Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Équinoxe florale ∞ Aditya

Akimichi Sun
Akimichi Sun

Équinoxe florale ∞ Aditya Empty
Sam 9 Fév 2019 - 1:06
Ren avait demandé, plus par politesse que par réelle attente d’une réponse négative, s’il était en droit d’inviter dans le jardin Aburame. Le rire enfantin presque de sa mère lorsqu’elle lui répondit que oui ne lui inspira pas grande confiance - s’attendait-elle peut-être à ce qu’il invite une jeune femme pour la féconder ? Il frissonna à l’idée et décida de ne pas creuser d’avantage, au risque de tomber sur une réponse qui ne lui ferait guère plaisir. Déjà, et il le savait, toute sa conversation serait monitorée. Sans réelle animosité, c’était dans la nature du clan de laisser traîner un insecte ici ou là étant donné l’utilité principale des plantes, et chaque insecte était la source d’interminables histoires - Ren en connaissait un rayon.

C’était presque oisif qu’il se promenait dans la vaste étendue de plantes, enrichie récemment par les deux suggestions d’Aditya - ces dernières avaient particulièrement attiré l’attention de son oncle qui avait même demandé, à l’occasion, de rencontrer le jeune homme. Ren n’avait naturellement pas répondu à cette demande, préférant voir avec l’intéressé d’abord. Intéressé en question qui devait venir aujourd’hui justement regarder ces mêmes jardins pour les contempler. S’il avait des conseils à donner ou des remarques à faire, Ren serait bien naturellement réceptif - il ne cachait pas qu’intérieurement il espérait en recevoir - mais ce n’était clairement pas l’objectif de la visite et il le savait.

C’était léger, initialement, mais cela ne faisait que se renforcer maintenant. Un bourdon calme et presque naturel qui augmentait discrètement de volume - savante alarme érigée par les insectes présents dans les plantes qui commençaient leurs mélodies dès que quelqu’un s’approchait. Le brun soupira doucement, rejoignant rapidement la porte de la maison de ses parents - maintenant qu’il avait sa propre demeure - afin de l’ouvrir et s’adosser au porche, voyant déjà le blond non loin.

L’impasse n’était pas quelque chose de très compliqué - sept maisons, opposées trois à trois avec la dernière servant de fermeture à l’impasse. Si de l’extérieur ce n’était pas visible, les jardins de cette dernière ainsi que des deux maisons les plus proches étaient fusionnés en ce qu’ils appelaient communément le “Jardin” - parmi celles qui contribuaient, il y avait la maison de ses parents ainsi que celle de sa tante. Les autres n’avaient rien à apporter ou ne souhaitait tout simplement pas participer à l’édifice, personne ne les discriminait pour ça. Ren, de son côté, vivait dans désormais dans l’une des premières maisons de l’impasse, mais ce n’était pas le sujet du jour, aussi avait-il donné rendez-vous chez ses progéniteurs.

_________________
BLOOD PRICE
Let my insects taste you
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Équinoxe florale ∞ Aditya Empty
Sam 9 Fév 2019 - 12:37
Équinoxe florale

ft. Aburame Ren


An 203, Kirigakure, domaine Aburame, début d'après-midi.


Des pas empreints d’un calme certain résonnaient sur les routes pavées des alentours du village au fur et à mesure qu’Aditya s’approchait du point de rendez-vous. A la fin de leur dernière entrevue, l’Aburame lui avait poliment proposé de visiter les jardins de son clan, une forme de nature bien plus docile qu’il n’avait pu le voir par le passé – les forêts d’Hayashi étant bien loin de se laisser faire à la main de l’homme, si tant était que l’on arrive à se frayer un chemin à travers elles une fois que l’on y mettait les pieds. Le jeune homme devait bien avouer que, quelque part, il avait attendu cette entrevue avec une impatience qu’il ne se connaissait pas d’ordinaire. Bien que naturellement discret, lorsqu’une chose qui lui était demeurée inconnue pendant si longtemps se proposait à sa vue, il ne pouvait s’empêcher de vouloir palier à ce manque de connaissance. Il fit glisser le tissu d’un petit sachet entre le bout de ses doigts alors qu’il discernait le porche d’entrée à quelques mètres de sa position.

Bien que Ren ne lui eût pas demandé, il avait amené avec lui quelques graines extraites d’un des nombreux plants de lotus qui se dressaient fièrement dans l’étang aménagé à l’arrière du temple Seidou – venir les mains vides à une telle invitation l'aurait gêné, quoi que l'on en dise. En cette saison, les premières fleurs s’érigeaient au-dessus de la boue et des nénuphars qui les entouraient d’ordinaire, laissant percevoir en leur centre un « fruit », si toutefois l’on pouvait le nommer ainsi. Ça n’était qu’un réceptacle floral plus charnu que les autres, doté d’une quinzaine d’alvéoles d’où émergeaient de fines graines, à peine plus grosses que le bout d’un doigt. Plus la fleur étendait ses pétales, plus les graines étaient facilement récoltables. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’il cessait de presser délicatement le sachet entre ses doigts. Aditya avait su s’attacher à cette variété de plantes plus qu’une autres par le passé ; il espérait que Ren les apprécierait tout autant, que ce soit par la beauté de leur floraison ou les multiples vertus qu’elle pouvait offrir en onguents ou tisanes. Mais il ne doutait pas qu’il aurait tout le loisir de lui expliquer en détail plus tard. Ses pas l’avaient mené devant le jeune homme, adossé au porche.

Le léger brouillard sonore qui s’élevait au fur et à mesure qu’il s’était approché de l’impasse ne lui était pas passé inaperçu, bien qu’il ne puisse deviner le stratagème auquel s’adonnaient les insectes du clan Aburame – c’était bien trop complexe pour un inconnu qui n’en connaissait pas les détails. Néanmoins il adressa un regard au brun, abandonnant ces interrogations à une autre heure.

« Ren. », dit-il d’une voix posée qui faisait elle-même office de salutation. « Comment vas-tu ? »

Bien que la plupart du temps ce genre de demande soit considéré comme des politesses d’usages, la manière dont le blond l’avait formulé ne trahissait en aucun cas un geste forcé par quelque convention sociale que ce soit, mais plutôt un intérêt certain. Jusque dans les choses les plus insignifiantes de la vie courante, Aditya embrassait pleinement la franchise à défaut d’une hypocrisie empoisonneuse.




_________________

_




Dernière édition par Aditya le Sam 13 Avr 2019 - 18:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Akimichi Sun
Akimichi Sun

Équinoxe florale ∞ Aditya Empty
Mar 12 Fév 2019 - 18:22
Ren adressa un sourire au blond, l’accueillant d’un geste de la tête. La joie des retrouvailles était palpable dans chacun de ses mots.

Aditya ! Je me porte à merveilles, et toi donc ?

Il n’y avait dans son sourire pas la moindre once d’hypocrisie. Tout au plus, il avait attendu et escompté cette entrevue – c’est peut-être d’ailleurs un petit peu empressé qu’il invita son binôme nouveau à l’intérieur puis, lui emboitant le pas, le guida immédiatement vers les jardins, rajoutant çà et là des explications sur la courte route. De fait, ils ne traversèrent que le couloir et une partie de la pièce à vivre de la demeure de ses parents. S’il y avait prêté attention pendant la rapide promenade, le blond pouvait y voir une petite photographie de la famille proche, ainsi qu’une plus grande, trônant un peu au milieu de la pièce, qui regroupait de façon large toute la branche présente à Kiri et affiliés, comme voulait le dire la présence de Jun.

Cette maison ainsi que les deux sur droite qui ferment l’impasse sont le principe de notre agencement. Chacune disposait d’un volumineux jardin et il a été décidé de fusionner ces derniers. Cela ne se voit pas tant que ça de l’extérieur, n’est-ce pas ?

C’est en terminant sa phrase qu’il ouvrir la porte coulissante, libérant aux yeux du blond l’étendue de ce qu’étaient les jardins. L’espace urbain les limitait certes, mais ils demeuraient un coin de verdure imposant au sein de Kiri même – assez pour avoir attiré quelques curieux qui l’ont vite regretté. Ils se trouvaient proche de l’extrémité gauche du jardin dont le principal édifice était un ensemble de ruches d’abeilles façonnées dans le bois à la main, avec un détail donné aux finitions qui ne laissait que supposer l’attention et l’affection qui était donnée aux petites ouvrières. D’une façon pouvant semble cacophonique, chaque ruche était peinte d’une couleur différente, allant d’un rose pâle jusqu’à un vif violet.

Non loin de ces dernières, un petit champ de fleurs tout aussi colorées que les petits baraquements. Il n’y avait guère trop de zizanie ici, les plantes étant regroupées par espèce et par couleur en petit domaine entre lesquels il était donné de circuler sur un chemin pavé de pierre. Pas la moindre mauvaise herbe ne pointait son nez dans l’arc-en-ciel naturel. Quelques rares arbres créaient des zones d’ombres et à proximité des fleurs se trouvait une tonnelle de bois et de pierre équipée du nécessaire pour se reposer.

Chaque couleur de ruche correspond à une fleur particulière, sauf les deux rouges qui servent à faire du miel multifleurs.

C’était une précision qu’il jugea nécessaire d’apporter et il invita le blond à pénétrer premier dans le jardin… oubliant de lui dire qu’il n’avait rien à craindre des abeilles – mais peut-être le savait-il ?

_________________
BLOOD PRICE
Let my insects taste you
© FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Équinoxe florale ∞ Aditya Empty
Mar 12 Fév 2019 - 20:31
« Ton enthousiasme est agréable. », susurra-t-il avec un sourire discret face à l’empressement que témoignait le brun. « Pour te répondre, je vais bien, hormis peut-être quelques soucis au temple – bien qu'ils soient sans grande importance. »

Il ne continua pas ses explications plus en détail, n’éprouvant pas le besoin de s’attarder sur des choses négatives alors qu’elles étaient bien loin de lui désormais. Il attendrait la fin du jour pour leur retourner l’intérêt qu’elles demandaient. Au lieu de cela, il laissa son regard vagabonder sur les divers objets et décors qui s’offraient à lui. Il sentait à chacun de ses pas un sentiment étrangement profane se répandre dans sa poitrine, comme si entrer dans ces lieux rendait compte d’une transgression infinie. C’était indéniablement une impression due au caractère nouveau de la situation, Aditya en était conscient ; néanmoins, il ne parvenait pas à s’en détacher. Hormis, peut-être, grâce à l’humeur accueillante dont Ren faisait preuve qui rendait le tout bien plus confortable pour lui.

Si l’ardeur qu’il mettait à traverser le bâtiment était loin d’égaler celle du maître des insectes, elle lui laissait cependant tout le loisir d’observer les alentours. C’est ainsi qu’il put remarquer plusieurs cadres arborant les visages, peut-être un peu trop crispés, de ce qu’il supposait être les membres du clan – même Ren ne lui semblait pas être des plus à l’aise sur les toiles. Les traits autoritaires des femmes présentes le firent s’arrêter, l’espace d’un instant, devant le plus grand exemplaire de ces retranscriptions. C’était assez étonnant, de voir une gestuelle aussi appuyée de leur part – une main sur l’épaule du jeune homme pour celle qu’il supposât être sa mère étant donné les traits de son visage peu marqués par l’âge, un regard intransigeant pour la doyenne. Les réunions de famille devaient être des plus étonnantes.

Il s’arracha bien vite à cette contemplation, craignant d’avoir trop abusé de curiosité – quel invité ferait-il s’il abandonnait son hôte de la sorte ? Il le rejoignit rapidement, n’abandonnant aucun détail qu’il lui confiait. Lorsqu’il souligna l’agencement des jardins, le blond glissa un coup d’œil suspicieux.

« Pas le moins du monde. De plus, c’est certainement plus pratique comme ça. »

Une fois qu’il eut rattrapé le jeune homme à l’entrée de l’étendue florale, son attention fut capturée par la palette de couleurs vives qui contrebalançaient parfaitement les verts profonds des plantes. Mais surtout, ce bourdonnement qu’il avait entendu plus tôt – qui alors ne lui avait parût être qu’un mirage – se précisa, et plus ils s’enfonçaient sur les chemins pavés, plus ce capharnaüm se transformait en une harmonie des plus singulières. Il perçut du coin de l’œil quelques exemplaires de consoudre et de calendule. Déjà ? Et bien, on dirait que l’ardeur que ce clan démontre au soin de ses insectes n’est plus à prouver. Cette pensée fit naître un sourire discret sur son visage, tandis qu’il reportait toute son attention sur le jeune homme qui prenait le temps de lui expliquer l’agencement particulier des diverses ruches qui tamisaient le flanc gauche des jardins. Bien qu’il appréciait le résultat acharné du travail que fournissaient ces jolies ouvrières, il ne se risqua pas à trop s’en approcher ; il avait eu tout le loisir d’expérimenter leurs piqûres dans l’enfance, et il ne se risquerait pas à la récidive – du moins, pas aujourd’hui.

Il resta un moment silencieux, happé par la précision avec laquelle chaque plant avait été disposé, formant un bosquet organisé et d’une beauté tout à fait différente de ce qu’il avait eu l’habitude de côtoyer. Elle n’en était pas moins impressionnante, ni captivante, bien au contraire. Cette organisation harmonieuse poussait presque au calme et à l’apaisement. Il n’avait jamais été quelqu’un de très maniaque – quoi que, si. En réalité, il mettait un point d’honneur à ce que les choses soient faites correctement, d’autant plus lorsque les tâches en question lui avaient été incombées. Mais le désordre ne l’avait jamais dérangé lorsqu’il se trouvait au sein d’un lieu naturel.

« C’est... étonnement agréable. De voir une faune aussi ordonnée. On s’y sent apaisé dès lors que l’on daigne y poser un regard. J’imagine que tu dois passer beaucoup de temps ici pour le calme qui y règne. », dit-il en glissant un regard complice vers le jeune Aburame.

Aditya ramena le sachet en toile à hauteur de buste, le tendant au brun sous couvert d’une invitation à le prendre.

« Je t’ai apporté une autre variété, si le cœur t’en dis. Mais ce sont des fleurs aquatiques, je n’avais pas songé au fait qu'il puisse ne pas y avoir de point d'eau dans ces jardins. », il le fit jouer entre ses doigts quelques secondes, l’air soucieux. Cependant elles se conservent très longtemps – indéfiniment, même. Les graines de lotus sont connues pour leur robustesse qui n’égale que la beauté de leurs fleurs. Enfin… ça n’est qu’un avis personnel, pour le dernier cas. », précisa-il avec un sourire qui trahissait son affection envers cette espèce florale.




_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese

Équinoxe florale ∞ Aditya

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: