Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Un petit pas pour... [M. Raizen]


Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Ven 1 Fév 2019 - 6:04



Ta quête était des plus simples : trouver un endroit où te reposer. Et trouver ce genre d’endroit dans une ville que tu ne connaissais pas te semblait très difficile. T’étais sûre de passer autant de temps à chercher que te reposer aujourd’hui. Pas qu’il n’y avait pas d’auberges ou de truc comme ça, mais tu vois quelque chose de calme, tranquille et surtout : pas trop cher. Les Hayashijin avaient beau être un peuple autonome vivant quasiment reclus, ça ne les empêchait pas non plus de faire du business et d’avoir besoin d’argent comme à peu près tout le monde dans ce monde…

Et tu avais ben retenu la leçon : ne plus arnaquer les gens à l’aide de Gyomo. Au moins ici ! Pour donner une bonne apparence de Kumo. Pourtant ici personne ne te connaissait… Il aurait été si simple de… non tu devais chasser cette idée de ton esprit, absolument. Heureusement la vie qui animait la cité et les nouvelles choses que tu voyais avaient eu vite fait de replacer cette envie, et de te la faire oublier. Tu marchais, marchais un moment dans les grandes rues avec l’impression de tourner en rond. Et c’était sûrement le cas puisque tu finis par tomber sur quelqu’un que tu connaissais.

Le Meikyû. Sur les centaines de personnes qui formaient la foule, entres les vendeurs et autres Hayashijin, de combien étaient les chances que tu tombes sur lui aussi tôt après que votre eut obtenu ses quartiers libres ? Tu ne devais vraiment pas être chanceuse dans le fond. Ou alors c’était le karma qui rattrapait la chance que tu avais eu que Sazuka t’assigne à cette mission. Et la chance de pouvoir la cotoyer quotidiennement alors que vous étiez dans un pays étranger. Bon, comme tu le connaissais un peu que vous alliez former une équipe à votre retour d’Hayashi, tu ne pouvais pas faire mine de ne pas le reconnaître, ni même de l’ignorer…

Tu t’approchas donc, venant à sa rencontre avec ton habituelle nonchalance, Gyomo toujours fermement enroulé autour de ton buste, en bandoulière.

« Ah, vous êtes là vous ? Comment ça se fait ? Vous avez pas des choses importantes à faire ? »

Et si cette fois ci il te demandait de montrer ton cat, bien tu ne le ferais pas.


_________________
Un petit pas pour... [M. Raizen] Aznu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Sam 2 Fév 2019 - 6:06

Découvrant peu à peu la ville, le Meikyû s’empreignait d’une culture totalement différente de celle de Kumo. En fait le tout lui faisait penser énormément à Kaze, dans un climat différent et avec beaucoup plus de liberté. Ayant été affecté par les grandes familles et le premier cercle, Kaze était forcément marqué par de nombreux gourous de la liberté, ce qui ne semblait pas être le cas à Hayashi. Il régnait un environnement paisible et simplement naturel. Leur routine était forcément différente de celle de bien des villages. Que ce soit Iwa ou Kumo, le Meikyû voyait aisément le contraste qu’il y avait entre leurs différents modes de vie.

Légèrement amusé par ses découvertes, il prenait aussi le temps de discuter à certaines personnes. Bien souvent sceptiques, plusieurs se contentaient d’arquer leur sourcil, répondant par de brèves et courtes paroles tandis que d’autres étaient plus bavards. Le tout lui permettait aussi d’avoir une idée de ce que les gens pensaient des Kumojins tout en comprenant leur perception.

Dans un contexte où ils allaient devoir mener des négociations, toutes les informations étaient bienvenues, d’où le fait qu’il faisait un tel exercice de reconnaissance. N’ayant été conseillé par personne, c’était plutôt un réflexe assez naturel qui était grandement lié à sa personnalité.

Or, parmi tous les gens qu’il pensait voir, il n’aurait jamais cru que la personne à lui parler de la manière la plus sèche serait une Kumojin. Plus important, ce n’était pas n’importe quelle Kumojin, c’était Umeka, bientôt membre de son équipe.

Retenant un léger rire, il observa la jeune femme de manière assez calme. Il appréciait la manière franche dont elle s’exprimait. Coupant tout de suite vers le sujet principal qu’elle voulait aborder, elle ne tournait aucunement autour du pot. Malgré tout, elle continuait à s’adresser à lui, comme un enfant qui appelait ses parents par leur prénom, de manière beaucoup trop respectueuse. En réalité, ce n’était pas forcément grave, mais ceci démontrait clairement qu’elle créait une distance avec le Meikyû, chose qu’elle ne reproduisait pas forcément avec Akina.

-Très bonne question, mais figure toi que comprendre le village et l’apprivoiser est important pour pouvoir établir une relation de partenariat. Sinon, ce serait comme prétendre vouloir t’aider et briser la barrière entre nous, sans forcément tenter de comprendre qui tu es, quels sont tes objectifs et pourquoi tu agis de certaine manière comme quand tu me vouvoies par exemple.

Souriant, le Meikyû avait possiblement été légèrement trop précis dans sa réponse. Pourtant, c’était un exemple pertinent et cohérent. Or, le tout pouvait paraître ‘’hostile’’ chose qu’il tenta de réduire au maximum.

-Je parle souvent pour ne rien dire, même si ça a parfois du sens, mais bon, tu comprends ce que je veux dire.

Lui souriant en haussant les épaules, le Meikyû effectua un bref geste afin de demander deux thés plutôt qu’un. Devant lui se trouvait un simple commerce dans lequel divers thés à base d’herbes différentes étaient au menu.

-Sinon toi, qu’est qui t’amènes à Hayashi ?

Lui tendant lentement la seconde boisson, il ramena la première à ses lèvres avant de la siroter tranquillement afin de voir à quel point il devait attendre avant de consommer le tout. C’était chaud, très chaud.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Lun 4 Fév 2019 - 5:20



Ah oui le fameux blabla qui voulait rien dire, Sazuka t’en avait parlé dans la journée alors que vous vous baladiez en dehors de la cité. Une poignée d’heures qui furent mises à très bon escient. Tu avais vu de belles fleurs, des animaux surprenants et appris quelques informations quant au passé de Sazuka qui t’intéressait… Beaucoup. Ses origines… t’intriguaient et elle semblait déjà avoir pris les devants. Ce qui te rendait plutôt de bon humeur, enfin, en la présence de l’Ikeda. Pas du Meikyu.

« Bah, c’est votre boulot de faire ça de toute façon, moi, j’suis que Chuunin. Le seul truc que je dois faire, c’est de pas arnaquer les Hayashijin et les aider si besoin. »

En haussant les épaules et avec une désinvolture totale tu venais d’éclairer la première lanterne du juunin ! Mais bien sûr t’allais pas t’arrêter ici, en si bon chemin.

« Boooh vous inquiétez pas Raizen, le vouvoiement est une marque de respect il paraît. »

Affirmais-tu avec un clin d’œil qui n’était pas du tout complice. C’était bizarre à quel point cette personne… t’oppressait. Oué vraiment très étrange. Pourtant il avait l’air de vouloir être sympa, mais ça n’y faisait rien.

« Je suis ici parce qu’on m’a assigné à cette mission. »

Ce qui était vrai. La directrice avait fait en sorte que tu y participes parce que tu aimais bien voir de nouveaux paysages, ni plus ni moins et sans que tu ais à demander quoi que ce soit, ce qui t’avait rendu, lors de l’annonce, très joyeuse. Ou alors était-ce de revoir la brune après une si longue absence de Kumo ? Tu n’en avais biensur aucune idée, mais l’un ou l’autre ça t’allait bien.

« Si non à part voir les paysages de ce pays… c’est un endroit un peu comme un autre non ? »

Tu savais qu’Hayashi représentait certains espoirs pour la directrice du complexe, et t’allais rien faire pour saboter le plan, contrairement à une certaine Metaru qui par son étourderie avait déjà mis une fois en péril l’expédition… Par chance elle était tombée sur péquenaud du coin, mais si ça avait été un de ses prisonniers venus de Wasure, ou pire encore ? L’homme au chapeau –même si on pouvait bien se demander ce qu’il fouterait dans une forêt…- ça aurait été une autre histoire, moins amusante…


_________________
Un petit pas pour... [M. Raizen] Aznu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Lun 4 Fév 2019 - 7:03

Étirant un léger sourire en observant Umeka, Raizen ne pouvait s’empêcher de ressentir un léger pincement au cœur. Il se sentait comme en présence d’un poupon, ne sachant pas réellement quoi faire pour pouvoir s’assurer une fluidité limpide entre eux. Étant généralement bon pour cerner les gens et en découvrir davantage sur eux sans forcément faire d’effort, il devait admettre qu’elle représentait un mystère. Étant en tout point un casse-tête intéressant par son imprévisibilité, il se contenta de prendre une brève respiration.

Reposant de nouveau ses iris sur celle-ci, il passa sa main de manière assez nonchalante dans sa propre chevelure. Cette situation le tracassait et il avait du mal à réfléchir.

-Si seulement le respect était quelque chose de si simple.

Soupirant légèrement, il eut toutefois un léger sourire. Le fait de ne pas mériter son respect n’était pas une mauvaise chose. Au contraire, il comprenait son comportement ou plutôt, il l’acceptait. Il eut d’ailleurs une légère vision de sa rencontre avec les Daimyos, moment durant lequel il les avait respectivement recadrés alors qu’il n’était qu’un simple chunin... C’était une preuve comme une autre que Raizen avait compris tout le poids de ce clin d’œil et qu’il trouvait légitime la perception qu’elle avait de lui. Du moins, ce qu’il pensait être sa perception de lui.

-J’aimerais te dire que je suis en accord avec toi, mais ce n’est pas le cas.

Changeant soudainement la tournure de la discussion, ses iris se noyèrent dans ses pensées avant qu’il les replonge dans les saphirs de la chunin.

-Hayashi peut très bien donner cette impression, mais au plus profond de moi, je sais qu’il y a des choses qui s’y cachent.

Raclant sa gorge, il se souvenait la rencontre qu’ils avaient eue en suivant le brouillard.

-La première fois que nous sommes venus, Sazuka et moi avons pu voir les prémisses de quelques mystères qui valent la peine d’être élucidés ou du moins, sur lesquels nous pensons qu’il y a certains éléments cachés. Un de ses exemples est le fameux brouillard qui a mis en limbo mon clone en dévoilant qu’une brève silhouette.

Cette fois-ci, il ne put s’empêcher un léger sourire tandis qu’il ressentait une vive adrénaline à l’idée de découvrir ce qui y était caché.

-La dernière fois que j’ai eu cette impression, c’était à Kaze et j’ai fini par apprendre que le premier cercle enfermait une créature divine et qu’ils avaient menti à tout le peuple.

Haussant les épaules après avoir baissé le ton pour prononcer ses récentes paroles, il nuança la pertinence des propos qu’il venait de prononcer. Y apportant ainsi une légèreté malgré leur importance, il préféra mettre l’accent sur sa prochaine question :

-Est-ce que ça rend l’endroit plus intéressant ou est-ce que tu comptes m’arnaquer en prétendant le contraire ?

L’interrogeant, il lui retourna son clin d’œil, mais cette fois-ci, il n’y avait que de bonnes intentions et taquineries. Après tout, il espérait sincèrement qu’elle n’avait pas accepté la mission que parce qu’elle était obligatoire.

-Arnaquer les Hayashijins est déconseiller, mais rien n’a été mentionné sur les Kumojins d’ailleurs

Même, il trouverait cela très intelligent d’où son sourire.

-Dans tous les cas, si ça t'intéresse, j'en glisserais quelques mots à Sazuka. Je comptais lui proposer de reprendre cette enquête après la visite au Daimyo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Mer 6 Fév 2019 - 2:26



Toujours autant de parlote, cela te déconcertait fortement. Il avait de la chance encore une fois que tu lâchais pas le fil de ses mots pour te consacrer à quelque chose de plus… Enfin, à l’écouter tu apprenais deux ou trois choses qui sortaient un peu de l’ordinaire mais que tu savais, en partie, déjà. La brume, Kaze… Tout ça… Puis tu rigolas légèrement lorsqu’il te parla de tes « arnaques ». C’était très bizarre… Mais comme il n’était probablement aussi crédule que les autres… tu ne t’y risquerais même pas !

« Bah… Sazuka nous a expliqué l’autre jour l’histoire de la brume. Et Kaze… beeeh… Tout le monde connaît le récit de vos exploits. »

Tu haussais ainsi les épaules, particulièrement fière de ta remarque et surtout d’énoncer les quelques évidences que mettait en avant le Meikyu.

« M’enfin y a des choses qui se cachent partout… J’veux dire, sous la pierre là bas… y a peut-être quelque chose. »

Fis-tu mine en pointant le cailloux un peu plus loin. Bon t’étais pas aussi stupide que ça non plus, tu savais bien que le Meikyu parlait d’autre chose. Mais ton exemple voulait surtout dire que des trucs se cachaient un peu partout au final. Même dans ton pays natal sur ta petite ile tranquille. Enfin, pas si sûr… T’en avais fait le tour et à part du sable blanc et des eaux azurées… y avait définitivement pas grand-chose !

« Mais non je vais arnaquer personne, autant ici qu’ailleurs et qui que ce soit, la Raïkage m’a déjà mise en garde… alors… »

Un sourire crispé s’était dessiné sur tes lèvres, qui n’en aurait pas un à l’idée que cette bonne petite femme se mette sur son dos… Tu devais bien admettre que la blonda…. Raïkage te faisait flipper et encore plus depuis que ton nom était dans le carnet d’adresse de l’Ikeda. Façon de parler.

« On verra bien… J’sais pas, les paysages suffisent à me réjouir alors découvrir des choses… sauf si ça peut me rapporter de la notoriété pour devenir Kagai… »

C’était tout à fait pensive que tu concluais ta phrase.



_________________
Un petit pas pour... [M. Raizen] Aznu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Mer 6 Fév 2019 - 2:53

La simple mention du mot exploit fut suffisante pour que le Meikyû soit légèrement indisposé. Il détestait réellement quand on faisait mention au tout. Si on veut, il savait pertinemment que c’était utile d’être vu pour avoir fait de bonnes et de grandes choses. Toutefois, c’était le genre de propos qu’ils s’attendaient des gens ne le connaissant pas du tout. Autrement, les gens avaient tôt fait de passer outre ses quelques événements qui meublaient son passé. Après tout, au-delà de son titre de Héros de Kaze et du fait qu’il avait gagné le tournoi, se cachait ce qu’il aimait le plus, sa personnalité.

Or, il n’en fit rien, se contentant simplement de plisser le front et de soupirer sous cette appellation. Ce n’était pas la première fois qu’elle faisait cela. Le faisait-elle exprès ? Dans tous les cas, il s’attarda à ce qu’elle disait et fut surpris de constater qu’elle était assez drôle ? En effet, derrière ce personnage sérieux se cachait une personnalité comique malgré elle. En effet, Umeka était détendue, ne se prenant pas du tout la tête. Soudainement, il eut une légère impression de déjà vu. La dernière fois qu’il avait vécu quelque chose de similaire, c’était avec Kaede. La jeune Aburame l’avait appris à être un peu plus détendu, moins compliqué et plus lui-même. Malgré tout, les deux énergumènes restaient totalement différents. Si on veut, Umeka était beaucoup moins expressive et beaucoup plus mature que Kaede. Du moins, jusqu’à preuve du contraire.

-Reiko hein... Je dois avouer que notre relation n’a pas toujours été cordiale, mais je ne suis pas surpris d’entendre cela. Si on veut, notre dirigeante est...

Portant soudainement son regard sur le côté, il préféra dévier de sujet, se contentant pour la première fois d’une phrase assez courte. Quelque chose de plus intéressant et de plus important était à l’ordre du jour.

-Tant mieux pour les voyages. Le tout risque d’être à l’ordre du jour. Donc tu auras le temps de voir une tonne de paysage puisque ça forge le caractère.

Pas qu’elle en manquait hein, loin de là. Elle était juste d’une simplicité intéressante. Étant aux antipodes de sa personnalité, elle allait droit au but tandis qu’il passait par 36 000 chemins pour voir toutes les variantes d’une même chose. Comme dit, il y avait de la beauté dans la complexité, mais aussi dans la simplicité.

-Par contre, cessons de parler de mes exploits. Explique-moi ce qu’est devenir un Kagai pour toi...

Faisant d’une pierre deux coups, il en profitait pour ajouter des guillemets avec ses doigts pour banaliser la mention de « ses exploits ». Concentrant ainsi son attention sur elle et ce qu’il voulait découvrir, il était curieux de savoir ce qu’était un Kagai. Il en avait vaguement entendu parler, mais sa connaissance du sujet était aussi floue. Or, le plus important était que pour une fois, elle venait de manifester un certain signe d’ouverture. C’était ainsi une opportunité pour le Meikyû d’en savoir davantage sur elle, chance qu’il n’allait pas laisser disparaître. L’apprentissage s’arrêtait là où la connaissance s’arrêtait et si elle faisait cet effort de lui tendre la main, il saurait possiblement faire quoi faire, à moins que ce soit une farce.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Mer 6 Fév 2019 - 3:42



T’observes et t’écoutes le Meikyu qui semblait avoir enfin quelque chose d’intéressant à dire, sur la Raikage. Cette fille effrayante plus jeune que toi et qui était Kage et qui en plus entretenait aussi une relation avec Sazuka. Alors en savoir plus sur elle… forcément… ça te captivait. Mais alors qu’il avait capté ton attention, il changea de sujet. MAIS POURQUOI ?! T’écriais-tu dans ton crâne. Tu te mordis l’intérieur de la joue pour ne pas sortir de ton calme. Un léger rictus au bord de la lèvre laissait voir ton énervement. Mais ce n’était du coup que par respect pour son grade que tu ne te lâchais pas…

Et pour le coup tu t’en foutais pas mal de ses histoire de paysage et de caractère… Bien que… pas tout à fait, ça sonnait bizarre à tes oreilles.

« J’ai pas besoin de paysages pour me forger mon caractère ! »

T’exclamais-tu brusquement en l’observait d’un air mauvais en plissant les yeux. Tout ça parce que tu aimes les paysages il croit que tu seras… plus… Plus quoi d’ailleurs ? T’en savais rien. Voilà pourquoi tu n’aimais pas trop parler aux gens en général… Ils ne racontaient souvent que des bêtises, des trucs que tu trouvais futiles au possible. Ton caractère… Pourquoi parlait-il de forger le caractère ? Le tien ne se voyait pas assez ?

« Chez moi, c’est plat. Mais gende très très plat ! La terre est plate, et l’eau aussi bien sûr ! Je suis venue à Kaminari pour voir des montagnes, et à Hayashi pour voir des forêts. Vous croyez vraiment que j’ai attendu ça pour mon caractère ? »

Continuais-tu sur ta lancée en décomptant tout ça sur tes doigts, avec une certaine véhémence en fixant le ninja. Comment voulait-il que tu lui expliques ce que c’était un Kagai après toutes ces inepties, ou que tu considérais comme ça en tout cas. Au moins lui n’avait le culot de prétendre connaître ton clan comme l’autre Sendai là. Faire genre de savoir d’où tu venais, ce que qu’étais ton clan et tout ce qui l’entourait en plus de se tromper sur toutes la ligne… C’était le pire.

Enfin, après quelques secondes et une grande inspiration tu te décidais à répondre. Parce que dans le fond qu’on s’intéresse à ton clan et surtout ce qu’était un Kagai participait à ce que tu en deviennes un, un jour. Plus de gens te connaissaient, et plus tu serais connue ! CQFD !

« Les Kagai représentent l’ultime accomplissement des personnes de mon clan ! C’est notre but à tous. »

Expliquas-tu très rapidement, il n’y avait dans le fond pas grand-chose à dire, ça te semblait tellement évident !



_________________
Un petit pas pour... [M. Raizen] Aznu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Mer 6 Fév 2019 - 4:09

Pour la première fois, il avait réussi à bel et bien suscité une réaction chez ce fameux personnage comique. Or, de nature plutôt calme et désintéressée, celle-ci s’enflamma d’un seul coup. Comme une explosion provoquant une multitude d’autres explosions en conséquence, elle entama sa montée en parlant de son caractère. Sur le coup, Raizen se contenta de hausser les sourcils, tentant de comprendre ce qui venait de se passer.

Si on veut, ce n’était pas forcément quelque chose dont il était totalement surpris. Après tout, la vérité était qu’il était totalement en accord. Elle avait tout sauf besoin de voir des paysages pour forger son caractère. Ça pour être forgé, son caractère était même trempé dans le métal metaru. Se pouvait-il qu’elle était la réincarnation d’un ancien metaru?

Bref, ce n’était pas grave. Le Meikyû se retenait même un léger sourire en coin. Or, il préférait continuer de l’écouter parler et raconter à quel point tout était plat chez elle. Sur le coup, il ne put s’empêcher de lever lentement les yeux. Le gamin en lui aurait fort probablement fait une blague assez pertinente sur sa poitrine. Que ce soit la vérité ou pas, elle aurait été très bien placée, mais il n’était pas immature. Malgré tout, elle venait de lui tendre une perche probablement plus longue que la distance entre Kumo et Hayashi.

-Détends-toi, ça ne sert à rien de s’emporter. Dire que le voyage forge le caractère est une illustration comme quoi on apprend beaucoup sur tout ce qui trouve autour de nous quand on voyage, mais parfois on découvre aussi des choses sur nous-mêmes.

Soupirant, il trouvait tout de même cela assez mignon. La voir s’emporter à ce point était un signe de vie, chose qu’il appréciait forcément. Il daigna même lui offrir un léger sourire, rassuré de voir de la couleur pigmenter ses iris pourtant glaciaux aux premiers abords. Quel avait été l’élément déclencheur qui avait mené à sa frustration ? Était-ce le fait de ne pas lui avoir donné d’information sur Reiko? Ne pouvant réellement connecter toutes les pièces du casse-tête, il se contenta de poursuivre :

-Comme dit, ton caractère me semble déjà bien forgé,trempé et me semble loin d'être plat mais la vérité est que je préfère ne pas m’avancer sur cela puisque je ne te connais pas assez. Ensuite, ce n'est pas parce que tu es plate que ta personnalité l'est aussi hein...

Faisant son possible pour ne pas parler de platitude et baisser le regard, il poursuivit sur une autre partie assez importante :

-Et je pense aussi qu’il risque d’évoluer.

Grandir dans un moule restreint qui ne permettait pas d’évolution quelconque était tout sauf une bonne chose. Il espérait d’ailleurs qu’elle ne soit pas rigide dans sa vision et sa perception d’elle-même. Autrement, il aurait du travail à faire sur cela.

-Mais autant ma parabole semblait évidente, mais ne l’était pas pour toi, autant l’ultime accomplissement que représente devenir un Kagai est tout aussi flou et confus pour moi, donc éclaire ma lanterne.

Lui disant ouvertement ce qu’il pensait, il ne passait pas par quatre chemins, fonçant directement dans le chemin. Répondant de manière à attaquer directement la légère hausse de ton, il faisait le tout d’un calme qui témoignait du fait qu’elle ne l’insécurisait aucunement.

-Que représente cet ultime accomplissement pour toi ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Mer 6 Fév 2019 - 5:11



A part écouter, tu ne pouvais rien dire, quand un juunin te tenait la jambe, aucune échappatoire, ça aurait été un grand manque de respect. Son blabla sur l’importance de ce qu’y avait autour de vous glissait sur toi comme une feuille morte tombant d’un arbre. Sans effet si ce n’était de brasser du vent. Bien qu’une feuille morte, elle, nourrissait au moins le sol et ceux qui y vivaient… Autrement dit, ça ne t’apportait rien tout ce charabia.

Puis il réattaqua sur ton caractère. Ça devait être son dada, le truc qu’il aimait bien, recenser les caractères et les personnalités, comme si ça avait une vraie importance. Ce n’était pas pour rien que tu avais un cat, il prouvait ta stabilité ; c’était tout ce qui importait pour toi, que les gens soient stables et pas là pour tout mettre par terre. Enfin même si il était lourd, au moins il semblait stable… toujours ça de pris.

Tu te retins donc de ta répartie cinglante le laissant penser ce qu’il voulait, dans le fond… ce que pouvait penser les autres de toi… bof quoi, c’était mieux qu’ils sachant que tu étais là pour aider en cas de problème. T’avais avoir une âme de solitaire paysagiste, ça t’empêchait pas d’être une vraie Kunoichi de Kumo, et pas d’ailleurs. En revanche sa remarque, ou sa blague sur ta poitrine que tu avais évidemment compris te laissait un peu perplexe.

« C’était de l’humour je suppose ? …Alors d’abord, Vous les avez jamais vu. Comment vous pouvez savoir ? »

Lui fis-tu ta propre remarque d’autant que Gyomo était en enroulée autour de ton buste... Quand on fait une blague, en général, c’est qu’on le pense un minimum. Voilà une des choses que t’avais enseigné ton père. Se méfier des apparences, et des humoristes. Les clowns cachaient souvent derrière leur nez rouge de biens tristes et sombres secrets. Enfin, heureusement t’en croisais pas tant que ça des clowns, donc ça allait dans l’ensemble. Pas de personne à te méfier du coup.

« Et ensuite… bah, que voulez vous que vous dise ? Un accomplissement c’est un accomplissement… Cet accomplissement représente pour moi… un accomplissement. »

T’évertuais tu à expliquer en répétant quatre fois le même mot. Mais t’avais compris ce qu’il voulait comme réponse, il s’attendait à quelque chose de profond, de nostalgique ou plein d’espoir ; un genre de mélancolie du Gladiateur… Mais non !

« C’est une tradition chez les Gladiateurs. Ce n’est pas que a m’inspire, c’est que je dois le faire en tant que Gladiateur. Nan, franchement, cherchez pas plus loin que ça ! J’ai pas un espèce de code comme les Samouraïs et j’ai pas signé un serment comme les médecins… Y a rien d’autre que la culture et la tradition. Mon père est un Kagai, mon grand père en était un, mon arrière grand père aussi… C’est… une tradition. »

Des fois, des gens –pas forcément celui-ci- cherchaient des mystères là où il n’y avait qu’une grande histoire de famille que tu perpétuerais si tu en avais l’occasion. Mais pour le moment, c’était pas gagné. C’était un long travail, jusqu’au jour où tu recevrais une missive du chef de votre clan, un homme dont tu ne connaissais pas l’identité. Dont seuls les Kagaï connaissaient le nom… Et ce jour lorsque cette enveloppe au cachet de ton clan arriverait ; tu saurais. Pas avant.



_________________
Un petit pas pour... [M. Raizen] Aznu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Mer 6 Fév 2019 - 15:11

En aucun cas, Raizen ne s’attendait à ce qu’elle prenne le temps de s’arrêter sur une perche qu’elle lui avait tendue aussi facilement. Sans blague, elle aurait pu en rire et le prendre de 36 000 façons, mais elle préférait lui mettre des faits au visage, chose qu’il acceptait. N’étant pas forcément déstabilisé par la situation actuelle, il se contenta d’avoir un regard assez perplexe. De toute façon, elle posait une question auquel elle avait possiblement la réponse. L’envie de dire qu’il les avait déjà vus par pur sarcasme traversa ses pensées, mais il se retint, préférant éviter qu’elle le prenne littéralement comme la blague précédente. Ensuite, comme dit, c’était une évidence, du moins de ce qu’il voyait pour le moment. Était-ce réellement le cas ? Dur de juger.

Encore une fois, le plus important suivi, tandis qu’elle faisait mention de ses objectifs. N’étant aucunement clair, il comprenait toutefois ce que représentait le fait de devenir Kagai. Si on veut, c’était un signe de reconnaissance après avoir obtenu suffisamment de notoriété pour recevoir un titre en particulier, le seuil ultime de reconnaissance qu’un gladiateur pouvait recevoir. Dans quelle branche ou milieu ? Pour le moment, il n’en savait rien et il était fort possible qu’elle n’en sache pas plus. Vu la manière dont elle l’expliquait, c’était quelque chose sur lequel elle n’avait pas forcément mis de mot ou de vision pour le moment. C’était si on veut, quelque chose qui arrivait quand ça arrivait, ni plus ni moins.

-Je confirme que c’était de l’humour. Comme tu le dis, je ne les ai jamais vus, donc ma perception est peut-être erronée, qui sait.

Haussant les épaules et préférant ne pas s’attarder à ce sujet, il plongea son regard dans ses iris. Cette femme de petite taille n’était pas de tout repos. Du haut de son mètre 91, il était beaucoup plus imposant physiquement qu’elle. Or, elle tenait fermement à côté de lui, comme une égale. C’était mignon et Raizen devait avouer ne pas détester cette forte opposition. C’était quelque chose de toujours intellectuellement satisfaisant pour lui.

-Je comprends mieux sinon ce que représente être Kagai. Au final, en ce moment tu as besoin d’acquérir de la renommée pour mettre toutes les chances de ton côté pour qu’un jour ce que tu as fait soit suffisamment reconnu par le décideur mystérieux.

Se parlant plus à lui-même à haute voix qu’à elle, il assimilait l’information. Malgré tout, quelque chose clochait et il préférait mettre le doigt dessus avant qu’elle ne change de sujet et recommence à parler de sa poitrine.

-Sais-tu à quel moment de leur vie ils sont devenus Kagai ?

Posant 36 000 questions, il devait commencer à devenir lourd, chose qu’il n’avait aucun mal à faire :

-Je deviens peut-être lourd avec toutes mes questions, mais c’est juste intéressant. Généralement, c’est beaucoup plus facile d’atteindre un objectif quand on a une vision assez claire de ce qu’on doit faire pour l’atteindre. Que ce soit très précis ou flou, ça aide toujours, mais là c’est tout le contraire.

À bien y repenser, il pensait fortement qu’avoir une idée approximative de ce que représentait quelque chose d’important l’aiderait à prendre et orienter ses décisions. Malgré tout, il préférait attendre la réponse à ses questions.

-Par exemple, un des exemples que j’ai utilisé en enseignant les bases du fuinjutsu à Sazuka, c’est qu’il te faut visualiser au moins la forme de ton sceau afin de le manifester. Ensuite, il peut y avoir des tonnes de sceaux différents, de variantes, mais la visualisation aide à la réalisation même si elle n’est pas exacte.

C’était un exemple, clair, net et précis. Certes, il commençait à savoir que ses phrases trop longues pouvaient stimuler de l’ennui, mais donner un exemple concret avec quelqu’un qu’elle connaissait risquait possiblement de la garder suffisamment concentrée pour qu’elle comprenne ce qu’il voulait dire.

-Ensuite si ce n’est pas le cas, soit...

Après tout, il n’avait pas l’esprit rigide et quoi qu’il en soit, il comptait faire son possible pour l’orienter et l’aider à atteindre cet objectif. La renommée était quelque chose qui le suivait malgré lui et elle avait un bon potentiel de ce côté. Sa personnalité était bien trempée, elle avait beaucoup de potentiel au combat et elle était unique, trois critères assez utiles pour se démarquer de la masse d’individus lambdas qui peuplaient cet univers. Ce n’était pas pour rien qu’il l’avait choisi pour rejoindre son équipe... Or, lui fera-elle confiance ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Lun 11 Fév 2019 - 16:04



Décidemment… Tu comprenais mieux pourquoi c’était lui qui était en charge de la diplomatie. La diplomatie c’était un peu comme de la politique entre deux pays ; et tout le mon sait très bien que les hommes politiques parlent beaucoup, mais alors beaucoup pour ne pas dire grand-chose au final. Que les gladiateurs l’intéressent, c’était tant mieux pour lui, mais il ne fallait qu’il s’attende à ce que tu parles de toutes vos coutumes et de tout ça, c’était pas ses affaires.

« Vous inquiétez pas, j’sais très ce que j’ai à faire. Si mon nom parvient à ses oreilles, alors ce sera bon. Mais je cherche pas à faire des trucs exceptionnels. C’est une règle. On ne doit pas convoiter la reconnaissance. Elle se mérite. »

C’était ce que ton père et ta mère te répétaient souvent quand tu étais encore une citoyenne de Mizu, sur ta petite ile aux eaux saphirs. Tu ne cherchais donc pas la gloire, c’était elle qui te cherchait. Ça ne voulait pas dire grand-chose pour beaucoup de monde mais tu te comprenais, puis de toute façon tu n’avais pas envie d’en parler plus que ça. Du coup à sa question du « quand » par rapport à tes paires, la réponse était évidente pour toi.

« y a pas d’âge moyen. Ca peut être demain comme dans 50 ans. Peu importe. »

Bon dans cinquante ans… ça faisait quand même super loin. Mais bon, le principal était que cela arrive un jour. C’était un objectif que les gladiateurs ne devaient pas pourchasser. Cela t’avait toujours fait bizarre, mais tu avais compris avec le temps. Ca se trouvait, ton passage au tournoi de Kaze avait peut-être été mal perçu… Puis te doutais que c’était pas suffisant donc tu ne t’y attendais pas. Mais ça te refaisait penser encore une fois à quelques mots de ton père « Cela arrive lorsqu’on s’y attend le moins. »

« Puis de toute façon… ça rapporte pas d’argent de devenir kagaï alors ça prendra le temps que ça prendra j’suis pas pressée pour ça. »

Donc nulle besoin de visualiser quoi que ce soit. C’était une philosophie plus qu’autre chose du coup.

« Bien j’ai été très contente de discuter avec vous. Vous avez d’autres choses à dire tant que je suis là ? »





_________________
Un petit pas pour... [M. Raizen] Aznu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Mar 12 Fév 2019 - 2:56

Intéressant songeait-il. Si Umeka semblait avoir une façade assez dure sur certains points, elle était tout de même très ouverte dans sa fermeture. Bien qu’elle semblait ouvertement lui montrer qu’elle n’avait pas besoin de lui pour savoir comment orienter son chemin, Raizen n’était pas surpris. Après tout, dès le départ il avait statué du fait qu’avec ou sans lui, elle atteindrait possiblement ses objectifs. S’il pouvait bien lui apporter quelque chose, le tout restait pour le moment très flou, autant pour elle que pour lui. Malheureusement, il n’avait toujours pas réussi à percer ce qui lui servait de carapace. Toutefois, il comprenait beaucoup mieux le personnage ou plutot ce qui lui servait de façade.

-Au contraire, c’est moi qui te remercie. Ça m’a permis de repartir moins con.

Changeant de discours de manière assez brute, il lui offrit un léger sourire tandis qu’il réalisait à quel point elle était possiblement moins froide qu’elle ne le laissait paraître. D’une manière ou d’une autre, il appréciait son côté indépendant, comme quoi elle était en contrôle de ce que lui réservait son futur et ferait toujours ce qui lui semblait le plus pertinent. L’indécision ne semblait pas faire l’article de son personnage. Au contraire, toute une philosophie tournait autour d’elle, chose qu’il appréciait particulièrement. Dans son côté franc se cachait un cadre invisible dans lequel elle évoluait et semblait en tout point être bien.

Se permettant même de fermer la conversation, elle surpassait plus ou moins ses attentes. S’il pensait avoir une idée de qui elle était, il devait avouer s’être trompé. Umeka faisait partie des gens qui étaient complexes dans leur simplicité. Ainsi, il n’allait pas forcer la connaissance du personnage. Comme elle avait dit...

-Chaque chose en son temps comme on dit. Pour le moment, je n’ai rien d’autre à ajouter mis à part le fait que ma porte est toujours ouverte s’il y a quoi que ce soit. Même si j’ai prévu quelques entrainements, si jamais tu veux en savoir davantage sur certains sujets, n’hésite pas.

C’était bref et simple. Il avait beau s’accorder mentalement sur le fait qu’elle ne viendrait jamais le voir pour lui demander conseil, mais l’essentiel était qu’il lui montre qu’il gardait ses portes ouvertes. Après tout, en début de relation, rien n’était forcément facile. Il en avait fait voir de toutes les couleurs à Hisao, donc le karma voulait qu’il subisse la situation en double.

-Le seul truc que j’ai à te dire est que tu peux me tutoyer si jamais l’envie te prend. Je suis loin d’être aussi rigide que Reiko, mais ce n’est pas une obligation, c’est un choix.

Grimaçant légèrement en prononçant ce nom, il eut un léger rire en coin avant de finalement hausser les épaules. Il ne se préoccupait aucunement du fait qu’il ne montrait pas forcément l’exemple impeccable du Shinobi à son élève. Au contraire, Raizen pensait qu’il y avait des règles strictes dans une liberté, celle accordée par l’esprit humain. Mettre ses propres limites dans un contexte de liberté absolu était un signe de maturité. Malgré tout, il savait pertinemment que ce n’était pas forcément quelque chose que tout le monde gérait généralement de la même manière. Ainsi, jusqu’à preuve du contraire, il comptait lui laisser un choix simple et voir ce qu’elle en ferait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Dim 17 Fév 2019 - 14:35



Tu hochais la tête en guise d’ok à ses paroles, preuve que tu ne t’en foutais pas royalement même si toi il n’y avait qu’une seule question que tu voulais lui poser, et ce n’était même pas vraiment une question en vrai. Ce n’était ni une obsession, ni une impulsion de ta part non plus. Juste… Une remarque que tu t’étais faite à son sujet, quelque chose qui sans te perturber te laisser un goût sceptique dans la bouche…

« Ok, ok… Déjà, je vouvoie Reiko-sama parce qu’elle est la Raïkage alors même si elle me le demandait je ne pourrais pas la tutoyer… Mais je peux faire … « l’effort » … de te tutoyer… »

Sacré effort même… Tellement qu’il pouvait faire à lui seul ta Béa pour toute l’année, et plusieurs autres à venir ! T’aimais pas dire « tu » aux personnes avec lesquelles tu n’étais pas vraiment à l’aise ; mais bon… c’était ton supérieur et on futur chef d’équipe alors… S’il le demandait… Tu ne pouvais pas refuser. Et comme il n’était pas Raïkage non plus… Mais la Metaru, celle qui partageait aussi son temps avec Sazuka à ton grand désespoir… non c’était vraiment pas envisageable, même si elle était moins vieille que toi…

« Par contre… je me demandais un seul truc, Raizen. Est-ce que… tu… défendrais Kumo au péril de ta vie ? »

Ta réponse à cette question était claire : oui. Tu étais une militaire, tu étais intégrée à ce village et cette nation ; et ce n’était d’ailleurs que parce que tu étais une Gladiatrice que tu n’avais pas « accepté » la nationalité Kaminarijin, par tradition… Mais tu étais bel et bien une fille de la foudre aujourd’hui, plus qu’une fille de l’eau… Bien plus… Et donc, tu pourrais « mourir » pour ce village, même si tu n’espérais pas mourir un jour non plus. Mais tu avais accepté et depuis longtemps ce qu’impliquait la voix martiale. Tu venais malgré tout de Mizu no Kuni.



_________________
Un petit pas pour... [M. Raizen] Aznu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Dim 17 Fév 2019 - 17:01

S’attendant à recevoir une brève salutation de départ qui couronnerait la fin de la conversation, il était content de voir qu’elle était prête à faire des efforts même s’il préférait qu’elle le fasse naturellement. Après tout, si c’était pour sonner excessivement forcé, ce n’était pas vraiment l’idéal. C’est d’ailleurs à ce moment qu’il comprit que même dans sa minirébellion, elle semblait prête à faire des compromis lorsqu’il lui était demandé. Ainsi, semblait-il qu’il ne suffisait que de verbaliser suffisamment ses propos et demandes pour que les deux soient sur la même longueur d’onde.

En résumé, ce n’était pas trop demander et une piste possible d’information importante pour savoir comment fonctionner avec elle. Après tout, Raizen ne disait pas la multitude de choses qui lui traversaient l’esprit. Ainsi, peut-être était-ce l’erreur qu’il faisait de ne pas communiquer la totalité de sa pensée avec celle-ci. Bien qu’elle finirait noyée par plusieurs de ses pensées, il allait garder ça en tête dans un coin précieux. Pour le moment, il était beaucoup plus préoccupé par la dernière question qu’elle avait posée.

Commençant par arquer un sourcil, il eut ensuite un léger sourire, se rendant compte que c’était une question particulièrement difficile et assez précise. Les prémisses de sa familiarité avaient-ils annoncé ses couleurs propices à la rébellion ? Devait-il répondre avec une réponse politiquement correcte pour son rôle et pour la rassurer ou être lui-même ? Ce songe ne dura pas très longtemps, sachant qu’il était toujours très sincère dans ses propos.

-La réalité est que je suis prêt à mettre ma vie en jeu dans de nombreuses situations puisque j’embrasse en quelque sorte le risque au point d’être prêt à frôler la mort comme à Kaze par exemple.

Malgré tout, ce qu’il avait fait à Kaze venait aussi du fait qu’il était Kazejin. Ainsi, il se devait de lui donner une réponse plus claire...

-Je te dirais que ça dépend de la situation, dans bien des cas oui, mais à tout moment, je peux décider que Kumo ne vaille pas la peine que j’y risque ma vie pour le protéger.

Malheureusement, ce n’était pas une question qui avait une réponse claire et précise. Tout dépendait de la situation, mais il devait avouer qu’il n’avait pas peur de mourir.

-Ensuite, ça ne veut pas dire que je ne ferais pas le choix de protéger certains aspects ou certaines personnes plus que d’autres si quelque chose en venait à arriver à Kumo. Mais bon, pour le moment, je ferais beaucoup d’effort pour protéger ce village même si par moment je n’aime pas la direction qu’il prend, mais ça va un peu mieux depuis que Reiko s’est calmé et habitué à son poste. Mais bon, ma loyauté appartient à moi-même même si je me suis assuré de développer un champ de compétence qui permet de protéger sans trop de risque ce qui est important à mes yeux.

Il était clair et précis. La longueur de sa réponse désignait la complexité de la question, chose qu’il appréciait assez pour lui retourner la pareille :

-Pourquoi cette question et toi dans ton cas, est-ce que tu serais prête à faire de même pour protéger Kumo ?

Il se doutait qu’elle allait lui dire oui, mais il voulait surtout savoir ce qui motivait ses décisions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Sam 23 Fév 2019 - 21:08



Tu l’observas donc se débattre avec lui-même et ses orientations pour le moins floues. Dans ta tête c’était très clair. Que tu viennes de Mizu ou d’ailleurs n’avait aucune importance, tu avais prêté allégeance à un village, à un pays et le bandeau que tu portais était la preuve de leur confiance. Tu savais que tout n’était ni tout beau ni tout rose ni même complétement ignoble et obscur. Tous les villages, tous les pays avaient commis des exactions, à Mizu avec la répression, à Ame avec la corruption et à Kaminari avec le mensonge… C’était partout pareil et il fallait seulement choisir le moins pire.

« T’es donc une girouette ? Tu changes de direction en fonction de comment le vent te porte ? »

T’étais peut être un peu dur sur ce coup, parce qu’il avait bien dit qu’il défendrait Kumo, mais dans le fond tout son discours ressemblait à ce que pouvait dire un mercenaire… en un peu moins versatile quand même. Mais ça n’empêchait pas…

« Ah non… tu défendrais notre village seulement si tu prends pas de risque… ok je vois. C’est spécial non ? Enfin… »

Tu savais que tout le monde ne pouvait pas partager ce que tu pensais de Kumo, et du reste du monde. Mais parcontre tu savais où t’avais mis les pieds depuis toutes ces années… Un endroit mieux que Mizu et sans doute pas pire que d’autres pays. Tu l’observais toujours donc… Alors qu’il t’avait retourné la question.

« Moi ? Je défendrai le village coûte que coûte, ainsi que ses habitants, et tous ceux que je connais ! »*

Et toi tu ne risquais pas de refuser, car ce n’était pas comme ça qu’agissait un Kagai, ou tout au moins un gladiateur. Mais Raizen ne pouvait pas en dire autant apparemment… bien qu’il disait beaucoup de choses !



_________________
Un petit pas pour... [M. Raizen] Aznu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Dim 24 Fév 2019 - 20:15

Ricanant légèrement en entendant la réponse de Umeka, il devait avouer que le parallèle qu’elle avait fait était cohérent avec la manière dont il avait amené le tout. S’empêchant en totalité de répondre quelque chose qui l’engagerait dans quoi que ce soit, il donnait une impression de lui qui ne représentait pas la totalité de son personnage. Pourtant, il avait cru que c’était un bon moyen de représenter tout ce qui se passait dans son esprit.

Or, devant Umeka, il devait avouer qu’il compliquait les choses pour rien. En effet, plus il lui parlait, et plus il réalisait qu’il devait plutôt aller droit au bout s’il voulait espérer qu’elle le comprenne un peu mieux.

-Si on veut, je suis comme une girouette, mais je change de direction en fonction de ce que je cherche, ce n’est pas le vent qui me dirige.

Précisant son premier point, il entra ensuite dans les détails de ce qu’il avait tenté de lui dire à la base sans pour autant y arriver.

-Je n’ai pas peur de la prise de risque. Au contraire, je protégerais toujours le village au maximum de mes capacités, et ce, même si je dois risquer ma vie dans la mesure où je sais que le village va dans une direction compatible avec la mienne.

Regardant Umeka, il lui posa une question assez brève :

- Si du jour au lendemain, Reiko se réveille et décide de faire la guerre à Kiri par exemple et de les tuer sans qu’il y ait de précédent et qu’uniquement parce que l’opportunité se présente, obéiras-tu ?

Il était important d’être loyal, mais en aucun cas Raizen n’aimait la loyauté aveugle, du moins pas pour sa propre personne. Évidemment, la situation qu'il opposait pouvait être avantageuse comme désavantageuse. Ainsi, il n'y avait rien de blanc ou de noir, c'était plutôt gris, comme plusieurs décisions que pouvaient devoir prendre un village. Pourtant, il y avait toujours cette ligne directrice qui influençait la teinte du gris vers quelque chose de plus sombre ou de plus pâle...

-Dans mon cas, puisque ça n’irait pas dans la direction de ce que je veux, je dois avouer qu’il est possible que je refuse dans ce genre de cas. Ensuite, mon but est d’être suffisamment influent pour avoir un impact et éviter ce genre de décisions par exemple.

Il y avait beaucoup de moyens qui justifiaient la fin, mais au final pour éviter de tomber dans ce genre de situation, il préférait l’influencer en amont pour éviter que le tout retombe sur ses épaules et qu’il ait à faire des arbitrages mettant ses valeurs en péril.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Sam 16 Mar 2019 - 18:32



Tu n’aimais pas trop ce que tu entendais mais dans le fond qui étais-tu pour juger. Après tout le Meikyu était aussi le Héro de Kaze, le genre d’homme qui faisait ce qu’il voulait quand il voulait ; de ceux au-dessus des autres avec une haute compréhension de « tout ». Pour toi c’était bien plus simple que cela. Tu ne t’ennuyais pas à « chercher » des choses ; tu attendais et elles venaient à toi sans que t’ais à bouger tes fesses, la plupart du temps.

« Beeh… De toute façon, tu fais ce que tu veux hein ! »

Rétorquas-tu aux premiers propos du Kumojin.

« Kiri… ce village n’a jamais été et ne sera jamais l’ami de Kumo. Tu n’as pas dû rencontrer beaucoup de Mizujin dans ta vie… m’enfin, on peut pas avoir tout fait dans une vie. »

Tu n’avais pourtant pas de rancœur envers les Mizujin mais en ayant pu faire la comparaison entre ceux la et d’autres « peuplades », comme celles de Kaminari… C’était, oué, à peu près sûr que vos deux nations ne s’entendraient que difficilement.

« Mizu… Leur seigneur les a trahis, le pays est sous le joug militaire… Si la criminalité a baissé, la corruption est toujours la même. Donc dans mon cas, en tant que militaire, si on m’ordonne d’attaquer une cible, je l’attaque. C’est aussi simple que ça, non ? Je garde ma réflexion pour moi, alors si notre cheffe me le demande, alors je le ferai. »

Tu ne savais pas comment être plus claire. Ce n’était pas une question de moralité, ou de sensibilité ou autre chose ; ce n’était qu’une question de travail et de devoir. T’aimais penser que tu étais une personne de confiance et que quand tu t’engageais dans quelque chose, que ce soit dans Kumo ou avec une personne, le faisais vraiment, d’une seule parole, sans arrière-pensée ou désir secret d’accomplir une quête ridicule…

« Kumo est peut-être un genre de centre de la science dans le Yuukan, mais faut pas oublier ce que nous sommes : des ninjas engagés pour défendre un pays, et par conséquent, en attaquer d’autres. »

On pouvait tout à fait affirmer que tu avais l'esprit martial, le même d'ailleurs que celui de la plupart des Mizujin, enfin... ceux ayant rejoint ou ayant été enrôlés dans l'armée. Et c'était sûrement parce que tu avait toi même grandi dans cette "atmosphère" guerrière que tu avais cette réflexion même si tu ne réglais pas tout par le fer... Comme pour Hayashi par exmeple... Tu avais bien compris l'enjeu de votre présence ici.



_________________
Un petit pas pour... [M. Raizen] Aznu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Dim 17 Mar 2019 - 21:14

Se retenant pour ne pas sourire ouvertement, le Meikyû devait avouer être satisfait de voir Umeka soudainement s’ouvrir ne serait-ce qu’un peu plus à lui. Même si elle s’opposait directement à ce qu’il pensait, c’était dans ce genre d’effort et de collisions entre principes qu’il arrivait à en apprendre davantage sur les gens. Au final, il n’était pas présent pour prouver qu’il avait raison ou prouver qu’il avait tort. Au contraire, il profitait de ce moment pour mieux saisir le nouveau membre avec qui il allait faire équipe.

En épluchant les différents profils, il était tombé sur Umeka et Akina, deux profils distincts qui l’avaient pourtant marqué suffisamment pour qu’il tente de concevoir une équipe. Encore une fois, il était satisfait de son choix. Ayant opté pour quelqu’un qui lui ressemblait un peu sur ce point, elle n’hésitait aucunement à dire sa façon de penser, quel que soit l’écart hiérarchique qui existait entre eux. Mieux encore, ses paroles étaient pertinentes et forçaient le Jonin à remettre en question ses principes et sa pensée. Or, elle semblait d’avis qu’elle ne le ferait que si c’était demandé.

-Tu as tout à fait raison. Après tout, il y a bien des situations inévitables dans lesquels nous devrons obéir, nous battre voire même tuer à certains moments.

Haussant les épaules, il leva les yeux vers le ciel avant de reposer ses iris sur ceux de la blonde.

-On peut très bien partir en mission et se retrouver dans une guerre malgré nous. On vie dans un monde dans lequel il faut parfois tuer pour survivre. Par contre, j’espère que si, un jour un ordre qui t’est donné par un supérieur ne fait pas de sens, que tu feras ce que tu fais en ce moment.

Souriant légèrement, il tenait à ce que le type d’échange qu’ils avaient ne soit pas une chose d’un seul jour.

-Il faut juste faire la différence entre questionner ouvertement les objectifs et ordres ce qui est une bonne chose à mon avis en comparaison d’un refus catégorique d’obéir sans être apte à en discuter au préalable.

Désirant nuancer ses propos, il tentait indirectement de lui expliquer où se situait cette zone grise. Bien que c’était peut-être un trait de caractère qui demeurait unique pour lui, il était très important pour le Jonin d’en faire part.

-Mais tout ce que je dis ne fera peut-être jamais de sens, et ce même si tu rencontres une situation similaire. Je suppose qu’on s’accorde pour ne pas être en accord sur ce sujet et ce n’est pas plus mal que cela.

Aimant beaucoup trop discuter pour comprendre, déchiffrer, lire, mais surtout en découvrir sur ses interlocuteurs, il se doutait bien qu’elle passerait très bientôt le cap de l’ennui si ce n’était pas déjà le cas.

-Sinon, en tant que Mizujine outre les éléments que tu viens de mentionner, quels sont selon toi les éléments positifs à cette nation ?

Tentant de voir si elle arrivait à faire la juste balance entre les choses, le Meikyû voulait voir quel était son ressenti face à cette nation. Désirant à tout prix éviter d’entrer dans les détails de sa discussion avec Kaya, Raizen voulait juste vérifier si elle était apte à nuancer ses propos. Le cas échéant, elle viendrait possiblement assez rapidement à en venir à la conclusion qu’il avait trouvée. Comme quoi, même lors de différences fondamentales, il y a parfois des avantages ou des circonstances qui unissent même les pires ennemis. Repensant à la réunion en compagnie des Daimyos et la situation des prisonniers en liberté, il savait très bien qu’à tout moment, la relation entre Kiri et Kumo pouvait prendre un tout autre tournant. L’absence de couleur apportait bien souvent une fatalité dans la perception des gens. Or, celle d’Umeka était particulièrement pertinente étant donné qu’elle connaissait mieux Mizu que lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Lun 1 Avr 2019 - 16:54




« M'oui... enfin je discuterai pas un ordre, quoiqu'il arrive. Je crois que la différence entre nous est là, je connais mon rôle, moi. »

Tu ne pouvais pas être plus explicite quant à toute cette discussion autour du respect ou pas des ordres, de leur discussion et de la réflexion. Tu n'étais pas idiote tu savais ce que t'avais à faire et tu savais qu'on ne te donnerait pas d'ordres idiots. Qu'ils soient justes ou pas, éthiques ou pas... ce n'était pas ton problème. Tu agissais en tant que soldat, c'était tout; ni plus ni moins. Ce n'était pas ta responsabilité qui était engagée mais celle de tes supérieurs, comme leur conscience.

« Mizu ? Baah j'en sais rien, t'as qu'à y aller tu verras bien. »

A part ton ile, les pêcheurs et le peu que tu avais vu de la "métropole", tu ne pouvais pas lui faire un cours de géopolitique sur ce pays, puis t'en avais pas envie non plus. C'était un pays que tu n'aimais pas en plus, t'allais donc pas en dire du bien pour satisfaire la curiosité de cet homme. Toi ce qui t'interessait là bas, c'était ta famille, et ta petite île et dans le fond le reste... bah tu t'en fichais complétement. Biensur t'en savais "pas rien", au contraire; "faire les arènes" t'avait montré deux ou trois choses; mais étais tu encore suffisamment "Mizujine" pour en parler... une question qui resterait en suspend donc..

« Bref, c'est pas tout ça mais j'ai encore des trucs à faire, moi. On se reverra sûrement plus tard du coup... à plus. »

Puis tu repris ton chemin vers tes occupations qui t'étaient encore bien floue en vrai, pour le moment tu faisais que te promener tranquillement. Mais ça faisait mieux de dire que t'avais affaire.



_________________
Un petit pas pour... [M. Raizen] Aznu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3605-senshi-umeka#27783

Un petit pas pour... [M. Raizen] Empty
Ven 5 Avr 2019 - 14:50

Se terminant de manière assez particulière, le Meikyû devait avouer avoir ressenti une critique non dissimulée à travers sa première phrase, comme quoi il ne savait possiblement pas quel était son rôle et où se limitait son champ d’action. Sur le coup, s’il avait pu mal le prendre, il n’en fit rien, sachant pertinemment qu’il était bel et bien dans une situation où il ne prenait pas en considération son rôle. Certes, être Jonin venait avec des avantages et responsabilités, mais là où Umeka et Sazuka semblaient se rejoindre sur le discours était bel et bien en lien avec le fait qu’il y avait un cadre, une structure et quelque chose qui chapeautait chaque titre pour une raison. N’ayant jamais vraiment été du genre à prendre ce genre de facteurs en considération, aurait-il pu évoluer de manière plus structurée et rapide s’il avait eu cette mentalité dès le départ ?

Or, sa curiosité le poussait bien souvent à vouloir se préoccuper de choses qui n’étaient pas forcément les plus pertinentes, surtout lorsqu’il se permettait de questionner les objectifs. Au final, la notion de critique était très politique. Or, être shinobi n’était pas un type d’élection où on pouvait se permettre de choisir, individuellement quels aspects d’une mission ne faisaient pas de sens. Non, c’était quelque chose de bien plus rigide qui convenait ou ne convenait pas.

Dans tous les cas, nuancer le fait d’avoir l’obligation de suivre les ordres sans forcément utiliser son jugement n’avait jamais vraiment été une question dans ce débat qui n’avait pas vraiment eu de dénouement. Après tout, même si Umeka était plus enclin à suivre les ordres, peut-être serait-elle plus stratégique dans son approche au cas où quelque chose la laissait perplexe.

Quoi qu’il en soit, il avait fort probablement plus appris d’elle que l’inverse en ce jour et c’était une bonne chose. Bien qu’il espérait indirectement pouvoir trouver des atomes communs, Raizen considéra plutôt cette différence qu’ils avaient comme étant possiblement ce qui risquait de connoter leur force.

Évidemment, son départ était peut-être un prétexte pour mettre fin à cette discussion qui pouvait aisément tourner en rond. Or, quoiqu’il arrive, il était satisfait de cet échange.

S’étirant lentement, il s’éclipsa en gardant en tête ce dont ils venaient de discuter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Un petit pas pour... [M. Raizen]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: