Partagez | 

I. Sang glacial et trahison amènent au sommet. ♪ O. Shinki - TERMINÉ


Mar 18 Juil 2017 - 0:27
Une faible lueur provenant d'un misérable éclairage illumine une infime partie du visage de Shizume. Au milieu de la sombre pièce et accompagné d'une table en bois le Hyakujū s'apprête à une démonstration d'arcane. Le jeune Ogosoka représente – actuellement – l'hasardeux spectateur. Également face à cette crédence Shinki pouvait apprendre – ou reprendre le moindre faux pas de son aîné. L'actuel maître Kugutsutsukai s'éclipse un court instant puis revient en déposant une petite valise sur le coin du meuble. Il a – évidemment – déjà préparé le cobaye du jour : une vieille marionnette totalement défectueuse. L'amas de bois et de diverses articulations cloué sur la table d'opération aurait fait pâlir les maestros de cet art. Il était réellement temps de lui offrir un nouvel apogée ; une nouvelle splendeur. À présent Shizume invite Shinki à s'asseoir grâce à un banal signe de main.
« Comme tu le sais sûrement – et vu que tu le pratiques également – nous aimons travailler dans le silence total. Mais cette fois j'aimerai échanger sur nos connaissances. D'un ton parfaitement calme le shinobi pose lentement son jeu. Tu le sais parfaitement. Tu es capable de m'humilier dans certaines connaissances théoriques, mais. Il marque l'intonation de son dernier mot puis patiente. Je suis imbattable dans certains domaines. L'aîné bascule son regard. Il dévisage son interlocuteur. Ce n'est pas une bataille de qui est le plus fort. Je souhaite révolutionner cet art. Il y a des défauts à combler. Au fil de ses mots il pointe du doigt plusieurs points de la marionnette allongée. D'innombrables facteurs entrent en compte pour créer un pantin... Unique. Il marque un nouveau temps de pause. M'enfin ! Assemblons nos connaissances ! Conclut-il en souriant au petit Shinki.
La paume droite du jeune homme effleure une flopée d'outils. La poigne ferme de Shizume en agrippe un au hasard. Une fois opérationnel le Hyakujū ouvre le bal : il s'attaque directement au point principal d'une création. Il rive une dernière fois son regard sur Shinki puis dirige ses mains vers les articulations du buste.
Des questions ou, au contraire, des propositions à fournir pour l'élaboration de la marionnette ? À la base des bases Shizume enseigne à l'Ogosoka quelques combines du Kugutsu. Mais en réalité ce petit possède un tel potentiel qu'il sera – voir déjà – capable de surpasser son enseignant en connaissance théorique.


Dernière édition par Hyakujū Shizume le Jeu 20 Juil 2017 - 1:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Mar 18 Juil 2017 - 1:51
Shizume-sama chérissait bel et bien son petit poulain. En réalité Shinki connaissait parfaitement les bases que son maître lui apprenait. Il n'aimait pas juste assister aux cours, il adorait carrément côtoyer son aîné. C'est pour cette raison que la gueule d'ange assistait à la petite réunion du soir. Face à face, Shinki dévisagea les parties éclairées du visage de Shizume. Il n'eût malheureusement le temps vu que l'aîné s'éclipsa dans son atelier. Pendant ce temps le gamin observa la marionnette allongée sur la table face à lui. Il fronça les sourcils à la vue de l'allure générale du pantin en piteux état. Le petit blondinet s'attarda sur la tête délabrée puis ferma ses paupières. À présent concentré dans son subconscient il entra dans une phase secondaire comme s'il tentait de capter l'âme de la marionnette. Dans un décor totalement noirâtre un blondinet interpella un spectre. › Salut toi ! ‹ Le simulacre fantomatique se retourne. Seulement rebelote ; encore une fois il n'eût guère de temps. Shinki rouvrit ses pupilles. Il observa, avec son regard ambré, son instructeur. Celui-ci d'ailleurs parlait depuis plusieurs minutes. Ce soir Shizume-sama était exigeant. Il voulait échanger des connaissances, révolutionner le Kugutsu, retaper la marionnette, créer un pantin unique... Optimiste. Pour l'instant le jeune élève observait continuellement son sensei. Il enchaîna sur une question que Shinki avait déjà prévu. › Une marionnette aura beau être robuste, ses articulations sont par définition mobiles, et à ce titre, le manque de solidité leur sont souvent fatal. ‹ Le regard ambré du petit blondinet se braqua sur la marionnette. Totalement immobile il crachait plusieurs phrases telle une encyclopédie. › Un mécanisme extrêmement perfectionné permet de contrôler une marionnette avec une précision effroyable. ‹ Cependant un sentiment de dégoût se dessina sur le visage de Shinki. Tel un goût amer il répliqua. › Mais Shizume-Sama... Vous brûlez trop d'étapes. ‹ Le petit releva sa paume droite sur le pantin de bois. Plusieurs fils de chakra enlacèrent la marionnette. Grâce à ceux-ci il actionna quelques mécanismes en provoquant plusieurs bruits. › Lorsque l'on met son coeur dans la création d'une marionnette l'âme du créateur vit aussi longtemps que ses créations. Nous leur transmettons des sentiments en les manipulant. ‹ Totalement sur la lancé le jeune ne laissait même pas une seconde de répit à son maître comme s'il avait commis un terrible affront. › J'affectionne les pantins de bois. Lorsque je l'actionne votre âme brûle en elle. Et grâce à ça je ressens une variété d'émotions. Ou plutôt... elle me parle. J'entends des voix souffler à mon oreille. ‹ C'est alors que le jeune Ogosoka observa avec son regard émerveillé Shizume. Le gamin ressentait d'innombrables ondes positives que l'aîné ne devait sûrement pas capter. C'est sûrement pour cette raison que le sensei s'hâtait sur l'aspect technique. Une marionnette digne de ce nom est avant tout une marionnette en très bonne santé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t478-ogosoka-shinki-l-fiche-terminee

Mar 18 Juil 2017 - 23:17
Shizume continue de bidouiller la marionnette. Toujours à l'écoute il tient compte des remarques de Shinki. Les premières réponses ne sont pas surprenantes elles traitent même du côté technique d'un pantin de bois. Le jeune âgé de treize ans a immédiatement repéré les faiblesses de son art. Immédiatement le Hyakujū acquiesce. L'élève prend une nouvelle fois la parole pour relever une remarque cruciale : la qualité d'un mécanisme. L'appareillage est en effet un facteur primordial pour la confection ou la restauration d'une marionnette. Le degré de liberté, la précision du geste demandé, le temps d'attente lorsque le Kugutsutsukai exerce un mouvement et que le mécanisme s'active... Voilà des éléments qu'un marionnettiste doit minutieusement calculer. Pour l'instant les réponses de Shinki ravit l'instructeur. Seule une interpellation force Shizume à s'arrêter.
« Mais Shizume-Sama... Vous brûlez trop d'étapes. Le Hyakujū relève son regard et cesse toute activité. Il ne dispose pas du savoir absolu et considère le jeune môme face à lui comme un égal.
Trop vite ? Je ne m'hâte point pourtant. Au contraire le temps est un camarade précieux pour un marionnettiste. Les préparations doivent... Shinki n'écoute pas. À la place il forme plusieurs fils de chakra qui viennent se lier dans les articulations du pantin de bois. L'élève actionne plusieurs mécanismes sans même justifier ses actes. Shizume l'observe également en silence. Le disciple prend la parole.
Lorsque l'on met son coeur dans la création d'une marionnette l'âme du créateur vit aussi longtemps que ses créations. Nous leur transmettons des sentiments en les manipulant. Lors de cette déclaration il accompagne ses affirmations à l'aide de mouvements. Le Hyakujū s'apprête à prendre la parole mais le benjamin continue. J'affectionne les pantins de bois. Lorsque je l'actionne votre âme brûle en elle. Et grâce à ça je ressens une variété d'émotions. Ou plutôt... elle me parle. J'entends des voix souffler à mon oreille. Shizume dévisage le regard totalement blasé de son élève. L'instructeur écarquille au passage ses yeux. A l'heure actuelle un Jonin se serait totalement marré qu'un aspirant ninja pense lui apprendre son domaine de prédilection. Mais le jeune homme de dix-neuf ans n'est pas comme ça. Il décide même d'explorer cette voie.
J'ai déjà entendu ces paroles. Au début je n'y croyais pas mais maintenant qu'on me l'annonce une énième fois. Dit-il en réfléchissant. Son regard se pose sur les fils de chakra de son élève. Shizume appose ses deux bras sur la table face à lui. Il se positionne à hauteur de la marionnette et de Shinki. Dis-moi tout. Il murmure. Que ressens-tu ? Il continue. J'ai parfaitement vu ta frustration. Shinki. Guide moi sur la voie. Demande le Hyakujū. Lorsqu'il s'apprête à reprendre la parole le shinobi joint des fils de chakra à ceux de son élève. L'émotion tu disais ? Pour une raison nous sommes liés. Maintenant que tu le dis je ressens une affinité dans tes fils de chakra. Totalement à l'écoute il dévisage son élève qui dévoile à l'instant même une nouvelle facette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Mer 19 Juil 2017 - 15:54
Le regard lassé se transforma soudainement en passion ! Shizume-sama avait enfin compris que les broutilles de débutant n'intéressait pas Shinki. La première réponse de l'enseignant n'alarma en aucun point l'élève. Ce n'est pas étonnant qu'une pointure de ce type a déjà entendu les sages paroles des anciens. Après tout ces légendes vagabondaient depuis deux centaines d'années, mais seul un nombre de shinobi que l'on peut compter sur les doigts de la main était victime des illuminations. C'était une histoire de quoi se faire insulter d'illuminé par les insensés. Pour revenir à l'entrevue et l'échange de connaissances Shizume enchaînait les questions. Et puis vint le moment où il forma des fils de chakra qu'il lia à la marionnette. Il parla également d'émotions, d'affinité mais encore d'ondes positives. Le regard ambre de Shinki croisa celui de son enseignant. › Un personnage possède une durée de vie indéterminée. Tu as la possibilité de le réparer ou d'en fabriquer un autre autant de fois que tu le désires. ‹ L'élève tutoya le maître vu qu'ils sont sur le même pied d'égalité. › Tu peux créer des marionnettes indéfiniment mais ce n'est pas la quantité qui importe. Seule la qualité des personnages que l'on fabrique peut faire la différence. ‹ Les paroles du blondinet semblaient se calquer sur celles des anciens. › Les insensés mesurent la grandeur d'un marionnettiste au nombre de marionnettes qu'il est capable de manipuler simultanément. Je ne le nie pas ! C'est un facteur de puissance non négligeable, mais excuse moi de dire cela, une grande majorité des précédents marionnettistes de l'an zéro à aujourd'hui sont tombés à côté de la plaque depuis le début ! ‹ Le jeune Shinki marqua une pause afin de reprendre une douce respiration et calmer ses émotions. Qui aurait imaginé qu'un gamin de treize ans sortirait de telles paroles ? Le point de vue du gamin concernant les marionnettes dépassait l'entendement. › L'âme du marionnettiste fait l'intégralité de la force de son personnage. En insufflant une partie d'âme du créateur dans la création, elle est pourvue d'un esprit inaltérable. ‹ Dit-il avec un air déterminé. › Shizume-sama. Je ne l'invente pas. Bien au contraire pourquoi sommes-nous à Kumo ? Les connaissances, le savoir. Les plus vieux ouvrages m'ont permis d'apprendre que les éminents ninjas marionnettistes fonctionnaient de la sorte. ‹ La nature du jeune blondinet changeait progressivement lors de son discours. D'un état totalement blasé et inattentif il passait à une attitude totalement sérieuse similaire aux érudits. › Si tu veux révolutionner cet art il ne faut pas s'attarder sur le côté physique. Nos prédécesseurs ont assez exploités le domaine de la fourberie. Il faut revoir la façon de travailler, la manière de concevoir non pas › un pantin de bois ‹ comme la majorité l'appelle mais de ton › personnage ‹. ‹ Shinki assista sur l'adjectif possessif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t478-ogosoka-shinki-l-fiche-terminee

Mer 19 Juil 2017 - 23:51
Un masque vient de tomber. L'héritier précoce cherche donc la vérité concernant ce style de combat ? Le jeune blondinet est si méticuleux qu'il est sans cesse arrêté par des vétilles. Shizume est totalement vigilant et scrupuleux à propos des mots et autres tournures employés par son élève qu'il en oublie sa perception du temps :  les minutes défilent à vitesse grand V. En l'espace d'une infinité de secondes Shinki a énuméré une grande partie des faiblesses d'un personnage – comme il le dit si bien. D'un point de vue général le Hyakujū approuve les arguments de l'étudiant mais un point attire son attention. Il faut revoir la façon de travailler, la manière de concevoir. Le silence règne vu que l'Ogosoka a terminé sa théorie depuis belle lurette et que l'enseignant ne répond pas. Il ne faut pas s'attarder sur le côté physique. Il déglutit.
« Tu m'étonneras de jour en jour. Seulement ton raisonnement comporte une seule faille. Il ne faut pas s'attarder sur le côté physique dis-tu ? Shizume pèse son regard en fixant le jeune face à lui. Nos prédécesseurs n'ont pas assez exploités ce domaine. Souligne-t-il en souriant. Tu as parfaitement relevé les points faibles d'une marionnette d'un côté... spirituel. Mais il existe des défauts que nous devons combler dans le second côté, le domaine physique. Annonce-t-il d'un air serein. Un style à longue portée signifie qu'un marionnettiste est faible en combat rapproché. Il illustre ces propos en comptant sur ses doigts. Immobiliser les mains du Kugutsutsukai l'empêche d'utiliser son pantin. Tout comme interférer avec les mécanismes à l'intérieur. Les problèmes énoncés sont banals. Une grande part de pratiquants les connaît. Le mouvement d'un pantin dépend de la volonté du marionnettiste : il y a un décalage entre la demande et la réponse. Mais encore si un marionnettiste partage un arcane – qui théoriquement doit être comme sa définition l'indique seulement connu aux initiés – il perdra l'avantage de la surprise. Personne ne peut prévoir une attaque qui provient d'un pantin. Shizume s'arrête quelques secondes pour finalement reprendre. Et les solutions finales : si une marionnette est endommagée voir détruite  le Kugutsutsukai est sans défense. Même procédé pour les fils de chakra, s'ils sont coupés le marionnettiste est dans l'incapacité de riposter. Toujours fixé sur le blondinet face à lui, il l'interroge. Tu vois où je veux en venir ? En réalité le Hyakujū a anticipé un bon nombre des défauts. Il faut réunir les colles précédemment relevées pour les rayer. Une faiblesse au corps-à-corps ? Inutile de quémander des stages de remise à niveau. Détournons le but principal d'une marionnette. Shizume appose sa paume gauche sur le tronc du pantin de bois allongé sur la table. Privilégions la défense. Il incline légèrement la tête en attente des réactions de Shinki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Mer 19 Juil 2017 - 23:55
Aucune réponse ! L'attitude studieuse de Shizume-sama n'étonnait en aucun point Shinki. L'aîné prenait de bonnes minutes pour réfléchir des palabres du blondinet. Dans le doute le plus total l'enfant âgé de treize ans se questionna intérieurement. Le comportement muet intrigua au plus au point l'Ogosoka. Néanmoins la seule action du Kugutsutsukai de dix-neuf ans renforça la psychologie du petit. Totalement serein et sûr de lui il n'allait pas être insulté d'illuminé, d'imbécile ou d'autres bêtises du genre. Enfin il l'espérait ! Habituellement le Hyakujû ne réagissait pas de la sorte. Peut être qu'il a changé, et dans ce cas, décevra énormément Shinki. Ah ! Les premières paroles se réfugièrent dans les oreilles du petit pour le rassurer comme convenu. Les rôles semblaient s'être inversés de nouveau. L'élève qui était devenu le maître le temps d'une réplique redevint l'étudiant. Même si une échelle hiérarchique force les shinobis à se départager, les deux présents dans la pièce s'assemblaient telles les deux catégories complémentaires présentent dans tous les aspects de la vie et de la terre. Inséparable comme le Yin et le Yang !

Il ne fallait pas se réjouir trop vite. D'après Shizume-sama Shinki avait totalement raison sur les points qu'il a relevé, mais l'aîné n'était pas d'accord sur un point ; le côté physique qu'il a tant dénigré lors des répliques. Même si ce n'était pas la première fois qu'on reprit le blondinet il restait toujours le même. C'est-à-dire qu'il retombe à sa place d'apprenti avec assiduité et reste à l'affût des pensées qu'il doit corriger. À l'image du benjamin l'aîné remarqua de nombreuses imperfections dans la branche pure et dure des techniques de marionnettes. Il affirma sa présence et approuva les dires de son instructeur grâce à des › En effet ! ‹ , › Tout à fait ! ‹ , › Effectivement ! ‹ , mais encore avec de simples › Oui ! ‹. Shinki ne répondait pas pour faire plaisir à Shizume-sama, bien au contraire ! Il voyait le lien que le Hyakujû n'arrêtait pas d'évoquer. Le blondinet percevait l'intégralité de cette onde positive. Il était tellement au taquet qu'il percuta à la milliseconde prêt. › Je ne fais pas que le voir. Je suis déjà entrain d'y répondre ! ‹ Les deux marionnettistes croisèrent leurs regards. Tous les deux étaient fascinés tel un enfant qui vint de découvrir un nouveau jouet. Les méninges de l'Ogosoka s'activèrent pendant que son regard s'émerveilla. Totalement dévoué à cette nouvelle pratique Shinki vint a calquer les paroles de son instructeur. › Détournons le but principal d'une marionnette. Privilégions la défense. ‹ A l'unisson le benjamin surenchérit. › Rendre inséparable le marionnettiste de son personnage, gardons le hors de portée de l'adversaire. ‹ Ils s'arrêtèrent mais s'observèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t478-ogosoka-shinki-l-fiche-terminee

Mer 19 Juil 2017 - 23:56
« Rendre inséparable le marionnettiste de son personnage, gardons le hors de portée de l'adversaire. Le sourire de Shizume s'amplifie. Mais le Hyakujū relève son index droit pour annoncer qu'il faut faire attention. Prendre la confiance est une fâcheuse erreur. Il ne faut pas trouver une mais deux solutions histoire d'avoir un temps d'avance. Tant qu'un marionnettiste dispose de cartes à abattre il sera redoutable. Shinki ne peut qu'approuver cette vision du combat vu qu'il l'a partage avec son enseignant. Cependant l'extase est trop importante. Elle est même impossible a purger. Patience Shinki. Annonce Shizume d'une voix calme. Avant de nous précipiter nous devons parler d'un autre sujet. Le jeune homme agrippe un tabouret à portée de main. Il l'apporte face à la table pour s'asseoir dessus. Que vois-tu lorsque tu fermes les yeux ? Il est totalement sérieux. Même à treize ans tu dois avoir une envie autre que vivre de ta passion. Il patiente quelques secondes avant de réitérer sa question. Je vais aller au vif du sujet : as-tu entendu des nouvelles de Kaze no Kuni ? De Taiyô ? Dans ce cas également le gamin peut anticiper la réelle question de Shizume. Tu désires vraiment y retourner ?

Une réponse qui provient de Shinki n'est pas forcément courte. C'est pour cette raison que le Hyakujū est à l'écoute de sa réponse. En soit le futur des deux shinobis va se jouer au fil de cette discussion. Doivent-ils s'établir dans une cave comme ils le font actuellement ? Espérer retourner dans le désert pour se faire insulter de traître dans le pire des cas ? Le sujet demande énormément de réflexions pour les deux shinobis. Il faut prendre en considération tous les scénarios possible. J'ai envie de dire qu'il faut étudier minutieusement les chemins que nous devons prendre pour optimiser notre développement. Shizume aborde un état d'esprit qu'il connaît à la perfection. Le shinobi se projette fréquemment dans le futur pour posséder un temps d'avance par rapport à la situation actuelle. Mais pour l'instant il appose son menton dans le creux de sa paume.  Le regard légèrement plissé fixe continuellement le blondinet. Puis nous pouvons parler d'un second sujet. Annonce-t-il calmement. Que penses-tu de l'élection du Raikage ? Que vois-tu lorsque tu projettes nos activités dans le futur ? Il patiente. J'aimerai réellement connaître ton avis. Même si tu n'as que treize ans ton esprit futé a déjà manigancé tout cela, je me trompe ? Il redresse son dos à la fin de sa phrase en souriant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

Mer 19 Juil 2017 - 23:57
La discussion se continuait sur un bon feeling. Deux solutions pour un problème ? Shizume-sama voulait aussi faire une petite session de brainstorming pendant qu'il y était ? Après, il ne faut pas lui en vouloir. Être en avance depuis le départ est une faculté innée chez lui. C'est tout à fait normal qu'il désirait prévoir ses desseins à l'avance. Mais d'un seul coup l'échange prit une tournure étonnante. Aussi étonnante soit-elle que l'enseignant commença a questionner les projets de son élève. Mais les passions rejoignirent rapidement le réel sujet dont le Hyakujû était obstiné, Taiyô. › Ce n'est pas digne d'un ninja d'être autant sensible. ‹ La réponse tranchante du blondinet annonçait les couleurs des futures réponses. Il n'allait certainement pas répondre par oui ou non. › Ton attachement noircit ta vision Shizume. Pour l'instant nous avons accès à des ouvrages uniques au monde. Exploitons-les puis nous partirons lorsque nous serons prêt. ‹ Shinki bâilla après avoir stoppé les initiatives de son enseignant. › Tu as totalement cassé la hype avec ta politique ! ‹ Le blondinet décida d'attendrir l'atmosphère trop sérieuse à son goût. Pour passer le cap le garçon se leva de son tabouret en un seul temps. Il rebroussa ses manches et devint une nouvelle fois dynamique ! › Revenons sur le sujet principal ! Celui qui nous regroupe ici ! ‹ L'Ogosoka rigola comme un petit enfant qui s'amusait à une aire de jeux. Et c'est qu'il commença à courir dans l'atelier ! Il agrippa à la volée plusieurs objets qu'il avait déjà repéré comme des parchemins, des boulons, de l'encre de Chine, des pinceaux, des bocaux... puis il retourna illico presto à l'établi où patientait Shizume-sama. Shinki déposa le bric-à-brac à côté de la marionnette allongée. Malgré son comportement surexcité il s'arrêta d'un seul coup ! Similaire à du marbre le blondinet fit les gros yeux à son enseignant.

Rooooh ! Et puis pas besoin de son avis ! Le gamin déroula l'énorme parchemin qu'il a rapporté précédemment. Les pupilles ambres décrivirent des mouvements linéaire pour déchiffrer plusieurs schémas précieusement gardés par le Hyakujû. À la fois entrain d'apprendre et de relever plusieurs fautes en les pointant du doigt. Il ne laissait même pas le temps à son sensei d'effectuer les corrections nécessaires. Une fois le premier manuscrit terminé Shinki s'évapora pour en ramener une dizaine. Un à un il les ouvrait pour contempler les travaux de son maître qui traitaient de tout et n'importe quoi ! Aussi bien des mécanismes, de la résistance des matériaux, des calculs, des degrés de mobilités, hypostatisme, hyperstatisme, isostatisme, la liste était sans fin. Les tonnes de chiffres étaient incompréhensibles mais le plaisir de s'informer de la conception physique d'une marionnette était réel et reposant. Le parchemin varié lui offre un nouveau domaine d'étude. Le mouvement de ses pupilles s'apprêtèrent à déchiffrer les lignes noires inscrites sur le papier désuet. Au fil de la découverte le rythme de son cœur s'accéléra. Les fruits de la recherche, la conclusion finale était proche ! A la dernière ligne son regard se bloqua ; il se crispa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t478-ogosoka-shinki-l-fiche-terminee

Jeu 20 Juil 2017 - 1:12
Le sang du Hyakujū se glace à la première remarque de l'Ogosoka. C'est littéralement la première fois que Shizume tombe des lauriers au lieu de s'y reposer. D'être sensible ? Au village natal ? Rien que l'action de penser d'un éventuel rêve éphémère lui déclenche un mal de tête persistant. Il surenchérit en plus ? L'instructeur plaque sa paume droite sur son front. Il baisse le regard. Une vision noire ? Le marionnettiste prend au sérieux la remise en question proposée par Shinki. Ce qu'il dit est réellement vrai ? Les méninges en surchauffe il heurte pour une première fois le béton. À peine il s'isole de l'extérieur qu'une petite pique du blondinet rassure l'enseignant. Quoi qu'il en soit, s'il rigolait ou non il n'a pas tort. Laissons ce sujet pour plus tard. Afin de mordre à l'hameçon il glisse sa paume relevée dans sa poche droite et affiche un énième sourire sur son visage. Il ajoute un petit rire et le tour est joué : ce faux pas relève désormais du passé.

« Ah ! Notre sujet principal ? Il reprend les mots et le même ton que son interlocuteur. Les automates... évidemment ! S'esclaffe-t-il. En tout cas Shinki déborde d'énergie. Après tout lui aussi doit dépenser ce surplus de stamina. Rester à parler pendant plusieurs dizaines de minutes d'un sujet qui peut ou ne peut l'intéresser n'est pas une activité dédiée à un enfant. Quant à notre môme de dix-neuf ans il observe les allers-retours du petit. Il se considère comme chez lui a rapporter divers matériaux sur l'établi et mettre en pagailles les zones où il passe. Puis lors d'un court instant il s'arrête et fait les gros yeux. Un petit de treize ans essaye réellement d'intimider un jeune homme de dix-neuf qui, en plus, est son enseignant ? Cocasse. A peine que Shizume a murmuré que le blondinet inspecte ses travaux tel un inspecteur. Et il se prend réellement au jeu a mentionner à plusieurs reprises divers calculs et mensurations. Oh une faute ici !, Tu as oublié une virgule ! mais encore La résistance est fausse ! Le marionnettiste ne doute pas une seule seconde vu que l'élève ne fait qu'accumuler les plaisanteries. Enfin cela ne dérange en aucun point le Hyakujū. Après tout c'est un moment de détente qu'il partage avec Shinki. N'importe qui doit prendre une pause pour se détendre. Shizume se l'affirme même dans ses pensées : De temps en temps il faut bien décompresser de la dure réalité. Et voilà qu'un premier volume est terminé. Et en un temps record dit donc. Eh bien, t'es déterminé à lire la totalité des sept volumes ? Tellement concentré qu'il ne répond pas. L'enseignant esquisse un sourire à la vue du parchemin entamé en second. Une réalité va très vite choquer ou interpeller l'Ogosoka. A l'instant même il doit découvrir divers calculs qui traitent de mobilité. Il va très rapidement passer sur la chimie organique. Les composés organique puis l'anatomie humaine. Pendant qu'il lit Shizume s'approche dans son dos. Le maître ressent à la perfection les émotions de son élève qui rattrape dangereusement des résultats. Alors qu'il devient immobile les lèvres du Hyakujū se collent à son oreille droite pour lui murmurer de douces paroles.
Au fait Shinki. Tu as déjà entendu parler de l'Hitokugutsu ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t642-monzenja-washi-il-etait-une-fois-termine http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo

I. Sang glacial et trahison amènent au sommet. ♪ O. Shinki - TERMINÉ

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: