Derniers sujets
Partagez | 

Deux tigres sur la même colline - PV Inuzuka Fujin


Mer 19 Juil 2017 - 12:54

Il était à se demander parfois si l'être humain était parfaitement maître de lui-même ou si ce n'était qu'une illusion. Bien que nous puissions faire preuve de jugeote, nous étions bel et bien guidés par nos goûts, nos émotions, nos besoins... Certains animaux dont la mâchoire était puissante ressentait une douleur aux gencives qu'ils ne sauraient soulager autrement qu'en mordillant. Il n'est donc pas étonnant de les voir mastiquer tout et n'importe quoi en n'importe quelle circonstance, et ce favorisant le développement de leurs muscles de la mâchoire dont leur survie dépend tant. Personnellement, je n'avais pas de mâchoire à renforcer particulièrement, mais je ressentais ce besoin oppressant de m'entraîner, pour devenir plus fort chaque jour. J'avais besoin de ma dose quotidienne d'efforts dans ce sens pour me sentir bien, sous peine d'être mal dans ma peau. C'était sûrement pour cela que j'étais vu comme une véritable bête sauvage : mon instinct guidait ma vie bien plus que celle de quiconque.

Voici donc la raison de ma venue en ces lieux. Une vallée rocheuse, parsemée de crevasse et autres traces d'entraînements nombreux, parfois les miens, d'autres que je ne savais identifier, preuve que je n'étais pas le seul à connaître cet endroit si adapté pour pratiquer. Cela faisait déjà une bonne demi-heure que je m'échauffais en détruisant quelques rochers à mains nues. L'odeur de quelques individus fut portée par le vent jusqu'à moi. Ces senteurs n'étaient pas communes à celle des autres habitants de Kumo, pourtant, ils semblaient bien provenir du village. Sûrement ces individus étaient-ils particuliers... Curieux, je les attendis perché sur l'un des plus hauts rochers de la petite combe qui me servait de terrain d'entraînement, assis en tailleur. D'ici, ils ne pourraient me voir tant qu'ils ne seraient sortie de la sylve par laquelle ce lieu est accessible, mais ils ne pouvaient sûrement pas me louper dès qu'ils la pénétrèrent : j'étais juste devant eux, le regard ferme, comme si je les attendais. Le soleil levant éclairait le ciel mais était encore dissimulé derrière les sommets des montagnes, laissant l'air frais caresser mes joues et brasser ma longue tignasse alors que mes invités surprises faisaient leur entrée.

- Bouh.

Drôle de manière de les saluer me direz-vous. Mais je ne savais pas faire autrement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 19 Juil 2017 - 16:23

Sans doute était-ce l'inactivité crasse dans laquelle il était plongé depuis quelques semaines qui avait poussé Fujin à partir loin de la ville. Il savait que, de toute façon, les autorités de Kumo avaient mieux à faire présentement que de missionner un Genin. Et puis, après tout, s'il s'exilait volontairement le temps d'une semaine ou deux, c'était aussi pour servir son village, d'une certaine manière. Puisque l'objectif principal de ce court séjour hors des murs de Kumo, c'était bel et bien l'entraînement. Fujin avait fini par réaliser qu'il ne servait à rien de se comporter comme une larve en attendant qu'on se décide à le titiller. Il serait bien plus profitable d'entraîner son corps, et de se bouger un peu. Il avait besoin de se décrasser.

Il avait posé le camp dans une forêt, pas très loin du village. C'était dans les bois qu'il se sentait à l'aise, parce qu'il y avait vécu la majeure partie de sa vie. Ce retour à la nature lui fit le plus grand bien des les premiers instants. Il se plongeait dans une atmosphère non plus bercée par les cris des marchands et leur frénésie commerçante, mais au contraire par des gazouillis de passereaux et de hululements lointains. L'air était empli de senteurs musquées, qui remplaçaient les relents de charbon qu'on ne manquait jamais de sentir dans l'atmosphère légèrement viciée de Kumo. Kong aussi se trouva aussitôt dans son élément. Il ne mit pas longtemps avant de se plonger plus avant dans la forêt, en quête de quelque petit gibier pour se dégourdir les pattes et les mâchoires.

Cela faisait déjà trois jours que Fujin avait élu domicile parmi les arbres. Il passait le plus clair de ses journées à entraîner son corps et ses sens. Il avait conscience de ses atouts, qui étaient justement sa force de frappe brute, à mains nues, et sa capacité innée -en tant qu'Inuzuka partageant un lien privilégié avec les bêtes, et de fait étant lui-même une bête, en partie- à détecter les sons et les odeurs avec une sensibilité toute particulière. Selon lui, c'était justement ces deux domaines qu'il devait développer le plus possible s'il voulait avoir une chance d'être réellement utile à quelque chose sur le champ de bataille. Même si la perspective d'aller service son village à la guerre ne l'enthousiasmait pas du tout, sinon le répugnait ... Mais s'il devait y partir pour protéger les populations, sans doute y verrait-il un compromis qui lui conviendrait.

Le matin de cette troisième journée d'entraînement, donc, Fujin exerçait son corps contre des troncs d'arbres morts, qui s'effritaient sous ses coups. C'est entre deux frappes et au milieu des écorces qui éclataient sous ses phalanges qu'il perçut une légère odeur dans le lointain. Il s'interrompit aussitôt. Il était persuadé d'avoir reniflé quelque chose d'inhabituel, dans des contrées aussi sauvages. C'était ... Oui, c'était bel et bien une odeur humaine. Kong aussi l'avait perçue, car il ne tarda pas à s'approcher de son maître, la truffe levée. Ils se regardèrent un moment, semblant attendre l'acquiescement de l'autre. Puis, s'étant mis d'accord tacitement, Fujin monta sur le dos du ninken, et celui-ci s'élança à grandes enjambées en direction de l'odeur.

Ils parcourent un petit moment la forêt, jusqu'à finalement déboucher hors de ses frontières naturelles. Devant eux s'étendaient des plaines parsemées de rochers épars, dont certains avaient l'air en piteux état, trahissant des traces d'activité humaine. L'odeur était nettement plus forte ici. Sa source devait être proche. Et d'ailleurs ...

Fujin leva la tête en direction de la voix qui lui était parvenue. C'était bel et bien un homme, qui paraissait lui aussi en plein entraînement, à en juger par sa tenue. Ami ou ennemi ? Fujin se devait d'être méfiant. Il pouvait bien s'agir d'un intrus sur le territoire, après tout. Mais tout de même, il sentait sa curiosité piquée par cet énergumène. Il descendit à bas de Kong, qui jouait nerveusement des oreilles. Les yeux toujours levées vers l'inconnu, Fujin dit d'une voix parfaitement audible, en s'adressant à son ninken:

"Il semblerait que nous soyons tombés sur un monstre, dites donc."


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t511-inuzuka-fujin-en-reflexion http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Jeu 20 Juil 2017 - 14:16

- Il semblerait que nous soyons tombés sur un monstre, dites donc.

Rien de mieux que de tels mots pour flatter mon ego... Le regard toujours aussi perçant, je le plongeais dans celui de celui de Fujin sans bouger. Je laissais le silence s'installer, tentant de réprimer ce sourire mesquin qui malgré mes résistances parvint à étirer le coin de mes lèvres. Je ne savais pas qui était cette personne, mais c'était sûrement la première fois que j'étais aussi amusé de croiser un autre humain autre qu'un membre de mon clan, et ce depuis belle lurette. À sa manière de débarouler jusqu'ici, j'avais pu déduire qu'il savait que j'étais là avant de me voir. Et mon instinct me disait qu'il n'avait rien d'un humain des villes... C'était un homme-bête, tout comme moi. Sûrement était-ce la personne qui me ressemblait le plus parmi les habitants de Kumo. Nous étions donc deux fauves qui se rencontraient pour la première fois.

Mes poils s'hérissaient. Non pas que j'avais peur, loin de là, mais je ne pouvais réprimer mes réflexes bestiaux qui étaient d'hérisser le poil pour intimider mon adversaire. Mes cheveux semblaient prendre en volume, ma posture devint bien moins conventionnelle, à mesure que je courbais l'échine et crispais mes bras et mes doigts que j'incrustais dans la roche afin d'y prendre appui. J'étais désormais à quatre pattes, prêt à bondir, quand soudainement mon attention fut portée sur le ninken. Qu'était-ce donc que cette bestiole ? Jusqu'ici, je n'avais fait gaffe qu'à celui qui semblait être son maître. Sûrement ma partie humaine qui prenait le dessus. Je n'avais pourtant pas l'habitude de snober la faune. Finalement, mon sourire fut insoutenable, et j'eus la banane jusqu'aux oreilles, dévoilant une dentition carnassière. De quoi donner raison à celui qui me décrivait comme un monstre. Mais était-il bien placé pour dire ça ? N'était-ce pas là un point commun qui aurait pu nous rapprocher ? Au fond, j'aurais pu ressentir les choses ainsi. Mais c'était sans compter sur mon caractère de cochon, bien plus trempé que l'acier. Jamais je ne me serais montré sympathique de prime abord avec qui que ce soit qui empiète mon territoire en sachant pertinemment comment une bestiole dans mon genre fonctionnait.

- Partez.

Une manière bien sèche de les accueillir. Je ne savais pas faire autrement. Et mon petit doigt me disait que ça n'allait pas être apprécié. Que voulez-vous, il y avait après tout, un fauve de trop sur cette montagne. Peut-être même deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 21 Juil 2017 - 11:06

Fujin ne quittait pas des yeux ce personnage à l'allure improbable dans un tel milieu. Il était entre vigilance et curiosité extrême, et ne savait trop comment réagir. Une sorte de silence s'installait, mêlé de tension bestiale et d'attente mutuelle. Tous les deux semblaient patienter jusqu'à ce que l'autre fasse le premier pas. Mais cette pause n'était pas du goût de tous: Kong, nerveux, commençait à s'agiter, et, tout comme l'inconnu, son poil se hérissait lentement d'une forme d'angoisse qui risquait de devenir dangereuse, à un moment ou à un autre.

Fujin remarqua cette tension chez son compagnon, et ne put que constater la même chose chez cette sentinelle anonyme de la plaine. Qu'était-il, exactement, pour avoir les mêmes réactions qu'une bête à une simple rencontre ? Toujours est-il qu'à mesure qu'il se mettait en position de combat, qu'il semblait prendre son élan pour quelque chose, Fujin commençait à s'inquiéter. La méfiance et la prudence lui dictaient de se tenir sur ses gardes. Tous ses sens étaient en alerte. C'était vraiment un face-à-face formidable qui se jouait entre ces deux êtres pourtant assez différents de premier abord. Mais ils semblaient tous les deux être guidés par la tension de l'autre, et s'en nourrissaient.

Finalement, ce fut l'autre qui brisa le silence, d'un seul mot. Fujin leva un sourcil, quand Kong grogna. Partir ? C'était absolument hors de question. Mais il était au moins rassurant de voir que cet homme-bête -puisque c'était vraisemblablement là la nature de cet individu pour le moins singulier- savait parler. Même si pour l'instant ses phrases n'avaient guère comporté plus d'un mot ...

"Partir ? Tu rêves, mon pote. Quel genre de soldat je ferais si je laissais en liberté le premier individu louche comme toi, hein ?"

Alors qu'il parlait, Fujin avait tiré d'une poche de sa veste son bandeau de Shinobi marqué des nuages de Kumo pour le ceindre autour de son bras gauche.

"Vois-tu, mon devoir me commande de procéder à un interrogatoire formel. Que tu le veuilles ou non. Malheureusement pour nous deux, j'aime pas trop la parlote. Ca m'emmerde."

A nouveau, il planta son regard dans celui de son adversaire dans cette joute purement visuelle, pour l'instant. Il y avait quelque chose d'animal dans ces yeux-là. Fujin le reconnaissait bien, pour avoir un contact tout à fait particulier avec les bêtes lui-même. Mais, loin de le rassurer, cette caractéristique avait plutôt tendance à le rendre nerveux pour la suite des événements. Il savait combien les bêtes étaient imprévisibles quand elles n'étaient pas maîtrisées ...

"Alors, ramène-toi ! On va régler ça de la manière la plus simple qui soit."

Et, sur ces mots, il se mit en garde.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t511-inuzuka-fujin-en-reflexion http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Deux tigres sur la même colline - PV Inuzuka Fujin

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: