Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

3. L'Ombre d'un souvenir


Mar 26 Fév 2019 - 20:24

L'Ombre d'un souvenir


Même si beaucoup de Kirijins suivent les ordres du Mizukage, certains sont persuadés de l'innocence d'Hokkyokusei Yami. C'est d'ailleurs pour cela que lorsque la guerre civile éclata, certaines voulurent porter assistance au Chûnin qui était enfermé dans les geôles du village. D'autres, au contraire, voulurent placer en priorité l'élimination du possible traître.

Dans les deux cas, qu'ils cherchent à libérer ou stopper Hokkyokusei Yami, les trois Kirijins avaient la même destination : les geôles du village.

Et lorsqu'ils y arrivèrent, après s'être frayé un chemin entre les combats qui faisaient rage, ils purent découvrir non seulement que le condamné à mort s'était échappé mais surtout qu'ils n'étaient pas seuls.

En effet, devant les geôles, masqué par le nuage de poussière d'un récent affrontement, une imposante silhouette leur faisait face. Et les Kirijins ne tarderaient à voir que quelles que soient leurs convictions, elles ne pèseraient pas lourd face à cet homme...


Voici les règles et indications à suivre :
  • Lorsque c'est à votre tour de poster, vous disposez de 36h pour répondre.

  • Une seule fois durant tout l'événement vous pourrez demander un seul et unique délai de 12h.

  • En cas de non-respect des délais, votre tour sera sauté une première fois. Si cela se reproduit durant l'événement, vous serez exclu et subirez une pénalité d'XP.

  • Respectez les règles présentes dans notre Système de combat.

Règle(s) spéciale(s) pour cette Intrigue :
  • Ce groupe se déroule devant les geôles, après la libération de Yami par Inja. La zone sera transformée voire détruite en fonction des techniques utilisées
  • Serons récompensés les joueurs qui jouent leurs personnages sans tenir compte de ce qu'ils savent HRP : inRP, le choix de votre camp doit dépendre des convictions de votre personnage, de ce qu'il sait possiblement déjà etc.

Ordre de réponse :
  • Yuki Kaelia

  • Okubo Zô

  • Kurayami Zeref

  • Yuki Kaya

  • ???


Dernière édition par Maître du Jeu le Mar 26 Fév 2019 - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com

Mar 26 Fév 2019 - 22:08
L’ombre d’un souvenir.

Une guerre civile. Des explosions partout, des combats à n’en plus finir, une violence qui étoufferait même le plus courageux des hommes. Kaelia a participé à cette première allocution de la part de Watanabe Shiori, leur Mizukage, mais elle ne peut pas croire à ses accusations. Hokkyokusei Yami ne peut être le traître qui leur a été vendu. Il ne peut pas avoir fomenté un tel coup, pourquoi le ferait-il ? Ça n’a aucun sens. Kaelia est mue par l’intime conviction que cet homme n’est pas coupable des crimes dont il est accusé. Ça ne se tient pas, quelque chose cloche, quelque chose manque.

La brune, bien décidée à tirer cette histoire au clair, décide de se rendre dans un lieu qui ne lui est que trop familier : les geôles de Kiri. Surveillées depuis des lustres par la famille Yuki, cet endroit est celui qui détient son mentor, qu’elle croit innocent de tout son être. Le chemin est difficile, un parcours semé de très nombreuses embûches qui manquent de l’embarquer à chaque pas. Les gens se jettent les uns sur les autres et oublient qu’il y a encore quelques jours, ils avançaient tous main dans la main, pour la paix et la prospérité d’un même village. Au fond, Kiri n’a pas pansé ses plaies. Kiri n’a pas progressé.

C’est avec une grande peine mais une détermination sans failles que Kaelia pose un pied décidé face aux geôles. À sa grande surprise, Hokkyokusei Yami n’est plus là. Étonnant, n’est-ce pas ? Un sourire étire ses lèvres. Au fond, la Yuki est heureuse de savoir qu’il n’est pas ici, mais cela ne lui montre qu’une sombre réalité : le conflit ne fait que commencer.

Parmi le brouillard, ses prunelles se déposent sur une forme indistincte, dans la fumée. Quelqu’un. Une grande silhouette. Kaelia arque un sourcil, puis se met en position. Méfiante, la brune ne bouge pas et attend, mais elle est prête à dégainer s’il le faut. Yami ne fera pas partie des innocents, tués pour un crime qu’il n’a pas commis. Il ne sera pas emporté à cause de soupçons fondés, mais irréels. Non. Kaelia ne laissera pas une telle aberration avoir lieu. Pas encore, pas ici.

Avec tout son être, toute son âme, la Yuki se battra, quitte à y laisser quelques plumes. La guerre, c’est ça aussi. Mais la guerre, c’est aussi se battre pour des valeurs, pour une vision, pour une opinion, partagée ou non. Kaelia inspire profondément. Pour une Kiri nouvelle. Pour une Kiri lavée de ses jugements hâtifs et incomplets. Pour l’avenir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Mar 26 Fév 2019 - 23:17
Comme beaucoup d'autres Kirijins, presque tous, même, Zô avait entendu le discours de la Mizukage. C'était la première fois qu'il la voyait en chair et en os, celle dont il avait parfois entendu parler sans jamais parvenir à mettre un visage ni une véritable action sur ce nom et ce titre. Et il la voyait alors, pour la première fois, déclarant aux siens qu'ils avaient été trompés par certains des agents les plus puissants de la paix du village. Qu'ils avaient été trahis. Que des hommes qui pouvaient passer pour les piliers de l'autorité et de la sécurité du village n'était en fait que des traitres. Que tout le système de Kiri était corrompu jusqu'à l'os, en somme ... Car, qu'elle ait raison ou qu'elle ait tort, cette déclaration publique ne pouvait signifier qu'une seule chose: il y avait quelque chose de pourri à Kiri. Une chape nauséabonde qui planait sur le village, sourde mais pestilentielle.

Puis la guerre éclata. Et plus rien ne devait être comme avant. Zô se retrouva emporté dans une foule qui se précipitait en tous sens, qui hurlait. Elle n'avait rien de celle qu'il connaissait, et qu'il avait commencé à apprivoiser au cours de ses quelques semaines de vie au village. A présent, il faisait face à un peuple paniqué, plongé dans la violence, se faisant face. Une guerre civile, en somme. Plus d'alliés, plus que des ennemis. L'ensemble du monde était à reconsidérer. Tous ceux que l'on croyait connaître devenaient des adversaires en puissance. Et l'on était forcé de choisir un camp, sans pouvoir se réfugier dans le calme giron de la neutralité. Il fallait courir, à perdre haleine, vers la voie qui semblait la plus juste, sans se retourner et sans hésiter, car sinon ...

Zô fit fonctionner ses neurones à vive allure, aussi rapidement qu'il le pouvait. Le tout était de savoir s'il faisait confiance ou non à la Mizukage. Croyait-il en la culpabilité de ces deux prétendus traîtres ? Sur quoi reposaient les accusations de l'ombre ? Elle n'avait exposé aucune preuve qui semble digne d'intérêt ... Et à vrai dire, Zô n'était pas certain d'avoir grande confiance en elle. Elle avait semblé exaltée, au balcon de son palais. Emballée. Trop à son goût. Trop pour qu'elle puisse encore se permettre cette marge d'erreur qui faisait qu'elle pouvait à tout moment revenir sur ses positions, et ainsi ne pas tomber dans l'inconséquence la plus terrible. Alors que faire ?

La solution paraissait s'imposer. Aussi vite qu'il le pouvait, Zô fendit la foule. Il poussa les civils, tentant de mettre en avant autant qu'il le pouvait son bandeau de shinobi. Il se dirigeait droit vers les geôles. Si c'était là qu'était enfermé le prisonnier apparemment traître aux siens, alors c'était là qu'il devait aller lui aussi. Il devait en apprendre plus auprès du principal concerné, se forger sa propre opinion. Il était certain, à présent, de ne pas faire entièrement confiance à la Mizukage. Même, il avait plutôt tendance à se méfier d'elle. Nerveusement, il tâta sa ceinture et fut un peu réconforté d'y trouver l'épais rouleau, si familier à son toucher, qui renfermait sa marionnette. Il fallait s'attendre à des combats. Le village entier semblait trop exalté pour ne pas se livrer à la violence. Le monde était embrasé d'une ardeur soudaine, nouvelle.

Zô arriva vite aux geôles. Quelqu'un d'autre était déjà là. Une figure féminine, qu'il ne connaissait pas. Et devant elle ... Sans doute une des masses humaines les plus colossales que Zô ait jamais eu l'occasion de voir. Et qui semblait assez peu disposée à la discussion. Le marionnettiste se plaça d'un bond au côté de la jeune inconnue, et se mit aussitôt sur ses gardes.

"Je suis Okubo Zô, Genin. Je viens vous prêter main forte."

Inutile de révéler les véritables intentions de sa venue aux geôles. Le danger immédiat semblait écarter toutes les autres préoccupations. C'était la guerre, la vraie, qui se tenait là, montagne d'horreur, face à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5098-okubo-zo

Mer 27 Fév 2019 - 13:07
Je ne me soucie guère des habitants de la brume, et le fait d’assister à cette allocution n’est qu’une façon de ne pas faire de vagues. Au fond, qu’il y ait un traitre à Kiri, ce n’est pas mon problème, et m’opposer aux supérieures n’est pas vraiment dans mes plans, tout du moins jusqu’à ce que je quitte le village et que je sois pourchassé pour désertion. Encore, même ce plan n’est plus une certitude depuis que …Kaelia, justement, celle qui prend la parole pour remettre en question nôtre Mizukage, c’est elle la raison du bouleversement dans mes plans. Et je suis un peu étonné, voire surpris, de son intervention, bien que je ne connaisse pas grand-chose de ses motivations politiques, car elle est toujours si calme, lorsque l’on est ensemble… Quoi qu’il en soit, elle semble douter des propos de la dirigeante, et pour ma part, je préfère ne pas la laisser partir seule, pensant qu’elle pourrait faire quelque chose d’irréfléchi.

M’échappant tant bien que mal de cette foule, que je n’avais pas vraiment remarquée jusqu’alors, je finis par arriver dans une rue, et je l’aperçois au loin. Je ne cherche pas plus loin et me décide à me transformer en loup, pour être sûr de ne pas être distancé. Un peu inquiet de sa réaction, si elle vient à savoir que je la suis, je garde mes distances, mais je ne la perds ni de vue, ni d’aucun autre de mes sens pouvant m’aider à la pister. Je comprends assez vite quelle est sa destination, et cela m’inquiète de plus belle. Les bruits ambiants, les explosions, les combats ne me font pas peur, mais la situation est critique et il pourrait bien lui arriver quelque chose, dans tout ce chaos. Elle finit par atteindre les geôles, et je suis juste derrière, avançant à … pas de loup. Suivant ses traces, évitant les éventuels personnes qui pourraient essayer de m’arrêter, je finis par me trouver devant la même situation… Qui est cette personne qui paraît immense ? Je reprends forme humaine, non loin de la Yuki – elle peut aussi bien m’avoir déjà remarqué – et je ne bouge pas plus qu’elle… Je ne dis rien, non plus, car la personne qui nous fait face pourrait être un terrible adversaire, et s’il est aussi fort qu’imposant, alors nous n’avons pas beaucoup de chances contre lui.



_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 28 Fév 2019 - 22:00

Eh bien, que de révélations faites par Shiori, actuelle Mizukage et camarade de combat de longue date… Elle la connaissait très bien, et lui faisait globalement confiance. Mais Kaya n’était vraiment pas du genre à obéir aux ordres sans réfléchir. Les décisions qu’elle prenait étaient les siennes, et celles de personne d’autre. Au mieux, elles pouvaient être légèrement influencées, mais pas plus. Ce qui la chagrinait beaucoup, c’était qu’elle se retrouvait à voir s’opposer Shiori et Inja, deux personnes qu’elle porte dans son estime. Cependant, l’une d’entre elle avait forcément raison, et l’autre tort.

Elle était confuse, et avait du mal à croire à tout ce que Shiori avait pu dire… Mais pourtant, elle était loin d’être folle en temps normal… Kaya ne savait pas vraiment trancher son choix, mais voir le village tomber dans ce chaos lui faisait penser à l’épisode de l’arrivée de Hakyo Hyosa, où justement les kirijins s’étaient retrouvés séparés en deux camps voulant mutuellement s’étriper. Dans la joie et la bonne humeur évidemment. Enfin, en tant que cheffe du clan Yuki, et sachant que les geôles étaient un lieu très sensible accueillant des dangereux prisonniers, mais aussi ce fameux Yami, dont elle n’avait pas vraiment d’avis tranché à son propos.

Poussant un soupir en voyant ainsi son village déchiré par une simple annonce, elle se fraya un chemin en prenant un peu de hauteur, jusqu’à arriver à ce lieu si proche de l’enceinte de son clan. Cette fois, pas question de rester à l’entrée en attendant que quelque chose se passe ! La jolie blonde pensait se rendre immédiatement à l’intérieur de ce lieu généralement peu joyeux, dont la morosité était bien représentée par son humidité et par ses murs en pierre souvent assez froids. Mais cette fois, effectivement, pas besoin d’attendre à l’entrée. Puisque cette entrée était déjà bien gardée, premièrement par un grand nuage de fumée, mais surtout par une silhouette impressionnante.

Sur place, elle remarqua déjà quelques Kirijins, visiblement assez peu gradés étant donné qu’elle les connaissait au mieux assez peu. La seule qu’elle connaissait à peu près était Kaelia, puisque membre de son clan… Et encore, elle n’avait pas énormément de temps à consacrer aux rencontres dernièrement… Sans attendre, Kaya fit quelques rapides mudras, et comme lors de l’épisode des sources chaudes, de la neige commença à tomber sur la zone. L’objectif était simple : identifier plus facilement la silhouette, mais aussi en faire apparaître d’autres potentiellement camouflées.



« Bonjour, Yuki Kaya. Gardez vos distances, nos geôles gardent certains vrais monstres dont le physique n’a d’égal que leur folie … Attendez qu’on arrive à l’identifier avant de foncer tête baissée. »

Dit-elle, son regard glacial planté en direction de la silhouette, prête à réagir au moindre de ses mouvements. Surtout, elle se demandait si elle allait reconnaître l'un des prisonniers, car elle en connaissait pas mal de fait du rôle de son clan dans la tenue des geôles...



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Dim 3 Mar 2019 - 11:07
« C’est vraiment un Kirijin qui a fait sauter les geôles ? J’pige vraiment rien à ce village… »

Et pourtant, dans la poussière soulevée par l’attaque qui avait faite céder la prison, c’était bien l’esquisse des vagues propres à Kirigakure no Satô qu’Akimichi Obayo avait cru voir. Si sa propre cellule n’avait pas réellement été ciblée, l’assaut avait laissé suffisamment d’opportunités pour que le Lieutenant du Collectif ait de quoi se sortir de là. Voilà un moment qu’il attendait ça.

Son premier réflexe fut de se pencher pour reprendre son paquet de cigares sur le cadavre d’un geôlier. Il en gratta un sur le cuir de son talon, puis l’apporta jusqu’à sa bouche. En sortant enfin des geôles, Akimichi Obayo respirait enfin l’air frais, à peine altéré par la fumée de son premier cigare. Cela avait été son plus gros manque : fumer, à nouveau.

« Non, j’ai dû rêver. Les Kirijins sont quand même pas assez cons pour se taper entre eux… »

Malgré la fumée qui obscurcissait sa vision sur les alentours, il n’avait pas manqué la nouvelle présence de plusieurs shinobis de la Brume. Tandis que l’air chassait le brouillard, l’Akimichi se dévoilait, les yeux rivés sur ses nouveaux probables adversaires.

« … n’est-ce pas ? »

Il haussa les épaules. Non seulement il ne semblait pas inquiet du tout de faire face à un quatuor de Kiri, mais il semblait même désolé pour eux. Il s’expliqua rapidement.

« Je vous conseille rapidement de fuir, si on m’a permis de sortir de votre cellule miteuse là, ça ne peut vouloir dire qu’une chose… le Boss n’est pas loin. »

Akimichi Obayo pensait bien entendu au Juge Blanc, chef iconique du Collectif.

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 4 Mar 2019 - 1:22

L'Ombre d'un souvenir.


La tension monte, monte, monte. Le cœur de Kaelia accélère de plus en plus, à mesure que la colère gronde tout autour d’eux. La guerre civile … Elle en a déjà entendu parler, mais a-t-elle un jour imaginé que celle-ci viendrait jusqu’à leurs portes ? La Yuki, idéaliste en pleine désillusion, s’est toujours imaginé que tout irait mieux. Que les Kage se débrouilleraient pour faire régner la paix au village, qu’ils maintiendraient le calme et permettraient un monde plus serein. C’était une grossière erreur.

Une première personne apparaît, un inconnu. Okubo Zô. Genin, comme elle. Un autre compagnon de galère. Si jeunes, si peu expérimentés, et pourtant les voilà. Dans les bras du danger, à se livrer corps et âme pour espérer … Espérer quoi ? Trouver Yami, pour Kaelia, mais elle sait que c’est impossible. Les autres ? La brune ne le sait pas. Ses prunelles balayent les alentours. Deux autres silhouettes se dévoilent. Zeref. Un sourire étire doucement ses lèvres. Un compagnon de confiance pour la bataille. Certes, il prend des risques, lui aussi … Mais Kaelia se sent déjà plus en confiance, plus … sereine. Pourtant, ils ne sont pas plus expérimentés l’un que l’autre … Peu lui importe, à vrai dire. Kaelia est heureuse. Ce sentiment se renforce quand la neige apparaît sur le terrain. La neige … Une Yuki. Son être se détache de la brume et apparaît aux yeux de tous. Yuki Kaya. Sa cheffe de clan. Une femme particulièrement forte, connue pour sa beauté, ses formes, mais aussi pour sa force. Une femme à ne pas sous-estimer. Le sourire de Kaelia s’agrandit. Elle hoche la tête. Oui, il faut y aller doucement, elle a raison.

À travers la fumée se détache une forme inconnue à la Genin. Un homme, plutôt bien rond. La forme apparaît peu à peu, se détache pour devenir visible. Kaelia ne l’a jamais vu, mais … Mais il a l’air de ne pas comprendre ce qui lui arrive. Les Kirijins sont assez « cons », comme il dit, pour se taper les uns sur les autres. Malheureusement, c’est un fait. Néanmoins, s’il y croit, c’est que son « boss », comme il dit, ne doit pas être un ninja du village. Kaelia brandit son arc et se met en position. Kaya leur a dit de ne pas attaquer précipitamment. Peut-être … Non. C’est illusoire. Penser qu’il n’attaquera pas est stupide. Mais Kaelia ne peut pas se résoudre à jeter la première pierre, pas tant qu’elle n’est pas certaine qu’il ne lancera aucune offensive. Il paraît qu’il vaut mieux prévenir que guérir, mais parfois … La défense est la meilleure attaque.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Lun 4 Mar 2019 - 9:54

Ils étaient quatre, maintenant, à faire face à cette sorte d'immense boulet humain. Zô avait légèrement tiqué à l'arrivée des deux autres. Il n'en connaissait aucun. Il était plongé dans la peur du combat sans aucun soutien familier. Ce n'était pas particulièrement rassurant ... Mais il n'avait pas le choix: il était désormais plongé dans le fondement de son métier de shinobi, dans ce pour quoi il avait pris le bandeau de Kiri et s'était placé sous les ordres du Mizukage. Sur ce dernier point, il restait dubitatif. Mais sa tâche n'en était pas altérée pour autant: il devait protéger les civils, et cela commençait par assurer la sécurité de ces geôles.

La figure du prisonnier échappé était décidément impressionnante. Il parlait d'un "Boss". Zô doutait que cette personne ait quoi que ce soit à voir avec ce qui venait d'arriver au village. Y avait-il une confusion ? Se faisait-il des films ? Ou bien y avait-il vraiment son chef ici, à Kiri, qui participait aux événements ? Zô ne pouvait rien en dire. Il ne savait même pas qui était ce prisonnier énorme, à la carrure de géant. Il aurait donc été bien en mal de savoir ne serait-ce que qui était son chef, et encore plus où il était en ce moment. Mais son instinct lui disait que le prisonnier faisait fausse route. De toute évidence, il y avait méprise ...

Qu'avaient-ils comme atout de leur côté ? Le nombre, sans doute. Et cette shinobi, la dernière arrivée, semblait assez expérimentée. Zô pensait bien avoir déjà vu son visage quelque part, mais il n'aurait su dire où. Peut être était-elle une des figures remarquables parmi les shinobis de Kiri ? Ce serait alors un réconfort, car le reste d'entre eux, les trois autres, semblaient assez peu expérimentés. Elle était une Yuki, de toute évidence. En témoigne la neige qu'elle avait fait tomber sur les lieux dès son arrivée. Et elle n'était pas des plus désagréables à regarder. Mais Zô doutait que sa seule beauté, ou quelque autre atout physique, suffirait à restreindre le prisonnier évadé.

Il faudrait donc passer à l'action. Mais sans précipitation. Connaissant ses forces et ses faiblesses, Zô était à peu près sûr qu'attaquer en premier aurait été une mauvaise idée. Mais au moins, il pouvait se préparer en cas d'assaut surprise de leur adversaire. Il saisit dans son dos son petit rouleau de parchemin, et le déplia d'un mouvement ample. Un instant plus tard, sa marionnette Oiwa surgit d'un nuage de fumée. Entièrement couverte d'un drap noir. Un crâne de chèvre en guise de visage. Il était prêt. Il espérait seulement que ce ne serait pas la dernière fois qu'il aurait l'occasion de desceller son pantin ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5098-okubo-zo

Lun 4 Mar 2019 - 12:46
J'assiste à une scène surréaliste. D'un côté, je me dis qu'être venu ici est une erreur, car ma vie sera indéniablement en danger... Une prison en partie détruire, des prisonniers sans doute en fuite, d'autres souhaitant se venger... Comme cet homme obèse, qui ne dévoile pas son identité, ce qui m'empêche de savoir qui il est. Je peux deviner à sa corpulence qu'il doit s'agir d'un coriace combattant de corps à corps, ce qui me met dans une situation assez mauvaise. Du reste, je découvrirai sans doute bientôt ce dont il est capable. D'un autre côté, je suis tout de même rassuré d'avoir suivi Kaelia, car seule, elle risquerait d'avoir de grosses difficultés... Même si je ne connais pas sa force réelle, il est impensable qu'une simple Genin puisse affronter ce géant d'elle-même... D'ailleurs, je remarque seulement maintenant qu'il y a une autre personne, qui était là avant moi. Yuki Kaya a également fait son apparition, lançant un premier jutsu et nous donnant des indications... Je me rends compte de deux choses, d'ailleurs, la première étant que je l'ai déjà croisée, brièvement, aux sources chaudes... Lors de cette nuit assez étrange... Et la seconde, c'est qu'il s'agit d'un membre du clan de Kaelia, elle est donc une manipulatrice du Hyôton, elle aussi... Enfin, sa technique le montre assez explicitement, de toute façon. Au tour de l'inconnu d'agir, dévoilant un tour relativement captivant... Un marionnettiste. Ces combattants qui se spécialisent dans l'utilisation de pantins pour se battre, qui peuvent s'avérer de puissants adversaires, d'après ce qu'on en dit... Mais je n'étais pas au courant que certains de ces ninjas extravagants se trouvaient ici, à Kiri.

Les propos du prisonnier sont assez mystérieux. Il a l'air d'être persuadé que son chef va venir ? Pourtant, les événements actuels ne me permettent pas de le dire avec certitude... Je réfléchis un peu, et me dit que s'il a raison, alors il est sans aucun doute un allié des présumés responsables de la tentative de coup d'état... Un camarade de ce Kagai Inja et de l'autre prisonnier, Hokkyokusei Yami, celui-là même qui était censé se trouver ici... J'ai des doutes, sur ces possibilités, car s'il s'agissait de ces personnes, pourquoi ne pas avoir appelé cet homme énorme avec eux, et l'avoir laissé ici ? La lumière sera faite, mais pour l'heure, il faut que nous restions sur nos gardes. La brune a sorti son arc, le marionnettiste son pantin, et la blonde a lancé une sorte de neige dont les effets me sont inconnus, si toutefois elle en a. Pour ma part, je ne compte pas me transformer pour l'instant, alors je saisis simplement un kunai dans ma pochette, pensant à une technique en particulier que je vais utiliser s'il nous attaque...

résumé:
 


_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 5 Mar 2019 - 22:38

Le vent aidait la poussière à se disperser autour de la zone, et alors que le doute était assez faible, il devenait maintenant inexistant. Une telle carrure discriminait énormément d’ennemis possibles, mais Kaya pouvait désormais être formelle, Akimichi Obayo était en face d’eux, sortit de la prison. La Sanjikan poussa un long soupir, car elle savait que cet adversaire était redoutable, et surtout que son évasion était d’une incohérence terrible. Faire s’évader un ami, pourquoi pas, mais entraîner la libération de nombreux criminels…? Si Inja était vraiment innocent, il n’en resterait pas assez inconscient pour avoir fait ça aux geôles. Enfin, pour le moment, Kaya ne voyait que cette montagne qu’elle n’avait pas combattu elle même, mais dont elle avait entendu parlé longuement grace à Shiori notamment. Sa fiche était donc assez complète dans les dossiers secrets de Kiri.

Elle observa brièvement ses camarades, et remarque assez vite des informations qui pourraient être utiles à la stratégie à employer par la suite. Kaelia avait sorti un arc, un autre avait invoqué une marionnette et le dernier ne dévoila rien de bien intéressant autre qu’un Kunaï.

“Vous avez en face de vous un expert en Doton… Sa force est remarquable.”

Dit-elle afin que les kirijins prennent l’information. Mais très vite, elle écouta avec attention les paroles de l’évadé face à eux, qui se montrait déjà menaçant. Cependant, il semblait tout à fait à côté de la plaque. Il pensait que son boss était dans le coin. A part s’il s’agissait d’un traître Kirijin, chose qu’elle avait du mal à imaginer, Obayo faisait complètement fausse route. Très rapidement, elle effectue alors des mudras et cible les pieds de son ennemi avec sa main droite. De la glace se forme alors à ce même endroit, altérant les mouvements possible de ce dernier.



“Pour le moment, personne ne bouge, Obayo… Ton boss comme tu le dis si bien, n’est pas du tout dans les parages, et de ce fait, je ne te conseille pas de tenter des choses trop audacieuses… Coopère, et tout se passera pour le mieux, d’accord?”

Son ton était clairement autoritaire, allant de paire avec son regard glacial qui évoquait parfaitement son appartenance au clan Yuki. Cependant, Kaya avait assez peu d’espoir pour le raisonner, mais au moins elle lui parlait tout en l’immobilisant, ce qui le rendait à priori moins dangereux. Au moindre geste de rébellion de ce colosse, elle n'hésitera pas à dégainer à son tour. Sous ses belles paroles se trouvait une personne en alerte totale.

résumé:
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

Mar 12 Mar 2019 - 14:32
Des quatre visages qui lui étaient opposés, Akimichi Obayo ne reconnaissait que celui de Yuki Kaya, dont sa place à la tête de son clan était à la hauteur de son rôle dans le village caché de la Brume. Avant de frapper le village il y a plusieurs mois, le Collectif avait bien entendu placé la jeune femme parmi les atouts Kirijins. De tout le quatuor Kirijin, le Lieutenant savait que ce serait elle qui porterait la Brume dans cet affrontement.

Car oui, le combat semblait inévitable. Dans les yeux des shinobis, il y avait cette lueur qui reflétait l’envie ou en tout cas la préparation pour s’attaquer à leur ennemi. Et du côté de l’Akimichi, il y avait cette liberté retrouvée qui éveillait ses instincts de combattant. S’il était bel et bien prêt à laisser s’échapper les Kirijins s’ils acceptaient de l’ignorer, il n’aurait rien à redire sur un refus de leur part, tant il apprécierait combattre à nouveau.

C’était ce qui allait se produire. En effet, sous l’impulsion de leur cheffe Yuki, les Kirijins semblaient affirmer que le Juge Blanc – leader incontestable du Collectif – n’était pas ici. Et dans le ton qui était le sien, Kaya semblait même signifier que l’organisation criminelle n’était pour rien dans tout ce qui se passait ici.

La technique Hyôton avait même piégé les pieds du Lieutenant, qui accueillait les dires adverses avec un air dubitatif. Sans être véritablement dépité, il était aisé de voir que l’ex-détenu réfléchissait à ce qu’il venait d’entendre. Mais sous ses joues rondouillardes, un rictus apparut.

« Si ce que tu dis est vrai… alors cela veut dire que l’homme qui a libéré l’un des siens toute à l’heure était bien un Kirijin. Pourquoi vouloir me combattre… »

Aussitôt, Obayo composa le mudrâ du serpent et frappa le sol sous ses pieds. La terre ne tarda pas à trembler et se fissurer à une vitesse impressionnante, tout autour de lui. Expulsant à nouveau de la fumée, il se releva aussitôt.

« … alors que vous êtes au bord de la guerre civile ? »

Tandis que la glace l’entravant se brisait à hauteur que son séisme faisait effet, le Lieutenant était déjà en train de retrousser sa manche, dévoilant un Fûinjutsu qu’il pouvait utiliser maintenant qu’il était libéré. Après y avoir placé deux de ses doigts, il déstocka ce qui ressemblait à trois pilules aux couleurs différentes…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 12 Mar 2019 - 23:26

L'Ombre d'un souvenir.


Un sourire. Juste un sourire, là, sur ses lèvres, alors que la nervosité grimpe en elle. Ses compagnons se sont mis en position, dans le doute, histoire de réagir si jamais la silhouette faisait un mouvement de travers. Un expert en Doton, qui porte le doux nom d’Obayo. Un méchant, définitivement, mais un méchant qu’elle ne connaît pas. Quelqu’un qui n’a pas l’air de comprendre plus qu’eux ce qui lui arrive, à vrai dire. À vrai dire, Kaelia ne se soucie pas de savoir s’il comprend ou s’il ne comprend pas. Quelque chose ne va pas du tout avec cet homme : s’il était emprisonné, c’est que … Sa pensée s’arrête. Sa peine de prison est-elle légitime ? Qu’est-ce qui l’a mené là ? Faisait-il partie de ceux qui ont attaqué Kiri, il n’y a pas si longtemps ? Son boss serait à la tête de cette offensive, dans ce cas … Et ça expliquerait plein de choses.

Le gros bonhomme détruit l’entrave de Kaya avec une technique Doton, comme leur avait indiquée la cheffe du clan Yuki. Défense ou manière de se montrer offensif ? Le suspense retombe instantanément lorsqu’il passe son doigt sur le sceau sur son bras. Il va les attaquer. Il ne les laissera pas s’en tirer de cette façon. Heureusement, ou malheureusement, les quatre ninjas sont parés. La jeune Kaelia donnera tout ce qu’il faut pour l’empêcher de sortir. Qui sait ce qu’une telle menace peut aller faire, ailleurs ? Ce qu’ils risquent s’ils le laissent partir ? Non, hors de question. La brune compose des premiers mudras. Un vent glacial se lève tout autour d’Obayo. Oh, cela lui paraîtra sûrement risible, au début. Inutile, sûrement. Mais peu importe.

« Soyez prudents. »

Ses prunelles se posent sur Zeref avec une plus grande douceur encore. Surtout lui, surtout lui.

La Genin s’écarte un peu et met de la distance entre elle et la troupe, puis compose de nouveaux mudras. Des clones. Trois copies parfaites, qui s’élèvent et se séparent un peu partout, dans un ordre aléatoire. Une fois bien réparties, les quatre Kaelia brandissent leur arc. Simultanément, elles tirent toutes une flèche, chacune provenant d’une direction différente. Parmi ces flèches, trois sont de simples flèches, mais la dernière est un peu particulière. La brune joue sur le vent tout autour de leur adversaire et la combinaison avec ses partenaires pour tenter quelque chose. Advienne que pourra, comme on dit. L’important, c’est de donner son maximum.

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/u782

Mer 13 Mar 2019 - 19:49

Zô se tenait sur ses gardes. Il sentait déjà une goutte de sueur perler au coin de ses tempes. Pourtant, le fond de l'air n'était pas si chaud. Il avait même tendance à se rafraîchir. Etait-ce la présence de ces deux Yuki qui glaçait peu à peu l'atmosphère ? Cette chaleur si singulière qui le prenait aux tripes, maintenant, n'était sans doute pas l'effet de la météo, cependant. Il sentait l'adrénaline se répandre dans son sang. Son coeur palpiter avec plus de force, battre la chamade jusqu'à donner l'impression qu'il allait éclater. Ses cellules grises s'activaient avec plus d'énergie que jamais. Et ses doigts tremblaient de l'anxiété du combat. Et pourtant, dans ses yeux, on ne lisait rien de la crainte du néophyte. Son regard était froid, dur, dépourvu d'émotions. Il lui semblait avoir quitté son propre corps. Une sorte d'absence, prémisse aux moments terribles.

Ses camarades de l'instant étaient eux aussi prêts à passer à l'action. La tension était palpable, presque. Les recommandations fusaient. Et déjà, le combat commençait. Zô sentit la terre trembler sous ses pieds. Ce fut comme un brusque retour à la réalité. Il s'accroupit sous la surprise, craignant de tomber s'il restait debout. Par en-dessous, il entendit le mot de la jeune fille, la jeune Yuki, avant qu'elle ne se lance à l'assaut. Il vit également son regard en direction de son autre camarade, dont il ignorait le nom. Il sentit aussitôt comme un pincement au coeur. D'autres semblaient poser sur la table des enjeux bien plus grands que lui, aujourd'hui. Des enjeux qui vaudraient la peine d'être sauvés, sans doute, en temps utile.

Il activa ses doigts, d'abord avec lenteur, puis, retrouvant son aise habituelle, avec une dextérité admirable. D'un oeil, il observait les premiers échanges du combat. Il avait bien remarqué les trois pilules surgies d'un sceau et dont s'était armé le prisonnier. Mais déjà, il était surpris par le déploiement de talents de ses pairs. Il allait lui aussi essayer de faire montre du meilleur de ses capacités. Ils allaient acculer l'ennemi sous un flot de projectile, le faire crouler sous les assauts lointains, et l'empêcher d'approcher à tout prix.

Zô effectua un mouvement de doigt bref, sec. Un cliquetis se fit entendre venant du buste de sa marionnette couleur de nuit, mais qui fut couvert par le tumulte chaotique des premiers moments du combat. Puis, Zô agita à nouveau sa main, fit danser ses phalanges, le tout avec une précision de musicien. Oiwa, le pantin au crâne de chèvre, émit alors un grondement sourd et, sans aucun signe avant-coureur, fit jaillir de son buste, déchirant l'étoffe noire, une trentaine de senbons. Les projectiles prirent pour cible le prisonnier, suffisamment imposant pour que Zô soit sûr de ne pas avoir manqué sa cible.

Ils y étaient. Au coeur du combat. Au coeur de la guerre. Le sang bouillonnait déjà dans les veines, dans les artères. Bientôt, il couvrirait le pavé. Restait à savoir s'il s'agirait de celui des bons ou du méchant ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5098-okubo-zo

Jeu 14 Mar 2019 - 20:37
J'assiste aux évènements d'un œil attentif. Les échanges de paroles entre Kaya, la spécialiste en Hyôton, tout comme Kaelia, et Obayo, le manieur de Doton, sont assez inutiles, au fond. Nous sommes cinq ici, quatre contre un, et ce type qui était en prison jusqu'à quelques instants auparavant ne compte sans doute pas y retourner, ce qu'a bien compris la blonde qui n'essaie même pas de le raisonner. Elle l'immobilise, cela dit, ce à quoi répond l'obèse par un coup vraiment fort, qui me fait presque trébucher malgré la distance. Je consolide mes appuis, scrutant mes alentours. Armée de son arc, la brune s'éloigne du groupe accompagnée de ses clones créés juste avant, alors qu'elle nous demande d'être prudents... Son regard à mon égard est assez équivoque, même pour le marionnettiste, qui a dû avoir tout le loisir de s'en rendre compte. Mais je m'en fiche, et elle aussi, donc je me re concentre aussitôt sur l'adversaire. L'homme aux pantins prend à son tour une initiative, qui consiste à envoyer un bon nombre de projectiles. Je regarde la scène avec un intérêt certain, ce n'est pas tout les jours que l'on voit ce type de combattant, après tout.

Mais mon tour est venu, j'analyse la situation, entre les flèches de mon élue et les projectiles de l'encapuchonné, je ne peux censément pas me rendre au contact de l'ennemi. En fait, même sans ça, j'aurais été suicidaire de le faire... Mon kunai en main, je dois avant tout garder mes distances, pour l'instant, le temps de savoir ce que vaut vraiment cet homme rondouillard... Je me décale alors rapidement, non pas en direction de l'ennemi, bien que je réduise cette distance quelque peu du fait de mon saut oblique, mais de cette façon, je peux effectuer des mudras et cracher une boule de feu, de faible taille, rien de bien fou en somme. Elle fonce alors vers lui, dans une course qui ne coïncide ni avec les flèches, ni avec les senbon, pour ne pas laisser la possibilité à l'ennemi de réagir... Mais l'astuce est là : cette boule n'a pas pour but de faire des dégâts... Pas réels en tout cas. Lorsque la chaleur se fera sentir, Obayo sera plongé dans une illusion qui lui donnera l'impression d'être brûlé vif. La vraie boule disparaitra, mais cela devrait pouvoir le déstabiliser ne serait-ce qu'un instant, il suffit... que la chaleur l'atteigne, et ce sera dans la poche. Mais va-t-il tomber dedans ? Je me mets sur mes gardes, me disant que la stratégie n'est pas vraiment mon truc...

résumé:
 


_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 15 Mar 2019 - 14:52
Son regard glacial restait ancré sur cette masse humaine face à elle pour le moment. Elle ne voulait en aucun cas baisser sa garde car s’il décidait d’entamer les hostilités, alors elle devrait être extrêmement réactive. Sa phrase est cependant loin d’être dénuée de sens. La guerre civile était envisageable, comme lors de l’arrivée de Hakyo, mais parfois, certains problèmes sont tout aussi important que d’autres. Et Obayo, c’était un problème. Un gros problème, littéralement. Lui dire serait cependant déplacé et risquait de décupler sa puissance à cause de sa rage. D’ailleurs, il fit preuve de sa force rien qu’en brisant les liens que Kaya venait de lui imposer aux pieds.

Elle ressentait la secousse et voyait le sol se fracturer tout autour de lui. Fort heureusement, elle ne fut pas déstabilisée plus que ça pour autant grâce à la distance qui séparait les deux personnages. Cette fameuse distance qu’elle prendra un grand soin à entretenir. Mais les fissures, elles, avaient projeté des morceaux de pierre qui, pour certains, furent éjectés dans sa direction. Elle se contente alors de faire quelques mudras et de générer un mur de glace afin d’empêcher les projectiles de l’atteindre. Vu la puissance de la secousse, il était encore plus évident qu’être au corps à corps lors de cette attaque aurait été dévastateur…


“Le combat n’était pas obligatoire, et nous ne l’avions pas insinué. Mais honnêtement, nous savons très bien que la discussion n’est pas ton grand point fort. Alors si tu insistes...”

Elle jette rapidement un coup d’oeil aux autres Kirijins présents, et remarque qu’ils avaient déjà pris l’initiative de passer à l’attaque. De ce fait, elle analyse les diverses techniques utilisées dans le but d’en faire une complémentaire, c’est à dire d’attaquer dans un angle qui le forcerait à utiliser une défense plus compliquée, ou simplement le prendre par surprise et toucher.

Dans ce cas, et surtout face à cet adversaire, il était important de prendre l’avantage le plus rapidement possible, et par conséquent, elle réalisa rapidement des mudras complexes pour utiliser une technique de niveau avancé. Des pics de glace acérés se forment face à elle avant d’être propulsés à une vitesse impressionnante vers sa cible, chacun prenant une trajectoire différente. L’objectif étant de l’attaquer de toutes parts. De plus, le clou du spectacle, au moment de l’impact potentiel, des pics de glace acérés sortent du sol pour attaquer un ennemi dont l’attention serait surement portée au niveau des divers projectiles se dirigeant vers lui.


Pour prévenir une avancée au corps à corps de l’ex prisonnier, elle réalise rapidement des mudras pour glacer le sol autour d’elle, le rendant extrêmement glissant. Tout avantage était bon à prendre...


résumé:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini

3. L'Ombre d'un souvenir

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Intrigue n°8 : La vérité dans le sang :: Kirigakure no Satô
Sauter vers: