Soutenez le forum !
1234
Partagez | 

Le sauveur de gâteaux | ft. Sharrkan


Ven 1 Mar 2019 - 10:38
Tu te promenais dans les rues de Kumo, un immense sourire aux lèvres. Tu souriais aux passants, qui te regardaient parfois bizarrement, parfois avec attendrissement ; tu souriais au monde. Aujourd’hui, tout allait bien. Tu t’étais levée tôt, avais couru t’entraîner à l’un des différents terrains du village, puis avais reçu un message de ton estomac : il était temps de manger. Tu t’étais alors époussetée, avant de partir en direction des rues marchandes, qui regroupaient tes restaurants et échoppes préférés.

Une fois là-bas, tu avais salué tout un chacun avec ton immense sourire enfantin, tes cheveux attachés en une tresse basse. Tu avais pensé à Yahiko-sensei pour te faire délicieusement rougir, lui et son beau sourire, lui et ses cheveux grisants, lui et son être tout entier ; puis à Isami, pour une touche d’amertume. Il ne t’appréciait guère, et toi non plus, mais tu faisais des efforts. C’était déjà ça de pris. Bah ! cessons de penser à cet abruti ! À force de penser à tes proches et connaissances, tu manquas de passer devant ta boutique favorite. Celle qui vendait des centaines de petits gâteaux succulents. Tu en bavais rien que d’y penser ; s’il te plaît, essuie-toi le coin de la bouche.

Il y avait de tout : des gâteaux à la fraise, à la vanille, au yaourt, au chocolat… même au café ! Tu t’arrêtas devant la façade, te penchant en avant pour choisir. Qu’allais-tu prendre ? Qu’allais-tu manger ? Avec quoi allais-tu remplir ta petite bouche ? Hmm… toi comme moi adorions les sucreries. Il ne fallait pas manger pour vivre, mais bel et bien vivre pour manger. Tu te léchas les lèvres en suivant du doigt une rangée particulièrement appétissante de pâtisseries. Une, deux, trois… six petits gâteaux à manger, rien que pour toi !

« Je prendrai ceux-là ! », dis-tu au pâtissier, cherchant d’ores et déjà ton portemonnaie pour payer.

Quand soudain. Tu ne le trouvais plus. Tu fouillas tes poches, paniquée ; l’avais-tu perdu en route ? Non, impossible. L’avais-tu oublié chez toi, comme la gourde que tu étais ? Oui, c’était bien toi. Comment avais-tu pu ? Et le pâtissier qui attendait, qui devait sûrement s’impatienter, voire s’inquiéter face à ta mine pâle. Oh, que tu étais bête ! Comment allais-tu faire ?

_________________
Did you know
THAT I LIKE YOU?
TELL ME NOT TO LOVE YOU THIS MUCH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5045-kamijiyu-shimi-terminee#39549 http://www.ascentofshinobi.com/t5117-equipe-2-fighting-dreamers-kumo#40191 http://www.ascentofshinobi.com/t5047-kamijiyu-shimi-carnet-de-bord#39567

Lun 4 Mar 2019 - 20:23
Spoiler:
 


Après une épuisante matinée passée à ne rien faire, mon estomac réclamait de la nourriture pour pouvoir continuer cet effroyable et exténuant rythme de vie. De mauvaise grâce, je posais le manga que je venais de finir pour la 257ème fois. Je le connaissais tellement par coeur que je n'avais même plus besoin de l'avoir dans la main pour le lire, l'imaginer suffisait.

Je partais en exploration dans les profondeurs de mes placards, non surpris de n'y trouver rien de consommable. Il y avait bien une araignée dans le fond, mais je ne pouvais décidément pas manger mes colocataires... Même si j'étais le seul à payer le loyer.

Il ne me restait qu'une chose à faire : aller manger dans le même ramen bar que tous les autres jours. J'enfilais les habits qui traînaient sur le sol et claquait la porte ; direction les grandes rues marchandes.

La rue principale étant bien entendu bondée à cette heure-ci, j'empruntais une petite rue parallèle. Mon regard se posa sur la vitrine d'une petite pâtisserie haut de gamme. Je tournais immédiatement la tête, mais c'était trop tard.

[ Sharrky... ]

Ah non, c'était hors de question. J'avais l'impression de m'endetter rien qu'en regardant les prix. Hors budget pour nous.

[ Sharrkou... Sharrkounet... ]

Ah ouais, c'était facile pour lui de parler ! Toujours à faire des conneries, mais toujours à moi d'assumer ! En plus on avait des bananes à la maison, c'était suffisant.

Mon regard se porta derrière les pâtisseries, derrière la vitrine. Une petite fille était devant le comptoir, cherchant frénétiquement dans ses poches. Les gens derrière elle s'impatientaient, de même pour le pâtissier. Je comprenais bien vite la situation ; les gens n'avaient-ils plus de principes de nos jours ? C'était juste une gosse !

Oubliant bien vite ma pauvreté, je poussais la porte en verre de l'échoppe.

[ Qu'est-ce que tu fous... ? ]

Je carrais les épaules, jouant des coudes pour arriver au début de la file, ignorant les soufflements de contestation. Je plaquais les mains sur le comptoir violemment, faisant immédiatement régner le silence. Je relevais la tête lentement, regardant le pâtissier droit dans les yeux, avant de dire d'une voix grave :

« - Je règle la note. »

Peu impressionné, le propriétaire me tendit la facture. En découvrant le montant, je fis un AVC. Enfin pas réellement, mais sur le coup j'y avais vraiment cru.

[ WOOOOW C'EST LE PRIX DE NOTRE LOYER ! ]

Comment une gosse pouvait dépenser autant en pâtisseries ?! La sueur perlait sur mon front. Les yeux plein d'effroi, je jetais furtivement un regard à la petite fille blonde. Son air de désespoir fit disparaître ma résistance. J'avais presque l'impression de voir des larmes aux bords de ses yeux. C'était intolérable. Je ne pouvais laisser faire ça. Sans rien laisser transparaître mais le bras tremblant largement, je tendis l'argent au pâtissier.

[ Tu refuses de nous acheter une toute petite pâtisserie, mais t'en achètes SIX pour une gamine que TU CONNAIS MÊME PAS ? ]

Oui, comme tout le monde, j'avais des faiblesses. Je ne pouvais pas détourner le regard devant la détresse des gens. Surtout de celle qui aurait pu être ma petite soeur.

[ Ah non, ah non. Je t'interdis de recommencer avec ces conneries... ]


Dernière édition par Sharrkan le Mar 5 Mar 2019 - 11:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203

Mar 5 Mar 2019 - 9:47
Et tu te dandinais, fouillant et retournant tes poches, ton petit sac, mettant tout le contenu par terre. Mais rien. Rien ! Comment allais-tu nous acheter ces six délicieux petits gâteaux si tu n’avais pas d’argent ? Oh, j’en pleurais déjà, recroquevillée au fond de ma cellule, des violons jouant en arrière-plan.
Et derrière-toi, voilà le pâtissier et les autres clients qui s’impatientaient ! Un peu de patience, Kami ! Ce n’était qu’une enfant ! Les gens de nos jours, je te jure. Si je pouvais sortir, je leur botterais le derrière ! Non mais !

Quand soudain, alors que tu allais dire au pâtissier de ranger ses pâtisseries et repartir bredouille, l’estomac vide de sucre, un chevalier en armure arriva. Ou plutôt, un homme fin, à la peau mate et un air déterminé sur le visage. Tu le fixas d’un air étonné, une larme perlant au coin de ton œil (c’était moi face à la conclusion que nous n’aurions pas de goûter). Puis, d’un seul coup, tu pris peur : et s’il s’agissait d’un client mécontent d’attendre ? Comptait-il se plaindre ? Non, non, non, idiote que tu étais !
Mais il n’en fut rien. Tu entendis un « Je règle la note », prononcé d’une voix grave ; et le pâtissier tendit la facture à l’homme. Tu compris : il comptait payer les pâtisseries à notre place ! Bien évidemment, tu étais gênée. Plus que gênée, tu étais troublée. Toi, tu pensais qu’il n’avait pas à faire cela, que tu pouvais très bien te passer de gâteaux pour le moment, le temps que tu rentres chez toi, oh, et puis, tu pouvais très bien en avoir demain ! moi, je pensais NON ; petite idiote, ne refuse pas une main tendue ! Il veut nous payer des gâteaux !
Gâteaux, gâteaux, gâteaux. C’était si bon que j’en bavais également rien que d’y penser.

Alors, lorsque l’homme en armure de gâteaux— sans armure tout court nous lança un regard, nous fîmes appel au pouvoir des larmes. Transformation ! Ta tresse était soudainement posée sur ton épaule, la dégringolant, tes yeux s’étaient arrondis et agrandis et tu avais une petite moue faisant ressortir ta lèvre inférieure. Tu reniflas légèrement pour appuyer l’effet.
ET IL PAYA ! Oui, oui, oui ! Oh, que tu es douée, laisse-moi t’embrasser ! Mouah, mouah ! Un large sourire, légèrement machiavélique, fit apparition sur ton visage de poupée.

« Merci, monsieur. Vous êtes très gentil. », dis-tu en récupérant le paquet que te tendait le pâtissier.

Tu te décalas pour laisser la place aux autres clients, et attrapas le poignet de ton héros pour qu’il en fasse de même.

« Je ne vous remercierai jamais assez. Avez-vous besoin de quelque chose en particulier ? »

Tu t’inclinas, à la fois pour une énième fois le remercier, mais également pour cacher ta bave : gâteauuux !

_________________
Did you know
THAT I LIKE YOU?
TELL ME NOT TO LOVE YOU THIS MUCH

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5045-kamijiyu-shimi-terminee#39549 http://www.ascentofshinobi.com/t5117-equipe-2-fighting-dreamers-kumo#40191 http://www.ascentofshinobi.com/t5047-kamijiyu-shimi-carnet-de-bord#39567

Mer 13 Mar 2019 - 19:45
Une gamine que tu CoNnAiS mEmE PaS gna gna gna, c'est moi qui a le corps physique, c'est moi qui décide ! C'est tout !

[ Ah ouais, ah ouais, vas-y, fais le malin avec moi. Tu perds rien pour attendre, mon p'tit pote. ]

Et je suis pas ton pote, mec !

[ J'suis pas ton mec, mon gars ! ]

Bref, revenons à nos moutons, ou plus précisément, à nos gâteaux. Sauf que c'était pas les nôtres, vu qu'on les offrait à une gamine qu'on connaissait même pas, mais on n'allait pas revenir sur le sujet. Elle me remerciait, me disait que j'étais gentil, tout en m'attrapant le poignet pour dégager le passage.

[ Ah non, à ce stade, c'est plus de la gentillesse, c'est de la stupidité. Tu vois pas qu'elle fait a fait exprès de pleurer ? ]

Heureusement pour moi, la bave du vilain démon psychopathe n'atteint pas la blanche gazelle que je suis.

Encore dans la pâtisserie, la petite blonde me demanda ce qu'elle pouvait faire pour me remercier, si j'avais besoin de quelque chose en particulier. Et là, les regards des autres clients, déjà énervés, devinrent encore plus noirs. Même sans les voir, je sentais les ténèbres qui en émanaient, me donnant des frissons le long de la colonne vertébrale.

J'entendis même quelqu'un murmurer "dégueulasse" et un autre renchérir "pervers". Hein ? Quoi ? Mais non !

« - Non ! Non ! Absolument pas ! Je n'attends rien en retour, rien du tout ! »

Je poussais la fillette à l'extérieur de la boulangerie. Hum... Comment aborder le sujet ? Ce n'était certainement pas à moi de le faire ! C'était à ses parents de la prévenir des dangers ! Mais peut-être qu'elle n'avait pas de parents ? Ah, que faire ?

Je m'accroupissais, lâchant un soupir.

« - Alors, je ne sais pas comment te dire ça, mais écoute-moi bien... »

Je perdais un peu de mon sang-froid.

« - Il faut jamais dire ça à des inconnus ! Encore moins des hommes ! Parce que tu vois, il y a plein de gens méchants dans la rue ! Il faut faire confiance à personne ! »

Je soufflais pour me détendre.

« - Tu as des parents ? Ils savent que tu te promènes seule ? Tu veux que je te raccompagne chez toi ? Tiens, je vais te noter mon adresse, si t'as des problèmes, tu peux venir me chercher. Mais pas pour acheter des gâteaux, hein ! Ça c'était juste une fois ! »

[ Euh mec, tu déconnes, cette gosse elle doit avoir entre 11 et 14 ans, elle peut très bien sortir seule. Tu t'en souviens de ce que tu faisais toi, à 12 ans ? Parce que si tu veux je te rappelle, moi je m'en souviens super bien. Et c'est quoi cette connerie de lui donner notre adresse ? T'as cru qu'on ouvrait un refuge ou quoi ? Parce que, à choisir, je préfère ouvrir un refuge pour chien hein... ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203

Le sauveur de gâteaux | ft. Sharrkan

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: