Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

L'ombre d'un doute [PV Yasei Akane]


Lun 21 Jan 2019 - 20:17
Manqué. La lame de son acier plonge à côté de l’axe du mannequin en bois. Une absence, une seule, à un instant, venant rompre le fil de sa pensée. Une déviation légère qui l’a empêché de toucher au but, comme son esprit se l’est fixé. Des pensées fugaces venant le parasiter et troubler la sérénité de son âme, il ne peut se concentrer sur la précision de ses coups de lame, lesquelles finalement reflètent un malaise de plus en plus pesant. Une pensée en particulier, celle de devoir omettre la vérité pour protéger.

Car il se refuse de la blesser, pas elle, jamais. Il se souvient encore de la fois où elle était venue le trouver, paniquée, déjà coupable avant d’être jugée, elle avait déjà annoncé ce mauvais augure, qu’elle serait à l’origine de son malheur. Pour autant, même dans ces conditions, il se refuse de la blâmer. Elle n’est qu’indirectement liée à l’accident dont il a été victime, elle n’aurait pas pu l’anticiper. Une erreur, juste une erreur, se répète-t-il. L’exécution de ses mouvements peu à peu perd en fluidité, ses doigts se crispent sur le tsuka. Inappliqué, il flanche au moment de porter le coup fatal. Une erreur qui l’empêche de trouver sa cible. Les derniers signes d’une concentration qui décline.



Il soupire, sort une deuxième arme de son fourreau, une arme d’une valeur mémorielle toute singulière puisqu’avec elle il se souvient de ce jour-là pour une énième fois, ce moment où il a failli à sa tâche de ninja, mais aussi à son devoir d’ami. Comment pourrait-il ne pas faillir aux autres personnes auxquelles il tient aussi ?

Une lame de chaque côté, la pointe biseautée et incisive admirant le sol, il fait un pas en avant, sortant de sa torpeur momentanée, il frappe le parquet du pied pour se donner une impulsion, et effectuer une charge fulgurante. Arrivé au centre de la salle, il prend une inspiration. Pivotant son pied, il tourne sur lui-même et frappe dans le vide, s’imaginant frapper un ennemi invisible. Deux coups de taille simultanés, prenant une forme de croix devant lui, n’accordant pas le moindre répit à sa cible virtuelle.

Une douleur vient l’interrompre au milieu de sa course, il regarde sur son côté droit et malaxe son épaule qui garde encore les séquelles d’un accident du passé. Son séjour à l’hôpital, cet événement l’a fortement marqué, aussi mentalement que physiquement. Faute de pouvoir utiliser son dextre, il s’en est remis à son senestre, développant la faculté de se battre aussi bien d’une main que de l’autre. Un accident heureux finalement, puisqu’il lui a permis d’affiner son style de combat.

Résonnant à travers la salle, sa mélodie de lames dansantes, tranchant le vent avec impétuosité, il fait prestement avancer sa main, assouplit son poignet pour frapper d’un coup vif cette silhouette qu’il s’imagine affronter. Une ombre, obscure comme lui. Un reflet de lui-même, un mannequin d’entraînement que lui seul peut voir. Peu à peu cette holographie de son esprit change de couleur prenant celle d’un homme en shôzoku blanc. Un alter ego qui évoque un passé tumultueux de rivalité et de joutes verbales incessantes, culminant dans un meurtre irréparable marquant le début de son périple à travers le pays. Ce pourquoi il est ici.

Un espace de silence entre deux coups de lame, son oreille s’arrête à l’écoute d’un son irrégulier. Une discordance qui brise l’harmonie ambiante, un bruit de pas feutré, un mouvement dans l’air qu’il ne reconnaît pas. Sans crier gare, il fait brusquement volte-face et jette son sabre comme un kunaï, guidé par l’esprit, Baransu vient se planter à quelques centimètres de sa cible. Un avertissement qui devrait suffire à manifester l’intrus venu l’espionner dans son moment d’introspection.

@Yasei Akane

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Lun 21 Jan 2019 - 23:11
Comme tous les matins, la métamorphe avait courut dans Kiri afin de se maintenir en forme. Mis à part les fois où elle était en mission, elle ne dérogeait pas à cette règle qu'elle s'était imposée. Cette course durait généralement un peu plus d'une heure, selon les rues dans lesquelles elle passait. Parfois elle suivait un chemin déterminé, parfois elle suivait ses envies. Mais le lieu d'arrivée était toujours le même : le dojo des sabreurs. Elle n'entrait pas dans l'établissement. Ou rarement. Non, elle allait sur l'un des terrains situés à côtés, disponibles pour tout shinobi voulant venir s'entraîner. Et depuis des mois, elle prenait toujours le même. Si bien que la plupart des gens s’entraînant à l'extérieur savaient quel était le « sien ». Et elle pouvait donc s'y rendre sans craindre qu'il ne soit prit. D'autant plus car elle venait généralement assez tôt le matin.

Une fois arrivée sur le terrain, la métamorphe plaça des cibles à divers endroits de la zone. Puis elle se mit à courir, comme si elle était poursuivie, et prit plusieurs kunais entre ses doigts. Avant de les lancer en pleine course, sur les cibles. Parfois plusieurs à la fois. Les différentes armes firent mouche, et elle les ôta des cibles. Tout ça lui paraissait tellement... Inutile. Des mois qu'elle s’entraînait seule, refaisant les exercices que Chikara lui donnait. Mais ça n'aboutissait à rien de bon. Elle n'avait pas l’impression de progresser. Pouvait-elle seulement encore progresser ? N'avait-elle pas simplement atteint ses limites ? Pourtant elle n'avait rien pu faire pour empêcher cette ancienne fugitive de faire des victimes collatérales. C'était donc bien qu'elle devait encore s'entraîner. Encore et encore. Tant qu'il y aurait des gens qui comptaient à ses yeux, pour qui se battre.

Elle soupira, et jeta un coup d’œil en direction du dojo. Peut-être pourrait-elle lui demander ? Mais elle lui avait déjà demandé tant de choses. À chaque fois qu'elle avait besoin, c'était à lui qu'elle faisait appel. Et il répondait toujours présent. Mais elle ne voulait pas non plus s'imposer, ni déranger. Il avait des responsabilités. Et puis pourquoi maintenant, alors qu'ils se connaissaient depuis des mois ? Parce qu'ils étaient désormais amis, peut-être ? Non, c'était autre chose. Dont elle s'était rendue compte lors de leur dernière mission. Et elle voulait juste trouver une excuse pour aller le voir. Mais pour quoi faire, de toutes façons ? Passer un peu plus de temps avec lui ? Et à quoi ça l’avancerait ? Le connaître davantage, peut-être. Ils s'étaient rarement vus sur leur temps libre, en dehors de leurs enquêtes personnelles et des missions pour Kiri.

Akane reporta son attention sur le terrain d'entraînement, qui lui semblait si familier. Un peu trop, peut-être. Elle avait finalement prit des habitudes, elle qui avait longtemps été en mouvement. Était-ce une bonne chose ? Elle n'en savait rien. Ce qu'elle savait en revanche c'était qu'elle ne progressait pas toute seule. Elle rangea ses armes s'assura que personne ne la regardait, avant de se métamorphoser en chat. Ce serait plus discret. Au moins, s'il était occupé elle pourrait le laisser tranquille.

Elle se dirigea donc vers le dojo, où le gardien la laissa passer. Que pouvait bien faire de mal un chat n'émettant aucun chakra ? Et puis peut-être avait-il l'habitude de la voir rôder régulièrement autour du bâtiment. Elle n'avait osé y entrer qu'une seule fois jusqu'à présent. La plupart du temps, elle cherchait juste à le voir, avant de rentrer chez elle après son entraînement. Ça lui suffisait, de le savoir là. C'était quelque chose de rassurant, comme si elle pourrait toujours compter sur lui. Ce qu'il lui avait prouvé jusqu'à présent. Jusqu'à quand ?

Se guidant à son odeur qu'elle avait enregistrée dans sa mémoire olfactive, la métamorphe se dirigea vers le sabreur humant le cuir. Il portait tellement souvent son costume d'ébène que le parfum s'était imprégnée sur sa peau, qui, elle, dégageait une légère note poivrée. Son odorat la mena dans un endroit où elle entendait une lame trancher l'air. Il était bien là, seul, en train de s'entraîner. Alors elle s'arrêta pour l'observer, sans oser le déranger. Ses mouvements étaient fluides. Mais à peine fut-elle entrée dans la pièce qu'un sabre vint se planter à quelques centimètres d'elle. Un sabre légendaire qu'il était inutile de redonner à son propriétaire, car il lui suffisait de l’appeler pour ça.

Surprise, elle ne sut pas vraiment comment réagir, et resta quelques secondes sans rien faire. Voulait-il qu'elle parte ? Pour rester seul ? Était-ce une invitation à un duel ou autre chose de ce genre, dont elle ne connaissait pas les règles ? Il avait grandement augmenté ses sens. Tandis qu'elle stagnait... Se souvenant soudainement de son apparence, elle défit son henge pour s'adresser à lui.


- « Hum... Désolée. Je ne voulais pas vous déranger. »

Un peu gênée, elle poursuivit.

- « Je pensais... On ne s'est jamais entraînés ensemble. »

Peut-être était-ce l'occasion de le faire. Sauf s'il préférait être seul, dans ce cas elle ne s'imposerait pas. Comme pouvait en témoigner son attitude, puisqu'elle était restée sur le seuil de la pièce sans oser entrer.


_________________
Tenues:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Mar 22 Jan 2019 - 11:53
Pensant effrayer un simple chat, c’est une proie plus familière qu’il prend sur le fait. Le jutsu de métamorphose se dissipe, la silhouette prend une forme humaine… et féminine. Si son masque traduit l’impassibilité, son regard lui décline au moment de croiser celui de la kunoichi, qui telle une apparition séraphine vient dissiper par sa diaprure l’obscurité dans lequel il s’est peu à peu enveloppé. Comme toujours, il se sent vivifié au moment de l’apercevoir, et en même temps, contrit. Par l’agressivité de son attaque impulsive, mais aussi par l’attitude subreptice qu’il sera contraint d’adopter. Il baisse légèrement la tête, n’osant pas s’attarder sur ses pupilles bleu violacé.

Il pensait être seul, mais tout ce temps il était observé par une des personnes qui justement occupaient ses pensées.

Coïncidence malheureuse qui le met face à un dilemme, entre respecter sa promesse de lui dire la vérité, et la protéger d’une culpabilité qu’il soupçonne risque de la briser… Il a peur. Peur que de nouveau elle se tourmente, s’en veuille pour ce qui lui est arrivé. Même en la rassurant, il sait : taciturne qu’elle est, nul doute qu’elle se refermera sur elle-même pour se flétrir de sa faute. Il ne peut pas, il n’oserait pas lui jeter la pierre. Parce qu’elle n’est pas fautive ? Ou plutôt parce que ses sentiments l’empêchent de lui reprocher quoi que ce soit ? Il a beau essayer, il ne peut s’y résoudre.

Il se presse de la rejoindre, se gratte l’arrière de la tête, honteux de l’avoir ainsi agressé. Maintenant qu’il y pense, il se demande ce qu’elle faisait ici, depuis combien de temps est-elle restée à l’espionner ? Curieux, il aimerait savoir la raison qui l’a poussé à lui rendre visite, par hasard, ou juste pour le voir ? Mais il n’ose demander, par politesse et peut-être parce qu’il ne veut pas s’avancer sur des conjectures trop subjectives. Il se contente donc de quelques signes de la main pour la rassurer.

« Désolé Akane, je ne savais pas que c’était vous, je ne voulais pas vous effrayer. Vous ne me dérangez pas, c’est même un ravissement pour moi de vous revoir. »


C’est vrai, il a failli ne pas le remarquer. Toutes ces aventures ensemble, côte à côte, en tant que coéquipiers, ils n’ont jamais eu l’occasion de s’entraîner tous les deux. Il faut dire que le contexte ne se prête pas vraiment aux loisirs, et qu’à force de missions et d’alertes les arrachant à leur quotidien, ils n’ont pas eu beaucoup de temps pour eux-mêmes ni l’un pour l’autre. Non, entre-temps il s’est aussi entraîné contre d’autres, le manque de temps n’est donc pas une excuse valide. La vérité, c’est tout simplement qu’ils n’ont jamais osé se voir dans des contextes extra-professionnels.

Une idée lui vient à l’esprit. Le chuunin a pris goût à lancer des épreuves, surtout aux deux genins dont il a reçu la responsabilité tout récemment. Une façon bien plus ludique de s'entraîner, et qui risque de compliquer les choses.

« Je vous propose quelque chose de spécial : un combat à l’aveugle. Ni vous ni moi n’aurons accès à la vue, mais nous devrons faire l’usage de nos autres sens. Celui qui prend le bandeau noir de l’autre gagne. En tant que ninjas spécialisés dans la sensorialité, je pense que cela ne devrait pas nous poser de problème, n’est-ce pas ? »


Surtout qu’il a eu un avant-goût de ce dont elle est capable, et son don pour la détection est une évidence. Elle le surpasse dans ce registre, il le sait, et c’est pourquoi il s’autorise à lui lancer ce défi. Un défi de taille proposé par le sabreur muet, lequel sort deux bouts de tissu noir de sa sacoche, et en tend un à son vis-à-vis et imminent adversaire. Il est le premier à se bander les yeux, ou plutôt la visière qui les cachent.

Serrant bien fort son nœud, le voilà plongé dans le néant. Quelques pas en arrière pour se positionner approximativement vers le centre de la salle, il range son arme secondaire dans son étui et tire sa lame légendaire à lui. Répondant à l’appel de son maître, Baransu s’extirpe du mur pour revenir dans la main du Nobuatsu, prêt à engager la rencontre. Muet, et aveugle.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Mar 22 Jan 2019 - 16:22
Quelques instants passèrent durant lesquels aucun des deux n'osa vraiment bouger. Était-il surpris de la voir là ? Il était vrai qu'elle n'était que rarement entrée à l'intérieur du bâtiment, préférant le plein air. Il s'excusa à son tour, arguant le fait qu'il ignorait qu'il s'agissait d'elle. Mais comment aurait-il le savoir ? Cependant elle s'interrogea sur ce qu'il avait fait s'il s'était agit de quelqu'un d'autre, ou bien réellement d'un chat ? Ce serait-il excusé aussi, ou aurait-il préféré rester seul ? Elle préféra ne pas savoir, afin de garder ce contentement qu'elle avait en imaginant qu'il aurait réagit différemment avec une autre personne. Ce même contentement qu'elle avait à chaque fois qu'il lui disait qu'il était ravi de la ravoir. Et là encore, elle préférait ne pas savoir s'il s'agissait ou non d'une simple formule de politesse. Elle appréciait simplement le moment, sans se poser de questions. Certainement pour se préserver, de peur d'être déçue une nouvelle fois.

Il semblait vouloir accepter sa demande d’entraînement, et c'était tant mieux. Car c'était la seule excuse qu'elle avait trouvée pour justifier sa présence en ces lieux. Il proposa même quelque chose de spécial, afin de tester leurs sens. Il était vrai qu'il avait largement progressé dans ce domaine, devenant même meilleur qu'elle. Elle avait l'impression qu'il était doué dans tout ce qu'il faisait. Ce serait l'occasion de savoir jusqu'à quel point il la surpassait.


- « Très bien, ça me va. »

Ça pourrait être amusant. Elle fit quelques pas vers lui pour attraper le bandeau qu'il lui tendait, avant de se couvrir les yeux de la même façon que lui.


Et de mettre ses sens aux aguets afin de savoir ce qu'il faisait. Elle resta tout d'abord quelques instants sur place, afin de s'habituer à l'obscurité et à se fier à ses autres sens. Elle put alors entendre qu'il rappelait sa lame à lui, la prenant dans sa main sans se déplacer.


- « Armes autorisées ? »

Il semblerait que oui. Elle était donc en désavantage sur ce point là, la lame la tiendrait certainement à distance. Mais d'un autre côté, elle serait plus facile à entendre et esquiver qu'un simple coup au taijutsu. Une fois prête, elle se mit sur ses gardes. Puis lança un simple kunai vers une des jambes du sabreur, qui saurait certainement l'arrêter. Avant d'en lancer un second dans la foulée, cette fois-ci visant plus haut, vers ce qui devait être le torse s'il n'avait pas trop bougé depuis le dernier emplacement qu'elle lui avait vu. Quelques lancers simples, mais qui lui permettraient déjà de déterminer comment il réagissait face à ça, sans les voir.

Spoiler:
 

_________________
Tenues:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Mar 22 Jan 2019 - 22:17
Aucune objection de la part de la kunoichi qui accueille la proposition du sabreur avec une réponse laconique, à la mesure de leur échange très bref. Tous deux semblent avoir attendu ce moment, après avoir travaillé en équipe, quel meilleur moyen de mieux se familiariser avec l’autre que de l’affronter ? Même si la condition imposée est pour le moins particulière. Une condition, une seule, qu’il ne se permettrait de donner à personne d’autre qu’Akane. Une difficulté supplémentaire qui révèle la grande estime qu’il nourrit à son égard. Il serait facile de se blesser dans ce genre d’exercice, cette perspective pour autant ne semble pas la rebuter, elle a confiance en elle-même, et elle a bien raison d’accepter.

Combattre de cette façon ne la dérange guère semble-t-il, au contraire, cela lui permettrait de se mettre dans une condition d’handicap visuel, qui permettrait à elle comme à lui de vérifier à quel point leurs autres sens sont aiguisés. Le sabreur masqué lui, n’a pas perdu de temps pour entourer sa tête de ce bandeau noir, le plongeant dans l’obscurité la plus totale. L’épaisseur du tissu est telle qu’il est impossible, quand bien même on l’exposerait à la lumière, de voir à travers. Il s’en est assuré.

En solitaire, il lui arrive même de s’entraîner de cette façon pour renforcer ces aptitudes en sensorialité. Poussant ses limites jusqu’à l’extrême. Un avantage bien que léger pour le Nobuatsu, qui compense son infériorité dans le domaine de la sensorialité par rapport à son adversaire avec une application plus offensive de sa maîtrise auditive. Mais dans cet art, elle reste la maîtresse. Ou du moins a-t-il le sentiment d’être surclassé dans cette catégorie face à la kunoichi aux cheveux rutilants d’ébène.

Et dire qu’il y a quelques temps encore, il lui était impossible de remarquer ne serait-ce que la présence de sa comparse à ses côtés. Des pas félins, une grâce qui ne laisse pas indifférent. Non seulement captivé par sa naturelle beauté mais aussi par son talent. Aujourd’hui, le fait qu’il l’ait détecté montre l’évolution de Saji, qui doit faire honneur à son rôle de Sans-Visage, maître de la dissimulation en même temps que du repérage. A présent, qui de mieux qu’elle pour éprouver avec davantage d’acuité la réelle teneur de ses capacités ?

Un moment d’oubli peut-être, que son interlocuteur est muet, elle lance une question logiquement accueillie par le silence de la salle et les quelques échos lointains des visiteurs du Grand Dojo. Un instant de malaise, assez bref pour être ignoré, elle trouve sa réponse dans le signal sonore de l’objet tranchant fendant l’air pour rejoindre la paume gantée du bretteur. Oui, armes autorisées. Peut-être s’attendait-elle à ce que le Sabreur soit capable d’autres prouesses encore non révélées ? Ce serait le surestimer.

Comme pour tout bretteur qui se respecte, le sabre est comme un prolongement de son corps, impossible de s’en séparer. Précisément pour cette raison, il prendra soin de ne pas se servir du hasaki pour la toucher, mais bien de la mune. Un style de combat adapté dans ce genre de circonstance amicale.



L’initiative est laissée à la kunoïchi, laquelle engage la rencontre avec un lancer de kunaï, puis un autre. Son oreille déjà attentive est capable de percevoir cette musique si familière des projectiles fusant vers lui. Il peut les voir, par le truchement de son ouïe, il les reproduit en servant de son imagination. Ne préférant pas prendre de risque, il se désaxe de la trajectoire estimée de l’arme de jet, et faisant un pas de côté, il évite le danger.

L’attaque suivante semble aussi bien ajustée, mais plus prévisible. La longueur du son, le début au lancer, et le moment où celui-ci se rapproche de lui. Grâce à cela, il peut estimer avec plus ou moins d’assurance à quel moment précis le projectile risque de le toucher. Demeurant sur place, il prend le risque de se blesser, tire sa lame devant lui dans un arc ascendant, droit dans l’axe. Il dégage le kunaï de son passage avec succès, signalé par un tintement métallique. Un exploit surhumain que le bretteur ne doit qu’à son accoutumance à l’art de dévier les armes de jet.

Tentant d’étouffer ses pas, il marche autour de sa proie avant de se lancer. Le Nobuatsu n’ayant pas encore validé sa technique de dissimulation, il ne peut qu’espérer que celle-ci lui parvienne avant la fin de la rencontre. Il est fort probable qu’elle l’entende et l’ait localisé. S’il est incapable de se faire silencieux, pour autant, il a le pouvoir isoler les sons alentours pour se concentrer sur les bruits de pas de son vis-à-vis. A son tour, il frappe, envoie son sabre pour faucher les jambes d’Akane avec le dos de la lame, pour lui faire perdre l’équilibre, ou mieux, la faire tomber.




Résumé du tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Mer 23 Jan 2019 - 21:18
Les kunais fusaient vers le sabreur, lancés à quelques secondes d'intervalle et visant deux endroits différents. Les deux shinobis avaient fait appel à leurs sens pour ce duel amical, si bien que Saji put facilement contrer les projectiles grâce à son adresse et sa propre lame. Les kunais tombèrent au sol en un bruit que l'on aurait put distinguer même en temps normal. Un léger sourire que personne ne put voir se dessina sur le visage de la kunoichi. Elle n'en attendait pas moins de lui.

Il commença à se déplacer et elle suivit ses mouvement, à l'oreille. Il lui tournait autour mais la jeune femme se tenait sur ses gardes, prête à réagir. Se fiant à ses sens, elle écoutait ses bruits de pas pour savoir où il se trouvait. Puis elle entendit finalement un sifflement dans l'air. Ça n'était pas celui d'une lame, mais ça venait vers elle. Vers... Le bas ? Elle n'avait aucune idée de ce que le sabreur pourrait vouloir lui envoyer, mais dans tous les cas il tentait de lui viser les jambes. Se fiant au bruit qui venait vers elle, la métamorphe envoya voler l'objet non identifié d'un coup de pied.

Sans même attendre que l'objet retombe au sol, elle reporta son attention vers le sabreur. Et sauta d'un bond vers lui. Ainsi il n'entendrait pas sa course au sol et ne pourrait pas s'y fier. Pouvait-il se fier aux battements encore calmes de son cœur ? Ou autre chose ? Il avait certainement dû s’entraîner durement, car il n'avait pas ces capacités il y avait plusieurs mois de cela. À moins qu'il les ait camouflées, comme elle le faisait avec sa Bête. Mais dans quel but aurait-il fait ça ? Elle cachait ce qu'elle était réellement par crainte des réactions des gens, et d'être rejetée. Mais peut-être avait-il tout comme elle des secrets qu'elle ne connaissait pas encore. Ce qui ne serait pas étonnant de la part d'un homme qu'elle n'avait jamais vu sans son masque, malgré le fait qu'ils se connaissaient depuis des mois.

Aurait-il le temps de la repérer avant qu'elle ne soit sur lui ? Car elle était rapidement arrivée à sa hauteur. Mais elle n'avait pas voulu se positionner juste devant lui, non. Elle atterrit juste derrière lui, à quelques centimètres tout de même car elle avait craint de toucher sa tête si ses sens avaient failli. Ce qui n'avait que très peu de chances d'arriver, mais elle avait misé sur la prudence. Une fois derrière le sabreur, elle se retourna donc pour tenter de lui prendre le bandeau attaché au dos de sa tête.


Spoiler:
 

_________________
Tenues:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Jeu 24 Jan 2019 - 19:38
Un léger mouvement de tête comme pour réagir au son au contact du plat de l’acier. Un bruit singulier. Baransu se fait dégager… s’agit-il d’un bras ? Ou d’un pied ? Il ne saurait dire exactement mais il semblerait dans tous les cas que la kunoichi ait senti venir le sabre vers elle, et qu’elle a réussi à s’en défendre. Retombant lourdement au sol, le résonnement du métal baigne la salle d’échos faisant légèrement frissonner le masqué, dont l’ouïe amplifiée est d’autant plus sensible à la moindre ondulation dans l’air.

Se concentrant encore sur son environnement, il tente d’isoler les pas de son adversaire, pour mieux marquer sa position dans son esprit. Se débarrassant des bruits parasites, son oreille se focalise sur la respiration, si bien étouffée qu’elle en est presque imperceptible.

L’atmosphère ouatée feutrée, les quelques vagues d’air s’infiltrant à travers les fenêtres. La tranquillité du combat, l’attention avec laquelle ils calculent leur prochain mouvement. Tout contribue à accroître le raidissement des muscles, prêts à réagir au moindre stimulus sonore. Un pas en avant, elle prend son élan, dans sa direction. Attentif, le Nobuatsu lève ses bras en avant pour intercepter la charge imminente.

Toutefois, la présence de la femme aux pas de loups s’évanouit, le laissant dans l’expectation d’un autre signe de sa part. Un moment d’égarement, il tourne son oreille dans un sens puis dans l’autre, il ne reçoit rien. Comme si elle avait soudainement disparu. Puis enfin, quelque chose touche le sol, derrière lui. A ce moment il réalise son étourderie, et se retourne afin d’empêcher Akane d'arriver à ses fins. Aurait-elle réussi, le « combat » serait déjà terminé, ce qu’il ne peut accepter.

In extremis, il place son avant-bras devant lui, suivant un mouvement latéral, balayant avec virulence la main baladeuse de la kunoichi. Suite à cette parade, il courbe légèrement l’échine, le bras allongé, et emporte Akane par un placage au niveau de l’abdomen. La ramenant brutalement au sol, il tente une prise de soumission, immobilisant son bras gauche avec sa jambe, puis clouant son bras droit avec son senestre... Si tout se passe comme prévu, il lui restera une main disponible pour se saisir de la pièce de tissu.

Un pari risqué que de passer à une confrontation au sol, sans son arme. Dans cette situation à mains nues, nul doute qu’elle trouvera un moyen de se dégager.

Résumé du tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Jeu 24 Jan 2019 - 23:42
La main tendue vers le sabreur, la métamorphe tentait de lui ôter son bandeau afin de gagner le duel un peu particulier qu'il avait lancé. Mais celle-ci entra violemment en contact avec le bras du sabreur qui n'avait pas l'intention de perdre. Pas déjà. Ils venaient à peine de commencer. Avait-il rappelé sa lame dans sa main, comme il l'avait fait un peu plus tôt ? Elle l'avait distinctement entendue tomber au sol, mais pourrait-elle l'entendre reprendre sa place ?

Mais ce fut avec surprise qu'elle sentit qu'il la projetait au sol. Elle chuta et son dos entra en contact avec les lames de parquet du dojo. Avant qu'elle n'ait put se relever, le sabreur sans sabre la maintint fermement en place, en lui bloquant un bras d'une jambe et l'autre d'une de ses mains. Lui faisant ressentir une partie de son poids et de sa force. Et il ne faisait aucun doute qu'un combattant s'entraînant tous les jours avait les capacités nécessaires pour maintenir une femme au sol. Même si celle-ci s'entraînait elle aussi durement.

Elle tenta de se dégager, mais sa prise était ferme et il l'en empêchait. La femme sauvage n'appréciait pas vraiment d'être retenue prisonnière. En revanche, sentir la présence de l'homme masqué au dessus d'elle semblait ne pas vraiment la déranger. C'était elle qui avait proposé de s'entraîner, mais à cet instant elle regretta presque de l'avoir fait. Car cette proximité nouvelle avec lui donnait de toutes autres envies à la jeune femme. Ce qui lui rappelait le moment de tendresse qu'ils avaient partagé sur le bateau lors de leur retour de l'île d'Aato. Et celui où elle lui avait appliqué de l'argile sur la plaie de son dos lorsqu'ils étaient revenus d'Uka. Des envies, voire même des besoins, qu'elle repoussait depuis des années. Et elle ne voulait pas vraiment qu'il l'apprenne. Alors oui, elle regrettait presque d'avoir provoqué cette proximité.

« Presque », car d'un autre côté elle aimait le sentir si proche d'elle. Elle devait cependant se ressaisir si elle ne voulait pas qu'il gagne si facilement. Ou qu'il sente son souffle et ses battements de cœur se modifier. D'autant plus qu'elle avait les moyens de se dégager de cette prise. Elle pourrait certainement lui donner un simple coup de tête, mais elle ne voulait pas lui faire mal. Ce qui était stupide, puisqu'ils étaient là pour s'entraîner et donc se blesseraient certainement. Mais elle risquait aussi de ne pas avoir assez de marge de manœuvre pour ça.

Alors à la place elle concentra sa force dans ses bras afin de les dégager et de repousser l'homme se situant au dessus d'elle. Sa Bête l'aidant, elle fit basculer son assaillant sur le côté afin d'avoir le champ libre. Avant de l'enjamber et de le plaquer au sol. Et de se pencher à son tour au dessus de lui afin de lui prendre son bandeau, comptant sur l'effet de surprise pour parvenir à ses fins. Ainsi que sur le fait qu'elle l'empêchait d'utiliser ses mains, car ses avant-bras étaient désormais chacun bloqués par ses jambes.


Spoiler:
 

_________________
Tenues:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Ven 25 Jan 2019 - 18:23
Pensant l’emporter à sa seule force physique, le shinobi masqué plaque et allonge la kunoichi au sol, une attaque imprévisible, non seulement en raison de la cécité temporaire de son adversaire mais aussi l’irrégularité de la technique. Une soumission pure et simple, sans avoir recours à son maniement du sabre dont elle a dû être si souvent témoin. Il initie donc une phase au sol dont il n’est pas le favori puisqu’il sait sa partenaire et amie bien plus expérimentée que lui dans ce domaine. Une tentative audacieuse pour quelqu’un aussi conscient de ses lacunes en taijutsu. Mais il espère profiter de ce moment de surprise pour la vaincre à son propre jeu, comptant sur sa force physique, à défaut de sa technique, pour tourner la situation à son avantage.

Se servant d’une de ses jambes et d’une main pour maintenir Akane dans sa position allongée, l’homme à la visière miroitante avance son dextre sur le visage de sa comparse kirijin, sur le point de retirer le tissu noir entourant sa tête. Ne pouvant localiser exactement la position de la tête de son vis-à-vis, c’est avec incertitude qu’il approche ses doigts, lesquels doucement effleurent le bandeau. Retenant son souffle, il pense toucher au but, il ne lui aurait suffi que de pincer le tissu pour l’enlever.

Alors que tout semblait joué, que la kunoichi semblait comme pétrifiée par la manœuvre atypique du sabreur masqué, celle-ci sort de sa torpeur et promptement, par la force de son corps seulement, dégage le mâle dominant sur le côté. D’où lui vient cette force soudaine ? se demande-t-il. S’est-elle retenue jusqu’ici ? S’est-elle laissé faire pour lui faire croire qu’il pouvait gagner ? Trop tard. Avec une facilité déconcertante presque, Saji bascule et tombe lourdement sur le dos, sentant une présence se placer au-dessus de lui, le souffle saccadé de cette autre personne partageant ce moment unique en sa compagnie.

Avant que sa proie ne puisse s’enfuir, la féline se sert de son poids pour le garder au sol, et l’empêcher de bouger. Pris au piège, elle lui retient les membres supérieurs à l’aide de ses jambes. A son tour, il est retenu prisonnier et à sa merci. Jusque-là concentré sur l’objectif du combat, le doute vient s’instiller dans l’esprit du sabreur muet, comme distrait l’espace d’un instant par cette proximité étrangement agréable avec sa partenaire d’entraînement. En tendant bien l’oreille, elle pourrait entendre à travers cette carapace d’ébène, le cœur du Sans-Visage gagner en intensité, un rythme inhabituel qu’on ne ressent qu’en cas de danger ou du moins de forte émotion. Serait-il troublé par ce rapprochement corporel avec la kunoichi ?

Apathique, le Nobuatsu a cessé de gesticuler, comme résolu par son incapacité à gagner dans ce duel de force pure. Ses muscles, aussi fermes soient-ils, ne sont pas tant orientés vers le combat à mains nues que vers la manipulation de l’épée. Tout comme un instrument n’occupe d’autre fonction que celle qui lui a été attribuée, et qui n’est vraiment efficace que dans l’accomplissement de celle prédéfinie.

S’il veut renverser la situation, il n’a qu’une solution, jouer de ruse comme il l’a souvent fait lors de ses précédents combats. Sauf que dans cette circonstance, impossible de composer de mudrâ. Il pourrait se dégager de là, en se faisant tirer avec son sabre… Pour une raison mystérieuse, il en décide autrement.

Au loin, la lame perdue sur le parquet de la pièce silencieuse, soudain se lève et se projette rapidement en direction des deux individus. Suivant une trajectoire rectiligne, Baransu arrive par derrière et emporte le bandeau de la kunoichi en effleurant très précisément le ras du tissu à l’aide du dos de la lame. Akane. Ses pupilles d’un violet éclatant, irradiées par les tresses lumineuses de l’astre flamboyant, se révèlent au même moment où son propre regard se dévoile, accueillant l’image délicieuse de cette femme avec qui il a partagé tant de tribulations.

Son cœur de nouveau sajite, suivant une cadence qui n’est plus de l’ordre du danger, mais d’un désir féroce.

Résumé du tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Ven 25 Jan 2019 - 22:47
L'homme doublement masqué bloqué sous elle, la kunoichi était sur le point de gagner cet entraînement sous forme de défi. Il n'était certainement pas du genre ordinaire, mais avait le mérite de tester leurs sens et d'autres compétences qu'avec les exercices basiques. La jeune femme avait réussi à renverser la situation pour qu'elle soit désormais à son avantage. Avançant un bras vers le visage du sabreur, elle le toucha du bout des doigts. Avant de se diriger au toucher vers le morceau de tissu, qu'elle prit entre ses doigts.

Mais alors qu'elle s'apprêtait à le retirer, ses sens toujours aux aguets l'avertirent de quelque chose de particulier. Un bruit sourd, qui résonnait contre le sol du dojo. Un son qui faisait écho à celui qu'elle émettait elle-même, qui s'intensifia lorsqu'elle comprit de quoi il s'agissait. Son cœur battait aussi la chamade. Ce n'était pas de la peur, mais bien tout autre chose. Quelque chose qu'ils semblaient ressentir tous les deux, à en juger par leurs deux cœurs qui battaient à l'unisson.

Un autre son la rappela à l'ordre, celui d'une lame glissant sur le parquet. Elle tira alors sur le tissu qu'elle tenait entre ses doigts pour gagner ce duel et... Son propre bandeau fut ôté au même moment. Lui permettant de voir cet homme si proche d'elle. Du moins, le sabreur muet masqué de cuir, une silhouette qu'elle connaissait bien. Une proximité qui aurait pu être gênante avec quelqu'un d'autre, et dont elle se serait bien vite extraite. Mais pas avec lui. Pas dans ces circonstances. Prenant soudainement conscience qu'elle était toujours assise sur lui, elle relâcha la pression de ses jambes afin qu'il puisse dégager ses bras s'il le voulait.

Le voulait-il ? Voulait-il arrêter leur contact ? La faire basculer afin de se dégager d'elle ? Son corps lui disait que non, à en juger par ce qu'elle entendait. Mais que pouvait bien lui dire sa tête ? Pour sa part, elle désirait faire durer ce moment. Ses pupilles cherchèrent le contact de celles de l'homme allongé sous elle, mais elle ne sut pas si elle les rencontrait ou non. Car elle ne voyait qu'une visière froide. Il était vrai qu'elle n'avait jamais vu son visage. Était-ce étrange de désirer aussi fort quelqu'un que l'on avait jamais vraiment vu ?

Elle lâcha alors le bout de tissu, avant de diriger ses mains vers le cou du sabreur. Du bout des doigts, elle cherchait l’intersection entre son masque et le reste de sa tenue de cuir noir. Son but était clair, d'autant plus que ses yeux parcouraient toujours le visage masqué du sabreur. Mais même si elle était curieuse de connaître à quoi il ressemblait, ce qu'elle voulait surtout c'était voir ses pupilles. Croiser son regard, et savoir tout ce qu'il pouvait avoir à lui dire. Sans avoir besoin de mots.


Spoiler:
 

_________________
Tenues:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Sam 26 Jan 2019 - 14:11
Désarmé comme il ne l’a jamais autant été, le sabreur aguerri n’a aucune réplique face à la domination de son adversaire, dans une position qui au lieu de déclencher un réflexe défensif, au contraire, le tient immobile, comme apaisé par ce contact électrique avec le corps de la kunoichi. Il peut lui aussi sentir le pouls de sa partenaire s’accélérer, au même rythme que le sien. Son esprit n’est plus le même, il se trouble dans une tempête d’émotions qu’il essaie de refouler. Il est traversé de pensées qu’il serait gêné de partager avec elle, justement parce qu’elle est celle qui domine ses pensées.

Ses bras se libérant des jambes fermes de la kunoichi, il profite de la proximité pour la regarder comme elle le regarde lui, dans le reflet enivrant de ses pupilles mauve verveine, il peut y voir son propre masque, sa propre image inanimée. Sa visière sans humanité, un voile couvrant sa honte, cette plaie ouverte qu’il s’est infligée en voyant son maître périr dans ses bras. Un souvenir douloureux, à jamais marqué dans sa mémoire. Un éclair traumatique qui ne suffit pas à étouffer son désir, ni briser la sublimité de leur échange de regard. Mais elle, que voit-elle vraiment ?

Il se souvient. Inquiète, voire paniquée, elle était arrivée en trombe dans son appartement, se sentant coupable du mal auquel elle l’avait condamné. Il lui avait répondu que ce n’était rien, l’avait aussi assuré du fait qu’elle pouvait lui faire confiance, même si son visage lui manquait. Comment croire un homme sans parole ? Et qui en outre, dissimule son regard ? Akane avait accepté de respecter le choix de l’homme, accepté de travailler avec lui malgré le masque. Et jamais n’a-t-elle pris le risque de lui demander la raison de ne pas se montrer. Par politesse peut-être, ou par peur de le froisser.

Paradoxalement, malgré son caractère méfiant, elle a fait confiance à cet homme qui jusqu’à présent a refusé de se dévoiler. Qui est cette personne sous le masque ? Est-il si important de savoir son apparence ? La physionomie de son visage, la couleur de ses cheveux ou sa pilosité faciale – particulièrement gênante ces derniers temps? Ou alors pour s’assurer que Saji n’était pas déjà quelqu’un qu’elle connaissait, ou pire. Tant de questions sans réponses, torturant à coup sûr l’esprit de la maîtresse du fuinjutsu, laquelle avance timidement ses doigts, sur le point de libérer ce sceau qu’elle n’a jamais eu le courage de toucher jusqu’à présent.

Pour elle, pour elle seulement, il serait tenté de se donner entièrement.

Une main gantée attrape avec douceur la dextre gracile de la Yasei, un geste dont elle croit comprendre la signification évidente. Mais qui en vérité est un consentement de la part du sabreur masqué. Un demi-consentement. Il accompagne le mouvement de la main de la kunoichi jusqu’à la surface de son masque à travers lequel elle peut sentir des poils … tout autour de ses lèvres, de son menton jusqu’à ses oreilles. L’étendue couverte par sa barbe et son épaisseur ne laissent aucun doute sur le fait qu’elle soit bien entretenue. Mais un tel indice suffira-t-il à étancher la soif de la féline ? Avant qu’elle ne finisse par s’impatienter ?

Dans la continuité du geste, il se redresse et retient les jambes de sa partenaire pour l’amener à son tour le dos contre le sol avec délicatesse. Rapprochant sa tête, les nez se frôlent presque, il peut entendre sa respiration, et elle la sienne. Se dressant au-dessus d’elle, à contre-jour, il reprend la main d’Akane, et comme à l’instant, guide ses doigts. L’emmène caresser son torse. Il descend, lui laissant sentir à l’aide de son toucher d’autant plus sensible qu’elle est spécialisée en sensorialité, la charpente de son abdomen bien constitué. Une sensation qui ne devrait pas être étrangère à la kunoichi, puisque ce n’est pas la première fois qu’un homme à Kiri lui laisse apprécier la vigueur de ses muscles.

Résumé du tour:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Sam 26 Jan 2019 - 16:59

Du bout des doigts, elle cherchait la jonction entre le masque et la tenue d'ébène de l'homme se tenant sous elle. Mais ce fut sans compter sur sa réaction, et le contact de sa main gantée sur la sienne la rappela à l'ordre. Pensant qu'il lui demandait d'arrêter, elle baissa les yeux, honteuse de son audace. Car après tout s'il ne lui avait jamais montré son visage jusqu'à présent, c'était qu'il y avait une raison derrière. Raison qu'elle n'avait jamais osé demander, préférant attendre qu'il se livre par lui-même plutôt que de le brusquer avec ses questions. Et de risquer de le perdre. N'avait-elle pas elle-même failli partir lorsqu'il l'avait fait ? Lorsqu'il lui avait demandé pourquoi elle n'avait pas tué la cible de son dernier contrat ?

Elle avait alors fait le choix de rester, et de lui faire confiance. De se confier à lui. Un choix qu'elle n'avait jamais regretté. En partie, car il y avait encore des secrets qu'elle ne lui avait pas dits. C'était ce qu'elle lui proposait aujourd'hui, en quelque sorte. Ouvrir cette porte ou la garder fermée. Et elle crut qu'il avait prit la première option lorsqu'elle sentit le contact du cuir sur sa peau. Mais il en choisit une autre : celle d'entrouvrir cette porte. De la laisser voir une partie de ce qu'il cachait, comme elle l'avait déjà fait avec lui.

Il guida sa main, la laissant sentir au travers du masque ce qu'il se trouvait en dessous. Parcourant une partie de son visage, elle en découvrait les contours, suivant leur geste du regard. Et apprit qu'il se laissait pousser la barbe, d'après ce qu'elle sentait. Elle n'eut guère le loisir d'approfondir ses pérégrinations car il se redressa. L'expérience était-elle terminée ? Souhaitait-il en rester là pour le moment ?

Il choisit de poursuivre, et elle le laissa volontiers faire ce qu'il souhaitait. Son dos toucha de nouveau le sol du dojo, mais cette fois-ci les bras fermes du sabreur l'y posèrent avec douceur. Allongée au sol, elle pouvait admirer à loisir la silhouette de l'homme parfaitement moulée dans son vêtement d'ébène se dessinant en contre-jour. Une silhouette qu'il invita à toucher, comme il l'avait fait un peu plus tôt avec son visage. Mais cette signification-là était toute autre. Ce contact était beaucoup moins... Innocent. D'autant plus que leurs visages étaient proches, si proches... Et si loin à la fois, à cause de ce masque qu'il ne voulait pas enlever.

Leurs respirations s'emmêlaient, et leurs deux cœurs battaient toujours sur le même rythme. La métamorphe laissait le sabreur lui montrer ce qu'il voulait qu'elle sente. Elle put parcourir avec plaisir son torse, guidée par la main gantée. Et ses doigts touchèrent le corps ferme, ressentait toutes les sinuosités. Sa main glissa sur son corps, allant de son torse jusqu'à ses pectoraux bien dessinés, où elle était assise un peu plus tôt. Et alors qu'elle suivait des yeux leur geste, elle les plongea dans la visière. Son regard devenu bien différent signifiait qu'elle en voulait d'avantage. De sa main libre, elle caressa du bout des doigts les lèvres du sabreur, à travers son masque. Lui demandant ainsi sa permission pour poursuivre cette partie dont il était le maître. C'était un jeu qui faisait encore d'avantage monter son excitation et mettait sa patience à rude épreuve. Auquel, cependant, elle voulait volontiers jouer avec lui.


Spoiler:
 

_________________
Tenues:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

Dim 27 Jan 2019 - 8:37
Au point d’ignorer le monde qui l’entoure, comme enivré par ce contact lascif avec la féline aux doigts de velours. Prisonnier du charme subtil de la Yasei, il ne peut plus réprimer ses pulsions qu’il a si longtemps rejetées dans son inconscient. A défaut de pouvoir parler, ses gestes suffisent à signifier le désir profond qu’il nourrit pour elle, désir qui s’est construit au fur et à mesure de leurs rencontres prétextant la recherche de leur cible, des rencontres qui ont été le catalyseur d’une passion croissante l’un pour l’autre.

A cette passion latente, le maintien du secret ne semble pas faire obstacle, et Saji est honoré de la confiance que lui accorde la jeune femme malgré le masque sur son visage. Sa longanimité est admirable, et elle ne souhaite visiblement pas le brusquer dans son choix de se dévoiler à elle, attendant le moment que lui-même jugerait adéquat pour enfin tomber le masque.

Une indulgence qui n’a fait que confirmer davantage le sentiment du muet pour elle. C’est pourquoi il a jugé raisonnable de lui laisser deviner les contours et la surface de son visage, afin de satisfaire, ne serait-ce qu’un peu, sa légitime curiosité. Toutefois, c’est une toute autre forme de satisfaction qui semble à présent intéresser la joueuse au sourcil malicieux.

Accompagnant sa main pour la guider à travers le relief de son propre torse, l’homme de cuir ébène invite sa partenaire à perpétuer ce moment de proximité, craignant qu’elle n’ose se rapprocher, connaissant la timidité qui la caractérise. Des attouchements qui ne semblent guère la déranger, se laissant aller par la main gantée du sabreur masqué.

Prenant goût à l’exploration du corps moulé dans sa combinaison de jais, elle remonte sa main vers les pectoraux qui se dessinent à travers le cuir puis pose ses doigts sur les lèvres couvertes du Sans-Visage, qu’elle peut sentir par le toucher à défaut de les visualiser. Elle se prête au jeu du mystère, laisse son partenaire mener la danse et l’orienter où il le désire. Sa passion ardente chaque seconde l’incite à briser son interdit, surtout maintenant que le visage de la kunoichi est si proche du sien, il ne tient qu’à lui de sceller leur relation dans un premier contact.

Mais c’est sans compter la sacralité de l’endroit dans lequel ils se trouvent, un sanctuaire de l’entraînement, le Grand Dojo, dont lui-même est le maître. Que penseraient les visiteurs de ces lieux si jamais on venait à apprendre qu’ici-même, malgré le caractère tacitement transgressif de l’acte, ils avaient fait « gouloum gouloum dans la casa »? Un scandale qui entacherait à jamais sa renommée de janvier, et risquant aussi de compromettre la validation de l’entraînement et in fine, le gain des 5 xp.

Son oreille l’avertissant de bruits de pas provenant du couloir juxtaposé à la pièce, il éloigne légèrement son visage, et signe de la tête en direction de sa complice en sensorialité qu’il serait plus sage de s’arrêter… pour l’instant. Partant du principe qu’elle aussi a senti la présence s’approcher. A contre-cœur, il se lève sur ses deux pieds et se dépoussière, ramasse son sabre laissé au sol et le rengaine dans son étui.

Avec quelques signes des mains, il signifie à sa partenaire qu’ils pourraient se retrouver quand elle le souhaite, et qu’il se rendrait disponible pour elle malgré l’ampleur des tâches qui lui incombent. Il lui propose de le rejoindre au Cheval Aqueux chez lui si elle le désire, n’étant pas très friand des lieux chics et fréquentés ni des longues discussions auxquelles il n’est pas pratique pour lui de participer étant donné sa condition de muet. Ou alors, pourquoi pas une balade en forêt ?

Après qu’ils se soient décidés, il pose sa main sur la joue de la kunoichi, y dépose une caresse avant de se retirer dans les entrailles de la bâtisse, retournant à ses occupations de la journée… Et il n’a qu’une hâte, que le temps s’accélère, pour que de nouveau, il puisse savourer un autre moment en tête à tête avec elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4291-presentation-de-nobuatsu-saji http://www.ascentofshinobi.com/t4300-nobuatsu-saji-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u779

Dim 27 Jan 2019 - 19:30
Ils étaient là, juste tous les deux. Oubliant tout le reste, qui n'avait plus vraiment d'importance à cet instant précis. Ils profitaient de ce moment durant lequel ils se découvraient, en partie. Pendant lequel ils s'avouaient leurs désirs respectifs, sans avoir besoin de mots. Un désir qui s'intensifiait à chaque nouveau geste qu'ils faisaient. Un désir devenant brûlant, poussant la jeune femme qui dévorait l'homme du regard à lui en demander plus. Si quelques instants plus tôt elle voulait voir ses yeux, elle voulait désormais ardemment ses lèvres. Les doigts posés dessus, elle le questionnait silencieusement.

Un bruit dans le couloir coupa court à ce précieux instant. Les ramenant à la réalité, au dojo où ils se trouvaient. Le sabreur et maître des lieux s'éloigna alors légèrement d'elle, afin de lui expliquer qu'ils devraient s'arrêter... « Pour l'instant ». Ce qui lui valut un sourire ainsi qu'un regard explicite de sa partenaire. Qui prit son courage à deux mains pour s'approcher encore de lui, et toucher de nouveau ses lèvres à travers le masque. Cette fois-ci de ses propres lèvres. Avant de chuchoter quelques mots.


- « Oui, ce n'est que partie remise. »

Maintenant qu'ils s'étaient avoué ce qu'ils ressentaient et que l'ombre du doute n'était plus, tout serait désormais plus simple. Il se releva et la métamorphe en fit de même. Il semblerait que le gardien soit en train de chercher où pouvait avoir disparu le chat qu'il avait vu passer plus tôt. Saji proposa enfin une invitation à Akane, qui attendait ça secrètement depuis un long moment. Il lui en avait fallut du temps. En réalité, il l'avait déjà invitée par deux fois. Et par deux fois il l'avait plantée, ce qui lui avait valut de subir le courroux de sa colère à son retour. Les seuls moments où elle s'était énervée contre lui. Étrange...

La balade en forêt fut un choix que la métamorphe validait volontiers. Il était vrai que maintenant qu'elle était chûnin, elle pouvait sortir du village comme elle le souhaitait – ou presque -. Et elle aussi avait quelque chose qu'elle cachait à lui montrer, ce serait l'occasion. Et s'il voulait encore d'elle après, ils pourraient ainsi rentrer à Kiri pour dîner chez lui. Elle non plus n'appréciait pas vraiment les lieux chics ni les rassemblements de population. Et elle aimait manger dans la tranquillité.

Le doux contact sur sa joue fut apprécié à sa juste valeur. Tout comme l'invitation, qui signifiait qu'il ne s'agissait pas d'un simple désir charnel entre eux. Leur attirance l'un pour l'autre ne reposait pas que sur ça, mais aussi sur des sentiments bien plus profonds. Même si lorsque le sabreur quitta la pièce, elle ne put s'empêcher d'admirer ses muscles se mouvoir dans sa tenue moulante qui lui allait si bien. Comme elle le faisait depuis le premier jour de leur rencontre, dès qu'il avait le dos tourné... Elle quitta à son tour la pièce et le dojo, de la même manière qu'elle était venue : sous forme animale et discrètement. Avant de rentrer chez elle, la tête pleine de beaux souvenirs, qu'elle chérirait. Et le cœur empli de désirs, qu'elle devrait faire taire, encore un peu...


Spoiler:
 

_________________
Tenues:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

L'ombre d'un doute [PV Yasei Akane]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: