Derniers sujets
Partagez | 

Enfance, santé et connaissance [FT - Hotaru Köda & Inuzuka Fujin]


Mar 18 Juil 2017 - 20:59
Je m'activais dans mon appartement pour ne pas être en retard. Allant de gauche à droite, mes mains étaient bourrées par des vêtements et des livres. Ma valise sur mon lit, je la remplissais de tout ce que je pouvais avoir besoin pour mon week-end. J'avais réussi à obtenir un long congé de trois jours de ma hiérarchie et je comptais en profiter pour me faire quelques jours dans un petit chalet d'été sur le mont surplombant Kumo. Pas de visiteur, pas de surprise, maintenant que Nara Seijiro venait d'être élu, j'allais pouvoir me reposer en toute tranquillité.

Mon sac sur le dos je pouvais enfin partir en voyage. Je prévoyais une bonne heure et demie de marche le temps d'arriver à la bâtisse en bois et pouvoir ainsi arriver avant midi. J'avais déjà anticipé tout éventuel problème sauf celui qui arrivait sur le bas de ma porte.

Un ordre de mission venait de glisser sous ma porte alors même que j'allais l'ouvrir. Je n'avais été qu'à une petite minute de la liberté quand on me l'avait arraché des mains. Je lâchais mon sac qui tombait lourdement au sol pour récupérer le parchemin.

Ogawa Kintaro.
Ordre de mission : Rang C.
Équipe : Hotaru Köda, Ogawa Kintaro, Inuzuka Fujin.
RDV : 10 heures, Entrée de l'académie Shinobi.

Le daimyô étant en visite dans la ville de Kumo pour rencontrer le premier Raikage. Vous devrez participer à la sécurisation de ses lieux de visites qui sont l'académie des futurs shinobis, l’hôpital de Kumo et la Grande bibliothèque du village. Vous n'avez cependant et en aucun droit l'autorisation de vous approcher, de parler et de vous montrer devant le Seigneur.


Je soupirais longuement en voyant ce qu'il y avait écrit sur le papier. Nous allions en gros servir d'anti paparazzi pour le Seigneur de Kaminari no Kuni . Et autres points surprenants, moi qui avais déjà rencontré beaucoup de monde dans le village, je n'avais jamais croisé mes deux autres camarades dans cette mission.

Je ramenais mon sac dans ma chambre pour l'échanger avec mon équipement de ninja. J'avais environ une heure pour arriver au lieu de rendez-vous et j'allais prendre mon temps. Pour une fois que j'avais des congés, je n'étais vraiment pas motivé à passer une journée entière à faire de la surveillance en ville, mais si je voulais un jour passer Chunin et Jonin, je n'avais pas d'autre choix que d’abandonner une journée de mes vacances.

Je m'étais donc rendu devant l'entrer de l'académie une dizaine de minutes avant l'heure de rassemblement. À l'arrivée de mes frères d'armes il ne nous resterait qu'une heure pour préparer le terrain avant que le daimyô fasse son apparition.

_________________

"Un farm de qualité pour un rp saint !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Mer 19 Juil 2017 - 10:27

"HA !"

Fujin brandit triomphalement la petite missive qui venait de se glisser sous la porte de son appartement. Il n'avait pas même besoin de la déplier pour deviner de quoi il s'agissait. Il ne reconnaissait que trop bien le parfum d'aventure et de responsabilités qui émanait de ce papier aux allures officielles. Il aurait eu envie de danser sur place pour matérialiser sa joie, mais quelque instinct le retenait. Toujours est-il qu'il exultait. Voilà des semaines qu'il n'avait pas été missionné. Il était temps, semblait-il, de sortir de son congé et de reprendre du service. Il déplia fébrilement l'ordre de mission, et le balaya du regard en un instant. Pas aussi prometteur qu'il l'aurait idéalement souhaité, mais c'était déjà ça. Et puis, il serait accompagné par deux inconnus. Ce serait au moins l'occasion d'enrichir son carnet d'adresses.

Kong avait rappliqué aux premiers cris de joie de son maître, et il ne tarda pas à déduire lui aussi du petit bout de papier qu'il était l'heure de se remettre à l'exercice. Il sautilla dans tous les sens pendant un instant, alors que Fujin enfilait sa veste blanche, à col de fourrure noire. Le temps qu'il noue ses lacets et qu'il finisse ses préparatifs, Kong était déjà dans la rue, débordant d'énergie. Intérieurement, Fujin était dans le même état. Simplement, il parvenait suffisamment à se contenir pour ne pas exploser de joie. Il ferma à clef son appartement, et d'un bond se retrouva sur le dos fourni en fourrure de Kong.

"A l'Académie, et au galop !"

Le ninken fit un bond spectaculaire, et bientôt il ne fut plus qu'un éclair gris lune filant à travers les venelles du village, une figure à la chevelure de feu juchée sur son dos. C'était un mode de déplacement bien singulier, et qui avait ses avantages. Les gens se poussaient instinctivement sur le passage de la bête, trop craintifs qu'ils étaient de son allure naturellement sauvage. Sur le trajet, Fujin, sortit d'une de ses poches son bandeau frappé aux armes de Kumo, et l'enroula autour de son bras gauche. Il serait fâcheux d'oublier cette preuve de son pouvoir, aussi formelle pouvait-elle être. Après tout, il allait servir son village en assurant la sécurité du Daimyô, quoique indirectement.

Le duo ne tarda pas à se frayer un chemin jusqu'aux portes de l'Académie. Elles étaient pour l'instant suffisamment désertes pour qu'il n'y ait pas lieu de s'inquiéter. Seul un homme, qui devait avoir à peu près le même âge que Fujin, semblait attendre devant l'entrée. A son bandeau, Fujin déduit qu'il devait s'agir de l'un de ses partenaires de mission. Il sauta à terre, et s'avança vers cet inconnu, sa main gantée de noir tendue amicalement.

"Tu dois être Hotaru Köda, ou Ogawa Kintaro, n'est-ce pas ? Je suis Inuzuka Fujin, comme tu dois t'en douter. Et ... Notre troisième camarade n'est pas arrivé ?"

S'il y avait une qualité que Fujin appréciait par-dessus tout, si ce n'est exigeait de la part de ses partenaires de mission, c'était bien la ponctualité.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t511-inuzuka-fujin-en-reflexion http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Ven 21 Juil 2017 - 11:04
Il est juste au-dessus de toi. Hotaru Köda, enchanté.

Je bondis de l'un des toits environnant l'Academie pour rejoindre mes deux partenaires. Ogawa Kintaro et Inuzuka Fujin. Je ne connaissais peut-être rien du premier mais le clan du second ne m'était pas étranger: Inuzukas et Hotarus avaient déjà fait équipe par le passé pour traquer des rebelles et des dissidents puisque les deux clans étaient spécialisés dans différentes formes de traque. Ainsi nous serions au moins deux à savoir nous servir efficacement de nos sens. Un point fort pratique dans une mission de surveillance, vous en conviendrez.

Si vous voulez en savoir plus sur ma matinée, sachez que je m'étais levé exceptionnellement tôt, bien avant que mon réveil ne se mette à sonner pour me percer les tympans. Incapable de me rendormir, j'avais commencé par un petit échauffement rapide impliquant un petit footing sympathique et trivial. J'étais finalement arrivé trente minutes avant le début effectif de la mission et en avait profité pour faire un tour sur les toits environnants l'académie afin de repérer les éventuels lieux à risques. J'en avais dénoté trois, dont un particulièrement problématique. Je l'expliquai à mes camarades.

Il y a un point, au nord, qu'il faudra impérativement surveiller. On peut s'y cacher pour observer ce qu'il se passe dans l'aile ouest sans être vus depuis cette dernière. Ça craint un peu, non ?

Objectif numéro 1: prendre le lead. Ou, tout du moins ne pas être celui qui obéit aux ordres de tout le monde. J'avais suffisamment de compétences pour cela. Néanmoins, Kintaro, même s'il était genin selon l'ordre de mission, semblait plus expérimenté que nous autres. Peut-être serait-il bientôt promu Chunin. Seul l'avenir nous le dirait. Je leur souris puis, d'un geste de la main je les invitais à entrer. Autant se rendre à l'intérieur pour prévoir le rôle de chacun.

Prêts pour la journée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Sam 22 Juil 2017 - 19:34

- Quant à moi, je suis bien Ogawa Kintaro. Enchanté !


Nous étions donc tous les trois présents finalement, même si chaque un est arrivé à sa manière. À première vue, mes camarades semblaient être tous deux de bonnes personnes malgré leur physique atypique. Un avait une crête rouge et le reste du crâne rasé et l'autre était bien plus que rachitique. Cela donnait un trio intéressant à regarder de loin.

Köda qui semblait être là depuis plus longtemps que moi, sans même que je ne l'avais remarqué, avec apparemment déjà trouver un point faible dans la sécurisation de l'école. D'après lui, une zone donnant sur l'aile l'ouest du bâtiment, celui qu'allait visiter le Daymio donnait pile là-bas.

- En effet ça craint quand même.


Je réfléchissais en même temps à une tactique pour la journée. C'était pour moi, la première mission que j'effectuais à trois et j'avais peur d'une chose, celle qu'on pouvait se marcher dessus. Surtout que si cela devait se produire, nous risquerions de nous faire remarquer par le Seigneur de Kaminari alors que la mission stipulait très clairement de ne pas se faire remarquer. C'était alors que je proposais un deal à mes camarades.

- Je pense que le mieux pour nous est de nous séparer. Nous devrions avoir tous les trois des compétences pour la surveillance, sinon ça ne serait pas nous ici. C'est pourquoi, avoir une zone de couverture plus vaste serait intéressante.
- Par exemple Köda, tu pourrais aller te poster au point que tu as remarqué tout à l'heure. Quant à moi, je maîtrise l'Onkyoton et je pense que si j'allais sur le toit de l'école je pourrais mieux percevoir les éventuels événements et Fujin pourrait rester au rez-de-chaussée pendant que le Daymio rencontre les classes du premier étage.


Je regardais mes collègues en attendant leurs réponses. Même si je pensais que cela conviendrait le mieux à tout le monde dans le principe que nous étions tous les trois genins et qu'aucun d'entre nous n'étions chefs afin de justifier la présence de deux personnes avec un troisième. Et surtout, ne connaissant pas nos capacités, cela permettrait que chacun puisse faire à sa sauce.

En attendant leurs avis sur ce point et de nous dispatcher, je regardais ce que j'avais emmené dans ma sacoche pour effectuer la mission. Depuis ce matin j'avais la nette impression d'avoir oublié quelque chose mais je n'arrivais toujours pas à mettre le doigt dessus ....

_________________

"Un farm de qualité pour un rp saint !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Lun 24 Juil 2017 - 10:34

C'était en effet un trio intéressant que formaient là les trois Genins. Quand bien même ils n'étaient pas très haut sur l'échelle des grades, ils semblaient chacun tout à fait capables de mener à bien cette mission, du moment qu'elle n'impliquait pas de grand méchant omnipotent ayant décidé d'attenter à la vie du Daimyô. En tout cas, ils étaient tous motivés en conséquence, et c'était certainement le plus important. Les deux autres firent des propositions, qui semblèrent tout à fait judicieuses à Fujin, qui se contenta pour sa part de hocher la tête à chacun d'elles. Il n'avait rien à ajouter. Ne pas avoir la tête du groupe lui allait tout à fait. C'aurait été avoir trop de responsabilités qu'il aurait certainement mal géré. Il préférait largement être un pilier efficace de la mission, et rien de plus.

"Faisons comme ça, alors. Et gardons bien en tête que le Daimyô ne doit sous aucun prétexte se rendre compte de notre présence ! Il faudra être attentifs et discrets en même temps."

Et sur ces mots, il se sépara de ses deux comparses pour entrer dans l'Académie elle-même. Il n'y avait pas pénétré depuis un moment, mais ces seuls couloirs et l'atmosphère studieuse des lieux suffirent à lui remémorer de bons souvenirs. Kong était toujours à ses côtés, bien sûr. Fujin s'accroupit devant lui, et, tout en lui caressant affectueusement la tête, lui donna ses consignes:

"Voilà c'que tu vas faire, toi: on va nous aussi se séparer. Tu te chargeras de patrouiller tout autour du bâtiment en extérieur. T'as repéré les odeurs de nos collègues, donc tu sais qu'ils ne représentent pas une menace, eux. Si tu sens quelque chose de suspect, tu viens me chercher. D'accodac ?"

Le ninken répondit d'un jappement joyeux, qui avait tout d'une approbation. Puis, d'un pas sautillant, il sortit du bâtiment pour commencer à monter la garde dans les alentours du bâtiment. Il avait un bandeau de Shinobi frappé aux armes de Kumo, donc il ne risquait pas d'être pris pour un animal sauvage. Et puis, il avait été bien connu, à une époque pas si lointaine que ça, dans les murs de l'Académie. Les chien-loups, ça ne court pas les couloirs de ce genre d'établissements.

Pour sa part, Fujin se contenterait de suivre les instructions que Kintaro avait données, c'est à dire patrouiller au rez-de-chaussée pour surveiller le premier étage. Pour ce faire, rien de plus facile: il lui suffisait de mettre en alerte son odorat et son ouïe, qualités héritées de son appartenance au clan Inuzuka et qui lui permettraient de sentir toute menace pour le Daimyô, à condition qu'elle sorte suffisamment de l'ordinaire pour être détectée par ses radars sensoriels. Mais, pour l'heure, le seigneur n'était pas encore arrivé.

Fujin se promena dans les couloirs d'un pas nonchalant. Il mémorisait les odeurs qu'il percevait, et qui se ressemblaient un peu toutes. C'étaient les senteurs des habitants du village, un peu âcres, à première vue, mais légères comme un nuage. Fujin s'était familiarisé avec ces odeurs des ses premiers jours de vie à Kumo. Sans doute s'en était-il imprégné, lui aussi, chassant quelque peu le parfum boisé qu'il se connaissait du temps où il vivait encore à Hi no Kuni. Quelques jeunes Shinobis en devenir couraient à travers les corridors. Ils semblaient bien trop agités pour faire attention à Fujin. Ca pouvait se comprendre. La visite d'un Daimyô était un événement suffisamment exceptionnel pour que toute l'Académie se mette en branle.

Puis, soudain, un grand chahut remua l'établissement. Des bruits de clochettes et de roues s'approchaient, accompagnés d'un fort arôme d'encens et de fragrances précieuses. La délégation du Daimyô arrivait.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t511-inuzuka-fujin-en-reflexion http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mer 26 Juil 2017 - 17:50
Se séparer était une bonne idée. Cela me permettrait de n'avoir aucun d'entre eux, ni le gros chien, sur le dos durant la mission. Cela m'arrangeait au plus au point et je décidai donc de ne pas m'opposer à cette décision. Cela n'aurait, au final pas eu de sens. D'un hochement de tête, je confirmai être du même avis en ajoutant :

Cela me parait pas mal. Si tu es sur le toit, j'utiliserai un miroir pour t'envoyer des signaux lumineux en cas de pépin. Et sur ces belles paroles, je fonce.

Enfin ... Foncer ... Tout est relatif. Contrairement à eux, je n'entrai pas dans le bâtiment mais le longeai pour atteindre le sol en contre-bas du fameux point. Je pris une grande inspiration en observant la façade se dressant au dessus de moi et, après avoir déterminé un itinéraire, je l'escaladai en sautant. Une entreprise somme toute assez simple. Une fois en haut, je jetais un oeil sur la cour intérieur de l'académie. J'y avais passé quelques années à mon plus grand dam. Je n'avais pas vraiment aimé cet endroit. On nous y avait appris les bases, certes, mais de manière très inégale selon les domaines. Les cours de détection frôlaient presque le ridicule, à vrai dire, et de ce fait, je m'étais plus entraîné aux côtés de mes cousins que de mes camarades. J'étais du genre à dévorer l'institutrice du regard, à l'époque. Jusqu'à être majeur et avoir l'occasion de l'inviter à prendre un verre. Une sacré soirée, s'il en est.

Bien qu'assez bruyante, comme toujours, l'académie avait quelque chose d'étrangement calme. Peut-être était-ce parce que le Daimyo viendrait. Une petite voix me soufflait qu'il y aurait quelques rebondissements inattendus dans la journée mais je préférai ne pas trop y prêter attention. Vint alors le vacarme, les clochettes, les roues, le beuglement du boeuf des montagnes traînant la cariole du chef d'état. Pour une arrive discrète, il pouvait retenter sa chance. Deux chunins, postés au portail extérieur de l'académie, ouvrir la voie au cortège qui entra tranquillement. C'est à cet instant que cela me frappa. Lorsqu'il était entré, et alors qu'il était toujours en plein air, le vacarme s'était presque tût. Comme si un mur invisible se tenait entre lui et moi pour étouffer les sons. Ce n'était pas normal. Pendant une seconde j'hésitai entre envoyer un signal lumineux à Kintaro ou bien le rejoindre. Voyant qu'il ne semblait pas réagir, je me dis qu'il devait être à l'intérieur du fameux mur. J'attendis donc que le daimyo mette un bâtiment entre lui et moi avant de sortir de ma planque et de sauter rejoindre mon collègue.

Une fois sur le toit, je tapai doucement des mains, juste pour qu'il m'entende et ne soit pas surpris de me voir débarquer aussi soudainement. J'avais l'air plus ou moins inquiet, plongé dans le choix des mots à prononcer pour expliquer clairement la situation. Je dis finalement :

On a un problème. Je crois que quelqu'un a dressé un mur autour de l'enceinte de l'académie pour atténuer les sons y étant produits. Je suppose que ce doit être un ensemble de sceaux répartis dans toute l'académie qui permettent cela. En soit, ce n'est pas gênant pour notre mission mais ... Dans quel but dresser un tel mur aujourd'hui ? Pile le jour d'une visite officielle ?

Je lui laissai le temps de digérer l'information puis je repris :

Tu as bien dit que tu avais une maîtrise innée de l'Onkyoton ? Tu penses pouvoir faire quelque chose ?

Le problème était de localiser le premier sceau pour en déterminer la nature. Les plus simples étaient généralement brisables d'un coup de kunaï ou en déchirant la feuille sur laquelle ils étaient écrits ... Mais s'il s'agissait d'un ensemble complexe, le concours d'un Jonin serait peut-être nécessaire. Et cela m'embêterait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Ven 28 Juil 2017 - 21:51

Tout le monde avait accepté ma requête de se diviser sans problème. Il fallait dire que c'était vraiment le meilleur choix possible. Je me retrouvais donc sur le toit plat de l'académie. D'ici, j'avais une bonne vision de l'ensemble de l'école ainsi que sur une partie du village. Je pouvais observer jusqu'à l'entrée de l'assemblée sans problème de vision. Et c'était d'ailleurs de là que je remarquais la calèche sur Seigneur de Kaminari se diriger lentement vers nous. Les rues de son passage étaient bondé de monde, c'était un événement il fallait dire. Le Daymio ne venait pas souvent à Kumo et malgré quelque réticent, c’était une personnalité plutôt apprécier dans le pays. Il avait fait confiance à son peuple et le peuple lui rendait bien pour le moment.

Après une vingtaine de minutes de bain de foule, il arriva enfin dans l'enceinte de l'académie. Autour de lui, on pouvait voir tous une ribambelle de gardes du corps et de ninja que je n'avais pas croisé dans le village. Le directeur était venu à sa rencontre et une classe avait été désigné pour l’accueillir avec une chanson.

Les présentations finies, le Seigneur rentrait dans le bâtiment. Je n'avais rien vu de dérangeant durant son passage à l'extérieur, mais j'avais peut-être loupé quelques choses. Car quand je me retournai pour aller surveiller un autre endroit, je voyais Köda en face de moi.

Il me parla d'un événement qu'il venait de rencontrer. D'après ses propos, un mur venait d'être dressé à l'arrivée du Daymio. Apparemment, il bloquait les sons venant de l'extérieur et il trouvait ça bizarre. A vrai dire, j'étais de son avis également. Nous n'avions pas été prévenu d'un tel mur et surtout pourquoi un mur antibruit.

- Ce qui m'étonne c'est que je suis le seul qui contrôle l'Onkyoton. Je vais essayer un truc, bouche toi les oreilles.


Je concentrais mon chakra dans la gorge et je lâchai un son inaudible pour les humains, mais extrêmement puissant. Cela était comme un son venant d'une chauve-souris, mais dirigé que dans une direction. Quelques secondes passaient quand celui-ci me revenait. Je faisais donc signe à Köda que j'avais fini ma technique.

- Il y en effet un mur, c'est même une sphère autour de l'académie j'ai l'impression. Mais ça ne bloque pas seulement le son de l'extérieur. J'ai plus l'impression que ça bloque tout ce qui entre et tout ce qui sort, physique ou pas, comme une sphère de protection.


Cette sphère n'était pas prévue dans le programme et c'était bien ça le problème. N'étant que Génin, nous n'avions pas eu toutes les informations à la mission et rien ne nous disait si c'était un allié qui avait créé cette barrière ou un ennemi qui cherchait à isoler le Seigneur.

- Köda, je pense qu'on devrait rejoindre Fujin. Il possède une bonne capacité pour trouver qui peut être à l'origine de cette technique. On doit savoir si c'est normal ou pas le plus rapidement possible.


Je m'élançais donc par le toit en descendant pas le mur extérieur du bâtiment. C'était bien le chemin le plus rapide pour rejoindre notre camarade.

_________________

"Un farm de qualité pour un rp saint !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Lun 31 Juil 2017 - 14:47

Fujin examina depuis une fenêtre de salle de classe l'avancée de la délégation seigneuriale. Le Daimyô était bien entouré. Une escouade de gardes -probablement sa sécurité rapprochée personnelle, à en juger par leur tenue- restait à une courte distance du char sur lequel voyageait le Daimyô. Si le seigneur était en danger, il bénéficiait au moins d'un rempart humain assez épais et, certainement, suffisamment compétent pour assurer sa sécurité. Pour le reste, c'était au trio Kumojin d'assurer. Fujin se détourna de la fenêtre, pour se préoccuper plutôt de son odorat. Le nuage de parfums nouveaux dont était entouré le Daimyô ne rendait pas les choses aisées, et il était difficile de détecter une quelconque odeur suspecte derrière ce rideau pestilentiel de riches parfums entremêlés. C'était à peine si Fujin parvenait à reconnaître encore l'odeur de Kong, qui continuait à patrouiller autour de l'Académie.

Brusquement, Fujin ressentit comme une étrange sensation, qui lui vrilla les tympans sans qu'il entendît quoi que ce soit. C'était un fait des plus singuliers, qu'il ne connaissait absolument pas mais qui lui faisait, à vrai dire, très mal. C'était là le résultat de la technique utilisée par Kintaro: de par sa proximité avec les canins, Fujin avait perçu une partie de l'ultrason, sans pour autant parvenir à l'identifier. Kong, lui aussi, était dans un état de panique car ses sens à lui, purement animaux, avaient perçu clairement ce qui était inaudible pour un humain. Aussitôt, le ninken se précipita dans le bâtiment, cherchant à rejoindre son maître le plus vite possible. Ce son inaudible était suspect, et ce qui était suspect ne devait pas être laissé à l'écart.

Pour sa part, Fujin s'était déjà dirigé vers le toit pour prévenir Kintaro. Il était en train de gravir les marches qui menaient au sommet de l'école, quand il se retourna brusquement. Il revint sur ses pas, et examina le mur qu'il avait en face de lui. Sur celui-ci était fixée une affiche, derrière laquelle semblait se dissimuler autre chose. Quelque chose dont émanait une odeur malsaine, comme du souffre. Les Inuzuka sont des êtres d'intuition. Des têtes brûlées. Un instant, Fujin hésita. Mais bientôt, il arracha l'affiche pour voir ce qui se cachait derrière.

C'est à ce moment-là que Kintaro et Köda arrivèrent vers lui. Fujin avait cependant presque complètement oublié le danger potentiel des ultrasons, car son attention était maintenant focalisée sur quelque chose de bien plus préoccupant. Sur le mur, derrière les lambeaux d'affiche qui pendaient lamentablement, était placardé un morceau de papier sur lequel avait été tracé un sceau d'une main experte, à en juger par la fluidité du trait et sa perfection apparente. Or, il convient sans doute de préciser que l'équipe n'avait été mise au courant d'aucun dispositif particulier de protection du Daimyô qui puisse se rapporter à ce type de précaution.

"J'crois qu'on a problème, les mecs."

C'en était en effet un, qui se présentait sous la forme d'un dilemme aux trois Kumojins. En tout cas, aux yeux de Fujin, qui ignorait l'existence du dôme entourant l'Académie, c'en était un: ils avaient le choix entre laisser le sceau en place et prendre le risque de ne rien faire pour arrêter une attaque éventuelle sur le Daimyô, ou l'arracher et bloquer cet hypothétique assaut, au risque de détruire un système de protection mis en place et dont on n'avait pas jugé bon de les informer. Tout ça était bien compliqué, et demandait des responsabilités que Fujin se refusait à prendre seul. Après tout, ça n'était pas lui qui avait choisi dès le début de la mission de prendre la tête du groupe. Comme nous l'avons dit, il était plutôt du genre à suivre la meute, pour parler en des termes qui lui sont familiers.

"Qu'est-ce qu'on doit faire exactement ? On a pas été prévenus de la mise en place d'un dispositif de protection impliquant du Fuinjutsu, nan ? Et ... Au fait, qu'est-ce que vous faites là ? Z'étiez pas censés surveiller le toit ?"

C'est à cet instant que Kong rejoignit la petite troupe. Fujin l'accueillit avec une moue sceptique.

"Qu'est-ce que c'est ce bordel ? Il s'est passé un truc dont j'suis pas au courant, ou quoi ?"


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t511-inuzuka-fujin-en-reflexion http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 1 Aoû 2017 - 14:08
Ainsi donc j'avais vu juste. Rien de tout ceci ne semblait prévu. Kintaro qui semblait avoir plus d'expérience que nous autres, avait lui-même été surpris par ma déclaration et, après son test à base de son que je n'entendis pas, il empira mes craintes. Selon lui, la matière ne pouvait pas passé non plus. Donc on nous espionnait et l'on avait attendu que je passe pour enfermer un peu plus l'académie puisque je n'étais techniquement pas à l'intérieur jusqu'à présent. Cela sentait mauvais. Et croyez moi, si je n'avais pas le flair de Fujin, un Inuzuka, j'ai toujours été sensible aux mauvaises situations, aux traquenards, ayant l'habitude d'être celui les causant. Enfin, vous voyez ce que je veux dire. Dans une autre situation, j'aurai probablement essayé de faire le malin mais là, c'était un peu trop complexe pour que je puisse prendre le contrôle de tout cela et que je puisse faire concorder l'ensemble des enjeux pour qu'ils aillent dans mon sens. Le travail d'équipe était donc de mise. Lorsque Kintaro proposa de rejoindre Fujin, j'acquiesçai et choisis de faire part de mes craintes une fois notre trio réuni.

Rejoindre l'Inuzuka fut assez simple : tous les Kumojins savent marcher sur les murs, sur l'eau, cela fait partie intégrante du test pour devenir Genin. Choisir le mur extérieur nous permit d'éviter les regards indiscrets qui pourraient mettre notre mission en péril. Avec un peu de chance, la personne ayant érigé cette barrière serait à l'intérieur, peut-être un chunin en charge de l'académie, et il ne ferait donc pas tout sauter pendant qu'autant de personnes étaient présentes. D'un autre côté, cela impliquait un potentiel affrontement. Bref. Nous atteignîmes notre camarade qui se trouvait devant un sceau qui n'avait, visiblement, rien à faire là. Je pris le temps de lui répondre :

Eh bien, j'ai remarqué une barrière bloquant les sons. J'ai donc rejoint Kintaro qui l'a testée et, selon lui, elle bloque aussi la matière. Ce qui signifie selon moi qu'elle a été doublée après mon entrée effective dans l'académie. En bref, nous sommes isolés du reste du village avec une cinquantaine d'aspirants ninjas, le Daimyo, quelques Chunins et le personnel. Et potentiellement le fauteur de trouble ... Quand à ce sceau ...

Je poussai légèrement Fujin pour l'observer. J'avais toujours été fasciné par le Fuinjutsu. Je comptais même apprendre cet art et de ce fait, j'avais lu pas mal de livres sur la question. Deux cercles concentriques étaient tracés et de nombreuses inscriptions ornaient le centre. Cette partie là m'était complètement inconnue. Néanmoins, une bonne nouvelle se trouvait autour du cercle extérieur. Cinq flèches étaient tracées, pointant dans diverses directions. Il y en avait donc six au total pur la barrière déterminée par ce sceau. Une sur deux.

Ce n'est pas l'oeuvre d'un Jonin. Probablement un chunin. C'est très bien tracé mais la présence des flèches oriente la barrière, chose dont les grands spécialistes du Fuinjutsu, comme mon grand oncle, n'ont pas besoin. Si je ne me trompe pas, enfin je l'espère,
on devrait pouvoir trouver des parchemins aux quatre coins de l'académie. Mais il faudra commencer par enlever le sceau central, celui qui programme la barrière, si je me rappelle bien de mes cours.


Il existait deux types de barrières à plusieurs sceaux : l'un d'entre eux nécessitait d'ôter tous les sceaux extérieurs simultanément pour pouvoir ôter le sceau père, c'était les plus complexes ; l'autre fonctionnait dans l'autre sens. D'abord le sceau père puis les autres. Nous pourrions gérer le second dispositif à trois mais le premier. Intérieurement, j'espérai que ce soit la situation avantageuse qui s'offre à nous.

Par contre ... Eh bien ... Vu la beauté du trait - soyons honnêtes, c'est presque de l'art - la personne est soit très méticuleuse, soit c'est un Suzuri je dirai. Une idée sur comment procéder ?

J'avais apporté ma pierre à l'édifice en leur donnant toutes mes connaissances sur les sceaux. Maintenant, j'avais besoin de leur aide quand à la méthode à appliquer. En comptant le loup, nous étions quatre.

_________________
« Un farm de qualité pour un RP saint ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Sam 5 Aoû 2017 - 17:15

Je n'étais pas un grand spécialiste du Fuinjutsu, mais heureusement pour moi nous avions un collègue s'y intéressant. Nous étions donc devant le sceau principal, d'après ce que nous disait Köda. Si j'avais bien tout compris, il y en avait cinq autres emplacements où nous devions retrouver d'autres symbole. Nous étions d'ailleurs toujours dans l'incertitude quant à la provenance de cette technique et l'atmosphère commençait à se faire lourd.

Pendant que Köda et Fujin réfléchissaient à un moyen pour détruire en même temps les sceaux, choses qui étaient primordiales d'après notre ami aux cheveux cendres. Je concentrais mon chakra pour rassembler tous les sons dans le dôme où nous étions enfermés. Celui-ci n'était pas exceptionnellement grand et je pouvais donc tout recevoir. En même temps je signalais à mes coéquipiers que j'allais prendre des informations auprès des gardes du corps du Daymio. Me voir rester ici sans bouger pouvait sembler bizarre pour avoir des informations, mais étant contrôleur de l'Onkyoton, je ne doutais pas qu'il aille vite comprendre ce que j'allais faire.

Après quelques minutes de concentration et d'écoutes, j'avais réussi à avoir plusieurs phrases venant des personnes accompagnant le Seigneur pouvant me donner les réponses à tout ce bordel. Je relâchais ma technique pour m'adresser à mes camarades.

- Bon, on peut se relaxer... Apparemment ce sont les gardes personnelles du Daymio qui ont installé cette bulle d'isolement. Et ils vont d'ailleurs en installer à chaque endroit si j'ai bien compris.
- Franchement, j'étais sûr que ça allait arriver ce genre de connerie...


Je regardais mes collègues avec un air quelque peu dépité par l’événement. Comme nous n'étions que Génin, personnes avaient pris la peine de nous prévenir des normes de sécurité qu'allait prendre le Seigneur du pays.

- Je pense qu'on va devoir reprendre nos positions en attendant la fin de la visite de l'école.


Je me rapprochais de la bordure du toit où nous étions et je sautais par-dessus la rembarrer pour retourner sur le bâtiment voisin. De là-bas, je m'agenouillais pour concentrer mon chakra une nouvelle fois et ainsi essayer d'en apprendre plus sur la garde pour connaître d'autre éventuelle surprise dont nous n'étions pas encore au courant. Ne voulant pas encore avoir le même problème que nous venions d'avoir, j'allais espionner toutes leurs conversations à leur insu. Même si cela pouvait être pris pour un quelconque méfait, il était important que nous devions nous renseigner par nos propres moyens. Et dans tous les cas, ma méthode était totalement indétectable.

_________________

"Un farm de qualité pour un rp saint !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Dim 6 Aoû 2017 - 14:25

Fujin leva les sourcils en entendant la réponse de Kintaro. Voilà qui résolvait le problème, et d'une façon bien plus heureuse que ce à quoi il s'attendait, à vrai dire. Pas de complications, d'action haletante, de sauvetage héroïque du Daimyô et de course poursuite pour attraper ses assaillants cette fois-ci. C'en était presque décevant, à la réflexion. Mais, sans doute ne pouvait-on pas toujours espérer d'une mission qu'elle soit pleine de promesses. Tout de même, Fujin n'aurait rien eu contre un peu d'exercice après tout ce temps passé à ne rien faire sinon flâner. Il se pencha vers Kong, qui avait lui aussi compris de quoi il en retournait.

"Bon, tu retournes à ton poste. On se retrouvera quand le Daimyô sera sur le départ pour aller voir le prochain site."

Le ninken jappa doucement, lécha la main de son maître, et repartit en sautillant dans les escaliers, certainement tout content de retourner à sa tâche et d'avoir une responsabilité. Quant au reste du groupe, il se dispersa à nouveau entre les différents points stratégiques précédemment occupés. Fujin retourna au rez-de-chaussée, évitant soigneusement la délégation seigneuriale. Celle-ci était cependant suffisamment bruyante pour qu'il puisse toujours déterminer sans mal où elle était, avec une certaine précision. Il l'observait de loin. C'était un peu surréaliste de voir cet homme puissant s'adressait aux apprentis Shinobis avec tant de bonhomie. Peut être leur disait-il combien la profession de défenseur d'un village était gratifiante ? Fujin doutait que le Daimyô se soit comporté ainsi devant des Shinobis diplômés.

Tout danger semblait être écarté à l'Académie. Fujin se balada dans les couloirs, mains dans les poches, sans pour autant relâcher la concentration de ses sens. Ceux-ci étaient toujours en alerte, captant avec plus de fougue que jamais le patchwork insupportable de parfums et de bruits qui se mélangeaient dans l'air. Il se demandait bien comment Kintaro avait réussi à déterminer que le dispositif était du fait des gardes du Daimyô. Disposait-il d'informations particulières ? C'était peu probable, car il en aurait certainement déjà fait part à ses deux autres camarades. Il avait dû capter l'information provenant d'un des gardes du seigneur, alors. Mais comment ? Quelle capacité pouvait permettre ce genre de chose ? Fujin savait qu'il aurait éventuellement pu y parvenir avec ses sens aiguisés, mais il lui aurait fallu être à une courte distance des gardes pour comprendre distinctement ce qu'ils disaient. Mais Kintaro n'était pas un Inuzuka, c'était certain. Alors comment ?

La délégation visitait une dernière salle de classe. Il était temps de se rendre au prochain point de rendez-vous pour l'équipe si elle voulait pouvoir prendre un peu d'avance sur le groupe des visiteurs. Fujin sortit devant l'entrée de l'Académie. Kong n'était pas bien loin, et il ne tarda pas à le rejoindre de son pas toujours aussi sautillant. Quelques élèves de l'Académie qui étaient dehors coururent après le ninken, émerveillés par son allure mais trop craintifs pour se risquer à l'approcher. Fujin leur sourit.

"Vous pouvez le caresser, si vous voulez. Il est pas méchant, et il aime bien ça."

Kong se fit ainsi dorloter pendant quelques minutes par une foule de bambins rieurs, sous les yeux de son maître qui se demandait si tout ça était bien raisonnable, finalement, dans le cadre d'une mission de protection du Daimyô.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t511-inuzuka-fujin-en-reflexion http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Mar 8 Aoû 2017 - 4:12
Quelques instants et une intervention de Kintaro plus tard, j'étais mis au fait de la situation. Les crétins travaillant pour le Daimyo avaient placé une barrière eux même et ne nous avaient pas prévus parce que nous n'étions que des Genin, et j'aurai peut-être fait la même chose à leur place mais ... Juste après la mise en place de Kumo ? Pour la première visite officielle ? Nous n'avions, à l'époque, pas encore droit au luxe du laxisme. Et tout ninja se doit 'être efficace, qu'il soit bien intentionné ou pas. C'était là la base de notre vie. Cela l'est toujours. Ce le sera éternellement. Je soupirai donc et d'un simple :

Soit.

Et je retournai à ma place, à la foi déçu et soulagé que ce ne soit rien de grave. Toujours par le biais du mur extérieur, je remontais sur le toit du bâtiment principal puis je sautai vers ma planque. Je pris une longue vue dans mon sac pour avoir un meilleur visuel de la classe où était le daimyo. Je ne pouvais pas le voir mais j'avait un visuel des élèves et d'un des gardes ... Pardon, une des gardes. Cheveux bleu-argent, regard rouge. Plutôt jolie. Un carré plongeant et, à son épaule, le bandeau de Kumo. Vu l'allure et l'aura du personnage, elle devait être jonin ou bien elle ne tarderait plus à l'être. Elle dégageait la même impression d'expérience que Kira ou Daisuke.

Mon regard glissa le long de la manche grise de la femme jusqu'à tomber sur ses mains et, suivant son annulaire je le vis. Le serpent se mordant la queue. Mon coeur loupa un battement. Elle était avec eux ? Et par eux, je ne savais même pas de qui je parlais. Un genre de gang potentiellement dangereux même si, dans le cas présent, leur représentante ne semblait rien dégager de mauvais. Soit. Je clignais des yeux et, relevant la tête, j'ai eu l'impression que mon regard avait croisé le sien. Juste une fraction de seconde et, le pire dans tout cela, c'est que je crois l'avoir vue sourire. Et cela avait eu un côté terrifiant.

Rien d'autre ne se passa. Rien d'étrange tout du moins. Le temps était juste long. Terriblement long. Et je ne pouvais rien faire pour m'occuper, c'était cela le pire. J'étais bloqué avec ma longue vue à tantôt surveiller les salles de classe disposées en face de moi, tantôt envoyer un léger signal lumineux, par le biais d'un miroir, à Kintaro, pour lui confirmer que je n'avais, hélas, rien de nouveau à signaler et m'assurer, plein d'espoir pour le début de nouveaux problèmes, qu'il en allait de même pour lui ; car, voyez vous, même si chaque "R.A.S" me déprimait un peu, il engendrait aussi une lourde vague de soulagement. Pas de problèmes, notamment avec cette Kunoichi.

Haut-les-coeurs, mon petit Köda, c'est presque fini. Ils vont démonter le sceau et tu pourras changer de coin.


_________________
« Un farm de qualité pour un RP saint ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Jeu 10 Aoû 2017 - 16:38
La pression du sceau retombé, j'étais retourné sur mon toit continué la surveillance. Je profitais du calme ambiant pour écouter un peu toutes les conversations de la zone. Je pouvais entre les élèves jactés entre eux ainsi que la directrice de l'académie de Kumo. Celle-ci parlait de son admiration pour le financement du Daymio dans son bâtiment et des autres lieux dont il allait d'ailleurs visiter juste après. À part cela, les discutions entre les gardes du corps du Seigneur se faisait très rare et à part le bouclier de chakra que nous venions de découvrir, je n'avais pas réussi à avoir d'autre information sur la suite du programme.

Le temps se faisait long au final ici, rien d'extravagant n'était arrivé et être seul rendant les minutes en heures. Bien que nous étions préparés à passer une après-midi de merde, je ne pensais pas autant m'ennuyer. Je commençais même à croire que nous avions reçu cette mission pour la forme et ainsi justifier sur papier la présence de shinobis. Ma seule compagnie était Köda, au loin à sa position. Tous les quarts d'heure, je pouvais voir son signale me prévenir que tout était normal. Mais c'était vraiment le seul contact que nous avions et je me doutais bien que lui aussi il devait commencer à s'impatienter de la situation.

Une bonne heure après l'arrivée du Daymio, j'entendis grâce à ma technique que le Seigneur allait s’apprêter à se rendre à l'hôpital. L'information venait d'une de ces gardes du corps et elle précisait aussi que la barrière allait être levere dans quelques instants.

Cette info me réveillait presque de ma lassitude. Je pris le miroir qui me servait à répondre à mon camarade sur le toit pour lui faire parvenir que nous allions passer à la prochaine zone. Je lui signalais également de me rejoindre à l'endroit où était posté Fujin. J'utilisais une dernière fois ma technique pour repérer où il était pour me rendre compte qu'il se situait déjà à l'entrer de l'académie. Et d'après ce que j'entendais, il n'avait pas dû passer un moment aussi ennuyeux que nous. Il était en train de discuter calmement avec des élèves de son fidèle compagnon Kong.

Je profitais du fait qu'il était statique pour me déplacer une nouvelle fois par le mur. Lors de ma descente vers mon collègue, je pouvais voir qu'il était en train de papoter avec des jeunes élèves de l'académie. Son chien prenait apparemment beaucoup d'attention auprès du jeune public. Je sautais derrière lui pour atterrir.

- Fujin, on va y aller. La barrière devrait déjà être désactivée et nous avons cinq minutes d'avance sur l'escorte du Daymio.


Je pouvais voir les yeux des enfants pleins d'étoiles après mon arrivée acrobatique. Mais dans quelques années, ils effectueront ses mouvements sans aucun problème, voire même mieux que moi.

L'arrivée de Köda avait entraîné notre départ vers l’hôpital de la ville. Le bâtiment n'était qu'à une dizaine de minutes à pied, mais la foule empêchait les déplacements faciles. Pour éviter cela, nous étions tous les trois sur les toitures de la ville pour avancé plus rapidement et ne pas se faire bloquer par une marrer d'individu voulant à tout prix voir le Seigneur du pays.

Arrivés devant l’hôpital, nous pouvions observer que la foule n'avait pas encore atteint cette zone. L'édifice était haut de trois étages et je savais également qu'un niveau de sous-sol existait pour y avoir déjà fait un tour. Le lieu était relativement paisible, des petits jardins entouraient l'unique bâtiment et nous pouvions voir des patients profiter du beau temps accompagné de quelques infirmières.

- De ce que je sais, le Daymio va visiter le rez-de-chaussée et le second étage. C'est là où il a payé des équipements de dernière génération à la ville et je pense qu'il va vouloir voir son investissement.


Je m'avançais du bâtiment pour commencer notre mission. Le Seigneur devait arriver dans quelques minutes et nous n'avions pas encore pris nos positions. En entrant, j’utilisai encore une nouvelle fois ma technique d'écoute. Je voulais savoir si des Chunins ou des Jonins étaient présents pour préparer les sceaux. Mais ce que je pouvais entendre n'était pas la garde du Daymio, mais bien des voix inconnues ne relatant rien de bon.

- J'ai installé tous les parchemins, ils nous restent quatre minutes avant son arrivé et notre départ.

- Tâchez d'être discret, nous ne devons pas nous faire repérer par le personnel.


Je signalais de suite ce que je venais d'entendre à Fujin et Köda.

- Là, je ne pense pas que c'est une fausse alerte !

_________________

"Un farm de qualité pour un rp saint !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Ven 11 Aoû 2017 - 11:32

Sur le trajet pour l'hôpital, alors que la petite bande sautait de toit en toit dans un joyeux ballet dont seuls les Shinobis ont le secrets, Fujin jeta un oeil à la foule des habitants du village venus acclamer le Daimyô. Ils étaient nombreux, ce qui n'était pas sans poser problème aux yeux de quelqu'un sensé assurer la sécurité du seigneur. Une foule aussi dense et compacte que celle-ci serait un parfait moyen pour quiconque le souhaiterait de se dissimuler en se fondant dans la masse. Mais, considérations sécuritaires mises de côté, il fallait admettre que voir autant de monde massé dans les rues du village avait quelque chose de réjouissant. Ne pouvait-on pas y voir le signe d'un peuple uni ne serait-ce que par leur seule appartenance à Kaminari no Kuni, et donc tous soumis au pouvoir du Daimyô ? Kumo se révélait dans son unité. C'était en tout cas le signe que Fujin voulait y voir.

L'hôpital était un bâtiment qui inspirait la confiance. Fujin n'avait jamais eu l'occasion d'y séjourner très longtemps. Il n'avait toujours eu qu'à traiter des blessures légères. S'il était un peu tête brûlée, il s'en sortait néanmoins toujours sans trop de dégâts. Alors qu'ils s'approchaient de l'entrée, Kong tiqua. Fujin ne tarda pas à comprendre pourquoi lui-même: le son de voix inconnues lui parvint nettement, et quoiqu'elles furent trop loin pour qu'il puisse comprendre distinctement ce qu'elles disaient, il comprit à l'attitude de Kong qu'elles ne présageaient rien de bon. Kintaro lui aussi les avait perçues, et livra leur signification à ses coéquipier du jour.

La situation prenait un tournant tout à fait différent, soudainement. Il allait s'agir, de toute évidence, d'éviter un attentat, ou en tout cas un piège, un guet-apens qui mettrait la sécurité du Daimyô en danger. Fujin sentit une sueur froide lui parcourir l'échine. Singulière sensation que celle d'avoir tout à coup la vie d'un être aussi important dans les mains. C'était bien sûr le cas depuis le début de la mission, mais celle-ci prenait tout à coup une dimension de réalité toute nouvelle. Restait à prendre une décision sur la démarche à adopter. La délégation seigneuriale n'allait pas tarder à arriver, et s'il y avait un plan à déjouer, il fallait donc le faire au plus vite.

"Bon, soyons efficaces. Les voix ont parlé de parchemins, non ? ON peut donc en déduire raisonnablement que ces parchemins font partie d'un dispositif qui serait potentiellement un danger. Il nous faut donc nous en débarrasser, ou en tout cas les neutraliser dans l'urgence. Je ne sais pas si on aura le temps d'analyser leur fonction tout de suite ... Mieux vaut les détruire dans l'immédiat. D'autre part, il nous faut aussi mettre la main sur les responsables de cette machinerie. Ca, on peut s'en occuper avec Kong. Il a un bon flair, et on est assez efficaces pour ce genre de choses."

Ce plan-là semblait être le meilleur, dans l'immédiat, c'est à dire dans le peu de temps qu'ils avaient pour l'élaborer, aux yeux de Fujin. Les minutes passaient, et à chaque instant la délégation se rapprochait un peu plus du piège qui lui avait été tendu. Il n'y avait pas vraiment, en fait, lieu de tergiverser, et Fujin bouillonnait d'envie de se lancer à la poursuite des possibles coupables d'un attentat sur la vie du Daimyô.

"Alors ?"


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t511-inuzuka-fujin-en-reflexion http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Ven 11 Aoû 2017 - 12:17
Notre rôle à l'académie fut bientôt terminé. Lorsque Kintaro me le signala, je rejoins mes deux compères pour partir vers la zone suivante, l'hôpital. Halala l'hôpital, avec un peu de chance, cette gentille et jeune infirmier s'étant occupée de moi lors de mon seul passage ici serait encore présente. Et, désormais majeur, j'espérais profondément avoir une chance.

Le vacarme dans les rues était presque assourdissant. Tout Kumo était de sorti et, très honnêtement, cela formait l'occasion parfaite pour une attaque. Imaginez, soudain, alors que les rues sont pleines, que les gens se piétinent dans l'espoir d'avoir un regard du seigneur ; un Iwajin de haut niveau utilise un Doton pour destructurer ce pan de la montagne et, pouf, plus de village, plus de seigneur, plus de gens. Ça serait quand même bien dommage, me dis-je intérieurement juste avant d'arriver devant le fameux bâtiment de santé. Les récents investissements avaient permis de redorer son blason et, surtout, de faire confluer plus de patients. A l'exception de quelques clans spécialisés dans la médecine, plus personne ne pouvait rivaliser avec les installations présentes.

Kintaro et Fujin intervinrent, chacun leur tour, et après avoir bien écouté je pris la parole.

Bon. Il ne faut pas se précipiter. Certains parchemins peuvent être piégés du coup...

Je sortis rapidement un parchemin de ma poche pour dessiner les cinq principaux symboles pouvant indiquer qu'il ne faut bouger le sceau que sous certaines conditions.

Ce sont les seuls indices de piège que je connais. Il y en a beaucoup plus mais ce sont les principaux. Mais surtout...

Je composais quelques mudras pour créer quatre clones de cendre. Ils nous serviraient de chaire à canon en d'autres termes.

Il y a quatre étages si on compte le sous le sol et que je ne me trompe pas. Du coup, je propose qu'on se sépare pour chercher ces trucs. Et surtout, laissez à mes clones l'occasion d'enlever les parchemins à votre place. Au moins s'ils sont piégés, c'est eux qui prendront et tous les autres clones ainsi que moi même seront au courant. J'suis plutôt chaud pour prendre le dernier étage, le psychiatrique. J'y ai déjà fait un séjour donc je connais bien les lieux.

Je m'etirais rapidement. Comme nous avions encore un peu de temps, je pourrais probablement passer par l'une des fenêtres pour éviter de passer par le hall, les escaliers etc. J'allais partir, suivi par un de mes clones quand je dis :

D'ailleurs, c'est bon pour tout le monde ? Et, Fujin, j'ai bel et bien prévu un clone pour accompagner Kong. Comme ça vous pouvez vous séparer sans risques.

Si j'étais devenu gentil ? Pas le moins du monde. Mais il fallait être prévoyant et, malgré tout ce qu'il pourrait dire, Fujin avait probablement un odorat moins fin que son partenaire. Nous ne pouvions pas nous permettre de laisser l'animal se faire blesser, il pourrait nous être utile en cas d'interpellation.


_________________
« Un farm de qualité pour un RP saint ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Enfance, santé et connaissance [FT - Hotaru Köda & Inuzuka Fujin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: