Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna]


[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Jeu 21 Fév 2019 - 16:11
Spoiler:
 

Akane était devenue chûnin il y avait peu de temps. Shiori l'avait promue au retour de l'île d'Aato, lorsqu'elle avait remit la fameuse hache légendaire « Hakai » entre ses mains. Et aussi lorsqu'elle lui avait fait un compte rendu de tout ce qu'elle avait pu voir au sein de Kiri, en proposant des points d'améliorations. Dans un premier temps, la métamorphe avait craint de froisser la Watanabe, mais s'était finalement sentie soulagée d'avoir enfin pu dire tout ce que le village - dans lequel elle vivait depuis plusieurs mois – lui inspirait.

Si bien qu'en quelques minutes elle était passée de genin à chûnin avec responsabilités. En se voyant attribuer un projet à mettre sur pieds, concernant un jardin médicinal. On lui avait aussi confié deux personnes dans sa toute nouvelle équipe. Deux personnes qu'elle avait déjà envoyées en mission toutes les deux, afin qu'elles fassent connaissance entre elles. Puis qu'elle avait ensuite rencontrées lors d'un entraînement un peu spécial où elle avait testé leurs capacités. Il était désormais temps de faire une mission avec ses deux élèves.

C'était pourquoi elle se trouvait au palais de la brume, à observer les ordres de mission. Et à choisir lequel elle pourrait bien prendre pour en faire une avec eux. Une pas trop longue, puisqu'elle devait bientôt partir sur l'île d'Ue afin de l'explorer et qu'elle devait continuer de se préparer pour le voyage. Principalement en lisant des livres de la faune et de la flore, empruntés à la bibliothèque, afin de ne pas être surprise par ce qu'elle trouverait sur place. Ses yeux parcouraient le tableau, lorsque quelqu'un vint à sa rencontre.


- « Yasei Akane ? »
- « Oui ? »


Le shinobi lui tendit une fiche, qu'elle prit dans les mains. Elle avait un air de déjà-vu...

- « C'est la fiche de votre élève. »

Elle s'efforça de garder un visage neutre, se retenant de lui faire répéter le dernier mot, comme elle avait déjà pu le faire lorsqu'on lui avait donné les fiches de ses deux premiers élèves.

- « Il doit y avoir une erreur. On m'a déjà donné leurs dossiers. »
- « Non. C'en est un autre. On vient de vous l'attribuer. »
- « Je vois. Merci. »


La nouvelle chûnin s'en serait bien passée, de cette responsabilité supplémentaire. Elle qui ne se trouvait déjà pas à la hauteur du reste... Elle ouvrit le dossier et put voir qu'elle avait une nouvelle fois sous son aile – ou sa patte – un homme qui avait sensiblement son âge. Elle soupira, se demandant comment elle pourrait bien se faire respecter avec des gens qui étaient aussi âgés qu'elle-même. Il s'agissait d'un sabreur, et comme pour le Yamanaka, il venait d'arriver au village. Elle repoussa donc son idée de mission avec les deux premiers pour se concentrer sur le nouveau, qu'elle ne connaissait pas encore.

Elle choisit une mission qui permettrait de connaître l'empathie du jeune homme, ainsi que de tester sa patience et sa façon d'agir avec des personnes en difficultés. Et envoya un oiseau voyageur prévenir le sabreur qu'il devait se rendre le lendemain devant l'hôpital afin d'effectuer une mission en compagnie d'une chûnin, ainsi que tous les détails nécessaires. Et le jour prévu, la Yasei attendait son nouvel élève au point de rendez-vous, vêtue de sa tenue la plus pratique et un peu en avance. Afin qu'elle puisse le jauger, et l'informer qu'il avait été intégré à une équipe. Peut-être qu'après, elle pourrait faire en sorte qu'ils se voient tous ensemble. Mais pour le moment, ils avaient des malades à soigner.

_________________
Tenues:
 

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] NBban



Dernière édition par Yasei Akane le Mar 2 Avr 2019 - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Mer 27 Fév 2019 - 11:51


„I dont' know where I'm going, but I'm on my way...”


Silencieux et impassible, le jeune shinobi avait parcouru brièvement le bout de papier soigneusement transmis. Figé telle une statue, il réalisait pour la première fois qu’il était désormais bel et bien venu s’installer au village de la brume. Une mission, la première, venait de lui être confiée rendant ainsi son enrôlement des plus officiels. Devait-il s’en réjouir ? Il n’en était pas tout à fait convaincu. Les yeux plissés sous son masque, il rangea bien vite le parchemin avant de retourner s’allonger dans sa paillasse. Le regard perdu dans le plafond de sa chambre, il se surprit à se sentir légèrement nerveux. Le nom inscrit dans le rouleau ne lui disait évidemment absolument rien et travailler avec autrui n’avait jamais été son fort. Un soupir brisa le silence de la pièce avant qu’il ne se tourne de côté et se décide à reprendre sa sieste. Demain était un autre jour, à quoi bon y penser maintenant.

Le jour arrivé, l’ancien vagabond enfila sa tenue habituelle. Une tenue qui ne serait sans doute pas remarquable si elle ne comptait pas ce masque imposant pour cacher le haut de son visage et le recouvrir d’une fausse et longue chevelure blanche. Ignorant complètement les regards interloqués des passants, le sabreur commença à s’aventurer dans les différentes ruelles du village. Droit et à l’apparence impassible, ce n’est qu’au bout d’une dizaine de minute qu’il se rendit compte ne pas avoir la moindre idée d’où se situait exactement cet hôpital. C’est que d’habitude, il se contentait de suivre sans vraiment se poser de question…

Désormais situé dans ce qui lui semblait être un labyrinthe sans fin doublé d’une fourmilière bien trop habitée, il chercha à trouver un signe, une indication, n’importe quoi sans y parvenir. S’était-il trop éloigné des arrêts principaux ? Fort possible. Totalement égaré et sans repère, le sabreur serra les poings et déglutit. Après quelques longues secondes d’hésitation, il tenta une première approche vers un passant afin de lui demander la direction. Pas le temps de prononcer le moindre mot, que l’homme accéléra le pas en lui lançant un long regard désapprobateur et suspicieux. Sans doute était-il pressé ?

Deux, trois puis dix tentatives échouèrent avant que le sabreur méconnu finisse recroquevillé sur lui-même dans le coin d’une ruelle marchande. Bras croisé, il devait se rendre à l’évidence : il n’était pas près de trouver l’hôpital et encore moins d’y arriver à l’heure. D’ailleurs, il devait déjà être en retard. Tête baissée, l’air dépité, mais aussi choqué, il ne pensait pas se faire avoir ainsi. Les villages étaient plus redoutables et complexes qu’il l’avait imaginé.

Heureusement, il n’était pas seul. Enfin, pas complètement. Son fidèle compagnon revint le rejoindre, sautant dans ses bras avant de venir nicher son visage contre son cou. Le sourire tendre aux lèvres, Shinka caressa ses petites joues avant de remarquer la présence d’inconnu.


« Il … est à vous ? »


Fit alors une jeune enfant en pointant l’écureuil à son épaule. La méfiance et l’appréhension, mais surtout la curiosité innocente se lisaient facilement sur le visage de la petite alors que le sabreur se mit à la jauger, toujours pratiquement assis sur le sol.


« Tyki »
« Son nom ? »


Hochant simplement la tête, le nouveau shinobi sembla se désintéresser d’elle et se mit à se redresser avant qu’elle ne capte toute son attention.


« Vous êtes perdu ? »


Arquant un sourcil, il secoua à nouveau positivement la tête. Ainsi, sans vraiment comprendre comment il en était arrivé là, il se laissa finalement guider par une gamine au visage d’ange, sa main fermement tenue par la sienne. Enfin arrivé sur place, on aurait pu aisément croire que Shinka avait perdu la langue tant qu’il ne se montrait point bavard et se laissait entraîner tels un pantin ou un enfant en bas âge.


« Le Monsieur s’est perdu. »


Déclara alors haut et fort la petite face à la réception de l’hôpital tans dits que le sabreur contemplait les alentours la bouche entrouverte. Déstabilisé par la scène, l’accueil pensait d’abord à un patient évadé ou égaré et chercha ainsi activement dans leur registre.


« Votre nom ? » Un petit coup de coude de la part de la fille fut nécessaire pour qu’il revienne à eux.

« Hein ? »
« Votre nom ? Pourquoi avez-vous ét… »
« Shinka. »


Perplexes, elles semblaient avoir entendue parler de lui, sans doute informée de la présence de deux shinobis en mission. Pourtant, elles avaient bien de la peine à croire que….


« Hurm… Votre collègue vous attend là-bas. »


Tournant sa tête dans la direction indiquée, son regard croisa celui d’une femme à la chevelure d’ébène et à la prestance militaire. La détaillant sans bouger ni prononcer le moindre son, il se laissa à nouveau traîner par la petite jusqu’à finir face à la dame.


« L’perdez pas la prochaine fois ! »


Lança-t-elle sous un air de sermon, la tête haute et les mains sur ses hanches avant de saluer l’égaré et son fidèle rongeur, puis de partir en trottinant joyeusement.


« … »


Son expression cachée par son masque, il garda un air ahuri face à son entrée en scène et la sortie de la petite avant qu’il ne repose toute son intention sur ce qui devait être sa supérieure. Laissant planer le doute quelques instants, il finit enfin par s’incliner face à elle pour la saluer comme il se devait. Bonjour ? Enchanté ? Pardon ? Shinka ? Rien de tout cela ne semblait bien vouloir sortir de ses lèvres tant qu’il ne savait pas trop par quoi commencer.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5437-termine-shinka-sans-feu-ni-lieu?nid=8#46054

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Ven 1 Mar 2019 - 11:31
L'heure était passée, et Akane ne voyait toujours pas arriver son troisième élève. L'avait-il plantée ? Comptait-il réellement venir ? Ou devrait-elle effectuer cette mission toute seule ? Elle n'avait rien vu dans son dossier indiquant ce genre de choses. Mais son dossier ne contenait pas beaucoup d'éléments non plus, puisque le jeune homme venait d'arriver à Kiri. Les autorités n'avaient donc pas encore pu constituer de dossier conséquent sur lui. Elle soupira, avant de se résoudre à attendre.

Elle en profitait pour observer les allées et venues dans l'hôpital, s'imprégnant de l'atmosphère du lieu et surtout des gestes des eisei-nin. Des infirmières présentes sur place qui accueillaient avec bienveillance les patients, et les dirigeaient avec des gestes sûrs vers les bons services. Ces hommes et femmes qui étaient le premier contact des blessés et malades avec le lieu de soin connaissaient parfaitement leur travail. Ils avaient aussi le don d'être à la fois doux dans leurs paroles, leurs sourires et attitudes, mais sûrs dans leurs gestes. Ils avaient aussi cette abnégation qui leur permettait de passer volontiers au second plan lorsque venait l'eisei-nin pour soigner, avant de repartir ailleurs. La Yasei les admirait. C'était ce qu'elle serait bientôt, lorsqu'elle aurait mieux avancé sur cette voie. Une route qui ne serait jamais terminée, car on apprenait pendant toute sa vie.

Akane avait déjà une des qualités nécessaires : elle était patiente. Capable d'attendre pendant des heures sans broncher si la situation l'exigeait. Elle n'eut cependant pas à attendre aussi longtemps celui qui serait le dernier élève que l'équipe neuf. Une silhouette fit son apparition à l’hôpital, tirée par une enfant. Les deux nouveaux arrivants se présentèrent à l'accueil, avant de se diriger vers elle. Et ce fut l'enfant qui la sermonna. Elle partit, avant que l'égaré ne s'incline. Croisant ses bras sous sa poitrine, Akane observa l'homme désormais face à elle, d'un air grave. Un sabreur masqué, muet, et qui n'hésitait pas à la faire attendre. Ce qui lui rappelait quelqu'un...


- « Vous êtes en retard. »

Une phrase ferme qui soulignait l'évidence, mais qu'elle se devait tout de même de prononcer, en tant que supérieure dans cette mission.

- « Je suis Yasei Akane, et je serais votre coéquipière pour cette mission. J'imagine que vous êtes Shinka ? »

Son visage s'adoucit en se tournant vers la boule de poils présente sur l'épaule du jeune homme. Elle avança sa main vers l'écureuil, avant de se raviser. S'il décelait quoi que ce soit chez elle, il risquait de prendre peur. Alors au lieu de caresser la douce fourrure rousse, elle montra l'endroit d'où il venait.

- « Nous devons d'abord commencer par aller prendre les dossiers des patients à aller voir. Ainsi que tout le matériel et les instructions nécessaires pour mener la mission à bien. »

Elle commença à se diriger vers l'endroit qu'elle désignait, avant de poursuivre.

- « Avez-vous des questions, des points à éclaircir avant qu'on ne commence ? »

Puis elle s'arrêta avant de se tourner face à lui, se souvenant qu'il s'était incliné et n'avait prononcé aucun mot.

- « Je comprend le langage des signes, si besoin. »

Serait-ce pour cette raison qu'on le lui avait confié ? Mais si c'était le cas, quelqu'un qu'elle connaissait bien était certainement plus qualifié qu'elle pour ça. D'autant plus qu'il était sabreur lui aussi. Elle se concentra sur Shinka, attentive à ses mouvements. Prête à les déchiffrer, si besoin était.

_________________
Tenues:
 

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] NBban

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Lun 4 Mar 2019 - 21:57
Le rapprochement aussi subtil que soudain mit le jeune sabreur légèrement mal à l’aise et sur la défensive. Dehors, il fallait toujours être méfiant vis-à-vis des inconnus. C’était une précaution utile à la survie et une habitude bien difficile à corriger. Néanmoins, lorsque ses yeux d’or captèrent la présence de l’animal à son épaule, puis de l’accueil derrière lui, il se radoucit. En toute logique, elle n’était pas là pour lui faire du mal. Mais cela ne changeait rien au fait qu’il ne savait strictement rien sur elle.

Loin de la considérer comme alliée, il était néanmoins prêt à coopérer le temps d’une mission et hocha simplement la tête lorsqu’elle proposa d’aller récolter les dossiers et le matériel nécessaire. Si son apparence paraissait toujours aussi impassible, il n’en était rien à l’intérieur. La question de sa partenaire le déstabilisait tout autant que sa présence. Il n’avait décidément pas l’habitude de collaborer avec autrui et n’était pas réellement certain de ce qu’il devait faire, dire ou non. Perplexe, il se trouva un peu plus interloqué lorsqu’elle lui informa comprendre le langage des signes. Pourquoi lui disait-elle cela ? Quel était le message caché derrière cette information ? Que devait-il comprendre et comment devait-il réagir ? Tout cela lui échappait.

Lèvres entrouvertes, l’épéiste avait bien envie de parler, mais aucun mot ne sortait. Décidément, les shinobis étaient plus compliqués encore que ce qu’il craignait. Ou peut-être avait-on oublié de lui informer un code ? Embêtée, par la situation, sa main vint frotter son crâne à travers la fausse chevelure blanche lorsqu’il prit la parole pour la première fois, sans s’en rendre compte.

« Je ne connais pas le langage des signes. »

Une information qu’il se décida à transmettre pour expliquer son embarras pourtant absolument pas visible dans son attitude. S’arrêtant face à l’accueil, il se tourna néanmoins vers sa collègue, l’observant la tête penchée.

« C'est vraiment nécessaire pour la mission ? »

Cela ne lui paraissait pas être le cas, mais peut-être n’avait-il pas suffisamment bien lu la missive qu’on lui avait transmise. Dans le doute, il décida de la ressortir pour la lire à nouveau avec le plus de sérieux du monde, mais décidément, rien ne penchait dans ce sens. Ne parvenant pas à faire la connexion entre la situation et l’information donnée, il conclue simplement ne pas être en possession de tous les éléments de la mission. Enfin, du moins, jusqu’à ce que celle-ci se décide ou non de lui expliquer son raisonnement. Ou alors c’était un moyen d’échange entre collègues de leurs différentes compétences ?

« Ha, moi je connais les plantes. »

En effet, sa vie de vagabond et les activités de son père, lui avaient permis d’avoir quelques connaissances approfondies sur les plantes médicinales sans pour autant qu’il ne soit officiellement médecin. Toujours était-il qu’il savait plus ou moins les reconnaître, les trouver et leur utilité. Le reste était bien moins certain.

Maintenant que cette parenthèse était levée, en tout cas, il l’espérait parce que, si vous ne l’aviez pas remarqué, réfléchir n’était pas réellement son fort, il attrapa soigneusement les dossiers des différents patients avant de suivre sa supérieure pour recevoir toutes les instructions et informations nécessaires.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5437-termine-shinka-sans-feu-ni-lieu?nid=8#46054

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Mar 5 Mar 2019 - 22:25
Les sons qui sortirent de la bouche de son dernier élève l'informèrent qu'il n'était pas muet. Pourtant elle ne l'avait pas encore entendu parler jusque là. Peut-être était-il tout simplement timide et réservé. Son attitude indiquait d'ailleurs qu'il n'était pas très à l'aise.

- « Hé bien, non. Je ne crois pas. »

Sauf si certains patients étaient muets, après tout c'était possible. Saji n'était peut-être pas le seul aphone du village. Akane lui jeta un regard interrogateur lorsqu'il sortit la missive concernant les informations de la mission, afin de la relire. Ne se souvenait-il déjà plus de la raison de leur présence ? Elle n'osa pas le déranger, le laissant faire. Et sa réplique suivante la laissa encore plus pensive.

- « D'accord. »

Elle ne voyait pas très bien le rapport avec les malades, d'autant plus qu'il n'avait pas précisé quel genre de plantes. Médicinales, tout comme elle ? Ornementales ? Et puis les plantes d'où, et pour quoi faire ? Dans le doute, elle préféra ne pas relever, et se contenta d'un de ses hochements de tête habituels. Si jamais il devait approfondir, il le ferait par lui-même plus tard. Arrivés à l’accueil, elle le laissa prendre le dossier concernant les malades à aller voir tandis qu'elle s'adressait à la réceptionniste.

- « Pouvons-nous avoir les instructions pour notre mission ? »

Celle ci partit chercher quelqu'un, et revint avec une eisei-nin que Akane connaissait vaguement, puisqu'elle était déjà venue travailler ici. Gratuitement, prenant sur son temps libre pour rendre service à l'hôpital et aux patients afin d'approfondir ses connaissances.

- « Ha, c'est vous qui devez alors rendre visite aux patients à leur domicile. »

Elle tendit une grosse trousse de soins, dont Akane se saisit puisque Shinka avait déjà les mains occupées.

- « Vous avez là-dedans tout ce qu'il faut pour les soigner. »

L'eisei-nin leur expliqua alors à quoi servait chaque chose présente à l'intérieur, et comment s'en servir. Il y avait des médicaments mais aussi de quoi prendre la température ou même de recouvrir de plaies, entre autres. Le tout avait été pensé afin de convenir en grande majorité aux maladies qui avaient été signalées. Mais comme il fallait vérifier que les patients avaient bien tous les symptômes, il y avait aussi de quoi couvrir d'autres maladies et blessures au cas où. La femme médecin leur donna aussi grossièrement le profil des personnes à aller voir. Puis finalement, leur demanda s'ils avaient des questions avant de pouvoir repartir aider ses propres malades.

- « Merci, ça ira. Shinka ? »

Avait-il pour sa part des choses à clarifier avec l'eisei-nin ? Ils pourraient ensuite certainement se rendre au premier quartier.

_________________
Tenues:
 

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] NBban

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Mer 27 Mar 2019 - 11:35
Feuilletant brièvement les dossiers, l’ancien vagabond se plongea enfin dans la mission qui leur avait été confiée. Les maladies annoncées n’avaient rien d’inquiétant, le nombre l’était un peu plus. Sans doute qu’ils étaient là face à une petite épidémie dans la région et il valait mieux prendre quelques précautions pour éviter une plus grande propagation. Un instant perdu dans ses réflexions, Shinka mit un peu de temps à réagir lorsque sa collègue se tourna vers lui.


« On peut partir. »


Ses yeux posés sur la femme à ses côtés, il pivota lentement en venant habilement lui prendre la sacoche de soin qui semblait légèrement plus lourde et encombrante que la pile de dossiers. Échangeant ainsi leur fardeau sans vraiment lui demander son avis, Shinka s’éloigna avec assurance. Une conviction bien vite remise à l’épreuve lorsqu’il se rendit compte ne pas avoir la moindre idée de la direction à prendre. Ses pas vinrent alors naturellement se caller à ceux de la shinobi à la chevelure ébène sans pour autant prononcer le moindre mot.

Visiblement la première destination n’était nulle autre que le domaine Kaguya. Un clan au don relativement aussi fascinant qu’effrayant. Pourtant leur maîtrise semblait venir à un prix ou du moins ne pas les prévenir de maladie osseuse… Ou était-ce une anomalie ? Intrigué, l’ancien vagabond s’adressa à sa collègue.


« Les Kaguya n’ont pas besoin de nous. »


C’était un fait, un constat plus qu’une simple question. Car après tout, qui pouvait être plus apte à comprendre et soigner les os ? Personne ou en tout cas pas eux, pas lui. Il n’y connaissait absolument rien, mis à part la douleur et la complexité de la chose. Alors pourquoi étaient-ils envoyés là-bas ? Sauf si celle à ses côtés était plus experte dans le domaine ? Curieux de connaître la réaction de celle-ci, il constata néanmoins être finalement arrivé à destination, face à la première demeure de leur mission.

Tout semblait incroyablement normal, banal et rien ne laissait présager quoi que ce soit. Échangeant un simple regard avec elle, Shinka lui laissa l’honneur de toquer à la porte. Une porte qui ne tarda guère à s’ouvrir pour mieux laisser une silhouette courbée apparaître.


« HA ! Vous voilà enfin ! Entrez, entrez ! »


Il s’agissait là d’une femme relativement âgée, d’une petite taille renforcée par sa position, une peau vieillie et ridée, une chevelure blanche et une canne ou un os quelconque pour l’aider à marcher. Timidement, l’épéiste s’avança à l’intérieur, la suivant non sans faire particulièrement attention à son environnement.


« Ginjiro !!! Les docteurs sont là ! » Sa voix était rauque et forte, assez pour tirer une légère grimace au jeune homme. « GINJIROOOOOoooO »


De là, les shinobis se trouvèrent dans un vieux salon. Un homme du même âge de la vieille dame se trouvait posé sur un énorme fauteuil, caché par le journal qu’il lisait avec une certaine attention, ou presque.


« JIROOoooOO »


L’homme ne répondant pas à l’appel, la vieille grommela quelques injures presque incompréhensibles avant de venir arracher le journal de ses mains tout en revenant crier à ses oreilles. De là, on put apercevoir aisément que le vieil homme s’était malheureusement endormi dans sa lecture, la bave au coin de ses lèvres trahissant son état tout comme le ronflement.

« HEIN QUOI ?! »

Sursautant un peu, celui-ci secoua vivement la tête avant de poser son regard autour de lui. Sa vue ne semblait plus être celle de sa jeunesse étant donné qu’il dut mettre ses lunettes pour distinguer les deux… invités.


« Ce sont les docteurs. »

« Hein ? »

« Les docteurs. »

« Les quoi ? »

« DOCTEURS ! »


Sourd également visiblement. Impassible, Shinka resta droit, planté telle une statue fasse à cette scène anodine. La raison de l’arthrose était évidente, restait à discuter de l’avancée et d’en prendre note.


« Ha ! Oui ! Enfinnn ! »


Sans vraiment comprendre pourquoi ni comment, l’homme se releva pour mieux partir dans une autre pièce alors que son épouse se retourna vers eux.


« J’savais que vous finiriez par revenir. Par trois fois j’ai appelé, chaque jour pour qu’ils renvoient quelqu’un. Voyez, on s’lasse jamais d’vos visites ! »

De là, la femme les amena directement dans leur chambre où s’était, malheureusement, déshabillé son époux et allongée sur le ventre, prêt visiblement à se faire… à se faire quoi ? Clignant des yeux, Shinka regarda les deux femmes.

« Bah alors ?! Qu’attendez-vous ?! Massez-le ! »


Ordre rapidement accompagné d’une petite claque sur la fesse du sabreur pour l’encourager à s’exécuter. Ne sachant pas réellement quoi faire d’autre… Shina posa la sacoche de soin, enfiler une paire de gants et…effectua un massage au vieux bonhomme exigeant.

« Un peu plus haut ! Là ! OUI ! Haaa… »

« C'est pour cela qu'on est venu ? »


Son visage concentré sur le dos du vieil homme, il s'adressait néanmoins à sa supérieur afin de savoir ce qu'ils faisaient réellement ici ? Visiblement, le couple de retraité avait d'autre chose en tête qu'une simple consultation.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5437-termine-shinka-sans-feu-ni-lieu?nid=8#46054

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Dim 31 Mar 2019 - 23:16
Nanna est aux anges, et elle en avait tous les droits : elle avait enfin reçu son tout premier ordre de mission ! Si elle avait ouvert la lettre avec joie et fierté, ses parents s’étaient tassés derrière elle, le cœur battant la chamade et prêts à tomber dans les pommes s’il y avait de près ou de loin le moindre danger pour la santé et l’intégrité morale et physique de leur trésor. Leur peur disparut bien vite, au fur et à mesure de leur lecture.

- Une mission pour l’hôpital, c’est parfait ! s’exclama son père. Prions pour qu’il en soit toujours ainsi. Peut-être finiras-tu comme ces shinobis médecins. Ils ont un excellent poste, loin du danger …

Ses parents se lancèrent aussitôt dans une longue litanie sur la nécessité qu’elle abandonne ses marionnettes pour embrasser une carrière médicale, cloîtrée entre quatre murs blancs et insipides, à respirer un air aseptisé. La brunette ne dit rien – et ignore même toutes ces voix et toutes ces suggestions -, continuant sa lecture jusqu’au bout.

« Hein … je dois me rendre d’urgence ? Maintenant ? A l’hôpital ? ».

- AH ! MAIS JE SUIS EN RETARD ! A TOUTE !

Sans plus de cérémonie, elle accourt à l’entrée, empoigne au passage ses quelques outils achetés récemment et accourt dans les ruelles du village. Elle arrive à l’hôpital en cinq petites minutes, suintante, le cœur au bord des lèvres et les tympans bourdonnants. Elle n’avait jamais été extrêmement sportive et elle était persuadée qu’elle ne risquait de s’améliorer ou briller dans ce domaine plus tard, kunoichi ou non. Certains pourraient attribuer cette faiblesse à son sexe, à sa génétique ou tout simplement à sa mentalité, toujours est-il qu’elle s’était faite à l’idée que ses pantins brilleraient à sa place pour quelques prouesses.

Elle ne perd pas plus de temps et se dirige à l’accueil pour savoir si des shinobis étaient déjà passés, pour une mission dans les quartiers du clan Kaguya et du clan Yuki ainsi que dans le grand Dojo et le Palais de la Brume. L’infirmière répond à l’affirmative, en indiquant du doigt un duo non loin. Tout naturellement, la pression retombe. Fatale erreur ; l’empêchant de voir un danger d’une tout autre nature. A peine avait-elle fait trois pas qu’une famille en larmes lui barre la route.

- Oh, mais tu es la fille de monsieur Kazuma. Mon dieu … un malheur s’est encore abattu sur notre famille…

Dans la vie de tout homme – shinobi, criminel, victime, civil, martyre, héros … qu’importe – il y avait deux événements majeurs : la vie, et la mort. Le premier est fêté par les aînés de la famille suite aux premiers cris du bambins, et le second est célébré par les plus jeunes de la famille suite au dernier soupir. Ces deux événements ont une telle importance que l’on dépense sans compter pour les fêter dignement. Cependant, la mort était toujours plus particulière : comme personne ne sait jamais ce qui arrive pour « après », toutes les précautions sont prises pour éviter un quelconque malheur, pour s’assurer que l’être aimé est en paix et bien d’autres choses. Cette ignorance fait que les pompes funèbres sont un business très lucratif. Et la boutique de son père était foulée à plusieurs reprises par une même famille, qui avait perdu un énième shinobi qui remplissait les rangs.

A force, si on connaissait le père, on connaissait la fille. Autant dire, il n’était pas rare qu’elle se fasse interpeller bien trop souvent pour diverses questions liées au commerce de son père: est-ce que tel rituel est respecté ? Quelles sont les horaires d’ouverture ? Quelles sont les procédures ? Et ainsi de suite. Et malheureusement, quand on parle de mort, il est difficile d’échapper aux vivants sans les froisser. Qu’importe les ruses de Nanna, le duo eut le temps de partir avant qu’elle ne puisse les rejoindre.

Alors, pour la seconde fois de la journée, Nanna court comme une furie. Et elle cherche, de multiples façons : tantôt elle guette du toit, tantôt elle cherche une tête brune ou la fourrure d’un écureuil dans un carrefour, tantôt elle pose quelques questions aux commerçants ou passants. Ses efforts finissent par payer, et là voilà devant le domaine des Kaguya. Elle toque à la porte du premier patient, essoufflée et rouge comme une tomate par l’effort.

- Bonjour, je suis Kazuma Nanna. Je suis envoyée par l’hôpital pour apporter de l’aide supplémentaire à mes collègues, introduisit-elle, s’inclinant respectueusement.

Celle qui lui ouvert la porte ne questionne guère davantage, et s’empresse de conduire la jeune fille jusqu’à la pièce où se trouve tout le beau monde. Nanna profite du petit silence qui s’est installée par son arrivée surprise pour prendre la parole, et mettre les choses au clair.

- Bonjour, je suis Kazuma Nanna, envoyée en renfort. Je ne suis que genin mais c’est un honneur de vous aider. Je vous remercie par avance pour votre patiente et votre enseignement. Je m’excuse également du retard, cela ne se reproduira plus, dit-elle, s’inclinant une seconde fois, mais face aux deux shinobis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Mer 3 Avr 2019 - 23:15
N'ayant rien de plus à demander aux eisei-nin, les deux shinobis délaissèrent l'hôpital pour se rendre dans le premier quartier, celui du clan Kaguya. En chemin, le sabreur qui visiblement voulait être galant ou bien la sous-estimait – au choix, échangea leurs charges. Akane lui jeta un regard, le visage impassible, mais ne dit rien. Pour le moment. Concernant sa phrase, il n'avait pas tord. Le fier clan Kaguya qui demandait de l'aide ?

- « Pour cette fois, visiblement si. »

Elle n'en savait guère plus que lui et de ce qui était inscrit sur leur ordre de mission, ou bien autre que les instructions qu'on venait de leur donner. Si on leur disait d'aller au domaine Kaguya consulter les cas d’arthrose et d'ostéoporose, alors ils devaient le faire, puisque les autorités en avaient décidé ainsi. Arrivés devant la première porte, Akane attendit que son coéquipier fasse un geste. Puis en se souvenant qu'elle était la plus haute gradée et qu'elle était censée prendre les devants, elle se décida à frapper trois petits coups. Fini le temps où elle pouvait laisser parler les autres à sa place pour se murer dans le silence.

Entrés chez leur premier patient, rien ne les laissait présager de la suite à venir. Et ce fut donc troublés que les deux shinobis furent mis face à un vieil homme à moitié nu, allongé sur une table. Shinka se mit à la tâche, tout en lui demandant s'ils étaient réellement venus pour ça... Ne sachant pas vraiment quoi lui répondre, car les massages soulageaient effectivement les douleurs mais que la situation était tout de même gênante, Akane réfléchit quelques secondes. Et ce fut à ce moment là qu'arriva une troisième personne pour effectuer leur mission. Voilà qui ferait une excellente diversion. S'inclinant à son tour face à la nouvelle arrivante, Akane se présenta.


- « Yasei Akane. »

Avant de se tourner vers la vieille dame.

- « Auriez vous de l'huile alimentaire de bonne qualité ? »
- « De l'huile ? »
- « Oui. De l'huile végétale. Ainsi qu'un récipient. »


Et tandis qu'elle partit la chercher, l'apothicaire ouvrit le sac donné par l'hôpital pour fouiller dedans. Mais ne trouvant pas ce qu'elle cherchait, elle fini ouvrir un sceau présent sur son bras pour en sortir son propre sac. Duquel elle prit un petit flacon. Et elle se dirigea par la suite vers la vieille femme. Versa un peu d'huile dans le récipient, et y versa quelques gouttes.

- « Madame, si vous voulez bien venir. »

Le récipient dans la main, elle se dirigea vers le vieil homme allongé et fit signe à Shinka de laisser la place.

- « C'est de l'huile essentielle de Copahu. C'est un anti-douleur et un anti inflammatoire puissant. Mélangé à de l'huile alimentaire, ça vous permettra de masser votre mari et de soulager ses douleurs. »
- « Moi ? »
- « Oui, je vais vous indiquer comment faire, et vous donner les dosages qu'il faut. Vous pourrez ainsi le masser autant de fois qu'il vous plaira. Et vous économisera certainement de l'argent. »


D'abord hésitante, la vieille femme tâtonna sans grande conviction le dos du Kaguya. Mais sous les conseils d'Akane, et surtout les « oh » et « ah » de son mari, elle semblait soudainement retrouver une seconde jeunesse. Tout comme lui lorsqu'il se rendit compte qu'il s'agissait de sa femme.

- « Vous pouvez aussi verser quelques gouttes dans un bain chaud. Ça marche aussi. »

Après avoir prononcé sa dernière phrase sur le ton de la confidence, et fit mine de ne pas voir le clin d’œil de Ginjiro, la Yasei récupéra ses biens et prit le chemin de la sortie. Car elle ne voulait pas vraiment continuer d'entendre les gloussement de la vieille dame, ni les gémissements de l'homme. Non, et surtout pas se demander pourquoi.

_________________
Tenues:
 

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] NBban

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Dim 7 Avr 2019 - 17:02
Mains sur la peau morte du vieillard, le vagabond releva soudainement la tête lorsqu’il aperçut un nouveau visage entrer dans la pièce. Encore caché sous son masque imposant, le sabreur sembla rester encore impassible face à ce retournement de situation. Pourtant, ses mains, ses gestes et même son regard s’étaient bel et bien arrêtés. Clignant des yeux plus d’une fois, il observa successivement la nouvelle venue, sa supérieure, mais aussi le couple de retraités.

Lui-même ne s’étant pas attendu à cette interruption, Shinka détailla longuement la scène sous ses yeux avant de finalement trouver la libération. Écarté, il chercha rapidement un moyen de se nettoyer les mains ou du moins les essuyer. Trop respectueux pour partir seul dans une autre pièce de la maison, il scruta son entourage avant de s’avancer vers l’inconnue retardataire.

Face à elle, et sans réelle hésitation, l’ancien vagabond se décida à user de ses vêtements pour essuyer la sueur de ses mains absolument pas préparée à parcours le corps ridé d’un autre. La tâche rapidement effectuée, ce ne fut qu’à ce moment-là que ce dernier se remémora les règles de politesse et s’adressa donc à la jeune femme.

« Ha… Shinka. Enchanté. »

Un sourire reconnaissant sur ses lèvres, et il se mit rapidement sur le côté afin d’observer Akane reprendre les choses en main. Visiblement, elle avait trouvé la meilleure façon de sortir de ce pétrin sans froisser leurs premiers patients. Plutôt satisfait et visiblement bien content de ne plus à avoir à rester ici, Shinka ne s’attarda pas plus longtemps dans la résidence avant de reconsulter l’ordre de mission et la liste des consultations.

« Yuki… »

Voilà leur nouvelle destination. Son attention sur les deux femmes désormais à ses côtés, il n’avait pas réellement trouvé mieux à redire. Encore mal à l’aise en société, perdu dans le village et sans grand avis sur ces alliés présumés, Shinka préférait garder un rôle d’observateur. De toute manière, ce n’était pas comme s’il était du genre bavard, même s’il avait bien quelques questions en tête.

« Qu’est-ce que vous faites là ? »

Lança-t-il finalement assez vaguement tout caressant l’écureuil encore à son épaule du bout des doigts. Parlait-il de la mission ? Ou était-ce plus général ? Shinka ne prit pas la peine de donner de précision et cela sans doute parce qu’il s’agissait d’un peu des deux.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5437-termine-shinka-sans-feu-ni-lieu?nid=8#46054

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Dim 7 Avr 2019 - 20:40
C’est avec une certaine appréhension – mêlée d’une touche de crainte – que la demoiselle attendait les premières réactions. Il était connu, parmi les civils, que les combattants de Kiri étaient des personnes extrêmement strictes et rigoureuses et que ce sont ces caractéristiques même qui ont apporté – et qui continuent d’apporter – la paix et la sécurité dans le pays. Si on suivait donc cette logique, le retard dont elle avait fait preuve était déjà un tantinet en dehors des normes.

Une appréhension qui disparut bien vite à l'accueil plus ou moins chaleureux des deux coéquipiers du jour. Elle soupira d’aise, rassurée un tantinet de partir sur de bonnes bases avec de parfaits inconnus. Un réconfort qui lui permit de promener son regard sur son environnement, pour grapiller quelques informations et rattraper du mieux qu’elle peut son retard. On pourrait croire qu’elle allait être rebutée devant le corps flétri du vieil homme ou être gênée, mais nullement. Il faut savoir que la petite dame était la fille d’un croque-mort et avait vu à bien des reprises les corps dans la morgue, abîmés ou intacts, jeunes ou vieux, gros ou mince ...En somme, à ses yeux, cet homme n’était qu’un corps parmi tant d’autre, soit un corps qui allait finir dans une morgue.

La suite se déroula bien vite. Quelques huiles, quelques conseils, quelques petits glapissements ou gémissements douteux, et les voilà hors de cette résidence, en direction du quartier du clan Yuki. Aussi insensée que cela puisse paraître, Nanna était un tantinet déçue de ne pas avoir tâtée un corps d’un membre du clan Kaguya : leurs os étaient particuliers – et solides – et comprendre la structure ou la résistance particulière de ce même corps aurait été certainement bénéfique pour renforcer la structure de certaines de ses marionnettes.

Sa réflexion fut interrompue par une question impromptue et vague du seul homme de l’équipe. Elle ne comprenait pas vraiment ce qu’il sous-entendait, mais elle ne s’embêta pas pour autant à poser davantage de questions. C’était encore une vieille habitude acquise dans la boutique de son père : l’entourage du défunt parlait avec tant d’incohérences, qu’elle avait vite apprise à outrepasser tout le superflue et ne pas s’embêter à entrer dans les détails.

- Je suis là pour vous aider.

Une phrase répétait à mainte reprise dans la boutique familiale, comme un mantra. Une phrase qu’elle avait apprise à prononcer de ce ton à la fois cérémonieux, chaleureux et poli. Une phrase qui lui permettait de s’en sortir de ce genre de situation vague et incompréhensible.

- Nous nous dirigeons donc maintenant vers les quartiers du clan Yuki. Qu'allons-nous exactement leur administrer, contre leur rhume ? D'ailleurs, est-ce commun qu'un manieur de la glace ... puisse attraper froid ?

Aussitôt le mantra répété, elle avait enchaîné sur les faits : la mission en elle-même et les maladies que l'on pourrait qualifier d'ironique. Soudainement, une petite touffe de poils entra dans son champ de vision et éclipsa aussitôt tout le reste. Les yeux de la brunette se mirent à briller.

- Au fait, c’est quoi ça ? demanda subitement Nanna, en voyant l’écureuil. Elle n’avait guère quitté le pays et avait à peine mis pied en dehors des environs. Même avant la création du village, son père vivait non loin, dans un sorte de village composé de baraquement de fortune et refusait de trop s’éloigner tantôt en raison de son commercer, tantôt par peur de croiser le chemin d’innombrables criminels sanglants. Et sa politique s’appliquait à sa petite famille. Ca mange quoi ? Ca bouge comment ?

Elle voyait les petites pattes, et les griffes et spéculait déjà sur les capacités de la créature.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Dim 7 Avr 2019 - 21:35
Une petite ruse, et les voilà partis de ce piège dans lequel on les avait fait venir. Déranger des eisei-nin pour ça ? Ce n'était pas étonnant que l'hôpital ait préféré envoyer des shinobis pour le faire. D'autant plus que d'après les dires de la vieille dame, ça faisait plusieurs fois qu'elle faisait répéter l'opération. Au moins désormais le couple de Kaguya ne dérangeraient plus les médecins pour ça, en plus de se retrouver entre eux.

Il leur fallait désormais se diriger vers les patients suivants. D'autres Kaguyas, puisque l'odre de mission indiquait qu'il y avait plusieurs patients ? Non, les suivants se trouvaient au domaine Yuki. Sans doute que « les » prenait en compte les deux personnes du couple. Shinka qui était aussi bavard qu'elle-même lors de son arrivée à Kiri, leur posa une question étrange. Qu'est-ce qu'ils faisaient ici ? Ils effectuaient une mission ! Ce fut la nouvelle arrivante qui prit la parole après lui, et éclaircit la situation. Ou pas, car sa phrase était... Logique. Pour sa part Akane ne répondit pas, du moins pas vraiment, gardant pour elle qu'elle profitait de la mission pour tester son futur élève. Et puisque Nanna enchaînait sur leur mission, ça tombait plutôt bien. Elle n'aurait pas besoin d'approfondir les choses.


- « Je travaille parfois à l'hôpital, je suis aussi là pour aider. Concernant les Yuki, je ne les connaît pas assez pour pouvoir dire si c'est commun ou non. Mais je dirais qu'ils ont tendance à se dénuder très facilement. »

Pour preuve Yuki Kuzan, qu'elle avait eu la malchance de voir nu et quasiment nu par deux fois. Contre son gré.

- « Je crois que c'est pour entraîner leur corps à supporter le froid. J'imagine que ça doit donner ce genre de choses... »

Des manieurs de glace qui s'enrhumaient, c'était tout de même assez ironique. Même si dans le cas de la légendaire batte de glace, elle doutait que ce soit pour cette raison : c'était tout simplement un pervers qui aimait s'exhiber dès qu'il le pouvait. Quant à savoir quoi leur administrer...

- « Dans le sac que nous a confié l'hôpital, il y a du décongestionnant au sel de mer, des anti-douleurs, du sirop contre la toux et des anti-inflammatoires qui peuvent être utilisés. »

Des choses qu'elle aurait très bien pu fabriquer elle-même à partir des ingrédients adéquats. Ce qui lui fit penser qu'elle aurait peut-être dû donner des anti douleurs au couple de tout-à l'heure. Mais les besoins du vieux Kaguya ne lui avaient pas vraiment semblé être liés à ses maux... Qui n'étaient peut-être pas si importants que ce qu'il avait bien voulu leur faire croire. Elle était secrètement ravie que Shinka se soit « porté volontaire » pour ça, d'ailleurs. Certes elle apprenait depuis des semaines la médecine traditionnelle, mais en ce qui concernait les relations humaines elle était encore loin d'être chaleureuse. Et encore plus quand il s'agissait de toucher des gens. Ça dépassait de loin les limites physiques qu'elle avait avec les autres. Et bien qu'elle soit beaucoup plus aimable et ouverte que lors de son arrivée à Kiri, elle doutait fortement d'arriver à franchir cette barrière.

La jeune femme qui était arrivée en retard – tout comme le sabreur, prit de nouveau la parole. Elle ne savait donc pas ce qu'était un écureuil ? Voilà qui était pour le moins surprenant. Sans doute n'avait-elle jamais quitté la civilisation. Car mizu no kuni regorgeait de forêts, si l'on prenait la peine de s'y rendre. La Yasei laissa Shinka lui répondre, curieuse de savoir ce qu'il allait dire. Tandis qu'elle les menait vers le quartier Yuki, dont ils n'étaient plus très loin.

_________________
Tenues:
 

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] NBban

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Lun 8 Avr 2019 - 16:36
Aider. La réponse était finalement aussi vague que la question et pourtant toutes les deux s’étaient accordées sur ce mot : aider. Mais qui et pourquoi ? Comment ? Était-ce pour cela que les shinobis s’étaient regroupés en village ? Pour aider ? Pourtant, beaucoup le faisait sans ressentir le besoin d’être affilié à une communauté. D’ailleurs, Shinka n’était pas encore réellement convaincu que ces changements, ces regroupements sont une réelle bonne idée. Sans doute était-ce pour cela qu’il restait toujours autant sur la réserve et n’insista pas sur le sujet.

« Le rhume n’a rien avoir avec le froid… ou la glace. »

Fit-il dans un murmure presque inaudible et sur un ton monotone, sans même porter le moindre regard dans leur direction. Continuant plutôt à poursuivre sa route indiquée l’air de rien, c’est en remarquant le silence et l’intérêt en sa direction qu’il se sentit obligé de préciser.

« C’est provoqué par un virus. »

Comment le savait-il ? Son père lui avait appris. Et puis, ce n’était pas les premiers patients enrhumés qu’il allait soigner. En général, un peu de repos, quelques infusions et le mal passait de lui-même. Du moins si la chose n’avait pas trop traîné… Sinon, l’anti-inflammatoire et le sirop contre la toux allaient être effectivement nécessaires. Peut-être même devrait-il envisager de faire une infusion ? Complètement perdu dans ses pensées, son regard se perdit instinctivement sur les ruelles à la recherche d’une herboristerie jusqu’à ce que la nouvelle venue l’interrompe dans sa démarche.

« … »

Remarquant alors son fidèle compagnon désigné par sa camarade, il resta complètement stoïque le temps de quelques secondes. Comment ça, ça ? Surpris ou plutôt interloqué, ses pas se stoppèrent naturellement en détaillant longuement la jeune femme. C’est que la scène le rappelait étrangement celle vécue un peu plus tôt dans la journée.

« … Tyki. »

Les questions qui suivirent le laissèrent néanmoins assez perplexe et il n’était pas vraiment sûr de comment réagir. Ne sachant pas vraiment par où commencer, le sabreur reprit la marche en répondant aussi simplement que possible.

« C'est un rongeur qui vit dans les arbres. »

Oui, simplement. Il garda néanmoins un œil sur elle, attendant de voir si elle avait davantage de questions avant de comprendre qu’ils étaient arrivés à destination. Si le sabreur ne connaissait presque rien du village, il avait rapidement remarqué une chose. L’atmosphère changeait rapidement d’un domaine de clan à un autre. On devinait assez aisément qu’on ne marchait plus dans n’importe quel quartier sans distinction et il avait toujours l’impression d’être, de ce fait, un étranger… un intrus sur un territoire hostile. Un peu tendu, il suivit simplement ses camarades jusqu’à la porte du premier patient : un jeune garçon.

Âgé d’une dizaine d’année et fiévreux, ce fut naturellement sa mère qui vint les accueillir après qu’une des deux femmes ait pris l’initiative de toquer à leur porte. Humblement invité dans une grande demeure, Shinka resta fidèle à lui-même, ignorant les regards interrogateurs en sa direction, souvent provoquée par son masque, avant de porter son regard sur le jeune garçon, sans pour autant s’approcher ou dire quoi que ce soit. Non, pour l’heure, il préférait observer ou attendre les ordres.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5437-termine-shinka-sans-feu-ni-lieu?nid=8#46054

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Dim 14 Avr 2019 - 13:18
Aux explications données à la fois par Akane et Shinka, la brunette conclut qu'elle devait opter pour le silence sans tarder. La première était versée dans les arts de la médecine - un domaine totalement inconnu pour la jeune genin - et le second semblait apprécier tout simplement ne pas parler.

Ainsi, le reste du chemin se déroula en silence, sans grande perturbation, pendant laquelle la jeune fille s’isolait dans son petit jardin secret composé de mille et une marionnettes non inventées mais qu’elle rêverait de pouvoir y donner vie. Et elle n’était pas encore femme à meubler une conversation juste pour tuer le silence.

A leur arrivée à la maison du malade – ou devrions-nous dire villa -, ils furent immédiatement conduits auprès du malade. Ce dernier n’était qu’un petit garçon et, apparemment, le premier enfant du jeune couple. La mère inexpérimentée se postait tout naturellement aux côtés de son fils, et expliquait tous les symptômes un à un au trio. La brunette ne pouvait s’empêcher de se dire que la personne qui aurait besoin de repos et de soin en l’état n’était pas juste celui couché dans le lit, mais également la pauvre femme dont les yeux étaient cernés et la voix tremblante – tantôt par l’inquiétude, tantôt par la fatigue.

- Et il refuse de prendre les médicaments … j’ai tout tenté. Avec le miel …

De fil en aiguille, les shinobis apprennent également que l’enfant tombe très souvent malade et qu’il refusait de plus en plus de prendre des médicaments, sûrement lassé d’en avaler chaque semaine ou chaque mois. Un destin sur lequel la brunette ne pouvait pas s’empêcher de s’apitoyer, mais également se reconnaître un tantinet. Sa passion des marionnettes ne s’était pas développée par un pur hasard. Elle aussi, elle avait été isolée d’autrui tantôt parce qu’elle avait des parents croque-morts, tantôt parce qu’elle avait eu une une santé fragile qui l'avait cloué au lit à plusieurs reprises – une santé qui s’était heureusement améliorée avec les soins perpétuels de sa mère.

- Je ne suis pas malade ! Je vais bien ! renchérit subitement le jeune malade. Un cri du coeur que Nanna ne connaissait que trop bien, et qu'elle n'avait pas cessé de répéter du fond de son lit, avec une forte fièvre.
- Je vais te montrer un truc ! Tu vas voir, c’est génial !

Sans gêne, elle se posa tout naturellement auprès du chevet de l’enfant et claque ses mains pour aussitôt les écarter, afin de révéler de fin fil de chakra bleuté. Loin d’être émerveillé, l’enfant resta stoïque : il connaissait la notion de chakra et avait droit à son lot d’entraînement, malgré un corps des plus faible et non endurant. Cependant, la genin ne perdait pas espoir et commença à bouger des doigts, encore et encore. Petit à petit, une forme géométrique complexe s’était formée, se mouvant au gré des caprices et des gestes de la demoiselle.

- C’est quoi ? demanda le garçon, tout curieux et subitement plus « éveillé ».
- Une tour ! La maîtrise des fils de chakra est très importante pour une marionnettiste, et pour cela, il faut être très souple avec ses doigts. Voire plus ! J'ai appris en tentant de faire des figures qui me plaisent.

Et elle plonge son nez dans les fils en question, pour les prolonger, et faire une grimace qui arrache un petit rire à l’enfant. Il applaudit sans tarder.

- Je veux apprendre !
- Hm. Je ne sais pas.
- Pourquoi ?
- Si on est malade, on ne peut pas se concentrer très bien. Et puis, ton corps dépense trop d’énergie à guérir.


Et cette petite lumière enthousiaste semblait s’évanouir…

- MAIS ! Si tu guéris, promis je te montre comment ! Notre super chef de mission a des médicaments pour te remettre sur pied en un rien de temps ! Prends-les. Plus vite tu guériras, plus vite on s’amusera !

L’un comme l’autre se berçait un tantinet de chimère, mais ils en étaient inconscients. Au sein de ce clan, la maîtrise de leur art inné était plus importante que quelques enfantillages ou jeux de marionnettistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Mer 17 Avr 2019 - 17:53
Akane hocha la tête suite à la remarque de son futur élève. Ravie de voir qu'il possédait un minimum de connaissances en la matière.

- « C'est exact, Shinka. »

Il était important de faire la différence entre l'expression « s'enrhumer », lorsqu'on prenait froid – l'explication qu'elle avait donné à Nanna suite à sa question, et le vrai rhume provoqué par un virus. Ils continuèrent d'avancer, tandis que Shinka présentait son écureuil. La Yasei lui adressa un sourire ainsi qu'un signe de la main, sans oser s'approcher.

- « Enchantée, Tyki. »

L'explication était courte mais vraie, cependant elle suffit à Nanna qui ne s'attarda pas plus sur la situation. Le reste du chemin se fit dans le silence, ce qui n'était pas pour déplaire à Akane, bien au contraire. Elle fut aussi ravie que l'autre jeune femme de leur trio prenne les choses en mains, d'autant plus qu'elle avait l'air de savoir ce qu'elle faisait. Malgré ses efforts, les relations humaines restaient encore son point faible. Il y avait encore quelques mois, elle aurait certainement sommé sans aucun tact la mère de laisser son fils tranquille afin qu'il puisse se reposer. Croisant les bras sous la poitrine, elle observa simplement la scène tandis que Nanna menait à bien sa mission. Elle ne bougea de nouveau que lorsqu'elle fut citée. La Yasei s'approcha alors du garçon, et lui sourit pour le mettre à l'aise. Avant de prendre sa température, et de vérifier ce qu'il avait.

- « C'est bien une rhinopharyngite. Ce n'est pas très grave, mais il faut tout de même bien se soigner et surtout se reposer. »

Et alors qu'elle ouvrait son sac, elle s'adressa ensuite à la mère.

- « Ça vaut aussi pour vous, madame. »

Elle sortit de quoi soigner le petit garçon durant plusieurs jours, et lui adressa de nouveau un sourire. La Yasei expliqua comment administrer les médicaments aux parents, avant de refermer le sac et de se diriger vers la sortie. Une fois dehors et après avoir salué cette première famille Yuki, elle s'adressa à Nanna.

- « C'était une bonne idée. Mais vous savez que ses parents ne le laisseront jamais aller dans cette voie, n'est-ce pas ? Le père vous a jeté un regard noir. »

Peut-être ne l'avait-elle pas vu. C'était tout de même dommage pour ces enfants des clan de la haute société, de ne pas pouvoir choisir leur avenir. Akane soupira, avant de se diriger vers la prochaine maison, qui n'était située qu'à quelques mètres. Elle s'effaça devant la porte, en se tournant vers Shinka.

- « C'est à vous maintenant de montrer ce que vous savez faire. »

Il pouvait le prendre comme un ordre de son supérieur. Mais ce n'était pas vraiment le but : elle désirait surtout tester les compétences et connaissances de son futur élève, afin de mieux le connaître. Même si pour l'instant il ne savait pas encore qu'elle serait sa sensei à la fin de la mission. S'il n'échouait pas (trop)... En tous les cas, ses deux coéquipières restaient à ses côtés pour le soutenir, si besoin était.

Spoiler:
 

_________________
Tenues:
 

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] NBban

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna] Empty
Aujourd'hui à 11:33


„I dont' know where I'm going, but I'm on my way...”



Toujours en retrait, Shinka observa attentivement les manœuvres de sa collègue afin de remède aux problèmes. D’abord surpris, puis ensuite perplexe, il ne préféra néanmoins pas s’interposer et ne pas non contredire cette dernière, du moins, pas tout de suite.

Le résultat étant là, il se contenta de sortir calmement de la maison avant de s’arrêter et observer les deux femmes dans son équipe. Le regard noir de la mère ne lui avait pas échappé non plus, mais les affaires de clan ou de famille avaient vite tendance à le dépasser alors il n’avait pas cherché à comprendre plus loin. Il haussa les épaules.

« C’était un mensonge, non ? »

Plutôt efficace d’ailleurs, même s’il ne parvenait pas vraiment à comprendre ce choix.

« Étant donné qu’il y a aucune raison d’y retourner… ha, mais vous auriez pu simplement lui dire la vérité. »

Ajouta-t-il alors tout en vérifiant l’adresse du patient suivant. En tout cas, c’est ce qu’il aurait fait. S’il avait continué de refuser de se soigner, le petit se risquait à des complications et au pire des cas, la mort. Ce simple constat aurait dû être suffisant pour l’encourager à se soigner. Surtout qu’il redoutait que cela ne prenne plus la prochaine fois, m’enfin.

En route pour leur nouvelle destination, le sabreur écarquilla les yeux aux ordres de sa supérieure. C’était à lui ? Pourquoi ? Comprenant enfin qu’il était testé par cette dernière, Shinka ne put que soupirer intérieurement. Se mettre en avant n’était pas vraiment son genre. Il faisait ce qu’il avait à faire, ni plus ni moins. Mais n’ayant visiblement pas le choix, il se contenta d’hocher la tête et toquer sans engouement à la porte du nouveau patient.

Cette fois, il s’agissait d’une femme à l’allure misérable. Malade, elle vint les accueillir en vieux pyjama et cheveux en bataille. Les yeux humides, le nez rougit et la toux grasse qui l’accompagnait suffit pour affirmer son état.

« Ha…haaa …ATCHOUM ! …..pa..pardon… »

Ajustant alors ses lunettes sales, la jeune femme releva finalement son regard sur le shinobi masqué avant d’écarquiller les yeux.

« Wooow… c’est synthétique ? »

Droit et impassible, ce dernier ne sembla pas prêt de lui donner une réponse, se contentant finalement se s’incliner doucement vers elle pour se présenter.

« Nous sommes les shinobis chargés de votre consultation. »
« Haa..oui oui, entrez ! »

L’intérieur était aussi bordélique qu’avait laissé présager la jeune femme par son apparence. Visiblement écrivaine, les papiers et manuscrits jonchaient le sol de partout, jusqu’à ce que celle-ci se laisse tomber sur un sofa.Analysant rapidement l’environnement, puis se retournant brièvement vers ses deux collègues, Shinka continua à prendre les commandes malgré lui.

« Les symptômes sont apparus quand ? »

« …une semaine environ ! Mais cette merde ne veut pas me lâcher… ça fait déjà la 4e fois cette année ! J’en peux plus ! »

Lança-t-elle avec colère et fatigue avant d’être prise par une nouvelle quinte de toux. Sans un mot, le jeune shinobi sortit les quelques médicaments confiés pour les transmettre à celle-ci.

« Les anti-inflammatoires calmeront la douleur. »

Pour le reste, ce dernier dut réfléchir rapidement à un moyen de soulager les symptômes et prévenir leur réapparition. Décidément, il aurait bien aimé avoir croisé une herboristerie, mais en attendant.

« Vous avez de l’ail ? »

« Pardon ? »

« de L’ail. »

Surprise, la propriétaire des lieux jeta d’abord un regard vers ses camarades avant de désigner la cuisine du bout des doigts.

« À côté du frigo. »

Sur ceux, sans attendre, Shinka se fraya un chemin jusqu’à la pièce, cherchant activement les petites gousses pour mieux revenir sans grande explication.
« Tenez, mangez. »

Fit-il alors simplement en lui tendant une gousse d’ail crue soigneusement pelée. Sceptique, la femme ne s’exécuta pas immédiatement, l’odeur suffisant à la dissuader.

« L’ail va stimuler votre système immunitaire et réduire votre symptôme. Il réduira aussi les risques d’être à nouveau contaminé. »

Il y avait bien d’autres avantages à ce simple petit aliment, mais il préférait ne pas se perdre en de trop longues explications. Pour une fois en revanche, un sourire rassurant se dessina sur ses lèvres tandis qu’il continuait à tendre sa main vers elle en attendant qu’elle accepte de le lui prendre.

« Vous pouvez prendre une gousse environ toutes les trois quatre heures… n’hésitez pas non plus à en mettre dans vos plats. »

Apparemment très sérieux dans ses explications, la jeune femme se mit finalement à mâcher difficilement l’aliment pour la plus grande satisfaction du shinobi. Pour autant, relativement habitué à transmettre quelques soins basiques, ce dernier ne s’arrêta pas en si bon chemin et commença rapidement à écrire quelques notes dans un calepin.

« Le miel vous fera aussi du bien pour votre toux et de l’astragale pour éviter les rhumes à répétition. »

Transmettant ainsi la liste des ingrédients à fournir, le jeune shinobi en avait enfin fini avec sa consultation et se tourna alors vers ses deux collègues. Il hésita un moment à leur dire quelque chose, mais finalement s’effaça simplement avant de finalement prendre son congé.

S’il avait pu se montrer relativement heureux d’avoir pu correctement soigner une patiente, ou du moins l’avoir conseillé, la prochaine destination en tête avait plutôt tendance à le renfermer plus encore. Évidemment, s’il y avait un endroit qu’il connaissait, c’était bien le Grand Dojo, mais cela ne voulait pas forcément dire qu’il appréciait s’y rendre…

D’ailleurs à peine arrivé vers l’entrée qu’un homme à la large carrure vint le saluer, passant soudainement son bras autour de son cou.

« Shinka ! Ça fait longtemps ! haha ! »

« … Ranamaru-san. »

« Alors alors ? Enfin décidé à nous montrer tes prog… »

« … Non… »

Mal à l’aise, le jeune homme évita simplement le regard de ce consacre tout en s’aventurant à l’intérieur du bâtiment.

« Shinka ! Combien de fois dois-je te dire de me retirer ce foutu masque à l’intérieur ?! »

La voix était également familière, mais bien plus autoritaire. Surpris, le sabreur sursauta légèrement avant de lentement retirer l’objet méprisé. Dévoilant ainsi son visage et son étrange chevelure bleutée pour la première fois devant ses collègues, Shinka jeta brièvement un regard à ses collègues avant de s’incliner avec respect devant ses frères sabreurs.

« L’hôpital nous envoie. »


Spoiler:
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5437-termine-shinka-sans-feu-ni-lieu?nid=8#46054

[C/ Libre] Drôles de malades [Shinkath & Nanna]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: