Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Feu & Glace | Nobuatsu Saji


Feu & Glace | Nobuatsu Saji Empty
Mer 16 Jan 2019 - 22:38
Le crépuscule venait revêtir de son manteau la voute céleste. C’est dans ce calme plat où l’horizon était nimbé par le rayonnement astrale du satellite naturel que notre assimilateur avait prit la peine de se rendre au dojo des sabreurs, un endroit connu de tout bon Kirijin s’entraînant à l’art ancestrale du Kenjutsu ou tout simplement pour parfaire leur capacités. L’Hyôsa fut timidement accepter parmi les "siens", le climat n’était pas actuellement propice aux nouvelles rencontres mais, sous estimer le comportement de notre apprentie serait se méprendre. Il fera son possible pour se faire accepter mais surtout reconnaître. Devenir un élément clef d’une structure, une caste, qu’il ne connaissait que trop bien.

Ses pas résonnaient légèrement sur le sol, katana à la ceinture, le jeune à la crinière flamboyante avait décider de prendre place dans l’une des enceintes extérieure de la structure. S’entraîner tandis que la lune l’observait de son regard immaculé était toujours un ressentis spéciale pour Ichiryû. Les contrées mais surtout sa famille le manquait, un vide difficile à combler mais qui ne devait en aucun cas se remplir par la colère ou son simulacre, la haine... L’assimilateur laissait irradier une froideur intense sans pour autant user de son arcane. Sa main droite s’élança à la conquête de l’arme de son défunt père, dégainant cette dernière dans un même mouvement d’une grâce inattendue. Notre sabreur fut éduquer par les plus grands, le style des samouraïs de Tetsu dans toute sa splendeur pouvait facilement transparaitre. Le regard de notre héros se crispa tandis que sa dextre qui maniait l’arme se referma avec force. L’entraînement était le meilleur moyen de décompression...

Il s’élança très vite face au néant tout en adoptant une posture bien trop agressive, les coups pleuvaient à foison face à un ennemi invisible, le « shadow » dans toute sa splendeur - à défaut de former un doppelganger, cela lui suffira. L’entraînement était ardu et il ne se laissa aucune seconde pour respirer, les coups s’enchainant très rapidement. Sa cicatrice le brûlait, aussi étrange que cela puisse paraitre, lui seul pouvait comprendre ce ressentiment. Un sourire se dessina, les enchaînements s’accentuèrent encore plus - poussant l’apprentie à la limite de ses capacités. L’ombre était vaincue.

Pourtant, il n’était pas prêt d’en finir maintenant. Les ombres étaient maintenant plusieurs face à lui, le shadow dans un état de magnificence rarement atteint. Les parades, contre-attaques ainsi que désarmements venaient être exécuter les unes après les autres. Visiblement, ils avaient le dessus sur lui... Mais c’était mal le connaitre, sa main gauche s’élança cette fois-ci - elle aussi - en direction de sa ceinture afin d’agripper le fourreau. L’art du combat à un sabre très légèrement modifier. Aussi étrange que cela puisse paraitre, Ichiryû n’avait aucun mal à combattre de cette manière, bien au contraire, il semblait prendre la situation à son avantage face à ses adversaires imaginaires. Le combat dura encore quelques minutes avant que la victoire ne soit arracher avec force par le vagabond.

Ses armes vinrent retrouver leur place d’origine. Tandis que son regard calme se balada dans les alentours, quelqu’un était ici et il venait tout juste de le remarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100

Feu & Glace | Nobuatsu Saji Empty
Jeu 17 Jan 2019 - 19:53
Baigné par les nappes de brume, elles-mêmes transpercées par les tresses flamboyantes de l’astre diurne, le village caché se blottit à l’abri de ses marécages tandis qu’à l’intérieur l’activité de la populace décline en même temps que le soleil magistral. De même dans le Grand Dojo, les armes sont rangées à leur place, le balai est passé le long des lames de parquets afin de préparer les salles à accueillir une aube prochaine. Les visiteurs, pour la plupart des genins ambitieux, rangent leurs affaires et quittent les lieux, satisfaits de leur entraînement du jour. Les bruits de pas résonnant à travers les couloirs s’espacent de plus en plus, et bientôt, le calme plat… au point que l’on penserait l’endroit déserté.

L’ombre de Kiri se glisse à travers les couloirs, vérifiant au passage que tout le monde soit bien parti avant de fermer les portes. Imperceptible pour les gens du commun, les sifflements de la lame parviennent aux oreilles du Sabreur alors qu’il se tient au milieu du grand hall. Difficile pour lui de ne pas reconnaître, même à cette distance, le bruit si singulier de l’acier perçant le vent, au rythme des mouvements du manieur.

Le résultat après une vingtaine d’années d’expérience consacrée à une seule et unique discipline : la voie du sabre. A bien écouter, il n’y a aucun doute, quelqu’un est resté s’entraîner, quelques minutes avant la fermeture de l’établissement. Il est donc dans l’obligation du maître des lieux d’aller à sa rencontre afin de le tenir au courant des horaires d’usage.

Le son s’amplifie à mesure qu’il s’approche de la salle à l’origine du martèlement. Quelques pas de plus, il pose pied sur le seuil de la porte. Son regard braqué sur la silhouette d’un jeune homme en kimono et armé de son sabre, il observe avec intérêt la démonstration du bretteur. Des mouvements fluides et appuyés par la souplesse de son dextre lequel trace des figures dans le vide, comme pour frapper des ennemis invisibles.

Au-delà de la rapidité de son geste, le Sabreur relève aussi un style éloquent, toute en grâce, particulièrement efficace dans les situations de combat. Car pratiquer ses katas est une chose, encore faut-il les perfectionner au point de transformer sa lame en un prolongement de son bras, ce qui semble être le cas de ce curieux énergumène. Ce dernier, si absorbé par son art, ne semble pas avoir vu le coucher du soleil se rapprocher, et a souhaité prolonger son entraînement jusqu’aux ultimes moments de la disponibilité.

Silencieux comme une ombre, le sans-visage observe, attend le bon moment pour manifester sa présence, jusque-là étouffée par ses compétences affinées en matière de dissimulation. Apprenant à retenir jusqu’à ses battements de cœur, il se contentera de réduire le bruit de sa respiration. La danse se poursuit, et l’homme à la longue crinière boisée marque la fin de sa séance en repliant finalement son arme dans sa gaine.

Revenu au calme, son regard se porte aléatoirement autour de lui jusqu’à ce qu’il se fixe sur une silhouette tout juste sortie de l’ombre. Apparition fantomatique maintenant à demi-éclairée par les rayons de l’astre crépusculaire. D’un pas lent, il marche droit vers le visiteur. Chaque bruit de pas contre le sol faisant résonner le glas d’une fin inexorable. Finalement, il s’arrête à un pas seulement. L’observe avec une certaine curiosité, presque avec défi.

D’un geste foudroyant, le sabreur au masque métallique tire Baransu de son sommeil en le dégainant, avec une virulence à peine modérée, et dans un même mouvement, tente de porter un coup au niveau de la tempe de l’inconnu. Une attaque qui est loin d’égaler la vélocité du Iaïdo des Samouraïs, mais suffisante pour surprendre un homme non préparé.

Une parade qui ne devrait pas demander trop d’effort de la part d’un bretteur expérimenté, à moins que le Nobuatsu ne se soit trompé sur l’aptitude réelle de cet individu.

_________________
Feu & Glace | Nobuatsu Saji 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Feu & Glace | Nobuatsu Saji Empty
Jeu 17 Jan 2019 - 20:38
À peine eut-il le temps de rengainée sa lame dans son sarcophage qu’une ombre venait d’apparaitre, non loin de lui. Une sensation bien étrange se dégageait de cette homme ou de cette chose... Il était très difficile pour notre Hyôsa de mettre des mots sur cet auguste personnage - ce qui était assez rare pour le souligner. Ce fut d’ailleurs l’ombre qui entama sa marche en premier en direction du jeune apprenti tandis qu’il était encore plongé dans ses pensées. Une ombre prenant visiblement les traits de la Grande Faucheuse, son offensive fut lancée sans même un mot échanger entre les deux hommes. Ichiryû était perplexe, très. Il ne pouvait se laisser aller à un réel combat en ce lieu. Peut être que ce n’était qu’une simple tentative du maître des lieux afin d’impressionner le vagabond. Ou peut être cherchait-il lui aussi à s’entraîner ..? L’option concernant un véritable combat n’effleura même pas sa psyché, bien trop candide pour penser une telle chose d’un autre comparse de Kiri.

Un sourire satisfait prit place sur le faciès de notre chérubin. Il y avait des moments pour agir et d’autre pour réfléchir, l’apprenti fera ce qu’il sait faire de mieux. D’un simple mais pourtant très gracieux mouvement de senestre, le katana familiale vint se positionner dans la course de Baransu. La lame n’était bien évidement point dégainer, la parade fut donc faite à l’aide de son fourreau. Après cette protection minime, l’arme revint se positionner au niveau de sa ceinture, notre Hyôsa avait jugé bon de pas enchainer par la suite. Une forme de respect face à un être dont il ignorait tout. Ce n’était peut être qu’une réprimande après tout... Mais qu’avait-il bien pu faire ?

— Enchanté, Hyôsa Ichiryû. Vos mouvements sont particulièrement bons. Il me rappel assez mon maître.

Tandis qu’il parlait, sa dextre vint se positionner très calmement sur le tsuka de son katana, une manière explicite voir naïve de signifier qu’il n’était pas là pour s’adonner à un spectacle inutile... Mais si l’ombre en demandait plus, elle en aura plus. Son sourire ne désemplit pourtant pas. Il était malgré tout heureux de tomber sur un camarade épéiste, depuis Tetsu, il n’en avait pas rencontré.

— Puis-je vous aider d’une quelconque manière peut être ?

L’Hyôsa avait visiblement du mal à cerner le personnage et cela s’en reporter sur son comportement ainsi que ses propos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100

Feu & Glace | Nobuatsu Saji Empty
Dim 20 Jan 2019 - 20:42
Engagement inattendu, la frappe vicieuse du Sabreur ayant pour but de tester les réflexes de son vis-à-vis s’accroche contre le fourreau de magnolia, un blocage qui témoigne de la rapidité du garçon, dont le mouvement fluide n’était manifestement pas qu’une simulation. C’est de là que réside la différence entre l’entraînement et le combat, le dojo et le champ de bataille. La palpitation et la nervosité face à l’inattendu, la réaction, comme une lame, ne s’affile qu’en se confrontant régulièrement à la réalité de l’acier, face à un ennemi qui ne retient pas ses coups. Devant l’inconnu, il faut s’attendre à tout, car le kendô, la voie du sabre ne trouve de sens que dans le silence de la voix et la sonorité de la lame.

Le Nobuatsu a cultivé son savoir, en affrontant toutes sortes de bretteurs aguerris, tombant, se relevant, il s’est appuyé sur sa persévérance pour progresser et devenir l’un des meilleurs manieurs de la lame de sa génération. Dans son école de Kaminari, aussi bien que parmi les épéistes de Kiri. Quoique récemment, il a pu observer des homologues kirijins versés dans le même art, ce qui le motive à aller à leur rencontre. Comme ce soir, avec cet étranger qui malgré la fougue manifestée par le sabreur masqué, arbore une mine sereine, comme s’il s’attendait à cette action, comme s’il l’avait anticipé.

Car il a compris qu’il s’agissait d’une forme de salutation, et que nulle hostilité ne doit être interprétée à travers ce geste. Un langage propre aux bretteurs, un morse métallique produit par le contact des hasaki. Descendant sa garde après cette frappe transversale pleine de zèle, le sabreur sans voix rengaine son arme, convaincu par la prestation de son frère de lame. Une forme d’acquiescement, une reconnaissance tacite de la compétence de cet épéiste à la crinière orange feu, qui affiche un sourire en réponse au compliment du Sans-Visage. Il ouvre la conversation, de la plus simple des manières, sans la médiation de la lame cette fois.

Un compliment qui démontre de la qualité de son œil expert, ou alors une flatterie pour apaiser d’éventuelles tensions. Le Nobuatsu incline légèrement la tête par politesse, un geste qui lui confère davantage d’humanité derrière cette visière d’acier couvrant son regard. Plongeant ses yeux dans ceux de son comparse, il insinue sa voix dans l’esprit du Hyôsa. Une voix grave concordant avec ses paroles empreintes de sagesse et de compassion, des paroles que d’aucuns n’auraient jamais cru entendre de la part d’un homme de sa condition.

* Enchanté Ichiryû, je suis Nobuatsu Saji. Sabreur de Kiri. Votre maître peut s’enorgueillir d’avoir appris à un élève au réflexe aussi vif. De quelle école avez-vous emprunté ce style si particulier? J’espère que vous m’excuserez cette intrusion dans votre esprit, elle me permet de communiquer plus facilement avec ceux ne maîtrisant par le langage des signes. *


Nulle émotion n’est perceptible à travers cette voix pourtant captivante par sa profondeur, articulée avec une justesse parfaite qui permet au sujet de cette illusion d’entendre toutes les assonances de son discours.


_________________
Feu & Glace | Nobuatsu Saji 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Feu & Glace | Nobuatsu Saji Empty
Lun 21 Jan 2019 - 4:52
Le Candide avait eut raison. Ce Nobuatsu Saji était un homme de caractère, exemplaire même. Un simple échange, de simple mot apposé sur cet acte et tout était déjà oublié pour Ichiryû. Bien qu’infiniment aimant, il y avait certain acte à bannir en sa présence. Insulter son clan ou lever l’arme intentionnellement contre lui dans l’optique de lui ôter la vie ne méritait qu’une chose. La mort par décapitation. Bien trop de tergiversions pour un sujet qui n’était pas lié au body builder en latex, Saji n’était définitivement pas ce genre d’homme - l’instinct - et c’était profondément cela qui était respectable.

Ichiryû ne remit point en cause l’intrusion de la Faucheuse dans son esprit. Ce dernier avait fait appel au langage des sourds ce qui indéniablement le rendait muet étant donner qu’il avait su faire part d’oreilles. Ichiryû reverdissait toujours ce rideau de paix, de sérénité. Le Nobuatsu était intriguant, interessant. S’il aurait pu, il lui aurait proposer, dans la seconde, d’échanger un entrainement la lame entre eux deux. Mais la nuit était fortement avancée et il sortait lui même d’un long périple. Sûrement une autre fois. Sans aucun doute.

— Nobuatsu Saji. Un nom qui restera graver dans ma mémoire. J’ai eu l’honneur et le privilège d’apprendre auprès des iconiques samouraïs de Tetsu, mon pays. Et vous ? Je suis sûr qu’un maître se cache derrière votre maitrise. Il n’y a aucun problème à cela, bien au contraire ! Cela vous rend littéralement supérieurs à nous, ceux doué de parole. Un adage venu tout droit du fer nous apprend que le stade ultime de la parole, c’est le silence.

Notre assimilateur répondit à haute voix, derrière ses propres paroles ne se trouvait aucun sens sous-jacent qui pourrait humilier le muet, uniquement une façon de le considérer comme son égale et bien plus encore. Une forme d’humilité se rapprochant plus de la candeur que d’autre chose.

— Il serait peut être un jour intéressant de confronter nos deux styles, non pas pour élire un gagnant mais surtout pour progresser et arriver au stade finale de la maitrise de l’art du kenjutsu. Qu’en dites vous ?

L’envie était trop forte pour résister, il ne pouvait pas passer a coter d’un tel homme et d’une telle lame
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100

Feu & Glace | Nobuatsu Saji Empty
Mer 23 Jan 2019 - 17:47
Non, il ne rêve pas. Il s’agit bien de la voix d’un muet. Une cadence lente, solennelle et pleine d’une auguste intonation, le Nobuatsu passé maître dans l’illusion ouvre la discussion, avec une sérénité qui se ressent tant chez l’un que chez l’autre. Il est rassuré d’entendre à la réponse de son interlocuteur qu’il ne lui tient pas rigueur de cette intrusion dans son esprit, il l’accueille au contraire avec respect, est conscient qu’il n’a d’autre choix que de lui parler ainsi. Certains l’auraient pris comme un viol de sa psyché, d’autres l’auraient simplement rejeté, étrange personnage qu’il est, un homme qui ne vous dit rien, émerge de l’ombre et vous attaque, pour ensuite parler dans votre tête. Et qui plus est, en ne montrant pas son visage, éternellement couvert de ce cuir épais.

Rien que pour ces raisons citées… La patience et l’ouverture d’esprit du Tetsujin sont admirables, particulièrement exemplaires. Car nombreuses sont les rencontres où le Sabreur a dû avoir recours à sa lame pour imposer la paix dans cet établissement dont il a la responsabilité. Magnanime, il souhaite seulement permettre aux visiteurs de tous horizons de s’épanouir dans l’enceinte de ce temple sacré de l’entraînement. Un sanctuaire de méditation, aussi bien que de perfectionnement des shinobis en quête de force et de savoir. Le lieu où les plus grand shinobis de Kiri ont commencé, la pierre angulaire de l’apprentissage, où tout le monde est libre de bénéficier de salles et d’équipement à disposition et entretenus avec soin.

Car le genin d’aujourd’hui est le chuunin de demain. L’avenir repose sur leurs épaules, et qui sait si le Nobuatsu sera encore là pour être témoin d’une Kiri à son apogée. La volonté de l’Eau est en chacun de nous, chez les Mizujins comme chez ceux originaires des autres pays ayant accepté ce pays comme leur patrie. Qu’en est-il du Tetsujin ? Originaire du royaume des grands samouraïs, les fameux maîtres du Iaïdo. Si cet Ichiryû se dit héritier de ces gens, alors il doit être familier de ce mouvement que même les Sabreurs de Kiri les plus compétents ne sauraient reproduire à moins de recevoir leur précieux enseignement, jalousement gardé afin de conserver l’hégémonie des samouraïs dans l’art du sabre.

Je suis arrivé à Kiri il y a quelques tmps, j’étais autrefois Kaminarijin, sous la tutelle d’un maître du sabre. Son enseignement était féroce, très exigeant, mais juste. Il m’a enseigné la base élémentaire, m’a permis de défendre mon humble village en rejoignant la milice. Je lui dois beaucoup de choses, et c’est en sa mémoire que je transmets sa philosophie dans cette école que je conduis.

Le sabreur muet le reconnaît, l’a toujours reconnu. La technique des samouraïs est redoutable, bien supérieure à la sienne. D’où la curieuse présence de ce rônin, le chuunin se demande pourquoi cet étranger quitterait ces terres bénites par la grâce de la lame, où tout bretteur rêverait de demeurer, pour finalement rejoindre ces contrées humides et brumeuses de Mizu. Le Clan des Sabreurs a connu des jours meilleurs, et ce moment n’est pas opportun si le Tetsujin tient à évaluer la force de ces hommes dont la réputation les précède.

*« Le stade ultime de la parole, c’est le silence »… Un adage qui ne m’est pas étranger, un voyageur énigmatique me l’a cité. Un homme que j’ai rencontré par hasard lors d’une escale au Pays du Feu, je n’ai plus eu de ses nouvelles depuis. Je me demande ce qu’il dirait en me voyant défendre avec la même ferveur aujourd’hui, les valeurs que nous avions en commun. *

La mélancolie voilant son esprit, il porte son regard sur le côté. Les rayons progressivement s’affaissent et les abandonnent, pour laisser place à la brunante, un ciel bleu foncé, plongeant bientôt la salle dans une atmosphère lugubre, accentuée par l’inertie et l’apparence sombre de l’homme masqué.

*Votre parade m’a déjà prouvé que vous n’étiez pas un bretteur quelconque, et votre origine Tetsujine me le confirme. Mais je serais honoré de m’entraîner avec vous un jour, dans un combat singulier. Une question seulement, à moins qu’elle soit trop indiscrète : pourquoi quitter Tetsu, et venir à Kiri ? Seulement pour défier d’autres maîtres de la lame ?*

_________________
Feu & Glace | Nobuatsu Saji 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Feu & Glace | Nobuatsu Saji Empty
Jeu 24 Jan 2019 - 8:47
Ichiryû écoutait toujours avec une certaine attention les paroles de son hôte. Ce dernier n’ayant pas réagit à sa proposition d’un futur entraînement entre eux deux, notre assimilateur ne forcera pas plus sur ce sujet, le sabreur devait avoir ces raisons et être assez occuper pour décliner une telle offre - ce qui était tout à fait compréhensible, après tout, le monde ne tournait pas autour de sa propre personne.

— Kamirami ? J’ai beaucoup lu d’ouvrages au sujet de ce pays... Mais je n’ai jamais eu l’occasion d’u mettre les pieds. Quand on regarde bien les faits, selon une certaine vision, bien spécifique, la vie est réellement magnifique. Nous ne somme finalement que le fruit d’une méthodologie hériter d’un maître lui même l’ayant hériter d’un autre et d’un autre jusqu’à n’en plus finir... Et nous, nous perpétuons cela, dans un certain sens, en transmettant notre savoir et nos compétences aux "générations futures".

Ainsi, lui aussi était en quelque sorte un étranger ayant prit refuge au sein de Kiri, la Grande. Cela le conforta d’autant plus qu’il semblerait que le Nobuatsu possédait un certain poids ou plutôt une place dans les sphères Kirijine et peut être même les hautes-sphères. Si Saji fut accepter par ses pairs, Ichiryû avait peut être une chance... Malgré le passé tumultueux entre Hyôsa et Kirijine.

— Un homme doté d’une certaine sagesse, je ne pourrais le nier. Si je puis me permettre, bien que je ne sois pas prédisposer à parler en son nom, je pense qu’il serait fier. Fier du chemin que vous avez pu parcourir, fier de vous savoir rester sur la voie droite, fier de vous voir continuer à porter l’étendard mais surtout le flambeau de vos valeurs communes. L’homme n’est point éternel, cependant, pourtant ces actes, ces valeurs ou encore ces convictions vivront éternellement si quelqu’un continue de transmettre ce qu’il en a hériter.

C’était sa croyance en tout cas. Sa propre façon de voir les choses, indépendamment du faite qu’il suivait avec fermeté la voie qu’était le Bushido.

— Il n’y a aucune question indiscrète à mon sujet. Si j’ai quitter Tetsu c’est en raison du coup d’état qui c’est produit très récemment. Mon Shogun, ma famille et bon nombre de mes compagnons sont mort suite à cela. Considérer comme un rōnin, bien que je n’appartiens point encore à cette illustre castre, je n’ai eu d’autre choix que de fuir ce paradis transformer en enfer. Ma route ma mener auprès des miens, ces derniers c’étant installer à ici. Je ne pouvais balayé cette seconde chance que m’offrait le destin, alors, j’ai décidé de faire en sorte que ma lame soit au service de ce village ayant accepter mes frères et soeurs. J’espère que ma réponse vous satisfera.

Cela faisait depuis maintenant quelques minutes que les deux épéistes se découvraient l’un et l’autre en restant assez statique. Une idée germa dans l’esprit de notre érudit.

— Peut être aimeriez vous m’accompagner en cette soirée dans un restaurant du coin, afin de continuer d’en apprendre plus autour d’une nourriture agréable ? À moins que vous ayez d’autre chose de prévu... X
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100

Feu & Glace | Nobuatsu Saji Empty
Mer 30 Jan 2019 - 1:32
Les ténèbres enveloppent les deux protagonistes dans la pénombre, ne laissant poindre de l’obscurité que la miroitante visière de l’homme masqué, lequel fixe avec son flegme aphasique son interlocuteur qui semble se plaire à leur dialogue. Certainement, le samouraï roux a l’allure d’un homme d’une grande sagesse, tout comme celui dont il est en train d’imaginer les paroles qu’ils diraient au Nobuatsu si celui-ci le rencontrait de nouveau.

Ce Tetsujin, son attitude candide dégage une étrange ressemblance avec le philanthrope énigmatique à la chevelure féminine, cette rencontre éphémère lors de son escale au Pays du Feu qui l’avait quelque peu confirmé dans son parcours spirituel et ses valeurs orientées vers l’idée du bien commun. Face à la question du télépathe, le Rouquin ne se montre guère offusqué, au contraire, il accueille l’opportunité de s’ouvrir davantage au sabreur masqué.

Pourquoi quitter cette terre ancestrale du Bushido si l’intention du rônin est de parfaire sa technique ? Certes les bretteurs de Kiri peuvent se targuer d’une certaine réputation mais ils ne disposent pas d’un style particulier qui pourrait rivaliser avec l’art du sabre prodigué par les samouraïs. Le clan des Sabreurs est davantage représenté comme un groupe hétéroclite d’individus qu’une famille solidement organisée, leur force est donc moins tributaire d’une technique immémoriale que de leur talent individuel.

Tout s’éclaire enfin avec la confession du balafré aux cheveux de feu, dévoilant à travers son discours un passé maussade marqué par un coup d’état à Tetsu ayant emporté vers l’au-delà l’ensemble de sa famille et de ses confrères. Son statut de samouraï sans maître l’a naturellement incité à fuir le pays de peur qu’on n’en profite pour l’exécuter avec le même arbitraire que ses pairs. Un réfugié politique en somme, venu trouver l’asile dans le village de Kiri auprès de ses confrères du clan Hyôsa. Un des clans « secondaires » qui se sont installés à Kiri après la fondation par les Yuki, Sabreurs et Kaguya. Un nom qui fait réagir le Kaminarijin.

* Votre lame est la bienvenue dans le village de la Brume. Vous me voyez attristé par le sort qui a été réservé à votre famille à Tetsu, et j’espère que vous trouverez votre place et la reconnaissance que vous méritez parmi nous. Nous aurons l’opportunité de nous revoir un jour, et si vous le souhaitez, pour un combat singulier. En attendant, je dois malheureusement me retirer. *


Accompagnant avec politesse le Tetsujin à la porte du Grand Dojo dont l’heure est venue de fermer, le Nobuatsu accorde un dernier hochement de tête au visiteur afin de lui souhaiter une bonne nuit. Mettant fin à une rencontre fortuite qui pourrait bien être le début d’une relation durable entre deux bretteurs aux affinités opposées.

_________________
Feu & Glace | Nobuatsu Saji 3w8kw10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t6015-kiri-equipe-06-onryo-esprit-vengeur-fermee#49416 http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Feu & Glace | Nobuatsu Saji

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: