Soutenez le forum !
1234
Partagez

Voyage n°3 du Collectionneur


Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Mar 8 Jan 2019 - 20:11
Depuis qu’elle avait été mise en relation avec Seichi, l’organisation qui avait d’ailleurs déjà travaillé avec le Collectif, celle qui se faisait appeler le Collectionneur s’était montré très discrète : trop peut-être. Mais c’était ainsi qu’elle procédait, surtout lorsqu’elle voyageait longuement. Et c’était d’ailleurs l’un des périples les plus longs qui lui avaient été donnés de faire. En effet, de Ame no Kuni, elle était arrivée à Mizu no Kuni. Quitter la pluie pour arriver au plus grand archipel du monde : un luxe pour elle.

Car c’était avant tout pour se faire plaisir qu’elle s’était accordée ce voyage. Consciente que le village caché de Kirigakure no Satô abritait bon nombre de potentiels clients – surtout depuis qu’elle avait acquis de nouveaux équipements ninjas et même une arme de renom – elle s’apprêtait à aller vers une nouvelle clientèle, elle qui n’avait quasiment jamais quitté le Grand Continent.

Les enjeux de la future bataille qui aurait lieu à Ame no Kuni, et à laquelle elle devrait sans doute participer, de gré ou de force, la jeune femme ne pouvait imaginer ne pas saisir toute la mesure de sa liberté actuelle.

« Ici, ce sera parfait. Je vous remercie encore, dit-elle à l’aubergiste qui lui avait autorisée d’établir son commerce de fortune sur le côté de son établissement. »

Elle allait donc finir de s’installer, dévoilant même son arc, l’un de ses trésors les plus prestigieux.


Choses à savoir:
 
Ce que propose le Collectionneur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Mar 8 Jan 2019 - 21:13
Ainsi, le collectionneur a décidé de venir jusqu’à Kiri. Un voyage audacieux, si on prend en compte le fait que Mizu no Kuni est le grand pays le plus éloigné de ses semblables. Mais aussi un voyage audacieux de par la prise de risque liée au banditisme du Pays de l’Eau… enfin, elle vient d’Ame selon les rumeurs, ce qui doit être similaire en terme de vermines…

En tant que chûnin, Wutu-Fuku est informé de la situation comme le reste des shinobis de son niveau, au moins. Puisque les prisonniers de Wasure no Kuni peuvent débarquer d’un instant à l’autre, les étrangers sont étroitement surveillés à leur arrivée au Port Naragasa. Une simple auberge, on a vu mieux comme magasin… mais il ne faut pas se fier aux apparences. La marchandise du collectionneur est réputée dans le monde shinobi… mais ce n’est pas ce qu’elle peut vendre qui intéresse le chûnin, mais ce qu’elle peut savoir…

Le Kaguya arrive, bien déterminé à faire affaire avec la jeune femme. Personne ne l’a devancé, parfait. Il va pouvoir parler sans témoins autour de lui. En plus des parchemins, elle semble avoir aussi des armes à vendre… un énorme trident est posé sur la table, mais aussi un arc plutôt spécial, puisqu’il semble pouvoir tirer deux flèches par coup. Peu compétent dans le domaine du tir à l’arc, Wutu-Fuku ne porte que peu d’intérêts à cette arme, même si elle risque bien d’intéresser d’autres personnes.

-Bonjour, Collectionneur. Bienvenue à Mizu no Kuni, puissiez-vous apprécier votre séjour parmi nous.

Dit-il en tirant de son kimono un parchemin. Un document obtenu il y a longtemps et qui parle des arts samouraï, qui a donc peu d’intérêts pour un Kaguya.

-J’ai ceci qui peut peut-être vous intéresser.

Dit-il en jouant avec le rouleau, le faisant passer d’une main à l’autre, avant de le tendre à la commerçante pour qu’elle en apprécie l’éventuelle qualité.

-Les ryôs, c’est bien… mais je préférerais autre chose, si vous l’avez bien entendu. Je cherche des informations. J’imagine qu’une commerçante aussi sérieuse que vous privilégie la confidentialité vis-à-vis de sa clientèle. Aussi je vous serai reconnaissant si vous gardiez pour vous les sujets qui m’intéressent…

La fiabilité est le premier facteur qui rend un commerce attirant. Rompre le secret professionnel aurait des conséquences désastreuses sur la réputation de la jeune femme.

-Peut-être que vous vous y connaissez en mythologie du Pays de l’Eau ? Des histoires de Dieux et d’événements étranges, qui ont eut lieu il y a environ deux siècles, sur une île de l’archipel… sinon, je suis aussi intéressé par certaines informations sur une certaine personne connue qui porte un certain type de couvre-chef…

Restant vague, Wutu-Fuku se protège ainsi d’éventuelles oreilles indiscrètes, même s’il semble le premier arrivé.

-Si ça ne suffit pas, j'ai ceci, également...

Un rouleau Doton, proposé à Saji mais qui n'en a finalement jamais eu l'utilité.

HRP:
 


Dernière édition par Kaguya Wutu-Fuku le Jeu 17 Jan 2019 - 23:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine http://www.ascentofshinobi.com/u800

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Mar 8 Jan 2019 - 21:24
Magouille & Trafic
Feat Le Collectionneur [PNJ]

« Un collectionneur à grosse poitrine. C'est quand même étrange. »

Dans les ruelles de la Brume, ensoleillé par la chaleur du printemps, l'impétueux traverse le village à la recherche d'une activité quelconque. Aucune mission pour le moment, ses élèves sont congédiés en ce jour de la semaine et l'entrainement du barbare s'est effectué tôt dans la matinée. Peut-on dire qu'il est libre comme l'air ? Bien évidemment. Pour une fois, le Berserk se retrouve sans rien, lui libérant un poids sur l'épaule. Car aujourd'hui, il peut faire ce qu'il veut.

Alors que peut-il bien faire en cette sainte journée ? Rien. Son programme, aller au marché, se prendre à manger pour ensuite, se prélasser du temps saisonnier dans un des nombreux parc de Kiri. Rien de bien fou, mais dans son impétuosité, il trouve nécessaire ces moments de calme sans rien ni personne.

Traversant alors le marché de la Brume, il repère un stand proposant toute sorte d'artefacts, brillant aux lueurs du soleil. Comme s'il l'appelait. Coïncidence ? Il ne pense pas. Parsec ce qui attire son oeil est forcément intéressant. Ou alors, si on lui fait perdre son temps, le Berserk montrant son tempérament bien moins serviable qu'en cette journée de repos mérité.

Fixant l'établi, l'homme remarque la propriétaire du stand. Une femme non moins des plus fournie au balcon, se faisant appeler le Collectionneur. Ce même collectionneur qui vend et achète des artefacts, rouleaux de techniques et autres aux shinobi du Yûkan ? Il semblerait bien. une occasion pour lui de vendre ce dont il ne se sert pas.

L'éternelle cigarette au bord de ses lèvres fumantes, l'Hokkyokusei s'adresse alors à elle.

« Salut toi. Ça t'intéresse ce truc ? » jase alors le Gladiateur affichant un air des plus insignifiant, l'arme imposante dans le dos, tendant un rouleau à la Belle Argenté.

Peut-elle être intéressé par ce rouleau aussi puissant que dangereux que possède le Gladiateur ? Dans tous les cas, il souhaiterait lui parler plus précisément. Lui qui convoite les artefacts les plus puissant du monde.

« Et dis moi ... histoire de parler un peu ... T'aurais pas deux, trois rumeurs sur de potentiels artefacts ? Et j'te donne ce rouleau gratuitement. » lui dit Yami, parlant d'une voix plus roque mais plus basse dans le ton.

Le regard du Gladiateur se noircit alors qu'il affiche une mine réjouit quant à l'idée de mettre la main sur de précieuses informations pouvant faire avancer sa chasse aux armes légendaire cachées au coeur du Yûkan.



Rouleau proposé par Yami:
 

_________________
異世界 割れる
 Isekai Waeru ▬ Le Fendeur de Monde


Dernière édition par Hokkyokusei Yami le Ven 11 Jan 2019 - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4884-hokkyokusei-yami-oushi-norainu http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t4944-hokkyokusei-yami-the-impetuous-warrior

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Jeu 10 Jan 2019 - 15:07
Par cette belle journée d'ensoleillement au pays de l'eau, au sein même du vilage de Kiri, le jeune Meikyū Arata était de repos. Comme pour l'essentiel de ces jours de repos, il avait décidé de se rendre à la bibliothèque après une matinée passée à l'entraînement sur les terrains cachés de la brume. Cependant, avant de s'installer dans la réserve gigantesque de livres en tout genre, Arata devait repasser chez lui pour prendre une douche bien mérité.

C'est au détour d'une avenue de Kirigakure no Sato, sur le chemin du centre qu'il avisa accolé au mur d'une auberge un stand pour le moins original et qu'il n'avait jamais eu l'occasion de voir depuis son installation à Kiri. Celui-ci était tenu par une femme d'une grande beauté et à la plastique avantageuse, à seulement 15 ans Arata s'intéressait aux jeunes femmes seulement depuis quelques temps, mais il pouvait reconnaître la beauté quand il la voyait et c'était bien le cas. Une chevelure aux allures de soie blanche aussi pur que le blanc des neiges éternelles de Yuki no kuni. Un teint halé semblable au sable chaud et brun d'un désert de Kaze no kuni qui faisait ressortir ses yeux d'un jaune d'or précieux. Une taille de guêpe et des courbes sensuelles destiné à faire tourner les têtes et à faire succombé les esprits faibles.

Sur son stand simplement quelques articles, deux armes un trident impressionnant qu'Arata n'aurait pas sût manier même en songe et un arc en bois de qualité chose intéressante le genin remarqua deux encoches pour les flèches. Ainsi l'arme de précision permettait de tirer deux projectiles à la fois, rêveur le gamin s'imagina avec une telle arme. Enfin, il revint à lui et se rappela qu'il ne savait pas du tout utiliser un arc alors tirer deux flèches à la fois ce n'était même pas la peine.
Trois rouleaux posés à côté se battait en duel ou plutôt dans une impasse mexicaine, un triangle de rouleaux. Les kanjis sur les rubans les retenant laissait penser à des noms de techniques shinobis. L'un d'eux attira plus l'attention du Meikyū plus que les deux autres en tout cas, son kanji signifiait "Paume Chargée" ce nom n'était pas inconnu pour Arata. Lui qui développait de plus en plus son taïjutsu s'intéressait de prêt à son utilisation allié aux affinités. Lors de ses apprentissages, il avait découvert son affinité primaire comme étant le raiton, l'affinité de la foudre. Hors, il s'était instruit à ce sujet et la paume chargée était une technique de niveau modeste qu'il pourrait apprendre aisément à l'aide de ce rouleau.

D'un coup il comprit, des armes de cette qualité et quelques rouleaux seulement, cette femme devait être le collectionneur. Elle avait rarement beaucoup de choses sur elle, mais ce qu'elle vendait pouvait parfois être rare. Les gens disaient que l'on pouvait marchander avec le collectionneur, les ryos n'étaient pas la seule monnaie d'échange de cette femme. Les informations, d'autres artefacts, des armes ou des rouleaux pouvaient aussi l'intéresser. Arata se demanda si la culture l'intéresserait, lui n'avait que peu d'argent et son salaire de genin servait à autre chose qu'à cela, il allait devoir jouer finement pour obtenir ce rouleau.

Alors que deux hommes s'étaient déjà présentés à la jeune femme, Arata eut soudain une idée amusante, il espérait que cela amuserait et plairait au collectionneur. Tandis que cela marchandait devant le stand, Arata s'installa sur un banc et sortit un parchemin de sa besace avec un pinceau et de l'encre puis commença son ouvrage. De temps en temps; il lançait des regards amusés et souriant envers la jeune femme:

" Au détour d'une avenue de Kiri,
C'est confondu que je souris,
Devant l'image de la beauté,
De cette femme sous le ciel ensoleillé.

Derrière son échoppe inconnue,
Que pour le première fois je vu,
Elle présentait quelques items,
De nos échanges serait-ce le thème ?

Ou bien serons-nous autre chose ?
Et ce poème en sera-t-il la cause ?
A quinze ans on ne séduit pas, on fait sourire,
Cette expression sur le visage je ne pourrais que la chérir.

Permettez que je vous le dise,
Entre autre chose vous êtes exquise,
Ma démarche est loin du désintérêt,
Ce rouleau des paumes est mon intérêt.

Sans un sous, mais loin de n'avoir rien,
Je vous offre mon âme de bohémien,
Dans laquelle coule ces rimes ratées,
A la volée pour tenter de vous le décrocher,

Ce sourire tant espérer, accompagné de ce rouleau,
Sujet de convoitise m'ayant poussé à écrire ce poème rigolo."


Quelques vers contre un rouleau en espérant faire passer un bon moment au collectionneur ou au moins la faire rire ou simplement sourire. Ce serait déjà quelque chose qui égayerait la journée du jeune homme, mais bien sûr le rouleau en prime lui donnerait aussi un beau sourire à lui. Il se dirigea tout sourire vers le stand de la jeune femme et se présenta officiellement:

Bonjour, collectionneur et belle dame. Je me présente, Arata, Meikyū Arata. Je viens à vous dans l'espoir de marchander l'un de vos rouleaux, expliqua-t-il en avisant du regard le kanji "Paume Chargée". Et j'ai ceci pour vous le troquer, j'ose espérer qu'à défaut de suffire au paiement, il saura au moins vous amuser, exprima le genin en confiant le parchemin fraîchement rédigé au collectionneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Jeu 10 Jan 2019 - 17:47

Les rumeurs allaient bon train, et Harumi trainait la plus part du temps lorsqu’elle ne trouvait pas des tâches rémunérées à faire dans les tavernes ou les lieux de passages. Ce n’était pas en restant cloitrée dans sa chambre qu’elle allait trouver des clients. Car à l’instar du collectionneur, elle devait bien trouver de quoi casser la croute, une autre travailleuse indépendante. Quelque part, même si ce n’était pas le même métier, elle se sentait obligatoirement proche d’une personne de ce type. Ce fut pour cela que la médecin itinérante se décida à rencontrer cette personne. Ce n’était pas tous les jours qu’il était possible de rencontrer une personne ayant ses talents pour dénicher des objets rares. Elle se rendit alors dans une auberge que l‘on lui avait indiqué, bien décidé à la rencontrer.



A son arrivée, il semblait avoir déjà pas mal de monde intéressé par cette personne, décidemment, c’était une véritable star. Vu les regards et le ton que prenaient Wutu-Fuku qu’elle connaissait comme chunin de Kiri, elle se décida de rejoindre non pas la table de la demoiselle, mais plutôt le bar de l’auberge. Harumi garda alors son chapeau de paille de paysan sur la tête avant de demander un whisky au tenancier de l’aimable établissement. Elle sortit son porte cigarette et se décida à en glisser une pour fumer tranquillement en attendant son tour. Elle n’était pas très pressée il fallait dire, et puis comme le chunin semblai avoir des secrets, elle ne serait pas du genre à s’y glisser par mesquineries.



Une autre personne semblait être des plus subtile, son barbare préféré qu’elle connaissait aussi. Elle profitait du coup davantage de ce qu’elle sirotait que des marchandises qui à première vue ne l’intéressait que peu. Avec sa force, elle risquait plus de briser l’arc que de pouvoir s’en servir. Elle commanda un thé dans une tasse avec un peu de thé, ce n'était pas pour elle, mais pour la fameuse collectionneur, c'était évidemment un sobriquet, alors elle se demanda bien quel pouvait être son véritable nom. C'était par curiosité bien entendu. On pouvait évidemment aussi se demander d'où pouvait bien provenir ses trouvailles, mais cela lui importait que peu. Elle allait lui apporter en signe de bienveillance lorsqu'un jeune de Kiri débarqua à son tour. Cependant le gamin commença à prononcer quelques vers. Harumi ne put se retenir de sourire légèrement afin d'éviter de rire. C'était tout de même très osé, mais elle attendit la fin pour venir enfin s'approcher de la fameuse jeune femme. Elle posa la tasse de thé fasse à elle avant de sortir elle-même un parchemin à vendre. Elle le sortit et le posa sur la table sur sa hauteur.



Kobane Harumi • « J'ai pensé que vous pourriez être intéressé par ceci. Ce n'est pas grand chose, mais on peut sûrement s'arranger n'est-ce pas ? Si vous me faites un très bon prix, je m'engage à vous protéger, vous escorter pendant votre séjour ici comme cela personne ne vous ennuira d'aucune façon. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 http://www.ascentofshinobi.com/u1034

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Ven 11 Jan 2019 - 18:56
Voyage n°3 du Collectionneur 181228105131936534

« Comment ça un collectionneur ? Tu es sûr de ce que tu dis ? Et il rachète ça bien ? Bon.. je crois que j'aurais ma réponse si je vais directement lui poser la question. »

Parce que les voix s’élevaient rapidement dés qu'il y avait quelque chose de nouveau dans le village, ou une chance à saisir de s'en mettre plein les poches sans faire trop d'efforts. Avec le commerce florissant du fait du nouveau port et des marchand qui affluent de tous les recoins du monde, on pouvait facilement se faire de belles petites sommes sans trop d'efforts. En vendant, en troquant, en négociant des biens contre d'autres.

Seulement quand on est Shinobi on a pas trop trop le temps de faire ce genre de choses, et à moins de récupérer des butins de guerre sur ceux que l'on va venir calmer avec un bon coup dans les côtes, il est difficile de se faire des millions. Ne restait alors comme autre option que l'achat et revente de rouleaux ou de biens, car étant payé au lance-pierre ce n'est pas avec ses seules convictions patriotiques que le Samouraï pourtant issu d'une famille de la Noblesse Shimazu, se paierait ses plus belles armes. Malgré ça il avait au fil de ses pérégrinations de Chûnin, récupéré un rouleau contenant les secrets d'une technique qu'il n'arrivait pas à maîtriser. Ce n'était sans doute pas son domaine de prédilection, ou bien la technique était trop pointue pour lui, peu adaptée à son style de combat bien plus rapide.

Sa première réaction en arrivant aux abords de la collectionneuse, ce fut d'abord cette massive poitrine qui occupa son esprit plusieurs secondes sans qu'il ne puisse dire le moindre mot. Nul doute que devant elle, il passait pour le triple idiot du village qui n'avait pas eu une femme à son cou depuis des années. Cette pensée n'aurait de toute façon pas été tellement fausse car il avait mieux à faire que de courir les jupons de ces demoiselles peu farouches. Son culte n'attendait pas, le sang n'attendait jamais d'être versé afin d'apaiser les humeurs de sa mère la Déesse. Le monde ne comprenait t'il pas que l'entière servitude réglerait tous les problèmes ? L'homme n'a jamais su guider son pas en dehors des sillon et des tranchées meurtrières qui firent les légendes d'autrefois jusqu'aux jours modernes.

Ainsi il fronça les sourcils à la manière d'un constipé prêt à lâcher sa brique, et regardant la femme avec désirs, il s’efforça de lui présenter son rouleau devant les yeux, avec le début de la technique dont il est question.

« Salutation femme à la poitrine plantureuse. Je sais d'ailleurs que cette dernière risque fort d'altérer mon jugement sur de futures négociations, et c'est ce pourquoi je ne peux avoir recours qu'à une technique secrète pour ne pas tomber sous ce charme démoniaque. »

Il composa quelques mudras devant elle, avec l'ardent désir de contrer ses charmes venus d'un autre monde, en combattant le mal par le mal. Se métamorphosant dans une enveloppe féminine, c'est une poitrine encore plus grosse qui fut l'origine de sa motivation. Au moins elle n'essaierait plus de le tromper alors même qu'elle n'avait pas dis le moindre mot.

Métamorphose :
 

« Maintenant que nous pouvons parler entre femmes.. loin de ces vils hommes aux pensées malsaines.. que dirais-tu de m'échanger ce rouleau contre.. 800 000.. non ! Je descend même à 600 000 si tu acceptes de m'accompagner dans cette petite cahute là-bas »

Sur un petit clin d'œil coquin absolument surjoué, ainsi qu'avec une voix toute féminine de jeune femme innocente à la poitrine encore plus imposante, elle passa une langue sur sa lèvre supérieure, un vrai petit bijou Kirijin qui en vaudrait le détour, si tant est que la collectionneuse se laisse charmée à son tour.

Rouleau :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Jeu 17 Jan 2019 - 23:40
Voyage n°3 du Collectionneur Oui10

« Le Berserker déchu »




Il fallut un moment à Inja pour se frayer un chemin jusqu'à l'endroit que ses espions lui avait indiqué. Une vagabonde, c'était sa cible. Celle que l'on surnommait Le Collectionneur semblait s'être finalement amené sur le Territoire de l'Eau, venu, très probablement, faire des affaires. Une aubaine pour le gladiateur qui avait des objets de valeur à refiler, mais surtout, qui savait que celle-ci pourrait apporter des informations sur les artefacts se trouvant sur le continent. Après tout, elle était en contact direct avec l'économie souterraine et le banditisme, chose qui n'était pas à négliger.

Observant les alentours, le cinquantenaire marchait maintenant bien plus lentement, habillé de sa long cape noire qui faisait le tour de son corps, cachant l'armada destructrice qu'il gardait sous ceux-ci.

Elle était là.

"Salutations, Collectionneur."



Au fond de lui, Inja n'était pas certain de son affirmation. Etait-ce vraiment elle ou sa voix grave fusait-elle en direction d'une personne disposant de la même description ?

Il lui fallait en être sûr.

Glissant sa main sous sa longue cape noire, le colosse attrapa deux rouleaux qu'il possédait depuis déjà un moment pour les montrer à la personne en cherchant à l'amadouer par une offre. Si c'était effectivement elle, elle ne pourrait que réagir.

"Quatre rouleaux, sommes toute basiques. Je vous en donne un en échange d'informations pertinentes à propos des artefacts. Et ça doit être une piste solide. Dans le cas contraire, je suis simplement prêt à vous les vendre."



Le cinquantenaire était dur en affaire, mais éventuellement, il tenait à extirper le plus d'informations possibles qui l'aideraient à trouver un artefact à propos desquels il vouait une fascination particulière. Les rouleaux, il s'en foutait, mais le prix était quelque chose qui faire peser la balance en sa faveur.






Citation :
Inja propose de vendre ses quatre rouleaux et est prêt à en échanger un contre des informations pertinentes sur les artefacts.

_________________
Hakai VS World:
 


Dernière édition par Kagai Inja le Mar 29 Jan 2019 - 19:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3404-kagai-inja-99#25741 http://www.ascentofshinobi.com/t3521-arcanes-d-inja-le-berserker http://www.amneos.fr/

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Sam 26 Jan 2019 - 7:18
J’avais entendu des rumeurs. Alors que je me promenais aux environs pour confirmer cette rumeur, je vis effectivement une petite tête inhabituelle ressortir de la foule. Il me fallut à peine quelques instants pour reconnaître l’identité de cette personne. En effet, c’était le Collectionneur.

Je n’avais jamais eu l’occasion de la rencontrer en personne. Toutefois, en tant que bon voleur, j’avais entendu parler d’elle à plusieurs reprises. C’était une jeune femme aux cheveux blancs qui voyageait de droite à gauche pour vendre et échanger des objets qu’elle ramassait. Qui aurait cru que je la rencontrerai un jour ici ?

Elle était assise sur le côté d’une auberge et devant elle, un tapis sur lequel étaient disposés des joyaux. Je pouvais parmi eux trois rouleaux et deux armes. J’ignorai ce que contenaient les rouleaux ou encore la valeur précise des armes, toutefois tous me semblaient intéressants et particulièrement l’arc qui semblait bien joli et avait attiré mon attention. Avant de venir, j'avais entendu quelques personnes en parler.

Non pas que j’avais extrêmement besoin de rouleaux ou d’arme, mais en bon voleur, j’étais facilement attiré par les beaux objets. Et lorsque l’on parlait du Collectionneur, on l’attribuait toujours au marchands de trésors. Difficile pour moi de passer à côté sans rien faire..

Calmement, je marchais parmi la foule et les clients, puis pendant qu’un homme barbu présentait deux parchemins, à la seconde d’inattention de la jeune femme et de la foule, discrètement et d’un mouvement rapide et agile, je tentai de voler l’arme disposée sur le coté, avant d’accélérer le pas pour m’éloigner, toujours d’un air naturel — j’étais un voleur professionnel après tout.
 



Dernière édition par Mamoru Honō le Dim 24 Fév 2019 - 23:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5278-fire-and-violence-en-cours#41736 http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5291-mamoru-hono-carnet-de-bord#41839

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Dim 27 Jan 2019 - 22:21
Une journée détente et exploration des produits mis en vente dans l'une des zones commerçantes de Kiri enfin bien que Shinju cherchait plus à trouver un expert pour expertiser un rouleau qu'elle avait trouvé lors d'une plongée. Et au vue des informations qu'elle avait glânée en le déchiffrant tant bien que mal et en épluchant les livres de la bibliothèque : ce dernier devait contenir une technique ninja...

...Malheureusement, non exploitable par elle-même. Dommage surtout qu'elle aimait bien le titre : vestiges du passé et que ça correspondait à sa curiosité face au monde et aux trésors qu'il recèle. Enfin, elle n'aurait qu'à essayer de trouver la muraille ayant inspiré ou ayant perdu un bout d'elle-même lors de la confection du rouleau. Tandis qu'elle confiera au soin d'un connaisseur ce trésor remonté des fonds marins.

Après tout, l'une des rumeurs récentes qui agitait la foule des Kirijin était la présence d'un Collectionneur qui semblait être un puits de savoir et de connaissances lorsqu'il s'agissait des rouleaux et d'artefacts. Ce qui suffisait amplement à faire briller de milles feux la curiosité naturelle de Shinju présente dans ses yeux et son envie de rencontrer ce personnage.

Elle aimerait bien pouvoir lui demander quels incroyables endroits riches en beauté et voir historiques, il connaissait ainsi que l'entendre transmettre des récits : enfin, c'était peut-être plus le rôle de barde que de commerçant. Enfin, elle le verrait une fois que ses yeux citrines en vadrouillent auront repéré ce qui ressembleraient de près ou de loin à des rouleaux. Ce qui finit par arriver après qu'une haute silhouette encapée est accrochée son regard ou plutôt les rouleaux et armes présentes devant elle.

S'approchant, elle rejoignit donc la foule déjà présente ainsi que quelques visages connus : le docteur Harumi, Yami son hébergeur ainsi que monsieur kimono blanc Kaguya : Wutu-Fuku si elle se rappelait bien. Il semblait y avoir aussi un jeune et une nouvelle tête qu'elle ne connaissait pas mais l'encouragea à prendre place dans la file d'attente juste derrière la haute stature sentant le cuir et la terre.

Il y avait aussi une femme rousse qui par son apparence laitière pourrait ressortir du lot mais le fait qu'elle ait un rouleau en sa possession-et que c'était un village de ninja- prouvait qu'il ne fallait pas se fier aux apparences. Puis finalement son regard se porta sur une personne possédant un regard aussi citronné que le sien et qui semblait être le ou plutôt la marchande responsable du stand.

De logs cheveux blancs et si ce n'était pour son teint agréablement hâlé par les caresses du Soleil : Shinju aurait pu la considérer comme une probable membre de sa famille d'origine. Ce qui avait très peu de chances d'être le cas et elle ne se risquera pas à le demander : n'étant pas réellement intéressée par ses origines. Bien qu'elle aimerait bien savoir de quelle contrée cette dernière venait sauf qu'elle n'allait pas pouvoir lui demander tout de suite.

Pas quand les affaires battaient son plein, c'est pourquoi elle sorti son rouleau afin de le mettre bien en vue de la femme avant de se réfugier derrière l'homme inconnu pour ne pas se montrer malpolie ni donner l'impression de vouloir doubler.

Avec patience et en écoutant tout de même les échanges entre le collectionneur et ses clients afin de glâner d'éventuelles informations sur le procédé de négoce employé par la marchande, elle attendit son tour qui vint finalement bon grès et mal grès pour s'adresser avec respect et curiosité :


"Bonjour, excusez-moi j'aimerais vendre ce rouleau...dépose avec douceur le rouleau sur la table de bois pour lui permettre de l'examiner et après avoir regarder un instant les produits sur l'étale : et est-ce qu'il serait possible d'entendre l'histoire de ces armes...-ou de voyage- même si je n'ai pas vraiment les moyens de m'en acheter, j'avoue être intriguée par le monde et ses trésors...

rouleau à vendre:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Ven 29 Mar 2019 - 16:45
La curiosité que les précieux objets faisaient naître ne se fit pas attendre. En quelques minutes seulement, la tablée avait été entourée de silhouettes toutes plus disparates les unes que les autres. Le Collectionneur en était ravie ; elle adorait se nourrir des personnalités ambiantes pour affiner ses connaissances propres. Le tour de table fut rapidement lancé ; tous avaient des intérêts que la commerçante était habituée à entendre. L'argent, les mythes, le matériel. Après tout, elle était catégorisée et reconnue comme étant l'une des plus aguerries dans l'art de l'échange ; qu'il soit matériel ou non.

Tout les stratagèmes semblaient bon pour gagner son attention, et s'attirer ses faveurs. Qu'ils soient raffinés et de poésies, ou plus osés et charnels. Mais la cupidité montra vite le bout de son nez, et le visage du Collectionneur se ferma pendant une fraction de seconde, avant de fixer tour à tour chaque individu autour d'elle.


« Un Collectionneur n'en serait pas un s'il refusait telles propositions. J'accepte de vous acheter votre parchemin le plus rare à chacun ! »

Sa main avait plongé dans une sacoche qu'elle gardait accrochée à sa ceinture, en ressortant une bourse à l'apparence gonflée et lourde. Le poids du paquet fit crier un instant la table sur laquelle il fut jeté.

- « Quant à vos curiosités sur les mythes actuels... Sachez que j'ai une très belle histoire à vous conter. Prenez note. »

Elle aimait toujours annoncer les mystères par des contes illustrés. Parfois, elle se contentait même simplement de répéter ce qu'elle avait entendu ailleurs. Mais l'histoire qu'elle réservait aux Kirijins avait une toute autre ampleur :

Citation :
« Il y a de cela fort longtemps, une modeste famille de paysans, les Gonobushi, vivait sur les terres reculées de la contrée du feu. Ils vivaient pauvrement mais paisiblement, se suffisant à eux même grâce à leur bétail. La mère était une chasseuse hors pair, le mari un très bon travailleur, et leur deux étaient enfants aussi différents que le jour et la nuit. L'un débordait d'énergie et rayonnait de volonté, l'autre était fragile et fatigué depuis la naissance.

Un jour, la mère tomba gravement malade et ne put plus s'occuper ni des troupeaux, ni de la chasse. Le mari tenta tant bien que mal de la relayer, mais il était loin de pouvoir tout assumer à lui tout seul. La famine se fit donc ressentir, d'abord pour les bêtes, puis, quand celles-ci vinrent à manquer, pour les Gonobushi.

Dans un jour d'errance, le premier des enfants rencontra un vieillard, qui n'était autre que l'incarnation même de l'un des quatre grands esprits du pays. Attristé par le désespoir de l'enfant, l'Esprit proposa à celui-ci un marché ; Il devrait se rendre seul et de jour à la Caverne du Ciel pour demander l'autorisation aux Grands Esprits de recueillir un pétale de lotus noir, qui, mélangé à de l'eau et du lait, apporterait guérison à n'importe quel des maux. Le premier enfant, hagard, réussit avec sincérité à convaincre les 4 Esprits, tout en respectant le marché qui n'était de prendre qu'un seul pétale. Comme promis, le remède eut un effet salvateur et la mère se réveilla d'un sommeil maladif, débordant désormais d'une énergie divine.

De cette renaissance naquit également un désir plus sombre. Le deuxième enfant, qui en avait assez de sa propre condition, décida qu'il était également légitime pour aller quérir un pétale afin de devenir aussi vaillant que sa mère. Il se rendit donc en secret et de nuit à la Caverne sacrée, et déroba non pas un pétale, mais la fleur toute entière... Qui était désormais un lotus blanc.

Il ingurgita la mixture en silence, et soudain le monde vrilla ; Ce qu'il avait dévoré n'était autre que le cœur des dragons, qui n'apparaissait que de nuit. En le dévorant, il avait arraché aux grand esprits leurs sentiments, leur empathie... Et leur stabilité. Désinhibés et fous furieux, ils ravagèrent le pays de leur bestialité désormais réveillée, brûlant villages et vies sans le moindre scrupule....

Pour l'avidité d'un être... Le monde entier avait été frappé..... Par le courroux du Croissant Céleste ! »

Les yeux brillants du Collectionneur fixèrent l'assemblée en apnée. Son histoire avait du en harponner plus d'un, mais elle jubilait à l'idée d'avoir à la dévoiler dans ces conditions.

Rapidement, ses mains recouvrèrent tout son attirail d'un voile de coton, avant de les remballer complètement dans un sac à dos démesuré pour elle. Elle n'avait bien évidement pas oublié de rajouter à ses trésors les nombreux parchemins négociés, avant de se redresser comme quelqu'un prêt à partir.

« Sur ce messieurs- dâmes, je vous souhaite une bonne méditation, mais l’aventure m'appelle ! »

Sa crinière opaline s'envole ; Elle s'éclipse aussi rapidement qu'elle était venue.

Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Sam 30 Mar 2019 - 1:29
Autour de l'échoppe provisoire du légendaire collectionneur ou plutôt la collectionneuse, c'était rassemblé une ribambelle de personnage tous inconnus aux yeux d'Arata. Il ne s'attarda d'ailleurs pas sur les visages, les voix ou autres signes distinctifs. Le jeune adolescent n'avait d'yeux que pour la sublime collectionneuse. D'yeux, d'yeux ! Tant qu'il pouvait poser les yeux sur elle un gros trapu c'était foutu en plein devant lui, déjà que d'ordinaire, il n'était pas très grand, mais là. Impossible de suivre des yeux la collectionneuse et puis chacun y allait de sa proposition comme si on était aux enchères Arata n'avait même pas eu le temps de déclamer son poème à la belle et magnifique femme de commerce.
Arata patienta donc entendant tous ces gens proposer des échanges de rouleaux ou bien de demander à acheter ou encore de vendre des rouleaux à la collectionneuse. C'est dommage qu'il ne soit encore que jeune genin, car plusieurs des rouleaux proposés par les kirijins auraient pu l'intéresser, mais son maigre salaire ne lui aurait pas permis de se les offrir.
L'attente était longue devant ou plutôt derrière toute cette populace de ninja, personne ne faisait vraiment attention à Arata. Alors, il s'assit sur un banc juste à côté du stand de la jeune femme en attendant son verdict. Enfin, il arriva...

Elle accepta d'acheter aux vendeurs leur parchemin les plus rares, mais ne fit absolument pas mention de son poème. Tant pis, Arata le prit avec philosophie ce n'était pas bien grave après tout, il aurait juste aimé pouvoir déclamer son poème à celle pour qui il était destiné. Au moins, elle l'avait sur son stand, maintenant et le genin n'allait pas lui reprendre, il était pour elle de toute manière. Il resta tout de même sur place lorsqu'il entendit qu'elle allait leur conter un mythe...

L'histoire était très intéressante et non dénué de morale qui semblait en particulier destinée à l'un des marchandeurs du dimanche. L'un d'eux avaient sans doute volé quelque chose au collectionneur et la punition ne se fit pas attendre. La collectionneuse parti à vive allure avec les parchemins rares en laissant sur la table une bourse de ryos et à entendre les marchandeurs ce n'étaient pas à la hauteur de leurs espérances. Arata lui parti comme il était venu sans espérer quoi que ce soit, sa journée n'était pas finie et il avait d'autres chats à fouetter. Sur le chemin, il chantonna une vieille chanson:

"J'ai la mémoire qui flanche, je me souviens plus très bien
Comme elle était très musicienne, elle jouait beaucoup des mains
Tout entre nous a commencé par un très long baiser
Sur la veine bleutée du poignet, un long baiser sans fin

J'ai la mémoire qui flanche, je me souviens plus très bien,
Quel pouvait être son prénom et quel était son nom
Elle s'appelait, je l'appelai, comment l'appelait-on ?
Pourtant, c'est fou ce que j'aimais l'appeler par son nom... "


Et il continua en flânant dans les rues de Kirigakure no sato en direction de la bibliothèque du village comme il l'avait prévu avant cette rencontre inopinée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Sam 30 Mar 2019 - 17:54
Le collectionneur est un peu dépassé par les événements, ce qui est logique vu l’affluence autour de la marchande. Malgré son arrivée en premier, Wutu-Fuku n’obtient finalement aucun entre entretien avec la jeune femme. Yami arrive un peu après, lui aussi déterminé à vendre l’un de ses parchemins. D’autres personnes arrivent, plus ou moins connues. Le Kaguya reconnait Harumi et même le chef des armées, Kagai Inja. Néanmoins, le chûnin est déçu de voir qu’il va devoir rentrer chez lui avec l’un de ses rouleaux, la commerçante n’acceptant que le rouleau le plus rare de chaque client. Cette solution est néanmoins arrangeante pour le Kaguya : ses parchemins sont tous communs, ce qui fait que c’est son parchemin le plus complexe qui intéresse le collectionneur. Un obscur parchemin pour samouraï, mais expliquant un mouvement ne faisant pas appel au Kenjutsu… assez atypique, un épéiste peut-il seulement être intéressé par cela ?

Elle jette ensuite une bourse de ryô sur la table, avant de se lancer dans une histoire censée répondre à la curiosité de plusieurs membres de l’assemblée. Wutu-Fuku ouvre ses oreilles, histoire de voir s’il peut en tirer quoi que ce soit de pertinent pour ses propres centres d’intérêts.

L’histoire parle d’une famille de paysan localisée à Hi no Kuni. Une famille pauvre mais qui vivait tant bien que mal grâce à leur production alimentaire. Jusqu’à ce que la mère tombe malade, ce qui rendait difficile l’approvisionnement de la famille. L’un des enfants de la famille rencontre ensuite un vieil homme, incarnation d’un grand esprit du pays. L’esprit propose ensuite un marché à l’enfant : aller à la « Caverne du Ciel » pour cueillir un pétale de lotus noir, capable de guérir sa mère. Mais il ne peut en cueillir qu’un seul. Le remède fonctionne, et la mère se voit désormais déborder d’une énergie divine.

Cela entraîne la jalousie du second enfant qui souhaite lui aussi s’approprier ce pouvoir. Il décide de s’approprier non pas un pétale, mais toute la fleur, qui n’était plus un lotus noir, mais un lotus blanc. L’avidité du jeune garçon provoque ensuite des conséquences gravissimes, puisque cette fleur n’était autre que le cœur des « dragons », et que cette disparition entraîne un changement chez les dragons, qui deviennent fous et ravagent le pays du Feu. Elle évoque finalement le « Croissant Céleste »…

Le Kaguya réfléchit : le lotus blanc, c’est bien le surnom du Daimyo du Pays de la Terre ? Quoi qu’il en soit, cette légende parle surtout d’avidité. Peut-être est-il prématuré d’attendre de cette histoire une vérité historique. Une fois l’histoire terminée, la marchande remballe ses affaires sans demander son reste, avant de s’éclipser rapidement. Un écho à la malhonnêteté d’un membre de l’assemblée ? Peut-être. Car la bourse de Ryô jetée précédemment ne couvre largement pas la valeur des parchemins récoltés par le collectionneur. Wutu-Fuku n’a pas obtenu ce qu’il voulait en termes d’information, il faudra donc se satisfaire de peu puisqu’il n’est certainement pas le seul à convoiter le contenu de cette bourse. Il s’approche et ouvre cette dernière afin d’évaluer la quantité d’argent qu’elle contient.

-Hé bien… je suggère que nous prenions tous la moitié de la valeur du parchemin vendu, c’est la seule solution que je vois pour satisfaire tout le monde…

Dit-il, avant de s’emparer de sa part.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine http://www.ascentofshinobi.com/u800

Voyage n°3 du Collectionneur Empty
Dim 31 Mar 2019 - 0:14
Une fois suffisamment éloigné des lieux et de la foule, dans un coin à l'ombre à l'abris des regards, je découvris ce que je venais de voler : un simple parchemin. Je ne pus m'empêcher de lâcher un soupire, légèrement déçu de ma pioche. J'aurais préféré attraper l'arme mythique, l'arc doré, mais il y avait beaucoup trop de monde. Ce n'était pas facile de prendre quelque chose sous le nez de cette jeune femme sans remarqué.

Enfin, c'était déjà mieux que rien. Assis en tailleurs, je me mis à inspecter cet objet étrange. En apparence, celui-ci n'avait rien de spécial. Mais il provenait du Collectionneur, il avait certainement une utilité. Il y en avait même deux autres en plus de celui-ci sur le tapis aux multiples trésors, et les personnes qui venaient voir le collectionneur possédaient tous des rouleaux semblables à celui-ci. J'avais l'impression l'objet d'échange principal, que ce soit à vendre ou à acheter. Il devait certainement avoir quelque chose d'intéressant.

Calmement, je le déroulai et découvris à l'intérieur une multitude d'instructions pour une technique de Taijutsu. C'était plutôt intéressant - enfin à quelques détails près. La technique semblait être destinée à des utilisateurs de sabre ou plus précisément à des sabreurs. Sur cette dernière, je lâchai un soupire bien plus bruyant que les précédents avant de m'étaler au sol en arrière.

« Raaaaah.. Mauvaise récolte ! »

Je ne pouvais rien en faire. Je ne maîtrisais pas l'art du sabre et je n'allais pas sacrifier mon temps à apprendre ce genre de chose. Ce n'était finalement qu'un simple rouleau de papier inutile. Je grinçai des dents et enflammai ma main qui tenait le rouleau, prêt à le brûler et à le réduire en cendres. Cependant, juste avant que la première page ne commence à brûler, j'éteignis mes flammes et me redressai brusquement.

« Mh.. Mais j'en connais un de samuraï.. »

Peut-être qu'elle saura en faire usage ? Après un instant de silence, je lâchai un léger rire et rangeai le parchemin dans ma poche. Enfin, je n'étais pas sûr de recroiser son chemin, -peut-être même qu'elle était déjà mort dans un trou paumé- , mais si jamais je la recroisais à nouveau près d'une rivière, je pourrais lui refiler.. Sur ce, je repris mon chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5278-fire-and-violence-en-cours#41736 http://www.ascentofshinobi.com/t5162-equipe-05-oushi-kuroi http://www.ascentofshinobi.com/t5291-mamoru-hono-carnet-de-bord#41839

Voyage n°3 du Collectionneur

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: