Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

[RP Solo] Exploration du Dojo : quelle arme adopter ?


Lun 7 Jan 2019 - 23:51
Nouvelle journée débutant par les habitudes prises depuis son arrivée à Kiri consistant à se lever, déjeuner, s'échauffer par une nage ou un plongeon en eau de mer puis un entraînement shinobi avec les shurikens, kunais et le sabre fourni dont le lancer et le maniement s'améliorait de jour en jour.

Sans compter qu'elle commençait à pratiquer dés que possible les bases que tous ninja se doivent de connaître et qui consiste à marcher sur toute surface dont le peuple normal ne considère pas praticable : c'est-à-dire sur la surface des mûrs de l'eau et sur les troncs d'arbres... C'était d'ailleurs une nouvelle vision du monde à la surface qui s'offrait à elle : une vision de travers et bancale pour l'instant mais bientôt elle pourra le découvrir à l'envers lorsqu'elle s'attaquera au plafond de sa chambre. C'était amusant et intéressant de pouvoir se retrouver dans des positions qu'elle n'avait pu réaliser que grâce à l'assistance de l'eau.

Enfin, elle s'égarait dans ses objectifs : actuellement elle cherchait à trouver l'arme qui lui convenait le mieux. Elle n'avait pas l'impression que le sabre standard lui convenait totalement : bien que les positions standards fournis en explication lui permettait de s'habituer au maniement d'une lame aussi longue. En tout cas plus que son couteau de pêcheur. Devrait-elle manier un filet et un harpon pour affronter ses adversaires ? A part que ça n'était guère distrait, elle avait l'impression que cela ne convenait pas à l'image des shinobis et que son esprit d'alma l'influençait à essayer de se rattacher aux objets de son ancienne vie.

Or cela pourrait lui être préjudiciable ou ne pas convenir réellement à sa nouvelle situation. Sans compter que se trimbaler un filet de pêche et un harpon n'étaient guère discrets. Or, elle aimerait bien mettre en avant la discrétion dans sa vie de kunoichi et être apte à s'adapter à plusieurs situations.

C'est pourquoi elle se rendait encore une fois au Grand Dojo sauf que cette fois c'était pour une expédition en solitaire qui ne devrait pas se finir en compagnie d'autres visiteurs des lieux. Elle ne voulait entrer en contact qu'avec les différentes armes mises à disposition dans les divers salles du Dojo. Actuellement, c'était le seul lieu qui semblait convenir à ce qu'elle recherchait et qui consistait à une collection d'armes diverses et exotiques.

Après tout, elle se souvenait bien qu'une des salles du Dojo -la quatrième- offrait un large éventail d'armes pour neutraliser le pantin qu'elle a esquivé. Preuve encore qu'elle n'était pas encore apte à saisir l'essence des shinobis sans être influencée par son mode de pensées configuré pour saisir toutes les fluctuations de la mer ainsi que ses habitants et réagir en conséquence mais pas la conception et le but d'une pièce piégé par un shinobi.

Elle devait encore faire des efforts pour s'acclimater à ce nouvel environnement c'est pourquoi elle n'allait pas attendre la fin de construction de la caserne ou une tierce personne pour commencer-non- poursuivre sa voie d'adaptation et elle commencera par étudier chaque type d'armes.

Le Bukijutsu comme le nommait les ninjas et de ses différentes branches :Kenjutsu, Jettojutsu, Jûbukijutsu, Kyûjutsu et Ikokujutsu...

Elle allait donc voir et faire son choix final ce jour là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Mar 8 Jan 2019 - 20:42
Alors qu'elle arpentait les couloirs du Grand Dojo en s'arrêtant derrière chaque porte guettant le moindre bruit : gémissement, percussions de bois contre bois ou grincement du fer frottant contre son frère et trahissant ainsi la présence d'utilisateurs dans les pièces d'entraînement : ce qui ne convenait pas à son affaire qu'elle préférait réalisé avec le moins d'influence extérieur : ses pas finirent de la mener vers des pièces s'ouvrant vers l'extérieur.

Et où se trouver différentes cibles lointaines sauf qu'ici les projectiles utilisés pour les atteindre n'étaient point les habituelles kunais ou shurikens mais des munitions projetés à l'aide d'armes servant de support : comme les flèches le sont avec un arc ou avec le mécanisme des arbalètes, des pierres avec un lance-pierre...

Observant les armes exposés au mûr et suivant les connaissances lues dans des livres de la bibliothèque en train d'être rénover suite à une attaque de chat - était-ce le chat noir le responsable ?- la jeune Asayo s'arrêta devant les choix à sa portée pour finalement s'arrêter sur le lance-pierre qu'elle avait déjà pu tester dans son enfance

Il suffisait de mettre une pierre sur le carré de cuir, tirer l'élastique et de relâcher pour projeter la pierre. Et la voilà qu'elle volait vers le mûr supportant les cibles avant d'en toucher une et d'émettre un léger ploc qui apporta un léger sourire canaille à la fille d'albâtre...

Avec une certaine mollesse, la kunoichi peut convaincue alla reposer le lance-pierre en se disant qu'à moins d'avoir une affinité liée à la Terre pour pouvoir s'approvisionner sans soucis en pierre et pouvoir les renforcer en chakra, ce ne serait guère qu'un jouet entre ses mains pouvant peut-être aveugler les cibles si on visait les yeux mais ne pouvant guère protéger ou combattre de front.

Un goût d'insouciance sur la langue, elle décida de tester son second choix mais premier choix potable et qui consistait à choisir un arc à prendre pour s'engager sur la voie de l'arc : Kyûdo. Sauf qu'elle devait déterminer quel chemin emprunté entre celui des arcs longs : Daikyu ou celui des arcs courts : Hankyû... Enfin, elle goûtera les deux sortes d'arcs de toute manière qu'importe l'ordre et même si elle songeait qu'un arc court serait certes moins puissant mais plus pratique à transporter et à cacher.

Enfilant ses gants de pêche majoritairement blancs sauf pour ses extremités turquoises elle décida qu'ils seront satisfaisants pour servir de gake de substitution. Se souvenant des recommandations fournis par le manuel sur le choix de l'arme en fonction de la taille de leur utilisateur, elle finit par choisir un arc d'un bois d'un marron tendre et qu'elle pensa doux au vue de sa surface lisse. Se demandant de quel arbre et de quel forêt il provenait, elle alla saisir un carquois emplis de flèches préparées.

Ainsi s'ensuivit de longues heures durant lesquelles Shinju tenta d'appliquer les consignes dictées par le livre lu et en observant la posture des quelques archers présents. Ses flèches volants pas assez loin au début avant de se ficher dans le muret des cibles. S'approchant doucement d'elles avant de finalement les atteindre même au centre à de très rares occasions.

Sauf que le yumi taxa rapidement la force dans ses bras et bien qu'elle changea de bras porteur ayant une ambidextrie née à force d'utiliser de manière égale ses deux bras pour nager et plonger depuis son enfance le lui permettant. Reposant l'arc long au sol, elle décida de souffler un instant avant de le remplacer gauchement par un arc plus court... Elle attendra l'intervalle de temps alloué pour récupérer les flèches utilisés en même temps que ses camarades.

Continuant ainsi jusqu'à l'heure du déjeuner où elle se contenta d'onigiri au saumon qu'elle avait préparé rapidement. Elle confirma que l'arc court semblait plus facile à transporter et rendait la prise de position armée plus simple et plus rapide pour une débutante comme elle. Cependant, cela taxait au niveau de la précision et la concentration nécessaire pour bien viser : grignotant le mental.

Frottant ses six doigts-trois à chaque main- légèrement raidis par la manipulation de la corde et cela malgré la protection de ses gants, Shinju étira ses bras en tentant de se visualiser en plein combat avec un arc mais seulement une vision d'ombres multiples finissant par l'encerclée et la surpassée... Elle se demandait si elle arriverait à la maîtrisé pour pouvoir en faire une arme de mêlée sans compter qu'elle sera aussi dépendante des flèches présentes dans son carquois et que ses cibles na la laisseraient probablement pas rechargées sans bouger.

Sans compter qu'elle se demandait si ses maigres connaissances enseigner par un pêcheur en attendant de remonter les filets suffiraient pour tailler le bois et de réaliser de bonnes flèches stables. Après tout,petite fière d'avoir appris cette compétence elle aimait tailler des méduses de bois et les voir flotter toutes rondes qu'elles étaient sur l'océan : voguant et emporter par les flots finissant par disparaître dans l'horizon...

Elle se demandait parfois jusqu'où elles étaient allées et si elles étaient arrivées sur d'autres rivages bien lointain et différents de leur terre natale. Juxtaposant les esquisses de paysages vues seulement en peinture à son imagination Shinju finit son repas et son eau avant de se sentir à nouveau d'attaque et de s'associer cette fois avec une arbalète.

Certains décrivent cette arme comme un arc tout public : le mécanisme servant à remplacer l'action humaine pour tendre la corde. Diminuant ainsi l'effort et le temps conférer pour tendre la corde. Sans compter que le mécanisme permettait de tirer de puissants tirs pouvant être mortels sur de courtes distances.

Le problème résidait dans le fait que leur portée est inférieure à celle des arcs bien que leur maniabilité était leur point fort. De plus, elles étaient facile à transporter et leurs carreaux prenaient moins de place que leurs homologues destinés aux arcs.

Soupesant l'arme plus compacte dans ses mains, la jeune fille pris une sacoche contenant des carreaux et la passa autour d'elle. Etant ainsi prête, elle se dirigea vers la section réservée aux arbalétriers et observa avec attention le mécanisme servant à tendre la corde de l'objet de mort.

Une fois avoir analysé et légèrement tripoté l'objet au design simple : elle y plaça avec une légère maladresse le premier carreau. Avant d'armer l'instrument entre ses mains et de viser approximativement vers la cible et pressa la gâchette.

Le claquement de la corde relâché fit vibrer sa main et influença la trajectoire initiale du projectile qui alla se planter avec force dans le coin inférieur de la cible et en émettant un bruit d'impact plus fort que ceux provoqués par les flèches.

Clignant ses yeux citrines où l'on pouvait lire une légère surprise et un léger ravissement face à l'utilisation d'un nouveau jouet. Shinju s'immergea complètement dans le procédé de recharger et tirer alternativement les carreaux jusqu'à les épuiser rapidement et devoir aller les récupérer pour recommencer ce cycle.

Bien sûr, il arrivait des fois que le mécanisme se déclenche à vide-et chargé- par accident suite à un choc non intentionnel mais la seule victime innocente fut le plafond où Shinju alla récupérer rapidement et silencieusement le petit carreau vilain en marchant avec précaution sur le mûr.

L’après-midi se passa ainsi et les lueurs du jour commençèrent à s’amenuiser dans l’horizon :le teintant de nuances pastels. Et c’est à ce moment que la fille au teint d’ivoire déposa l’arbalète avec qui elle finit son expérience de la journée.

Finalement cette dernière semblait plus intéressante que l’arc pour s’occuper d’adversaires proches mais le fait de la recharger pouvait se révéler une faiblesse et une perte de temps pour réagir à un danger immédiat. Sans compter l’épuisement de munitions à prendre aussi en compte.


*Finalement les armes de tir ne conviennent pas à ce que je recherche. Je ne veux pas devoir dépendre de munitions...*songea la jeune fille en se promettant de revenir le lendemain pour tester une autre catégorie d’armes.

Kyûjutsu complété... et rejeté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Jeu 10 Jan 2019 - 0:18
Second jour et de retour au Grand Dojo mais dans une nouvelle pièce choisi au hasard. Cette fois, il semblerait que le destin avait décidé que les armes à l'honneur seraient celles des jets. A croire que le bâtiment souhaitait passer les armes à distances en premier de crainte qu'elle ne le vise par erreur.

Enfin, ce n'était pas comme si il était un être sentient bien que des capitaines avaient tendance à émettre l'idée que leur navire avait une conscience qui veillait sur eux et les aidait à rentrer à bon port. Peut-être qu'elle devrait redoubler de respect et de prudence envers ce lieu d'enseignement ainsi que s'excuser de lui avoir planter un carreau dans l'un de ses plafonds : même si elle lui avait retiré à la fin.

Laissant les événements de la veille de côté, Shinju se placa devant les râteliers emplis de divers projectiles allant des simples kunais/shurikens/couteaux-de différentes formes- aux boomerangs ainsi que chakrams pouvant revenir à leur lanceur. Sans oublier des petites massues ainsi que des javelots. Il y avait aussi des poids et même des reliés par une chaîne qu'on nommait bolas qui pouvait entraver les mouvements.

Délaissant les shurikens et kunais pour l'instant-bien qu'elle reviendra sûrement pour manier les autres formes afin d'avoir une légère expérience dessus- elle saisit le bolas. Ils étaient lourds et elle réfléchit un instant pour se souvenir de ce qu'elle devait faire avec.

Donc, saisir l'extrémité sans boulets d'une main ensuite réaliser un moulinet puis jeter en direction de la cible : ici surement un mannequin made by Koba. Alors qu'elle tentait d'effectuer la méthode, la jeune fille failli toucher un mûr en étant légèrement déstabilisé par le mouvement circulaire des poids autour de sa tête.

Puis elle lacha soudainement sa prise dans la direction approximative de la cible qui alla fracasser la tête d'un autre mannequin mais pas celui visé... Ce n'était pas vraiment ce qu'elle cherchait à faire, elle aurait voulu que ça s'enroule autour de la gorge au lieu de juste heurter et fracasser le crâne d'un innocent.

Mais elle n'allait pas abandonner et tenter le coup jusqu'à au moins réussir une fois : en effet, elle savait déjà qu'elle n'adopterait pas cette arme trop pesante qui gênerait sa nage du moins le temps qu'elle prenne en compte cet élément mais elle ne le désirait pas réellement.

Après plusieurs essaies infructueux et des mannequins blessés, l'un de ses lancers eu l'effet désiré et s'enroula autour du cou de la malheureuse victime et s'y reposa bien fixé par les boules de fer enroulés.

Souriant de toutes ses dents et faisant une danse de la victoire dans son esprit, Shinju alla décrocher le bolas de sa cible pour le ranger. Et après avoir rassemblé et réarrangé les pièces détachés des mannequins du mieux qu'elle pouvait, elle alla choisir le boomerang.

Au moins, elle avait déjà pu jouer avec une version de cet objet sauf que celui de ses souvenirs n'avait pas de bords effilés pouvant trancher des gorges. Le pire qui pouvait arriver était d'assommer un camarade qui aurait comme souvenir une bosse qui finira par s'estomper au fil du temps.

Caressant d'un doigt dénudé l'un des bords aiguisés en s'éraflant superficiellement mais la plaie se refermant sans laisser la moindre trace, les yeux citrines y furent reflétés froidement. Soupesant l'arme et non plus le jouet en ses mains, elle retourna sur la zone dédiée à l’entraînement.

Observant une zone dégagée de présence humaine mais non dénué de présence de bois auquel elle adressa rapidement une excuse mentale aux immobiles œuvres de bois et à leur concepteur absent. Avant de lancer d'un geste maintes fois répétés dans un autre lieu avec une innocence et un amusement présent mais atténué par le froid meurtrier du boomerang.

Qui fila tranchant non seulement le vent mais aussi la tête d'un mannequin se trouvant sur sa trajectoire avant de revenir vivement et avec un air menaçant auprès de sa lanceuse qui l'attrapa sans se blesser.

Observant l'objet de combat reposant innocemment dans sa main, la jeune femme se mit à songer à comment elle l'utiliserait en combat. Pouvait-elle parer un coup de sabre avec ? Mimant un blocage suivit d'autres contre une ombre imaginaire, la jeune fille se mit à se déplacer dans le Dojo parodiant un semblant combat.

Là, elle dépliait et pliait le bras comme pour essayer de toucher avant de se rétracter puis elle devait jeter son arme sauf que bien que le boomerang pouvait toucher l'adversaire après l'avoir raté lors de son départ; celui-ci pouvait bien se préparer à son retour et pendant ce temps elle n'aurait plus de moyen d'attaquer...

Stoppant brutalement tout mouvement en laissant ses bras pâles et le boomerang dans sa main droite se reposés le long de son corps. La jeune fille leva les yeux au plafond comme tentant de percevoir l'endroit futur où elle se trouverait mais ne voyant que le néant.

Retournant sur ses pas une nouvelle fois, elle reposa le boomerang et observa songeuse les chakrams effilés qui semblaient la guetter en retour. Les saisissant précautionneusement leur poignée tressée de cuir, Shinju les observa avant de s'approcher beaucoup plus près des mannequins qu'elle ne l'avait fait.

Une fois presque au contact, elle s'arrêta et tenta de donner des coups comme elle les avait vu représentés : chaque coup cherchant à déstabiliser ses prises malgré qu'elle les maintenait fermement. Peut-être ses gants auraient pu assurer un meilleur maintien sur les armes ou au contraire l'entraver en faussant son sens du toucher.

Finalement, elle finit par s'éloigner afin de pouvoir s'essayer au lancer de chakram qui devait être similaire au lancer d'un couvercle lisse de bois juste qu'il fallait le rattraper au bon endroit. Soufflant un bon coup, elle croisa les bras et lança les deux scies circulaires en même temps en se disant qu'elle aurait sûrement dû n'en lancer qu'un : ce qui se confirma quand les deux frères s'heurtèrent et chutèrent misérablement au sol.

Les ramassant, elle recommença la manoeuvre en n'en lançant qu'un puis le second après avoir fini le premier mouvement. Les résultats furent tout de suite meilleurs puisqu'ils ne se gênèrent nullement cette fois. Et elle réussit à les rattraper brusquement mais sans s'ouvrir sur les dents effilés présentes.

Elle ne savait pas mais elle ne sentait aucune reconnaissance entre elle et ces armes. Pourtant, elles pourraient convenir à ce qu'elle désirait tandis qu'une serait en plein vol, l'autre la protégerait mais il manquait ce lien, cette attache nouée solidement.

Ne comprenant pas si le problème venait de ces armes ou d'elle-même, l'Asayo les reposa avec mélancolie sur leur emplacement avant de se diriger d'un pas absent vers les couteaux de lancer avant de faire de nombreux lancers vers les cibles.

Songeant aux jeux effectués dans les tavernes entre pêcheurs : jeunes ou vieux qui se servaient de leurs couteaux de pêcheurs ou de leurs fléchettes en fonction des parties... Cette fois, les fléchettes étant remplacés par les kunais et shurikens. La journée se finit ainsi alors qu'elle rentrait pour revenir le lendemain.

Jettojutsu terminé...en suspens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Jeu 10 Jan 2019 - 22:32
Une nouvelle marche en direction du Dojo et de ses entrailles, une troisième fois et sûrement pas la dernière. Le chiffre san donnait à Shinju l'impression de voir une représentation simplifié du courant marin et du souffle du vent : emportant en poussant sa cible vers la direction qu'ils décidaient de suivre.

Et bien que l'assimilatrice suiton aimait se laisser porter par le premier, elle savait qu'elle devait tout de même avoir les moyens de poursuivre sa voie en se faufilant entre les mailles des filets que la vie est parsemée et autant elle n'avait encore jamais rencontré de liens physiques pouvant la restreindre : il arrivera un jour où elle devra être apte à emporter et déchirer ce qui tenterait de la saisir.

Le prix d'une errance sans choix pourrait avoir un goût salé et métallique si elle ne peut se rendre apte à saisir les embranchements lorsqu'ils se présenteront. Une humeur sombre comme une mer surmontée de nuages, la perle Shinju se dirigeait avec un regard morne vers les différentes épées se présentant devant elle.

Le vide en elle depuis la rupture de son attache nommé Nami faisant naître un léger typhon en son sein, son eau paisible agité par des souvenirs d'un temps passé s'effritant comme du sable. Une nuit agité perturbant le calme de sa mer intérieure. Peut-être qu'elle aurait dû aller se réfugier dans l'étreinte de sa seconde parente la mer mais elle ne souhaitait pas fuir : cette pensée silencieuse depuis l'enfance qui se demandait si elle ne risquait pas de se dissoudre à tout instant dans l'océan comme un rêve.

Ne refaisant qu'un avec cette séductrice et cajoleuse étendue marine ? S'y baignant et se faisant englober par son étreinte maternelle puis les yeux regardant avec une fascination innocente les membres se fondrent dans la masse du liquide : d'abord distinct par un léger et fragile contour lumineux-le chakra-pour finalement se libérer de cette enveloppe et disparaître silencieusement. Ne faisant plus qu'un avec le Sang du Junkan.

Sauf qu'avant cela, elle aimerait pouvoir voir de ses yeux jaunes ce monde auquel elle appartient et toutes ses facettes : témoin sans juger et tentant de comprendre ce que la goutte qu'elle était pouvait apprendre de ces paysages et autres grains individuels parsèment comme elle ce monde comme des étoiles de la voûte céleste. Sauf que contrairement à elles -et peut-être elle-même- certaines d'entres elles ne voulaient pas juste se contenter d'être spectateurs de l'histoire du monde sans n'agir directement dessus.

Enfin l'Astre Lunaire avait bien une influence sur la Nature bien qu'elle se contentait d'observer calmement ce qui se passait sous elle : témoin involontaire de nombreux actes qu'importent qu'ils bons ou mauvais : ils sont tout autant de marques plus ou moins visibles dans la vie des gens et écrivent des récits.

Prenant un sabre de corsaire qu'elle soupesa de sa main droite, elle se dirigea vers l'un des mannequins qu'elle se mit à attaquer mollement au début le temps de s'habituer au poids et au rythme que lui imposait l'arme. Songeant si elle avait une quelconque influence sur les êtres qui l'entouraient, l'eau qu'elle était faisait-elle déjà des ondes qui allaient se transformer en vagues et s'inviter sur le rivage des autres ?

C'était déjà le cas d'une certaine manière et elle devait l'accepter que la translucide et douce être qu'elle avait déjà traversé l'itinéraire de Kirijins : jusqu'à quel point ? Elle ne le savait pas et ne souhaitait pas mesurer encore le volume de ces liens.Stoppant les coups portés au mannequin, elle alla choisir une autre lame, plus fine allant avec la légèreté et n'ayant plus une forme lunaire.

Revenant sur ses pas, elle se mit à porter des coups plus légers et rapides de cette lame bien que son enchaînement manquait d'ordre et de grâce. La dextérité viendrait avec l'expérience et pour ce qui concernait son absence d'émois sentimentales face aux intérêts ..."sentimental" : à vrai dire, elle n'était même pas certaine que c'était ce genre d'affection et de proximité qui était exprimé par les regards et autres gestes de rapprochement.

Elle ne savait pas vraiment à vrai dire, son cœur semblait être comme une perle s'étant réfugié dans son coquillage se contentant de goûter les saveurs du monde. Très précieux et qu'on ne peut offrir qu'une fois dans toute sa vie, si on force pour prélever cette dernière cela reviendrait à tuer l'huitre. Il fallait l'ouvrir doucement avec prudence et délicatesse pour ne pas lui nuire. Sauf qu'actuellement, il était trop tôt pour Shinju pour offrir un nouvel amour nacré et pur à une personne.

Nami avait emporté sa perle avec elle dans les limbes, laissant actuellement la jeune Asayo vide et en quête de connaissances pour se ressourcer ainsi que peut-être pouvoir créer une nouvelle perle. Quand elle serait prête mais ce n'était pas actuellement le cas, elle devait se trouver et découvrir d'autres lieux où elle produira une nouvelle perle ayant différentes nuances par rapport à la précédente.

Le temps était une donnée importante pour qu'elle puisse renforcer ses sentiments positifs envers Kirigakure et les faire évoluer en une fidélité solide. Régulier comme le ressac de la mer sur les plages, léchant les plaies et pouvant se montrer protecteur ainsi que violent. Ainsi, elle pourrait peut-être devenir une des fidèle et fiable kunoichi de Kiri et se trouver un partenaire de vie ou des partenaires passagers comme lui conseillait la docteur Harumi.

Elle allait mettre en application son conseil en quelque sorte puisqu'elle testait cette fois une épée bâtarde sur un nouvel homme de bois. Plus lourde, plus puissante mais la vitesse en pâtissait bien que c'était défoulant d'une certaine manière.

Mais alors que les coups pleuvaient, la jeune fille songeait que ça ne lui convenait pas une totale offensive. Elle l'avait déjà ressentie avec le boomerang et les chakrams semblaient indiquer qu'elle devait s'orienter sur deux armes et non.

Et les différentes épées qu'elle avait testé lui avait permit d'affiner sa recherche : les armes légères permettant le plus de liberté de mouvement étaient ce qui pourraient servir de...base à son style ? Les armes de masse importantes malgré leur puissance bien supérieure avaient un rythme beaucoup trop lent à son goût sans compter qu'elle ne pourrait pas manier deux d'entre elles avec adresse ; n'ayant pas vraiment la masse musculaire adéquate aux bras.

La question de l'offensive semblait pour l'instant régler mais le côté défensif lui faisait pencher la tête sur le côté en ayant une ombre interrogative dans les yeux. Elle fixait le présentoir des katanas et autres lames effilés.

Autant elle avait un organisme exceptionnellement durable par la flexibilité de l'eau la composant lui évitant toutes blessures irrémédiables et une cicatrisation parfaite, autant elle se demandait si des techniques efficaces contre les Hôzuki n'avaient pas été inventés. Ainsi, elle se refusait à croire en des sottises telle qu'elle était intouchable et immortelle... Pas du tout...

C'est pourquoi elle se demandait si deux lames fines pouvaient bloquer une consœur plus lourde et lui offriraient de quoi se défendre au corps à corps si besoin l'était ?


Kenjutsu complété...armes légères : pistes à approfondir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Mar 29 Jan 2019 - 23:59
Quatrième journée sous le signe de la mort donc et pourtant, ce n'était ce qui était présent dans l'esprit et le coeur de Shinju qui se dirigeait d'un pas léger ravie de son avancement vers une nouvelle pièce du Dojo. Saluant comme toujours le gardien qui semblait marmonner des choses sur des sauvages détruisant le Dojo et qui devaient recevoir des leçons de respect. Enfin, elle ne comprenait pas trop mais notais juste qu'elle avait raison d'éviter les salles déjà occupées au risque de finir de victime collatérale.

Enfin, elle arrivait devant une nouvelle porte et comptais laisser le hasard décider de quelles sortes d'armes celle-ci serait emplis. Que dire une fois qu'elle ouvrit la porte et la laissa se refermer derrière elle pour constater que cette pièce contenait des armes massives ?La surprise initiale laissa place à un moment de réflexion devait-elle laisser de côté cette pièce et passer à une autre ?


*Non, je ne dois écarter aucune possibilité et toutes les tester pour être certaine et en paix avec moi-même. Ainsi, je n'aurais pas d'interrogation à cet égard*songea la jeune fille en s'avançant vers le présentoir. Différents types de marteaux et de masses : allongés, cloutés, rectangulaire, concave, pointu se présentaient devant elle. Sans oublier les haches, hallebardes et autres claymores... Leur seul point commun était le fait qu'ils pesaient leur poids et nécessitera obligatoirement l'emploi des deux mains de l'opaline kunoichi pour les soulever.

Décidant de soulever un marteau qui semblait faire partie des moins lourds, la jeune fille dût s'y prendre plusieurs fois et bander ses muscles pour réussir à maintenir à sa hauteur l'arme. Avançant avec lenteur et précaution de crainte de laisser échapper ce fardeau sur ses pieds, elle se dirigea vers l'un des mannequins disponibles. Soufflant un bon coup, elle put rapidement constater un léger soucis : balancer ses bras comme si elle voulait agiter l'arme ferait que le coup ne serait guère puissant : ne reposant que sur le poids et la dureté de l'arme pour endommager le mannequin.

Il fallait donc qu'elle accompagne complètement le mouvement en faisant pivoter tout son corps pour réaliser une attaque tournoyante et manquer de perdre l'équilibre au moment de l'impact avec le pantin. Le contrecoup se répercutant dans ses bras et remontant aux épaules pour se propager à tout son corps jusqu'à atteindre ses pieds pour se dissiper.

Il ne fallait pas être un génie pour constater qu'il y avait un réel problème de comptabilité entre la stature délicate de l'ondine et l'arme imposante qu'elle maniait laborieusement avant de renoncer et de rebrousser chemin. Il serait stupide pour sa part de continuer de s'entêter à manier cette sorte d'arme bien qu'elle tenta tout de même de soupeser chaque arme par esprit de contradiction. Adoptant une moue boudeuse à chaque fois qu'elle constatait que ce chemin ne lui était véritablement pas accessible...

Soupirant, elle déposa la hache qui avait failli tomber et l'amputer éphémèrement d'un de ses pieds sur ses sangles veillant à bien serrer ses liens pour éviter de malencontreux accidents. C'était un véritable désastre mais comme une ondée : ses sentiments négatifs laissèrent la place à une certitude renouvelée : les armes légères permettant une vitesse et une liberté de mouvement étaient ce qui lui convenait.


Jûbukijutsu : rejeté complètement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Lun 4 Fév 2019 - 20:09
Elle sentait que cette journée serait la dernière qui conclura son absence d'arme attitrée ou du moins, son idée abstraite de l'arme qui deviendra sa fidèle amie et la suivra dans ses futurs voyages : qu'il pleuve, neige ou vente qu'importe les tribulations rencontrés et les moments de sérénité trouvés. Il est vrai qu'on pourrait penser qu'elle chercherait à se trouver un navire à baptiser pour partir en mer et explorer le monde mais un tel bâtiment ne pourra l'accompagner lors de ses errances terrestres et dans ses profondeurs marines ou caverneuses. Mais pour cela, elle devait d'abord mettre la main sur ses futurs fidèles compagnons...

C'est pourquoi elle se retrouva à chercher une salle consacrée aux armes plus exotiques encore que ne l'étaient les précédentes pour la jeune fille qui en tant que néophyte les voyaient toutes d'un œil nouveau et emplis de curiosité ainsi que de joie face à ces découvertes. Malgré leur potentiel destructeur et mortel inhérent à leur nature d'arme, Shinju admirait leur beauté souvent glaciale voire brut sans compter les détails que certains maîtres forgerons aimaient ajouter en tant que signature ou pour démarquer chacun de leurs enfants et non seulement par les noms qu'ils leur donnaient pour leur conférer un esprit et des capacités propres. Enfin, elle n'était pas encore à cette étape et elle ne risquait pas de pouvoir se mettre à la forge ainsi que confectionner ses propres armes comme l'a probablement déjà fait Fuki. Non car elle serait trop délicate pour un tel travail mais cela relèverait plus de l'incapacité à produire une arme convenable et à supporter les hautes températures : n'ayant jamais trouvé sa limite-qu'elle devra déterminer à l'avenir.

Après quelques essais infructueux et des mauvaises portes refermées sur des contenues ne correspondant pas à ses désirs, la kunoichi au teint de craie finit par franchir l'antre qui abritait les armes peu communes et dont le maniement pouvait être transmis dans des coins seulement connus des initiés : du moins, si les savoirs ancestraux n'avaient pas été volés ou rendus publics. Heureusement -ou malheureusement- le Grand Dojo et la bibliothèque de Kiri avaient au fil du temps réussi à mettre la main sur des bribes de connaissances normalement partagés que dans un cercle fermé et les rendant plus accessibles (du moins, pour les personnes ayant les bonnes accréditations ou liens). Ce qui arrangeait pleinement la jeune femme qui ne songea nullement aux vies perdues et détruites pour acquérir ce savoir : ne voyant que les "récompenses" ou plutôt prises fièrement présentés à la vue des visiteurs.

S'approchant d'un des fouets lisses pour délaisser ceux plus vicieux par les épines les parsemant sûrement pour mieux s'accrocher à la chair et la lacérer voire même enduire de poison chaque pointe semblable à un poisson-globe.C 'est pourquoi elle se contentera d'une version standard pour s'initier à sa présence dans sa main avant de se mettre devant un des mannequins et de l'attaquer en faisant des mouvements brusques des mains. Qui firent resurgir des souvenirs où elle jetait sa ligne dans l'eau en agitant sa canne à pêche dans des gestes similaires à ceux qu'elle réalisait dans le Dojo jusqu'à emmêlée le fouet. Nécessitant qu'elle prenne le temps de le dénouer avant d'aller le ranger. Servant d'échauffement pour la suite, en effet le cuir lui semblait trop tendre pour parer longuement des coups de lames sans se retrouver trancher. Puis elle pourrait bien user d'autres manières...plus naturelles pour restreindre et étouffer ses adversaires sans compter qu'elle saurait manier ces extensions comme des membres personnelles...

Cette fois, elle jeta son dévolu sur un harpon qui semblait avoir été taillé dans l'os d'une créature marine pour embrocher d'un lancer précis la tête du mannequin avant de se précipiter pour retirer l'arme enfoncée en songeant qu'elle ne devait pas s'égarer et délaisser cette arme de pêcheur. Bien qu'elle pouvait sûrement transpercer des défenses mais semblait elle-même peut adéquate pour assurer la protection de son manieur en interceptant efficacement des coups. Bien qu'elle était assurément légère et maniable comme elle le recherchait. Elle se mit à arpenter les rayonnages observant et effleurant du doigt le bouclier assurant la meilleure défense d'un point de vue frontale au détriment de l'offensive puis passa sur la surface de ce qu'elle croyait être des lanières de fer ou des lames multiples bien que souples enroulées et reliées par une poignée d'épée ?


"- Est-ce une épée à lames souples ou un fouet à multiples têtes ?s'interrogea la jeune femme avant de poursuivre son inventaire et de passer devant des tonfas qu'elle saisit et put constater que ceux-ci protégeaient bien les avant-bras mais favorisaient le corps-à-corps de manière très rapprochée. Et ne donnait pas le droit à l’inattention et servait du point de vue de la genin de renforcement en réalité. Et pour l'exploiter il faudrait avoir des connaissances en taijutsu pour en tirer profit et connaître quels points attaquer et quand riposter, esquiver ou parer. Enfin, il doit aussi exister des tonfa personnalisé afin d'y associer une chaîne ou même des fléchettes dedans.

Il y avait bien sûr d'autres possibilités mais elle finit par se stopper devant des épées jumelles ayant une apparence proche d'un hameçon ou d'une clé qui captiva son attention complètement et faisant sortir de son horizon sa pensée de ne pas manipuler une arme à connotation océanique -du moins pour elle. Tendant lentement les mains vers les poignées protégées de ce qui étaient nommé double croc du tigre ou Twin Hook sword ou Shuang gou dans leur pays d'origine.

Ces armes étaient légères et semblaient permettre d'alterner entre une défense efficace et une offensive tout aussi égale. Sans compter qu'elle avait l'impression de pouvoir capturer des prises grâce à la partie crochue se trouvant au bout de la lame remplaçant la pointe effilée des épées ordinaires. La partie centrale ou dos servant par son tranchant de lame ordinaire, ensuite on remontait et arrivait à la poignée protégée par une garde en croissant de lune pouvant paré,servir d'arme de poing et piéger l'adversaire. Tandis que la fin de la garde est aiguisée en pointe pouvant être utiliser de manière à blesser l'ennemi voire de lui crever les yeux ou de lui faire lâcher prise à un ennemi l'ayant attrapé et qui pensait avoir passé sa garde.

S'approchant des mannequins elle se mit à onduler autour d'eux et à porter différents coups ave les armes d'estoc, du tranchant et par la pointe de sa garde. Elle tenta même de capturer d'une lame puis des deux lames ou plutôt la nuque d'un mannequin avant de remarquer qu'elle pouvait aussi accrocher les vêtements de celui-ci. Plus elle maniait ces merveilles et plus celles-ci se dévoilaient devant elle en gardant tout de même une once de mystère. C'était décidée : elle allait prendre ces armes...Enfin, plutôt s'inspirer de celles-ci pour servir de modèles à ses propres lames qu'elle paiera avec l'argent mis de côté et qui n'aura pas pu payer les soins de Nami...


Ikokujutsu : je te choisis ! Twin Hook Sword me voilà~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

[RP Solo] Exploration du Dojo : quelle arme adopter ?

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: