Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Entrainement Matinal [Kenshin]


Lun 21 Jan 2019 - 1:31

Raizen était du genre à être lève-tôt, surtout lorsqu’il était préoccupé. C’était plus fort que lui. Il lui arrivait souvent d’être prisonnier de ses pensées au point de ne pas pouvoir réellement dormir. Dans ce genre de circonstances, il se levait tôt et se promenait. Faisant parfois appel à la méditation ou l’entrainement, tous les moyens étaient bons pour canaliser son esprit un peu turbulent.

Or, contrairement à l’habitude, il décida de se percher du haut d’un arbre dans une zone assez ouverte. Ceci lui permettait de faire le pouls sur tous les membres de l’expédition et de quelle manière chacun d’entre eux pouvait se prouver utile. Plusieurs noms surfèrent à la surface de son esprit jusqu’à ce qu’il atteigne finalement le nom de Metaru Kenshin.

Comme de fait, celui-ci venait indirectement de se présenter là où il était. Que cherchait-il exactement ? Il ne le savait guère, mais la curiosité du Meikyû était vivement piquée. Depuis leur dernière rencontre, celui-ci semblait avoir légèrement changé. Restant tout de même de nature obéissante, il se demandait s’il avait écouté ses conseils d’ami. Après tout, leur première rencontre avait été légèrement ternie par un combat qui n’en avait pas vraiment été un. Ressemblant plutôt à une joute à sens unique durant laquelle le Meikyû n’avait pas osé répliquer, il ne pouvait s’empêcher de vouloir savoir où en était rendu le fameux Metaru.

-Un entrainement matinal ça te dit ? Je vais t’avouer que je suis curieux de voir comment tu as évolué depuis la première fois qu’on s’est rencontré.

Souriant légèrement, il allait droit au but alors qu’il balançait ses jambes du haut d’un arbre.

-Je te laisse même engager les hostilités si tu veux, pour faire changement.

Faisant preuve de sarcasme suite à la dernière fois, toute son attention était concentrée vers son opposant qui avait la priorité dans ce petit entrainement. Évidemment, ils ne comptaient pas faire un grabuge. Après tout, Raizen était simplement curieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Mar 22 Jan 2019 - 12:18
Cela faisait maintenant quelques jours que nous étions au Pays du Bois et je parviens finalement à m’acclimater. Qu’est-ce qu’il est dépaysant de voyager ainsi dans un autre pays… je comprends mieux ce que vivent nos commerçants, voyageurs et militaires qui partent vers d’autres contrées. Je ne peux surtout m’empêcher de que ce doit également être le lot des personnes fuyant leurs terres, quel qu’en soit la raison. Fuir ainsi sa terre pour s’installer ailleurs… ne doit vraiment pas être chose aisée.

J’ai conservé l’habitude de me réveiller aux aurores, afin de profiter au mieux de la matinée. Me préparer et travailler ou me balader afin de découvrir un peu plus cette ville, ce que j’ai décidé de faire aujourd’hui. Les bâtiments sont presque entièrement faits de bois, à l’exception du torchis qui sert à faire les murs. Il est certain qu’ici la matière première ne manque pas… Et que le bois peut abondamment être utilisé à moindre coût. Cependant cela rend également toute la ville très sensible au feu… et avec la forêt qui l’entoure… Mais je me demande si ces arbres ne seraient pas plus résistants au feu, comme l’on peu parfois en trouver dans certaines contrées. Pour atteindre un âge si avancé, elle doit dans tous les cas posséder certaines résistances. Enfin, je ne suis pas bûcheron ou bâtisseur, mais si j’ai l’occasion d’en rencontrer un, alors je lui poserai la question.

Assez de temps perdu, il est temps de sortir prendre l’air. Je mets sous scellé mon travail puis enfile mon manteau et m’engage dans la rue, en veillant à bien fermer ma porte. Là, je vais rejoindre le reste des membres de l’expédition afin de les saluer. Et qu’elle ne fut pas ma surprise quand ce fut Raizen qui m’interpella du haut d’un arbre pour me proposer un entrainement. Que fait-il perché là-haut ? Il faut croire que c’est une habitude chez certains d’entre nous, entre lui et Yamiko… Tester mon évolution ? Il est vrai que depuis cette époque j’ai bien changé. Je ne suis certainement pas un shinobi de son niveau, mais je m’en approche un peu plus que lors de notre première entrevue.


« Bonjour Raizen. J’accepte avec plaisir. »

Il redescend à mon niveau et m’invite à commencer le combat, non sans un peu de sarcasme auquel il est inutile de répondre.

« Je vous remercie. Peut-être devrions nous établir sur un terrain moins peuplé ? Nous risquons de nous trouver rapidement limité ici. »

Je ne sais pas jusqu’à quel point il cherche à me tester, mais le test risque rapidement d’atteindre ses limites avec autan de personnes et d’habitations autour de nous. J’invite donc le Jonin à me suivre un peu à l’écart sur un terrain vague. Une fois arrivé, je me mets en position et attend qu’il puisse faire de même avant de lancer les hostilités. Je dégaine mon sabre puis me mets en position.


Quelle stratégie adopter ? Raizen est sans aucun doute beaucoup plus fort que moi en combat au corps à corps, ce même style qui me faisait tant défaut autrefois. Je n’ai de toute façon quasiment aucune chance de le battre. Lui montrer mes progrès en la matière pourrait être intéressant… de même que les tester face à un adversaire de son calibre. Nous sommes à une dizaine de mètres l’un de l’autre. Ouvrons le combat comme il se respecte. Je le charge, veillant à conserver une garde solide puis le tranche d’une coupe horizontale afin de lui forcer au mouvement, ou à la défense.


Informations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Ven 25 Jan 2019 - 4:55

Observant Kenshin, Raizen devait avouer qu’il ne s’attendait pas à ce qu’il accepte aussi facilement. C’était beaucoup trop simple, mais il appréciait tout de même le fait de ne pas avoir à convaincre quiconque à Kumo pour obtenir un combat amical. C’était agréable, surtout qu’ils sautèrent en plein dans les festivités sans forcément passer par les préliminaires.

Ne semblant pas du tout vouloir attendre quoi que ce soit, le Metaru dégaina son épée qui avait une allure assez simple, noble, mais suffisamment belle pour représenter un gage de qualité. Il pouvait clairement voir que ce n’était pas une arme lambda. Elle semblait avoir été forgée avec soin, signe pertinent que les Metarus étaient toujours fidèles sur la qualité de toutes armes et de tout métal qu’ils travaillaient.

Ainsi, il entama le combat en électrisant sa lame tout en venant y combiner une attaque partant en deux allures. Si ça n’avait été qu’un bref coup d’épée, Raizen l’aurait fort probablement bloqué à main nue. Toutefois, n’étant pas encore conscient de quelle manière Kenshin utilisait cette nature de chakra, il se contenta de creuser la distance lors d’une esquive assez calculée. Éviter ne faisait pas forcément partie de ses attaques favorites. Or, il n’avait aucun mal à le faire, surtout lors que son opposant utilisait une arme.

-Tu as abandonné la technique de combats aux mille épées pour te concentrer sur une seule et unique arme ?

Rigolant, il était toutefois aux aguets par rapport à la moindre arme pouvant jaillir de nulle part. Regardant tantôt à gauche, tantôt à droite, il fit une légère feinte en modulant des disques de chakra fuuton qu’il envoya avec vitesse vers son adversaire.

Les metarus maitrisaient le métal. Ainsi, il estimait qu’il pouvait se défendre assez facilement contre une telle attaque. Sans quoi, ce serait assez problématique, surtout que le Meikyû était déjà en train de planifier sa prochaine combinaison.

En effet, au moment même où il avait projeté ses trois disques, il était déjà en train de se diriger vers Kenshin afin d’appliquer une pression supplémentaire et observer d’un peu plus près de quelle manière il répondait aux stimulus.

Si celui-ci pensait s’en prendre à lui au corps à corps il se trompait. Or, combattre à distance n’était pas non plus la solution. Y en avait-il une ?

Qui sait. Le tournoi de Kaze n’avait pas réussi à le faire chanceler et cet entrainement ne risquait pas de faire exception.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Ven 25 Jan 2019 - 12:17
Raizen esquive ma première attaque sans grande difficulté. L’inverse aurait été surprenant. Abandonner ma technique de combat ? Aucunement, je me suis juste diversifié. Mais cela il pourra bien assez vite le voir. Cependant cette diversification ne s’est pas faite non sans quelques difficultés. Je suis conscient qu’actuellement je possède quelques lacunes, qui m’empêcheront de sérieusement rivaliser avec lui, au-delà de la simple différence de puissance. Mais face à un shinobi de même puissance que moi, je pense pouvoir sans grande difficulté rivaliser et gagner.

« Vous aurez bien assez tôt la réponse à votre question. »

Depuis notre premier « combat », bien qu’il s’agisse plus d’un test de sa part, je me suis entrainé avec acharnement, tous les jours, seul ou avec d’autres shinobis. Cette rigueur sans faille m’a permis de grandement élever mon niveau et de combler un peu de cette expérience du combat qui me fait tant défaut. Mais il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant de pouvoir prétendre rivaliser contre celle d’un homme comme lui.

Raizen réplique avec une technique de Futon, des sortes de disques, qu’il envoie dans ma direction puis s’élance vers moi dans un second temps. A cela j’ai une réponse toute préparée.





Sans hésiter, je fais jaillir du sol un mur de métal qui encaisse l’attaque du Jônin. Le mur est en partie soufflé sous la puissance de l’attaque, ne restant que la base n’ayant pas été touché. Je me sers alors de la matière restante pour rapidement former trente katana – dont dix sont crées plus lentement autour de moi par manque de matière – puis les propulse en deux temps sur ma cible. Enfin, tandis qu’il n’est plus qu’à quelques pas, je charge à nouveau mon katana puis cours vers lui pour porter un coup fulgurant.



En tant normal je ne procèderai probablement pas ainsi. Sortir un combo d’une telle puissance si rapidement… C’est se risquer à dévoiler trop tôt les cartes que l’on a en main. Mais j’ai envie de me prouver… De lui prouver que je ne suis plus le même qu’il y a bientôt un an. Cet entrainement… est un combat d’égo. Un égo que je laisse rarement paraître, toujours à être stoïque et détaché… Mais tout cela, tout ce pourquoi j’ai travaillé si dur… J’ai besoin aujourd’hui de me prouver à moi-même que je ne me suis pas trompé, que ces entrainements répétés me permettent aujourd’hui de rivaliser avec un homme de sa stature.


Informations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Dim 27 Jan 2019 - 3:41

Il n’était pas vraiment certain de comprendre d’où venait son doute ou ce léger sentiment aigri, mais il avait bel et bien l’impression que Kenshin y allait beaucoup plus fort qu’il ne l’aurait normalement été pour un entrainement pur et simple. Rien que dans son timbre de voix, il semblait y déceler un agacement qui venait possiblement de leur dernier combat, comme s’il avait quoi que ce soit à prouver. Il n’avait pas forcément tort sachant que Raizen était constamment en situation de test. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’il avait pris le temps de lui proposer cet entrainement. Autrement, il ne se serait pas du tout préoccupé de lui, surtout pas après leur dernière rencontre. Si le Meikyû s’était bien intéressé à cet individu, c’était dû au changement d’aura qu’il avait ressenti depuis la dernière fois. Passant d’un esprit un peu plus faible ou plutôt perdu à un esprit sérieux et plus précis, il était toutefois malheureux que le tout ne soit pas forcément visible dans la situation actuelle.

-Pas mal...

Se contenta-t-il de dire alors qu’il voyait ses disques à base de vent venir embrasser le mur métallique. Il pouvait dès lors confirmer que celui-ci avait au moins pris le temps d’acquérir des techniques défensives. Or, contrairement à la dernière fois où il s’était mis à faire jaillir des épées d’un peu nulle part, sa réponse était beaucoup plus stratégique alors qu’il réutilisait la base du jadis mur de métal pour entamer la seconde partie de son offensive. Comme si ce n’était pas assez, toute sa personne trahissait ses prochaines intentions et sa prochaine combinaison. En dominant l’adversaire à l’aide d’une technique aux multiples projectiles, il était aisé pour lui de s’approcher et de capitaliser dans ce genre de contexte.

C’est d’ailleurs exactement ce qu’il se produisit. Or, Raizen avait une réponse tout. Répondant de la première attaque en activant un tourbillon de vent, il fut en mesure de repousser tous les projectiles tandis que le tourbillon partant de son corps venait s’élargir autour de lui comme un mur se déplaçant. Profitant de ce moment de protection pour préparer la suite, il activa son sceau de guerre Meikyû, fameuse composante qui avait stimulé sa première rencontre avec Kenshin.

Or, alors qu’il s’attendait à une attaque simple, la quantité de chakra dans la lame semblait beaucoup trop importante pour être négligeable ou similaire aux attaques précédentes. Ainsi, le Meikyû avait deux choix. Esquiver de nouveau ou bloquer totalement l’attaque de son opposant. N’ayant pas de temps pour réfléchir dû à la combinaison, il opta pour la technique la plus rapide, mais par le fait même la plus importante. Il aurait préféré éviter d’utiliser quelque chose d’aussi fort, mais la réalité était qu’il était limité dans sa réserve de techniques. Le nombre de ses capacités n’ayant pas un effet destructeur étant restreint, il devait calculer chacune de ses actions pour éviter d’endommager le terrain.

Par le fait même, il positionna son bras en opposition totale avec la lame qu’il n’eut aucune difficulté à bloquer malgré l’importante quantité de chakra raiton. Sentant ainsi une sensation assez forte de chakra raiton traverser son bras en premier lieu, bien qu’une bonne partie de l’attaque fut filtrée par son bras, son corps fut tout de même saisi d’une paralysie momentanée.

-Tu me sembles en colère

Être paralysé même temporairement n’était jamais bien plaisant. Malheureusement, il devait faire avec. Utiliser l’armure électrique que Shuuhei lui avait montrée aurait visiblement été une bonne option. Or, il n’aurait jamais eu le temps de la manifester à temps vu l’exécution exemplaire de Kenshin. Il fallait le dire, il s’était amélioré et se battait avec une fougue assez différente de ce à quoi il s’attendait. Cherchait-il à prouver quoi que ce soit à travers ce combat ? Depuis le début de l’entrainement, le Jonin avait l’impression que tous les deux fonctionnaient à deux vitesses différentes. C’était une sensation particulièrement intrigante, mais assez excitante. Qu’allait faire son opposant maintenant ?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Lun 4 Fév 2019 - 20:16
Raizen réagit immédiatement à mes projectiles en créant un tourbillon d’air autour de lui, déviant les lames de leurs trajectoires. Une mini tornade, très efficace pour se défendre à 360°, sauf des attaques provenant d’en haut et du sol. Virevoltants dans les airs, les sabres sont projetés tout autour de nous, se dispersant sur le terrain. Arrivé à son niveau, mon sabre s’abat sur lui, attaque qu’il encaisse grâce à son bras dont il se sert pour parer le tranchant. Intact. Pas une seule goutte de sang. Là est toute la maîtrise des Meikyû et de leur renforcement par les sceaux. Le sceau permettant d’augmenter la résistance et le sceau de la guerre. S’il pare ainsi avec son bras droit… Mais l’électricité elle s’est déversée dans ses muscles, le paralysant momentanément, ouvrant tout un champ de possibilité.

Cette série de défense de sa part me met en position de force : il ne tient qu’à moi de décider du rythme à venir du combat. Dois-je continuer d’attaquer ? Dois-je ralentir ? Ralentir le jeu lui donnerait l’avantage, l’opportunité d’enchaîner sur des attaques… Il souhaite me tester, voir quels sont mes progrès… Et cela passera inévitablement par des attaques, afin de déterminer la façon dont je me défendrai. Suis-je en colère ? Non. Mais je sens cette volonté au fond de moi. Cette détermination, que l’on aisément prendre pour de la rage ou de la colère. Cette détermination qui ne me quitte plus depuis que j’ai côtoyé la mort. Dois-je répondre ? Ou plutôt ai-je envie d’y répondre ? Oui. Il ne s’agit pas là d’un entrainement classique, mais d’un affrontement entre deux personnes, deux personnalités bien distinctes, que beaucoup de choses opposent. Ainsi, je fais un bond pour reculer et me mettre à distance de sécurité, ma garde bien positionnée.


« En colère ? Non, je ne suis pas en colère. Je l’ai été lorsque vous avez refusé de m’entraîner, mais cette colère, bien qu’il en reste des traces, s’est tarie depuis bien longtemps maintenant. »

Mais il est tout naturel qu’il conçoive mon comportement ainsi. Lors de notre première rencontre, je ne connaissais que bien peu de choses sur sa personne. Un homme réputé, mais dont le caractère énigmatique, distant, détaché, m’avait complètement rebuté. Pourtant il s’agit là de toute évidence d’un homme intelligent, possédant une sagesse qu’on ne peut nier. Ainsi il serait intéressant de connaître ses réactions, son opinion. Si tant est qu’il y accorde assez d’importance pour le donner.

« Mais ce combat me tient évidemment à cœur. Tant par rapport à la façon dont s’est déroulé notre première rencontre, que le statue qui nous différencie. Je parle bien évidemment de la différence de puissance entre nos deux personnes. La première fois elle était colossale. Aujourd’hui, bien qu’encore très importante, celle-ci s’est réduite. Je ne peux nier que j’en tire beaucoup de fierté. Non pas de m’être rapproché de vous, mais que tout mon travail, mes sacrifices aient payés. Mais j’ai également conscience que ce n’est là qu’un fait parmi tant d’autres. La puissance en soi n’est que la partie immergée des personnes que nous sommes. C’est celle que les autres voient, mais pas celle que nous sommes. »

Bien trop de personnes, de shinobis mais également de nobles, ne se comparent aux autres que par rapport à la puissance, qu’elle soit brute ou politique. Il est naturel de se comparer aux autres, de se positionner, mais bien naïf et aveugle de ne compter que par cela.

« Qu’est-ce qui vous a poussé à m’inviter ainsi à combattre ? Vouliez-vous voir les progrès que j’ai réalisé depuis lors ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3529-presentation-metaru-kenshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t4788-equipe-3-michisuji-kumo#37115 http://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173

Mer 6 Fév 2019 - 2:17

Écoutant calmement Kenshin, il pouvait aisément comprendre d’où il venait. Sa lecture de la situation avait été la bonne. La dernière fois qu’ils s’étaient affrontés, celui-ci avait subi une humiliation. Non pas parce qu’il n’avait pas attaqué, mais bien parce qu’il l’avait regardé de haut, comme s’il était un adversaire qui n’en valait pas la peine. Or, Raizen avait agi de la sorte simplement pour que son adversaire comprenne qu’il n’avait aucun intérêt à réellement développer les compétences Meikyûs.

Or, il était fort possible qu’il l’ait mal pris et Raizen ne s’en préoccupait guère. Les gens comme Kenshin étaient fondamentalement de bonnes personnes, mais pouvaient rapidement être déconnectés de la réalité lorsque des gens leur refusaient quelque chose qui semblait pourtant anodin ou banal. Puis, indirectement, le fait de refuser de se battre de la sorte et de prendre le tout avec nonchalance aurait frustré la plupart des gens.

-C’est étonnant que tu aies remarqué la différence entre nous au premier combat, puisque je n’ai rien fait, de différent pour ce combat.

Souriant tandis que la paralysie commençait déjà à perdre son effet, le Meikyû savait pertinemment que ce qu’il allait dire n’allait pas plaire à Kenshin, mais ce n’était que la vérité.

-La raison pour laquelle je t’ai invité à combattre est pour voir ton évolution depuis la dernière fois par simple curiosité. Évidemment, les gens dans les normes comme toi ont bien souvent la malchance de prendre certaines choses du mauvais sens alors qu’elles visent à motiver ou stimuler. Vu ton comportement la dernière fois, si j’avais été un minimum sympathique, je pense que tu aurais insisté tandis que je pense qu’avec un peu de recul, tu peux maintenant confirmer que j’avais raison.

Peut-être avait-il tort ? Or, Raizen ne voulait pas avoir raison, il ne s’en préoccupait guère. Il voulait juste stimuler la conversation et arriver à une conclusion, qu’elle soit floue ou nette.

-Mais je dois avouer être en désaccord sur le fait que la puissance est la partie immergée de soi, parce que ça voudrait dire que je ne t’ai encore rien montré de ma réelle puissance. Au contraire, je pense surtout que tu fais référence au développement de son potentiel. Là je ne peux qu’être en accord avec toi. Si la puissance peut être plus subtile et discrète en fonction des gens, elle ne reste pas moins quelque chose qui n’est pas immergé. C’est plutôt l’équivalent d’un soleil qui brille et qui voit ses particularités être découvertes pour ceux qui ont l’œil. Les plus faibles y verront une force brute tandis que les gens plus expérimentés y verront tous les contrastes et les efforts derrière.

C’était assez long comme dialogue, mais le tout exprimait clairement sa manière de voir les choses. Les deux n’étaient pas forcément toujours sur la même longueur d’onde, mais il espérait trouver un point de connexion sur cet aspect.

-Ensuite, si je peux me permettre un petit conseil, antagoniser la colère est un choix, mais dans la colère, il y a certaines émotions que tu peux utiliser de la bonne manière. La frontière entre le bien et le mal est beaucoup moins perceptible que cela et ce n’est pas parce que quelque chose semble mal en apparence que c’est le cas, et vise versa.

Sur ce, c’était la dernière parole qu’il venait de prononcer, tandis qu’il arrivait finalement à se mouvoir. Ce n’était pas les mouvements les plus fluides, mais c’était assez convaincant pour qu’il puisse opter pour un geste bref et simple, soit celui de déposer un sceau sur la jonction entre son biceps et son avant-bras afin de le tétaniser. Faisant ensuite un bon arrière assez important, il exécuta quelques mudras afin de faire apparaître quelques clones autour de lui.

-Toujours être sur ses gardes est aussi très important.

Bien que Raizen semblait prendre le rôle de dictateur dans cet entrainement pourtant amical, il tentait de voir de quelle manière Kenshin réagissait par rapport à certains stimulus. C’était le meilleur moyen de lire à travers les faiblesses de quelqu’un pour l’aider à s’améliorer. C’était aussi un moyen pour lui de savoir avec qui il entamait bel et bien sa mission diplomatique. Avec Tsukiko, il avait eu le même type d’échange en compagnie de Sazuka.

-Alors... ?

Le pire dans cette situation était que quoiqu’il arrive, Raizen n’allait jamais vraiment pouvoir l’affronter comme il le pourrait. Ses techniques étaient beaucoup trop visibles pour être utilisé sans gêne. Quant à ses techniques plus furtives, elles compensaient par leur capacité à être très fatale. Malgré tout, il appréciait le fait de faire surfer Kenshin sur cette vague inconnue.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Entrainement Matinal [Kenshin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: