Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Debrief Post-Cataclysme [Umeka|
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] EmptyAujourd'hui à 5:23 par Meikyû Raizen

» Meilleur PNJ
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] EmptyAujourd'hui à 4:39 par Meikyû Raizen

» Meilleur Event
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] EmptyAujourd'hui à 4:39 par Meikyû Raizen

» Meilleur Kage
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] EmptyAujourd'hui à 4:38 par Meikyû Raizen

» Parce qu'il faut bien essayer de comprendre pour tenter d'accepter [Taishi]
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] EmptyAujourd'hui à 4:20 par Hayai Taishi

» Deuil Diurne [Pv: Kansei]
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] EmptyAujourd'hui à 2:27 par Suzuri Takara

» 03. Questions sur le système de combat
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] EmptyAujourd'hui à 2:06 par Ikeda Sazuka

» Les grands de ce monde | Asaara Kô
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] EmptyAujourd'hui à 1:47 par Yongenso Hoan

» Une triste nouvelle - Hyûga Toph
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] EmptyAujourd'hui à 1:42 par Asaara Kō

» Le vent qui nous porte [Pv Aimi]
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] EmptyAujourd'hui à 1:34 par Chiwa Aimi

Partagez

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya]


La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Ven 1 Mar 2019 - 21:34
La Lune, cet astre sélénite qui se targue aux yeux du monde de sa splendeur et de sa pureté est bien souvent vénéré alors que personne ne connaît son origine. Les loups ont une passion dévorante pour cet objet non identifié de forme circulaire depuis la nuit des temps. Souvent, la meute se tient face à elle, hurlant comme s'ils pensaient pouvoir aller la rejoindre en l'appelant à l'aide. Je ne suis pas sûr des raisons qui les poussent à agir de la sorte, car j'ai moi-même toujours eu cette attirance pour l'astre de la nuit, mais cela représentait plus une amie qu'un réel objectif irréalisable comme venir la toucher. Lorsque j'ai rencontré Kaelia, ma vie a changé, à bien des égards, et j'ai perdu mon admiration pour cette immense blancheur, lorsque j'ai gagné un amour irrépressible pour la Yuki, donc les capacités brillent encore plus que la Lune... Mon étoile, mon flocon, ma faiblesse...

On me tire de mes pensées pour me remettre un document, qui vient du bureau du Mizukage. Bien sûr, Shiori n'est pas celle qui l'a écrit, cet ordre de mission, mais elle l'aura au moins tamponné... Peu m'importe, me voici à nouveau en passe d'aboyer pour des bureaucrates, pire version de l'être humain, ceux-là même que je ne considère même pas. D'ailleurs, comment font-ils pour nous trouver, nous autres larbins du système qui nous levons chaque matin pour accomplir les basses besognes ? Je me tiens, comme souvent, allongé sur un toit, réfléchissant à mes options, à mon futur, que j'espère vivre loin d'ici. Mais mes idées sont embrumées, l'arrivée de Kaelia remettant en question mon envie d'ailleurs... Et Reikan, qui m'a parlé des Yasei, me donne une envie profonde de rester pour en savoir plus. Je libère le message, tranchant par la même occasion le sceau de la cheffe de la brume, et je suis assez surpris de savoir qu'une bête sauvage rôderait vers le port Naragasa. Un félin, d'une taille assez impressionnante, démontrant qu'il ne s'agit pas d'un simple chat. Mokushi Amaya, c'est la personne qui m'accompagnera durant ce périple... Je ne l'ai jamais vue, d'après le document, elle a les cheveux noirs, et est frêle, de constitution. Des traits distinctifs, mais vu l'heure, je ne risque pas de la confondre avec quelqu'un d'autre. Je me lève, saluant cet éternel voisin de nôtre globe par la pensée, sans esquisser de geste, puis je descends du toit, atterrissant sur mes deux jambes... Puis je prends la direction du lieu où reposent les navires de Kiri...

Il me faut peu de temps, pour y arriver, puisque le spectacle de la mer, des étoiles et de la Lune est devenu une sorte de requiem pour moi, à la nuit tombée, et de ce fait, je me trouvais déjà bien assez proche du lieu de la mission. Les rues sont bloquées, des ninjas de ce côté empêchent les curieux noctambules de se balader trop près de l'animal en liberté... C'est une bonne chose, mais cela ne veut pas dire que je pourrai tout détruire pour autant. J'arrive jusqu'à la personne en charge de la sécurité, et je m'identifie...

"Kurayami Zeref, je suis chargé de régler le problème au port..."

Je n'en dit pas plus, et m'avance, personne ne va retenir le dégénéré qui veut affronter la bête, surtout s'il est missionné. Je viens poursuivre mon chemin entre deux grandes demeures, et j'arrive finalement à apercevoir l'eau salée, qui se débat inlassablement contre les morceaux de bois qui constituent principalement ce lieu. Les bateaux tanguent, malgré leurs solides attaches, la mer est agitée, ce soir... Le bruit est gênant, pour un Yasei tel que moi, rendant difficile l'utilisation de ce sens en particulier... Je ne vois pas l'animal, et je me pose contre un mur, en attendant que cette Amaya n'arrive... La mission est en duo, autant suivre les directives jusqu'au bout.

Spoiler:
 

_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Ven 1 Mar 2019 - 22:42
La nuit était tombée depuis plusieurs heures déjà, et pourtant, j’étais bien éveillée et ne risquait pas de m’endormir. Par la petite fenêtre de ma chambre, l’astre lunaire éclairait comme en plein jour la petite pièce qui contenait tous mes biens acquis depuis mon arrivée à Kiri : j’avais laissé derrière moi, chez mes parents, tous mes rouleaux, toutes mes esquisses. Et pourtant, en quelques mois, je m’étais bien rattrapées, pouvant proposer aux demandeurs des histoires, réelles ou fantastiques, qui pourraient les intéresser. Le tout accompagné de peintures plus ou moins travaillées. Mais là, je n’avais rien de tout cela en tête. Je trépignais. Dans mes mains, mon ordre de mission me fait comme un effet d’étrangeté appréciable. Toute cette nouveauté était loin de me déplaire, surtout après l'entraînement que j’avais suivi dans cette attente.

Je ne devais pas être en retard. Oh que non, je ferais tout pour arriver le plus vite possible. La bête ne resterait pas indéfiniment au port, l’endroit où elle avait été acculée. Lorsque je me mis enfin en route, et j’avais été trop longue à mon goût, quelque chose me gêna. Dans ma gorge, comme une boule qui m’empêchait de déglutir. Bien vite néanmoins, je compris ce qu’il se passait : en moi, l’appréhension se mêlait à une excitation farouche et certaine. Aujourd’hui plus que jamais, je suis heureuse d’avoir pris la décision de me rendre disponible et de devenir une genin accomplie. J’allais servir à quelque chose de nouveau pour moi. Au delà de faire découvrir au monde, le monde même, j’allais pour aider l’île que je peignais depuis plusieurs semaines déjà. Qui plus est, à nouveau, je ne serais pas seule et cela me rassurait en grande partie ; je ne me sentais pas prête à aller affronter une créature qui pourrait me réduire en pièce. Qui pouvait être ce Kurayami Zeref ?

Dehors, les rues étaient presque entièrement silencieuses et désertes, exceptée là où de rares bars étaient encore ouvert. Je pouvais entendre le rire gras de ceux qui avaient bien trop abusés. Des rixes éclateraient-elles encore ? Bien que j’ai heureusement jamais eu à en prendre partie, je savais qu’elles étaient fréquentes dans le coin. Aussi, pour ne rien risquer qui puisse me retarder, j’accélérais le pas. Pas question de courir si c’était pour arriver essoufflée, quand bien même mon endurance n’était pas si mauvaise que ça, surtout avec mes derniers entraînements. J’avais réussi, au fil de mes rencontre, à m’améliorer. Tout en dévorant, pas à après pas, les derniers mètres qui me séparaient du port, je songeais.

Je ne serais pas un poids pour mon coéquipier. Il n’a pas choisi d’être avec une novice. Je ferais tout pour ne pas rester derrière. Et nous mènerons cette mission à bien. Je ne dois pas douter de moi. Ni de lui. Lui laisser sa chance et tout faire pour saisir la mienne. Puisse la lune entendre ma prière.

Dès lors que j’arrivais au port, le nœud se dissipa en partie. À la place, l'adrénaline prit le relais. Cette sensation m’aida à dépasser ma timidité, du moins, pour le moment, car j’avançais sans trop de mal vers l’homme qui gardait les lieux.

- Bonsoir, Mokushi Amaya. Je suis ici pour votre problème.
- Votre collègue est déjà arrivé. J’vous conseille de vous dépêcher si vous voulez pas récupérer les morceaux.


Je haussais un sourcil et le dépassais sans répondre. La tension dans sa voix démontrait qu’il n’avait pas voulu dire ça, même s’il le pensait. Le ressac des vagues contre le ponton, mes pas sur le sol en bois dur, tous ses bruits ne m’empêchaient de me concentrer et je retrouvais sans mal l’homme que je supposais être son binôme du jour. Je me raclais la gorge et vins à ses côtés. Comme il était grand par rapport à moi ! Et impressionnant, son regard semblait aussi froid que la lune était chaude et haute dans le ciel.

- Je suis là, murmurais-je toujours aux aguets.

J’observais tout autour de moi. Je ne pris pas la peine de me présenter : il devait savoir lui aussi, que nous ne devions pas être cent-mille à nous présenter pour cette mission.

- L’as-tu repérée..?

Mon regard océanique chercha celui, rouge rubis, de Zeref. J'essayais de me montrer plus assurée que je ne l'étais vraiment même si au fond de moi je n'en menais pas large. J'essayais de ne pas laisser mes émotions me surcharger, pas question que je ne change de couleur ou ne devienne transparente sans l'avoir désiré.

_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc http://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Sam 2 Mar 2019 - 10:51
Elle arrive finalement, pas très longtemps après moi, cette fameuse Amaya. Je la détaille du regard, et le moins qu'on puisse dire, c'est que la description est fidèle, au moins je sais que c'est elle sans qu'elle ne se présente. Elle est là, en effet, et mes prunelles incarnates viennent la détailler, rapidement, mon visage restant de marbre. Comme les autres humains, elle n'est pas intéressante, probablement, et je ne m'attarderai pas à le découvrir de toute façon... J'ai déjà bien trop d'intérêts à exploiter en ce moment, entre l'amour qui est naît en moi, pour Kaelia, et la découverte de mes origines auprès de Reikan. J'ai donc décidé de concentrer mes efforts sur ces deux personnes, et les éventuelles autres Yasei que je pourrais croiser ici, à Kiri. La mission peut commencer, je prends donc brièvement la parole, me disant que comme nous sommes deux Genin, l'un de nous doit faire office de chef, et même si l'idée ne me plaît pas, me soumettre aux ordres de la Mokushi ne me convient pas davantage.

"Je t'attendais pour commencer à chercher. Ne sois pas surprise par ce qu'il va se passer, je ne le montre pas souvent, mais ici je n'ai pas le choix."

Couplant les mots aux paroles, je dévoile ma métamorphose, que peu ont vue au sein du village caché par la brume, mais pour une mission qui nécessite de traquer et de se débarrasser d'une bête sauvage, je ne peux me permettre d'y aller mollement... Et les talents sensoriels de mon Yasei sont très utiles ici. Je commence à chercher du regard, ma nyctalopie étant plutôt pratique dans ce cas précis, mais aussi mon odorat... Je pourrais me fier à mon ouïe, mais le bruit ambiant est trop parasite pour que ça ne me soit utile. Tandis que j'essaie de pister l'animal, me déplaçant dans diverses directions, regardant par endroit, je lance des recommandations à la jeune femme :

"Je ne sais pas ce qu'il en est pour toi, mais l'ordre de mission n'indique pas de le tuer, simplement de le faire disparaître. Je préférerais ne pas le tuer, si cela est possible..."

Tuer pour le plaisir n'est pas mon activité favorite, encore moins quand il s'agit d'animaux. Mais si le félin s'avère trop réticent à repartir de là où il vient. Ma vision me permet de déceler une trace de patte, laissée dans un amas de poussière, en direction du sud. Je me mets à avancer, prenant pour acquis le fait que la Genin allait me suivre. Une fois devant l'empreinte, je suis sûr que ça ne peut être que nôtre cible, un chat n'a pas de si grosses pattes. Je renifle, regarde à gauche, à droite, laissant mon flair à l’œuvre, puis je finis par trouver une piste...

"Tout droit, derrière ce hangar, à plus ou moins deux cent mètres... Il est temps de mettre un plan en place, as-tu des idées pour procéder ?"

Je me fonds dans mon rôle, laissant presque de côté mon attitude habituelle, mais cela ne change pas ma façon de penser, juste le temps de la mission...



_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Sam 2 Mar 2019 - 13:24
L’homme avait l’air de savoir ce qu’il faisait et prit aussitôt la tête de notre binôme, sans que cela ne me fasse réagir. J’embrassais les lieux du regard, cherchant n’importe quel indice. Ici, par contre, les bruits ambiants n’étaient pas dû à une quelconque activité mais bien à la vie propre port. Plus que la mer, le roulis de certains bateaux devenait vite insupportable lorsque l’on se concentrait un peu trop. Les cordes de certaines voiles claquaient à intervalle régulier. Pas étonnant que l’animal en devienne perturbé et agressif, en dehors de ses montagnes dont je supposais qu’il venait. Mais pourquoi les avait-il quitté par contre, restait une question sur laquelle je ne voulais pas m’attarder. Ma peau se couvrait d’un fin frisson et je sentais, sous mes vêtements, ma peau s’humidifier légèrement. Quant aux odeurs, mes capacités yasei ne me permettaient pas d’avoir un odorat plus aiguisé que celui, déjà mauvais, de l’être humain.

J’écoutais alors attentivement de Zeref, sous mes yeux, entreprit une transformation qui ne me déboussola que peu. Certes, se retrouver à côté d’un loup n’avait rien de rassurant en soit, sauf lorsque l'on comprenait que le loup en question était bien humain et surtout, ne cherchait pas à vous croquer. À ses paroles, je saisis qu’il n’avait pas l’habitude de se dévoiler ainsi. Et bien qu’il garda cette habitude, car je comptais bien conserver la mienne. Être une rainette n’avait d’intérêt que si personne ne prenait pour acquis de se méfier d’un batracien. Le jour où j’aurais besoin de fuir, le fait qu’on ne me cherche pas sous cette forme me sera bien utile. Même s’il devait comprendre que j’en cachais plus que je ne le laissais voir, du fait de mon absence de réaction à sa transformation malgré mon niveau, je ne prononçait aucun mot. Je me contentais d’acquiescer et de protéger mon secret autant que je le pus. De toute manière, j’étais bien incapable de me transformer entièrement pour le moment, et en animal, le félin comme le loup ne pourrait faire qu’une bouchée de moi. Je déplaçais légèrement mon centre d’équilibre pour me mettre en position de défense tout en observant comme lui les alentours, suivant son regard.

- Je ne suis pas une tueuse non plus, cet animal n’a rien à faire ici, mais ça c’est à nous de trouver une solution pour le ramener sans trop de casse. Je suis passée prendre le nécessaire, et on m’a donné ça. Tu en as déjà utilisé ?

Je détachais de ma ceinture deux petites seringues tout en le suivant alors qu’il se déplaçait, ses sens en alerte. Dans la peau de son loup, il semblait beaucoup plus à son aise, comme s’il était entier. Ou alors était-ce l’impression que j’avais, car c’était exactement ce que je ressentais lorsque je pouvais me transformer. Je resserrais ma main sur les objets, prenant garde à ne pas les abîmer. Dans les capsules, un liquide opaque et sombre luisait. Je savais ce qu’elles contenaient, certes, mais je savais aussi que nous n’avions pas le droit à l’erreur. Une seule pouvait l'assommer, du moins c’était ce qu’espérer la femme qui m’avait faite venir pour récupérer les éléments essentiels à la bonne réussite de notre mission. Et pour une fois, j’étais en total accord avec quelqu’un. Pourtant, même avec ces anesthésiant, j’avais continué à chercher une autre solution. Un système D qui nous assurerait un secours non négligeable si jamais nous échouions. Aussi j’avais aussi repéré, tout à notre avantage, les filets que les pêcheurs avaient laissé sur leur embarcation. Je lui désignais du doigt les dit-filets alors qu’il m’indiquait avoir repérer l’animal.

- Si nous arrivons à lui jeter ça dessus, au vu de la taille des filets, on pourrait le bloquer assez longtemps pour pouvoir lui injecter l’anesthésiant.

_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc http://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Sam 2 Mar 2019 - 21:37
Ma coéquipière du soir semble avoir de la ressource, et je le comprends lorsqu'elle me montre deux seringues... Un puissant anesthésiant, en tout cas, il vaut mieux qu'il le soit, car réussir à planter l'aiguille sera compliqué, donc il est plutôt préférable que la bête dorme vite et longtemps avec ça. Je ne réagis pas, faisant juste un signe de tête pour lui faire comprendre que j'ai vu, et je commence à me diriger vers l'endroit où se trouve la bête. Il sera important de ne pas l'effrayer, pour ne pas qu'elle nous agresse trop vite. Si combat il doit y avoir, la neutraliser sans la tuer deviendra un dur labeur... Mais nous sommes tous deux d'accord sur la marche à suivre, alors nous ferons en sorte de ne pas la tuer, quoi qu'il en coûte. Le plan d'Amaya, concernant les filets, pouvait être ingénieux. Néanmoins, récupérer le filet est chronophage, alors autant la jouer de façon plus intelligente... Je m'arrête un instant...

"C'est une bonne idée. Je te laisse attraper le filet, et passer sur le toit du hangar... Pendant ce temps, je vais m'assurer que la bête ne s'échappe pas, assure toi de ne pas rater le lancer de là haut, je ferai en sorte de le retenir un peu pour que tu puisses viser juste."

Mêlant gestes et paroles, je reprends mon déplacement, avec une vitesse un peu plus grande, puis je déboule du coin de ce bâtiment imposant... L'animal est là, il doit faire deux mètres de long et peser dans les cent-cinquante kilos, ce qui en fait un bel animal, et surtout un plus costaud que moi... Je n'ai aucun chance en force brute, alors autant la jouer intelligemment. Je constate néanmoins qu'il... mange. Ce tigre, car c'en est un, mais pas un blanc comme Reikan, est en plein milieu de son repas. Ma vision, et mon odorat, me permettent de déterminer qu'il ne s'agit pas d'un être humain, mais sans doute d'un pauvre canidé qui se promenait au mauvais endroit, au mauvais moment. J'approche doucement, l'expression "avancer à pas de loup" n'étant pas... fausse, finalement. Au bout d'un certain temps, lorsqu'à peine quelques mètres nous séparent, les oreilles du félin bougent légèrement, sa queue commence à remuer, et il cesse son festin, se retourner vers moi, la gueule pleine du sang de ce pauvre cabot. Il me fixe, pensant que je vais être son dessert, sans doute. Sa carrure est certes impressionnante, mais il ne me fait pas peur, car je ne suis pas juste un loup, mais un shinobi, et j'ai d'autres choses en moi que ... mes griffes et mes crocs. Mes babines se retroussent, laissant apparaître mes dents, et un grognement surgit de ma gorge. La domination n'a pas d'effet, son bond en témoigne facilement...

Je bondis en arrière, pour répondre à son assaut, mais il revient à la charge... Les félins ont une détente plus ample et plus rapide, je ne pourrai pas l'esquiver indéfiniment, il finira tôt ou tard par m'avoir. Sur son deuxième saut, je me penche et avance légèrement, me retrouvant ainsi juste derrière lui à sa chute. Je plante alors mes crocs dans sa queue, serrant assez fort pour lui arracher une sorte de hurlement qui fait plus penser à de la rage que de la douleur. Je fais alors quelques bonds en arrière, et lance une sorte de hurlement... Il s'agit en fait d'un genjutsu, qui altère les perceptions de distance de la personne touchée... Ici, ce n'est pas une personne, mais il est tout autant vulnérable aux illusions. Le tigre saute, je ne bouge pas d'un poil, il me frappe mais ne touche rien... Je suis alors en mesure de me déplacer assez fluidement sur son côté, et lui donne un grand coup de tête pour le pousser contre des caisses, à côté du mur. Sa position n'étant pas stable, son poids ne lui est pas d'une grande aide, et il s'encastre dans le bois, devenant momentanément incapable de bouger, se débattant pour se sortir de là... Maintenant, il faut qu'Amaya arrive...



_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Sam 2 Mar 2019 - 22:54
Il faut que je réussisse, je ne dois absolument pas faillir, songeais-je en courant vers le premier rafiot venu. J’en suis capable, je le sais. Tout comme lui, je suis aussi une yasei. Je comprends cet animal mieux qu’aucun autre shinobi. Alors on va l’aider. Il le faut oui. Je ne me le pardonnerais pas si on doit être plus… radical. Le savaient-ils, pour nous ? Notre capacité ? Est-ce pour cela qu’ils nous ont envoyé nous.

Une fois sur le bac, je décrochais rapidement le filet, avec adresse et le tirais à moi avec toute la force que j’avais. Je manquais de glisser lorsqu’il céda enfin mais réussi à me rattraper de justesse, sans laisser tomber le précieux paquetage. Il était là en détrempage et pesait son poids, quant à sa taille, elle était beaucoup plus imposante que ce que je m’étais imaginée. Je me dépêchais de rejoindre le premier bâtiment en faisant en sorte de ne pas faire de bruit. Le loup s’était déjà faufilé droit vers le fauve. Si je ne me dépêchais pas… L’odeur du filet me prit à la gorge. Et si l’animal le sentait ? Non, impossible, l’odeur de poisson était bien trop présente au port pour qu’il n’en fasse la différence. Une fois face au mur, je sautais sur l’une des caisses attenantes puis, d’un bond digne d’une grenouille, sautais prestement pour attraper la gouttière de ma main libre. Le filet, lui, resta accroché à ladite caisse et un instant, je fus dans une position instable.

Et merde, je fais quoi, là ?!

J’essayais de tirer, mes jambes pendant dans le vide, mais il ne céda pas. Je resserrais ma main au bord du toit mais je commençais à sentir la tension à mon bras : je ne tiendrais pas. Ou le filet lâchait, ou je le lâchais. Sans quoi, j’allais me rétamer au sol et le bruit risquait de tout faire capoter. Du moins, encore plus que maintenant. Mais qu’est-ce que je pourrais faire maintenant ? Zeref devait m’attendre, je ne pouvais pas attendre plus longtemps !

Tu as encore les seringues Amaya, tout n’est pas perdu.

Un bruit sourd me fit réagir et je laissais tomber notre premier plan ainsi que le large trame. Je me hissais sur le toit sans peine et courait dessus pour rejoindre mon coéquipier, sans plus me soucier du bruit que je devais faire. Je le trouvais dans une situation plus que délicate. Un immense tigre lui tournait autour. Avant d’avoir le temps de réfléchir à quoi faire, un hurlement déchira la nuit. Je frissonnais fortement. J’observais le combat qui se déroulait juste en bas, sans savoir quand intervenir. Et pourtant, lorsque le félin s’encastra dans le mur, je me décidais sans hésiter cette fois. Je bondis à nouveau, et un instant, je compris que ce n’était peut être pas la plus lumineuse de mes idées. Je hurlais, tout en sortant la première seringue de ma ceinture.

- Attention !

Ce fut à ce moment là que le tigre, se débattant, réussit à se dégager de son entrave. Là où je pensais tomber juste à ces côtés, j’atterrie mollement sur lui et la seringue m’échappa des mains sous le choc. Je jurais, et alors que le tas de muscle sous moi compris ce qu’il se passait, je m’accrochais pour que ma main ne finisse pas dans sa mâchoire. Un instant, je paniquais, mais au final, je servirais de filet s’il le faut. Je resserrais ma prise dans ses poils, cette bête était presque deux fois plus grande que moi ! Je m'agrippais à elle comme une grenouille à sa branche.

- J’ai fait tomber la première seringue, criais-je cette fois. Je… je… Jle tiens mais… Il faut l’endormir…

J’aurais pu, si j’avais assez de maintient, récupérer la seconde et le piquer pendant que j’étais sur lui, mais il bougeait beaucoup trop vite. Sa puissance était aussi impressionnante qu’effrayante.

_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc http://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Dim 3 Mar 2019 - 15:44
Un cri d'alerte, suivi d'une grande maladresse... Cette fille me désespère déjà, pourtant, je ne ressens pas ce genre de choses habituellement, mais voir un tel enchaînement de catastrophes arrive même à me faire réagir. Cependant, pour une raison que j'ignore, je sens comme une grande crainte pour elle, sa position s'avérant très dangereuse. Il est évident qu'elle est encore plus débutante que moi, et si je n'agis pas correctement, alors elle peut aussi bien risquer sa vie ici. Je suis donc assez inquiet, mais ce n'est que passager, je suis en quelques sortes responsables de sa survie, puisque j'ai décidé d'agir en tant que meneur, en prenant les devants. D'un regard, je balaie les alentours, ayant du mal à discerner la petite seringue... La bête commence déjà à se débattre, la force d'Amaya ne suffira pas à le maintenir très longtemps. Je ne peux manipuler le petit objet avec mes pattes de loup, alors je décide de me servir de ma mâchoire. Une fois l'objet assez fragile repéré, je bondis pour l'attraper avec délicatesse entre mes crocs, et sans perdre plus de temps, je me déplace vers le fauve. Il se relève, démarrant une sorte de rodéo pour se débarrasser de la petite sur son dos. Une fois assez proche, face à lui, je crache la seringue pour viser plus ou moins entre ses deux yeux... Si un œil est touché, ça fonctionnera aussi bien. Mais la bête cesse ses mouvements et ouvre la gueule en grand, puis la referme, cassant l'ampoule entre ses dents effrayantes. Le liquide coule un peu sur sa langue et un peu en dehors, mais de cette façon, ça ne pourra au mieux que le rendre stone. Je bondis alors sur sa tête, m'appuyant de mes pattes sur son pelage, puis saisis la Mokushi par le col, et m'éloigne du fauve... A quelques mètres de là, nous pouvons observer l'animal qui titube, sans doute déjà un peu assommé par le liquide, mais pas vaincu... Je reprends alors forme humaine, un genou à terre, et m'adresse à la brune, avec un ton qui ressemble un peu à une réprimande, comme si je m'adressais à ma petite sœur...

"Tu es maladroite, tu te rends compte que tu aurais pu mourir ici ? Fais plus attention, si tu veux continuer à être ninja..."

Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais son attitude et sa maladresse m'ont donné envie de la protéger, moi qui ne suis jamais vraiment protecteur avec qui que ce soit. D'une certaine façon, peut être que la vois comme Saeko, lorsqu'elle sera une kunoichi, la seule que je veux protéger... Quoi qu'il en soit, au moins le temps de cette mission, je m'assurerai qu'il ne lui arrive rien, pour le reste, cela ne me regarde pas. Le grand félin avance avec difficulté, il a toujours faim, ça se voit, ça se sent... Je ne dois pas le laisser l'attaquer, ni m'attaquer moi d'ailleurs. Je tourne ma tête vers la Genin...

"Je m'occupe de l'immobiliser, il ne fera rien pendant quelques secondes, pour le rester, tu pourras lui planter la seringue sans difficultés."

La bête est prête à bondir, je le constate à l'appui qu'il prend sur ses pattes avant. Je réalise quelques mudras, puis je crache une boule de feu... Un peu désolé de lui faire subir ça. La flamme vient jusqu'à lui, une fois qu'il a sauté, puis disparaît. L'animal commence alors à se tordre de douleur, sous l'effet de ce genjutsu qui lui donne l'impression de fondre, littéralement. Il ne va pas être comme ça très longtemps, mais il est possible de faire quelque chose durant ce laps de temps.

"Tu peux y aller, il est pris dans une illusion !"



_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Dim 3 Mar 2019 - 18:15
J’essayais de garder toute ma concentration malgré les mouvements de l’animal sous moi, resserrant mes mains à ses poils alors qu’il grognait et s’agitait de plus en plus. Le roulement de ses muscles finiraient par me faire tomber si je ne trouvais pas une solution. Si j’étais persuadée que j’avais une chance en sautant du toit, désormais mon idiotie me sautait aux yeux. Pourvu que cela ne me coûte pas la vie ! Et Zeref, je le mettais aussi dans une situation délicate. Je cherche le loup du regard et le vis chercher la seringue, à un mètre de lui. Je ne pouvais même pas me tenir au cou de la bête tant ce dernier était large. Mais d’où pouvait venir ce tigre, comment se faisait-il qu’il n’ait jamais été repéré avant ? Heureusement, mon coéquipier était aussi réactif de moi, mais avec de la suite dans les idées en plus. Quelques secondes, c’était ce qu’il aurait fallu de plus pour que je sois complètement éjectée. Mais avant d’avoir eu le temps de respirer je me sens arrachée de la bête. Je n’essayais pas de m’accrocher au félin, comprenant que Zeref venait de me sauver la vie. Engourdie, je sautais sur mes jambes et observais l’animal. Apparemment, il avait dû ingurgiter le produit anesthésiant de la première seringue car il semblait beaucoup moins vivace. Aussitôt, le reproche de mon coéquipier m’assomma et je frissonnais.

- Je n’ai pas su porter le filet, jsuis désolée… Je pensais que…

Un soupir m’échappa, à quoi bon ? J’avais foiré, il fallait que je me rattrape. C’était la seule chose utile à faire. Si je tenais à la vie ? Bien sûre que oui ! avais-je envie de hurler. Maintenant restait à agir en conséquence. Je léchais mes lèvres, nerveuse alors que le tigre se reprit assez pour nous remarquer et se diriger dangereusement vers nous. J'acquiesçai à l'ordre direct du jeune homme avec un sérieux que j’espérais convaincant. S’il ne pouvait pas compter sur moi on n’y arriverait pas. Je soufflais un bon coup et attendit qu’il agisse, sans quitter du regard le fauve. Je ne vis pas les gestes qu’il fit, mais je bondis lorsqu’une boule de feu me frôla presque pour aller directement vers notre mission. Et alors qu’il l’esquive, je me tournais vers Zeref, paniquait, pour remarquer dans son regard une teinte que je ne connais pas.

Lorsque les plaintes du tigre déchirèrent la nuit, je me rappelais ce que je devais faire. J’avais froid, terriblement froid. Quel était ce sort horrible qu’il lui avait jeter. Je déclipsais le capuchon de la seringue et fonçait droit vers le félin. Les mots du yasei ne me rassura pas. Quelle illusion pouvait le mettre dans un tel état ?! Une fois face au félin, je sautais de côté, fluide, pour le piquer au cou et injecter le produit d’un geste net. Un nouveau bond me mit à l’abris d’un coup de patte. Ne pas se mettre en danger.

Avec Zeref en face de lui, moi sur sa droite, l’eau à sa gauche et le hangar derrière lui, nous n’avions plus qu’à attendre. La seconde seringue fit enfin son effet mais je ne me détendis pas pour autant. Restait une question bien délicate : comment allions nous ramener l’animal de là d’où il venait ?

- Il faut le tirer dans un bateau, on pourra le ramener où il faut. Et faire vite, je ne gage pas de la durée de l’anesthésiant.

C’était une évidence, mais j’espérais qu’il ne m’en voulait pas trop. Je serrais les poings et me pinçais les lèvres, maladroite. Je ne me rendis pas compte que, sous ma timidité qui reprenait le dessus, ma peau changeait lentement de couleur, me rendant moins visible. Mes yeux, eux, n’étaient plus que deux perles dorées. Je n’attendais pas plus longtemps et cette fois, j’allais chercher rapidement une corde pour venir entraver l’animal somnolant. Il valait mieux cette fois, prévoir mes arrières.

_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc http://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Dim 3 Mar 2019 - 21:57
Peut-être pas si maladroite, pas idiote, au fond... Alors que le félin se débattait dans sa douleur illusoire, je regardais Amaya s'en approcher, avec détermination et concentration, pour finalement lui planter la seringue. Elle y parvient, ce qui réussit à me décrocher un petit sourire, totalement involontaire, mais la mission semble presque accomplie, à ce stade, alors j'ai un relâchement qui n'est pas vraiment naturel chez moi. Alors que la Genin propose un plan, j’acquiesce, trouvant l'idée ingénieuse. Néanmoins, tandis que je m'avançait vers elle pour l'aider à déplacer la bête, je constatai un changement assez significatif... Son apparence toute entière devient celle de quelque chose de différent... En fait, elle devient tout simplement plus difficile à percevoir, outre ses vêtements, et mes pensées deviennent troublées... Une sorte de camouflage ? Possible, mais ... Cela ne paraît pas naturel, comme si elle ne le contrôlait pas. Alors plutôt une aptitude héréditaire. A grandes enjambées, je réduis la distance qui nous sépare pour venir attraper son épaule, afin de la retourner et de lui faire face. Ses yeux aussi, on changé, alors ce n'est pas juste une capacité d'invisibilité... Je recule d'un pas, la dévisageant comme possible, avant de me faire à cette idée... Une Yasei ? Très probable, il s'agit là d'une transformation en un animal, censément un caméléon, ou toute autre bête pouvant s'effacer de la vue des autres...

"Tu n'as aucune obligation de dévoiler ce genre d'informations à ton coéquipier... Mais es-tu une Yasei ? Une métamorphe... ?"

Mon regard est ancré dans ses prunelles qui ont changé de couleur, et mon attitude, jusqu'ici mitigée entre méfiance et protectrice, s'oriente presque vers de la confiance... Difficile de le dire, mais dernièrement, les rencontres hasardeuses m'ont mené vers des personnes qui piquent mon intérêt. Celle-ci, la Mokushi, a deux raisons de m'intéresser... Ses similitudes avec Saeko, et sa possible appartenance au clan Yasei. Néanmoins, le fait qu'elle soit comme ma sœur n'est pas une si bonne chose, car la maladresse a tendance à me rendre perplexe, et parfois à m'agacer... Mais la mission avant tout... On pourra discuter après, si elle le souhaite. Je lui adresse un sourire forcé, un léger sourire, comme pour la rassurer, que sa forme qui ne semble pas être totalement contrôlée ne sera pas dévoilée si elle ne le veut pas... Chacun fait son choix, mais pour ma part, les personnes de ce clan qui semble être le mien sont des êtres intéressants, à première vue, et tant que mon intérêt ne disparaitra pas, j'ai décidé de m'approcher d'eux pour voir comment cela peut évoluer. Elle peut tout aussi bien ne pas en faire partie, mais j'ai de sérieux doutes là-dessus...

"Bien, tu pourras répondre après, commençons par attacher ce fauve et tirons le dans un des bateaux..."

Je prends la corde la plus proche, qui paraît assez solide, et je viens attacher solidement les pattes de l'animal, deux par deux, puis les relier entre elles. De cette façon, nous serons capable de le tirer et il devrait ne pas pouvoir s'échapper... Normalement... Car sur un bateau, avec une mer agitée, et contre une bête de cette taille, nous risquons de vite être étripés s'il se libère. Je lui fais signe de m'aider, mon attitude étant nettement moins distante qu'au début.



_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Lun 4 Mar 2019 - 18:58
Cette fois, cela avait réussit. Le poitrail de la bête seul montrait qu’elle était encore en vie, s’abaissant ou s’affaissant selon qu’elle inspirait ou expirait. Un faible grondement s’échappait de ses babines, et je l’imaginais luttais pour se réveiller ou tout simplement pour ne pas perdre le contrôle. Mon coeur se serra, et je m’imaginais facilement me battre jusqu’à plus souffle pour ma liberté. Je résistais à l’idée de poser ma main sur le tigre, cela n’aurait apaisé qu’une seule personne dans l’affaire, en plus du risque inconsidéré. Un noeud s’installa dans ma gorge et je fronçais légèrement les sourcils pour me contenir. Tout en moi s’agitait alors que j’exposais mon idée à l’homme loup.

À aucun moment je ne sentis ma capacité s’activer. Je ne savais pas comment le faire, même si je l’aurais voulu, et j’étais bien trop occupée à récupérer du cordage pour comprendre ce qu’il se passait. Zeref avait l’oeil trop fin. Aussi, lorsque je me relevais avec mes trouvailles dans les bras, ce fut pour le sentir attraper mon épaule pour me retourner face à lui. Une peur intense me parcourut et mon souffle se bloqua net. Ma peau changea de couleur plus rapidement, mais cette fois-ci je pus le voir car je repoussais d’un geste brusque l’homme, totalement affolée.

- Zeref ! lâchais-je aussitôt avec inquiétude.

Dès lors que je saisis la raison du pourquoi il était venu si vite vers moi, je serrais un peu mes poings, mal à l’aise. Si je ne me reprennais pas, il n’aurait même pas à se rendre compte de l’état dans lequel la situation me mettait car mon visage ne serait tout simplement plus visible. Là, du rouge paraissait encore à mes joues. Je ne pourrais jamais être plus honteuse que maintenant. Le yasei lupin me fixait. Que voyait-il ? Je baissais mon regard vers les cordes et ne perçus que ces dernières. Mes mains avaient pris leur teinte. Alors que j’allais acquiescer, Zeref me sourit. Je soupirais alors, mes mains s’agrippant aux cordes pour en masquer le léger tremblement.

Oui ! Oui j’en suis ! Mais pas comme toi, pas aussi impressionnante. Je suis une grenouille ! Si on apprend ce que je suis, je ne pourrais pas me protéger sous cette forme, pas comme toi… Je ne me contrôle pas…

J’écoute sa proposition et acquiesce cette fois pour de bon. Attacher le tigre. Le mener sur un bateau en priant ne pas chavirer, la nuit n’aiderait pas. Je répondis à mon coéquipier, malgré tout, avant de l’aider à entraver l’animal.

- Je suis désolée… Tu m’as fait peur… Et oui, j’en suis une… Merci.

En choisissant mes mots, j’espérais qu’ils comprennent que le sujet n’était pas clos, et que je comptais bien m’expliquer même si actuellement nous avions mieux à faire. Je passais autour du tigre avec les cordes que je tenais encore et constatais que ma peau reprenait sa couleur. Je commençais à nouer le corps de la bête pour lui faire comme un harnais. Nous n’arriverons pas à le porter sans réflexion. Il était bien trop lourd pour nous deux. Je regardais le ponton, à à peine un mètre du corps endormi. Et je le remarquais. À peine visible, lueur qui se rapprochait. La chance allait-elle continuer à nous sourire ? Cela pouvait se jouer. Je trépignais sur place, me tournant vers Zeref, je lui pointait du doigt l’embarcation qui se faisait de plus en plus proche.

- Je reviens vite… J’ai une idée.

J’eus du mal à convaincre le pécheur retardataire de notre entreprise. Il ne savait rien de l’évacuation et voulait juste mettre à sec son bateau. Ce dernier était à vide, double chance, l'homme ayant été poser tardivement des nasses. Je sautais sur le ponton pour rejoindre Zeref et lâchait, toujours un peu rouge de mon attitude juste avant.

-Il veut bien nous aider à treuiller le tigre, par contre… Il faudra qu’on conduise le bateau seuls. Tu sais faire ça ?

_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc http://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Sam 9 Mar 2019 - 19:49
Alors finalement j'ai vu juste. Cela me rassure un peu, de découvrir une troisième "cousine", ici, à Kiri. Pour une personne comme moi, qui ne considère personne - plutôt "presque personne" maintenant - comme digne d'intérêt, c'est toujours un poil réconfortant de rencontrant des ninjas semblables à moi. Les similitudes ne sont que d'ordre génétique, car chacun a son propre animal totem, mais c'est tout de même une bonne nouvelle. Je pense réellement que les Yasei sont une piste à explorer à et exploiter pour me créer une attache à ce village, et même si je n'ai pas encore ce que l'on pourrait appeler une "confiance innée" envers eux, je peux au moins faire des concessions, me rendre plus ouvert. Mais l'heure n'est pas aux discussions, et Amaya, bien que d'abord effrayée, semble se reprendre. Elle n'est pas une froussarde, ou au moins elle sait trouver du courage, ce qui n'est pas sans importance à mes yeux. Je ne juge pas les autres sur leurs qualités ou leurs défauts, mais plutôt sur la façon dont ils en font montre, dans leur quotidien. Et ici, la Mokushi a l'air capable de laisser de côté ses craintes pour se concentrer sur son objectif, de quoi attiser ma curiosité à son égard.

"Très bien, je t'attends."

Pas la peine d'en dire plus, la suite serait éludée après que l'animal aura été emmené dans un endroit plus propice à son confort et à celui des autres. A son retour, la petite brune me lance une phrase qui me laisse perplexe... Je n'ai jamais utilisé de bateau, et en cas de mauvaise manipulation de nôtre part, nous pourrions dériver, et trop nous éloigner, ratant la destination, ce qui permettrait au fauve de se réveiller et de nous déchiqueter... Dans le cas où l'animal ne nous tuerait pas, nous serions probablement considérés comme des déserteurs et emprisonnés... Et même si la vérité en ressortirait, je préfère éviter des complications inutiles. Néanmoins, c'est la solution la plus simple à nôtre disposition. Le treuillage se fait avec beaucoup de difficultés, bien que le vieil homme soit assez débrouillard et d'une grande aide. Lorsque la bête à poils se retrouve dans l'embarcation, il ne reste pas beaucoup de place, en fait, juste assez pour nous deux, et encore... Une fois dedans, il est temps de prendre la direction des montagnes. L'endroit est légèrement à l'extérieur du village, mais de ce côté, la bête ne pourra pas revenir, sauf si elle a le don de la téléportation ou qu'elle sait nager... D'ailleurs, je me demande comment elle a fait pour venir. Les deux Genin que nous sommes démarrons une navigation nocturne assez difficile. Heureusement, un phare éclaire la zone, et je peux voir à peu près la direction, pagayant tant bien que mal... Nous en aurons pour une petite heure, avant d'atteindre le lieu de relâchement. Est-ce que le tigre se réveillera avant ? Difficile à dire... Il respire normalement, semble paisiblement endormi, et je n'ai pas envie de découvrir comment il est au réveil.

"Une fois sur place, nous ne pourrons pas le treuiller à nouveau, il faudra donc attendre qu'il se réveille. Je pense que le plus simple sera que je l'attire à l'écart du bateau, et que tu éloignes nôtre embarcation, puis je te rejoindrai en marchant sur l'eau ..."

Le plan est simple, j'espère juste qu'il va fonctionner.


_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Lun 11 Mar 2019 - 17:31
Il savait ce que j’étais. Depuis que j’étais à Kiri, j’avais réussi à n’en parler qu’à très peu de gens. J’avais trouvé des astuces, subterfuges divers et variés pour me protéger. À la loterie Yasei, je ne pensais clairement pas avoir gagné le gros lot. Tout au plus un lot de compensation bidon dont on peine à se débarrasser. Un peu comme quelque chose qui me collait trop à la peau, et c’était le cas de le dire. Comment être heureuse de ma condition si je la subissait ? Incapable de la contrôler, subir était effectivement le mot parfait. Bien sûr, j’avais essayé de me renseigner ! Mais force était de constater que je n’osais pas aller plus loin que mes recherches, assez maigres au demeurant pour ne rien m’apporter de concret. Lui semblait ne faire qu’un avec son loup alors que je n’avais jamais oser parler avec ma rainette. Heureusement, au dernière nouvelle, je ne faisais pas partie du régime alimentaire de mon coéquipier. Je soupirais, et pourtant, dès que nous nous mîmes à l’action, j’oubliais ce qui me génait pour ne me concentrer que sur l’essentiel. Le pêcheur fut très consciencieux dans sa manière de nous expliquer comment conduire son bateau, en même temps que je le comprenais : malgré les évènements, prêter son seul gagne-pain à des inconnus novices qui plus est, devait être sa plus énorme bonne action de l’année. Mais d’un autre côté, si c’était le seul moyen de dégager le tigre qui risquait à son réveil de tous les croquer… Le risque se prenait.

Lorsque la bête fut déposée, force était de constater qu’il ne restait qu’à peine de la place pour nous. Il faut dire que dans le doute et pour nous faciliter sa remise en liberté, le pêcheur avait reposé l’animal sur le pont du bateau, et non en le laissant comme avec les pêches, porté par le treuil sur tout le voyage. Qui sait s’il n’aurait pas lâcher et le poids concentrée à la chute transpercer la cale ? Je n’en menais pas large à imaginer toute les situations possibles, mais j’étais rassurée par l'ensommeillement de la bête. J’observe Zeref qui observe le tigre. Le tigre n’observe rien : il dort toujours aussi profondément. mais je comprends son inquiétude, je partage la même. Je murmure, et ma voix se réverbère dans le silence oppressant de la nuit :

- Lorsqu’il se réveillera, même s’il nous attaque, il sera groggy. On aura toujours la solution d’abandonner le navire, je doute qu’il sache nager. Mais misons sur notre chance, regarde, nous ne sommes plus loin, poursuivis-je en désignant le littoral qui apparaissait à fleur d’horizon.

Le phare nous aidait bien, sans lui, nous aurions été incapable de nous en sortir. Les minutes qui suivirent furent longues et éprouvantes, tant physiquement que nerveusement et le froid n’avait plus aucune emprise sur moi. Je sentais même la sueur coulait le long de mon dos. Il faudrait faire attention à l’accostage, les remous risquaient d’agiter notre ami. Lorsque Zeref indiqua qu’il voulait l’attirer puis me rejoindre, je fus surprise. Je fronçais aussitôt les sourcils et fouillais rapidement autour de moi pour ressortir ce que je savais être présent dans forcément tous les navires de Kiri, ou presque. Relevant le bras victorieuse, je lui tendue une petite fusée de détresse à base de poudre, qui ferait assez de lumière et de chaleur pour ou faire fuir le gros chat, ou le forcer à attaquer. Jeter le bâton si jamais le second cas se présenter suffirait à ce qu’il quitte le navire, j’en étais persuadée. Presque persuadée. Plus que ce qu’il me proposait en tout cas ! Il devait être suicidaire.

- Il est hors de question que tu te mettes autant en danger, quoi que l’idée de te voir marcher sur l’eau m’intéresse beaucoup. On a cette fusée, ça devrait assez l’effrayer surtout dans l’état dans lequel il sera au réveil. Tu valides ?

Je guettais son approbation tout en forçant sur mes bras pour diriger le bateau vers la berge. La montagne surplombante semblait prête à nous avaler.

_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc http://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Lun 18 Mar 2019 - 21:53
Les plans, la stratégie et de manière générale, tout ce qui nécessite de la jugeote, ce n'est pas mon fort. En fait, j'ai opté pour un plan qui me paraissait le plus sûr, sur le moment, qui ne mettrait pas Amaya en danger. Déjà, je me demande pourquoi je tiens tant à la protéger. Elle est une kunoichi, donc elle doit savoir se débrouiller par elle-même, et puis... Je ne suis pas non plus son babysitter, et ça ne me ressemble pas de vouloir protéger quelqu'un... Mis à part Kaelia, voire Reikan... Quoi que la seconde peut peser plus de cent kilos, elle n'a pas vraiment besoin de protection. Le fait qu'elle soit du même clan ne m'intéresse qu'à peine, alors d'où cela peut-il bien venir ? Un instinct ? Comme un animal puissant d'une meute qui protégerait les plus faibles ? Mon côté lupin semble s'éveiller un peu trop, mais comment m'en plaindre, après l'avoir cherché ? Je suis perdu dans mes pensées, mais c'est la Mokushi qui m'en tire, en donnant un plan bien plus malin, que j'accepte volontiers, car il ne me laissera pas seul avec la bête sur une île inconnue... Je dois cela dit me retenir de lui tapoter la tête, comme pour la féliciter... Ce n'est pas ma petite sœur, bien que son attitude m'y fasse penser, et que la carrure de sa métamorphose la place comme une créature à protéger à mes yeux...

"Ton idée est ingénieuse, tu as de la ressource, à défaut d'être adroite. Si je peux te donner un conseil : sers-t-en toujours, pour compenser tes faiblesses..."

Un conseil, chose que je ne donne pas, habituellement. Les gens font ce qu'ils veulent et ça ne me regarde pas, qu'ils survivent ou meurent à cause de leur force ou de leur faiblesse, ce n'est pas vraiment mon problème, et pourtant me voilà à dire ces choses absurdes. De toute façon, rien ne l'oblige à écouter mon conseil, et il serait mieux qu'elle fasse comme si elle n'avait pas entendu... Les remous indiquent que nous approchons de la plage, ce qui n'est pas si mal, entre mes pensées incompréhensibles et l'animal qui ronfl...ait ? Oh, il commence à bouger... Pas bon. Le bateau touche le sol, ou en tout cas l'eau n'est plus assez profonde pour aller plus loin. Je prends la fusée des mains d'Amaya, tandis que le tigre essaie de se relever, faisant bien tanguer l'embarcation. L'eau n'est pas profonde, alors pas besoin d'y aller par quatre chemins. Je fais un mouvement brusque, tout en sautant, ce qui fait tourner le bateau. Je concentre mon chakra sous la plante de mes pieds, et réussis à me poser sur la surface de la mer.

"Je te rejoins, avec ton idée je ne crains rien. Ne reste pas ici, ce félin ne pourra pas t'atteindre dans le bateau."

Je lui fais confiance pour remettre le "véhicule" de bois dans le bon sens, et je fixe le colosse, qui dépasse de l'eau, déjà sur ses pattes... Il est encore groggy, j'ai une chance de tenir la distance. Je m'approche rapidement de lui pour lui mettre un coup de moyenne intensité dans la tête, ce qui le fait tituber, mais il finit par se stabiliser sur ses quatre appuis. Il n'a d'yeux que pour moi, et c'est parfait. Je me dirige vers la terre ferme, la fusée en main... La bête avance avec difficulté dans l'eau salée, esquissant des grimaces lorsqu'il en avale. Une fois en bord de plage, je lui fais face... L'eau semble lui avoir remis les idées en place, car son regard indique une nette envie de tuer. Il commence à me contourner, s'assurant d'être à la bonne distance pour m'attraper si je prends la fuite. Mon pied glisse légèrement sur le sable humide, et le fauve en profite pour bondir. J'expulse du chakra de sous mes pieds pour m'éloigner de lui, m'enfonçant un peu plus sur l'île. Il enchaîne aussitôt sur un second bond, visant mon bras avec ses crocs. Par réflexe, je le retire à temps, mais la fusée échappe alors de ma main, filant vers la mer... Mais s'arrêtant juste avant l'eau. Je tente de me relever, mais je ressens une douleur à la jambe... Une griffe a apparemment réussi à me toucher, sans que je ne la voie... Je tombe à la renverse, et le tigre commence à s'approcher, pour me dévorer, à priori...



_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Mer 20 Mar 2019 - 20:26
Naviguer ainsi, le rouli de l’eau sous le bac, me rappela de merveilleux souvenirs et un instant, alors que le ronflement du tigre me berçais autant que les vagues, je plongeais dedans comme le ferait une ama dans les profondeurs obscurs. Ils n’étaient pas nombreux ; j’étais trop jeune pour cela. Mais ils étaient tous aussi envoûtants et marquants les uns que les autres. Le premier restait plus vivace. Mon départ. Mes parents qui n’étaient pas avares en conseils que même n’auraient jamais suivis. Me donnant à manger pour plusieurs siècles au moins, ou presque Peut-être ce moment que nous vivions là, s’ajoutera-t-il aux autres à sa manière. Si j'apprenais à naviguer, combien pouvais-je découvrir de nouveaux mondes ? S'offriraient-ils à moi où devrais-je lutter comme avec l’animal qui pesait par dessus la calle ? Un sourire s’installa sur mes lèvres et je plissais les yeux, sereine. Il nous restait peu de distance, et j’espérais que l’animal ne s’éveille pas. Je sentais aussi que Zeref le guettait.

Nous échangions alors sur la manière d’agir, même si nous avions conscience que s’agissant d’un animal sauvage, nous n’étions pas à l’abris d’un changement de programme du genre qu’on n’attend ni ne désire. Lorsqu’il répondit à ma proposition, je ne sus comment prendre ses mots. Je fronçais les sourcils. La maladresse évidente de ses propos aurait pu me heurter mais à dire vrai je préférais accepter son conseil. J’y réfléchirais lorsque je le pourrais. Non, j’y réfléchissais déjà. Maladroite ? Faisait-il référence à mon attaque surprise sur une bête qui faisait plus de quatre fois mon poids ? Je faisais comme je pouvais. Je n’étais pas la plus forte, mais je comptais bien évolué. Je n’étais qu’au début de mon apprentissage. J’étais déjà plus rapide, plus agile. Mais effectivement, j’avais encore du chemin à faire. Je fronçais les sourcils, perdue dans des pensées moins agréables que celles qui m’avaient prise quelque minutes auparavant.

Compenser mes faiblesses ? Comme si je ne le savais pas. Je n’ai pas choisi d’être une grenouille, et je ne sais même pas la gérer. Devenir invisible n’est vraiment pas ce qui risque de m’aider si je le subis plutôt que le choisir. Pourquoi me dis-tu ça, là, maintenant ?

Alors que le récif accrocha la coque du rafiot, les mouvements provoqués achevèrent de provoquer le réveil de l’animal. Lentement, la masse se mit en tête de se mettre sur ses pattes, chancelantes. Il était encore dans le gaz, mais le restera-t-il ? Zeref récupéra rapidement la fusée de mes mains et agit très rapidement alors que je m’accrochais d’une main au mât pour ne pas passer par dessus bord. Je ne serais pas utile une fois éjectée dans l’eau. Et je fis bien, car les mouvements de mon partenaire aurait sans doute suffit. Une fois sur l’eau, je l’observais, plus ébahi que je ne voulais le montrer. Il marchait sur l’eau, facilement.

- Fait attention, je prépare le bateau, quitte l’île dès que tu peux !

Et je n'attendais pas de voir ce qu’il fit. Dès que le fauve quitta le bateau, je m’attaquais à changer de bord. Allégé, il réagit plutôt bien à ma manoeuvre : il ne touchait plus le fond. Je fus soulager et l'amarrait avant de me retourner vers la berge. Mon sang se glaça. Aussitôt, je courus, bondis au dessus de l’eau pour atterrir aussi proche que je le pouvais, finissant ma route en hurlant pour attirer l’attention du tigre. Je parvins facilement à la plage, et visible, je me saisis de la fusée. La peur me donnait des ailes et d’un geste assurée, je la craquais, diffusant d’un coup une vive lueur rougeâtre. Néanmoins, je ne me m’arrêtais pas de courir, mes pieds s’enfonçant dans le sable ralentissaient considérablement ma course. Je voyais Zeref au sol, mais pas s’il était encore… Ne pas y penser. Il bougeait ! Et le tigre, lui, m’avait vu et devait se demander ce qu’il se passait. Il était réveillé, mais n’avait heureusement pas récupérer toutes ses forces. Il recula en voyant les flammes, instinct animal ancestral. Si cela n’avait pas été le cas, je ne serais plus parmis nous pour y penser. Je brandis la fusée entre Zeref et le fauve, priant ma bonne étoile.

- Toujours en vie ?

Murmurais-je sans quitter les pupilles verticale et hésitantes. Des petites étincelles crépitaient encore et je jetais la fusée aux pattes de l’animal qui bondit en arrière. Finalement, semblant juger que l’effort demandé pour nos chairs ne valait pas tout ce qui l’avait mené jusqu’ici, il finit par faire demi-tour. C’était peut-être une ruse, aussi, je me penchais rapidement au dessus du brun sans quitter des yeux le sous-bois.

- Il va falloir bouger est vite, tu peux tenir debout si je t’aide ?

_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc http://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Ven 22 Mar 2019 - 12:12
Le fauve était sur le point de faire de moi son repas, et je me demandais si c'était la fin. Une mission assez simple, et pourtant me voilà à échouer lamentablement, alors que mon objectif était simplement de l'éloigner puis de partir. Ma jambe est blessée, je ne pourrai pas me déplacer aussi vite qu'à mon habitude, et même sans ça, je suis trop lent. Un bruit nous fait tourner la tête, à lui comme à moi... Amaya est revenue, alors que je lui ai dit de m'attendre. Je ne vais pas m'en plaindre, je préfère ça plutôt que mourir bêtement, et je ne suis pas non plus de ces hommes à la fierté mal placée qui s'offusquent lorsqu'ils sont secourus. Bon, je ne suis pas non plus de ceux qui estiment avoir une dette éternelle, ou ce genre d'inepties, mais je sais au moins que j'aurai à la remercier après tout ça. Elle agit de manière relativement héroïque, même si elle semble ne pas être très assurée dans ses mouvements... Elle parvient cependant à faire reculer la bête, peut être même pour de bon. Je ne perds pas de temps à la remercier pour l'instant, nous aurons le loisir de discuter plus tard. M'assurant qu'elle me suive, je retourne, en titubant, vers le bateau... Le félin a disparu, derrière nous, abandonnant l'idée de nous dévorer, ce qui me rassure quelque peu. Une fois monté à bord, je m'adresse à l'autre Yasei...

"Je te remercie d'être revenue... Cette bête était vraiment puissante..."

Je m'arrête un instant, pensant notamment à tout ce que j'ai à perdre, ce que j'aurais pu perdre, comme Kaelia par exemple, et cette idée fait naître un frisson qui parcourt mon échine... Je regarde cette petite brune, que je considérais jusqu'ici comme une créature frêle et maladroite, incapable d'être réellement utile dans une mission, mais plutôt un personne à protéger. Elle m'a sauvé, ce qui montre bien qu'elle a la détermination et les compétences nécessaires pour être ninja, sinon, cela voudrait dire que je ne les ai pas moi-même.

"Sans toi, je serais probablement dans l'estomac de cette bête, à l'heure qu'il est. Merci, vraiment."

Mon visage ne change pas d'expression, je ne sais pas vraiment pourquoi mais je n'ai pas la capacité à montrer des émotions, pas même une petite larme, cela gâche peut être un peu le moment émouvant... Enfin, une chose reste de tout cela : la griffure à ma jambe, qui pourrait très bien s'infecter si je ne m'en occupe pas assez tôt. Le voyage du retour semble plus rapide qu'à l'aller, peut être que le poids du tigre en moins fait avancer le bateau à une plus grande vitesse... Le pêcheur nous attend sur le ponton, et est rassuré que son véhicule n'ait rien... Il semble l'être aussi pour nous. Lorsque nous avons fini de le remercier, je m'avance vers un entrepôt, et m'adosse au mur... J'ai du mal à marcher, et je finis même par m'asseoir là...

"Je vais me reposer un peu avant d'aller faire soigner ça à l'hôpital..."

J'ai des doutes sur ma capacité à marcher après, surtout que l'adrénaline engendrée par la précédente situation a totalement disparu, mais aucun médecin ne viendra ici... Alors je ne peux que m'en remettre à mes capacités.



_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Sam 23 Mar 2019 - 7:58
J’arrivais assez tôt. Sur le moment, je n’y pensais pas. Je ne pensais qu’aux pupilles immenses et mordorées de l’animal, qui se dilataient où se rétractaient selon que je passais ou reculais la torche. L’eau collait à ma peau mes vêtements et la fraîcheur ne se faisait pourtant pas assez saisissante pour que j’en fusse réellement gênée. L’air était plat et la fumée ne montait pas, fort heureusement ; ne manquait plus que d’attirer autre chose. Qui savait ce que cachait ces montagnes... C’était un ensemble de facteur que je prenais en compte et lorsqu’enfin la bête fut partie, je prie la peine de m’enquérir de l’état de Zeref. Un instant, je compris que j’étais vraiment inquiète pour cet homme qui, quelques heures auparavant, m’était totalement inconnu. Il était blessé, mais tenait debout, ou presque. C’était suffisant. Néanmoins, j’espérais qu’il ait encore assez de chakra pour ne pas avoir à plonger sa jambe dans l’eau, sans quoi la salinité de cette dernière risquait de lui faire fichtrement mal. Inutile d’espérer pouvoir le porter, je n’étais pas assez idiote pour ne serait-ce que le lui proposait. Quoi que cela aurait pu détendre l’ambiance. Le remerciement de mon partenaire me fit froncer les sourcils légèrement. Quand bien même il ne s’était pas montré tendre, ce n’était pas pour le laisser mourir. Et puis, même avec tout ça, je doutais être quitte. Néanmoins, alors qu’il semblait se reprendre, je répondis, d’une voix très calme :

- Le plus important est que tu sois indemne… J’ai vraiment cru qu’ils… Que tu…

Je mordillais ma lèvre en l’aidant à se relever, et s’il était aussi stoïque qu’à ce que je supposais être son habitude, j’en étais à mille lieu, de l’être. Je ne sais pas si je changeais à nouveau de couleur. Je sentais bien la chaleur à mes joues. Je ne savais absolument pas comment réagir à ses mots. Passant une main dans mes courtes mèches, je relevais la tête pour observer le bateau, toujours bien amarré et pas trop loin. Ça irait.

- Accroches-toi. On en a plus pour longtemps.

Je lui souris timidement, puis une fois sur la barque, je la ramenais à bon port, sans jamais vraiment le quitter. Il était pâle et si sa jambe ne saignait pas abondamment, cela serait vite un problème. Un instant, je vérifiais mes effets et rassurée, je me promis de faire le nécessaire. Une fois à quai, le pêcheur soupira. La crispation sur son visage s’effaçait alors que nous le remercions et je lui promis de lui rendre la pareille. Il ne remarqua pas vraiment l’état de mon coéquipier, et disparut relativement vite. Sa famille devait l’attendre, et pour peu que l’incident du tigre était remonté jusqu’à leurs oreilles, l’inquiétude des siens serait à son paroxysme. Lorsque Zeref se posa, je sursautais et redescendis sur terre. Je me dirigeais vers lui pour sortir d’une petite poche des effets de secours. M’agenouillant un peu devant lui, je fis mine de prendre sa jambe et lorsqu’il ne réagit pas, je l’étirais très légèrement. Le tissus s’était coller à sa beau. Imbibé de sang qui commençait en partie à coaguler.

- Ce n’est pas profond mais il ne faut surtout pas que cela s’infecte. Le climat à Kiri est trop humide et facilite la propagation du mal, il faudra surtout veiller à laisser ta plaie pansée jusqu’à ce qu’elle soit suffisamment saine pour la laisser à l’air libre.

Tout en parlant, je découpais d’un geste précis le tissus pour en écarter les pans. Sortant une compresse fine et pré-humidifiée, j’essuyais de l’intérieur vers l’extérieur la griffure, ôtant le sable et le sang, avec douceur et rapidité : pas de raison de faire durer ce qui clairement, n’était pas une partie de plaisir pour le yasei. Après avoir appliquer un léger onguent, et priant pour qu’il en ait assez, et il y en eut assez, j’entourrais sa jambe d’une bande crépue, serrant légèrement pour qu’elle tienne sans glisser. Une fois le soin fait, je et seulement à ce moment là, je me sentis assez sereine pour me détendre. Relevant le visage vers Zeref, je lui tendis le reste des bandes.

- Il faudra que tu le changes régulièrement, mais cela ne devrait pas nécessiter de passer à l’hôpital. Ça va aller..?


_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc http://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Sam 23 Mar 2019 - 14:53
Amaya commence à agir d'une manière inattendue. Je l'aurais bien arrêtée, ne souhaitant pas qu'elle le fasse, mais à quoi bon ? Elle semble bien se débrouiller, en premiers soins. Comme la plaie n'est pas profonde, elle est en mesure de la nettoyer avec brio, et me donne même des conseils, m'indiquant que je n'aurais pas besoin d'aller à l'hôpital. Je récupère les bandes qu'elle me tend, et je lâche un long soupir, ayant fait mon possible pour ne pas montrer ma douleur jusqu'ici. Bien sûr, lors du nettoyage, et même avant cela, les sensations étaient désagréables, mais à cet instant, à part un sentiment de brûlure, je me sens mieux. J'ai cependant perdu un peu de sang et je le ressens quelque peu au travers des petits vertiges qui me frappent.

"Merci, Amaya, mais tu n'étais pas obligée, j'aurais pu aller voir un médecin..."

Je n'ai pas besoin d'en dire plus, de la reconnaissance et une phrase bateau, celle de la personne qui dit "Tu n'aurais pas dû", mais au fond je suis très content d'être déjà soigné, éviter de perdre une jambe pour l'avoir laissée s'infecter, c'est toujours sympa. J'essaie de me relever, mais c'est encore un peu tôt, la douleur est vive, et puis je me dis que l'endroit est propice à une petite conversation...

"Bien, avant de partir, nous pourrions discuter, si tu le veux bien... Nous sommes liés, de toute évidence."

Je la fixe, essayant de me donner un air qui ne lui fera pas peur, qui ne lui donnera pas envie de me craindre, car je ne lui veux aucun mal, au contraire. Je ne la connais pas, il est donc difficile pour moi de savoir quoi dire ou quoi faire, quels gestes adopter... Je vais donc me contenter de paroles, en tentant d'être le plus rassurant possible, car il est évident que son don de métamorphose n'est pas quelque chose qu'elle assume pleinement.

"As-tu déjà entendu parler du clan Yasei ? Depuis combien de temps sais-tu que tu es capable de ce genre de ... choses ?"

Je pose une main sur ma jambe blessée, grimaçant lorsque la douleur me lance, et je continue de la fixer, me demandant si elle va disparaître, gênée par mes questions...



_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Mar 26 Mar 2019 - 14:13
Je ne savais pas pourquoi je faisais ça, mais j’en avais ressenti le besoin. Peut-être une manière de me sentir en vie. Où le fait de m’en vouloir qu’il fut blessé. Certes, le bateau aurait vite dérivé sans personne à son bord. Je refaisais le scénario dans ma tête, changeant chaque donnée sans pour autant réussir à trouver de solution plus viable que celle qui nous avait mené jusque là. Je restais concentrée, je m’appliquais, vague souvenir de ma formation, certes basiques, de premiers soins. Souvent, on avait voulu me pousser dans cette voix. Comme si ma féminité me rendait automatiquement intéressée par les arts des soins. Je ne m’étais limitée qu’au stricte minimum et force m’était de constater que c’était le nécessaire. Une fois que j’eu fini, je prenais mon temps de lui donner quelques conseils. Je ne savais certes pas grand chose, mais au moins allait-il mieux. Mes mains étaient un peu rouges, mais Zeref ne saignait plus.

- Tu aurais pu, effectivement. Je ne sais pas pour toi, mais je ne supporte pas y aller. Alors si je pouvais te l’éviter…

Je marmonnais cette excuse un peu maladroitement. Oui, c’était vrai, je ne le nierais pas : je pensais que personne n’appréciais le médecin. Mais ce n’était pas entièrement pour cette raison. Lorsqu’il essaya de se relever, je frémis car son visage blanchit subtilement. Mes mains se levèrent vers lui, mais il se rassit. Je me mordis la lèvre et finit par m'asseoir face à lui, lui bloquant toutes possibilités de se relever. Du moins, pas tant que je le jugeais encore si faible. Hélas, dans mes poches à malice, je n’avais rien à lui donner pour qu’il puisse reprendre de l’énergie. Je massais ma nuque et l’écouter, rougissant légèrement. Je croisais mes bras autour de mes genoux, rabattus contre mon torse. Posant ma tête dessus, je soupirais doucement.

- Je ne te laisserais de toute manière pas partir dans cet état. Le temps que tu te reprennes, je veux bien rester… Mais je ne suis pas sûre de... , je fronçais légèrement les sourcils et remuais, un peu mal à l’aise. Nous sommes liés..?

Je me forçais à respirer lorsque je compris que je m’en étais retenue. Je sentais qu’il faisait tout pour ne pas m’effrayer. Le choix de ses mots, son attitude, tout laissait entendre qu’il voulait juste vraiment avoir cette conversation. Sa curiosité nourrissait intrinsèquement la mienne, alors je ne fuis pas. Et si ma peau changea de couleur, alors je ne m’en rendis pas compte, bien trop concentrée. Je me mis à jouer avec mes doigts, sa voix était profonde et et calme. Le clan Yasei ? J’avais bien entendu ce mot, pour autant, je n’arrivais pas à le relier à quoi que ce soit de connu. Alors je fis un simple signe négatif de la tête. Quant à ce genre de chose, dont il se mit à parler, et bien pour le coup, je ne jurais plus de rien. Je le sentis, dans chaque fibre de mon être. Ma peau recommençait des siennes et j’essayais de le retenir. Depuis la première et unique fois où je me suis entièrement transformée, je n’avais ni accepté ce fait, ni essayais de recommencer. J’avais cru que jamais je ne pourrais reprendre forme humaine. Si petite, je n’aurais pas miser plus de deux jours sur ma vie. Mais le processus inverse était venu tout aussi vite, et j’avais tout fait pour l’oublier. Ma peau changeait de couleur, parfois. Peut-être là ? Je n’osais même pas regarder mes mains. Je sautais plus vite, plus haut que mes comparses. Mais cela s’arrêtait là, non ? Pourtant cet homme-loup, face à moi, semblait le vivre beaucoup mieux que moi. Et ses questions en étaient bien la preuve. Lorsqu’il s’était transformé, je l’avais observé se mouvoir. Il était magnifique, fluide dans chacun de ses déplacements, et puissant. Il ne faisait qu’un avec son loup. De son loup à ma grenouille, je n’arrivais pas à voir le lien. Mon regard cobalt se perdit un instant dans le sien alors que je me penchais légèrement vers lui, intriguée au possible.

- Je ne m’en souviens pas… J’ai grandi comme ça… Lorsque… lorsque j’ai peur je… change de couleur..? Je sais… que…

Dis le Amaya ! Peut-être sera-t-il en mesure de t’aider à y voir plus clair ? Et si ce n’est pas le cas ? Et bien… Il faut que tu oses. Si tu ne le fais pas là, tu n’oseras jamais le faire.

Alors, ce fut d’une toute petite voix que j’ajoutais, probablement en disparaissant un peu plus, frissonnante au possible.

Je suis une grenouille…

_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc http://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Sam 30 Mar 2019 - 10:59
Ma blessure me fait toujours mal, mais ma curiosité me permet de l'oublier quelque peu. Bien que méfiant et insensible aux autres de nature, j'ai toujours possédé cette qualité - ou ce défaut - de vouloir savoir tout de tout. Mais concernant les êtres humains, cela ne m'a que rarement, voire jamais, mené à des résultats intéressants. Mais des exemples concrets m'ont récemment prouvé que ce n'est pas une si mauvaise chose, comme notamment Kaelia et Reikan, ou à moindre mesure Akane. Amaya pourrait donc faire partie de ce lot, son appartenance aux Yasei étant un bon début. A mesure qu'elle parle, je la vois changer de couleur, peu à peu... Ce fameux don lié à ce que je pense être une métamorphose, tout du moins partielle, est encore à l’œuvre. Ma logique passe par le fait qu'elle ne semble pas le maîtriser. Les seules personnes activant des pouvoirs aussi particuliers sans les contrôler sont des membre de ce clan dont je serais l'un des représentant, du reste, cela me semblerait assez étrange. Pour ce qui est de sa phrase... En effet, peu de gens aiment aller chez un médecin, car c'est synonyme de maladie, de mauvaises nouvelles voire même de mort, à certaines occasions. La position qu'elle adopte ensuite me met dans une situation délicate, que je n'apprécie guère, mais que je tolère pour l'instant, tant ma curiosité est grande à son sujet. En effet, mon espace vital est une chose que je n'aime pas que l'on viole, surtout quand il s'agit d'une manière de m'empêcher de partir, même si c'est pour mon bien. Je me crispe légèrement, mais j'essaie de ne rien laisser paraître, attendant d'avoir sa réponse.

Elle confirme ce que je pensais, mais si je veux partir, je le ferai, avec ou sans son accord. Nos similitudes ne sont pas suffisantes pour qu'elle ne m'ordonne quoi que ce soit... La seule qui le pourrait est ma Yuki, pour qui je ferais à peu près n'importe quoi... La Mokushi m'annonce ensuite une chose que j'avais plus ou moins comprise, à savoir qu'elle ne contrôle pas ses changements de couleur... Apparemment, la peur est une sorte de déclencheur. Mais pourquoi change-t-elle de couleur à cet instant ? Est-ce que je l'effraie ? Ou bien le fait de parler de cela lui fait peur ? Difficile à dire, mais la phrase qui suit me choque autant qu'elle pique ma curiosité plus loin encore. Elle est donc une Yasei grenouille ? Un batracien capable de devenir invisible... Mais ce genre d'animal est assez petit, ce qui peut expliquer certaines choses, comme notamment le fait qu'elle ne semble pas vouloir, voire savoir, l'utiliser totalement.

"Une grenouille ? Je vois, c'est original. Jusqu'ici, j'ai uniquement rencontré des métamorphes pouvant prendre la forme de félidés, alors un batracien..."

Mon regard trahit largement mon excitation, pouvant même laisser à se demander si je suis bien le Zeref habituel, morne et désintéressé... Je me redresse un peu, mais la douleur me fait revenir à ma position d'origine. Je lui lance alors une autre question :

"Mais de ce fait... Tu peux prendre une taille relativement petite, non ? Cela doit être follement utile pour s'infiltrer dans certains endroits, pour éviter des adversaires ou pour les surprendre ! Je trouve ça fabuleux, tout un monde de techniques et de stratégies qui s'ouvre à toi..."

Je pense à beaucoup de choses possibles du fait de la forme de l'animal, et cela me rend presque jaloux... Le loup est doué dans la traque, les combats nocturnes et par son cri peut être un fin utilisateur de genjutsu, mais il reste faible face à plus robuste que lui. La grenouille, quant à elle, peut déjouer des monstres, des mastodontes, en les prenant par surprise. Je la fixe, mes prunelles incarnates dans les siennes, bleues azur, je veux en savoir plus, sur elle, sur son Yasei...



_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Sam 30 Mar 2019 - 13:19
Face à lui, je sus qu’il n’aurait pu faire qu’une bouchée de moi s’il avait voulu partir. Et si j’étais trop proche de lui, je ne m’en rendais pas compte. L'adrénaline était tombée et dans mes membres se diffusaient désormais plus facilement une fatigue insidieuse. Dès lors que je lui répondis, je me mis à jouer avec mes doigts. Tout mon corps était crispé, et mon regard un peu ailleurs. J’avais l’impression de me montrer bien plus à nue que je le désirais, et force m’était de constater que je détestais cela. C’était comme si une partie de moi aurait voulu être à mille lieu là où la seconde se sentirait presque obligée de le remercier de me retirer le poids que j’avais sur les épaules. Je n’avais jamais rencontré les miens, je n’avais jamais cherché à les rencontrer à dire vrai. Zeref avait l’air intéressé par ce que je lui avouais, et cela acheva de me mettre mal à l’aise. Je me décalais de lui, sensiblement, pour m’asseoir en tailleur. À nouveau, j’analysais notre environnement, et mon regard s’arrêta sur chaque détails. Je finis par reprendre le contrôle de mon corps. Non, je délirais : il ne me ferait rien. Et puis, quel intérêt ? Je m’étirais, masquant ma gêne, et reportais mon attention sur l’homme qui avait vaincu un tigre sans le tuer.

- Une rainette. Je tiendrais dans ta main. Et elle serait encore bien plus grande.

Tu pourrais ainsi m’écraser sans problème si tu le voudrais. Des félins ? Un lupin ? Je n’ai rien qui soit enviable. Et je refuse de dépendre de qui que ce soit pour me protéger.


De part ma stature, je passais toujours pour fragile. Dans un sens, cela m’avait parfois aidé : on ne se méfiait pas de moi. Je n’étais qu’un menu fretin duquel on se désintéressait assez vite. Mais j’avais aussi conscience que de fait, pour être prise au sérieuse, il me fallait en faire deux fois plus que les autres. Parfois, cela me poussait à me mettre dans des situations délicates, comme lorsque j’avais atterrie sur le tigre. Je penchais légèrement ma tête de côté. Il sera temps d’y réfléchir lorsque je serais chez moi, refaire mille et une fois la scène pour comprendre ce que j’aurais pu, j’aurais dû faire pour éviter cela.

Zeref se redressa et se remit aussitôt dans sa position originale et je souris, légèrement amusée par son excitation, qui, finalement, provoquait aisément la mienne. Être petite pouvait être un avantage ? Si on savait se maîtriser, peut-être ! Et c’était loin d’être mon cas. Mais je supposais qu’on voyait facilement les qualités et possibilités d’être un autre que nos propres atouts. Je mordillais à nouveau ma lèvre, choisissant mes mots, l'exercice était difficile. J’appréciais ce que je j’étais ! Je n’aurais voulu être quelqu’un d’autre pour rien au monde. Mais cela ne m’empêchait pas de comprendre mes limites.

- Je n’ai… Je n’ai jamais vu cela comme ça. J’ai appris à me défendre et à me battre sans… Sans utiliser cette part de moi… Je ne la connais pas. Je la subis. Je ne choisis pas ce qu’elle m’impose et je n’ai jamais… Je n’ai jamais cherché à en savoir plus. Cela me fait peur. Peur d’être bloquée à jamais dans… Cette position ? Je sais que je suis une grenouille car je me suis déjà retrouvée dans sa peau. Et j’ai cru que j’allais mourir. Tu ne t’imagines pas combien j’ai de prédateurs naturels. Et je sais que je… Deviens invisible.

Je frottais doucement mes bras, comme si j’avais froid. Sans oser les regarder.

- Je me dis que si je n’y fais pas attention, peut-être que ça passera ?

Son jugement m’effrayait d’autant plus que ma grenouille. Lui semblait être si curieux de ce qui moi me faisait faire des cauchemars. Sans savoir que peut-être, si j'apprenais à mieux me connaître, je pourrais m’améliorer plus vite ? Je n’osais pas y penser. Un frisson me parcourut à nouveau et je soupirais doucement. Pourtant, je souris timidement à Zeref, me perdant dans l’éclat rouge de ses yeux.

- Je n’ai même jamais osé parler à celle qui réside en moi. Cette grenouille. Je veux juste nous protéger. Et ne pas être celle qui l’est.

_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc http://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Mar 2 Avr 2019 - 18:22
Amaya ne semble pas convaincue de ma façon de voir les choses. C'est alors que je réfléchis un peu plus aux raisons qui la poussent à être aussi... Sceptique. Il est évident que devenir petit, passé le caractère discret de la chose, peut s'avérer très dangereux pour la personne concernée. Lorsque l'on adopte une vue extérieure, comme c'est le cas pour moi, il est aisé de voir les bons côtés, mais d'un point de vue intérieur, comme pour la Mokushi, c'est plus simple de déceler les faiblesses... Il en va de même pour mon totem, pour lequel je peux imaginer mille faiblesses, mais seulement une dizaine de forces... Mon excitation est retombée, mais je la regarde toujours avec un intérêt certain. De toute façon, outre le fait que je sois intrigué et obnubilé par la grenouille qui sommeille en elle, elle reste une Yasei, et mon instinct me dicte encore de suivre son évolution... Ce n'est pas naturel, ni habituel et encore moins logique, pour moi, de faire confiance ou d'apprécier les autres, mais j'éprouve un amour sans limites pour Kaelia, une grande affection naissante pour Reikan, et un intérêt immense concernant ses aventures du passé... Et j'ai aussi beaucoup d'admiration pour Akane... Alors, quelle sera la place d'Amaya dans tout ça ? Une personne à protéger ? Non, cela serait réducteur... Mais je la vois en effet comme Saeko, même si la ressemblance physique se limite à la corpulence.

La taille de sa métamorphose me fait quelque peu tilter, cela dit. Une rainette ? Il s'agit d'une espèce de grenouille pouvant être ... minuscule. Je n'avais jusqu'ici que sa capacité à devenir invisible en tête, mais ajouté à cela sa taille pourrait la rendre réellement introuvable. Mais en est-elle consciente ? Avec un peu de pratique, elle atteindrait des sommets en matière de dissimulation. Le fait qu'elle ait des prédateurs innombrables est indéniable, mais nul n'est tenu de se soumettre à son prédateur...

"Tu dis avoir un grand nombre de prédateurs naturels... Ce tigre n'était-il pas un prédateur, pour nous deux ? Pourtant, il ne nous a pas tués..."

Je la fixe avec un air enjoué, je ne souhaite pas me moquer d'elle, mais j'ai trouvé cet exemple plus que propice, car bien véridique. Je ne pense pas que quiconque devrait accepter de destin ou de logique qu'il ne peut tolérer. Après tout, je n'ai jamais aimé vivre ici, mis à part depuis quelques temps, où les rencontres intéressantes se multiplient.

"Tu pourrais maîtriser ton pouvoir, non pas pour te transformer, mais au contraire pour éviter de le faire à des moments où tu ne le souhaites pas. Je pourrais t'y aider..."

Bien que ma propre transformation n'ait été maîtrisé qu'après des années de résistance à toute cette symphonie lunaire, répétitive, je suis devenu capable de me transformer lorsque je le souhaite, et redevenir un homme quand cela me sied. Alors peut être pourrais-je trouver une façon de lui apporter mon aide ? Je pose une main au sol, et je force un peu pour me relever. La douleur est toujours là, mais je parviens à me dresser sur mes deux jambes...

"Je commence à fatiguer... Je dois me reposer pour que cette blessure guérisse. Demain, en fin d'après midi, je serai au grand Dojo. Si tu désires mon aide, alors je te la donnerai."

Je la salue, en souriant, et commence à m'éloigner, boitillant, pressé de pouvoir me reposer... Je n'aurai pas à me battre, pour l'aider, donc ma blessure ne sera pas problématique...



_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Gk3n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Empty
Ven 5 Avr 2019 - 20:29
Je frissonnais, sensiblement, alors que la fatigue commençait à devenir un peu trop pesante, me rendant plus frileuse que d’habitude. Me recroquevillant un peu plus, je me remis à jouer avec mes doigts, répondant à sa curiosité sans chercher à vraiment me protéger. En me penchant ainsi, les mèches de mes cheveux masquaient un peu ma vue, sans que cela ne me gêna pourtant. Du moins pas plus que les mots qui sortaient de ma bouche sans filtre. J’avais beau avoir conscience que je ne le connaissais pas assez pour me livrer autant… Je ne me retins pas. Peut-être avoir sauver un tigre même disproportionné rapprochait ? Tiens… En parlant de tigre, on aurait pu croire qu’il avait lu dans mes pensées… Je mordillais ma lèvre, et souris, un peu jaune, un peu lasse.

- Ce tigre nous aurait tué pour se défendre, pas pour faire pitance… Et il ne fait pas partie de mes prédateurs naturels. Les oiseaux, les renards, les serpents… Il y en a tellement, tout autour de nous… Comment me protéger d’eux ?

Je ne veux pas être un poids !


Tout en moi hurlait certaines revendications, et pourtant j’étouffais cette rage de vivre avec une facilité qui frôlait l’habitude. Je faisais déjà tout pour, je continuerais, je n’avais pas été un poids aujourd’hui, et je ne le serais pas plus demain. Sans ma grenouille. Je soupirais néanmoins, très légèrement. Je relevais les yeux à sa proposition, puis vint me redresser légèrement. Puis, massant ma nuque, je pris le temps d’y réfléchir. Zeref était très sensible à son loup, et la façon qu’il avait de vouloir m’aider me rendait encore plus curieuse. Quand retirait le jeune homme ? Où cela allait-il me mener ? La défiance ne me quittait pas, et pourtant… Et pourtant je n’arrivais pas à trouver la force de refuser… L’idée de pouvoir me gérer, gérer cette part de moi était aussi alléchante que folle. Je serrais doucement mes bras autour de moi.

- Tu pourrais m’aider à… À ne plus risquer de me changer sans le désirer, vraiment ?

Et je ne le désirerais jamais. Impossible. Le souvenir me marquait toujours autant. Dans un monde aussi dangereux que le nôtre, je n’avais pas besoin de me tirer vers le bas encore plus. Lorsqu’il se releva, je sursautais et fit de même, quoique fébrile sur mes jambes. Je fis aussi mine de l’aider, mais me retins juste à temps. Je ne le connaissais peut-être que peu, mais je sentais que cela serait mal venu. Alors je croisais à nouveau les bras, face à lui, puis me décalais pour ne pas le retenir. Cela aurait été maladroit, et j’avais bien conscience que nous étions tous deux à bout. Et lui blessé qui plus était. Pourtant, sa manière de prendre congé me surprit et je fronçais les sourcils pour finir par sourire, adoucie. Je le saluais sagement puis lui répondis, d’une voix que j’espérais qu’il entende malgré qu’il partait déjà.

- Je serais là, Zeref. Prends soin de toi.

Lorsque je me fus assez reprise, je rendais chez moi, pas vraiment à l’opposé, mais dans une rue adjacente. Comment arrivais-je jusqu’à mon appartement ? Je serais bien incapable de répondre, mais quand je tombais dans mon lit, j’oubliais mon nom.


_________________
La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya] Frog_b10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5772-mokushi-amaya-petite-grenouille-uc http://www.ascentofshinobi.com/t5810-mokushi-amaya-patte-apres-patte

La rainette, le loup et le grand méchant félin [Amaya]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: