Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Monochrome | Solo

Ōryū Yūgiri
Ōryū Yūgiri

Monochrome | Solo Empty
Dim 24 Fév 2019 - 9:36
Une fine bruine tombait des cieux, qui se nimbaient du manteau nuageux d'un gris si ténébreux que la tempête menaçait inéluctablement à l'horizon. Le vent sifflait son hurlement, battant avec une violence cathartique sur les terres désolées sur lesquelles il courait comme un possédé. Les ruines se révélaient à travers la végétation qui se courbait sous le souffle humide des éléments en furie, alors que pléthores de silhouettes bravaient les intempéries se dressant face à eux. le cortège s'engouffrait dans le chemin les menant droit vers la bouche des enfers. Une expédition emprunte d'une teinte de folie, mais qui devait avoir ses raisons pour oser pareille épreuve que de s'aventurer dans les terres inhospitalières où la faune et la flore se targuaient d'une malveillance glaçant l'échine des âmes les plus courageuses.

Les contours d'une grande bâtisse délabrée se dessinait dans le vespéral, formant une union macabre avec le temps. Les ombres laissaient imaginer des épines acérées, dignes d'une engeance venu des profondeurs de mondes sibyllins, alors qu'il s'agissait simplement de la végétation qui avait étendu ses griffes.

« Halte ! » -scandait une voix se perdant dans les échos infinis- « Nous passerons la nuit ici, préparez le campement ! » -annonçant au convoi qu'il n'irait pas plus loin dans la nuit inconnue et sombre-

Les aventuriers commencèrent à se répartir les tâches, certains s'affairant à essayer de faire un feu de camp malgré l'humidité qui rendait les branches inutilisables, tandis que d'autres mettaient en sûreté les chevaux qui étaient éreintés, alors que quelques uns vérifiaient si l'endroit était sécurisé.

« Cette vieille ferme abandonnée est parfaite pour passer la nuit. » -dit l’un de ceux aillant vérifier les alentours-

« On a rien trouvé pour faire du feu, le bois est trop humide. » -examinant le mobilier hantant l’abri, complètement pourri et rongé par les nuisibles-

Le chef de l’expédition fit signe à tous de venir, dépliant une carte sur le sol afin de l’examiner.

« Nous sommes là… et ce que nous cherchons devrait être dans cette zone. » -dessinant un cercle assez grand afin de montrer l’endroit- « Nous ne sommes donc plus très loin. »

« C’est une sacrée étendue quand même… On va surement devoir passer plusieurs jours à examiner tout ça... » -semblant exaspéré-

« Certes ! Mais lorsque nous l’aurons découvert… Nous aurons une belle prime. » -dit-il, le regard emplit d’avarice- « Bon, trouvez un moyen de faire un feu ! Sinon nous allons crever de froid ! »

Les aventuriers semblaient regretter de s’être engagé dans une telle mission, du moins la plupart d’entre eux auraient bien rebroussé chemin.

Les cieux commençaient à se déchirer sous le tonnerre frappant violemment, tandis que la pluie se faisait plus violente que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5454-oryu-yugiri-u-c
Ōryū Yūgiri
Ōryū Yūgiri

Monochrome | Solo Empty
Dim 17 Mar 2019 - 13:41
La pluie s'était abattue tout au long de la nuit, laissant dans son sillage aucune consistance à la rosée matinale qui aurait dû recouvrir de sa fine présence le paysage sauvage. Aucune trace ne subsistait, noyée pour toujours dans les résidus des larmes célestes, si belles mais impitoyables dès que ses liens de simple ondée se brisent. Sous les premières lueurs du jour, l'expédition pouvait alors reprendre sa route sur un chemin détrempé.

Les aventuriers poursuivirent la marche, traversant monts et vallées méconnus, se plongeant toujours plus profondément dans les entrailles obscures de paysages rocambolesques. La destination finale était plus proche que jamais, mais cela ne marquait qu'un nouveau commencement et non une triste fin.

« Vous y sommes ! » -dit le chef- « Établissez le campement sur le champ. » -donnant les directives, tandis que sa main ridée par le temps caressait sa longue barbe d’un blanc grisonnant-

« Vous êtes sûr ? » -portant son regard au loin, l’encapuchonné était un peu sceptique-

Il n’y avait rien qui sortait du lot, une étendue déserte se dessinait à perte de vue, où la végétation se jumelait avec la topographie qui ne présentait rien de particulier.

« Bien sûr ! La nécropole perdue est forcément ici. » -lui donnant un coup de canne violemment sur le haut de la tête du sacripant qui émettait des doutes sur son jugement-

un bruit sec se fit, accompagné de cris de douleur pas piqués des hannetons.

« MAIS AIIIIEEE !!! » -se frottant la belle bosse qu’il venait de gagner à cause de son impudence- « Pas la tête ! »

Les autres membres de l'expédition regardaient la scène qui offrait un spectacle fort passionnant, si ce n’est presque. Les deux lurons se connaissaient bien, l’un étant un vieil archéologue et l’autre son fieffé apprenti.

« Une fois le camp fait, nous ferons une réunion pour organiser les fouilles. »

Les ordres du vieux connaisseur en patrimoine perdu dans le temps et l’espace furent suivis, et un fier bastion se dressa depuis le néant. Dans la plus haute et imposante tente, les intrépides se réunirent tous de manière solennelle. Le grisonnant les invitèrent à se poser autour du feu afin de faire le point sur la suite des opérations.

« Chers compatriotes, c’est un grand jour pour le monde que voici... »

Un discours allait prendre place et faire rage, alors que le soleil commençait à décliner derrière les confins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5454-oryu-yugiri-u-c
Ōryū Yūgiri
Ōryū Yūgiri

Monochrome | Solo Empty
Jeu 18 Avr 2019 - 8:51
A l'aube du jour suivant, dès que les premiers rayons solaires venaient disperser les ténèbres, les aventuriers se préparaient à commencer les recherches avec un enthousiasme plus ou moins présent chez chacun d'entre eux. Ce genre de mission pouvait prendre des semaines, voir des mois, sans offrir aucun fruit. Néanmoins, c'était dans ce genre de situation que les hommes prouvaient à quel point leur volonté pouvait aller toujours plus loin afin d'assurer de meilleurs lendemains. Ou peut-être s'agissait-il simplement de l'avidité de l'âme qui poussait à des aspirations insensées. Un mystère reposant dans l’abîme de la nuit des temps. Les trésors les plus somptueux demandaient encore à être découverts à la lumière du jour, attendant patiemment que les plus intrépides se risquent à perdre la vie afin de s'en emparer.

Alors que les directives du chef en charge de l'opération avaient été données, l'un des groupes mandatés en éclaireur quittait le campement à la recherche d'indice. Ils étaient trois, tous emmitouflés de larges manteaux vieillis par les voyages à l'orée de l'inconnu. Un homme trapu et à la barbe plus drue que les forêts d'Hayashi, dont l’œil terne et vitreux prouvait qu'il n'était point à sa première campagne. D'ailleurs, le grand marteau qu'il portait toujours appuyée sur son épaule portait les rides du temps, affichant qu'elle avait grandement servie... peut-être même un peu trop. Une jeune femme aux lunettes saillantes et toujours le nez dans une carte, paraissant moins rodée que le gaillard de petite taille, mais plus intellectuelle que ce dernier. Enfin, une autre femme, assez mystérieuse et peu loquace, formait le dernier membre de cette équipe de choc.

« Par ma barbe, on est perdu ! » -dit-il, en passant sa main sur la pilosité hirsute prolongeant son menton- « Fichu bonne femme, tu ne sais donc pas lire une carte ? »

« Le but d’explorer, c’est de découvrir. » -ajustant de son index ses lunettes en les remontant sur son nez mutin, tout en affichant un air hautain- « Espèce de rustre sans cervelle. »

« Tais-toi donc, morue ! Si tu n’es pas capable de nous guider, on va perdre face aux autres. Et moi, Jinpachi, n’aime pas perdre. » -tapotant son énorme instrument sur son épaule-

Une légère tension était palpable entre les deux zigotos, tandis que la dernière était simple spectatrice muette de ces querelles enfantines. La binoclarde se tourna vers la coéquipière, à cause de la curiosité la taraudant.

« Nous n’avons même pas eu l’occasion de nous présenter. Je suis Sumiko, et le désagréable c’est Jinpachi. » -tentant d’établir une conversation-

« Vous pouvez m’appeler Yu. »

« T’es nouvelle, mais t’en fais pas. On a l’habitude Jinpachi et moi de participer à ce genre de travail. »

« Vous semblez bien vous entendre, en effet. » -dit la mystérieuse au prénom monosyllabique-

« Ah ah ah. » -s’esclaffant à travers sa barbe- « J’aime ton sens de l’humour, petite. » -sortant une pipe en bois étrange et l’allumant en inspirant bruyamment-

Une équipe tout en finesse et en subtilité, du moins, autant que faire se peut...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5454-oryu-yugiri-u-c
Ōryū Yūgiri
Ōryū Yūgiri

Monochrome | Solo Empty
Sam 18 Mai 2019 - 18:28
Sumiko ajustait fébrilement ses lunettes sur son petit nez mutin, clignant des yeux comme si le mirage lointain d’une oasis chimérique se présentait dans un désert aride et mortifère. Pointant le doigt de la révélation vers la source de son attention incrédule, la gourgandine en herbe balbutiait quelques mots à ses vaillants compères.

« Là… Là-bas... » -déglutissant, avant de reprendre sa phrase- « Qu’elle est... cette.diablerie ? »

Portant leur regard dans la direction indiquée, les deux autres aventuriers furent témoins de la même vision qui remettait en question l’ordre de la nature. Une nitescence spectrale palpitait faiblement à travers les feuillages épais qui décoraient le théâtre smaragdin avec placidité.

« Par ma barbe ! » -s’esclaffant vigoureusement, en palpant la pilosité prononcée de son menton comme pour vérifier si celle-ci était toujours bel et bien là- « Allons voir de quoi il retourne ! »

Ni une, ni deux, les trois courageux explorateurs se dirigèrent vers la lumière aveuglante qui les appelait malicieusement dans les méandres des profondeurs les plus lugubres. Les branches feuillues obstruaient l’avancée de la fine équipe, mais ne firent pas des obstacles insurmontables pour les intrépides qui ne reculeraient point face à l’adversité.

« Je sens une perturbation dans la force... » -avouait la femme au prénom monosyllabique, qui ressentait quelque chose de mystérieux- « … Restons prudents. »

Arrivant sur une motte de terre surélevée, la découverte du spectacle se déroulant en contrebas était une vision horrifique des plus réelles. Le camp d’une faction d’exploration rivale était alors découvert, mais aussi et surtout un événement des plus singuliers. Les badauds étaient pris d’une panique cathartique, certains poussant des cris de souffrance atroces avant d’exploser dans un florilège de lumière éblouissante, d’autres se transformaient en amas de chairs difformes avant d’imploser en répandant leurs entrailles aux quatre vents, tandis que la plupart s’évaporaient dans une explosion élémentaire si chatoyante que la poésie artistique faisait rage.

« Bon sang de bois, mais qu’est ce qui se passe ? » -sortant son énorme maillet au clair, circonspect par la scène dont sa barbe hirsute était témoin-

La malvoyante aux épaisses lunettes restait figée par l’atrocité sublime qui se dressait en ce lieu maudit, commençant à trembler comme une feuille morte menaçant de choir sous le zéphyr strident et impitoyable. L'Encapuchonnée restait assez stoïque, bien que choquée par ces présages sombres et abyssaux.

La résonance apportait l'effroi aux quatre coins du Yuukan, sans distinction aucune. Si les manants de cette entreprise rivale était balayée par les miasmes primordiaux du cataclysme; quel serait les chances pour que les compères de la compagnie des vaillants troubadours se trouvassent épargnés ? Mystère, plus épais encore que le fait que nul des trois hurluberlu ne furent mystérieusement victimes du stigmate céleste.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5454-oryu-yugiri-u-c
Ōryū Yūgiri
Ōryū Yūgiri

Monochrome | Solo Empty
Mar 18 Juin 2019 - 13:46
Des dizaines d’âmes furent victimes du rugissement du cinglant cataclysme qui venait de frapper sans discernement. Alors que la teinte des cieux oscillait entre l’ambre et l’améthyste, les trois aventuriers avait du mal à comprendre le spectacle dont ils furent témoins. Un décor désolé et ravagé, une abîme profonde. La pluie des cendres - encore chaudes - de la destruction poursuivait son inexorable chute, couvrant du manteau translucide de l’épais mystère qui l’entourait.

Un cri rauque et fugace vient esclaffer son râle strident de désapprobation, mais surtout d’incompréhension..

« NNNNAAAONNN !!! » -Attrapant sa tête barbue dans ses grosses paluches érodées par le temps et les aventures- « Diablerie !!! Diiiaaableriiiiiiiiie !!! »

L’encapuchonnée restait silencieuse, calme comme le flot d’une rivière paisible. Tout le contraire de la binoclarde, qui s’était roulée en boule dans un coin et qui tremblait en sanglotant.

Le barbu de service commença à convulser, prit d’une crise d’épilepsie. Du moins en apparence, car la réalité était tout autre.

« Mes… mes veines ! Par ma barbe ! Ça brûle !!! Ça brûle comme les brasiers des enfers !!! » -ricanant comme un possédé, les yeux révulsés et la bave aux lèvres- « Muhahaha Muha Mu hahaha !!! »

La rose des vents regardait la scène, tandis que son aura chatoyante et nébuleuse pouvait laisser transparaître l’imperceptible nitescence d’une triste mélancolie. Sa voix est d’une douceur qui en ce monde tragique paraît irréelle, tranchant la barbarie macabre qui faisait diaboliquement rage dans le théâtre des horreurs.

« Il devrait y avoir des survivants...» -ajustant sa capuche de manière placide- « Je ne sais pas ce qui est arrivé à ces messieurs, mais cela n’est pas joli joli. » -toussotant légèrement à la fin de sa phrase afin d’éclaircir sa voix qui n’avait pourtant rien à envier à la plus cristalline ataraxie des anciens temps- « Je ne sais pas ce qui est arrivé à ces messieurs, mais cela n’est pas joli joli. »

Un doux euphémisme, un constat enjolivant la sombre toile au fusain irrémédiablement brisé.

Balbutiant quelques mots, la malvoyante aux quatre yeux sombrait dans l'aliénation qui la dévorait. Se levant péniblement, puis agrippant la cape de l’aquarelle monochrome, l'effrontée s’alarmait des angoisses de la nuit.

« Ils sont morts ! Ils sont tous morts ! » -légère étincelle de folie traversant ses pupilles dilatées, la guide se noyait au plus profond du tumulte crispant et glaçant sa chair- « On va tous mourir !!! »

Passant sa main sur l’étoffe qui était tiraillée par la foldingue, puis repoussant son étreinte malaisante, la muse de la nuit des temps répondit à ses lamentations larmoyantes.

« Votre ami semble un peu étrange... » -pointant de son petit nez mutin l’énergumène en question- « Qu’est ce qui lui arrive ? »

La résonance était sombre et emplit de terreurs...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5454-oryu-yugiri-u-c
Ōryū Yūgiri
Ōryū Yūgiri

Monochrome | Solo Empty
Jeu 18 Juil 2019 - 4:26
Le râle funeste du destin était amère, cinglant, et terriblement mortifiant. Tant d'innocents venaient de périr dans d'atroces souffrances, alors qu'ils ne s'attendaient même pas à ce que le trépas vienne les frapper de la sorte. Triste monde tragique. Les explorateurs ne pouvaient que contempler les miasmes tragiques à l’orée des étoiles qui commençaient à briller dans l’océan de jais surplombant et nimbant les mondes.

L’atonie était palpable, tandis que le crépuscule macabre étendait ses griffes jusqu’aux confins des terres se profilant dans la perspective froide et glacée d’un horizon infini.

Sans ambages, les théories commençaient à déferler tel un tsunami sur une plage. Néanmoins, les idées étaient confuses, manquant d’une imagination suffisamment étayée pour venir toucher du doigt la vérité qui en ce monde paraissait irréelle. Patafioler ces augures de fin des temps, ne pouvait incarner que la seule mouvance qui animait les cœurs de ceux ayant été témoin des rosseries sémillantes des ténèbres.

Les regards d’ocre et d’ébène se perdent dans le firmament étoilé, les pensées voguent dans une mer d’encre, les esprits soupirent dans une douloureuse agonie.

Une énigme de taille gargantuesque, qui se présente à la vaillante (plus ou moins) troupe d’archéologues chevronnés. Et le péché mignon de ce genre d’énergumène est bien sûr la curiosité qui demande toujours d’être assouvie. S’approchant du charnier encore chaud, les intransigeants s’avéraient comme possédés par les démons ténébreux qui avaient peint une fresque bien sanguinolente.

« Diablerie ! » -gouttes de sueurs perlant sur le front, barbe hirsute et yeux ronds comme des soucoupes-

« Des pilleurs de tombe. » -examinant les cadavres mutilés et informes sans y toucher- « Ils devaient être là pour la même raison que notre expédition... »

« Allons prévenir nos compagnons ! »

« Jinpachi, j’ai bien peur que vos compagnons n’aient trouvé la même fin que ces bougres. » -dit-elle, fixant le barbu d’un air sérieux-

« Que dites-vous ? Impossible ! C’est sans doute une bête qui a attaqué ce campement. Une… très grosse bête ! » -tombant dans le déni le plus total-

« Nous devrions inspecter les données dont disposaient ces voleurs d’histoire. »

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5454-oryu-yugiri-u-c
Ōryū Yūgiri
Ōryū Yūgiri

Monochrome | Solo Empty
Dim 18 Aoû 2019 - 10:26
Brise calme sous les cerisiers, pluie qui danse, lune claire.

De l’averse naquit d’innombrables flaques où se mêlaient l’eau de la translucide pluie à l’écarlate hémoglobine des corps ensanglantés des défunts. Les lacs funestes incarnaient le prisme sibyllin d’une lugubre sonate qui offrait au clair de lune ses macabres merveilles. Le cliquetis aqueux se jouait de manière ineffable dans le théâtre des horreurs, tandis que les impétueux aventuriers se perdaient dans une quête mystérieuse, une odyssée aux énigmes d’une profondeur abyssale.

L’incertitude résonnait d’une palabre silencieuse et morbide, à mesure que l'enquête marchait prudemment sur le sentier inconnu et rouge. La nitescence cristalline des étoiles commençait à faiblement émerger dans les cieux, nimbant la fresque de l’aliénation d’un halo céruléen et translucide. Rien ne venait abreuver la soif de la curiosité qui hantait les esprits, malgré les tentatives qui se jouèrent avec une frénésie craintive mais frénétique.

Alors que le rayon lunaire transperçait le voile de la nuit, si noire et dense que la profondeur abyssale était mise dans une farouche exergue, les grondements horrifiques commencèrent à carillonner dans le miasme qui hantait les lieux. L’œil hagard et vitreux de Kempachi s’assombrissait, tandis que la binoclarde commençait à trembler sous le joug de l’effroi qui la saisit. Le requiem donnait les premières notes de son prélude, annonçant que les pires augures se dévoilaient dans l’horizon crépusculaire. Alors que les bruissements cadavériques frémissaient dans le miroir invisible et insondable dont ils étaient prisonniers, la chevelure monochrome d’un blanc marmoréen se dévoilait sous la capuche de jais qui était emportait par la caresse du vent goguenard qui hurlait de manière soudaine, telle une tempête assassine et fugace. Le nez mutin de la voyageuse se dessinait dans l'homonymie des ombrages, ne laissant apparaître que l’azur étincelant de ses iris incandescents. Le gaillard trapu s’arma de sa grosse arme de métal froid et brillant à travers les ténèbres, prenant une position faisant montre de sa détermination à en découdre, s'esclaffant soudainement d’une impétueuse mise en garde.

« DES ZONZONS ! » -hurlant tel un possédé à s’en arracher la glotte-

Effectivement, le vieux roublard avait vu juste, et ses compagnons et lui-même se retrouvaient en plein milieu d’une des plus célébrissimes et effroyables arcane des adeptes des arts obscurs et interdits de la non-vie. Le cimetière écarlate se transformait peu à peu en un piège qui menaçait de les emprisonner et de les dévorer de façon peu élégante.

Alors que les plus attentifs, le cabotin barbu et l’aventurière silencieuse, avaient fait montre d’un esprit de déduction peu commun, la radasse malvoyante était complètement tétanisée par le cauchemar qui la happait en lui glaçant l’échine. Le viril flibustier ne perdit pas une seconde, lui mettant une bonne grosse baffe pour la tirer de sa catatonie et la faire redescendre sur terre.

« BOUGE TON GROS CUL, MORUE ! » -prenant quand même un léger plaisir à baffer la greluche de la sorte- « ON DOIT DÉCAMPER FISSA ! »

Secouant la pauvre jeune femme comme un prunier, alors que sa joue gonflait à vue d’œil et que ses lunettes étaient à moitié éclatée, ainsi que sa mise en plis, le vaillant héros ne comptait pas perdre ses fidèles collègues. Il finit par la soulever et la porter sur son épaule comme un sac à patate, avant de partir de manière disgracieuse et assez ridicule vu sa petite taille n’aidant pas à avoir une image de preux Shinobi portant secours à la donzelle en détresse. En effet, la radasse qu'il transportait était bien plus grande que sa modeste personne, ce qui n'arrangeait rien.

La spirituelle, fit de même, traversant la marée de corps qui commençait à s’animer de manière horrifique et fantasmagorique.

« Une grotte là bas ! » -indiquant à ses amis du moment la direction du temple tellurique-

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5454-oryu-yugiri-u-c
Ōryū Yūgiri
Ōryū Yūgiri

Monochrome | Solo Empty
Mer 18 Sep 2019 - 14:52
Parés de leurs haillons écarlates en lambeaux, les milles et unes marionnettes sans vie émergeaient dans le cliquetis strident des os qui jouaient un requiem macabre. Les nitescences jaunâtres s'illuminaient tel un phare perdu en pleine mer, alors que les sphères livides contemplaient le vide pour tout horizon. Ou du moins, il semblait que les regards se perdaient, mais il n’en était rien. On pouvait deviner que malgré l’absence qui paraissait se distiller dans les innombrables lucioles de l’angoisse, ces dernières portaient toute leur attention, de manière alléchée, vers les délicieux cerveaux qui se cachaient en la personne des fiers aventuriers.

Alors que les petites jambes trapues du barbu redoublaient d’une cadence véloce en direction du sanctuaire de pierre, la horde s'animait de plus belle afin de prendre en chasse la proie de leur désir. Une vague morbide, terriblement affamée, commençait à se ruer de manière désarticulée et décharnée. Malgré le présage funeste de la ruine qui prenait une incarnation des plus palpables, les intrépides disposaient d'une bonne longueur d'avance qui leur permit de s'engouffrer dans le recueil tellurique. Cependant, point de porte, point d'obstacle. L'entrée béante ouvrait la voie à tous. Dans le voile noir des ténèbres, la fine lueur des torches venait lécher les parois érodées dans le crépitement sourd et imperceptible des flammèches trouvant le trépas.

Le nabot hirsute poussait des glapissements venant résonner dans l'antre inconnue, venant rappeler que la situation était critique. Les perles d'azur luisait dans les soubresauts du jeu de lumière qui ondulait au fil du bois se consumant lentement. Dans le cristallin et le céruléen, aucune ombre ne venait ternir l'âme de la silhouette monochrome.

« Oh fan de la chichoune ! » -trépignant, la barbe luisante d'un jais noirâtre mais clairsemé par le temps- « Ces satanés créatures des enfers nous on vu ! Ils arrivent. »

« T'as pas un moyen de les empêcher d'entrer ? » -croisant les bras, tout en faisant la moue en repensant à ce grandiloquent problème- « Une arcane secrète ou un truc du genre ? »

Le joyeux luron afficha des yeux ronds comme des shuriken, levant les bras au ciel, ce qui ne manqua pas de faire tomber la binoclarde jouant les belles au bois dormant.

« Une are canne secrète ? » -ne saisissant point la subtilité de tels principes philosophiques- « Bon, laisse-moi faire, j'ai plus d'un tour dans ma musette. Le souci, c'est qu'on va probablement crever ensevelis ou rester enfermés dans ce fichu trou à rat. »

Levant son marteau au clair, le forcené se mit à tournoyer sur lui-même à toute allure, provoquant un sifflement assourdissant. L'image d'une toupie folle se dessinait dans la quintessence de cet art qui devait être le fruit d'un dur labeur dde plusieurs mois d'entrainement, pour ne pas dire d'années, voire de décennies.

« IIIIIICCCHHHHIIII RYUUUUUU ! : Envol de la Toupppiiiiie du Caaaataaaclyyysmeeeuh ! TUUURUUUBBBILOOOUUULLLUUUU !!! » -déchaînant la fureur de sa technique la plus saugrenue-

Le gredin relâcha soudainement son arme, l'envoyant à une vitesse inouïe en profitant de la force centrifuge qu'il avait accumulé. L'imposant gourdin frappa de plein fouet le plafond, provoquant une impressionnante explosion qui vint faire un éboulement refermant le passage. Les pauvres zombies n'étaient point invités à s'engouffrer dans la bouche de l'enfer, à leur grand désarroi. Titubant, le malinois se mit à avoir des haut-le-cœur, puis se mit à gerber de façon incontrôlable. La moniale applaudissait ce génie qui venait de faire montre d'un talent des plus ingénieux et qui venait de les sortir d'une mauvaise passe, du moins pour l'instant.

« Sugoiii ! » -l'encourageant- « T'es sacrément fort ! »

« PUTAIN ! J'ai failli me gerber dessus ! » -finissant de vomir à plusieurs reprises dans un coin, avant de prendre un air fier- « En effet, seuls les membres de ma tribu sont capables d'un tel exploit. C'est une technique transmisse de génération en génération. Vu que nous sommes des gens de petite taille, il est plus facile pour nous de profiter de la force centrifuge car nous somme plus près du sol. Néanmoins, le contre -coup est des plus violent, comme vous pouvez le voir. » -essuyant sa bouche d'un revers de manche, de manière peu gracieuse-

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5454-oryu-yugiri-u-c
Ōryū Yūgiri
Ōryū Yūgiri

Monochrome | Solo Empty
Ven 18 Oct 2019 - 18:21
Les aventuriers n’étaient point sauvés, du moins pas totalement pour l’instant. Il s’agissait juste d’un sursis, aussi éphémère que la neige qui rencontre l’astre incandescent. De nombreuses énigmes se présentaient devant les yeux ébahis de leur auguste personne. Une horde affamée de dévoreurs de cerveaux, des éclosions ésotériques spontanées et inexplicables, ainsi qu’une mystérieuse quête à l’envergure gargantuesque, ne faisaient que mettre en exergue les spectres qui appartenaient à la nuit des temps. Alors que les poussières ténébreuses emplissaient le gouffre d’une noirceur aveuglante, les crissements cathartiques des ongles sur la pierre commençait à entonner son macabre requiem. Goguenard, le barbu de service cherchait à déchirer le voile de l’obscurité tellurique afin de discerner au mieux la prison qui les avait engloutis.

« Saperlipopette, nous sommes faits comme des gros ratanas ! » -longeant les murs en se repérant au touché- « Houloulou ! »

Soudain, la greluche à lunette qui s’était réveillé des abysses oniriques, mais jusqu’alors tétanisé par les épouvantails livides et décharné, se mit à devenir complètement hystérique et à s'époumoner d’un triste et grandiloquent désarroi.

« Cette grotte sera notre tombeau ! » -dit-elle, prise d’une panique des plus totales- « On ne sortira jamais vivant d’ici ! JAAAMAAAIIIS !!! »

Décidément, le destin était un fieffé renard, qui excellait dans les circonstances les plus surprenante pour incarner les surprises exceptionnelles et irréelles.

Point paniquée par la frénésie de ses comparses, l’âme monochrome se racla la gorge avec une délicatesse aussi fine que le cristal le plus hypnotique, afin de mettre en exergue un point crucial. Un tel équilibre dans le calme pouvait choquer n’importe qui, mais il était de l’adage que la sagesse n’attendait point le nombre des années, ni même les variations des teintes de la couleur primordiale. Après tout, le ciel s'embrasait d’un orange fougueux, pour aller vers l’azur du dragon au firmament, avant de se noyer dans les abysses de jais d’un vespéral infini. Néanmoins, l'absence de ces nuances, qui appartenaient à l'ébène et au marbre le plus profond, demeurait l’atout du commencement et de la fin immémoriaux. Noblesse oblige, monochrome, vide absolu, vacuité au diapason.

« Un zéphyr sinueux court pourtant jusqu’à nous, reliant les tréfonds aux étoiles qui nimbent la voie lactée. Ne perdez pas espoir, mes amis. » -joignant les mains en formant un signe des plus étranges- « Les secrets ne sauraient se dérober si nos doigts tentaient de les attraper. »

Le nabot hirsute se gratta la tête, affichant des yeux plus ronds que des shuriken.

« Par ma barbe, mais qu’est ce que tu baragouines !? » -se touchant la barbe comme pour s’assurer de son état de conscience oscillant entre rêve et réalité-

Le rat de bibliothèque à quatre yeux reprit son souffle, complètement estomaquée par les paroles qui entrèrent dans ses esgourdes.

« La moche… Enfin je veux dire que l’incolore, qui doit être restée trop longtemps sur la plage un jour d’été, a tout à fait raison ! » -illumination, doigt léché et pointé vers le haut- « Il y a un courant d’air… Tout n’est pas perdu ! » -affichant un sourire hébété-

Le grossier personnage continua à se caresser la barbe, prenant un air plus que satisfait de la bonne nouvelle qui venait apporter un espoir de survie.

« Muhahaha ! Eh bien, allons y les amis ! » -soulevant son maillet vers le ciel qui se dissimulait derrière le masque rocheux- «Muhahaha ! »

Dans les profondeurs des catacombes oubliées, un rire gras et idiot s'extirpait avec hardiesse, prouvant que les plus insensées horreurs de la nuit pouvaient surgir à n'importe quel instant et n'importe où.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5454-oryu-yugiri-u-c
Ōryū Yūgiri
Ōryū Yūgiri

Monochrome | Solo Empty
Lun 18 Nov 2019 - 18:18
S'enfonçant dans les profondeurs oubliées de pierre et de roche, les intrépides explorateurs ne pouvaient revenir sur leurs pas. En effet, l’entrée était désormais condamnée pour toujours et à jamais, sans compter qu’une horde de mangeurs de chair humaine se trouvait par-delà les gravats qui obstruaient la seule et unique sortie connue. Une bien étrange atmosphère baignait les lieux, rappelant une symphonie des temps primordiaux. L'aliénation menaçait la troupe, qui était enfermée dans les méandres telluriques sans once d’espoir de survivre à la prison labyrinthique qui les avaient engloutis. Néanmoins, il était impensable que ces fanfarons abandonnent leur vie de manière si piètre, car ils s’avéraient les principaux héros de ce récit bien éloigné de ceux de capes et d’épées, ou plutôt de masques et de kunai..

« Par ma barbe ! » -s’esclaffait le nabot- « Plus nous avançons et moins on voit la sortie, vindidiou ! »

« Ne dis on pas que si l’on regarde dans l’abîme, il ne faut pas avoir peur que l’abîme regarde en nous ? » -stipulait la monochrome à son hardi compagnon de mésaventures-

« Mah ! qu’est ce que ce charabia de fieffée gourgandine ?! » -demandait l'écervelé-

La grognasse à lunette poussa un cri strident, pointant de son doigt la chose qui venait de l’interloquer.

« Là ! Des… des... » -réajustant ses verres sur le bout de son nez- « Une fresque datant de l’ère préshinobique ! »

L’homme de petite taille grogna, puis croisa ses gros bras poilus en faisant montre de sa déception.

« On s’en fout ! Ca ne nous aidera pas à sortir d’ici ! » -haussant les épaules- « Pfff !!!»

« L’ère préshinobique ? » -œil rond comme une soucoupe- « Mais qu’est ce que c’est ? »

Les vaillants défenseurs de la justice venaient de faire une découverte des plus mirobolantes, surtout en ces temps de crise où les nations s'entre-déchiraient pour des raisons obscures et abscons.

La grognasse malvoyante prit un air fier, commencent alors à expliquer oh combien ces gribouillis infâmes et complètement incompréhensibles pouvaient s’avérer important. Approchant la torche vers les inscriptions sibyllines, la férue d’archéologie essayait de décrypter ces récits des anciens temps.

« L’ère préshinobique, chère camarade au visage inexpressif et au teint pale, c’est la période qui existait bien avant l’apparition des premiers shinobi ! »

Le rustre gaillard se mit à soupirer bruyamment, lançant un regard noir à la monochromatique demoiselle qui venait de lancer un sujet qui demeurait tabou. En effet, une fois le rat de bibliothèque lancé sur le sujet, il devenait impossible de le faire taire.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5454-oryu-yugiri-u-c

Monochrome | Solo

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Jôheki no Kuni, Pays du Rempart
Sauter vers: