Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» The Color of Victory
Ce que je ne sais pas. [Zeref] EmptyAujourd'hui à 14:40 par Suzuri Takara

» Avide soif d'apprendre | Borukan Muramasa
Ce que je ne sais pas. [Zeref] EmptyAujourd'hui à 14:34 par Borukan Muramasa

» [Mission Rang C/Libre/Iwa] A la force du bras
Ce que je ne sais pas. [Zeref] EmptyAujourd'hui à 14:25 par Oterashi Yanosa

» Le choc des cultures [PV : Benzaiten]
Ce que je ne sais pas. [Zeref] EmptyAujourd'hui à 14:22 par Kaguya Benzaiten

» Croiser le fer sous l'orage [Chiwa Aimi]
Ce que je ne sais pas. [Zeref] EmptyAujourd'hui à 14:10 par Mugirawa Abuto

» 09. Demandes de Succès
Ce que je ne sais pas. [Zeref] EmptyAujourd'hui à 13:40 par Chôkoku Tomoe

» 03. Changer de zone
Ce que je ne sais pas. [Zeref] EmptyAujourd'hui à 13:10 par Chôkoku Tomoe

» Récupérons les trésors !
Ce que je ne sais pas. [Zeref] EmptyAujourd'hui à 12:53 par Suzuri Takara

» Faire ses preuves [Arata]
Ce que je ne sais pas. [Zeref] EmptyAujourd'hui à 12:42 par Yamanaka Jun

» 3/Final. Tristes victorieux
Ce que je ne sais pas. [Zeref] EmptyAujourd'hui à 12:20 par Nihito Meho

Partagez

Ce que je ne sais pas. [Zeref]


Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Jeu 28 Fév 2019 - 1:13

Ce que je ne sais pas.


Dans les vestiaires, Kaelia s’affaire rapidement, maladroitement. Ses gestes ont perdu toute leur grâce et leur douceur habituelles, voilà que la demoiselle se comporte plus ou moins comme une brute, aux antipodes de tout ce qu’elle peut être habituellement. Pas de finesse, pas de calme. La Yuki est aux antipodes de sa propre personnalité, troublée par tout ce qu’elle a pu voir. Une fois séchée et habillée, la brune élabore rapidement un chignon sur sa tête, qu’elle maintient avec deux baguettes noires. Son cœur bat à une vitesse phénoménale. Les doutes ont pris le dessus, elle ne se pose plus la question. Il est si simple de faire basculer une idylle qui commence. Un geste, un mot, une erreur … Et tout tremble. Kaelia soupire. Que dire, que penser de tout ça ? Zeref a-t-il vraiment quelque chose à cacher ? Est-ce vraiment une erreur de sa part ? De la pudeur ? Un besoin de garder ce genre de détails pour lui ? La petite brune ne sait pas, elle ne parvient pas à émettre une réflexion cohérente. Son idée de venir aux sources chaudes … était une mauvaise idée. Définitivement.

Équipée de ses affaires, la demoiselle quitte la bâtisse d’un pas rapide. Pas le temps de réfléchir, pas de temps à perdre. Ne surtout pas faire demi-tour maintenant. Poursuivre sur sa lancée sans se poser de questions. Aller au bout des choses et … C’est tout. Ne pas réfléchir davantage. Son cœur accélère encore un peu. Kaelia ne doit pas réfléchir. Surtout, enfouir ses doutes au plus profond de son âme le temps de rentrer jusqu’au domaine Yuki. Là-bas, la réflexion pourra se refaire. Au fin fond de son lit, ou de sa baignoire, ou n’importe où. N’importe où qui ne soit pas à l’extérieur, en fait. N’importe où … Tant que personne ne peut la voir.

Ses espoirs prennent fin dès que ses prunelles se relèvent. À la sortie, il est là. Il attend. Il a l’air … Stressé ? Kaelia arque un sourcil. Les doutes deviennent de l’incompréhension. Que fait-il ici ? Pourquoi n’est-il pas resté avec les autres ? L’aurait-il … suivi ? La brune avance d’un pas, puis d’un autre. Instinctivement, ses jambes la mènent jusqu’à Zeref, sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Quoi, parce qu’ils s’aiment ? Et donc ? S’ils s’aiment vraiment, pourquoi ne rien avoir dit ? Pourquoi être resté silencieux et simplement l’avoir nommée … Kaelia ? Que faut-il croire ? La Yuki avance encore un peu. Il ne reste que quelques pas de distance entre eux.

« Pourquoi ? »

La question s’échappe d’elle-même, sans prévenir. Kaelia n’aurait pu la retenir. Une interrogation qui tourne, tourne dans sa tête comme une terrible litanie. C’est vrai, ça, pourquoi ? Pourquoi n’a-t-il rien dit ? Que compte-t-il faire ? Les prunelles noisettes détaillent Zeref. De haut en bas, de bas en haut. Avec tout ce qui s’est passé sur la plage, tout ce qu’il lui a dit … Pourquoi ? Elle a beau essayer, avec tout son être, la Yuki ne comprend pas. Ça n’a aucun sens.

« Pourquoi, Zeref ? »

Kaelia regarde à droite, à gauche. Non, ils sont trop près. Trop près des sources. Ça ne va pas. Elle ne peut pas parler ici, elle ne se sent pas à l’aise. Il faut qu’ils partent. La brune avance jusqu’à Zeref, détruit complètement la distance qui les séparait et se saisit de sa main. Contrairement à d’habitude, ses doigts ne s’y entremêlent pas, elle se contente de la serrer et d’exercer une pression suffisamment forte pour l’inciter à la suivre. Kaelia marche, marche, marche, inlassablement, dans un silence de plomb. Son cœur continue d’accélérer. Ça n’a plus de sens. Elle ne comprend plus. Après de longues minutes à crapahuter dans le village, ils finissent par arriver près du port, de quoi lui rappeler des souvenirs. Au moins, ici, ils seront seuls, c’est certain. Sa main lâche celle de Zeref et elle reprend ses distances, de seulement quelques pas, mais cela reste notable.

« Je ne comprends pas … »

Ses prunelles fuient les rubis du loup solitaire. Son cœur bat toujours à une vitesse insoutenable. Kaelia ne sait même pas quoi lui dire, en réalité. Il y a juste cette pointe, là, dans sa poitrine, qui lui fait se demander si, finalement, tout ce qu’ils se sont dit, tout ce qu’ils ont pu échanger … Non … Elle soupire. Il n’y a qu’une solution pour résoudre ce problème.

« Alors, finalement … C’était juste un rêve, Zeref ? »

Kaelia serre les poings et recule d’un nouveau pas. Et si, finalement, tout ça n’était que le fantasme d’une petite fille ? Une belle illusion, une histoire. Un joli conte, qui se termine une fois que le jour se lève et que les paupières s’ouvrent.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Jeu 28 Fév 2019 - 18:43
J'attends, réfléchissant à ce que je peux lui dire, quand elle va sortir, mais je ne sais pas ce qu'elle me reproche... Alors j'imagine un millier de raisons, et autant de solutions, mais ce n'est pas si simple, ce n'est pas comme si j'avais cassé un objet et qu'il faut que je le répare... Si j'ai cassé quelque chose entre nous, comme puis-je le réparer ? Le puis-je seulement ? Alors j'ai peur, je crains que tout ne soit déjà fini, si vite... Mais je l'aime, plus que tout, et elle aussi, non ? Alors pourquoi j'ai peur, en l'attendant ici ? Dans ma tête, tout se bouscule... Je me dis aussi que j'ai peut être mal interprété son départ... Non, impossible, c'est la seule chose dont je suis sûr, elle n'était pas dans son état normal. Lorsqu'elle sort finalement, je ne peux pas cacher mon inquiétude, mais elle ne me fuit pas... Me suis-je trompé ? Non, aucun sourire, il n'y a pas cette joie qu'elle dégage habituellement. J'arrive donc à déduire que j'ai fait quelque chose d'assez grave pour elle... Le maillot de bain ? Impossible, quand bien même ce moment était gênant, elle gardait son énergie, mais là elle paraît comme vidée, alors ... une chose qui est arrivée après ? « Pourquoi ? ». Ce sont ses mots... « Pourquoi, Zeref ? ». Elle n'en dit pas plus, et semble vouloir m'emmener ailleurs, sans doute pour ne pas risquer que quelqu'un nous surprenne... Alors je la suis sans broncher, sans piper mot, conscient d'avoir dit ou fait quelque chose de grave, mais incapable de comprendre pour l'instant...

Le chemin n'est pas long, mais j'ai le temps de réfléchir à ce qui a pu se passer... Et deux choses me viennent à l'esprit. Le fait qu'Atsumi m'ait parlé et ce que je lui ai dit... Mais je ne comprends pas bien, la seule chose ... Je n'ai pas osé répondre lorsque ma professeure a mentionné que Kaelia était ma petite amie... Mais c'est peu probable qu'elle l'est mal interprété. Ou peut-être que si ? Nous arrivons à un endroit qu'elle semble trouver convenable, s'éloigne un peu de moi, et reprends... Elle ne comprend pas, mais je ne comprends pas non plus. Sa dernière phrase, couplée à la distance qui nous sépare, achève de me paralyser... Un rêve ? Bien sûr que non. Alors j'ai vu juste... en pensant bien faire, en préservant cela comme un secret, pour ne pas la brusquer ou lui imposer de le dévoiler, l'opposé c'est produit... Je baisse la tête, énervé contre moi-même pour avoir été un idiot... Elle a dû penser que j'ai honte d'elle, ou que je lui ai menti ? Que je n'assume pas mon amour... Je ne peux cela dit pas en être certain, et le mentionner pourrait empirer la situation, mais je ne dois pas la laisser croire que cela n'existe pas. Mes yeux viennent se mélanger aux siens...

"Un rêve ? Je ne comprends pas... Je suis bien là, comme cette nuit, sur la plage... Je ne pars pas, je te fais face, je t'aime, Kaelia, rien n'a changé à ce sujet..."

Je voudrais réduire l'écart entre nous, mais est-ce vraiment la chose à faire ? Si elle a mis une distance, alors je ne vais pas la réduire aussi légèrement, je dois m'assurer d'effacer ses doutes... Alors je me lance, contre ma propre prérogative. Si nous nous aimons, alors je dois comprendre ses tourments, et si je les ai causés, je me dois de faire rédemption. Alors je maintien le contact visuel, difficilement, car la voir afficher ce visage me brise le cœur...

"Doutes-tu à cause de moi ? Parce que... je n'ai pas précisé qui tu étais pour moi ? Si c'est ça, alors c'est un triste et malheureux malentendu... Le pire possible, d'ailleurs. Crois-tu que je veuille me cacher ? Cacher nôtre amour ?"

Je sens mon cœur accélérer, cette seule idée est difficile à supporter, qu'elle puisse penser un instant que je souhaite ne pas le faire savoir à tous... Je n'aime pas les êtres humains, mais elle est ma louve, et si c'est ce qu'elle veut, chaque personne dans le Yuukan connaîtra nôtre histoire, nôtre amour, et à quel point il est merveilleux... Je la regarde, peiné, regrettant de l'avoir blessée, si c'est ce qui la tourmente...


_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Ven 1 Mar 2019 - 3:34

Ce que je ne sais pas.


Ce n’est pas ça. Il ne part pas, il est là, il … Il l’aime. C’est toujours pareil. Alors, non, ce n’était pas un rêve. Pourtant, malgré cela, Kaelia ne comprend pas. La brune fronce les sourcils. Ça n’a pas de sens … Cette histoire n’a jamais eu de sens, c’est vrai. Tout est allé si vite, le doute lui paraît tellement raisonnable. Zeref tente petit à petit de détruire la montagne de questions sur laquelle la Yuki s’est installée, mais elle ne sait pas elle-même quoi croire. Pourquoi n’avoir rien dit, alors ? S’il l’aime, pourquoi ne pas assumer, quand sa Sensei lui a posé la question ? Ce n’est pas logique … Kaelia secoue doucement la tête. Elle ne comprend plus rien.

Zeref se lance une nouvelle fois. Il a mis le doigt droit sur le problème auquel ils font face. Si tôt. La brune ne peut retenir un hochement de tête. Il a compris, c’est le principal. Selon lui, toute cette histoire n’est qu’une vaste méprise. Un gigantesque malentendu. Pourtant … Pourtant n’est-ce pas ce qui s’est passé, au final ? Zeref n’a rien dit, à part … à part qu’elle s’appelait Kaelia. Bon, en toute logique, une personne célibataire n’en enlace pas une autre, encore moins avec les seins nus, juste pour … Juste pour s’amuser. Si ? Enfin, la Yuki, du moins, n’aurait jamais cette idée en tête, c’est tellement saugrenu. Elle secoue la tête.

« Je ne sais pas, Zeref. »

Ils tombent comme un couperet, autant pour lui que pour elle. Ne pas savoir la dérange, surtout à ce niveau. L’amour n’est pas simple, tous les livres le disent. Les idylles parfaites sont des mensonges. Kaelia sait tout ça. Pourtant, cette douleur dans sa poitrine est inattendue. Il ne voulait pas qu’elle l’interprète comme ça, mais il n’a rien fait pour lui prouver l’inverse. Ça n’a pas plus de sens. Malgré tout, la brune fait un pas en avant. Un tout petit pas.

« Rien ne m’empêche de le croire, tout simplement. »

Kaelia soupire longuement et mène sa main droite sur son bras gauche. L’amour, c’est difficile. Ça fait mal au cœur et ça crée des confusions. Ça fait tourner toutes les questions dans un esprit, des questions légitimes, des questions illégitimes. Interrogations stupides nées au cœur de la peur. Nouveau soupir.

« Peut-être préfères-tu rester caché, qui sait ? Peut-être que je n’ai pas compris cette volonté de ta part, peut-être me suis-je trompée. »

Encore un pas, toujours aussi timide.

« Peut-être que c’est l’inverse, et que tu n’as pas osé en ayant peur que je ne veuille pas le dire si tôt, ou autre chose, dans la même idée. »

Kaelia s’apprête à faire un pas, mais se ravise. Un sourire nerveux se dessine petit à petit sur son visage. Elle hausse les épaules.

« Je ne sais pas, Zeref. »

Kaelia sait beaucoup de choses. Elle sait ce qu’elle ressent, comment elle perçoit Zeref. Elle sait également qu’il existe une alchimie particulière entre eux, indéniable et inévitable. Pourtant, la Yuki se sent ébranlée. Touchée en plein vol, si vite. Ce n’est qu’une erreur, n’est-ce pas ? Un malentendu … Ses prunelles viennent se mêler aux siennes et elle traverse la distance qui les sépare pour de bon, sans pour autant le toucher, ni même lui témoigner d’affection. Kaelia s’immobilise, là, face à lui.

« Que dois-je croire, finalement ? »

Autant lui demander directement, après tout. Lui seul détient les réponses aux questions de Kaelia, à ce stade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Sam 2 Mar 2019 - 9:24
J'ai vu juste... Elle me le confirme d'un hochement de tête. J'ai un pincement au cœur, déçu de moi-même, d'avoir mal interprété ses envies... Pourtant, pourquoi ai-je voulu le cacher ? Elle était là, à moitié nue, dans mes bras. Le dire à Atsumi aurait été cohérent, même si la situation n'était pas intentionnelle, elle était sans équivoque. Je ne sais pas où placer mon regard, je ne sais pas ce qu'est la honte, pourtant je suis persuadé que c'est ce que je ressens. Honteux d'avoir fait douter la femme que j'aime. Honteux d'avoir pu lui faire croire que je n'assume pas nôtre relation. Honteux de mettre Kaelia dans tous ses états... Alors je le crierai au monde. Plus jamais je ne la laisserais croire que je veux la cacher... Elle me fait part de ses doutes, réduisant la distance, peu à peu... Je ne sais que faire, ou dire, je la regarde simplement, jusqu'à ce que ses propos s'achèvent montrant toute sa désillusion, elle ne veut pas créer de contact physique ? Alors... Ma main esquisse un geste, bref, finalement avorté... Je ne pense pas mériter de la toucher, pas après lui avoir causé du tort. Qu'elle réagisse de manière exagérée est une chose, mais le mal vient de moi, l'ampleur que cela prend n'est pas dû à sa personnalité, mais bien à ma décision de cacher nôtre amour, nôtre relation. Je l'aime, j'aime tout chez elle, et si je ne la connais pas assez, alors je suis fautif pour avoir créé tout cela.

"Tu ne dois croire qu'une chose. Je t'aime. Si tel est ton désir, je le crierai au sommet des plus hautes montagnes du Yuukan, dans les grottes les plus reculées et sur les places publiques des grands villages."

Je marque une pause, je ne suis pas à l'aise pour les grands discours, je m'inspire de livres et je les adapte à ma sauce, mais je n'en pense pas moins. C'est en prononçant ces propos que je me rends compte de la hauteur de mes sentiments... Ou plutôt, je me rends compte qu'ils n'ont pas de hauteur. Il m'est impossible de déterminer la limite à cet amour. Je n'hésite plus, je saisis ses mains, avec précautions, me préparant à un possible refus.

"Je n'ai jamais eu l'intention de te blesser ou de te faire douter, Atsumi... J'aurais pu lui dire, mais nous n'avons jamais parlé de ... du caractère de nôtre relation. Nous nous aimons, c'est un fait, mais est-ce que cela veut dire que tout le monde doit le savoir ?"

Une nouvelle pause, je lui souris, me voulant rassurant, je serre ses mains, je réduis un peu plus la distance, puis je continue...

"Je me fiche des autres, tu es la seule qui compte, tu es mon rayon de soleil, mon phare dans l'obscurité... Si tu veux que je dise aux gens que tu es mon élue, lorsqu'on nous voit ensemble, je le dirai, sans une once d'hésitation. Je n'ai pas honte de t'aimer, mais ... je ne peux t'imposer de dévoiler tout cela si je ne sais pas ton ressenti."

Je ne bouge plus, je lui laisse le temps d'assimiler mon discours, et j'attends de voir une réaction, si mes mots, venant directement du plus profond de mon cœur, suffisent à balayer ses doutes...



_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Mer 6 Mar 2019 - 3:57

Ce que je ne sais pas.


Un cœur qui bat. Frêle, sous la tension, il se débat sous les innombrables piques que lui lance sa propriétaire. Face à lui, l’homme qui parvient à le faire accélérer. Celui qui fait naître toutes ces sensations incompréhensibles, celles qui n’ont pas de sens mais qui sont si douces. Comment a-t-il pu passer de l’être aimé au fauteur de troubles ? Ce n’est pas logique. Kaelia elle-même ne comprend pas. L’amour … L’amour se partage, non ? Entre deux êtres qui se témoignent ce sentiment, mais aussi aux autres. Comment expliquer aux autres qu’ils sont autre chose que des amoureux, quand sa poitrine nue épouse son torse ? Comment ne rien dire et laisser une telle situation en suspens ? Aurait-il laissé cela arriver avec n’importe quelle autre femme ? Toutes les questions se mêlent et laissent son esprit sens dessus dessous. Kaelia ne sait pas, ne comprend pas, ne progresse pas. Alors, elle garde le silence et attend de savoir. Zeref doit pouvoir lui expliquer.

Le métamorphe brise la glace. Une première approche. Des aveux. De l’amour. De l’amour, qui fait fondre son cœur et ôte une couche de doutes. Il l’aime. Il le crierait s’il le fallait. Kaelia rougit. Elle n’en demande … Elle n’en demande pas tant, à vrai dire. Mais il a compris. Zeref a compris précisément la nature de leur problème, il sait ce qui cloche. L’asocial sort complètement de sa bulle, éclate la barrière qui le sépare du monde et s’approche un peu plus de la Yuki. Ses mains sur les siennes. Son cœur manque un battement. Zeref est l’être unique qui parvient à braver toutes ses peines, à les égayer. Il se dit éloigné du genre humain, il clame qu’il n’aime pas l’Homme, qu’il est inintéressant … Pourtant, il le comprend peut-être mieux que quiconque. L’observation permet-elle au plus introverti des êtres de se débrouiller mieux que les autres, dans ce genre de cas ? Kaelia se le demande.

La pression sur ses mains est renforcée. Zeref reprend. Il ne lui laisse aucun répit, détruit chacun de ses doutes un par un, les écrase, les noie, les fait complètement disparaître. Kaelia rougit. Oui, elle en est plus consciente que jamais, maintenant : Zeref est son exception. Son être à elle, incroyable, qui dépasse tous les autres. Celui qui a atteint son cœur de la meilleure des manières. La Yuki détache ses mains des siennes et brise définitivement la distance qui les séparait pour venir le serrer tout contre elle, les mains dans son dos.

« Zeref … »

Son nom s’échappe, dans un soupir de soulagement. Kaelia pose sa tête contre son torse et reste immobile, silencieuse. Cette sensation est la plus douce qu’elle ait pu ressentir. Le bien-être de se trouver dans ses bras, de ne rien entendre de plus que son cœur, le silence d’être juste là, avec lui, contre lui. La brune inspire profondément.

« Deux personnes qui s’aiment et désirent partager une longue route ensemble … C’est un couple, non ? Alors, finalement, voilà ce qu’on est. Un couple. »

La Yuki ne bouge pas. Cette position lui permet de se rassurer, de réfléchir … De ne pas perdre pieds. Et puis, à vrai dire, c’est toujours tellement mieux d’être juste là, contre lui.

« Je ne veux pas le crier partout, non … Ce ne serait pas utile. Mais … Que ce ne soit pas un secret. Si quelqu’un te le demande, alors, oui, il me paraît normal de le dire. »

Un sourire parvient à se faire une place sur son visage. Un joli sourire, apparu après la bataille. Kaelia se détache, pour faire face au métamorphe. Elle déplace ses mains, de son dos à son torse. Ses prunelles se mêlent aux siennes. L’ambre contre les rubis.

« Et … Si le doute pouvait encore subsister, aujourd’hui, je pense qu’il disparaît pour de bon. Je t’aime, Zeref. Comme un adulte aime un autre adulte, dans les livres, ou même dans la réalité. Et si cela fait de nous un couple, alors je suis heureuse d’être en couple avec toi. »

Au final … Peut-elle toujours affirmer que cette visite aux sources chaudes était une erreur ? Rien n’est moins sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Sam 16 Mar 2019 - 1:38
Mes mots ont réussi à passer, à lui faire comprendre que cette situation n'était finalement pas si terrible, juste de la maladresse couplée à ma personnalité bien trop asociale pour que je ne me permette de tout déballer ainsi. Maintenant, j'ai compris que cacher nôtre relation n'est pas la chose à faire, car après tout nous n'avons aucune honte, ni aucune gêne à avoir. Lorsque Kaelia vient m'enlacer, mon cœur ne sait plus où donner de la "tête", se demandant s'il doit ralentir car elle semble m'avoir ... pardonné mon erreur, ou accélérer car elle est là, tout contre moi, celle que j'aime plus que tout au monde, celle que j'aime tout court. Alors il continue sur son rythme endiablé, tandis que mes bras viennent compléter ce câlin qui n'en serait pas vraiment un sinon. Je ferme les yeux, soulagé, et l'écoute me donner sa version, ou plutôt la façon dont elle aurait aimé que je réagisse, pour ne pas la troubler... Nous sommes un couple, elle a raison sur ce point. Nous ne sommes pas des enfants, bien qu'elle comme moi ne soyons pas très à l'aise ni habitués à entretenir ce genre de relation, mais il est clair que nôtre amour est réel, nôtre attirance tout autant. Nos âmes et nos esprits sont indéniablement liés, tout simplement parce que nous n'arrivons pas à comprendre ce qui nous lie... Je me suis fait cette réflexion, et de mes connaissances assez fantasques, j'arrive à comprendre qu'il n'y a rien à comprendre dans ces sentiments, donc j'ai pris cette décision la concernant : je ne réfléchirai plus à mon amour, mais je ferai juste en sorte de le vivre à fond.

La fixant dans les yeux, je souris, bien trop attiré par cet être, celui qui a brisé toutes mes barrières, qui est là, qui le sera longtemps, ou pas, rien ne peut l'assurer, mais tant qu'elle sera là, il est certain que je l'aimerai. Sa chevelure brune, ses prunelles noisettes, son corps mélangeant enfant sous certains aspects, et adulte sous d'autres aspects... Tant à découvrir... Tant... à découvrir... Je rougis, repensant à la situation trop vite oubliée, où elle était collée à moi, la poitrine à découvert. S'il m'était possible de la deviner, sans forcément y penser où 'y intéresser, j'ai pu constater qu'elle était bien celle d'une adulte, et cette idée me gêne... Non pas que sa poitrine soit généreuse, mais plutôt le fait de penser à ses seins, là, maintenant... Je ne devrais pas parler alors que je suis dans cet état d'esprit, car peu de bonnes choses en résultent en général, mais il faut que je détourne mon esprit vers autre chose...

"J'ai... Hum, malgré la situation un peu gênante, avec tout ce monde, j'ai tout de même beaucoup aimé nôtre proximité, aux sources..."

Bon, j'aurais pu directement lui dire que j'ai aimé que ses seins nus soient écrasés contre moi, de toute façon, ma phrase ambiguë ne l'est pas, je ne sais pas moi-même ce que je voulais dire au fond. Mais je décide de me rattraper, tout en venant poser mes mains sur ses hanches, un regard un peu gêné...

"J'entends par-là que ... aaah... Je ne sais pas ce que j'entends par-là, la situation était gênante mais pas désagréable, sur certains points en tout cas..."

J'ai tout lâché en voulant me rattraper, mon teint a viré au rouge, totalement, je pense que les émotions m'ont rattrapé, et me voilà à divaguer sur ce que je n'ai pas osé regarder, ou toucher, car ce n'était de toute façon pas un moment opportun, s'il en est. Alors me voici à bégayer...



_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Jeu 21 Mar 2019 - 1:36

Ce que je ne sais pas.


Ses bras contre son dos, qui la serrent contre lui. C’est terminé. Tout va pour le mieux, tout est réglé. Il n’y a plus aucun problème entre eux, désormais. En théorie, tout va pour le mieux. Ils sont un couple, un vrai, qui s’améliorera et sera capable de surmonter tous les obstacles qui se présenteront devant eux. Cette idée séduit Kaelia, qui ne peut s’empêcher de rougir. Oui, c’est comme ça que cela sera, désormais. Pour de vrai. Il n’y a plus de doute, la lumière est faite sur leur situation. Leurs prunelles se mêlent, un contact qui donne naissance à un nouveau sourire. De la douceur, rien que de la douceur. Un monde rose bonbon qui terrifierait Kaelia si elle le voyait de l’extérieur. Pourtant, ici, tous les doutes s’effacent, toutes les craintes se dissipent.

Les joues de Zeref se parent de rouge. La brune arque un sourcil, perplexe. Pourquoi ? D’un coup ? Parce qu’il est heureux ? Gêné ? Ou est-ce encore autre chose ? Kaelia ne sait pas quoi penser. Le silence devient pesant, jusqu’à ce qu’il le brise. Et là, elle comprend. Les rougeurs lui semblent parfaitement naturelles, maintenant. Tellement naturelles que les voilà qui apparaissent sur ses joues. Leur proximité aux sources, hein ? Sa poi … Sa poitrine contre son torse … Son corps, si près du sien … Les mains de Kaelia, posées contre son torse, se referment doucement sur ses vêtements, qu’elles serrent sans véritable force. Où regarder ? Le regarder ? Maintenir ce regard, alors qu’il … Qu’il lui parle de … Kaelia rougit davantage. Ses seins … C’était ça, c’était aussi simple que ça … Et c’est vrai que … Que c’était bien, en fait. Les rougeurs explosent. Ses mains sur ses hanches font sauter son cœur. Trop de proximité ! Il lui parle de ses seins et, et, et ! La Yuki déglutit, ne pouvant être plus rouge qu’elle ne l’est déjà.

Zeref s’engouffre dans sa maladresse, tente probablement de réparer le malaise mais ne fait que le renforcer. Quoique. Un éclair de lucidité passe dans l’esprit de Kaelia, qui se rend compte que ce n’est pas le malaise qui la fait rougir de cette façon, mais la réalisation que, oui, il y a eu un contact entre leurs deux corps, un contact plus charnel, plus osé qu’un simple baiser. C’est arrivé. C’est arrivé et ça leur a plu. À tous les deux. Les prunelles noisettes, qui fuyaient les rubis de son amoureux, finissent par revenir à la charge. Timides, mais présentes. C’est une réalité indéniable, qu’ils vivront avec plus d’ardeur et de passion, un jour. Elle ne peut pas s’en cacher, ni l’ignorer. Un sourire se glisse sur ses lèvres. Kaelia s’approche et l’embrasse chastement. La tête posée contre son front, la brune ne rompt pas le contact.

« Je comprends … Enfin … Je crois. S’il n’y avait pas eu autant de personnes, peut-être … » La Yuki inspire profondément. Mesurer ses mots. Réfléchir. Ne pas parler trop vite. « Peut-être que cette situation aurait été plus agréable … Bon, c’est arrivé un peu brusquement, mais … »

Kaelia ferme les yeux et inspire une nouvelle fois. Une inspiration salvatrice, qui lui permet de ne pas se noyer entre la chaleur dans son bas-ventre et son cœur qui explose.

« Ce n’était pas … désagréable, je suis d’accord. »

Quelques mots qui s’échappent d’entre ses lèvres avec une grande maladresse, mais une tendresse toute aussi grande, qui compense presque. L’une de ses mains remonte jusqu’à sa joue, qu’elle caresse doucement, avant de l’embrasser une nouvelle fois. Un baiser où la timidité disparaît petit à petit pour donner naissance à une passion renouvelée, celle qui unit Kaelia à Zeref. Celle qui fait vibrer le cœur de la demoiselle et fait d’elle une jeune femme en proie à beaucoup d’émotions diverses, puissantes, qui convergent toutes vers un seul sentiment : l’amour. Un amour grandissant, qui n’en est encore qu’à ses débuts. Kaelia rompt le baiser et établit une légère distance entre eux.Un sourire revient sur ses lèvres.

« Cette soirée aura été riche en émotions … »

Les rougeurs naissent sur son visage, moins vives que précédemment, mais toujours présentes.

« Merci, Zeref. »

De sa main toujours posée sur son torse, Kaelia serre son t-shirt doucement. Elle baisse les yeux, pensive.

« Merci d’être le meilleur de tous les loups solitaires.  »

Son Zeref. Le meilleur des animaux, le meilleur des hommes. Sa créature sauvage à elle. Enfin, sauvage … Pas si sauvage, hein ? Son être humain préféré, sans aucune hésitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Ven 22 Mar 2019 - 22:01
Mes mots m'ont sans doute fait passer pour le dernier des pervers, c'est ce que je me suis dit sur l'instant, mais la réponse de Kaelia me fait relativiser ma propre situation... Au fond, je l'aime, et elle m'aime, et nous sommes adultes... Le fait que j'ai pu apprécier de la serrer contre moi - enfin, c'est plutôt qui m'a serré contre - alors qu'elle était presque nue n'était pas si irrespectueux que je pouvais le penser. Dans mon esprit d'asocial endurci, je n'ai pensé une seconde que cela était naturel... Plus, autre chose qu'un simple contact, c'est sans doute trop tôt, la Yuki et moi en avons d'ailleurs déjà parlé... Quoi que nous avons surtout dit que ça arrivera... quand ça arrivera. Il n'y a rien à faire, mon refus de communiquer et d'être un humain normal me place au même niveau qu'un enfant dans ce genre de réflexions. J'écoute ses propos, ma pression redescendant, son visage m'apaisant, sa voix me reposant... Je l'aime, plus encore à chaque seconde, et surtout lorsqu'elle me pardonne... ou ne tient pas rigueur de mes défauts. Ma maladresse, dans mes propos principalement, est sans doute ce qui est le plus récurrent... Quoi qu'il en soit, cela ne la détourne pas de moi, elle trouve même que c'était une belle soirée, malgré tout... En effet, moi qui n'aime pas le monde, j'ai trouvé un intérêt à rester, grâce à elle, ma moitié... Qui finit par me remercier, alors que le cumul du haut de maillot de bain, du malentendu avec Atsumi et de mes propos très ambigus m'auraient plutôt fait penser qu'elle changerait d'avis sur moi. Je détaille chaque partie de son corps, à commencer par ses cheveux, ses yeux, son nez, sa bouche... une envie me prend de l'embrasser, là, tout de suite, mais je la réprime. Contrôler mes instincts, ne pas agir si brusquement, mais avec de la tendresse, ça, je sais à peu près faire.

Mes prunelles incarnates continuent, de descendre, passant sur son menton, son cou, puis, inconsciemment, j'imagine le reste de son corps, sous les habits... Cette partie de son anatomie qui m'a touché, que je n'ai pas osé regarder plus tôt, non pas par peur mais plus par respect, me disant que je n'ai pas à voir son corps nu, ou presque, si nous ne sommes pas prêt... Et bien sûr, le lieu n'était clairement pas propice à ce genre d'intimité. Mes pensées s'embrouillent lorsque mon imagination se porte plus bas... Ici.. Non, pas ici, pas ça, je dois... ses mains ! Oui, ses mains, je les saisis, et mon regard vient se plonger dans le sien... Je suis rouge, encore, mais cette fois il y a des raisons... Je ne sais pas quoi dire, je pense donc à d'autres choses... La Lune... Mais quand j'y pense, je me remémore nôtre première rencontre, et je ne pense qu'à elle... Les livres... Mais là, j'imagine sa bibliothèque, et nous deux, seuls... Proches... Je serre ses mains plus fort, j'essaie de dire quelque chose, mais il faut que je me calme, rien de bon ne sortira pour l'instant. Paisible... Il faut penser à des choses paisibles. Comme ses prunelles noisettes, son sourire resplendissant, ses magnifiques cheveux, sa peau d'une douceur fantastique, sa voix mélodieuse, son odeur enivrante... Sans m'en rendre compte, j'ai lâché ses mains, et plutôt que d'utiliser mes lèvres pour parler, je viens les placer sur les siennes, tandis qu'une de mes mains tient son menton. Un geste irréfléchi, mais un geste adulte, l'espace d'un instant j'ai cessé d'être cette personne hésitante et peureuse, effrayé de devoir assumer mon amour... Le baiser ne dure qu'un instant, et dès qu'il s'achève, je redeviens le Zeref tout penaud, mais je suis calmé... Elle a ce pouvoir sur moi, même sans parler, son être a de puissantes capacités sur le mien... Je recule d'un pas, je ne sais que faire, mais il est tard, et toute kunoichi qu'elle soit, Kaelia ne devrait pas rester dans le froid aussi longtemps, et aussi tard... Je ne peux me permettre qu'il ne lui arrive quelque chose, ce village peut être dangereux la nuit, et cette fois nous ne sommes pas aussi près de chez elle que la dernière fois...

"Il se fait tard, Kaelia, accepterais-tu que je te raccompagne chez toi ? Cela me rassurerait..."

Mon regard obtient une nouvelle forme, l'inquiétude, réelle, sincère, un regard de chien battu, le genre qui empêche l'autre de refuser... Et pourquoi refuserait-elle après tout ? Quel risque peut-il y avoir à ce que je la ramène jusqu'au pas de sa porte ?


_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Mer 3 Avr 2019 - 23:55

Ce que je ne sais pas.


Cette étrange harmonie. Ces fortes sensations qui la traversent. Cette envie, là, de se blottir tout contre lui pour ne jamais le quitter. Toutes ces choses, mêlées les unes aux autres, qui la laissent perplexe. Kaelia ne sait pas comment les choses en sont arrivées là, même malgré le temps qui passe. Il paraît que c’est ça, un coup de foudre. Que ça marche comme ça, un claquement de doigt et ça y est, la relation démarre. L’amour éclot, apparaît de nulle part et tout s’enclenche, parfois très vite, parfois trop vite. Que doit-elle en penser ? La brune n’en a aucune idée, mais … Mais elle ne veut pas y réfléchir. Mettre des explications sur des sentiments aussi forts reviendrait à les amoindrir. Mieux vaut les vivre, mieux vaut évoluer avec. Il faut les connaître, les apprivoiser, grandir avec comme s’ils étaient là depuis toujours. Et tenir sa main, comme il tient les siennes actuellement. Il les serre, alors qu’il semble être dans un tout autre monde.

Kaelia observe Zeref avec une grande attention, sans trop savoir ce qui se trame dans sa tête. Il ne parle plus, un silence déroutant après tout ce qu’elle a pu lui dire. Mais il l’observe. Elle peut percevoir ses prunelles qui bougent, bougent, se déplacent sur son corps avant de prendre la fuite. Des rougeurs naissent sur ses joues. Ne pas savoir ce qui le tracasse, quelle scène se joue dans sa tête, être confrontée à son silence … tout ça est très compliqué pour la Yuki, à vrai dire. Doit-elle dire quelque chose ? Faut-il dire quelque chose ? Kaelia n’en sait rien mais, dans le doute, elle garde le silence. Peut-être qu’il va bouger, qu’il agira et modifiera leur situation. Peut-être ?

Un nouveau mouvement. Ses mains retombent, mais son menton se relève et les lèvres de Zeref viennent trouver les siennes. Kaelia est surprise, mais ce n’est pas une mauvaise surprise. Le baiser est chaste, innocent. L’hybride y met fin rapidement, pour finalement croiser ses prunelles, une nouvelle fois. Un ballet chaleureux, entre topaze et rubis. Il recule, met fin au silence. Sa mine change du tout au tout, il a l’air inquiet, protecteur. La Yuki sourit et hoche doucement la tête.

« Oui … Pourquoi pas. »

La raccompagner chez elle … Si loin de là où ils se trouvent désormais … Si cela peut le rassurer, Kaelia n’y voit aucun inconvénient. Et puis, finalement, cela leur permet de passer un peu plus de temps ensemble, comment pourrait-elle refuser. La brune prend la main de sa moitié et y entrelace ses doigts.

« Allons-y, alors ! »

Guillerette, la demoiselle entame la marche et avance tranquillement, baladant Zeref dans les rues du village caché de la brume. À vrai dire, Kaelia pourrait progresser plus lentement encore, prendre plus de temps pour en garder auprès de l’hybride. Pourtant, mue par une folle envie de retrouver son lit et d’échapper au froid nocturne, elle finit par accélérer, sans même s’en rendre compte. Les minutes filent, défilent, et ils finissent par arriver devant le domaine Yuki. Contre toute attente, au lieu qu’elle ne le laisse partir, la brune décide … De s’y prendre autrement. De la main qui tient celle de Zeref, elle le rapproche et vient le prendre dans ses bras. D’abord, elle l’embrasse sur la joue. En somme, toute cette petite « cérémonie » ressemble à un au revoir, une façon de se quitter pour se retrouver plus tard. Pourtant, là n’est pas l’intention de la jeune femme.

Serrée tout contre Zeref, Kaelia niche sa tête au creux de son cou et ne bouge plus. S’en séparer, là, maintenant ? Le laisser repartir ? Il l’a dit lui-même, le village peut être dangereux, la nuit. C’est un ninja, certes, un métamorphe, qui plus est. Il est peut-être même plus puissant que Kaelia, à vrai dire, elle n’en sait rien. Mais … Un seul désir l’anime, désormais. Juste une envie, incontrôlable, qu’elle regretterait de ne pas partager. S’il lui arrivait quelque chose ? S’il se faisait attaquer, par n’importe qui ? Alors qu’il pourrait … Elle rougit.

« Tu … tu voudrais bien rester avec moi ? »

Toujours serrée contre lui, la jeune Yuki ne bouge pas, comme si cette simple demande était déjà trop lourde à porter pour ses frêles épaules. La brune ferme les yeux et déglutit. Peut-être ne pas laisser cette question en suspens, si ? Il faut … Il faut trouver la force d’y ajouter quelque chose. De dire n’importe quoi en plus, vraiment, n’importe quoi.

« On pourrait aller dans la biblio … Dans … »

Kaelia perd pieds. Ça, c’est peut-être trop n’importe quoi. Il lui faut se rattraper. Prendre n’importe quelle branche, là, et la saisir. S’y agripper fermement comme si c’était son seul espoir. La Yuki inspire profondément, expire. Inspire …

« Enfin, tu pourrais … On pourrait … »

Encore raté. Une manière de briser le silence qui échoue. Une justification, comme un pavé dans la mare. Pas utile, vraiment, pas utile. Au contraire. Kaelia inspire une nouvelle fois, faisant passer l’air de ses narines, à ses poumons, en les remplissant à leur maximum.

« Reste avec moi, s’il te plaît. »

Et c’est tout. C’est peut-être mieux que tout ce qu’elle a dit jusque-là, en réalité. Mais c’est tout. Kaelia ne retente pas. Et elle ne sort pas la tête de sa cachette non plus. Hors de question qu’il la voie comme ça, c’est … beaucoup trop gênant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Sam 6 Avr 2019 - 14:21
Kaelia accepte, un peu plus de temps passé ensemble, c'est une bénédiction pour moi... Et pour elle aussi, je suppose, et je l'espère. Main dans la main, nous avançons dans les rues de Kiri, un instant sans paroles, mais ... pourquoi parler quand la seule présence de l'autre est si agréable ? Être là, seuls, sans aucun bruit, personne pour nous déranger... Le chemin est assez court, compte tenu de mon envie de rester plus longtemps avec elle, en cette soirée où nous n'avions même pas prévu de nous croiser... Mais voilà, tout a une fin, et la séparation arrive déjà. La Yuki me prend dans ses bras, un au revoir, la suite de nos aventures sera une autre fois... Je n'ose rien dire, de toutes façons, que pourrait-il se passer de plus ? Même si nôtre amour est réel, nous nous connaissons à peine, elle ne va pas m'inviter à rester chez elle, même un court moment, et je ne me vois pas le lui demander non plus... Je la serre contre moi, elle m'embrasse, sur la joue, je souris, car ses lèvres sont si douces, si agréables... Et... est-ce le moment de partir ?

Elle ne me lâche pas, je ne m'en plains pas, avoir son corps contre le mien est l'une des choses qui me font le plus plaisir après tout... Mais elle finit par dire une phrase, qui me laisse bouche bée. Finalement, elle ose, elle... m'invite. Je ne sais comment réagir, je suis heureux qu'elle le demande, et même si j'attendais plus ou moins cela, je me sens pris de court... Aucun mot ne sort, pourtant le "Oui, bien évidemment" veut être lâché avec beaucoup de joie et d'entrain. Au lieu de cela, je lui laisse le temps de s'embrouiller, de montrer qu'elle n'est pas si à l'aise avec sa propre proposition, qui n'est rien d'autre qu'un moyen de passer plus de temps ensemble... De quoi sera fait demain, au fond ? Autant augmenter le temps que nous passons ensemble dès maintenant, car si nous voulons attendre, un drame pourrait se produire. Mais je ne l'espère bien sûr pas, et bizarrement, le bégaiement de Kaelia me redonne du courage pour répondre, souhaitant aussi la sortir de ce malaise, qui ne devrait pas l'être..;

"Bien sûr... Je veux rester un peu plus avec toi, ici ou ailleurs, mais comme nous sommes ici, alors j'accepte volontiers. La bibliothèque n'est pas une nécessité, n'importe où me convient, je suis tout à toi, alors... montre-moi ta demeure !"

Dis-je, avec un sourire se voulant rassurant. Mon apparence ne montre pas ma gêne à l'idée de prononcer une phrase aussi particulière, mais à l'intérieur, je suis totalement remué... C'est là, c'est chez elle, je ne sais rien du lieu où elle habite, et... une fois que j'aurais franchi le pas, il y aura d'autres fois, où elle n'hésitera plus, car elle saura que ... qu'elle l'a déjà fait, qu'elle m'a invité à entrer... Je suis stressé, j'ai le trac, mais je veux y pénétrer, car c'est chez elle et que je l'aime... Ma ...Kaelia... Je la libère de mes bras, pour qu'elle puisse me guider... Ma respiration est normale, mais je sens qu'à tout moment, le moindre geste de sa part risque de me faire avaler de travers, je n'ai jamais été chez quelqu'un d'autre, en y repensant, et ce n'est pas "quelqu'un", elle est l'élue de mon cœur, ce n'est pas si anodin... Vais-je y arriver ?



_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Mar 9 Avr 2019 - 15:21

Ce que je ne sais pas.


L’odeur enivrante de sa moitié, serrée tout contre lui, manque de la faire défaillir. Que va-t-il lui dire ? Va-t-il accepter de la suivre ? De franchir le pas et d’entrer, là, chez elle … Passer un nouveau cap, faire avancer leur relation vers quelque chose de nouveau. Zeref a-t-il le courage de le faire ? En a-t-il envie ? Kaelia ne sait pas, Kaelia craint la réponse autant qu’elle ne l’attend. Et s’il lui dit non ? Comment réagira-t-elle ? Comment deviendra leur relation ? Peut-elle accepter qu’un profond malaise finisse par l’accabler ? Non, non, c’est impossible. Le cœur de la brune manque de nombreux, trop nombreux battements, au point qu’elle a l’impression d’étouffer.

La voix de Zeref brise sa concentration, sa panique. Elle éteint directement tout ce qui se passe dans l’esprit de la Yuki. Le silence revient. Le calme. Le vide. Juste … Il a … Il a dit oui ? Zeref vient d’accepter de rester avec elle, ce soir ? Il a vraiment dit oui ? Il a vraiment, réellement dit oui ? Il est d’accord ? Alors, ils restent ensemble, ce soir ? Kaelia inspire profondément et le regard, un gigantesque sourire sur les lèvres. Il a raison, il faut maintenant qu’elle l’invite, qu’ils se rendent chez elle ensemble. Ils ne vont pas rester plantés là comme des idiots en attendant que le soleil se lève. La demoiselle inspire une nouvelle fois. Son cœur repart au galop, cette fois à cause d’une appréhension, secondée par une grande impatience. Il vient à elle ! Il va rester avec elle pour la nuit ! Ils ne se quittent pas, pas ce soir ! Ils restent ensemble !

Kaelia se saisit de la main de Zeref et y entrelace ses doigts, puis entre dans le domaine et le dirige jusqu’à sa maison.

« La maison est très grande, Mama ne nous entendra pas quand on sera dans ma chambre, mais il ne faut pas faire de bruit en entrant, d’accord ? »

La Yuki hoche doucement la tête en souriant, puis tire sur la main de sa moitié. Elle ouvre la porte. Avec sa main libre, elle dépose son index sur sa bouche comme pour indiquer au loup de ne pas faire de bruit. Les voilà dans la maison, la porte fermée. Kaelia file à travers le long dédale de couloirs et dirige Zeref jusqu’à la cuisine, où elle récupère une bouteille d’eau, avant de repartir tout aussi rapidement jusqu’à sa chambre. Une fois arrivée, la brune ouvre une nouvelle porte, qui dévoile une pièce chaleureuse, pleine de nombreuses peluches, avec des tableaux sur les murs et des dessins de plusieurs personnes, une femme, un homme et une enfant. S’il s’y attarde, il peut remarquer qu’il s’agit de Kaelia, toute petite, accompagnée de sa mère à qui la fille Yuki ressemble comme deux gouttes d’eau actuellement. La Genin ferme la porte derrière elle et invite Zeref à pénétrer dans la pièce.

« Voilà … »

Kaelia avance lentement dans sa propre chambre, presque gênée de s’y trouver, mais profondément heureuse d’y être. Elle dépose la bouteille sur un petit bureau tout en bois et vient s’asseoir sur son lit. Entourée d’un grand nombre de peluches, il semble cependant que la demoiselle a encore bien de la place pour s’installer, peut-être même trop de place. La Yuki tapote le lit du bout des doigts pour inviter Zeref à la rejoindre. Ses joues rougissent d’autant plus. Dans les livres, quand deux personnes amoureuses s’assoient dans un seul et même lit, il se … il se passe toujours … Elle déglutit. Pas si tôt … Pas comme ça … Si ? Kaelia baisse les yeux et fixe le sol.

« Désolée pour toutes les peluches … Je sais qu’il y en a beaucoup. »

Détourner la conversation, faire dériver son attention pour ne pas mentionner tout ce à quoi elle pense. Pourtant, la brune ne le sait que trop bien : dans cette pièce, ils sont deux à réfléchir à ce sujet, ils sont deux à avoir conscience de cette réalité. Certes, elle est mal à l’aise, mais peut-être peut-elle espérer qu’ils se limiteront à dormir, l’un contre l’autre ? Sans qu’il ne se passe rien ? Kaelia inspire profondément. Ne pas vouloir s’en séparer, mais prendre le risque de l’emmener jusqu’à dans sa chambre … Bonne ou mauvaise idée ? À vrai dire, la Yuki n’en a aucune idée et … Et au fond, elle s’en fiche. Elle veut que Zeref soit ici, qu’il soit avec elle. Elle l’a souhaité, elle l’a obtenu. Tout ce qui suivra sera le fruit de leur amour. Qu’il s’agisse d’une simple nuit passée à deux, blottie contre lui, ou n’importe quoi de différent. Kaelia laisse sa main vagabonder pour attraper celle du loup noir. Elle lève la tête et le mêle ses prunelles aux siennes.

« Je préférais qu’on reste ensemble … Et puis, tu m’as dit que tu préférais être ailleurs, alors, je me suis dit … Pourquoi pas … ? »

Pourquoi pas, pourquoi pas. ~ Prendre le risque, franchir le cap. Faire un pas vers Zeref, se jeter à l’eau, sans plus rien craindre. Tout ira pour le mieux, quoi qu’il arrive, tant qu’il restera avec elle. Kaelia remue doucement et vient déposer sa tête contre son épaule. Oui, tant qu’il sera là, tout ira bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Mer 10 Avr 2019 - 22:07
Kaelia a demandé, j'ai dit oui, et maintenant, l'ambigüité va-t-elle prendre le dessus ? Sommes-nous sur le point de passer la nuit l'un à côté de l'autre, sagement, pour dormir, sans essayer plus ? Voudra-t-elle plus ? Veux-je plus ? Si l'un de nous le veut, faut-il que l'autre le devine, ou est-ce à celui qui ... dévie de le montrer ? Je suis dans l'obscurité totale, aussi noire que ma chevelure. Dans les romans que je lis, souvent, cela se fait par instinct, sans un mot, les deux personnes qui s'aiment savent se trouver mutuellement pour... Je secoue la tête, éloignant ces idées que j'estime irrespectueuses pour l'heure. Ma Kaelia ne pense peut-être pas à ce genre de choses, elle m'invite sans penser à plus... Ou pas ? Si elle me fait venir chez elle, après toutes ces histoires, après que ... sa poitrine nue ait été collée à mon corps... Veut-elle sauter le pas ? Saurais-je assumer ? La ... satisfaire ? Je rougis bêtement, me concentrant sur ses paroles plutôt que sur mes envies d'homme...

Et la phrase qui sort de sa bouche m'achève plus ou moins... "Mama ne nous entendra pas"... Pourquoi le mentionner ? Compte-t-elle faire du bruit ? Mon rouge devient pivoine, mais elle ne peut le voir, car elle est devant moi, à m'entrainer au travers des couloirs, s'arrêtant dans ce qui est évidemment une cuisine, et y récupère une bouteille d'eau... Encore une pensée bizarre qui me vient en tête... Pourquoi pense-t-elle qu'elle aura soif ? Des efforts en vue ? Je déconnecte mon cerveau, trop gêné par tout ce qu'il peut m'envoyer comme images, et nous finissons par arriver... dans son intimité. Les peluches sont nombreuses, sur son lit, et lorsqu'elle s'y installe, et m'invite à faire de même, j'arrive à discerner des rougeurs sur ses joues... Est-elle gênée ? Comme moi juste avant ? Je m'assied, rouge, bien sûr, et laisse ma main se joindre à la sienne... Elle est aussi mal à l'aise que moi, c'est très facilement perceptible, elle hésite dans ses propos... Que dois-je faire ?

Alors que sa tête se pose sur mon épaule, je fais monter sa main jusqu'à mes lèvres pour l'embrasser... Et ensuite ? Je lui dit que je suis fatigué et on va dormir ? Oui, c'est plus sage... Mon pouce caresse sa main, alors qu'elle retombe sur les draps, toujours dans la mienne... J'essaie de parler mais rien ne sort. Non, ce n'est pas le moment... Je ne peux pas, pas devant cette assemblée de peluche qui semble me juger, me déclarer coupable de voler l'innocence de Kaelia... Mais je suis aussi innocent qu'elle, je ne sais pas plus quoi faire...

"Kaelia, je pense que..."

J'interromps ma phrase, et je tourne la tête... Je ne sais pas trop ce que je fais, mais si je le fais, alors il ne sera plus possible de revenir en arrière, sans aucun doute. Je me détache d'elle, relâchant sa main, sa tête ne s'appuyant plus sur mon épaule, et je me relève... Me mettant face à elle, comme possédé par une créature étrangère, je la pousse doucement, pour qu'elle s'allonge, et viens me placer au-dessus d'elle, m'aidant de mes genoux et de mes poings pour me tenir et ne pas l'écraser, et je viens l'embrasser... Pas d'un baiser chaste qui laisserait place au doute... Non, ma langue vient rencontrer la sienne, car ici nous sommes des adultes, pas ... ces deux personnes innocentes et naïves que nous sommes d'habitude.


_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Jeu 11 Avr 2019 - 1:39

Ce que je ne sais pas.


La douceur de Zeref. Il ne parle pas énormément, mais il est si doux, si adorable … Kaelia ferme les yeux et se laisse porter par la tendresse dont fait preuve sa moitié. Peut-être que cette nuit se déroulera tranquillement, dans toute l’innocence qui les a toujours entourés. La douce odeur de sa moitié caresse ses narines. La brune ne s’est jamais sentie aussi à l’aise, autant en sécurité. Il y a dans ce contact quelque chose qui la rassure, semble lui rappeler qu’elle ne sera plus jamais seule et que tout ira bien. Zeref, le fameux homme du coup de foudre, apparu dans sa vie comme un éclair … Et qui semble ne plus jamais vouloir la quitter. Kaelia sourit à cette pensée, qui lui réchauffe le cœur.

Et d’un seul coup, tout bascule. Tout va très vite. Le loup commence quelque chose, dit une phrase, s’arrête. Et puis … Et puis Kaelia ne comprend plus. Tout s’emmêle dans sa tête, toutes ces sensations qui se succèdent et n’ont aucun sens. Des brûlures dans son bas-ventre, des papillons dans son estomac. Que fait Zeref ? Il … Il est là, au-dessus d’elle et il l’embrasse. Un baiser différent de tous les autres … Celui-là … Celui-là a quelque chose en plus. Quelque chose d’animal. De brûlant. Quelque chose qui éveille tous ses sens en même temps. Kaelia cherche ses repères, ne comprend pas. Elle inspire profondément. Déboussolée, la petite brune dépose une main sur sa joue et répond timidement au baiser, avant de le rompre. Les prunelles noisettes se mêlent aux iris incandescents.

« Zeref … »

Kaelia déglutit. Tout son corps lui envoie des signes qu’elle n’a jamais ressentis, mais qu’elle ne connaît que trop bien. Toutes ces manifestations, qu’elle a pu lire dans les livres, qui s’enchaînent, se déchaînent, se mêlent toutes ensemble pour mener sur la route du … La brune inspire. Le mot ne parvient pas à se faire une place dans son esprit. Il ne trouve pas d’écho. Est-ce que c’est vraiment ce que cherche à faire son loup noir ? Est-ce que c’est ce qu’il amorce, ici ? Les topazes ne dévient pas le regard, au contraire. Ils le soutiennent, pendant que ses joues s’accompagnent de rougeurs. Une couleur que Zeref ne pourra pas manquer, malgré la faible luminosité de la pièce.

Kaelia caresse la joue de sa moitié. Un sourire timide étire ses lèvres. Cet homme est parfait. Tout en lui semble incroyable aux yeux de la demoiselle. Chacune de ses qualités résonne en elle et lui rappelle à quel point elle l’aime. Au final, cette réaction animale, la puissance des émotions qui se bousculent en elle … Tout cela fait sens. Tout cela lui montre que, oui, c’est possible. Ce n’est pas anormal. C’est même … logique. Kaelia finit par se décider et attire sa moitié vers elle, d’un mouvement délicat de la main. Ses lèvres se déposent doucement sur les siennes, d’abord pour y déposer un baiser timide et innocent, puis la candeur s’efface pour laisser place à une pulsion brûlante. Sa langue traverse la barrière de ses lèvres et vient rejoindre sa comparse, qu’elle caresse doucement.

Les papillons s’envolent dans son ventre, pendant que la délicate chaleur au fond de ses entrailles se manifeste de plus en plus … Kaelia, toute innocente soit-elle, ne se fait pas d’illusions. Elle a lu beaucoup de livres, beaucoup d’histoires … Et même les âmes les plus candides finissent par s’affranchir de cette pureté tôt ou tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Jeu 11 Avr 2019 - 21:04
Ai-je pris la bonne décision, en venant l'embrasser ainsi ? Je ne le sais pas, mais je vais le découvrir assez vite... L'heure de la réflexion est passée, et si elle ne le veut pas, alors ... elle me repoussera ... simplement ? Est-ce si simple, finalement ? Mais elle ne semble pas le faire... Elle hésite, un peu plus que moi, mais répond à mon baiser, avant de.. prononcer mon prénom. Ce sont ses seuls mots, comment savoir ? Que dire ou faire ? Nos corps... Ils s'appellent mutuellement, je ne saurais dire comment, mais je le sens... Mes yeux croisent ses prunelles noisettes, où ne se trouve pas la réponse, malheureusement. Alors je vais devoir faire de mon mieux pour ne pas me tromper, car dans le cas contraire, je risque tout bonnement de l'effrayer... Je ressens quelque chose, moi, semblable à de la peur... Non, ce n'est pas aussi repoussant, pas aussi crispant. Alors... Je regarde ses yeux, ses lèvres, ses oreilles... Ma main vient caresser sa joue, mon regard, jusqu'ici surpris de mes propres actes, en devient presque rassurant... Ma caresse continue son chemin, vers le bas... Je m'arrête à son menton, et je l'embrasse à nouveau, fort d'une confiance un peu plus grande, oubliant la possibilité qu'elle ne le veuille pas. Mes gestes sont lents, mais assurés, pour lui donner l'opportunité de tout arrêter, si cela la met dans une situation inconcevable.

Le regard de Kaelia est ... légèrement différent. Peut-être moins gêné, plus... attentiste. Elle le veut, au moins autant que moi, sans doute. Mais maintenant se pose la question la plus dérangeante... Comment "bien" faire ? Toujours en position dominante, je l'embrasse dans le cou, tandis que... mes mains viennent saisir le bas de son t-shirt. Si soudainement ? Eh bien, plus tôt, j'aurais pu voir une certaine partie de son corps, mais je m'y suis refusé, sur le moment... A priori, j'aurais tendance à dire que j'éprouve des regrets à ce sujet, porté par ce qui s'apparente à une excitation naissante de pouvoir voir son corps... J'ai ... ce droit, après tout, nous sommes un couple, et ... bon, voir son corps, nu - même si à l'heure actuelle la seule pensée me fait rougir - est assez anodin... Mes pensées s'embrouillent, et lorsque je reviens à moi, je romps le baiser, et m'éloigne un peu, pour venir retirer son haut... Déjà, soudain, trop rapide ? Je rougis en voyant ses seins à peine protégés par un soutien-gorge, mais je suis celui qui a engendré cela, alors je dois ... assumer.

Je me doute que la rapidité de mon mouvement l'a probablement surprise, cependant elle doit bien se douter que je ne suis pas plus expérimenté qu'elle, et comme pour ... égaliser les choses, je dévoile mon torse également, pour la mettre à l'aise, qui sait ? Pas moi, en tout cas. Je me rapproche à nouveau d'elle, pour déposer un baiser plus chaste, sur ses lèvres... Dans la plupart des livres que j'ai lu, ceux qui incluent des scènes assez ... explicites, montrent peu de paroles, mais les protagonistes sont souvent des adultes habitués à ce genre de moments... Loin de vouloir briser une quelconque alchimie, en entrant dans de grands dialogues, je reste tout de même assez proche de son visage avant de m'assurer que... tout va bien. Peut-être un peu tard, cela dit.

"Je t'aime, Kaelia..."

Finalement, au lieu de lui demander si tout cela n'est pas trop rapide, seuls ces mots sortent. Ce n'est pas plus mal, c'est court et ça ne coupe rien, ou presque... Sauf qu'une phrase plus inattendue se fraye un chemin entre mes lèvres...

"Je veux... Je te veux, toute entière."

Mon assurance n'est pas si grande, mais comme souvent, je n'ai pas pensé à mes propos, et maintenant, il va falloir... assumer, pleinement, ce que je viens de dire.



_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Ven 12 Avr 2019 - 12:25

Ce que je ne sais pas.


Plaisir, désir. Deux mots connus de la jeune fille, deux sensations dont elle ne sait rien. Pourtant, lorsque Zeref s’approche ainsi d’elle, lorsque ses lèvres caressent les siennes, Kaelia ne peut pas ignorer ce qui vibre dans tout son être. Cet appel, là, ce cri provenant de ses entrailles, la brune ne peut pas y rester indifférente. Il y a cette force inconnue qui éveille l’intégralité de son corps et lui rappelle qu’ils ne sont pas juste des amoureux, ils sont aussi des adultes. Les adultes ont ce désir, cette envie de l’autre qu’ils ne peuvent pas ignorer. La Yuki sourit. C’est Zeref, ce n’est que Zeref, ce ne sera que Zeref. Comme une évidence. Une réalité immuable, portée par le monde, qui les a menés chacun sur la route de l’autre, précisément pour que cette situation ait lieu. Pour que ça aille dans ce sens. Oui, ce n’est qu’eux … Ce ne sera qu’eux.

Kaelia frissonne. Le baiser dans son cou fait grandir la sensation de chaleur au creux de son bas-ventre. C’est étrange. C’est fort. C’est perturbant. Sa main se dépose dans les cheveux de Zeref, qu’elle serre doucement. Qu’il continue, elle veut … Elle veut qu’il continue. Mais il arrête. Il cesse et retire son t-shirt. La chair de poule la recouvre toute entière. Pas le froid, non … Pas le froid. C’est cette autre sensation inconnue qui hurle en elle. C’est cette toute petite chose, là, qui part de tout en bas, qui s’éveille, grandit, et la laisse toute gênée face à sa moitié. Il crée tout ça, elle en a parfaitement conscience, mais comment réagir ? Comment faire, quand on ne sait rien de tout ça ?

Zeref recule, prend les choses en main. Il retire son propre t-shirt. Kaelia l’admire. Ces formes, là … Ces formes sont les siennes. Ce corps est le sien. Zeref est à elle, rien qu’à elle. Les rougeurs sur ses joues reviennent, plus fortes que précédemment. Imaginer que tout cela lui appartient la ravit au plus haut point. Le loup noir est magnifique. Kaelia lui sourit. Son souffle chaud revient. Il lui murmure qu’il l’aime et … Et qu’il la veut. Entière. La Yuki rougit d’autant plus, ne sachant plus où se mettre. Il la désire … C’est ça. C’est ce qu’on trouve dans les livres. C’est ce sentiment surpuissant qui mène à l’accomplissement de tout. La concrétisation de leur amour.

Kaelia lève la main, caresse d’abord son torse et remonte jusqu’à sa joue. S’il le veut, alors ils sont deux à le vouloir. La brune se surélève légèrement et vient capturer les lèvres de Zeref avec les siennes, dans un baiser dénué d’innocence. Un baiser timide, certes, mais plein de ce profond désir qui l’anime désormais. Désir qu’elle n’ignorera pas. Qu’elle n’ignorera plus. Sa langue vient caresser celle de sa moitié, alors que, en parallèle, son autre main se dépose sur son torse, qu’elle touche doucement, qu’elle s’approprie. Maladroite mais pleine de bonne volonté, Kaelia finit par déplacer sa petite main et la ramène contre le dos de sa moitié, pour le rapprocher davantage.

« Je t’aime. »

Quelques petits mots, si simples, pourtant si efficaces. Kaelia considère que, finalement, elle n’a pas besoin d’en dire plus. Que ces trois termes, mis ensemble, suffisent à exprimer son désir partagé. Les deux mains de la demoiselle libèrent Zeref pour un instant, simplement pour venir se poser sur ses hanches, alors qu’elle l’embrasse une nouvelle fois.

Avec ou sans maladresse, peu lui importe. Les livres ne content que ces histoires d’hommes et de femmes qui ont déjà découvert le corps de l’autre, qui ont déjà vécu ces quelques moments. Eux se découvrent, ensemble. Eux n’ont pas besoin de ce qui est écrit dans les livres. Ils ont juste besoin de se laisser porter par l’autre … Parce que c’est la seule chose qui compte, désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Dim 14 Avr 2019 - 16:07

_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Mar 23 Avr 2019 - 0:35
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Sam 27 Avr 2019 - 17:44

_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Mer 1 Mai 2019 - 1:08
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Mer 1 Mai 2019 - 15:59

_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Mer 1 Mai 2019 - 23:36
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Dim 5 Mai 2019 - 19:50

_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Mer 15 Mai 2019 - 0:57
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5663-yuki-kaelia-100 http://www.ascentofshinobi.com/t5948-kaelia-carnet-de-bord http://www.ascentofshinobi.com/u782

Ce que je ne sais pas. [Zeref] Empty
Dim 19 Mai 2019 - 20:21

_________________
Apparence du Yasei:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce que je ne sais pas. [Zeref]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: