Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

À la croisée des esprits [PV Sazuka]


Dim 3 Fév 2019 - 20:31

Avec tout ce qui était lié à Hayashi, il fallait dire qu’il y avait bien une chose que Raizen n’avait pas eu le temps de faire, discuter avec Sazuka. Ayant passé beaucoup de temps ensemble par le passé lors de l’apprentissage du Fuinjutsu, les événements qui avaient suivi les avaient plus ou moins éloignés. Se parlant et se voyant rarement, il devait avouer que sa présence était quelque chose qui semblait lui manquer. C’était assez étrange, sachant qu’il n’était pas forcément du genre à s’attacher aux gens. Toutefois, il fallait dire que Sazuka dégageait toujours une once de mystère qu’il s’amusait à redécouvrir à chaque nouvelle interaction. Puis il était clair qu’il appréciait cet énergumène qu’il avait appris à connaître et apprécier.

Ainsi, le Meikyû prit une grande respiration en commençant à laisser ses sens se balader. Se concentrant sur l’essence même de chakra qui faisait d’elle l’être unique qu’elle était, il n’eut aucune difficulté à la traquer puisqu’elle n’était pas très loin du campement. Par chance, elle ne semblait pas être accompagnée bien qu’il y avait certaines auras et chakra dans les alentours.


Ainsi, le Meikyû songea à faire appel à Spero. Or, il préféra se retenir, désireux de maintenir une bonne relation avec le corbeau. Si on veut, les deux se traitaient comme des égaux ce qui impliquait forcément qu’il devait éviter de faire appel à celui-ci pour couvrir des distances assez banales.

Parcourant avec aisance la distance qui les séparait, le Meikyû arriva par les hauteurs, utilisant les arbres de manière assez habile pour se balader. L’avantage de se promener à Hayashi était l’aisance à laquelle tout le monde était forcément apte à utiliser la flore pour se déplacer. S’y habituant chaque jour, il voulait être confortable dans cet environnement assez différent des autres endroits dans lesquels il avait l’habitude de se mouvoir. Qui sait, peut-être que ce serait utile un jour.

-Yo, j’espère que je ne te dérange pas.

Atterrissant subitement en effectuant un bond important, il tomba d’un arbre avant d’essuyer ses vêtements. Un peu de poussière et de terres avaient temporairement recouvert le bas de ses habits sous le poids de la chute.

-J’ai l’impression que ça fait un siècle qu’on n’a pas eu le temps de prendre le temps de discuter.

Croisant ses bras en s’adossant à un arbre, il souriait légèrement. Entre sa visite à Kaze, sa rencontre avec les Daimyos, son voyage à Iwa et le tournoi de Kaze, des tonnes de choses s’étaient produites. Or, jamais ils n’avaient eu l’occasion de se poser et de discuter.

-Quoi de nouveau depuis le temps ? J’ai entendu dire que tu donnais des certificats d’aptitude au corps à corps.

Laissant un léger sourire traverser ses lippes, il savait pertinemment que ses débuts de conversation avec Sazuka n’étaient jamais les plus pertinents. Au fil du temps, elle en avait surement pris conscience aussi...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Ven 8 Fév 2019 - 20:23




Cela ne faisait pas longtemps que nous étions arrivés dans cette ville d’Hayashi et j’avais laissé les kumojin de l’expédition en plant à son entrée, leur conseillant de se reposer un peu durant les quelques heures qui allaient suivre. Certains d’entre eux avaient déjà des plans prévus pour la suite, sans qu’ils le sachent. Et les autres devaient simplement récupérer de ce long voyage pour être prêts à partir en mission, car oui, nous n’allions pas rester les bras croisés, tous ceux qui ne participeraient à la future entrevue avec le Daimyo.

Ainsi après quelques heures passées dans la ville à faire ce que j’avais à faire et quelques heures avant le rendez-vous fixé ; j’étais retournée au campement, enfin, les quelques baraquements qui nous avaient été prêtés, dans la ville, assez loin du centre. La seule chose qui égayait cet endroit était ce grand arbre, à l’image des autres qui entouraient la ville. La cité était d’ailleurs plutôt verdoyante, on pouvait sentir l’esprit « naturel » Hayashijin ; ce qui différenciait ce lieu de la plupart des autres villes du Yuukan.

Et c’est alors que j’étais au camp, dans le quartier qui m’était destiné, à ranger quelques affaires que j’entendis un bruit derrière moi. Je quittai alors la « tente renforcée » et vis le Meikyû. Et sa première approche me laissa deviner qu’il n’était pas là par hasard.

-Hum… non. Répondis-je d’abord au ninja. En effet. Repris-je sans quitter ma neutralité. Un Certificat d’Aptitude à… Quoi ? Dis-je étonnée par ce qu’il venait de dire. Puis y réfléchissant un peu… Tu veux dire… Un c.a.t ? Certificat d’Aptitude au Terrain. Dis-je avec un léger soupir. Non, je ne les « donne » pas vraiment, les Kumojin doivent passer un test qui me permet de détecter les éventuels éléments instables. Avais-je expliqué assez rapidement. Je l’observais un instant et repris… Tu sais qu’on va certainement se parler dans quelques heures, et encore après ? Lui fis-je remarquer, toujours surprise. Tu avais quelque chose de si urgent à me dire ?




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois


Dernière édition par Ikeda Sazuka le Sam 9 Fév 2019 - 5:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 9 Fév 2019 - 4:46

Sazuka était toujours aussi optimiste de voir Raizen. C’était fou et vraiment flatteur. En réalité, même sous l’effet de l’alcool, il n’aurait probablement pas eu l’opportunité d’y halluciner un sourire. Or, c’était Sazuka et il avait plus que l’habitude. Elle avait une personnalité assez simple et particulière, chose qu’il appréciait forcément puisqu’il aimait la différence. Les gens uniques étaient toujours plus intéressants que les gens lambdas s’excitant et s’enjôlant pour des raisons banales.

-Je n’ai pas le droit de dire que ton enthousiasme me manque, je suppose.

Lui faisant un léger sourire tandis qu’il s’attendait à une absence de réaction de sa part, il s’étira légèrement en prenant le temps de traiter l’information qu’elle venait de lui fournir. Bien qu’elle n’avait pas vraiment compris sa blague ou plutôt son double sens, il s’attarda à la signification du certificat qu’avait donnée Sazuka. Celui-ci semblait assez intéressant. Il pouvait aussi clairement voir qu’il n’avait pas été à Kumo depuis longtemps sachant qu’il n’avait pas été mis au courant de l’existence d’une telle certification.

-Sinon, je sais qu’on risque très bien de se parler prochainement, mais il y a certains sujets que je tenais à aborder loin du groupe.

En effet, Raizen était venu pour deux raisons principales. La première était liée à leur mission et à leur groupe. Il se demandait ce qu’il pensait du groupe et des éléments possibles de perturbation. La seconde était bien évidemment à propos d’un membre particulier du groupe. Or, chaque chose devait se passer au bon moment. Ainsi, il commença du général au précis. Sachant que les deux différentes grandes lignes étaient importantes, il allait se concentrer sur celle qui était liée à la mission avant tout.

-Avant d’entamer les négociations et puisque je ne suis pas omniscient, puisque c’est toi qui a formé la plupart des groupes ou rencontrés tous les membres, j’aimerais savoir s’il y a des choses que je dois savoir sur le groupe ou certains membres avant les négociations qui pourraient possiblement m’aider ou auquel on devra faire attention.

Prenant le temps de regarder Sazuka, il savait pertinemment qu’elle aurait un doute. Certes, ce qu’il demandait était pertinent, mais ne justifiait pas en totalité le fait qu’il voulait lui parler rapidement.

-Ensuite, j’aimerais savoir ce que tu as pensé d’Umeka et de sa personnalité quand tu lui as fait passer le test pour le certificat d’aptitude au terrain.

C’était bref et simple comme bonjour. Pourtant, il avait un sourire sur les lèvres, sachant très bien que des tonnes de choses pertinentes traversaient son esprit. Après tout, ils n’avaient pas eu le temps de parler de nombreux sujets qui l’intéressaient. Puis, il se demandait où elle en était rendue avec le fuinjutsu et ce qu’elle avait bien pu voir pendant les quelques mois qu’il s’était absenté. Or, il fallait prioriser.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Sam 9 Fév 2019 - 5:51




Raizen était sûrement l’un, pour ne pas dire le seul homme que je connaissais qui jouissait d’un peu plus que ma tolérance, l’exception à la règle en quelques sortes. J’aurais même pu dire que j’appréciais sa présence, malgré son affection pour les longues tirades, lesquelles m’ennuyaient plus que le reste. Oui, aussi étrange que cela pouvait paraître, je ne n’éprouvais pour lui ni mépris ni dégoût et ce depuis qu’il m’eut aidé à comprendre comment fonctionnait le fuinjutsu. Puis dans le fond il avait des choses assez intéressantes à raconter, même si cela prenait du temps.

D’un signe de la tête j’avais acquiesçai à ses premiers mots, pas pour confirmer ce qu’il disait, mais plutôt pour souligner que j’avais compris, ni plus ni moins. Puis j’appris la raison de sa venue et de cette entrevue impromptue. Parler à l’écart du groupe… Je pouvais comprendre ça. Après tout il y avait des choses qu'un juunin ne pouvait pas dire devant des chuunin. J’écoutais donc sa première question, ou son premier sujet tout au moins. Celui-ci me semblait assez banal et ma réponse le serait tout autant. Quant au second…

-Bien… Tu connais déjà Tsukiko et Kenshin… Donc, pour les négociations cela ne devrait pas poser de problèmes. Affirmais-je d’abord, parfaitement certaines des motivations de ces deux personnes. Pour le reste… Je ne sais pas, cela dépend de ce que tu cherches. A priori tout le monde a bien compris la raison de notre présence ici… Haussais-je légèrement les épaules en tirant une caisse qui traînait là et m’asseyant dessus. Et Umeka… C’est une information entre un médecin et son patient ce que tu demandes. Esquissais-je un léger sourire, un peu forcé. Enfin… C’est une personne… plutôt sincère, si on met de côté son penchant pour le « jeu ». Je faisais évidemment référence à son arnaque.

Umeka était évidemment un peu plus que ça, pour moi ; mais ce que j’en pensais n’était si différent. Une jeune femme qui pouvait être une véritable peste ou au contraire quelqu’un de très attentionnée. Elle venait de Mizu et vivait à Kaminari depuis une dizaine d’années et n’avait jamais fait défection au pays de la foudre, d’après son dossier. Et étant donné la motivation dont elle pouvait faire preuve sur bien des sujets… Continuant de scruter le Meikyû, le fixant de mon regard ambré quelques secondes, je repris.

-Je ne pense pas qu’on puisse trouver plus stable qu’elle à Kumo. Un peu caractérielle, mais aussi… très efficace. M’esclaffais-je, en repensant à cette visite médicale et notre premier échange pour le moins houleux avant que nous quittâmes Kumo pour Hayashi ; et me remémorant le temps que nous avions passé ensemble avant le début de cette mission. Enfin… pourquoi ces questions sur Umeka ?




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 9 Fév 2019 - 6:16

Observant Sazuka, il fut surpris de la voir se concentrer uniquement sur Tsukiko et Kenshin. Évidemment qu’il savait de quoi ils avaient l’air et comment ils étaient. À vrai dire, il faisait plutôt référence au reste du groupe. Ne les connaissant pas forcément et n’ayant passé que très peu de temps avec eux, il se demandait s’il y avait des personnalités propices à causer un incident diplomatique avant même d’arriver en négociation.

Or, le moment qui l’intéressait le plus vint couper toute possibilité d’interruption. Même si les premières prémisses d’information sur Umeka furent scellées par la confidentialité du patient et du professionnel, rapidement, elle commença à débiter quelques informations qui surprirent le Meikyû.

-Penchant pour le jeu ?

Arquant un sourcil, il tentait de rétablir les pièces du casse-tête mental qu’il essayait de remplir. Associant le jeu à un quelconque plaisir, à sa connaissance, il ne l’avait jamais vraiment vu sourire ni rire. Comment s’amusait-elle donc ? Sur le coup, Raizen était bluffé. La seule chose auquel il pouvait penser était liée au fait qu’elle semblait parfois faire preuve d’un léger sarcasme, comme lorsqu’elle avait rejeté une situation sur Akina lors de l’entrainement.

-Un peu caractérielle ?

S’esclaffant légèrement, il passa légèrement sa main dans sa chevelure avant de fixer la directrice.

-J’imagine que tu as probablement raison et que je m’en fais pour rien. Pour le moment, je n’ai rien vu de son penchant pour le jeu mis à part quelques sarcasmes ou le rejet d’un blâme minime sur quelqu’un d’autre. Par contre, niveau caractère, je te dirais que c’est pire que ce à quoi j’ai eu droit lors de notre première rencontre.

En effet, au-delà des paroles, son absence de parole dégageait beaucoup trop de nonchalance pour qu’il ne puisse l’interpréter comme un signe de fort caractère.

-Sinon, je cherche à en savoir davantage sur Umeka parce que son profil a capté mon attention.

S’adossant légèrement contre la cime d’un arbre ayant peu de feuillage, il croisa légèrement ses bras avant de poursuivre :

-Depuis mon retour d’Iwa et de Kaze, avec tout ce qu’il s’est passé et tout ce qui se prépare, j’ai décidé de consulter les dossiers contenant les informations sur les genin et chunin afin de voir si nous étions prêts par rapport à ce qui risque d’arriver prochainement.

Si ses paroles étaient lourdes, son calme démontrait pourtant de la prévoyance et du contrôle.

-Tu sais autant que moi que ce n’est qu’une question de temps avant que les prisonniers fassent du grabuge et ça a déjà commencé.

Repensant à l’entrevue qu’il avait eue avec Chiaki avant son départ, il préféra ne pas entrer dans les détails.

-Je t’épargnerais les détails sur la dernière attaque de Kumo, mais ils sont dangereux. J’ai donc été en quête de profils intéressant que je pourrais possiblement aider à évoluer.

Repensant à sa première rencontre avec Umeka au tournoi, il se souvenait aussi avoir affronté en finale celle qui l’avait vaincu.

-J’ai donc décidé de former une équipe avec Umeka et Akina puisqu’elles avaient deux profils de compétences intéressantes. Je me suis entrainé avec elle et si je pense qu’Akina semble très ouverte, j’ai bien l’impression qu’Umeka ne semble pas particulièrement apprécier ma présence.

C’était des doutes comme d’autres qui justifiaient le fait qu’il soit un chef d’équipe. Après tout, il devait se soucier de l’état de son équipe.

-Mais avant d’entrer dans les détails à ce sujet, je voulais juste savoir si dans le groupe, il y avait des éléments perturbateurs capables de causer des événements diplomatiques avant les négociations. Si c’est le cas, il faudra qu’on les oblige à être constamment accompagnés. On ne peut rien risquer surtout que les gens nous observent et ne nous font pas forcément confiance.

Après tout, les Hayashijin n’avaient pas forcément l’habitude de recevoir la visite d’étrangers...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Lun 11 Fév 2019 - 6:23




-Le rejet d’un blâme minime sur quelqu’un d’autre ? Répétais-je en observant Raizen, un peu surprise. Cela me semblait… étrange. Umeka était caractérielle, était assez dur et très incisive dans ses propos, voire véhémente ; mais rejeter la faute ? J’avais un peu de mal à y croire… Peut-être avait-il mal interprété ce qu’il avait entendu. Avec toutes les vacheries que pouvait sortir la blonde… Enfin, je supposai de toute façon que le Meikyû allait éclaircir ce sujet. Bien, si elle rejoint ton équipe… tant mieux. Haussais-je les épaules. Je m’en foutais royalement. Ce que les uns et les autres faisaient ne me regardait pas, tant que ce n’était pas avec ou contre moi… Umeka et Akina… Quelle chance.

J’aurais voulu dire la même chose à propos des prisonniers et ces drôles de personnes habillées en blanc et dorures, mais cela aurait été faux. Ceux qui menaçaient l’intégrité de Kumo et par extension du complexe scientifique devenaient par la même occasion mes ennemis. Alors, et même si je me considérais comme n’ayant aucuns ennemis, et bien j’en avais, bien qu’indirects. C’était ainsi et je n’y pouvais rien, quoi que j’en pensais ou quoi que je souhaitais. Toujours installée sur ma caisse, je relâchai un soupir…

-Umeka… Je ne sais pas quoi te dire. Haussais-je les épaules, le regardant toujours. Ça n’a pas été évident au début. Elle est un peu rebelle. Mais finalement, elle est plutôt sympathique. Souris-je brièvement, je pouvais affirmer la connaître plutôt bien… On se ressemble un peu, si on est intéressées… on… « se détend » ? Par contre si tu… l’ennuies, il y a des chances qu’elle soit désagréable. Bien sûr nous nous ressemblions très vaguement, nous n’avions pas vraiment le même caractère, ni la même approche des choses… Puis il revint sur l’une de ses précédentes questions quant aux membres de l’équipe…

C’était étrange de reposer la question une seconde fois mais en même temps, c’était plutôt légitime. Parmi chacun des Kumojin présents à Hayashi, il y en avait bien un, ou plutôt une, qui ressortait du lot…

-Metaru Yamiko est l’élément le moins stable, compte tenu de l’expérience que j’ai eu avec elle…




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Sam 16 Fév 2019 - 23:55

Étant attentif à tout ce que pouvait lui donner Sazuka comme indice, il était légèrement déçu de ne pas en ressortir avec plus d’information. Malgré tout, il comprenait qu’il n’avait pas été le seul à la connaître sous un angle un peu rebelle à ses débuts. Légèrement rassuré, il arrivait tout de même à mieux mettre en perspective le caractère du personnage. S’étant lui-même fait la remarque, Sazuka venait indirectement de confirmer ce qu’il avait pensé tout bas. Il était bien vrai qu’il y avait certaines similarités entre les deux femmes. Possiblement plus qu’elles ne le réalisaient. Malgré tout, elles restaient fondamentalement deux personnes totalement différentes. Sachant que Sazuka avait commencé à le voir sous un angle différent lorsqu’elle s’était intéressée au fuinjutsu, il se demandait quel point d’intérêt commun il pourrait avoir pour susciter l’attention du membre de son équipe. Or, il arrêta assez rapidement cette réflexion, se disant que les choses se feraient naturellement.

-Même si j’aimerais dire qu’elle ne me connaît pas suffisamment pour qu’elle puisse savoir si je suis ennuyant ou pas, je pense que le fait d’avoir un titre quelconque donne souvent la perception aux gens qu’ils en savent assez sur moi pour porter un jugement alors qu’ils ne savent pas grand-chose.

Haussant les épaules, il comprenait aussi que ses longs paroles et discours pouvaient être assez lourds et ennuyants, surtout dès le début. Puis, sa première rencontre avec Umeka avait forcément dicté sa perception de lui.

-J’admets que je suis parfois ennuyant, mais on verra bien. Peut-être qu’elle finira par voir une utilité à ma présence. Pour ma part, je vais laisser le temps faire le fil des choses et tenter de mieux la connaître.

Levant les mains pour se déresponsabiliser totalement de cette tâche, il y avait un écart entre ce qu’il disait et ce qu’il pensait. Ce n’était pas qu’il voulait être malhonnête, mais il voulait éviter de trop s’en inquiéter. De ce fait, il tentait de se convaincre lui-même, comprenant qu’il ne servait à rien de mettre de la pression sur ses épaules.

-Sinon, que s’est-il passé avec Yamiko?

S’alignant sur une simple question, il étira toutefois un léger sourire taquin avant de croiser les bras.

-Les Metarus sont très rarement les éléments les plus stables si je me base sur mon expérience. Par contre, je pense que tu as beaucoup plus d’expérience et de preuves que moi en la matière.

Léger clin d’œil, signe typique que le fameux tic nerveux du Meikyû était de retour. Évidemment, cette phrase ouvrait les portes sur un tout nouveau champ de questionnement qu’il comptait conserver et utiliser aux moments opportuns.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Dim 17 Fév 2019 - 14:40




-Je ne pense pas qu’Umeka te juge, Raizen. Repris-je aussitôt le jeune homme, assez sèchement. Étais-je subitement sur la défensive ? Oui sûrement. Ou peut-être pas. Tout ce que je savais, était que la petite blonde n’avait porté aucun jugement à mon égard, même en ayant appris et compris quel type de personne j’étais. Je pensais surtout que la Gladiatrice était franche, peut-être trop –hôpital qui se fout de la charité- parfois. C’était sans doute d’avoir vécu par et dans les armes durant de longues années qui nous avait rendu si… directes. Et évidemment, pour ma part, la médecine qui ne demandait rien d’autre que la précision, voire la concision. Elle finira par t’apprécier. Si j’ai pu le faire… n’importe qui le peut… Je suppose. Haussais les épaules, l’imitant et rigolant. Si elle a accepté ton offre d’équipe, c’est qu’elle ne te trouve pas si insupportable. Cela me semblait tout de même évident, du coup.

La discussion autour de cette jeune femme dévia ensuite sur une autre, la brune. Yamiko… était un sujet… intéressant. Je n’avais toujours pas compris ce qu’elle cherchait et me demandait si ce n’était pas d’elle-même qu’elle était en quête. Enfin, je me trompais peut-être, sûrement même. Je n’étais pas la plus douée pour décrypter les autres, tout au moins pas avant de les avoir éprouver un minimum. En revanche, cette Metaru fut la seule du village, durant tous ces derniers, à avoir réussi à soulever ma colère. Un état dans lequel je ne me retrouvais que très rarement. Une perte de contrôle sur un sujet bien précis qui m’avait fait m’apercevoir du jeu auquel elle jouait, entre provocation et perfidie.

-Les Metaru… ont besoin d’être canalisés. C’est tout. J’ai… « réussi » avec Reiko… Mais Yamiko est… je ne sais pas. Dis-je pensive… Je n’aimais pas penser du mal des personnes qui n’en avaient pas provoqué autour d’elles… Enfin, elle s’est écartée du groupe avant que nous n’atteignions la cité. Et elle a parlé à un étranger, en portant les symboles de Kumo. Soupirais-je.. Ce n’est rien de grave, mais nous ne savons pas qui… se « promène » à Hayashi. Si cette personne avait été un ennemi… Cela aurait pu mal tourner. Mais heureusement, rien de tout ça n’est arrivé et Kenshin est intervenu… Donc…

J’avais tendance à vouloir faire confiance aux personnes qui m’entouraient, de près ou de loin, et éventuellement les faire souffrir s’ils la trahissaient, cette confiance. Et, malgré tout, Yamiko bénéficiait de cette confiance ; pour le moment. J’espérais seulement qu’elle se mette à réfléchir plus sérieusement aux enjeux auxquels elle était liée…

-Je l’ai déjà averti avant de quitter Kumo… j’espère qu’elle n’a pas oublié ce qu’elle m’a dit… Ajoutais-je en soupirant ...




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Dim 17 Fév 2019 - 17:35

Il était intéressant de voir Sazuka prendre parti sur une situation dont elle aurait pu tout simplement hausser les épaules comme elle l’avait fait lorsqu’il lui avait annoncé les membres de son équipe. Sur le coup, il eut un léger sourire, surtout lorsqu’elle le complimenta et lui annonça qu’elle l’appréciait. Il savait mieux que bien des gens à quel point se faire apprécier par Sazuka était difficile. Pour avoir vécu sur chacune des lignes d’appréciation possible du médecin, il était clair qu’il préférait cette nouvelle situation plutôt que l’ancienne. Rien qu’en se souvenant leur première rencontre, un goût amer venait prendre possession de sa bouche.

Rigolant à son tour, il se dit comme pour se convaincre lui-même :

-Oui, elle finira par apprécier mes longs monologues et mes blagues. En tout cas, merci des conseils, c’est quand même rassurant

La regardant de manière taquine, elle savait pertinemment qu’il pouvait être très taquin et joueur quand il le voulait. Changeant toutefois de cap, il fut étonné d’avoir vent d’une personne n’ayant pas été intimidée un moindrement par Sazuka au point de n’avoir aucun mal à désobéir. Sur le coup, plus elle en parlait et plus il se disait que la situation était plus catastrophique que prévu. Son expression pourtant joviale se transforma en agacement puis redevint de la curiosité.

-Canalisé c’est le cas de le dire...mais bon, merci de m’en faire part. Il est vrai qu’en apparence ça ne semble pas si mal, mais vu le contexte actuel, ça aurait pu et peut être dangereux, surtout si elle a parlé à des étrangers, mais bon. Ce qui est fait est fait.

Le pire dans cette situation était forcément le fait qu’elle ait été avertie et en ait tout de même fait à sa tête. C’était assez regrettable et pénible surtout que tout mauvais geste en territoire diplomatique pouvait aisément se retourner contre eux. Ainsi, cela lui permettait de planifier une situation du genre en amont au cas où un incident diplomatique se produisait.

-Ensuite, si elle t’a promis de se tenir à carreau et qu’elle ne l’a pas fait, je doute qu’elle se soucie vraiment de respecter sa propre parole. Mais bon, je pense bien que je compte lui payer une petite visite pour voir à quoi ressemble la fameuse rebelle.

Ricanant légèrement plutôt que de paniquer ou d’être mécontent, il préférait voir le sens positif des choses :

-Si j’arrive à quelque chose, ce sera peut-être la première fois que j’aurais réellement pu canaliser un membre du clan Metaru.

Faisant des guillemets avec ses mains en parlant du terme canaliser, il voulait nuancer les accomplissements de Sazuka envers Reiko et ce qu’il comptait faire.

-D’ailleurs, tes études avancent sur tes recherches ? Je compte possiblement partir à Kaze après la mission à Hayashi donc, si jamais tu cherches un livre des anciens ayant abordé cette thématique, n’hésite pas.

Il ne voulait pas forcément dire explicitement qu’il parlait de réincarnation et de techniques considérés aussi interdites qu’impossibles, mais elle comprendrait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Mer 20 Fév 2019 - 20:07




-Hum… Oui, peut-être… Je ne sais pas. Je ne suis pas ici pour surveiller les faits et gestes des uns et des autres. Répondis-je d’abord. Je n’en avais, en fait, rien à faire même si je souhaitais que tout se déroule pour le mieux. J’étais la Directrice de l’institut, pas celle de la « maternelle », cet endroit horrible où on parquait les enfant qui peinaient à aligner deux mots sans baver… Si tu veux t’en occuper, après tout… Tu ne fais pas partie de la police ? C’est donc plus ton boulot que le mien… Soupirais-je légèrement en croisant les jambes, toujours assise sur ma caisse.

L’histoire de cette Metaru m’était relativement indifférence. Je pouvais mettre une première incartade involontaire comme celle-ci sur le compte de l’erreur, mais si j’apprenais que cela se reproduisait… Cette jeune femme ne pourrait jamais rien obtenir de moi, d’un conseil médical basique à l’aide tactique en passant par –la plus importante- la confiance. Si maintenant je l’accordais à peu près à tout le monde, il devenait bien plus compliqué de la conserver ; enfin… compliqué… Il suffisait ne pas trahir mes intérêts et par extension ceux de Kumo.

Heureusement, nous changeâmes rapidement de sujet ; à peu prés. On parlait toujours de Metaru… Mais dans une optique bien différente.

-Ouais, mais je n’ai jamais essayé de canaliser Reiko. C’est sans doute notre relation qui l’a rendue plus… apaisée ? Dis-je avec un sourire… Mais les Metaru sont… sanguins… impulsifs. Ils ont besoin d’être canalisés, oui. Répétais-je. Mais… pas directement, pas par volonté… Si Reiko a un peu changé… Ce ne sera peut-être pas le cas de tous… J’avais simplement compris ce-dont avait besoin la Raikage et aussi étrange que cela puisse paraître nous nous comprenions très bien, et toujours. Nous agissions différemment mais dans un même esprit, finalement… Bref. Et, je n’ai pas vraiment besoin d’un livre « religieux » pour m’aider… Rigolais-je. Vu le crédit que j’accordais aux « religions »… Même si en fait je ne savais pas vraiment qui étaient ces anciens… Mais… oui et non, j’avance, et je m’arrête… ça dépend. Haussais-je les épaules.




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

Jeu 21 Fév 2019 - 14:35

Observant Sazuka, Raizen arqua un sourcil lorsqu’elle lui transféra soudainement la responsabilité. Ne pouvant s’empêcher de sourire, il savait pertinemment qu’elle avait raison. Or, tout comme elle, il n’avait aucunement envie de courir après quelqu’un qui n’avait pas vraiment le plus grand intérêt à ses yeux. Ensuite, il ne voulait rien enlever à Yamiko. Après tout, il ne la connaissait pas. Simplement, à Hayashi, il avait d’autres chats à fouetter que de courir après quelqu’un qui n’arrivait pas à obéir aux règlements. Mais bon, il comptait tout de même voir ce qui pouvait être fait à ce sujet. Après tout, ce serait dommage que ne pas s’en occuper finisse par avoir un impact négatif sur le groupe ou la mission.

S’en suivit ensuite d’une légère blague de Sazuka qui fit légèrement sourire le Meikyû. Il fallait dire qu’elle l’avait apaisé à un niveau auquel même lui ne s’attendait pas. Tout cela ne faisait qu’ajouter aux capacités de l’Eisei-nin tout en contribuant aux nombreux mythes qu’il cultivait à son sujet.

-Je ne sais pas ce que tu as fait à Reiko, quoique...

Haussant les épaules, il lui renvoya un 100e clin d’œil à vie avant de rectifier ses derniers propos :

-...j’ai ma petite idée à ce sujet. Mais bon, je vais opter pour une autre solution avec Yamiko si ça ne te dérange pas.

Évidemment, il voulait éviter d’utiliser la même technique que Sazuka. Après tout, cela ne lui ressemblait pas et les circonstances étaient complètement différentes, de même que les enjeux.

-Ensuite, je vais aller lui payer une légère visite pour voir ce qui provoque tout cela, mais je ne te garantis rien. Je comprends à un certain degré que Kenshin n’ait pas la plus grande autorité si elle est un peu rebelle, donc peut-être que mon anticonformisme et moi-même aurons plus de chance.

Changeant cette fois-ci de chapitre, il reporta son attention sur celle qu’il était venu voir. Malgré le temps, Sazuka restait et demeurait une personne assez secrète sur ses projets et leur avancement. Sans en être directement impliqué, il était assez difficile pour lui d’avoir une idée des progrès possibles liés à ce qu’elle faisait. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il ne comptait pas demander plus de détails. Au contraire, il préférait ne pas s’y attarder bien qu’intéressant, préférant ainsi respecter son espace intellectuel.

-Tu me tiendras au courant. J’ai hâte de savoir quand tu pourras me faire revivre si je finis un jour par décéder.

Rigolant lentement en la rejoignant sur ce sujet, il regarda tranquillement sa main avant de lever les yeux vers celle-ci.

-Par contre, avant cela, je risque d’avoir besoin de ton aide sur certains trucs liés au fuinjutsu, mais je t’en parlerais après mon voyage à Kaze puisque c’est encore flou dans ma tête, mais je préférais t’avertir en avance.

La dernière fois qu’il lui avait parlé de la sorte, c’était en discutant pour la première fois d’Hayashi.

-En attendant, tu me dois encore la suite de notre dernier entrainement après ta fameuse disparition.

Souriant légèrement, il savait pertinemment que la situation avait été hors de son contrôle, ce qui était assez compréhensible. Malgré tout, ce n’était pas pour autant qu’il allait éviter de ramener le tout à la surface surtout qu’il était fort possible qu’elle soit encore plus redoutable qu’avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction http://www.ascentofshinobi.com/u578

Hier à 13:22




Je savais parfaitement à quoi pensait Raizen, et il avait raison, en partie. Entre la Raïkage et la Directrice de l’Institut –moi- ce n’était pas que physique, il y avait autre chose de plus indicible, que nombre de personnes ne pouvaient comprendre ni même entrevoir. Choses dont je n’avais de toute façon pas envie de parler, alors quand le Meikyu changea de sujet… Tant mieux, me dis-je. Et tant mieux aussi qu’il s’occupe du cas Yamiko car je n’avais vraiment pas envie de jouer les assistantes sociales ; d’une parce que ce n’était pas mon boulot et d’autre part parce que j’étais… à la ramasse, niveau relation sociale.

J’avais donc esquissé un simple sourire concernant ces différents sujets sur lesquels je préférais que nous ne nous attardions plus. Continuant d’écouter ses « nouvelles ». L’entendre parler avec tant de détachement de cette expérience dont je lui avais parlé plusieurs mois auparavant me fit légèrement tiquer. Si à l’époque j’estimais que j’étais libre de faire ce que je voulais en dépit de l’endroit où je me trouvais et pour qui, ou quoi je travaillais ; ce n’était aujourd’hui plus le cas, loin de là. Ô je n’avais pas abandonné mes idées ou mes objectifs, mais je prêtais plus… d’attention à ce qui m’entourait, au fonctionnement de ce système qu’était Kumo et à fortiori, l’institut.

-Evites de parler de ce sujet aussi librement. Ce que je fais n’est, et ne sera jamais perçu comme… légal, ou éthique. J’en avais maintenant pleinement conscience et, à force de travailler dans les sous-sols du complexe, de mes échanges avec les limaces et les autres scientifiques ; je m’étais rendue compte de la présence de cette barrière entre le bien et le mal. J’avais compris que j’avais franchi cette barrière à de nombreuses reprises sans pour autant rester de l’autre côté. Les… gens voient souvent tout en noir et blanc, et ils ne sont pas prêts pour le gris. L’image me semblait appropriée, d’autant plus que je l’avais lu dans un livre… Et, elle me correspondait plutôt bien...

-Mais oui, notre marché tient toujours. Et si tu as besoin de mon aide. Souris-je, l’idée que ce maître du fuinjutsu ait besoin de moi pour cet art ne pouvait engendrer d’autres réactions. Je pourrais te l’apporter avant que mon projet n’arrive à son terme. Ce fameux projet que je poursuivais depuis que j’avais réchappé à la mort n’avait pas de date buttoir, et je n’avais aucune idée de combien j’étais proche ou éloignée de son apogée… Hum, oui justement… Je dois rencontrer un dignitaire d’Hayashi… Enfin, quelqu'un chargé de la sécurité, pour savoir si nous pourrions disposer d’un lieu pour nous entraîner… J’entendais par nous : les Kumojin. Sans perturber la vie de la Cité…




_________________

Sazuka [Sazuka] n.p - n-f : Nom propre désignant l'histoire des premières fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1578-ikeda-sazuka#9641 http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

À la croisée des esprits [PV Sazuka]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Hayashi no Kuni, Pays du Bois
Sauter vers: