Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Morbide est la rencontre (Shizume)


Lun 17 Juil 2017 - 12:52
Deux ans aujourd'hui, deux ans que le tout jeune shinobi avait rejoint le village caché des Nuages avec sa famille proche. Il ne regrettait rien, la décision n'était pas venue de lui, mais ses parents avaient fait un excellent choix en décidant de s'installer ici. L'innovation, la technologie, les arts et la science. Tout était étudié ici, rien n'était laissé à l'abandon. C'était un village parfait pour le jeune Shôran. Lui étudiait un art spécial, un art qui défiait toute morale. Peu en parlaient, peu y croyaient et rares étaient ceux qui la pratiquait. La nécromancie. Le pouvoir d'animer les cadavres d'humains ou d'animaux. Pourquoi cet art était jugé tabou ? Pourquoi était-ce si mal vu de réanimer les morts ? Le nécromancien aimait jouer de cette capacité, mais peu de personnes le savaient. Ses parents étaient les premiers au courant, c'était les seuls en réalité. Ces derniers avaient conseillé à leur unique enfant de n'en parler à personne, sous peine de représailles. Dans le monde, il était très mal vu d'animer les cadavres. C'était... contre-nature. Ainsi donc, Shôran cachait les capacités qu'il avait mis tant de mal à apprendre. Comment faire changer les avis sur tout ça ? En tout cas, le jeune nécromancien ne voulait pas se faire repousser. Il avait passé quasiment dix-sept ans de sa vie seul, sans véritable amis. Et, en deux ans qu'il était à Kumo, il avait réussi à se faire quelques amis fidèles. Shôran était sûr que dès lors qu'il saurait pour la nécromancie, ses amis lui tourneraient dos.

Le soleil commençait à se coucher, il était sur les environs de vingt heures. Le nécromancien quitta un bâtiment, accompagné d'autres personnes. Il se positionna à l'écart, et le monde prirent des chemins différents de lui. Il ne fallait pas se faire remarquer. C'était une sorte de groupe de parole. Shôran pouvait parler librement de la nécromancie sans mentionner le fait qu'il pouvait la pratiquer. D'autres parlaient aussi de ce sujet là, de morts, de maccabés. C'était spécial comme groupe, mais très intéressant pour le jeune genin. Un groupe secret qui pourrait être dissous à tout instant si les hautes autorités en prenaient connaissance. Le nécromancien marcha jusqu'à voir devant lui, un autre homme qui était aussi présent à l'intérieur. Shôran marcha assez rapidement jusqu'à arriver à sa hauteur.

« Tu ne parles pas beaucoup durant le groupe. Tu es aussi intéressé par les morts ? », lâcha-t-il, après un moment donné à marcher silencieusement à ses côtés.

Shôran était le genre de personne à parler constamment. Il aimait discuter de tout comme de rien, il aimait être entouré et surtout partager des choses. Est-ce que ce curieux personnage était comme lui ou tout à fait différent ? Il le saurait bien. Le nécromancien ne comptait pas le lâcher, il l'intriguait.

« Généralement, ce sont ceux qui ont perdu quelqu'un qui s'intéresse aux morts. », continua-t-il sur sa lancée. Puis, tout en continuant de suivre le garçon, Shôran posait de temps en temps ses yeux sur lui.

Les rues qu'ils empruntaient étaient vides de monde. C'était des petites ruelles, et les deux garçons évitaient inconsciemment (ou par habitude, désormais) d'emprunter les grandes rues beaucoup plus peuplées à cette heure-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Lun 17 Juil 2017 - 22:37
« Comme au bon vouloir des règles j'annonce officiellement que la séance est terminée. La voix du chef d'orchestre résonne dans un bâtiment. J'ai eu l'honneur d'administrer la séance du soir, je vous remercie. À l'annonce du responsable les figurants du club de lecture ferment les livres à l'unisson. Similaire à une bibliothèque le quartier général du club occulte traite des sujets qui défient les règles éthiques et morales. Lors des diverses réunions du cercle – totalement hermétique à la société – les initiés s'échangent d'innombrables connaissances d'arcanes. Mais lorsqu'un adhérent ressort du bâtiment principal il doit paraître transparent. Lorsqu'il passe le seuil de la structure il est dans l'obligation d'oublier les connaissances acquises : il oublie les autres membres du groupuscule. À l'heure actuelle – comme à chaque fin de séance – les affidés quittent leurs archives, et comme la règle l'exige, ils effacent de leurs mémoires la réunion précédente. Les shinobis reprennent leurs vies quotidiennes. Ils se séparent et rentrent chez eux. Quant à Shizume il respecte également cette règle. Il prend la direction de sa maison lorsqu'il est rattrapé par un adepte. Il l'interpelle :
Tu ne parles pas beaucoup durant le groupe. Tu es aussi intéressé par les morts ? Questionne-t-il.
Tu es audacieux pour m'héler dans une ruelle. Annonce Shizume d'une voix calme. Il analyse son environnement. Je reste muet car je n'ai aucun savoir à transmettre. Je suis en pleine phase d'expérimentation. Il marque une petite pause. Une seule chose m'intéresse sur un cadavre : le savoir. Pourquoi abandonner les connaissances accumulées d'une personne ? Nous pouvons les réutiliser. Pourquoi cracher sur cette option ? Le Hyakujū s'arrête et observe son interlocuteur droit dans les yeux. Le jeune enchaîne :
Généralement, ce sont ceux qui ont perdu quelqu'un qui s'intéresse aux morts. Immédiatement Shizume répond.
Généralement. Je ne fais qu'approfondir le savoir de mes ancêtres. Je perfectionne l'art que j'ai hérité. C'est tout. Comme à son habitude il marque une pause. À l'occasion il reprend sa marche. Mais toi tu aimes bien parler, tu aimes bien échanger. C'est un bon point. Peut être qu'un jour tu auras le droit à une démonstration. Conclut-il.
Le marionnettiste s'arrête une nouvelle fois. Actuellement il était le référent du village en ce qui concernait les mécanismes et confection de pantins. Si son interlocuteur possède ne serait-ce qu'une infime logique il aura – sûrement – déjà fait la comparaison entre la raison de sa présence aux séances de ce club et son art personnel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Mar 18 Juil 2017 - 10:45
Il était rare que les membres discutent entre eux après le groupe de parole, ce n'était même jamais arrivé. Cependant, le nécromancien ne faisait jamais comme les règles le souhaitaient. Il se fichait pas mal de ce que pouvait penser les gens, et au final, il savait pertinemment que tôt ou tard, Kumo découvrirait ses capacités. Shôran avait hélé une des personnes du groupe dans une des ruelles sombres du village, il avait ce besoin de parler à cet étrange homme. Vu les traits de son physique, ce dernier ne devait pas être plus âgé que lui. Parler, connaître, apprendre étaient primordiales pour le jeune genin et il se disait qu'il pourrait en apprendre un peu plus avec ce genre de personne. Ce qui se racontait durant le groupe n'était que paroles de fanatiques de la Mort. Rien d'intéressant pour le nécromancien, rien qu'il ne savait déjà. Ce n'était que de piètre personnes qui étaient fascinés par la nécromancie et autres pratiques occultes. En rien, ils ne maîtrisaient cet art.

Ainsi après l'avoir approché, Shôran n'hésita pas à lui poser une question. Pourquoi restait-il muet durant le club ? N'avait-il donc rien à partager de son expérience ? La réponse ne tarda pas à venir, il n'eut pas longtemps à attendre. Doucement, le nécromancien hocha la tête. Sa réponse était intéressante, Shôran comprenait clairement le point de vue du garçon. Le savoir était une chose importante, et il était vrai que laisser partir une personne morte sans recueillir ce qu'elle savait était... fâcheux.

« Le savoir. Il faut être maître pour s'en servir à bon escient. », répondit-il dans un murmure à peine audible.

Le genin de Kumo ne s'arrêta pas là. Il se permit d'annoncer que ceux qui ont perdu quelqu'un s'intéresse aux morts. C'était également son cas. Il avait découvert la nécromancie lorsque, enfant, son seul ami s'était noyé. L'alchimie de la nécromancie était un art compliqué, il fallait être désespéré pour la maîtriser. C'était son point de vue. L'inconnu du groupe se remit à marcher, Shôran le suivit. Se mettant à réfléchir, son visage lui était familier. Après réflexion, il ne mit pas longtemps à mettre un nom sur le visage du garçon en sa compagnie.

« Tu es Hyakujū Shizume, n'est-ce pas ? Le marionnettiste. », annonça le nécromancien.

Shizume était le référent principal concernant les marionnettes. Il est vrai qu'il n'était que genin, de ce que savait le nécromancien, mais il maîtrisait bien son art. Shô sourit, avant d'ajouter rapidement.

« Enfin. Entre animer un cadavre et une marionnette, il y a bien plus qu'un pont. »

Il était sûr de lui. La nécromancie était un art particulier qui ne pouvait être comparé à un marionnettiste. Tout était différent entre ces deux pratiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mar 18 Juil 2017 - 17:54
Shizume braque en une fraction de seconde son corps en direction de son interlocuteur. Le regard pesant de l'aspirant scrute le visage du jeune homme face à lui. Il vient de – malheureusement – commettre une première erreur. A peine il vient de demander confirmation que l'index droit du Kugutsutsukai effleure les lèvres du fâcheux gamin. Le coup d'oeil du Hyakujū s'amplifie considérablement jusqu'à scruter l'adepte du club d'un regard noir. Un seul mouvement d'haut en bas du crâne répond à la question précédemment posée. Mais pourquoi cette réponse n'est pas suffisante ? Il questionne promptement – et une nouvelle fois – le marionnettiste. Quel désastre. Quel déplorable affront. Il s'enfonce. Il n'aime plus la vie et désire mourir ? Shizume déglutit.
« Écoute bien gueule d'ange. L'aspirant sourit. Si toi aussi t'es du genre à penser qu'un pantin n'est qu'un amas de bois... Il décuple son sourire. Tu il déplie son dos pour former un axe du tronc parfait. risques certainement le shinobi commence à faire volte-face. d'être déçu. Il tourne le dos à son interlocuteur. Puisque tu sembles être totalement innocent je vais... Il se moque un court instant. te faire une démonstration avec plaisir ! Dans l'instant il se retourne en ondulant sa paume droite. Imaginons à l'instant présent... Que je... Il dirige cette même paume vers la gorge de son interlocuteur. La pointe affûtée d'un kunai effleure tendrement la glotte du jeune homme. A l'aide de sa seconde main il agrippe fermement son col. T'égorge afin de récupérer ton corps. Lorsque ton coeur arrêtera de battre j'extrairai ton système circulatoire de chakra. Il marque une pause pour simuler un égorgement. J'implanterai ce système dans une marionnette préparée au préalable. Évidemment, ne me pose pas la question. Il zieute le sol à ses pieds. Ce pantin disposera de mécanismes nombreux confectionnés par mes soins. À partir de là, à partir de ce stade ton piteux cadavre reste inférieur à ma marionnette. Shizume rengaine son arme de jet. Et puis j'imagine que tu ne peux que contrôler des petits corps sans réel intérêt. Je te vois mal plier sous ta volonté la carcasse d'un shinobi légendaire... Et la différence... Le pont comme tu disais... Il affirme ses propres paroles grâce à des mouvements d'haut en bas avec son crâne. C'est que toi... Il fléchit ses genoux et tapote le sol. Tu es ici puis moi... Il déplie ses rotules puis dresse sa paume en l'air. Je suis ici. Affirme-t-il d'un ton ferme. Je peux contrôler n'importe quel corps. A puissance maximale évidemment. Toi ? J'en doute. Il termine ces paroles en murmurant légèrement. Cette discussion n'est pas terminée. Shizume déglutit une nouvelle fois – il semble avoir repris ses esprits – avant de reprendre : Contrairement à ce que tu penses les marionnettes disposent d'une âme. Si j'utilise un pantin à ton effigie il disposera d'une âme, tout comme toi. Il reprend la parole avec un ton totalement sérieux. Je le sais, tu ne me crois pas. Moi aussi je ne le croyais pas avant qu'un gamin me le fit découvrir. Une nouvelle fois le Hyakujū dépose son index droit sur les lèvres de son interlocuteur afin de l'empêcher de le couper. Il patiente une seconde. « Lorsque l'on met son coeur dans la création d'une marionnette l'âme du créateur vit aussi longtemps que celles de ses créations. Nous leur transmettons des sentiments en les manipulant. Et grâce à ça je – l'utilisateur du pantin – ressens une variété d'émotions. Ou plutôt... elle lui parle. » Ogosoka Shinki. Il patiente une nouvelle fois quelques secondes. L'index droit de Shizume informe l'interlocuteur qu'il ne doit toujours pas prendre la parole. Pour répondre à ta question : il y a une différence entre ta nécromancie et mon Hitokugutsu. J'utilise des fils de chakra et toi tu les manipules sans fils de chakra mais... le résultat reste le même. Le marionnettiste retire son index droit il a désormais terminé son speech. À l'affût des questions il observe continuellement son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Mer 19 Juil 2017 - 9:47
Le nécromancien ne cherchait guère à provoquer volontairement le marionnettiste, mais il était comme ça. Il n'avait clairement pas la langue dans sa poche, il aimait dire ce qu'il pensait. Qu'il ait raison. Ou tort. Le marionnettiste s'approcha dangereusement de Shôran, le menaçant avec un kunai. Ce dernier ne bougea pour autant pas le petit doigt, il ne ressentait aucune peur. Il savait pertinemment que le jeune garçon ne ferait rien à son encontre. Tout du moins pas de suite, puis le Kumojin n'était pas né de la dernière pluie. Malgré la courte distance qui les séparait, il savait quoi faire en cas d'attaque de l'autre villageois. Shizume déblatéra ses conneries. Car, pour Shôran, ce n'était que pure conneries. Il aurait pu nombre de fois répondre à cela, mais il lui en empêchait. Il préférait continuer son speech, alors le nécromancien décida de l'écouter. Il n'avait pas le choix. Ses sourcils se froncèrent, lorsque Shizume dénigra la nécromancie. Il ne connaissait pas les réelles capacités de Shôran, il ne savait pas ce dont il était capable.

Ainsi, il le laissa parler. Divaguer. Partir dans son trip. Pour finir dans son discours (tout en ayant expliqué que son pouvoir était supérieur au sien), il m'expliqua que la seul différence était que les marionnettes fonctionnaient par le biais de fils de chakra contrairement à la nécromancie. Shô lâcha un soupir, reculant de quelques pas pour lui laisser une certaine distance de sécurité.

« Je ne doute pas... de la puissance d'une marionnette. Mais, je tiens toujours à dire que les morts sont différents. Tu as, je pense, bien vite compris mes capacités. », répondit-il, avec un calme surprenant.

Une légère aura noire, semblable à du chakra d'une couleur bien différente du naturelle entoura le nécromancien. Il allait montrer des choses étonnantes. Lui faire comprendre ce qu'était un réel nécromancien.

« Je ne mentirai pas. La nécromancie est compliqué, je ne suis pas le meilleur. Mais, je peux plier à ma volonté tout les cadavres. Qu'importe qu'il ait été un simple villageois ou un shinobi légendaire comme tu me dis. Tant que mon souffle battra, tant que ma volonté vaincra, je plierai tout cadavre sous mes pieds. », annonça-t-il.

Le nécromancien leva sa main, paume vers le bas. Un premier squelette sortit du sol, mais ce n'était pas suffisant pour lui montrer l'étendue de ses capacités. Il était capable de bien mieux, le squelette changea rapidement de forme pour prendre l'apparence d'une homme âgé de la trentaine. Il était habillé en soldat, rien n'aurait pu montrer qu'il était mort.

« Je ne mentirai pas. Je ne doute pas du marionnettiste, mais mon pouvoir, avec entraînement, peut être supérieur à bien des choses. » Finalement, il fit disparaître le mort. Il posa son regard sur Shizume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Mer 19 Juil 2017 - 13:59
La discussion des deux shinobis prend actuellement un tournant intéressant : c'est l'une des premières confrontations entre adepte. Lorsque Shizume termine son speech déstructuré son interlocuteur recule de quelques pas. Ressentait-il une certaine intimidation dans les paroles – et surtout dans les actes – du marionnettiste ? Le Hyakujū plisse son regard aux premières réponses de son camarade. En l'espace de quelques minutes il vient de passer d'un stade où marionnettes riment avec nullité au stade du respect : il faut impérativement considérer la puissance d'un Kugutsutsukai au combat. Mais ce jeune à la veste noire ne se laisse pas pour autant submerger par ses émotions. Il a même décidé d'organiser un petit spectacle privé. Un rictus s'empare des lèvres de Shizume et une aura noire entoure d'un coup Shôran. En tant que parfait spectateur l'aspirant croise les bras. Totalement à l'écoute il jauge les paroles de son interlocuteur : Tant que mon souffle battra, tant que ma volonté vaincra, je plierai tout cadavre sous mes pieds. Dans cette phrase, à l'intérieur de ces paroles Shizume trouve un nouveau point commun entre l'art des deux adeptes. M'enfin, place à la démonstration.

Une boite crânienne apparaît, une colonne vertébrale la suit... une cage thoracique ? Avec des humérus et radius ? Oh, un fémur puis un tibia : un squelette émerge du sol. Voilà. Enfin. Les deux shinobis sont sur la même longueur d'onde. Une première transformation s'empare de l'amas d'os afin de changer son apparence ! Désormais enveloppé dans une armure cet être du néant ressemble à une personne totalement vivante... C'était captivant. Shôran en profite pour prendre une nouvelle fois la parole : mon pouvoir peut être supérieur à bien des choses. ...? Supérieur à bien des choses. Shizume incline légèrement sa tête.
« Maintenant que tu le dis, désormais que j'ai été spectateur de ton art. Il croise le regard du nécromancien. Tu t'accapares un cadavre grâce à ta volonté, comme tu viens de le dire. Tu veux que je te dise comment je fabrique mes marionnettes ? Il ne dit pas cela par hasard. Pour commencer je paralyse ma victime. Ensuite je m'assure qu'elle n'a pas subi trop de dommages et si c'est le cas je contrôle ses réactions et son obéissance. Lorsque je suis sûr de sa totale soumission j'y ajoute les armes de mon choix. C'est ainsi qu'un nouveau pantin entre dans ma collection de marionnette. Shizume espère que le jeune à la veste noire voit où il veut en venir. Nos deux arts partagent un aspect commun : celui de travailler notre future arme. Lorsque j'ai l'exaltation de combattre un gros gibier, lorsque j'ai l'excitation de plier à ma guise cette personne... Tu as l'envie de surpasser tes capacités avec de l'entraînement, tu as la satisfaction de manipuler la dépouille d'un shinobi de renom. Comme il aime si bien le faire il marque une pause flagrante. J'y reviens : nos arts partagent des intérêts communs. Nos capacités possèdent des similitudes. Cependant deux facteurs mesurent la grandeur de nos pouvoirs. La qualité des personnages et la quantité que l'on peut manipuler simultanément. Le ton de voix de Shizume est revenu à la normale depuis plusieurs minutes. Il parlait dans un calme absolu sans une seule once d'agressivité. Et désormais il attend patiemment le point de vue du nécromancien. Que pense-t-il de son art ? Comment définit-il la puissance de son art ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Jeu 20 Juil 2017 - 10:40
Shôran ne savait pas du tout qu'elles étaient les capacités maximales dans la nécromancie, il ne savait pas grand chose sur cette pratique et il apprenait clairement sur le tas. Où pouvait-il aller ? Avait-il une limite ? Pouvait-il sortir une armée de morts ? Petit à petit, les réponses venaient à lui. En tout cas, depuis son arrivée à Kumo, le garçon avait bien évolué dans cet art et dans bien d'autres. N'acceptant pas que Shizume dénigre légèrement la nécromancie, Shô décida de lui montrer un petit exemple. Ainsi, un squelette sortit du sol, entourant le nécromancien dans une légère aura noire, le squelette prit alors l'apparence d'un soldat d'une trentaine d'année avant qu'il ne le fasse disparaître. Clairement, le nécromancien devait également comprendre d'où provenait cette aura noire. Enfin, les explications ne tarderaient pas venir mais le kumojin espérait rencontrer d'autres nécromanciens. Au village caché des Nuages ou ailleurs...

Le marionnettiste lui donna des explications sur son art. Shôran se montra intéressé, il y avait quelques similitudes entre les deux spécificités. Il comprenait ainsi que Shizume parvenait à créer et contrôler ses pantins en les pliant à sa volonté, sa guise. Il nomma deux points qui définissaient leurs pouvoirs : la qualité et la quantité. Le shinobi déposa son regard gris sur Shizume, qui était redevenu un peu plus calme. Il hocha doucement la tête, mesurant l'étendue de leurs capacités respectives.

« Pour être honnête... Je ne connais pas encore l'étendue de mon pouvoir. Je ne sais pas jusqu'où je peux aller, d'où ma présence à Kumo. J'ai le besoin d'en savoir plus et Kumo est l'endroit parfait pour cela. Tu dois tout connaître sur ton art contrairement à moi. Ce que je sais, c'est que je peux plier n'importe qui sous ma volonté tant que je m'entraîne... L'inconnu qu'il reste dans mon équation est la quantité que je peux faire apparaître. », déclara-t-il à la fois calmement et passionné par son pouvoir.

Shizume semblait être une personne intéressante, qui pouvait l'aider dans ce qu'il recherchait. Les deux protagonistes pouvaient clairement se comprendre. Shôran lança un regard aux alentours, il faisait nuit noire désormais et il se doutait que les rues principales commençaient à se vider. Toujours calmement, il ajouta.

« La nécromancie est un art qui n'est pas... quantifiable ou qualifiable. C'est assez compliqué, je pense que même des experts dans cet art sont dubitatifs sur la question. »

Il posa son regard sur Shizume, content de la tournure que prenait cette discussion. Allait-il seulement l'éviter ? ou plutôt l'aider dans ces démarches ? Quel genre de personne était le marionnettiste ? L'entraide était important au sein d'un village militaire. Patiemment, il attendait les réponses qu'allaient lui apporter Shizume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 20 Juil 2017 - 14:09
Shizume plisse son regard. À l'écoute de la réponse de son interlocuteur le Hyakujū y retrouve son histoire. Je ne sais pas jusqu'où je peux aller. Le marionnettiste se trouve également dans cette impasse. J'ai besoin d'en savoir plus et Kumo est l'endroit parfait pour cela. Il espère également trouver des réponses dans les nombreuses archives du village. Tu dois tout connaître sur ton ar contrairement à moi. Il suspend ses activités cérébrales pour prendre la parole.
« Je ne connais qu'une infime portion des techniques de marionnettes. Mais ce fragment de savoir représente la totalité des connaissances d'une personne totalement aveugle qui ne désire pas apporter sa pierre à l'édifice, apporter son savoir à son arcane. Le doute n'est plus présent. En réalité nous sommes au même niveau. Annonce-t-il à Shôran. Le jeune aux cheveux noirs ajoute une interrogation que Shizume va conclure très rapidement. Tant qu'il y aura des morts sous terre tu pourras les manipuler. Tu n'as en aucun cas besoin d'une quelconque préparation pour les manipuler contrairement à moi. Quoi qu'il arrive je dispose d'un plafond qui limite totalement la quantité. Enfin je pense pouvoir affirmer que ta limite est défini sur le nombre de cadavres qui jonchent les champs de batailles.
Les deux aspirants ninjas recherchent de l'aide pour comprendre les piliers fondamentaux du potentiel qui sommeille au plus profond de leurs âmes. Shizume prend l'initiative.
J'ai besoin de services et tu sollicites de l'aide. Je connais une personne qui serait prête à t'aider et je le suis également. Mais en échange... Le Hyakujū esquisse un fin sourire. Lui aussi a besoin d'un élément crucial pour continuer ses recherches. Tu es capable d'émerger des cadavres du sol... Comment le nécromancien va réagir ? J'en... J'en ai besoin pour m'exercer. Shizume s'attarde sur les mimiques de son interlocuteur. Va-t-il le balancer ? L'aider ? Immédiatement il tente de faire pencher le jeune aux cheveux noirs de son côté. Comme tu le dis nous sommes à Kumo. Je ne peux pas me permettre d'utiliser comme cobaye des bambins qui ont toute la vie devant eux... Il ne peut plus argumenter... Inutile de déblatérer de fausses paroles pendant plusieurs minutes. La réponse de Shôran forgera de manière irréversible le futur de Shizume. En soit on peut affirmer que sa destinée se joue ici et maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Jeu 20 Juil 2017 - 14:54
A leurs premiers échanges, Shôran n'aurait pas pensé à apprécier le marionnettiste. Sur ses premières paroles, le garçon semblait sur de lui, prétentieux et arrogant. Pourtant, plus la discussion avançait, plus le nécromancien appréciait Shizume. C'était un personnage intéressant, le garçon pouvait profiter de lui tout comme l'inverse. Le garçon expliqua alors qu'il ne connaissait que peu de choses quant à son art, tout comme Shô, ils étaient donc clairement au même niveau. Le kumojin pensait alors à évoluer avec lui, apprendre plus sur leurs capacités ensemble. C'était plus instructif de se baser sur les avis des autres. Shô était venu au village surtout pour en apprendre plus et également pour l'entraide.

Shizume me proposa son aide, ainsi que celle d'une autre personne qui restait inconnu au garçon. Il le saurait bien assez tôt. En échange, Shizume demandait quelque chose. Quelque chose qui était totalement à la portée du nécromancien. Il commença à parler des cadavres que Shô était capable de faire sortir du sol, et qu'il en avait besoin. Shô arqua un sourcil, ne comprenant pas où il voulait en venir. Il voulait clairement s'exercer, mais il ne pouvait utiliser des vivants du village. C'était déplacé.

« Tu es sûr que des cobayes morts feraient l'affaire ? Ne te faut-il pas un système chakkratique ? Enfin, à vrai dire, je n'ai jamais disséqué les morts que j'appelais. Je ne sais guère comment leur corps fonctionnent. », commença-t-il à répondre.

Et, c'était parfaitement vrai. En fait, il n'avait jamais invoqué des shinobis qui aujourd'hui était décédé. Pouvait-il utiliser leur techniques ? Leur force, leur puissance ? Tant de questions que Shôran aujourd'hui ne possédait pas.

« J'accepte de t'aider. Je veux réellement qu'on puisse aller au maximum de nos force. Pour nous, tout d'abord, mais aussi pour le village. Plus on se fera forts et au maximum de nos capacités, plus le village sera en sécurité. », finit-il par répondre.

Le nécromancien décrocha un sourire, il était bien content de s'être trouver un allié dans tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Jeu 20 Juil 2017 - 22:01
La réponse positive de la part du nécromancien satisfait au plus haut point Shizume. Ah, plus le village sera en sécurité ? L'espace d'un instant il réfléchit. Indirectement il me dit qu'en ne maîtrisant pas nos capacités le village est en danger ? Intéressant. Je ne sais pas s'il plaisante mais je me demande s'il a confiance en lui pour éviter ces bavures. Place à la réponse du Hyakujū.
« J'en suis même certain. Des cadavres feront parfaitement l'affaire à l'unique condition que l'enveloppe charnelle soit intacte. Je n'ai pas besoin d'utiliser la circulation du chakra... pour l'instant. Il esquisse un sourire. Je suis réellement content que nous nous entraidons pour progresser. Nous pourrons nous remettre quotidiennement en question pour avancer sans basculer dans la voie du chaos. Et puis comme tu le dis. Lorsque nous serons maîtres de nos capacités il n'y aura aucun dommage collatéral. La satisfaction est largement visible sur le faciès du marionnettiste.
Après sa réponse le shinobi glisse ses deux paumes dans le bas de son dos. Il agrippe deux parchemins d'une petite taille qu'il extirpe d'une petite ceinture en cuir. Excuse-moi de forcer la demande mais sans sujet d'expérience je suis dans l'impossibilité d'exercer. Je sais que c'est... osé de demander ça mais... j'en est... réellement besoin... Une certaine gêne est retraçable dans les paroles du Hyakujū, ce n'est pas commun de demander cela. Le shinobi s'accroupit pour dérouler les deux parchemins à même le sol. Deux sceaux basiques figurent au centre des pages blanches. Je ne vais me promener avec des corps sur moi, la meilleure solution reste de les sceller. Pour ce faire j'utiliserai la technique du Fūnyū no Jutsu qui consiste à sceller des organismes vivants ou divers objets dans un parchemin. Avant même d'avoir terminé Shizume formule plusieurs signes caractéristiques du domaine des Sceaux. Dépose les cadavres sur le centre des sceaux. Le marionnettiste prend cette initiative sans réellement penser aux conséquences si un villageois les voit. D'un autre côté il n'est pas inquiet car cette ruelle adjacente au quartier général du groupe occulte est volontairement éloignée des activités journalières des citoyens. En plus de cela il fait nuit sombre. Pour quelles raisons un parfait inconnu espionnerait deux shinobis à cette heure-ci ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Ven 21 Juil 2017 - 9:42
Shôran était ravi de pouvoir aider le marionnettiste, il semblait avoir lui aussi besoin d'aide. L'entraide était important pour Shô, Il lui fallait des cadavres ayant l'enveloppe charnelle intacte, c'était clairement à sa portée. C'était clair et net que leurs entraînements profiteraient à eux comme à Kumo. Eviter de faire peur à la population, ou bien d'autres choses. C'était intéressant, tout cela. Shizume sortit de son dos deux parchemins, le nécromancien le regarda. Il ne comprenait pas directement ce qu'il voulait, mais la réponse arriva bien vite.

Le marionnettiste s'agenouilla, ouvrit les deux parchemins. Sur les deux parchemins, au centre, était apposé un sceau. Le kumojin comprit qu'il s'agit d'une technique des Sceaux, il n'avait jamais été expert là-dedans mais il en connaissait les bases. Shizume voulait les morts de suite, il ne souhaitait pas attendre. Enfin, la technique de Sceau était pas mal. Il fallait éviter de se promener avec deux morts à ses côtés, donc sceller ces deux-là était une bonne idée.

« D'accord. Attends. », lâcha-t-il, en commençant à se concentrer.

Il se prépara, commença quelques mudras et l'aura noire l'entoura à nouveau. Cette fois-ci, ce ne fut pas un cadavre mais deux qui apparurent. Instantanément, avec une enveloppe charnelle parfaitement lambda. Mentalement, le nécromancien donna des ordres. Chaque cadavre se place sur le centre des sceaux. Maintenant, c'était à Shizume de les sceller. Le jeune shinobi regardait les alentours en jetant quelques coups d’œils. Il ne fallait pas se faire remarquer.

« Et bien... Il est temps de rentrer, je pense. », déclara-t-il, en ayant vu l'heure et sachant que ses parents ne seraient pas trop en accord à l'idée qu'il traîne la nuit. Il était majeur et vacciné, mais habitait toujours chez papa et maman.



(Je te laisse clôturer, à moins que tu aies une autre idée pour continuer le sujet )

_________________
the death
It matters not how strait the gate. How charged with punishments the scroll. I am the master of my fate. I am the captain of my soul. © by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t525-aami-shoran-god-of-war-termine http://www.ascentofshinobi.com/t1719-equipe-05-supaku-kumo#10668 http://www.ascentofshinobi.com/t566-aami-shoran-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u344

Ven 21 Juil 2017 - 13:13
La réponse immédiate satisfait le marionnettiste vu que les desseins qu'il prévoit se réalisent un à un. Une nouvelle fois spectateur des capacités du nécromancien Shizume est à l'affût total du moindre détail. Des signes puis une aura noire. Comme demandé par le Hyakujū les cadavres se meuvent pour se positionner sur les sceaux. Aucun mouvement effectué, aucune série de signes... Comment est-ce qu'il les contrôle ? L'aspirant ninja finalise les mudras liés à l'élément des sceaux : les deux cadavres disparaissent dans un petit nuage de fumée blanche. Après l'opération terminée Shôran désire rentrer chez lui. Il va devoir patienter encore quelques secondes le temps des salutations et remerciements.

« Premièrement, je te remercie pour les corps. Shizume referme hâtivement les parchemins. Sinon j'affirme, traîner la nuit est très mal vu pour deux aspirants shinobis. Le marionnettiste range les deux ouvrages dans une petite sacoche en cuir accrochée au bas de son dos. Et deuxièmement, si tu as besoin d'une quelconque aide tu me retrouveras aisément à la bibliothèque. Alors que le kugutsutsukai se redresse et s'apprête à partir, il ajoute une dernière phrase avec une voix calme. J'aimerai aussi que tu ne parles de cette conversation à personne. Actuellement il ne rigole pas au contraire, il pèse les mots pour se faire parfaitement comprendre. J'espère que je peux avoir confiance en ta parole donnée. Cette dernière phrase s'évapore dans les ruelles sombres. Sans même attendre les réponses – ce ne sont pas des questions, mais des affirmations – du nécromancien Shizume entame une marche en direction de son foyer. J'espère que je peux avoir confiance en ta parole donnée. Lorsqu'il tourne le dos à Shôran et après l'avoir distancé de quelques mètres l'aspirant ninja se murmure une phrase en guise d'avertissement. Tu continus avec moi, tu le dis. Si c’est non, tu avances ton pion. Le chuchotement à peine audible prend – après une légère réflexion – tout son sens.

Voilà comment la première étape du plan de Shizume s'était déroulée : un flagrant succès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Morbide est la rencontre (Shizume)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: