Soutenez le forum !
1234
Partagez

Take me home, Country Roads [Libre]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Mar 22 Jan 2019 - 20:01

Taishi avançait, mais c’est un rythme qui ressemblait advantage à deux pas en avant, un pas en arrière. Mais c’était comme une force irrésistible qui le poussait en avant au final. Comme quand tu rentres dans un bar et t’aperçois le décolleté profond d’une fille au fond. Tu le sais que c’est pour la frime, tu le sais que c’est pour l’attention. Mais es-ce que ça t’empêche d’aller la draguer ? Un plus un, mathématique rapide, tu vois ? Bah c’était un peu ça.

Le plus difficile avait été de quitter le pays du Feu sans être certain de pouvoir y retourner rapidement. Hi avait été sa responsabilité pour les deux dernières années, et Taishi savait qu’il laissait le pays dans un bien meilleur état qu’il ne l’avait laissée. Mais il ne restait personne derrière lui pour reprendre le flambeau. L’Hinoishi avait disparue.

Il avait eu beaucoup, probablement trop, de temps pour réfléchir. À ce qu’il voulait faire, pour commencer. Taishi avait toujours été le genre qui avait des motivations simples, et qui s’en satisfaisait assez pleinement. En ce sens, il aurait pu passer le reste de ses jours à protéger le pays du Feu. Et ça aurait été le cas si ça vie d’avant ne le rattrapait pas incessamment. Entre les chasseurs de prime qui essayaient – maladroitement au moins- de remporter la fortune sur sa tête, et les soupçons persistants que l’homme au chapeau reviendrait un jour pour étendre son ombre sur le monde entier, Taishi avait l’impression que ses efforts à Hi, aussi soutenus qu’ils soient, ne suffiraient pas.

Et alors qu’il marchait dans ce sentier qu’il connaissait par cœur, il songeait à tous les souvenirs qui refaisaient surface. Akimoto, son mentor. Sanadare. Les Tengus. Et Iwa. Aussi irritante que le village shinobi puisse être, il avait quand même été une partie non négligeable de sa vie. Le Borukan lui avait appris ce qu’était un shinobi, un vrai shinobi du moins. Akimoto avait été condamné par sa propre passion, mais l’Hayai n’aurait jamais pu lui en vouloir. Un vrai meneur doit être exemplaire et extrême dans ses traits s’il veut inspirer ses pairs. Il se demanda si les Hyugas étaient toujours déchirés par leurs luttes internes et insipides. Si les Nagamasa avait toujours (trop) d’influence. Si le pervers menait toujours l’académie – quelle ironie !

Ce qu’il ne pensait pas trop, c’était l’accueil qui l’attendrait. Les efforts d’Iwa pour le capturer avait été plus que modestes, après tout. L’Hayai n’amenait pas grand-chose pour mitiger sa conduite, mais avait-il vraiment besoin de beaucoup ? Il n’avait jamais nui au village. Même son absence était discutable. Iwa avait piétiné ses valeurs, avait exécuté sa meilleure amie, avait agi avec l’arrogance et l’avarice qui siégeait à son titre de nation shinobi. Taishi n’en voulait pas à Iwa d’être Iwa ; mais celle-ci ne pouvait en vouloir à Taishi d’être Taishi.

Alors pourquoi il revenait ? Taishi en avait besoin. Il n’était peut-être plus très Iwajin, et ne le serait probablement jamais plus, mais il n’était pas non plus un criminel. Tout ce qu’il avait toujours fait, c’est vivre et essayer de protéger ceux qui en étaient incapables. Oh, et draguer une ou deux kunoichi d’un peu partout. Ce n’est pas un crime. Ça ne compte pas.

Il revenait en espérant pouvoir laver son nom. Et collaborer pour aider Hi. Et les filles.

Son regard se porta sur le sentier Est, qui portait toujours les marques des dommages causés par les Kirijins il y a déjà pas mal de temps. Il se rappela son bref affrontement avec le Mizukage à ce moment-là, un type effroyablement fort qui avait bien failli mettre fin à sa carrière très très vite. Les sens de l’Hayai étaient en éveil, il avait été repéré il y a un moment déjà. Ils le laissaient avancer plus loin pour s’assurer qu’il ne puisse pas fuir. C’était une procédure Tengu très standard. Taishi les connaissaient par cœur, après tout. L’Hayai avait choisi le côté Est parce que presque personne d’autre, et aucun civil, ne l’utilisait, à cause de tous les dommages à la route. Si Iwa devenait agressive, ça ne servait à rien de verser du sang inutile.

Deux pas en avant, un pas en arrière. Et la porte pas si loin.

Quelqu’un l’apostropha et il s’arrêta, ajustant le vieux masque de Tengu resté sur son visage depuis son arrivée dans les sentiers .

Welcome home.



_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Take me home, Country Roads [Libre] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Mer 23 Jan 2019 - 19:13
L'attention de Toph avait été attiré en écoutant un discours entre deux guetteur. Quelqu'un s'approchait d'iwa. Ce n'était pas une occurrence rare. Mais cela devenait plus qu'une simple anecdote quand les guetteurs se moquaient de son masque qu'il portait. Un masque de Tengu.

La Hyûga frissonna.

L'unité des tengus était secrète, et peu de personnes en connaissait l'existence à Iwa. Or, qu'un quidam en masque arrive sans se soucier de l'aspect discrétion de l'unité secrète, voilà qui avait attiré l'attention de la chunin. Si son arrivée avait été observée de loin par des veilleurs, elle avait décidé de s'en charger personnellement, faisant elle-même partie depuis peu de l'unité des Tengus et étant la plus apte à pouvoir réagir à cette situation d'un genre nouveau.

Une rencontre du 4e type, en quelques sortes ?

Elle composa des mudras et se déplaça sous terre avant d'arriver proche de sa cible. Elle sorti de terre en kimono vert et jaune, muni d'un sabre à sa taille - l'arme de Tenshi. Elle composa un mudras et activa autant son doujutsu qu'une technique de sensorialité. L'individu avait à répondre de ses curieux agissements.

Qui êtes-vous et que venez-vous faire à Iwa ?

Elle jouait l'idiote, oui, mais en réalité à part le Conseil et les Tengus eux-même, personne n'aurait pu reconnaitre ce masque. En agissant ainsi, Toph protégeait son identité de Tengu tout en mettant la pression sur l'autre d'expliquer ce qu'il se passait.

Toph avait la main sur son sabre, au cas où cela tournerait mal. Elle n'était pas encore une bonne bretteuse avec, mais elle pourrait se défendre en cas de pépin. A voir de près, le masque de Tengu semblait usé. Vieux. Etait-ce un des vieux membres de l'unité ? A ce stade, Toph n'avait pas encore fait le lien avec le déserteur, car elle ne savait pas qu'il avait été tengu de son temps. Sinon, cela aurait fait tilte dans sa tête.

Toujours était-il qu'elle était prudente face à ce Tengu qui semblait faire fi des bienséances du Sasori. De plus, un masque c'était pratique pour cacher un visage n'est-ce pas ? Les honnêtes gens n'en portaient pas.
Spoiler:
 

_________________
Take me home, Country Roads [Libre] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Jeu 24 Jan 2019 - 11:08
Une journée comme les autres. Non pas vraiment. Mais qu'était-ce "une journée comme les autres" à Iwa depuis quelques temps ? A vrai dire, je n'avais pas la réponse à cette question. Chaque jour apportait son lot de nouveauté, de bizarreries, et surtout, d'étrangers. Etrangers si l'on pouvait dire ainsi. A commencer par le retour de Tenshi. Puis l'affaire Senku/Tenshi avec les invités du Bois. La vague de désertion. Et aujourd'hui qu'était-ce donc ? Me promenant dans les rues de mon village d'accueil, j'avais entendu quelques hommes mentionner l'approche d'un tiers aux abords du village. Celui-ci avait pris un sentier que peu empruntaient de nos jours. Un sentier déserté, mais qui menait tout aussi bien au village. Etait-ce une parfaite coïncidence, ou le nouveau venu s'était renseigné sur notre cher patrie ? Dans tous les cas, il était hors de question de laisser entrer n'importe qui au village. Des paroles que j'avais entendu, ce dernier n'avait rien d'un commerçant, sauf si son commerce se portait sur des masques étranges.

Quelques temps plus tard, je vis Toph se précipiter dans la direction dont les deux hommes avaient indiqué l'arrivée de l'intrus. Elle semblait réellement pressée, même si son empressement était tout à fait compréhensible. Pour ma part, je décidai de ne pas avoir recours à mes capacités, et à mon tour, je me précipitai dans la direction indiquée en courant. J'arrivai certainement quelques secondes à peine après la Hyûga, fronçant les sourcils alors que cette dernière activait son Byakugan afin d'interroger l'inconnu sur sa présence ici. Je me positionnai donc à côté d'elle, dévisageant la silhouette en approche alors que celle-ci portait bien un masque représentant quelques démons. Il semblait avancer tranquillement, sereinement même, alors que nous nous tenions devant lui. Qui plus est, je fronçai les sourcils lorsque je remarquai que Toph était un peu plus tendue que d'habitude. Quelque chose se passait-il de suspect ? Je n'en savais rien, mais il allait falloir qu'on en est le coeur net.

Le masque de démon qui ornait son visage semblait vieux, comme s'il avait déjà un certain vécu. Si son but avait été de vendre quoi que ce soit, je ne suis pas sûr que ce soient avec ces masques qu'il aurait réussi. Mais peu importait à présent. La tranquillité de sa démarche me mettait la puce à l'oreille. Quelque chose clochait avec cet individu. Mais je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus. Je continuai à froncer les sourcils tout en regardant le bonhomme inconnu, me posant alors quelques questions qui resteraient sans réponses. Pour le moment.


Spoiler:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Take me home, Country Roads [Libre] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Ven 25 Jan 2019 - 0:55
Etsuko était dans son uniforme de police, marchant dans les rues d'Iwagakure no Sato pour vérifier qu'aucun problème majeur de surgissait. Une ronde comme toutes les autres en somme. Elle venait de finir de faire le tour du centre-ville et se dirigeait désormais vers les crocs rocheux, comptant ensuite revenir pour vérifier l'avancement de l'apport des matériaux pour la future muraille du village. Le projet était lancé et quelques missions d'approvisionnements étaient en cours, il fallait maintenant s'assurer que tout se passait bien du côté des prévisions de construction et de la libération des zones qui seraient prises par la future muraille.

La jeune femme arriva finalement à l'entrée du village caché de la roche pour finalement y découvrir un attroupement inattendu. Un homme portant un masque de Tengu était là, l'air visiblement de se moquer pas mal de qui pouvait le voir alors que ce masque imposait normalement des normes de discrétion et d'anonymat. Elle entendit notamment Toph commencer à prendre la parole, questionnant l'intru.

Silencieuse pour le moment, Etsuko le détailla un peu, notamment dans son attitude. S'il se montrait aggressif, s'il ne répondait pas, s'il tentait une fuite soudaine, elle interviendrait. Mais pour l'instant, elle lui laissait une chance de s'expliquer. Elle s'était un peu rapprochée, se tenant à côté de Tenzin. Selon la réponse du masqué qui s'assumait en tant que Tengu, ce qui n'aurait jamais du avoir lieu, alors il serait rapidement conduit au poste de police et délesté de ce masque pour un interrogatoire plus poussé.

La jeune femme aux yeux émeraude retournait également dans son esprit le nom des différents Tengus disparus en mission ou ayant désertés, puisqu'elle avait elle-même eut les listes depuis son arrivée au poste de Taichô. S'il en faisait parti, alors une discussion un peu plus... privée s'imposerait. Toph pourrait rester, puisqu'elle était elle-même membre de cette unité spéciale, mais en aucun cas son élève n'aurait cette possibilité. Et ce n'était pas parce qu'il était son élève qu'il aurait un quelconque passe droit.

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Ven 25 Jan 2019 - 17:59
Accueil charmant… L’Éclair vert aurait tout aussi bien pu dévisager les nouveaux venus, il portait un masque alors ça aurait pas changé grand-chose. L’apparition subite de la femme de sous terre l’avait également pris légèrement de court, et ne sachant pas trop ses intentions à elle lorsqu’elle composa un mudra, une légère lumière verdâtre illumina les contours de l’homme masqué pendant une fraction de seconde. Taishi ne voulait pas commencer quoique ce soit, mais il n’était pas connu pour être aisément pris au dépourvu non plus.

Il fut davantage surpris non pas par les questions qui furent relevées, mais plutôt l’attitude de la femme. Pour quelqu’un qui ne savait pas à qui elle s’adressait, son expression semblait bien tendue. Taishi était parti depuis trop longtemps pour pouvoir savoir de qui il s’agissait, même si les yeux ne mentaient pas. Un instant de silence de plus, deux autres venaient se joindre à la fête. L’effort de discrétion était un peu raté. Taishi avait pris ce chemin spécialement pour éviter les foules.

L’expression du jeune homme qui vint se poster aux côtés de la Hyuga était plus simple à interpréter. De la curiosité méfiante, peut-être. Mais il semblait certain que ce gars n’avait aucune idée de qui il avait à faire. C’était peut-être pour le mieux.

C’est la deuxième femme qui l’intéressa davantage au final, même si elle semblait plus en retrait. Et son uniforme. Des trois, c’était peut-être la seule qui savait ce qui se passait, et Taishi était un peu surpris qu’elle n’ait rien dit ou fait pour intervenir. Il semblait très peu probable qu’elle ignore qui sont les Tengus, mais les choses avaient peut-être changées depuis le temps d’Akimoto, qui n’avait pas hésité à exhiber les membres des forces spéciales en plein public lorsque nécessaire.

« Une Hyuga… Ton clan a-t-il fini par régler les querelles qui le rongent ? »

Du coup, le fait qu’elle n’intervienne pas donnait l’impression que cette confidentialité soit partagé avec les autres présents. Taishi n’allait pas y réfléchir toute la journée, il n’avait jamais aimé joué aux mystères et n’allait pas commencer aujourd’hui… Du moins, autant que possible.

« …Je suis le shinobi GRIM. »

Green Reaper of Instant Movement, son nom de code dans l’unité Tengu jadis. Un nom qui serait sans doute bien connu pour ceux au courant de l’organisation. Taishi était après tout le premier shinobi d’Iwa devenu membre au rang de Chuunin. Mais plus important encore… Il en avait été le capitaine pendant un certain temps. Si ce nom ne résonnait dans l’esprit de personne, alors Taishi ne s’adressait pas aux bonnes personnes non plus. Ses yeux se promenèrent sur les interlocuteurs mais davantage sur la dernière femme.

« Je viens faire mon rapport de mission. Mon arrivée est… Tardive. »

Ce n’était pas un mensonge, les derniers mots échangées avec le Tsuchikage jadis avait été de trouver une cause qui ferait de Taishi une personne meilleure, et c’est ce qu’il avait fait. Ce qu’on passait sous silence, c’est le meurtre brutal de Sanadare aux mains d’un village pour qui il avait versé son sang – et verser celui de bien d’autres. Un meurtre qui avait expédié son départ au lieu de chercher vengeance. L’homme masqué se gratta la tête. Il était bel et bien là pour discuter, expliquer le passé et parler du futur. En homme libre.

« Je ne cherche pas à compliquer les choses, mais je ne peux pas en dire davantage avant d’avant moi-même validé vos identités… Par les lois de ce village, je n’ai à répondre que de quelques individus, et je ne suis pas certain que tu sois, toi ou ton ami, l’un d’eux malheureusement. Hyuga Takumi est-il toujours en poste ? »

Question un peu vaine, n’ayant plus entendu parler de l’ambitieux chef de police depuis un certain temps. Mais Taishi espérait que mentionner son nom donnerait une certaine légitimité à sa demande, même s’il n’obtiendrait certainement pas réponse si aisément. Son regard se porta sur la troisième femme. Son niveau de puissance était supérieur, supérieur à ce qu’une simple policière aurait possédé dans ce village. Il avait même impression de la reconnaître. Possible qu’elle avait été genin ou chuunin quand lui-même était au village.

« … Tu sais, n’es-ce pas ? »

Il s’était adressé à elle directement, cette fois.


_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Take me home, Country Roads [Libre] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Sam 26 Jan 2019 - 12:26
L'homme au Masque utilisa une technique et Toph était à deux doigts de répliquer avec un mur doton. Une habitude. Heureusement, le chakra n'avait pas l'air offensif, c'était une technique de support. Toph resta tout de même sur la défensive alors que Tenzin et Etsuko arrivèrent à leur tour à ses côtés.

L'homme lui posa une question. Une question qu'elle jugea déplacée.

Ce n'est pas un sujet que je discute à des étrangers.

Le ton était sec et froid. Tous les clans avaient des querelles internes, et cette question n'apportait à rien aux yeux de Toph sinon une tentative d'évasion du sujet. Cela ne commençait véritablement sous de bonnes augures pour Taishi. En réalité, même avec des proches ce n'était pas un sujet qu'elle abordait aisément - et encore moins depuis qu'elle était représentante du clan. Elle se devait de promouvoir l'unité des Hyûga, officiellement.

Il daigna enfin se présenter. GRIM. Ce n'était pas un mensonge non plus, c'était un nom de code. Sans doute le nom de code interne Hyûga comme Toph avait été surnommée "Cataclysme" par Senku. Cela commençait à se profiler comme si le shinobi en face de lui était véritablement un Tengu qui ignorait comment se comporter au sein d'iwa. Le nom ne disait rien en tant que tel à Toph - son introduction aux Tengu était récentes et elle n'était qu'une junior. Elle ne connaissait certainement pas par coeur tous les membres de l'unité spéciale. Toutefois...

Toutefois, il lui semblait que c'était le nom d'un ancien capitaine Tengu. Mais il était marqué comme déserteur, non pas comme en mission. Une traque avait même été anticipée. Il disait donc la vérité, mais ne savait pas toute la vérité.

Que ce soient masques de Kappa, de Tengu ou d'autres Tanuki, les shinobis n'en portent pas à Iwa. Veuillez le retirer.

Toph espérait que Tenzin ne tique pas sur les mots employés, mais Taishi le ferait certainement. Il comprendrait peut-être que le but de l'unité spécial était le secret au sein même du village. Mais s'il avait fait partie de l'unité, ce n'était pas un idiot. Il déduirait l'information qu'il devrait. Et puis, c'était un ordre.

Toph se tourna ensuite vers Etsuko, ignorant volontairement la question sur Takumi-san. L'homme semblait uniquement s'intéresser à Etsuko. Son regard ne mentait pas. Encore un qui me sous-estime. Elle abandonna cette idée orgueilleuse. Pour sa part, elle était convaincue du bien-fondé de la requête de Taishi, mais qu'une décision iwajin était à prendre en un lieu moins publique. Il semblait être diplomate pour le moment et rester pacifique, malgré la technique qu'il avait lancé. Et à sa connaissance, GRIM n'avait pas agit contre Iwa. Il était juste... partit.

Notre visiteur masqué dit la vérité, même s'il ignore certains éléments. Etsuko-san, je pense qu'il serait plus facile pour tous de continuer cette conversation dans un des locaux de police et que vous décidiez de la marche à suivre.

Tenzin ne comprendrait sans doute pas. Mais Etsuko était la plus à même de décider si la proposition de Toph tenait la route ou non.

_________________
Take me home, Country Roads [Libre] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Sam 26 Jan 2019 - 15:37
Alors que j'arrivais au près de Toph, derrière le masque étrange de l'inconnu, porteur d'un nez long et d'un visage peu commode, je vis une lumière verte scintiller. Une technique ? Sans attendre, je me mis en garde, faux à la main, et sans que personne d'autre ne s'en aperçoive -sauf peut-être la Hyûga qui avait activé son dojutsu au vu des veines autour de ses yeux-, j'allégeai mon corps pour pouvoir augmenter ma vitesse et réagir si jamais il tentait de faire la moindre action. J'étais sur le qui-vive, à n'en point douter. Cependant, Toph, ma rivale, ne semblait pas avoir grandement réagi à l'éclair de lumière qui s'était échappé brièvement de l'étranger à nos portes. Tout du moins, elle interrompit sa réaction bien qu'elle avait commencé à bouger. Je ne savais rien de ce que l'adversaire était en train de faire, mais certainement que le Byakugan de ma collègue saurait déceler de ses yeux perçants quelconque menace. Restant tout de même sur le qui vive, je relâchai toutefois un peu la pression, regardant autant l'homme masqué que la Hyûga. Peu de temps après, je sentis quelqu'un arriver derrière nous, et je ne fus pas réellement surpris de voir ma sensei et cheffe de police nous rejoindre. Elle se mit à mon niveau, et ne parla pas plus que moi, laissant la chunin aux Pupilles Pâles mener la danse.

Cependant, les paroles de l'homme -car sa voix ne laissait à priori aucun doute sur son genre- furent étranges. Il mentionna d'abord des querelles internes au clan Hyûga. Des querelles dont je n'étais pas au courant, bien que ce ne soit pas très surprenant si elles étaient internes, mais que lui semblait connaître. Toph lui répondit à juste titre qu'il n'était en rien concerné. S'il avait été un Hyûga, elle l'aurait surement reconnu comme tel. Et ensuite, l'homme masqué se présenta comme étant le shinobi "GRIM". Grim ne semblait être ni son prénom, ni son nom. Etait-ce un surnom ? Et il l'avait déployé comme si nous étions censé le connaître, comme s'il était censé évoquer quelque chose chez nous. Je haussai un sourcil, prenant un air interrogateur vu que personne d'autre ne semblait réagir à cela.

-Désolé, inconnu au bataillon. Va falloir faire un peu mieux pour nous convaincre, "Grim".

Mais l'atmosphère était rapidement devenue étrange. Ni Toph, ni Etsuko ne semblait réagir. Pire encore, elles semblaient plus ou moins comprendre quelque chose à la situation. Au vu de sa démarche sereine, et de sa présentation pour le moins pompeuse, était-il possible que...? Visiblement, oui. Il faisait parti du village, ou tout du moins il en avait fait parti auparavant. C'étaient ce que ses paroles impliquaient. Mais encore une fois, j'étais totalement largué. Qui diable était-il ? Et pourquoi étais-je le seul à ne rien comprendre ? Toph était une chunin comme moi. Mais...elle faisait partie du Conseil. Tout comme Etsuko-sensei en tant que Taicho de la Police. Peut-être était-ce quelque chose en rapport avec le conseil, d'où le fait que je sois le seul à ne visiblement rien comprendre de ce qui se déroulait actuellement. Je fronçai les sourcils lorsque Toph parla des masques de Kappa, de Tengus et de Tanuki. Je ne savais pas réellement quelle importance cela avait-il dans notre affaire, mais il semblait assez clair que cela en avait une. Les Kappas étaient des esprits mythiques d'eau, tandis que les Tanuki étaient des esprits de la forêt, et les Tengus des esprits de la montagne. Des mythes. Mais encore une fois, je ne voyais nullement le rapport avec la situation présente.

L'inconnu sembla alors s'adresser à Etsuko-sensei, évoquant le nom de Takumi. Takumi était depuis longtemps absent, et je ne connaissais pas ce shinobi. Ce qui voulait dire qu'il était absent du village depuis encore bien plus longtemps. Un déserteur ? Je regardai rapidement Etsuko et Toph, retournant sur le qui-vive, mais ne comprenant pas pourquoi aucune d'entre-elles ne semblait faire le moindre mouvement vers l'homme. La situation était perturbante, c'était le moins qu'on puisse dire. Jusqu'à ce que Toph exprime à Etsuko directement le fait que l'inconnu ne mentait pas, et qu'il serait mieux de l'emmener dans un local de la police et que la jonin décide de la marche à suivre. C'était assez logique qu'elle décide, en tant que cheffe de police et supérieure hiérarchique, de la marche à suivre. Mais pourquoi tous ces non-dits, ces secrets ? Cependant, je gardai mon calme. Il y avait certainement une raison logique, et je l'obtiendrais en temps voulu. En attendant, je regardais les choses se faire, prêt à suivre Toph et Etsuko au commissariat et emmener avec nous l'inconnu, de gré ou de force.


Résumé:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Take me home, Country Roads [Libre] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Lun 28 Jan 2019 - 16:49
Etsuko écouta à nouveau les différents discours, restant silencieuse et légèrement en retrait. Elle réfléchissait en même temps, cherchant dans ses souvenirs qui pouvait être ce GRIM. Le nom lui revint finalement, il faisait parti des dossiers qu'elle avait reçu après sa nomination en tant que Taichô du Shishiza. Et ce nom était, si elle s'en souvenait bien, entouré de flou. Elle fronça alors un peu les sourcils, attendant d'en savoir plus avec la suite de son discours. Il s'adressa alors à Toph puis finalement à elle, connaissant quelques informations qui ne filtraient que très peu sur certains membres d'Iwa ou sur les conflits internes qu'il pouvait y avoir chez les Hyûgas.

« Tu sembles connaître beaucoup de choses, GRIM. Mais tu en as visiblement oublié d'autres. »

Elle regardait fixement son visage, n'appréciant pas beaucoup le fait qu'il porte son masque ici-même. Toph la rassura ensuite sur d'éventuels doutes qu'elle aurait pu avoir, cette dernière ayant pensé à veiller s'il disait la vérité ou non.

« Merci pour l'information Toph. Et oui, c'est bien ce que je comptais faire. Avoir une plus longue discussion et écouter le rapport de GRIM. Tenzin, tu peux rassurer les gardes et leur dire que tout va bien ? Et leur dire que notre invité aux goûts étranges n'est pas un danger. La situation est sous contrôle. »

Etsuko mordit un peu sa lèvre avant de regarder Taishi dont elle connaissait le véritable nom.

« Toph, si tu le souhaites tu peux nous accompagner, on va discuter dans mon bureau. Je dois notamment écouter son rapport de mission mais tu sais peut-être des choses qui m'aideront. »

Elle espérait que la chûnin comprendrait à quoi elle ferait référence, ne pouvant de toute façon pas l'expliciter devant son élève.

« Je vais également te demander d'enlever ton masque, GRIM. Ces objets ne sont pas à porter au sein d'Iwa, qu'importe tes raisons. Et pour plus de détails, je me nomme Naari Etsuko, et je suis la Taichô du Shishiza. La chef de la police si tu préfères. Donc tu peux en référer à moi. Pour le reste, on en discutera une fois à l'abris des oreilles indiscrètes. Suivez-moi. »

Etsuko prit alors les devant, faisant un signe de tête avec un sourire rassurant à Tenzin avant de partir vers son poste de police, les travaux de préparation des nouveaux locaux n'étant pas encore tout à fait finis. Si tout se passait bien, elle inviterait Toph et Taishi à s'installer à sa table avant de demander à ce dernier d'expliquer un peu la raison de son "absence" prolongée.

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Lun 28 Jan 2019 - 19:09

« J’en déduis que non… C’est regrettable. »


L’Éclair Vert avait dit cela en retour à la réponse de l’Hyûga, du tac au tac. Il n’allait pas s’éterniser sur le sujet, ce n’était ni le moment ni l’endroit. Mais la réaction de la femme était intrigante pour le moins. Taishi aurait cru un peu plus difficile de la déstabiliser. Ce n’était pas juste le sujet de conversation, mais aussi la manière dont elle le regardait. Le masque, peut-être. Elle en mentionna d’ailleurs la nature dans sa phrase suivante, d’une manière déguisée si l’on veut. Voilà qui confirmait son accréditation, mais aussi celle de son jeune acolyte qui venait d’exhiber une arme plutôt effrayante. Il n’était d’ailleurs pas satisfait des réponses de l’homme masqué. Taishi haussa les épaules en inclinant légèrement le masque.

« C’est donc une bonne chose que je n’aie pas à te convaincre. »

Heureusement, c’était la dénommée Etsuko qui s’interposa avant que les choses dégénèrent. Ce nom lui rappelait définitivement quelque chose, mais si c’était la même personne, elle avait fortement progressée dans sa carrière depuis la dernière fois que Taishi avait mis les pieds au village. Elle lui fit des remontrances sur les choses qu’il aurait pu avoir oubliées. Possible. On ne pouvait pas en vouloir à Taishi de ne pas être resté très informé sur les dernières modes au village. Elle donna alors plusieurs instructions et congédia de manière « polie » le jeune homme à la faux qui apparemment n’avait pas sa place dans la discussion. Mais pas la Hyûga. Intéressant, même si la seule vue de ces horribles yeux blancs rappelait à Taishi de douloureux souvenirs qu’il aurait préféré garder enterré. Il entendit à peine les derniers mots de la chef de police, même s’il en captura l’essence. L’Éclair Vert hocha de la tête, jusqu’ici les choses se passaient comme il l’avait espéré.

« À vos ordres… »

Le masque se mit à suivre la Naari sans hésitation, dépassant le jeune homme et sa faux, auquel il jeta un regard.

« Fais gaffe avec ce truc. Surtout où tu le pointes. Tu pourrais te faire mal. »

Il lui montra un pouce vers le haut avant de continuer sa route vers les portes. Taishi n’avait pas oublié les dernières instructions de la Taicho. Cela lui déplaisait, évidemment. Jadis, il aurait simplement utilisé l’une des nombreuses marques dans le village pour s’y déplacer mais cela n’aurait pas été une bonne idée, si l’une de ses marques subsistaient du moins. Son regard se porta vers la Hyûga alors qu’ils marchaient.

« Si tu es encore là, c’est que le protocole d’anonymat a changé au dirait… Je vais le retirer mais respectez mon choix de dissimuler mon visage en public. Beaucoup dépend du fait que la personne sous ce masque n’est jamais revenue ici. »

Il porta la main à son visage et retira le masque, accueillant l’air frais sur son visage aux traits fatigués. Il n’avait jamais aimé porté ce truc bien longtemps, et le déguisement avait l’effet escompté de toute manière. L’Hayai remonta cependant le capuchon et le col de son manteau usé. Un frisson allait le secouer lorsqu’ils passèrent les portes menant dans Iwa. Malgré son attitude détendue, ses sens étaient en éveil.

Il n’aurait besoin que d’un instant pour disparaître.

« Presque deux ans, mais rien ne semble avoir trop changé. N’es-tu pas d’accord, Hyuga… ? »

Son regard vert se déposa sur le poste de police et il souria en baissant les yeux.

« Takumi doit être mort ou disparu. Il n’aurait jamais accepté que quelqu’un comme moi mette les pieds dans un tel endroit pendant qu’il était en poste. Et qu’on m’y invite signifie que son paternel est également hors du portrait. »

Il haussa les épaules.

« Iwa a peut-être changée finalement. »

Cela restait à voir alors qu’ils se dirigeaient vers ce que Taishi espérait vraiment être un bureau, et non pas une salle pleine de shinobi espérant être assez rapides pour le capturer.

C’est beau de rêver. Pour lui comme pour eux…

_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Take me home, Country Roads [Libre] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Lun 28 Jan 2019 - 20:03
Cela ne plaisait bien entendu pas à Toph de laisser Tenzin dans le brouillard. Mais elle n'avait pas le choix. Les provocations du shinobi GRIM n'étaient pas non plus pour lui plaire. Mais qu'à cela ne tienne. Le monde shinobi n'était pas un monde de bisounours, et elle respectait la force nécessaire pour obtenir la position de capitaine des Tengus. Elle ignorait donc du mieux qu'elle pu les paroles de ce rustre personnage, tout en le gardant très attentivement dans sa zone d'attention.

Etsuko agit selon les prédictions de Toph. Elle congédia Tenzin et invita Toph à les accompagner dans la salle de police. Même si Toph était toute nouvelle dans l'unité des Tengus, elle avait des éléments en tête qui seraient plus confus pour la Taicho.

Compris, Natsuko-san.

Grim demanda des nouvelles de Takumi de manière indirecte. C'était la deuxième fois qu'il abordait le sujet. Y avait-il un contentieux entre eux ? Ce n'était pas étonnant. Le Hyûga était imprévisible et indomptable. Il avait menacé de mort Tenshi, une fois. Sa vision du monde était étrange, et Toph ne la partageait pas. Qu'il se soit fait des ennemis au sein même du village n'était guère étonnant, il s'en était déjà fait au sein de son clan. Soit. Ce genre d'informations n'étaient pas cruciales, aussi Toph décida de se présenter non sans une petite piqure de rappel sur une règle de bienséance.

Dans les traditions de mon clan, il est considéré comme malpoli de demandé le nom de quelqu'un sans présenter le sien. Néanmoins, tu peux m'appeler Toph.

Elle ne précisa pas son grade, ni autre chose. Toph n'aimait de toute pas façon pas ces titres superflus. Et elle se permis d'ajouter quelques graines supplémentaires d'informations concernant le défunt Kage. Yoshitsune, qu'elle avait vu découpé en deux au sol à Tetsu. Cela ne serait pas grand chose, l'information serait bientôt publique de toute manière, si ce n'était pas déjà le cas. Finalement, c'était même étrange qu'il ne soit pas au courant.

Si évoquer l'incident avait encore été difficile pour Toph il y avait quelques mois de cela, ce n'était plus le cas. Son âme s'était forgée une armure en acier.

Yoshitsune est mort à Tetsu, si ce n'est pas encore connu de tout le monde cela ne serait plus tarder. Son fils, est toujours à iwa et bel et bien vivant.

Même s'il n'a plus son mot à dire tant au village qu'au sein de son clan, ajouta Toph mentalement. Mais cela, il n'avait pas besoin de le savoir. Que Toph était la représentante des Hyûgas ? Et qu'il lui manquait de respect ? Certains samourais n'hésitaient pas à trancher des jugulaires de leur célèbre iai pour moins que cela. Heureusement pour lui, Toph n'était pas de ce genre-là. Même si elle maitrisait la technique au même niveau que certains experts en kenjutsu, Toph était surtout en contrôle. Elle maitrisait ses émotions et ses débordements.

Toph invita Taishi à suivre Etsuko et elle ferma la marche, attentive à tout mouvement brusque ou activation de chakra suspect.

_________________
Take me home, Country Roads [Libre] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Mar 29 Jan 2019 - 11:08
La situation s'orienta rapidement vers ce que j'avais semblé comprendre initialement : mon incompréhension la plus totale comparativement aux autres protagonistes. Et cela me frustrait énormément. La suite fut assez logique et compréhensible, même si cela ne m'était guère plus agréable. Il semblait qu'il y ait vraiment un problème avec ces masques, étant donné qu'Etsuko-sensei en rajouta une couche à leur sujet, après m'avoir poliment -mais tout de même- éjecté de l'affaire, me congédiant subtilement. J'étais d'ailleurs le seul à être congédié. Ce que le shinobi dénommé GRIM ne se priva pas d'appuyer, en me signifiant qu'il n'avait heureusement aucun compte à me rendre à moi. Personne n'était dupe dans cette situation. Et je supposai que cela devait être quelque chose relatif au Conseil dont mes deux collègues faisaient parti. Lorsqu'Etsuko m'envoya rassurer les gardes, j'observai un bref instant d'hésitation mu par la frustration, mais acquiesçai tout de même.

-J'y vais.

Mon ton se voulait un peu plus sec que ce que j'avais escompté, mais la situation n'admettait pas d'autres réponses. Je ne pouvais désobéir à une requête directe d'une jônin, Taicho du Shishiza et ma cheffe d'équipe qui plus est. Mais alors que le shinobi inconnu passait à côté de moi, suivant la Capitaine des forces de l'ordre d'Iwa, il se permit de me faire une remarque pour la moins provocante. Son attitude l'était, provocante. Mais ce n'était pas cela qui allait altérer mon calme. Lorsqu'il termina sa phrase, je souris de manière bien visible, marquant à la fois un air de défi et d'amusement, tout en expirant.

-Hum.

Je ne répondis rien de plus. Cela n'était pas nécessaire. Il était visiblement sur le point de passer quelques jours au moins dans notre beau village. J'espérais avoir le temps de le revoir d'ici là, et qui sait, peut-être lui montrer comment je maniais ma faux. D'un pas tranquille, mesuré pour ne pas révéler l'amertume qui m'habitait, je m'éloignai de la scène pour me diriger vers les gardes. Une fois arrivés devant eux, ils me saluèrent d'un air tendu, attendant ce que j'avais à dire sur la situation. Je les saluai en retour avec un sourire certes petit mais qui se voulait rassurant en hochant la tête.

-La situation est sous contrôle, Etsuko-sensei et Toph-san s'en occupent. Pour ma part, je lève le camp, le danger est écarté.

Sur ces quelques mots, je m'éclipsai rapidement, regagnant mon dojo qui se situait sur les Hauts-Plateaux d'Iwa afin de passer ma frustration dans une séance d'entraînement.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Take me home, Country Roads [Libre] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Sam 2 Fév 2019 - 23:35
Sans plus parler, après avoir adressé un sourire qui se voulait rassurant à son élève, la Taichô guida le duo jusqu'au poste 6. Elle y pénétra, saluant au passage Fuji-san, l'homme en faction à l'entrée du poste. Elle traversa un couloir pour arriver à son bureau, une modeste pièce avec une armoire, un bureau et trois chaises. Elle fit entrer les deux avant de fermer la porte derrière elle, signalant qu'ils ne devaient pas être dérangés.

« Bien, Hayai Taishi-san, installez-vous. Toph, tu peux t'assoir aussi. »

Etsuko fit le tour du bureau, s'installant face à eux. Elle sortit alors un carnet et un dossier avec le nom, le pseudonyme et le visage de Taishi qu'elle posa sur la table. Le dossier en question ne comportait qu'un feuillet, les informations étaient très floues à l'intérieur pour ne pas dire inexistantes.

« Pour satisfaire ta curiosité, Hyûga Takumi-san s'est retiré de la vie shinobie suite à la perte de son père à Tetsu no Kuni. Il n'a plus de pouvoirs sur les décisions qui te concernent sans aller à l'encontre des lois et de ce qui lui est permit de faire vis-à-vis de chaque Iwajin. »

Elle se servit un verre d'eau, leur en proposant un également.

« Ensuite, pour la politique d'anonymat des Tengus, elle n'a pas changé. Les Tengus sont une entité qui doit rester secrète, les masques ne sont à mettre que hors du village ou lors d'opérations précises. Mais la plupart des actions dans le village sont pour le Shishiza, la police. Je ne connais pas tous les détails de l'unité c'est pourquoi j'ai demandé à Hyûga Toph de venir également. Elle en sait plus que moi à ce sujet. »

Elle entrecroisa alors ses doigts, rassemblant ses mains devant elle sur la table.

« Mais venons en aux faits. Hayai-san, vous êtes suspecté de désertion au cours de votre mission, à en juger de la durée entre votre départ et votre retour aujourd'hui. Je n'ai pas eu plus d'éléments vous concernant, alors je souhaiterai que vous nous expliquiez un peu ce qui s'est passé pour en arriver là, et ce qui vous a poussé à revenir dans notre village. Vous comprendrez qu'après une telle absence sans la moindre nouvelle, c'est... étrange. Nous vous écoutons. »

Simple et efficace, la Taichô avait récupéré un stylo, prête à noter dans un carnet les informations importantes qu'il donnerait, les détails pour pouvoir éventuellement voir s'il s'embrouillait dans un possible interrogatoire futur.

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Dim 3 Fév 2019 - 1:53
La dénommée Toph lui fit une remarque sur son manque de politesse et Taishi baissa les yeux pendant un court instant, un sourire aux lèvres.

« Dans ton clan, peut-être. Je suis tout sauf un Hyûga. Mais pour la petite histoire, c’est grâce à l’un des membres de ta famille si je suis shinobi… Qui mène ton clan désormais, d’ailleurs ? »

Sanadare lui avait appris les rudiments du chakra, à l’époque. Et ils étaient devenus amis, puis davantage sans être pourtant plus. Il y avait pas de mots pour décrire leur relation, sinon chaotique. Taishi n’aimait pas revenir sur le sujet, mais de toute évidence, il finissait toujours par le faire... Ils entrèrent dans le poste, pas une surprise même si Taishi était légèrement mal à l’aise, même s’il avait été lui-même gendarme à l’époque. La rivalité entre les Tengus et la police n’était pas née de nulle part. Taishi espérait que les arguments, eux, avaient moins de poids qu’à l’époque. Ils entrèrent dans un bureau qu’il devina être celui de la haut-gradée. Sobre, sans décorations pompeuses, c’était déjà un bon signe que cette Etsuko était peut-être digne de confiance. Elle l’invita à s’asseoir et il secoua la tête, s’appuyant plutôt contre le mur.

« Je préfère rester debout si ça vous dérange pas, il y a un problème héréditaire d’hyperactivité dans mon clan, j’ai beaucoup de mal à rester en place. Si j’étais venu avec de mauvaises intentions, on ne serait pas ici, de toute manière. N’y voyez donc aucune insultes.»

Les informations sur Takumi et son paternel le laissèrent pensif un court moment. Yoshitsune hors du portrait. Voilà qui n’était pas pour lui déplaire. Et Takumi était l’un des seuls individus encore aux faits du passé de Taishi. Takumi qui avait voulu l’engager pour tuer le Daimyo, il n’y a pas si longtemps. Une limite qu’il était content de ne pas avoir encore dépassée. Il secoua la tête devant le verre d’eau, il aurait nettement préféré du saké actuellement.

Etsuko expliqua la présence de la Hyûga, puis les questions auxquelles il devait répondre, et Taishi finit par hausser les épaules.

« La politique doit avoir changée, car la dernière fois que j’étais dans ce village, il y avait une procédure d’anonymat entre les membres de l’unité Tengu elle-même. C’est-à-dire que les membres ignoraient la vraie identité des autres membres. Puisque vous venez de révéler mon identité, et que Toph si présente a fait de même, je suppose que cela n’est plus en vigueur. Parce que l’ancien protocole aurait dicté que je sois le seul à sortir de cette pièce vivant désormais, techniquement. »

Il croisa les bras.

« Je tiens à préciser que si nous nous en tenons aux faits techniques, il va de soi que vous ne soyez pas aux faits de nos procédures, Naari-san. De mon temps, les Tengus et la police n’avaient que très peu de liens. Et par les mêmes faits techniques, cet avis de désertion concerne Hayai Taishi, pas GRIM. À moins de me tromper, GRIM est juste pas revenu, il est toujours un membre des Tengu. Et à cet égard, un capitaine équivalent à votre rang, Naari-san. En tant que tel, GRIM ne relève que du Tsuchikage. »

Il secoua la tête.

« Si vous avez reçu les informations liant l’identité de GRIM à celle de Hayai Taishi de la part de l’unité Tengu par quiconque autre que le Tsuchikage lui-même, il s’agit d’une faille de sécurité critique. Mais je pense qu’il aura été beaucoup plus simple pour la police de simplement mener son enquête. Les actions de Borukan Akimoto, et le sobriquet dont je suis aujourd’hui affublé, ont rendu assez simple de m’identifier malheureusement. »

Il soupira.

« Par le fait même, GRIM n’aurait pas à justifier quoique ce soit à personne d’autre que le Tsuchikage. Mais puisque le lien entre mes identités est établi, et parce qu’il définit l’aspect… Inhabituel de mon absence, je n’ai pas le choix de divulguer certaines informations sur GRIM pour justifier ma conduite en tant que Jônin d’Iwa. Porter ce masque n’avait pour but que de m’assurer de parler aux bonnes personnes en premier, et en ce sens, je pense ne pas m’avoir trompé. Je suis donc disposé à vous parler, mais considérant cette politique d’anonymat dont je viens de parler, je ne peux pas considérer Toph ici présente comme une Tengu du simple fait qu’elle sache ce qu’est un Tengu. Je garderai donc mes propos à leur sujet le plus limité possible. »

Taishi souffla du nez, réfléchissant à la bonne manière d’aborder le sujet.

« Une fois les évènements de Yûgure passé, il est devenu très difficile pour moi de continuer mes activités régulières comme membre Tengu ou Jônin. Cette certaine… notoriété… acquise à cette période-là rendait extrêmement aisé pour quiconque de faire le lien entre Hayai Taishi et GRIM. Conséquemment, je fus relégué temporairement à un emploi de bureau par Borukan Akimoto. Parallèlement, le tsuchikage était en train de perdre beaucoup du support des clans envers lui, surtout après l’exécution sommaire d’un certain leader du Soshikidan. »

L’homme aux aspects vieillis sembla réfléchir un instant.

« Comme beaucoup de politiciens à la veille de perdre le pouvoir, Akimoto a utilisé tout le temps qui lui restait pour mettre des pièces en place sur l’échiquier. À titre d’un de ses plus proches amis, j’étais l’une d’entre elle. Et il m’a envoyé au seul endroit où ma triste célébrité ne serait pas un obstacle : Hi no Kuni. »

Taishi cherchait à se rappeler les mots exacts du Borukan, mais beaucoup de choses dans ses jours-là semblaient floues depuis le temps.

« Akimoto suspectait que l’homme au chapeau utiliserait l’état déstabilisé du pays du feu pour le soulever à nouveau, un peu à la manière du Soshikidan jadis, mais cette fois en agissant sur le daimyo lui-même, censé pourtant être son plus grand ennemi. Ma mission était de m’assurer que cela n’arrive jamais, même si je devais aller jusqu’à assassiner le Daymio lui-même. De protéger Hi de l’influence des shinobis. De me battre pour ceux qui en étaient incapables. Akimoto craignait l’intervention de son propre village envers un pays riche en ressources et sans les moyens pour contrer une invasion shinobi.»

Il n’aurait servi à rien d’atténuer les moyens que Taishi aurait pu employer, et avait employé à titre de Tengu. Même Etsuko, étrangère à l’unité, ne pouvait que deviner les méthodes utilisées.

« Il est difficile pour moi de savoir s’il m’a donné cette mission en tant que GRIM ou Taishi, mais pour moi cela avait peu d’importance. Dans la même période, un être cher et indispensable à ma confiance envers ce village venait d’être emprisonné, condamnée à l’exécution. Pas injustement condamnée, peut-être, mais sans égard à la valeur positive de ses actes. Son seul crime était de n’avoir pu le faire sous le masque d’un Tengu, où tout serait resté caché et secret, et du fait même… Acceptable. Le Tsuchikage était évidemment au fait de tout ceci. Quand elle fut exécutée, je suis parti. Ce fut peut-être l’ambition d’Akimoto de m’empêcher de devenir un danger pour Iwa. J’aurais pu le faire. Mais je suis plutôt aller à Hi. »

Il haussa les épaules.

« Comme Taishi, j’ai utilisé une mission auquel j’étais assigné, soit de retrouver une membre du clan Chukokû, afin de justifier mon absence du village. Une mission d’une nature si vague me permettrait de justifier de longues absences hors du village. Et comme GRIM… La mission venant du Kage lui-même, il n’y a donc aucune trace écrite. Étant capitaine à ce moment-là, je n’avais pas à rendre compte de mes déplacements à personne d’autre. Un flou conséquent subsisterait ainsi lors de la transition de pouvoir entre Akimoto et le Kage suivant. C’est pourquoi vous n’avez rien sur moi sinon un pseudonyme, et mon dossier comme Jônin. Et puisque je viens d’un clan mineur dont je suis le seul shinobi, un clan mineur nomade qui a depuis plié bagage du pays de la terre pour éviter les persécutions qui aurait sévi envers Hayai Taishi s’il était déclaré déserteur, vous n’aviez aucune information sur ce sujet non plus. Et tout ce qui restait ? Cette ami chère, autrefois assistante directe du Tsuchikage, les aura probablement fait disparaître. »

Il passa la main dans ses propres cheveux en bataille.

« Je ne sais pas ce que sont devenus les Tengus depuis mon départ, mais en ce qui me concerne, j’étais, du moins sur papier, un vrai fantôme de la montagne. J’ai toujours supposé que c’était pourquoi je n’ai pas été traqué par Iwa. Un prix a été mis sur la tête d’Hayai Taishi. Certains ont essayés. Personne qui ne puisse encore en parler aujourd’hui.»

Il souffla, n’étant pas habitué à parler autant, lui qui n’était pas du naturel très bavard à la base.

« Je n’ai pas de preuve pour avancer ce que je dis, mais il serait encore plus difficile de prouver que GRIM a vraiment déserté ce village. Et comme je l’ai souligné plus tôt, c’est GRIM qui est rentré à Iwa, pas Hayai Taishi, pas officiellement. Bien que ça puisse sembler farfelu actuellement, la suite de mon récit pourra peut-être faire lumière sur le sujet. Je suppose que vous avez des questions. La première étant si j’avais l’intention de revenir une fois ma mission terminée… »

Il fit la moue.

« Je n’en suis pas certain. Mais je suis là. »


_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Take me home, Country Roads [Libre] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Dim 3 Fév 2019 - 20:06
Encore une question sur les Hyûgas ? Décidément, Toph était prête à l'ignorer une nouvelle fois, mais il semblait faire une grosse fixation sur ce clan.

Les anciens guident le clan, mais j'en suis la représentante officielle, ce qui me donne un siège au Conseil du village, et de facto, un certain pouvoir de décision.

Et sans doute qu'elle prendrait le pouvoir d'ici un an ou deux. Toph commençait à avoir une volonté politique de mieux réguler son clan, de l'ouvrir au modernisme tout en améliorant son efficacité militaire. Ce que des anciens Hyûgas avaient vainement tentés, elle réussirait. Elle serait la première chef de clan reconnue par tous en ces termes. Et elle était bien partie - sa réputation et sa prime était galopante.

GRIM se mit à critiquer les protocoles de sécurité. Toph haussa les épaules devant l'ironie de la situation.

Il n'y a pas de capitaine du Sazori - des Tengus, si tu préfères - pour le moment, suite à un incident interne très récent. Le nouveau capitaine aurait été apte à clarifier cette situation, avec un accès à certains dossiers classé mais il tarde d'être nommé. Etsuko et moi-même sommes des membres du conseil de la roche, la plus haute autorité du village - avec la Tsuchikage, bien entendu. S'il y a eut quelques changements dans le Sazori, une des Tengus actuelles est de ne porter un masque au village que le temps strictement nécessaire à l'accomplissement de leur mission. On ne les voit du coup pas dans la vie de tous les jours. Et soyons honnêtes, les Byakugan percent n'importe quel masque, il est idiot de penser que le visage des membres resteraient inconnus. Mais c'est une discussion que j'aurais avec le prochain capitaine du Sazori.

Si GRIM ne lui fournissait pas tous les détails, elle en ferait de même. Elle ne parla pas de l'exil de Senku ni de l'attentat de Tenshi. Elle évita de parler des évènements de Tetsu et de Wasure. Cela dépendrait de ce qui allait suivre. Si GRIM comptait réintégrer Iwa, alors oui, elle le mettrait au courant et à jour. D'un autre côté, était-ce ce qu'il désirait ? Ce n'était pas certain. Du moins, pas encore. Toph laissa Etsuko juger de la situation à ce niveau-là. Elle précisa toutefois que de son côté, il n'y avait pas eu de brèche de sécurité.

Personnellement, il n'y avait que GRIM qui m'était connu. Il n'y avait pas de lien direct avec Taishi - même si avec une capacité aussi singulière, et une fouille aux archives, je pense que j'aurais été en mesure de faire le lien. Je peux par contre attesté que GRIM n'est pas considéré comme capitaine du Sazori.

Toph avait du mal à savoir si les raisons de sa désertion était la mission du Tsuchikage ou l'exécution de son amie. Il y avait eu peu d'exécution d'assistante de Kage, et Toph était indubitablement bien placée pour en être au courant. Il s'agissait probablement de Sanadare - une personnalité très controversée dans son clan. Et cela expliquait aussi la fixette que leur visiteur faisait sur leur clan. Mais ce manque de clarté ne faisait pas pencher la balance pour GRIM.

Par contre, il avait clairement agit avec au moins certains intérêts de la roche en tête, ce que l'on ne pouvait ignorer.

L'un dans l'autre une décision serait nécessaire, mais il ne semblait guère pertinent à Toph de se diriger vers une exécution sommaire. Du moins, pour l'instant.

Dans d'autres circonstances, j'aurais probablement lancé une traque à ton égard, le dossier est tombé dans mes mains à deux reprises. La première fois, je manquais d'expérience. La deuxième fois... la priorité du village était sur Tetsu. Des choses se préparent sur l'échiquier mondiale.

Toph, qui utilisait toujours sa technique de détection de mensonge, analysait attentivement ce que l'homme disait. Etsuko prenait note, elle pourrait revenir sur certains détails par la suite. Mais il y avait par contre là une perche tendue. Un ancien capitaine d'unité spécial parti tout ce temps se devait d'avoir des informations de ce genre.

Akimoto t'avais envoyé à Hi. Soit. As-tu glané des informations sur l'homme au chapeau ou sur ses capacités ?

Toph aurait une panoplie de questions à lui poser, mais elle lui laissa tout le loisir de parler et de dire ce dont il avait envie de parler. Cela n'était, après tout, pas encore dans son intérêt qu'il se taise. Au plus il parlerait, au plus le dossier mystérieusement vide de GRIM se remplumerait. La Hyûga aurait certainement une longue discussion avec une autorité compétente sur la nécessité d'avoir des archives et des dossiers sur ce genre d'éléments au sein du village en duplicata. Elle n'avait pas tout à fait la même vision que d'autres sur la façon de gérer une telle escouade.
Spoiler:
 

_________________
Take me home, Country Roads [Libre] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Jeu 7 Fév 2019 - 18:28
Etsuko avait répondu d'un simple hochement de tête à la première interrogation du Tengu disparu depuis longtemps, n'étant pas particulièrement regardante sur l'étiquette. La policière écoutait avec une grande attention tous les propos de GRIM suivit des réponses et questions de Toph sans pour autant intervenir pour le moment. Elle réfléchissait, prenait ses notes, les relisait rapidement. Elle voulait prendre son temps sur une affaire délicate.

« Bien, donc si je résume, si tu as disparu si longtemps c'est uniquement dans le but d'empêcher une dérive du pays du Feu sur ordre du Nidaime Tsuchikage, c'est bien cela ? Ajoutons à cela la perte de cet être cher et tu n'as donc pas vraiment eu envie de te presser. J'aurais beau jeu de dire que je te comprend, mais je n'ai pas vécu ce genre de perte alors je ne peux pas l'affirmer. Je peux essayer cependant. »

Elle soupira un peu. Que dire à cet homme qui avait disparu si longtemps ? Son masque était une certaine garantie de qui il était, mais voir ses capacités à l'oeuvre en serait une d'autant plus grande... Est-ce qu'elle pouvait lui demander cela ? Difficile à déterminer. Il était sans doute le seul à posséder un tel pouvoir, si ce n'est quelques très rares autres personnes. Elle doutait sincèrement d'en voir d'autres qui auraient eu connaissance de son existence et se seraient amusés à lui prendre sa place pour venir à Iwa et espionner le village. Il pouvait également avoir mal tourné... Et mis à part l'assistance d'un Yamanaka, elle voyait difficilement comment le savoir. Or, elle ne voulait pas le dévoiler. Il était Tengu après tout.

« Pour ce qui est de tes intentions, j'aimerais les connaître. Tu es revenu, bien, mais est-ce que tu as des envies de vengeance incontrôlables ou est-ce que tu souhaites reprendre ta place au Sazori, ou simplement redevenir un shinobi comme les autres à Iwagakure no Sato ? Ensuite... Tu as passé longtemps à Hi no Kuni. Tu as du voir des choses se passer, que peux-tu nous dire que tu aurais observé de particulier là-bas ? En as-tu appris sur l'homme au chapeau, ses alliés, quoi que ce soit qui puisse nous être utile et dont nous devrions parler au Conseil ? Ou même sur Hi no Kuni ou son Daimyô par ailleurs. Si tu as du mal comme ça, tu peux aussi nous écrire un rapport de cette mission qui a duré bien longtemps. »

Elle posa son stylo, entrecroisant ses doigts pour le fixer droit dans les yeux.

« Tu peux continuer ton récit si tu as d'autres choses à nous dire. Je te confirme que tu n'as rien à nous cacher, pas plus que n'importe quel membre du Sazori, nous sommes du Conseil d'Iwa et nous aidons le Yondaime Tsuchikage de notre mieux. Si auparavant l'unité était plus fermée, pour des questions de sécurité interne, elle ne l'est plus autant qu'elle a pu l'être. Veille cependant à éviter de porter ton masque autrement qu'en mission. L'important de ce que j'ai compris de vos règles est que seuls le Conseil, le Yondaime et vous-même puissiez vous reconnaître pour des raisons d'efficacités. L'anonymat entre collègues, c'est amusant mais inefficace et diminue la confiance que des équipiers peuvent construire entre eux. Donc leur efficacité pour nous. »

Elle reprit alors son stylo, prête à noter la suite de l'histoire de Hayai Taishi, le Tengu disparu.

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Sam 16 Fév 2019 - 3:39
Elle était la nouvelle représentante ? Taishi l’observa en silence. Il était impossible pour lui de se faire une idée exacte de son interlocutrice. Ou de ses ambitions. Mais historiquement, les meneurs des Hyûgas étaient pour la plupart dominés par leur côté traditionnaliste… Ce qui pour eux était rarement positif. L’Hayai ne connaissait qu’une autre façon de faire, celle de son propre clan. Mais ce n’était ni l’endroit ni le moment pour lui faire la morale, surtout sans la connaître. Alors il se contenta de répondre sur ce qu’il savait, commentant d’abord sur les paroles de la prétendue Tengû.

« Tu ne peux attester de rien. Tu n’es personne pour moi. Seul le Kage en aurait l’autorité. Cela a peut-être changé avec ce conseil dont vous me parlez, mais GRIM appartient à un autre temps. »

Elle parla des éventuelles traques à son égard, ce qui le fit sourire légèrement, illuminant son visage fatigué un court moment. Il ne pouvait que supposer qu’elle était sérieuse, même si…

« Des choses se préparent, en effet. Et qui sont forcément plus importante que de me retrouver. Mais j’ose penser que notre relation aujourd’hui serait fort différente si Iwa avait tenté de me traquer. L’épaisseur de ce dossier sur moi en dit long sur les ressources qui auraient été nécessaire… »

Taishi n’allait pas sombrer dans l’arrogance mais était parfaitement réaliste sur ses propres capacités. Il n’aurait pas survécu aussi longtemps autrement. Son regard se tourna vers Etsuko. Ses mots étaient… compréhensifs. Ce qui lui semblait étrange pour quelqu’un qui menait la police d’Iwa, pas nécessairement reconnue pour leur… Compréhension en dehors de la loi. Les deux femmes avaient des questions et des commentaires similaires pour le reste, aussi Taishi soupira après un moment de silence.

« Il m’est plus simple de continuer mon récit. Une fois arrivé à Hi, j’ai trouvé un pays effectivement en ébullition, et désemparé. La population était confuse sur les évènements survenus au palais, et leur propre Daimyo. Mais la plupart s’entendait sur la haine portée envers les shinobis, qui ne faisaient qu’amener mort et destructions chez eux. J’ai rapidement constaté qu’il serait impossible de coopérer avec le Daymio, mais également qu’il serait plus utile vivant, que mort. »

Il croisa les bras.

« J’ai alors créé une organisation nommée l’Hinoishi, dont le seul but était de protéger Hi et de restaurer la réputation des shinobis. Ce groupe était constitué de nukenins de tous horizons rassemblés par une amie qui vivait au pays sous l’égide d’une médecin depuis des années. Pendant une année entière, nous avons multiplié les actes et efforts envers la population. »

Il porta la main dans son manteau et en sortit le masque usé, qu’il posa sur la table.

« Ce masque était peut-être celui d’un Tengu, mais personne n’a semblé croire à l’importance d’en avertir les habitants du pays du feu. Ceci est le visage de l’Éclair Vert. Ce n’est pas différent d’Iwa, et aussi longtemps qu’on ne mettra pas un terme sur la nature de ce masque, il n’est au final qu’un masque. Tu vois peut-être mon visage, Toph. Mais tu ne vois pas qui je suis. »

Il secoua la tête.

« L’Éclair Vert est un héros du peuple désormais. Le Daymio, un symbôle davantage qu’un vrai pouvoir au pays du feu. Le pays est stable, pour le moment du moins. Ainsi l’Hinoishi est devenu désuète, et pour cette raison, je l’ai dissoute. Et je me suis assuré qu’aucun de ses membres ne puisse refaire surface au mauvais moment. »

Inutile de dire comment…

« Hi est un piège géant pour l’homme au chapeau désormais, pas seulement parce que la population n’est plus aussi vulnérable à ses discours mais parce que j’ai la conviction que cet homme sait qui je suis, et a un intérêt envers mes capacités. Tout comme l’intérêt que j’ai envers les siennes. Pour répondre à vos questions, j’ai en effet discerné certaines… Observations sur lui. Et la nature de son pouvoir. Et ce que je sais me fait craindre pour le monde entier. »

Un moment de silence, comme si Taishi réfléchissait, et c’était le cas.

« Ton offre est alléchante, Etsuko, mais nous savons tous deux que cela est loin d’être si simple. Hayai Taishi ne peut revenir à Iwa parce qu’il perdrait la confiance de Hi aussitôt que son pouvoir serait vu en public. Et GRIM ne reviendrait jamais chez les Tengus pour moins que son rang d’auparavant. Les jours où je tuais sur demande, sans me poser de questions, sont terminés. Simplement dit, je suis plus utile à Iwa comme nukenin, au dirait. »

Il s’appuya contre le mur.

« Je suis disposé à coopérer avec Iwa comme je l’ai toujours fait. Partager ce que je sais. Agir comme un élément dont Iwa puisse nier l’affiliation. Tuer quand c’est nécessaire. Et Hi est un réseau d’information inestimable. Une sorte de mercenariat, si l’on veut. En échange… Je demande le support d’Iwa pour soutenir la population de Hi si une guerre ou un cataclysme la dévastait. Le gouvernement et le Daymio peuvent périr sans hésitation, mais le peuple doit subsister. Leur seul crime est de vivre au milieu d’un monde déchiré par les shinobis et leurs ambitions. »

Il secoua des épaules.

« Notre accord sera secret. Même pas besoin de lever la prime sur ma tête, en autant que toute tentative de traque de la part d’Iwa soit avortée. Et une fois que l’homme au chapeau et ses comparses seront réellement hors d’état de nuire… Je fais la promesse de revenir servir ce village officiellement. »


_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Take me home, Country Roads [Libre] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Sam 16 Fév 2019 - 18:49
Toph haussa un sourcil, puis essaya de limiter cette réaction. Le shinobi en face d'elle lui paraissait imbu de sa personne. Aucun shinobi sur terre ne pouvait survivre à une expédition en supériorité numérique et doté d'une stratégie sensée. Qu'il s'estime supérieur était une chose - c'était le cas de bien des ninjas, soyons honnête - mais qu'il l'exprime ainsi en était une autre. Toph estimait pour sa part qu'avec un Tenzin à ses côtés, elle n'aurait eu aucun mal à arrêter la majorité des shinobis en solo du monde, à quelques exceptions près. Avec une bonne préparation, tout était possible.

Elle se retint de faire un commentaire, néanmoins, et fut plus amusée qu'autre chose. Elle essaierait de faire un duel contre lui. Cela pourrait être intéressant pour tester ses capacités à elle. Taishi-Grim se remit à parler, et parler il en avait vraisemblablement besoin. Il déversa son récit qui n'était aussi intéressant que ce que Toph aurait voulut. Pas de donnée concrète sur l'homme au chapeau. Rien de neuf. La Hyûga avait l'impression que Grim avait prit un rôle passif à Hi ces derniers temps.

Il fini sur une proposition que seuls les membres du conseil pouvait discuter. Cela tombait bien, Toph en était une. Et il était temps de remettre les pendules à l'heure.

Je ne vois rien d'intéressant dans ce que tu proposes. Iwa n'a pas besoin de mercenaires en ce moment, le village à besoin d'officiers et de dirigeants pour la guerre à venir, de professeurs pour former les jeunes, de chefs d'équipes pour faire des missions officielles. Ce genre de vague accord secret ne m'intéresse nullement, et devoir protéger une nation contre les services d'un unique shinobi me semble déséquilibré. Il te faudra faire beaucoup mieux que cela pour me convaincre et avoir mon vote du conseil, GRIM.

Puis, elle ajouta d'un ton neutre.

Taishi reviendra à Iwa, tôt ou tard. Je peux comprendre que tu te soucis du sort des habitants du pays du feu, et c'est à tout ton honneur. Mais tu n'es pas libre de faire tout ce que tu veux. Tu es shinobi d'iwa, ou tu es déserteur. Il faudra choisir.

Etsuko pouvait prendre une autre approche, mais c'était celle de Toph.

_________________
Take me home, Country Roads [Libre] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Mer 27 Fév 2019 - 21:52
Etsuko écouta l'homme sans un mot. Il était assez arrogant, elle l'avait bien remarqué. Mais dans un sens, son pouvoir le lui permettait. Elle ne l'avait pas compris en détails et pour la science, elle l'aurait bien analysé sous toutes les coutures afin de le comprendre, mais elle n'en ferait rien. Après tout, il pouvait disparaître en un instant s'il le désirait. Elle l'écouta jusqu'à la fin, puis laissa Toph donner son avis avant de soupirer un peu.

« Ce que tu demandes là est... Complexe. Le Conseil d'Iwa a décidé de ne pas engager de mercenaires extérieurs à Iwa pour éviter au maximum les trahisons et pouvoir être réellement sûr de quelles sont ses troupes. Mais... Tu n'es pas à proprement parler quelqu'un de l'extérieur. Tu as certes passé près de deux ans à Hi no Kuni, mais c'était, en un sens, simplement une mission pour Iwa quand bien même les circonstances sont floues. Je ne peux pas prendre cette décision seule. Je pense que le plus sage est d'avertir le Yondaime et de requérir son avis sur cette affaire, sans besoin de mener tout un conseil pour statuer. D'autant plus que même au Conseil, tout n'est pas dévoilé. Laissez-moi le temps d'écrire une missive urgente au Tsuchikage, il nous dira son avis, par lettre ou en venant de lui-même jusqu'ici. »

Elle ouvrit un tiroir puis s'arrêta quelques instants.

« Je pense, Toph, que quoi qu'on ait pu dire au Conseil, nous sommes face à quelqu'un qui est dans notre camp, ou en tous cas qui l'a été suffisamment longtemps pour parvenir à l'une des plus hautes marches des grades d'Iwa, pas n'importe quel mercenaire qui se serait perdu en chemin vers les montagnes de l'ouest. Et dans un sens, rien ne l'obligeait à revenir. Donc autant voir ce qu'en pense Bakuhatsu Kyôshirô-sama avant de conclure trop vite de notre côté. S'il souhaitait partir, notre cher collègue l'aurait fait depuis longtemps je suppose. »

Sortant du papier, son stylo et de l'encre, Etsuko se mit à écrire une lettre rapidement à l'adresse du Yondaime, sans pour autant négliger sa calligraphie. Elle s'adressait à l'Ombre du village. Terminant en quelques minutes, elle la plia et y apposa son sceau de Taichô du Shishiza avant de sortir et de la tendre à un de ses hommes, lui demandant d'aller la livrer directement au tsuchikage. Elle rentra ensuite à nouveau dans son bureau, refermant la porte avant de s'assoir.

« Bien, j'espère que l'attente ne sera pas trop longue. Pour patienter, est-ce que vous pourriez nous parler un peu plus de ces observations que vous avez pu faire, celles que vous avez évoqué juste avant de répondre à mon "offre" ? Le sujet m'intéresse. Il intéresse tout le Conseil à vrai dire même, enfin je pense pouvoir l'avancer sans trop me tromper. »

De nouveau sur son carnet, la jônin aux yeux émeraude observait les réactions du Tengu, prête à noter les informations qu'il accepterait de donner.

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Mer 27 Fév 2019 - 23:37
Taishi s’appuya le dos contre le mur, pensif en écoutant les mots des deux femmes. Bien qu’il conservait un air stoïque, un certain malaise régnait dans son esprit. Il n’aurait jamais cru se retrouver dans ce genre de situation dans sa vie. Il y a quelques années encore, il n’avait été qu’un simple messager civil, sans la moindre idée des réalités du monde shinobi. Les temps avaient bien changés. Il ne prenait aucun plaisir à faire un bras de fer avec un village qui, à la base, l’avait accueilli malgré son parcours atypique et son âge avancé pour un genin.

« Des mots qui résonnent parfaitement dans la gorge d’une Hyûga je suppose. Des mots qui ne pensent qu’en termes absolus.»

Taishi avait connu un tas d’Hyuga, et ils partageaient tous cet orgueil démesuré, et ce besoin de contrôle. Toph ne supportait pas une balance qui ne penchait pas en sa faveur. C’était tout à son honneur, mais ça confirmait aussi qu’en dépit de leurs pouvoirs terrifiants, et de leur discipline, ce qui retenait les Hyuga, c’était leur propre nature. Il décida de ne pas commenter le reste toute suite afin d’éviter de dire quelque chose qu’il pourrait regretter par la suite. Elle parla de son futur et il haussa les épaules.

« Si je faisais ce que je veux, je serais encore dans une ruelle d’Ame ou à Yugure, ma guitare à la main à amuser les badauds. J’étais un nomade avant Iwa, et je le suis toujours. Mais j’ai mon propre code, et mon propre nindô. Nous ne sommes pas si différents, Toph. On évolue juste dans d’autres cercles. »

Mais il était là. Leurs réponses n’étaient pas une grande surprise dans le sens que Taishi était bien au fait qu’il en demandait beaucoup. Aider une nation entière n’était pas une mince affaire, pour avoir tenter de le faire lui-même pendant tout ce temps. Mais c’était le seul moyen pour l’Hayai de pouvoir agir sans devoir regarder derrière lui à chaque pas. Etsuoko parla d’écrire une lettre urgente au Tsuchikage, et Taishi hocha la tête, approuvant la décision. Pour l’Hayai, cet enjeu le dépassait complètement après tout. Son regard se tourna vers Toph. Il était un peu surpris de voir la chef de police prendre plus ou moins sa défense ou tout au moins ne pas refuser en bloc. La femme commença à écrire sa lettre et Taishi passa la main sur son visage fatigué.

« Je ne suis pas fermé à l’idée d’assister les shinobis d’Iwa. Je ne suis pas vraiment un bon professeur mais j’ai déjà pris en charge des genins dans le passé. Je peux aussi faire des missions, ça n’a jamais été un problème non plus. Tant que je ne suis pas publiquement étiqueté comme shinobi d’Iwa, personne ne verra la différence à Hi. Ces gens ont bon cœur, mais tous ce qu’ils savent au final, c’est ce qu’ils entendent ou voient. »

Il croisa la bras.

« Je pense qu’il ne faut pas sous-estimer mon pays de naissance. Je peux sécuriser des accords économiques sur lequel le Daymio n’a aucun contrôle. Je connais le terrain comme ma poche. Hors de cela, je suis capable de me déplacer sur le continent plus rapidement que la plupart… Sauf peut-être l’homme au chapeau. Je connais bien Kumo également, de par mes voyages diplomatiques dans le passé. »

Un frisson lui secoua l’échine et il soupira.

« Je n’essaie pas de rendre cet échange plus difficile que nécessaire, même si ça peut sembler être le cas. Mais je ne suis pas ici pour vous convaincre que je suis un élément indispensable ou je ne sais quoi. »

Etsuko voulait en savoir plus sur l’homme, et c’était probablement le souhait de Toph également. L’Hayai garda le silence quelques instants, hésitant sur le choix à faire. Il se passa la main dans les cheveux.

« C’est à Yugure que j’ai pu voir les capacités de l’homme au chapeau à l’œuvre. Mais il m’a fallu du temps pour accroître mes connaissances en sensorialité afin de comprendre ce que j’avais perçu. Il m’est difficile de décrire de manière claire, mais la nature de mon chakra est courte et vive, celui de l’homme au chapeau est… Large. Large et statique. Malgré cela, j’ai perçu une connection, un lien. La nature de nos capacités est… liée. »

Il leva les yeux vers le plafond.

« La nature de mon pouvoir implique qu’au lieu de me déplacer physiquement, je me déplace hors de notre réalité. Imaginez un torrent gigantesque qui recouvre le monde, tourbillonnant tel un maelström, vert comme l’émeraude. Voyez ensuite mes marques comme une ancre, une bouée, un repère auquel je peux m’élancer sans hésiter. Sans elles, il me serait impossible de savoir où je vais, mais surtout, de savoir si je suis vraiment là, ou pas. Rien n’est si clair ou précis, et surtout, tout ne dure qu’un instant. Vouloir rester plus longtemps m’exigerait de contenir ce tourbillon, de le focaliser, comme si j’essayais de retenir une rivière de mes mains nues.»

Il baissa les yeux.


« Je ne peux l’expliquer mais l’homme au chapeau n’est pas limité de cette manière. Je pense qu’il peut aller où il veut, n’importe quand, sans même y avoir déjà posé les pieds. Si je me déplace aveuglément, ses yeux à lui sont grands ouverts. Je pense qu’il peut également ouvrir des passages dans l’espace-temps sans même être présent, et pour des durées de temps temporaires. Enfin, je pense qu’il peut déplacer des zones infiniment plus grandes que moi. Mais je crois aussi que de la même façon que je suis incapable d’imiter ces actes, il est incapable de s’orienter grâce à des marques, de les utiliser aveuglément comme je le fais. En termes simples ? Je suis rapide, il est lent. Nous sommes opposés dans nos manières d’utiliser notre don. Mais liés dans le fait que nous l’utilisons. »


Il inspira.

« Je ne suis pas issu d’un clan shinobi, comme vous devez le savoir. Que je sois capable de maitriser un tel pouvoir est le résultat d’une anomalie génétique. À proprement parler, même à travers mon clan, les chances qu’une telle anomalie se présente sont extrêmement rares. Quand l’amie médecin que j’ai mentionné a analysé mon sang, elle a théorisé que cette anomalie était unique en son genre. Mais… Qu’il n’était pas impossible que d’autres mutations de celle-ci existent. Comprenez-vous à quoi je veux en venir ici ? »

Il haussa les épaules.

« Il y a une possibilité que l’homme au chapeau soit un descendant, direct ou indirect, partiel ou pas, de mon clan. Ou qu’il soit juste une autre erreur génétique. En soi, cela n’apporte rien de spécial. Sauf que comme Toph ici présente le sait, la nature du chakra est partiellement reflétée dans les liens du sang. Mes connaissances en médecine sont nulles, et incomplètes en sensorialité, mais en théorie, il serait donc peut-être possible, éventuellement… »

Il soupira.

Si seulement le trouver était le plus gros problème. Taishi pouvait se targuer d’être difficile à capturer, mais l’homme au chapeau évoluait sous des règles bien différentes.

Ou pas de règles du tout.

_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Take me home, Country Roads [Libre] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)


Dernière édition par Hayai Taishi le Jeu 28 Fév 2019 - 0:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Jeu 28 Fév 2019 - 0:24
« Permets-moi d’en douter. »

La voix rauque du Tsuchikage était arrivée aussi simplement que la manière dont sa silhouette s’était découverte dans le poste 6 du Shishiza. Pour Toph comme pour Etsuko, qui reconnaissaient alors leur Tsuchikage, Hayai Taishi ne saurait voir qu’un homme dont la prestance semblait atténuée par deux handicaps frappants : un œil et un bras gauche en moins. Et la tunique noire arborée par le Bakuhatsu n’aiderait pas le Nukenin à se faire une idée sur ce nouvel arrivant. Il alors sans doute ignorant que plus qu’un gradé d’Iwa, c’était bien le Quatrième du nom qu’il découvrait.

« Ou plutôt, permets-moi de simplement douter, de tout. J’ai moi aussi vu ce dont l’Homme au Chapeau était capable. Je l’ai même affronté. »

Se projetant et redressant de la porte par laquelle il était entré, Kyôshirô jeta son iris vers Naari Etsuko. Un hochement de tête de sa part lui fut adressé, comme pour signifier la bonne réception de la lettre de son Capitaine, sans laquelle il n’aurait sans doute pas pu venir si vite. Quant à Hyûga Toph, il lui adressa un regard plus succin, mais la satisfaction de la voir toujours à remplir un rôle crucial lui donnait une impression satisfaisante.

La seule main valide du Tsuchikage caressa un tabouret qu’il finit par pleinement agripper. Il n’hésita alors pas à se rapprocher de l’ancien Tengu : celui-là même qui avait agi sous le pseudonyme de GRIM. Difficile pour l’Ombre de ne pas avoir eu vent d’un tel dossier.

« En réalité, il m’a pris mon bras. Non seulement sa force dépasse celle des Kages, mais il a été capable d’utiliser à la fois le Mokuton et le Kinton. Pourtant, ce dernier est réservé à Kaminari no Kuni, si je ne me trompe pas. J'ai d'autant plus été surpris puisque ces pouvoirs n'étaient faits mention nulle part dans nos rapports. Et je ne parle pas des pouvoirs spatio-temporels que tu évoquais. Personne n’est normalement capable de maîtriser tant de facultés, surtout lorsque certaines sont supposées être héréditaires. Mais je suis ravi que tu sois là, Taishi, je vais te faire part d’une théorie que tu vas peut-être pouvoir confirmer… »

Il posa son tabouret et s’y installa.

« A Yûgure, tu étais aux côtés du Nidaime Raikage, Metaru Shûuhei dont la maîtrise du Kinton a dépassé toutes les frontières notamment lors de la bataille contre le Soshikidan. Peu de temps après votre face-à-face avec l’Homme au Chapeau, un nouveau Raikage a été nommé. Mais Metaru Shûuhei n’a ni péri, ni même pris sa retraite : nous le savons vu notre alliance de l’époque. Voilà ma question, Hayai Taishi… »

Même s’il n’avait qu’un œil pour le faire, le regard du Bakuhatsu défia celui du Nukenin.

« … ce fameux jour, as-tu vu l’Homme au Chapeau utiliser le Kinton ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Jeu 28 Fév 2019 - 10:20
Taishi fut brusquement arraché de sa rêverie par la voix du mystérieux nouvel arrivant, et franchement pris par surprise, au point que sa main se porta vers l’une des poches de son manteau, un réflexe défensif. Le regard de l’Hayai se prolongea sur l’inconnu qui dégageait une assurance, mais aussi une puissance phénoménale. Taishi écouta bien les mots, ouvrit la bouche, mais la referma presque aussitôt alors qu’il observait à la fois les membres manquants de l’homme, mais aussi la courbette respectueuse de la cheffe de police. Ce type s’était battu contre l’homme au chapeau ? Et était toujours en vie ? Il ne connaissait personne à Iwa capable d’un tel exploit. Sauf peut-être quelqu’un qu’il n’avait pas eu la chance de rencontrer.

« … »

L’Éclair vert n’avait pas beaucoup de temps pour y réfléchir davantage, vu les mots de l’individu. Lui qui croyait avoir été celui qui révélait des secrets aujourd’hui… L’Hayai resta silencieux, digérant les phrases l’une après l’autre. Taishi était décisivement désarçonnée par ce qu’il apprenait. Le silence régna puis l’ancien Tengu s’approcha enfin de la table pour s’asseoir sur la chaise qu’il avait pourtant refusée il y a quelques moments.

« … Le mokuton et le Kinton ? »

C’était impossible, pour bien des raisons. Et pourtant… Il parlait de Shuuhei, l’ancien raikage, avec qui Taishi n’avait partagé que quelques moments informels. Dont Yugure. Comment ce type pouvait-il en savoir autant ? Il faisait également un lien entre le changement de Raikage auquel Taishi n’avait jamais réfléchi. Beaucoup de questions se mélangeaient dans la tête de l’ancien assassin. Mais au lieu de pouvoir les poser, voilà que c’était l’homme qui en dictait une. L’ex-tengu regarda l’handicapé un court moment avant de baisser les yeux.

« … Tsuchikage… »

Taishi fouilla sa mémoire de ce jour-là. Yugure n’avait été que chaos. À ce moment-là, il avait été plus occupé à sauver la peau des autres iwajins que de vraiment combattre. Il se souvenait de l’arrivée de l’homme au chapeau, ce portail comme un barrage envers les rivières du temps. Il se souvenait le métal. Comme une forêt argentée, d’une amplitude que l’Hayai n’aurait pas su combattre lui-même. Il avait empoigné Eiko pour la jeter contre les autres. Mais le coin de l’œil n’avait jamais quitté cet étrange chakra, celui qui ressemblait et différait à la fois du sien. L’homme au chapeau ne pouvait se déplacer comme lui, mais il restait si rapide que c’était du pareil au même. La forêt qui avait flétrie avant de disparaître, avant que Taishi ne disparaisse à son tour… L’Hayai s’appuya dans son siège.

« Ce que j’ai vu ne fait aucun sens. Si mon pouvoir est une tare génétique et que l’homme au chapeau est l’autre victime des probabilités, c’est une chose… Mais quelles sont les chances que… »

Il s’interrompit un instant.

« Je l’ai vu neutraliser l’une des techniques les plus meurtrières du monde shinobi sans le moindre effort. Comme si c’était le Raikage lui-même qui l’avait ordonné. Ce qu’il n’aurait jamais fait. »

Le Tsuchikage n’avait pas tort… Il était impossible que l’homme au chapeau soit capable de maîtriser à la fois le kinton, le mokuton et le Jikûkan. Personne ne pouvait avoir ce genre d’hérédité.

« … Vous croyez qu’il a dérobé ces capacités. Le Nidaime était l’un des plus féroces combattants du monde entier. Je n’ai pas vu l’issue de son combat contre l’homme au chapeau, mais il n’y a jamais fait de sens qu’il se désiste en pleine crise. »

Taishi fouilla ses souvenirs.

« Quand j’ai débuté mon apprentissage de shinobi et découvert ma capacité, j’étais au début incapable de rester sur mes pieds après un déplacement. Le mouvement dans l’espace-temps crée un déplacement d’air conséquent qu’il m’a fallu apprendre à canaliser et réduire. Quand l’homme au chapeau est arrivé à Yugure, il a pratiquement rasé la zone et démoli un temple avec son portail. J’ai toujours pensé que c’était intentionnel, mais… »

Il haussa des épaules.

« Supposons que j’adhère à votre théorie, Tsuchikage, cela signifierait que l’homme au chapeau ne maitrisait pas encore avec précision le pouvoir de mon clan – autant l’appeler comme ça. Mais ça ne fait aucun sens. Comment quelqu’un peut-il modifier son chakra pour maitriser autant de Kekkai à la fois ? Ou encore, le modifier pour absorber la nature de celui de son adversaire ? »

Taishi soupira.

« Mon clan est nomade et agit comme messagers pour la population. Nous n’étions pas à l’abri des accidents, comme n’importe qui d’autre, des gens sont morts en mission au fil des ans dans divers accidents. Si l’homme au chapeau était en mesure de repérer la signature latente de ma capacité, je suppose que rien ne l’empêchait de la dérober à l’un des membres de ma famille, même à notre insu. On était que des civils après tout. »

Il appuya sa chaise vers l’arrière.

« Voilà qui a rien d’encourageant. Ça veut aussi dire que si mon chakra pourrait servir à le repérer, il peut faire de même pour me repérer, moi. »

Il secoua la tête en posant les yeux vers Toph, un regard fort ironique.

« Et tu penses encore que ma place est de retour à Iwa ? »


_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Take me home, Country Roads [Libre] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Jeu 28 Fév 2019 - 11:04
Toph ignora sa remarque désapprobante sur les Hyûga. Cela ne méritait plus son attention. Etsuko ne semblait pas opposé à l'idée de Taishi et proposa de contacter le Tsuchikage pour en discuter directement avec lui. Si la chunin était pour prévenir le Tsuchikage, elle n'était pas pour sa venue ici-même. C'était un risque d'exposer le sommet du gouvernement à une inconnue aussi aléatoire. Mais sans doute qu'elle était trop prudente, trop paranoïaque. Elle ne refusa pas ce que dit Etsuko.

Mon avis n'est qu'un avis d'un membre du conseil Etsuko-san. Je n'ai aucun pouvoir décisionnel sur le terrain, mais rationnellement avons-nous besoin d'un mercenaire, fusse-t-il originaire d'iwa ? C'est la question que je me pose. Nous avons que trop bien vu les dégâts causés par le mercenariat lors de l'assaut de Kiri. Un mercenaire n'a qu'un dieu, l'Or. Si sa loyauté est au plus offrant, ce n'est pas un outil que j'aimerais utiliser. Trop risqué.

La seule exception à cette règle avait été Shin, qu'elle appréciait beaucoup et qui avait quitté son mercenariat avant l'attaque d'Iwa pour se joindre à eux. Depuis, il avait acquis sa confiance. Mais quelqu'un qui quitte le village puis qui ne propose qu'une loyauté limité ? Voila un schméma opposé à celui de Shin, et dont l'enchainement la dérangeait fortement. Si cela ne tenait qu'à elle, elle proposerait volontier de lui imposer un fuin sur le front - une petite recette familiale pour s'assurer de la loyauté de tous. Mais cela n'avancerait à rien les débats, d'autant que ce fuin en question était uniquement apposé aux Hyûga de la branche secondaire. Une voix se fit entendre derrière eux. Toph n'avait pas besoin de se retourner pour la reconnaitre. D'ailleurs, elle préféra garder l'interrogé dans son champ de vision. Surtout si son seigneur et maitre était présent.

Tsuchikage-sama.

Toph n'était pas tout à fait pour exposer le Tsuchikage ici. En effet, elle y voyait un risque. Sa technique de détection avait des failles. Et si tout ceci n'était qu'un plan pour exécuter son chef ? Sa main se ressera sur la garde de son sabre, et elle devenait particulièrement attentive à ce qui se passait dans la pièce et aux mouvements de Taishi - tout en continuant de vérifier s'il mentait ou non. Les deux activités en parallèles étaient taxante pour sa concentration, si bien qu'elle ne participa pas au débat entre les deux shinobis. Il était intéressant. Et Toph s'imprégna d'un maximum d'information. Cet homme au chapeau... semblait particulièrement dangereux. A la dernière question arrogante qui lui était ciblé, elle haussa les sourcils. Serieusement ? Toph se prit la peine de répondre. Avec politesse.

S'il peut déjà se téléporter partout, il n'a certainement plus d'utilité pour toi, Taishi. Il aurait déjà dérobé le pouvoir génétique de ta famille, si j'ai bien compris tes spéculations. Et je ne pense pas qu'il puisse détecter de manière latente des détenteurs d'un kekkei genkei, cette hypothèse me semble hautement improbable. Au contraire, un shinobi avec ton expérience peut aider à former les solides shinobis de demain, à trouver des contres à ce pouvoir étrange de déplacement dans l'espace, ou à protéger d'autres iwajins sur le front. Et s’il peut te détecter, qu’il ose seulement venir à iwa, le village n’abandonne pas les siens. Je garde mon premier diagnostic sur la situation. Selon moi, ta place est chez nous, à Iwa.

Cela n'engageait, après tout, pas le village en lui-même et encore moins la position du Kage.

_________________
Take me home, Country Roads [Libre] Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 http://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Jeu 28 Fév 2019 - 15:41
Tsuchikage ? Alors ainsi, celui qui fut GRIM n’avait pas perdu en perspicacité. C’était d’ailleurs ce trait, fort et nécessaire pour tout Tengu de la grande Iwa, qui pouvait permettre au Nukenin de comprendre la mesure des paroles et le poids de la question de son interlocuteur. En retraçant dans son esprit et quelque-peu à l’oral son souvenir de cette fameuse journée, Hayai Taishi semblait avoir compris où les conclusions communes pouvaient amener.

« C’est ce que je pense, oui. Et puis, je préférerais me dire qu’il doit voler et entraîner ces pouvoirs plutôt que de me faire à l’idée qu’il les possède tous de manière innée. Mais dans tous les cas : il n’est pas régi aux mêmes règles que nous. »

Les interrogations soulevées par l’ancien Tengu – ou devaient-ils croire le Nukenin et considérer qu’il l’était toujours ? – n’étaient pas ridicules. Elles étaient même pour la plupart logiques. Comment imaginer qu’un seul être était capable d’absorber les pouvoirs d’autrui ? Si son possible besoin de temps pour les maîtriser semblait déjà plus rationnel, cela ne changeait pas à la malhonnêteté d’une telle capacité. L’Homme au Chapeau, dans beaucoup de scénarios et d’hypothèses, semblait pouvoir à terme posséder n’importe quel pouvoir, même les plus héréditaires.

Qu’est-ce qui était le plus dérangeant, au fond ? Le ridicule fossé qui semblait être creusé entre le commun des shinobis et cet homme ou l’impossibilité de se servir de bases logiques pour établir l’étendue de ses pouvoirs…

« J’ai déjà vu des experts du Fûinjutsu sceller des techniques de Ninjutsu, je connais des médecins dont l’Iroujutsu permet de pouvoir voler le chakra d’autrui, il regarda brièvement Etsuko, même s’il leur est impossible de le garder ou de l’exploiter. »

Il s’accouda sur son genou, non pas dépité mais dubitatif.

« Peut-être que le pouvoir, ou l’anomalie, de l’Homme au Chapeau est l’adaptabilité de son chakra. Il serait capable de transformer son chakra en n’importe quelle nature connue. Cela expliquerait son besoin d’être au contact de quelqu’un employant un pouvoir qu’il n’a pas pour lui en prendre une partie. Et cela expliquerait qu’il puisse se l’approprier contrairement à mes exemples précédents, puisqu’il serait capable de changer la nature de son chakra pour utiliser un pouvoir bien précis, même héréditaire. »

Il soupira.

« Mais cela n’explique pas comment il pourrait absorber tant de chakra au point que, selon notre théorie, ses victimes perdent le leur, temporairement ou définitivement. Et cela n’expliquerait pas pourquoi il maîtrise des portails et des pouvoirs qui, même s’ils ressemblent aux tiens, sont finalement bien différents. »

Le Borgne de la Terre se redressa.

« On peut bien se moquer de ses possibles capacités de repérage ou du fait que tu sois parmi nous, Taishi, puisqu’à partir du moment où il a fait irruption dans le Palais Seigneurial avec son portail tout comme à Wasure no Kuni lorsque je l’ai affronté… »

Il esquissa un sourire plein d’impuissance qui contrastait avec son air désespéré.

« … on peut imaginer que cela fait des mois voire des années qu’il peut faire irruption à Iwagakure no Satô dès qu’il le souhaite. »

Il leva la tête vers le plafond et marqua une pause de quelques secondes.

« Mais mon plus grand doute ne repose peut-être pas sur ses capacités. Quel est son but ? »

Il sembla hésiter sur ce qu’il allait dire ensuite. En réalité, il doutait que c’était une bonne idée de le faire. Mais pourtant, il replongea son regard dans celui du Nukenin, tout en s’adressant aux trois shinobis présents dans le poste 6.

« Je ne pense pas que nous, villages shinobis, soyons ses ennemis. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Jeu 28 Fév 2019 - 23:58
Etsuko salua le Yondaime avec son respect habituel quand ce dernier rentra dans le bureau, restant cependant derrière son bureau, notant les informations qui se disaient pour que tout soit concillié de cette rencontre qu'elle jugeait importante. Elle resta un peu en retrait dans un premier temps, réfléchissant à tout ce qui pouvait se dire dans la pièce. Elle eut un frisson lorsqu'ils parlèrent de vol de ces techniques si personnelles que pouvaient être le maniement du Kinton ou de n'importe quel autre pouvoir du genre, ses fleurs y compris.

« Donc en résumé, nous avons un homme capable de voler les capacités spéciales des shinobis qu'il rencontre. Mais on ignore s'il les conserve indéfiniment, s'il est impossible aux personnes volées de retrouver l'usage de leurs pouvoirs. Peut-être n'a-t-il que la quantité volée d'énergie à sa disposition et qu'il la réutilise comme bon lui semble. Et dans ce cas, sa capacité à se téléporter pourrait venir de quelqu'un d'autre, un otage ou un prisonnier. Ou alors, même si c'est moins probable puisqu'une telle chose aurait fait du bruit à travers l'histoire, sa capacité à faire des portails pourrait être liée à un objet et nécessiter certaines conditions. Au fond, rien ne prouve qu'il peut le faire quand il veut sans la moindre limite. On ne l'a vu l'utiliser que par deux fois. Il n'a pas nos règles, cela ne signifie pas qu'il n'en a pas pour autant. »

Elle relu quelques instants ce qu'elle avait prit en note plus tôt.

« Pour la capacité de vol de chakra, j'avoue ne pas avoir étudié ce genre de technique encore dans la maîtrise de l'Iroujutsu. La mienne est encore parcellaire malheureusement. Mais je pense que des recherches poussées ou quelqu'un qui aurait, tout comme Taishi, une mutation bien particulière de ce pouvoir, qu'il aurait pu avoir de manière innée tout comme cela pourrait être le résultat d'expériences sur sa personne par lui ou par un autre shinobi ou scientifique fou. Nous avons des informations importantes et intéressantes, mais nous manquons de contexte et de certitudes. Est-ce qu'il vole la capacité même de manipuler le chakra ou vole-t-il les connaissances ? Cela pourrait être une autre hypothèse. »

Raclant un peu sa gorge avant de reprendre, la Naari exposa son autre idée.

« Nous pouvons aussi avoir à faire à un homme qui manipule le chakra pur au même titre que les Sendais, une mutation de ce pouvoir qui lui permettrait de maîtriser tout type de chakra, il ne lui faudrait alors que les connaissances pour les manier, que les personnes victimes de ce vol d'information n'auraient alors plus. Et il aurait simplement trouvé un moyen de les réexploité. »

La jeune femme fit un peu la moue, peu satisfaite par sa propre manière de dire les choses. Elle avait en tête une vision qu'elle n'arrivait pas à transmettre en cet instant par les mots. Elle réessaya alors d'arranger ses idées pour les dire de manière qu'elle espérait plus claire.

« Ce que je veux dire, c'est que cet homme pourrait n'avoir comme capacité spéciale que celle de comprendre le fonctionnement du chakra d'une manière plus large que la notre, non pas celle d'un chakra mais de tous les chakras. Il ne lui faudrait alors que les détails techniques pour les employer, chose qu'il trouverait chez ses victimes. Je ne sais pas si je suis bien claire dans ce que je veux dire, mais ce n'est pas nécessairement l'énergie des combattants qu'il vole, sans quoi ses cibles n'auraient plus aucune capacité. Enfin je m'avance peut-être là dessus. Nous ne savons rien de ce qui est arrivé au Nidaime Raikage depuis lors donc difficile de dire s'il est toujours capable d'utiliser ses autres capacités combattives. Et tout cela ne repose que sur la supposition que ce soit effectivement un vol de ses capacités qui ait été commit même si la coïncidence est bien étrange. »

Elle remit ses cheveux en ordre d'un geste de la main, une mèche s'échappant de sa coiffure.

« Pour ce qui est du cas de Hayai Taishi, je pense que le laisser libre de ses actes pourrait nous avantager si bien sûr tu acceptes de continuer de servir Iwa, même différemment puisque c'est là ta requête. Il ne faudra par contre pas t'étonner de ce que ça impliquera. »

Au milieu de son discours, Etsuko avait changé d'interlocuteur, observant l'ancien Tengu à la fin de sa phrase. Elle attendait dans un sens sa réaction, bien qu'elle cherchait aussi à savoir l'avis du Yondaime qui n'avait pas encore abordé le sujet. Elle se tenait également prête à noter toute information supplémentaire, consignant ce qui pouvait être dit.

_________________
Theme song : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1606-naari-etsuko-la-douceur-des-fleurs-termine http://www.ascentofshinobi.com/u563

Take me home, Country Roads [Libre] Empty
Ven 1 Mar 2019 - 4:37
Taishi s’appuya la tête avec la main, pensif. Cette discussion avait pris des proportions inattendues et il avait un peu de mal à organiser sa pensée, ou plutôt les conclusions à en tirer. Tout le monde avait ses propres hypothèses sur le sujet d’ailleurs. Son regard doré se posa sur le Tsuchikage, divagua entre les autres. Il soupira légèrement.

« On peut théoriser longtemps durant sur la nature de son pouvoir, mais au final, ce qu’on sait, c’est qu’il peut manipuler le Mokuton, le Kinton et une forme du Jikukan à la fois. Que le Raikage ait ou n’ait pas perdu son pouvoir ne change rien à ce que j’ai vu. Je ne crois pas que ce soit une coïncidence. »

Il leva les mains, dubitatif.

« Nous avons déjà statué qu’il est extrêmement improbable qu’il ait hérité de tels pouvoirs. Je n’ai pas le choix de suspecter que son pouvoir vient de mon clan. Encore une fois, je devrais croire que c’est une coïncidence, que le gars a par hasard obtenu par un chakra similaire au mien ? Je compte bien mener enquête sur la question. Mais ça ne nous avance pas forcément pour le moment. Comme le Tsuchikage le fait remarquer, l’objectif de l’homme au chapeau depuis ses premières apparitions public est toujours aussi flou. »

Taishi fit jongler sa mémoire.

« Que savons-nous vraiment de lui ? Il était l’ombre du Shoshikidan, et à Yugure, un des membres de l’organisation était sous ses ordres. Quand nous avons tous fuis, il était toujours avec le Daimyo. Mais celui-ci est encore en vie aux dernières nouvelles. Et il n’a pas vraiment fait de vagues depuis. »

Son regard se planta sur le Tsuchikage et il secoua la tête.

« Sauf le respect que je vous dois, Tsuchikage, je n’irais pas dire non plus qu’il est un ami des villages. Tous les actes connus de l’homme au chapeau ont un point commun ; ils sèment la dissension dans le monde shinobi. Il n’hésite pas à combattre non plus, comme prouve votre propre combat contre lui. Au final, qu’il soit ennemi ou neutre aux villages cachés… Comme Toph le fait remarquer, les villages sont les mieux outillés pour le gérer, aussi puissant soit-il. »

Il souffla du nez.

« C’est tout le reste du continent qui m’inquiète. Et dans mon cas, Hi no Kuni, qui a déjà été considérablement dévasté par les actions directes ou indirectes de l’homme au chapeau. Les survivants du Soshikidan sont toujours en liberté même si Nara Alderan et Yamanaka Ema sont hors-jeu. Et j’ai le sang sur mes mains de l’un et de l’autre. »

Les autres présents ne semblaient pas penser que l’homme au chapeau chercherait à retrouver Taishi lui-même. Il décida de ne plus pousser le sujet puisque ça n’avançait pas la discussion. Son regard se tourna vers Etsuko. Son analyse était poussée et démontrait de larges connaissances sur la nature du chakra. Cette femme était surprenante. Pas dure sur les yeux non plus.

« C’est possible, Etsuko. Il s’est passé un temps considérable entre les évènements de Yugure et le combat du Tsuchikage. Si l’absorption est temporaire, elle est d’une durée considérable. Il y a une tonne d’autres manières de procéder pour expliquer sa capacité. Je me souviens qu’il a touché le Raikage sur le torse juste avant de neutraliser sa technique. Il s’agit peut-être d’une marque Fuinjutsu pour sceller la nature spécifique du chakra de la cible, et en capturer les détails qu’il est ensuite capable de répliquer de par ses propres moyens… Les possibilités sont sans fin. »

Il haussa des épaules.

« Si j’étais toujours capitaine, je recommanderais une mission diplomatique à Kumo dont l’objectif caché serait d’en savoir plus sur l’ancien Raikage, et ainsi peut-être confirmer les théories du Tsuchikage. J’irais personnellement, même. J’enquêterais aussi sur l’état du Daimyo de Hi. Ou simplement partager ce qu’on sait, pour le bien du monde shinobi et civil. Mais la coopération a jamais été le point fort des villages shinobi…»

Les mots de Toph le fit secouer la tête. Il était agacé par l’attitude naïve et inflexible de la gamine. En même temps, n’avait-il pas été pareil au début ?

« Je commence à me demander comment tu as fini par devenir Tengu, ou plutôt ce qu’est devenue mon unité dont l’attribut d’origine était le pouvoir – et les responsabilités qui s’en accompagnent - d’agir en dehors des règles pour le bien du village, pour ainsi voir quelqu’un se cabrer sous le risque que je pourrais trahir Iwa. Tu as entendu les mots du Tsuchikage, et tu crois toujours que je sois le sujet principal, ici ? Je suis ici d’abord et avant tout pour le danger qu’est l’homme au chapeau pour le monde, surtout ceux qui n’ont pas les moyens de se défendre. Si je dois coopérer avec Kiri, Kumo ou les bas-fonds d’Ame pour obtenir l’aide dont j’ai besoin, je le ferai dans un littéral instant. Je briserai toutes les lois de tous les villages si c’est nécessaire. Cet enjeu dépasse les ambitions individuelles des villages. Et sachant cela, tu voudrais tout de même que je sois un élément imputable à Iwa ? »

Son poing se posa doucement sur la table alors qu’il s’évertuait à rester calme.

« Ce que j’essaie de dire en fait, c’est qu’au final tes inquiétudes sont bien placées, Hyûga Toph. Je pourrais trahir Iwa, comme j’aurais pu le faire n’importe quand dans les deux dernières années. En un sens, c’est sans doute grâce à Hi que je ne l’ai pas fait. Grâce à la volonté du feu qui anime ses habitants, un peuple fier, résilient, qui m’a impressionné. J’aurais pu venir ici en déblatérant des promesses de servitude sans conditions. Mais je ne l’ai pas fait. Et je suis venu ici, avec tout à perdre. J’ai une responsabilité envers Iwa. Un serment donné envers son meneur – désignant de la tête le Tsuchikage, et ce jusqu’à ce qu’il m’en libère. Mais Hi ne peut en souffrir. »


Taishi finit par soupirer en ramenant sa main sur sa cuisse, ses yeux se posant sur le Tsuchikage.

« Je ne prétends pas avoir la moindre valeur sur l’échiquier. Je ne vaux probablement pas l’appui d’une nation en cas d’état d’urgence. Et je ne m’attends pas à obtenir un traitement de faveur. Je suis conscient que ma situation est complexe. J’avais peut-être tort de penser que je pourrais sécuriser Hi d’une telle manière. »

Il resta silencieux un moment.

« Si Iwa n’est pas disposée à aider et supporter Hi, ce que je peux comprendre, mon offre reste : je vais assister Iwa, entrainer vos genins, faire vos missions. Mener l’enquête et les recherches sur l’homme au chapeau, et partager ce que je sais. Mon état d’indépendant vous rendra totalement indemne des répercussions de mes actions. Je vais solidifier les accords commerciaux entre Hi et Iwa. Et je ne nuirai pas à Iwa, comme je ne l’ai jamais fait.»

Son regard flotta sur les individus.

« Mais si c’est le cas, je ne peux assurer mon retour permanent au village une fois que l’homme au chapeau sera neutralisé. Mon cœur, ma volonté du feu me dicte que je ne pourrai jamais abandonner un pays qui m’a accueilli quand j’étais au plus bas, aussi longtemps qu’il aura besoin de mon aide. Et je suppose qu’Iwa n’a pas besoin d’un shinobi aux allégeances divisées, de toute façon. »

L’Éclair vert arrêta de parler, ayant déjà beaucoup trop dit de toute manière. C’était au Tsuchikage de trancher au final, il supposait. Intérieurement, Taishi avait été considérablement chamboulé émotionnellement depuis le moment où il était revenu à Iwa. Il avait également voulu laver son nom, mais ça lui semblait si lointain désormais. Les mots du Tsuchikage n’avait au final fait que lui rappeler sa nécessité de protéger Hi. Peu importe ce qui arriverait, ce besoin ne changerait jamais. Iwa lui importait également, bien sûr ; mais la présence de personne comme Etsuko, Hyûga Toph ou le Tsuchikage lui assurait que le pays de la terre était entre bonnes mains.

Hi n’avait personnes d’autre.



_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Take me home, Country Roads [Libre] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Take me home, Country Roads [Libre]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Crocs Rocheux
Sauter vers: