Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Corps-à-corps : la douceur peut-elle s'endurcir ? Interlude dans l'exercice du lion(pv Tashida Keitei)


Jeu 10 Jan 2019 - 23:46
@Tashida Keitei

"Il faut bien que je sache si c'est une possibilité...Et le mieux serait d'observer des initiéssongea la jeune Shinju qui exceptionnellement portait ses longs cheveux immaculés comme sa peau attachés par une lanière de cuir teint de bleu marine emmêlé de jaune rappelant son regard citrine.

Cette dernière se dirigeait une nouvelle fois au Grand Dojo saluant comme d'habitude le gardien présent et les personnes qu'elle croisait sauf que cette fois, elle ne devrait pas s'entraîner dans son coin mais observer d'autres personnes suer par l'effort.

Plus précisément des Taijins enfin des shinobi qui forgeaient leur propre corps en arme au lieu de compter sur des instruments artificiels. Comment ? A force d'entraînements intenses où le sang se mêler à leur sueur et à leurs larmes marquants leurs corps profondément et sur leur peau.

Mais les mots ne suffisaient pas à illustrer les efforts qui se cachent derrière ce renforcement, il fallait voir des adeptes à l'exercice pour mieux saisir l'essence de cette voie martiale. C'est pourquoi l'Asayo cherchait parmi les salles du Dojo si il n'y aurait pas une telle personne à observer et décortiquer comme un crabe.

Elle devait en trouver un dans son élément naturel et comprendre pour reproduire si possible les exercices qu'il réalisait. Et voir si c'était une voie qui lui était possible malgré qu'elle ne l'ait pas apprise au berceau contrairement à des ninjas pures souches.

Enfin, elle savait que l'enseignement prodigué par un maître martial accompagné du travail acharné d'un passionné pouvait rattraper ce retard surtout en prenant en compte si un don endormi était présent et prêt à être tiré de son sommeil s'éveillant dans toute sa splendeur comme un lion s'élançant dans la savane.

A vrai dire, son esprit s'égarait alors qu'elle arrivait facilement à destination de ce qu'elle recherchait. Un connaisseur qui travaillait chaque jour à affiner son corps et en le poussant dans ses retranchements. Jurant par sa force et les autres ressources que son corps abritaient en les couvant avec possessivité : ne les dévoilant qu'à ceux qui persévéraient sur un chemin ardu et dangereux où la moindre erreur pourrait signifier la fin.

Fin se traduisant par une perte incommensurable que ce soit celle de la vie ou celle de la capacité d'une partie de son être. Réduisant à néant les épreuves passés et les fruits du futurs.

C'est ce que pensa la jeune femme en voyant le corps musclé d'un homme aux cheveux verts se couvrir de sueur et dont les muscles bougeaient à chacun de ses mouvements. Alors qu'il frappait de ses bras et jambes bandés ses cibles de bois.

Qui malgré leur incapacité à s'exprimer oralement trouvait moyen de geindre sous les impacts des coups reçus trahissant ainsi leur puissance.

Les attaques ne manquaient pas de vigueur ni de vitesse s'enchaînant parfaitement dans une routine huilée et souvent réalisé. Un combattant se mouvait sous le regard jaune d'une observatrice silencieuse qui doucement s'approcha de la scène de crainte de gêner voire pire d'interrompre l'individu qui se trouvait dans son élément.

Elle ne voulait pas rater le moindre détail mais si l'homme la repérait, il était fort probable qu'il stoppa son exercice et ne fausse les informations qu'elle gravait dans les fonds de sa mémoire. Surtout les mouvements de ses jambes et le roulement des muscles les accentuant en se demandant si elle pouvait aussi donner de telles coups de pied dans le mannequin ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Ven 11 Jan 2019 - 1:38
Aujourd'hui était une des rares fois où je m'entraînais directement à l'intérieur du Grand Dojo plutôt que sur un des terrains d'entraînement. Mais c'était quelque chose nécessaire de temps en temps d'aller dans un endroit où nous n'aurions plus nos aises, pour ne pas s'habituer à un terrain ou à quelque chose. C'était quelque chose dont j'étais convaincu. Et je me tenais maintenant en face d'un pantin, aucun de mes poids habituel sur le corps, ceux-ci posés contre un mur dans la salle. J'étais habillé d'un simple T-Shirt noir sans manches ainsi que d'un bas d'entraînement basique. Les cicatrices de mes bras facilement visible.

Sur mon corps déferlait des gouttes de sueur, ceux-ci volant à toute vitesse contre le mannequin que je frappais continuellement. J'étais assez remonté, et moi-même je ne savais pourquoi, mais j'avais l'impression de stagner dans mes progrès. Comme si j'avais atteint un mur, et que le seul moyen de le dépasser ce mur, c'était de me surpasser. Mais pas moyen de me surpasser pour l'instant, j'étais bloqué par ce mur. J'étais assez énervé, et mon air concentré avec les sourcils froncé pouvait le démontrer. Et une des raisons pour lesquelles je venais rarement ici, c'était d'ailleurs l'air étouffé qu'il y avait. Après tout, c'était ce qui me faisait suer plus que l'exercice, cet air échauffé. A tel point que ma propre odeur est devenue imprégnée d'une odeur salée.

Mais je ne me concentrais pas face au mannequin, je me concentrais dans mes pensées. On pouvait donc facilement dire que j'étais perdu dans mes pensées plutôt que concentré, mais peu importe. Je n'étais pas réellement là pour m'entraîner ceci dit, mais plus pour me défouler qu'autre chose. Je faisais quelques mouvements inutiles de temps à autre, c'est pour ça que je suais contrairement à mon habitude. Mais ça ne me dérangeait pas. Les gouttes tombaient de mes cheveux noirs aux reflets verts, mes yeux émeraudes vaquant dans le vide alors que mes points frappaient le visage du pantin et mes genoux et pieds frappaient son corps.

Mais je me rappelais rapidement d'une chose. Pourquoi s'énerver ? C'était sûrement une des pires choses. J'étais un guerrier, pendant un combat je ne devais pas laisser mes émotions prendre le dessus. Enfin, ça dépendait, mais ce genre d'émotions là, je devais les garder sous contrôle. Je m'arrêtais un court instant, changeant de position, respirant à un rythme particulier, mon corps bougeant en rythme avec ma respiration. Puis mes coups de poings devenaient fluides alors qu'ils frappaient le visage du pantin, comme une rivière qui coulait dans un mouvement précis, sans superflu. Et je finissais calmement par un dernier coup, bien plus violent que les derniers, qui envoyaient la tête du pantin dans les airs.

Un bel arc dans les airs se présentait pour cette tête qui avait apparemment envie de me fuir. Un ploc, et elle rebondissait sur le sol encore quelques fois, roulant sur le sol à travers la sueur, pour finir aux pieds d'une femme. Mes yeux suivaient la tête pour remonter sur la femme, et bloquer mes yeux émeraudes avec les siens jaunes. Je restais un instant comme ça, avant de comprendre qu'elle m'avait sûrement regardé quelques instants. Pas de mal à ça, je n'allais pas m'offusquer. Ma respiration plus rapide sous l'exercice bougeait mon corps avec elle, mais je n'arrivais pas à sourire à cause de mes pensées compliquées, ayant un de mes rares moments plus ou moins sérieux. Je préférais donc m'adresser à elle, de la manière la plus polie que je pouvais comme à mon habitude.

"-Je peux t'aider ? T'as l'air de rester plantée là."

_________________
A fighter enjoys the thrill of battle and the taste of blood. He fights for pleasure, not out of pain.
You live for battle. You thrive on glory. You need nothing else, for what else is a warrior but the sum of his battles.
You continue your path. Known by many names, but mostly known by what you leave behind.
In your wake is nothing. You know no family. Your joy is the clash of steel, the spray of blood, the carnage of killing.
Loneliness is a success. It means everything has fallen to you already.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Ven 11 Jan 2019 - 18:33
Alors qu'elle poursuivait son observation et la mémorisation des enchaînements de l'homme, elle constata une sorte de dérèglement dans le rythme...Comme des nœuds sur un fil de pêche le fragilisant et menaçant de provoquer sa rupture au moment critique. Alors qu'il ne restait plus que quelques efforts à fournir pour remonter ce qui semblait être une grosse prise.

Cependant, alors que la jeune fille se demandait si la perte de concentration de l'artiste martial pouvait être dû à sa présence silencieuse mais non effacée et donc celui-ci aurait capté la présence de son chakra qu'on lui avait comparé être calme comme un ruisseau : le coup final eu lieu sous ses yeux.

Provoquant l'envol et l'atterrissage à ses pieds de la tête de bois alors qu'elle se baissait pour la toucher du doigt. Le bourreau de bois emplis de fièvre intérieure et de sueur à l'extérieur se tourna vers elle en s'enquérant sur ses besoins.

Penchant la tête sur le côté après avoir fixé son regard dans les pupilles de son pair emplis d'une rigueur troublé par des ombres fugaces. La fille au teint de lait marqua un temps de silence le temps de se décider comment exprimer avec des mots qu'elle l'épiait en toute impunité.

A vrai dire ses sujets d'observations ont majoritairement été des animaux n'ayant pas trop le choix de refuser son attention bien que certains réussirent à la semer tandis que d'autres tentèrent de la faire fuir en vain avant d'accepter sa présence en l'ignorant délibérément.

Enfin, ce système ne pouvait pas s'appliquer dans les relations humaines où l'échange de paroles accompagnaient souvent les interactions sous toutes leurs formes. C'est pourquoi de ses mains douces protégées de l'usure des éléments marins et des travaux manuels par son Don d'assimilatrice, elle prit la tête de bois avant de se relever et de tendre de ses bras d'ivoires souples vers le combattant avant de lui dire avec douceur et d'une traite :


"Tenez, vous avez perdu ça. Et je suis ici pour voir de mes propres yeux des pratiquants de Taijutsu : les illustrations et instructions des livres peuvent donner une idée de la chose mais ça ne sera pas aussi clairement que d'observer directement la prestation vivante des exercices"

Clignant ses yeux sans toutefois les retirer de son exemple incarné qui finissait de reprendre une respiration plus stable, elle demanda finalement d'une voix claire :

"Pourriez-vous me laisser continuer d'assister à vos exercices je vous en prie ? Moi, Asayo Shinju vous promets de ne pas les perturber davantage... Mr... ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Sam 12 Jan 2019 - 0:05
Je la regardais fixement. Elle était assez étrange, enfin, pour les personnes que j'ai déjà vu pour l'instant, peu de choses pouvaient réellement me paraître bizarre. Et au contraire elle paraissait assez.. normale ? Peut-être un peu trop, mais je ne la connaissais pas, alors je préférais ne pas la juger hâtivement. Je soufflais légèrement pour reprendre mes esprits et sortir de cet air perturbé que j'avais. Et peu de temps après, je lui adressais un de mes sourires habituels. Je n'avais pas envie d'envoyer tout le poison que j'avais emmagasiné dans mon esprit sur une autre personne, je n'étais pas comme ça après tout.

Je soupirais calmement alors que ma main entourer le crâne qui m'a été donné. J'y été peut-être aller un peu fort, mais au moins je n'aurais pas à le payer. Enfin, c'était ce que m'avait assuré le créateur de ces petits pantins, je n'avais vraiment pas envie de payer pour les trucs cassés que je pouvais engendrer pendant mes sessions d'entraînement. Je toussotais légèrement d'une manière assez embarrassée de ne pas avoir réussi à me contrôler, me grattant légèrement la tête de ma main libre.

"-Ah, merci, merci."

Je me retournais pour repositionner à sa place la tête, essayant de la faire tenir du mieux que je le pouvais. Peut-être que je devrais essayer d'utiliser une autre marionnette si je voulais continuer, mais aucune ne pouvait réellement résister à mes coups. Mais je venais de me rendre compte de quelque chose. La personne qui me parlait me vouvoyer. Je n'étais pas à l'aise avec ça du tout, je n'en était pas réellement fan. C'est pourquoi je me retournais vers elle et que je croisais les bras sur mon torse d'un air assez autoritaire. Fronçant même un peu les sourcils, pour avoir l'air plus imposant que je ne l'étais déjà du haut de mon mètre 90.

"-Tu peux regarder à deux conditions. Premièrement, arrête de me vouvoyer, on est presque du même âge et du même village. Deuxièmement, pas de "Monsieur", c'est Tashida Keitei. Keitei pour faire plus court. En faite, appelle-moi comme tu veux, mais pas besoin d'être trop polie."

Puis je me retournais pour étirer mes membres calmement. Mais une sorte de courant électrique venait à parcourir mon dos tout entier, comme si je venais de me rappeler de quelque chose. Ou plus précisément, de me rendre compte de quelque chose. Je me retournais lentement en regardant d'une manière assez bizarre la femme qui se trouvait devant moi. Je la regardais de bas en haut avant d'arquer un sourcil.

"-Ahem, Shinju c'est ça ? Est-ce que t'es en train de me dire que tu me fixais pendant que je m'entraînais ? Et, euh.. Ouais, j'imagine que tu peux regarder pendant que je m'entraîne, mais c'est pas vraiment intéressant d'un point de vue extérieur."

Je reculais de quelques pas pour être de profil face au pantin dont j'ai brisé la tête, le pointant d'une de mes mains calmement face à la femme.

"-Tu peux aussi essayer toi. C'est avec la pratique qu'on devient habitué, tu sais."

_________________
A fighter enjoys the thrill of battle and the taste of blood. He fights for pleasure, not out of pain.
You live for battle. You thrive on glory. You need nothing else, for what else is a warrior but the sum of his battles.
You continue your path. Known by many names, but mostly known by what you leave behind.
In your wake is nothing. You know no family. Your joy is the clash of steel, the spray of blood, the carnage of killing.
Loneliness is a success. It means everything has fallen to you already.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Sam 12 Jan 2019 - 2:57
Penchant la tête de côté, la jeune fille aux yeux jaunes observa l'homme à peine plus âgé qu'elle déposé du mieux qu'il pouvait la tête qu'elle revenait de lui remettre. Rendant l’entièreté d'une manière instable au mannequin de bois dont la tête glissa légèrement sur le côté et donnant l'impression étrange qu'un regard accusateur s'attardait sur le coupable de son état et la jeune fille qui n'avait fait qu'assisté à son agression sans lui venir en aide. Se rendant ainsi même complice du crime commis.

Clignant des yeux afin de chasser cette pensée saugrenue de son esprit, les yeux citrines se refixèrent sur ceux de leurs vis-à-vis qui autorisa à rester en ces lieux où elle n'était pas invité sous deux conditions : les deux pouvant être réunis en une seule et qui consistait à s'adresser de manière moins formelle lorsqu'elle s'adressait à lui. Ainsi, elle pouvait maintenant associé un nom complet à ce visage : elle pouvait presque se prendre pour l'une de ces entités qui avaient besoin d'une autorisation de rester ainsi que d'un nom pour pouvoir jeter un sort ou un enchantement sur une personne.

Noyant cette pensée saugrenue et venant de nulle part dans les tréfonds de son esprit, elle s'empressa d'adresser un léger sourire reconnaissant et soulagé au jeune homme qui semblait plus léger dans ses mouvements que pendant son entraînement. Avant de le remercier d'une voix délicate :


"-Merci beaucoup Keitei-san.

"Y a pas de quoi vraiment." fut sa réaction alors qu'un grand sourire illuminait ses traits, les rendant plus tendres et lisses. Envolés les soucis le temps d'un instant fugace alors qu'il se retourne les mannequins... du moins, c'était ce qu'il semblait faire avant qu'un frisson ne tende son dos assez visiblement pour Shinju qui se concentrait sur lui et par le fait que le débardeur trempé exposait les lignes dorsales.

Bien qu'elles disparurent de sa vue au moment où leur propriétaire se retourna avant de s'avancer légèrement et la fixer d'un regard interrogateur comme si il prenait en compte une nouvelle possibilité. Etait-il finalement gêné par le fait que l'Asayo l'observait depuis un certain temps ? Il faut dire que le regard qu'il posa sur elle avait un côté d'évaluation comme cette lueur qu'avait certains animaux qui prenaient conscience de la présence d'un intrus sur leur territoire qui les fixaient des yeux sans les quitter. Rendant à leur tour un jugement visuel afin de décider si cet intrus était une menace ou pouvait être ignoré et donc toléré.

Finalement, la réponse lui fut apporter non par des attaques ni par une fuite subite de l'animal ou encore par un dos tourné mais par des mots et des questions pour s'assurer de la bonne compréhension de la révélation soudaine.

La ligne venait de s'emmêler alors que la prise était ferrée et commençait à être remonté. Sentant une légère gêne chez l'homme qu'elle ne voulait pas voir paniquer et bien qu'elle savait mieux amadouer et réconforter les animaux en leur prodiguant caresses et nourriture favorite.

L'Asayo savait que c'était une méthode inadéquate envers les hommes enfin même si son sensei marchand lui aurait fait remarqué le contraire en disant que ça marche tout aussi bien avec les hommes surtout si c'est une femme qui sert d'intermédiaire. Chassant les souvenirs colorés de cet excentrique de sa mémoire, elle ne put empêcher sa bouche adopter une légère moue contrite bien que sa propre gêne ne parvint pas à s'exprimer en rougissant ses joues ou toute autre partie du visage.


"Désolé, lorsque je suis arrivée v-tu étais déjà en plein entraînement et je voulais pas interrompre une pratique intensive..."

*...et risquer d'être jetée dehors.*
susurra au fond d'elle-même une voix encore plus peinée. Et alors qu'elle s'apprêtait à réitérer sa demande de rester afin de lui laisser une chance de reprendre sa décision.

L'homme l'invita à participer activement à la séance au lieu de n'être qu'une simple spectatrice. Commençant d'abord à secouer la tête de manière négativement, elle se stoppa avant de lever un regard emplis de doutes qui laissèrent place à une lueur d'espoir et de conviction alors que la bouche aux lèvres de porcelaines s'ouvrait pour énoncer sa décision calmement :


"A vrai dire, je n'ai pas d'expérience en combat. Mes seules affrontements ayant eu lieu contre les facettes de la mer par ses courants et ses vagues sans oublier les créatures marines qui y séjournent. C'est pourquoi je voulais observer quelqu'un s'y connaissant mieux que moi en affrontement contre des adversaires humains.

S'approchant d'un autre mannequin dont la tête était solidement fixée sur lui, elle se mit en face de lui : légèrement de biais afin de pouvoir un champ de vision large en se remémorant les conseils que des marins et sa mère lui avaient donné en cas d'un éventuel et peu probable affrontement contre un Gaijin qui lui voudrait du mal et qu'elle ne pourrait pas fuir en passant par la mer.

Elle savait que si un combat devait se dérouler qu'elle devrait ramener les bras vers le haut de son corps afin de parer d'éventuel coups venant vers son visage ou sa poitrine. Et qu'elle devait légèrement fléchir les jambes afin de diminuer la surface pouvant être cibler et pouvoir se déplacer rapidement latéralement sauf qu'elle n'adopta pas cette position.

Mais se déplaça jusqu'à devant le mannequin avant de se figer hésitante et de dire d'une voix plus basse et légèrement timide le coup que sa mère adoptive lui avait conseillé de réaliser si son adversaire était un homme. S'approcher sans dévoiler la moindre intention belliqueuse, sourire avec douceur et...

...donner un puissant coup de pied avec toute ta puissance de plongeuse dans les parties génitales aka les coquillages de cette imbécile puis filer et plonger loin de la scène du crime pour te laver de ce contact.


"C'est...le coup mortel que ma mère m'a appris et cent pour cent efficace. Très loin de ton niveau non ?"furent les mots qu'elle prononça alors qu'elle donnait un puissant coup de pied-bien qu'elle ne fut pas à son maximal- dans l'entrejambe inexistant du mannequin et n'osant pas regarder Keitei.

"J'aurais dû suivre les cours de baston des garçons et tant pis si mon secret aurait été dévoilé lors d'un combat... Là, il doit flipper ou va se moquer de moi. J'aurais dû tenter le coup de pied qu'il a réalisé à la fin." songea piteusement la jeune fille en regardant le mûr en face d'elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Sam 12 Jan 2019 - 21:53
Cette femme, il ne fallait pas se mentir, paraissait étrange. C'était comme si elle était déconnectée de notre réalité, alignée à une autre en même temps que la notre. C'était un sentiment assez étrange, il ne fallait pas se le cacher. C'était quelque chose qui me mettait mal à l'aise, mais pas forcément dans le mal je devrais dire. Mes yeux restaient plongés dans les siens comme si j'essayais de déchiffrer ce à quoi elle pensait réellement, mais j'avais l'impression de m'enfoncer au milieu de l'océan plus je tentais de savoir à quoi elle pensait. Je souriais légèrement, montrant un air assez confiant.

"-Y'a pas de quoi, vraiment."

Evidemment, me remercier pour ça, je ne trouvais pas que c'était utile. Je n'allais pas la dégager pour si peu, car elle me regardait m'entraîner ou car elle me le demandait. Elle n'avait pas l'air mauvaise au fond, et au contraire était très polie. Alors je me devais de renvoyer la pareille, n'est-ce pas ? Et puis, ça ne pouvait pas me faire de mal de côtoyer la gente féminine de temps en temps. Et puis, elle était une beauté en son style, alors j'appréciais sa présence. Eh, j'étais un homme, c'est sûr, je n'allais pas dire non à pouvoir côtoyer une femme ! Je posais ma main sur mon menton, hochant la tête.

"-C'est vrai que déranger quelqu'un pendant son entraînement peut être dangereux."

Puis je lui souriais assez chaleureusement. Elle ne me donnait pas cette envie de combattre comme le faisait Sabaru, mais elle semblait agréable, une sorte de pureté saine. Hmm, ouais. C'est l'impression qu'elle me donnait, au-delà de cette sorte d'étrange sensation que j'avais envers elle. Après tout, c'était comme si elle pouvait me stalker à tout moment.. Un peu bizarre, je devais l'avouer. Mais pourtant, sa peau blanche qui contrastait presque avec ses yeux jaune et sa stature digne d'une poupée donnait cette envie de la protéger. Bon, pour être honnête, je protégerais quiconque de mon village car c'était mon honneur en tant que guerrier, mais ça, c'était quelque chose à part.

"Hm, j'essayerais de t'aider du mieux que je peux dans ce cas. Tu peux commencer par me montrer ce que tu sais faire par exemple ? ça pourrait me donner une idée par où commencer."

Je lui souriais agréablement. Si quelqu'un était intéressé dans les arts de forger son cors, je me devais d'aider ceux qui cherchaient le savoir. Je devais le leur apprendre, et leur permettre de s'améliorer ou de trouver leur voie ! Après tout, même s'ils venaient à me surpasser dans cette voie un jour, je leur sourirais et les féliciterai, et s'ils décidaient de choisir une autre voie dans leur vie, soit. Chacun était libre de ses choix, c'était ma philosophie. Être libre était mon rêve après tout, être libre de visiter ce monde et faire absolument tout ce que je voulais. Mais une idée me parcourait l'esprit. Et une fois que j'avais fini ce voyage de liberté et que je l'étais devenu.. Quoi ensuite ? Je préférais sortir de ma tête rapidement ces pensées déprimantes. Je préférais me concentrer sur ce qu'il se passait en ce moment-même.

Je ne m'attendais pas à quelque chose comme "ça". C'était comme si un éclair passait de mes propres parties jusqu'au creux de mon dos. Même si je n'étais pas celui qui avait reçu cette attaque vicieuse, je savais qu'un homme qui se prenait une attaque comme ça.. Inutile de débattre dessus, c'était une attaque classifiée comme une attaque vicieuse, et ça c'était indéniable. Bon, classifier ça comme au dessus de mon niveau n'était pas quelque chose que je dirais non plus, ce genre de coups n'était pas aussi puissant qu'il n'y paraît, car il frappe un point sensible. Le même n'importe où d'autre n'aurait pas infligé autant de dégâts. Je m'approchais calmement d'elle, arrivant à ses côtés pour poser ma main sur ses cheveux doucement.

"-Hm, non, tu as encore énormément de progrès à faire. Certes, c'est très vicieux, mais ça ne va pas pouvoir toujours te sauver. Le monde shinobi est vaste, il y a des combattants dans tous les recoins du monde, et tous connaissent combat et morts, ils pourront facilement éviter un coup comme ça, et faire bien pire. Si je devrais te donner un conseil, c'est qu'il faut que tu considères chaque combat de ta vie comme un combat qui mènera à ta mort si tu perds. C'est le meilleur moyen de s'améliorer."

Je souriais d'une manière brillante. Après tout, c'était ce que j'utilisais pour moi. Chaque combat que je faisais, je le faisais avec l'idée engrainée dans mon subconscient que si je le perds, alors ma vie sera finie. Mon talent fleurissait de jours en jours plus je pensais à ça, que j'allais mourir avec un seul faux pas, que le seul moyen de rester en vie était de survivre en donnant tout ce que j'avais, même ce que je n'avais pas. Bon, c'était une vision des choses comme tout autre, mais je n'allais pas forcer ma vision des choses sur autrui. Je me plaçais derrière elle calmement, posant une main sur ses hanches et l'autre sur un de ses bras.

"-Ta forme n'est pas correcte pour un combat à main nue, il y a trop d'ouvertures. Laisse-moi corriger ta posture."


Je bougeais mes mains sans gênes réelles sur son corps, après tout je ne m'attardais pas sur les détails du contact homme/femme dans les moments où je devais aider à entraîner les personnes. Mais à ce moment je n'avais pas non plus d'arrières pensées. Et peu de temps après, j'avais légèrement bougé son corps, la plaçant plus ou moins correctement. Je restais sur le côté, tapant le dos du pantin de base.

"-Quand tu frappes avec ton corps, tout le reste du corps doit suivre, tu ne dois pas être statue. Tes hanches doivent accompagner le mouvement, et même si c'est logique, savoir respirer correctement est aussi très utile. Allez, tu peux essayer de nouveau, j'suis sûr que ça sera déjà bien mieux !"

Je levais mon poing fermé avec un pouce en l'air dans sa direction, complètement sûr qu'elle pourra faire de grande choses cette brave petite. Elle avait ce petit air qui me le susurrait à l'oreille après tout, comme un sixième sens qui me permettait de détecter de futurs concurrents.

_________________
A fighter enjoys the thrill of battle and the taste of blood. He fights for pleasure, not out of pain.
You live for battle. You thrive on glory. You need nothing else, for what else is a warrior but the sum of his battles.
You continue your path. Known by many names, but mostly known by what you leave behind.
In your wake is nothing. You know no family. Your joy is the clash of steel, the spray of blood, the carnage of killing.
Loneliness is a success. It means everything has fallen to you already.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Dim 13 Jan 2019 - 0:24
Hochant la tête au fait que déranger quelqu'un durant un entraînement ou une autre activité délicate pouvait être dangereux pour lui et pour ses spectateurs. Ainsi quand un pêcheur dénouait avec lenteur et prudence des nœuds dans son filet de pêche, il fallait éviter de le surprendre au risque qu'il passe par dessus bord de l'embarcation en retournant la barque entraînant par la même occasion son camarade avec lui dans sa chute.

Hors le filet peut tout aussi bien entraver les hommes qui le manient que les poissons qui nagent : noyant les premiers si ils n'arrivent pas à se libérer de leur propre piège. Enfin, ce n'était pas de ce genre de danger que Keitei parlait bien qu'on pouvait retrouver le fait qu'une inattention pouvait causer une erreur fort regrettable et surtout des blessures pouvant handicaper à vie.

Harangué par l'homme, elle finit par démontrer le coup le plus puissant qu'elle avait dans son répertoire d'attaque physique. Assénant donc un coup de pied dans les parties intimes et absentes du mannequin et bien que sa gêne la fit regarder le mûr du fond en attendant une quelconque réaction de l'autre occupant humain de la pièce : sa curiosité finit par l'emporter sur sa gêne.

Hésitante, elle regarda du coin de l'oeil la surprise mêlé de choc qui traversa les yeux du combattant qui finit par se remettre et qui à sa surprise ne se mit pas à fuir les lieux mais préféra s'approcher d'elle. Et posa avec un geste attentionné une main sur ses cheveux tout en lui prodiguant des conseils.

Happée dans un souvenir semblable mais lointain où une main plus féminine mais tout aussi rugueuse par les activités physiques se trouvait aussi sur la même chevelure d'ivoire. S'empêchant de dériver vers le passé chaleureux pour se concentrer sur le moment présent emplis de quiétude, la jeune fille s'abreuva comme d'une éponge des conseils que l'homme lui fournit.

Homme qui se mit à placer ses mains sur son corps afin de l'aider à adopter une forme offensive adéquate. Et l'idée de l'éloigner d'elle en lui envoyant un jet d'eau dans les yeux comme une pieuvre marine ou un lama terrestre ne lui traversa pas l'esprit. La tête d'algue avait réussi à la mettre en confiance par ses manières qui lui rappelaient celles de sa mère.

Heurtant le mannequin d'abord de son poing droite qui sous les directions de Keitei parta de sa hanche en entraînant tout le haut de son corps dans le mouvement, elle enchaina d'un autre coup provenant cette fois de son côté gauche pivotant son axe afin de donner un coup puissant. Imitant des attaques observés il y a quelques instants mais non incorporés pas encore mais imités de plus en plus fidèlement.

Hors champ, le sujet d'étude était maintenant devenu l'observateur pendant que cette dernière prenait sa place et évoluait sous son regard probablement évaluateur : repérant les défauts des coups et maladresses de la jeune pratiquante. Qui pourtant redoubla ses efforts tout en conservant son calme, n'ayant pas cette frénésie qu'on avait pu observer chez l'autre adepte.

Harmonie et grâce semblait accompagner les mouvements offensifs de la jeune femme donnant une impression de caresses et non de coups malgré que les bruits d'impact pouvaient se faire entendre. Amoindri par rapport à ceux plus forts et brutaux de l'homme mais présent. Et une respiration maîtrisée par de longues nages ne se faisait nullement entendre.

Humant l'air en rythme de ses coups et besoins, Shinju ne savait pas combien de temps elle frappait ce mannequin en bois mais la fin approchait. Le temps de finir cette imitation et de mettre un point final : pourquoi pas en utilisant un coup de pied à la tête ?

Hardiment en affirmant bien l'appuie de ses jambes avant d'initier le coup de sa jambe droite qui adopta un court instant lors de sa montée une posture pliée avant de se déployer telle un fouet vers la tête du mannequin qui sous le coup puissant sorti de son axe.


"Haaa... Je n'ai pas réussi à la décoller..."soupira-t-elle plus pour elle-même avant de se tourner vers son coach du jour avec des yeux légèrement abattus mais relaxés comme si elle se doutait qu'elle avait encore des progrès à faire et patientait pour d'autres instructions. Et que ses jambes fortifiées par la nage ne signifiaient pas forcément qu'elles pouvaient se révéler êtres des atouts en combat immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5000-asayo-shinju-prete-a-etre-deguster http://www.ascentofshinobi.com/t5019-carnet-de-voyage-d-asayo-shinju?highlight=carnet

Dim 13 Jan 2019 - 23:18
Encore une fois, je ne pouvais m'empêcher de sourire en la regardant essayer de faire de son mieux. C'était vraiment quelque chose de gratifiant de donner des conseils et que les personnes en question essayent de leur mieux. Un sentiment de gratification parcourait mon corps comme un courant chaud à travers mes veines. Peut-être qu'être professeur était bien mieux que ce que je pensais réellement ? Mais je ne sais pas si j'aurais réellement le temps d'être un professeur, après tout je préférais me battre. Risquer ma vie sur le champ de bataille sera ma future vocation. Mon regard restait posé sur son corps alors qu'elle bougeait pour attaquer.

Ebahi mais sa sans le montrer, je restais silencieux tandis qu'elle se battait gracieusement. Mes yeux se perdaient sur le chemin de ses coups, sur ses mouvements, tandis qu'un brouillard semblait bloquer ma vue de mon côté, comme si j'étais bloqué dans mes pensées. Mes yeux fixaient un point dans le vide, tandis que mes pensées se focalisaient sur un point. Je pensais, mais ne faisait pas attention à ce qu'il se passait.

Encore une fois, je me perdais dans des pensées trop compliquées. Est-ce que je serais vraiment capable de me battre sur un champ de bataille ? Est-ce que je deviendrais réellement puissant ? A vrai dire, l'incapacité de pouvoir changer le monde ou de voyager me pèse sur la conscience. J'ai envie d'être libre, envie d'avoir un rôle, mais et si je n'en étais pas capable ? Mais je gardais ces secrets enfouis, après tout je n'étais pas expressif sur ces choses, moi j'aidais les gens avec un sourire habituel.

Ecarquillant mes lèvres dans un sourire audacieux, je m'approchais d'elle une fois ses multiples coups fini, ma main se posant sur son épaule calmement, ma main libre montrant le pouce levé montré précédemment. A vrai dire, je ne m'attendais pas à autant pour une première fois comme ça. Bon, en espérant que c'était sa première fois pour le Taijutsu, mais j'allais laisser le bénéfice du doute. J'en étais quasiment certain après tout, mais ne sait-on jamais.

"-Eheh, tu m'étonnes vraiment Shinju. Mais ce n'est pas grave si tu n'as pas réussi à le décoller, il existe tout un tas d'école de Taijutsu. Certains se focalisent sur la force brute et la vitesse, d'autre la vitesse et la précision. Il ne faut pas te comparer aux autres, mais seulement à toi-même ! Et comme le dicton le dit si bien, 'tu es ton pire ennemi'."

Echo d'un livre que j'ai récemment lu, je répétais la citation que j'y ai vue. Après tout, c'était totalement quelque chose de vrai. Le pire ennemi d'une personne est sa propre personne. J'étais certain que le seul moyen de devenir plus fort ou de s'améliorer en tant que personne était de se surpasser. De devenir soit-même, mais mieux. C'était assez difficile à expliquer parce que je n'étais pas quelqu'un de brillant, mais j'essayais de faire de mon mieux pour les autres, alors j'étais pardonné pour mon idiotie j'espère ahah. Je retirais ma main de son épaule pour de nouveau ébouriffer ses cheveux.

"-Etonnemment, je pense que tu ne t'es jamais principalement focalisée sur le Taijutsu, n'est-ce pas ? Bien que tu as fait des activités physiques -comme tout shinobi ceci-dit-, je suis certain que tu es douée dans tout un tas d'autre domaines. Alors garde la tête haute !"

Eclatant un sourire brillant de mille feux, j'ajoutais tout de même une pointe de sarcasme au début de ma phrase. C'était visible qu'elle n'était pas habituée au corps-à-corps avec les poings et les pieds, mais je n'étais pas assez naïf pour croire qu'elle n'utilisait rien d'autre pour se battre. Peut-être qu'elle ne se battait pas, mais j'étais sûr qu'elle avait ce petit truc qui la rendait "unique".

_________________
A fighter enjoys the thrill of battle and the taste of blood. He fights for pleasure, not out of pain.
You live for battle. You thrive on glory. You need nothing else, for what else is a warrior but the sum of his battles.
You continue your path. Known by many names, but mostly known by what you leave behind.
In your wake is nothing. You know no family. Your joy is the clash of steel, the spray of blood, the carnage of killing.
Loneliness is a success. It means everything has fallen to you already.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Corps-à-corps : la douceur peut-elle s'endurcir ? Interlude dans l'exercice du lion(pv Tashida Keitei)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: