Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Je suis venu vous dire...
Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo EmptyAujourd'hui à 12:51 par Sakana Ayanokoji

» [Mission rang D] Où est la nourriture ? [PV Jiki Masami]
Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo EmptyAujourd'hui à 12:21 par Miyamoto Teruyo

» Petite demande pour un MCU
Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo EmptyAujourd'hui à 12:09 par Invité

» Revanche aux hauts plateaux |PV TENTEN|
Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo EmptyAujourd'hui à 12:06 par Nihito Meho

» Avengers, assemble ! [Equipe 2]
Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo EmptyAujourd'hui à 12:01 par Chiwa Aimi

» Problème avec les topsites
Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo EmptyAujourd'hui à 11:44 par Jiki Masami

» Monochrome | Solo
Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo EmptyAujourd'hui à 9:26 par Ōryū Yūgiri

» Besoin de soins — [HARUMI]
Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo EmptyAujourd'hui à 8:46 par Kobane Harumi

» violence matinale (Hikoko)
Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo EmptyAujourd'hui à 5:13 par Asaara Riku

» Soap on the water, Fire in the Spa [Ryoko]
Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo EmptyAujourd'hui à 4:17 par Hayai Taishi

Partagez

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo


Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Dim 3 Fév 2019 - 19:05
Lieu : Pays de la Terre.
An : Aux alentours de 203.

. : Pas lin sans l'autre : .


Pour la première fois de ta vie légère, un parchemin frappé d’un sceau dont l’existence te semblait familière s’engagea devant ta porte, transporté comme à son habitude par un annonceur militaire, frère Ninja d’Iwa. Dès lors qu’une infime parcelle de ta peau toucha ce papier patriarcal, le confrère se subtilisa dans un épais nuage blanchâtre qui retomba lentement au sol. Ni vu, ni connu. Tes prunelles se tournèrent alors résolument sur l’objet de convoitise, avant que ton enveloppe corporelle se renferme dans son cocon, un baraquement aux caractéristiques essentielles, facilement qualifiable de modeste.

L’encre se décomposait d’un oiseau aux pattes vives et au long bec, un corps en rondeur mais qui semblait couvrir deux grandes paires d’ailes robustes. Il s’agissait là d’une grue. Aussi original que cela puisse être, ces animaux sont connu pour leur magique longévité, bien que tu savais pertinemment qu’il ne s’agissait là que d’histoires pour enfants. Créatures volantes, ces dernières habiteraient le territoire des Impérissables, ceux dont le Shinigami n’a pas réussi à extraire l’enveloppe psychique. Pour un Spirit, cela avait eu l’audace de te faire esquisser un sourire, plutôt franc d’ailleurs.

Tes doigts percèrent le poinçon et la mission s’offrit d’elle-même, étonnant, une quête en dehors de la zone admise par les militaires de ton grade. Bien entendu, la continuité de la lettre annonça un accompagnateur plus expérimenté, il valait mieux être prudent de toute façon, certaines brutes des villages extérieurs pouvaient voir d’un mauvais oeil l’avis (faussement ?) éclairé d’un jeune homme, pour ne pas dire gamin. La tâche affiliée n’était pas combative, pas au sens premier du terme. Cette mission laissait entrevoir des espiègleries juridiques et surtout économiques, tu trouvas donc plus sûr d’apporter quelques manuels de référence ; lois écrites et tenues par les instances militaires d’Iwa en collaboration avec le Daïmyos, qui semblait connaitre des situations houleuses depuis la récente révélation qui avait paru dans le Kunai Émoussé !

Ainsi, tu préférais te remettre à des écrits plutôt qu’à tes paroles, sans toutefois mettre de côté ton expérience personnelle ainsi que ton propre jugement. Un homme trop attaché aux codes est tout aussi dangereux que celui qui les ignore. Et puis, cette cité commerciale n’avait pas le panache des bras duveteux du désert, un autochtone pouvait parfois omettre des choses… Quand cela l’arrangeait.

Tu ressemblas le restant de tes affaires en vérifiant à deux fois qu’aucun n’oubli n’avait été commis. Il était rare qu’un Genin puisse sortir du village, tu représentais par ton grade et ton bandeau ce dernier. D’un dernier geste avant de clore la porte, un épais manteau de laine corbeau vola ; frappé des Kanjis graphiques du clan Meikyû. Une large capuche recouvra une grande partie de ton faciès ivoire ; quelques mèches sauvages de ta crinière s’extirpant du textile à l’aube du Printemps 203.

Direction les Portes du Village !
À la rencontre du Chuunin que tu ignorais encore :
Du Manazuru.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Mar 5 Fév 2019 - 8:25
. : Pas lin sans l'autre : .



La traversée du village se fit dans une certaine rapidité, être à l’heure, un point d’honneur. Le rendez-vous se trouvait être à midi pile, heure d’affluence au coeur de la métropole grisâtre, de nombreux marchands et voyageurs gagnaient alors les riches rues et artères principales pour dépenser avec envie leur dû monétaire. Esquivant tant bien que mal le Coeur Commerçant de la ville et notamment son immense place, tu longeas la majorité des remparts avant d’atterrir devant deux immenses portes, bois et acier se mêlant presque poétiquement dans cette structure humaine. Dès ton départ des zones sableuses du Pays du Vent, les différentes architectures que tu avais pu apercevoir dans tes périples avaient canaliser une certaine partie de ton attention. Il s’agissait là, d’une forme d’expression de la culture de l’Humain, sans haine, dans une démarche presque… Saine. Si on oubliait le fait que ces battoirs géants étaient en réalité des protections contre d’autres humains.

Sans grande surprise, ce fut le Chuunin qui te trouva plutôt que l’inverse, ressentant une large main sur ton épaule gauche. Sursautant comme un bleu, tes pieds firent demi-tour et tu aperçus réellement ton instructeur pour la première fois derrière ta vaste capuche s’affaissant sur ton crâne. Plus grand et imposant que toi, son anatomie était le résultat d’une expérience militaire plus importante que la tienne. Sa peau avait un certain teint hâlé, le visage était dur quoiqu’un sourire semblait se dessiner dans un drôle de rictus. Sa tenue faisait écho aux traditions du village, l’uniforme classique du grade intermédiaire de l’armée.

▬ Tu es bien Meikyû Yūrei ?
▬ Oui Monsieur ! Voici l’Ordre de Mission, prêt à faire tout mon possible pour arranger ce conflit. 
▬ Ahah, les producteurs de lin se chamaillent toujours surtout quand l’heure du semis arrive ! 

D’un geste vif, l’homme au nom inconnu t’arracha des mains l’ordre de mission avant de le vérifier attentivement, soupçonnant par déduction qu’il connaissait bien avant toi pourquoi vous étiez ici tous les deux. Il hocha la tête, sa crinière noiraude se mouvant légèrement puis rangea l’objet dans l’une de ses poches qu’il referma méticuleusement. Les missions en équipe étaient toujours bien différentes des missions solitaires, notamment lorsque tu découvrais des nouveaux membres. Cela offrait toujours une perpective différente !

▬ Je me prénomme Chiaki Azu, Chuunin et membre du Manazuru. 

Le Manazuru ? Encore une fois, ce nom entra en résonance en ton fort intérieur, comme si tu l’avais déjà connu, sans le reconnaitre réellement. Sans que tu t’en aperçois, ta tête pencha légèrement sur le côté avant que ton supérieur temporaire te tapota une seconde fois sur l’épaule. Apparement, il s’agissait là de son signe distinctif, que cela ne tienne, s’il n’avait que ça pour lui faire plaisir et augmenter la cohésion de l’ »équipe » !

▬ Je t’expliquerai les détails de la mission au cours du voyage, ne perdons pas plus de temps ici. 
▬ En route ! 

Tournant une seconde fois les talons, tu t’engageas vers la sortie, cette fois-ci accompagné. Ce dernier, d’ailleurs, s’écarta assez rapidement de votre position commune pour remplir quelques banalités de sortie, avant de t’appeler d’un signe de la main vers le bureau extérieur disponible. Une rapide signature de ta part confirmant ton départ, il y avait plus rien qui vous retenez ici.

▬ Nous allons nous rendre à Bali, au Nord. 
▬ Les deux villages sont voisins, à une journée de marche ! 
▬ Exactement, allons-y. 

De nombreux rouages se mirent insensiblement en route, leur antique rouille s’effritant sous le poids d’un entretien qui semblait presque précaire. Après un lourd bruissement, l’enceinte du village s’ouvrit tel un estomac, laissant apparaitre un flot de montagnes terreuses, surplombé par un astre solaire puissant. Il était temps.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Mer 6 Fév 2019 - 11:38
. : Pas lin sans l'autre : .



Sac à dos sur les épaules frêles, les premières collines commencèrent à se défaire derrière vous, disparaissant sous une habitude presque lasse. Le sol était rocailleux, tantôt plat, tantôt quelques degrés d’angle venaient s’ajouter ou, à contrario, s’en enlever. Tu n’avais pas souvent l’occasion de t’extraire du village, en dehors des séances scolaires, des voyages organisés ou parfois par le bais d’une visite de clan courtoise, mais les occasions se faisaient toutefois rares. Les règles étaient les règles, et quelque part, avoir un supérieur à tes côtés avec ce quelque chose d’assez rassurant au vu de ton expérience encore bien junior…

▬ Vous avez l’habitude de gérer ce genre de conflits ?  
▬ Eh bien, disons que c’est l’une de mes tâches, en effet. Au sein du village d’Iwa, il existe plusieurs divisions et différents corps au sein de notre armée. L’une d’entre-elles, s’occupe des relations externes du village…  
▬ Cette… Division comme vous le dites, possède-t-elle la grue comme emblème ?  

Le même léger rictus que tu avais pu apercevoir plus tôt dans la journée réapparu sur le faciès du Chuunin à la crinière goudronneuse. Sans être né de la dernière pluie, le rapprochement était toutefois un peu simple mais avait le mérite d’obtenir confirmation par un hochement de tête singulier.

▬ En effet ! Il s’agit d’une grue à cou blanc plus exactement et son nom est… 
▬ Manazuru.  
▬ Aha, au moins tu as le mérite de suivre !  

Cette fois-ci, la main ne tomba pas sur ton épaule mais sur ton épaisse capuche, essayant tant bien que mal d’ébouriffer ta crinière mi longue aux reflets argentés. Ce nouveau supérieur hiérarchique temporaire semblait être assez tactile. En réaction, tes dents grommelèrent avant qu’un rire léger ne s’échappe de tes deux commissures sanguines. Au fur et à mesure que vous vous éloigniez du village caché, la discussion avançait, découvrant l’intérêt et l’engagement des hommes à l’insigne d’oiseau.

▬ … J’ai l’impression que beaucoup des jeunes diplômés se dirigent vers l’Art de la Guerre plutôt que de s’engager sur la Voie de la Diplomatie, notre village est par définition un village militaire… Ce n’est pas le sang versé que nous devrions chercher mais plutôt à conserver celui de nos confrères.  
▬ Malheureusement, la population des nations du monde ne pense pas comme toi. Les mentalités sont différentes, les envies aussi… Certains villages ou personnes influentes recherchent à avoir le morceau de terre plus grand que le voisin, qu’importe la raison et les moyens pour y parvenir, c’est pour cela que nous existons.  
▬ Mais…  
▬ Et que le Sazori aussi.  

L’explication qui suivi te sembla plus limpide après la digestion. Les différents corps d’armée fonctionnaient tous à l’unisson et plus encore, ils se complétaient plus aisément. Là où une unité avait été vaincu, une autre voie pouvait être conduite pour reprendre la stratégie d’attaque ou de défense. C’était un jeu intéressant, de placement, bien plus stratégique qu’il n’y paraissait.

▬ Je peux comprendre ta vision utopique ; cette envie de défaire les chaines du monde. Sache aussi que le Manazuru ne s’occupe pas seulement de la politique extérieure du village, il est quelque part le Fer de Lance d’Iwa, dirigeant la majeure partie des explorations et des recherches territoriales.  
▬ Découvrir le plus de territoire possible pour en acquérir le maximum ?  
▬ Ne sois pas hargneux avec le droit de propriété, aha. Tu oeuvres pour ton village et pour son Bien Suprême, garde ça en tête.  
▬ … Oui Chef !  

En tant que non natif du Pays de la Terre, l’attachement que tu pouvais avoir à cette dernière et plus précisément au village était certainement différente de quelques pensées natives. Toutefois, cela ne t’empêchait pas d’avoir confiance en Rokkusu, bien que ce nom ne soit plus d’actualité.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Ven 8 Fév 2019 - 10:48
. : Pas lin sans l'autre : .



Symboliquement, la traversée était une nouvelle étape dans ta carrière de Ninja, simple mission, la confiance mise entre tes mains animait une légère flammerole au creux de ton coeur. La journée de marche passa plutôt vite, sans encombre, bien au contraire même. Iwa n’avait pas dépêché de chevaux pour vous, la force de vos jambes et votre entrainement à la marche forcée trouvait tout leur sens à ce moment-là, une bonne condition physique était plus que nécessaire !

Vous étiez parti à midi pile, peut-être quelques minutes après. Le soleil avait eu le temps de se dissimuler plus aisément derrière quelques nuages, vous narguant de quelques vagues de fort vent amer. Finalement après plusieurs heures de marche et surtout, quelques pauses, vous vous stoppèrent dans un village intermédiaire, quelques habitants tout au plus, un arrêt pour les voyageurs qui cherchaient plus intéressant ailleurs mais assez accueillant pour poser les affaires contre le sol et avoir un repos serein.

Alors que la nuit était tombée, ton maitre instructeur montra du doigt une légère auberge où la décision fut prise d’effectuer un arrêt pour la nuit. Point d’inquiétude, il annonça qu’il s’agissait d’Iwa qui réglerait la note finale, bien qu’il ne fallait pas en abuser selon ses dires. C’est exclusivement lui qui s’occupa de la note, du règlement du repas ainsi que de divers paramètres. Il fallait croire que la montée en grade allait de pair avec les responsabilités, surtout administratives.

▬ On va passer la nuit ici, ta chambre se situe au fond du couloir, pose tes affaires et rejoins moi, le repas ne devrait pas tarder à être servi.  

Tu hochas positivement la tête, ayant au préalable ôtant ton épaisse capuche noiraude par signe de respect. Sans dire mot, ton enveloppe corporelle se dirigea vers la bâtisse minimaliste, cela te convenait, le matérialisme ne te touchait point et qu’importe le duvet qui t’apportait le sommeil, cela restait un bonheur auquel les gens n’avaient pas tous accès. Ton sac et tes affaires plus généralement gagna un coin de la pièce, avant que tu ne tournes rapidement les talons, rejoignant ton instructeur.

L’odeur éveilla tes sens, une journée presque entière de marche creusait l’esprit mais aussi le corps. Prendre des forces par le bais de la tranquillité gastrique, une idée que tu allais dévoré avec enthousiasme ! La table était dressée humblement, sans superficialité superflue, la simplicité paysanne qui éloignait des vices des grandes métropoles. Peu après votre installation, les plats arrivèrent. Du riz, des pâtes de riz, de la soupe et quelques morceaux de viande qui semblait provenir des alentours. La cuisine n’était pas élaborée, plus synonyme de copieuse et surtout de généreuse et sincère. La servante se retira rapidement, courbant le dos comme voulait les habitudes de la région.

▬ Connais-tu les deux producteurs chez qui nous allons ?  
▬ Eh bien… Hormis les informations décrites dans la mission, j’ai peur que non. Ce sont les deux plus grands producteurs de lin. Apparement ils semblent fournir la majorité des vêtements de notre territoire, c’est pour cela que notre mission est importante, ils sont une force économique indéniable pour Iwa.  
▬ Exactement, le lin est une matière naturelle indispensable à notre pays, il y a de nombreuses étapes de transformation avant de pouvoir s’en servir comme vêtements mais pas que. Cordages, voiles de bateaux, même la gastronomie est touchée par cette plante. Si le conflit n’est pas réglé, c’est plusieurs industries qui seront touchées.  
Courte pause, il reprit.
▬ Nous devons voir ce qui est décidé en terme de contrôle de territoire, qui empiète sur l’autre et pourquoi. Avoir un monopole commercial risquerait de nuire à long terme à notre économie, c’est aussi pour cela que nous sommes dépêchés sur les lieux.  
▬ … Plusieurs… Acteurs sur le même marché demande d’être plus…  
▬ Disons être plus compétitif, aha.  

Mouvement de tête, tu soufflas rapidement sur ta soupe dont la chaleur s’échappait encore du bol en porcelaine. Que cela ne tienne, cette mission soulevait bien plus de questions qu’il y paraissait, une simple bataille entre deux personnages importants… Tu avais hâte d’être demain.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Jeu 14 Fév 2019 - 16:42
. : Pas lin sans l'autre : .



Le reste de la soirée oscilla entre briefing personnel de la mission, sondage et papotage habituel entre humains. La matinée arriva assez tôt, de même pour le réveil. Il restait encore beaucoup de choses à faire et surtout de distance à parcourir avant d’arriver à destination. L’objectif était d’y être avant Midi si cela était possible. C’était à la presque aurore que vous repartirent donc, sac à dos sur les épaules, la tête pointée vers l’horizon et l’envie d’en découdre avec ce cas bien particulier !

La traversée se passa sans réel problème, se référant simplement à la carte donnée par les autorités compétentes. De plus, le Chuunin qui t’accompagnait avait déjà eu l’occasion de se rendre au sein de ces deux villages, c’était donc une partie de plaisir pour lui, comme pour toi sur la finalité de la chose. Un léger petit déjeuner dans le ventre et l’aventure se déroulait aisément. C’est finalement quelques heures plus tard que le duo d’Iwa arriva à Bali. Le village était plus modeste que la grande métropole militaire, plus rustique aussi. Les gens semblaient vivre de leur récolte pour la plupart, parfois de la métallurgie ou bien de la chasse. Un endroit qui semblait sage, un peu hors du temps.

Immédiatement, ton superviseur se renseigna aux portes du village, à quelques chalands de la zone pour connaitre le chemin vers la première famille de producteur. Bien que l’heure habituelle semblait être prédisposée à la nourriture, l’heure était pour vous à la négociation et à la compréhension de votre problème. Le lin et sa production ne devaient en aucun cas prendre du retard. C’était la faible industrie interne de la mode et plus généralement du textile qui en dépendait, mais aussi, mine de rien, des exportations qui pouvaient parfois rapporter gros à Iwa qui jouait, souvent, un rôle là-dedans. Les escortes ça ne servait pas seulement à occuper du bon vieux temps.

▬ Excusez-moi, le chemin le plus rapide pour le domaine des Asato ?  
▬ Hum… Il va falloir que vous traversiez l’intégralité du village, rassurez-vous ça ne sera pas loin, aha. Et… Tournez sur votre droite puis continuez sur quelques mètres, vous ne le raterez pas !  
▬ Merci de vos renseignements, bo…  
▬ Vous êtes des ninjas d’Iwa ?  
▬ Oui, nous venons défaire quelques noeuds, pas d’inquiétude…!  
▬ Hum…  

L’ancêtre se retourna, tournant le dos à ton superviseur. Il fallait croire que tous le monde n’appréciait pas forcément l’autorité des villages militaires, surtout au vu de l’explosion de délinquance ces derniers temps, l’encre avait fait coulé quelques larmes et fait naitre plusieurs flammeroles de peur. Que cela ne tienne, le petit groupe continua sa marche, suivant les indications de l’homme barbu. La traversée se fit rapidement et vous arrivèrent sans soucis aux portes extérieures du village, donnant par la suite sur le prochain lieu à savoir celui de Kankun.

▬ Le domaine est là-bas, ne perdons pas plus de temps.  

D’un signe du doigt, l’homme du Manazuru pointa l’imposant établissement qui se défilait sur plusieurs kilomètres de champs de lin. Le textile encore sous forme végétal flânait au vent et au soleil qui pointait le bout de son nez. Apparement, certaines cultures étaient prêtes à être récolter et d’autres à être semer, une vraie plaque tournante semblait naitre ici. Quelques mètres de marche dans un chemin tracé au préalable, et vous voilà devant le domaine. Le rendez-vous étant fixé à l’avance, vous pouviez apercevoir plusieurs personnalités sur le pas de la porte.

Un homme à l’air qui semblait dur et aux mains rongées par le travail.
Une demoiselle jeune, discrète se tenant légèrement à l’écart.
Une grand-mère à l’air bienveillant qui semblait offrir le bonheur derrière ses épaisses lunettes.

▬ Au boulot gamin.  

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Lun 18 Fév 2019 - 22:04
. : Pas lin sans l'autre : .



En signe de respect, toi et ton supérieur mirent un genoux sur le sol, la tête basse pendant quelques secondes. Cela te rappelait aisément les cérémonies religieuses de ton clan où le rapport de hiérarchie par rapport aux anciens restait quelque chose de sacrée. Dans une certaine mesure, cela ne te gênait pas plus que ça, tu étais habitué à cela et c’était peut-être pour ça que tu n’avais pas eu tant de mal que ça à t’adapter au village commercial d’Iwa.

▬ Famille Asato, nous sommes envoyés par Iwa pour régler le conflit qui ronge les terres de Bali et de Kankun. Voici notre missive officielle, avec les amitiés de nos plus proches collaborateurs financiers. 

Azu sorti la missive d’un paquetage de son dos et la tendit humblement à l’une des trois personnes. Le plus imposant descendit du léger ponton devant la maison avant de se saisir de la lettre, la lire. Un léger coup d’oeil sur vos faciès ainsi que vos bandeaux et vous pouviez enfin vous remettre droit, toujours sous le regard puissant de ce qui semblait être le dirigeant de ces terres.

▬ Relevez-vous, je me nomme Asato Ero, père et dirigeant de notre société. Voici ma respectable mère, Asato Eiko. Enfin, ma douce et somptueuse fille, Asato Kaho. Elle devra reprendre notre aventure familière après mon départ, mes espoirs dans ses femmes ! 

Vous vous inclinèrent passivement mais surtout respectueusement face aux deux demoiselles, avant que ces dernières fassent de même. Une fois les conventions sociales finies, Ero vous indiqua que la seconde famille avait prévu de venir au sein du territoire, selon toute apparence les deux entreprises avaient déjà eu plusieurs entrevues et avait décidé de clore une bonne fois pour toute cette affaire. Et vraisemblablement, c’était le domaine des Asato qui avait été choisi. Restait-il à savoir comment et par quel moyen. Être à domicile était toujours plus avantageux, une négociation qui ne se passait pas en territoire neutre. Cela questionnait.

Le rendez-vous était fixé quelques heures plus tard, après le diner et l’heure de la sieste selon les dires de l’antique mère. Tu esquissas un léger sourire, au moins cela vous permettait de récolter quelques informations, la situation n’était pas optimale, cette réunion surprise vous mettez le couteau sous la gorge. Il fallait soit gagner du temps, soit être le plus efficace possible. Tu profitas d’une légère distance entre les Asato et votre duo pour soumettre ton inquiétude à ton supérieur hiérarchique.

▬ Dites, vous ne trouvez pas ça curieux que les négociations se fassent sur le territoire des Asato ? Un endroit neutre serait peut-être plus approprié… 
▬ En effet, les conditions ne sont pas optimales pour l’autre camp, et pour nous aussi. Notre objectif principal va être de gagner du temps pour mieux cerner la situation dans laquelle nous sommes… 
▬ Vous connaissez les membres du domaine de Kankun ? 
▬ Oui, j’ai déjà eu à traiter avec eux par le passé, la famille Sato. Une production importante mais une culture et disons… Une ethnique différente, ce n’est pas la première querelle entre eux, et ça ne sera certainement pas la dernière. 
▬ C’est… Triste. 
La distance s’élargissant, le chef de meute fit demi-tour vers votre position.
▬ S’il-vous-plait, rapprochez-vous donc ! Vous êtes aux hôtes, nous allions justement passer à table. Joignez-vous donc à nous, le repas est typique de Bali, je sais d’où provient chaque infime partie de ce repas ! 
▬ Avec plaisir Monsieur Asato. 

Il valait mieux aller dans leur sens, pour le moment. De plus, vous n’aviez pas pris le temps de faire quelconque pause durant le voyage, du moins depuis ce matin. Ton ventre tiraillait légèrement sous l’impulsion de la faim, un repas ne pouvait pas faire de mal…
Quoique ?

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Mar 19 Fév 2019 - 15:07
. : Pas lin sans l'autre : .




La maison était spacieuse, imposante, finement décorée par plusieurs mains féminines. Sans misogynie apparente, cela se sentait dans les teintes, les fleurs, l’odeur qui se baladait nonchalamment dans la majorité de la pièce. Le cadre de vie était un cadre agréable, cela allait sans dire. Vous dépassèrent un premier long couloir où les servantes semblaient se bousculer pour effectuer diverses tâches. Cuisine, ménage, préparatifs divers et variés, cela ressemblait à une vaste usine fonctionnant à plein régime.

Finalement et après quelques minutes de déambulation, vous arrivèrent finalement devant une imposante table rectangulaire, les assiettes étaient déjà mises, les nombreuses baguettes et ustensiles exotiques aussi. Quelques verres et surtout, de la décoration, du tissu, etc. Cela faisait beaucoup de choses pour pas grand chose, la joie de l’ostentatoire. Ce n’était pas un mouvement que tu appréciais plus que ça, cela te mettait mal à l’aise, presque irritant. Derrière ton épaisse cape, tu pouvais sentir le poids de tes livres de Nécromancien qui gémissaient sous les âmes en peine. Il y avait eu beaucoup d’esprits éreintés et malades qui naviguaient ici, entre deux mondes, entre deux toiles fines. Sûrement le coût de l’industrialisation, du début de l’apparition de la surconsommation et surtout, de la quête du profit à tout prix.

▬ Asseyez-vous donc ! Le repas arrive bientôt ! 

La famille Asato s’assied d’un seul et unique côté de la table, ainsi, par presque obligation vous firent de même. Un face à face qui avait un goût de négociation plutôt que de repas amical. Grinçant des dents sans t’en rendre compte, tu pris place face à tes bourreaux du moment alors que l’entrée gastronomique commençait déjà à venir. Le service était rapide, propre, sans aucun mot. Des fantômes teintés de noir et de blanc, se tenant derrière vous, le dos parfaitement droit. Tu regardas la légère tambouille présente dans ton assiette, cela semblait être du canard accompagné par une légère farandole de légumes et de racines. À cela venez s’ajouter une petite sauce noiraude qui, selon les dires, devaient être sucrée.

▬ Monsieur Asato, si vous me le permettez, j’aimerai parler de la raison de notre venue ici… 
▬ Aaaah, ils ne perdent pas le Nord, ces Iwajins ! 
Marmonna la grand-mère devant sa soupe, spécialement préparée pour elle.
▬ Vous avez raison, soyons honnête entre nous… Il existe une dissonance entre les Sato et les Asato, les Sato rogne sur nos territoires, ils coupent notre lin et plante le leur. 
▬ Sans vous en avertir ? 
▬ Hum, disons qu’ils ont eu l’amabilité de nous déposer le lin face à notre bâtisse, mais… 
▬ Pourquoi vous ont-ils pris une parcelle de terre du jour au lendemain ? 
▬ C’est suite à un accord entre nos deux familles, disons que… 
▬ Kaho, ça suffit ! Ces histoires ne te regardent pas ! 
▬ Mais… Père. 
▬ Ça suffit j’ai dis ! 

Tu levas un sourcil alors que tu allais avaler un morceau de canard, qui, il fallait le dire, était loin d’être mauvais. La nourriture était de qualité, à défaut des relations familiales. D’un oeil, tu remarquas que l’ancêtre féminin apposa sa main fatiguée sur celle de la demoiselle dont les joues s’étaient rougies, certainement par une haine presque dissimulée. Il y avait quelque chose qui clochait entre ces trois compères, il restait à fouiller.

Le calme retomba peu à peu alors que le malaise ambiant disparaissait et les faux sourires reprenaient. Le père semblait tenir d’une main de fer les demoiselles malgré les propos qu’il avait tenu un peu plus tôt.

▬ Si l’on souhaite que ces deux jeunes hommes nous viennent en aide, il faudrait être honnête avec eux… 
▬ … Soit. 

Le regard d’Ero se porta sur sa jeune fille, apparement, elle qui n’avait pas souvent dit mot pour l’instant semblait avoir quelques secrets bien gardés…

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Mer 20 Fév 2019 - 16:00
. : Pas lin sans l'autre : .




▬ Je vous demande pardon ? 

La raison exacte de votre venue venait de sortir, d’éclater au grand jour tel un mauvais bouton d’acné que l’on perce devant un miroir sali par les usages quotidiens. Pour dire vrai, cela avait eu l’audace de te faire rire jaune intérieurement, mais rire quand même. Cette mission prenait une tournure assez particulière au vu de l’intéressement et du pourquoi du comment des terres disputées par les uns et les autres. Tu comprenais mieux.

▬ Je vous demanderai de faire en sorte que cette histoire reste secrète. Je compte sur le professionnalisme d’Iwa et le vôtre. 
▬ Ça ne sera pas un problème, je vous l’assure. 
▬ En effet, nous réglerons cette histoire sans la moindre vague. 

Alors que l’entrée se faisait débarrassée par une légion d’esclaves fonctionnaires, le reste du repas arrivait peu à peu, toujours avec cette même expertise, la même passion mais surtout, la même exigence. L’évènement était certainement une terrible tragédie pour la famille Asato, cela ils avaient certainement dû revoir leur plan sur plusieurs années. Cela en était presque burlesque, mais il s’agissait de la réalité et vous alliez devoir travailler avec. Que cela ne tienne, ça allait vous permettre d’être toujours plus efficace, toujours plus rapide et surtout, de devoir travailler sous la pression, comme un réel militaire et Ninja.

▬ Il y a eu un égarement de la part de ma fille, nous ne pouvons pas... Annuler cela, et j’espère que… Que ça nous apportera une bonne moisson. 

L’homme joint ses deux mains, comme un signe de prière, ses deux paupières se fermèrent lentement, comme un appel à la prière à sens unique. De son côté, la jeune fille prénommé Kaho se sentait bien mal à l’aise face à la situation, tête basse face à son assiette, quelques mèches de sa chevelure s’était détachée, tombantes nonchalamment vers la table. Les histoires de famille, qui plus est, lorsque ces dernières commençaient à se mêler des affaires professionnelles devenaient toujours compliquées, et y inséré le village d’Iwa au milieu de tout cela devenait presque épineux.

Sans trop savoir pourquoi, tu commenças à réfléchir intérieurement. Triturant à l’aide de tes baguettes, le plat de résistance. Un tel évènement aurait dû rendre les gens soudés, et non le contraire. Tu avais un certain mal à comprendre l’avarice de l’homme, une chose était sûre : Il y avait besoin de médiateurs, de personnalités neutres pouvant dégager le vrai du faux et surtout, pouvoir être Ultime Juge.

Dans un autre registre, le second plat, quand à lui, était composé de riz collant ainsi que de porc sauté, encore une fois, quelques légumes verdâtres venaient finaliser l’assiette. L’appétit disparaissait peu à peu alors que le problème commençait à naitre dans ton cerveau. Le coeur du problème était… Était un problème qu’on ne pouvait pas effacer, ce n’était pas éthique, ce n’était pas humain. Il fallait composer avec et voir au-delà de la simple maladresse juvénile de la demoiselle.

▬ Nous ferons en sorte que cet enfant soit synonyme d’unification des deux familles, Asato comme Sato. Vous avez la parole d’Iwa. 
▬ … Merci. 

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Mer 20 Fév 2019 - 20:48
. : Pas lin sans l'autre : .




Le repas continua, entre compréhension du sujet, soupçons mais aussi hypothèses diverses et variées. Il fallait faire le point avec ton supérieur hiérarchique, en dehors de la présence des Asato, pour pouvoir convenir d’un plan et faire en sorte que le duo aille dans la même direction. Le plat principal ainsi que le dessert passèrent assez rapidement, finalement, le thé vint conclure cette entrevue assez particulière. Alors que ton regard mortuaire se baladait nonchalamment à travers la pièce, l’une de tes prunelles se stoppa sur un point d’ancrage, et, cela fut la jeune demoiselle qui se faisait bien discrète depuis la révélation du conflit.

Il était triste de voir que le simple fait d’aimer et d’être aimer en retour puisse amener à ce genre de situation, qui, il fallait le dire, était plus que conflictuelle. Le point de vue du Père allait être intéressant à avoir pour mieux comprendre la chose. Habituellement, la venue d’un enfant au sein d’une famille était un lien qui allait re-soudre les débris qui avaient pu s’installer au fil des nombreuses années, comme dans tout famille et dynastie. Il était triste qu’une nouvelle vie à naitre amenait à des tensions qui n’avaient, en étant honnête, pas lieu d’être.
Qu’il en soit ainsi.

▬ Donc, si on récapitule vos informations…  
▬ Oui…  
▬ Kaho ici présente avait une relation cachée avec l’un des fils Sato, de cette relation est apparu un enfant qui doit naitre dans quelques mois. Monsieur Asato, vous avez vu cela comme un affront, et avez demandé réparation. Les Sato ont donc pris la décision - sous votre accord - de prendre l’enfant sous leur aile. En échange de cette bouche de plus à nourrir, vous avez fait don de quelques parcelles de terre, achetant par la même occasion leur silence. Malheureusement, les Sato n’ont pas respecté votre accord et occupe maintenant plus de terres que prévu. 
▬ Ils comprennent vite, ces Iwajins !  
▬ C’est bien cela, jeune homme.  

Sacré bordel. 
Tu hochas positivement la tête, comme un signe de respect, puis, tu demandas à sortir de table après avoir fini ton thé. L’heure n’était plus aux papotages autour de divers aliments, bien au contraire. L’heure était à la réflexion, à la supposition, à l’appuie sur des textes de loi et encore plus, sur sa propre foi envers les institutions administratives de la puissance métropole commerciale. Mais, un accord aussi particulier faisait-il écho aux textes juridiques qui commençaient à apparaitre un peu partout dans ce monde en plein changement ? La question semblait légitime.

_ _ _ _ _
Un moment plus tard.

▬ Monsieur Azu, comment faire face à une situation aussi particulière ?  
▬ Hum…  

L’homme pencha sa tête et te regarda trifouiller dans plusieurs épais bouquins, certains de lois, d’autres de sociologiques voire même de sémiologie. Enfin, tout cela semblait être les prémisses de plusieurs avancées philosophiques, une espèce d’Avant-Garde intellectuelle.

▬ Malheureusement, tu ne trouveras pas la réponse dans tes bouquins, Yûrei.  
▬ Ah ?  
▬ Un cas comme celui-ci est fondamentalement rattaché à la nature de l’homme, qui plus est, il s’agit d’un accord secret, je te le rappelle.  
▬ Je comprend mieux pourquoi les Asato souhaitent que les négociations se tiennent ici.  
▬ Exact, quel est ton objectif pour cette mission ? Qui souhaites-tu protéger avant tout dans cette histoire ?  
▬ … J’imagine Kaho et son enfant. Mais mon objectif serait que le père de Kaho accepte l’enfant, il pourrait être… Je n’aime pas ce terme, mais le ciment entre les deux familles, cela profiterait alors aux deux dynasties mais aussi à Iwa. Une production de lin plus imposante, contrôlée et surtout amicale.  
▬ Ah les jeunes, toujours plein d’espoir, ça fait plaisir !  
Mains sur les hanches, le Chuunin s'esclaffa légèrement.
▬ L’espoir est le premier pas vers la déception…  

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Mer 20 Fév 2019 - 22:39
. : Pas lin sans l'autre : .




Alors que l’heure de la sieste arrivait, au loin, et lors de la discussion que tu avais avec ton supérieur hiérarchique, vous purent apercevoir plusieurs membres au loin, se distinguant parmi les légères fleurs de lin et les quelques autres plantes qui naissaient ici et là. Immédiatement, tu fermas tes lourds bouquins que tu laissas sur le côté de la devanture de l’imposante bâtisse. Il était hors de question de laisser une occasion comme celle-ci ! À défaut de n’avoir pas eu le temps de se rendre dans les deux villages, il était temps d’obtenir la version des faits des Sato.

▬ Chef, les Sato sont là ! 
▬ Allons les accueillir avant les Asato, nous pourrons avoir leur version des faits. 

Sans attendre, vous vous dirigèrent alors vers le petit groupe qui se rapprochait aussi de votre position. Après quelques mètres de marche, les deux entités se rencontrèrent. Azu, selon ses dires, connaissait déjà les Sato, ayant déjà eu des « problèmes » avec eux par le passé. Eux aussi, étaient trois.

▬ Azu, eh bien alors ! Ça ne m’étonne pas de te voir dans les parages… 
▬ Toujours, je vous présente Yûrei, mon binôme aujourd’hui. 
▬ Enchanté. 
▬ De même ! Je te présente mon fils en pleine force de l’âge, Sato Ari ! Voici ma fille, Sato Eri ! Et enfin, moi-même, père et propriétaire de la plus belle et somptueuse production de lin du pays, Sato Fune ! 

Les trois personnages s’inclinèrent respectueusement et tu fis de même à ton tour. Apparement et au vu du caractère du personnage, cette famille-ci semblait être largement moins protocolaire que les Asato, cela expliquait peut-être pourquoi ils n’avaient pas rechigner à prendre l’enfant, finalement, peut-être étaient-ils plus humains que le propriétaire du domaine de Bali ? Ton regard se balada aisément sur les trois protagonistes, leurs habits étaient soignés bien que simples et sans ornements superflus, au premier abord, ils aspiraient plus confiance, mais les apparences pouvaient être trompeuses.

▬ Nous avons quelques questions à vous posez si vous le voulez bien Monsieur Sato… 
▬ Messieurs, même. 

Le jeune homme sembla légèrement gêné, une petite moue boudeuse, un regard vers le sol et un coup de pied contre le sol, soulevant légèrement un peu de poussière. Compliqué était la vie de jeune père, c’était certain. La jeune fille, elle, resta plutôt discrète, occupant certainement la même position que chez les Asato, la position de la femme était généralement un second rôle sans grande conviction. La femme, un être pour l’instant sous estimé dans certaines sociétés, les villages Ninja offraient une relative équité entre les différents sexes, les capacités au combat étant plus importantes que la pilosité faciale d’un humain, mais il fallait croire que les sociétés agricoles restaient rattachées à des valeurs anciennes.

▬ On aimerait avoir votre version de l’histoire avant le début des négociations… 
▬ Nous avons eu celui des Asato et vous semblez ne pas respecter la superficie du territoire qui vous a été offert. 
▬ Ça coûte cher, une bouche à nourrir ! Ce salaud d’Ero refuse de s’occuper du gosse ! 

Apparement, les Asato n’avaient pas menti sur le problème. Après tout, ils y avaient rien à perdre à cela. Au fait de mentir, au fait de vous mentir. Tu regardas le Chuunin, après tout, ce dernier connaissait bien mieux cette famille que toi, peut-être valait-il mieux qu’il gère cette partie-là ? Finalement, tu décidas de te mettre un peu en retrait, l’écoute permettait aussi d’apprendre, tu n’étais qu’un Genin, tu ne pouvais pas avoir la main mise sur toute la mission, il s’agissait d’un travail d’équipe et chacun avait sa partie dans l’équation.



Ainsi, tu observas le Manazuru.
Dans toute sa splendeur ;
Dans toute son expertise.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Jeu 21 Fév 2019 - 12:35
. : Pas lin sans l'autre : .




Tu écoutas alors d’une oreille attentive le récit du second foyer. De ce que tu comprenais vaguement, l’histoire semblait être relativement la même qu’avait annoncé la lignée Asato, la grande différence se trouvait finalement dans la chose suivante : Il y avait une mauvaise famille et une bonne famille. Toutefois, dans une vision purement objective, les Sato n’avaient pas respecté le contrat. Un contrat, même si ce dernier était oral se devait d’être respecté dans les plus proches règles et délais, bien entendu, un contrat écrit était toujours préférable. Le père ainsi que le fils se chargèrent de raconter l’histoire à leur sauce, il y avait quelques différences mineures mais apparement vous étiez bien là pour un drôle de problème : Un Amour Interdit et un enfant qui n’avait pas lieu d’être.

▬ J’aime de tout mon coeur Kaho ! Et je souhaite m’occuper de l’enfant avec elle, demandez-lui, elle vous dira la même chose !  
Cracha le fils, ses mains contre sa poitrine, lui donnant un air de fausse princesse.
▬ Le problème, c’est le père Asato, c’est moi qui vous le dit. Ce vieux bougre est borné au possible !  

Malheureusement, il était compliqué de changer la nature profonde de l’homme en une seule et unique séance de négociation. Cela commençait à devenir inquiétant selon toi, une mise au point s’imposait avec Monsieur Asato, toutefois, pas sûr que l'hominien décide ou voit d’un bon oeil cette union, à la fois amoureuse, amicale mais surtout économique. Sans que tu t’en rendes véritablement compte, un soupire échappa de tes deux commissures sanguines, soit. Il était l’heure de faire en sorte que les deux ascendances s’installent autour de l’imposante table rectangulaire qui avait servi un peu plus tôt dans la journée.

▬ Une union vous semble-t-elle envisageable de votre côté, famille Sato ? 

Les trois nouveaux protagonistes se regardent tour à tour, un peu perdu de cette situation et surtout de cette proposition qui semblait presque burlesque. À défaut d’une union, un compromis pouvait être trouvé, notamment sur le nombre de m2 offert à la famille Sato, mais, on le voyait déjà, ces conditions n’étaient absolument pas viables sur le long terme, les tensions étaient déjà fortes, puissantes. Après quelques minutes de concertation qui semblaient intense, une voix s’éleva peu à peu entre le trio.

▬ Eh bien… Il est vrai que l’union est un cadre plus agréable à la venue d’un nourrisson. 
▬ Heureux de vous entendre dire cela. 

Il ne restait plus qu’à convaincre la famille Asato.
Il était simple, limpide, un père était forcément attaché à son enfant. Peu de négociation, juste une mise en situation de l’évidence. Tant mieux, 50% du travail venait d’être fait. Vous mirent encore quelques soucis au point avec les Sato avant de décider, d’un accord commun, de revenir vers l’imposante bâtisse des Asato. De façon totalement inconsciente, une boule commença à naitre à l’intérieur de ton ventre, te tordant légèrement les intestins, le stress ? C’était fort probable, une mission comme celle-ci pouvait te faire avoir quelques sueurs froides. Déglutissant lentement, tu venais de ressentir l’avenir de ses personnalités ouvrières sur tes épaules, comme une responsabilité bien ancrée dans la réalité.

▬ Bien, rejoignons les Asato au sein de leur demeure, les négociations vont pouvoir commencer. 
▬ Pensez-vous réellement qu’il est possible d’unir nos deux familles après plusieurs années à se battre pour notre production de lin ? 
Un léger silence s’installa, le doute n’avait pas sa place.
Pas aujourd’hui.
▬ Nous œuvrons pour l’Union entre les Peuples, nous sommes Iwa, vous êtes le terreau de Tsuchi, ne laissons pas une amertume faire fâner une entente qui pourrait être profitable à tous… 

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Jeu 21 Fév 2019 - 17:19
. : Pas lin sans l'autre : .



Vous vous trouviez maintenant tous autour de l’imposante table rectangulaire, du côté gauche se trouvait les Sato, du côté droit se trouvait les Asato. Les négociateurs, toi et Azu, se trouvaient au bord du mobilier, comme des juges divins, implacables et dont la sentence était totalement neutre. Au travers des pupilles des deux jeunes amoureux, l’on pouvait ressentir de la tristesse, un sentiment qui ne devrait pas avoir lieu en ce jour-ci. La célébration d’un nouvel être devrait être l’occasion de réunir plusieurs personnalités, de mettre de côté les problèmes familiaux. Malheureusement, c’était tout l’inverse qui se passait depuis plusieurs semaines.

▬ Bien, nous sommes ici pour trouver une solution qui convienne à tous, l’objet de la discorde est… La relation entre Asato Kaho et Sato Ari ainsi que l’enfant que porte Kaho.
▬ En effet.
La voix du père des Asato était froide, dénudée de gentillesse.
▬ Que nous soyons tous d’accord, les Sato ici présent ont obtenu la garde de l’enfant, en échange, ces derniers ont reçu plusieurs parcelles de terre pour contrebalancer le fait que l’enfant soit... Disons-le, une charge financière importante.

Le terme était horrible, il fallait être honnête. Mais d’un point de vue totalement neutre, et il s’agissait de votre rôle, c’était le cas. Un enfant demandait une attention particulière, des soins tout aussi importants, une nourriture adaptée, etc. Il y avait de nombreux paramètres à prendre en compte à la vue d’un enfant ! Plus tu y réfléchissais et plus la liste semblait longue... Encore que, tu pouvais être sûr que tu oubliais la moitié des choses essentielle au bon développement d’un enfant en bas âge !

▬ C’est bien cela...
▬ Malheureusement, les Sato trouvent que les parcelles données par les Asato ne sont pas suffisantes pour contrebalancer l’adoption de l’enfant.
Le regard d’Azu, le Chuunin, se porta alors sur les Sato.
▬ Nous sommes bien d’accord ?
▬ Oui, un enfant coûte cher de nos jours...! Les Asato ont largement de quoi subvenir aisément aux besoins de l’enfant.

Ton regard s’arrima sur la réaction des Asato, la grand-mère ne semblait pas choquée outre mesure par les propos tenus, de même que la future mère. Ces deux personnes étaient encore restés sans voix, de même pour une large partie des Sato. Il fallait croire que les propriétaires menaient d’une main de fer dissimulée leur petite famille. Ils seraient d’ailleurs intéressants d’avoir leur point de vue sur la chose, tu soupçonnais la Mamie d’être du côté du jeune couple, cela pourrait faire pencher la balance en votre faveur.
Tu te raclas la gorge, et pris la parole.

▬ Soit, maintenant que nous sommes d’accord sur l’origine du conflit, il est temps d’écouter deux personnes qui sont, à notre avis, rester bien trop en retrait depuis le début...
Tu aperçus un léger sourire de la part de l’ancêtre Asato.
▬ Kaho et Ari, que pensez-vous de la situation actuelle ?

Bizarrement, un certain silence s’installa. Il y avait eu une crainte d’une explosion de la part des deux Chefs de famille, et notamment concernant le domaine des Asato. Mais ce dernier resta muet, les mains croisées, les coudes sur la table. Son regard, toutefois, était d’une certaine dureté.

▬ On vous écoute.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Jeu 21 Fév 2019 - 21:20
. : Pas lin sans l'autre : .




Il y eu un échange de regard, bref mais bien présent. Il était assez aisé de sentir la tension entre les deux familles mais malgré tout, il y avait quelques bonnes intentions et tu espérais que les deux amoureux allaient réussir à faire tourner la roue, car il fallait être honnête, votre stratégie reposait entièrement sur ces deux protagonistes ! Il fallait donc faire attention à ce que les maux ne dépassent pas les mots et les paroles. Le coeur presque battant, tu attendais avec une impatience totalement dissimulée les paroles des deux jouvenceaux. Ils plaideront votre cause, c’était sûr et certain !

▬ Pour être totalement honnête avec vous… Et avec ma famille… 
▬ Nous souhaiterions que les familles reconnaissent notre Amour et notre Enfant, c’est aussi simple que cela. 
▬ Une Asato avec un Sato ? Hum...! Et puis quoi encore ! 
▬ Monsieur Asato, veuillez respecter le temps de parole de chacun. 

Le Père Asato grommela dans une barbe qu’il n’avait pas. Ce personnage avait un peu de mal à comprendre la notion de « négociation ». Bizarrement, c’était l’une des personnes les plus âgées de la pièce et il se comportait comme un enfant en manque de sagesse, c’était dommage. Pour lui, pour sa famille mais aussi pour les ponts que vous essayiez d’installer depuis la matinée. Il était vrai que ce personnage commençait à devenir légèrement irritant à force, mais une mission sans problème n’était pas une vraie mission, c’était un cas véritable !

▬ Père, désolé si la situation ne vous convient pas, mais… J’ai… J’aime Ari de tout mon coeur et il est hors de question pour moi d’être loin de mon enfant. 
▬ Me concernant, je m’occuperai de votre fille et de notre enfant avant tout le reste ! Ils sont des cristaux incassables à mes yeux ! 

Il s’agissait là de mots qui faisaient chaud au coeur, surtout dans cette ambiance de tension légère et de problèmes mondiaux qui commençaient à apparaitre un peu partout. Cela donnait foi en l’espèce humaine, cela donnait foi dans le monde, cela donnait foi en ce qui avait de plus beau dans l’humain, à savoir la compassion et l’entraide. Oui, Yûrei, tu n’es qu’un gamin avec des idéaux qui allaient être balayés avec le temps, la vague sombre de la violence et de la déchéance. C’était comme ça et tu capteras cela dans plusieurs années, lorsque les missions deviendront légions, lorsque tu n’auras pas pu sauver tout le monde. Le diable avait des cornes et pour l’instant, tu n’apercevais que son sourire…

▬ Ecoute donc la jeunesse Ero, cela ne te rappelle pas la tienne ? Toi qui était si fougueux avant de connaitre la mère de ta fille… Ça aurait pu t’arriver, tu sais… 

Les anciens étaient toujours de bon conseil, la grand-mère venait de remettre à sa place son fils et cela faisait plaisir à voir, même si, sur ton faciès, n’apparaissait rien. Professionnalisme avant tout ! Surtout en la présence d’un membre supérieur de la hiérarchie Ninja.

▬ Ero, mon ancien ami, arrêtons de nous battre pour quelques parcelles de terre, je te rend tes terres, accepte mon fils comme gendre de ta fille et voyons en ce nourrisson à venir une occasion… 
▬ Une occasion ? Laisse-moi rire ! 
▬ L’occasion d’expansion… L’union fait la force, tes ouvriers le savent bien, alors applique aussi ce conseil. 

L’homme Asato grommela une énième fois. Apparement, le voilà dos au mur sans qu’il ne puisse faire grand chose. Le tour de force, le poids du nombre, voilà des données qui frappaient fort !

▬ Sachez, Monsieur Asato, qu’Iwa sera garant de ce nouveau contrat, si vous acceptez les nouvelles conditions, je ferais venir une équipe de juristes et de notaires pour que tout soit dans les règles, vos territoires respectifs, votre union économique, et surtout, la sécurité de votre enfant par Iwa puisque nous serons liés par notre nouveau partenariat. 
▬ Oui, n’oublions pas Iwa dans l’équation, ils nous serons d’une grande aide comme juge impartial… 
Silence.
▬ Alors, Monsieur Asato ? 

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Ven 22 Fév 2019 - 10:56
. : Pas lin sans l'autre : .



▬ … J’accepte. 

Vous aviez réussi. 
Les visages s’illuminèrent, tous. Vous veniez de réussir votre mission de rang D ! Félicitation à vous ! Intérieurement, tu étais heureux de voir que certaines personnes avaient la possibilité de revenir en arrière concernant leur point de vue, il ne fallait jamais rester sur ses positions, cela amenait, souvent, à louper quelques occasions importantes. Et apparement, le propriétaire du domaine de Bali ne souhaitait pas passer à côté d’une telle occasion, un certain soulagement pour vous, missionnaires d’Iwa, mais certainement un moment de bonheur certain pour le reste de la famille qui devait enfin voir leur guerre se clore…

▬ Bien, puisque les deux parties ont trouvé un accord commun, nous allons rédiger un contrat temporaire que vous signerez chacun votre tour et nous aussi. 

Ils hochèrent tous la tête et Azu t’invita à prendre congé dans une pièce alternative, le temps de mettre en place plusieurs feuillets et textes de loi. Les prochaines heures que vous passèrent ensemble furent religieuses, dans un calme et une concentration quasiment extreme. Et finalement, les livres juridiques que tu avais pu prendre avec toi furent bien utiles sur la finalité de la mission ! C’est finalement après plusieurs essais, puis tentatives et une minutie controlée que tu revenus ainsi que ton supérieur hiérarchique au sein de l’imposant salon où se trouvait encore les deux familles. Ces dernières, d’ailleurs, papotaient plus aisément bien que le propriétaire de Bali semblait encore grommeler, plus gentiment cette fois-ci.

▬ Voici le contrat provisoire, nous nous sommes permis de signer pour Iwa, nous vous laissons le loisir de le lire. Il y a trois exemplaires, un pour chaque famille et un pour nous que nous ramènerons à nos supérieurs. 

De ton côté, tu fournis les deux documents à chacun des deux représentants des familles avant de vous mettre en retrait. Il était temps de devenir des simples consultants. Entre temps, tu pris l’initiative d’apporter de l’encre et deux plumes. Tout se faisait dans le détail, tout se faisait dans la gentillesse, dans la minutie, dans la logique et certainement pas dans la brutalité policière emais bien dans la diplomatie. Quelques minutes passèrent alors que certains avaient choisi de se mettre un peu à l’écart, notamment les deux amoureux qui semblaient revivre. Pouvoir enfin vivre leur grand amour en plein jour, cela devait certainement faire chaud au coeur ! C’était une certitude.

▬ Bien, voici mon exemplaire signé et lu. 
▬ De même pour moi. 

Les deux propriétaires se regardèrent, alors côte à côte. Le regard mutuel continua pendant quelques secondes, dans le silence le plus total… Avant que, finalement, les deux bonhommes se serrent la main dans un accord mutuel. Ce n’était pas une guerre qui avait failli éclatée mais quand même, cela avait le mérite de faire revenir la légère boule à l’intérieur de ton ventre que tu avais déjà pu avoir un peu plus tôt. Toutefois, ce stress n’avait plus lieu d’être, l’heure était plutôt aux réjouissances car la fin de la missive arrivait lentement mais sûrement.

« Bien, j’espère que cette situation convient à tous, les terres des Asato reviennent aux Asato, en contrepartie, ces derniers s’engagent à participer à l’éducation et au bon développement de l’enfant qui sera reconnu par les deux familles. [/color]

C’était quasiment la situation parfaite, finalement. Tout le monde semblait plus ou moins content de l’accord, il était donc temps de faire marche arrière et de revenir à Iwa pour faire son rapport aux autorités supérieures, en espérant que cela convienne à ces derniers, toutefois, tu ne t’inquiétais pas tellement. Les négociations s’étaient déroulées assez aisément malgré la réticence de certains. Finalement, une fois les vérifications effectuées, vous décidèrent de lever le pied.

▬ Bien, il est temps pour nous de repartir à Iwa. 
▬ Vous aurez rapidement de nos nouvelles. 

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo Empty
Ven 22 Fév 2019 - 14:16
. : Pas lin sans l'autre : .




Les adieux se firent dans le plus simple des langages, quelques remerciements de la part de là grand mère Asato, deux poignées de main ferme provenant des deux propriétaires des entreprises de lin, et enfin, une ultime révérence de la part de tout ce petit groupe mais surtout des deux amoureux qui, il fallait être honnête, ne se quittaient plus depuis que le problème semblait s’être arrangé ! Vous vous inclinèrent à votre tour puis tournèrent rapidement les talons, malgré votre position de diplomate, vous restiez des militaires et il y avait encore une journée entière de marche avant de pouvoir revenir à Iwa et faire votre rapport aux autorités compétentes.
_ _ _ _ _
Une journée de marche plus tard.

Iwa.
Vous voilà de nouveau face aux deux imposantes portes de la métropole commerciale, rien que par l’ambiance, l’on pouvait reconnaître cette imposante cité par ses bruissements, la vitalité de ses habitants mais aussi par ses nombreux militaires patrouillant les hauteurs de la ville. Tu appréciais cette cité, c’était un fait ! Un certain sentiment de sécurité, il était vrai mais aussi un sentiment de puissance qui pouvait à tout moment perdre le contrôle... L’avarice du pouvoir.

▬ Yûrei, allons faire notre rapport aux bureaux du Manazuru.
▬ Très bien, allons y !

Après une confirmation de votre retour auprès du bureau d’entrée et de sortie, une rapide signature, tu suivis sans dire mot le Chuunin. Pour être honnête, tu ne savais pas où se situait ce fameux bureau, tu te contentais donc de suivre Azu sans dire grand chose, pendant quelques minutes, pendant quelques temps jusqu’à, finalement, que vous arriviez devant une large bâtisse, plutôt assez discrète. Tu regardas rapidement la devanture, en aucun cas tu remarquas l’enseigne de la grue, chose étonnante. Il fallait croire que la réserve était de mise. Sans attendre, le Chuunin pénétra dans l’immeuble et tu le suivis aux pas, vous grippèrent directement plusieurs étages avant que ton supérieur hiérarchique ne tapote à l’un des bureaux, avant que l’autorisation de pénétrer ne soit accordée.

▬ Entrez. 
▬ Nous venons au rapport. 
Le Chuunin Azu tendit alors l’ordre de mission ainsi que le contrat établi. La personne derrière le bureau observa, analysa pendant quelques temps les documents avant de relever les yeux vers vous deux.
▬ La situation est donc réglée ? 
▬ Oui Monsieur ! 
▬ Développez… 
▬ Le problème de territoire était en fait lié à la venue d’un enfant… Plus précisément, nous avons découvert une union entre la fille du propriétaire du domaine de Bali et le fils du propriétaire du domaine de Kankun. Comme vous pourrez le voir dans le dossier, les Asato qui sont la famille productrice de Bali refusait de reconnaitre l’enfant, du moins c’était ce que le Père demandait. Il fut décidé d’un accord secret entre eux que les Sato, la famille de Kankun s’occuperait de l’enfant. En contrepartie, des terres ont été données à ces derniers comme compensation financière à la future éducation de l’enfant. Malheureusement, les Sato n’ont pas respecté l’accord et ont commencé à vouloir plus de terre… 
▬ Curieux sont les agriculteurs, n’est-ce-pas Azu ? 
▬ Oui Monsieur, ce n’est pas la première fois que des problèmes surviennent entre eux. 
▬ En effet… Hum, Yûrei c’est ça ? Continuez je vous prie. 
▬ Après plusieurs heures de négociation, nous avons réussi à obtenir un accord : La reconnaissance de l’enfant auprès des autorités d’Iwa, et donc sa protection… Mais surtout, l’union des deux familles qui s’occuperont de l’enfant ensemble. Les terres offertes furent rétribués aux Asato puisque la compensation financière n’avait plus lieu d’être. 
▬ Bien, un problème en moins. 
▬ Cet enfant sera parfait pour maintenir les deux entreprises dans un cadre qui sera prolifique à Iwa et à son commerce. Comme vous pourrez le lire dans le contrat provisoire que nous avons établi, Iwa fait partie intégrante des futurs échanges. 
▬ Parfait, la situation semble maintenant sous contrôle. 

Et en effet, elle semblait l’être. 

Les derniers détails furent donnés à la mystérieuse personne derrière le bureau, bien entendu, le Chuunin compléta ton récit, notamment concernant les aspects foncièrement techniques et véritablement diplomatiques de la chose : La venue des notaires par exemple pour finaliser le contrat. Quelques minutes après, on te congédia positivement à aller te reposer, ta part de la mission étant largement accomplie.

Le Manazuru...
Intéressant.
Très intéressant.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5168-les-morts-doivent-rejoindre-nos-rangs-de-crainte-que-nous-rejoignions-les-leurs-meikyu-yurei http://www.ascentofshinobi.com/t5496-meikyu-yurei-carnet-de-bord

Pas lin sans l'autre ▬ Mission Libre rang D ▬ Solo

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: