Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Reformed | Tashida Ketei


Ven 18 Jan 2019 - 8:33
La lame vint difficilement prendre place dans son fourreau. L’entraînement d’aujourd’hui avait duré des heures, sans même une quelconque pause tandis que l’ensemble de son corps était meurtri par l’effort si intense. L’ensemble des muscles de notre jeune assimilateur étaient complètement tétaniser, la sueur recouvrait le sol et perlait abondamment de son être, ses mains quant à elles, étaient dans un piteux état, écorché à tel point que diverses plaies et contusions avaient vu le jour, laissant le sang coulait à flot tout en venaient ce lié irrémédiablement avec l’autre liquide qui prenait toujours place sur le sol sableux de la petite cour du domaine.

Les assimilateurs oubliaient bien trop souvent la douleur et ses bienfaits immuable. C’est cette dernière qui, après tout, lie en faisant murir entre elles, les différentes facette d’une personnalité, d’un caractère. Ichiryû n’était pas de ces gens là, de ceux qui se côtoie pas la rudesse de la vie ni celle de l’entraînement, bien au contraire ! La douleur était une véritable échappatoire pour lui, une façon de savoir qu’il était encore en vie, c’était en quelque sorte son garde-fou, tout simplement. S’agenouillant légèrement, ses mains sanguinolentes se firent légèrement frapper contre le sable disséminer par ci et par là afin de stopper le flux d’hémoglobine avec une quelconque matière solide, hormis ses vêtements, pour résorber le tout.

Après avoir répéter l’opération plusieurs fois, l’écoulement avait quelque peu cesser, ne pouvant désormais plus continuer de s’entraîner de la sorte, notre assimilateur dut malheureusement prendre la décision de quitter les lieux pour le moment, il y reviendra sans aucun doute dans la soirée afin de continuer ses heures constante. Pour devenir fort il fallait forcement détruire, littéralement, son corps avant de le reconstruire dans un meilleur état que celui précédent. Un cercle pouvant très rapidement devenir vicieux si la sagesse n’habite pas l’hôte de la force. Fort heureusement, ce n’était toujours pas le cas de l’Hyôsa partageant des idéaux nobles et purs.

C’est en débutant sa marche dans l’optique de quitter les lieux que son corps vint percuter celui d’un autre, tout c’était passer si vite, il n’eut - malheureusement - pas le temps de tout voir arriver. Se relevant d’un bond, il tendit sa main face à l’’illustre inconnu.

— Je suis profondément navré pour ce geste malencontreux... Hyôsa Ichiryû.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100

Sam 19 Jan 2019 - 21:24
Comme à mon habitude, je m’entraînais dans un de mes nouveaux lieux préférés d’entraînement. Les terrains d’entraînement à côté du grand dojo, sableux et ayant une multitude de nouveaux parcours ou pantins d’entraînement. Tout un tas d’objets qui servent à exploiter tout un tas de muscles différents ou alors de s’entraîner précisément, comme sur la vitesse, l’agilité, etc.. Il suffisait d’un peu d’imaginations pour un entraînement complet et qui permettrait de s’améliorer grandement. Tandis que moi, étant présent depuis l’aube, je finissais à peine mon entraînement pour l’instant, mon corps musculeux habillé d’une multitude de petites perles salées qui parcouraient mon corps pour se fondre dans le sable et malgré que je sois torse nu et que toutes les cicatrices qui étaient montrés, je n’avais pas honte de les montrer. Bien au contraire, j’en prenais grande fierté.. J’avais tellement sué que le sable à mes pieds ressemblait presque à l’équivalent sableux de la boue. L’entraînement aujourd’hui était très fructueux, parait-il. Je posais un regard sur mon T-Shirt et ma veste blanche ainsi que les poids que j’avais au corps posés à côté d’un pantin. Heureusement, personne n’avait touché à mes affaires, c’était un bon point, car certains enfants avaient décidé de jouer en déplaçant mes affaires. Pas le meilleur des souvenirs en m’entraînant, pour être honnête.

Plus tôt dans cet entraînement cependant, j’avais remarqué une personne qui s’entraînait tout aussi durement que moi, sa sueur parcourant le sol, mélangé à du sang. C’était clair qu’il s’entraînait d’arrache-pied, mais pas tout le monde était capable de faire ça. Il fallait une sorte de philosophie, enfin, plus qu’une philosophie la force de caractère nécessaire. Souvent, c’était avec une sorte d’idée derrière la tête, comme un objectif qu’il fallait réaliser à tout prix, que les gens s’entraînaient d’arrache-pied, encore et encore. Comme pour devenir plus fort, protéger quelqu’un qui leur est cher, voyager le monde, etc.. les rêves et objectifs étaient diverses et variés. Il y en avait autant qu’il y avait de personnes dans ce bas-monde. Mais alors que j’étais perdu dans mes pensées un court instant, une personne me rentrait dedans.

Oh, quelle surprise, c’était l’homme que j’avais repéré précédemment mais n’avait pas interrompu dans son entraînement. Du haut de mon mètre 90 et de ma masse de muscles, c’était clair qu’il ne pouvait pas réellement me faire tomber au sol même en me rentrant dedans, mais je serrais sa main calmement tout en souriant chaleureusement. Ce type je l’appréciais déjà, après tout sa force de caractère n’était plus à vérifier pour les entraînements. Il ne restait plus qu’à voir ce qu’il vaudrait en situation réelle, mais j’avais grand espoir rien qu’en le voyant. Je doutais qu’il puisse réellement être capable de ne rien faire. Il serait utile, et j’en étais certain.

« -Ahah, y’a pas de soucis ! C’est aussi de ma faute à rester planté là, la tête dans la lune. »


Je posais légèrement ma main sur son épaule dans un geste amical tout en le saluant pour accentuer mes propos. Je ne la laissais que quelques instants cependant, après tout il avait l’air d’être exténué, et malgré que la sensation visqueuse de la sueur sur ma peau ne me dérange pas, je n’allais pas rester au contact à ce point avec quelqu’un qui n’apprécierait peut-être pas les gestes trop familiers que j’avais.

« -Je t’ai remarqué déjà plus tôt quand tu t’entraînais. T’es un tenace ! Ah, au faite, je m’appelle Tashida Keitei, enchanté d’faire ta connaissance. »

Je lui souriais tout en le tutoyant. Bien que ça puisse déplaire à certaines personnes, il n’en était rien pour moi, car je n’aimais cette distance qui se créait entre deux personnes suite au vouvoiement après tout. C’est pour ça que je préférais tutoyer les gens que je rencontrais, pour me rapprocher d’eux et devenir amis avec eux. Un raisonnement plutôt naïf, certes, je ne le niais pas. Mais je pensais réellement comme ça actuellement !

_________________
A fighter enjoys the thrill of battle and the taste of blood. He fights for pleasure, not out of pain.
You live for battle. You thrive on glory. You need nothing else, for what else is a warrior but the sum of his battles.
You continue your path. Known by many names, but mostly known by what you leave behind.
In your wake is nothing. You know no family. Your joy is the clash of steel, the spray of blood, the carnage of killing.
Loneliness is a success. It means everything has fallen to you already.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Dim 20 Jan 2019 - 5:21
Un colosse. Une montagne de muscle. Notre assimilateur faisait pale figure, tant de par sa taille que ses muscles, face à ce géant - sûrement sortit tout droit des chefs d’oeuvres de l’animations mettant en scènes divers kaijū. Son regard se posa sur lui, presque amuser par la situation. Un tel acte lui aurait été très fortement reprocher à Tetsu ou ailleurs même. Mais à Kiri, tout cela était différent. Les shinobis servant ce village n’étaient ni plus ki moins qu’une grande famille - avec des tensions par ci et là, évidemment. Bien que le vouvoiement était de mise dans son ancien foyer, il n’était plus si obligatoire ici. Tisser un lien, même infime, était la meilleur chose à faire en ces temps lugubres. Allant quelque peu au delà de son éducation, il fera l’effort de tutoyer ses comparses. Le feeling passerait sans doute mieux ainsi.

Notre Hyôsa, toujours fidèle à lui même, attendra que Kettei termine de parler avant d’à son tour mener la danse. Le ressentiment qu’avait notre héros pour la machine de muscle était formidable. Le jeune homme dégageaient une joie de vivre, une bienveillance, une compassion sans bornes. Il aimait en quelque sorte la vie et s’entraîner à fond, voulant sans doute dépasser des limites fixer par son propre organisme, sa propre faiblesse. Tout comme notre apprenti samouraï après tout. Ils étaient en quelque sorte pareil, tout les deux.

C’était l’étiquette qui lui sera accoler.

— Enchanté, Tashida Kettei. C’est un réel plaisir que de faire ta rencontre... Malgré la bousculade. Mais un titan comme toi n’a rien à craindre d’une brindille comme moi, haha.

Aucun signaux négatifs ne fut émit par l’assimilateur au sujet de la familiarité de son compatriote. C’était même toute l’inverse, ils avaient tout deux en eux, une certaine forme d’innocence, de candeur bien caractéristique.

— L’entraînement se doit d’être rude, toujours dépasser notre propres limites tant mental que physique... Mais je n’ai surement rien à t’apprendre sur ce sujet, aucun doute que tes connaissances soient bien supérieures au miennes.

L’humilité dans sa forme la plus innocente, notre assimilateur était loin d’être de ceux voulant accaparer intentionnellement l’attention. Son calme permanent et son coté mystique le faisait pour lui.

— Qui sait nous pourrions sûrement un jour nous entrainer ensemble. Une telle brute doit forcement avoir bon nombre de techniques interessantes mais surtout impressionnantes... Mais peut être que je suis tomber en plein entraînement je ne voudrais pas te déranger.

Notre assimilateur était intrigué. Il savait pertinemment qu’il ne pourra jamais y aller fond avec ses congénères mais, in fine, ce seront les Kirijines qui lui permettront de décupler ses capacités. Il fallait ainsi trouver de bons compagnons. Kettei était sûrement l’un de ces gens qu’il recherchait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100

Dim 27 Jan 2019 - 18:12
Je restais face à cet homme, calmement. Il paraissait assez humble, et se moquait même de lui-même d’une telle façon. J’étais assez gêné, car je n’étais encore jamais tombé face à un homme qui se moquait ouvertement de lui-même de cette façon. Je ne savais pas quoi répondre sur le coup, je devais tousser pour faire passer ce goût à travers ma gorge. C’était difficile de s’adapter à ce genre de personnes. Mais il ne faisait que rigoler, pour détendre l’atmosphère, j’imagine. Alors je n’allais pas rester gêné bien longtemps. C’est pourquoi je prenais la parole pour parler juste après lui, souriant légèrement.

« -Ahah, tu n’es pas une brindille non plus ! Et puis, le physique ne fait pas tout, même si je prends grande fierté du mien. Il ne faut pas juger un livre par sa couverture ! »

Il était très humble cet homme, peut-être même trop humble ? Je ne savais pas comment le prendre, mais il n’avait pas mauvais fond, alors je me devais de lui rendre la pareille après tout.

« -Allons, ne sois pas trop humble non plus ! Tu as raison sur ce fait, mais il ne faut pas non plus baisser la tête de cette façon ! Sois fier de ce que tu fais ! Et ne crois jamais que tu es inférieur à un autre, et ne te compare jamais aux autres ! »


C’est ce que je faisais, ne jamais me comparer aux autres. Je ne me comparais qu’à moi il y a quelques mois, pour m’améliorer toujours plus, encore plus, et atteindre de nouveaux sommets. Mais il avait raison sur un point, se détruire pour se reconstruire. C’était ce en quoi je croyais pour mes entraînements physiques, ce qui n’avait pas l’air d’être au goût d’un certain chef du clan Kaguya. Ce n’était pas grandement dérangeant quand ils n’adhéraient pas à mes méthodes, mais trouver un compagnon qui y adhère faisait grandir mon sourire énormément. C’était plaisant d’avoir une telle compagnie.

« -Hm, pourquoi pas ? Mais si on doit vraiment s’affronter, tu dois me promettre une chose. Tu ne te retiendras pas, ni toi ni tes coups. Sinon je n’accepterais pas de t’affronter ! Tu m’le promets ? »


J’attendais une réponse calmement, un court instant, et comme j’étais certain qu’il accepte, je souriais d’un coup grandement, venant à taper lourdement son épaule de ma main dans un geste de camaraderie. C’était de plus en plus plaisant de trouver quelqu’un qui soit comme moi, plus ou moins.

« -Et non, ne t’en fais pas, tu ne me déranges pas. T’es un type vraiment intéressant ! Faudra qu’on traîne ensemble un d’ces quatre en dehors des terrains d’entraînements. »


Je le considérais déjà comme mon pote ce type, et ce n’était pas sans raison, il était vraiment intéressant. Et être ami avec lui me permettrait de me dépasser encore plus, j’en étais certain. Il suffisait de voir l’état dans lequel il était après un entraînement. La même chose que moi ! Je souriais encore plus, devenant presque un sourire carnassier à l’idée des combats que nous aurons.

« -D’ailleurs, tu t’entraînes souvent à l’épée ? T’as l’air plutôt capable dedans. Moi je suis meilleur avec mes poings et mon corps. Mais bon, je pense que ça se voit ahah ! »

Un rire naïf, ou peut-être juste trop pur, s’échappait d’entre mes lèvres alors que je restais à le regarder droit dans les yeux de mes yeux d’émeraudes. Ce type était vraiment fantastique !

_________________
A fighter enjoys the thrill of battle and the taste of blood. He fights for pleasure, not out of pain.
You live for battle. You thrive on glory. You need nothing else, for what else is a warrior but the sum of his battles.
You continue your path. Known by many names, but mostly known by what you leave behind.
In your wake is nothing. You know no family. Your joy is the clash of steel, the spray of blood, the carnage of killing.
Loneliness is a success. It means everything has fallen to you already.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Mer 30 Jan 2019 - 12:02
Un sourire d’une compassion rare se forma dans le creux de ses lèvres. Le titan prénommer Keitei était d’une humilité, d’une abnégation rare. Il avait tout pour lui et pourtant, il se souciait de ses compatriotes. Il n’était pas l’un de ces rustres se sentant supérieur au reste du monde en raison de leur physique herculéen sans pour autant être d’une efficacité au combat rare. Tel un raptor quelque peu dissident, il était plus dans le style lourd-léger, ce qui lui permettait entre autre de mettre des manchettes sévère à en faire pâlir Soral en personne ainsi que ça sa poupée Conversano. Car oui, les Kirijines en avaient ras le cul des Hyôsa, c’était désormais un fait avéré et accomplis.

Cet homme maîtrisant les arcanes immuable du Taijutsu était en effet très interessant, d’autant plus qu’il se mettait dans une situation tendue. L’excommunions des assimilateurs avait assez duré, il était temps de rendre les Hyôsa à nouveau grands.

— J’ai pour objectif d’embrasser la caste des samouraïs, ainsi je m’entraîne plus que je ne dors pour ne rien te cacher. Merci pour tes paroles, tu es en quelque sorte l’étendard de l’humilité, ta rencontre inopinée est finalement un bien ...

Notre assimilateur laissa volontairement sa phrase en suspens, annonciatrice d’une envie irrésistible.

— Que dirais-tu de ne pas reporté cet entrainement à plus tard mais de le commencer dès maintenant ? Sans retenir nos coups, bien entendu.

Un simple regard sur ses mains. Elles étaient dans un état horrible, lacérées de toutes parts suite à un entrainement bien trop conséquent, mais cela ne suffira pas à l’arrêter. L’envie insatiable de progrès était supérieure à la douleur. Ketei n’étant pas du genre à se ménager non plus, c’était une aubaine.

— Nous pourrions ensuite faire plus ample connaissance. Qu’en dis-tu ?

Se déchirer la gueule puis faire connaissance. Quelle magnifique vie à l’écart de la réalité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5343-flocon-de-neige-100

Sam 9 Fév 2019 - 16:32
Encore quelqu’un qui voulait se mesurer à moi. Il fallait se l’avouer, ces derniers temps, je ne croisais que ça. Heureusement que dans tous ces combats j’avais un oasis où me réfugier, une femme rencontrée il y a peu. Mais peu importe. Lui avait l’air d’être un samouraï, de ce qu’il vient de me dire. Il ne fallait pas se mentir, je n’ai encore affronté aucune personne utilisant une arme. C’était difficile d’imager ça, après tout mes poings n’étaient pas encore assez solides, et ne le seraient peut-être sûrement jamais. Je devais trouver des idées pour me battre facilement contre ces armes tranchantes, et m’entraîner avec cet homme en face de moi m’aiderait sûrement à accomplir ce que je souhaitais accomplir. En somme, on pourrait tous les deux s’aider de cette façon, n’est-ce pas ?

« -Oh t’es donc un samouraï ! C’est super cool ça ! »

Evidemment, il avait dit qu’il avait pour objectif de devenir un samouraï, et non pas qu’il l’était déjà maintenant. Mais je ne faisais que croire ce que je voulais, comprenant certains sens à moitié. Ce n’était pas de ma faute réellement, mais j’espérais vraiment qu’il le devienne après tout. C’était ce que je voulais pour m’entraîner ! Mais bon, j’espère qu’au moins il ne le prendra pas mal, car je souriais honnêtement. Certes, j’étais certain que le Taijutsu était au sommet de tous les arts, mais j’en trouvais aussi certains qui étaient intéressants. Comme se battre avec un sabre, par exemple.

« -Ahah, je ne suis pas si fantastique que ça, je suis qu’un homme simple moi ! »

Je restais cependant gêné par les éloges qu’il me faisait, après tout, je ne me voyais pas comme ça moi. Et bien tout au contraire en vérité, je n’étais pas vraiment humble, je savais juste qui j’étais et je ne perdais pas de vue mes convictions ou mes envies. J’étais un homme qui avait les pieds sur terre, en somme.

« -Très bien, faisons ça dans ce cas ! »

Je souriais grandement, appréciant totalement l’idée de se mettre sur la gueule puis de faire connaissance après. Après tout, comme j’aimais le penser et ce que mon père me disait, c’était comme ça que les hommes devenaient amis. D’abord en se battant, puis en apprenant à se connaître ensuite. Etonnement, s’il n’y a pas de conflits mortels, c’était comme ça la plupart du temps. Mais mon sourire se transformait rapidement en un sourire carnassier, un changement qui m’arrivait souvent quand je devais me battre. Un feu brûlant dans mes yeux à l’idée de me battre avec un type comme lui, j’allais lancer les festivités.

Bougeant légèrement une jambe pour en prendre appui tel un pivot, ma deuxième jambe bougeait dans les airs tel un fouet, essayant de le frapper avec la paume de mon pied au niveau du menton. Cette technique n’avait qu’un but, l’envoyer voler dans les airs, littéralement, à quelques mètres du sol. Peut-être qu’il s’y attendrait, peut-être pas, mais je comptais lui montrer qu’il ne faut pas sous-estimer la puissance ultime du Taijutsu !

HRP:
 

_________________
A fighter enjoys the thrill of battle and the taste of blood. He fights for pleasure, not out of pain.
You live for battle. You thrive on glory. You need nothing else, for what else is a warrior but the sum of his battles.
You continue your path. Known by many names, but mostly known by what you leave behind.
In your wake is nothing. You know no family. Your joy is the clash of steel, the spray of blood, the carnage of killing.
Loneliness is a success. It means everything has fallen to you already.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5167-tashida-keitei-les-muscles-avant-tout?nid=1#40684

Reformed | Tashida Ketei

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: