Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

L'art du vent — [KONRAN TENZIN]


L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Dim 24 Fév 2019 - 21:26

風遁・L'ART DU VENT


Consciente de mes faiblesses, j’étais résolument décidée à commencer à combler ces dernières. La Limaille de Fer était une excellente chose, néanmoins cela ne faisait pas tout, je ne pouvais pas uniquement me focaliser sur cette force, je devais développer les autres également. De plus, l’usage du sable de fer était très énergivore et amener souvent à ce que mes réserves de chakra soient épuisées. Mes différents combats m’avaient montré le talon d’Achille que j’avais à n’user que de la limaille. Deux combats, deux défaites, certes mes assaillants étaient bien plus forts que moi, mais cela n’expliquait pas les mauvaises élaborations de stratégie, il me fallait d’autres armes, et aujourd’hui j’étais justement venue en chercher une.

L’Académie Hashira proposait justement un service non des moindres, des professeurs attitrés par domaine. C’était justement l’un de ces domaines qui m’intéressait à savoir le Fûton. L’éducateur de l’art du Vent était un certain Konran Tenzin, un nom qui était revenu plusieurs fois à mes oreilles, néanmoins j’étais incapable de mettre un visage sur ce dernier. Toutefois, cela prendrait fin aujourd’hui. Si je désirais apprendre le Fûton, c’était avant tout pour le jumeler à mon art du sabre, le vent en lui seul ne m’intéressait pas tant que cela pour être honnête, j’étais bien plus captivée par la possibilité de créer des lames de vent ou autre en utilisant justement mon Katana comme base. C’était cela que je venais chercher. J’étais déjà en mesure de projeter du vent en usant de mon sabre, néanmoins tout ce que je pouvais faire était de faire se soulever la poussière, les cailloux grâce à un mouvement latéral avec Gamyusa, mon arme. J’en voulais plus, je voulais être capable de faire un peu comme les attaques de l’ancienne élève de mon cousin, cette façon de projeter une attaque à distance en usant de son katana était quelque chose qui m’avait énormément séduit et les traces sur mon dos le confirmait.

Les informations que j’avais pu trouver sur le dénommé Konran Tenzin était que son Dojo se trouvait dans la zone des Hauts-Plateaux. Ce qui n’était pas plus mal, car je n’étais pas très friande du bâtiment qu’était l’Académie.

Il m’avait fallu une bonne grosse demi-heure pour atteindre ma destination. Je me trouvais devant les portes du Dojo muni uniquement de mon sabre, je n’avais pas pris ma jarre contenant de la limaille de fer. Aujourd’hui, je laissais en repos mes capacités à maîtriser le Satetsu, il fallait que j’apprenne à ne pas me reposer uniquement sur cette maîtrise rare. Il était temps pour moi de me remettre à l’art du Sabre et de l'améliorer avec l’art du Vent. Je poussais la porte d’entrée pour pénétrer dans le bâtiment. Je ne savais pas trop quoi faire, mais aussi comment m’y prendre. Certes l’Académie nous rendait un fier service en mettant des professeurs à disposition, mais elle ne précisait pas comment on pouvait demander un apprentissage à moins que cette partie m'ait échappé. Bref, j’allais devoir y aller au feeling.

« Bonjour, je me nomme Yaoguaï Sae. Je suis ici pour rencontrer le professeur Konran Tenzin, j’aimerais apprendre à mieux me servir du Fûton en le conjuguant avec ma maîtrise du Kenjutsu. » Disais-je sans trop vraiment savoir à qui m’adresser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Mar 26 Fév 2019 - 11:28
Il y avait quelques temps, j'avais été nommé professeur de fûton à l'Académie. Ou plutôt j'avais été convoqué par une lettre à donner ma réponse aussi vite que possible, et j'en avais accepté l'honneur. Bien qu'avec le tournoi des genins, j'avais commencé à me faire connaître dans le village, j'avais tout de même cru bon d'indiquer à l'Académie où se trouvait mon dojo. Je n'avais pas eu d'élèves depuis mon inscription, mais je ne me faisais pas d'illusion : cela n'allait certainement pas arriver maintenant. Après tout je venais de prendre fonction. Et je ne savais pas si beaucoup d'Iwajin maîtrisaient cette affinité. Après tout, à part Gabushi et moi qui étions assimilateurs, je n'avais pas rencontré des masses d'utilisateur fûton. Nebe en était une, Hisa aussi. Mais cette dernière était avant tout une samouraï, et je ne l'avais jamais vu faire autre chose que des lames de vent. Mais après tout, je ne l'avais pas souvent vu en situation de combat.

Dans tous les cas, tant que je n'avais aucun élève, j'en profitais pour m'entraîner dans mon dojo. Maintenant que j'étais en charge de ces cours, je passais une partie de mon temps à l'Académie tout de même, donnant quelques cours à des classes. Des cours basiques sur l'élément du vent. Et le reste du temps, je m'entraînais à cette même discipline. Après tout le vent était mon arme principale et celle que j'utilisais le plus souvent. Mais aujourd'hui, j'avais décidé de méditer. Méditer sur l'un des plus hauts points d'Iwa. En position de Lotus, j'y restai plusieurs minutes avant d'entendre une voix qui portait jusqu'à moi. Ouvrant les yeux, je fronçai les sourcils. Cette voix venait de l'entrée. Elle se présenta comme étant Yaoguaï Sae, et pendant un instant mes sourcils se levèrent sous l'effet de la surprise. Je savais que tous les Yaoguaï n'étaient pas partis d'Iwa, j'avais cru voir une des leurs exprimer le désir de rester. Mais pour une raison absurde, je ne m'attendais pas à la voir ici. Toutefois je souris lorsqu'elle annonça qu'elle était là pour apprendre le fûton, et le manier avec sa lame.

-J'arrive ! dis-je en criant du haut de la tour.

Je sautai du haut de mon perchoir et me jetai dans le vide, le sourire aux lèvres. Arrivé à quelques mètres du sol, je lévitai tranquillement pour me poser au sol devant la dénommée Sae. Je l'invitai donc à rentrer dans le dojo tout en me présentant.

-Konran Tenzin pour te servir, tu as frappé à la bonne porte. Heureux de te rencontré, Sae, tu es ma première élève, dis-je avec un grand sourire.

Je la fis donc pénétrer dans la grande cours où plusieurs terrains étaient juxtaposés, et je nous emmenai sur le terrain qui comportait quelques rochers. Je ne connaissais pas les capacités de Sae, mais ce n'était pas très important. Je n'avais pas besoin d'en savoir plus. Et si j'avais bien compris, elle cherchait à conjuguer l'art du vent avec son sabre. A vrai dire j'avais plusieurs techniques qui pouvait l'intéresser, mais je venais de penser à une technique en particulier qui m'étais venu instinctivement.

-Si j'ai bien compris, tu es venue apprendre le fûton pour le combiner avec ton art à l'épée. J'ai quelque chose qui pourrait t'intéresser.

Armant ma faux, j'emmagasinai du chakra dans la lame, et d'un mouvement demi-circulaire horizontal, j'envoyai une rafale de vent sur un des rochers. Le vent fouetta le rocher, et de toutes parts apparurent des entailles à même la roche. C'était la version basique, mais si c'était pour un apprentissage de fûton, ça pourrait être pas mal de commencer par là.

-Qu'en dis-tu ?


Spoiler:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Mer 27 Fév 2019 - 0:21
Un petit être jaillissait de la tour centrale et ce dernier flottait dans les airs avec une certaine aisance. La jalousie me montait au nez en voyant cela, moi je devais me créer des ailes avec mon sable de fer si je souhaitais m’élever dans les cieux et c’était en plus très énergivore ce qui semblait ne pas être le cas pour le professeur. L’homme se présentait à moi, il était enjoué. Était-ce son caractère ou bien parce que j’étais la première élève qui venait dans son dojo pour apprendre l’art du vent ? Ou bien les deux à la fois ? Cette interrogation ne réclamait pas forcément une réponse immédiate, je l’aurais certainement dans un futur proche si jamais ma route recroisait celle de l’enseignant flottant. L’homme ne perdait pas de temps et me faisait entrer dans ce qui semblait être le cœur du Dojo, il y avait quatre terrains différents et au centre cette grande tour que je pouvais mieux voir maintenant.

Le jeune homme – il devait être plus jeune que moi au passage ; me proposait d’aller dans la zone où il y avait plusieurs rochers. C’était lui le professeur, j’acceptais sans dire le moindre mot. L’être volant avait parfaitement compris ma demande puisqu’il avait quelque chose qui pouvait m’intéresser si je reprenais ses mots.

Je le voyais attraper sa faux – une arme plutôt imposante et qui me semblait compliquer à manier ; et armer avec cette dernière. Les yeux rivés sur sa position, j’observais attentivement le moindre de ses faits et gestes. Puis soudain dans un mouvement, une vague de vent surgissait du métal de son arme, la bourrasque se dirigeait vers l’un des rochers et le heurtait de plein fouet. Le résultat était saisissant puisque le minéral était entaillé. J’applaudissais en voyant la démonstration que venait de me faire Konran. C’était exactement ce que je désirais une façon de pouvoir blesser mes ennemis à distance en utilisant mon sabre sans avoir besoin de venir au corps à corps. Cela devait se voir sur mon visage, mais j’étais impatience de maîtriser cette technique, c’était pile ce qu’il me manquait à mon répertoire de jutsus. Toujours sans dire le moindre mot, je décidais de montrer à l’enseignant où se situait mon niveau sans qu’il n’ait eu besoin de me le demander. Je dégainais mon katana et avec une certaine dextérité je faisais deux petits signes malgré l’arme dans mes mains, une fois cela fait j’effectuais un mouvement latéral et une petite vague de vent surgissait de mon sabre, mais je ne faisais s’envoler que la poussière. L’effet n’était pas du tout le même.

« Voilà ce que je sais faire avec le Fûton et mon art du sabre et je suis en plus obligée de composer des signes pour le faire. Autant dire que ce que vous venez de faire sous mes yeux est ce pourquoi je suis venue ici pour vous rencontrer Konran-sama. » Disais-je en rangeant mon arme dans son fourreau.

Je venais de présenter mon niveau tout en exposant mes lacunes au jeune homme, j’avais hâte de commencer la leçon. Il me tardait de pouvoir faire la même chose avec Gamyûsa, cette arme qui me suivait depuis de nombreuses années dans mes aventures.
ACTION(S):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Jeu 28 Fév 2019 - 23:00
Face à ma démonstration, ma première élève applaudit et lorsque je me retournai vers elle avec un petit air gêné, je vis la satisfaction dans ses yeux. Visiblement, c'était à peu près ce qu'elle avait en tête lorsqu'elle était venue me demander de lui enseigner l'art du vent. Mais elle n'avait pas prononcé le moindre mot depuis sa présentation, et elle ne semblait pas très bavarde d'ailleurs. Cela ne me dérangeait pas vraiment, je n'étais pas non plus l'homme le plus bavard d'Iwa. Dans un geste, elle dégaina son katana de son fourreau et je regardai son arme avec intérêt. Il était beau, et d'une belle couleur verte. Une couleur qui me rappelait encore d'avantage des yeux que j'avais du mal à oublier. Sur la garde, deux demi-lunes se rejoignaient. C'était une belle arme qui avait un certain prestige. Mais je supposai aisément que ce n'était pas pour le plaisir de me le montrer qu'elle avait dégainé son katana. J'attendis donc patiemment, jusqu'à ce que la Yaoguaï face deux signes de la main -avec une dextérité certaine, arme en main-, elle frappa de son arme devant elle. Une vague de vent se leva, entraînant avec lui de la poussière.

C'était là ce qu'elle savait faire avec le fûton, me disait-elle. Pour l'instant en tout cas. Cela allait bientôt changer. Comme je l'avais si bien remarqué, son mouvement avait nécessité des mudras. Cependant, ce n'était pas nécessaire avec le kama-itachi -du moins, si une arme faisait office d'intermédiaire. J'étais aussi capable de le lancer avec ma main, sans faire le moindre signe, mais cela était en rapport avec ma nature particulière. Mais avec un katana elle n'aurait aucunement besoin de faire de mudras pour lancer la technique qu'elle venait de voir. Sa maîtrise du fûton était pour l'instant assez basique, ce qui signifiait qu'elle débutait dans cet art. Et elle avait bien fait de me montrer ce qu'elle savait faire. Je hochai la tête face à cette démonstration et me tournai complètement vers ma nouvelle élève. Cependant une petite note dans ce qu'elle voulait dire me fit tiquer, et je souris d'une manière gênée avant de répondre.

-Pas la peine de m'appeler "Konran-sama", Sae-san. Tenzin c'est bien. Ou "senseï" à la limite, ça suffira très bien. Tu as d'autres jutsus de vent à me montrer ?

Cela me permettrait de savoir comment elle utilisait son affinité jusqu'à présent. Suite à cela, je pris à nouveau ma faux, mais avant de commencer l'entraînement, j'avais quelque chose à demander à la femme originaire d'Hayashi. Une question que je comptais poser à tous mes élèves qui venaient apprendre l'art du fûton. Une question qui n'avais pas de bonnes, ni mauvaises réponses à priori. Pour se faire, c'était avec une volonté délibérée que mes pieds avaient de nouveau quitté le sol. Je me mis en position de Lotus à un peu plus d'un mètre du sol, histoire d'avoir la tête exactement au même niveau que Sae. Et avec un sourire calme, je pris la parole.

-Comment vois-tu le vent ?

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Dim 3 Mar 2019 - 20:28
Le jeune homme me demandait d’être moins formelle, ce qui n’était pas un problème, j’opterais donc pour l’option Tenzin puisqu’elle était dans les propositions. De plus, le shinobi voulait savoir si j’avais d’autres techniques basées sur le vent en réserve. Il m’en restait encore une, elle n’était pas très impressionnante, mais elle me permettait de dissiper des nuages non-naturels comme ceux des bombes fumigènes. Je rangeais donc mon sabre dans son fourreau pour me libérer les mains et puis je n’avais pas besoin de ce dernier pour ce jutsu Fûton puisqu’il s’agissait d’une technique purement basée sur l’art du vent. Un seul signe à faire et ma cage thoracique se gonflait avant que je ne fasse jaillir de ma bouche une petite bourrasque de vent. Une fois cela fait, je me tournais légèrement pour pouvoir faire face à mon professeur.

« Je viens de vous présenter mon maigre éventail de techniques basées sur le vent. A ce jour, je n’en dispose que de deux. » Disais-je au jeune homme qui flottait à ma hauteur tout en étant dans la position du lotus.

Après ma petite démonstration, celui qui ne voulait pas que je l’appelle sous la forme de Konran-sama m’avait demandé au préalable ce que représentait le vent pour moi ou plutôt comment je voyais le vent. Une question bien difficile et je ne savais pas vraiment si j’avais la réponse. Était-ce une interrogation piège ? Pendant quelques instants je décrochais du regard pour me focaliser sur mes pieds et sans vraiment le vouloir je commençais à tourner sur moi-même une main sur le menton. C’était une façon pour moi de réfléchir. Au bout d’un moment, je m’arrêtais pensant avoir la réponse, je replongeais mes yeux émeraude dans ceux de mon interlocuteur.

« A mes yeux le vent est l’affinité la plus complémentaire par rapport aux quatre autres. Elle peut être à la fois offensive, défensive, d’offrir des avantages non-négligeables comme le vol, elle peut être transmise à ses coéquipiers sans pour autant les blesser, car le vent n’est pas obligatoirement tranchant même si moi je cherche avant tout cet aspect-là. » Lançais-je en faisant une petite mou avec le bas de mon visage.

Je ne savais pas si j’avais vu juste ou si j’étais complétement à côté de la plaque, mais c’était ma réponse et celle qui me parlait. Ce que j’espérais maintenant, c’était que la question que venait de me poser le Chunin ne soit pas dépendante à la suite de mon apprentissage, que ce dernier si jamais ma réponse ne lui convenait pas, m’annonce qu’il ne pourrait pas m’enseigner ce qu’il venait de me présenter plus tôt, ce serait une terrible désillusion pour moi.
ACTION(S):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Lun 4 Mar 2019 - 19:33
Lorsque je lui demandai de me montrer ce qu'elle savait faire d'autre avec le fûton, celle-ci rangea son katana momentanément pour composer un signe. Gonflant ensuite ses poumons, elle souffla un vent qui n'avait pas l'air très offensif, au contraire, mais qui était certainement capable de dissiper des nuages tels que ceux lancés par les bombes fumigènes. Cette technique ressemblait étonnamment à mon Fûton Daitoppa. Et c'était là toutes les techniques qu'elle possédait dans son éventail lié à l'élément du vent. Je me doutais que, comme la plus part des membres que j'avais rencontré jusqu'à présent, elle possédait une particularité spéciale, quelque chose qui la démarquait des autres shinobis. Mais encore une fois, je décidai de mettre cette curiosité de côté car elle n'avait aucune raison d'être dans la discussion du jour.

-Très bien, tu as déjà un peu les bases du fûton. Aujourd'hui cela te fera probablement une troisième technique dans l'art du vent.

Mais avant cela, il fallait qu'elle réponde à cette petite question que je lui avais posé. Et celle-ci sembla troubler la jeune femme qui se trouvait devant moi. Elle se mit donc à réfléchir, une main sur le menton, le regard vers le bas et faisant les cent pas, tandis que de mon côté je la regardais patiemment avec un mince sourire aux lèvres. Elle semblait prendre cette question très au sérieux, et c'était tant mieux. Cependant il n'y avait pas de piège, même si je me retins bien de lui dire cela. Le seul but était de savoir ce dont elle pensait de l'élément que nous partagions tous les deux. Et sa réponse ne tarda pas à arriver. Elle voyait le vent comme l'élément le plus complémentaire des quatres, et je partageais en quelque sorte son avis. Mais aussi un élément de soutient qui pouvait être non négligeable, même si elle se trompait légèrement sur un point. Le plus important cependant, était ce qu'elle recherchait du vent, et c'était son côté tranchant. Je fis mine de réfléchir à ses paroles quelques secondes avant de répondre.

-Je vois. C'est intéressant comme vision. Et surtout militaire, dis-je avec un brin d'amusement. Pour ma part, je vois le vent comme l'élément de la liberté et de la souplesse. Un élément aux possibilités innombrables, et qui peut être aussi doux que dévastateur. Cependant, même s'il est vrai que les utilisateurs du fûton ont les moyens éventuels de se défendre un peu mieux dans les airs, peu d'entre eux peuvent voler comme je le fais. Ma génétique est un peu...différente de la tienne, fis-je avec un sourire. Je suis ce qu'on appelle un assimilateur.

Elle connaissait certainement ce terme, même si nous étions rares -ou du moins c'était ce qu'on croyait-, l'Académie s'était quand même fait un devoir de renseigner les étudiants sur ces capacités. Puis avec un regard rassurant, je hochai la tête.

-Cependant, ce n'était pas une question piège. Je voulais simplement connaître ta vision des choses. On va pouvoir passer à l'apprentissage.

Je l'enjoignis donc à de nouveau dégainer son sabre tandis que je prenais à mon tour ma faux. Celle-ci était grande et imposante, mais j'avais appris à manier des faux de cette dimension relative à mon corps depuis jeune, et je m'y étais habitué. Elle excluait certes certains mouvement trop petits pour être exécutés avec un grand manche, mais mon style restait toutefois assez aérien et rapide de maniement. Puis je commençai la démonstration de la technique. Prenant ma faux d'une main, j'accumulai du chakra non pas le long de ma lame, mais dans mon corps.

-D'abord, tu te concentres sur ton chakra du vent et tu l'emmagasine dans ton corps.

Puis d'un mouvement horizontal et semi-circulaire, je balayai l'espace devant moi tout en relâchant le chakra que j'avais accumulé. L'arme me servait principalement de relais. Une rafale de vent se dirigea vers le rocher et il fut une nouvelle fois percuté par cette rafale qui lui laissa de nombreuses entailles.

-Et d'un coup, te servant de ton arme comme un relais, une extension, tu relâches le chakra emmagasiné pour le projeter vers ta cible.

C'était pour l'instant toutes les consignes que je daignais bien lui donner. Je voulais voir ce qu'elle pouvait en tirer, et comment elle allait orienter son travail avant de pouvoir la rectifier. Donner trop d'informations d'un seul coup pouvait s'avérer tout aussi perturbant que d'en donner aucune, et je préférais la laisser prendre d'abord les premières sensations.



_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Sam 9 Mar 2019 - 22:12
Finalement la question du petit être n’était pas un piège. Il m’expliquait sa vision dans l’art de la manipulation du vent. D’ailleurs, il me révélait être un assimilateur de cet élément qui était le symbole de la légèreté. J’avais déjà entendu parler d’individus ayant comme caractéristique d’être en parfaite symbiose avec un élément naturel, cela offrait des propriétés incroyables à leur corps. En tout cas, il avait de la chance de pouvoir voler aussi facilement, pour moi cela était beaucoup plus fastidieux, mais surtout énergivore en chakra. Une fois son explication énoncée, Tenzin était prêt à passer à l’apprentissage de sa lame de vent avec une arme.

Je regardais une nouvelle fois comment faisait le jeune homme. Tout en me montrant, il m’expliquait les différentes étapes à faire. D’abord il fallait emmagasiner son chakra dans son corps et une fois cela fait faire circuler cette source dans l’arme en faisait en même temps le mouvement pour la libérer et la propager vers ma cible. Une nouvelle fois, l’enseignant faisait mouche. C’était donc à mon tour de le faire.

Je dégainais mon sabre et je me mettais en position. J’essayais de faire circuler mon chakra dans un point fixe de mon corps. Je sentais l’énergie. C’’était bon. Je faisais le mouvement latéral avec mon arme pour propager cette source nouvellement créer, néanmoins rien ne se produisait, mais je sentais toujours la source dans mon corps. Avais-je mal fait le mouvement ? Peut-être, alors je me remettais en position pour tenter une nouvelle fois, mais là aussi rien. Je venais juste de trancher pour la seconde fois dans le vide. Je me redressais et je sentais la source de chakra stockée se dissiper dans mon corps. Je grimaçais face à cet échec.

Il y avait un problème et ce problème je savais où il était. La technique que me proposait le jeune homme à l’enseignement était différente de tous mes jutsus, il ne nécessitait pas de signes incantatoires, hors je ne savais pas user de techniques sans mudrâ. J’étais gênée de devoir révéler ce problème au manipulateur de vent, mais je devais ravaler ma fierté tout en lui exposant mes défauts et faiblesses.

« J’ai besoin de faire des signes préparatoires pour pouvoir utiliser mon chakra de nature vent, sans eux je frappe dans le vide. » Disais-je à Konran Tenzin.

Avant de pouvoir réussir à projeter cette lame de vent, j’allais devoir comprendre comment faire jaillir du chakra sans utiliser de signes. Ce n’était pas à Yaogakure que l’on pouvait apprendre ce genre de chose, loin de là. Bien au contraire, le village de sauvageon était réputé pour avoir une immense majorité d’utilisateur dans l’art du combat au corps à corps, le ninjutsu n’étant que secondaire. Ma maîtrise du sable de fer faisait que j’étais déjà dans une catégorie à part, alors m’apprendre à user de l’art du vent sans mudrâ, je n’aurai jamais trouvé un professeur dans les huttes de mon village natal.
ACTION(S):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Dim 10 Mar 2019 - 2:09
Après que j'eus fait une brève démonstration à la Yaoguaï, lui expliquant dans le même temps les différentes étapes que j'estimais essentielles à savoir pour effectuer la technique, ce fut à son tour d'essayer. Elle dégaina alors de nouveau son sabre à la couleur si inhabituelle et pourtant si ravissante, et se mit en position. Et petit à petit je suivis la progression dans le regard concentré de mon élève. Elle se concentra quelque temps, et lorsqu'elle crut avoir les bonnes sensations, elle fendit l'air de sa lame devant elle. Cependant, rien ne se produisit. Je sentis la surprise de l'Hayashijin alors qu'elle se remettait en position pour tenter sa chance une seconde fois, ce coup-ci avec un temps de préparation bien inférieur. Devant ce nouvel échec, elle fit une grimace exprimant certainement sa déception ou sa frustration devant l'absence de résultat. Ou était-ce autre chose ? Surement la troisième option, alors que je voyais la kunoichi se tourner vers moi avec un air gêné. J'affichai donc un air curieux, désireux de savoir ce qui embêtait tant Sae.

Et elle finit par m'avouer que son problème résidait dans les mudras. J'avais bien remarqué lors de sa première technique effectuée, que malgré la présence de son katana, elle avait eu besoin de faire des mudras. Or, la plus part des shinobis, lorsqu'ils mêlaient le Taijutsu ou le Bukijutsu à leur affinité, les mudras ne leur étaient plus essentiels. Mais ces derniers avaient généralement beaucoup d'expérience dans le maniement de leur affinité. Ce qui ne semblait pas être le cas de la jeune genin d'Iwa devant moi. Et c'était l'une des choses que je craignais le plus lors de l'apprentissage des futurs techniques : les mudras. Étant un assimilateur, je n'avais qu'extrêmement rarement besoin de faire des mudras, ceux-ci ne m'étant pas utiles pour manier mon élément. Et cette fois-ci, il allait falloir que j'explique à mon élève comment faire pour se passer de ceux-ci dans l'art du Kenjutsu-affinitaire, alors qu'il m'avait toujours paru naturel de ne pas en faire. Ma première épreuve en tant que professeur ? Peut-être bien. Mais ce n'en était que meilleur. Je me mis donc en position de réflexion, d'un air hésitant, les deux doigts tenant mon menton. Je pris quelques secondes pour réfléchir, avant de sourire et de redresser la tête vers Sae.

-Je vois. C'est un peu compliqué pour moi, les assimilateurs n'ayant que rarement besoin de mudras. Mais j'ai quelque chose qui devrait pouvoir t'aider. Et par ailleurs, finis-je avec un sourire rassurant, il n'y a aucune gêne à avoir.

Regardant autour de moi, je n'avais que peu de matériau sur lequel travailler à lui proposer. Je voulais quelque chose de simple à couper, mais autour de moi il n'y avait que de la roche et du bois. Ce qui n'était pas des plus pratiques pour commencer l'entraînement auquel je la destinais. Tant pis, on allait devoir faire avec les moyens du bord. D'une main, je pris un petit bout de tissus de ma tunique, la repliant entre mes doigts pour obtenir deux côtés, et de l'autre je m'armai de ma faux. Et d'un geste vif et précis, je découpai un double lambeau de tissus qui ne devaient faire que quelques pauvres centimètres de long, pour encore moins de large. Je fis ensuite signe à mon élève de me suivre alors que je me dirigeais vers un des rochers. Je disposai les deux morceaux de tissus sur le rocher, côte à côte, et je posai la pointe de ma faux sur l'un des bouts de mon vêtement.

-Le but de ce petit exercice sera de couper ce bout de tissus, sans bouger ta lame. En y laissant le tranchant de ton katana, et sans le moindre mouvement.

Je fis une petite démonstration. Et se faisant, je laissai couler du chakra en moi, et tout en expirant, je le relâchai subitement à travers ma faux en suivant ma respiration. Sans bouger d'un pouce, le tissu se fendit en deux, de manière nette et précise. Mais cela n'allait certainement pas suffire pour Sae qui était nouvelle dans cette pratique. D'ailleurs, aucun shinobi n'y serait arriver du premier coup, ou facilement. Il fallait bien évidement que je lui explique un peu mieux l'exercice.

-Tu vas donc poser le long de ta lame sur le tissu. Puis tu vas fermer les yeux, et en même temps que tu appelles le chakra en toi, il faudra que tu gardes en tête ce que tu m'as dit tout à l'heure : ce que représente l'élément du vent pour toi. Lorsque tu auras fait rentrer ton chakra en résonance avec cette conception du vent que tu as, focalise toi sur ta respiration. Et pendant que tu expires, relâches ton chakra à travers ta lame dans le même temps. Ton katana, et la représentation de ce qu'est le vent pour toi...Ces deux éléments deviendront tes mudras.

Puis je reculai de quelques pas pour laisser la Yaoguaï prendre sa place devant la roche et le tissu qui l'y attendait. Je ne m'éloignai cependant que d'un pas, au cas où celle-ci avait d'autres questions à me poser.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Jeu 14 Mar 2019 - 15:51
Je venais d’avouer au jeune homme ma faiblesse et ce qui me bloquait à la réalisation de la lame de vent qui pouvait fendre la roche en personne. Ce dernier se mettait en position de réflexion et je le voyais cogiter. Normalement, je devais savoir utiliser mon affinité sans avoir recourt aux mudra si je joignais l’art du sabre à celui du vent. Manque de chance pour nous deux, ce n’était pas le cas. Néanmoins, le professeur ne se démobilisait pas même s’il m’avouait que les signes incantatoires n’étaient pas nécessaires dans son cas grâce à sa nature d’assimilateur. L’assimilation d’une affinité offrait de nombreux avantages à son propriétaire, mais il devait y avoir des aspects négatifs tout de même, car rien n’était parfait.

Le petit être volant m’annonçait qu’il avait quelque chose qui allait pouvoir m’aider, car avant de projeter des lames de vents tranchantes, je devais être capable de manier mon affinité primaire sans avoir recourt aux signes shinobi. Je le voyais donc tirer sur ses vêtements et découper un morceau de sa tunique à l’aide de sa faux. J’étais étonnée puisque je ne m’attendais pas à ce que le jeune homme prenne une part de ses vêtements pour pouvoir réaliser un exercice. Ensuite, il me faisait signe de la suivre, je m’exécutais et marchais à ses côtés même si lui flottait dans les airs. Tenzin disposait les deux morceaux de sa tunique qui était parfaitement identiques sur le plan des dimensions et les positionnait sur le rocher avoisinant. Qu’allait-il me demander de faire ?

L’enseignant m’expliquait le but de ce court exercice. Il consistait à couper le morceau de tissu non pas avec le tranchant de ma lame, mais avec mon chakra, plus précisément avec l’affinité futon qui devait circuler dans le katana. Je voyais où voulait en venir Konran, ce dernier souhaitait simplifier la chose, au lieu de projeter la lame faite de vent depuis le sabre, je devais la conserver dans la lame. Cela me semblait une bonne idée, avant de m’attaquer à la projection que je sois déjà capable de la faire se manifester sans avoir à user des mudra. J’acquiesçais donc de la tête pour montrer à l’être qui flottait que je comprenais où il voulait en venir avec cet exercice. Il me faisait même une courte démonstration et son morceau de tissu qui était en face de lui était parfaitement tranché de façon net et précis.

« À mon tour ! » Lançais-je avec enthousiasme.

Néanmoins, avant de me lancer tête baissée tel un taureau, le shinobi me prodiguait un dernier conseil. Je l’écoutais une dernière fois. Une fois les paroles prononcées, je me mettais en place. Je positionnais mon katana dégainé sur le morceau de tissu, les deux mains sur le manche. Je fermais les yeux et je me concentrais tout en pensant à expirer et inspirer. Je sentais mon chakra bouillonner dans mon corps plus précisément au niveau de mon ventre avant de se balader dans le reste de mon corps et plus précisément dans mes bras avant de finir dans mes mains. J’expirais. Je sentais l’énergie du vent se profiler le long de ma lame, quelques gouttes de sueurs commençaient à perler autour de mes tempes.

« Pwaaaa ! » Lâchais-je en ouvrant les yeux et en arrêtant par la même occasion la circulation du chakra dans ma lame.

Je n’avais plus pensé à respirer et le manque d’air dans mes poumons m’avaient contraint à tout arrêter. Je poussais un profond soupir avant de m’y remettre. Même position, les yeux fermés, mais cette fois-ci je devais penser à ma respiration. J’entrais en résonance avec mon arme, je sentais qu’elle ne faisait plus qu’un avec moi. Néanmoins, le tissu n’était pas tranché, juste entaillé, mais j’étais sur la bonne voie. Je tournais le morceau de vêtement d’un quart de tour afin d’être perpendiculaire à la trace que je venais de laisser. Troisième tentative. Même position, pour quel résultat ? La réponse, je l'obtenais en ouvrant les paupières. C’était une réussite, car je venais de réussir à trancher le tissu avec le chakra et non avec le tranchant de ma lame.

« Et voilà ! » Disais-je fièrement tout en montrant le tissu coupé en deux même si ma découpe était moins propre que celle de Tenzin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Jeu 14 Mar 2019 - 18:43
Elle fut surprise lorsque je coupai une partie de mes vêtements pour en tirer des bouts de tissu, se demandant certainement ce que je comptais en faire. Mais elle allait bientôt comprendre. Elle se mit donc en marche pour me rejoindre jusqu'à l'un des roches, et continua d'observer alors que je disposais les bouts de tissus fraîchement coupés sur la roche. Et alors que je commençais à expliquer à mon élève le but de l'entraînement, et ce que j'attendais d'elle, je voyais peu à peu la compréhension illuminer son regard. Elle voyait où je voulais en venir, et c'était une plutôt bonne chose. Je lui fis une petite démonstration, et lorsque ce fut fini, elle acquiesça à nouveau et prit place avec enthousiasme devant son défi à elle. La voir aussi enthousiaste me procura une petite sensation de chaleur au creux de la poitrine. C'était la première fois que j'avais une vraie élève, et cette sensation était...étrange. Comme si je partageais activement son envie de réussir.

Une fois les derniers conseils prodigués, elle posa à son tour son katana sur le bout de tissu et se concentra. Elle commença d'abord par la respiration, expirant et inspirant calmement. Elle était certainement en train d'amasser du chakra. De la sueur commençait à perler de son front, mais dans le même temps, alors qu'elle se concentrait, elle en oublia sa respiration. J'aurais pu le lui mentionner, mais il fallait que l'effort et les sensations viennent d'elle, qu'elle puisse à l'avenir les maîtriser de manière plus naturelle. A force de se concentrer sur son chakra et non pas sa respiration, elle finit par se retrouver à bout de force souffle. Cependant, j'avais le sentiment qu'elle tenait le bon bout. D'un bruit de fond de gorge appréciatif, je l'encourageai à continuer. Elle se repositionna face au tissu, fermant les yeux à nouveau, sauf que cette fois-ci elle prit le temps de bien prendre en compte chaque paramètre. Sa première tentative fut plutôt pas mal, même si ce n'était qu'une légère entaille.

Elle réessaya trois fois, et au bout de la dernière fois, sa tentative fut couronnée de succès. Elle ouvrit timidement les paupières, pour découvrir le fruit de ses essais. Et avec une fierté audible dans la voix, elle m'annonça qu'elle avait réussi. Et je l'avais bien vu. En tant que professeur, je ressentais une grande joie face aux avancées de mon élève. J'avais été à deux doigts de m'écrier sur place en même temps qu'elle, célébrant avec un cri de victoire sa réussite. Mais je me retins, et à la place je ne laissai voir qu'un grand sourire où la fierté et la joie se faisaient ressentir sans soucis. Sa découpe n'était certes pas aussi nette que la mienne, mais cela importait peu. Son maniement du chakra fūton n'en serait que meilleur avec la pratique.

-Félicitations, Sae ! Voilà la première étape réussie ! Maintenant il y aura une seconde étape avant de repasser à la technique.

Enlevant donc les bouts de tissus du rocher, j'apposai cette fois-ci ma lame directement sur celui-ci, et je repris les mêmes bases que plus tôt. Ma respiration calme, mon chakra circulant dans mon corps pour se transmettre à ma lame. Jusque là, tout allait bien. Sauf que cette fois-ci, j'allais rajouter une étape suivante, celle qui était juste avant la réalisation de la technique. Avec un petit "Ah !", j'expulsai le chakra que j'avais accumulé le long de ma lame pour l'envoyer vers le rocher. Une petite brise en sorti qui vint tout de même entailler le rocher sous les yeux de Sae. Satisfait de ma démonstration, je me tournai alors vers la Yaoguaï avec un regard encourageant.

-Cette fois-ci, au lieu de simplement faire circuler le chakra et venir causer une petite entaille dans la roche, tu vas pousser au moment où tu te sens prête. Pousser le chakra fūton accumulé vers la roche, sans faire le moindre mouvement. Une fois que tu auras réussi cela, tu pourras reprendre l'exercice pour le Kama-Itachi.

Je m'éloignai donc un peu de mon élève en flottant pour continuer de l'observer. Et toujours avec un sourire encourageant, je lui rappelai l'un des fondamentaux.

-N'oublie pas ton souffle. Synchronise toi avec le vent.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Sam 16 Mar 2019 - 22:37
La première étape était une réussite. Maintenant, la suite. Néanmoins, cette fois-ci je n’allais pas retenter ma chance avec la technique de l’enseignant, ce dernier avait une étape transitoire à me faire passer. Je l’écoutais et j’observais la démonstration qu’il venait de me faire à l’instant. Cette fois-ci je devais faire jaillir cette énergie emmagasinée dans ma lame sans faire de mouvement avec cette dernière. D’une certaine manière, je devais juste pointer la zone où je voulais que le chakra fûton aille. Là aussi, je comprenais où voulait en venir le jeune Konran. Le petit être volant était en train de décomposer sa technique en me faisant faire des étapes intermédiaires. La première était de faire circuler mon art du vent dans ma lame sans avoir recourt aux signes incantatoire, la seconde étape de faire jaillir ce vent de la lame et la troisième serait certainement d’accompagner ce vent en faisant un mouvement avec mon katana et de réussir à faire cette fameuse lame de vent que m’apprenait le jeune professeur.

J’étais sa première élève, mais ses conseils ainsi que sa pédagogie étaient bons. Parfait, je n’avais plus qu’à m’exécuter sans oublier de penser à respirer comme me le rappelait l’enseignant. Je me mettais en position, lame déployée. Cette fois-ci je décidais de ne pas fermer les yeux, je devais réussir à utiliser mon chakra avec l’affinité vent sans avoir les yeux clos, en combat je ne combattais pas tel une aveugle, ici cela devait être pareil. Je sentais mon chakra circuler dans mes mains avant d’imprégner ma lame, cette étape là je la maitrisais, maintenant je devais faire jaillir cette énergie depuis le bout de la pointe de mon katana. Je commençais à me mordiller la lèvre inférieure, car les secondes s’écoulaient et rien ne se produisait. Je baissais les bras, la tentative était un échec, il fallait que je reprenne mon souffle ainsi que mon calme. Je ne ressentais pas assez la chose, j’intellectualisais trop, je devais plus y aller à l’instinct, après tout le vent était synonyme de légèreté et non de contrainte.

« Round deux ! » Disais-je pour me motiver.

Je redressais les bras pour que ces derniers soient perpendiculaires à mon corps. De nouveau le chakra se dirigeait vers l’acier de ma lame. Vas-y Sae, tu peux le faire ! Une nouvelle fois, je m’auto-motivais et ce n’était pas mal, car je venais de faire jaillir du vent de ma lame. Néanmoins, cela était trop faible, le chakra que j’avais utilisé, n’était pas complètement sorti du katana. Je devais refaire pour que toute l’énergie employée soit utilisée et non à moitié comme à l’instant. Troisième tentative et cette fois-ci c’était la bonne, tout le vent emmagasiné dans Gamyusa avait bien été utilisé. Finalement, le chiffre trois me portait chance.

« Je crois que je vais pouvoir retenter ma chance avec votre technique de lame de vent, Tenzin-sama. » Lançais-je à l’enseignant.

J’avais hâte de m’y mettre et de réussir cette fois pour que le jutsu de Tenzin devienne ma possession. La fierté Yaoguaï commençait à me gagner, néanmoins je ne devais pas me laisser envahir par l’enthousiasme et garder une certaine concentration. En plus, l’être volant allait peut-être me prodiguer quelques conseils supplémentaires pour que la synchronisation entre le moment de faire jaillir le vent et le mouvement que je ferais avec ma lame soit parfaite ? Je me devais de rester attentive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Dim 17 Mar 2019 - 13:16
Mon élève était douée dans l'apprentissage, et elle progressait bien, et plutôt rapidement. J'en étais impressionné. Pour quelqu'un qui n'avait que peu d'expériences dans l'élément fûton, elle se débrouillait particulièrement bien. Et j'en étais très content. Mes conseils semblaient l'aider un peu, et si je craignais que mes méthodes ne soient pas les meilleures qui soient, elles semblaient convenir à Sae. Elle comprit une nouvelle fois assez rapidement en quoi consisterait la seconde étape que je lui proposais, la dernière avant la réalisation de cette technique. La première consistait à faire passer le chakra dans sa lame, la deuxième à comprendre comment la projeter hors de sa lame, et la troisième serait la technique en elle même. Mon élève se mit alors à nouveau en position et cette fois-ci, contrairement à la première fois, elle ne ferma pas les yeux. J'approuvai son initiative avec un hochement de tête et un petit sourire. Si mes conseils n'étaient pas trop mauvais, ses prises de décisions étaient tout aussi importantes dans sa progression.

Elle réussit la première étape facilement, l'ayant déjà faite à plusieurs reprises auparavant. Son chakra glissa dans sa lame rapidement alors qu'elle gardait sa respiration stable. Mais lorsque vint l'heure de la seconde étape, rien ne se produisit. Le chakra restait collé à la lame, sans sembler vouloir bouger. Elle resta ainsi pendant plusieurs secondes, jusqu'à ce que l'effort l'épuise un peu. Elle baissa les bras, reprenant son souffle et tenta de s'encourager en appelant au round deux. J'eus un petit sourire, mais je devais reconnaître que la Yaoguaï avait une sacré motivation. Elle ne renonçait pas devant l'échec, et c'était une grande qualité. Une très grande qualité, car cela ferait d'elle une grande kunoichi plus tard. Et alors qu'elle se remettait en position, je m'approchai un peu d'elle en volant doucement et l'encourageai à mon tour.

-Courage Sae, tu peux le faire !

Et elle réessaya. Sa première tentative fut déjà un peu plus concluante. Le vent qui s'était accumulé dans sa lame en sortit un peu. Cependant c'était une petite brise et pas encore le vent qui devait en résulter. Pour preuve, il restait du chakra dans sa lame qui ne tarda pas à s'évaporer après la réalisation de l'Hayashijin. Un petit sourire étira à nouveau mes lèvres alors que je constatais que la Yaoguaï s'en sortait bien mieux qu'elle ne semblait elle-même y croire. Sa progression était tout à fait étonnante. Elle semblait un peu plus plonger dans l'élément de la liberté à chaque nouvelle tentative. Et la troisième tentative, comme la précédente, fut la bonne. D'une poussée, elle propulsa le chakra qu'elle avait accumulé pour réaliser une belle entaille dans la roche. Elle avait réussi, et comme elle me le fit comprendre, elle était prête à passer à la dernière étape.

-Très bien, maintenant la dernière étape, la technique, réside dans l'assemblage des deux premières étapes. Tu as déjà fait soixante-dix pour cent du travail. Maintenant la dernière astuce reste de projeter une grande quantité de chakra. Un peu comme lors d'une technique de souffle que tu utiliserais avec ta bouche, mais avec ton katana. Que ton sabre devienne ton souffle...

Je ne savais pas si elle comprenait bien ce que je venais de lui dire. Mais c'était l'une des meilleurs astuces que je pouvais lui apporter. Tant qu'elle n'oubliait pas les autres préceptes que je lui avais enseigné un peu avant. Elle savait déjà faire un avec son katana, passer son chakra dans sa lame, elle savait le projeter. Il manquait plus d'associer tous ces éléments et le mouvement de tranche qui allait avec, et la technique serait sienne.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Lun 18 Mar 2019 - 22:26
Il était temps de tenter la technique. Je me mettais en position tout en me rappelant les nombreux conseils que m’avait prodigué l’enseignant à mes côtés. J’avais fait le plus gros du travail comme il me l’avait dit. Malheureusement, ma tentative était un échec, car je n’avais pas réussi à faire cette maudite lame de vent pendant que mon bras était en mouvement. Du chakra était bien sorti de ma lame, mais cela ressemblait à un simulacre du jutsu du professeur volant.

« Je ne comprends pas, cela ne fait pas tout à fait le même effet que vous ? Pourtant, il me semblait avoir réalisé toutes les étapes dans le bon ordre ? » Demandais-je à mon enseignant.

Je ne comprenais pas pourquoi, je n’arrivais pas à faire cette lame de vent. J’avais suivi parfaitement l’ordre qu’avait établi l’iwajine, mais l’effet n’était pas le même. Le vent avait bien frappé la roche, mais elle n’avait pas causé d’entaille sur cette dernière, alors que pourtant j’avais réussi à le faire juste en gardant les bras immobiles. Il y avait quelque chose qui clochait. J’essayais de me remémorer les dires ainsi que les différentes démonstrations qu’avait faits le ninja de la cité militaire du pays de la Terre. Sa bourrasque avait marqué la roche, je pouvais même voir encore les stigmates. Ma lame, elle ne marchait pas. Pourquoi sa bourrasque fonctionnait et pas la mienne ? Même enchainement, même procédé, certes nos armes étaient différentes, mais cela ne pouvait pas être cela.

« Oh ! » Lançais-je de vive voix en comprenant le problème.

Je venais de réaliser que c’était moi qui me trompais depuis le début. La technique de Tenzin n’était pas une lame de vent qui entaillé sa cible, non c’était une rafale. Le voilà le problème, j’imaginais dans mon esprit une lame est non une rafale mineure. Bien, cette mauvaise lecture et surtout ce mauvais jugement me faussait depuis le départ, car j’étais persuadée qu’il s’agissait d’une lame, un peu comme celle que j’avais pu voir lors de mon affrontement contre la jeune Toph même si elle devait son art à celui des samouraïs et non celui du vent.

« Vous allez rire, mais je viens de comprendre pourquoi je n’y arrivais pas. » Je marquais un petit temps d’arrêt avant de reprendre la parole. « Depuis le début, mon esprit pensait que vous réalisiez une lame de vent même si mes yeux avaient bien vu une rafale de vent. Je vais recommencer en visualisant bien la rafale et non la lame. » Annonçais-je au jeune homme.

Je me mettais en position. Prête à frapper, le chakra dans la lame, puis je faisais mon mouvement et une rafale de vent jaillissait de mon katana tout en entaillant la roche qui se trouvait devant moi. Kama Itachi était mien.

« Je dois bien admettre que c’est plus facile quand on visualise la bonne chose. » Je rigolais moi-même de ma bêtise. « Les lames de vent ce sera certainement pour plus tard, quand je serais capable de mieux maîtriser cet élément, pour le moment je vais me contenter de cette rafale, Tenzin-sama. » Je souriais au petit être volant qui me faisait face.

Lentement je rangeais ma lame dans son fourreau et je jetais rapidement du coin de l’œil les stigmates de la technique que je venais d’employer sur la roche qui servait de cible pour cet apprentissage. J'étais heureuse d'avoir réussi et étonnamment j'étais moins démonstrative par rapport aux succès des étapes intermédiaires, alors que je venais de réussir la technique. J'étais logique jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Mar 19 Mar 2019 - 17:46
Il était enfin l'heure pour mon élève de s'essayer à la technique du Kama Itachi. Elle avait brillamment réussi toutes les autres petites étapes, et il ne restait plus que la grande à réaliser. Elle se mit alors en position, prêt à réaliser la technique. Elle reproduit les étapes convenablement, seulement, au moment de trancher l'air, ce ne fut pas une rafale de vent qui s'en échappa. Ce qu'elle venait de réaliser ressemblait d'avantage à une lame qu'à une rafale, et c'était pour cela que lorsqu'elle arriva sur le rocher, elle ne fit pas beaucoup de dégâts. La lame que j'avais apprise de Toph et ma technique que je tentais d'apprendre à Sae s'avéraient ressemblantes en beaucoup de points. Mais leurs étapes étaient tout de même légèrement différentes. Et quelque part, je compris le désarroi de la jeune Hayashijin lorsqu'elle se rendit compte de la différence de nos deux techniques. Elle était partie du principe que la technique entaillait, et donc se rapprochait d'une lame. Et quoi qu'en on dise, l'esprit avait une forte emprise sur la modélisation du chakra. Je m'approchai alors d'elle, et avec un sourire je lui répondis.

-Repense bien à ma technique. Tout est une question de perspective par la suite.

Elle réfléchit quelques temps, et sembla rapidement comprendre ce qui clochait. Je ne voulais pas lui dire tout de suite, lui mâcher le travail, car cela allait l'aider plus tard. Dans bien des conditions. Le vent était selon moi l'élément de la liberté, et bien qu'il ne soit pas possible de tout faire avec, il était toutefois bien corrélé à l'esprit de son utilisateur. Il ne permettait pas une aussi grande maniabilité que les affinités tangibles, ne pouvant être sculpté à souhait, mais il restait un excellent élément à travers lequel laisser son esprit s'exprimer. Lorsqu'elle découvrit la raison pour laquelle sa précédente tentative avait échoué, elle se tourna vers moi avec le sourire. Bien qu'elle semblait timide de prime à bord et peu bavarde, elle avait fini, au fur et à mesure de cet entraînement, par s'ouvrir. Et laisser ses émotions filtrer un peu plus. Je lui répondis donc avec un grand sourire.

-En effet, le vent répond en partie à la forme que l'esprit lui donne. J'ai eu beaucoup de mal à maîtriser une lame de vent comme tu l'avais imaginé, car mon image du vent s'en trouvait beaucoup plus chaotique, indomptables. Mais en aiguisant son esprit et en s'ouvrant aux possibilités, les choses deviennent bien plus faciles.

Comme en témoigna son dernier essai qui se conclut par une réussite fulgurante. Je félicitai donc mon élève et arborai une joie qui n'allait pas sans la fierté que je ressentais. Elle avait fait sienne cette technique. Mais elle semblait penser que la lame de vent simple aurait requis plus d'entraînement de sa part. Et bien qu'elle continua de m'appeler Tenzin-sama, je ne lui en tenus guère compte et pris la parole alors qu'elle était en train de ranger son katana lentement dans son fourreau.

-La lame de vent dont tu parles ne te demanderas plus beaucoup d'efforts à présents. Comme je l'ai dit, c'est l'esprit qui s'impose. Si tu reprends le même exercice qu'aujourd'hui, et que tu lui donnes la forme d'une lame, ça viendra tout seul. Cependant, la différence étant qu'une lame peut se contrer avec une autre, même si elle fera plus de dégâts localisées que la rafale. Là où cette rafale ne pourra se faire contrer par une lame seule, et éparpillera ses dégâts non moins dangereux un peu partout sur le corps de l'ennemi. Ce sont deux points de vue différents, terminai-je avec un clin d'oeil.

En effet, mon Kama Itachi pouvait sembler moins impressionnants, mais était par bien des côtés plus pratiques et moins facilement contrable qu'une simple lame de vent. Cependant, je ne doutais pas qu'après avoir réussi cet exercice, la Yaoguaï serait en parfaite mesure de réussir une lame de vent comme celle que m'avait apprise Toph. Puis avant que la kunoichi s'en aille, je lui adressai quelques derniers mots.

-Si jamais tu as besoin de conseil ou d'autres entraînement concernant cette affinité, je serai ravi de t'aider Sae, terminai-je avec un sourire.


Spoiler:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Big-41118650dc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

L'art du vent — [KONRAN TENZIN] Empty
Mar 19 Mar 2019 - 21:59
J’écoutais attentivement les derniers conseils que me prônait l’enseignant. D’une certaine manière, j’essayais de mettre ses paroles dans un coin de ma tête afin de ne pas les oublier dans un proche futur où je déciderai d’améliorer ma maîtrise de l’art du vent. Une fois qu’il eut terminé de parler, c’était à mon tour de prendre la parole et de le remercier de vive voix pour sa patience ainsi que son enseignement plus qu’efficace.

« Je vous remercie infiniment Tenzin-sama pour votre apprentissage, surtout pour m’avoir ouvert la voie à utiliser mon art du vent avec celui du sabre sans avoir besoin d’user de signes incantatoires. » Disais-je au jeune homme.

La technique apprise était un point de départ vers un nouveau style de combat, mais l’enseignement me permettant de me débarrasser de mudrâ quand j’usais de mon Katana était une véritable bénédiction. J’allais pouvoir gagner en temps, mais surtout en efficacité. J’avais extrêmement bien fait de me rendre au Dojo du petit être volant. Il avait été un très bon professeur, ce qui signifiait qu’il devait être un redoutable adversaire. Sa nature d’assimilateur tiraillait énormément ma curiosité et d’une certaine manière j’avais envie de me battre avec ce dernier pour voir à quoi ressemblait cette fusion entre l’homme et un élément. Néanmoins, cela serait pour une prochaine fois et pourquoi pas avec une maîtrise supérieure de l’art du vent ?

« Je reviendrai avec plaisir, peut-être pas pour un apprentissage, mais davantage pour un entraînement. Vous m’intriguez et je me demande ce que cela fait d’avoir un adversaire capable de se changer en vent. Je suis sûre que cela doit être très énervant à affronter et plaisant pour vous. » Lançais-je au petit être volant en rigolant.

Les choses étaient dites et une promesse de revenir était faite. Je saluais Tenzin et j’empruntais le chemin que j’avais pris plus tôt en venant ici. Finalement cette cité militaire ouvrait des perspectives plutôt intéressantes. Avant de quitter le Dojo, je me tournais légèrement pour dire une dernière chose au professeur.

« Je vous ferai de la publicité si je croise des Genins qui usent de l’art du vent tout comme nous. » Disais-je.

Un dernier sourire avant d’emprunter la porte d’entrée qui était la porte de sortie pour moi à ce moment précis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4957-yaoguai-sae-en-cours http://www.ascentofshinobi.com/t4860-equipe-7-iwa http://www.ascentofshinobi.com/t5120-yaoguai-sae-carnet#40210 http://www.ascentofshinobi.com/u878

L'art du vent — [KONRAN TENZIN]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: