Me battre me changerais les idées et j’en avais besoin en fin de compte.
J’arrivais finalement où se trouvait celle qui avait participé au vote qui avait conclu au bannissement de cher cousin, le Guerrier de 1000 ans. J’arrivais fièrement à la hauteur de Toph, mon sabre à la main – ce dernier est dans son fourreau.

« Je pense que nous pouvons commencer. » Disais-je à l’adolescente.

Sur mes appuis, je me mettais en garde, néanmoins je ne dégainais pas encore mon arme, cette dernière était encore bien là au chaud dans son fourreau. C’était la première fois que je m’apprêtais à faire un combat amical avec une iwajine. Le seul combat que j’avais fait était celui avec Senkû lors de mon arrivée, même si cet affrontement m’avait permis de me rendre compte du gouffre qui nous séparait mon ainé et moi-même. Ce village l’avait transformé, il l’avait rendu encore plus fort, cette puissance je voulais la faire mienne et quoi de mieux que d’affronter l’un des plus hauts membres de la cité militaire ? Mes chances de victoire étaient nulles, je le savais pertinemment, mais je n’allais pas me laisser faire pour autant. Les Yaoguaï n’avaient pas pour habitude de mettre genou à terre facilement, j’allais le prouver à la Hyuga que notre clan surpassait tous ceux du continent !
ACTION(S):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Jeu 21 Fév 2019 - 18:56
La Hyûga réfléchissait à quelle stratégie adoptée. La difficulté était de retenir suffisamment ses coups tout en montrer efficacement les techniques samourai. Toph était une Hyûga avant et pour tout, son développement samourai étant récent et orienté... à prendre la vie de son adversaire.

Toph entendit Sae bien avant de la voir. Elle était pressée et faisait un boucan diable. Alors que son adversaire du jour se déclara prête, Toph lui fit face et se contenta d'ajouter un mot très simple.

Bien.

Toph sortit son sabre de son fourreau. Elle trancha l'air devant elle. Ce mouvement simple aurait pu être pris pour un mouvement d'échauffement. Il n'en était rien. Un croissant de chakra tranchant se généra de l'arme, partant de l’extrémité de sa lame pour s'envoler vers la Yaoguaï.

C'était une technique basique samourai. Si elle n'y prenait pas garde, elle risquait de se faire une large et bien méchante entaille. A priori, le risque d'accident sur cette technique était très faible. Mais si Sae était de la famille de Senku, la Hyûga savait qu'elle ne craignait pas en attaquant de la sorte. Elle se débrouillerait.

Ce ne fut pas la seule attaque de Toph. Elle trancha dans l'autre direction, et un second croissant de chakra s'envola - et visait visiblement trop haut à quelques mètres au-dessus de Sae. Ce dernier croissant, si sa puissance était similaire au premier projectile, était néanmoins différent dans la complexité de sa fonction. La chunin la dirigeait de son sabre pour attaquer la genin par le haut - un angle généralement plus difficile à protéger. Elle changea la trajectoire au dernier moment, ne laissant que quelques secondes à la genin pour réagir.

Un début de combat plutôt offensif pour Toph, donc. C'était l'essence de ses capacités samourai à distance. Si elle voulait voir ses capacités au corps-à-corps, il lui faudrait s'approcher. Car pour l'instant, Toph était campée sur ses positions et ne semblait pas vouloir s'approcher outre-mesure.

Tant le combat à distance que la mêlée lui convenait.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Ven 22 Fév 2019 - 23:35
Le combat allait pouvoir commencer. Avant que l'une d'entre nous sonne le coup d’envoi, j’effectuais de nouveaux signes pour générer une main géante faite de sable de fer reliée depuis mon épais et sombre manteau.

L’adolescente n’était pas là pour rigoler puisqu'elle lançait les hostilités. Néanmoins, je ne comprenais pas ce qu’elle faisait réellement, elle m’avait dit qu’elle était une combattante au sabre, et là elle venait de me lancer une étrange technique. Ce n’était pas du Fûton comme je savais le faire, non là la forme était semblable à celle de son katana, mais elle était visible, elle brillait d’une lumière particulière. Je dégainais Gamyûsa et je parais la première attaque de la jeune fille, mais cette dernière ne se contentait pas que d’un seul assaut à distance puisqu’elle en lançait un second. J’avais bien fait de créer ma Main Géante puisque je positionnais cette dernière au-dessus de ma tête pour bloquer l’attaque venant des airs et qui semblait être contrôlée par le sabre de celle qui appartenait au Conseil de la cité militaire du pays de la Terre. Ma poigne de fer noir était touchée, tailladée, mais cette dernière se reformait grâce à la liaison du jutsu au manteau.

« Je pensais que tu étais une combattante au corps à corps et non une manieuse de sabre à distance. » Disais-je à la principale intéressée.

Ma tentative était de la rapprocher de moi, de ne pas laisser cette grande distance nous séparer davantage de temps. C’était la première fois que j’affrontais quelqu’un qui n’allait pas au contact physique et je devais dire que cela était assez déroutant pour moi. Je préférais clairement le corps à corps ou du moins affronter quelqu’un qui préférait le combat rapproché pour pouvoir l’attaquer à distance. Mais cette situation ne me plaisait pas du tout. Je ne savais pas à quelle sauce allait me manger l’ancienne élève de mon cousin, mais si ce dernier l’avait entrainé durement, j’allais me retrouver en très, très mauvaise posture, déjà que je ne partais pas victorieuse.
ACTION(S):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Sam 23 Fév 2019 - 11:58
Sae était fort sur la défensive en ce début de sparring. Ce n'était pas une bonne chose. En temps de guerre, Toph aurait switché ses stratégies et seraient passée à l'offensive pure et dure. Qui dicte le rythme du combat à déjà plus de chance de le gagner, et ce premier avantage, la Yaoguaï l'avait généreusement laissé à Toph. Elle semblait surprise de voir une attaque à distance venant de la part de la chunin.

Que dire... cela avait toujours été la spécialité de Toph. Contrairement à son clan qui se spécialisait au combat rapproché, elle préférait la polyvalence et l'innovation. Elle avait commencé par maitriser les arts capables de blesser à distance avant n'importe quel autre. Même en samourai, c'était les techniques qui lui venait avec le plus de facilité.

Je n'ai jamais précisé que je ne me battais pas à distance également. Mais si tu as de la salive pour parler, je suppose que tu as le chakra suffisant pour que je t'impose une plus grosse cadence.

Toph lâcha au sol un fumigène allumé et eut un large sourire sur ses lèvres. Cette combinaison était classique, mais faisait en général des merveilles. Dissimulée par le petit nuage de fumée, la chunin composa des mudras et ce furent quatre Toph qui sortirent de l'opaque nuage. Impossible de savoir laquelle était la vraie.

Elles se dispersèrent autours de Sae, ce qui allait lui compliquer la tâche, à moins qu'elle ne disposait d'une technique de zone - c'était possible, Toph n'était pas à l'abri de surprise venant d'une genin. Elle-même avait inventé des techniques du style alors qu'elle n'était qu'au balbutiements de son aventure à Iwa. Mais cela ne serait pas aisé pour la sauvageonne de dépêtrée le vrai du faux.

Un des clones sur l'extrémité gauche se décida à lâcher un nouveau croissant de chakra. Un getsuga Tensho, mais nettement plus puissant que le précédent. Ce genre de projectile de chakra ne ferait qu'une bouchée de la main protectrice de fer de la Yaoguaï. En parallèle de cela, Toph - qui était sur l'extrémité droite - lâcha un autre getsuga Tensho une seconde après le premier. Moins puissant, il allait par contre prendre Sae en étau, et c'était une excellente façon de voir si elle avait suffisamment préparé son répertoire défensif pour ce genre de situation.

Et les clones avancèrent.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Sam 23 Fév 2019 - 18:28
« Je vois. » Répondais-je de façon laconique.

C’était la seconde fois où je devais faire face à cette purée de pois violette, la première avait été initiée par mon cousin. L’adolescente se cachait donc à l'intérieur de l’épais nuage, je restais sur mes gardes, prête à réagir au moindre danger. Quelques secondes plus tard, la jeune femme sortait de ce brouillard opaque de couleur non-naturel, néanmoins ce n’était pas une Toph qui en sortait, mais quatre. Je ne disposais d’aucun moyen pour savoir qui était la vraie et qui étaient les trois clones. Tant pis, j’allais devoir les éliminés un à un. La première chose que je faisais était de rompre le lien de ma main géante et de mon manteau de sable de fer pour que cette dernière flotte auprès de moi.

L’une des Hyuga – celle à l’extrémité gauche – refaisait la même technique étrange avec son katana, mais elle semblait plus forte que la précédente. La main géante ne serait pas assez forte pour bloquer l’attaque, il faudrait que j’en fasse une seconde. Cette idée me semblait bonne, mais une deuxième Toph qui se trouvait sur ma droite décidait de m’attaquer de la même manière en usant de la même technique que j’avais parée avec mon sabre. Il fallait conserver la main telle qu’elle était plutôt que de l’envoyer au casse-pipe, le temps de la reconstituer pourrait créer une ouverture supplémentaire à mon adversaire. J’effectuais mes signes avant que les attaques ne m’atteignent et mon manteau se transformait en deux imposantes ailes faites de sable de fer me permettant de m’envoler dans les airs tout en évitant les jutsus de l’ancienne élève du Guerrier de 1000 ans.

« » Mon regard se baladait sur chacune des représentations de l'adolescente.

Il était temps de lancer la contre-offensive et de nettoyer la zone en supprimant quelques Toph. Mes ailes déployées, mes mains s’agitaient pour lancer ma première technique offensive de la partie. Des centaines de plumes jaillissaient de mes imposants appendices me permettant de me tenir dans les airs pour venir lacérer la Hyuga qui se trouvait sur ma gauche. Pendant que les plumes s’élançaient, je composais une nouvelle série de mudrâ où je me servais d'une partie de ma main géante comme base pour créer une lance que j’envoyais dans la direction de la Toph qui était à ma droite.
ACTION(S):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Dim 24 Fév 2019 - 0:49
Sae esquiva les attaques qui lui était destinée en s'envolant dans les airs. C'était la première fois qu'on faisait le coup à Toph. Même Tenzin n'avait jamais utilisé pareil stratagème. Peu importe. Une fois dans les airs, Sae lança deux attaques sur une clone l'autre sur la vraie Toph. Le premier clone fut sacrifié. Cela ne valait pas la peine de le défendre d'une telle attaque. C'était possible, oui, mais ce n'apportait pas grand chose à Toph dans ce cas-ci.

La lance, par contre, était une technique dont Toph pouvait se défendre aisément sans trop de risque et sans grosses dépenses. La Hyûga ne bougea pas d'un iota.

Un flot de chakra bleuté dévia néanmoins le projectile. C'était une arcane Hyûga dérivée du Kaiten. La résultante était moins absolue et plus localisé dans l'espace, mais avait l'avantage d'être rapide à exécuter et de ne pas nécessiter de mudras - ce qui changeait carrément la donne. La lance fut propulsée sur le côté.

Toph observait son adversaire. Voler avait l'avantage de s'éloigner de la portée des sabres. Ce n'était pas un grand obstacle pour la Hyûga. D'ailleurs, un de ses clones avait continué sa course et lancé une nouvelle fois un projectile de chakra sur la Yaoguaï. C'était un test, et surtout, de quoi détourner son attention pendant que l'autre clone invoqua un ours polaire devant lui.

Entrainement - entrave.

L'ordre de Toph avait été court et succinct. L'ours hurla et frappa de ses lourdes pattes le sol. Un chaine de pierre surgit en-dessous de Sae et tenta d'agripper sa jambe avant de l'attirer au sol. Une technique d'entrave qui permettrait de passer outre sa technique de vol. Iorek serait amené à garder la technique active - ce qui le rendait quelque peu vulnérable, mais il avait un clone à côté de lui pour le protéger d'assaut au cas où.

Une phase moins agressive que la précédente, pour Toph, mais elle marquait peu à peu l'avantage dans ce combat. Avec un kuchyiose dans le jeu, cela serait difficile pour la Yaoguai de tenir la cadence aussi facilement. La question était désormais de voir si elle était capable de se défaire de cette entrave ou pas. La négative la rendait vulnérable aux attaques bukijutsu classiques mais également aux techniques doton de la Hyûga.

La vraie Toph ne s'était que défendue cette fois-ci. Mais elle observait la Yaoguaï avec une intensité rare.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Dim 24 Fév 2019 - 16:29
Ma lance qui j’avais projeté sur la Toph de droite parait cette dernière, ou plutôt déviait mon objet qui se voyait repousser sur plusieurs mètres. Quant aux plumes, elles lacéraient leur cible, mais cette dernière disparaissait dans un nuage blanc. Ce n’était qu’un clone, mais c’était un clone en moins puisqu’il n’avait pas décidé de se protéger ou du moins, l’original ne s’était pas donné la peine de le protéger. Après mes offensives, c’était au tour de mon assaillante ou mes assaillantes de mener la danse.

C’était peut-être une erreur que j’étais en train de faire, mais c’était en ne faisait rien que l’on n’évoluait pas. La Toph qui avait été dans mon dos avant que je ne prenne mon envol décidait d’attaquer en m’envoyant de nouveau cette même technique avec son sabre. Les ailes allaient un peu me protéger en amortissant l’attaque de l’adolescente si j’avais été dos nue, je n’aurais certainement pas laissé passer, mais là je tentais le coup. L’attaque frappait donc mon dos, je sentais ma chair s’ouvrit sous l’impact du choc, la douleur était là, mais c’était supportable, vingt ans à vivre dans la forêt cela endurcissait le corps. Néanmoins, je n’allais pas laisser celle qui avait banni mon cousin me taillader le dos davantage, une c’était supportable plusieurs cela allait l’être beaucoup moins. De plus, je sentais mes réserves de chakra commencer drastiquement à diminuer, être dans les airs étaient une bonne chose, mais cela était gourmand ainsi que de maintenir ma Main Géante.

« Et une cicatrice supplémentaire. » Disais-je à voix basse.

Pendant que mon dos subissait une blessure, une autre Toph s’agitait, les mains au sol elle invoquait une créature. Décidemment, je me demandais si ce combat était simplement un entrainement ou bien une correction. Senkû l’avait maltraité ou quoi pour qu’elle se venge ainsi sur moi ? Je t’en foutrais de ses belles paroles sur savoir si les Hayashinjines allaient bien, en combat cette gamine était une véritable brute épaisse et ce n’était pas pour me déplaire même si je me faisais malmener de bout en bout.

L’animal qui venait d’être invoqué était un ours blanc. La Toph qui venait d’invoquer le mammifère prenait la parole et ordonnait à la bête de s’activer. Un peu passive, je regardais ce que faisait l’ours si loin de moi, il posait ses deux grosses pattes griffus et faisait jaillir une chaine en pierre. Je comprenais maintenant les mots de l’adolescente, elle essayait de m’attraper. Je n’avais pas le choix, il fallait user de ma Main Géante afin que ce soit elle qui se fasse entraver et non moi. D’un mouvement de bras, je dirigeais ma technique de sable de fer vers la chaine en Doton de la Hyuga et c’était elle qui se faisait entraver. Il y avait une de mes assaillantes à côté de la bête, était-ce la vraie ? Aucune idée, mais elle était près de l’animal qui semblait ne pas pouvoir bouger. De nouveau, je décidais d’invoquer une pluie de plumes acérées jaillissant de mes ailes sombres et je les envoyais sur le mammifère invoqué.
ACTION(S):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

Dim 24 Fév 2019 - 17:51
Le croissant de chakra trancha la Wizigoth. Toph grinca des dents. Ce n'était pas prévu, mais il fallait de temps en temps que cela arrive en entrainement.

Attention à toi, Sae. Un accident est vite arrivé.

Il y avait trois Toph. Celle derrière Sae - un clone. Celle devant Sae avec Iorek - un clone également. Puis il y avait la véritable Toph sur le côté.

La Toph derrière Sae put constater de près les dégâts de sa technique. La genin saignait, bien que ce n'était pas abondant comme perte. Sans doute ses ailes de limailles avaient amorti la technique. Mais elle était blessée. Ce n'était pas tout à fait prévue par Toph qui pensait que c'était une attaque somme toute assez classique et que n'importe quel kunoichi devait pouvoir s'en défendre aisément.

Elle oubliait que tout le monde n'avait pas des yeux derrière la tête.

Enfin, cette clone constata qu'elle était tout simplement ignorée. Ce qu'elle n'aimait pas. Chaque Toph, même les clones, avait un certain orgueil et un honneur de guerrier. Se voir ignorer de la sorte poussait à une réplique. La clone de Toph se décida donc de composer des mudras et d'envoyer un rocher en direction de la tête de la Yaoguaï pour lui remettre les idées en place.

Pendant ce temps, Toph-de-face vit la fureur de la Yaoguai qui se préparait à lancer un assaut sur son kuchyiose. Elle fit elle-même des mudras, et éleva un mur doton solide devant l'invocation. La clone constata qu'elle avait sans doute forcer sur la capacité défensive du mur - elle aurait pu se contenter d'une défense moindre avec du recul. Mais le principal était là - Iorek était sain et sauf, même si carrément énervé.

Il hurla et se leva - de par sa taille, il était supérieur au mur. Il trancha l'air de ses griffes... et ce fut un pseudo getsuga tenshi qui s'en échappa. Un grand croissant de chakra alla frapper la genin tandis que l'invocation enchaina avec une nouvelle technique d'entrave qui l'amena jusqu'au sol... si elle touchait sa cible cette fois-ci.

Pendant ce temps, la vraie Toph observait... le sabre prêt mais pas demandé en ce moment. Ses clones faisaient du bon boulot, et elle essayait de se faire oublier pour porter un coup bien placé dès que Sae l'aurait un tant soi peut oublié. L'utilisation du mur avait édenté ses réserves plus que prévu, mais la Hyûga comprenait sa propre réaction. Iorek était un ami, et la Hyûga n'aimait pas le voir souffrir.

La question était de savoir maintenant comment la sauvageonne allait répliquer. Voler consommait une grosse quantité de chakra. Il était fort probable qu'elle décide de poursuivre le duel sur la terre ferme.
Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Le mythe du bon sauvage [Sae]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: