Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Game of Thrones : Intronisation Shodaime Raikage


Mer 19 Juil 2017 - 6:54
Citation :
HRP : Ceci est un RP d'intronisation au pouvoir. Tous et toutes ceux présents peuvent poster ici. Je précise que cela se passe juste après le vote, quelques heures tout au plus après la disparition des deux intrus. Tous peuvent venir ici, poster, me faire réagir ou n'importe quoi. Je suis ouvert aux suggestions.

Enormément de choses venaient de se passer en l’espace de très peu de temps. Tout d’abord en sujet principal : les élections du Shodaime Raikage. Elles étaient terminées, enfin. Celui qui avait été élu était du clan Nara, un blond. Oui, il s’agit de notre protagoniste principal : Nara Seijiro, Shodaime Raikage, premier Kage de l’histoire de Kaminari no kuni, dirigeant de sa capitale : Kumo. Ce même jour, alors que les élections se déroulaient, des soupçons de triches sur les bulletins amenèrent beaucoup de shinobis à surveiller les urnes, laissant alors la porte ouverte à deux intrusions majeures. La première au sein de la raffinerie de Kumo, propre au clan Metaru, et la deuxième et la plus importante dans la Grande Bibliothèque. Une femme du nom de Suzuri Kaldea était alors apparue pour informer Seijiro d’un grand secret de Kumo. Le village possédait un grand recueil d’informations cruciales et potentiellement dangereuses sur le monde shinobis en général. Ce bouquin se trouvait dans la bibliothèque. Heureusement, l’intrus n’avait guère réussi à trouver ce grimoire qui se trouvait toujours dans la bibliothèque. En faisant sa mission principale, il se devait cependant de respecter le protocole pour n’affoler personne.

Il se dirigeait donc après deux heures en direction de l’entrée de l’Assemblée où beaucoup de gens étaient regroupés pour accueillir et écouter le discours d’intronisation du tout premier Raikage de l’histoire. Il n’avait pas réellement préparé de discours, il était prit de court par les faits et devrait donc improviser. Poussant alors les portes de l’Assemblée quand on le lui demandait, il se retrouva juste au-dessus des marches. Devant lui, s’étendaient des centaines et des centaines de personnes, civiles, shinobis, représentants de Kaminari, etc. Des shinobis avaient été réquisitionnés pour faire la sécurité, juste au cas où. Comme s’il en avait vraiment besoin. Une jeune femme vint alors poser un dispositif sur son cou, cela augmenterait la portée de sa voix quand il concentrerait son chakra dedans, un dispositif propre à ceux manipulant l’Onkyôton. Attendant que le silence s’établisse, il prit une grande inspiration avant de commencer, sans prendre de grands airs, tout en restant humble. Après tout, il restait lui : Nara Seijiro.

« Merci… Merci à vous tous, de m’accorder votre confiance et de m’avoir placé au titre de Shodaime Raikage. C’est une lourde tâche que j’accepte avec honneur et une grande humilité. Cependant, je ne me suis présenté que et uniquement pour agir pour le bien de Kumo, de Kaminari et de leurs habitants. J’ai trois points à développer aujourd’hui. Le premier concerne, et vous avez très certainement entendus parlé de ça : de deux intrusions au sein de Kumo. Deux personnes ont profités des élections pour s’introduire dans le village sans passer les contrôles de sécurités. Ils ont été mit en échec quoi qu’ils tentaient, et sachez qu’une enquête minutieuse sera ouverte quant à leurs réelles intentions. Cela prouve néanmoins une chose : la sécurité du village doit être impérativement améliorer. Cette fois-ci, c’était mineur, mais il se put qu’un jour, ce devienne majeur et que le nombre de pertes en vie humaine soit énorme. Nous devons tout faire pour éviter que cela n’arrive un jour. »

Il prit une grande inspiration avant de reprendre.

« Comme le savent ceux qui ont regardé mon programme, je vais instaurer dès aujourd’hui un conseil décisionnaire à Kumo, pour m’aider et m’assister dans mes tâches et mes prises de décisions. Il sortit alors un rouleau de sa poche et le déroulait. C’était le seul papier qu’il avait préparé en avance, mais celui-ci était prêt depuis bien longtemps. Voici les noms de ceux qui y présideront, certains pourront s’ajouter selon les circonstances : Nara Seijiro. Metaru Shuuhei. Suzuri Shinobi. Nara Hiro. Saburo Masusue. Hotodoki Yakimine et Ijin Jû. Tous sont convoqués demain à la première heure pour la première réunion du conseil de Kumo. Les premières directives émanant de ce conseil seront affichées au niveau du bâtiment administratif qui se situe derrière moi. »

Il fit alors une nouvelle pause avant de ranger son parchemin dans sa veste. Il prit cette fois-ci une voix moins solennelle, plus informelle.

« Le troisième et dernier point, vous concerne tous. J’ai été élu pour et par vous. Mais la plus grande défense et le plus grand espoir que possède Kumo, c’est vous. L’alliance et la solidarité entre vous est essentielle et primordiale pour l’avancée de Kumo dans l’histoire. Il n’y a qu’en travaillant ensemble que tout sera possible. Notre pays est celui du savoir, il y n’avancera jamais aussi rapidement et aussi sûrement, que si tous travaillons ensemble. Je veux être à votre écoute, c’est pourquoi vous pourrez venir me voir, m’écrire, ou qu’importe, venez me voir si vous avez des demandes, des idées, des problèmes. Je ne me considère pas au-dessus de vous, être Shodaime Raikage ne me donne pas un droit et une autorité suprême. Je peux faire des erreurs, j’en ferais surement, et vos avis compteront plus que jamais si cela est un jour le cas. Nous sommes tous humains après tout. Je vous laisse sur ces dernières paroles et vais de ce pas préparer la première réunion. Merci encore, merci à tous. »

_________________



◊ Connais ton ennemi et connais toi toi-même; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux.
◊ Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.
◊ Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par des défaites.
Sun Tzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t85-nara-seijiro-100

Mer 19 Juil 2017 - 14:27

Fujin avait sauté sur le dos de Kong et s'était précipité en direction de l'Assemblée en apprenant que les élections étaient terminées, et que leur résultat était dévoilé. La figure du leader du village perdu dans les Nuages avait désormais un nom, et c'était celui de Nara Seijirô. Fujin ne pouvait que se réjouir du fait que ce soit un membre d'un clan appartenant anciennement à Hi no Kuni qui ait été porté au pouvoir. Sans doute pouvait-on y voir une marque de l'ouverture d'esprit des Kumojins. A moins que le Shodaime Raïkage n'ait été choisi que pour ses qualités intellectuelles ou son charisme, bien évidemment ...

Une foule importante se massait déjà aux portes de l'Assemblée. Des Shinobis de tous les horizons et de tous les folklores du pays entier étaient venus assister à la première prise de parole du Kage. Une sorte d'excitation fébrile s'était emparé des curieux, et si un semblant d'ordre était maintenu parmi la foule, c'était simplement au prix d'efforts pénibles de la part des personnes chargées d'assurer la sécurité et le bon déroulement des événements. Après tout, c'était une première historique pour le village. Sans doute le même engouement s'était-il emparé du peuple à Kiri et Iwa, qui devaient élire eux-mêmes leurs chefs sous peu, si ce n'était pas déjà fait. L'entièreté du monde ninja tremblait déjà de la vague de changement qui se précipitait à vive allure sur ses côtes installées dans une profonde tradition.

Fujin parvint à se frayer un chemin parmi les curieux, non sans l'aide de Kong. L'animal avait en effet ça de pratique qu'il imposait un respect mêlé de crainte grâce à sa seule apparence. Et, au milieu de l'espèce de transe qui prenait tout le monde à l'attente du discours du Kage, on ne fit aucun obstacle à Fujin pour qu'il laisse son compagnon animal entrer à ses côtés dans l'Assemblée. Simplement, les gardes lancèrent un regard inquiet en direction du ninken, qui se contenta de leur répondre d'un jappement joyeux.

A nouveau, ils eurent à braver la foule pour s'introduire dans l'Assemblée même, au coeur du bâtiment, là où devait avoir lieu l'allocution. Fujin était assez impatient de voir, et surtout d'entendre, quels seraient les premiers mots de son nouveau supérieur. Quel serait la ligne de conduite qu'il fixerait pour le village, ses visées par rapport à ses concurrents d'autres pays, son point de vue par rapport aux événements extrêmement récents ... Ce discours serait la première brique de l'édifice que le Kage serait chargé de construire, aidé des mains de tous les Shinobis à ses ordres. Et Fujin était bien déterminé à faire en sorte que cet édifice-là fasse pâlir de jalousie les autres villages cachés.

Le discours commença, pendant lequel tout le monde fut pendu aux lèvres du Nara. Sa prise de parole fut brève, et ne répondit certainement pas aux attentes de tous. Beaucoup de points restaient à éclaircir, mais il était certainement normal qu'il ne s'attarde pas dessus. Peut être n'avait-il pas eu le temps, d'ailleurs, de véritablement préparer tout ça. Toujours est-il qu'il y avait trois choses à retenir de ce discours, qui constitueraient certainement trois piliers du développement futur de Kumo: la sécurité intérieure, le conseil du Kage, et la proximité entre les Shinobis et leur nouveau leader. Fujin fronça légèrement les sourcils en entendant ce troisième point. Tout ça lui semblait presque être de la démagogie. Il doutait qu'en pratique le Kage ait les moyens de répondre aux attentes de chacun, et il était à vrai dire très sceptique sur le sujet.

Il semblait qu'il n'y aurait pas d'interaction entre le public rassemblé dans l'Assemblée et le Kage. Drôle de façon de commencer un mandat qui se voulait en communication claire avec tout le monde ... De toute façon, Fujin n'avait pas vraiment de remarque à adresser au Raïkage. Quand bien même il avait des revendications, par rapport à l'organisation des unités de Shinobis du village, à leur formation et à leurs missions, il doutait d'être assez convaincant pour faire entendre raison au Kage. Il préférait voir comment évolueraient les choses. Après tout, rien ne sert de courir ...

"Bon. C'était pas ouf. Allez, on rentre."


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 19 Juil 2017 - 14:50
Aujourd'hui était une journée très importante pour le village. Peut-être même la plus importante de toutes car le Shodaime Raikage, Nara Seijiro venait d'être élu. Oui, désormais, Kumo avait un chef précis et la politique du village allait donc devenir bien plus précise qu'auparavant. Setsuna ne doutait d'ailleurs pas des compétences du premier chef du village, après tout, c'était pour lui qu'elle avait votée, quand elle s'était déplacée jusqu'aux urnes. Certes, il y avait quelques accusations de tricherie, mais avec la sécurité renforcée des ninjas à ce moment, il n'y avait pas vraiment de soucis à se faire. Le Shodaime devait d'ailleurs faire un discours à son village, aujourd'hui et Setsuna comptait bien y aller et l'écouter de ses propres oreilles. C'était important.

Pour l'occasion, la demoiselle avait décidé de porter non pas une de ses habituelles robes mais bien une tenue plus adaptée à un ninja. Sandales, pantalons et veste noire. Son bandeau frontal lui, était comme à son habitude attaché à son bras et ses chaînes, qu'elle manipulait avec aisance étaient cachées dans le sac qu'elle avait avec elle. Fin prête, la jeune fille sortie de son appartement et c'est avec rapidité qu'elle se dirigea vers la place du village, où se tiendrait le discours. Nul doute que la sécurité serait renforcée. D'ailleurs, alors qu'elle allait de toits en toits, afin de gagner du temps, elle remarqua que plusieurs ninjas d'élites étaient déjà en train de veiller à la sécurité des lieux. Tant mieux. Un petit contrôle de sécurité, pour vérifier son identité avait été nécessaire. C'était la moindre des choses et une fois les vérifications faites, elle put avancer jusqu'à la place du village. D'ailleurs, il y avait pas mal de personnes qui étaient encore en train d'arriver. Preuve était que c'était là important pour tous.

- « Hum, va falloir que je prenne un peu de hauteur. »

Joignant le geste à la parole, la jeune Genin décida d'accrocher une de ses chaînes à un arbre, près d'ici afin de prendre de la hauteur. Se propulsant directement à la force de balancement et de ses bras, la jeune fille atterrit sur le toit d'un petit bâtiment, duquel elle pourrait avoir une bonne vue d'ensemble. Il y avait tant de monde, tant de vies précieuses qu'il fallait protéger, pas seulement des ninjas. Sans doute que la majeure partie des habitants de Kumo étaient présents.

Satisfaite, la demoiselle reporta son attention sur le fameux Nara. Ce dernier parlait d'une voix forte et distincte, sans doute grâce à un dispositif spécial. Setsuna écoutait avec attention son discours. Elle était d'ailleurs en accord avec ce qu'il disait. Les intrus qui avaient débarqué dans le village. C'était important et il fallait effectivement y remédier. Le plus tôt possible. D'ailleurs, la jeune fille avait une idée à ce sujet, ainsi que quelques autres et elle comptait bien en faire part à son chef si l'occasion se présentait. Mais pour le moment, elle écoutait simplement ce son compatriote d'Hi no Kuni avait à dire. Avec la plus grande attention.

Un Conseil du Village hein ? Oui, elle était au courant, ayant lu les programmes de tous les candidats à l'élection du Raikage. Ainsi, ce dernier était composé de ninjas d'élites et les décisions de ce dernier seraient affichés dans le bâtiment administratif. Oui, c'était quelque chose d'intéressant, mais la jeune fille demeurait sceptique sur un point en particulier. Il faudrait qu'elle y réfléchisse avant d'en parler, de celui-ci.

Et finalement ses doutes se balayèrent. Toutes et tous pourraient donner leur avis, faire part de suggestions et il était le premier à admettre pouvoir faire des erreurs. Tant mieux. Setsuna avait à la base peur que le fait que le Conseil ne soit composé que du top du top des ninjas du village biaise leur jugement mais ça n'allait pas être le cas, apparemment. Tant mieux. Elle pourrait d'ailleurs elle-même aller le voir et lui parler des idées qu'elle avait eut. D'ailleurs, elle avait fait quelques schémas explicatifs et comptait bien aller le voir dès que possible. Alors que le discours se terminait, un nombre non négligeable d'applaudissements retenti. Elle faisait d'ailleurs partie de ceux-là mais bien vite, cessa ça. Il allait préparer la première réunion hein ? Dans ce cas, pas de temps à perdre. Elle avait d'ailleurs remarqué Fujin, qui commençait à s'en aller, dans la foule. Il fallait dire que le jeune homme n'était pas très difficile à repéré.

- « Raikage-Sama. Félicitations pour votre nomination. Je suis contente que ce soit vous qui ayez été élus. Je suis Takabe Setsuna, Genin.

La jeune fille avait été rapide pour se déplacer. Elle était passée par les toits et était désormais toute proche de son Kage. Elle avait simplement un bout de chaîne hors de son sac, celui qui lui avait permis de se déplacer aussi rapidement, évitant la foule. Rapidement, elle sortit de son sac un carnet, dans lequel elle avait noté tout ce qui était important selon elle.

- « J'ai noté dans ce carnet plusieurs suggestions par rapport à l'organisation et la défense du village. Si ça vous intéresse... »

On pouvait d'ailleurs remarquer qu'elle avait des cernes sous les yeux. Setsuna avait sans doute passer une nuit blanche sur son carnet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t530-takabe-setsuna-terminee

Jeu 20 Juil 2017 - 5:54

Un Nara? Comment en est-on arrivé là? Pourquoi est-ce entre les mains d'un gaijin que le peuple a décidé de remettre le pouvoir? Plus le temps passe et moins je comprends mes compatriotes. C'est comme si la fracture qui nous sépare s'agrandissait de jours en jours. Un poste aussi important que celui de Raïkage ne devrait pas être confié à un étranger. Le clan des manieurs d'ombre a peut-être rejoint les Nuages depuis des décennies maintenant mais il n'en reste pas moins un nouveau-né à côté des Suzuri ou des Metaru. Comment les gens peuvent-ils avoir la mémoire aussi courte? C'est incompréhensible...

Inutile de vous dire que je n'ai pas voté pour cet homme que je ne connais d'ailleurs que très peu. Nous avons eu l'occasion de travailler ensemble par le passé mais nos relations se sont limitées au cadre professionnel. Toujours est-il que je n'ai pas du tout voté. Déjà parce qu'aucun candidat ne trouvait grâce à mes yeux puisque aucun Metaru n'a décidé de briguer le poste suprême de la Foudre. Mais avec le recul je regrette cette décision. D'autant plus que le score de l'élection était si serré que j'aurais peut-être pu faire une différence. Si infime soit-elle. Mais je suppose que je ne peux m'en prendre qu'à moi-même à ce niveau-là!

Je soupire et crache un nuage de fumée en direction du ciel. Je ne peux pas écarter l'hypothèse que le clan Nara reproduise les erreurs de sa terre natale. Que se passerait-il si une guerre civile éclatait ici? Je veux dire, outre le fait qu'on s'amuserait? Comment se fier à un homme dont le clan a joué un rôle dans le conflit de Hi no Kuni? Comment le peuple, lui, a-t-il pu se fier à eux? À croire qu'on n'apprend pas du passé.

Je jette un regard aux Metaru qui m'entourent en me demandant ce qu'ils pensent de tout ceci. Pourquoi mon grand-père n'a-t-il pas présenté de force un candidat pour ces élections? Vu la renommée de notre clan nous aurions sûrement remporté le Graal. Au lieu de ça nous devons nous en remettre à un étranger. Il était sans doute temps que le clan se renouvelle et change de dirigeant. Ce vieux grabataire n'a clairement plus la lucidité requise pour maintenir les manieurs de métaux au sommet. Reste à savoir si Shuuhei l'aura, lui!

Mais si je cherche une faille dans le discours que le Raïkage nous adresse, je n'en trouve pas. Il semble doué pour manier le verbe. Peut-être un peu trop? Est-ce ainsi qu'il a réussi à endormir la méfiance de ceux qui ont voté pour lui? Je ne peux toutefois que me réjouir de ce fameux conseil que le Nara souhaite mettre sur pied. Notamment parce que mon cousin en fera partie. à défaut d'avoir le pouvoir, nous en aurons une partie. Je suppose qu'une part du gâteau vaut mieux que pas de part du tout...

Ceci dit je ne suis pas de ceux qui se satisfont de promesses. Seuls les actes comptent. Et à ce niveau-là le nouveau dirigeant du village devra faire ses preuves. Ses belles paroles sont encourageantes, je le lui accorde. Mais seul l'avenir apportera les réponses que je souhaite. En attendant que faire sinon espérer que l'erreur des élections n'aient pas de conséquences négatives?

J'écrase ma clope sous mon talon et croise les bras, toisant à présent la jeune shinobi qui a rejoint le Raïkage. Que lui veut-elle? En ai-je seulement quelque chose à faire? En fait tout ce qui m'importe, pour l'instant, c'est la suite immédiate de ce discours.
"Il y a un apéro de prévu?"
Nul doute qu'un Metaru aura la réponse. Reste à savoir s'il voudra me la donner vu qu'il semblerait que je sois la honte du clan...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Jeu 20 Juil 2017 - 6:27
Tournant alors les talons, Seijiro rentrait alors une nouvelle fois au sein de l’Assemblée ou se trouvait alors son nouveau bureau, au deuxième étage du bâtiment. Mais alors qu’il fit quelques pas à l’intérieur, il fut rattrapé par une jeune femme qui commençait à le féliciter en avançant dans sa direction. Un shinobi allait pour l’empêcher de passer et de s’approcher de Seijiro, mais ce dernier l’en empêcha d’un simple signe négatif de tête additionné à un petit bruit de gorge qui voulait dire : non, laisse là passer. Il se mit alors à penser qu’il aurait du mal à se faire au fait que maintenant il devrait être sous protection perpétuelle. Lui ne craignait rien avant, et son poste ne ferait pas qu’il allait craindre pour sa vie maintenant. Encore moins en territoire de Kaminari et de sa capitale. La jeune femme blonde s’approchait donc de notre protagoniste en le félicitant et en exclamant sa joie que ce soit lui qui était été élu plutôt qu’un autre. Elle se présentait alors comme étant Takabe Setsuna, Genin du village de Kumo. Elle se baissait alors pour sortir quelque chose de son sac. L’autre shinobis allait encore intervenir avant de recevoir la technique « Gros Yeux » de Seijiro qui le fit l’arrêter avant même qu’il ne fasse un pas vers Setsuna.

Elle sortit de son sac à dos un carnet avant de le tendre en direction du Nara. Elle prétextait qu’elle avait pensé à des idées concernant l’organisation et la défense du village. Curieux pour un genin de penser à de telles choses, mais il n’allait pas cracher dessus. Genin, Chûnin ou Jônin, qu’est ce que cela signifiait au fond ? Il avait bien rencontré Kintaro, Genin et pourtant doué d’une tête bien faite. Attrapant le carnet de la jeune femme, il se contentait de lui sourire avant de l’ouvrir. Puis il le refermait immédiatement, une idée vint alors dans son esprit. Il le rendit à la jeune femme avant de prendre la parole.

« Je te remercie de tes mots Setsuna, ça fait chaud au cœur. J’ai une idée, suis moi ! Tu vas inaugurer mon nouveau bureau, tu seras mon premier rendez-vous. »

Dit-il avant de se retourner en lui demandant de le suivre d’un signe de la main. Après réflexion, il eut un sourire en pensant que sa phrase avait été très mal tournée. Il vint alors à se dire que s’il était Shuuhei, il aurait sûrement explosé de dire en lui disait des choses comme : « tu vas inaugurer mon bureau » ou « tu seras mon premier rendez-vous ». Bien entendu, tout cela avait été prononcé dans un objectif professionnel, mais il n’avait pas pu s’empêcher de penser que pour Shuuhei, cela serait à déviance sexuelle. Secouant mentalement son esprit pour enlever l’image de Shuuhei de son crâne, il se promit cependant de lui raconter tout en pensant qu’il avait vraiment une mauvaise influence sur lui, avec son esprit pervers. Mais soit. Les deux Kumojins arrivèrent alors dans le bureau. Il se tournait alors vers la jeune femme avant de reprendre.

« Je t’en prie, explique moi tes idées, dans les détails ! »

_________________



◊ Connais ton ennemi et connais toi toi-même; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux.
◊ Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales.
◊ Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par des défaites.
Sun Tzu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t85-nara-seijiro-100

Jeu 20 Juil 2017 - 20:38
La haine…

J’avais la haine. Pas à cause de l’élection de Seijiro. Non. Après tout, j’avais voté pour cet homme et je ne le regrettais pas. Par contre, si j’étais haineux, c’était bien à cause de ce qui s’était passé tout à l’heure. La main de Kahei. L’intégrité physique de mon petit frère. C’était tout ce qui m’importait. C’était tout ce qui m’aveuglait même ; à un tel point que je ne serai certainement pas venu à ce premier discours de mon ami si et seulement si le doyen ne m’avait pas imploré de venir faire au moins acte de présence ici, devant cette assemblée bourrée de monde. Kumo n’avait jamais été aussi vivant.

- « Laisse-nous prendre soin de Kahei et va assister à son discours. Genji, tu l’accompagnes. » Que le doyen avait déclaré.

Pour le reste ? Je ne sais pas. Je ne sais plus. J’avais marché jusqu’à l’assemblée en silence, non sans avoir une gueule flippante. La présence de Genji à mes côtés rassurante. Si je ne lui avais pas adressé la parole une seule fois, il n’en demeurait pas moins que je lui adressais parfois quelques œillades, comme pour avoir une accroche à cette réalité cruelle. L’humiliation ne résidait pas en ce fait que j’avais passé mon temps à danser comme un pantin, non. Après tout, Daisuke et Kahei avait subi le même sort que moi, preuve que l’attaquant était d’une puissance. Mais ce qui me rendait malade ? Notre impuissance en général…

Jonin ? Chef de clan ? Mon cul ouais. Je n’avais jamais été aussi impuissant de toute ma vie. Une première.

Une fois sur place, nous rejoignîmes Kira. D’autres Metaru avaient fini par suivre et nous avaient bien entouré. Le discours qui s’en suivit ? Je ne l’écoutais que d’une oreille distraite. J’étais pas dedans. Je pensais plutôt à mon frère. J’exagérais vu que son pronostic vital n’était pas en jeu, mais je ne pouvais pas du tout m’empêcher de penser que tout ceci était de ma faute. Il avait perdu une paluche à cause de ma faiblesse. Rageant ! La seule partie que j’avais captée de façon distincte fut les noms qui composaient le conseil. Voir que j’y étais ne me fis ni chaud, ni froid, si bien que je n’accordai plus d’importance à ses dires.

Des applaudissements nourris s’en suivirent une fois qu’il termina son speech. Par contre…

- « Y’a pas à dire Kira, tu changeras jamais toi… »

Je pouffai de rire. Une première depuis les évènements qui étaient survenus dans le village. Ce type et malgré toutes ses conneries, je n’arrivais pas à le détester. Demander s’il y avait un apéro après tout ça, il fallait le faire, bordel ! Comme lui d’ailleurs, je finis par sortir une clope avant de l’allumer fissa. La première taffe me fit du bien. En attendant, je me tournai vers Genji : « T’en penses quoi de tout ça, toi ? » Les avis des plus jeunes, je les prenais bien évidemment en compte. J’en veux d’ailleurs à me demander s’il avait voté. Pareil pour tous les Metaru d’ailleurs. Kira ? Pas besoin de lui poser la question. La réponse semblait évidente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Ven 21 Juil 2017 - 0:08

La journée était spéciale. Entre les tristes événements qui déchiraient le village, qui touchaient tout particulièrement le clan, suite aux blessures subies notamment par Kahei, et les bonnes nouvelles qui là aussi avaient des conséquences à l'échelle de Kumo tout entier comme pour les Metaru, c'était un sentiment étrange qui s'emparait de nous. Nous goûtions au bonheur, mais il était comme masqué par un goût amer qui restait en travers de la gorge, celui de la rancune, celui qui nous éprend lorsque l'on fait face à une situation désobligeante qui nous dépasse. J'étais déjà passé par là plus ou moins, mais c'était toujours aussi difficile à supporter, à croire qu'il y avait certaines douleurs auxquelles on ne s'habituait pas. Etant très présent sur le plan émotionnel vis-à-vis de mes frères Metaru, il était tout naturel pour moi d'accompagner Shûuhei afin de le soutenir. Kahei était déjà bien entouré et il aurait trouvé insupportable qu'on soit tous entassés autour de lui. Du coup, le doyen avait demandé à son aîné de lui laisser sa charge, et de s'occuper de ses autres devoirs. Il me demanda également de l'accompagner, ce qui au premier abord me surprit, avant de me foutre les glandes. Le discours du Kage ? Celui où y'aura tout plein de monde, trop plein de monde, même ? Là où des centaines d'inconnus se regrouperont pour former l'une de mes pires hantises - les foules ? Fait chier...

L'air dépité mon cousin prit les devants. N'étant pas très doué avec les mots, mais souhaitant tout de même le réconforter, je plaçais ma main sur sa nuque, serrant les doigts en agitant le bras. Cela le secouait un peu, et attira son attention à moi. Mon regard plongé dans le sien, je tentais de lui transmettre autant d'ondes positives que possible. Cela créait une atmosphère légèrement moins grave, et si elle n'ôtait pas ses tristes songes à mon nouveau chef de clan, elle rendrait certainement l'activité à suivre un peu plus facile à supporter. Une fois arrivé, je décidais tout de même de le laisser dans ses pensées. Parfois, on avait besoin d'être seul dans son coin, ce que j'étais le premier à pouvoir comprendre... Je mis également de côté le fait qu'on soit au beau milieu d'une foule, en pleine ville. Les deux choses que je détestais le plus. Quoi qu'il en soit, je tentais de rester concentré et d'écouter, parce que quitte à être ici, autant que ça serve à quelque chose. Les bras croisés, je tirais la même tronche qu'à l'accoutumée, c'est-à-dire sourcils on-ne-peut-plus froncés et moue boudeuse. Finalement, le discours fut moins long que je ne le craignais. Je n'avais presque pas eu le temps de me faire chier. Je dis bien presque... Heureusement, j'étais accompagné de deux des membres les plus loufoques de mon clan, avec qui il était difficile de s'ennuyer bien longtemps.

- Il y a un apéro de prévu ?, s'enticha de demander Kira, avec toujours autant de désinvolture dans ses propos qu'il n'avait l'habitude de le montrer. C'est qu'il avait une réputation à tenir... Shû' lui répondit en riant. Comme quoi, on allait peut-être pouvoir lui changer les idées. C'était bien parti.

- T'en penses quoi de tout ça, toi ?, rajouta-t-il en se tournant vers moi. Je reculais légèrement la tête, essayant d'éviter de respirer sa fumée dont l'odeur m'était fortement désagréable, d'autant plus que j'avais un odorat sur-développé. En haussant les épaules, je balayais la foule du regard avant de répondre en fixant mon cousin.

- Mhm... J'ai pas la prétention de savoir ce qui est bon pour nous et pour le village. Je ne suis pas aussi visionnaire que Kira et toi, ou même le doyen, qui est à l'origine de notre implication dans la création de Kumo. Mais disons que je suis plutôt confiant. Je ne sais pas ce que vaut Seijiro. Il n'est pas parfait, mais ce qui fait sa force, c'est le nombre de personnes qu'il rassemble. Je pense que ce qui fera la force de chacun des grands pays, ce ne sera pas la force de son kage seul, mais l'unité qu'il crée et jusqu'ici, il s'en sort bien. Même s'il a quelques détracteurs, il a en quelques sortes tout le village derrière lui. De plus en plus de monde croit en lui, et c'est de cette confiance grandissante que naîtra la grandeur du village.

Je n'avais pas l'habitude de m'enflammer autant. Peut-être était-ce là la preuve que j'étais moi-même derrière Seijirô, qui sait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 21 Juil 2017 - 1:35
Je venais d'assister le Shodaime Raikage pendant deux heures avant de me retrouver là. J'avais dû l'aider pour la préparation de son discours non pas pour l'écrire mais pour lui apporter tout ce qu'il me demandait, de la bouteille d'eau aux stylos. Et ce n'était qu'après deux heures de secrétariat que nous sortions tous deux des locaux de l'assembler. Dehors, plusieurs centaines de villageois attendaient depuis une bonne heure l'arrivée du vainqueur des élections. Calmement chacun patientait pour voir et entendre le premier homme de la nation. Tout le monde voulait savoir ce qu'il allait dire au public. C'était quand même l’événement le plus important de l'histoire de Kaminari et cela allait rester encore longtemps la plus grande aventure du pays.

De là où j'étais, je pouvais voir tous ses visages acclamant Seijiro et également ceux moins enclins à fêter la victoire de l'individu. Je pouvais aussi voir certains traits familiers comme Shuhei, celui qui m'avait planté devant la chambre de Zera. Kira, avec qui je m'étais bien embrouillé durant une arrestation et encore bien d'autres. Dans le fond de l'estrade, je pouvais seulement regarder le dos du Raikage pendant son discours. Nous n'étions pas beaucoup présents ici, mais ceux qui m'accompagnaient, avaient fait en sorte de préparer la scène. En les regardant chacun dans les yeux, je les remerciais d'un signe de tête pour leurs travails exemplaires.

J'écoutais le discours de l'homme en qui j'avais voté avec une grande attention. Celui-ci respectait déjà ce qu'il avait annoncé dans son programme avec l'annonce de la création d'un conseil général. Et bien qu'on pût déjà connaître certaines têtes, beaucoup de places libres restaient à pourvoir, ce qui me rendait bien curieux pour connaître la suite des sélectionnés. Seijiro prononçait d'ailleurs que trois points de son programme. Je comprenais qu'il n'avait qu'un temps de parole très limiter mais j'aurai quand même aimé avoir un peu plus de précision dans son programme et surtout ce qu'il allait faire dans le futur proche du village.

J'attendais jusqu'à la fin de son temps de parole pour quitter les lieux en même temps que lui. J'avais beaucoup de travail qui m'attendait et je devais surtout réfléchir à comment appréhender ce que je venais d'apprendre sur le village.

_________________

"Un farm de qualité pour un rp saint !"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t379-ogawa-kintaro-le-chemin-de-l-ascension#2167

Ven 21 Juil 2017 - 14:21
Son brouillon d'une main, son stylo de l'autre, assit en tailleur sur son lit en faisant tournoyer ce dernier dans ses doigts tandis qu'il réfléchissait à la suite de son histoire, son regard se perdait au ciel au travers de la fenêtre. Aujourd'hui était une journée importante, mais il était incapable de mettre un mot dessus. Trop insouciant ? Probablement, et distrait aussi. Aller faire les courses ? Non, trop banal. Un rendez-vous ? Non plus, cela ne lui disait rien. Déposant son stylo dans les pages de son brouillon et fermant celui-ci, il sortit de son lit et se rendit dans le salon, où ses deux étaient. Se tendant proches de la porte, sa mère était relativement bien habillée, tandis que son père arborait les mêmes vêtements que d'habitude. Pour un Nara, c'était pas surprenant.

Hike, tu n'es pas préparé ? Nous sommes déjà en retard !

Ah, ça c'était mauvais. Il n'arrivait pas à se rappeler de quoi il s'agissait, et il mettait en plus de ça ses parents en retard.

Pas besoin chérie, c'est juste l'intronisation du Shodaime Raikage.

Nom de dieu, alors ça. Tandis que ses deux parents se faisaient la morale l'un à l'autre, Hike fonça dans sa chambre pour trouver un compromis entre les deux avis. Il n'était pas non plus dans ses vêtements les plus habillés, mais on pouvait largement se dire qu'il faisait honneur à la cérémonie. Il ne fallut ensuite que peu de temps pour que la famille de trois sortent de chez eux et se rendent à leur rythme, ils restent des Nara, en direction de la fameuse Assemblée. Celle-ci était bondée, bien évidemment, et ils purent trouver mine de rien trois places côte-à-côte pour s'installer.

Nara Seijiro finit par arriver, sous les acclamations du public. Après quelques instants, celui-ci commença son discours. Plusieurs points, tous aussi importants les uns que les autres, furent abordés par ce dernier. Pour une des rares fois, le père d'Hike était extrêmement concentré sur ce qui se disait, comme s'il analysait le moindre terme évoqué par le Shodaime Raikage. Si son visage paraissait un peu flippant, on pouvait remarquer un léger sourire se tracer en coin sur ses lèvres.

Hoy Hike, dis-moi que tu as voté pour lui.

Pour être assez franc, il avait oublié d'aller voter. Mais s'il y avait pensé, il aurait probablement accompagné son père dans ce vote pour Seijiro. Même s'il pouvait être considéré comme un outsider pour Kumo, il aurait sûrement l'intelligence pour diriger ce village. La puissance chez les Nara n'était pas forcément un de leur point fort, le Genin les considérant plutôt comme des supports au combat, mais Kumo restait un village, et un village se battrait forcément ensemble. C'était un point que le Raikage avait soulevé, par ailleurs.

Ouais, je l'aime bien, et je me suis dis qu'il aurait forcément de bonnes idées.

Il avait mentit à son père, évidemment, mais au moins il ne le vexerait pas.

Je sais que tu mens, mais l'important c'est qu'il ai été élu.

Ah, bon. Son père, derrière ses airs plutôt feignants, semblait être un plus fin analyste qu'Hike. S'il devait donner son propre avis, Seijiro, même si ce qu'il évoquait manquait de précisions, adaptait son discours à Kumo, afin de faire comprendre les grandes lignes à son public. Peut-être ferait-il une espèce d'annonce pour donner les subtilités de son plan d'action.
Bref, tandis que tout était terminé, certains partaient et d'autres restaient à discuter. La famille du Nara n'était pas du genre à socialiser énormément, et ils sortirent ainsi à leur tour pour retourner à leur demeure, où leurs fidèles habitudes les attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t452-presentation-de-nara-hike
Invité

Ven 21 Juil 2017 - 17:46
- Rah c’est pas possible dépêches toi un peu. On va être en retard. J’y vais sans toi si c’est ça… !
- Non, non attends ! J’arrive ! ... Tu te rends compte ! C’est un Nara qui a été élu !

Mon frère avait le chic pour se mettre tout le temps en retard et parler bruyamment pour se faire remarquer malgré tout… Les rues de la ville aussi étaient bruyantes. Quoi de plus normal… L’élection était terminée, le Raikage élu. Il allait bientôt prendre la parole. On ne pouvait quand même pas rater ça, comme venait de le dire la petite tête, il était de notre clan, de notre sang, ce n’était pas rien, pour nous qui étions orphelins de parents au sein du clan depuis bientôt dix années. D’autant que c’était une connaissance de mes parents…

- Shikarin qu’est-ce tu fous !

Je le vis enfin dans l’encadrement de la porte en train d’enfiler sa seconde sandale, et en me disant avec un grand sourire qu’il était prêt. Je levai les yeux au ciel en apercevant sa mine ravi, je partis dans la pièce d’à côté. Je pense que sur le coup, il a cru que je lui faisais définitivement la tête, mais je suis vite réapparu juste derrière lui, ce qui le surprit un peu.

- Qu’est-ce qu’il y a ?

Je lui tirai rapidement sur les cheveux pour lui faire comprendre qu’il ne les avait pas attachés.

- C’est un membre de notre clan qui a été élu, tu pourrais te montrer un peu plus vif.

Je nouai rapidement ses cheveux avec le ruban que je venais de chercher, lui tirant un peu les cheveux par la même occasion, à la fois par mégarde, et à la fois, un peu intentionnellement.

- Pourquoi t’es aussi nerveux ? Ça ne te ressemble pas.

Il disait vrai. Au-delà de son retard, quelque chose d’autre me préoccupait. Il y a quelques heures, alors que les résultats venaient de tomber, et que je parcourrais la ville. J’ai entendu une rumeur qui circulait. Un jeune Metaru avait été blessé par un intrus. Je n’étais pas sûr d’avoir compris, mais il me semblait bien que c’était Kahei, le jeune Metaru qui m’avait donné des conseils pour le lancer.

La ville était en effervescence, depuis les fenêtres l’appartement, on pouvait voir la foule des grands jours qui convergeait en direction de l’assemblée. C’était là que nous allions. Après être sortir, par la fenêtre, on a parcouru la ville de toit en toit pour enfin arriver au niveau où se situer l’assemblée. Nous n’étions pas les seuls à avoir préféré la voix des airs. Après concertation, nous avons décidé de rester en surplomb pour écouter le discours. D’ici, on avait de toute façon une meilleure vu qu’en bas.

Parmi les autres personnes sur les toits, certains nous regardaient d’un drôle d’air. Surement parce que nous étions du clan de l’heureux élu, Nara Seijirō et qu’ils nous avaient reconnu. J’étais assez fier, mais ce n’était rien comparé à mon petit frère. Seijiro avait connu nos parents de leur temps, et je l’avais déjà rencontré. Il était assez atypique pour un Nara, avec sa chevelure or et ses yeux bleus. Comme mon père, avait pu l’être de son temps avec sa peau mate…

Toutes les huiles de la ville étaient là. En scrutant la foule, je finis enfin par trouver ce que j’ai supposé être les membres du clan Metaru. Il y avait peu de place pour le doute puisque je reconnaissais formellement le chef du clan, Metaru Shuuhei. Cela dit, il n’y avait pas de trace de Kahei… Les rumeurs étaient donc fondées ?

Le discours commença. Il évoqua la fameuse intrusion, sans pour autant en dire vraiment plus que des informations officielles un peu formelles. Les premiers membres du conseil annoncé étaient de tout horizon, le chef des Metaru en faisait partie, sans grande surprise, tout coup comme celui du clan Suzuri et j’en passe. Dans la suite du discours, le Shodaime Raikage se voulut humble. Le discours était rassembleur et court, lorsqu’il prit fin, le résonnement des applaudissements s’empara de ville. Tout le monde n’applaudissait pas, mais c’était normal, et malgré cela, l’unité forte du village demeurait, et je pense que la plus grande majorité des gens de Kumo était contente d’avoir enfin une figure à sa tête.
Revenir en haut Aller en bas

Ven 21 Juil 2017 - 22:01
Je me sentais mal. Si mal. Je n'avais pas pu venir en aide à Kahei, et le pauvre ce retrouve infirme. Je m'en veux. Tellement. À quoi ça sert d'être Jônin si je ne suis même pas capable de protéger un jeune comme lui ? Je pensais être quelqu'un de fort, capable d'affronter n'importe quel danger. Mais non, devant cette scène d’horreur, je suis resté bloqué. Peut-être à cause de l'autre individu, peut-être parce que je n'ai pas de couille au final, je ne sais pas. J'ai encore l'image en mémoire. J'ai vécu des choses et fais des choses pire que ça dans ma vie, mais je ne sais pourquoi, je ressens de la peur et je me trouve vraiment pitoyable aujourd'hui. Je pense à Shuuhei aussi, qui n'aurait jamais du vivre une journée comme aujourd'hui. Lui, qui est un de mes plus fidèles amis, je n'ai rien pu faire pour lui non plus. Comment je pourrais le regarder dans les yeux après ce qui c'est passé ? Je ne sais pas. J'espère que ce sentiment d'impuissance passera avec le temps. Je ferais tout pour devenir plus fort, pour éviter qu'un événement pareil se reproduise un jour. Je compte bien prendre ma revanche, retrouver ce connard, et lui faire payer, même si je dois y laisser la vie. Je dois encore devenir plus fort.

Enfin, malgré toute cette tristesse, il y avait quelque chose de bon à retenir de cette journée. C'était l'élection de Seijiro Nara. Maintenant, le voilà Shodaime Raikage. Si je m'étais présenté, peut-être que je serais à sa place, je ne sais pas. Mais je ne regrette rien. Je suis certain qu'il fera du bon boulot, il dispose de beaucoup de ressource et surtout d'une intelligence quasi sans faille. Il mènera le Pays de la Foudre et Kumo vers son apogée, j'en suis certain. Il sait très bien que la majorité du village est à ses côtés. Il pourra ainsi faire de grande chose. Je ne connaissais pas encore très bien cet homme. J'ai juste eu le temps de le rencontrer une foi à la bibliothèque, je me souviens d'une personne très humble. Il correspond parfaitement au poste de Raikage. Kumo, contrairement à Kiri, n'est pas un village de brute. Je ne sais pas comment ça se passe dans cette partie du Yuukan, ni même à Iwa, mais je sens que nous pouvons prendre le dessus. J'espère juste ne pas me tromper.

Je pouvais voir qu'il y avait un paquet de monde pour son discours, que ce soit des civils ou alors des ninjas. Il y en avait pas mal que je ne connaissais pas d'ailleurs. Il y a eu récemment une vague d'inscription à l'académie, et nous voilà maintenant avec pas mal de Genin. C'est bien pour le village tout ça. J'ai pu voir aussi Shuuhei, accompagné de Kira et sûrement d'un autre Metaru. Je ne voulais pas le déranger, donc je l'ai laissé. Il ne voulait sûrement pas me voir. Il avait peut-être la haine envers moi, et je le comprend parfaitement. De toute façon, je ne compte pas m'éterniser ici. Après cette dur journée, je préfère me reposer. J'ai envie d'être seul, de ne plus penser à tout ce qui c'est passé. Dans les prochains jours, je vais essayer de rendre visite à Kahei, voir comment il va. Le pauvre doit être encore sous le choc. Mais c'est le petit frère de Shuuhei, je suis certain qu'il surmontera cette épreuve, et qu'au passage, il en deviendra plus grand et plus fort.

Passant à travers la foule, j'ai donc pris la direction de mon chez moi. Je pensais aux mesures qu'allait prendre Seijiro avec les récents événements. La sécurité de Kumo risque d'être renforcé. Cela ne m'étonnerait pas de voir l'apparition d'unités spéciales. Ce qui c'est passé aujourd'hui peut très bien se réitéré demain. Il faut donc se préparer. Je vais tout faire pour être dans le mouvement. À partir d'aujourd'hui, je vais me donner à fond. Je compte bien participer activement aux projets du villages. Je ne laisserai plus jamais quelque chose du genre se reproduire, jamais.



_________________

"La guerre, c’est la guerre des hommes ; la paix, c’est la guerre des idées."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t144-kizuato-daisuke-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Dim 23 Juil 2017 - 22:11
Il venait d’arriver. Ce jour qu’elle attendait particulièrement. Malgré l’importance de l’évènement, Nora était vêtue comme à son habitude de sa tunique immaculée. A Kumo, l’immaculé de son tissu ne suffisait pas à rompre les doutes des bureaucrates concernant son statut religieux. La simple pensée de leur refus antérieur la navrait déjà. Aujourd’hui étant une journée très spéciale, elle ne voulait absolument pas songer à autre chose que son propre bonheur.
Les rues enthousiastes, elle sillonnait joyeuse à travers les innombrables passants. Leur euphorie nourrissait la sienne et rendait son esprit frivole, si bien qu’elle ne pensait même plus aux problèmes qu’elle s’était attirée depuis qu’elle vivait ici. La perte de son appartement, les dettes qui s’accumulaient dangereusement et enfin, sa situation sentimentale avec un regrettable ivrogne. Tant d’évènements avaient déjà affectée sa vie et cela ne semblait pas près de s’arrêter. Son instinct lui-même était pessimiste quant à la réduction d’incidents qu’elle rencontrerait à l’avenir…. L’avenir. Elle préférait ne pas trop spéculer dessus pour le moment. Certes, il pouvait s’annoncer sombre, mais il restait quand même quelques rayons d’espoir. A l’issue de cette journée, les éclaircis noircissant son destin pourraient peut-être se dissiper.

Elle était parvenue à destination après quelques minutes de marche sereine. Ici aussi, les gens semblaient heureux. Nora était heureuse de voir tant de sourires heureux. De tels visages ravis ne pouvaient être que de bon augure pour la journée tranquille qu’elle désirait ardemment. Le pas plus solennel, plus doux, elle s’engouffra dans le lieu où elle venait d’arriver. Elle remarquait que la populace était proactive, mais grosso modo, la joie l’emportait sur l’angoisse et les appréhensions. Même si elle n’avait pas l’ancienneté nécessaire pour affirmer fréquenter très souvent cet endroit, elle avait pu noter les traits beaucoup plus détendus chez les personnes qu’elle avait croisé. La peur de la mort avait quitté leur mine rabougrie et désormais, ils semblaient se tourner optimistes vers le futur tout en s’attachant à cet intense plaisir qu’était la vie. Peut-être que son maître avait fait pousser en eux cette forte et revigorante appétence. En parlant d’ailleurs de son maître :

« Bonsoir, maître Chuo ! » déclara-t-elle avec un rare respect.
« Tiens, je suis plutôt étonné de te voir, Nora ! » rétorqua-t-il, la surprise modeste.
« Je peux m’en aller, si vous voulez en emportant avec moi, mes cadeaux ! » réagit-elle la face dédaigneuse.

Actuellement, il n’y avait qu’avec lui qu’elle s’adressait avec cette méprise plaisantin. Avec le temps, peut-être que son faux mari aurait affaire à ce courroux. Chuo savait en tout cas que blague animait cette réponse et de petites lèvres désolées imploraient son élève dévergondée. Flattée par les excuses, la demoiselle prit place dans la pièce hospitalière. Car oui, l’endroit dans lequel elle s’était rendue était la chambre d’hôpital de son maître. A quoi pensiez-vous d’autre ?
Elle déposa donc sur une table à chevet, le sachet remplie de babioles demandées expressément par son illustre maître. Gourmande, elle n’oublia pas d’en retirer une boîte de dangos qu’elle s’était personnellement achetée. Les yeux tentés de son maître furent immédiatement éteints par le regard sanglant de prédateur affiché par la demoiselle affamée. Il y avait des sujets avec lesquels la négociation était impossible avec lui. Les sucreries étaient l’un d’entre eux et qu’importe les arguments même valables qu’auraient pu donner son maître, il savait pertinemment que sa protégée n’aurait même pas la gentillesse de lui donner ne serait-ce qu’une brochette.

Résigné, il ne discuta donc pas et la laissa soutenir son dos contre la fenêtre à moitié ouverte, de la chambre. Transcendée, elle ne semblait même plus faire attention à son maître toujours désorientée par la mine exagérée d’une Nora au paradis. Par contre, l’écho qui effleurait ses oreilles la titillait. Il provenait de dehors et s’amplifiait d’un sérieux des plus rhétorique. Dans une surprise presque attendue, Chuo remarqua son disciple avalant avec de plus en plus de lenteur ses brochettes. Le vieillard avait semblé attendre que la demoiselle discerne enfin la présence de ces murmres imposants. L’allégresse de sa dégustation était alors dérangée par une étrange curiosité. Autant que son envie irrépressible de dangos, elle souhaitait savoir provenir des susurrements si éloquents :

« Maître, vous entendez le même bruit que moi ? »
« Oui et je peux même te dire de qui il provient ! » L’homme âgé aurait pu entretenir une flamme mystérieuse, mais la conviction qui illuminait les yeux de son disciple lui tenait trop à cœur. Il n’avait pas l’âme de la faire patienter. En lui révélant tout maintenant, il voulait lui montrer ô combien, il était toujours l’homme malin lui ayant enseigné la voie des moines guerriers. « C’est le discours du tout premier Raikage de ce village ! ». La vérité éclatant au grand jour d’une Nora surprise, il pouvait enfin se permettre d’être malfaisant. « Ne me dis quand même pas que tu n’as pas voté ! Même, souffrant sur mon lit d’hôpital, j’ai eu le temps de le faire ! »

La dévergondée eut du mal à mentir. Ses yeux fuyaient la perspicacité de son maître et son sourire hésitant ne le convainquait absolument pas. Cette sotte ! Bien qu’elle eût été extrêmement occupée par les aléas, elle aurait très bien pu trouver le temps pour donner sa voix à l’un des candidats au poste de dirigeant. Le véritable problème, c’est qu’elle ne portait pas vraiment grand intérêt au futur de ce village. Nora ne semblait juste pas l’avouer à son maître intérieurement attristé. Oubliant finalement, cette probable fatalité qui serait un frein à son intégration ici, il demanda :

« Tu as bien écouté tout ce qu’il a dit, au moins ? »
« Oui, oui ! Il a l’air d’avoir de bonnes ambitions pour assurer la prospérité de ce village ! »

Gros mensonge, évidemment, mais qui pouvait se pardonner au vu de leur position par rapport à celle où avait lieu le discours. Quelques jours plutôt, Chuo lui avait révélé que sa cure était loin d’être achevée. Le temps que Nora aurait à passer ici semblait encore long, surtout avec ses nombreux problèmes qu’elle devait clarifier. C’est la raison pour laquelle, le moine avait espéré une bonne implication de son élève dans la vie du village (et notamment dans l'élection du Shodaime)… Dans l’esprit inquiet de vieillard, c’était loin d’être gagné ! En sachant qu’il n’avait nullement connaissance des liens particuliers l'attachant au clan Metaru, Chuo était pessimiste. L‘avenir de son élève pendant l’ère de ce Raikage semblait sombre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t336-leoko-nora-le-moine-avare-termine

Mar 25 Juil 2017 - 4:44

Game of Thrones : Intronisation - ft. Kumojin

C’était une journée toute spéciale pour Kumo et ses habitants. Suite à un avant-midi mouvementé – des élections et une intrusion – un premier champion avait été choisi pour diriger le village militaire : Shodaime Raikage Seijiro Nara. C’est un titre qui en jette grave, je devais l’avouer. Si une foule imposante s’était amassée devant le bâtiment de l’Assemblée pour assister à l’intronisation de ce nouveau leader, je n’en faisais pas partie. À dire vrai, j’avais été absent du village toute la journée, je venais tout juste de rentrer et n’avais aucune idée de ce qui se passait ici. Les élections? Je n’avais pas voté. L’intrusion de deux étrangers? Eh bein, pas très efficace le service de sécurité. Miyuki et moi avions réussi à se faufiler hors du village la veille afin d’aller chasser et prendre l’air. Une fois de temps à autre, nous avions besoin de nous éloigner de la ville pour être à notre aise. Passer trop de temps entre les murs de la cité me donnait mal au crâne et Miyuki devenait incontrôlable si elle ne courait pas dans les bois assez souvent. Bien sûr, je savais que des élections avaient lieu, cela faisait des semaines que tout le monde en parlait à Kumo, mais elle ne m’intéressait guère. Le village avait été ma terre d’accueil, j’y avais trouvé une maison, des amis, une raison pour vivre après le massacre et la quasi-disparition de mon clan, et pour cela je lui serai éternellement reconnaissant. Mais ça? Élire un chef militaire? Déjà que je n’avais pas vraiment digéré l’annonce de la fondation d’une cité militaire pour remplacer Shitaderu deux ans auparavant…La guerre, ne savaient-ils donc pas ce que s’est? En quoi se munir d’une aussi grande armée aiderait à éviter la guerre? La dernière chose dont j’avais envie était que les ravages qui sévissent dans ma terre natale ne se reproduisent ici. Voilà pourquoi je n’avais pas voté, pourquoi j’avais volontairement évité tout ceci.

Mais alors que je rentrais au village, j’avais été mêlé contre mon gré à toute cette histoire. Décidément, j’avais mal choisi mon moment pour rentrer. Les rues de Kumo débordaient. On aurait dit que l’ensemble des citoyens – shinobi comme civils – s’était rassemblé dans les rues et sur la grande place de l’Assemblée. Miyuki à mes côtés, j’avais du mal à avancer pour rentrer chez moi – de l’autre côté de la ville. Ma compagne grogna, montrant les dents à quelques-uns qui l’approchaient de trop près. Elle n’aimait pas la foule. Pour la rassurer, je glissai ma main dans son pelage blanc et soyeux et grattai sa nuque du bout de mes doigts. « Du calme oneesan, tout va bien. » lui dis-je pour la rassurer davantage. Désirant éviter un quelconque incident, je pris la direction d’une ruelle pour escalader un petit bâtiment pour prendre de la hauteur, pour sortir de la folle oppressante et étouffante. De ce nouveau perchoir, je pouvais voir le visage de tout le monde. Ils avaient l’air si heureux et criaient à tue-tête. Pauvre eux…ne savaient-ils pas ce qui les attendait si le village rentrait en guerre?

En contre-bas, deux hommes parlaient. « Génial ! C’est Seijiro Nara qui a été élu! J’ai voté pour lui ! » disait le premier. L’idée que le chef du village soit un Nara m’interpella – m’égayant d’espoir l’espace d’un instant. Les Nara étaient également originaires du pays du Feu, ils devaient savoir ce que c’était la guerre. Mais lorsque je me rappelai qu’ils avaient été les premiers à défier la folie du Daimyo et que c’est leur départ qui avait précipité le pays dans une guerre civile…Tout cet espoir disparut aussitôt. Les Nara étaient des êtres qui ne pensaient qu’à leur propre ambition. S’ils n’avaient pas abandonné leur nation en lâche, peut-être que jamais la guerre n’aurait pris de telle proportion. « Mouais, je sais pas…C’est quoi l’intérêt d’avoir un chef militaire s’il relaie ses décisions à un conseil? » répondit le deuxième homme. Un conseil ? À quoi bon faire tout un plat avec l’élection d’un nouveau chef militaire si ce dernier ne prenait au final pas de décisions tout seul ? L’Assemblée ne servait-elle pas déjà à cela? D’un autre côté, cela éviterait surement que la folie d’un despote comme le Seigneur du Feu n’entraine tout le pays en guerre.

« Tsss…Allez Miyuki, on n’a rien à faire ici… » Elle laissa échapper un petit jappement et m’emboita le pas. Toutes ces idées, toute cette politique me donnaient un mal de crâne (Eh bien voilà! J’allais devoir retourner chasser pour me changer les idées). Je ne pouvais pas prétendre comprendre toute l’étendue qu’impliquait cette élection et ce nouveau titre. En tout cas, ce n’est pas aujourd’hui que j’allais le comprendre. J’imagine que j’allais devoir attendre et voir ce que ce Nara allait faire…

D’un toit à l’autre, je repris la direction des portes du village. Je reviendrai lorsque la foule se sera dissipée et que le calme sera revenu sur Kumo. D’ici là, la nature m’appelait, j’avais besoin d’une nouvelle chasse pour m’éclairer les esprits.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 26 Juil 2017 - 18:31
Non ne t'inquiètes pas, je préfère sincèrement rester au fond.

Mon cousin me regarda avec ses yeux pleins d'incompréhension, comme toujours. Les membres de ma famille comprenne rarement mon fonctionnement et cela n'est pas très étonnant puisque je ne leur en donne pas les clefs. Je ne veux pas que le clan soit un frein ou bien ait trop d'emprise sur moi. Les Hotarus s'enfoncent donc dans la foule, tous sans moi. Enfin un peu de paix. Vous vous en doutez, le discours m'intéressait peu. En réalité, j'étais venu pour observer les interactions entre le Raïkage et les hautes sphères du village. Les réactions, les regards, les gestes, les contacts. C'était une manière d'en savoir un peu plus sur ce qui allait se passer politiquement dans le nuage. Tous étaient absorbés par le discours. Tous à l'exception d'une poignée d'enfants et de quelques jonins mandatés pour surveiller l'assemblée et, en cas de problèmes, intervenir.

Cela avait été un peu long quoique probablement nécessaire. Le shodaïme semblait s'être appliqué à écrire ce discours. Ou bien sa secrétaire s'était appliquée, tout du moins. Il avait réussi à couvrir les différents grands sujets obligatoires, évoqué les intrusions - dont la nouvelle avait plus vite parcouru le village qu'une traînée de poudre -, flatté son auditoire et promis de rester à l'écoute. Et que tout ceci soit vrai ou pas, le Nara, en bon orateur, avait probablement réussi à convaincre une grosse et large partie des présents. C'était sympathique à observer, les étoiles dans les yeux des enfants, le sourire confiant de certains membres du clan au Cerf et l'air presque arrogant de certains Metarus. Ces deux clans, ainsi que les Suzuris, avaient largement contribué à la mise en place de Kumo, à la translation depuis Shitaderu, et ceux chacun à leur manière. Mais le rôle charnière et complexe des Naras qui avaient coordonné les compétences de tout un chacun avaient probablement était un plus pour le Shodaime, Nara Seijiro.

Lorsque le discours fut fini, j'écoutais les gens passant autour de moi, leurs réactions, alors que je restais là, immobile. La plupart étaient satisfait, purement et simplement. Ils avaient voté pour lui, ils étaient content. Rien de plus. Mais quelque uns échangèrent des remarques bien plus acerbes. Certains désespéraient fasse à une politique en apparence bien pacifique. Vous en connaissez forcément, ces types se prenant pour de gros durs mais n'étant, au final, pas bien important. Une fois la moitié de la pièce vidée, je me levais. Je ne souhaitais pas me faire écraser par une foule pressée par d'inutiles affaires en tout genre. Je lâchais simplement, assez doucement :

Je serai le prochain à me tenir à ta place, Nara Seijiro. Fais moi confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t493-hotaru-koda-finie http://www.ascentofshinobi.com/t615-equipe-4-meian-kumo http://www.ascentofshinobi.com/t557-hotaru-koda-les-peregrinations-d-un-avide

Mer 2 Aoû 2017 - 3:05
Seishirô traversait le village, pensif. Il marchait sans réellement se soucier du chemin, comme si on inconscient guidait ses pas. Impossible de faire abstraction des récents événements qui ébranlèrent Kumo. La journée n’avait pas été de tout repos, et il était à parier que les habitants s’en souviendraient encore longtemps. Enfin, tout était finalement rentré dans l’ordre. Place aux réjouissances.

Le premier Raikage de l’histoire venait d’être élu. Son nom ? Seijirō Nara. A peu de choses près, notre protagoniste et lui se retrouvaient affublés du même prénom. Quoi qu’il en soit, cet homme avait su gagner, par son programme – et son charisme sans doute ! – le respect et le soutien de la majorité de la population de Kumo. Mais tout ceci ne devait pas être que de simples paroles en l’air. Haranguer les foules était une chose, tenir ses promesses en était une autre. Néanmoins, le Shodaime souhaitait s’adresser aux habitants de la ville : un discours devait avoir lieu à l’Assemblée.

Le samouraï, vêtu d’un kimono blanc en raison de cet événement solennel, atteignit enfin l’imposante bâtisse où de nombreux individus attendaient déjà, rassemblés dans le hall principal. Seishirô se fraya un passage parmi les habitants et vint se placer dans un coin de la salle. Le brouhaha ambiant était assourdissant, d’autant que ses voisins hurlaient pour se faire entendre.

Quelques minutes plus tard, le Shodaime arriva à son tour. Au moment où ses pieds foulèrent le sol du hall, tous l’acclamèrent. Certains applaudissaient, d’autres scandaient son nom.

« Seijirō Nara, hein ? songea notre protagoniste en suivant du regard l’homme qui se dirigeait vers l’estrade. »

Le Raikage faisait à présent face à la foule qui s’était finalement tue, malgré quelques chuchotements. Le dirigeant de Kumo observa les hommes et femmes devant lui puis débuta son discours. Seishirô écoutait avec attention. Plusieurs points furent soulevés, dont notamment la sécurité du village ou encore la création d’une assemblée afin de décider du futur de la cité. Difficile d’imaginer de quoi seront faits les jours à venir, mais cette journée aura permis la mise en lumière des forces et faiblesses de la ville.

Lorsqu’il eut fini de parler, le Shodaime remercia une fois de plus les habitants de Kumo, qui l’applaudirent à l’unisson. Notre épéiste, satisfait de voir un tel spectacle, baissa la tête et ferma les yeux, en signe d’approbation. avant d’esquisser un sourire.

« Kumo est entre de bonnes mains… murmura-t-il après avoir esquissé un sourire. »

_________________
Seishirô Yamikaze:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 2 Aoû 2017 - 17:04
- « Oh… Il y a des jours où tu me surprends Genji ! »

En effet, Genji n’avait pas pour habitude de s’enflammer autant. C’était plutôt rare. Ceci étant dit, j’étais plutôt satisfait de voir que je n’étais pas le seul chez les Metaru à « supporter » Seijiro d’une manière ou d’une autre. Il était le bon choix pour l’évolution de notre village et j’espérais que ce dernier allait prospérer sous son ère. J’eus finalement un soupir avant de fourrer mes mains dans mes poches. Il était maintenant temps de se barrer d’ici. Ma destination ? L’hôpital. Après quoi j’allais regagner la raffinerie pour une réunion de crise, si on veut. Il fallait se relever de ce qui venait de se passer et je n’avais pas d’autres choix que de montrer le bon exemple en tant que chef de clan…

- « On bouge les gars… »


Je ne savais pas trop si Kira nous emboiterait le pas, et à vrai dire je m’en fichais un peu. Il pouvait continuer de se la jouer solo tant qu’il continuait d’agir pour le bien et pour l’honneur du clan. C’était ce qui importait après tout. Je finis signe aux autres Metaru qui ne bronchèrent pas et qui me suivirent docilement. Notre passage ne manqua pas d’attirer les regards, mais il faut dire que l’attaque que nous avions essuyés tout à l’heure nous rendait tous tendus. Un seul de nos regards suffisaient à intimider la plupart des kumojins et il n’était pas con de dire que nous étions le clan le plus dangereux à l’heure actuelle dans cette ville. Comme des animaux blessés et acculés. Prêts à tout, quoi.

Kumo entrait sous un nouveau règne et nous étions déterminés à marquer cette période de notre emprunte.

Sur cette pensée, je jetai un dernier regard vers le raikage avant de m’en aller, mains dans les poches et suivi par toute une meute de Metaru.

Je ne l’avais pas encore félicité, mais j’aurai certainement l’occasion de le faire demain au fameux conseil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u465

Game of Thrones : Intronisation Shodaime Raikage

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée
Sauter vers: